9 juin 2017

Rapporteur du budget des armées, Romain Colas s’inquiète des annonces du
Gouvernement faisant état d’un gel des crédits de la Défense et en appelle au
Président de la République pour que soit respectée la trajectoire
budgétaire fixée par le Parlement.

Informé de la décision du Ministère de l’Action et des Comptes publics de geler 2,66 milliards d’euros
dévolus en loi de finances pour 2017 aux armées, je ne peux que m’inquiéter de cette décision qui risque
de pénaliser nos capacités opérationnelles, l’équipement de nos forces et l’indispensable poursuite des
programmes d’armement et de renouvellement des matériels. Alors qu’avec Jean-Yves Le Drian, à
l’époque Ministre de la Défense, et le Chef d’Etat-Major des Armées, nous avons obtenu une
exécution budgétaire 2016 en parfaite ligne avec les crédits votés, je constate que le nouveau
Gouvernement fait de notre outil de défense une variable d’ajustement de sa gestion du budget de
l’Etat.

Rapporteur du Budget opérationnel de la Défense, j’ai pu constater, au cours des auditions que j’ai menées
notamment auprès de l’ensemble des chefs d’Etat-Major, combien l’exigence du maintien d’un haut niveau
de dépenses militaire était fondamentale, dans un contexte où la France doit faire face à une menace
continue sur son territoire comme sur les théâtres d’interventions extérieures, notamment dans le cadre
des opérations Barkhane et Chammal.

Lors des débats sur le budget 2017, j’avais, en outre, souligné l’impérieuse nécessité de poursuivre la ligne
de la réactualisation de la loi de programmation militaire révisée. Avec des crédits votés en hausse de 600
millions d’euros pour 2017, le Parlement et le précédent Gouvernement s’étaient totalement inscrits dans
cette démarche. J’insistais également sur la nécessité de poursuivre la progression des crédits afin
d’atteindre dans les toutes prochaines années un effort de défense représentant au minimum 2% de la
richesse nationale. Ce mouvement fondamental est aujourd’hui remis en cause par le Ministre en charge
du budget.

Ce gel constitue donc un fléchissement qui n’est pas à la hauteur des défis qui sont les nôtres, tant en
termes de ressources humaines que d’équipements. Il est à souhaiter que de telles décisions n’émanent
pas de Bercy sans même que les acteurs de la défense n’aient été entendus.

www.romaincolas.fr rcolas@assemblee-nationale.fr 06 72 76 00 95

Twitter: @romaincolas / Facebook: ColasRomain
J’en appelle donc au Président de la République, Chef des armées, pour que ce dernier préserve nos
forces et leur capacité à préparer l’avenir alors même que nos soldats, qui agissent avec compétence,
courage et dévouement, sont mobilisés à un niveau qui dépasse largement les contrats opérationnels
initiaux.

Je resterai, pour ma part, totalement mobilisé pour que la France engage des ressources correspondant
réellement à l’ambition qu’elle place légitimement dans ses armées.

www.romaincolas.fr rcolas@assemblee-nationale.fr 06 72 76 00 95

Twitter: @romaincolas / Facebook: ColasRomain

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful