Vous êtes sur la page 1sur 39

er Paopi

1

Martyre de sainte Anastasie.

Nous commémorons aujourd’hui le martyre de sainte Anastasie (ةيساطسنأ). Cette sainte était romaine de parents chrétiens qui lui donnèrent une éducation chrétienne. Quand elle grandit, ses parents voulurent la marier mais elle refusa car elle avait choisi dès son enfance de renoncer à ce monde ainsi qu’à ses convoitises et désira la vie spirituelle et les gloires célestes. Elle entra dans un monastère de la ville de Rome, revêtit les habits monastiques et s’astreint à une vie d’ascèse et de jeune perpétuel, ne mangeant que du pain sec et du sel. Elle ne se nourrissait que tous les deux jours et uniquement le samedi et le dimanche pendant la période du carême.

Un jour, un autre monastère de vierge célébrait une fête. L’abbesse prit avec elle quelques sœurs, dont sainte Anastasie, et partirent partager cette célébration. Chemin faisant, cette sainte vit les soldats de Dèce (سويكاد) torturer quelques chrétiens. Son cœur en fut tout troublé et elle s’écria : « Que vos cœurs sont endurcis. Est-ce ainsi que vous vous comportez envers ceux que Dieu a créés à son image et à sa ressemblance ? » Un soldat l’arrêta et la présenta au prince devant qui elle avoua être chrétienne et adorer le crucifié. Il la fit alors torturer sans que cela n’ébranle sa Foi. Enfin il ordonna qu’on la décapite. Elle fit alors une longue prière puis, abaissant sa tête, elle obtint la couronne du martyre.

Que son intercession soit avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

2 Paopi

Venue en Egypte des saint Sévère, le patriarche d'Antioche.

Nous commémorons en ce jour la venue en Egypte de saint Sévère ( سريواس ), le patriarche d'Antioche. Ceci eut lieu à l'époque de l'empereur Justin ( سونيتسوي ) qui suivait la doctrine du concile de Chalcédoine ( ةينوديقلخ ) tandis que l'impératrice Théodora ( ةرودؤات ) était orthodoxe et appréciait saint Sévère à cause de ces qualités chrétiennes et la justesse de sa Foi.

L'empereur l'ayant convoqué, ils eurent une longue discussion concernant la Foi sans que Justin ne renonce à son opinion erronée. Celui-ci donna l'ordre de tuer le patriarche. L'impératrice incita avec insistance saint Sévère de s'échapper pour sauver sa vie. Celui-ci qui était réticent en premier lieu finit par se laisser convaincre et s'enfuit pour l'Egypte accompagné de certains de ses fidèles.

Comme il ne le trouvait pas, l'empereur le fit poursuivre par ses soldats mais le Seigneur le cachait à leurs yeux. Arrivé en Egypte, ce saint resta caché et changeait constamment de place allant d'un endroit à l'autre et d'un monastère à l'autre sans se faire connaitre et Dieu fit, par son intermédiaire, de nombreux miracles.

Un jour qu'il était au désert de Scété, il entra dans une église déguisé comme un moine étranger. Le prêtre, ayant déposé le pain sur l'autel, encensa l'église et toutes les lectures furent dites. Au moment où il leva le drap qui recouvre l'autel ( نيرافسيربلإا ), il ne trouva pas le pain dans la patène ( ةينيصلا ). Ceci le troubla profondément et il pleura. Il se retourna vers l'assemblée et leur dit : « Frères, je ne trouve pas le pain dans la patène et je ne sais pas si ceci est à cause de mes péchés ou des vôtres. » Les fidèles pleurèrent à leur tour mais l'ange du Seigneur apparut à cet instant et lui dit : « Ceci n'est ni à cause de tes péchés ni des leurs. C'est parce que tu as offert le pain en présence du patriarche. » Le prêtre demanda à l'ange où il était et celui-ci le lui indiqua alors qu'il était assis dans un recoin de l'église.

Ils le firent entrer avec les honneurs dus à son rang dans l'autel. Le patriarche ordonna au prêtre de continuer la sainte liturgie. Celui-ci trouva alors le pain à sa place sur l'autel. Tous ceux qui étaient là bénirent et glorifièrent le Seigneur.

Etant parti de ce lieu, saint Sévère s'installa chez un notable de la ville de Sakha (اخس) nommé Dorothé ( سؤاترود ) et il y demeura jusqu'à son décès.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

3 Paopi

1. Décès de saint Siméon II, le 51 ème pape de la prédication de saint Marc

2. Martyre de saint Jean le soldat.

1. Nous commémorons aujourd’hui le décès en l’an 822 après Jésus Christ de saint

Siméon II (نؤاميس), le 51 ème pape de la prédication de saint Marc. Ce pape était natif de la ville d’Alexandrie, et était issu d’une famille de notables chrétiens. Dès sa plus tendre enfance, il fut élevé dans la Foi chrétienne et étudia rapidement les sciences ecclésiastiques.

Ayant choisi de devenir moine, il alla dans le désert de Scété et il s’installa dans le cloitre d’Abba Jacob (ﺏﻭﻕﻉﻱﺍﺏﻥلأﺍ) qui devait le précéder et il y demeura plusieurs années pendant lesquelles il s’adonna à la prière et au jeune délaissant les besoins de son corps.

Lorsqu’Abba Marc II (ﻱﻥﺍﺙﻝﺍ ﺱﻕﺭﻡ ﺍﺏﻥﻝﺃ) fut porté sur le siège patriarcal, il apprit toutes les vertus et la bonne conduite de Siméon. Alors, il demanda à son père spirituel, Abba Jacob, de se l’adjoindre. Siméon resta auprès du patriarche Marc II jusqu’à son décès. Quand Abba Jacob, son père spirituel, fut consacré patriarche, il le garda auprès de lui. Pendant cette période il apprit beaucoup de choses.

Après le décès d’Abba Jacob, l’unanimité des évêques, des prêtres et des notables se fit pour le choix d’Abba Siméon en raison de sa piété et de sa Foi orthodoxe qu’ils avaient constatées pendant son séjour auprès de ses deux prédécesseurs. Il fut porté sur le siège patriarcal contre son gré et poursuivit sa vie en ayant une conduite agréable à Dieu. Mais la volonté divine voulut qu’il décède en étant resté sur le siège patriarcal que cinq mois et demi.

Que ses prières soient avec nous. Amen !

2. Nous commémorons aussi le martyre des saint Jean le soldat (يدنجلا انحوي) de la ville

d’Achrouba (ةبورشا).

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

4 Paopi

Martyre de saint Bacchus, le compagnon de saint Serges.

Nous commémorons aujourd’hui le martyre de saint Bacchus ( سخاو), le compagnon de saint Serges (سويجرس).

Après que l’empereur Maximien (سونايميسكم) ait arrêté ces deux saints en les torturant très cruellement et les avoir déchus de leurs grades militaires, il les envoya auprès d’Antiochus (سخويطنأ), le gouverneur de Syrie. Celui-ci emprisonna Serges et ordonna que Bacchus soit tué puis jeté dans l’Euphrate après qu’on y ait accroché de lourdes pierres. Mais le Seigneur protégea le corps du martyr et les flots le rejetèrent près de l’endroit où s’étaient installés deux saints ermites. L’ange du Seigneur leur apparut et leur demanda d’aller chercher le corps de saint Bacchus. Lorsqu’ils arrivèrent ils trouvèrent le corps sous la garde d’un aigle 1 et d’un lion. Ces deux animaux carnivores avaient surveillé ce corps pendant un jour et une nuit sans lui nuire.

Les deux frères prirent le corps avec soin et grande révérence en louant Dieu et l’enterrèrent près de leur grotte

Que les prières de ce saint soit avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

1 Dans la version arabe il est question d’un scorpion (برقع) alors qu’au 10 Paopi, commémoration de saint Serges, il est écrit aigle (باقع). J’ai gardé cette dernière version pour les deux narrations du même évènement (sous-diacre Naguy Wasfy).

- 1

-

5 Paopi

Martyre de saint Paul, patriarche de Constantinople

Nous commémorons aujourd'hui le martyre de saint Paul (سلوب), patriarche de Constantinople. Ce saint était le disciple du père Alexandre (سوردنكسلاا) auquel il succéda. Lorsqu'il s'installa sur le trône patriarcal, il chassa les partisans d'Arius (سويرأ) de Constantinople et de ses environs.

Après le décès de Constantin (ريبكلا سونيطنطسق), l'empire fut partagé entre ses trois fils, Constance (سويدنطسق) à Constantinople, Constant (سنطسق) à Rome et Constantin II (سونيطنطسق) en Gaule et en Bretagne. Constance partageait les thèses d'Arius et l'attitude du père Paul envers ces derniers l'attristait. Il lui demanda de ne plus les excommunier mais le patriarche ne changea pas d'avis. L'empereur fut alors irrité contre lui et le bannit de la ville de Constantinople. Il avait déjà expulsé saint Athanase l'apostolique (يلوسرلا سويسانثا) d'Alexandrie. Tous deux se rencontrèrent à Rome où ils furent reçus par Constant et l'informèrent de ce qui leur était arrivé. Celui-ci écrivit une lettre à son frère lui demandant de les recevoir et le menaçant de l'attaquer militairement s'il ne le faisait pas.

A leur arrivée à Constantinople, les deux saints présentèrent à Constance la lettre de son frère. L'empereur les laissa donc retourner à leurs sièges mais pour peu de temps. En effet dès l'assassinat de Constant à Rome, il l'expulsa à nouveau en Arménie. Quelques jours plus tard, il fit envoyer un Arien à qui il donna l'ordre de le retrouver et de le tuer. Celui-ci l'étrangla de nuit. Il obtint alors la couronne du martyre.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

6 Paopi

Décès de la prophétesse Anne, la mère de Samuel

Nous commémorons en ce jour le décès de la prophétesse Anne (ةنح), la mère de Samuel (ليئومص). Cette femme juste était de la tribu de Lévi (). Son mari, Alcana fils de Yokohama (ماحوري نب ةناقلأ) avait deux femmes : Anne et Peninna (ةننف). Anne n’avait pas d’enfant car elle était stérile et Peninna la raillait continuellement à ce sujet. Comme Anne pleurait de tristesse et ne se nourrissait plus, son mari la consolait en lui disant : « Anne, pourquoi pleures-tu ? Pourquoi ne manges-tu pas ? Pourquoi es-tu malheureuse ? Et moi, est-ce que je ne compte pas à tes yeux plus que dix fils ? » 1

Mais elle n’accepta pas ses consolations et ses et se rendit au sanctuaire du Seigneur. Ceci se passait à l’époque du prêtre Eli (نهاكلا يلاع). Elle pria le Seigneur en pleurant et elle fit un vœu en disant : « Si tu veux bien …me donner un fils, je le consacrerai au Seigneur pour toute sa vie. » Quant à Eli, il l’observait silencieuse car elle priait dans son cœur et pensait qu’elle était ivre. Comme il la blâmait elle lui apprit qu’elle n’avait rien bu, mais qu’elle était triste. Alors il lui dit : « Va en paix et que le Dieu d’Israël t’accorde ce que tu lui as demandé » 2 . Elle fit confiance en ce qu’il lui prédisait puis rentra chez elle.

Anne conçut et mit au monde un fils. Elle lui donna le nom de Samuel, c’est-a-dire :

Dieu exauce, car disait-elle : « je l’ai demandé au Seigneur » 3 . Lorsque Samuel eut été sevré, Anne, sa mère le conduisit à la maison du Seigneur, et le présenta au prêtre Eli. Elle lui expliqua disant : « je suis cette femme qui se tenait ici près de toi en priant le Seigneur. C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande. A mon tour je le donne au Seigneur. Il demeurera donné au Seigneur tous les jours de sa vie. » 4

Alors elle chanta à Dieu le cantique qui lui est attribué. Enfin, elle poursuivit sa vie sur terre d’une manière qui était agréable à Dieu puis décéda en paix.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

1 1 Samuel 1 : 1 – 8.

2 1 Samuel 1 : 17.

3 1 Samuel 1 : 20.

4 1 Samuel 1 : 27 – 28.

- 1

-

7 Paopi

Décès de Paul de Tammouh.

Nous commémorons en ce jour le décès d’abba Paul (لاوب ابنلاا) qui était originaire de Tammouh (هومط) 1 . Comme il préférait la solitude et l’isolement, Paul s’installa dans le désert près d’Antinoë (انصنأ) ou il séjourna avec son disciple Ezéchiel (لايقزح) qui fut un témoin de ses actions vertueuses.

Ce saint aimait tellement le Seigneur au point que son corps fut affaibli à force de jeunes, d’abstinences, d’ascétismes et de prières. Ces efforts lui valurent une apparition du Seigneur qui le bénit pour sa conduite parfaite en ce bas monde ; cette conduite que mènent ceux qui combattent contre les désirs du corps, les convoitises du monde et les tentations du démon et qui ont pu les vaincre. Abba Paul lui répondit que tout a été possible parce que Lui, le créateur de l’humanité et son rédempteur, a pris soin de nous et Il est mort pour nous, indignes pécheurs. Le Seigneur le consola et l’affermit dans sa Foi.

Lorsqu’abba Pichoy (يوشيب) se rendit à Antinoë (انصنأ), il rencontra abba Paul. Le Seigneur lui promit qu’ils seront enterrés ensemble. En effet, quand abba Paul décéda son corps fut placé auprès de celui d’abba Pichoy. Plus tard, le corps de ce dernier fut transférer au monastère de saint Macaire (سويراقم ابنلأا سيدقلا ةيرب). Cependant, lorsqu’ils déposèrent la dépouille d’abba Pichoy sur la barque qui devait le transporter, ils ne purent la déplacer tant qu’ils n’y avaient pas mis celle d’abba Paul.

Que les prières de ses deux saints soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

1

Dans « Tammah ».

la littérature

française

on

retrouve

- 1

-

le

nom

de

ce

village

sous

la forme

8 Paopi

1. Martyre de saint Matra

2. Martyre d’abba Hour et de Tossiya et ses enfants ainsi qu’abba Aghathon l’ermite.

1. Nous commémorons aujourd’hui le martyre de saint Matra, l’ancien (ارطم). Ce saint était

un chrétien d’Alexandrie. Quand Dèce (سويقاد) monta sur le trône, il remit en honneur le culte des idoles et les chrétiens furent persécutés dans tout l’empire. Les fidèles d’Alexandrie subirent aussi cette persécution à partir du moment où l’édit parvint dans cette ville. Certaines personnes dénoncèrent ce saint comme étant chrétien. Le gouverneur le convoqua et le questionna à propos de sa Foi. Matra confessa alors sa Foi en Jésus Christ, « vrai Dieu né du vrai Dieu ». Comme le gouverneur insistait pour qu’il se prosterne devant les idoles en usant tantôt des promesses et tantôt des menaces, saint Matra lui dit d’une voix assurée : « Je ne me prosternerai que devant le Christ, créateur du ciel et de la terre. » Le gouverneur entra dans une grande colère et ordonna qu’on le torture cruellement et, devant sa détermination, ordonna qu’on le décapite hors de la ville.

Que ses prières soient avec nous. Amen !

2. Nous commémorons aussi le martyre à Tammouh (هومط) d’abba Hour (روهابأ) et de

Tossiya (ايسوط) et ses enfants ainsi que celui d’abba Aghathon l’ermite (دحوتملا وثاغأ).

Que leurs prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

9 Paopi

1. Décès de saint Euménius, le septième pape de la prédication de saint Marc. 2. Eclipse du soleil en 978 des martyrs. 3. Commémoration de l'évêque Siméon.

1. Nous commémorons aujourd'hui le décès de saint Euménius 1 (سويناموأ) en l'an 146 après

Jésus Christ. Ce saint fut ordonné diacre par saint Prime 2 (سوميربأ) le cinquième pape d'Alexandrie et il assura le service du diaconat pendant 10 ans. Lorsque saint Juste 3 (سطسي), le sixième pape d'Alexandrie, fut sacré pape, il constata la réussite de ce saint, sa piété et son instruction. Il l'ordonna prêtre et lui confia la charge d'instruire et d'éduquer les fidèles de l'Eglise d'Alexandrie selon les principes chrétiens.

Après le décès du pape saint Juste, ce père fut sacré patriarche pour lui succéder. Il confia l'éducation et l'enseignement des fidèles au père Marcien 4 (سونايكرم) qui prit sa suite. Quant à lui, il s'attela à la recherche sans relâche des brebis égarées et des pécheurs démontrant aux païens la divinité du Christ et sa consubstantialité (هتوهلا رهوج ةينادحو). Il demeura sur le siège patriarcal treize ans puis il décéda en paix.

Que ses prières soient avec nous tous. Amen !

2. Nous commémorons aussi en ce jour une éclipse du soleil survenue en l'an 958 des

martyrs à l'époque du patriarche Cyrille III 5 (ثلاثلا سلريك) le soixante-quinzième pape d'Alexandrie et au cours du règne d'Al-Salih Ayyoub (بويا حلاصلا). Cet évènement remplit les gens de crainte et ils implorèrent Dieu d'avoir pitié d'eux. Dieu chassa leur crainte et brusquement les ténèbres disparurent et le soleil éclaira la terre à nouveau. Cette éclipse dura de 8h30 à 9h30.

Les gens se mirent à glorifier Dieu car Il a été patient avec eux et ne les avait pas traités selon leur péché mais selon sa miséricorde.

La gloire soit à Dieu dans Son Eglise.

3. Nous commémorons aussi l'évêque Siméon.

Que ses prières soient avec nous. Et Gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

1 Pape de 129 à 141 après Jésus Christ

2 Pape de 106 à 118 après Jésus Christ

3 Pape de 118 à 129 après Jésus Christ

4 Pape de 141 à 152 après Jésus Christ

5 Pape de 1235 à 1243 après Jésus Christ

- 1

-

10 Paopi

Martyre de saint Serges, le compagnon de saint Bacchus.

Nous commémorons aujourd’hui le martyre de saint Serges (سويجرس), le compagnon de saint Bacchus ( سخاو). Il était un officier supérieur à la cour de l’empereur Maximien (سونايميسكم). Comme ce dernier était païen il envoya ces deux saints chrétiens auprès d’Antiochus (سخويطنأ), le gouverneur de Syrie, avec des instructions de les tuer s’ils ne renonçaient pas à leur Foi.

Antiochus fit torturer Bacchus très durement mais comme il ne reniait pas sa Foi, il ordonna qu’on le tue, ensuite il le jeta dans l’Euphrate mais les vagues le rejetèrent sur le rivage. Dieu envoya un aigle pour protéger son corps jusqu’à ce que deux croyants de la région viennent et le recueillent pour l’enterrer avec respect. 1

La mort de son ami rendit Serges triste. Il vit alors en songe saint Bacchus entouré d’une grande lumière ce qui le consola. Après l’avoir torturé, le gouverneur l’envoya alors à Rassafa tiré par un cheval auquel il était accroché et son sang coulait sur le sol. En chemin ils croisèrent une jeune vierge qui leur donna à boire. Cette jeune fille fut peinée par l’état dans lequel se trouvait le saint. Celui-ci lui demanda alors de les suivre jusqu’à Rassafa pour recueillir son corps.

Or le gouverneur de Rassafa était un ami de saint Serges qui l’avait aidé à obtenir son poste dans l’armée. Il tenta, sans succès, de le convaincre de changer d’avis. Alors il le fit décapiter. La jeune fille avança alors et recueillit son sang dans une gourde de laine. Son corps fut préservé jusqu’à la fin des persécutions. Une église fut alors construite à Rassafa et elle fut consacrée par quinze évêques. Le corps de saint Serges fut déposé dans un cercueil en marbre. De l’huile coulait de ses reliques et avait la vertu de guérir les malades.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

1 Voir la vie de saint Bacchus le 4 Paopi.

- 1

-

11 Paopi

1. Décès de saint Jacques, patriarche d’Antioche

2. Décès de sainte Pélagie.

1. Nous commémorons aujourd’hui le décès de saint Jacques, le patriarche d’Antioche. Ce

saint rencontra de grandes difficultés et fut exilé à cause de son acharnement à défendre la Foi orthodoxe. Après qu’il eut demeuré quelque temps en exil, les citoyens de la ville le firent

revenir mais les disciples d’Arius l’exilèrent à nouveau. Il resta en exil sept ans puis décéda en paix

Que ses prières soient avec nous. Amen !

2. Nous commémorons aussi le décès de sainte Pélagie (ةيجلايب). Cette sainte naquit à

Antioche de parents païens et eut au début de sa vie une conduite indigne. Elle rencontra un jour un saint évêque nommé Paul (سلوب) qui l’instruisit avec soin de la crainte de Dieu ; alors, elle crut en Jésus Christ et confessa tout ce qu’elle avait fait. Il l’affermit dans la Foi et lui apprit à ne pas désespérer mais de se repentir avec une intention sincère puis la baptisa au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et elle en fut illuminée. Elle pratiqua le sacrement de la pénitence avec détermination et honnêteté et elle épuisa son corps à force d’adoration ardente puis se revêtit de vêtements d’hommes et alla à Jérusalem où elle rencontra le père

Alexandre (سوردنكسلاا) le patriarche de cette ville qui l’envoya dans un monastère des environs où elle demeura quarante ans puis décéda en paix.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

12 Paopi

1. Décès de saint Démétrios 1 er le 12 ème pape d'Alexandrie

2. Martyre de saint Matthieu l'évangéliste

3. Commémoration de l'archange Michel.

1.

En ce jour de l'an 224 après J.C. décéda le saint père Démétrios 1 er (لولأا سويرتميد), le

12

ème pape d'Alexandrie. Ce père était chaste et ne s'intéressait pas aux désirs de la chair.

Ce saint était un paysan analphabète, ne sachant ni lire ni écrire, et il était marié depuis quarante sept ans lorsqu'il fut choisi comme patriarche. Ils vécurent tous les deux dans la chasteté pendant toute cette période et nul n'était au courant de ce secret.

Lorsqu'approcha le décès de saint Julien (سونايلوي), le 11 ème patriarche, un ange du Seigneur lui apparut dans une vision et lui apprit l'histoire de ce saint et l'informa qu'il lui succédera sur le trône patriarcal. L'ange lui donna un indice : « Demain, un homme viendra te voir, il aura avec lui une grappe de raisin. Garde-le et bénis-le. » A son réveil, il informa les évêques et les prêtres de son entourage de ce qu’il avait vu.

Le lendemain, saint Démétrios trouva une grappe de raisin qui avait poussé hors saison. Il l’arracha et la porta au patriarche pour obtenir sa bénédiction. A sa vue, saint Julien le prit par le bras et dit à ceux qui étaient présents : « Voici celui qui sera votre patriarche après moi » et il le bénit. Alors ils le gardèrent auprès d’eux jusqu’au décès du pape Julien et accomplirent les prières de consécration. Saint Démétrios fut alors rempli de la grâce divine. Le Seigneur illumina son intelligence et il apprit la lecture et l’écriture. Il étudia les saintes écritures et leurs commentaires et la grâce se répandait de ses lèvres lorsqu’il enseignait. Il promut le calcul de l’épacte (ىطقبلأأ باسح) qui établit les bases pour le calcul des dates du carême. Avant cette période les chrétiens jeunaient immédiatement après l’épiphanie (la fête du baptême de notre Seigneur) comme le christ avait jeuné 40 jours immédiatement après son baptême. La semaine sainte était jeunée séparément de sorte que la fête de Pâques soit le dimanche qui suit immédiatement après la pâque juive.

Il y avait d’autres chrétiens qui fêtaient le 14 Nissân (ناسين), c'est-à-dire qu’ils fêtaient en même temps que les juifs sans prendre garde que la pâque chrétienne, qui célèbre la résurrection du Christ, a eu lieu après la pâque de Moïse. C’est pour cela que le pape Démétrios prit soin de fixer des règles pour les jeunes et les fêtes chrétiennes et il disposa le carême immédiatement avant la semaine sainte. Il écrivit une lettre en ce sens à l’évêque de Jérusalem Agapiane, Maxime le patriarche d’Antioche, le patriarche de Rome ainsi qu’à d’autres qui en approuvèrent le contenu et l’appliquèrent jusqu’à ce jour sauf l’Eglise de Rome qui a adopté depuis le 16 ème siècle le calendrier grégorien. Les patriarches de l’Eglise copte ont donc eu le privilège de fixer la Pâque chrétienne et d’envoyer des lettres à tous les chrétiens afin que tous fêtent Pâque le même jour et que la joie soit totale.

Dieu a toujours soutenu ce pape en raison de sa pureté. Il avait le don de voir le Christ faire avancer ceux qui étaient dignes de la communion et repousser toute personne indigne en lui montrant son péché. Il confessait alors son péché et le patriarche le lui reprochait en lui disant : « quitte ton péché et repent toi, ensuite viens et communie aux saints sacrements. Son peuple vécut dans la droiture à son époque.

Ce patriarche blâmait les pécheurs et les incitait au repentir. Certains se rebellèrent et ce mirent à murmurer : « Cet homme est marié, comment peut-il nous faire de reproches ? » Le Seigneur voulut alors montrer ses vertus au grand jour. L’ange du Seigneur lui apparut de nuit

et lui dit : « Démétrios, ne recherche pas ton salut en laissant les autres demeurer dans le doute et périr. Puis il lui dit : « Tu dois dévoiler au peuple le secret que tu as avec ta femme afin d’ôter le doute. » Le lendemain, après la liturgie eucharistique, il demanda au peuple de ne pas quitter l’église. Il mit de la braise sur le manteau de sa femme et dans sa manche et ils firent ensemble le tour de l’église sans que leurs vêtements ne se brulent. L’assemblée fut stupéfaite par ce miracle, alors il leur apprit que lui et sa femme vécurent dans la chasteté jusqu’à ce jour. Le peuple cessa de douter de lui et tout le monde fut assuré de sa chasteté.

A son époque plusieurs hérétiques rédigèrent des livres interdits, il les excommunia. Parmi eux se trouvait Clément, Origène et Arien.

Tout au long de son magistère, il n’arrêta pas d’enseigner son peuple et d’enraciner les croyants dans la vraie Foi. Lorsqu’il vieillit et devint faible, on le portait jusqu’à l’église pour qu’il puisse enseigner. Ce père atteint l’âge de 105 ans, dont 15 ans avant son mariage, 47 ans jusqu’à ce qu’il devint patriarche et 43 ans sur le trône apostolique, puis il décéda en paix.

Que la bénédiction de sa prière soit avec nous tous. Amen !

2. Nous commémorons aussi aujourd’hui le martyre de saint Matthieu l’évangéliste. Il

faisait parti des douze apôtres et se nommait Lévi. C’est lui qui était assis à son bureau de collecteur d’impôts à la sortie de Capharnaüm. Le Christ lui dit : « suis-moi » et laissant tout,

il se leva et le suivit 1 . Il fit un grand festin chez lui pour le Christ. Les pharisiens récriminèrent en disant à ses disciples : « pourquoi votre maître mange-t-il et boit-il avec les publicains et le pécheurs. Jésus leur répondit « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin mais les malades. Je suis venu appeler non pas les justes mais les pécheurs, pour qu’ils se convertissent. » 2

Saint Matthieu prêcha l’Evangile en Palestine, à Tyr et à Sidon puis alla en Ethiopie. Il entra dans la ‘ville des prêtres’ et les ramena à la connaissance de Dieu. Quand il voulut entrer dans la ville, il rencontra un jeune homme qui lui dit qu’il ne pouvait pas entrer dans la ville sauf s’il rasait la tête et la barbe et tenait un rameau à la main. Il fit cela. Chemin faisant, alors qu’il repensait à cela, le Christ lui apparut sous l’aspect de ce jeune homme, il le rassura et l’encouragea puis le quitta. Matthieu réalisa alors que ce jeune homme était le Seigneur lui- même.

Il entra dans cette ville comme s’il était l’un de ses prêtres et se dirigea vers le temple d’Apollon. Il y rencontra le grand prêtre de ce temple et discuta avec lui au sujet des dieux qu’ils adoraient. Il lui montra que ces dieux n’entendent ni ne voient rien mais que le seul vrai Dieu est celui qui a créé le ciel et la terre. Dieu fit un miracle par l’intermédiaire de ce saint. En effet, une table dressée descendit du ciel devant eux et ils furent inondés d’une grande lumière. Quand Armious le prêtre vit ce miracle, il lui demanda : « quel est le nom de ton Dieu ». L’apôtre lui répondit : « Mon Dieu est notre Seigneur le Christ. » Armious se convertit et une grande foule le suivit. Lorsque le gouverneur de la ville entendit cela, il ordonna de les faire bruler. Mais le fils du gouverneur mourut. L’apôtre Matthieu pria sur lui et implora Dieu de ressusciter ce jeune. Dieu l’exauça et fit revenir le jeune garçon à la vie. Le gouverneur, ayant vu cela, se convertit ainsi que le reste des citoyens de cette ville. Matthieu les baptisa, il ordonna des prêtres et consacra un évêque.

Après avoir prêché dans d’autres villes, il retourna à Jérusalem où il prêcha quelques Juifs qui se convertirent et reçurent le baptême. A leur demande il écrivit le début de son

1 Mt 9 : 9, Lc 5 : 27 – 28.

2 Lc 5 : 27 – 32.

- 2 -

Rev.1

Evangile en hébreux. On dit qu’il l’acheva en Inde. Ceci eu lieu dans la première année du règne d’Euclide, la neuvième après l’ascension.

Saint Matthieu mourut martyr par lapidation sur l’ordre du gouverneur Festus. Il fut enterré à Carthage de Césarée par quelques fidèles dans un lieu sacré.

Que sa prière soit avec nous. Amen !

3. Le 12 ème jour de chaque mois nous commémorons l’archange Michel, le chef des

troupes célestes. Il se tient devant le trône céleste de Dieu et intercède pour le genre humain,

Que

ses

intercessions

soient

avec

nous

tous

et

gloire

soit

à

notre

Seigneur

éternellement. Amen !

 
 

¿¿¿

 
 

- 3 -

Rev.1

13 Paopi

Décès de saint Zacharie, le moine.

Nous commémorons aujourd’hui le décès de saint Zacharie (ايركز), le moine. Son père, prénommé Karios (سويراق) était marié et avait deux enfants lorsqu’il désira mener une vie de moine. Il en discuta avec sa femme qui accepta. Il laissa les deux enfants avec elle et partit à Scété s’installant comme moine auprès d’un ancien.

Peu de temps après, le coût de la vie augmenta dans cette ville. L’épouse de Zacharie se rendit avec ses 2 enfants au désert, à l’endroit où se trouvait Karios, et les lui remit en expliquant qu’elle ne pouvait pas subvenir à leurs besoins à cause de la vie chère. Il lui répondit : « Dieu les répartit entre nous, prend la fille et moi je garde le garçon. » Elle partit avec sa fille et Karios garda Zacharie auprès de lui et alla auprès des anciens qui lui prédirent qu’il sera un moine parfait.

Zacharie grandit au désert où il reçut une bonne éducation et progressa dans la vertu. Alors certains moines se mirent à se plaindre à cause de sa beauté et de sa prestance. Ils disaient : « Comment un garçon comme celui-ci peut-il être au désert parmi les moines ? » Lorsque saint Zacharie entendit cela, il alla au lac salé de Natroun (نورطنلا) et y trempa son corps plusieurs heures ce qui transforma son apparence lui donnant une couleur très foncée et le rendit semblable à un lépreux. Après avoir remit ses vêtements, il revint auprès de son père qui ne le reconnut qu’avec difficulté. Zacharie lui expliqua alors ce qu’il avait fait.

Le dimanche suivant, ils se rendirent ensemble à l’église pour communier aux saints sacrements. Dieu dévoila ce que Zacharie avait fait à saint Isidore (سروذيسيا), le prêtre de Scété. Ce dernier déclara : « Zacharie s’est présenté dimanche dernier en tant qu’être humain mais, à présent, il est devenu un ange. » Saint Zacharie eut de grandes qualités spirituelles spécialement l’humilité dans laquelle il excella. Son père disait : « Moi, j’ai beaucoup souffert dans mon combat mais je n’ai pas atteint le niveau de mon fils. »

Ce saint arriva au désert à l’âge de sept ans, il y demeura quarante-cinq ans et décéda en paix à l’âge de cinquante-deux ans.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

14 Paopi

Décès de Saint Philippe – l’un des sept diacres.

En ce jour nous commémorons le décès de saint Philippe (سبليف), l’un des sept diacres. Il était originaire de Césarée en Palestine (نيطسلف ةيرصيق). Quand notre Seigneur Jésus, à Qui est due la gloire, passa par cette ville et qu’Il y enseigna, ce saint entendit son enseignement et le suivit sur-le-champ. Notre Seigneur le choisit parmi les 70 disciples qu’Il envoya prêcher et guérir les malades. Plus tard, il fut choisit par les douze apôtres du nombre des 7 diacres qu’ils ordonnèrent.

Ce disciple proclama l’Evangile en Samarie et y baptisa notamment Simon le magicien qui mourut pour avoir voulu acheter le don du Saint Esprit.

« L'ange du Seigneur adressa la parole à Philippe : ‘Mets-toi en marche vers le midi, prends la route qui descend de Jérusalem à Gaza ; elle est déserte.’ Et Philippe se mit en marche. Or, un éthiopien, un eunuque, haut fonctionnaire de Candace, reine d'Ethiopie, administrateur de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer (Dieu). Il en revenait, assis dans son char, et lisait le prophète Isaïe. L'Esprit (du Seigneur) dit à Philippe : ‘Avance, et rejoins ce char.’

Philippe s'approcha en courant, et il entendit que l'homme lisait le prophète lsaïe ; alors il lui demanda : ‘Comprends-tu vraiment ce que tu lis ?’ L'autre lui répondit :

‘Comment pourrais-je comprendre s'il n'y a personne pour me guider ?’ Il invita donc Philippe à monter et à s'asseoir à côté de lui. Le passage de l'Ecriture qu'il lisait était celui-ci :

Comme une brebis, on l'a conduit à l'abattoir, comme un agneau muet devant le tondeur,

il n'ouvre pas la bouche.

A cause de son humiliation,

sa condamnation a été levée. Sa destinée, qui la racontera ? Car sa vie a été retranchée de la terre.

L'eunuque dit à Philippe : ‘Dis-moi, je te prie : de qui parle-t-il ? De lui-même, ou bien d'un autre ?’ Alors Philippe prit la parole, et, à partir de ce passage de l'Ecriture, il lui annonça la Bonne Nouvelle de Jésus.

Comme ils poursuivaient leur route, ils arrivèrent à un point d'eau, et l'eunuque dit :

‘Voici de l'eau : qu'est-ce qui empêche que je reçoive le baptême ?’ Il fit arrêter le char, ils descendirent dans l'eau tous les deux, et Philippe baptisa l'eunuque.

Quand ils furent remontés de l'eau, l'Esprit du Seigneur emporta Philippe ; l'eunuque ne le voyait plus, mais il poursuivait sa route, tout joyeux. Philippe se retrouva dans la ville d'Ashdod, il annonçait la Bonne Nouvelle dans toutes les villes où il passait jusqu'à son arrivée à Césarée. » 1

Il parcourut l’Asie en y apportant la bonne nouvelle vivifiante. Il eut 4 filles qui enseignaient avec lui et il ramena un grand nombre des habitants de Judée, de la Samarie et d’autres dans la bergerie de la Foi. Après quoi, il mourut en paix.

1 Actes 8 : 26 – 40.

- 1

-

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 2 -

15 Paopi

Martyre de saint Pantéléïmôn, le médecin.

Nous commémorons aujourd’hui le martyre en l’an 405 après Jésus Christ de saint Pantéléïmôn (نوميئلادنب). Il naquit à Nicomédie (ةيديموقين) d’un père païen et d’une mère chrétienne. Ses parents lui donnèrent une bonne éducation et il apprit la médecine. Il rencontra un prêtre nommé Hermolaos (سلاومرأ) qui lui enseigna les vérités de la foi chrétienne et le baptisa. Il excella dans la vertu et Dieu fit de grands miracles par son intermédiaire.

Un jour, un aveugle vint voir le médecin afin qu’il le guérisse. Mais ce dernier fit le signe de la croix sur ses yeux en disant : « au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit » et, aussitôt, l’homme retrouva une vue parfaite. Lorsque les rumeurs concernant cette guérison lui parvinrent, l’empereur convoqua cet homme et le questionna au sujet de sa guérison. Celui-ci lui répondit que saint Pantéléïmôn lui avait guéri les yeux, en posant la main dessus et en disant : « au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit » puis il confessa sa foi, alors il fut décapité sur-le-champ.

Ayant convoqué ensuite Pantéléïmôn, l’empereur le questionna au sujet de sa foi. Celui- ci confessa sa Foi chrétienne. L’empereur tenta d’amadouer le saint, puis devint plus menaçant lui promettant les pires châtiments, mais rien ne put ébranler sa foi. Alors il le fit torturer de multiples manières durant plusieurs jours, mais le christ, lui apparut sous les traits de son père spirituel le prêtre Hermolaos et il le réconfortait et l’accompagnait lui indiquant qu’il partageait ses souffrances. Alors l’empereur ordonna qu’il soit décapité.

Lorsqu’il approcha de l’endroit de l’exécution, il fit une prière implorant le Seigneur. Alors il entendit une voix venant d’en-haut lui annonçant les délices qui avaient été préparés pour lui dans les cieux. Les soldats, aussi, entendirent cette voix et allèrent proclamer leur foi en Christ Jésus devant l’empereur qui les fit décapiter.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

16 Paopi

1. Décès de saint Agathon, le trente-neuvième pape d'Alexandrie.

2. Commémoration des saints Carpus, Apollos et Pierre.

1. Nous commémorons aujourd'hui le décès, en 672 après Jésus Christ, de saint Agathon

(وثاغأ), le trente-neuvième pape d'Alexandrie. Ce saint était le disciple de saint Benjamin (نيماينب) qui lui avait précédé. Saint Benjamin avait du se cacher un certain temps à cause des persécutions des adeptes du concile de Chalcédoine et avait confié à Agathon le soin de prêcher les fidèles et de les affirmer dans la Foi orthodoxe. Agathon parcourait les marchés et les rues déguisé en menuisier et la nuit il revêtait ses vêtements sacerdotaux pour aller dans les maisons pour enseigner et guider les fidèles. Il continua à agir ainsi jusqu'à la conquête arabe et le retour du patriarche Benjamin à son siège.

Après le décès du pape Benjamin, Agathon fut choisi patriarche et dut subir de grandes difficultés pour maintenir la Foi. A cette époque, un melkite du nom de Théodose (سويسودؤات) se rendit à Damas rencontrer le calife Yazid fils de Mo'awiya (ةيواعم نب ديزاي) et lui offrit de grandes richesses dans le but d'obtenir le poste de gouverneur d'Alexandrie, Mariout et Beheira. Dés qu'il obtint ce poste, il se mit à persécuter la pape et lui imposa de lui payer une capitation (ةيزج) exorbitante. Les gens détestèrent cet homme à cause de tout le mal qu'il avait fait au patriarche et ils l'évitaient soigneusement. Théodose donna l'ordre que quiconque verrait le patriarche dans la rue devait le tuer. Saint Agathon demeura dans sa cellule jusqu'à ce que Dieu fasse périr cet odieux gouverneur.

A l'époque de ce patriarche fut achevée la construction de l'église de saint Macaire dans son monastère de Scété.

Une nuit, un ange du Seigneur lui apparut pour l'informer qu'un moine du monastère de saint Macaire nommé Jean (انحوي) se trouvait à Fayoum et lui ordonna de le faire venir pour l'aider dans l'enseignement des fidèles. L'ange lui apprit aussi que ce moine lui succèdera sur le siège patriarcal. Abba Agathon envoya quérir ce moine et lui confia le soin de s'occuper des églises et d'enseigner le peuple. Il demeura dix neuf ans sur le siège patriarcal puis il décéda en paix.

Que ses prières soient avec nous tous. Amen !

2. Nous commémorons aussi les saints Carpus (سوبراك), Apollos et Pierre le disciple

d'abba Isaïe l'anachorète.

Que leurs prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

17 Paopi

Décès de saint Dioscore II, le 31 ème pape d’Alexandrie.

Nous commémorons aujourd’hui le décès de saint Dioscore II, le 51 ème pape d’Alexandrie en 511 après Jésus Christ. Ce père était doux, instruit et vertueux et sa vie était exemplaire. Il fut sacré patriarche sous l’inspiration du Saint Esprit. La première chose qu’il fit après sa consécration fut d’écrire une lettre (ةعماج ةلاسر) à saint Sévère (سريواس) le patriarche d’Antioche. Dans cette lettre il traita de la Sainte Trinité consubstantielle, de l’unicité de la Divinité. Il parla de l’incarnation et expliqua que le Verbe de Dieu s’est uni avec un corps humain parfait en toutes choses et doté d’une intelligence. Par cette union il forma un Fils unique, un Christ unique, un Seigneur unique et indivisible. Il expliqua aussi que la Trinité n’a pas été altérée par cette union et que cette incarnation n’a provoqué aucun apport supplémentaire.

Lorsque cette lettre arriva à saint Sévère, il la lut avec joie et la fit proclamée devant le peuple d’Antioche. Puis il écrivit une réponse dans laquelle il félicitait saint Dioscore pour son magistère chrétien et pour sa Foi orthodoxe. Il lui recommandait de ne pas s’en écarter et s’appuyer pour son enseignement sur l’acte de Foi qui fut établi par les 318 pères assemblés à Nicée et sur les règles et les cannons qu’ils ont décrété. Saint Dioscore fut très heureux de cette réponse et la fit lire devant tout le peuple.

Ce patriarche enseignait son peuple en permanence. Il lisait perpétuellement les saintes Ecritures et recommandait aux prêtres de garder le troupeau qui leur a été confié. Après avoir accompli son combat il décéda en paix.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

18 Paopi

Décès de saint Théophile le 23 ème pape d'Alexandrie.

Nous commémorons aujourd’hui le décès en l'an 404 après Jésus Christ de saint Théophile (سليفواث) le 23 ème pape d'Alexandrie. Ce saint était le disciple de saint Athanase l'apostolique (يلوسرلا سويسانثأ) auprès de qui il grandit et fut éduqué dans la vie spirituelle.

Après le décès du pape Timothée (سواثوميت) ce père fut consacré pour lui succéder. Il était un grand théologien connaissant à la perfection les saintes Ecritures et leurs explications. Il écrivit des commentaires et des poèmes couvrant plusieurs thèmes :

inciter à l'amour et à la miséricorde,

mettre en garde de se présenter à la communion aux saints sacrements sans y être préparés,

la résurrection,

le châtiment prévu pour les pécheurs

ainsi que d'autres thèmes utiles.

Saint Théophile prit soin de son neveu, saint Cyrille (سلريك). Il l'envoya auprès du père Sérapion (نويبارس) à Scèté. Saint Cyrille demeura cinq ans auprès de ce dernier pendant lesquelles il apprit les saintes Ecritures et devint un érudit en théologie puis retourna auprès de son oncle. Il était chargé de lire dans les assemblées que celui-ci présidait.

Saint Théophile avait entendu saint Athanase l'apostolique dire en regardant des tas d’ordures en face de sa cellule : « Si je trouve le temps, j’enlèverai ces tas et je ferai construire une église dédiée à saint Jean le baptiste (نادمعملا انحوي) et au prophète Elisée (عشيلأ). Après avoir été consacré patriarche, il se souvient de ces paroles et en parlait souvent.

Il y avait à Rome une riche veuve qui avait deux fils. Celle-ci vint à Alexandrie en emportant avec elle une icône de l’archange Raphaël. Quand elle apprit que le patriarche voulait enlever les tas d’ordures, elle lui fit don du montant nécessaire à la réalisation de son souhait. Lorsque les tas eurent été éliminées, ils trouvèrent un trésor recouvert d’une dalle sur laquelle était gravés 3 thétas ( : ). Lorsqu’il vit cela, il comprit par l’inspiration du Saint Esprit le sens de ces trois lettres et il dit que le temps du dévoilement de ce trésor était arrivé car les trois théta sont réunis :

Théos qui signifie Dieu.

L’empereur Théodose, fils d’Arcadius et petit fils de Théodose le grand.

Théophile, c’est-à-dire lui-même.

Et il trouva que ce trésor était vieux de sept cents ans, de l’époque d’Alexandre fils de Philippe le macédonien.

Le patriarche écrivit à l’empereur pour l’informer de cette découverte et lui demanda sa venue. Après être venu et avoir vu le trésor, Théodose ordonna que l’on donne une grande somme d’argent au patriarche. Celui-ci construisit plusieurs églises en commençant par celle de saint Jean le baptiste et du prophète Elisée et le transfert de leurs reliques dans cette église qui était connue sous le nom de Démas. Par la suite il fit construire une église en l’honneur de

- 1

-

notre Dame la sainte Vierge Marie, puis une en l’honneur de l’archange Raphaël ainsi sept autres églises. De plus il ordonna évêques les deux fils de la veuve romaine.

Lorsque l’empereur constata la détermination du patriarche à construire les églises, il ordonna qu’on lui remette les biens des monastères païens d’Egypte qu’il convertit en églises et en lieux d’hospitalité pour les étrangers.

Abba Théophile acheva sa vie sur terre d’une manière agréable à Dieu puis s’endormi en

paix

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 2 -

19 Paopi

1. Tenue du concile d’Antioche contre Paul de Samosate

2. Martyre à Fayoum de saint Théophile et de sa femme.

1. En ce jour de l'an 280 se réunit un concile à Antioche pour juger Paul de Samosate qui fut

consacré patriarche de cette ville. Satan lui suggéra que le Christ était un homme ordinaire, que Dieu a créé et choisi pour sauver l’humanité. Il croyait que le Christ était issu de Marie, que la Divinité ne s’était pas unie à lui mais l’a accompagné par sa propre volonté ! Il disait que Dieu n’était qu’une seule personne et ne croyait pas dans la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le Saint Esprit.

Un concile fut convoqué à cause de ses hérésies. Ceci avait lieu quarante cinq ans avant le concile de Nicée, à l’époque de l’empereur Aurélien et du patriarche Denys, le 14 ème patriarche d’Alexandrie.

En raison de son âge avancé, le pape Denys ne put pas participer au concile. Il écrivit une lettre où il précisait que le Christ est le Fils et le Verbe de Dieu. Qu’Il est consubstantiel au Père et qu’Il Lui est égal dans la Divinité et l’éternité. Il précisait que la Sainte Trinité est constituée de trois personnes mais d’une seule divinité et que le Fils s’est incarné et s’est fait d’une seule nature : Dieu le Verbe incarné. Il se référa à l’ancien et le nouveau Testament. Il envoya cette lettre avec 2 prêtres parmi les savants de l’Eglise.

Treize évêques et deux prêtres se réunirent, convoquèrent Paul et le questionnèrent sur son hérésie qu’il ne nia pas. Les pères rassemblés réfutèrent ses théories, lui firent lecture de la lettre du pape Denys. Ils citèrent l’épître de l’apôtre saint Paul qui disait que le Christ est le Verbe de Dieu et « le reflet resplendissant de la gloire du Père, l’expression parfaite de son être » 1 . Mais Paul ne se laissa pas convaincre et maintint sa croyance erronée. Alors ils l’excommunièrent ainsi que tous ceux qui partageaient son hérésie, et l’exilèrent de son siège. Ils édictèrent des canons que les fidèles suivent jusqu’à présent.

Que leurs prièrent soient avec nous. Amen !

2. Nous commémorons aussi le martyre à Fayoum de saint Théophile et de sa femme à

l’époque de Dioclétien. Ils furent dénoncés auprès du gouverneur comme chrétiens. Il les fit venir et les questionna. Théophile et sa femme confessèrent leur Foi dans le Christ. Le gouverneur les fit alors enterrer vivant sous des pierres et ils obtinrent la couronne du martyre.

Que leurs prières soient avec nous et gloire soit à Dieu éternellement. Amen !

¿¿¿

1 Epître de saint Paul aux hébreux 1 : 3

- 1

-

20 Paopi

Décès de saint Jean Colobos.

Nous commémorons aujourd’hui le décès du grand saint, abba Jean Colobos, c’est-à- dire Jean le nain (abba Iwannyc pikoloboc ريصقلا سنؤي). Ce grand saint était originaire de Betsa (استب) en haute Egypte. Jean et son frère étaient issus d’une bonne famille craignant Dieu et s’enrichissant de la Foi et des bonnes œuvres.

Lorsque Jean atteignit l’âge de dix-huit ans 1 , il se détourna des convoitises de ce monde et de ses vaines gloires et fut attiré par la vie monastique. Il se rendit au désert de Scété ( ةيرب تيهيش) où il retrouva un ancien nommé Abba Bimouwa (هيومب ابنأ). Ce dernier était originaire de Bahnassa (اسنهبلا) et était très expérimenté. Jean lui demanda s’il pouvait demeurer auprès de lui. Mais l’ancien, voulant l’éprouver, lui dit : « Mon fils, tu ne peux pas rester avec nous dans ce désert aride. Ceux qui y demeurent vivent du travail de leurs mains sans compter les jeûnes et les prières intenses. Ils dorment à même le sol en supportant de grandes privations. Retourne donc dans le monde et vie avec piété. » Le jeune homme lui répondit : « Ne me renvoie pas, mon père, par amour pour Dieu. Je suis venu pour vivre sous ta tutelle en étant sous la protection de ta prière. Si tu m’acceptes, je suis confiant que Dieu va t’amadouer envers moi. »

Abba Bimouwa, qui ne faisait rien à la légère et dans la précipitation, demanda à Dieu de l’éclairer au sujet de ce jeune homme. L’ange du Seigneur lui apparut et lui dit : « Accepte- le car il deviendra un vase élu. » Alors, abba Bimouwa le fit entrer, lui coupa les cheveux puis le revêtit de l’habit monastique après avoir prié dessus durant trois jours et trois nuits. Pendant qu’il lui mettait l’habit, il vit un ange qui faisait dessus le signe de la croix.

Saint Jean entama alors une vie de privations en faisant de bonnes œuvres. Un jour abba Bimouwa voulut l’éprouver et le mit à la porte de sa cellule. Chaque jour, lorsqu’abba Bimouwa sortait, il le frappait avec une branche de palmier, alors, Jean s’agenouillait en disant : « J’ai péché. » Le septième jour, l’ancien sortit pour se rendre à l’église, il vit alors sept anges déposant chacun une couronne sur la tête du jeune homme. A partir de cet instant il eut pour lui une grande estime.

Un jour, abba Bimouwa trouva une branche desséchée. Il la donna à abba Jean en lui disant de la planter et de l’arroser tous les jours. Il lui obéit et l’arrosa deux fois par jour malgré la grande distance qu’il devait parcourir pour chercher l’eau. Au bout de trois ans, cette branche devint un arbre et donna du fruit. Abba Bimouwa en cueillit et en offrit à tous les anciens en leur disant : « Mangez du fruit de l’obéissance. » Cet arbre existe toujours dans son monastère.

Plus tard, abba Bimouwa tomba malade durant douze ans pendant lesquels le père Jean était à son service et jamais il n’entendit son maitre lui faire de reproche car celui-ci avait de l’expérience et qu’il avait subit de nombreuse épreuves. La maladie l’avait dépéri et il devint comme une branche desséchée. Juste avant son décès, il réunit les anciens, prit jean par la main et le leur recommanda en disant : « Veillez sur lui car c’est un ange et non un homme. » Puis il recommanda à abba jean de s’installer à l’endroit où il avait planté l’arbre.

1 Dans la version arabe actuelle il est écrit huit ans. J’ai repris ici la version du livre de René Basset qui dit dix-huit ans (Naguy Wasfy).

Par la suite le frère d’abba Jean le rejoignit au monastère et devint un bon moine.

Lorsqu’abba Jean fut promut higoumène de l’église, au moment où le patriarche lui imposait les mains, une voix vint du ciel et répéta trois fois : « Il est digne. » Lorsque saint Jean Colobos donnait la communion aux saints sacrements, il reconnaissait celui qui n’en était pas digne.

Le patriarche, abba Théophile (سليفؤاث ابنأ) avait construit à Alexandrie une église en l’honneur des trois jeunes gens de l’ancien testament 2 (ةيتف ةثلاثلا). Il voulut y déposer les reliques de ces saints et demanda à Jean de les ramener de Babylone (لباب). Abba Jean hésita longtemps puis finit par accepter. En sortant de chez le patriarche, un nuage l’emporta jusqu’à Babylone. Il entra dans la ville et admira ses monuments, ses fleuves et ses palais puis trouva les reliques des trois jeunes gens. Toutefois, dès qu’il tenta de les déplacer, une voix en sortit pour l’informer que c’est la volonté de Dieu qu’ils ne quittent jamais cet endroit puis elle poursuivit : « Néanmoins, par affection pour le patriarche Théophile et à cause de ta peine, tu devras demander au patriarche de réunir le peuple dans l’église, de remplir les lampes à huile (ليدانق) sans les allumer. Nous seront là et ferons apparaitre un grand prodige que vous constaterez. »

A son retour à Alexandrie, il fit connaitre au patriarche ce que les jeunes gens lui avaient dit. Dès que le patriarche et toute l’assemblée furent réunis dans l’église, les lampes s’allumèrent brutalement, alors, ils glorifièrent Dieu.

Un jour, un moine entra dans la cellule d’abba Jean, il le trouva endormi tandis que des anges l’aéraient.

Plus tard, les barbares envahirent la vallée de Scété, alors, abba Jean la quitta. Lorsqu’on lui demanda pourquoi il avait fait cela, il répondit que ce n’était pas par peur de la mort mais de crainte qu’un barbare ne le tue et que ce dernier ne se trouve en enfer alors que lui serait au paradis. Abba Jean précisa que même si ce barbare ne partageait pas la même religion que lui, il n’en était pas moins son frère dans l’apparence. Puis il se rendit dans la montagne de saint Antoine (سوينوطنأ ابنلاا لبج) près d’al-Qulzum (مزلقلا) et s’installa près d’un village. Dieu lui adjoignit un fidèle qui le servait.

Quand le moment de son décès arriva, le Seigneur lui envoya ses deux saints, les justes, Macaire (راقم وبأ) et Antoine (سوينوطنأ). Ceux-ci le consolèrent et lui annoncèrent qu’il quittera bientôt ce monde. Il tomba légèrement malade et envoya son serviteur chercher quelque chose du village. Alors les anges et un groupe de saints vinrent, reçurent l’âme du saint et l’emportèrent au ciel. A son retour, le serviteur vit l’âme de saint Jean Colobos entourée par l’assemblée des saints alors que les anges les précédaient en chantant. Ils étaient devancés par quelqu’un resplendissant comme le soleil et qui chantait. Ce spectacle merveilleux surprit le serviteur, alors un ange s’approcha de lui et lui dit les noms de tous les saints présents : Abba Pacôme (موخاب ابنأ), saint Macaire (راقم وبأ), etc. … Le serviteur demanda qui était celui qui resplendissait comme le soleil. L’ange lui répondit qu’il s’agissait de saint Antoine, le père de tous les moines (نابهرلا عيمج وبأ سوينوطنأ).

Quand le serviteur entra dans la grotte, il trouva le saint qui s’était prosterné à terre car celui-ci avait rendu l’âme dans cette position. Le serviteur pleura amèrement et s’empressa d’en informer les villageois. Ceux-ci vinrent et emportèrent le corps avec un grand respect. Lorsqu’ils entrèrent dans le village, Dieu fit de nombreux miracles par l’intermédiaire du corps de saint Jean Colobos.

2 Ajouté à la traduction. Naguy WASFY

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen ! ¿¿¿

21 Paopi

1. Commémoration de la mère de Dieu

2. Commémoration de la Translation des reliques de Lazare

3. Décès du prophète Joël

4. Décès de saint Freige.

1. En ce jour, nous commémorons la mère de la lumière, la Sainte Vierge Marie, Mère-de-

Dieu le Verbe éternel, par qui Adam et toute sa descendance obtinrent le Salut.

Que son intercession soit avec nous. Amen !

2. Nous commémorons aussi le transfert des reliques de Lazare (رزاعل) que notre Seigneur

Jésus Christ a ressuscité d’entre les morts. Un des empereurs chrétiens de Constantinople ayant appris qu’il était à Chypre, envoya un groupe de personnes de confiance parmi le clergé. Ils trouvèrent le corps béni dans un tombeau en marbre enfouit sous terre et sur lequel était gravé : « Ceci est le corps de Lazare, l’ami du Seigneur Jésus, qu’Il a ressuscité après être demeuré quatre jours dans le tombeau. » Ils se réjouirent et l’emportèrent à Constantinople. Les prêtres sortirent à sa rencontre et le reçurent avec tous les honneurs et avec une grande vénération, avec des prières et de l’encens. Il fut déposé dans un sanctuaire jusqu’à la construction d’une église qui lui est dédiée où il fut déposé et y fut fêté.

3. Nous commémorons aussi le décès du grand prophète Joël fils de Petuel (ليئونف نب ليئوي),

de la tribu de Rubens (نيبؤار طبس). Il vécut à l’époque d’Asa fils d’Abiyyam fils de Roboma fils de Salomon (ناميلس نب ماعبحر نب ايبأ نب اسأ) et enseigna le peuple en leur faisant des reproches. Il annonça la venue du Seigneur à Sion, Sa Passion, et la descente du Saint Esprit sur les apôtres le jour de la Pentecôte. Enfin, il prédit qu’ils feront des prophéties ainsi que leurs enfants, que leurs vieillards auront des songes et les jeunes des visions.

Ce prophète annonça que l’Evangile sera annoncé à partir de Sion en disant : « Une source jaillira de la maison du Seigneur et arrosera le ravin des Acacias. » 1 Il annonça que des guerres se produiront sur terre après la venue du Christ. Mille ans avant la venue du Christ, il parla se Sa résurrection en disant que « Le soleil et la lune s'assombrissent, les étoiles perdent leur éclat. » 2

Il décéda après avoir vécut une vieillesse agréable à Dieu.

Que ses prières soient avec nous. Amen !

4. En ce jour de l’an 1405 après Jésus Christ, c’est-à-dire 1221 des martyrs, décéda saint

Freige, connu sous le nom d’abba Rouweis (سيور سيدقلاب فورعملا جيرف سيدقلا). Il était originaire d’un village de la province de Gharbieh connu sous le nom de « Minyet Bémine ». Son père se nommait Isaac et sa mère Sarah. A sa naissance ils lui donnèrent le nom de Freige. Il travaillait la terre avec son père et vendait du sel.

Les chrétiens eurent à subir des épreuves à cette époque-là alors, il partit pour le Caire et se déplaçait d’un endroit à un autre sans avoir ni logement ni refuge. Il passait une grande partie de la nuit à prier et à pleurer et n’ayant que le strict nécessaire comme vêtement et ne portant rien sur la tête. Son apparence était celle des ascètes du désert et ses yeux étaient

1 Joël 4 :18

2 Joël 4 :15

- 1

-

rougis à cause des larmes. Jamais il ne se rasait la tête et parlait très peu. Un jour un malfaiteur le frappa mais il n’ouvrit pas la bouche. Saint Marc al-Antouni (ينوطنلأا سقرم) qui était là lui en fit le reproche.

Vers la fin de sa vie il disait : « Sainte vierge vient me cherche car la charge est trop lourde pour moi ». Il voulait parler des péchés du peuple qui ne l’écoutait pas lorsqu’il les conseillait.

Il était contemporain du pape Mathieu (سؤاتم), le 87 ème patriarche et de saint Marc al- Antouni pendant le règne du sultan al-Zaher Barkouk (قوقرب رهاظلا).

Parmi les choses qui surprenaient son entourage : il s’enferma dans un petit réduit chez un de ses disciples nommé Michel le maçon à Miniet el-Sirg (جريسلا ةينم) et y demeura neuf ans jusqu’à son décès le 21 Toubah 1121 des martyrs et fut enterré dans l’église de la vierge à el-Khandak (قدنخلا).

Il fit de nombreux miracles parmi lesquels des guérisons et des prophéties et aida beaucoup de mondes dans leurs épreuves.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 2 -

22 Paopi

Martyre de Saint Luc l'évangéliste

En ce jour nous commémorons le martyre de saint Luc l'évangéliste. Ce saint était médecin et faisait partie des soixante-dix disciples qui ont été mentionnés au chapitre 11 de son Evangile. Il accompagnait saint Pierre et saint Paul et relatait leurs histoires. Après la mort de ces deux apôtres, saint Luc demeura à Rome et continua à proclamer l'Evangile dans cette ville et ses environs.

Après s'être entendus entre eux, des adorateurs d'idoles et des juifs rapportèrent à l'empereur Néron que ce disciple attirait une foule nombreuse à sa doctrine par sa magie. Alors il le fit amener.

Quand saint Luc apprit cela, il donna les livres qui étaient en sa possession à un pêcheur (de poissons) en lui disant : « Garde-les bien car ils te seront d'une grande aide et te montrerons le chemin de Dieu ».

Lorsqu'il fut mis en présence de Néron, celui-ci lui dit : « Jusqu'à quand continueras-tu à égarer les gens ? » Il lui répondit : « Je ne suis pas un magicien mais un disciple de Jésus Christ, fils du Dieu vivant »" L'empereur ordonna alors qu'on lui coupe la main droite en disant : « Qu'on coupe cette main qui enseignait » Le disciple lui dit : « Sache que nous ne redoutons pas de mourir et de quitter ce monde mais afin que tu saches la puissance de mon Maître … ». Alors il tendit la main, prit celle qui a été coupée et la remit à sa place et elle y resta. Puis il la retira et elle se détacha. Tous ceux qui étaient là furent surpris et émerveillés. Le ministre de l'empereur, son épouse ainsi qu'une foule estimée à deux cent soixante-seize personnes eurent la Foi. L'empereur les condamna tous à être décapités avec saint Luc, le disciple. Ainsi ils furent tous martyrisés.

On déposa le corps de saint Luc dans un sac en laine et on le jeta à la mer. Selon la volonté Divine, les vagues rejetèrent ce sac sur une île. Un fidèle le trouva, le prit, le déposa dans un linceul et l'enterra.

Ce saint écrivit l'Evangile qui porte son nom ainsi que les actes des apôtres. Il les adressa à son disciple Théophile qui faisait partie des peuples païens.

Gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

23 Paopi

1. Décès de saint Joseph, le cinquante-deuxième pape d'Alexandrie. 2. Martyre de saint Denys, évêque de Corinthe.

1. Nous commémorons aujourd'hui le décès, en 841 après Jésus Christ, de saint Joseph

(باسوي), le cinquante-deuxième pape d'Alexandrie. Ce saint était issu d'une famille de riches notables de la ville de Ménouf. Après la mort de ses parents, il fut élevé par quelques fidèles et, à son adolescence, il distribua la majeure partie de sa fortune et se dirigea vers le désert de Scété où il se fit moine sous la conduite d'un ancien.

Quand Abba Marc II, le quarante-neuvième patriarche, fut élu, il entendit parler de l'excellente conduite de ce saint et le convoqua auprès de lui. Après être resté à son service un certain temps, Joseph voulut retourner au monastère. Abba Marc l'ordonna prêtre et le laissa retourner dans le désert où il demeura jusqu'au décès d'abba Simon II (يناثلا نؤاميس) le cinquante et unième patriarche. Le siège patriarcal demeura vacant un certain temps jusqu'à ce quelques évêques et quelques fidèles voulurent choisir un homme marié qui les avait corrompus. Quand les autres évêques apprirent cela, ils s'y opposèrent et invoquèrent Dieu pour qu'Il leur indique celui qu'Il désirait. Inspirés par Dieu, ils se souvinrent du père Joseph et de son excellente conduite à l'époque où il était auprès d'abba Marc et ils envoyèrent quelques évêques pour qu'ils l'amènent. En chemin, les envoyés prièrent Dieu en disant : " Si Tu as choisi ce père pour monter sur le trône, fais que sa porte soit ouverte à notre arrivée en signe de Ton choix."

En arrivant ils le trouvèrent saluant des visiteurs qui le quittaient sur le pas de sa porte ouverte. Comme il fermait sa porte, il les vit et leur souhaita la bienvenue et les reçut avec joie. Ils l'attrapèrent en clamant : "Tu es digne d'être patriarche" (Axioc). Mais lui, il se disait indigne, révélant ses défauts et ses imperfections. Ils n'en firent aucun compte, l'emmenèrent à Alexandrie et lui imposèrent les mains.

Après son intronisation, ce pape s'occupa des églises. Il achetait des propriétés et les leur octroyait. Il enseignait sans cesse les fidèles pensant à chacun d'entre eux. Mais Satan le jalousa et lui causa de nombreux soucis. Les évêques de Tanis et du Caire provoquèrent la colère des fidèles de leurs diocèses. Le pape les reprit plusieurs fois en leur demandant d'être compatissants avec leur peuple mais sans résultat. Les fidèles appelèrent le pape à leur secours en disant que s'il leur imposait ces 2 évêques, ils quitteront l'Eglise copte. Abba Joseph convoqua la totalité des évêques du pays et leur exposa le cas de ces deux évêques. Ceux-ci décrétèrent l'excommunication des 2 évêques. Ces derniers allèrent trouver le gouverneur du Caire pour porter de fausses accusations contre le pape.

Le gouverneur envoya son frère avec des soldats pour chercher le patriarche. Dès qu'ils le trouvèrent, le frère du gouverneur voulut le tuer mais Dieu fit dévier sa main et l'épée alla se casser contre un pilier. La colère de l'émir fut alors à son comble et il dégaina son poignard mais celui-ci ne fit que déchirer les vêtements du pape. Le frère du gouverneur sût que la grâce divine protégeait le patriarche, il eut alors un grand respect pour saint Joseph et le conduisit au gouverneur en l'informant de ce qui s'était passé. Le gouverneur fut pris d'une crainte et informa le pape de la plainte qui avait été déposée contre lui. Le saint lui prouva la fausseté de ces allégations en lui expliquant le cas de ses deux personnes. Le gouverneur accepta ses explications, l'honora et ordonna que personne ne s'oppose à lui dans ses décisions en ce qui concerne l'Eglise.

- 1

-

Ce pape ne se lassait pas d'enseigner les pécheurs et de réprimer les hérétiques. Il affermissait les fidèles dans la Foi orthodoxe qu'il a reçue de ses pères en leur expliquant tout ce qui pouvait être compliqué les préservant par ses enseignements et ses prières. Dieu fit de nombreux miracles par son intermédiaire.

Et après avoir eut une vie exemplaire il décéda en paix après avoir siégé sur le trône apostolique dix neuf années et avoir vécu trente neuf ans dans la vie monastique et une vingtaine d'années avant d'être parti au désert.

Que ses prières soient avec nous tous. Amen !

2. Nous commémorons aussi aujourd'hui le martyre de saint Denys (سويسانويد), l'évêque de

Corinthe. Celui-ci subit le martyre sous Dioclétien et Maximien après avoir subit de nombreuses persécutions avant d'être décapité.

Que leurs prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 2 -

24 Paopi

1. Décès de saint Hilarion 2. Martyre de saint Paul, Longin et Zéna.

1. Nous commémorons aujourd’hui le décès de saint Hilarion, l’anachorète, en 372 1 après

Jésus Christ. Ce saint était originaire de Gaza et ses parents étaient idolâtres. Ils lui donnèrent une bonne éducation en lui faisant apprendre les sciences humaines grecques dans lesquelles il excella. Voulant poursuivre ses études il partit pour Alexandrie, s’enrôla dans son école et acquit un grand savoir. Il fut prit du désir de connaître aussi le christianisme. Il lut les saintes

Ecritures et le père Alexandre 2 lui expliquait ce qu’il n’arrivait pas à comprendre. Quand il eut la Foi, il fut baptisé par le patriarche et obtint la grâce divine. Il demeura auprès de lui quelque temps puis se rendit chez saint Antoine dont la dignité et la personnalité, qui était illuminée par le Saint Esprit, l’impressionnèrent. Il fut alors attiré par la vie monastique, changea ses vêtements contre ceux des moines et se mit à pratiquer avec ferveur à l’exemple de son maître, saint Antoine.

Ayant apprit le décès de ses parents, il revint à son village, distribua son héritage aux pauvres et aux nécessiteux puis entra dans l’un des monastères où il pratiqua l’ascétisme à la perfection. Il jeunait une semaine entière et se nourrissait de légumes et d’herbes sauvages. Le Seigneur éclaira son esprit lui donna la grâce de prophétiser et de faire des miracles.

Lorsque saint Epiphane entra dans ce monastère, le supérieur le confia à saint Hilarion qui l’instruisit dans la vie monastique et lui enseigna les sciences ecclésiastiques. Saint Hilarion prédit que saint Epiphane sera évêque de Gaza.

Saint Hilarion décéda en paix après avoir vécu quatre vingt ans dont dix ans dans la maison familiale, sept ans à Alexandrie et soixante trois ans en adoration. Saint Jean Chrysostome en fit l’éloge dans quelques uns de ses écrits. Il fut aussi mentionné par saint Basile.

Que ses prières soient avec nous. Amen !

2. Nous commémorons aussi le martyre de saint Paul, saint Longin et sainte Zéna.

Que leurs prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

1 La date de 472 indiquée dans le synaxaire en arabe semble avoir été l’objet d’une erreur de frappe. En effet tous les documents que j’ai pu trouvés indiquent la date de 372 qui est corroborée par le fait que saint Hilarion a rencontré saint Antoine, lequel est décédé en 355 (synaxaire de 22 Touba). (Sous-diacre Naguy Wasfy)

2 Abba Alexandre 1 er , 19 ème patriarche d’Alexandrie (304 – 326)

25 Paopi

1. Décès de saint Apollo et saint Abib 2. Consécration de l’église de Saint Julius El-Akfahsi

1. Nous commémorons aujourd’hui le décès du juste abba Apollo (وللبأ ابنلأا), qui était

semblable aux anges et celui d’abba Abib (بيبأ ابنلأا) le pieux combattant.

Abba Apollo est né à Akhmim (ميمخأ). Son père se nommait Amani (ينامأ) et sa mère Aïssi (يسيا) et ils étaient tous les deux justes devant Dieu, ils suivaient les chemins qu’Il a tracés et recevaient avec charité les étrangers et les saints. Toutefois ils n’avaient pas d’enfants. Une nuit sa mère vit en songe un homme lumineux planter un arbre dans sa demeure. Cet arbre ayant grandit et produit du fruit, cet homme lui dit dans le songe : quiconque mange de ce fruit vivra éternellement. Elle en a manger, trouva son gout agréable et se demanda si elle produira du fruit. A son réveil, elle raconta à son mari le songe qui l’informa avoir fait le même songe et tous les deux glorifièrent Dieu et redoublèrent de piété et d’austérité ne se nourrissant que de pain et de sel et jeunant un jour sur deux. Quelques jours plus tard elle se trouva enceinte et elle priait constamment jusqu’à son accouchement.

Lorsque l’enfant grandit, il apprit la théologie et eut le désir de mener une vie de moines. Ce désir continuait à progresser jusqu’à ce qu’il fit la connaissance d’Abib et qu’ils allèrent tous les deux dans un monastère et y devinrent moines. Ils y pratiquaient les exercices d’austérité et eurent une conduite agréable à Dieu.

Saint Abib décéda le vingt-cinq Paopi. Quand à Apollo, il se rendit au mont Abloug où il fut entouré d’une foule immense à qui il enseigna la crainte de Dieu et comment l’adorer. Quelque fois ils commémoraient la mémoire de saint Abib en application de ce qui est écrit dans la Bible : « Toujours on fera mémoire du juste 1 . » et aussi « La mémoire du juste est en bénédiction 2 . »

Abba Apollo eue une longue vie et installa un plusieurs monastères où il eut un grand nombre de frères. Ceci eut lieu à l’époque de saint Macaire le grand. Ce dernier entendit parler d’abba Apollo, il se réjouit et lui écrivit une lettre remplit d’enseignements et de consolations.

Saint Apollo se rendit chez saint Amonious. Il vit une sainte femme debout au milieu des flammes sans qu’elles la brulent. Quand le Seigneur voulut l’appeler à Lui, ce saint décéda en paix.

Que ses prières soient avec nous. Amen !

2. Nous commémorons aussi la consécration de l’église dédiée à Saint Julius El-Akfahsi

(ىصهفقلاأ سويلوي). Le martyre de ce saint eu lieu à Toa (ةوط) après la mort de Dioclétien, au début du règne de Constantin avant que ce dernier d’aie eu la Foi. Lorsque cet empereur eut la Foi et que le christianisme se répandit à travers l’empire, des églises furent construites en l’honneur des martyrs. Constantin entendit parler de saint Julius, avec ses serviteurs, qui prenait soin des reliques des martyrs, les ensevelissait et rédigeait les actes de leurs vies. Il sut aussi que ce saint subit lui le martyre à son tour, loua sa conduite et ses actions. Il fit construire

1 Ps 111 : 6

2 Pr 10 : 7

- 1

-

en son honneur une église à Alexandrie où furent déposer les reliques se saint Julius. Cette église fut consacrée par le pape Alexandre accompagné de quelques évêques.

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 2 -

26 Paopi

1. Martyre de saint Timon, le disciple. 2. Commémoration des 7 martyrs de la montagne de saint Antoine.

1. En ce jour nous commémorons le martyre de saint Timon, l’un des 70 disciples que le

Seigneur a choisi. Ce saint avait des dons pour guérir les malades et chasser les démons. Il a suivi le Seigneur jusqu’à son ascension et, ensuite, servit les apôtres jusqu’au moment où la grâce de l’Esprit Saint les combla tous. Les apôtres le choisirent parmi les 7 diacres pour le service des repas. Les actes des apôtres disent qu’ils étaient « remplis d’Esprit Saint et de sagesse. » 1

Après avoir servi comme diacre, il fut consacré évêque de Basra occidentale du district d’el-Balkaa (ﺀاقلبلا لامعأ نم ﺔﻴﺒرغلا ىرسب) où il proclama l’Evangile du Christ et y baptisa de nombreux grecs et juifs. Le gouverneur l’arrêta, lui fit subir de nombreuses tortures et finit par le faire brûler. Ainsi il obtint la couronne du martyr.

Que ses prières soient avec nous tous. Amen !

2. Nous commémorons aussi aujourd’hui les sept saints qui sont morts martyrs au mont

saint Antoine, le père de tous les moines.

Que leurs prières soient avec nous tous et gloire à Dieu éternellement. Amen !

¿¿¿

1 Actes 6 : 2 – 6.

- 1

-

27 Paopi

Martyre de saint Macaire, évêque d’Edkou.

En ce jour nous commémorons le martyre de saint Macaire, évêque d’Edkou ( سويراقم وكدا فقسأ) 1 . La parole du prophète David s’accomplit en lui : « Heureux est l'homme qui n'entre pas au conseil des méchants, qui ne suit pas le chemin des pécheurs, ne siège pas avec ceux qui ricanent, mais se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit ! » 2 Il suivit les prescriptions de son maître et fit fructifier le talent qu’il avait reçu. De plus on ne peut pas dénombrer les miracles que Dieu fit par son intermédiaire. A Edkou, lorsqu’il montait sur la chaire pour prêcher, il pleurait amèrement. Lorsque ses disciples lui en demandèrent la cause, il leur répondit qu’il voyait les péchés de son peuple et leurs mauvaises actions. Un jour, le christ lui apparut dans le sanctuaire et les anges lui présentaient les actions des fidèles une à une. Alors, il entendit une voix qui disait : « Evêque, pourquoi négliges-tu l’enseignement de ton peuple ? » Il répondit : « Seigneur, ils n’écoutent pas mes paroles. » La voix lui répondit : « L’évêque doit enseigner, s’ils écoutent c’est bien, mais s’ils rejettent ses paroles alors que leur sang retombe sur leur tête. »

Ce saint fut convié pour accompagner le patriarche abba Dioscore (سروقسويد بلاا) au concile de Chalcédoine. Ils arrivèrent au palais de l’empereur mais le garde voulut l’empêcher d’entrer à cause de la pauvreté de ses vêtements et abba Dioscore dut expliquer qu’il était l’évêque d’Edkou. Lorsqu’il fut admis et qu’il entendit ce que disaient les hérétiques au sujet de notre Seigneur le Christ, il excommunia le roi en plein concile. En effet, il s’était préparé à faire le sacrifice de sa vie pour la Foi orthodoxe. Il fut alors exilé sur l'ile de Gangra (ارﻏاﻏ) en compagnie du patriarche. De là, abba Dioscore l’envoya à Alexandrie avec un commerçant qui était croyant en lui disant : « Une couronne du martyre t’attend là-bas. »

Son arrivée à Alexandrie coïncida avec la venue d’un émissaire de l’empereur avec un décret proclamant la nouvelle foi chalcédonienne et les deux natures du Christ 3 . L’empereur avec décidé que celui qui signera cet écrit en premier sera patriarche d’Alexandrie. Il y avait dans cette ville un chef des prêtres (سوسقلل مدقم) nommé Protérius (سويراتورب), celui-ci avait pris le décret pour le signer en premier. Saint Macaire lui rappela ce que lui avait dit abba Dioscore, avant de se rendre au concile : « Tu t’empareras de mon Eglise après moi. » Se souvenant de ces paroles, il s’abstint de signer. Lorsque l’émissaire de l’empereur sut que l’évêque était opposé à la croyance de l’empereur, il s’élança sur lui et lui donna un coup de pied mortel. Ainsi, saint Macaire obtint la couronne du martyre. Les fidèles emportèrent son corps et le déposèrent auprès de ceux de saint Jean le baptiste (نادمعملا انحوي) et du prophète Elysée (يبنلا عشيلا) pour que s’accomplisse ce que ces deux saints lui avaient prédit en songe en lui disant que son corps sera avec les leurs. Il alla retrouver le Christ après avoir revêtu la couronne de gloire.

Que ses prières soient avec nous et gloire à Dieu éternellement. Amen !

¿¿¿

1 Dans la version de René Basset il est écrit Qaou واق.

2 Psaume 1 : 1,2

3 du Christ ajouté à la traduction (Naguy Wasfy)

- 1

-

28 Paopi

Martyre des saints Marcien et Mercure

En ce jour de l’an 351 après Jésus Christ mourut martyr les deux grand saints Marcien (سونايكرم) et Mercure (سويروكرم). Ils étaient disciples du patriarche de Constantinople, saint Paul, le martyr. L’empereur Constance, fils de Constantin, ayant adopté la doctrine d’Arius, persécuta le Père Paul, le patriarche, et l’exila en Arménie où il fut étranglé. Ces saints furent très peinés le jour de son exil et dirent au sujet de l’empereur « Il a adopté le foi d’Arius, celui qui est excommunié. » Un partisan d’Arius rapporta leurs paroles à l’empereur. Celui-ci les envoya chercher et ordonna qu’ils soient tués par l’épée. Ils furent tués et enterrés et demeurèrent dans cette sépulture jusqu’au temps de saint Jean Chrysostôme. Celui-ci ayant pris connaissance de leur histoire fit apporter leurs corps bénis à Constantinople, construisit un autel en leur honneur pour qu’ils y soient déposés et institua une fête en leur honneur.

Que leurs prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement !

¿¿¿

29 Paopi

Martyre de saint Dimitri de Thessalonique.

Nous commémorons aujourd’hui le martyre de saint Dimitri (سويرتميد) qui vivait à

l’époque de l’empereur Maximien (سوناسميسكم). Ce saint était un jeune chrétien pieux qui vivait

à Thessalonique. Il étudia de nombreuses sciences, principalement celles qui sont liées à la Foi orthodoxe puis enseigna en proclamant le nom de Jésus Christ et en lançant les avertissements qui s’avèrent nécessaires ramenant de nombreuses personnes à la Foi chrétienne. Il fut dénoncé

à Maximien qui ordonna sa convocation.

A cette époque, il y avait un gladiateur auprès de l’empereur. Ce gladiateur était fort de constitution et était considéré comme le plus fort de son époque. Maximien avait promis une grosse prime à quiconque pourrait le vaincre. Un chrétien nommé Nestor (رطسن) qui était dans l’assemblée se présenta pour l’affronter. Il demanda à Dimitri de prier pour lui et de le bénir. Le saint accepta et le bénit en faisant sur son corps le signe de la croix, cette croix par laquelle triomphe quiconque compte sur elle. Nestor se présenta devant l’empereur, combattit le gladiateur et sortit vainqueur de ce combat. Maximien en fut surpris et déçu. Il demanda aux soldats comment ils pouvaient expliquer cette victoire. Ceux-ci lui expliquèrent qu’un homme nommé Dimitri lui avait fait le signe de la croix sur la tête. Ceci mit l’empereur en colère contre le saint et il ordonna qu’il soit fouetté jusqu’à ce qu’il accepte d’adorer les idoles et de les encenser. Comme saint Dimitri ne se soumettait pas, il ordonna de tirer des flèches sur lui jusqu’à ce que son corps soit déchiqueté et qu’il meurt. Les soldats lui rapportèrent cet ordre et il leur répondit : « Faites ce que vous voulez mais sachez qu’il n’est pas question pour moi d’adorer ou d’encenser que mon Seigneur Jésus Christ, le vrai Dieu. »

Les soldats se mirent alors a tirer leurs flèches sur le saint jusqu’à ce qu’il rendit l’âme. Lorsqu’il tomba, des fidèles prirent son corps et le déposèrent dans un cercueil en marbre et le cachèrent jusqu’à la fin de l’époque de la persécution. Alors une grande église fut édifiée à Thessalonique et le cercueil y fut déposé. De nombreux miracles eurent lieu en son nom et de l’huile coulaient de son corps ; cette huile guérissait ceux qui la recueillaient avec Foi. Le jour de la fête du saint, Cette huile coulait en abondance des murs et des colonnes de l’église. Ceci fut rapporté par les prêtres qui en avaient été témoins.

Que son intercession soit avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

30 Paopi

1. Consécration de l'église de saint Marc, l'évangéliste et apparition de sa tête sacrée.

2. Décès de saint Abraham l'hermite.

1. Nous commémorons aujourd'hui la consécration de l'église de saint Marc l'évangéliste

qui a prêché la bonne Nouvelle en Egypte ainsi que de la découverte de sa tête sacrée à Alexandrie

Que ses prières soient avec nous tous. Amen !

2. Nous commémorons aussi aujourd'hui le décès du grand saint Abraham, l'hermite ( ميهاربإ

دحوتملا). Ce saint était issu d'une riche famille chrétienne de Ménouf (فونم). Lorqu'il grandit, il fut attiré par la vie monastique et se rendit à Akhmim (ميمخأ) où il retrouva saint Pacôme

(سويموخاب) qui le revêtit de l'habit monastique. Il demeura auprès de saint Pacôme vingt-trois ans pendant lesquelles il affaiblit son corps à force d'ascétisme et d'adoration.

Au bout de ces vingt-trois ans, il voulut s'isoler dans une caverne. Saint Pacôme le lui autorisa. Il confectionnait des filets de pêche qu'un laïc récupérait et les vendait pour lui. Avec le produit de la vente il lui achetait un peu de fève et distribuait le reste aux pauvres. Il vécut ainsi seize ans pendant lesquels il se nourrissait chaque soir d'une poignée de fèves salées trempée dans l'eau. Comme le vêtement avec lequel il avait quitté le monastère s'était usé, il couvrit son corps d'une toile de jute et il se rendait tous les deux ou trois ans au monastère pour communier aux saints sacrements.

Il dût affronter de nombreuses attaques des démons au début de son installation dans la caverne. Ils essayaient de l'effrayer en faisant des bruits inquiétants et en perturbant son imagination. Néanmoins, il prenait toujours le dessus et les chassait.

Lorsque le moment son décès fut proche, il demanda au fidèle qui le servait d'appeler abba Théodore (سردات) le disciple de saint Pacôme. A son arrivé, saint Abraham se prosterna devant lui en lui demandant de se souvenir de lui dans sa prière. Il pria ensuite avec lui puis se coucha en tournant la tête vers l'orient et il rendit l'âme.

L'abbé du monastère fit parvenir la nouvelle aux autres moines qui vinrent et portèrent son corps à terre à côté de ceux des autres saints après voir prié dessus et avoir pris sa bénédiction

Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !

¿¿¿

- 1

-

Centres d'intérêt liés