Vous êtes sur la page 1sur 1

Une

voiture en feu dans une banlieue au nord de Stockholm : le genre de scne


que le champion de la social dmocratie scandinave na pas lhabitude de voir.

Depuis une semaine, les quartiers pauvres de la capitale sembrasent toutes les
nuits. Le modle sudois, fait douverture, de modration, de tolrance, semble
vaciller.

Ces 20 dernires annes, le gnreux tat providence sest rapidement
transform en un systme plus comptitif mais beaucoup moins dpensier. Les
allocations sont rduites, les collectivits moins dotes, paralllement,
limmigration augmente.

En 2012, la Sude a accueilli 43 900 demandeurs dasile, presque 50% de plus
que lanne prcdente. La moiti dentre eux venait de Syrie, dAfghanistan et de
Somalie.

Une population qui se concentre dans ses banlieues o le chmage est plus
important que dans le reste du pays. Par exemple Husby en 2012, le taux de
chmage atteint 8,8 % contre 3,6 % Stockholm. Autre contraste, en Sude, le
taux de chmage des personnes nes ltranger est de 16% contre 6 % pour les
personnes nes en Sude. Et parmi les plus touchs, les jeunes.

Selon une rcente tude gouvernementale, un tiers des jeunes de 16 29 ans
dans certains quartiers dfavoriss des grandes villes sont au chmage et ne
suivent pas dtude. Environ la moiti des collgiens dHusby nont pas le niveau
pour sinscrire au lyce.

Dans la plupart de ces quartiers, les jeunes nont pas les mmes opportunits que
les autres. Beaucoup ont quitt lcole et nont pas reu dducation. Et sans
ducation, on le sait, cest trs difficile de trouver du travail.

Des jeunes issus de lducation, sans emploi, sans ducation, qui disent lutter
contre le racisme et les ingalits. Parmi les 34 pays de lOCDE, la Sude est le
pays o les diffrences entre riches et pauvres se sont le plus aggraves entre
1995 et 2010.



Transcription ralise par Jean-Michel Ducrot pour http://insuf-fle.hautetfort.com/ 1