Vous êtes sur la page 1sur 3

L'état spirituel de notre temps

Grand Évangile de Jean Tome 9 Chapitre 40 & 41 Jacob Lorber

Chapitre 40
De l’état spirituel de notre temps

1. (Le Seigneur :) « En ce temps-là, la vraie foi et le pur amour s'éteindront tout à fait. À leur place, on
imposera aux hommes une croyance absurde sous la menace de toutes sortes de lois pénales terribles,
comme une mauvaise fièvre pousse le corps humain vers la mort. Et si quelque communauté fortifiée
par Mon esprit s'élève contre de faux maîtres et de faux prophètes orgueilleux et tyranniques, qui,
couverts d'or, d'argent, de pierres précieuses et de tous les biens de la terre, se présenteront aux hommes,
afin qu'ils les vénèrent, comme vos seuls vrais successeurs et Mes représentants, et que cette
communauté leur prouve qu'ils sont tout simplement le contraire de ce qu'ils disent aux gens avec une
audace suprêmement insolente et oublieuse de Dieu, les forçant à ne chercher qu'en eux le salut de leur
âme et la vérité, il s'ensuivra des combats, des guerres et des persécutions comme jamais encore depuis
le commencement de l'humanité sur cette terre.
2 Mais ce terrible état de très grandes ténèbres ne durera pas, et il arrivera que les faux maîtres et les
faux prophètes finiront par se donner à eux-mêmes le coup de grâce. Car Mon esprit, qui est l’Esprit de
toute vérité, s'éveillera chez les hommes trop souvent opprimés, le soleil de vie brillera clairement, et la
nuit de la mort retournera au tombeau.
3 Je vous ai déjà annoncé plusieurs fois ces temps de ténèbres que Je viens de vous décrire, et si Je les
mentionne à nouveau, c'est seulement afin de vous faire découvrir plus aisément la correspondance entre
l'événement de ce soir et ce temps futur.
4. Car dans cette petite ville, entourée presque de tous côtés de villages et de hameaux païens, il vit
encore un petit nombre de Juifs qui, à l'instar de quelques vieux Samaritains, ont conservé un judaïsme
plus pur, et pour qui les lois du Temple sont à bien des égards une abomination! Ils comprennent fort
bien, sans pouvoir s'y opposer, les méfaits et les désordres du Temple. Leurs voisins sont des païens qui
ne font certes pas grand cas de leurs idoles, mais doivent malgré tout s'en donner l’air, alors qu'en vérité
ils ne croient plus en rien, si ce n'est au gain et aux moyens de l'acquérir.
5. Et voici qu'il en sera de même, mais bien sûr, dans une grande partie du monde, en ce temps que Je
vous ai annoncé !
6. Comme cette petite ville, une communauté pure subsistera, entourée surtout de parfaits athées qui, en
ce temps-là, ne se soucieront que de pratiquer toutes sortes d'industries lucratives, et non de Ma pure
doctrine, encore bien moins du paganisme discrédité de Rome. Dans ces conditions, la communauté
pure commencera à connaître le deuil et l'affliction.
7. Ma pure doctrine sera pareille à cette veuve affligée dont J'ai ressuscité le fils mort ; la foi, c'est le fils
mort que J'ai ressuscité. La mauvaise fièvre qui l'a tué, c'est l'esprit de lucre qui s'est emparé de ce petit
peuple aussi, à cause des tromperies absurdes et mauvaises de Jérusalem, et aussi à cause de l'absence
complète de foi des païens qui entourent ce village, païens à qui on donnera le nom d’"industriels" en
cette mauvaise époque future que Je vous ai annoncée.
8. C'est donc pour ces raisons que la foi jadis pure, alors même qu'elle était encore jeune, puisqu'elle
n'est arrivée ici qu'il y a environ seize ans, avec un Samaritain qui était précisément le mari de cette
veuve, cette foi se mourait de la fièvre du gain terrestre, puisqu'elle en est morte et que nous l'avons
trouvée ainsi.
9. C'est alors que Je viens en personne, que Je convertis les païens et arrive ici avec eux au moment où
cette communauté est en grand deuil, et que, ressuscitant la foi morte, Je rends donc à la veuve la pure
doctrine divine ; et, après cet acte, tous les païens accourront ici, embrasseront la croyance ressuscitée
en l'unique vrai Dieu et régleront leur vie sur Sa volonté qui leur a été annoncée.
10. Quant à la fillette aveugle à qui J'ai rendu la vue, elle représente l'industrie parfaitement sans foi de
ce temps dont Je vous parle à présent, et qui deviendra si chiche et si avare que les rois trop orgueilleux
et amis du faste exigeront par force des hommes de gros impôts, même sur ce qu'ils mangeront et
boiront, ce qui causera une grande misère, la disette et la perte de la foi et de l'amour parmi les hommes,
qui se tromperont et se persécuteront les uns les autres.
11. Mais - notez bien cela - quand le malheur sera à son comble, Je viendrai pour le petit nombre des
justes chasser la misère de cette terre et faire briller Ma pure lumière de vie dans les coeurs humains.
12. Mon cher frère Jacques, à présent que Je t'ai donné les indications que tu souhaitais, tu trouveras
facilement le reste, car tu penses fort bien.
13. Connaître par avance ce triste avenir ne rend certes pas l'âme humaine plus heureuse, mais cela ne
lui fait pas de mal non plus de s'exercer aux correspondances et de reconnaître par là que tout ce qu'il y
a de visible et tout ce qui arrive en ce monde est en relation intime et réciproque avec le monde intérieur
et caché des esprits, qui contient en lui tous les espaces et tous les temps comme dans un présent
toujours dévoilé. - Avez-vous bien compris tout cela ? »

Chapitre 41
Question des disciples sur l'affaiblissement de la pure doctrine du Christ

1. Ils répondirent tous : « Oui, Seigneur et Maître, nous avons bien compris cette nouvelle explication ;
seulement, malgré tout ce que nous avons déjà entendu de Ta bouche, une chose n'est pas encore
parfaitement claire: pourquoi permets-Tu, chaque fois que Tu envoies aux hommes la lumière des cieux,
qu'à cette lumière succèdent toujours de longues ténèbres spirituelles ?
2. Nous tous qui recevons à présent de Ta bouche cette très pure doctrine, nous la transmettrons aux
autres hommes dans toute sa pureté, ayant été les témoins vivants de Ta présence personnelle, et nos
successeurs feront de même à leur tour. Et si jamais il se trouve quelqu'un pour prêcher un autre
évangile en Ton nom, Tu le verras bien et le sauras mieux que quiconque ! Ta puissance est bien capable
de clouer le bec à un tel prophète ! Et dans ce cas, nous ne comprenons pas comment Ta très pure
doctrine toute divine pourra jamais être falsifiée, pour se changer finalement en un paganisme tout à fait
ignorant et stupide. »
3. Je dis : « Il est encore bien des choses que vous ne comprenez pas et que Je comprends fort bien !
J'aurais donc bien des choses à vous dire et à vous expliquer, mais vous ne sauriez encore les concevoir
ni les supporter. Mais quand, après Mon ascension, Je ferai descendre sur vous Mon esprit de toute
vérité, il vous guidera en toute sagesse, et vous comprendrez alors tout ce que vous êtes loin de pouvoir
comprendre à présent.
4. Mais prenez bien garde à ce que Je vais encore vous dire. Ce ne sera pas là une leçon, mais des
exemples fort significatifs qui vous feront peut-être mieux comprendre pourquoi, malgré tout ce que
vous M'avez entendu dire et vu faire, il est encore beaucoup de choses que vous ne pouvez pas
concevoir.
5. Voyez comme la lumière du soleil agit diversement sur les créatures de cette seule terre, et voyez
aussi les effets divers de la pluie sur le sol, les plantes, les animaux et les hommes. Dans le même champ
poussent des plantes salutaires, mais aussi, parmi elles, la mauvaise herbe vénéneuse. D'où ces
mauvaises herbes tirent-elles leur poison, quand elles sont éclairées par le même soleil, plongent leurs
racines dans le même sol et sont mouillées et vivifiées par la même pluie et la même rosée ?
6. Voyez-vous, c'est l'esprit en elles qui fait cela, qui transforme la lumière et la pluie en leur nature
particulière ! Le lion, la panthère, le tigre, la hyène, le loup et une foule d'autres bêtes de proie se
nourrissent de la chair d'animaux plus doux, le même soleil brille pour eux et les réchauffe, ils étanchent
leur soif avec la même eau que les doux animaux domestiques; d'où leur vient donc leur férocité ? C'est
l’oeuvre de l'esprit qui est en eux, et qui transforme en une sauvage férocité ce qui en soi était doux !
7. Entrez dans la maison d'heureux parents ayant plusieurs enfants. Ces enfants ont tous le même père et
la même mère, ils mangent la même nourriture à la table parentale, reçoivent la même éducation et les
mêmes soins ; pourtant, l'un est fort physiquement, l'autre faible, un autre est gai et plein d'ardeur en
tout, un autre bougon et paresseux. Un autre encore de ces enfants est comblé de talents et comprend
tout sans peine. Un autre est certes plein de bonne volonté, mais, faute de ces talents, il apprend
difficilement les choses, ne les comprend jamais qu'avec peine, et rarement tout à fait comme il le
faudrait. Et vous observerez encore entre ces enfants une foule d'autres différences. D'où cela vient-il
donc ? Ne pourriez-vous pas dire, là aussi : "Seigneur et Maître, comment donc se fait-il que Tu
permettes cela, et pour quelle raison ? Quel sage but cela peut il bien avoir ?"
8 Voyez-vous, là aussi, la faute en est à la liberté de l'esprit qui est à l'oeuvre à l'intérieur de toutes ces
choses ; et s'il n'en était pas ainsi, il n'y aurait pas non plus en vous cet esprit libre qui a pour tâche de se
transformer en un être autonome.
9. Pourquoi il en est ainsi, Je vous l'ai déjà montré en diverses occasions et vous l'ai expliqué avec
suffisamment de clarté ; pourtant, vous ne comprenez pas encore assez profondément ces choses, parce
que l'esprit éternel de toute vérité et de toute sagesse n'a pas encore totalement imprégné et empli vos
âmes.
10. Mais si vous réfléchissez tant soit peu aux exemples que Je viens de vous montrer, vous ne tarderez
pas à mieux comprendre comment, à la longue, même la plus pure lumière de Mes cieux peut et doit se
changé en épaisses ténèbres païennes, et pourquoi Je dois finalement le permettre, plutôt que de
bâillonner par Ma puissance et Ma force le libre esprit de vie qui est en l'homme.
11. Que penseriez-vous d'un monde où chaque chose ressemblerait ainsi complètement à sa voisine que
vos deux yeux l'un à l'autre ? Aimeriez-vous que les hommes soient en tout aussi semblables que les
moineaux, dont aucun n'est plus avisé ni plus fort que son voisin ? Je crois que vous finiriez par vous
ennuyer fort dans un monde aussi mathématiquement identique. Et Mon ciel de liberté ne serait-il pas
différent, s'il n'y avait en lui une diversité infiniment plus grande encore ?
12. Ou encore, que penseriez-vous de Ma sagesse si J'avais donné à toute les créatures la forme d'un
oeuf ? Vous voyez bien que les choses sont fort bien comme elles sont ! Comme Je l'ai dit, vous ne
comprenez certes pas encore la raison de bien des choses ; mais un jour viendra où vous comprendrez
tout cela. Ainsi, contentons-nous pour le moment de ce qui nous a déjà été donné.
13. Mais il y a encore de la nourriture et du vin sur la table, aussi, songeons à nous restaurer encore un
peu. Après, cela, nous nous retirerons pour la nuit et nous remettrons en route demain matin. Vers quelle
destination, l'esprit de Mon Père nous le fera savoir. »
14. Ce discours étonna considérablement les Grecs qui Me louèrent et Me glorifièrent. Cependant, Je
continuai à boire et à manger tranquillement, de 80 même que tous les autres. Après le repas, Je Me
levai, et la veuve Me fit préparer une bonne couche, ainsi qu'à Mes disciples. Quant aux Grecs, ils
demeurèrent à leurs tables.

Source: http://www.scribd.com/doc/18634537/-Jacob-Lorber-Grand-Evangile-de-JeanV9