Vous êtes sur la page 1sur 4

15 D é c e m b r e 2004

Fédération des Centres de Gestion Agréés • Banque Populaire 3ème trimestre 2004
ETUDE RÉALISÉE AUPRÈS DES PETITES ENTREPRISES ADHÉRENTES DES CENTRES DE GESTION AGRÉÉS, MEMBRES DE LA FCGA

Les TPE maintiennent le cap ! Un moral toujours hésitant


Sur l’ensemble du 3ème trimestre 2004, Le moral des dirigeants de TPE oscille toujours entre optimisme et
les dépenses de consommation en pessimisme. Comme au premier semestre 2004, une majorité
produits manufacturés fléchissent d’entrepreneurs (6 sur 10) semble indécise. A ce jour, toutefois, une
de 0,7 %* (contre + 1,5 %* au
2ème trimestre 2004). Elles
enregistrent une baisse de
0,9%
3ème trimestre 2004 / 3ème trimestre 2003
baisse de 2,7 % des pessimistes peut être observée. Paradoxalement,
dans le même temps, les projets d’investissement et de recrutement
régressent respectivement de 3,3 % et 5 %. À noter également, pour
2,9 % en juillet et un la seconde fois ce semestre, le recul des intentions d’embauche.
nouveau recul de 0,6 % Sur la question cruciale de la transmission d’entreprise, 2 entrepre-
en septembre. La
tendance s’inverse enfin
2,4
2,4%%
oct. 2003 - sept. 2004 / oct. 2002 - sept. 2003
neurs sur 5 déclarent vouloir céder leur exploitation… ➝ P.3

au mois d’août avec une


légère hausse de 0,5 %. 60,9% NI OPTIMISTES, NI PESSIMISTES
Malgré ce repli de la
s
re

i
consommation, le chiffre
d’affaires des TPE augmente tout iffr
e s d'
af
fa
-23,7% D’INTENTIONS D’INVESTISSEMENT
des ch
de même de 0,9 % par rapport au 3ème trimestre É v o l u t i o n
2003. De plus, sur les douze derniers mois, l’activité des petites -10,9% DE PROJETS DE RECRUTEMENT
entreprises reste bien orientée avec une croissance de 2,4 %.
(* Source : Insee) ➝ P.2 40,0 % SOUHAITENT TRANSMETTRE LEUR ENTREPRISE

Beauté-esthétique, une année contrastée


Si l’activité des différentes professions du secteur beauté-esthétique affiche un certain
ralentissement, la filière, dans son ensemble, fait preuve en revanche de régularité depuis le début
de l’année. En effet, avec une performance de + 0,5 % en 2003, la beauté-esthétique poursuit sa
progression. Le secteur enregistre une croissance de 2,2 % au 1er trimestre 2004 et 1,2 % au second.
Avec 1,7 % de hausse ce dernier trimestre, il se classe en 3ème position, toutes activités confondues,
au palmarès des taux d’accroissement trimestriels. Le chiffre d’affaires de l’esthétique (première
profession du secteur depuis plusieurs trimestres consécutifs) s’effrite légèrement depuis le début de
l’année 2004 : + 6,7 % au 1er trimestre, + 3,2 % au 2ème et + 2,7 % au 3ème. Inversement, ce dernier trimestre,
la parfumerie et la coiffure progressent de respectivement + 2,3 % et + 1,6 % (contre + 1,1 % au second).


Taux d’accroissement du chiffre d’affaires
Le boom des agences
3ème trimestre 2004/ oct.2003 à sept.2004/
3ème trimestre 2003 oct.2002 à sept.2003 immobilières !
Automobile - moto dont : Ce 3ème trimestre 2004, le bilan est globalement
Carrosserie automobile 3,4% 5,8% positif pour les TPE. Sur les 11 secteurs étudiés,
Auto, vente et réparation
1,4% 1,7%
2,8% 2,0% 7 présentent une évolution favorable de leur
Café - Hôtellerie - Restauration dont : activité.
Hôtel - Restaurant 0,1% 0,9% En première position, le secteur des services
Restauration
0,1% -0,1% 1,2% 1,2% réalise une belle progression de son chiffre
Café 0,6% 1,4% d’affaires : 12,9 %. En tête : les agences
Bâtiment dont : immobilières, avec une hausse spectaculaire de
Couverture -1,7% 2,8% 29 % par rapport au 3ème trimestre 2003.
Maçonnerie
-0,4% 1,1%
5,0% 5,2% En deuxième position, les métiers de la santé
Electricité -4,0% 6,4% affichent une augmentation de 4,3 %. Dans ce
Plomberie-Chauffage-Sanitaire -1,0% 4,9% secteur, ce sont les prothésistes dentaires qui
Plâtrerie-Staff-Décoration -2,1% 3,8% occupent la première place avec + 5,9 % (contre
Menuiserie -1,6% 5,6% une baisse de 3,1 % le trimestre précédent).
Carrelage, faïence 6,2% 7,0% Sur la troisième marche du podium, la beauté-
Peinture bâtiment 2,4% 3,7% esthétique enregistre une croissance de 1,7 %.
Terrassements-Travaux publics -1,8% 5,6% Les transports suivent juste derrière avec + 1,5 %.
Beauté - Esthétique dont : Les secteurs de l’automobile et de la culture-
Parfumerie 2,3% 3,2%
Coiffure
1,7% 1,6%
1,9% 1,6%
loisirs restent bien orientés avec une progression
de 1,4 %. Enfin, le secteur café-hôtellerie-
Esthétique 2,7% 5,2% restauration se stabilise à + 0,1 %.
Commerce de détail alimentaire dont : Sur les douze derniers mois, 9 secteurs présentent
Charcuterie -2,1%
Boulangerie - Pâtisserie -1,1% 0,6% 0,1% -1,5%
1,7%
une tendance positive. Ceux des services avec + 7,8 %,
de la santé avec + 5,9 % et du bâtiment avec + 5 %
Pâtisserie 1,9% 4,2% occupent les premières places du classement.
Alimentation générale -3,8% -1,3%
Fruits et Légumes -10,6% -4,7%
Boucherie - Charcuterie 0,6% 0,0%
Poissonnerie - Primeurs -0,5% 2,5%
Crèmerie -0,1% -0,4%
Culture & loisirs dont :
Librairie, papeterie, presse 4,1% 4,6%
Mauvais trimestre
Articles de sport, pêche et chasse
1,4% -1,2%
2,0% 2,8% pour l’équipement
Tabac, journaux, jeux 2,7% 1,8%
Studio photographique -9,7% -6,1%
de la maison
Equipement de la maison dont :
En dernière place ce trimestre, l’équipement de la
Electroménager - TV - HIFI -3,1% -2,2%
Magasins de bricolage
-2,7% -1,1%
-2,2% 0,3%
maison voit son chiffre d’affaires baisser de 2,7 %.
Fleuriste -1,5% -1,6%
De - 1,1 % pour les magasins de bricolage à - 7,5 %
Vaisselle, verrerie, faïence, -7,5% -4,6% pour la vaisselle, verrerie, faïence : aucune activité
Meuble -3,5% -4,7% du secteur n’est épargnée.
Equipement de la personne dont : Le commerce de détail alimentaire ne se redresse
Mercerie - Lingerie - Laine -2,7% 1,5% toujours pas. Mal orienté depuis le 2ème trimestre 2004,
Vêtements enfants
-1,0% -4,1%
-0,6% -0,2% il régresse de 1,1 %. Les professions les plus affectées
Prêt-à-porter 0,2% -0,7% sont l’alimentation générale avec - 3,8 % et les fruits
Chaussures -0,6% -0,3% et légumes avec une importante baisse de 10,6 %.
Horlogerie - Bijouterie -3,7% -1,2% Après un début d’année mitigé (- 2,4 % au 1er
Santé dont : trimestre et + 1,4 % au 2ème ), l’équipement de la
Pharmacie 4,4% 6,0% personne affiche un repli de 1 %. Les vêtements pour
Optique, lunetterie
4,3% -1,3%
5,9% 4,7% enfants et l’horlogerie-bijouterie accusent respecti-
Prothésiste dentaire 5,9% 4,2% vement un recul d’activité de 4,1 % et 3,7 %.
Services dont : Le secteur du bâtiment fléchit légèrement de 0,4 %.
Laverie pressing 3,3% Au final, sur les douze derniers mois, seulement
Entreprise de nettoyage
12,9% 1,8%
7,8% -0,3%
3,5% 2 secteurs voient leur activité régresser par rapport
Agences immobilières 29,0% 19,5% à l’année précédente : l’équipement de la maison
Transports dont : (- 2,2 %) et l’équipement de la personne (- 0,6 %).
Taxis - Ambulances 3,4% 4,8%
Transport de marchandises
1,5% 0,9%
3,0% 2,4%

2
La transmission en questions
Un peu moins de pessimistes…
Sur 40 % d’entrepreneurs qui envisagent de céder leur entreprise,
1er semestre 2004 2ème semestre 2003
48,5% pensent réaliser l’opération d’ici un à trois ans, 19,7 % dans
( en % )
quatre à six ans, 12,7 % dans sept à neuf ans et 17,35 % dans plus de
80
neuf ans. D’autre part, 63,5 % vendraient à un tiers, 17,3 % à leur
60,00 60,89 famille et 13,5 % à l’un de leurs salariés.
60

Répartition des futurs cédants


40
24,10 Automobile 4,3%
21,42
20 15,04 Café Hôtel 18,1%
14,30 Restaurant
1,48 2,65 Bâtiment 23,8%
0
Optimistes Indécis Pessimistes NSP Beauté
Esthétique 10,5%
Culture et 2,5%
Le moral des TPE loisirs
Commerce de
détail alimentaire 14,0%
Les résultats sont similaires à ceux du premier semestre 2004. Equipement de
la maison 6,4%
Les proportions d’optimistes et de pessimistes sont quasiment Equipement 5,5%
de la personne
inchangées. Néanmoins, la part des pessimistes se réduit légère-
Santé 7,4%
ment passant de 24,1 % à 21 %.
Services 4,5%
15 % seulement des entrepreneurs déclarent avoir confiance Transports 3,1%
dans l’avenir. Un peu plus de 6 entrepreneurs sur 10 sont
indécis. Les artisans du bâtiment sont de nouveau en tête du 0% 10% 20% 30%
peloton des optimistes, suivis par les professionnels de la santé,
de la beauté-esthétique et des cafés, hôtels, restaurants. À la question “Votre entreprise est-elle transmissible ?”, 64,2 % des
dirigeants de TPE répondent : “ oui, facilement ou assez facilement ”
contre 31,5 % qui jugent la transmission difficile voire irréalisable.

Mon entreprise est transmissible...


Facilement et assez facilement Difficilement voire intransmissible

Recul des projets d’investissement et Automobile 2,4%


7,3%
18,5%
de recrutement Café Hôtel
Restaurant 15,9%
Bâtiment 22,6%
22,0%
Les intentions d’investissement sont légèrement inférieures, en Beauté 12,2%
Esthétique 7,3%
proportion, à celles du premier semestre 2004. Seuls 23,7 % des Culture et 2,4%
loisirs 1,8%
entrepreneurs interrogés envisagent d’investir. 61,2 % des projets Commerce de 14,3%
détail alimentaire 17,1%
d’investissement se concentrent sur trois postes principaux : matériel,
Equipement de 6,0%
mobilier et informatique. Les dépenses d’aménagement-rénovation la maison 9,1%
Equipement 5,4%
représentent 36 % des intentions d’investissement. Enfin, les projets de la personne 7,9%
de construction ne concernent qu’un projet d’investissement sur dix. Santé 8,3%
4,9%
Les intentions de recrutement suivent la même tendance : 72,3 % des Services 5,1%
3,7%
entrepreneurs déclarent n’avoir ni projet de recrutement, ni prévision Transports 3,0%
3,0%
de licenciement. Seul un entrepreneur sur dix compte embaucher dans
0% 10% 20% 30%
les six prochains mois, soit une nette diminution par rapport au début
2004 (15,10 %). Parmi ces recrutements prévus, on dénombre 7,5 % de En matière de transmission d’entreprise, parmi tous les entrepreneurs
CDI, 2,5 % de CDD, 2,15 % d’apprentis et moins de 1,2 % de saisonniers interrogés, 23,8 % affirment connaître les mesures sur la plus-value
et d’intérimaires. de cession et 20,4 % celles relatives aux droits de succession et
d’enregistrements. Enfin, 43,4 % pensent qu’une formation sur la
transmission d’entreprise leur serait nécessaire.

3
Entretien avec Jean-Christophe Martin, directeur de la Direction des Entreprises commerciales, artisanales
et de services (DEcas).
L’Observatoire de la lisée de l’activité en France, au contraire, ils Elle instaure la possibilité d’étalement des
Petite Entreprise ont tendance à rejeter à plus d’un an l’éven- impôts dus au titre de l’imposition des plus-
(OPE) : Quelle est tualité d’une embellie. Cette situation justifie values professionnelles dans le cas du paiement
votre analyse de la la loi “ entreprises ” de petites et moyennes échelonné de l’achat de l’entreprise et exonère
situation générale entreprises,de Christian Jacob, Ministre des PME, de droits de mutation à titre gratuit les reprises
des TPE en cette fin du commerce et de l’artisanat, qui devrait être effectuées par les salariés. Elle introduit une
d’année 2004 ? débattue au Parlement l’année prochaine et réduction d’impôt sur le revenu égale à 25 %
Jean-Christophe Martin : L’optimisme des qui contiendra des mesures visant à améliorer des intérêts d’emprunts souscrits pour finan-
dirigeants de TPE, en ce qui concerne leur pro- la création, le développement et aussi la trans- cer l’acquisition d’une fraction de capital
pre activité, retrouve en fin d’année un niveau mission des entreprises. donnant la majorité des droits de vote d’une
proche de l’année 2003, après une baisse limitée société non cotée. La loi pour le soutien à la
au premier semestre 2004. Les entrepreneurs OPE : Que faut-il attendre des mesures récentes consommation et à l’investissement du
tablent, pour une majorité d’entre eux, sur en faveur de la transmission ? 9 août 2004 a introduit une nouvelle mesure
une hausse de l’activité de leur entreprise. J.-C. M. : Pour apporter une première réponse d’exonération temporaire de l’imposition des
A l’inverse, les entrepreneurs continuent d’être à cette question, le Gouvernement lui a consa- plus-values et des droits d’enregistrement
beaucoup plus mesurés quant à la situation cré un chapitre entier de la loi pour l’initiative portant sur les cessions de branches complètes
globale de la France, et semblent majoritaire- économique du 1er août 2003. Cette loi permet d’activité.
ment témoigner d’une perception négative du notamment un allégement significatif du coût Cet effort sera poursuivi par la loi “entreprises” ,
climat actuel des affaires. de la reprise grâce à une série de mesures actuellement en préparation, qui comportera
De même, alors que, selon l’INSEE, l’économie en fiscales. d'importantes mesures concernant le développe-
France et dans la zone euro “cesse d’accélérer” A ce titre, elle relève le seuil d’exonération des ment, mais aussi la transmission des entreprises.
en fin d’année, le sentiment des dirigeants de plus-values professionnelles et instaure des Par ailleurs, la nouvelle entité née du rappro-
TPE sur les perspectives nationales demeure paliers d’imposition pour limiter les effets de chement de la BDPME et de l’ANVAR devra
morose, et ce depuis plus de six mois. Peu seuils. Elle exonère d’imposition de plus- créer les conditions d’une fluidité du marché
nombreux sont les entrepreneurs qui prévoient values professionnelles plus de 80 % des entre- de la transmission d’entreprises. A cette fin,
aujourd’hui une amélioration rapide et généra- prises imposables dans la catégorie des BIC. elle créera et animera un site dédié.

Méthodologie Partenariat

>
Tous les mois, près de 70 et des services. L’évolution
Centres de Gestion des activités est pondérée
La Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA), créée en 1978, regroupe 114 Centres de Gestion
Agréés (CGA), répartis par le nombre
Agréés (CGA) répartis sur tout le territoire national. Au total, 400 000 petites entreprises sont
sur l’ensemble du d’entreprises recensées
adhérentes à l’un de ces Centres.
territoire national, par l’Insee dans chaque
Le Groupe Banque Populaire, fondé il y a plus d’un siècle par et pour des entrepreneurs, est la
transmettent les chiffres secteur considéré.
banque de référence de la petite entreprise, avec un artisan sur trois, un commerçant sur quatre
d’affaires, rendus Un questionnaire est aujourd’hui clients des Banques Populaires et 570 000 clients professionnels.
anonymes, de leurs parallèlement adressé La FCGA et le Groupe Banque Populaire s’associent pour publier chaque trimestre l’évolution des
adhérents à la chaque semestre à plus chiffres d’affaires des principaux métiers de l’artisanat, du commerce et des services.
Fédération. Les indices de 1 000 petites Les chiffres publiés proviennent de l’exploitation, par la FCGA, de données communiquées
d’activité sont calculés entreprises volontairement par les adhérents des CGA répartis sur l’ensemble du territoire. L’Observatoire
chaque trimestre, à représentatives, de la Petite Entreprise FCGA-Banque Populaire est réalisé avec la participation de la Direction
partir des chiffres permettant d’établir des Entreprises commerciales, artisanales et de services (DECAS).
d’affaires d’un deux fois par an le
échantillon constant Baromètre du moral des
de 20 000 petites dirigeants et de leurs
Pour toute demande d'information sur les indicateurs,contactez à la FCGA : Valérie BRUNETEAU
entreprises de intentions d’investissement tél. : 01.42.67.80.62 - E-mail : vbruneteau@fcga.fr
l’artisanat, du commerce et de recrutement.

Co-éditeurs : FCGA - 2, rue Meissonier 75017 PARIS - www.fcga.fr et Banque Fédérale des Banques Populaires - Le Ponant de Paris - 5, rue Leblanc 75015 PARIS - www.banquepopulaire.fr
• Directeur de la publication : Georges RYVOL • Directeur de rédaction : Claude FORGET • Rédaction : Valérie BRUNETEAU et Sandra MONGRAND • Conception : OCREA communication • Infographie : VE design
• Crédit photos : Photothèque FCGA / DR • Tirage 30 325 exemplaires • Périodicité trimestrielle • Cible : acteurs économiques, organisations professionnelles et consulaires, collectivités territoriales,
presse professionnelle, économique et financière, nationale et régionale • N° ISSN : 1632.1014