Vous êtes sur la page 1sur 2

Santé : la puberté précoce, un mal du Sud ! | Le

http://www.lelibrepenseur.org/sante-la-puberte-

Santé : la puberté précoce, un mal du Sud !

Santé : la puberté précoce, un mal du Sud ! lelibrepenseur.org /sante-la-puberte-precoce-un-mal-du-sud/

lelibrepenseur.org /sante-la-puberte-precoce-un-mal-du-sud/

6/5/2017

Il est évident que nous avons détruit la santé de nos enfants par une pollution environnementale criminelle. Entre les OGM, les pesticides et autres perturbateurs endocriniens de l’agriculture, l’industrie et ses déchets toxiques, la pollution environnementale et plus précisément de l’air via le diesel et autre carburants, la pollution électromagnétique des relais GSM de plus en plus puissants… À ce rythme effrénée, il n’y aura bientôt plus personne de vivant pour acheter leurs gadgets ou manger leurs poisons ! Merci à la modernité pour tous ses cadeaux, et vive le progrès !

Une enquête récente de l’agence nationale de santé publique a placé l’ancienne région Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes parmi les zones les plus touchées par le phénomène de puberté précoce.

Les perturbateurs endocriniens pourraient être une des causes de ce constat.

Apparition des seins et des poils pour les filles avant huit ans, augmentation du volume testiculaire et développement de la pilosité avant neuf ans pour un garçon. Cette pathologie rare provoquant une maturité sexuelle avant l’âge est appelée puberté précoce. Et dans l’ancienne région Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, ce phénomène semble beaucoup plus toucher les enfants que dans le nord de la France.

C’est en tous les cas les leçons à tirer de la cartographie établie par Santé publique France et publiée cette semaine. À partir de données collectées, notamment auprès de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), entre les années 2011 et 2013, 1 173 nouveaux cas de puberté précoce sont recensés chaque année chez les filles et dix fois moins chez les garçons. Mais leur répartition n’est pas homogène géographiquement. « Pour les filles nous avons identifié deux zones à forte incidence, autour de Toulouse et autour de Lyon », explique Joëlle Moal, médecin épidémiologiste au sein de l’agence nationale santé publique.

Dans ces deux régions du sud, le nombre de cas peut être dix à douze fois plus élevé que dans le nord de la France. Les raisons ? « C’est très compliqué à expliquer », ajoute le médecin. L’excès de poids peut en partie justifier le développement de cette puberté avant l’heure. « Nous avons un des pourcentages les plus faibles d’obésité infantile dans la région, ce n’est donc pas forcément cette cause », explique Catherine Pienkowski, responsable de l’unité endocrinologie à l’hôpital des enfants de Toulouse. « Ce phénomène est loin d’être nouveau, cela fait plus de dix ans que nous alertons à ce sujet », ajoute-t-elle.

Tous les spécialistes s’accordent à dire que les raisons de ces pics de puberté précoce à Toulouse et Lyon sont multifactoriels.

« Il est possible que la population soit plus sensible, que les récepteurs hormonaux en lien avec cette pathologie soient différents dans le Sud ou encore que cela soit génétique », analyse la praticienne toulousaine. Au-delà de l’aspect physiologique, c’est aussi l’environnement de l’enfant qui est remis en question. L’exposition aux perturbateurs endocriniens pourrait être un des vecteurs de déclenchement de la puberté précoce. « C’est la pollution avec un grand P », affirme Catherine Pienkowski. « Nous sommes dans une région viticole. Des pesticides, des insecticides et des herbicides sont utilisés », ajoute, de son côté, Gérard Bapt, médecin cardiologue et député de la 2e circonscription de Haute-Garonne.

C’est justement ce lien entre la viticulture et l’arboriculture et le déclenchement de cette

Santé : la puberté précoce, un mal du Sud ! | Le

http://www.lelibrepenseur.org/sante-la-puberte-

pathologie que les chercheurs tentent d’établir. « Nous pensons qu’elles ont l’impact le plus direct sur les populations environnantes. Je ne suis pas sûre que nous pourrons en déduire grand chose à l’échelle départementale. Il faudrait descendre à l’échelle communale, c’est que nous sommes en train de faire », détaille Joëlle Le Moal. À ce jour, il est donc impossible de caractériser les responsabilités exactes du déclenchement de la puberté précoce.

Définition d’un perturbateur endocrinien

Un perturbateur endocrinien (PE) est un agent chimique. « Ils sont présents dans les articles de consommation courante qui peuvent, à des doses très faibles, dérégler notre système hormonal », explique François Veillerette, directeur de l’ONG Générations Futures. C’est justement ces hormones qui régulent certains organes mais également les mécanismes du corps comme la puberté, le métabolisme des graisses, la faim, le rythme cardiaque ou encore le niveau d’insuline…

Un des plus connus, le Bisphénol A (BPA), interdit en France dans tous les contenants alimentaires depuis 2015, mais toujours […]

Anaïs Mustière – La Dépêche