Vous êtes sur la page 1sur 59

Gestion budgétaire

Plan du cours

Plan du cours Chapitre I : Généralités sur la gestion budgétaire Chapitre II :Budget des ventes

Chapitre I

: Généralités sur la gestion budgétaire

Chapitre II :Budget des ventes

Chapitre III : Budget de production

A

-

St

an

d

ar

d

s e

t

co

ût

s pr

éét bli

a

s

B-

Analyse des écarts et contrôle budgétaire et

Chapitre I- GENERALITES SUR LA GESTION BUDGETAIRE

I- contenu de la gestion budgétaire :

Elaboration des budgets Contrôle budgétaire : calcul des écarts et actions correctives

II- ELABORATION DES BUDGETS

Les budgets fonctionnels sont élaborés par les responsables des CRB.

On distingue 2 catégories de budgets :

- Les budgets opérationnels proportionnels au volume d’activité (Atelier,Service commercial,Service achat).

-Les budgets de frais généraux (liés, mais non proportionnels à l’activité).

III- HIERARCHIE ET INTERDEPENDANCE DES BUDGETS

Il existe un ordre logique et séquentiel selon lequel doit s’organiser l’ensemble de la procédure d’élaboration des budgets.

- BUDGETS DETERMINANTS

- BUDGETS RESULTANTS

66

66

Chapitre II-Budget des ventes

Les prévisions des ventes consistent à déterminer les ventes futures en quantités et en valeurs en tenant compte :

• des tendances anciennes des ventes

• des contraintes imposées à l’entreprise

• des décisions de la politique générale.

Il en résulte l’établissement d’un chiffre d’affaire prévisionnel dépendant des quantités à vendre et des prix prévus.

Pour analyser les diverses informations et les exploiter, plusieurs techniques peuvent être mises en œuvre. On peut rechercher des tendances générales et les compléter parfois en prenant en considération les variations saisonnières.

On utilise à ce niveau des techniques statistiques comme

• l’ajustement linéaire par la méthode des moindres carrée

• la corrélation linéaire

• la méthode des coefficients saisonniers…….

A :Tendance générale

1- Tendance linéaire

a- ajustement linéaire: méthode des moindres carrées b- corrélation linéaire 2- Tendance non linéaire a- tendance exponentielle b- tendance de fonction puissance

B- Prise en compte des variations saisonnières a- Méthode des totaux mobiles b- Méthode des coefficients saisonniers

- méthode des moyennes

- méthode des rapports au trend

A- TENDANCE GENERALE

1- Tendance linéaire

a- ajustement linéaire

Une entreprise vend un produit B depuis 9 mois. Elle a réalisé les ventes suivantes en millier d’unités :

Mois

x1

1

2

3

4

5

6

7

8

9

Ventes

y1

208

220

232

244

250

255

273

278

290

Prévoir ventes des mois Octobre et de Novembre

b- Corrélation linéaire

b- Corrélation linéaire Une entreprise veut étudier la corrélation pouvant exister entre le nombre d’unités vendus

Une entreprise veut étudier la corrélation pouvant exister entre le nombre d’unités vendus et les dépenses publicitaires

d’a rès la série suivante :

p

Publicité (en dizaine de milliers de DHS)

xi

11

8

7

5

5

25

10

4

8

7

Ventes (en milliers dunités)

yi

26

18

17

12

11

58

25

10

18

15

Si la corrélation est positive, prévoir les ventes avec un budget de publicité qui passe à 300 000 DH.

Xi = xi – x barre Yi = yi – y barre

r = 0,99

r

;

;

x= xi /n y = yi /n

tend vers

1

= 5

= 357

2- Tendance non linéaire

La tendance générale dévolution n’est pas forcément linéaire, mais peut répondre à d’autres lois de variation. Exemple: tendance exponentielle ou tendance de fonction puissance.

a) Tendance exponentielle

Cette tendance apparaît lorsqu’il y a accélération du rythme des ventes. L’équation des ventes en fonction du temps sera la suivante:

lorsqu’il y a accélération du rythme des ventes. L’équation des ventes en fonction du temps sera

On rappelle sur le plan géométrique que la fonction exponentielle et logarithmique sont réciproque et se présentent ainsi :

y

logarithmique sont réciproque et se présentent ainsi : y x La fonction exponentielle évolue rapidement alors
logarithmique sont réciproque et se présentent ainsi : y x La fonction exponentielle évolue rapidement alors
logarithmique sont réciproque et se présentent ainsi : y x La fonction exponentielle évolue rapidement alors

x

La fonction exponentielle évolue rapidement alors que la fonction log à une régression linéaire. Ainsi, toute tendance qui n’est pas linéaire (Fonction puissance, exponentielle, polynomiale…), peut être transformée en tendance linéaire, en utilisant généralement les log, ce qui va nous permettre les prévisions des ventes.

Log y = Y Log b = B Log a = A Posons Y =

Log y = Y Log b = B Log a = A

Posons

Y = Ax + B

• Travaillons avec

a =

xi yi – n

x

– n

x

x

²

y

Exemple :

Une société électronique vend depuis 2 ans et demi sur un marché

en expansion, un nouveau type de composantes électroniques. Les statistiques des ventes trimestrielles ont donné les résultats suivants

:

 

Année 1

   

Annéé 2

 

Année 3

1

2

3

4

1

2

3

4

1

2

100

250

350

900

1500

3800

6000

13000

25000

55000

1) Rechercher l’équation de la droite d’ajustement Y= Ax+B 2) Déduire de l’équation précédente l’équation donnant directement .

précédente l’équation donnant directement . 3)La société prévoit une expansion du marché au même

3)La société prévoit une expansion du marché au même rythme pour l’année 3, puis une relative stabilisation. Donner les prévisions des ventes pour le 3 ème et le 4 ème trimestre de la troisième année.

Correction

xi

yi

Log yi

Xi log yi

Xi

1

100

2

2

1

2

250

2,3979

4,7958

4

3

350

2,5441

7,6323

9

4

900

2,9542

11,8168

16

5

1500

3,1761

15,8805

25

6

3800

3,5798

21,4788

36

7

6000

3,7781

26,4467

49

8

13000

4,1139

32,9112

64

9

25000

4,3979

39,5811

81

10

55000

4,7404

45,4040

100

   

33,6825

209,9479

385

X= 55/10 =5,5

Log y= 33,6824 = 3,3683

1)

A=

A=

B

xi zi – n x

z

=

x²i – nx ²

0,2993

209,9479 – 10(5,5) (3,3683)

385 – 10 (5,5)²

=

Z

-

AX

3 3583

=

,

0 2993

,

(

5 5

,

) =

1

,

7221

Y= 0,2993x + 1,72215

Les 2 valeurs A et B sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver

Les 2 valeurs A et B sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation initiale

sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation
sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation
sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation
sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation
sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation
sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation
sont exprimées en terme logarithmique. Il faut les retrouver avec leurs valeurs réelles dans leurs équation

A partir de l’équation trouvée on remplace x par 11 et par 12

A partir de l’équation trouvée on remplace x par 11 et par 12 23

Soit un accroissement de ventes trimestrielles de 99,2%. les prévisions du 3 ème trimestre et du 4ème trimestre de l’année 3

x = 11

x = 12

Y11 = 55 000 x 1,992 = 109 560 unités Y12 = 109 560 x 1,992 = 218 243 unités

B- Prise en compte des variations saisonnières :

L’étude de tendance générale ne suffit pas toujours à faire des prévisions à court terme. D’autres méthodes permettent de tenir compte des variations particulières.

1) Méthode des totaux mobiles

2) La technique des coefficients saisonniers

2) La technique des coefficients saisonniers

a- calcul des coefficients saisonniers à partir de la moyenne annuelle (voir cas « Marmotte »)

a= Xi Yi / Xi²

2) La technique des coefficients saisonniers

a- calcul des coefficients saisonniers à partir de la moyenne annuelle (voir cas « Marmotte »)

a= Xi Yi / Xi²

xi

yi

Xi

Yi

Xi Yi

Xi ²

1

1 350 000

-1,5

-404 000

606

000

2,25

2

1 621 000

-0,5

-133 000

66

500

0,25

3

1 900 000

0,5

146

000

73

000

0,25

4

2 145 000

1,5

319

000

586

500

2,25

Total

 

1 332 000

5

X barre= 10/ 4 = 2,5

a= xi yi / xi² = 1 332 000/ 5 = 266 400

b= y barre- ax barre

b=1 754 000 – (266 400 x 2,5) = 1 088 000

Y barre= 1 754 000

y= 266 400 x +1 088 000

N+1

Pour l’année 2005

Y

= 266 400 x 5+1 088 000

Y

= 2 420 000

Les prévisions de vente pour l’année N+1 sont de 2 420 000.

28

Moyenne 1 er trimestre = (525 000 + 630 000 + 665 000 + 860 000) /4

= 670 000 Moyenne 2 ème trimestre = 88 3000 /4 = 220 750 Moyenne 3 ème trimestre = 465 000 Moyenne 4 ème trimestre = 398 250

Moyenne trimestrielle des 4 années : 1 754 000/4 = 438 500

Coefficient du 1 er trimestre = 670 000 / 438 500 =1,53 Coefficient du 2 ème trimestre = 0,5 Coefficient du 3 ème trimestre = 1,06 Coefficient du 4 ème trimestre = 0,91

1,53 veut dire qu’on vend au premier trimestre 53% de plus que la tendance générale.

Le 2 ème trimestre on vend 50% de moins que la tendance générale.

Les prévisions de vente pour l’année N+1 sont de 2 420 000

d’après l’équation

y= 266 400 x +1 088 000

Moyenne trimestrielle de l’année N+1= Y/4 = 2 420 000/ 4 = 605 000 Prévisions trimestrielles :

2 420 000/ 4 = 605 000 DH

 

Prévisions N+1

Calculs

Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4

925

650

(605 000 x 1,53)

302

500

(605 000 x 0,5)

641

300

(605 000 x 1,06)

550

550

(605 000 x 0,91)

Total

2 420 000

Exemple :

L’étude des ventes d’un produit durant les trois années passées à permis d’établir l’équation des moindres carrés caractérisant la tendance générale. Cette équation est la suivante :

Y= 0,2x + 350

CHAPITR II Standards et coûts préétablis:

Cas du budget de production

A- les prévisions : Elaboration d’un programme de production

1- Mise en évidence des contraintes :

Matérielles (en relation avec les budgets des investissements)

Matières premières

Main d’œuvre

2- Elaboration du programme de production

3333

B- Budgétisation de la production

1- présentation des couts standards et couts préétablis

D’après le plan comptable général, un coût préétabli est « Le cout

évalué a priori, soit pour faciliter certains

analytiques, soit pour permettre le contrôle de gestion par

l’analyse des écarts. »

traitements

Principes des coûts préétablis

Chaque élément du coût préétabli résulte de la multiplication d’une quantité standard par un prix standard.

– On appelle standard une norme physique (temps, poids…) ou monétaire (coût d’achat d’une unité de matière, taux horaire d’un salarie…) utilisé pour calculer un coût préétabli.

3434

IL S’AGIT DONC, D’ETABLIR DES COUTS PREVISIONNELS CONSIDERES comme

NORMAUX.

Un coût prévisionnel normal est appelé standard

Un standard peut être soit élémentaire soit élaboré

Un standard peut être soit interne soit externe (norme ISO)

on aura à déterminer les standards suivants :

standards des matières 1ères

standards de MOD

standards des charges indirectes (centres d’analyse)

EXEMPLE : FICHE DE COUT DE PRODUCTION UNITAIRE PREETABLI

ELEMENTS

QUANTITE

C.U

MONTANT

 

Charges directes -Matières premières -Produit intermédiaire -MOD

2

60

120

2

100

200

0,5

20

10

Total direct

   

330

Charges indirectes :

     

-centre découpage -centre assemblage -centre finition

2

120

240

0,5

40

20

1

10

10

Total indirect

   

270

Coût total

   

600

       

3636

Détermination des standards des

charges indirectes:

Coûts préétablis des frais de section

Notion de budget flexible

Exemple

L’activité d’un centre d’analyse est mesuré en heure de main d’œuvre direct. Son activité normale est 1 000 heures

Les charges supportées par cette section sont :

Dotation aux amortissements

5 000

Patente

200

Salaires des ouvriers

10 000

Transport

2 000

Salaire de l’administration

4 800

Energie

6 000

Entretien

3 000

1- Calculer les charges fixes et les charges variables de cette section et calculer le coût d’unité d’œuvre

2- Etablissez le budget flexible pour une activité de 500, 1000, 1200, et 1500 heures

3838

Solution

Charges fixes = 5 000 + 200 + 4800 =

Charges variables = 10 000 + 2 000 + 3 000 + 6 000 = 21 000

Charges variables unitaires = 21 000 / 1 000 = 21

10 000

Etude de Cas N°1 : Cas de l’entreprise « DETENTE »

L’entreprise « Détente », spécialisée depuis sa création dans la fabrication de meubles, a décidé de réaliser des ensembles de jardin en teck.

Prévisions

Etude des capacités de production

4040

41

III-: Budget flexible

III- : Budget flexible 4242

4242

IV- Fiche de coût préétabli UNITAIRE

IV- Fiche de coût préétabli UNITAIRE 4343

4343

Etude de cas N° 2:Etablissement d’une fiche de coût standards unitaire avec tableau de répartition des charges indirectes

Cas CAEL

4444

CHAPITR III : ANALYSE DES ECARTS

• Un écart est une différence entre un élément de coût réel et un autre prévisionnel (pour une même production)

• Ecart sur coût de production = coût réel – coût prévisionnel de la production réelle

4545

LE CONTRÔLE BUDGETAIRE

MODELE GENERAL D’ANALYSE DES ECARTS

ECART SUR RESULTAT

MODELE GENERAL D’ANALYSE DES ECARTS ECART SUR RESULTAT ECART/CHIFFRE D’AFFAIRES ECART/COUTS ECART/C.IND ECART/PRIX
MODELE GENERAL D’ANALYSE DES ECARTS ECART SUR RESULTAT ECART/CHIFFRE D’AFFAIRES ECART/COUTS ECART/C.IND ECART/PRIX

ECART/CHIFFRE D’AFFAIRES

ECART/COUTS

ECART/C.IND ECART/PRIX ECART/QUANTITE ECART/C.D ECART/VOLUME ECART SUR MIX ECART/V ECART/Q ECART/P ECART G
ECART/C.IND
ECART/PRIX
ECART/QUANTITE
ECART/C.D
ECART/VOLUME
ECART SUR MIX
ECART/V
ECART/Q
ECART/P
ECART G
ECART/V
ECART/B ECART/A ECART/RENDEMENT 47
ECART/B
ECART/A
ECART/RENDEMENT
47
4848

4848

1- Analyse des écarts sur coûts élémentaires

L’analyse des écarts fait soit en 3 sous écarts, soit en 2 sous écarts

4949

5050

5050

Exercice 1

Exercice 1 Pour sa production du mois de janvier, une entreprise dispose d’un stock de 3

Pour sa production du mois de janvier, une entreprise dispose d’un stock de 3 000 kg de matières premières à 16 DH le kg et effectue un achat de 12 000 kg au prix unitaire de 18 ,5 DH le kg. Elle prévoyait une consommation de 14 000 kg à 17 DH, or à la fin du mois, il reste 1 400 kg pour une valeur unitaire égale au CMUP. La matière première a été utilisée par les deux ateliers A et B pour respectivement 5 200 kg et 8400 kg alors qu’il était prévu de la répartir proportionnellement à 5 et 9.

Travail à faire

1- Calculer l’écart global sur la quantité et sur le prix au niveau de l’entreprise. 2 -Calculer l’écart au niveau de l’atelier A et B et faire votre commentaire

Cas N°2

L’entreprise utilise la méthode des coûts préétablis. Les consommations et les coûts prévus pour le mois de Mars ont été ainsi fixés pour une production de 10 articles C.

Matière première

: 6 kg à 5,5 DJ le kg

Main d’œuvre qualifié : 5h à 7,5 DH le Kg

Manœuvre

: 15 h à 3 DH le kg

Les dépenses réelles pour le code N°128 comprenant 125 articles C ont été les suivantes:

Matière première

: 77

kg à 446,6 DH

Main d’œuvre qualifié : 61 h pour un montant de 457,5 DH

Manœuvre

: 187,5 h pour un montant de 581,25 DH

Travail à faire

1- Calculer l’écart global entre le coût réel et le coût préétabli de la commande N°128 2- Analyser cet écart en :

Ecart / matières

Ecart / Main d’œuvre en indiquant pour chaque main d’œuvre la cause de l’écart.

2- Analyse des écarts sur frais de section

Pour analyser l’écart sur charges indirectes on doit a- d’abord établir un tableau comportant les budgets suivant :

- Budget réel

- Budget flexible

- Budget d’imputation rationnelle

- Budget préétabli

- Budget standard

b- Ensuite, calculer l’écart global et l’analyser en trois sous écarts

5353

5454

5454

Application La production de 6 600 unités « P » a coûté à l’entreprise 92 000 DH au niveau de la section « FINITION » avec 42 heures de travail. D’après les normes, on devrait produire 6 000 unités « P » à un coût « FINITION » de 90 000 DH (dont 40 000 DH frais fixes) avec 40 heures de travail.

1- Etablissement du tableau des budgets

Budget standard 40 heures

Budget

Budget Flexible 42 H

Budget dimp. Rationnel 42 H

Budget préétabli 44 H

Réel

42 H

FF =

 

FF=

FF =

FF =

FV=

ff=

FV=

FV =

FV =

fv =

 

(1)

(2)

(3)

(4)

Remarque :

Le budget flexible et le budget d’imputation rationnelle sont calculés pour l’activité réelle de la section. Dans notre exemple 42 heures.

2- Analyse des écarts :

Ecart Global = Budget Réel – Budget Préétabli

Ecart Global = 92 000

– 99 000

= (-) 7 000

Ecart Global = 92 000 – 99 000 = (-) 7 000

Analyse de l’écart global

Ecart sur budget=Budget Réel–Budget Flexible = 92 000- 92 500 = - 500 (fav)

Ecart sur activité = Bud flexible – Bud d’I. Ra = 92 500 – 94 500

Ecart sur rendement = BIR – B. Préétabli = 94 500 – 99 000

=- 2 000 (fav)

= - 4 500 (fav)

Ecart Global

= -7 000 (fav)

Etude de cas

La société NEJMA qui est spécialisée dans le traitement d’olives en conserve utilise la méthode des coûts préétablis

Prévisions :

Le coût standard unitaire pour une boite de conserve d’olives se compose ainsi

Olives

M.O.D

Frais de l’atelier traitement

Ces prévisions ont été faites sur la base d’une activité normale mensuelle de 1 500 boites

d’olives.

: 2,5 kg à 4 DH le kg : 1 heure à 3.5 DH l’heure : 2 heures machines à 2 Dh l’heure dont 1.5 DH de charges variables

Réalisations du mois de décembre

Production du mois de décembre : 1 600 boites d’olives

Olives consommées

M.O.D

Frais de l’atelier traitement 7 200 DH pour une activité de 3 400 heures/machine

T.A.F :

: 3 950 kg à 4.3 DH le kg : 1 620 h pour 3.2 DH l’heure

Présenter un tableau de comparaison entre le budget réel et le budget préétabli

Analyser les écarts sur olives

Analyser les écarts sur atelier de traitement

Centres d'intérêt liés