Vous êtes sur la page 1sur 27

Clément Fleurenceau 14 juin 2010

UCT G du BPREA : Conduire un atelier de production de grandes


cultures

A la ferme du Puy : Des céréales conduites


en agriculture biologiques et transformées
en pain à la ferme
Rapport réalisée à partir du stage réalisé chez :
Anne et Frédéric Bourdeix
Le Puy
24450 Saint Pierre de Frugie

Formation « Spécialisation en Agriculture Biologique » du BPREA


Promotion 2010

Sommaire :

1
Chapitre 1 : L’activité de production dans son environnement socioprofessionnel et
règlementaire..................................................................................................................................... 5

1.1. Historique.............................................................................................................................. 5

1.1. Système de production et mode de conduite de l’activité ....................................................... 5

1.2. Obligations règlementaires et contractuelles .......................................................................... 5


1.2.1. Obligations règlementaires liées au mode de production biologique ................................ 5
1.2.2. Obligations liées à la PAC .............................................................................................. 8

1.3. Organisations et institutions partenaires ................................................................................. 8


1.3.1. Partenaires institutionnels ............................................................................................... 8
1.3.2. Partenaires sociaux ......................................................................................................... 8
1.3.3. Partenaires économiques et commerciaux ....................................................................... 9

1.1. Interactions entre l’activité et les autres composantes du système d’exploitation.................. 10

Chapitre 2 : Analyse de la conduite de l’atelier ........................................................................... 11

2.1. Caractéristiques du système cultural .................................................................................... 11


2.1.1. Parcellaire..................................................................................................................... 11
2.1.1. Rotations ...................................................................................................................... 12
2.1.2. Assolement ................................................................................................................... 12

2.2. Gestion du travail ................................................................................................................ 13

2.3. Gestion des approvisionnements .......................................................................................... 14

2.4. Gestion des déchets et effluents ........................................................................................... 15

2.5. Gestion des consommations d’énergie et d’eau .................................................................... 15

2.6. Gestion des bâtiments, installations et équipements ............................................................. 15

2
Chapitre 3 : Raisonner la conduite d’une culture ........................................................................ 18

3.1. Objectifs de production........................................................................................................ 18

3.2. Itinéraires techniques ........................................................................................................... 18

3.3. Gestion de la culture du blé.................................................................................................. 18


3.3.1. Caractéristiques du blé et de sa culture.......................................................................... 18
3.3.2. Gestion du sol et des adventices .................................................................................... 19
3.3.3. Amendement et fertilisation .......................................................................................... 20
3.3.4. Implantation de la culture.............................................................................................. 21
3.3.5. Contrôle des adventices ................................................................................................ 22
3.3.6. Protection des cultures .................................................................................................. 23
3.3.1. Contrôle de l’humidité du sol, conduite de l’irrigation .................................................. 23
3.3.2. Récolte et post-récolte................................................................................................... 23

3.4. Aspects règlementaires et sécurité au travail ........................................................................ 24


3.4.1. Utilisation et stockage des produits phytosanitaires....................................................... 24
3.4.2. Principes et règles de sécurité au travail ........................................................................ 24

Chapitre 4 : Analyse des résultats technico-économiques ........................................................... 25

4.1. Indicateurs technico-économiques ....................................................................................... 25


4.1.1. Indicateurs techniques................................................................................................... 25
4.1.2. Indicateurs économiques............................................................................................... 25
4.1.3. Comparaison à d’autres références................................................................................ 26

3
Liste des figures :
Figure 1 : Localisation géographique des parcelles de la Ferme du Puy ............................................. 12
Figure 2 : Charge de travail hebdomadaire moyenne de Frédéric Bourdeix durant l’année................. 14

Liste des tableaux :


Tableau 1 : Sections des règlements (CE) Nº 834/2007 et (CE) Nº 889/2008 applicables à la Ferme du
Puy...................................................................................................................................................... 6
Tableau 2 : Partenaires commerciaux de la Ferme du Puy pour l’achat de produits.............................. 9
Tableau 3 : Partenaires commerciaux de la Ferme du Puy pour la vente de produits ............................ 9
Tableau 4 : Caractéristiques générales du parcellaire de la Ferme du Puy .......................................... 11
Tableau 5 : Assolement 2010 à la Ferme du Puy................................................................................ 13
Tableau 6 : Calendrier des travaux à la Ferme du Puy (hors pain) ...................................................... 13
Tableau 7 : Consommation énergétique pour une culture de blé de printemps.................................... 15
Tableau 8 : Caractéristiques des bâtiments et installations nécessaires à l’Activité Pain à la Ferme du
Puy.................................................................................................................................................... 16
Tableau 9 : Liste et caractéristiques du matériel utilisé à la Ferme du Puy ......................................... 16
Tableau 10 : Bilan du plan de fumure sur la rotation courte en place à la Ferme du Puy..................... 20
Tableau 11 : Charges opérationnelles de l’atelier de production de blé .............................................. 25
Tableau 12 : Marges brutes réalisées en fonction du produit commercialisé....................................... 26
Tableau 13 : Estimation des marges brutes réalisées en fonction des rendements (FRC2A de Midi-
Pyrénées, ITAB, Arvalis) .................................................................................................................. 26

Liste des annexes :


Tableaux des exportations par culture : Cultures non fourragères
Fiche technique : Composition des engrais de ferme
Blé rouge inversable ou blé de Bordeaux. Vilmorin (1880)

4
Chapitre 1 : L’activité de production dans son environnement
socioprofessionnel et règlementaire

1.1. Historique
Frédéric Bourdeix s’est installé à 23 ans en fermage sur 25 ha dont 24 de prairie pour nourrir un
troupeau de 200 brebis allaitantes. Entre 1990 et 1991, il convertit sa ferme à l’agriculture biologique,
réduit son troupeau à 150 brebis et commence à transformer des pommes en jus au sein d’une CUMA
pour diversifier ses productions et s’assurer de nouvelles sources de revenus. En 1993, il se marie avec
Anne qui accouche de leur enfant Nicolas, ils achètent une maison à rénover avec du terrain et trouvent
de nouveau fermages. Face la crise chronique de la filière ovine et en vue de l’augmentation des ventes
de jus de 1000 à 8000 litres en cinq ans, il décide d’acheter en 1996 un pressoir en copropriété et de
construire un atelier spécifique pour cette activité. En 1998-1999, il vent le troupeau, laisse les
fermages de la première ferme, plante un verger de 0,6 ha et produit des céréales, qu’il mout et que sa
femme Anne Bourdeix transforme en pain. Un second verger a été planté à partir de 2004 et la
transformation des pommes s’est étendue à la production de cidre et de vinaigre de cidre.

1.1. Système de production et mode de conduite de l’activité

Anne et Frédéric Bourdeix mènent donc actuellement sur leur ferme deux activités principales,
orientées vers la valorisation de leur production par la transformation et la vente directe :
• la production, en rotation sur 8,5 ha, de blé panifiable transformé en farine puis en pain ;
• la production de pommes sur 3,7 ha pour la transformation en jus, cidre et vinaigre.

Comme l’ensemble des productions de la Ferme du Puy, le blé y est conduit en agriculture
biologique. Ceci implique en premier lieu la mise en place de rotations pour assurer une fertilité et une
productivité pérenne des parcelles. Frédéric Bourdeix mène une rotation courte de 3 ans et une rotation
longue de 6 à 8 ans sur diverses parcelles pour s’assurer une production annuelle de blé sur 2 ha.
Il pratique un travail superficiel du sol, le désherbage mécanique et le faux-semis pour la gestion
des adventices. La fertilisation est assurée par des amendements avec des produits organiques et des
minéraux naturels mais surtout par l’introduction d’engrais vert et de prairies dans ses rotations. La
gestion des maladies et des ravageurs est basé sur des méthodes préventives de lutte qui s’appuient sur
les variétés utilisées mais aussi sur la présence d’éléments naturels tels que haies et lisières de bois à
proximité des parcelles, dont la faune permet de réguler les populations de ravageurs et maladies.

1.2. Obligations règlementaires et contractuelles

1.2.1. Obligations règlementaires liées au mode de production biologique


Mr et Mme Bourdeix ont fait le choix, peu après leur installation, de suivre un mode de production
biologique. Ils se doivent donc de respecter le nouveau règlement (CE) Nº 834/2007 du Conseil du 28
juin 2007 relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques et abrogeant le
règlement (CEE) n° 2092/91. Ce règlement est par ailleurs assorti du le règlement (CE) Nº 889/2008

5
de la Commission du 5 septembre 2008 qui expose les modalités d'application du règlement (CE) nº
834/2007 que les agriculteurs biologiques se doivent de respecter.
Parmi l’ensemble des sections de ces deux règlements, le Tableau 1 liste celles qui sont applicables
à la Ferme du Puy du fait de ses activités de production végétale, de transformation, de
conditionnement et de vente directe de produits.
Tableau 1 : Sections des règlements (CE) Nº 834/2007 et (CE) Nº 889/2008 applicables à la Ferme du Puy
Règlement (CE) Nº 834/2007 Règlement d'application (CE) Nº 889/2008
Cadre
Section Titre Nº article Titre
Objectifs et principes de la
Titre II
production biologique
Général
Article 3 Objectifs
Article 4 Principes généraux
Principes spécifiques Règles de production, de
T II - Article 5 applicables en matière Titre II transformation, d'emballage, de
d'agriculture transport et de stockage des produits
Titre III Règles de production
Chapitre 1 Règles générales de production Chapitre 1 Production végétale
Production Chapitre 2 Production agricole
Règles générales applicables à la
Article 11 Article 3 Gestion et fertilisation des sols
production agricole
Règles applicables à la Lutte contre les ravageurs, les
Article 12 Article 5
production végétale maladies et les mauvaises herbes
Principes spécifiques
applicables en matière de
T II - Article 6 Chapitre 3 Produits transformés
transformation des denrées
Transformation alimentaires biologiques
Productions de denrées Emballage, transport et stockage des
T III-Chapitre 4 Chapitre 4
alimentaires transformées produits
Etiquetage Titre IV Etiquetage Titre III Étiquetage
Contrôle Titre V Controle Titre IV Contrôle

Parmi l’ensemble de ces sections, on peut citer les articles suivant pour avoir une vue globale de la
démarche :
• Article 3 : Objectifs
La production biologique poursuit les objectifs généraux suivants:
a) établir un système de gestion durable pour l'agriculture qui:
i) respecte les systèmes et cycles naturels et maintient et améliore la santé du sol, de l'eau,
des végétaux et des animaux, ainsi que l'équilibre entre ceux-ci;
ii) contribue à atteindre un niveau élevé de biodiversité;
iii) fait une utilisation responsable de l'énergie et des ressources naturelles, telles que l'eau,
les sols, la matière organique et l'air;
iv) respecte des normes élevées en matière de bien-être animal et, en particulier, répond aux
besoins comportementaux propres à chaque espèce animale;
b) viser à produire des produits de haute qualité;
c) viser à produire une grande variété de denrées alimentaires et autres produits agricoles qui
répondent à la demande des consommateurs concernant des biens produits par l'utilisation de

6
procédés qui ne nuisent pas à l'environnement, à la santé humaine, à la santé des végétaux ou à la
santé et au bien-être des animaux.

• Article 4 : Principes généraux


La production biologique est fondée sur les principes suivants:
a) concevoir et gérer de manière appropriée des procédés biologiques en se fondant sur des
systèmes écologiques qui utilisent des ressources naturelles qui sont internes au système […]
b) restreindre l'utilisation d'intrants extérieurs. Lorsque leur utilisation est nécessaire ou en
l'absence des pratiques et méthodes de gestion appropriées visées au point a), elle est limitée aux:
i) intrants provenant d'autres productions biologiques;
ii) substances naturelles ou substances dérivées de substances naturelles;
iii) engrais minéraux faiblement solubles;
c) limiter strictement l'utilisation d'intrants chimiques de synthèse aux cas exceptionnels […]

• Article 5 : Principes spécifiques applicables en matière d'agriculture


Outre les principes généraux énoncés à l'article 4, l'agriculture biologique est fondée (pour les
productions végétales) sur les principes spécifiques suivants:
a) préserver et développer la vie et la fertilité naturelle des sols, leur stabilité et leur biodiversité,
prévenir et combattre le tassement et l'érosion des sols et nourrir les végétaux principalement par
l'écosystème du sol;
b) réduire au minimum l'utilisation de ressources non renouvelables et d'intrants ne provenant
pas de l'exploitation;
c) recycler les déchets et les sous-produits d'origine végétale ou animale comme intrants pour la
production végétale ou animale;
d) tenir compte de l'équilibre écologique local ou régional dans le cadre des décisions en matière
de production; […]
f) préserver la santé des végétaux au moyen de mesures préventives, notamment en choisissant
des espèces et des variétés appropriées et résistantes aux nuisibles et aux maladies, en assurant
dûment une rotation appropriée des cultures, en recourant à des méthodes mécaniques et
physiques et en protégeant les prédateurs naturels des nuisibles; […]

 Article 6 : Principes spécifiques applicables en matière de transformation des denrées


alimentaires biologiques

Outre les principes généraux énoncés à l'article 4, la production de denrées alimentaires biologiques
transformées est fondée sur les principes spécifiques suivants:
a) produire des denrées alimentaires biologiques à partir d'ingrédients agricoles biologiques, sauf
lorsque un ingrédient n'est pas disponible sur le marché sous une forme biologique;
b) réduire l'utilisation des additifs alimentaires, des ingrédients non biologiques ayant des
fonctions principalement technologiques ou organoleptiques, ainsi que des micronutriments et
7
des auxiliaires technologiques, afin qu'il y soit recouru le moins possible et seulement lorsqu'il
existe un besoin technologique essentiel ou à des fins nutritionnelles particulières;
c) exclure les substances et méthodes de transformation susceptibles d'induire en erreur sur la
véritable nature du produit;
d) faire preuve de précaution lors de la transformation des denrées alimentaires, en utilisant de
préférence des méthodes biologiques, mécaniques et physiques.

1.2.2. Obligations liées à la PAC


Les droits à paiements uniques de la nouvelle PAC sont éco-conditionnées, c'est-à-dire que
l’agriculteur doit maintenir ses terres dans de bonnes conditions agricoles et respecter les normes en
matière de santé publique, de santé des animaux et des végétaux, d’environnement et de bien-être des
animaux.
Mis à part ces points, Anne et Frédéric Bourdeix ne sont tenus par aucun contrat formel sur leur
ferme, que ce soit pour la commercialisation de leur produit comme pour la gestion de leurs parcelles.

1.3. Organisations et institutions partenaires

1.3.1. Partenaires institutionnels


En tant qu’agriculteurs, Anne et Frédéric Bourdeix sont nécessairement en lien avec l’actuelle
Direction Départementale des Territoires de Dordogne (ex-Direction Départementale de
l’Agriculture et de la Forêt), en particulier pour la déclaration PAC, et donc indirectement avec
Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche. Les versements sont effectués par
l’Agence de services et de paiement.
En tant qu’agriculteur bio, ils sont par ailleurs tenus de notifier chaque année leurs productions
auprès de l’Agence Bio. L’Agence Bio est un groupement d’intérêt public qui rassemble des
représentants des pouvoirs publics et des professionnels de l’agriculture et de l’agriculture biologique
en vue de son développement et de sa promotion.
Anne et Frédéric Bourdeix font appel à Ecocert pour le contrôle de leur production. Ils sont en effet
tenus par la réglementation de l’agriculture biologique de faire appel à un organisme certificateur pour
contrôler que le mode de production biologique soit bien suivi sur leur ferme et obtenir ainsi leur
certification.

1.3.2. Partenaires sociaux


Au niveau social, Anne et Frédéric Bourdeix sont affiliés à la Mutualité Sociale Agricole (MSA)
pour l’ensemble des prestations sociales. La MSA est un organisme privé de protection sociale du
monde agricole et rural qui rempli une mission de service public. Les agriculteurs y cotisent pour
accéder à des prestations de santé, familiales et de retraites essentiellement.
Anne et Frédéric Bourdeix sont aussi adhérents à Agrobio Périgord (ex ADAP), association loi
1901 qui fédère des agriculteurs biologiques de Dordogne et mène des actions pour le développement
de l’agriculture biologique. Anne et Frédéric Bourdeix ont quitté la structure quelques temps suite au
manque de soutien de cette dernière dans un problème lié à la certification des produits. Ils y adhèrent
8
de nouveaux maintenant et feront bientôt parti du réseau de ferme de démonstration. A ce titre, il faut
noter qu’Anne et Frédéric Bourdeix conseillent, orientent et reçoivent en stage de courte ou longue
durée de nombreuses personnes.
Frédéric Bourdeix et des agriculteurs des environs (80 km maximum) ont crée il y a 20 ans une
banque de travail qui fonctionne bien et qui lui permet de limiter ses investissements et les
embauches grâce à l’entraide et le prêt de matériel entre agriculteurs. Actuellement cinq agriculteurs
sont actifs à l’intérieur de la banque de travail mais ce nombre est variable.
Anne et Frédéric Bourdeix sont aussi en lien avec un important réseau local et inter-régional
d’agriculteurs et de personnes actrices ou vivant simplement en milieu rural, pour des raisons aussi
bien professionnels que personnels.
Enfin, Frédéric Bourdeix suit occasionnellement des formations avec diverses structures telles que
le Gablim, le CFPPA de Florac, le CTIFL de Bergerac et le CIREA de Saint Yrieix la Perche.
Par ailleurs, Frédéric Bourdeix a longtemps été impliqué dans le syndicalisme au sein de la
Confédération Paysanne, avec des responsabilités aussi bien au niveau départemental, régional que
nationale. Cependant, il a quitté ce syndicat suite à des divergences sur les objectifs à atteindre.

1.3.3. Partenaires économiques et commerciaux

Anne et Frédéric Bourdeix ont leurs comptes bancaires au Crédit Mutuel de Nontron et sont assuré
à Groupama à La Coquille.
Le Tableau 2 présente les entreprises auprès desquelles ils s’approvisionnent en produits divers
pour le fonctionnement la ferme. Elles sont en nombre relativement restreint et majoritairement dans
un rayon inférieur à 30 km, hormis pour ce qui est de matériel plus spécifique.
Tableau 2 : Partenaires commerciaux de la Ferme du Puy pour l’achat de produits
Produit Entreprise Localisation Distance au siège
Général
Carburant Firbeix Fuel Firbeix (24) 7 km
Engrais Christian Beauchène Proissans 110 km (occasionnel)
Matériels agricoles divers Ets Bouchaud Chalus (87) 14 km
Matériels agricoles divers Ets Porcher St Yrieix-la Perche 28 km

Le Tableau 3 présente les clients auxquelles la famille Bourdeix vend le pain issu de sa production
de céréales. Mis à part un magasin spécialisé bio à Thiviers, l’ensemble de la production (100 kg/
semaine) est vendu à une cinquantaine des particuliers lors d’une tournée de 100 km dans un rayon de
25 km.
Tableau 3 : Partenaires commerciaux de la Ferme du Puy pour la vente de produits
Produit Clients Localisation Distance au siège
Pain
Pain Particulier Local 25 km maximum
Pain Le bois de Santal Thiviers 20 km

9
1.1. Interactions entre l’activité et les autres composantes du système
d’exploitation
La production de blé et des autres cultures de la rotation à la Ferme du Puy est assurée par Frédéric
Bourdeix. Elle ne le mobilise qu’un temps réduit et ponctuellement au long de l’année puisque les
interventions sont limitées et les surfaces concernées réduites : 2 ha de blé cultivé annuellement pour 8
ha en rotation au total. Cette production n’interfère donc pas de manière négative avec les autres
activités de la ferme en termes de temps de travail.
Il en va de même pour la disponibilité du matériel puisque seuls les tracteurs, le broyeur et
l’épandeur vicon sont utilisés à la fois pour l’ « Activité Céréale » et l’«Activité Pommes ».
En ce qui concerne le parcellaire, les surfaces dédié au blé en rotation occupe la moitié de la SAU
de la ferme. Il a été choisi et ne fait pas défaut aux autres productions.
En termes de ressources, il faut noter que les pailles des céréales servent au paillage des arbres dans
les vergers, particulièrement des jeunes. A part cela, il n’existe pas d’autres transferts entre les deux
productions.

10
Chapitre 2 : Analyse de la conduite de l’atelier

2.1. Caractéristiques du système cultural

2.1.1. Parcellaire

La ferme du Puy compte 15,58 ha de SAU réparties sur six parcelles (Tableau 4, Erreur ! Source
du renvoi introuvable.). Trois parcelles sont attenantes au siège de la ferme, qui est aussi la maison
d’habitation de la famille Bourdeix. La parcelle 1 est planté de verger, la parcelle 2 est cultivé en blé
en rotation courte (3 ans), la parcelle 3 est une prairie permanente sur laquelle Anne et Frédéric
Bourdeix ont le projet de planter de nouveaux vergers. Ils sont propriétaires de l’ensemble de ces
parcelles et des parcelles 6 où sont implantés la majeure partie de leurs vergers, à environ 8,5km de la
ferme. Ils louent par ailleurs 2,6 ha (parcelles 4s) à proximité de la ferme et 2,5 ha (parcelles 5) à
environ 6,9 km de la ferme où le blé est cultivé en rotation longue (6 à 8 ans) avec des prairies
temporaire.
Tableau 4 : Caractéristiques générales du parcellaire de la Ferme du Puy
Parcelle Surface Faire-Valoir Assolement Type de sol Relief Distance
1 0,63 ha Propriétaire Verger Sablo-Limoneux Pentu 0 km
2 3,50 ha Propriétaire Blé en rotation courte Sablo-Limoneux Faible 0 km
3 3,46 ha Propriétaire Prairie permanente Sablo-Limoneux Vallon 0 km
4s 2,60 ha Fermage Blé en rotation longue Sablo-Limoneux Faible 0,5 km
5s 2,49 ha Fermage Blé en rotation longue Sablo-Limoneux Faible 6,9 km
6s 3,05 ha Propriétaire Verger Sablo-Limoneux Faible 8,5 km
Total 15,58 ha

11
2
3
1
4

Figure 1 : Localisation géographique des parcelles de la Ferme du Puy

2.1.1. Rotations
Le blé est cultivé selon deux types rotations distinctes en fonction de la distance des parcelles au
siège de l’exploitation. Elles ne sont pas pour autant fixées et Frédéric Bourdeix les adapte aux
conditions annuelles variables du milieu et aux réactions correspondantes des sols et des cultures. On
tout de même peut globalement différencier :
 une rotation courte (3 ans) sur une parcelle proche de la ferme (nº2 ; 3,5ha). Le blé y est
cultivé en tête d’assolement après fumure. Il est suivi d’un engrais vert seigle-vesce sur deux
ans puis d’un sarrasin comme culture nettoyante avec une culture de pomme de terre sur 20
ares. Il faut noter que la parcelle est coupée en deux parties distinctes où la rotation est
menée de manière décalée.
 une rotation plus longue (6 à 8 ans) sur des parcelles plus éloignées ou moins productives
(nº6 et 4 ; 2,6 et 2,4 ha). Une prairie de ray-gras anglais-trèfle blanc sur 4 ou 5 ans assure la
fertilisation des parcelles pour y cultiver un blé sans fumure, suivi d’un sarrasin ou d’un
engrais vert type seigle-vesce ou sarrasin-vesce et d’un second blé. Le sarrasin cultivé pur
n’est récoltés que si le rendement est intéressant et en fonction de la disponibilité d’une
batteuse. Sinon, ils sont sinon broyé intégralement en engrais vert. Les prairies sont elles
aussi broyées.

2.1.2. Assolement
En suivant globalement ces rotations et en les adaptant en fonction des conditions et des besoins,
Frédéric Bourdeix réussi à produire 2 ha de blé meunier par an. Les assolements annuels des parcelles
sont donc variables à l’intérieur des limites des rotations définies ci-dessus. Le Tableau 5 présente

12
l’assolement pour l’année 2010 pour le blé en rotation, auquel ont été ajoutés les 3,7 ha de vergers de
pommes, l’autre production princiaple de la Ferme du Puy.
Tableau 5 : Assolement 2010 à la Ferme du Puy
Rendement annuel
Type de production Assolement 2010 Mode de conduite
moyen
Productions principales
Extensif : verger de haute tige 10 à 20 t actuellement,
Pommes à jus 3,7 ha
Agriculture biologique variable et en progression
Blé meunier 2 ha Agriculture biologique 20 Qx/ha
Productions secondaires
Sarrasin 1,3 ha Agriculture biologique 15 Qx/ha
0,2 ha (Autoconsommation
Pomme de terre Agriculture biologique
et un peu de vente)
Surfaces en herbe et engrais vert
Prairie permanente 3,5 ha Agriculture biologique
Prairie temporaire 2,6 ha Agriculture biologique
Engrais vert Seigle-vesce 2,5 ha Agriculture biologique

2.2. Gestion du travail

Le Tableau 6 présente la liste des travaux effectués sur la ferme pour mener à bien l’atelier de
production de blé. Ils se répartissent au long de l’année principalement entre les travaux de désherbage
mécanique sur le blé entre février et avril, mois de broyage des engrais verts et des prairies. Vient
ensuite la préparation du sol et le semis du sarrasin en mai et juin après broyage de l’engrais vert. Le
blé est récolté en juillet et la parcelle déchaumé en août pour recevoir le semis d’engrais vert seigle-
vesce en octobre. Après les périodes de prairie ou d’engrais vert, un labour et des faux semis sont
pratiqués avant de semer de blé à l’automne, époque à laquelle sont aussi semées aussi les éventuelles
prairies.
Tableau 6 : Calendrier des travaux à la Ferme du Puy (hors pain)
Prairies
Mois Culture du blé Sarrasin Seigle-vesce (EV) Pomme de terre
temporaires

Janvier

Février Herse étrille


Mars Herse étrille

Avril Herse étrille Broyage Préparation du sol Broyage

Labour et faux
Mai Plantation, herse
semis
Juin Semis Buttages Broyage

13
Juillet Récolte
Août Déchaumage Récolte
Récolte ou
Septembre
broyage
Fumure Préparation du sol
Octobre amendement, Semis
et implantation
Labour, faux
Novembre semis, Semis

Décembre Herse étrille

En termes de temps de travail, on peut remarquer sur la Figure 2 que le temps de travail nécessaire
aux cultures est minime dans la charge hebdomadaire de Frédéric Bourdeix (46h en moyenne). Ceci
l’occupe de 0 à 6 heures par semaines en moyenne entre aout et mars. La principale pointe de travail se
situe au printemps lorsque se cumulent les travaux de désherbage mécanique, de broyage et de
préparation des sols pour le sarrasin et les pommes de terre. Elle ne représente cependant que 10 à 14
de travail hebdomadaire, alors que les travaux de meunerie, de panification et de vente du pain
représentent eux ensemble une charge hebdomadaire constante de 14 heures tout au long de l’année.

Figure 2 : Charge de travail hebdomadaire moyenne de Frédéric Bourdeix durant l’année

2.3. Gestion des approvisionnements

L’activité de production de céréales à la Ferme du Puy ne nécessite pas d’autres


approvisionnements extérieurs à la ferme que la fumure organique et les amendements calciques avant
l’implantation du blé dans la rotation. Les semences sont fermières mais parfois achetées lorsqu’un
renouvèlement est nécessaire. La fumure provient donc d’une ferme caprine voisine qui manque de
surface pour l’épandage de ses fumiers. Les amendements calciques sont achetés à un revendeur
d’engrais.

14
Par ailleurs, l’atelier de production de blé fourni, à l’intérieur de la ferme, la ressource de base de
l’atelier pain. Les céréales récoltées sont donc stockées dans trois cellules de stockage pour alimenter
le moulin et l’atelier de transformation tout au long de l’année.

2.4. Gestion des déchets et effluents

Les seuls déchets courants produits par l’atelier de production de céréales proviennent des big-bag
contenant les amendements calciques à la livraison. Ils peuvent être réutilisés sur l’exploitation pour le
transport ou le stockage de matériel mais sont le plus souvent amenés à la déchetterie.

2.5. Gestion des consommations d’énergie et d’eau

La production de céréales n’est pas consommatrice d’eau. Elle consomme par contre de l’énergie
nécessaire au fonctionnement du tracteur pour effectuer les différentes interventions culturales.
Comme le présente le Tableau 7, cette année le blé a été semé, hersé et roulé au vicon au printemps
après un passage de cover crop et de vibroculteurs pour préparer le lit de semence. La herse étrille a
ensuite été passé trois fois mais la moisson n’est pas comptée car elle est effectuée par un entrepreneur
extérieur dont la consommation d’énergie au travail n’est pas connue. Celle du tracteur de Frédéric
Bourdeix est estimée à 8 litres à l’heure. L’ensemble des interventions pour la culture du blé de
printemps est estimée à 10 heures, soit 80 litres de gasoil.
Tableau 7 : Consommation énergétique pour une culture de blé de printemps
Temps Energie consommée
Intervention
(heures) (litre de gasoil)
Destruction précédent 2 16
Cover crop et vibroculteur 3 24
Semis au vicon 0,5 4
Herse 0,5 4
Rouleau 1 8
Herse étrille (3*1) 3 24
Total 10 80

2.6. Gestion des bâtiments, installations et équipements

Le

Tableau 8 présente les différents bâtiments existants à la Ferme du Puy pour mener à bien
l’"Activité Pain". Parmi ces derniers, le bâti nécessaire à l’atelier de production de céréales se limite à
un bâtiment de stockage pour le matériel de culture. Il s’agit cependant du plus grand bâtiment de la
ferme et ses 256 m2 représentent la moitié de la surface totale de bâtiments agricoles disponibles sur la
ferme. La plupart du matériel de culture y est entreposé, une partie restant cependant à l’extérieur par
manque d’espace disponible.
Il faut noter par ailleurs qu’un espace de 140 m2 est consacré pour moitié au stockage des céréales,
et pour l’autre moitié à la mouture de ces derniers. Le fournil occupe lui une surface de 15 m2 environ.

15
Tableau 8 : Caractéristiques des bâtiments et installations nécessaires à l’Activité Pain à la Ferme du Puy
Bâtiments Installations Surface / Etat Capacité production /stockage

Maison d’habitation
Bâtiment 1 :
Fournil 15 m2 / BE 200 kg de pain / jour

Bâtiments 2 b : Stockage de céréales 10 x 7 x 3 cellules – 10 tonnes

Atelier stockage et 2 étages =


mouture des céréales Meunerie 10kg de blé / heure
140 m2 / Rénové

Bâtiments 3 b :
32 x 8 =
Ateliers de stockage du Stockage matériel de culture
256 m2 / Neuf
matériel

Le
Tableau 9 présente la liste et les caractéristiques du matériel disponible pour la production, le triage,
le stockage et la transformation des céréales à la Ferme du Puy. On remarque que Frédéric Bourdeix
possède tout ce qui nécessaire à cette tâche, seule la moissonneuse-batteuse n’est plus fonctionnelle. Il
fait donc appel à un entrepreneur pour réaliser ces travaux, tout comme les travaux de labour et de
semis. Il estime en effet que les entrepreneurs possèdent du matériel spécialisé qui convient mieux à
ces tâches.
Tableau 9 : Liste et caractéristiques du matériel utilisé à la Ferme du Puy
Type de matériel Propriété Etat Année d’achat Achat
Matériel de traction
Tracteur John Deer 75ch Propriétaire Moyen 1988 Occasion
Tracteur Landini 85ch 4*4 Propriétaire BE 2007 Occasion
Matériel de travail du sol
Charrue Propriétaire Moyen 1988 Occasion
Herse étrille (4,5m) Propriétaire TBE 2001 Neuf
Benne (6 T) Propriétaire BE 2002 Neuf
Broyeur Propriétaire TBE 2004 Occasion
Herse Propriétaire BE 1988 Occasion
Vibroculteur Propriétaire BE 1988 Occasion
2 cultivateurs Propriétaire BE 1988 Occasion
Moissonneuse-Batteuse Propriétaire Hors Service 2005 Occasion
Matériel de triage et de stockage
Ventadou Propriétaire BE 1999 Occasion
Trieur alvéolaire Propriétaire BE 1999 Occasion
Dépoussiéreur-centrifuge Propriétaire BE 2006 Occasion
Trieur séparateur Propriétaire BE 2005 Occasion

16
Cellules de stockage Propriétaire BE 1999 Occasion
Matériel de l’Activité Pain
Pré-nettoyeur circulaire Propriétaire BE 2000 Occasion
Séparateur Propriétaire BE 2005 Occasion
Moulin Propriétaire TBE 1999 Neuf
Pétrin (1petit, 1 grand) Propriétaire TBE 1999 Occasion
Four Propriétaire BE 1999 Neuf
Trieurs à grain et semence Propriétaire BE 2000 Occasion
Divers
Fourgon Propriétaire TBE 2000 Neuf
Remorque Propriétaire TBE 2009 Neuf

17
Chapitre 3 : Raisonner la conduite d’une culture

3.1. Objectifs de production

Anne et Frédéric Bourdeix ont produit beaucoup de céréales et vendus beaucoup de pain dans le
passé (jusqu’à 300 kg par semaine). Cependant, ils ont progressivement réduit cette activité dont le
rythme les fatiguait, le manque à gagner étant comblé par l’augmentation simultanée des rendements
des vergers.
A l’heure actuelle, ils cherchent à produire environ 80 kg de pain par semaine. Sachant qu’ils
prennent quelques semaines de vacances pendant l’année, ceci correspond environ à 4000 kg de pain
par an, soit 4000 kg de blé. Avec un assolement annuel de 2 ha et un objectif de rendement moyen
raisonnable de 20 quintaux par hectare, Frédéric Bourdeix produit le blé nécessaire pour l’atelier pains.
Il faut noter par ailleurs qu’il ne cherche pas à réaliser une culture techniquement parfaite mais plutôt à
obtenir les rendements nécessaires avec un minimum d’interventions culturales et d’intrants. Il peut se
permettre cette approche du fait de la bonne valorisation du produit par sa transformation et vente
directe en pain.
En termes de qualité, la boulangerie nécessite un blé riche en protéine pour la levée du pain.
Frédéric Bourdeix cherche à atteindre un taux minimum de 12 % et réalise à cette fin une fumure
automnale conséquente et adéquate. Il a aussi choisi des variétés anciennes, moins productives que les
modernes mais qui assurent plus facilement un bon taux de protéines.

3.2. Itinéraires techniques

L’itinéraire technique suivi par Frédéric Bourdeix pour la culture d’un blé d’hiver est le suivant :

Aout Sept. Oct. Nov. Dec. Janv. Fev. Mars Avril Mai Juin Juillet

Fertilisatº
Fertilisation organique et
amendement calcique
Travail du
sol Broyage prairie - Labour -
Déchaumage blé Faux semis

Intervention
culturale Semis Hersages Récolte

3.3. Gestion de la culture du blé

3.3.1. Caractéristiques du blé et de sa culture


Le blé tendre, ou froment (Triticum æstivum) est une céréale à paille de la famille des Poacées
(graminée). Les blés sont des plantes herbacées annuelles, monocotylédones, à feuilles alternes,
formées d'un chaume portant un épi constitué de deux rangées d'épillets sessiles et aplatis situés de part

18
et d'autre de l'axe. Un épillet regroupe trois fleurs à l'intérieur de deux glumes. Les fleurs, petites et peu
visibles car dépourvues de pétales, sont entourées de deux glumelles (pièces écailleuses non colorées).
Au moment du battage, les glumes et les glumelles sont perdues.
Les réserves du blé sont contenues principalement dans l'albumen de la graine composé à 70 %
d'amidon et 15 % de gluten (une protéine), et dans une moindre mesure dans le germe, riche en lipides
et en vitamines. Ces réserves sont entourées de différentes enveloppes : l’assise à aleurone composées
de protéines solubles et le tégument minéral et le péricarpe qui forment le son et qui sont composées de
cellulose et de sels minéraux.
Au niveau cultural, le blé peut être semé à l’automne (blé d’hiver) ou en fin d’hiver (blé de
printemps) en fonction de la situation géographique, de la variété et des conditions du milieu. Le cycle
végétatif est caractérisé par différents stades, à savoir : la germination, la levée, le stade 2-3 feuilles, le
tallage, la montaison, l’épiaison, la floraison, la formation du grain.
Le blé est une culture exigeante qui devra être placée en tête d’assolement après la fertilisation ou
en corps d’assolement juste après une prairie. Les sols les plus favorables sont les sols argilo-calcaire
alors que les sols sableux et acides donneront de moins bons rendements.

3.3.2. Gestion du sol et des adventices

3.3.2.1. Caractéristiques du sol

La Ferme du Puy se situe au nord-est du département de la Dordogne. Au niveau géologique, cette


région est composée en surface de roches cristallines et métamorphiques de l’aire primaire (Erreur !
Source du renvoi introuvable.). La roche mère de l’ensemble des parcelles de la ferme est une roche
métamorphique avec un noyau de granit auréolé de gneiss. Sa lente altération a donné des sols à
tendance acide et à dominante sablo-limoneuse, donc séchant. Cependant, les forts niveaux de
précipitations de la région permettent généralement de faire face à ce problème.

Ces sols ont aussi des coefficients de fixation bas car les argiles sont peu présentes et de nature
kaolinique. Ils ont donc un niveau organique génétiquement faible et il est difficile d’y faire des
réserves. Les matières organiques fraiches y sont facilement lessivées et des apports importants
répétitifs risquent de développer des matières organiques bloquées. Il faudra donc faire des apports
modérés et fractionnés (Herody, 1996).
Le principal défaut de ces sols vient cependant de la fragilité, voire de l’absence de structure en
raison de la grossièreté des éléments et de la faiblesse des bases. Ils sont donc sensibles au tassement et
il faudra veiller à les décompacter régulièrement sans retournement. Ces sols sont aussi sensibles à
l’érosion mécanique par les orages en période sèche, à l’encroutement en surface des limons et au
lessivage en période hivernale qui entraine les bases et favorise la décarbonatation (Herody, 1996).

3.3.2.2. Préparation du sol

De par leur texture sablo-limoneuses, les sols de la Ferme du Puy sont facile à travailler. Cependant,
ce travail ne doit ne pas être trop agressif et les sols doivent être couverts la plupart de l’année pour
éviter les problèmes d’érosion.
Ainsi, la préparation du sol pour une culture de blé derrière un engrais vert ou une prairie se limite
généralement à un labour peu profond (15 cm) repris à la herse, ce qui permet simultanément de
réaliser un faux semis qui est détruit au vibroculteur.

19
3.3.3. Amendement et fertilisation

3.3.3.1. Plan d’amendement et de fumure

Du fait de la nature acide et sableuse des sols de la Ferme du Puy, ces derniers sont très déficitaires
en calcium. Frédéric Bourdeix les amende donc en carbonate de calcium pour assurer leur fertilité.
L’importance des phénomènes de décarbonatation dans ces sols ne permet pas l’apport de calcaire
grossier qui serait rapidement consommé. Les apports sont donc régulier et en quantité réduite, soit
environ 400 kg/ha/an sur l’ensemble de l’exploitation sous forme de carbonate de calcium moulu au
tamis 300 mm. L’usage de dolomie est proscrit en raison de la haute teneur en magnésium des sols.
En ce qui concerne la fertilisation des parcelles de blé, Frédéric Bourdeix l’assure de deux manières
différentes en fonction du type de rotation :
• pour la rotation longue, la fertilité est assurée par lesapports des prairies temporaires de
Ray-Gras Anglais-Trèfle Blanc pendant 4 ou 5 ans. Un deuxième blé peut aussi être cultivé après une
année d’engrais vert de seigle-vesce.
• pour la rotation courte, la fertilité est assurée d’une part par deux années d’engrais vert seigle-
vesce et d’autre part par un apport avant la culture du blé de 40 tonnes de fumier de chèvre composté
provenant d’un élevage voisin.

3.3.3.2. Analyse de l’impact agronomique et environnemental

Pour la rotation courte, un bilan du plan de fumure a été dressé dans le Tableau 10. Les exportations
en éléments minéraux d’un quintal de blé et les apports d’une tonne de compost de caprin ont été tirées
respectivement de documents intitulés « Tableaux des exportations par culture : Cultures non
fourragères » et « Fiche technique : Composition des engrais de ferme », fournis en Annexes. N’ayant
pas de données pour le compost caprin, on s’est reporté sur les données disponibles pour le fumier,
bien que les valeurs doivent être inférieures.
Grâce à ces données, les quantités d’éléments fertilisant exportées par les 20 quintaux de blé
normalement produit par Frédéric Bourdeix ont pu être comparées à celles apportées par 40 tonnes de
compost caprin. Pour les exportations, on a totalisées celles des grains et des pailles car ces dernières
sont exportés aux vergers pour le paillage des arbres. Sachant qu’un compost ne libère pas l’ensemble
de ses éléments nutritif la première année, les apports ont été ventilés sur 3 ans, avec 20% des apports
la 1ère année, 40% la seconde et 40% la troisième1.

Tableau 10 : Bilan du plan de fumure sur la rotation courte en place à la Ferme du Puy
Nature des échanges N (kg) P2O5 (kg) K2O (kg)
par quintal de blé (grain + paille) 2,4 1,1 1,65
Exportation
pour 20 quintaux/ha (rendement) 48 22 33
Compost caprin (/tonne) 6,1 5,2 5,7
Apport
pour 40 tonnes/há 244 208 228
Ventilation 1ère année (20%) - Blé 48,8 41,6 45,6
sur 3 ans 2ème année (40%) - EV 97,6 83,2 91,2

1
Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques, Jean-François GARNIER, ARVALIS Institut du
Végétal, Journée technique grandes cultures biologiques. ITAB-ARVALIS, 23 MARS 2009.
http://www.itab.asso.fr/downloads/actes%20suite/jtgc-6-couts-prod-garnier.pdf

20
3ème année (40%) - EV + sarrasin 97,6 83,2 91,2

Selon les données calculées, on remarque que la fourniture en azote du fumier couvre parfaitement
les besoins de la culture. En revanche la fourniture en phosphate et en potasse sont supérieurs aux
besoins du blé. Lors des deuxièmes et troisièmes années, la fourniture en minéraux est doublée. Le
couvert végétal en place est un engrais vert de seigle-vesce. Cet engrais vert sert alors de culture piège
pour ces éléments minéraux. Ces derniers sont cependant présents en quantité importante et on peut
estimer qu’il existe un risque de perte par lessivage dans ces sols drainant et à faible coefficient de
fixation.
Après destruction et incorporation au sol de l’et engrais vert, la culture de sarrasin vient capter une
partie des éléments disponibles. Ses exigences sont de l’ordre de 30U d’azote /ha, 50U de P2O5 et de
K2O/ha pour des rendements de l’ordre de 10 à 30 qx/ha 2. Suite à cette culture, on peut donc penser
que la restitution en minéraux des engrais verts reste importante pour la culture de blé suivante.
Au niveau agronomique, la fourniture en élément minéraux est suffisante pour satisfaire les besoins
du blé après l’apport de compost caprin en tête de rotation.
Cependant au niveau environnemental, on peut penser qu’il existe des risques de pollution. En effet,
malgré la présence d’un couvert végétal permanent, les fournitures en éléments sont très importantes.
En effet, les ions nitrates sont par nature lessivables. Les ions phosphates et potassium sont
normalement retenus dans le sol et ont peut les apporter en fumure de fond. Cependant, et comme c’est
le cas à la Ferme du Puy, les ions potassium sont lessivables dans des sols très sableux et les ions
phosphates risquent le blocage dans les sols acides.
Ainsi, un fractionnement des apports et une diminution des apports de compost de moitié pourraient
être judicieux pour limiter les risques de pollution d’une part et favoriser le bon fonctionnement des
sols d’autre part. En effet, le faible coefficient de fixation et la nature drainante et acide des sols de la
Ferme du Puy ne permet pas la mise en réserve des éléments minéraux. Ce fractionnement des apports
associé à la restitution des engrais vert permettrait de réaliser une fertilisation appropriée pour la
culture du blé.

3.3.4. Implantation de la culture

3.3.4.1. Variétés

Frédéric Bourdeix utilise les variétés anciennes de blé, le Rouge de Bordeaux et le Poncho cultivées
en pure ou en mélange. Comme décrit précédemment, ces blés ont des rendements moindres que les
variétés modernes mais ils ont une meilleure valeur boulangère. Tout d’abord ils concentrent plus
facilement le taux de protéine minimum nécessaire à la levée de pain, ensuite la qualité
organoleptique des farines est bien meilleure.
Par ailleurs, au niveau cultural, Frédéric Bourdeix préfère les blés de variétés anciennes pour
plusieurs raison. Ils sont hauts en paille donc moins salissant, ce qui est très intéressant en agriculture
biologique car les moyens à dispositions pour le désherbage sont moindres qu’en agriculture
conventionnelle. Par ailleurs ce sont des blés sont alternatifs, c'est-à-dire qu’ils peuvent être semés à
l’automne comme au printemps. Cette caractéristique intéresse beaucoup Frédéric Bourdeix qui
produit ses semences fermières. Il peut ainsi choisir la période de semis en fonction des conditions du

2
Sarrasin Biologique. GAB Ile de France : http://www.bioiledefrance.fr/pro/documents/fiche_technique_sarrasin_bio.pdf

21
milieu de l’année. Par ailleurs, cette caractéristique lui permet de ressemer au printemps si le semis
d’automne a mal pris.
Dans sont ouvrage de référence « Les meilleurs blés », Vilmorin (1880)3 décrit, entre autre, le
Rouge de Bordeaux4 comme « une race assez rustique, très productive, peu exigeante sur la nature du
sol et résistant très bien à la verse » (Annexe). La variété Poncho possède ces même caractéristiques
qui entrent dans la logique de production de Frédéric Bourdeix, à savoir obtenir les rendements
nécessaires avec un minimum d’intervention culturales et d’intrants. La rusticité des variétés lui assure
un moyen de lutte préventif contre les maladies et leur bonne productivité dans des terres pauvres est
bien adaptée à ses terrains.

3.3.4.2. Semis

Le semis est effectué à une dose de 150 kg/ha à l’automne ou à 200kg/ha au printemps pour
compenser un tallage plus faible. Le Poids de Milles Grains (PMG) des variétés n’a pas été déterminé
précisément mais si on considère un PMG moyen de 50g, les doses de semis sont respectivement de
300grains/m2 à l’automne et de 400 grains/m2 au printemps.
Le semis d’automne est effectué par une entreprise avec un combiné herse rotative-semoir
mécanique intégré d’une largeur de 3m et comportant deux rangées d’éléments semeurs. L’écartement
choisi est de 12 cm, c'est-à-dire relativement serré pour limiter la concurrence des adventices. Au
printemps, le blé peut être semé à l’épandeur vicon puis hersé et roulé.

3.3.5. Contrôle des adventices


Comme cela a été évoqué dans différentes parties précédentes, le contrôle des adventices se base sur
diverses stratégies préventives qui limitent la concurrence de ces dernières vis-à-vis de la culture :
 des variétés anciennes à hautes pailles
 un semis à écartement serré
 un précédent sarrasin dans la rotation courte, culture couvrante.

Par ailleurs, Frédéric Bourdeix procède à un contrôle directe des adventices sur les cultures avec la
herse étrille. Elle est utilisée peu après le semis pour éliminer les adventices sortie après le semis. Elle
est de nouveau utilisée en sortie d’hiver, lorsque les conditions sont de nouveau favorables à la levée
des adventices.
Par ailleurs, lorsque les populations de rumex et de chardon sont jugées trop importantes, des
interventions spécifiques sont réalisées pour les diminuer. Elles sont réalisées en interculture, soit en
fin d’été après déchaumage et avant l’implantation de l’engrais vert soit en fin de printemps après la
destruction de ce dernier et avant l’implantation du sarrasin. Le travail consiste alors, après un labour à
profondeur des racines (20-25 cm) pour les retourner, à passer plusieurs fois le cultivateur et la herse
pour les faire remonter et les faire sécher. Les différentes interventions sont décalées dans le temps et
réalisées par beau temps pour faire sécher le maximum de racines.

3
Les meilleurs blés, Vilmorin (1880) : http://museum.agropolis.fr/pages/documents/bles_vilmorin/index.htm
4
Blé rouge inversable ou blé de Bordeaux. Vilmorin (1880) :
http://museum.agropolis.fr/pages/documents/bles_vilmorin/fiche.php?page_actuelle=86&no_ouvrage=1

22
3.3.6. Protection des cultures

3.3.6.1. Maladies et ravageurs potentiels et modes de protections

Les principaux risques encourus par les cultures de blés sont les pucerons et diverses maladies
fongiques :
 les pucerons à la levée puis sur l’épi de l’épiaison à la fin de la floraison : selon le niveau
d’attaque, un traitement au pyrèthre peut être pratiqué (3kg/ha)
 la carie du blé au semis : en cas de doute, les semences peuvent être traitée au cuivre (20g
de cuivre métal/ql) ou au Tillecur (600 g/ql)
 l’oïdium sur le feuillage : il peut être traité au souffre
 les rouilles, le piétin verse, la fusariose, la septoriose

3.3.6.2. Stratégies de lutte mises en œuvre

Frédéric Bourdeix ne pratique aucun traitement sur ses cultures de blé. Il s’appui pour la défense de
ses cultures sur des variétés anciennes rustiques d’une part et sur les rotations d’autre part qui
permettent de réduire la pression des maladies et ravageurs potentiels. Par ailleurs, la présence
d’éléments naturels tels que haies et lisières de bois à proximité des parcelles permet de réguler les
populations de ravageurs et maladies grâce à la faune de prédateurs potentiels qu’ils abritent et à
l’équilibre qu’ils procurent au niveau de l’agro-écosystème.

3.3.1. Contrôle de l’humidité du sol, conduite de l’irrigation


Comme dans la plupart des systèmes céréaliers, le blé est conduit à la ferme du Puy en mode
pluvial, sans irrigation. Les sols ayant une nature séchante, Frédéric Bourdeix pourrait chercher à
maintenir l’eau dans le sol par des interventions culturales il ne pratique pas de contrôle particulier de
l’humidité du sol. Il mise plutôt sur la rusticité et la force d’exploration du système racinaire de ses
variétés de blé pour assurer leur bon développement.
Seuls les passages de herse étrille permettent, au-delà de leur rôle premier de désherbage, de casser
les canaux de remontée capillaire de l’eau et de conserver l’eau dans le sol. Ces passages ont
certainement plus d’incidence sur un blé de printemps que d’hiver car les passages sont plus tardifs et
entrent dans des périodes potentiellement plus chaudes et sèches ponctuellement.

3.3.2. Récolte et post-récolte

3.3.2.1. Critères de qualité pour la récolte

Les principaux critères déterminant la récoltent sont la maturité des grains et les conditions du
milieu. La récolte doit se faire par temps sec et après un période de beau temps pour récolter du grain
ayant pas une humidité inférieur à 15 %.

23
3.3.2.2. Triage, stockage et transformation

Après la récolte, les grains sont triés avec un dépoussiéreur-centrifuge suivi d’un trieur-
séparateur. Il s’agit de dépoussiérer les grains, de les séparer de restes de cultures, de bactéries et de
spores éventuels mais aussi de trier les grains entiers et pleins des grains cassés, trop petits ou infestés
et consommés de l’intérieur. Ces manipulations permettent aussi de refroidir les grains pour éviter
leur échauffement et le développement de maladies et de ravageurs.
Ces opérations de triage et de séparations permettent de mettre les grains en cellules dans les
meilleures conditions possibles pour leur assurer une bonne qualité durant toute la phase de stockage.
Trois cellules de stockage de 30 quintaux sont à disposition pour l’ensemble de la récolte. L’une
reste vide et permet, si besoin, de transférer des grains qui s’échauffent où sont infestés, ceci après les
avoir passé de nouveau par le matériel de tri. Les cellules ne sont pas ventilées bien que Frédéric
Bourdeix sait que ceci sécuriserait la qualité de sa récolte stocké,

3.4. Aspects règlementaires et sécurité au travail

3.4.1. Utilisation et stockage des produits phytosanitaires


Frédéric Bourdeix ne réalise aucun traitement sur ses cultures de blés et ne possède donc pas de
produit phytosanitaire pour cet usage. Dans le cas où il en possèderait, ces derniers doivent être stockés
ensemble dans un lieu dédié à cet usage et isolé des produits agricoles destinés à la consommation.

3.4.2. Principes et règles de sécurité au travail


Les principales règles de sécurité au travail pour la culture, la récolte, le tri-nettoyage et le stockage
du blé à la Ferme du Puy résident dans la prudence qu’il faut avoir vis-à-vis des machines.
Le broyeur utilisé pour détruire les prairies avant le labour est le seul outil qui utilise la prise de
force du tracteur. L’utilisation d’un manchon est obligatoire et l’outil doit être arrêté avant toute
descente du tracteur. Pour toute intervention sur les outils tractés, le tracteur devra être à l’arrêt, au
point mort, avec le frein à main, le relevage baissé et autant que possible dans une partie plane. Il en va
de même lors de l’installation d’un outil de culture.
Le matériel de tri et de nettoyage des grains récoltés est muni de moteur et il faudra prendre garde
qu’il soit fixé d’une part et d’autre part à l’arrêter en cas de problème et pour toute intervention sur les
parties mobiles de la machine.

24
Chapitre 4 : Analyse des résultats technico-économiques

4.1. Indicateurs technico-économiques

4.1.1. Indicateurs techniques


Bien que Frédéric Bourdeix ne cherche pas à réaliser de performances particulières au niveau
technico-économique, il s’est fixé quelques critères pour s’assurer une récolte suffisante et de qualité,
déjà évoquées dans ce rapport, à savoir :
 Un rendement moyen annuel de 20 qx/ha sur 2 ha, pour satisfaire les besoins de l’atelier pain.
 Un taux protéique minimum de 12 %, pour permettre une bonne panification
 Une humidité à la récolte inférieure à 15 %, pour permettre une bonne conservation des grains lors
du stockage

4.1.2. Indicateurs économiques

Afin de calculer la marge brute de l’atelier de production de céréales, il faut dans un premier temps
estimer les charges opérationnelles inhérentes à l’activité de production. Le Tableau 11Erreur !
Source du renvoi introuvable. dresse une liste des différents postes de dépenses et de leur coût
respectif. On peut estimer au total que les charges opérationnelles de la production de blé `s la Ferme
du Puy s’élèvent à 400€/ha.
Tableau 11 : Charges opérationnelles de l’atelier de production de blé
Postes de dépense Prix estimé (par ha)
Semences Semences de ferme (manque à gagner) 60 € 60 €
Destruction précédent (1h-8l) 8€
Cover crop et vibrocultuer (1,5h-12l) 12 €
Travail du sol Semis au vicon (0,25h-2l) 2€
40 €
(gasoil à 0,5€/l) Herse (0,25h-2l) 2€
Rouleau (0,5h-4l) 4€
Herse étrille (1,5h-12l) 12 €
Fertilisation et Fumier 200 €
amendement Carbonate de calcium 40 € 240 €
Récolte Par un entrepreneur 45 € 45 €
Tri et stockage Electricité 15 € 15 €
Total 400 €

Pour le calcul de la marge brute, il s’agit d’estimer le chiffre d’affaire réalisé par la vente de la
récolte et d’y retrancher les charges opérationnelles. Il faut noter que Frédéric Bourdeix valorise son
blé par la transformation en farine puis en pain. Le Tableau 12 présente les chiffres d’affaires
potentiellement réalisés par la vente de 20 quintaux de blé sous forme de grain, de farine ou de pain, à
partir des prix de vente au kilogramme. Pour un calcul juste, il aurait fallu intégrer les charges
opérationnelles liées aux opérations de mouture (électricité) et de panification (électricité, eau, bois),
mais ces dernières sont minimes et n’ont donc pas été prises en compte pour cette estimation.
On remarque que la vente directe du grain permettrait de réaliser une marge brute de 300 € pour un
rendement de 20qx/ha. La vente de farine permettrait un résultat sensiblement supérieur. En revanche,

25
la transformation du blé en pain permet de valoriser nettement la production puisqu’elle permet de
réaliser une marge brute de 7600 €/ha, plus de 17 fois supérieure à celle réalisée par la vente directe du
grain.
Tableau 12 : Marges brutes réalisées en fonction du produit commercialisé

Produit Prix de vente Chiffre d'affaire Marge brute


(€/kg) (€ pour 20qx/ha) (€/ha)
Blé 0,35 700 300
Farine 0,5 1000 600
Pain 4 8000 7600

4.1.3. Comparaison à d’autres références


Lors de la Journée technique Grandes Cultures Tableau 13 : Estimation des marges brutes réalisées
biologiques 2009 coordonnées par l’ITAB et Arvalis- en fonction des rendements (FRC2A de Midi-
Institut du Végétal, La Fédération Régionale des Pyrénées, ITAB, Arvalis)
Coopératives Agricoles et Alimentaires (FRC2A) de Midi-
Pyrénées a présenté un outil d’aide à la décision5 visant à
estimer les rendements à réaliser pour dégager une marge
brute donnée, en comparant agriculture conventionnelle et
biologique.
Les données du Tableau 13 sont issues de cet outil et
permettent de comparer les résultats de la ferme du Puy à
d’autres résultats de référence
On remarque en premier lieu que les charges
opérationnelles sont équivalentes à celle de la Ferme du
Puy. Cependant, elles sont distribuées autrement : certains
postes de dépenses sont supérieurs du fait de l’achat de
semences certifiés, d’un cout de mécanisation estimé plus
important et de la prise en compte du risque des cultures
biologiques (obligation de rotations, maladies, ravageurs,
adventices). En revanche, les charges en engrais sont
moindres. Il faut noter que les frais de récoltes n’ont pas été
pris en compte.
Ainsi, pour un rendement de 20qx/ha et un prix de vente
de 350€/tonne, la marge brute estimé est de 300€/ha,
comme à la Ferme du Puy.
Il faut cependant noter que les agriculteurs orientés vers
la vente de leur production en grain sont généralement dans
un système plus spécialisé et technique et réalisent des
rendements de l’ordre de 30 à 55qx/ha.
D’un autre coté, la marge brute réalisée à la Ferme du
Puy par la vente de pain est très largement supérieur aux
marges brutes maximales qui puissent être atteinte en
agriculture biologique par la vente des grains.

5
Outil d’aide à la décision Rendements Equivalents Bio /
conventionnel. FRC2A, 2009 :
http://www.itab.asso.fr/downloads/actes%20suite/jtgc09-outils-
pradalie-larribeau.pdf

26
27