Vous êtes sur la page 1sur 116

17|18

17|18
Qu'est-ce qu'un théâtre au fond si ce n'est le lieu d'humanités agissantes ? De celles

Qu'est-ce qu'un théâtre au fond si ce n'est le lieu d'humanités agissantes ? De celles qui se déploient sur les plateaux. Expression d'un humanisme éclairé. Ou, au contraire, dénonciation d'une humanité meurtrie, atteinte, miroir d'un monde qui ne tourne pas rond. Mais au théâtre toujours se construit une communauté bienveillante, disposée à partager le souffle puissant de la création et les émotions vives qui s’y forment. Le Quartz, comme un théâtre des humanités. Là où s'expriment des mondes, des cultures et des êtres qui sont des mondes en soi. S'ouvrir aux autres. Découvrir des artistes d'ici et d'ailleurs. Faire humanité ensemble. Se retrouver souvent. Se sentir accueillis. Un lieu qui s'adresse à tous et à chacun. Soyez les bienvenus au Théâtre des Humanités.

Matthieu Banvillet

Directeur

Les nouveaux artistes associés :

l’art du collectif

De nouveaux artistes associés, à dimension internationale (2017-2020)

Le Quartz accueille 3 nouveaux artistes associés, portés par un goût immodéré pour le collectif et l’impérieuse nécessité de s’ouvrir sur le monde. Ainsi durant 3 ans, nous aurons plaisir à questionner avec eux l’enjeu du collectif : son inscription dans l’histoire de l’art (comme nous l’avons fait auparavant avec la figure de l’interprète), sa valeur artistique, économique et sociétale. Et nous poursuivrons le développement international du Quartz à travers ses artistes associés : dans la réalité internationale de leur travail et de leurs réseaux, et dans l’accompagnement de leurs projets (production et diffusion des œuvres, partenariats à l’étranger).

Le Collectif OS’O

Installés à Bordeaux, Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard et Tom Linton ont créé le Collectif OS’O (On S’Organise) en 2011. Au sortir de l’éstba (école supérieure de théâtre de Bordeaux, Aquitaine), ces cinq comédiens ont eu envie de construire une aventure théâtrale collective. En janvier 2011, ils créent L’Assommoir, d’après Zola avec le metteur en scène berlinois David Czesienski. Sa méthode de travail, qui met l’acteur au centre, et lui laisse une liberté d’improvisation et de proposition par rapport au texte et aux situations d’origines, les a stimulés et profondément influencés. En mars 2012, ils créent Débris, première pièce de l’auteur anglais Dennis Kelly mise en scène par Baptiste Girard. La même année Roxane Brumachon, Bess Davies et Mathieu Ehrhard créent Il Faut Tuer Sammy d’Ahmed Madani. Tom Linton écrit et joue Retenu,

monologue d’un retenu du centre de rétention de Vincennes, s’adressant au juge des libertés. En 2014, ils réinvitent David Czesienski à collaborer avec eux pour le spectacle Timon/Titus, créé en novembre 2014. Spectacle lauréat du prix du jury et du prix du public du festival Impatience 2015, organisé par le Centquatre, le théâtre de la Colline, le théâtre du Rond-Point et Télérama. Ils créent en octobre 2016 une pièce jeune public tout terrain, en retrouvant l’auteur anglais Dennis Kelly et sa pièce Mon prof est un Troll. Actuellement, ils préparent leur prochaine création et ont décidé de travailler avec le collectif d’auteurs et d’autrices Traverse, autour du thème de la piraterie ; Pavillon Noir sera créé en janvier 2018.

Lisbeth Gruwez et Maarten Van Cauwenberghe

Lisbeth Gruwez commence le ballet classique à l’âge de 6 ans, puis se forme à la danse contemporaine au sein de l’école P.A.R.T.S. Dès 1999, elle travaille avec Jan Fabre dans la compagnie Troubleyn, où elle rencontre le musicien/ compositeur Maarten Van Cauwenberghe. Ensemble, ils fondent la compagnie Voetvolk, avec laquelle ils présentent leur première création Forever Overhead en 2007, puis entament une recherche mêlant composition dansée et musicale, avec une esthétique inspirée du street style. Anarchie et contrôle sont les maîtres-mots de leur recherche. Depuis sa création, Voetvolk a produit sept pièces, du solo à la pièce collective, dont Birth of Prey (2008), HeroNeroZero (2010), ou encore L’Origine (2011) et It’s going to get worse and worse and worse, my friend qui est toujours dansé. En 2014, la pièce collective AH/HA est créée, puis le solo Lisbeth Gruwez dances Bob Dylan (2015). « La danse comme simple méthode n’est plus suffisante à la création. La danse contemporaine ne peut plus être séparée de la performance dans son sens large. Nous pensons que pour atteindre ce qui doit être dit, tous les aspects de notre pratique physique doivent être envisagés ». Lisbeth Gruwez et Maarten Van Cauwenberghe sont également en résidence au Troubleyn/ Laboratorium de Jan Fabre à Anvers.

Fawaz Baker et le collectif des musiciens syriens

Musicien dès l’enfance, Fawaz Baker fut architecte de profession avant de se consacrer exclusivement à la musique. Dessiner l’espace et le temps, accueillir le silence : la transition lui fut naturelle. De l’accordéon de son enfance en accompagnement du chant, au clavier puis à la contrebasse, il a exploré plusieurs univers (hard rock, jazz, blues) et consacré des années à l’étude de la musicologie et des influences multiples de la musique aleppine (Ottomane, Iranienne, Arménienne, Indienne et d’Asie centrale, dont la tradition soufie). La guerre a finalement arraché le joueur de Oud à sa ville et à tout ce qu’il avait construit, même s’il a tenu à rester longtemps solidaire de ses habitants : il a dirigé plusieurs années le Conservatoire de Musique d’Alep où, dit-il, le plus grand défi était de composer entre l’enseignement de la musique classique occidentale et celui de la musique traditionnelle orientale. Au-delà de la joie et de la tristesse, la musique lui permet d’inventer de nouveaux sentiments et de créer une nouvelle mémoire. Musicien engagé, Fawaz Baker passe une partie de son temps dans les camps de réfugiés syriens au Liban et en Jordanie pour transmettre aux enfants sa passion de la musique, et leur faire réapprendre le silence, loin de la bruyante guerre.

UN PROJET INTERNATIONAL En lien et en complémentarité avec les projets de ses artistes associés,
UN PROJET INTERNATIONAL En lien et en complémentarité avec les projets de ses artistes associés,

UN PROJET INTERNATIONAL

En lien et en complémentarité avec les projets de ses artistes associés, Le Quartz poursuit un ambitieux développement international. Un Théâtre des Humanités ouvert sur le monde

Des spectacles en langues étrangères et une programmation internationale

Le Quartz a engagé dès 2011 un nouveau travail de programmation en langues étrangères, à raison de deux spectacles par saison, permettant au public de découvrir le travail de metteurs en scène importants de la scène européenne et internationale (Thomas Ostermeier, Angelica Liddell, Vladimir Pankov, Milo Rau…). Cette démarche se construit sur la durée et sera poursuivie, amplifiée. Le public du Quartz a immédiatement manifesté son grand intérêt pour ces formes et pour la puissance du texte en langue originale. La nouvelle saison sera l’occasion d’accueillir au Quartz pour la première fois des artistes majeurs tels que Romeo Castellucci et Dieudonné Niangouna. Par ailleurs, Le Quartz affichera plus que jamais une large programmation internationale en danse, musique et cirque.

DañsFabrik, un geste curatorial

Le Festival DañsFabrik se positionne assurément comme un festival international,notamment à travers l’invitation d’un curateur étranger qui co-programme une partie du festival alimentée par son regard et la création issue de son pays d’origine. Cette démarche permet à la fois de se faire l’écho de la production chorégraphique d’une partie du monde mais aussi de soutenir des artistes émergents dans des régions où la danse dispose souvent de peu de moyens. Ces projets internationaux sont également l’occasion de collaborations très riches avec des acteurs étrangers, lieux culturels, festivals, centres culturels, Instituts Français. Depuis 2011, Le Quartz a ainsi associé des curateurs croates, allemands, libanais, brésiliens, grecs, chiliens. La scène chorégraphique portugaise sera à l’honneur de l’édition 2018.

Constellations, projet de résidences chorégraphiques internationales

Est actuellement en projet la création d’un réseau international d’affinités, réunissant des lieux de résidence dans 5 villes du monde, lieux d’accompagnements artistiques, caractérisés par leurs démarches alternatives et curatoriales.Ce réseau permettra de bâtir un programme pluriannuel de résidences et de soutenir 2 à 3 projets de créations par an. Les villes partenaires ont toutes participé au projet curatorial du Festival DañsFabrik. Ce nouveau projet en est le prolongement, permettant d’envisager une démarche pérenne et non plus strictement événementielle. L’objectif étant de soutenir des projets artistiques exigeants et de les inscrire dans une diffusion internationale, en dehors des circuits institutionnels. Les partenaires : Le Quartz – Scène nationale de Brest, Al Mantara – Tannourine (Liban), Nave – Santiago de Chile (Chili), Atelier de réparation de télévision – Athens (Grèce), fabrik – Potsdam (Allemagne).

NoBorder, festival des musiques populaires du monde

NoBorder est l’une des expressions fortes de l’ouverture du Quartz sur le monde. D’abord à travers sa dense programmation : pendant près d’une semaine, le public voyage parmi les propositions musicales de la planète, en lien direct avec les cultures et les traditions mais aussi inscrites dans la modernité des artistes contemporains. Et cette programmation s’enrichit avec des temps de réflexions : colloques, journées professionnelles, conférences. Au cœur de NoBorder, et comme point d’ancrage, se tiennent les musiques populaires de Bretagne. Comment vivent-elles aujourd’hui ? Comment les soutenir en production et en favoriser la diffusion à une échelle internationale ? Comment permettre aux musiciens créateurs de nourrir leur héritage et formation traditionnelle des outils et développements artistiques les plus contemporains ? NoBorder est l’occasion de répondre à ces questionnements. Dans la continuité et dès 2017, avec la présence éclairée de Fawaz Baker, sont engagées de nouvelles démarches pour réunir des partenaires internationaux, festivals, agences culturelles, universités. Ceux qui savent, comme NoBorder, être à la fois générateurs de créations et de pensées autour des musiques populaires.

THÉÂTRE

THÉÂTRE p.10 Timon / Titus Du 10 au 18 octobre p.20 Julius Caesar Les 19 et

p.10 Timon / Titus

Du 10 au 18 octobre

THÉÂTRE p.10 Timon / Titus Du 10 au 18 octobre p.20 Julius Caesar Les 19 et

p.20 Julius Caesar

Les 19 et 20 octobre

Du 10 au 18 octobre p.20 Julius Caesar Les 19 et 20 octobre p.24 Antoine m’a

p.24 Antoine m’a vendu son destin/ Sony chez les chiens

Les 14 et 15 novembre

vendu son destin/ Sony chez les chiens Les 14 et 15 novembre p.30 Don Quichotte, chronique

p.30 Don Quichotte, chronique d’un naufrage annoncé

Du 21 au 23 novembre

chronique d’un naufrage annoncé Du 21 au 23 novembre p.34 Jacques Gamblin Les 28 et 29

p.34 Jacques Gamblin

Les 28 et 29 novembre

au 23 novembre p.34 Jacques Gamblin Les 28 et 29 novembre p.35 Le sale discours Du

p.35 Le sale discours

Du 30 novembre au 2 décembre

p.35 Le sale discours Du 30 novembre au 2 décembre p.46 Occupe-toi du bébé Du 12

p.46 Occupe-toi du bébé

Du 12 au 15 décembre

2 décembre p.46 Occupe-toi du bébé Du 12 au 15 décembre p.48 Blanche neige ou la

p.48 Blanche neige ou la chute du mur de Berlin

Du 19 au 21 décembre

neige ou la chute du mur de Berlin Du 19 au 21 décembre p.50 Ça ira

p.50 Ça ira (1) Fin de Louis

Les 11 et 12 janvier

p.50 Ça ira (1) Fin de Louis Les 11 et 12 janvier p.53 blablabla Du 16

p.53 blablabla

Du 16 au 18 janvier

Les 11 et 12 janvier p.53 blablabla Du 16 au 18 janvier p.61 DJ set (sur)

p.61 DJ set (sur) écoute

Les 30 et 31 janvier

18 janvier p.61 DJ set (sur) écoute Les 30 et 31 janvier p.64 Ludwig, un roi

p.64 Ludwig, un roi sur la lune

Du 6 au 8 février

janvier p.64 Ludwig, un roi sur la lune Du 6 au 8 février p.67 Une légère

p.67 Une légère blessure

Du 14 au 16 février

8 février p.67 Une légère blessure Du 14 au 16 février p.81 Voyage au bout de

p.81 Voyage au bout de la nuit

Du 27 au 30 mars

16 février p.81 Voyage au bout de la nuit Du 27 au 30 mars p.82 Sur

p.82 Sur le concept du visage du fils de Dieu

Les 5 et 6 avril

Sur le concept du visage du fils de Dieu Les 5 et 6 avril p.89 Mon

p.89 Mon prof est un troll

Du 10 au 20 avril

5 et 6 avril p.89 Mon prof est un troll Du 10 au 20 avril p.88

p.88 By heart

Les 16 et 17 avril

un troll Du 10 au 20 avril p.88 By heart Les 16 et 17 avril p.95

p.95 La Mouette / Le rêve est une terrible volonté de puissance

Du 15 au 18 mai

rêve est une terrible volonté de puissance Du 15 au 18 mai p.98 Ça s’écrit T-C-H

p.98 Ça s’écrit T-C-H

Du 17 au 19 mai

Du 15 au 18 mai p.98 Ça s’écrit T-C-H Du 17 au 19 mai p.93 Le

p.93 Le pays de Nod

22 mai

s’écrit T-C-H Du 17 au 19 mai p.93 Le pays de Nod 22 mai p.97 Hunter

p.97 Hunter

Les 23 et 24 mai

p.93 Le pays de Nod 22 mai p.97 Hunter Les 23 et 24 mai p.102 Opéraporno

p.102 Opéraporno

Les 29 et 30 mai

Hunter Les 23 et 24 mai p.102 Opéraporno Les 29 et 30 mai p.99 Mgoulsda yaam

p.99 Mgoulsda yaam depuis Ouaga

Les 31 mai et 1 er juin

DANSE

yaam depuis Ouaga Les 31 mai et 1 e r juin DANSE p.12 We’re pretty fuckin’

p.12 We’re pretty fuckin’ far from okay

Les 6 et 7 octobre

We’re pretty fuckin’ far from okay Les 6 et 7 octobre p.26 Mass B 15 novembre

p.26 Mass B

15 novembre

far from okay Les 6 et 7 octobre p.26 Mass B 15 novembre p.49 La Belle

p.49 La Belle

Du 19 au 22 décembre

Mass B 15 novembre p.49 La Belle Du 19 au 22 décembre p.54 Casse-Noisette Du 18

p.54 Casse-Noisette

Du 18 au 20 janvier

19 au 22 décembre p.54 Casse-Noisette Du 18 au 20 janvier p.66 À mon seul désir

p.66 À mon seul désir

Les 8 et 9 février

au 20 janvier p.66 À mon seul désir Les 8 et 9 février p.68 Philippe Decouflé

p.68 Philippe Decouflé

Du 14 au 17 février

et 9 février p.68 Philippe Decouflé Du 14 au 17 février p.74 DañsFabrik Festival de Brest

p.74 DañsFabrik Festival de Brest

Du 12 au 17 mars

p.74 DañsFabrik Festival de Brest Du 12 au 17 mars p.75 AH HA 13 mars p.76

p.75 AH HA

13 mars

Festival de Brest Du 12 au 17 mars p.75 AH HA 13 mars p.76 Unwanted 15

p.76 Unwanted

15 mars

Du 12 au 17 mars p.75 AH HA 13 mars p.76 Unwanted 15 mars p.77 Brother

p.77 Brother

Le 17 mars

HA 13 mars p.76 Unwanted 15 mars p.77 Brother Le 17 mars p.78 CARNE 17 mars

p.78 CARNE

17 mars

15 mars p.77 Brother Le 17 mars p.78 CARNE 17 mars p.79 Hymen Hymne p.84 DFS

p.79 Hymen Hymne

Brother Le 17 mars p.78 CARNE 17 mars p.79 Hymen Hymne p.84 DFS Les 10 et

p.84 DFS

Les 10 et 11 avril

CARNE 17 mars p.79 Hymen Hymne p.84 DFS Les 10 et 11 avril p.94 In the

p.94 In the Middle

Les 15 et 16 mai

DFS Les 10 et 11 avril p.94 In the Middle Les 15 et 16 mai p.101

p.101 Les déclinaisons de la Navarre

Les 29 et 30 mai

NOUVEAU

CIRQUE

déclinaisons de la Navarre Les 29 et 30 mai NOUVEAU CIRQUE p.16 The elephant in the

p.16 The elephant in the room

Du 3 au 6 octobre

CIRQUE p.16 The elephant in the room Du 3 au 6 octobre p.32 Un Poyo Rojo

p.32 Un Poyo Rojo

Du 21 au 25 novembre

Du 3 au 6 octobre p.32 Un Poyo Rojo Du 21 au 25 novembre p.58 Beyond

p.58 Beyond

Les 23 et 24 janvier

Rojo Du 21 au 25 novembre p.58 Beyond Les 23 et 24 janvier p.80 GRANDE –

p.80 GRANDE –

Les 28 et 29 mars

25 novembre p.58 Beyond Les 23 et 24 janvier p.80 GRANDE – Les 28 et 29

p.93 Bête de Foire

Du 23 au 26 mai

COMÉDIE

MUSICALE

COMÉDIE MUSICALE p.44 Cabaret Du 13 au 17 décembre MUSIQUE p.14 Ensemble Sillages 3 octobre p.15

p.44 Cabaret

Du 13 au 17 décembre

MUSIQUE

COMÉDIE MUSICALE p.44 Cabaret Du 13 au 17 décembre MUSIQUE p.14 Ensemble Sillages 3 octobre p.15

p.14 Ensemble Sillages

3

octobre

13 au 17 décembre MUSIQUE p.14 Ensemble Sillages 3 octobre p.15 Dakhabrakha 7 octobre p.13 Voix

p.15 Dakhabrakha

7 octobre

Ensemble Sillages 3 octobre p.15 Dakhabrakha 7 octobre p.13 Voix d’Alep 10 octobre p.18 Ciné concert,

p.13 Voix d’Alep

10

octobre

p.15 Dakhabrakha 7 octobre p.13 Voix d’Alep 10 octobre p.18 Ciné concert, Quand le Jazz débarque

p.18 Ciné concert, Quand le Jazz débarque ! Sammies in Brest

12 octobre

Quand le Jazz débarque ! Sammies in Brest 12 octobre p.19 Napoleon Maddox 14 octobre p.25

p.19 Napoleon Maddox

14 octobre

Sammies in Brest 12 octobre p.19 Napoleon Maddox 14 octobre p.25 Asaf Avidan 13 novembre p.28

p.25 Asaf Avidan

13 novembre

Napoleon Maddox 14 octobre p.25 Asaf Avidan 13 novembre p.28 Battle d’orchestre 17 novembre p.29 Mocke

p.28 Battle d’orchestre

17 novembre

Avidan 13 novembre p.28 Battle d’orchestre 17 novembre p.29 Mocke Trio 17 novembre p.33 Calypso Rose

p.29 Mocke Trio

17 novembre

d’orchestre 17 novembre p.29 Mocke Trio 17 novembre p.33 Calypso Rose 25 novembre p.36 Orféo, je

p.33 Calypso Rose

25

novembre

p.29 Mocke Trio 17 novembre p.33 Calypso Rose 25 novembre p.36 Orféo, je suis mort en

p.36 Orféo, je suis mort en Arcadie

Les 5 et 6 décembre

p.36 Orféo, je suis mort en Arcadie Les 5 et 6 décembre p.38 Festival NoBorder#7 Du

p.38 Festival NoBorder#7

Du 6 au 10 décembre

6 décembre p.38 Festival NoBorder#7 Du 6 au 10 décembre p.40 Lula Pena 7 décembre p.39

p.40 Lula Pena

7

décembre

NoBorder#7 Du 6 au 10 décembre p.40 Lula Pena 7 décembre p.39 Toumani et Sidiki Diabaté

p.39 Toumani et Sidiki Diabaté

7

décembre

7 décembre p.39 Toumani et Sidiki Diabaté 7 décembre p.40 Trio Etenesh Wassie, Mathieu Sourisseau Julie

p.40 Trio Etenesh Wassie,

Mathieu Sourisseau Julie Läderach

8 décembre

Wassie, Mathieu Sourisseau Julie Läderach 8 décembre p.41 Naïssam Jalal 8 décembre p.41 KBA#6 invite Mehdi

p.41 Naïssam Jalal

8 décembre

Julie Läderach 8 décembre p.41 Naïssam Jalal 8 décembre p.41 KBA#6 invite Mehdi Haddab 9 décembre

p.41 KBA#6 invite Mehdi

Haddab

9 décembre

8 décembre p.41 KBA#6 invite Mehdi Haddab 9 décembre p.42 Söndörgo 9 décembre p.47 Carmen 22

p.42 Söndörgo

9 décembre

invite Mehdi Haddab 9 décembre p.42 Söndörgo 9 décembre p.47 Carmen 22 décembre p.52 Leïla Martial

p.47 Carmen

22 décembre

p.42 Söndörgo 9 décembre p.47 Carmen 22 décembre p.52 Leïla Martial 10 janvier p.57 Ensemble Sillages

p.52 Leïla Martial

10 janvier

p.47 Carmen 22 décembre p.52 Leïla Martial 10 janvier p.57 Ensemble Sillages 25 janvier p.56 Orchestre

p.57 Ensemble Sillages

25 janvier

Leïla Martial 10 janvier p.57 Ensemble Sillages 25 janvier p.56 Orchestre Symphonique de Bretagne 26 janvier

p.56 Orchestre Symphonique de Bretagne

26 janvier

janvier p.56 Orchestre Symphonique de Bretagne 26 janvier p.60 Sur la route de Kilkenny 30 janvier

p.60 Sur la route de Kilkenny

30 janvier

26 janvier p.60 Sur la route de Kilkenny 30 janvier p.65 Rodolphe Burger 10 février p.70

p.65 Rodolphe Burger

10

février

de Kilkenny 30 janvier p.65 Rodolphe Burger 10 février p.70 Descofar 20 février p.72 Bernard Lavilliers

p.70 Descofar

20

février

p.65 Rodolphe Burger 10 février p.70 Descofar 20 février p.72 Bernard Lavilliers Les 22 et 23

p.72 Bernard Lavilliers

Les 22 et 23 février

20 février p.72 Bernard Lavilliers Les 22 et 23 février p.73 Beethoven n°5 24 mars p.86

p.73 Beethoven n°5

24 mars

Les 22 et 23 février p.73 Beethoven n°5 24 mars p.86 Kintsugi 3 avril p.87 Ensemble

p.86 Kintsugi

3

avril

février p.73 Beethoven n°5 24 mars p.86 Kintsugi 3 avril p.87 Ensemble Sillages 12 avril p.85

p.87 Ensemble Sillages

12 avril

mars p.86 Kintsugi 3 avril p.87 Ensemble Sillages 12 avril p.85 Le Banquet Céleste, Damien Guillon

p.85 Le Banquet Céleste, Damien Guillon

13 avril

12 avril p.85 Le Banquet Céleste, Damien Guillon 13 avril p.91 La Vie (titre provisoire) Du

p.91 La Vie (titre provisoire)

Du 17 au 19 avril

13 avril p.91 La Vie (titre provisoire) Du 17 au 19 avril p.96 BL!NDMAN 17 mai

p.96 BL!NDMAN

17 mai

(titre provisoire) Du 17 au 19 avril p.96 BL!NDMAN 17 mai p.100 Fawaz Baker et ses

p.100 Fawaz Baker et ses invités

Les 23 et 24 mai

17 mai p.100 Fawaz Baker et ses invités Les 23 et 24 mai p.103 La folle

p.103 La folle nuit des Matheus

9

juin

HUMOUR

23 et 24 mai p.103 La folle nuit des Matheus 9 juin HUMOUR p.71 Chris Esquerre

p.71 Chris Esquerre

20 février

des Matheus 9 juin HUMOUR p.71 Chris Esquerre 20 février p.92 Gaspard Proust 26 avril ET

p.92 Gaspard Proust

26 avril

ET AUSSI

Esquerre 20 février p.92 Gaspard Proust 26 avril ET AUSSI p.22 32 e Festival Européen du

p.22 32 e Festival Européen

du Film Court de Brest

Du 7 au 12 novembre

Européen du Film Court de Brest Du 7 au 12 novembre p.62 15 e Festival Longueur

p.62 15 e Festival Longueur d'ondes

Du 1 er au 4 février

Théâtre Timon/Titus Collectif OS’O / David Czesienski mardi 10 (19h30), mercredi 11 (20h30), jeudi 12

Théâtre

Timon/Titus

Collectif OS’O / David Czesienski

mardi 10 (19h30), mercredi 11 (20h30), jeudi 12 (19h30), vendredi 13 (20h30), samedi 14 (20h30), lundi 16 (19h30), mardi 17 (20h30), mercredi 18 (19h30) octobre

Petit Théâtre / Durée : 2h15 / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€

Cynisme, ruse, vengeance et engrenage sanglant…

PAROLES D'ARTISTES ASSOCIÉS avec le Collectif OS’O mar 17 oct / 12h30 > 13h30 au

PAROLES D'ARTISTES ASSOCIÉS avec le Collectif OS’O mar 17 oct / 12h30 > 13h30 au Quartz / gratuit

D’après William Shakespeare Mise en scène David Czesienski Un projet du collectif OS’O

Dramaturgie Alida Breitag Avec Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard, Marion Lambert, Tom Linton et Julie Papin Scénographie et costumes Lucie Hannequin Maquillages Carole Anquetil Musique Maxence Vandevelde Création lumières Yannick Anché et Emmanuel Bassibé

Création lumières Yannick Anché et Emmanuel Bassibé Inspiré de Titus Andronicus et de Timon d’Athènes ,
Création lumières Yannick Anché et Emmanuel Bassibé Inspiré de Titus Andronicus et de Timon d’Athènes ,

Inspiré de Titus Andronicus et de Timon d’Athènes, Timon/ Titus s’attaque au sujet de l’endettement et à ses corollaires :

cynisme, ruse, vengeance et engrenage sanglant… Les textes de Shakespeare offrent un cadre où les comédiens évoluent librement. Dette de corps et dette d’argent sont au cœur d’une histoire de famille qu’ils brossent en analogie avec celles du dramaturge anglais. Dans un château familial, quatre enfants qui viennent de perdre leur père, se réunissent pour ouvrir le testament. Mais les retrouvailles sont perturbées par l’arrivée d’un fils et d’une fille cachés… Appréhensions et suspicions, violentes querelles intestines. Sur le plateau du collectif OS'O, on s’entretue comme dans Titus Andronicus avec une énergie de jeu débordante. On se déchire, et on échange comme dans la vie. Pour compléter leur approche du sujet, les sept comédiens empruntent aussi l’hypothèse « révolutionnaire » de David Graeber, sur l’effacement général de la dette. À nouveau dirigé par le metteur en scène berlinois David Czesienski (après L’Assommoir de Zola), le collectif OS’O signe une forme scénique riche et foisonnante. Avec force et fracas, Timon/Titus passe de l’intime au politique en croisant différents niveaux de récits. Tragédies shakespeariennes, familiales et/ou économiques.

Danse We're pretty fuckin' far from okay Lisbeth Gruwez vendredi 6 (19h30), samedi 7 (18h)

Danse

We're pretty fuckin' far from okay

Lisbeth Gruwez

vendredi 6 (19h30), samedi 7 (18h) octobre

Petit Théâtre / durée : 1h / Tarif unique : 12€ ou PASS Festival la Becquée En partenariat avec le Festival la Becquée

Un sidérant terrain de jeu pour deux danseurs virtuoses.

We're pretty fuckin' far from okay installe le public face à un couple de danseurs pris dans un dispositif simple : homme,

femme, chaises, couloirs de lumière

ne traite pas ici du couple mais de l'individu, de ses réactions émotionnelles, psychologiques et physiques quand il ressent

de la peur. Au point de départ du projet : les films d'horreur d'Alfred Hitchcock et en particulier Les oiseaux car « cette peur irrationnelle, cette phobie, résonne fortement dans notre monde actuel ». Montée progressive du mouvement, mise en transe des corps, sensation continue d'avoir de plus en plus besoin de l'autre, nappes sonores qui s'ajustent en temps réel, la pièce propose une expérience immersive. Un sidérant terrain de jeu pour deux danseurs virtuoses. Magnétique !

Pourtant, Lisbeth Gruwez

PAROLES D'ARTISTES ASSOCIÉS avec Lisbeth Gruwez et Maarten Van Cauwenberghe sam 7 oct / 12h30 > 13h30 au Quartz / gratuit

Conception, chorégraphie Lisbeth Gruwez Avec Lisbeth Gruwez, Nicolas Vladyslav Composition et son Maarten Van Cauwenberghe Lumière Harry Cole, Caroline Mathieu Dramaturgie Bart Van den Eynde Scénographie Marie Szersnovicz, Lisbeth Gruwez, Maarten Van Cauwenberghe Costumes Alexandra Sebbag

Musique Voix d’Alep Ensemble Fawaz Baker mardi 10 (20h30) octobre Grand Théâtre / Plein tarif

Musique

Voix d’Alep

Ensemble Fawaz Baker

mardi 10 (20h30) octobre

Grand Théâtre / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ / Carte : 16€ / Carte + : 13€

Mélodies traditionnelles syriennes dans un esprit contemporain.

PAROLES D'ARTISTES ASSOCIÉS avec Fawaz Baker mar 10 oct / 12h30 > 13h30 au Quartz / gratuit

Oud, chant Fawaz Baker Chant Joudi Batri Qanun, ney Iyad Haimour Violon Sameh Qatalan Darbuka, chant Samir Houmsi Riq, chant Muhanad Aljaramani

Derrière les remparts de la ville historique d’Alep, des mélodies millénaires résonnent depuis la nuit des temps, dans les églises, les mosquées et les cafés, dans les cours et les terrasses des immeubles en pierre de taille. Ces airs se sont transmis de génération en génération, d’un cœur à l’autre et d’un musicien à un autre, en arabe, syriaque, arménien, turc ou kurde, armés uniquement de leur beauté pour se défendre face à l’oubli. La musique aleppine, creuset de confessions et de cultures multiples, se distingue par son ouverture, sa tolérance et sa spiritualité, fidèle à sa ville d’origine, rarement capitale et jamais sainte. Fawaz Baker a réuni six musiciens syriens ayant jeté l’ancre à Paris pour interpréter ces mélodies traditionnelles dans un esprit contemporain.

Musique Ensemble Sillages mardi 3 (19h30) octobre Petit Théâtre / durée : 1h10 / Tarif

Musique

Ensemble Sillages

mardi 3 (19h30) octobre

Petit Théâtre / durée : 1h10 / Tarif unique : 10€

Ce programme tout en relief s’ouvre avec Metallics, une pièce vif-argent signée Yan Maresz qui sublime la brillance de la trompette. Place ensuite à deux œuvres majeures de Michaël Levinas : un concerto en forme d'étude acoustique de l'espace d'un piano, pensé comme une grotte qui recèle des trésors méconnus, puis l’étonnant Rires de Gilles, qui fera dire au compositeur « Une cymbale tombe, tourne sur elle-même dans une cage d’escalier. Elle s’esclaffe, c’est le rire en musique, dans l’esprit de la commedia dell’ arte ». On retrouvera ensuite Georgia Spiropoulos, invitée pour la troisième fois par l’Ensemble Sillages, dans une œuvre kaléidoscope construite autour des tableaux et des dessins d’Eugen Gabritschevsky, biologiste et chercheur russe devenu peintre d’art brut après son internement en 1929. Musique, vidéo, scénographie : …Landscapes and monstrous things… creuse le sillon d’un univers marqué par la nature et l’étrangeté.

Programme Yan Maresz (1966), Metallics - pour trompette et dispositif électronique Michaël Levinas (1949), Concerto pour un piano espace N°2 - pour piano, flûte, trompette, cor, violoncelle, percussion et bandes magnétiques Michaël Levinas (1949), Les Rires du Gilles - pour flûte de pan, clarinette, trompette, cor, percussion et bande magnétique Georgia Spiropoulos (1965), …Landscapes and monstrous things… pour quatuor à cordes et piano, électronique et vidéo.

Ensemble Sillages Direction musicale Philippe Arrii-Blachette Piano Vincent Leterme Flûte Sophie Deshayes Clarinette Jean-Marc Fessard Trompette : distribution en cours Cor Pierre Rémondière Percussion Hélène Colombotti Violons Lyonel Schmit et Sullimann Altmayer Alto Gilles Deliège Violoncelle Ingrid Schoenlaub

Musique

Hors abonnement

Quai Ouest Musiques présente :

Dakhabrakha

samedi 7 (20h30) octobre

Grand Théâtre / durée : 1h20 / Plein tarif : 28€ / Tarif réduit, Carte et Carte + : 25€

Entre transe folk et rébellion politique, ils sont la conscience généreuse et lucide de la parole d’un peuple.

Chant, accordéon, percussions Marko Halanevych Chant, percussions Olena Tsybulska Chant, percussions, piano accordéon Iryna Kovalenko Chant, violoncelle, percussions Nina Garenetska

On a rarement vu plus perché que ce quatuor ukrainien, inventeur d’un folklore imaginaire où les voix de l’Est s’acoquinent avec les percussions africaines et le hip-hop à coup de polyphonies puissantes, de rêveries hypnotiques et de coups d’archets énervés. Une transe folk inouïe !

Nouveau cirque

À partir de 7 ans

The Elephant in the room

Cirque, comédie et boutons de manchettes

Cirque Le Roux

mardi 3 (20h30), mercredi 4 (19h30), jeudi 5 (19h30), vendredi 6 (20h30) octobre

Grand Théâtre / durée : 1h15 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Bombe d'esthétisme et de folie joyeuse.

Conception Cirque Le Roux Mise en scène Charlotte Saliou Avec Grégory Arsenal, Lolita Costet, Philip Rosenberg et Yannick Thomas Musique Alexandra Streliski

Automne 1937. Le soir de son mariage, la divine Miss Betty nous reçoit dans le boudoir cosy de son château. Trois dandys surgissent. Le quatuor amoureux est en place. La confrontation s’annonce mouvementée… Bombe d’esthétisme et de folie joyeuse, la farce que nous offre le Cirque Le Roux est une fusion unique à la croisée du cirque, du théâtre, du music-hall et du cinéma hollywoodien des années trente. En tenue chic et glamour, ces quatre acrobates de très haut niveau ont plus d’un tour dans leur sac pour nous éblouir. Portés acrobatiques, mimes, équilibres, claquettes et mât chinois, les numéros s’enchaînent avec humour et excentricité, sur une bande sonore diablement efficace. The Elephant in the room est le premier spectacle de ces quatre jeunes artistes, issus des grandes écoles de cirque de Montréal et Bruxelles. Ensemble, ils ont tourné à travers le monde avec les 7 Doigts de la main notamment, se sont produits à Broadway, avant d’inventer cette formidable entrée en piste collective.

Musique (création) Ciné-concert Quand le jazz débarque ! Sammies in Brest Christofer Bjurström, Vincent Raude

Musique (création)

Ciné-concert

Quand le jazz débarque ! Sammies in Brest

Christofer Bjurström, Vincent Raude

jeudi 12 (20h30) octobre

Grand Théâtre / Tarif unique : 10€ En partenariat avec Penn ar Jazz et la Cinémathèque de Bretagne www.penn-ar-jazz.com / www.cinematheque-bretagne.fr

1917, les États-Unis d’Amérique entrent en guerre. Jusqu’en 1919, Brest devient le port principal pour le débarquement des troupes et du matériel, dans une effervescence extraordinaire. Parmi les 800 000 soldats qui débarquent à Brest au cours de ces deux années, on compte aussi des orchestres, envoyés pour remonter le moral des troupes. Et avec quelle musique ! Car c’est ici, dans la Cité du Ponant, que le jazz va faire son apparition et envahir l’Europe. Le petit miracle est qu’il reste des traces filmées de cette aventure, de l’arrivée du majestueux Pocahontas dans la rade, des joyeuses danses improvisées sur les quais, des scènes d’effusions populaires au parfum de liberté… Le pianiste Christofer Bjurström, dont on connaît le tropisme éclairé pour les ciné-concerts, et le sculpteur sonore Vincent Raude ont imaginé une partition relevée pour dialoguer avec ces bouleversantes images tournées par les opérateurs de l’armée américaine et conservées par la Cinémathèque de Bretagne.

Images Opérateurs de l’armée américaine – 1917-1918 Numérisation Hiventy Montage Nicolas Nogues Piano, composition Christofer Bjurström Électronique, composition Vincent Raude

Musique Napoleon Maddox Twice The First Time samedi 14 (19h30) octobre Grand Théâtre / durée

Musique

Napoleon Maddox

Twice The First Time

samedi 14 (19h30) octobre

Grand Théâtre / durée : 1h10 / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ / Carte : 16€ / Carte + : 13€ En partenariat avec Penn Ar Jazz www.penn-ar-jazz.com

Un spectacle performance convoquant hip-hop, poésie slam, free jazz et vidéo.

Voix, écriture, conception Napoleon Maddox Platines DJ Apryl Reign Beat maker, machines Sorg Violon Eddy Kwon Saxophones Erik Sevret Basse Brent Olds Batterie D'Anna Kennedy Video Ease

Avec son excellent groupe ISWHAT ?! et des invités de prestige, le rappeur et beat-boxeur de Cincinnati Napoleon Maddox revisite l’histoire vraie de ses aïeules, les célèbres sœurs siamoises Millie-Christine McKoy dans un spectacle performance convoquant hip-hop, poésie slam, free jazz et vidéo.

Nées esclaves en 1851, vendues et revendues dès leurs 10 mois, exhibées comme bêtes de foire, Millie-Christine McKoy sont volées aux circassiens de la famille Smith, qui vont les rechercher en Angleterre et décident de les instruire. Elles sont les premières esclaves à savoir lire, écrire, chanter, danser, parler français et allemand, jouer du piano, réciter des poèmes. Après l’abolition de l’esclavage, elles restent chez les Smith et se produisent librement. Artistes célèbres et respectées, les "magnifiques et merveilleuses" deviennent indépendantes financièrement, rachètent la propriété de leurs anciens maîtres et subviennent à leurs besoins.

Théâtre

Julius Caesar

William Shakespeare, Arthur Nauzyciel

jeudi 19 (19h30), vendredi 20 (20h30) octobre

Grand Théâtre/ durée : 3h30 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€ Spectacle en anglais surtitré.

Un trio de jazz et une troupe de quinze acteurs américains.

Texte William Shakespeare Mise en scène Arthur Nauzyciel Avec Sara Kathryn Bakker, David Barlow, Luca Carboni, Jared Craig, Roy Faudree, Isma’il Ibn Conner, Michael Laurence, Rudy Mungaray, Daniel Pettrow, Timothy Sekk, Neil Patrick Stewart, Jim True-Frost, James Waterston Chant Marianne Solivan Guitare Eric Hofbauer Contrebasse Blake Newman Décor Riccardo Hernandez Lumière Scott Zielinski Costumes James Schuette Son David Remedios Chorégraphie Damien Jalet Dramaturges Gideon Lester et Njal Mjos

Créée en 1599 pour l’ouverture du Globe Theatre à Londres et écrite juste avant Hamlet, Julius Caesar est la première d’une série de grandes tragédies. Shakespeare l’écrit à un moment critique et décisif de l’histoire de l’Angleterre : la révolte d’Essex contre Élisabeth 1 ère. L’axe en est la déposition d’un souverain :

Jules César devient une menace pour la République ; est-il juste, alors, de l’assassiner avant que Rome ne soit totalement assujettie à son pouvoir absolu ? Julius Caesar, rarement montée en France, est l’une des pièces les plus connues de Shakespeare aux États-Unis. C’est à la demande de l’American Repertory Theater, considéré comme l’un des théâtres américains les plus importants et les plus novateurs, qu’Arthur Nauzyciel l’a mise en scène. Il multiplie les références aux années 1960 (et à l’assassinat de Kennedy), période « où l’image a triomphé du verbe, où icônes et illusions sont tout à coup devenues plus fortes que les discours », pour apporter un contrepoint à l’œuvre qui porte essentiellement sur le langage, la rhétorique. Il réunit sur le plateau un trio de jazz et une troupe de quinze acteurs américains, dont certains sont des habitués de séries comme The Wire et Six Feet Under, pour nous faire goûter en version originale la poésie du grand Shakespeare.

Cinéma

e Festival Européen

32

du Film Court de Brest

Du 7 au 12 novembre 2017

séance d'ouverture

Mardi 7 novembre à 19h30

Grand Théâtre / Durée : 3h30 avec entracte / Tarif unique : 10€ / Pass festival : PT 45€ / TR 35€ La séance d'ouverture est incluse dans le pass festival.

Le bal des animaux !

Tout savoir sur le festival :

Association Côte Ouest www.filmcourt.fr 02 98 44 03 94

Le Festival Européen du Film Court de Brest revient dans l'arène du Quartz pour une 32 e édition qui fera appel à vos instincts les plus primaires ! Toujours en quête des films courts les plus inventifs, variés, drôles ou engagés, nous vous invitons à la découverte du meilleur du court métrage français et européen. Tout est prévu ; des séances fortes en émotions aux programmes pour les jeunes oisillons en passant par des sélections dédiées aux plus cinéphiles d’entre vous. Et parce que nous savons que vous piaffez d’impatience, voici quelques mots de la séance d’ouverture où nous espérons vous retrouver nombreux !

Amis, héros ou sources d’effroi, nous entretenons de drôles de rapports avec les animaux. Mardi 7 novembre à 19h30, nous vous invitons à vous joindre à nous pour deux programmes exclusifs en ouverture du 32 e Festival Européen du Film Court de Brest. D’abord, nous nous demanderons si nous ne sommes pas trop bêtes pour comprendre les animaux ? Nous prendrons le temps de regarder nos compagnons domestiques ou captifs pour tenter de déchiffrer notre rapport avec eux au quotidien. Puis nous partirons vers des contrées plus lointaines pour s’intéresser à notre merveilleuse nature, à ces endroits où les bêtes n’en font qu’à leur guise, tout à leur état sauvage. Et de film en film, nous verrons quel être indompté est le plus dangereux : l’homme ou l’animal ?

Théâtre

Antoine m’a vendu son destin / Sony chez les chiens

Dieudonné Niangouna, Sony Labou Tansi

mardi 14 (20h30), mercredi 15 (19h30) novembre

Petit Théâtre / durée : 1h35 / Tarif unique : 12€

La tragédie d'une génération qui bâcle ses rêves, ses espérances et ses mutations.

Dieudonné Niangouna, incroyable acteur et metteur en scène congolais, nous raconte l'histoire d’une dictature délirante, un chef-d’œuvre du dramaturge congolais Sony Labou Tansi. L’acteur joue 15 personnages et 14 situations. Selon un procédé proche du théâtre de guérison, il propose un type d’interpellation politique au sein même du public. Cette pièce pourrait être la tragédie d'une génération qui bâcle ses rêves, ses espérances et ses mutations. « Sommes-nous sortis du monde… ? » Une parole au milieu de la scène. Une lumière faible qui emprisonne le corps et le découpe sans cesse. C’est l’histoire d’Antoine, un prince déchu et enfermé en prison suite à un (faux) coup d'État. Mais, au- dehors, le peuple en feu réclame le retour d'Antoine. Amis et adversaires essaient de le convaincre de revenir. Prison qui chante et qui danse, prison des fous… Antoine rêve un autre rêve. Il a changé de combat et ses armes ne seront plus jamais les mêmes.

Mise en scène Dieudonné Niangouna Jeu Diariétou Keita et Dieudonné Niangouna Dramaturgie Hermine Yollo Scénographie Jean-Christophe Lanquetin Son Pierre-Jean Rigal dit Pidj Lumières Laurent Vergnaud Costume Alvie Bitémo

Musique ASAF AVIDAN & his band Study of falling lundi 13 (20h30) novembre Grand Théâtre

Musique

ASAF AVIDAN & his band

Study of falling

lundi 13 (20h30) novembre

Grand Théâtre / Plein tarif : 43€ / Tarif réduit, Carte et Carte + : 38€

Evénement ! Après une série de succès internationaux et des concerts à guichets fermés à travers le monde, Asaf Avidan, jeune prodige folk-rock, présente son nouvel album sur la scène du Quartz. Il désire aujourd’hui rappeler à son public qu’il est avant tout chanteur, auteur et compositeur. Nous le retrouverons à Brest accompagné de son groupe : Adam Scheflan (basse), Ido Zeleznik (claviers) et Shahar Haziza (batterie).

Danse

Mass B Danse Baroque

Béatrice Massin

mercredi 15 (20h30) novembre

Grand Théâtre/ durée : 1h / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Un vent nouveau sur les codes baroques.

Conférence Céline Roux Mer 15 nov / 18h30 Chorégraphie Béatrice Massin Compagnie Fêtes Galantes Musique
Conférence Céline Roux Mer 15 nov / 18h30 Chorégraphie Béatrice Massin Compagnie Fêtes Galantes Musique
Conférence Céline Roux Mer 15 nov / 18h30 Chorégraphie Béatrice Massin Compagnie Fêtes Galantes Musique

Conférence Céline Roux Mer 15 nov / 18h30

Chorégraphie Béatrice Massin Compagnie Fêtes Galantes Musique Jean Sébastien Bach, György Ligeti Avec Lauren Bolze, Lou Cantor, Benjamin Dur, Rémi Gérard, Philippe Lebhar, Marie Orts, Edouard Pelleray, Bérangère Roussel, Chloé Zamboni, Thalia Zilloti Scénographie Frédéric Casanova Lumière Caty Olive Création sonore Emmanuel Nappey Costumes Clémentine Monsaingeon

L'écriture chorégraphique de Béatrice Massin confronte le style baroque à la danse d'aujourd'hui. Avec Mass B, la chorégraphe fait le pari de la jeunesse avec une nouvelle génération d'interprètes et souffle un vent nouveau sur les codes baroques. Interprétés sur des extraits de la Messe en si mineur de Jean- Sébastien Bach, la pièce est une grande fresque humaine basée sur la marche, celle des populations de tous temps fuyant leur pays avec l'espoir de se reconstruire dans un ailleurs. Epoustouflant.

Musique Battle d’orchestre Ensemble Matheus, State Academic Chamber Orchestra of Russia vendredi 17 (20h30) novembre

Musique

Battle d’orchestre

Ensemble Matheus, State Academic Chamber Orchestra of Russia

vendredi 17 (20h30) novembre

Grand Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 35€ / Tarif réduit : 27€ / Carte : 24€ / Carte + : 19€

Les deux chefs concoctent un ping-pong musical espiègle où tous les coups sont permis…

Joyeusement irrévérencieux, Jean-Christophe Spinosi s’empare des battles, ces joutes entre artistes qui renvoient habituellement au monde du rap et du hip-hop, et les transpose dans l’univers classique. Mais pour une battle, il faut être deux complices ! Alexei Utkin, le chef charismatique d’un orchestre de légende longtemps considéré comme un trésor national russe relève le défi avec gourmandise.

Les deux chefs concoctent un ping-pong musical espiègle où tous les coups sont permis… à condition de respecter scrupuleusement les exigences d’interprétation ! La musique sortira-t-elle grandie de cette épreuve ? Un des deux orchestres fera-t-il l’unanimité ? Comment départager ces méritantes formations ? Le public, jury désigné de cette grande bataille, sera-t-il incorruptible jusqu’à la dernière note ?

Suspense !

Ensemble Matheus Direction Jean-Christophe Spinosi

State Academic Chamber Orchestra of Russia Direction Alexei Utkin

Musique Mocke Trio vendredi 17 (19h30) novembre Petit Théâtre / durée : 1h / Tarif

Musique

Mocke Trio

vendredi 17 (19h30) novembre

Petit Théâtre / durée : 1h / Tarif unique : 10€ En partenariat avec le Festival Invisible www.festivalinvisible.com

Cet électron libre est un catalyseur qui précipite particules poétiques et mélodies.

Guitare Mocke Guitare Rémy Poncet (Chevalrex) Batterie Ben Mc Donnell

Guitariste subtil et intuitif de la scène pop française, compagnon de route de nombreux artistes (Holden, Arlt, Françoiz Breut, Silvain Vanot, Luzmila Carpio), co-fondateur du label Objet Disque, Mocke a une patte inimitable, fruit d’un art consommé pour assembler collages, improvisations et accidents aléatoires. Cet électron libre est un catalyseur qui précipite particules poétiques et mélodies dans un voyage imaginaire qui nous échappe quand on croit s’en saisir et s'incarne sur scène en trio.

À partir de 10 ans

Théâtre

Don Quichotte

chronique d’un naufrage annoncé

Miguel de Cervantès, Jérémie Le Louët

mardi 21 (20h30), mercredi 22 (19h30), jeudi 23 (19h30) novembre

Grand Théâtre / durée : 2h / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Une épopée fantasmagorique, onirique et résolument ludique.

Adaptation et mise en scène Jérémie Le Louët Compagnie Les Dramaticules Avec Pierre Antoine Billon,
Adaptation et mise en scène Jérémie Le Louët Compagnie Les Dramaticules Avec Pierre Antoine Billon,

Adaptation et mise en scène Jérémie Le Louët Compagnie Les Dramaticules Avec Pierre Antoine Billon, Julien Buchy, Anthony Courret, Jonathan Frajenberg, Jérémie Le Louët et Dominique Massat Scénographie Blandine Vieillot Costumes Barbara Gassier Vidéo Thomas Chrétien, Simon Denis et Jérémie Le Louët Lumière Thomas Chrétien Son Simon Denis

Le Louët Lumière Thomas Chrétien Son Simon Denis Silence, on tourne ! Une adaptation de Don

Silence, on tourne ! Une adaptation de Don Quichotte. Jérémie Le Louët met en scène une troupe de théâtre jouant le mythique roman de Cervantès. Une épopée fantasmagorique, onirique et résolument ludique, sous forme de mise en abyme. Alonso Quijano a lu trop de romans de chevalerie. Il en devient fiévreux et fou. Il change de nom et devient « Don Quichotte », chevalier errant. Il part sur les routes, accompagné de son écuyer Sancho Panza, cherchant la gloire, défendant les opprimés, pourfendant les oppresseurs, luttant contre les injustices de ce monde. Et dans cette quête d’idéal, il confond théâtre et réalité, met sur un pied d’égalité les textes saints et profanes, et devient, jusqu’à la transe, le chevalier qu'il rêve d'être. Un faux cheval, de vraies armures, des comédiens changeant de costumes sous nos yeux : nous sommes sur un plateau de tournage. Jouant des anachronismes, mêlant l’illusion, les désillusions, l’artifice, le vrai, le faux, le rêve et la réalité, la Cie des Dramaticules transforme Don Quichotte en un spectacle total où plaisir du jeu, humour et poésie se mêlent.

À partir de 8 ans

Nouveau Cirque

Un Poyo Rojo

Teatro Fisico, Hermes Gaido

mardi 21 (19h30), mercredi 22 (20h30), jeudi 23 (19h30), vendredi 24 (20h30), samedi 25 (19h30) novembre

Petit Théâtre / durée : 1h / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ / Carte : 16€ / Carte + : 13€

Entre compétition sportive, cabaret, combat de coqs, danse, théâtre, acrobatie, percussion, clown

Grand succès international, qui a déjà tourné une dizaine d'années en Amérique latine à guichets fermés, Un Poyo Rojo est un spectacle indéfinissable : entre compétition sportive,

cabaret, combat de coqs, danse, théâtre, acrobatie, percussion,

clown

Dans les vestiaires d'une salle de sport, deux hommes se

Le

duo propose avec énergie et humour d'aborder sans échanger un seul mot, les différentes façons d'entrer en contact et de créer une relation. Ces deux mecs suintants nous invitent dans le vestiaire des hommes pour tordre le cou aux stéréotypes masculins. Alfonso Barón et Luciano Rosso, acrobates-danseurs hors pair, illustrent le comportement humain à partir de leurs univers foisonnant, le tout porté par le sourire et le rire. Drôle,

intelligent et touchant.

jaugent, se provoquent, s'affrontent, se rejettent, s'unissent

Peut-être est-il un peu tout ça à la fois ?

Mise en scène et création lumière Hermes Gaido Avec Alfonso Barón, Luciano Rosso Chorégraphie Luciano Rosso et Nicolás Poggi

Musique

Hors abonnement

Diogène Productions en accord avec Azimuth présente :

Calypso Rose

Far from home

samedi 25 (20h30) novembre

Grand Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 43€ / Tarif réduit, Carte et Carte + : 38€

La lauréate des 32 e Victoires de la musique est une héroïne dont la vie est une leçon.

Chant Linda McArtha dite “Calypso Rose” Batterie Gregory Louis Basse Corey Atheleny Wallace Claviers David Aubaile Guitare Jean M'Ba N'Guema Saxophone Fabien Kisoka Trompette et trombone Sylvain Bardiau Choristes Pascale Kameni Kamga, Audrey Gbaguidi

Calypso Rose, née dans la petite île caribéenne de Tobago, a commencé à chanter dès l’âge de 15 ans. Reine incontestée du Calypso depuis plus de 50 ans, elle distille son répertoire varié de chansons engagées, de musique de danse et de Gospel aux quatre coins de l’Europe et des USA. Si Miriam Makeba, Tito Puente, Michael Jackson ou Roberta Flack ont partagé la scène avec cette grande dame, c’est de sa rencontre avec Manu Chao qu’est né Far from home (son 20 e album !) un projet sur-mesure, sorti en 2016. Cette artiste totalement unique est aussi une figure d’héroïne dont la vie est une leçon. Car si ses concerts irradient d’allégresse, on y trouve trace d’une conscience toujours alerte, toujours en lutte.

Théâtre

Jacques Gamblin

Je parle à un homme qui ne tient pas en place

mardi 28 (20h30), mercredi 29 (20h30) novembre

Grand Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Correspondance avec son ami navigateur Thomas Coville.

Seul sur son trimaran de plus de 30 mètres, un homme, un grand marin, tente le record du tour du monde à la voile en solitaire. Un autre homme lui écrit par mail chaque jour pour le soutenir, l’accompagner et l’encourager. Voyage physique, géographique et mental. Que dire à un homme qui fait de cette victoire sa raison de vivre ? Que dire en silence, en absence ? Quelle place prendre sur ce bateau ? Que dire de soi, que dire de lui, que lui dire à lui ? De sa correspondance avec son ami le navigateur Thomas Coville, l’acteur Jacques Gamblin fait un spectacle. L’un et l’autre s’écrivent de ce qui les rassemble, de cette intensité émotionnelle quand le rideau se lève, quand le coup de canon est donné, soudain seuls face aux autres, face à soi-même. Deux gourmands de la vie qui se créent à distance une profonde intimité, qui se donnent des mots pour affronter leurs drames. Ça parle d’amitié, d’échec, de vanité, de défi, de glisse, de mental, de coups de blues et de bol. Et quand le vent souffle entre ces deux-là, il souffle fort.

Textes Jacques Gamblin et Thomas Coville Avec Jacques Gamblin Scénographie, vidéo Pierre Nouvel Création sonore Lucas Lelièvre Création lumières Laurent Béal Costumes Marie Jagou

Théâtre Le sale discours David Wahl jeudi 30 (19h30) novembre, vendredi 1 e r (20h30),

Théâtre

Le sale discours

David Wahl

jeudi 30 (19h30) novembre, vendredi 1 er (20h30), samedi 2 (19h30) décembre

Petit théâtre / Tarif unique : 12€ En partenariat avec le festival Grande Marée / www.associationadao.wordpress.com

Les déchets auraient-ils une problématique métaphysique ?

Texte et Interprétation David Wahl Mise en scène Pierre Guillois

C'est un récit qui parle de l'environnement.D'un environnement façonné par nos ordures, nos excréments et nos déchets. C'est un récit qui parle de notre instinct de survie, de nos rêves d'éternité, de la peur de la mort. C'est le récit de l'homme, qui envisage sa survie au prix de son environnement. Et du cycle de plus en plus vertigineux dans lequel cette lutte l'entraîne. Qu'est-ce qui est propre ? Qu'est-ce qui est sale ? La pollution est-elle le défi de notre époque ? Les racines sont-elles plus profondes que cela ? Les déchets auraient-ils une problématique métaphysique ? Drôle de promenade en tout cas, qui nous fera côtoyer le cochon,

les atomes, le caca, Marie Curie, la Voie lactée, les fantômes et

Aborder ces problèmes avec recul et oui,

bien d'autres choses

avec humour. La réflexion est à ce prix. Nous retrouvons ici notre causeur David Wahl avec son nouveau texte sur les déchets. Prodigieux d’intelligence.

Théâtre musical Orfeo je suis mort en Arcadie d’après Monteverdi, Samuel Achache, Jeanne Candel mardi

Théâtre musical

Orfeo

je suis mort en Arcadie

d’après Monteverdi, Samuel Achache, Jeanne Candel

mardi 5 (20h30), mercredi 6 (19h30) décembre

Grand Théâtre / durée : 2h / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

L’opéra-théâtre comme on en rêve et comme les jeunes créateurs s’en emparent aujourd’hui.

D’après L’Orfeo de Claudio Monteverdi et Alessandro Striggio, et d’autres matériaux Mise en scène Samuel Achache et Jeanne Candel Direction musicale Florent Hubert Une composition théâtrale et musicale arrangée, écrite et jouée par : Matthieu Bloch, Anne-Emmanuelle Davy, Vladislav Galard, Anne-Lise Heimburger, Florent Hubert, Clément Janinet, Olivier Laisney, Léo-Antonin Lutinier, Thibault Perriard, Jan Peters, Marion Sicre, Marie-Bénédicte Souquet et Lawrence Williams Scénographie Lisa Navarro Lumières Jérémie Papin Costumes Pauline Kieffer Masque Loïc Nébréda

L’opéra-théâtre comme on en rêve et comme les jeunes créateurs s’en emparent aujourd’hui : les musiciens-comédiens- chanteurs se mettent à l’ouvrage avec le mythe d’Orphée et Eurydice et tracent une route qui est la leur. Par la magie de son chant, Orphée délivre de la mort la femme de sa vie, Eurydice. Seule condition : sur le chemin du retour vers le monde des humains, il n’aura pas le droit de la regarder. Mais il ne peut résister. Le désire-t-il réellement ? Que cherche- t-il à se prouver ? La légende est connue, de même l’opéra de Monteverdi qui s’en inspire, et dont s’inspire le collectif réuni par Samuel Achache et Jeanne Candel. Juste un point de départ, et à partir de là, chacun en même temps que tous trace une route. Une route qui est la leur. La nôtre puisqu’elle traverse les désirs, l’amour, la peur, la souffrance, l’imaginaire et l’imagination, l’obsession du bonheur, d’une vie au-delà de la vie, d’un monde au-delà du monde, du pouvoir de l’être humain sur la nature, sur le destin. Ces rêves qui depuis toujours nous habitent.

DU 6 AU 10 DÉCEMBRE

DU 6 AU 10 DÉCEMBRE Cette 7 e édition du Festival NoBorder, conçue à plusieurs mains

Cette 7 e édition du Festival NoBorder, conçue à plusieurs mains par Le Quartz, le collectif Bretagne(s) World Sounds, Erik Marchand et son association DROM, Penn Ar Jazz, La Carène et le Conservatoire de Brest, portera haut les couleurs des musiques populaires du monde.

S'y annoncent : un Fest Deiz dans les ateliers des Capucins, bal populaire vibrant, vivant, lumineux. Des concerts passionnants, au Quartz, au Vauban, à la Carène, comme autant de voyages et d'ouvertures aux autres, au monde. Un colloque éclairé, ouvert à tous, sur la musique pentatonique, clé de voûte du dialogue entre les musiques et les peuples. Un Before conçu comme des lumières prémonitoires, installées ici et là, du territoire métropolitain jusqu'aux îles du Ponant. Et la fête, la joie, le bonheur d'être ensemble.

PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit : 35€

Musique

MALI
MALI

Toumani et Sidiki Diabaté

jeudi 7 (20h) décembre

Grand Théâtre / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ / Carte : 16€ / Carte + : 13€ ou PASS NoBorder

Le passé qui rencontre le présent pour l’avenir.

Kora Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté

Chez les Diabaté, on est griot de père en fils depuis soixante- douze générations. Toumani (le père) multiplie depuis plus de 20 ans les collaborations les plus audacieuses, d’Ali Farka Touré (deux Grammy Awards) à Björk en passant par Damon Albarn, Taj Mahal, Dee Dee Bridgewater ou encore Peter Gabriel, ce qui lui vaut une reconnaissance internationale. Sidiki (le fils) a mis la kora, la prestigieuse luth-harpe à 21 cordes, à l’heure de l’électronique et forme avec le rappeur Iba One un duo explosif qui remplit des stades de 20 000 places au Mali. Père et fils revisitent à quatre mains l’ancestral répertoire mandingue dans un dialogue en forme de ballet sonore qui fourmille de duels éblouissants. C’est « le passé qui rencontre le présent pour l’avenir », comme le dit joliment Toumani Diabaté.

PORTUGAL
PORTUGAL

Musique

Lula Pena

Archivo Pittoresco

jeudi 7 (18h30) décembre

Petit Théâtre / Tarif unique : 12€ ou PASS NoBorder

Esprit libre, Lula Pena esquisse une trajectoire atypique dans le panorama des musiques contemporaines lusophones. Aussi rare sur scène que sur disque, elle caresse de sa voix poignante un jeu de guitare épuré pour révéler un fado qui mute en folk fragile et profond. Des parfums brésiliens s’exhalent, des effluves de mornas s’échappent, la saudade affleure, le tout avec une intensité bouleversante.

Guitare, composition Lula Pena

ÉTHIOPIE
ÉTHIOPIE

Musique

Trio Etenesh Wassie Mathieu Sourisseau Julie Läderach

vendredi 8 (18h30) décembre

Petit Théâtre / Tarif unique : 12€ ou PASS NoBorder Création 2017

Etenesh Wassie et Mathieu Sourisseau fêtent leurs dix années de complicité musicale en créant un nouveau répertoire avec la violoncelliste Julie Läderach. Sur le fil de la basse fiévreuse et sous les cordes attisées du violoncelle, la voix funambule de la diva éthiopienne chaloupe, divague et s’envole. L’enchantement est sauvage, presque vénéneux. Cette majesté éraillée, où la jouissance du chant profond de l’Ethiopie n’est jamais loin de la souffrance, nous emporte dans un ailleurs envoûtant.

Voix Etenesh Wassie Basse acoustique Mathieu Sourisseau Violoncelle Julie Läderach

SYRIE
SYRIE

Musique

Naïssam Jalal

Rhythms of Resistance

vendredi 8 (20h) décembre

Grand Théâtre / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ Carte : 16€ / Carte + : 13€ ou PASS NoBorder

Il ne faut pas se fier aux apparences. Armée d’une flûte ou d’un frêle Nay, flûte orientale ancestrale, Naissam Jalal, conscience habitée du drame syrien, nous transporte au cœur d’un maëlström traversé de fulgurances poétiques. Entre musiques des mondes arabes, éthiopiens, japonais, gnawas et jazz viscéral, Naissam Jalal et son ardent quintet donnent à entendre les irréductibles palpitations d’un monde dévasté qui n’aspire qu’à la liberté. Leur lyrisme romantique qui respire la sérénité bascule parfois sans crier gare, et le souffle du groove paisible et lumineux se mue en un cri déchirant, emporté par l’ouragan.

Composition, flûte, nay Naïssam Jalal Saxophones ténor et soprano, percussions Mehdi Chaïb Guitare, violoncelle Karsten Hochapfel Contrebasse Zacharie Abraham Batterie Arnaud Dolmen

BRETAGNE
BRETAGNE

Musique

KBA#6

invite Mehdi Haddab

Pobl 'ba'r Machin[e]

samedi 9 (18h) décembre

Grand Théâtre / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ Carte : 16€ / Carte + : 13€ ou PASS NoBorder

Kreiz Breizh Akademi, dite KBA, est une formation professionnelle créée par Erik Marchand en 2003. Pendant deux ans, un collectif d’une douzaine de musiciens suit les masterclasses de maîtres de musique venus des quatre coins du monde et bâtit un répertoire innovant issu de la musique bretonne. Les différentes KBA ont des couleurs très différentes :

KBA#6 explore les musiques électroniques en compagnie de Medhi Haddab, oudiste éclairé (Duoud, Ekova, Burger/ Marchand, Speed Caravan). Voici Pobl' ba'r machine[e], le peuple dans la machine.

Invité Mehdi Haddab / Voix Estelle Beaugrand Clarinette Olivier Catteau / Tuba Grégoire Chomel Barbedor Guitare, oud Gaspard Deloison / Vielle à roue Bastien Fontanille Batterie Benoît Guillemot / Bouzouki Joachim Mouflin Flûte traversière en bois Antoine Peran Claviers Anthony Provost / Trompette Brian Ruellan Voix Paul Salaun Direction artistique Erik Marchand / Parrainage Youenn Le Cam Technicien son Julien Le Vu / Technicien lumière Sébastien Bouclé

Musique

HONGRIE

SöndörGo

Tamburocket Hungarian Fireworks

samedi 9 (20h30) décembre

Grand Théâtre / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ / Carte : 16€ / Carte + : 13€ ou PASS NoBorder

Voici une excellente occasion de découvrir le tambura, un luth ottoman qui se décline de l’aigu au grave. Surtout quand il est pratiqué par la bande des Söndörgo, un combo de choc qui butine avec intelligence les répertoires traditionnels de Hongrie, Serbie, Croatie et Macédoine. Ces virtuoses de culture classique nous entraînent dans un galop effréné aux parfums slaves, animés qu’ils sont par une fougue aussi étourdissante… que contagieuse !

Premier tambura, tambura samica, derbouka, voix, tambura alto Áron Eredics Tambura bratsch, trompette, voix Benjamin Eredics Clarinette, saxophone, kaval, tambura, tambura alto, voix Dávid Eredics Accordéon, flute de berger, hulusi, tambura alto, tambura cello Salamon Eredics Tambura contrebasse, tambura cello, tapan, voix Attila Buzás

NoBorder#7

Chaque soir au Vauban

NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
NoBorder # 7 Chaque soir au Vauban PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit
PASS NoBorder Plein tarif : 60€ / Tarif réduit : 35€
PASS NoBorder
Plein tarif : 60€ / Tarif réduit : 35€

Jeudi 7 décembre

10/12€ ou PASS NoBorder / à partir de 22h30

Offshore Quartet (Bretagne) Bertolino Le Gac (Bretagne)

Vendredi 8 décembre

12/15€ ou PASS NoBorder / à partir de 22h15

Krismenn (Bretagne)

ÿUMA (Tunisie)

Dèlgres (Guadeloupe / Louisiane)

Samedi 9 décembre

12/15€ ou PASS NoBorder / à partir de 22h15 pour danser toute la nuit !!!

Labelle (La Réunion)

'Ndiaz (Bretagne)

Duo du bas (Bretagne) … et des surprises.

Dimanche 10 décembre

10/12€ ou PASS NoBorder / 17h En partenariat avec Penn Ar Jazz

Bey Ler Bey Trio (France / Liban)

NoBorder#7

c’est aussi

> Le Fest-Deiz aux Ateliers des Capucins samedi 9 de 14h30 à 17h30.

> du 1 er au 5 décembre, un Before qui passera par Plobannalec-Lesconil, Gouesnou, les Îles du Ponant, Porspoder… et Brest-même !

> le 6 décembre à la Carène, le concert de Midi & Demi et l’Apéro- concert de NoBorder à 19h avec Moon Gogo www.lacarene.fr

> Le colloque de Drom du Pôle de la Modalité « Les musiques

pentatoniques, de la réalité au mythe » jeudi 7 et vendredi 8 au Quartz et à l’UBO. www.drom-kba.eu

> Un stage professionnel « Du village à la planète »,

jeudi 7 et vendredi 8 au Quartz. www.drom-kba.eu

> La rencontre du Conservatoire « Retour aux Sources » consacrée aux musiques et chants traditionnels d'Écosse samedi 9 décembre au Quartz www.conservatoire-brest.com

Comédie Musicale Cabaret Michel Kacenelenbogen mercredi 13 (20h30), jeudi 14 (20h30), vendredi 15 (20h30), samedi

Comédie Musicale

Cabaret

Michel Kacenelenbogen

mercredi 13 (20h30), jeudi 14 (20h30), vendredi 15 (20h30), samedi 16 (14h30 et 19h30), dimanche 17 (14h30) décembre

Grand Théâtre / durée : 2h30 / Plein tarif : 35€ / Tarif réduit : 27€ / Carte : 24€ / Carte + : 19€

Le plus grand des music-halls, le triomphe de la rentrée théâtrale, enfin à Brest !

D’après la pièce de John Van Druten et l’histoire de Christopher Isherwood Mise en scène
D’après la pièce de John Van Druten et l’histoire de Christopher Isherwood Mise en scène

D’après la pièce de John Van Druten et l’histoire de Christopher Isherwood Mise en scène Michel Kacenelenbogen Livret Joe Masteroff / Musique John Kander Paroles Fred Ebb / Directeur Musical Pascal Charpentier Chorégraphe Thierry Smits Traduction et adaptation Hélène Catsaras, Lou Kacen, Michel Kacenelenbogen et Mirabelle Santkin Avec Jolijn Antonissenn, Léonor Bailleul, Steve Beirnaert, Baptiste Blampain, Steven Colombeen, Sarah Delforge, Daphné D’Heur, Nitya Fierens, Delphine Gardin, Antoine Guillaume, Floriane Jamar, Damien Locqueneux, Bruno Mullenaerts, Taïla Onraedt, Guy Pion et Anthony Sourdeau Trompette Pauline Leblond / Saxo Alto Gilles Carlier Saxo Tenor Mathieu Najean / Trombone Julien Guilloux Basse Cédric Raymond / Piano Julie Delbart Percussions Toine Cnockaert / Guitare, Banjo Jo Mahieu Scénographie Vincent Lemaire / Lumières Laurent Kaye

Scénographie Vincent Lemaire / Lumières Laurent Kaye Cabaret , le plus grand des music-halls, le triomphe

Cabaret, le plus grand des music-halls, le triomphe de la rentrée théâtrale, enfin à Brest ! Fraîchement débarqué à Berlin, le jeune Américain Cliff Bradshaw découvre le Kit Kat Club, une boîte de nuit des plus sexy où se produit la sulfureuse Sally Bowles. Autour d’elle, l’extravagant maître de cérémonie Emcee et sa bande de boys and girls singent la parodie du monde : ils sont les rois du Show, du divertissement et de la provocation. Au Kit Kat Club, tout est permis pour profiter des folles nuits berlinoises des années 30 ! Mais même à l’abri dans cette enclave de liberté, les murmures du monde extérieur leur parviennent… Voici le plus grand classique des music-halls ! Entrez Messieurs-Dames ! Poussez la porte du Kit Kat Club et venez revivre la passion et la subversion de cette histoire célébrissime. L’orchestre, dirigé avec maestria par Pascal Charpentier, les chorégraphies inventives de Thierry Smits et la mise en scène aiguisée de Michel Kacenelenbogen nous proposent un spectacle grandiose mené par une quinzaine de chanteurs, acteurs et danseurs bourrés d’énergie ! Alors… « Willkommen, Bienvenue, Welcome ! »

Théâtre Occupe-toi du bébé Dennis Kelly, Laurent Meininger mardi 12 (20h30), mercredi 13 (19h30), jeudi

Théâtre

Occupe-toi du bébé

Dennis Kelly, Laurent Meininger

mardi 12 (20h30), mercredi 13 (19h30), jeudi 14 (19h30), vendredi 15 (19h30) décembre

Petit Théâtre / durée : 2h / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€

Un thriller théâtral qui tient en haleine le spectateur d'une manière irrépressible et troublante.

Une femme est accusée d'avoir tué son enfant. Elle est condamnée, puis innocentée pour manque de preuves à l'issue de son procès en appel. Après quatorze mois de détention, elle sort libre du tribunal. Inspirée de faits divers, cette pièce du brillant auteur britannique Dennis Kelly est cependant construite comme un scénario de film. On y croise un reporter, un journaliste et un présentateur qui enquêtent. Donna, dont la mort à cinq mois de son fils Jake paraît fort suspecte. Martin, son mari. Lynn, sa mère, une célèbre femme politique en pleine campagne électorale. Un médecin qui a diagnostiqué chez Donna un bien étrange syndrome… Tout est sans cesse en

mouvement. Chacun joue le jeu de la confession et tient son rôle. Mais où est la vérité ? Qui la détient ? Quand elle touche à l'impensable, peut-elle vivre sans le mensonge ? Un thriller théâtral, teinté d’humour british, qui tient en haleine le spectateur d'une manière irrépressible et troublante.

Texte Dennis Kelly Mise en scène Laurent Meininger Avec Jeanne François, Mary Leaument, Mathieu Montanier, Catherine Riaux, Damien Vigouroux Scénographie Mathieu Desailly Lumière Renaud Lagier

Musique Carmen Georges Bizet, Ensemble Matheus, Orquesta Sinfónica de Castilla y León / Valladolid vendredi

Musique

Carmen

Georges Bizet, Ensemble Matheus, Orquesta Sinfónica de Castilla y León / Valladolid

vendredi 22 (20h30) décembre

Brest Arena / durée : 3h / Plein tarif : 42€ / Tarif réduit : 34€ / Carte : 32€ / Carte + : 26€ Version mise en espace / Surtitrage en français

L'impertinente équipe brestoise réinvestit Brest Arena pour y donner sa vision de Carmen.

Opéra-comique en 4 actes de Georges Bizet (1838-1875) D'après le roman de Prosper Mérimée

Livret Henri Meilhac et Ludovic Halévy Avec l’Ensemble Matheus, Orquesta Sinfónica de Castilla y León Direction musicale Jean-Christophe Spinosi Maîtrise des Hauts-de-Seine - Direction Gaël Darchen Carmen Dara Savinova Don José Migran Agadzhanyan Escamillo Igor Onishchenko Micaëla Ekaterina Bakanova Le Dancaïre Gavan Ring Moralès Daniel Foki Remendado Jordi Casanova Mercédès Ines Moraleda Frasquita Emilie Rose Bry Zuniga Matthieu Toulouse

Après un imposant Requiem de Verdi, l'impertinente équipe brestoise réinvestit Brest Arena pour y donner sa vision de Carmen, l'opéra le plus joué au monde. L’Orquesta Sinfónica de Castilla y León, compagnon de route des aventures internationales des Matheus, sera aussi de la partie pour insuffler sa fougue ibérique à ces magistrales pages musicales qui sont passées à la postérité. Pour mémoire, il y est question d’une bohémienne andalouse au tempérament de feu, de Don José, un brigadier geôlier déjà fiancé à Micaëla qui en tombera fou amoureux, libérera cette belle qui assume fièrement sa sensualité libre… et qui partira retrouver son nouvel amant, le torero Escamillo. Amour, violence, excès, passion : l’histoire, qui a inspiré à Jean-Luc Godard ce résumé « si tu m'aimes, tu es foutu ! », ne finira pas bien, on s’en doute…

À partir de 8 ans

Théâtre

Blanche Neige ou la chute du mur de Berlin

La Cordonnerie

mardi 19 (19h30), mercredi 20 (19h30), jeudi 21 (19h30) décembre

Grand Théâtre / durée : 1h15 / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€

Convoquer sur le plateau la magie du cinéma, les dernières trouvailles technologiques en matière de son et le plus artisanal du théâtre.

Dans cette version décapante de Blanche-Neige, la parole est donnée à la « méchante » reine, devenue ici une belle-mère de quarante ans peinant difficilement à élever une adolescente aussi gothique que rebelle dans une des « plus hautes tours » HLM de Berlin Est. Fidèle à sa réputation, la compagnie La Cordonnerie poursuit son travail de déconstruction de ces histoires connues de tous, auxquelles elle tord régulièrement le cou en inventant une nouvelle forme : le ciné-spectacle. Une façon neuve de convoquer sur le plateau la magie du cinéma, les dernières trouvailles technologiques en matière de son et le plus artisanal du théâtre. Sur scène, placés devant l’écran, des acteurs, musiciens et bruiteurs, créent en direct la bande-son du film, récupérant sur un tapis roulant une collection d’objets hétéroclites. Du conte originel, rien ne manque. Pas plus les sept nains, volés dans les jardins des quartiers résidentiels que

p 48

© Sébastien Dumas

le cageot de pommes envoyé à sa fille par un père absent. Et si le miroir de la salle de bain suggère à la belle-mère, hôtesse de l’air fatiguée, que sa belle-fille est plus fraîche qu’elle, elle a quelques raisons de le croire…

Séance scolaire jeu 21 décembre à 14h30

Scénario, réalisation et mise en scène Samuel Hercule et Métilde Weyergans Musique originale Timothée Jolly Création son Adrian Bourget Création lumière Johannes Charvolin

son Adrian Bourget Création lumière Johannes Charvolin À NOTER La Compagnie La Cordonnerie présente également

À NOTER

La Compagnie La Cordonnerie présente également son spectacle Udo, complètement à l'est le samedi 14 octobre à 18h30 à la Maison du Théâtre (Brest). Infos et réservations : 02 98 47 33 42

Danse

À partir de 6 ans

La Belle

La Vouivre, Bérangère Fournier, Samuel Faccioli

mardi 19 (19h30), mercredi 20 (19h30), jeudi 21 (19h30), vendredi 22 (20h30) décembre

Petit Théâtre / durée : 50mn / Tarif unique : 12€

Dans un univers teinté de fantastique, trois danseurs donnent corps aux mondes intérieurs de cette jeune assoupie.

corps aux mondes intérieurs de cette jeune assoupie. Séances scolaires mer 20 décembre à 10h et

Séances scolaires mer 20 décembre à 10h et ven 22 décembre à 14h30

Conception, chorégraphie et mise en scène Bérengère Fournier, Samuel Faccioli Avec Bérengère Fournier, Samuel Faccioli, Joachim Maudet Musique live Gabriel Fabing Création lumières Gilles de Metz Création vidéo Florian Martin Costumes Nathalie Martella

Dans son lit, la Belle (au bois dormant) repose en paix. Mais à quoi peut-elle bien rêver ? C’est à ce sommeil long de cent ans que s’intéresse la compagnie La Vouivre. Un sujet éludé par les frères Grimm qui l’ont pourtant délibérément plongée dans cet état. Et si l’essence du conte résidait là ? Sous la fertile imagination des danseurs et chorégraphes Bérengère Fournier et Samuel Faccioli, la scène se fait le reflet des songes de la Belle. Dans un univers scénique et musical teinté de fantastique, trois danseurs donnent corps aux mondes intérieurs de cette jeune assoupie, qu’un baiser propulsera dans un nouvel âge de la vie. Pour l’heure, la voici en proie à ses premiers émois, tourmentée par une question de choix. Car la Belle ne rêve pas d’un, mais de deux princes charmants ! Ciselée et imagée, la chorégraphie fait l’éclatante démonstration qu’il n’est nul besoin de mots pour raconter des histoires.

p 50

Théâtre

À partir de 14 ans

À partir de 14 ans

Théâtre À partir de 14 ans À partir de 14 ans Ça ira (1) Fin de

Ça ira (1) Fin de Louis

Joël Pommerat

jeudi 11 (19h30), vendredi 12 (19h30) janvier

Grand Théâtre / durée : 4h30 avec pauses / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Joël Pommerat s’empare pour la première fois d’une matière historique pour en faire une fiction contemporaine.

Création théâtrale Joël Pommerat Compagnie Louis Brouillard. Avec Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Éric Feldman, Philippe Frécon, Yvain Juillard, Anthony Moreau, Ruth Olaizola, Gérard Potier, Anne Rotger, David Sighicelli, Maxime Tshibangu, Simon Verjans, Bogdan Zamfir Scénographie et lumière Eric Soyer Costumes et recherches visuelles Isabelle Deffin Son François Leymarie Recherche musicale Gilles Rico Dramaturgie Marion Boudier

Joël Pommerat revient au Quartz avec une pièce magistrale. Une épopée immersive qui projette au présent le processus révolutionnaire de 1789 et le laborieux bricolage démocratique qui s’ensuivit. Au cœur du théâtre devenu assemblée, pris dans les conflits d’hommes et d’idées, nous voici entraînés par une horde d’acteurs engagés dans un événement citoyen qui réinvente la politique. En interrogeant le mythe de la Révolution française, Joël Pommerat s’empare pour la première fois d’une matière historique pour en faire une fiction contemporaine. Ceci n’est pas une reconstitution mais une impulsion : les événements de 1789 à 1791 dégagent l’énergie de l’insurrection. Il n’y a ici ni Robespierre ni Danton mais des gens qui tentent d’agir au présent et pour l’avenir. Avec leurs idéaux, leurs intérêts et leurs contradictions. Leur enthousiasme, leur rêve d’un monde meilleur et leur radicale violence. Le metteur en scène saisit cet instant brûlant où pensée, imagination et action s’unissent dans la lutte. Et questionne les rapports entre l’homme et la société, entre les citoyens et leurs représentants. Ça ira ? Ce n’est qu’un début.

Musique Leïla Martial Baa Box mercredi 10 (20h30) janvier Petit Théâtre/ durée : 1h10 /

Musique

Leïla Martial

Baa Box

mercredi 10 (20h30) janvier

Petit Théâtre/ durée : 1h10 / Plein tarif : 18€ / Tarif réduit : 13€ / Carte : 12€ / Carte + : 9€ En partenariat avec Penn Ar Jazz / www.pennarjazz.com

Une funambule vocale de l’extrême dans un quartet qui groove avec une énergie rare.

Nous avons découvert Leïla Martial la saison dernière dans le projet Circles de la batteuse Anne Paceo et avons été soufflés par la plasticité exceptionnelle de sa voix qui sculpte avec volupté des paysages sonores imaginaires. Son no man’s land joyeusement barré est traversé de fulgurances jazz improvisées, d’envolées rock bruitistes, de perles pop habitées de fraîcheur et de poésie. Elle a sa propre langue, des improbables onomatopées entre scat et yaourt - sa marque de fabrique -, ses complices,

des multi-instrumentistes à forte personnalité qui prennent un malin plaisir à jongler avec leurs voix comme avec l’électronique.

Voix, claviers Leïla Martial Batterie, voix, sampler Eric Perez Guitare voix Pierre Tereygeol Sonorisation Baptiste Chevalier Duflot

Théâtre À partir de 6 ans blablabla Emmanuelle Lafon mardi 16 (19h30), mercredi 17 (19h30),

Théâtre

À partir de 6 ans

blablabla

Emmanuelle Lafon

mardi 16 (19h30), mercredi 17 (19h30), jeudi 18 (19h30) janvier

Petit Théâtre / durée : 45mn / Tarif unique : 12€

Un tourbillon jubilatoire qui ouvre à tous vents les portes de l’imaginaire.

qui ouvre à tous vents les portes de l’imaginaire. Séance scolaire jeu 18 janvier à 14h30

Séance scolaire jeu 18 janvier à 14h30

Conception Encyclopédie de la parole Composition Joris Lacoste Mise en scène Emmanuelle Lafon Avec Armelle Dousset Création sonore Vladimir Kudryavtsev Création lumière Marianne Pelcerf Création 2017

blablabla est une exploration ludique et musicale de la parole. Un drôle de jeu porté par Armelle Dousset, comédienne facétieuse, qui, en transformant sans cesse sa voix, fait surgir une foule de personnages et donne à entendre le spectre inouï des usages et pouvoirs de la parole humaine. Qu’est-ce-qui se dit et s’entend du point de vue des enfants ? Comment les paroles les plus diverses leur parviennent-elles ? Comment se les approprient-ils ? Qu’est-ce qu’ils entendent à l’école, à la maison, dans la rue, chez le médecin, à table, à la télé, au cinéma, chez les voisins… ? blablabla, un tourbillon jubilatoire qui ouvre à tous vents les portes de l’imaginaire.

À partir de 7 ans

Danse

Casse-Noisette

Ballet du Grand Théâtre de Genève

jeudi 18 (20h30), vendredi 19 (20h30), samedi 20 (19h30) janvier

Grand Théâtre / durée : 1h50 (entracte compris) / Plein tarif : 38€ / Tarif réduit : 31€ / Carte : 29€ / Carte + : 23€

Ce Casse-Noisette est une féerie comme on n’en a pas vu depuis longtemps et qui enchantera petits et grands.

Jeroen Verbruggen - soliste virtuose des Ballets de Monte-Carlo et chorégraphe à l’imaginaire féerique, festif et sans limites - invente ici un moment enchanteur. Casse-Noisette prend une tournure baroque grâce notamment à l’inventivité des costumes et des décors. Ils insufflent une vision spectaculaire, racée et joliment toquée au chef-d’œuvre créé en 1892 par Marius Petipa sur la musique de Tchaïkovski. Jeroen Verbruggen explore également la fantaisie des personnages comme celui de Marie, une jeune fille qui découvre un amour naissant, et celui de son parrain le Drosselmeyer, un « Monsieur Loyal » qui cache en lui le prince qu’elle doit libérer. Un Casse-Noisette d’une grande sensibilité qui nous entraîne dans un monde de chimères et de merveilles grâce aux danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève qui font preuve d’un engagement et d’une interprétation remarquables.

Conférence Céline Roux Sam 20 jan / 17h30

Chorégraphie Jeroen Verbruggen Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski Directeur général Tobias Richter Directeur du Ballet Philippe Cohen Scénographie et costumes « on aura tout vu » Livia Stoianova et Yassen Samouilov Lumières Ben Ormerod Avec 22 danseurs

p 55
p 55
p 55
Musique Orchestre Symphonique de Bretagne vendredi 26 (20h30) janvier Grand Théâtre / durée : 2h

Musique

Orchestre Symphonique de Bretagne

vendredi 26 (20h30) janvier

Grand Théâtre / durée : 2h avec entracte / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Symphonie du Nouveau Monde.

Placé sous la baguette d’Aurélien Azan Zielinski, l’Orchestre Symphonique de Bretagne nous a concocté un programme voyageur qui va crescendo : ouverture bretonne avec Avel Viz, projet musical inédit qui révèle les liens entre lieder de Schubert et chant traditionnel breton. Place ensuite à la remarquable violoniste Tai Murray, invitée de l’Orchestre dans le Concerto pour violon et orchestre de Samuel Barber, une œuvre rarement jouée en France où le compositeur déploie sa verve orchestrale avec une inspiration toute romantique. Lui succéderont des pages signées William Grant Still, compositeur méconnu surnommé « le Gershwin noir ». Morceau de choix, enfin, avec la 9 e symphonie de Dvorák, chef-d’œuvre populaire d’un compositeur déraciné qui, inspiré par les

paysages et le brassage culturel américain, inventa son folklore imaginaire. Dès sa première audition, la richesse des thèmes, des plans musicaux et des tempi valurent à la 9 e un succès foudroyant qui ne s’est jamais démenti depuis !

Direction Grant Llewellyn Violon solo Tai Murray

Programme Frédérique Lory (orchestration) et Marthe Vassallo (choix des mélodies et textes en breton) : Avel Viz, Complaintes du vent d’est Samuel Barber (1910–1981) : Concerto pour violon et orchestre op.14) William Grant Still (1895-1978) : Mother and Child Antonin Dvorak (1841-1904) : 9 e Symphonie du Nouveau Monde en mi mineur, B178 op. 95

Musique Ensemble Sillages jeudi 25 (19h30) janvier Petit Théâtre / Tarif unique : 10€ Programme

Musique

Ensemble Sillages

jeudi 25 (19h30) janvier

Petit Théâtre / Tarif unique : 10€

Programme Hanns Eisler (1898) Quatorze manières de décrire la pluie, op. 70. Variations pour six musiciens. Pour flûte, clarinette, piano, violon, alto, violoncelle James Tenney (1934) Koan pour quatuor à cordes Martino Traversa (1960) Red pour violon Martin Matalon (1958) Traces XIII pour piano et électronique (création commande de Sillages)

Ensemble Sillages Direction artistique Philippe Arrii-Blachette Flûte Sophie Deshayes Clarinette Jean-Marc Fessard Piano Vincent Leterme Violons Lyonel Schmit et Sullimann Altmayer Alto Gilles Deliège Violoncelle Ingrid Schoenlaub

Ce programme d’une rare intensité se fait l’écho du foisonnement intérieur de compositeurs importants, au premier rang desquels on trouve Hanns Eisler, qui signe avec Quatorze manières de décrire la pluie, op. 70 une œuvre splendide, sensible à l'extrême. En miroir de cet hommage à Schönberg qui exprime les sentiments de tristesse d'un compositeur exilé d'une Allemagne livrée au nazisme, on découvre le méconnu James Tenney, compositeur et théoricien américain influent, élève d’Edgar Varèse, collaborateur de John Cage et Steve Reich. Si Koan, son quatuor à cordes, se place dans la lignée de la musique répétitive, force est d’être impressionné par la dramaturgie puissante qui s’en dégage. Deux mots sur Red, une pièce brillante fourmillant de pages d’une extrême virtuosité que Martino Traversa confie au violon soliste. En point d’orgue, l’Ensemble Sillages, déjà signataire d’un disque monographique de référence consacré à Martin Matalon, créera une nouvelle Traces, ce foisonnant corpus d’œuvres écrites pour instrument et électronique.

Nouveau Cirque

À partir de 7 ans

Beyond

Compagnie Circa

mardi 23 (20h30), mercredi 24 (19h30) janvier

Grand Théâtre / durée : 1h15 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Beyond enchaîne les numéros et les surprises dans un cabaret réinventé, bestiaire à prodiges acrobatiques.

Conception et mise en scène Yaron Lifschitz et la compagnie Circa Avec les membres de la compagnie Circa Direction technique et lumières Jason Organ Décor Yaron Lifschitz et Jason Organ Costumes Libby McDonnell

Ça, c’est bien un titre anglais de cirque australien : Beyond pour au-delà, par-delà les frontières et les limites, aux lisières de tout ce qui rapproche l’homme de la bête. L’instinct, le désir, l’impulsivité. Les casse-cous apparaissent avec une tête gigantesque de lapin. Les bestioles s’agitent, virtuoses de l’envol et de la chute. Sur la voix de Sinatra, New York, New York, une femme porte sur un seul bras un homme en équilibre. Un autre est soulevé du sol par la mâchoire. Un troisième en ours brun bafoue les lois de la gravité. On revisite Darwin et Alice au pays des merveilles. Ballets aériens, pyramide humaine, jetés de chaises, mât chinois et contorsions dans les sangles, Beyond enchaîne les numéros et les surprises dans un cabaret réinventé, bestiaire à prodiges acrobatiques. Avec un élastique, un Rubik’s cube et des boîtes de conserve, sept interprètes cassent les codes du cirque traditionnel. Ils réinventent tout autant les lois du nouveau cirque dans un écrin en rouge et noir, rêve de gosse où le corps devient un jouet élastique de magie.

Musique Sur la route de Kilkenny Les musiciens de Saint-Julien mardi 30 (19h30) janvier Grand

Musique

Sur la route de Kilkenny

Les musiciens de Saint-Julien

mardi 30 (19h30) janvier

Grand Théâtre / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Une alchimie unique de pièces savantes et raffinées du baroque irlandais et de chansons en gaélique.

Le flûtiste et tête chercheuse François Lazarevitch a le goût

des autres, des répertoires oubliés et des cultures populaires.

A la tête des Musiciens de Saint-Julien, électrons libres du

monde baroque, il s’emploie avec un feu intérieur électrisant à croiser sources orales et écrites, à rapprocher les couleurs et les sensibilités poétiques, à retrouver l’énergie jaillie du mouvement dansé. Passionné par une musique irlandaise qui porte en elle l'empreinte d'une poésie insulaire et d'une histoire mouvementée, il a questionné textes originaux et recueils des XVIII e et XIX e siècles, pratiqué avec ceux qui la perpétuent encore. C’est ainsi qu’il a imaginé ce programme virtuose où couplets variés, berceuses, chants de barde et hymnes à la nature racontent et dansent l'amour, l'infidélité, les saisons, l'occupation et l'exil.

Direction, flûte traversière, tin whistle, smallpipes François Lazarevitch Ténor Robert Getchell Violon David Greenberg Clàrsach (harpe irlandaise) Bill Taylor Harpe baroque Marie Bournisien Viole de gambe Lucile Boulanger Théorbe, cistre Romain Falik

Théâtre musical

DJ set (sur) écoute

Mathieu Bauer

mardi 30 (20h30), mercredi 31 (19h30) janvier

Petit Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€ En partenariat avec le Festival Longueur d’ondes / www.longueur-ondes.fr

Trois musiciens et deux comédiens se lancent dans une conférence-concert débridée sous la forme d’un DJ set.

Conception et mise en scène Mathieu Bauer Avec Mathieu Bauer, Sylvain Cartigny, Matthias Girbig, Pauline Sikirdji, Kate Strong ou Georgia Stahl Voix off Arnaud Laporte, Blandine Masson Dramaturgie Thomas Pondevie Son Dominique Bataille Lumière Xavier Lescat Scénographie Chantal de la Coste

Trois musiciens et deux comédiens se lancent dans une conférence-concert débridée sous la forme d’un DJ set. Aux instruments, aux micros et aux platines, ils mixent en direct la soirée et tentent de partager leur plaisir d’auditeurs en réinterprétant et en combinant librement des extraits sonores, textuels et musicaux puisés dans un registre aussi large qu’éclectique. Cette playlist est l’occasion de mettre au jour une réflexion sensible sur la musique : entre chaque numéro, une voix off resitue les morceaux dans leur contexte et pose les jalons d’une histoire abrégée de la musique et de l’écoute. D’une sirène de pompiers à un air de Bartók, d’un texte de Jankélévitch à la mélodie grisante d’une musique de film de Nino Rota, des paroles d’un tube susurrées au micro à la reprise chorale d’un aria de Wagner, les arrangements percussifs et électriques de Mathieu Bauer et Sylvain Cartigny réveillent notre écoute. Le plateau se fait ici le terrain de jeu d’expérimentations sonores en tous genres pour continuer d’interroger ce qu’écouter veut dire.

Radio

Longueur d’ondes

15 e festival de la radio et de l'écoute

du 1 er au 4 février 2018

www.longueur-ondes.fr

Fictions radiophoniques en direct, séances d'écoute publique, débats, rencontres, documentaires, impromptus sonores, grandes voix des ondes invitées… le festival Longueur d’ondes à Brest est l’incontournable rendez-vous annuel des amoureux de la radio et de l’écoute. En voici la 15 e édition, prenez date !

Théâtre Ludwig, un roi sur la lune Frédéric Vossier, Madeleine Louarn mardi 6 (20h30), mercredi

Théâtre

Ludwig, un roi sur la lune

Frédéric Vossier, Madeleine Louarn

mardi 6 (20h30), mercredi 7 (19h30), jeudi 8 (20h30) février

Grand Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ / Carte : 16€ / Carte + : 13€

Une des figures les plus célèbres du romantisme allemand.

Une légende d’un romantisme absolu entoure la vie du roi Louis II de Bavière. Il n’est pas entré dans l’histoire par ses conquêtes ou des faits de guerre remarquables mais par ses courses éperdues à cheval dans la neige, ses colères immenses, ses excès, ses crises et surtout son amour absolu de l’art qui, aujourd’hui encore, en fait une des figures les plus célèbres du romantisme allemand. C’est ce personnage hors normes que Madeleine Louarn et les comédiens de Catalyse mettent au cœur de leur dernière création. Les événements de la vie de Louis II ouvrent un espace immense pour explorer le fantasme et le rêve, le normal et l’anormal, les contradictions qui habitent un être et son rapport à la réalité. Associée à Frédéric Vossier pour le texte, Rodolphe Burger

pour la musique et Loïc Touzé pour la chorégraphie, Madeleine Louarn rend tangible le voyage dans un esprit qui cherche désespérément le sublime grâce à la présence totale de chacun des acteurs dont la capacité de métamorphose fascine singulièrement.

Texte Frédéric Vossier Mise en scène Madeleine Louarn Musique Rodolphe Burger Chorégraphie Loïc Touzé et Agnieszka Ryszkiewicz Interprètes Rodolphe Burger, Julien Perraudeau Avec les comédiens de l’atelier Catalyse : Tristan Cantin, Guillaume Drouadaine, Christian Lizet, Christelle Podeur, Jean-Claude Pouliquen, Sylvain Robic Scénographie Marc Lainé / Lumière Michel Bertrand Costumes Claire Raison / Son Léo Spiritof

Musique Rodolphe Burger et Invités Good samedi 10 (20h30) février Grand Théâtre / durée :

Musique

Rodolphe Burger

et Invités

Good

samedi 10 (20h30) février

Grand Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Son nouvel opus intimiste et poétique.

Chant lead, guitare Rodolphe Burger Contrebasse, clavier basse, chœur Sarah Murcia Batterie, machine Christophe Calpini Et trois invités. Son Léo Spiritof Lumières Christophe Olivier

À la tête d’une galaxie musicale mutante, le chanteur et guitariste Rodolphe Burger est l'un des plus prolifiques voyageurs du rock français. Impossible de ranger cette œuvre peuplée de riffs sauvages, de boucles de mélancolie obsessionnelles, d’électronique acide ou lunaire et de poésie contemporaine dans une seule boîte. Good, son nouvel opus intimiste et poétique bâti en complicité avec Christophe Calpini (réalisateur pour Alain Bashung de L'imprudence), appartient bien à la famille : c’est à un somptueux festin traversé de racines blues, de poésie sensuelle et de sons bruts, parcouru par les plumes de Beckett, Büchner, T.S Eliot, Pierre Alféri et Olivier Cadiot, que nous sommes conviés. Avec, à cette occasion, trois invités qui rejoindront le trio de choc.

À partir de 14 ans

Danse

À mon seul désir

Gaëlle Bourges

jeudi 8 (19h30), vendredi 9 (20h30) février

Petit Théâtre / durée : 45 mn / Tarif unique : 12€ En partenariat avec Danse à tous les étages / www.danseatouslesetages.org / Résodanse au bout du monde

Une chorégraphie drôle et sensuelle, commentée par un texte tout en humour et légèreté.

À mon seul désir convoque les six panneaux de la série de tapisseries connue sous le nom de « La Dame à la licorne », qui présente une jeune fille et une licorne entourées d’animaux et de fleurs – vraisemblablement une allégorie des cinq sens augmentée d’un sixième, resté assez mystérieux. Mais les licornes sont aussi réputées terriblement sauvages, ne se laissant approcher que par de jeunes vierges. Gaëlle Bourges, chorégraphe tout autant brillante que facétieuse, souvent accueillie au Quartz, s’intéresse ici à un des points centraux de l’histoire de l’art européen : la représentation de la virginité des femmes, ou de leur non virginité puisque, Vierge Marie oblige, il y a au cours des siècles comme une oscillation entre déflorations et non déflorations, ce qui revient finalement au même : on

n’est jamais tranquille. Allégorie du désir charnel, représentation de la virginité et bestiaire foisonnant, inspirent à Gaëlle Bourges une chorégraphie drôle et sensuelle, commentée par un texte tout en humour et légèreté.

Conception et récit Gaëlle Bourges Danse Carla Bottiglieri, Gaëlle Bourges, Agnès Butet et Alice Roland Avec Gaëlle Bourges, Agnès Butet, Marianne Chargois et Alice Roland Participation de volontaires pour le bestiaire final Création musique XTRONIK et Erwan Keravec Création lumière Abigail Fowler et Ludovic Rivière Création costume Cédrick Debeuf Masques Krista Argale

Théâtre Une légère blessure Laurent Mauvignier, Johanna Nizard mercredi 14 (19h30), jeudi 15 (19h30), vendredi

Théâtre

Une légère blessure

Laurent Mauvignier, Johanna Nizard

mercredi 14 (19h30), jeudi 15 (19h30), vendredi 16 (19h30) février

Petit Théâtre / durée : 1h10 / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€

La voix profonde et rocailleuse de Johanna Nizard s’empare d’un monologue puissant de Laurent Mauvignier.

Texte et dramaturgie Laurent Mauvignier Mise en scène Othello Vilgard Avec Johanna Nizard Lumière Franck Thévenon

Laurent Mauvignier compte parmi les écrivains français contemporains les plus connus et les plus talentueux. Révélé par Apprendre à finir, puis Dans la foule, il a approché la scène notamment avec Tout mon amour, présenté au Quartz en 2014. Aujourd’hui, c’est une forme monologuée qu’a créée l’écrivain aux phrases qui roulent longuement et déferlent énergiquement. Une femme prépare un dîner à sa famille et confie à une domestique les blessures qui l’ont constituée. Des anodines à la plus brûlante son récit surgit par flashes. Il constitue un puzzle et trace le chemin d’une parole permettant à cette femme d’aller vers elle, à sa propre rencontre, par une parole de plus en plus nue, dangereuse et terrible, mais indispensable à la vérité.

Danse

Philippe Decouflé

Nouvelles pièces courtes

mercredi 14 (20h30), jeudi 15 (20h30), vendredi 16 (20h30), samedi 17 (19h30) février

Grand Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€ Avec le festival Oups! / www.oups-brest.com

Un univers plein de poésie et d’inventivité, toujours fidèle à son humour et à sa loufoquerie.

Conférence Céline Roux Sam 17 fév / 17h30

Un spectacle de la Compagnie DCA / Philippe Decouflé Mise en scène et chorégraphie Philippe Decouflé Avec Flavien Bernezet, Meritxell Checa Esteban, Raphael Cruz, Julien Ferranti, Ninon Noiret, Alice Roland, Suzanne Soler, Violette Wanty Eclairages Begoña Garcia Navas Conception vidéo Olivier Simola et Laurent Radanovic Costumes Laurence Chalou, Jean Malo

C’est le grand retour de l’un des plus emblématiques chorégraphes français. Philippe Decouflé, chouchou des scènes internationales, présente avec cette toute dernière création, un spectacle qui puisse « montrer, démontrer, démonter, remonter » et provoquer des émotions. S’entourant d’artistes aux multiples talents (danseurs, acrobates, musiciens), enchaînant solo, duo, ou danse de groupes, il les met en valeur en faisant siennes les technologies nouvelles pour explorer l’architecture des corps et exprimer la liberté de créer et de vivre sa vie. Pour chacune des pièces qui composent le spectacle, il crée un univers spécifique plein de poésie et d’inventivité, toujours fidèle à son humour et à sa loufoquerie. De performances chorégraphiques et acrobatiques épatantes en cabrioles et autres petites danses dérisoires, de moments de danse pure en notes mélancoliques, le chorégraphe sait nous éblouir et nous faire rêver.

Musique Descofar Nikolaz Cadoret, Alice Soria-Cadoret, Yvon Molard mardi 20 (19h30) février Petit Théâtre /
Musique Descofar Nikolaz Cadoret, Alice Soria-Cadoret, Yvon Molard mardi 20 (19h30) février Petit Théâtre /

Musique

Descofar

Nikolaz Cadoret, Alice Soria-Cadoret, Yvon Molard

mardi 20 (19h30) février

Petit Théâtre / durée : 1h15 / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€

Un tourbillonnant folklore imaginaire d'une liberté inouïe.

Descofar, c’est un peu comme si O’Carolan était tombé dans un chaudron de LSD et qu’il avait adoré ça. Deux harpes électriques qui rencontrent les percussions et l’électronique en mettant la musique celtique traditionnelle sous haute tension, au bord de la rupture, entre rythmiques urbaines et tribales, arrangements d’équilibristes et improvisations free. Nous voici au cœur d’un geyser de l’étrange où un trio virtuose adepte des « doigts dans la prise » questionne instruments comme répertoire et invente un tourbillonnant folklore imaginaire d’une liberté inouïe.

Harpe électrique Nikolaz Cadoret Harpe électrique Alice Soria-Cadoret Percussions Yvon Molard

Humour Chris Esquerre Sur Rendez-vous mardi 20 (20h30) février Grand Théâtre / durée : 1h20

Humour

Chris Esquerre

Sur Rendez-vous

mardi 20 (20h30) février

Grand Théâtre / durée : 1h20 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Chris Esquerre fait un spectacle de ce qu’il est, imprévisible, plein de divagations, d’absurdités, de fantaisies et d’idées folles.

Un spectacle de et avec Chris Esquerre Regard extérieur Hélène Delye

Connu pour ses faux reportages sur les ondes, il a inventé une « revue de presse des journaux que personne ne lit », et a créé sa « Télé Oléron ». Il s’est fait remarquer, lunaire et solaire chez Ardisson, au Grand Journal, sur France Inter. Il joue les amateurs sans passion, trop bien coiffé, raffiné de mauvais goût. Armé de ses inventions en tout genre, il promène un personnage à la Buster Keaton parlant, déphasé mais avec assurance, décalé tout le temps, même quand on ne le regarde pas.

Hors abonnement

Musique

Arsenal Productions présente

Bernard Lavilliers

jeudi 22 (20h30), vendredi 23 (20h30) février

Grand Théâtre / Plein tarif : 55€ / Tarif réduit, Carte et Carte + : 51€

Rockeur sensible et bête de scène.

Une quarantaine d'années déjà qu'il nous fait voyager jusqu'aux coins les plus reculés de la planète comme dans sa tête de bourlingueur et de poète contestataire. Le baroudeur de la chanson, rockeur sensible et bête de scène, est de retour à Brest sur la grande scène du Quartz. Immanquable !

Musique Beethoven n°5 Ensemble Matheus samedi 24 (19h30) mars Grand Théâtre / durée : 2h30

Musique

Beethoven n°5

Ensemble Matheus

samedi 24 (19h30) mars

Grand Théâtre / durée : 2h30 avec entracte / Plein tarif : 35€ / Tarif réduit : 27€ / Carte : 24€ / Carte + : 19€

Plongée dans l’inépuisable richesse de l’univers beethovenien.

Beethoven Symphonique Symphonie n°6 en Fa majeur, op.68 Concerto pour piano n°5 « L’Empereur » en Mi bémol majeur, op.73 Entracte Symphonie n°5 en Ut mineur, op.67

Musique Ludwig van Beethoven (1770-1827) Avec l’Ensemble Matheus Direction Jean-Christophe Spinosi Piano Simon Ghraichy

Magnifique plongée dans l’inépuisable richesse de l’univers beethovenien avec trois morceaux de choix : entrée en matière avec l’originale 6 e Symphonie, qui propose un véritable portrait musical d’une nature que Beethoven chérissait au plus haut point : si la critique railla les intentions descriptives du compositeur, ce ne fut pas du tout le cas du grand public, enthousiasmé par la beauté de ce chant de paix ! Place ensuite à L’Empereur, son ultime concerto, une pièce maîtresse du répertoire pianistique, lumineuse et profonde, d’un équilibre parfait. Et pour finir en beauté la célèbre et magistrale 5 e Symphonie, l’œuvre emblématique qui signe le génie du compositeur et fera dire à Goethe en 1830 : « c’est très grand, c’est absolument fou ! On aurait peur que la Maison s’écroule. »

DU 12 AU 17 MARS 7 e édition de DañsFabrik, Festival de Brest. Au programme

DU 12 AU 17 MARS

7 e édition de DañsFabrik, Festival de Brest. Au programme des festivités : une édition plus encore vagabonde, aux quatre coins de la ville, dans les quartiers, dans les théâtres, dans les rues et jusqu'au désormais incontournables Ateliers des Capucins. Les nouveaux artistes associés du Quartz, Lisbeth Gruwez et Maarten Van Cauwenberghe, en ouverture et dans un grand éclat de rire. Des créations nombreuses, celles notamment de Nina Santes, Bernardo Montet, Alain Michard, Carole Perdereau et Mani A. Mungai. Et Tiago Guedes, invité d'honneur, chorégraphe et directeur du Teatro Municipal do Porto, ici curateur de la scène chorégraphique portugaise. Réjouissant !

PASS DañsFabrik Plein tarif : 50€ / Tarif réduit : 25€

Belgique

AH HA

Lisbeth Gruwez

mardi 13 (20h30) mars

Grand Théâtre / durée : 1h / Tarif unique : 12€ ou PASS DañsFabrik

Le vocabulaire des corps en proie au rire devient une danse captivante, rassembleuse et percutante.

Chorégraphe Lisbeth Gruwez Composition et création musicale Maarten Van Cauwenberghe Lumière Harry Cole Costumes Catherine Van Bree Avec Mercedes Dassy, Anne-Charlotte Bisoux, Lisbeth Gruwez, Vicente Arlandis Recuerda, Lucius Romeo-Fromm

Excentrique et inventive, la danseuse/chorégraphe flamande Lisbeth Gruwez apparaît comme une nouvelle voix importante et originale de la danse contemporaine. Dans AH/HA, une collaboration avec son partenaire de création, l’artiste du son Maarten Van Cauwenberghe (tous deux artistes associés au Quartz), elle décortique le mécanisme du rire. Cinq danseurs, dont Lisbeth elle-même, convergent et gravitent les uns vers les autres, isolés mais cherchant à se rencontrer. Ils commencent à rire – silencieusement, avec éclat, bruyamment, timidement. Claques sur les cuisses, corps déformés, torses secoués de hoquets incontrôlables… Le vocabulaire des corps en proie au rire devient une danse captivante, rassembleuse et percutante. Magistral !

France / Rwanda Unwanted Dorothée Munyaneza jeudi 15 (20h30) mars Grand Théâtre / Tarif unique

France / Rwanda

Unwanted

Dorothée Munyaneza

jeudi 15 (20h30) mars

Grand Théâtre / Tarif unique : 12€ ou PASS DañsFabrik

Faire entendre les silences et voir les cicatrices de l’Histoire.

Chanteuse, auteur et chorégraphe originaire du Rwanda, Dorothée Munyaneza développe une œuvre ardente. Son travail part du réel pour saisir la mémoire et le corps, individuels et collectifs ; pour porter les voix de ceux qu’on tait ; pour faire entendre les silences et voir les cicatrices de l’Histoire. Partie d’une recherche documentaire, Dorothée Munyaneza a recueilli la parole de femmes victimes de viol en zone de conflit. Comment danser tout de même face à l’horreur – faire le pari d’incarner, de donner à entendre ? Exposant le corps comme un champ de bataille, elle cherche par le chant, la danse, les images à traverser la destruction et le rejet pour célébrer la résistance et la force de ces femmes.

« Je veux parler d’elles, qui ont vécu le viol comme arme de destruction massive. Je veux parler d’eux, enfants de bourreaux et de victimes. Ces femmes et ces enfants tourmentés qui sont encore vivants et qui, malgré les épreuves qui suivirent et suivent encore le crime qui les a abattus, tiennent encore debout, tels des arbres, ils cherchent tant bien que mal à déployer leurs racines et leurs branches ».

Conception et chorégraphie Dorothée Munyaneza Avec Holland Andrew, Alain Mahé, Dorothée Munyaneza Regard extérieur Faustin Linyekula Scénographie Vincent Gadras Artiste plasticien Bruce Clarke Création lumière Christian Dubet Musique Holland Andrews, Alain Mahé, Dorothée Munyaneza Costumes Stéphanie Coudert

Portugal Brother Marco da Silva Ferreira samedi 17 (21h) mars Grand Théâtre / durée :

Portugal

Brother

Marco da Silva Ferreira

samedi 17 (21h) mars

Grand Théâtre / durée : 1h / Tarif unique : 12€ ou PASS DañsFabrik

Un condensé d’humanité.

Chorégraphie, direction artistique Marco da Silva Ferreira Assistance artistique Mara Andrade Avec Anaísa Lopes, Cristina Planas Leitão, Duarte Valadares, Marco da Silva Ferreira, Vítor Fontes, Filipe Caldeira, Max Makowski Lumières Wilma Moutinho Musique Rui Lima et Sérgio Martins

Marco da Silva Ferreira vient au Quartz pour la première fois avec sept danseurs pour une danse tribale et urbaine. Condensé d’humanité, tentative d’un effort commun, mimétisme constant entre les interprètes… Cette pièce interroge la généalogie et les similitudes d’une génération à l’autre. Une réflexion sur les procédés d’héritage, de mémoire mais aussi de transmission.

France Carne Bernardo Montet, Compagnie Mawguerite samedi 17 (19h) mars Le Mac Orlan / Tarifs

France

Carne

Bernardo Montet, Compagnie Mawguerite

samedi 17 (19h) mars

Le Mac Orlan / Tarifs : de 5€ à 8€ ou PASS DañsFabrik

Carne plonge ses racines aux sources les plus archaïques et les plus sacrées de l’humanité.

Bernardo Montet est un chorégraphe engagé. Toutes ses pièces traitent de sujets en prise avec notre temps : le colonialisme, la mémoire, l’identité, la conscience corporelle, la résistance. Chaque chorégraphie rejoue le monde qui nous entoure, et fait apparaître les corps dans leur dimension poétique et politique. Carne s’inscrit directement dans cette recherche. Cette création s’appuie sur le travail et les photographies du missionnaire allemand Martin Gusinde (1886-1969). Conscient que les peuples de la Terre de Feu (entre la Patagonie et le Chili) vont disparaître avec l’arrivée de colons occidentaux, il part à leur rencontre, étudie et prend des clichés de ces trois tribus, les Selk’nam, les Yamana et les Kawésqar entre 1919 et 1924. Il est l’un des seuls à avoir pu observer la cérémonie du Hain, un rituel initiatique qui remonte aux origines de l’humanité. La création de Bernardo Montet aborde ces territoires du bout du monde selon une géographie de la fiction mettant en perspective représentations imaginaires et réalité tangible. Carne plonge ses racines aux sources les plus archaïques et les plus sacrées de l’humanité, pour réactualiser notre rapport au monde, suspendre le temps, et retrouver les vivants.

Chorégraphie Bernardo Montet Avec Patricia Guannel, Suzie Babin, Youness Aboulakoul, Marc Veh, Herwann Asseh (distribution en cours) Création musicale Pascal Le Gall Scénographie Gilles Touyard Costumes Rose-Marie Melka Création lumière Michel Bertrand

ET DES CRÉATIONS

ET DES CRÉATIONS Hymen Hymne Nina Santes La chorégraphe Nina Santes s’empare de la figure de
ET DES CRÉATIONS Hymen Hymne Nina Santes La chorégraphe Nina Santes s’empare de la figure de

Hymen Hymne

Nina Santes

La chorégraphe Nina Santes s’empare de la figure de la sorcière, non comme image figée, mais comme potentiel d’action, mobilisant les « pouvoirs » d’une identité plurielle. Qui sont les sorcières ? Où sont-elles, et d’où jaillissent-elles ? Quel est cet envoûtement qui agit sur nous ? Quel est ce pouvoir qui nous anime ?

Conception Nina Santes / Avec Soa De Muse, Nanyadji Ka-Gara, Nina Santes, Betty Tchomanga, Lise Vermot Création 2018

Ouest En danseuse To be or not to be

Alain Michard

Carole Perdereau

Mani A. Mungai

À la Maison du Théâtre

Programme complet, tarifs et horaires en janvier 2018 www.dansfabrik.com

À partir de 10 ans

Cirque / music-hall

GRANDE -

Tsirihaka Harrivel, Vimala Pons

mercredi 28 (20h30), jeudi 29 (19h30) mars

Grand Théâtre / durée : 1h50 / Plein tarif : 25€ / Tarif réduit : 19€ / Carte : 16€ / Carte + : 13€

Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel sont des artistes époustouflants !

Conçu sous forme d’épisodes, GRANDE - se déroule comme si à chaque séquence les artistes mettaient une pièce dans un juke box émotif. Casse-cous du cirque, excentriques du music-hall, Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel inventent leur monde, très personnel, tout en rendant hommage à la tradition de la grande revue. Les deux artistes de cirque s’entourent d’une multitude d’objets hétéroclites (assiettes, piano arrangé, couteaux, fenêtres, voitures…) pouvant être lancés, portés ou transportés. Ces deux artistes évoluant avec agilité dans cet univers, explorent différentes manières de se propulser dans l'action. Il en résulte une infinité de combinaisons possibles, d’actes nouveaux à inventer.

Ce cirque-là se rapproche amoureusement du music- hall. Il en revendique la variété comme mot d’ordre, l’erreur comme subjectivité, l’humour comme révolte de l’esprit. Il lui emprunte son rythme rapide et son sens de la contradiction, entre grandes attractions et finesse du détail. La musique, jouée en direct par les artistes, se compose d’hymnes et de marches loufoques en clin d’œil aux origines militaires de la musique de cirque.

Réalisation, conception, création objets, création accessoires, dispositif sonore, dispositif lumière, musique et arrangements Tsirihaka Harrivel et Vimala Pons Costumes Vimala Pons et Rémy Ladulal

Théâtre Voyage au bout de la nuit Louis-Ferdinand Céline, Rodolphe Dana mardi 27 (20h30), mercredi

Théâtre

Voyage au bout de la nuit

Louis-Ferdinand Céline, Rodolphe Dana

mardi 27 (20h30), mercredi 28 (19h30), jeudi 29 (20h30), vendredi 30 (20h30) mars

Petit Théâtre / durée : 1h40 / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€

Rodolphe Dana a le pouvoir de transmettre toute la substantifique moelle de ce Voyage au bout de la nuit.

D’après le roman de Louis-Ferdinand Céline (Editions Gallimard) Création collective dirigée par Katja Hunsinger et Rodolphe Dana Collectif Les Possédés Avec Rodolphe Dana Lumière Valérie Sigward Costumes Sara Bartesaghi Gallo

Seul sur scène, Rodolphe Dana, chef de file du Collectif Les Possédés et directeur du Centre dramatique national de Lorient, relève le pari de nous entraîner avec Bardamu au cœur du premier roman de Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit. Écrit en pleine crise de 1929, ce chef-d’œuvre bouscule le paysage littéraire de l’entre-deux-guerres en inventant une langue écrite inspirée de l’argot, âpre et sans concession, en totale rupture avec l’académisme ambiant de ce XX e siècle naissant. Céline y relate les errances et les désillusions d’un homme naïf et désœuvré, Bardamu, confronté aux violences de son époque et à la bêtise des hommes. Dans une scénographie épurée, simplement avec les mots puissants et monstrueux de Céline, Rodolphe Dana a le pouvoir de transmettre,avec subtilité,en puisant dans l’humour inhérent à cette fresque humaine, toute la substantifique moelle de ce Voyage au bout de la nuit.

Théâtre

Sur le concept du visage du fils de Dieu

Romeo Castellucci

jeudi 5 (20h30), vendredi 6 (19h30) avril

Grand Théâtre / durée : 1h / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Dans la magie de ses images, Romeo Castellucci, s’attache à la personne humaine, aux visages, aux corps, quels qu’ils soient.

Conception et mise en scène Romeo Castellucci Musique Scott Gibbons Avec Gianni Plazzi, Sergio Scarlatella, Dario Boldrini, Vito Matera, Silvano Voltolina

Sous le visage du fils de Dieu, dans un salon d’une suprême élégance, un vieillard au corps délabré, crache sans un mot sa révolte, sa souffrance, ses dégoûts, se décharge de tout ce qui l’encombre, comme pour se délivrer du monde policé qui l’entoure, auquel il appartient, et dont il se voit prisonnier. À ses côtés un homme, son fils, pareil à ce qu’il fut et ne veut plus, ne peut plus être, le suit, le soigne, tente de le ramener aux convenances. Alors, noire comme l’angoisse tombe la nuit. Un néant sans recours où, dans le silence et l’impuissance, lentement le visage du fils de Dieu se désagrège… Croisant performance aléatoire et lyrisme, simplicité de tréteau et raffinements des techniques les plus sophistiquées, les spectacles de Romeo Castellucci sont inclassables. Mais toujours s’attachent à la condition humaine. À l’être humain, au travers de ses impulsions. Au travers de son corps, dans sa beauté comme dans ses infirmités.

Danse DFS Cecilia Bengolea, François Chaignaud mardi 10 (20h30), mercredi 11 (20h30) avril Grand Théâtre

Danse

DFS

Cecilia Bengolea, François Chaignaud

mardi 10 (20h30), mercredi 11 (20h30) avril

Grand Théâtre / durée : 50mn / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Cette nouvelle pièce rassemble un groupe de ballerines qui traversent le dancehall jamaïcain et des polyphonies anciennes.

Réunir le dancehall et les polyphonies médiévales dans une même pièce. Tel est le pari osé du duo phare de la danse contemporaine, Cecilia Bengolea et François Chaignaud. Depuis leur première pièce ensemble, intitulée Pâquerette, François Chaignaud et Cecilia Bengolea ne cessent de surprendre. Explorateurs infatigables, ils tentent d’ouvrir le champ de la danse contemporaine à d’autres pratiques :

acrobaties aériennes, chants géorgiens, danses urbaines… Capables de réunir sur une même scène le dub jamaïcain et la danse sur pointes comme dans Dub Love en 2013, ils ont récemment fait partie des rares chorégraphes invités à créer une pièce pour le ballet de Wuppertal après la disparition de Pina Bausch. Dans le droit fil de ce succès, cette nouvelle pièce rassemble un groupe de ballerines qui traversent le dancehall jamaïcain et des polyphonies anciennes, pour inventer une forme de danse totale. Au rendez-vous, contrastes culturels, engagement maximal et expérience sensorielle.

Conception Cecilia Bengolea, François Chaignaud Avec Cecilia Bengolea, Damion BG Dancerz, François Chaignaud, Valeria Lanzara, Joan Mendy, Erika Miyauchi, Shihya Peng Création lumière Jean-Marc Ségalen Vidéo Giddy Elite Team Mixage son Clément Bernerd Costumes, conception Cecilia Bengolea et François Chaignaud

Musique Le Banquet Céleste, Damien Guillon Music for a while vendredi 13 (20h30) avril Grand

Musique

Le Banquet Céleste, Damien Guillon

Music for a while

vendredi 13 (20h30) avril

Grand Théâtre / durée : 50mn / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Damien Guillon fête les passions amoureuses à travers les prismes de John Dowland et d’Henry Purcell.

Musique John Dowland, Henry Purcell Contre-ténor Damien Guillon Luth, viole de gambe, clavecin : distribution en cours

Première venue à Brest d’un ensemble qui sculpte le temps avec souveraine élégance et intériorité. A la tête du Banquet Céleste, une équipe de musiciens mordus de musique ancienne, le contre-ténor accompli Damien Guillon fête les passions amoureuses à travers les prismes de John Dowland (1563-1626) et d’Henry Purcell (1659-1695), deux immenses compositeurs anglais de la Renaissance et du Baroque. Cent ans les séparent, et pourtant la filiation musicale est évidente. On navigue avec volupté entre la douceur et l’intimité des pages de Dowland et les pièces plus extraverties et théâtrales de Purcell qui annoncent déjà l’Opéra baroque dans toute sa démesure. Et on ne boude pas son plaisir à écouter « Flow my tears » et « Music for a while », deux chefs-d’œuvres dont le cousinage saute aux oreilles !

Musique Kintsugi Kakushin Nishihara, Serge Teyssot-Gay, Gaspar Claus mardi 3 (20h30) avril Petit théâtre /

Musique

Kintsugi

Kakushin Nishihara, Serge Teyssot-Gay, Gaspar Claus

mardi 3 (20h30) avril

Petit théâtre / durée : 1h / Plein tarif : 18€ / Tarif réduit : 13€ / Carte : 12€ / Carte + : 9€ En partenariat avec Penn Ar Jazz / www.penn-ar-jazz.com

Ancien, moderne, chamanique, psychédélique ? L’omni - objet musical non identifié - Kintsugi est tout cela à la fois. Trois musiciens habités nous plongent dans la célèbre épopée de Yoshitsune, un chant millénaire peuplé d’histoires de Samouraïs, de Yokaïs, ces djinns japonais espiègles. Une époque qui disparaîtra le jour où elle ne sera plus chantée, et que la tokyoïte Kakushin Nishihara, égérie underground post-punk entend bien ressusciter. S’accompagnant d’un ancestral biwa,

elle psalmodie avec une solidité d’airain cet étrange répertoire, traversant la tempête sauvage dont l’enveloppent Serge Teyssot-Gay et Gaspar Claus, deux champions ès explorations musicales atypiques.

Chant et biwa Kakushin Nishihara Guitare Serge Teyssot-Gay Violoncelle Gaspar Claus

Musique Ensemble Sillages jeudi 12 (19h30) avril Petit Théâtre / Tarif unique : 10€ Programme

Musique

Ensemble Sillages

jeudi 12 (19h30) avril

Petit Théâtre / Tarif unique : 10€

Programme Martin Matalon (1958) La Carta, pour voix, clarinette, accordéon, percussion et dispositif électronique José Manuel Lopez Lopez (1956) Homing, pour voix, clarinette basse, accordéon, contrebasse, percussions, harpe Peter Eötvös (1944) Natasha, pour soprano, violon, clarinette et piano Philippe Leroux (1959) Postlude à l’épais, pour flûte, clarinette, violon, violoncelle et piano

Ensemble Sillages Direction artistique Philippe Arrii-Blachette Direction musicale Julien Leroy Voix Donatienne Michel-Dansac Clarinette Jean-Marc Fessard Piano Vincent Leterme Percussion Hélène Colombotti Violon Lyonel Schmit Violoncelle Ingrid Schoenlaub Contrebasse Didier Meu

Dirigé par Julien Leroy, l’Ensemble Sillages propose un programme qui fait la part belle à la voix, magistralement incarnée par Donatienne Michel-Dansac. Avec La Carta, Martin Matalon signe une pièce légère et brillante, inspirée par une bouleversante lettre de jeunesse. Changement de registre avec la grave Homing, où José Manuel Lopez Lopez s’appuie sur les mots du poète espagnol Dionisio Cañas pour nous parler de l’exil : "Les temps terribles que nous vivons ne peuvent nous rester étrangers, et l’odyssée de milliers de personnes démunies de leurs droits les plus élémentaires, méritent au moins cet hommage de notre part. » Place ensuite au grand compositeur et chef hongrois Peter Eötvös avec Natasha, pièce entraînante qui se joue avec une espièglerie savoureuse du méchant personnage de la pièce de Anton Tchekhov "Les trois sœurs". Philippe Leroux explore quant à lui la notion d’épaisseur compositionnelle dans un Postlude à l’épais riche en textures et climats, qui explose en une puissante polyphonie.

Théâtre By heart Tiago Rodrigues lundi 16 (20h30), mardi 17 (19h30) avril Petit Théâtre /

Théâtre

By heart

Tiago Rodrigues

lundi 16 (20h30), mardi 17 (19h30) avril

Petit Théâtre / Durée : 1h20 / Plein tarif : 21€ / Tarif réduit : 15€ / Carte : 14€ / Carte + : 11€

Un théâtre à chœur ouvert…

Acteur, auteur et metteur en scène, Tiago Rodrigues est le directeur du Théâtre National D. Maria II à Lisbonne. Son théâtre subversif et poétique en fait l’un des plus éminents artistes portugais. Avec By Heart (Par cœur), il nous conte une histoire. Celle de sa grand-mère qui, devenue aveugle, demande à son petit-fils de lui choisir un livre qu’elle pourrait apprendre par cœur. Mais que signifie au juste apprendre un texte par cœur ? Et comment se tenir, avec le public, au plus près de cette question ? Vous le saurez en venant découvrir ce petit bijou de sensibilité. Ce moment de théâtre intime et singulier. Profond, intelligent et ambitieux. Un théâtre fait « avec le cœur » qui donne à entendre l’amour des mots. On en sort heureux et remué avec le sentiment d’avoir vécu une expérience unique.

Écriture, interprétation Tiago Rodrigues compagnie Mundo Perfeito Texte avec extraits et citations de William Shakespeare, Ray Bradbury, George Steiner et Joseph Brodsky Accessoires et costumes Magda Bizarro Traduction française Thomas Resendes

Théâtre

À partir de 8 ans

Mon prof est un troll

Dennis Kelly, Collectif OS’O

du 10 au 20 avril

Dans les quartiers de Brest / durée : 50mn / Tarif unique : 10€ Avec le festival Oups! / www.oups-brest.com

Pas de pitié pour les trolls !

Oups! / www.oups-brest.com Pas de pitié pour les trolls ! Centre socioculturel Horizons Quartier de l'Europe

Centre socioculturel Horizons Quartier de l'Europe Mar 10 / 14h30 et 18h30 Mer 11 / 14h30 et 18h30

Centre social Couleur Quartier Kerourien Ven 13 / 19h30 Sam 14 / 19h30 Lun 16 / 14h30 et 18h30 Mar 17 / 14h30 et 18h30

Centre socioculturel Les AmaRRes Kérédern Mer 18 / 19h30 Jeu 19 / 14h30 et 18h30 Ven 20 / 14h30 et 18h30

Création collective du Collectif OS’O Texte Dennis Kelly Traduction Philippe Le Moine et Pauline Sales Avec (en alternance) Roxane Brumachon, Bess Davies, Baptiste Girard, Mathieu Ehrhard et Tom Linton Dramaturgie Aurélie Armellini Costumes et accessoires Marion Guérin Création lumière Emmanuelle Bassibé

C’est l’histoire de Max et Alice, deux enfants malicieux, qui voient arriver leur nouveau directeur d’école, un troll. Ce troll de directeur, Monsieur Arrgghh, révèle très vite le côté obscur de sa force. Il dévore les enfants trop curieux, les envoie à la mine, et les force à manger des choux de Bruxelles au beurre de cacahuète. Rien que ça ! Alice et Max vont alors tout tenter :

faire appel aux adultes, à l’inspecteur des écoles, au policier et au Président de la Fleurance. Malheureusement personne ne se mobilise. Le duo téméraire ne se laisse pas démonter et va surmonter cette situation par la solution la plus révolutionnaire et désarmante possible. Une réflexion métaphorique pleine de sens, qui entre en résonance avec l’imaginaire des enfants. C’est la toute dernière création du collectif OS’O qui prête sa jeunesse et sa verve à ce texte jubilatoire de Dennis Kelly qui s’adresse autant aux adultes qu’aux enfants.

Musique

À partir de 12 ans

François Morel

La Vie (titre provisoire)

mardi 17 (20h30), mercredi 18 (20h30), jeudi 19 (20h30) avril

Grand Théâtre / durée : 1h30 / Plein tarif : 29€ / Tarif réduit : 21€ / Carte : 18€ / Carte + : 15€

Il réenchante le quotidien, peint les tableaux joyeusement cabossés d’une existence fragile, provisoire – d’où le titre.

Mise en scène Juliette Un concert de et avec François Morel et Antoine Sahler Batterie, vibraphone, percussions Muriel Gastebois Contrebasse, violoncelle, guitares Amos Mah Piano, claviers, trompette Antoine Sahler Saxophones, flûte, clavier Sophie Alour ou Lisa Cat-Berro ou Tullia Morand Lumières Gaëlle de Malglaive Costumes Elisa Ingrassia Son Yannick Cayuela

Il nous annonçait La Fin du monde est pour dimanche, mais finalement elle n’eut pas lieu. Tant mieux ! Car pour notre plus grand bonheur François Morel remonte sur scène pour nous chanter « La Vie ». Le comédien, auteur, et chroniqueur sur France Inter, aime aussi la chanson, pour raconter des histoires dont il écrit les paroles. Teintées d’une certaine mélancolie depuis les événements dramatiques de janvier et novembre 2015, elles sonnent comme un baume musical, une douce consolation tout en délicatesse. Debout au micro il sourit, se lance dans l’aventure de ces miniatures humaines, vitales. Il réenchante le quotidien, peint les tableaux joyeusement cabossés d’une existence fragile, provisoire – d’où le titre. Pour ce nouveau spectacle, il retrouve ses camarades de toujours : l’œil complice de Juliette à la mise en scène, l’oreille experte d’Antoine Sahler à la composition. C’est tendre, chaleureux, attachant et brillamment tissé. Du Morel dans le texte. Alors, elle est pas belle la vie ?

Hors abonnement

Humour

Diogène Productions, en accord avec Ruq, spectacle présente :

Gaspard Proust

jeudi 26 (20h30) avril

Grand Théâtre / durée : 1h50 / Plein tarif : 43€ / Tarif réduit, Carte et Carte + : 38€

Punk en habit de bourgeois !

Gaspard Proust est dérangeant, sans concession, très à l’aise dans son rôle de « punk en habit de bourgeois ». Plus acerbe que jamais, il ose tout dans ce nouveau spectacle particulièrement cinglant, méchamment drôle, encore plus noir et mordant que le précédent. L’écriture est brillante, incisive, et le sens de la formule souvent génial. Sans nul doute, Gaspard Proust est désormais entré dans la cour des très grands.