Vous êtes sur la page 1sur 78

Bound By Law ©2006 Keith Aoki, James Boyle, Jennifer Jenkins

Cette œuvre pourra être utilisée dans les termes du contrat Creative Commons
Paternité, Pas d’utilisation Commerciale, Partage à l’Identique des Conditions Initiales
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/
Dès lors que vous adhérez à ce qui suit, cette licence vous laisse une grande liberté, notamment en
ce qu’elle vous permet de copier et d’exploiter le livre, pourvu que l’exploitation ne soit pas de
nature commerciale, sans en demander l’autorisation ni s’acquitter de droits.

Vous êtes libres :


• de reproduire, distribuer et communiquer cette création au public
• de modifier cette création

Selon les conditions suivantes :


•    Paternité. Vous devez citer le nom de l’auteur original de la manière indiquée par
l’auteur de l’oeuvre ou le titulaire des droits qui vous confère cette autorisation comme suit :
Bound By Law ©2006 Keith Aoki, James Boyle, Jennifer Jenkins.

•    Pas d’Utilisation Commerciale. Vous n’avez pas le droit d’utiliser cette création à des
fins commerciales.

•    Partage à l’Identique des Conditions Initiales. Si vous modifiez, transformez ou


adaptez cette création, vous devez distribuer l’oeuvre résultante sous un contrat identique à
celui-ci.

• À chaque réutilisation ou distribution de cette création, vous devez faire apparaître clairement
au public les conditions contractuelles de sa mise à disposition.
• Chacune de ces conditions peut être levée avec l’autorisation du titulaire des droits sur cette
oeuvre.

Rien dans ce contrat ne restreint le droit moral des auteurs ou l’utilisation raisonnable du copyright.

Traduction française : Audrey Bouquin, Stéphanie Garnier, Marion Honoré, Elisabeth Lefeuvre,
Pierre-Etienne Lenoir, Mélanie Luneau, Aude-Axelle Mainguy, David Moreau, Nolwenn Pennec,
Sophie Picardat, Dimitri Prokhorov, Jean-François Le Ruyet (Enseignant coordinateur du projet).
Master propriété intellectuelle 2008–2009. Faculté de droit, Université de Nantes (France).
Avertissement :
Cette bande dessinée traite des problèmes de droit rencontrés par les documen-
taristes aux Etats-Unis. Le droit américain et le droit français étant considérable-
ment différents, ce livre ne constitue en aucun cas un guide des règles juridiques
qui régissent les droits d’auteur audiovisuels en France. Pour autant, les deux
pays partagent un certain nombre de problèmes et de concepts juridiques, et le
droit des Etats-Unis influence – pour le meilleur et pour le pire-le marché mon-
dial de la culture. En conséquence, nous espérons que cette traduction servira à
informer le public et à contribuer au débat sur la création et les droits d’auteur.
Bienvenue au centre ...
Le Centre d’Etude du Domaine Public !!!
Ce soir nous allons parler d’un sujet qui
effraie même les plus vaillants d’entre nous.
Non pas LA MORT, non pas LE MAL.

LA LOI !!!!!!!

Entrez donc ...

Notre sujet
est ...
Chaque épisode de notre petite série Nos guides ? D’étranges silhouettes qui
sur les arts porte sur l’étude d’une habitent ces zones d’ombre. Leur seul but
zone d’ombre à la frontière du droit : dans l’existence est une quête obsessionnelle
pour dessiner cette fameuse limite, comme
un mystérieux royaume où chacun est
s’ils étaient frappés d’une terrifiante
libre d’utiliser gratuitement malédiction qui les obligerait à dresser la
les œuvres sans en carte des LIMBES.
demander la
permission.

Montrez-vous, je vous prie !!!


Salut

Salut
Et quel sera l’objet de L’animation? La bande dessinée?
La musique?
notre étude ce soir ?

NON...
Ce soir nous nous intéresserons à la
rencontre des arts et de l’histoire, du
Nous étudierons le film
reportage et du long métrage ... documentaire ...

He
He
He

Commençons
donc.
Les documentaires sont le témoignage de notre culture. Celle-ci est
remplie de toutes sortes d’objets protégés par la propriété intellectuelle ...
musiques, images, photographies ...

On demande S’acquitter des


parfois aux droits consiste à
en identifier le
réalisateurs de titulaire et obtenir
son autorisation
s’acquitter de droits contre paiement
sur ces fragments ou non.
de culture même
s’ils n’apparaissent
qu’accidentellement.

Comment la loi doit-


Mais les elle tracer la frontière
réalisateurs de films documentaires entre le besoin qu’ont
ne sont pas seulement confrontés au droit les réalisateurs de
d’autrui, ils sont aussi en position de faire documentaires de décrire
une culture foisonnant
valoir les leurs. Ils peuvent vouloir qu’on d’objets protégés, et la
les paie ou qu’on les protège contre protection de leur propre
certaines utilisations travail ?
de leurs images.
Ecoutons
l’opinion d’une
réalisatrice.

Je vous
présente
AKIKO.
Salut ! Je voulais réaliser un film sur New York, est un vaste sujet ...
un jour ordinaire à NEW YORK.

Je voulais laisser
parler la ville
dans mon
film. Le fossé entre riches
et pauvres, le mélange
entre culture d’en haut
et celle d’en bas, la
comédie (ou tragédie)
humaine.
...Ex
nihilo

Memory ...

Les théâtres de Les galeries


Broadway ... d’art ...

Les graffiti Dois-je


du métro Les musiciens
de rue ... partout chercher
Là, ça va, les droits?
j’imagine.
Les sons
et les
images de
la ville. Pretty
woman,
walking
down the
street

I did it
my way ...

Peintures, musiques,
sculptures ...
Toutes sujettes à
droits d’auteur ?
Ah ha hush
that fuss

Joue nous quelque


chose, le pianiste.

Pourrais-je
garder ces
séquences ?
C’est un vrai terrain miné.
J’ai peur qu’un copyright
m’explose à la figure.

Comment
saurais-je
ce qui est
protégé ?
Il est plus
Et qui en difficile qu’autrefois
détient les de répondre à cette Il y a
droits ? question. 25 ans le
copyright ne
protégeait les
œuvres que si
l’auteur incluait
la mention :
Une
mention ©AKIKO,2009.
qui pouvait
donner des
réponses.
Mais la loi a Seules les œuvres
changé. Les œuvres publiées avant 1923 et
bénéficient désormais celles produites par le
d’une protection gouvernement fédéral
automatique. font clairement parti
du domaine public,
avec expiration
En l’absence de Les droits Quoi ? des droits.
la mention ©, il sur certaines
te revient œuvres ont-il 1923 ?!
de chercher expiré ?
le titulaire Donc, mon
des droits. film devrait
être vidé du
contenu protégé
ces 80
dernières
années?
Beaucoup d’œuvres publiées entre Mais retrouver ces informations peut
1923 et 1977 sont dans le domaine prendre beaucoup de temps pour rien.
public parce que leurs auteurs Donc les artistes présupposent souvent
n’ont pas rempli les formalités que les œuvres sont protégées.
de déclaration ou de
renouvellement.

D ROI T D’AUTEUR
ION
PROTECT
D E C REATION
DA T E est fixée sur
Quand l’œuvre
u 1/1/1978 ngible
Créé à co m pte r d un support ta
ment*
ou postérieure

Publié avant 1923 Dans le domaine public

Publié entre 1923 et 19 Quand publié avec la mention cop


63 yright
(Les œuvres publiées sans mention
appartiennent au domaine public)
Publié entre 1
964 et 1977 Quand publié
avec la mentio
(Les œuvres p n copyright
Créé av ubliées sans m
ant le 1 appartiennent ention
mais no /1/1978 au domaine pu
n publié , blic)
Créé a A compte
vant le r du 1/1
en vigueu /1978, d
entre 1 ate d’ent
1978 e /1/1978, ma r du Cop
yright A rée
t le 31 i
/12/20 s publié ct de 19
76
02
Créé a A comp
vant le ter du
après 1 1/1/197
le 31/1 /1/1978 et 8
2/200 publié
2
A com
pter d
u 1/1/
1978

Basé sur la liste du professeur Lolly Gassaway: “When U.S. Works Pass into the Public Domain.”
*Les œuvres publiées sans autorisation entre le 1/1/78 et le 1/3/89 n’ont conservé les droits d’auteur que si l’absence d’autorisation a été
rectifiée.
S
EXEMPLE

PROT ECTION
E
DUREE D les s (pour personnes
u r + 70 a n 95 a n s
Vie de l’auteles auteur anonymes, 0 ans à
morales et de la publication ou 12
à compter la création)
compter de

AUCUNE

95 ans après la publication, mais, si le


copyright n’a pas été renouvelé, l’œuvre
est dans le domaine public

95 ans après la date de


publication

Vie + 70 an
s

Vie + 70
an
31/12/20 s ou jusqu’au
02 (la da
plus éloig te la
née)

Vie + 7
0 a ns

Basé sur la liste du professeur Lolly Gassaway: “When U.S. Works Pass into the Public Domain.”
Donc la seule façon Le copyright admet certaines Les utilisations marginales
d’utiliser des œuvres exceptions, comme le ‘Fair Use’ de courts extraits protégés
devraient être autorisées
sans en demander qui permet la critique et le mais les titulaires de
l’autorisation consiste à commentaire, entre autres ... droits, les distributeurs, les
voir si elles appartiennent assureurs ont parfois une
au domaine public ? conception très étroite du
Fair Use, ce que ne dispense
pas de les consulter.

Pour nombre d’artistes,


la question du Fair Use
tient de la roulette ...

... ou d’un
jardin des délices
surréaliste.
Le réalisateur Jon Else a connu des Il a dû couper et remplacer
problèmes d’autorisation avec « Sing Faster » , quatre secondes et demi des
son documentaire sur le regard porté par les Simpsons, filmés par accident
machinistes de la tétralogie de Wagner.
dans l’une de ses scènes.
Else fait d’excellents
documentaires. J’ai
adoré « Open Outcry » . Les Simpsons ?
Quels problèmes ?

Les machinistes
jouaient aux dames
dans les coulisses
pendant l’opéra, et
les Simpsons passaient
en arrière-plan sur une
télé. Matt Groening n’a
rien dit, mais la Fox a
demandé 10 000 $ de
droits pour ces quatre
secondes et demi.
Eh bien ! Uniquement parce
Il s’agissait clairement de Fair Use, mais que les Simpsons
on a prévenu Else que la Fox rendrait très passaient à la télé
coûteuse toute action en justice.
dans le bar que j’ai
filmé, il faut que je
Il a coupé l’extrait,
même s’il le pensait paie des droits ?
pertinent.

Même si je ne les
utilise pas délibérément
et veux juste transcrire
la réalité ?
Le Fair Use devrait signifier que tu n’as pas
besoin d’une autorisation pour les scènes filmées
par accident, mais c’est souvent bien différent
dans la pratique.

L’expérience de Jon Else


est loin d’être unique.

Un portable
sonne dans « Mad
Hot Ballroom » , un film
sur des gosses pendant
un concours de danse
à New York, un film de
Marilyn Agrelo et Amy
Sewells. La sonnerie ? Le
thème du film « Rocky » .
Un bel exemple de
Mais EMI qui détient ‘Fair Use’ .
les droits sur la chanson
de Rocky a exigé ...
devine combien ? Dans une autre scène, elles filmaient
10 000 $ un match de foot quand un joueur a hurlé :
« Everybody Dance Now » , un extrait des
Aucune idée. paroles du tube de C&C.
Combien ?
Warner Chapell a exigé 5 000 $
pour le seul usage de ce vers.

Elles ont
finalement négocié
de meilleures conditions
pour la sonnerie de
« Rocky » , mais elles
ont éliminé la réplique
sur la danse, même si
ça collait bien au
thème du film.
Dans « The First Year » , un Le prof a monté le son et Le réalisateur Davis
documentaire de PBS sur la demandé à sa classe d’écouter. Guggenheim n’a pas pu
première année d’enseignement Les élèves ont levé les yeux négocier les droits pour
de profs des écoles publiques au ciel. Ce n’était pas leur
de Los Angeles, « Stairway cette chanson et a dû
to Heaven » de Led Zeppelin
musique. Une scène clé : la couper.
passait à la radio dans un le fossé des générations
minibus plein d’élèves qu’un en direct.
enseignant emmenait en sortie.

Oh ! la la. C’est démoralisant. Bon, tu pourrais invoquer le


J’ai beaucoup de musiques en Fair Use pour les conserver
fond sonore dans mon film.
dans ton film ...
Je ne les ai pas choisies.
Elles étaient seulement là
au moment où je tournais. Quelles sont mes alternatives ?

Ou tenter de trouver les détenteurs des Ou la doubler avec de la musique appartenant


droits et leur demander la permission ... au domaine public.
Hum ... Voyons ... On remplacerait la
Le joueur de saxo chanson de Roy Orbison
dans le métro jouerait du musicien de rue par
du Mozart à la place « Oh Susannah » ...
de « New York,
New York » ?

... et les airs de hip-hop qui se font Le vendeur de hot-dogs chanterait


concurrence dans Times Square par « Yes, We Have No Bananas » plutôt
John Philip Sousa ? que « My Way » ...

Akiko ... euh ... cette chanson C’est un problème. La musique a une


devait tomber dans le domaine telle importance dans ces scènes que la
public en 1999, mais le Congrès changer modifierait vraiment le film.
a repoussé le terme de
vingt ans ... Hmm ...
Tout ça
flanque un
peu la trouille,
comme si
je faisais
disparaître
tout ce qui
est protégé
dans la
culture de
N.Y.
Et ces changements risquent d’en Alors ... aujourd’hui on ne
entraîner d’autres. Cette musique peut plus faire confiance
supprimée, impossible de aux documentaires ?
l’évoquer plus tard.

C’est dingue !
Comment peut-on
faire des films, si
on passe notre temps
à les couper, les
recouper au montage
et à craindre le
moindre procès ?

Par exemple
dans « Depeche Mode
101 » , une boîte à
musique jouait “Toute
la pluie tombe
sur moi”.

Je n’y crois pas. Les documentaires


d’autrefois ont aussi dû subir ça ?

Les réalisateurs ont dû la remplacer par « London


Bridge Is Falling Down » car ils n’avaient pas les
moyens de se payer les droits.

Et reprendre
la musique de fond pour
y intégrer la nouvelle
mélodie.
Non, les choses ont changé. Et la loi ne Mais beaucoup de facteurs – nouvelles
pousse pas nécessairement dans ce sens. technologies ... nouveaux marchés – ont contribué
Le ‘Fair Use’ permet aujourd’hui un certain au développement d’une “culture des droits”.
nombre d’usages.

Si tu regardes la fin de
« Don’t Look Back » , le
documentaire de D.A.
Pennebaker sur Bob Dylan,
sorti en 1967, tu remarqueras
qu’il n’y a pas les dix minutes
de crédits musicaux présents
aux génériques d’aujourd’hui.
Il n’y
a pas si
longtemps,
personne Il était admis que le
n’insistait copyright ne couvrait pas
pour le toutes les utilisations
paiement des de l’œuvre.
utilisations Désormais, beaucoup
accessoires.
considèrent ces droits
comme absolus !
Pas d’autorisation à demander.
Tu te souviens des Dans les années 70,
Monty Pythons ? Terry Gilliam a emprunté
Bien sûr, pourquoi   ? des centaines d’images pour
ses animations dans les
Monty Pythons.

On raconte
Les temps changent. Vingt ans qu’il aurait
versé
plus tard, un tribunal a bloqué la cent mille
distribution du film « L’Armée des douze dollars
singes » au motif que Gilliam s’inspirait d’un pour
pouvoir le
dessin protégé pour un de ses décors. montrer.

Quelle ironie ! Et imagine


Le comble, c’est que les Monty Pythons sans
Terry Gilliam a aussi dû payer leurs collages !
pour un arrière-plan où l’on voyait
une photocopie de « La Cène » ,
de Léonard de Vinci,
revue par
Warhol.
Ces changements ont eu un effet en
cascade. Dès que les gens durent payer
pour se servir de quelque chose,
ils tentèrent d’obtenir le versement de
droits pour tout usage de
leurs œuvres.

C’est un
cercle vicieux !

Et ça ne touche pas uniquement


les extraits accidentels.
Le prix des documents inclus
par choix, telles les archives
cinématographiques, est
monté en flèche.
Ajoutes-y le coût de la recherche
des ayants droit dans la jungle du
copyright, tu arrives à un gros
budget.

Moi qui croyais que les faibles


coûts numériques favorisaient la
démocratisation de la production
audiovisuelle !

Et « Tarnation » , le
documentaire présenté à Cannes
avec un budget de production
de seulement
218 $ ?

Oui, ce chiffre a retenu l’attention, mais le film coûte au final plus


de 400 000 $, essentiellement
pour l’acquittement de droits.
*The times Tout le monde n’accepte pas cette “culture des droits”. D.A. Pennebaker,
They par exemple, a vu beaucoup d’artistes reprendre son idée de la scène
are A- des pancartes avec les paroles dans « Don’t Look Back » . Il a trouvé
 cette sorte d’emprunt tout à fait correcte.
changin’
back.

ou
Et il ne vous demander la Les réalisateurs admettent
faut pas toujours permission. souvent que certaines situations
payer ... relèvent d’un usage raisonnable,
y compris les utilisations
accidentelles.

Par exemple dans


le film « The War
Room » de Chris
Hegedus et D.A.
Pennebaker,

Ils n’ont pas


Ross Perot quitte la course et Patsy Cline chante « Crazy »
demandé la
présidentielle de 1992 ... en fond sonore à la télé.
permission, c’était
du ‘Fair Use’ !
« Ah, je trouve
ça fascinant ». CRAZYYYY !!!

*Les temps changent et font marche arrière.


Et puis, il y a aussi En s’appuyant sur le ‘Fair Use’, Robert Greenwald a largement
les usages critiques ... utilisé des séquences du JT de Fox News dans son documentaire
à charge « Outfoxed ».

Pour débattre
du racisme dans les
médias, « Bowling for
Columbine » utilise
sans autorisation une
séquence où l’on voit
des présentateurs de JT
avertir le public de la
présence de suspects
de couleur noire.
Et aucune de ces utilisations
n’a été contestée !

En réalité, plusieurs
associations de réalisateurs ont
écrit ensemble un catalogue
des bonnes pratiques du
‘Fair Use’ pour clarifier la
manières dont les professionnels
Les réalisateurs peuvent changer cette culture des “droits” l’interprètent dans leur
en s’informant davantage sur le ‘Fair Use’. Et même en utilisation quotidienne.
rédigeant une charte de son utilisation raisonnable.
Les artistes ont aussi des Mattel a attaqué l’artiste La Cour décida que
Tom Forsythe pour avoir cette œuvre était
armes contre les refus abusifs une parodie, un cas
détourné l’image des
de ‘Fair Use’. poupées Barbie.
de ‘Fair Use’.

“Barbie
Ainsi Forsythe “Barbie ou au pays En fait, dans ce cas, un
Margarita” de
pouvait faire des Cocagne”! juge estima que l’action
images telles que ... de Mattel était ...

“objectivement
déraisonnable
et frivole” ...

et adjugea
même les dépens
à Forsythe.
Le juge conclut
que ... Bref,
écoutons-le ...

« Il apparaît que le demandeur a entraîné le


défendeur dans un litige coûteux afin de le
décourager d’utiliser l’image de Barbie dans ses
œuvres d’art. ... C’est exactement le genre de
situation dans laquelle la Cour doit condamner
le demandeur aux dépens afin de dissuader
ce type d’action, contraire à l’esprit de
la loi sur le copyright. »
D’accord. Donc, j’ai certains Normalement, tu achètes
droits en vertu du ‘Fair Use’. Pour ces droits à travers une
d’autres utilisations, je peux m’en licence. Ces licences peuvent
sortir si je peux payer, c’est ça ? expirer. Ton film ne sera
alors plus distribué, sauf
Pas si tu es prête à payer
exactement. pour les renouveler.

Quoi ? Alors les licences


que je peux obtenir pour
des musiques de ma bande
originale, des photographies,
ou des clips vidéo
peuvent expirer ?
Oui et assez
rapidement.
Obtenir des droits « à perpétuité »
coûte cher. Les réalisateurs qui
disposent de fonds limités doivent souvent
opter pour des licences à court terme.
« Eyes on the Prize », le fameux documentaire
sur la conquête des droits civiques, a Je voulais acheter
disparu de la circulation car les coûts de « pour
Eyes on the Prize »
le montrer à
renouvellement de ces licences était mes enfants. Je
trop prohibitifs pour n’arrive pas à croire
le producteur. qu’il ait disparu
de la circulation.
C’est un
C’est décourageant. témoignage
Imaginez raconter l’histoire important sur
de la conquête des droits notre passé.
civiques dans les années
50 et 60 sans Peut-on
musiques ni revendiquer
documents de des droits sur
l’époque. l’Histoire ?
Mais ensuite, ou transpose cette philosophie du
Ironiquement, une raison pour laquelle les “péage obligatoire” aux films moins rentables
droits de licence augmentent vient de la commercialement, comme ceux sur la réforme de
popularité des documentaires et du nouveau l’école publique ou des hôpitaux psychiatriques.
marché des images d’archives. Les réalisateurs
de documentaires à succès, comme ceux sur
Marilyn Monroe ou sur le débarquement en
Normandie, peuvent sûrement se permettre
quelques frais supplémentaires.

Parfois, les personnages historiques sont On peut


comprendre vouloir
impliqués. Les descendants de Martin Luther protéger le
King Jr. ont vigoureusement revendiqué un Dr. King.
droit d’auteur sur les discours, les photos
et les interviews du Dr. King. Cela
a entraîné d’importants obstacles
pour ces documentaires
tels que « Citizen King »
d’Orlando Bagwell. Mais
toutes les
règles qui
s’appliquent à
Martin Luther
King Jr. vont
aussi s’appliquer
à David
Duke.*
Est-il souhaitable de
donner aux titulaires du
copyright un veto sur
l’Histoire ?

*Ex grand sorcier impérial du Ku Klux Klan.


Une histoire qui J’ai l’impression Notre culture
Et vous serait agressée
disparaît, des d’être dans une
procès frivoles. ...
savez mauvaise B.D. de par ...
Ce système n’a quoi ? super héros ...
aucun sens.

Un “monstre
juridique” fou et
incontrôlable.

Comment en
sommes-nous
arrivés là ?
Quel est
le but du
système ?
Le copyright
est-il
réellement
mauvais
pour les
artistes ?
Pas du tout. Écoute, un petit rappel.
Le copyright américain protège huit
types d’œuvres dès qu’elles sont fixées
sur n’importe quel support tangible.

Mais
souviens-toi
le copyright
ne protège
pas les
idées,
seulement
leur
expression
concrète ...

Dessins, Œuvres
Spectacles peintures, architecturales.
Œuvres Œuvres et sculptures ... Films ... Enregistrements
Œuvres musicales ... sonores ...
littéraires ... théâtrales ... chorégraphie ...

La Constitution donne
pour objectif au
copyright d’encourager
les gens à faire et
diffuser de nouvelles
œuvres.

Pour ce faire, la loi faire des distribuer exposer exécuter


copies ... adaptations,
publiquement ... publiquement publiquement ...
sur le copyright donne traductions ... et ...
aux auteurs, y compris
aux réalisateurs, le
droit exclusif de ...

et autres leurs
œuvres œuvres.
dérivées ...
Chacun de ces droits permet à son titulaire Que se Imagine-toi
d’exercer un certain type de contrôle. passe-t-il sans copyright
ici ?
C’est une sur ton film.
bonne chose,
non ?

Si tu envoyais Par ici, Et si quelqu’un


une copie de ton le bon
documentaire à film ! le diffusait sur
PBS, qu’est-ce qui Internet sans ton
les empêcherait Hé ! autorisation ?
de le diffuser
sans te payer ? Il est
à nous
Comment maintenant!
ça ?

A boire ... Vite.
... ou le vendait
sur e-bay sans
te verser de
droits ? ...

... ou si l’office du tourisme


de New York en utilisait un
extrait de cinq minutes pour
faire de la pub à la ville ?

PRENDRE SES VACANCES


A NEW YORK
Par
AKIKO
(enfin, presque)
présenté par
l’Office de Tourisme
de New York.
Le copyright te donne le choix Tu peux choisir d’offrir ton œuvre sur Internet
d’exercer ce contrôle à ta guise. sous une licence Creative Commons uniquement
pour une utilisation non commerciale qui
reconnait ton droit à sa paternité.
Pas d’utilisation
commerciale ... Paternité. ...

Pour plus
d’informations : http://fr.creativecommons.org

Creative Commons est une organisation à but non lucratif qui offre un copyright flexible sur les créations.

Les réalisateurs
transfèrent souvent leurs
droits à d’autres, distributeurs
ou investisseurs. Le copyright
permet aussi de protéger leurs
droits et les encourage à faire
affaire avec toi. ...
Tu pourrais passer Projeter ton film au Le faire
un marché avec PBS festival international distribuer en
ou HBO ... du documentaire ... salles de cinéma.

Festival
internation
al
documenta du
ire

Un jour à
New York
Donc, le copyright t’accorde des droits pour Les artistes croient parfois
le contrôle et la rémunération de l’exploitation vouloir bénéficier d’un maximum
de ton œuvre. de droits protégés par
le copyright.
Au mieux,
il produit un
bon système
de créativité
décentralisé.

C’est peut-être idéal du point de vue bénéfice, mais


qu’en est-il des coûts de production ?

Si tout est protégé


par le copyright, où puiser
alors ta matière première ?

Le système du copyright essaie aussi de donner aux


artistes l’accès aux matériaux dont ils ont besoin
pour leurs créations.
Qui
est-ce ?
Le juge Alex Kozinski,
de la Cour d’appel fédérale
américaine du 9ème circuit.

Le juge Kozinski a déclaré : « Surprotéger la propriété intellectuelle


est aussi dangereux que la sous-protéger. La créativité est impossible
sans un domaine public conséquent. La surprotection étouffe les forces
les plus créatrices alors qu’elle est censée les entretenir. »

Le juge explique : « Rien aujourd’hui, Hmm ...


presque rien depuis que nous avons apprivoisé
le feu, n’est véritablement nouveau :
la culture, la science et la technologie
évoluent avec l’agrégation des productions,
chaque nouveau créateur construisant à partir
des œuvres de ses prédécesseurs. »
Alors, la loi sur le copyright ne Le copyright protège
fait pas qu’interdire ? aussi les droits des
utilisateurs et des
futurs créateurs.

Pour encourager
la créativité, la loi
sur le copyright doit
trouver un équilibre.
Pas du
tout !

Permettant aux artistes de protéger Tout en assurant la disponibilité des


leurs œuvres. matériaux pour les futures créations.

Cet équilibre est trouvé de plusieurs


façons. Certaines choses, tels les faits
et les idées, ne peuvent en aucun cas
être protégées par le droit d’auteur.
Pourtant, quand tu tournes un film, tu captures malgré toi
des œuvres protégées par le copyright.

Alors ...

Une catégorie
souple qui te permet
souvent d’utiliser des
œuvres protégées.
Fair Use

Pour rapporter des Pour faire des citations dans


informations ... le cadre universitaire ...

étayer la critique.
... faire une
parodie ...
Pour la recherche,
et plus encore !
... des photocopies
pour la classe.
La loi énonce quatre
critères à prendre
en considération.

e
i t im ar
76 e lég sé p en
19 ag éali moy de
l’ st r tre ues, ples
e u s
c td s e ,
6A ge e t au ritiq ulti t pa e
A u s
t i r 0
r i gh : Fa e t 1 usa tou e c es m n’es uvr r
06 tel par nt d copi he, ne œ idér
py e
o sifs 1
les u’un s ou me les her e d’u cons
c
C
x clu c
ar orsq me otam pris e re usag rs à
e t i c a
oits e s l m n d ’ si l fs
r m l u
s d pris ogr fins y co ou r si acte
a
xd n e e nt jecti
u io n ( r e f
sit com pho des tion ultu rmin , les
b
n sa o t a m m es o
tio isp e, y u de , à uca de c déte ime no it d
ti a d é cle d , r it e , su
i m u x
a t i r , ég e
o t i d ’é e) u ég
s o a g u r
on pro cop nt a lités cla ur. P age
s l s o à
07L t i l’u ’il p o rt
ce uvr n de rése ctua n e ’aut n u de ou s
§1 p e n e s pp
s a
r e e œ ctio le p , d’a satio oit d st u
x r
ue iale r ur
a
P un du s es ili dr r e st iq
r c pa le
d’ pro dan tair e ut de ulie ct éri me l isé
e
la va
re sé en ’un çon rtic ra o s m ut i
ur
vi mm e d refa pa s : ca st c ratif s r ti
e
ou
s
co vu ont cas ant les ge e luc g ée pa l
et usa on é e
en e c un uiv
n s t s l’ n p ro
t la ble t e nti
u n s es bu de ues e
d sem
da nt l s e q v res c e n é po
le ur i œu an son
e
rch
so .1 nat nom e s r t a
éc
o
ed m po a n s l em o ns
r ’i d r t i
n atu e t l gée e su d uc
la é ag ro
.2 d ue prot u s . e p
en e ’ e :r
’l ét uvr e l tégé s
.3 l’œ c
d
e pro s if t t it
n lu n
ide uvre e xc es é se
c r
l’in l’œ o its chiv l ep
r
4. de x d les a
r
an
s
u d
n s a s et a i re
ti uo e t r
ita thèq c on
L im lio t i on
i
1 08 bib p os
§ s
f di
u
) Sa
(a
Fair Use – Copie privée d’émissions télévisées.
La Cour suprême a décidé que la consommation différée, c’est-à-dire
l’enregistrement d’émissions télévisées dans le but de les visionner
ultérieurement, relevait du Fair Use, même si les utilisateurs de
magnétoscopes enregistraient des programmes entiers. Un des points clé
était que cette consommation différée se faisait à des fins privées et non-
commerciales. Ce qui signifie que les industries du film devaient prouver
un préjudice concurrentiel. La Cour a estimé qu'elles ne l’avaient pas fait
en l’espèce.

Voici de remarquables
cas de Fair Use ...

Jetons

nous
dedans !
Fair Use : une parodie rap de “Pretty Woman”
Le groupe de rap 2 Live Crew a fait une chanson intitulée “Pretty Woman” qui empruntait
le solo de basse, une grande partie de la mélodie et certaines paroles de la chanson
“Oh, Pretty Woman” de Roy Orbison, 2 Live Crew a été poursuivi pour deux raisons :
ils ont utilisé une partie essentielle de la chanson et à des fins commerciales. La Cour
suprême a jugé qu’il s’agissait malgré tout d’un cas de Fair Use et estimé que cette
chanson était une parodie. Elle « juxtapose les rêves romantiques d’un homme dont le
fantasme se réalise avec des railleries dégradantes, des allusions sexuelles et un soupir
de soulagement face à une absence de responsabilité paternelle. » Puisque la chanson
était une parodie, 2 Live Crew a aussi été autorisé à en copier davantage qu’à l’ordinaire.
En effet, les parodies doivent « recréer l’original » .

Dis
donc !
Fair Use :
une parodie
de « Autant en
emporte le vent »
du point de vue
d’un esclave.
L’auteur Alice Randall
a écrit une parodie de
«  Autant en emporte le
vent  » critiquant la vision
romantique de l'esclavage
et du Sud d’avant la Guerre
de Sécession. Pour ce
faire, elle s’est inspirée des
personnages et des scènes
protégées de « Autant en
emporte le vent » .

Honnêtement, ma chérie,
ils n’auraient pas dû tant
s’en faire !

La Cour d’appel a décidé


qu’il s’agissait d’un cas
de Fair Use : « Il est
difficile d’imaginer comment
Randall aurait pu critiquer
spécifiquement « Autant
en emporte le vent »
sans utiliser de nombreux
éléments protégés de
ce livre. Une parodie
est une œuvre qui
vise à commenter ou à
critiquer l’original en
s’en appropriant des
éléments » .
Ne relève pas du Fair Use : la publication
non autorisée en avant-première des mémoires
du Président Ford.

Lui n’est pas


un escroc ...

Mais
eux, si !

Le magazine Time accepta d’acheter les droits exclusifs pour publier


en avant-première des extraits de l’autobiographie de l’ex-président
Ford. Avant cette parution, la revue politique The Nation se procura
une copie non-autorisée du manuscrit. The Nation publia alors son
propre article, qui reprenait les 300 à 400 mots de l’autobiographie
de Ford sur sa décision de grâcier le Président Nixon. La Cour
suprême décida qu’il ne s’agissait pas d’un cas de Fair Use. Pourquoi ?
Les mémoires n’avaient pas encore été publiées, et les auteurs ont le
droit de décider du moment et de l’opportunité de la publication. La
Cour estima que The Nation s’était effectivement arrogé le droit de
première publication pour doubler le Time (qui abandonna finalement
son projet). La Cour estima également que l’extrait utilisé du livre de
Ford, bien que bref, était son "essence" – à savoir sa partie la plus
attendue et la plus prégnante.
Et en quoi tout ça me concerne ?
Et bien, les tribunaux reconnaissent le Fair Use quand les documentaires font du neuf de l’original
avec des extraits et qu’ils valorisent les objets protégés sans se contenter de les “piquer”.

Voici quelques exemples


reconnus de Fair Use.

Le documentaire « Les extraterrestres


envahissent Hollywood » a pu utiliser
trois extraits de 48 secondes au total
(1%) de « Invasion of the Saucermen »
pour parler des premiers films traitant
de la venue des extraterrestres et des
mensonges du gouvernement.

C’est un usage légal Pas de panique


tant que tu ne parles Madame, cet
pas de la Zone 51 !!! extrait ne montre
pas de vrais
OVNI. Seulement
un ballon météo
et des feux
follets ...

Une biographie de Peter Graves produite par la


chaîne A&E a pu utiliser vingt secondes (moins
de 1%) de « It Conquered the World » dont
Peter Graves est la vedette, afin de montrer ses
modestes débuts au cinéma.
Ce film, si vous
en reprenez
des séquences,
s’autodétruira dans
vingt secondes !
Une biographie de Mohammad Ali par la chaîne TBS a pu utiliser neuf à quatorze extraits pour un
total compris entre 41 secondes et 2 minutes (soit 0,7% et 2,1%) de « When We Were Kings » , un
documentaire traitant du combat “Rumble in the Jungle” qui opposa Ali à George Foreman au Zaïre
(les parties étant d’accord sur le nombre d’extraits, la Cour a repris la fourchette entre neuf à
quatorze).

Et ça, Mesdames et
Messieurs, c’est du
Fair Use !

Dans tous ces cas, Avec le Fair Use,


En plus, les extraits
la Cour a jugé que tu cites comme le n’étaient pas “l’essence”
ces utilisations étaient papillon, et tu piques des films dont ils étaient
“dérivées” puisque le but comme l’abeille !! tirés, et “trop peu
du film original était de nombreux et trop courts
distraire le téléspectateur, par rapport à l’ensemble”
alors que les documentaires pour concurrencer le
utilisaient les extraits à film original.
des fins de commentaire
et de critique.
Mais toute
utilisation d’extrait
dans un documentaire
n’est pas du
Fair Use.

« The Definitive Elvis » , un documentaire de seize heures qui vantait son intégrale des
prestations d’Elvis, se servait d’extraits du « Ed Sullivan Show » , du « Steve Allen
Show » et d’émissions télé consacrées à Elvis. La Cour a pensé que ces utilisations
allaient au-delà de la référence biographique et étaient juste la rediffusion d’un
divertissement, souvent sans interruptions ni coupures. Même s’il s’agissait de courts
passages de quelques secondes à quelques minutes, beaucoup étaient “le cœur” même
des émissions d’origine lors des interprétations par Elvis de ses chansons les plus
célèbres.

Ce n’était qu’un “Hound Dog”* qui Le boss lança : “Director – don’t you
me volait tous mes textes ! be no square, if you can’t show Elvis
use a wooden chair !”**

* titre d’une chanson d’Elvis


** “Fais pas l’idiot, le réalisateur. Si tu n’arrives
pas à montrer Elvis, prends une chaise en bois.”
Le Fair Use est un moyen de
concilier, dans la loi sur le
copyright, le besoin d’encourager
les créateurs et celui d’utiliser
du contenu pour créer et
commenter le monde.

La limitation
dans le temps en
est un autre.

En 1977, le terme était toujours de 28 ans, avec la


possibilité de renouveler la protection pour 28 ans.

Au début, les droits d’auteur expiraient au


bout de quatorze ans ...

Aujourd’hui, la limite a été repoussée à 70 ans après


la mort de l’auteur, 95 ans si l’auteur est une entreprise.

Dans les faits, ça interdit l’accès à une grande partie de la culture du 20ème siècle ... Chaque livre,
chaque film, chaque poème, chaque chanson est protégé pour une centaine d’années, sinon davantage !

14 + 14 28 + 14 28 + 28
ans ans ans ans ans ans
Aujourd’hui, 50 ans Plus
après + de
seules les
œuvres publiées la mort 20 ans
avant 1923 sont de l’auteur
clairement dans
le domaine
public.
Mais l’extension constante de ce terme semble produire l’effet inverse de celui prévu par la constitution. ...

Ça pénalise les artistes qui veulent utiliser des œuvres Ce terme plus lointain augmente aussi la pression
anciennes, même si le titulaire des droits est introuvable sur le Fair Use.
ou qu’il s’en fiche.

Traditionnellement, on avait une Désormais, l’équilibre entre ce qui est


fine couche de protection par protégé et ce qui ne l’est pas est rompu.
la propriété intellectuelle autour La loi sur le copyright risque de desservir
d’un vaste domaine public foisonnant. les intérêts des créateurs.

Une protection
peu étendue qui
ne durait pas très
longtemps.

Domaine
Loi sur le Public
copyright
Wouah !
Je me demande si
nous aurions eu les
documentaires géniaux
d’antan avec de telles
contraintes juridiques ?

A force d’y penser,


j’en perds l’équilibre !

Evidemment, tout ce que l’on voit, entend, filme ou


enregistre n’est pas susceptible de droits. Pourtant ...
J’hésite presque à demander ce Et bien, les questions de copyright
sont compliquées, mais les réalisateurs
dont il faut encore me méfier. peuvent aussi se heurter à des questions
de marque.

Tandis que le copyright protège le travail artistique,


le droit des marques protège les signes et logos qui
renseignent le consommateur sur l’origine des produits.

Par moments,
j’en ai la tête
qui tourne ...

Même quand ça
n’est pas requis
par la loi, les
réalisateurs sont
parfois contraints
de respecter les
marques.

QUOI ?

ON VIT
DANS UN
MONDE DE
LOGOS !

Impossible de filmer sans les avoir dans le champ !


Dois-je les flouter ? Les masquer ?
Non ! La recherche
de droits sur les signes
distinctifs peut être
faussée par ...
Vous
devez tout
faire valider !
de mauvais
conseils
juridiques ...

des cinéastes
trop timorés ...

un propriétaire
de marque
agressif ...

Et ce n’est pas le cas


lorsque le signe distinctif
apparaît accidentellement
dans votre film !

Mais pour
contrefaire une marque,
il faut généralement
agir avec l’intention
de provoquer la
confusion chez le
consommateur.
Même pour les longs métrages, Caterpillar a assigné Disney au motif qu’ils
les tribunaux reconnaissent utilisaient abusivement la marque dans « George
le droit de faire figurer des de la jungle 2 » .
marques déposées afin de
représenter la ‘réalité’.

La Cour
affirma :

Dans le film, le
méchant industriel
tente de détruire
la jungle de George
à coups de bulldozers
Caterpillar. Un tribunal
fédéral a refusé de
bloquer la sortie
du film.
« L’apparition au
cinéma et à la télévision
de produits de marques
bien connues est un
phénomène courant. »
Et l’autorisation des
gens filmés dans le
documentaire ?

Elle est normalement


exigée ... La vie privée est
un droit légitime.
On me demande ?

Mais le 1er
amendement de la Prenons
constitution offre le cinéaste
une sérieuse exception Michael
qui permet de filmer Moore ...
sans autorisation des
personnes liées à des
questions d’intérêt public.

Michael Moore a interviewé le frère de Terry Nichols, James Nichols,


dans le documentaire « Bowling for Columbine » . Moore a laissé
entendre que Nichols pouvait être lié à l’attentat d’Oklahoma City
( « Les fédéraux n’ayant pas assez de preuves contre James, les charges
ont donc été abandonnées » ). Nichols a attaqué Moore en diffamation,
et argué que “son droit à l’image” avait été violé. La Cour a décidé que, comme
le film portait sur une question d’intérêt public – la violence en Amérique – et
comme Nichols faisait partie de l’histoire de cet attentat à la bombe, la diffusion
de ses propos était protégée par le 1er amendement de la constitution.

Alors,
et mon
procès ?
Et quand le documentaire ne porte pas sur des questions
aussi controversées, certains Etats permettent aux
cinéastes d’utiliser l’image d’une personne sans son
accord, pourvu que le sujet concerne l’information
ou les affaires publiques. “Affaires publiques”
peut recouvrir bien des choses.

Un documentaire sur les débuts de Malibu


a montré des images du surfeur Mickey Dora.
Celui-ci a intenté un procès pour exploitation
de son image sans son accord.

La loi californienne
prévoit une exception
pour les affaires publiques,
et le juge a estimé que
le documentaire rentrait
dans le cadre de
cette exception. Sans oublier
un super-héros
« (Le surf) a créé un style de vie qui influence intergalactique !
le discours, le comportement, les vêtements et
les divertissements, entre autres. »
Indépendamment
Ainsi, tant que je comprends les limites
de ce que dit la loi,
de la loi, je suis dans mon droit, exact ? les problèmes de
droits se jouent
Sais-tu ce La couverture différemment en
qu’est l’assurance erreurs et pratique ...
responsabilité civile omissions ?
professionnelle ?

Naturellement allergiques
à tout risque, les
compagnies d’assurance
exigent généralement une
liste détaillée des sources
et du statut des licences
des matériaux du film ...

Pour montrer ton film


à un plus large public via
des réseaux de distribution
conventionnels, il te faut
une assurance responsabilité
civile professionnelle
qui couvre d’éventuels Vu qu’elles ne reconnaissent
frais de procès. Alors, ce que je peux utiliser généralement pas le Fair Use,
dépend du bon vouloir des elles requièrent parfois des
diffuseurs, des distributeurs, garanties bien au-delà de
des compagnies d’assurances celles imposées par la loi.
et de leurs avocats ?

Les cas de Fair Use


seraient coupés du film
à moins d’être validés par
une armée d’avocats ?
Non ce n’est pas
toujours le cas ...
Par exemple les producteurs du film « Super Size
Me » ont assumé le risque d’être poursuivis et exclu
toute plainte de McDonald’s de leur couverture
responsabilité civile professionnelle.

 Il existe
aussi quelques
courtiers
d’assurance
McDonald’s plus enclins à
ne les a pas reconnaître les
poursuivis en assertions
justice ... de Fair Use
que la
plupart
Bien sûr, un procès aurait de leurs
collègues.
pu promouvoir les critiques
émises dans le film.
Et ce type d’assurance Grâce à Internet et aux méthodes
n’est exigé que pour l’accès alternatives de distribution,
aux médias traditionnels. les cinéastes peuvent désormais
toucher un large public
et se passer d’assurance.
Pourtant, assurance ou non, Ils reçoivent parfois Et ils obtempèrent
certains sont parfois effrayés une injonction écrite avec par crainte de lourdes
de se servir de matériaux des exigences plus ou
qu’ils sont en droit d’utiliser. pénalités ou d’incertitudes
moins fondées.
juridiques.
Comment
ça ?

Si tu reçois un jour Les questions ... et que tu es


une telle lettre, de Fair Use
va chercher des à court de temps
ont tendance à
informations utiles sur et d’argent !
www.chillingeffects.org. se poser quand
les films se
terminent ...
HMMM ...

La limite entre ce qui Il arrive aux artistes de Tu sais, on dirait que la loi ne
tient du Fair Use ou non reculer même quand ils fait que nous mettre des bâtons
est parfois floue, et un sont dans leur droit. dans les roues ...
procès peut se révéler
coûteux et désagréable. Pas du tout.
C’est elle qui
te donne le droit
de contrôle et de
vente sur ton film –
sans parler de celui
de te servir du travail
d’autrui, grâce au
Fair Use.

HMMM ... Alors je
pourrais vendre mon travail
à quelqu’un qui fait une émission
de télé sur New York.
Mais je n’attendrais aucun paiement si un
extrait de mon documentaire passait en
arrière-plan d’un autre film.

Si le but du copyright est d’encourager


les gens à la création, alors toutes ces
histoires de droits n’ont aucun sens.

Qui bénéficie du caractère payant Est-ce à dire que les artistes ne


de ces poussières de culture ? feront plus de films ou de chansons,
sans un droit de contrôle sur quelques
secondes d’un documentaire ?
Si le copyright a pour but
de promouvoir la créativité,
y-arrive-t-il ?
En fait, Bien sûr, les On ne peut pas
la réponse réalisateurs et les adapter un roman
n’est pas distributeurs doivent au cinéma ou inclure
évidente. être payés et le une musique dans
copyright doit éviter sa bande-son sans
toute appropriation la permission
abusive. de l’auteur. Ça
devrait-être 
impossible.

Mais les réalisateurs de documentaires Bon, je ne vais


ont besoin de représenter un monde pas tout esquiver,
dominé par la culture du copyright. remplacer ou
Exiger un paiement de droit pour flouter ?
tout usage entrave la créativité que Non !
le copyright est censé encourager. Ça équivaudrait
à abandonner
la création de
documentaires.
Il faut que tu comprennes
la loi et donc saisisses bien
et quels sont tes droits !

Souviens-toi, le système
de copyright te permet de protéger
ton travail, mais il impose aussi
un grand nombre de limitations qui
avant tout te permet de créer.

Le Fair Use
ne s’use que
si l’on ne s’en
sert pas !!

Pour préserver ce
système, il faut faire
vivre le Fair Use.
Toutes ces informations me sont très Et nous n’avons parlé que de ce que la loi et la
pratique permettent aujourd’hui. ... Une des
utiles. Quand je traiterai des questions raisons qui nous a menés sur cette voie est que les
d’autorisation de droit, j’aurai une gens croient que c’est ce que veulent les artistes.
bien meilleure idée des enjeux. Mais la loi et cette culture des droits peuvent
changer si
suffisamment
d’artistes
en sont
mécontents.

Quoi qu’il arrive, tu m’as convaincue ! Je ne vais pas produire Mais prenons
une version édulcorée ni une fiction de ce documentaire. du recul !!

Quel
genre de
système
souhaitons-
nous ?
Bon, le copyright reflète une série de
choix de société. On pourrait choisir
un monde dont chacun possède
des petits bouts.

On y va
tout droit, Dans certaines
semble-t-il ! circonstances, tu peux
en profiter si tes œuvres sont
demandées. Imagine que tu
aies les droits de “Joyeux
anniversaire” ... et que tu sois
plutôt vendeur qu’acheteur.
Tu n’arrêterais pas de
toucher des droits et
te ferais une
fortune.

Regarde
là-bas ...
Pour moi, l’idée que la
créativité s’épanouira dans
un monde où tout est
contrôlé sonne
faux.
Obtenir vos
clips sur la
Route 66 !

Voilà une belle


J’imagine une autre image. Une sorte de
sorte de paysage qui plan d’occupation des
réponde au besoin d’espaces sols de l’esprit. Qui
privatifs mais aussi à celui voudrait se passer
de vastes espaces publics de routes et
ouverts à tous. de parcs ?
La comparaison avec
l’écologie fonctionne
bien. Il nous faut là du
développement durable.
  On sait qu’il faut
se développer tout
en protégeant notre
environnement.
  Dans le domaine
culturel, nous avons
pareillement besoin d’un
équilibre entre ce qui
est privé et ce qui est
libre d’accès à tous.

Une écologie
de la culture ?
HMMM ...
Le mouvement
pour l’écologie
de la culture ...
En voilà une
belle idée de
documentaire ...
Ces ombres dansent pour vous Certains de leurs propos ont pu vous
accrocher. Et s’ils vous avaient appris
depuis quelque temps.
quelque chose ou donné une idée ?

Mais leur passage sous les Jusqu’à notre prochaine


feux de la rampe est fini. rencontre, nous ferons ...

SILENCE.

Pas tout
de suite ... Attends.
Postface
L’ histoire vraie de
« Prisonnière de la loi? »

Les auteurs de ce livre sont de fréquents utilisateurs du droit d’auteur,


dont ils apprécient dans l’ensemble l’intérêt. Plasticien de formation, Keith
est auteur de plusieurs B.D., de multiples articles universitaires et bassiste
des Garden Weasels (“Les fouines de jardin”) : une formation généralement
considérée “plutôt bonne pour un groupe composé de profs de droit”. En
dehors de ses travaux universitaires, Jennifer est pianiste, réalisatrice et
nouvelliste. James a écrit des livres, de nombreux articles et contribue à l’édition
numérique du “Financial Times”. Il est aussi membre de conseil d’administration
des “Creative Commons”, une association à but non lucratif qui fournit des
moyens simplifiés aux artistes et aux créateurs pour faire respecter leur droit
d’auteur. Chacun d’entre nous a produit des œuvres protégées, touché des
droits d’auteur et profité de l’occasion d’utiliser le travail d’autrui, tant dans
nos productions artistiques qu’académiques, grâce au Fair Use. De plus, nous
sommes tous des spécialistes du droit d’auteur, que nous enseignons et dont
nous étudions l’histoire, les buts, les fondements constitutionnels et l’impact
sur les arts. Ce faisant, nous en sommes venus à admirer la manière dont le
droit d’auteur s’est adapté aux nouveaux médias et aux nouvelles technologies
au cours de l’histoire, tout en
conservant un équilibre entre Traditionnellement, on avait une Désormais, l’équilibre entre ce qui
est protégé et ce qui ne l’est pas est
fine couche de protection par
propriété privée et domaine la propriété intellectuelle autour
d’un vaste domaine public foisonnant.
rompu. La loi sur le copyright risque
de desservir les intérêts
public – là où tout un chacun des créateurs.
Une protection
peut se servir de matériaux peu étendue qui
ne durait pas
libres de droits. très longtemps.

Mais un petit message


percole du tréfonds de notre
académisme : le système
semble avoir déraillé et perdu Domaine
Public
 Loi sur le

ses marques d’origines. Qui  copyright

peut croire que le “procès des


sciences et  des techniques”
tire bénéfice de l’obligation
qu’ont les documentaristes
de vérifier les droits du moindre fragment protégé filmé par accident dans
leurs œuvres, y compris une sonnerie de téléphone ou une séquence fugitive
entraperçue à la télévision en arrière-plan ?
A vrai dire, dans bien des cas,
la plupart, peut-être, l’argent et les
autorisations n’ont rien à voir avec
l’état actuel du droit d’auteur. Ils sont
plutôt les symptômes d’une “culture des
permissions” fondée sur la croyance
que le droit d’auteur donne à son
titulaire celui d’exiger une rétribution
pour la moindre utilisation de l’œuvre.
Ce qui n’est pas et n’a jamais été dans
la loi. Le droit d’auteur a peut être
aussi du mal à s’adapter à un monde où
chacun peut monter sa petite maison
d’édition numérique : les citoyens-éditeurs du cyber espace, les jeunes artistes
du numérique, réalisateurs ou musiciens, n’ont sans doute pas les moyens de
se payer les services coûteux d’avocats. Les décideurs ont surtout vu une
menace dans la prolifération des médias numériques, la montée d’une culture
du “piratage qui bafoue le droit”. Si cette menace existe bien, on oublie qu’il
y a là une vraie opportunité.
Le droit d’auteur ne constitue pas un but en soi. C’est un outil de promotion
de la création, un outil de diffusion de la connaissance et de la culture.
Quelle meilleure manifestation de cet objectif qu’un
monde où il existe peu de barrières d’entrée, où un
simple blog peut mettre en lumière un scandale majeur,
où un film numérique produit pour 218 $ est montré à
Cannes, où un podcast touche des dizaines de milliers
d’auditeurs, où un collage audiovisuel critique férocement
la réaction d’un gouvernement après un cyclone et où
un banc d’enregistrement et de montage plus élaboré
que ce dont disposait Phil Spector est livré en série
dans votre ordinateur portable ? Cependant, beaucoup
de nouveaux créateurs numériques voient dans le droit
d’auteur davantage une entrave qu’une aide.
Ainsi que le montrent de nombreux exemples dans
cette B.D., c’est parfois la résultante d’une pure
méconnaissance, d’une culture de peur entretenue par
des menaces juridiques, de pratiques imposées par des
gardes-barrière autoproclamés
instrumentalisant le droit d’auteur
dans leurs transactions avec des
artistes dépourvus d’informations
et de moyens de défense. Dans
d’autres cas, on dirait que la
loi a vraiment perdu son sens de
l’équilibre et qu’il faut la réformer.
On pourrait citer l’extraordinaire
allongement a posteriori du droit
d’auteur. Alors que la révolution
numérique nous offre un accès bon
marché aux textes, films, musiques
et images du vingtième siècle, nous
venons de prolonger la durée du
droit d’auteur et mettre hors
de portée la plupart des artefacts culturels de ce siècle, même s’ils sont
indisponibles dans le commerce et leurs auteurs introuvables. Pourtant, si le
droit d’auteur ou son application pèchent parfois, ce n’est pas une solution de
le mépriser ou de le violer.
Une conséquence tragique sous-estimée Par Ha!
ici, le
de cette ‘culture des permissions’ est que bon Ha!
film ! Ha!
de nombreux jeunes artistes ne voient
Hé !
dans le droit d’auteur qu’une entrave,
Il est
une source d’exigences incompréhensibles, à nous
maintenant!

de mises en demeure et de frais de


transactions juridiques. La technologie
leur permet de montrer, de combiner, de
créer des collages. Pour eux, la loi n’est
qu’un obstacle. C’est vraiment dommage
dans la mesure où le droit d’auteur est un
précieux outil au service des artistes et
des créateurs de toutes sortes, y compris
ceux qui veulent partager leurs œuvres sans
contrepartie. Le droit d’auteur peut servir
à la culture des composites, des parodies
et des remix, des liens hypertextes et
des contenus pédagogiques en ligne. Mais seulement si nous ne laissons pas
accroître ses déséquilibres.
Nous avons réfléchi à la manière de présenter ces messages à l’adresse d’un
public d’artistes et de réalisateurs et de leur faire comprendre l’information
dont ils avaient besoin pour jouer du système en leur faveur. Mais nous
souhaitons aussi toucher un plus large public, celui des citoyens et des décideurs
politiques qui n’entendent généralement qu’une ritournelle martelée sur tous
les tons : « Piratage ! Piratage ! Piratage ! » L’histoire du film documentaire
est fondamentalement emblématique. Les documentaires sont les témoignages
visuels les plus parlants de notre histoire, de nos controverses et de notre
culture. Mais leur évolution est aussi le symptôme d’un plus large problème.
Pour une raison qui nous échappe, aucun des publics visés n’est friand
d’articles universitaires publiés dans
HMMM ...
des revues de droit. Qui plus est , il y Le mouvement
a quelque chose de pervers à expliquer pour l’écologie
de la culture ...
une réalité visuelle fréquemment haute En voilà une
belle idée de
en couleur dans une prose juridique documentaire ...
grise. Au final, comment illustrer le
processus que nous décrivons autrement
que par une histoire qui doit présenter
des centaines d’œuvres protégées pour
faire avancer le récit : un exercice
de ‘Fair Use’ grandeur nature. D’où ce
livre, le premier d’une série publié par le Center for the Study of the Public
Domain de l’Université de Duke sur les effets de la propriété intellectuelle
dans les arts et la culture. Nous espérons qu’il vous aura plu. Les lecteurs
intéressés plus largement par le débat sur la propriété et le contrôle des
sciences et de la connaissance, ou par les idées qui sous-tendent la notion
d’environnementalisme culturel, trouveront en page suivante des liens vers des
ressources complémentaires.

Center for the Study of the Public Domain*


Duke Law School
http://www.law.duke.edu/cspd

*Le centre a pour mission de promouvoir la recherche et l’étude des contributions du domaine
public au discours, à la culture, à la science et à l’innovation, ainsi que de promouvoir le débat
sur les équilibres nécessaires à notre système de propriété intellectuelle et de transposer la
recherche universitaire en propositions de politiques publiques.
Références complémentaires sur la propriété intellectuelle et la culture :
– « The Public Domain : Enclosing the Commons of the Mind » (Yale University Press :
New Haven, Conn. 2008), James Boyle : www.thepublicdomain.org/
« Dans ce livre instructif, James Boyle décrit ce qu’il appelle les conflits de territoire à l’ère de l’information, les batailles
acharnées livrées aujourd’hui autour de la propriété intellectuelle. Boyle affirme que, de même que tout citoyen bien informé
se doit d’en savoir un minimum sur les droits civils ou ceux concernant l’environnement, tout citoyen devrait aussi comprendre
la propriété intellectuelle. Pourquoi ? Parce que les droits afférents à la propriété intellectuelle posent les règles de base à
respecter dans une société de l’information, alors même que les politiques actuelles sont partielles, non fondées et souvent
préjudiciables à l’accès à la culture, à la libre expression, à la créativité numérique et à l’innovation scientifique. »

– « The Second Enclosure Movement & the Construction of the Public Domain », James Boyle :
www.law.duke.edu/pd/papers/boyle.pdf
« Bien qu’apparemment paradoxal, un authentique sens de la protection des espaces communs fut l’un des buts essentiels de la
propriété intellectuelle. Cependant, dans son acceptation plus récente, celle-ci a l’air de vouloir s’étendre à tous les domaines.
Plus il y en a, mieux c’est. Extension des matériaux sujets à brevets et à droits d’auteur, allongement du terme du copyright,
protection juridique par ‘barbelés numériques’, même si ça va partiellement à l’encontre du Fair Use, autant d’éléments qui
sonnent comme des votes de défiance envers la puissance créatrice des espaces communs ... »

– « Collected Papers on the Public Domain » (Duke L&CP : Durham, N.C. 2003) :
www.law.duke.edu/journals/lcp/indexpd.htm
« Que fait le domaine public ? Quelle est son importance ? Son histoire ? Son rôle dans les sciences, les arts et le
développement d’Internet ? En quoi la notion de domaine public est-elle à la fois similaire et différente de celle d’espaces
communs ? Est-il protégé par la constitution ou nécessaire suivant les critères de la libre expression ? »

– « Remix : Making Art and Commerce Thrive in the Hybrid Economy » (Penguin Press : New
York 2008), Lawrence Lessig : http://remix.lessig.org
« Depuis plus d’une dizaine d’années, nous faisons la guerre à nos enfants au nom d’un modèle de “propriété littéraire et
artistique” marqué par le 20ème siècle. Dans ce livre, son dernier sur la propriété littéraire et artistique, Lawrence Lessig
dessine des voies qui ramènent au 19ème siècle tout en explorant les promesses du 21ème siècle. Le passé nous enseigne la
valeur du « remix ». Il nous faut en réapprendre la leçon. Le présent nous démontre le potentiel d’une nouvelle « économie
hybride » dans laquelle les entités économiques puisent de la valeur ajoutée dans des économies de partage. Cet avenir-là
se fera au profit mutuel du commerce et de la communauté. Si les hommes de loi daignaient lui laisser place nette, ce futur
pourrait nous sourire. »

– « Free Culture » (Penguin Press : New York 2004), Lawrence Lessig :


www.wikilivres.info/wiki/index.php/Culture_Libre ou
www.jus.uio.no/sisu/free_culture.lawrence_lessig/sisu_manifest.fr.html
« Une technologie nous a apporté une nouvelle liberté. Lentement, certains commencent à comprendre que cette liberté n’est
pas synonyme d’anarchie. Nous pouvons soutenir une culture libre au 21ème siècle sans que les artistes y perdent et sans
détruire le potentiel de la technologie numérique. ... Le sens commun doit se rebeller et agir pour libérer la culture. Et vite,
si l’on veut que ces possibles deviennent un jour réalité. »

– Matériaux éducatifs en plusieurs langues sur la Propriété Intellectuelle et le Domaine Public


(Center for the Study of the Public Domain) : www.law.duke.edu/cspd/french

Quelques ressources juridiques :


(Ne se substituent pas au conseil d’un avocat qu’il est recommandé de consulter pour toute question juridique précise.)

– Catalogue de bonnes pratiques du Fair Use : www.centerforsocialmedia.org/fairuse.htm


« Les documentaristes ont créé avec leur association professionnelle une charte claire et accessible des approches équitables
et raisonnables du Fair Use. »

– Problèmes de recherches de droits et de possibles résolutions :


www.law.duke.edu/cspd/pdf/docfilmchart.pdf
– Loi fédérale sur le copyright. Copyright Act : 17 U.S.C. §§ 101–1332 :
http://law.cornell.edu/uscode/html/uscode17/usc_sup_01_17.html
– Présentation du copyright : http://topics.law.cornell.edu/wex/copyright
– Copyright et domaine public : www.copyright.cornell.edu/resources/docs/copyrightterm.pdf
– Fair Use et Copyright : http://fairuse.stanford.edu
– U.S. Copyright Office : www.copyright.gov
Adresses utiles :
– Center for the Study of the Public Domain : www.law.duke.edu/cspd
– Center for Social Media : www.centerforsocialmedia.org
– Chilling Effects Clearinghouse : www.chillingeffects.org
Chilling Effects se donne pour mission d’aider les utilisateurs d’Internet à comprendre les protections offertes par le
1er amendement de la constitution et le droit de la propriété intellectuelle, avec un accent particulier sur les lettres de mise
en demeure.

– Creative Commons : http://creativecommons.org ou http://fr.creativecommons.org/


Les Creative Commons partent du « Tous droits réservés » du copyright traditionnel pour le décliner en un copyright volontaire
avec « Certains droits réservés » . Organisation à but non lucratif dont tous les outils sont gratuitement mis à disposition.

– Electronic Frontier Foundation : www.eff.org


La principale organisation de défense des libertés numériques.

– Full Frame Documentary Film Festival : http://fullframefest.org/main.html


Premier festival du documentaire aux Etats-Unis. Se tient chaque année au printemps à Durham en Caroline du Nord.

– Motion Picture Association of America : http://mpaa.org


Fondée en 1922, le MPAA est l’association professionnelle des industries américaines du cinéma, de la vidéo et de la télévision.

– Public Knowledge : http://publicknowledge.org


Représente l’intérêt public dans les politiques de propriété intellectuelle.

– Volunteer Lawyers for the Arts : http:vlany.org


VLA fournit des services juridiques gratuits et des programmes éducatifs à la communauté artistique de New York et au-delà.

REMERCIEMENTS
Ce livre est le fruit d’un colloque sur les effets du droit de la propriété intellectuelle sur la
musique et le cinéma, tenu en parallèle du festival du documentaire Full Frame. Ce colloque,
la production et la distribution de cet ouvrage ont été rendus possibles par le soutien
financier de la Fondation Rockefeller. Nous avons aussi bénéficié du soutien du Center for
the Study of the Public Domain et de celui de la Présidence de l’Université de Duke.
Les auteurs

Ce livre écrit par James Boyle et Jennifer Jenkins a été conçu par tous ses auteurs lors
de nombreuses téléconférences ponctuées d’éclats de rire, parfois de fou-rire, et dessiné
par Keith Aoki : un homme bien trop talentueux pour être prof de droit (de l’avis de ses
co-auteurs).

Keith Aoki dessine des B.D. depuis fort longtemps. Il adore celles de la fin des années 60
(Jack Kirby, Steve Ditko, Jim Steranko) et des grands auteurs tels que Will Eisner, Chester
Gould et Al Capp. Il est également influencé par les œuvres contemporaines pleines d’énergie
de Robert Crumb, Scott McCloud, Art Spiegelman et Jamie Hernandez. Au milieu des années
80, Keith décida d’abandonner le petit monde bohème de l’art pour suivre les cours de la
faculté de droit d’Harvard. Il est actuellement professeur de droit à la faculté de droit de
l’Université de Californie, Davis, où il enseigne depuis 2007. Auparavant, il était le titulaire
de la chaire Philip H. Knight à la faculté de droit de l’Université d’Oregon. Spécialiste de
propriété intellectuelle, il a publié des articles dans les revues de droit des universités de
Stanford, California State, Iowa State et Boston College. Il est l’auteur du livre : « Seed
Wars : Cases and Materials on Intellectual Property and Plant Genetic Resources » .

James Boyle, titulaire de la chaire William Neal Reynolds à la faculté de droit de l’Université
de Duke, est l’un des fondateurs du Center for the Study of the Public Domain. Il est
également membre du conseil d’administration des Creative Commons et contribue à l’édition
numérique du Financial Times. Boyle a remporté la World Technology Award (section droit)
en 2003 pour ses travaux sur “l’écologie intellectuelle” du domaine public et sur le “deuxième
mouvement des enclosures” qui le menace. Il est l’auteur de « The Public Domain : Enclosing
the Commons of the Mind » , « Shamans, Software, and Spleens : Law and the Construction
of the Information Society » et d’un nombre aussi important que déprimant d’articles publiés
dans des revues juridiques. Il est coordinateur des « Collected Papers on the Public Domain » .

Jennifer Jenkins est la directrice du Center for the Study of the Public Domain de
l’Université de Duke, dont elle dirige le ‘projet artistique’ et où elle enseigne dans
ses séminaires portant sur la propriété intellectuelle, le domaine public et la liberté
d’expression. Elle fit partie comme avocate de l’équipe qui défendit la publication du livre
« The Wind Done Gone » (reprise parodique de « Autant en emporte le vent » ) contre
des accusations d’atteintes au droit d’auteur. En tant qu’artiste, elle est co-auteure de
« Nuestra Hernandez » , un docu-fiction sur les problèmes d’appropriation de droit d’auteur,
et auteure de plusieurs nouvelles, dont une publiée dans Tobacco Road (le magazine
littéraire de l’Université de Duke).
On filme un documentaire. Un portable sonne avec le thème du film
« Rocky » . On intime au réalisateur de payer 10 000 $ de droits
pour diffuser cette musique. Une historie vraie ? « Eyes on the
Prize » , le grand documentaire sur les droits civiques, est retiré
de la circulation; les droits des producteurs sur les musiques et les
archives ont expiré. Que se passe-t-il ?

La confrontation du monde du documentaire et de la propriété


intellectuelle inspire cette B.D. Suivez Akiko, son héroïne, qui navigue
dans les méandres de la propriété intellectuelle lors de la production
de son documentaire.

Pourquoi des droits d’auteur ? Qu’est-ce que le ‘Fair Use’ ?


« Prisonnière de la loi ? » dépasse le monde du documentaire et
offre au lecteur un commentaire sur les problèmes brûlants que
rencontrent le droit, l’art et la propriété dans un monde numérique
où la culture du remix occupe une place croissante.

Informations et versions numériques gratuites en anglais, portugais


et français disponibles à l’adresse suivante :
www.law.duke.edu/cspd/comics

Center for the Study of the Public Domain


Duke Law School

(Traduction française : Faculté de droit, Université de Nantes)