Vous êtes sur la page 1sur 75

EPFL (Programme SHS)

Cours – séminaire de 2ème année


Epistémologie et histoire des sciences

Christian Sachse
Philosophie et histoire de la biologie

05 – L’eugénisme
* Cette présentation se base sur le mémoire de Tania Metrailler : L’eugénisme libéral est-il
un eugénisme ? (UNIL, 2008, l’encadrement Christian Sachse)
Contenu

I. Introduction
II. L’histoire et genèse de l’eugénisme
III. L’eugénisme : concept et idéologie
IV. Les biotechnologies médicales
V. Le problème de la liberté individuelle

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 2


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
I. Introduction
Peut-on encore parler aujourd’hui d’eugénisme ?

Aujourd’hui, la question eugénique resurgit dans le domaine de la génétique,


avec l’apparition de nouvelles technologies biomédicales. La thématique
de l’eugénisme est souvent évoquée autour du diagnostic génétique, en
particulier le diagnostic préimplantatoire et le diagnostic prénatal, autour des
biotechnologies supposées changer la nature humaine, le clonage par exemple,
et autour des recherches en génétique, telles que le Projet Génome Humain
(PGH).
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 3
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Différence et similarité :

Tous ces actes médicaux résultent aujourd’hui d’un examen


individuel, alors qu’autrefois l’eugénisme relevait d’une décision de
l’état (différence).

Etant donné que le résultat de ces actes médicaux est similaire à un


programme eugéniste, on pourrait dire que l’eugénisme apparaît
seulement sous une forme nouvelle (similarité). Peut-on donc parler
d’un ancien et d’un nouvel eugénisme ?
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 4
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
II. L’histoire et genèse de l’eugénisme
On ne peut répondre à la question posée en introduction sans en
retracer son développement au cours de l’histoire, de ses origines
jusqu’à aujourd’hui. En effet, l’eugénisme ne se restreint pas à un
concept scientifique et philosophique. Il s’agit aussi d’une réalité
historique. Une analyse historique nous permettra ainsi de vérifier si
nous pouvons parler d’un eugénisme passé et d’un eugénisme présent.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 5


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Nous distinguons quatre dimensions historiques de l’eugénisme1.
Pour commencer, dans l’Antiquité, l’eugénisme existe sous forme d’idée,
et cela avant même de porter un nom. Quand, en 1883, le mot
« eugenics » fut fondé, l’eugénisme abandonne son statut d’idée pour
celui d’idéologie, de concept. Puis, entre les deux guerres mondiales, ce
sont des lois eugénistes qui sont promulguées dans de nombreux pays
d’Europe et aux USA. Finalement, après la Deuxième Guerre mondiale,
l’eugénisme entretient une relation étroite (bien que conflictuelle) avec la
génétique médicale. Dès les années 1960, la thématique eugéniste ressurgit
autour des progrès en génétique médicale.
1 Voir Gayon, Jean, L’éternel retour de l’eugénisme, Paris, PUF, 2006, p. 126.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 6
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
I. dimension : L’idée eugénique précède le concept
De l’Antiquité jusqu’au 19ème siècle, l’eugénisme existe sous forme d’idée.
Celle-ci est souvent associée à la volonté de maintenir, voire d’améliorer une
population au moyen du contrôle des mariages. Platon dans La République
évoque déjà deux formes d’eugénisme, que le 19ème siècle appellera
eugénisme négatif et eugénisme positif. L’un consiste à encourager les
mariages et la reproduction des élites, l’autre à limiter, voire à empêcher
certains mariages. Pour un autre exemple, voir Plutarque2 qui affirme que
Sparte (7ème siècle avant J.-C.) possédait une législation selon laquelle les
nouveaux-nés étaient examinés par les anciens pour les « évaluer ».

2 Plutrarque, Les vies parallèles, traduction de R. Flacelière et E. Chambry, Paris, Belles Lettres, 1999.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 7
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
A la Renaissance, l’idée eugéniste est présente dans la plus grande partie
des utopies politiques. Dans ces sociétés idéales, c’est l’autorité publique
qui veille sur la qualité des mariages.
C’est au 17ème siècle que l’idée eugéniste prend un tournant important :
l’eugénisme s’inscrit désormais dans une perspective médicale. Ce sont
en effet des médecins qui se chargent d’élaborer des projets eugénistes3.
C’est essentiellement en France que cette forme d’eugénisme médical
apparaît. Bon nombre de médecins français ont cherché à lutter contre la
dégénérescence en prônant la sélection des géniteurs.

3 Voir Feingold, D, Josué, Principes de génétique humaine, Paris, Hermann, 1998, p. 462.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 8
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
II. dimension : Francis Galton, le père fondateur du mot
« eugénisme » :

C’est en 1883 que le scientifique anglais Francis Galton (1822-1911),


cousin de Charles Darwin introduit le terme eugenics. Littéralement,
« eugénisme » signifie donc la « bonne naissance »4.

« Si l’on mariait les hommes de talent, de même caractère physique et


moral qu’eux-mêmes, on pourrait, génération après génération, produire
une race humaine supérieure ... »5
4 Galton, Francis, Inquiries into Human Facult and its Development, London, J.-M. Dent & Sons, 1883.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 9
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Analogie :
C’est en observant les pratiques des horticulteurs et des éleveurs que
Galton eut l’idée de prendre en charge l’évolution de l’espèce
humaine. Même si à l’époque les connaissances sur l’hérédité des
plantes et des animaux n’étaient pas proprement scientifiques mais
fondées sur des pratiques empiriques (les travaux de Mendel
n’étaient alors connus ni de Darwin ni de Galton), les éleveurs et
les horticulteurs parvenaient à obtenir des variétés d’animaux et de
plantes stables. Galton fit le pari de les imiter avec l’espèce humaine.

5 Galton dans un article du Macmillan’s Magazine en 1865.


EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 10
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Croisement + X :
Mais Galton n’envisage pas le croisement comme seule mesure
eugéniste. La science de l’amélioration de l’espèce humaine ne se
restreint pas aux croisements. Elle inclut « toutes les influences
susceptibles d’améliorer les qualités innées d’une race, et de les
développer au mieux. »6 Il s’agit là d’un point important. En effet,
après Galton, la plupart des eugénistes proposeront une quantité de
mesures différentes, capables d’améliorer l’espèce humaine. Il s’agit
principalement de l’éducation, de l’hygiène et de la médecine.

6 Il s’agit d’une des dernières définitions données par Galton en 1909.


EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 11
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Différence entre I. et II. dimension :
Si l’eugénisme restait une idée dans l’Antiquité, il prend en effet une
autre dimension avec Francis Galton. Il s’agit de la deuxième
dimension de l’eugénisme, soit l’eugénisme comme idéologie. Le
scientifique anglais se démarque en effet de ses prédécesseurs avec sa
théorisation de l’idée eugénique. Avec Galton, l’eugénisme devient
une théorie qui se construit sur des bases scientifiques et émerge à
partir d’un double contexte scientifique : celui des théories de
l’hérédité et de la théorie darwinienne de l’évolution.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 12


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
III. dimension : les lois eugéniques
Charles Davenport (1866-1944), scientifique américain, de retour d’un
voyage en Angleterre durant lequel il a rencontré Francis Galton, Davenport
formule le désir d’établir une station expérimentale où il souhaite entreprendre
des recherches sur l’évolution et l’hérédité afin d’améliorer l’espèce humaine.
C’est en 1904 à Cold Spring Harbor que Davenport réalise son projet : une
station de recherche est fondée. Il s’agit de la Station for the Experimental
Study of Evolution.7 Les domaines de recherche concernent la variation,
l’hybridation et la sélection naturelle.

7 Kevles, Daniel, Au nom de l’eugénisme : génétique et politique dans le monde anglo-saxon, Paris, PUF, 1995. Cet ouvrage constitue l’une des sources
les plus complètes pour traiter de la popularisation de l’eugénisme dans le monde anglo-saxon.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 13


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Davenport et Mendel :
Application des lois mendéliennes : Après avoir réalisé un travail
sur la couleur des yeux, des cheveux et de la peau chez l’homme,
Davenport souhaite examiner un plus grand nombre de caractères
héréditaires chez l’homme. Il entreprend pour cela une étude auprès
de la population. Après un examen des généalogies, Davenport
conclut qu’un trait fréquent au sein d’une famille doit être un caractère
héritable. Il a cherché à montrer que ces traits se transmettent
conformément aux lois de Mendel.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 14


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Déterminisme génétique : Davenport soutenait que l’on pouvait
parler de transmission héréditaire pour bon nombre de traits
mentaux tel que l’épilepsie, la démence mentale, la délinquance
criminelle, l’alcoolisme. Comment expliquait-il la transmission de la
démence, de la délinquance criminelle ou de l’alcoolisme ? Davenport
associait ces traits à des dérèglements de mécanismes physiologiques.
Il allait même jusqu’à démontrer que l’état de misère relève d’une
arriération mentale. Il prenait certes en compte le facteur
environnemental, mais il ne jugeait pas son rôle déterminant.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 15


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le but : Tout comme Galton, Davenport soutenait que la classe
moyenne, en particulier les intellectuels, offrait les meilleures lignées
biologiques. A ses yeux, les caractères les plus élevés étaient transmis
par la population américaine de souche, de race blanche et de
religion protestante. Reprenant l’eugénisme galtonien, Davenport
pensait qu’il fallait améliorer l’espèce humaine américaine.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 16


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La méthode : Pour empêcher que les individus génétiquement
défectueux se reproduisent, Davenport admettait l’intervention de
l’Etat. Ces mesures débouchèrent sur les premières lois eugénistes
aux Etats-Unis. Dès 1907, des lois de stérilisation obligatoires furent
établies. On dénombre environ 500'000 stérilisations dans le pays
jusqu’en 1949. A cela s’ajoute l’interdiction des mariages
interraciaux jusqu’en 1967 et la loi sur l’immigration de Johnson-
Reed Act en 1924 contre les immigrés d’Europe du sud et de l’est.
Toutes ces mesures avaient pour objectif la stabilisation voire
l’amélioration de la population américaine.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 17
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
En 1910, Davenport fonda l’Eugenics Record Office qui entreprit
des recherches eugénistes à grande échelle dans le but d’obtenir des
données sur l’hérédité humaine. On enquêta les registres de prisons,
d’hôpitaux, d’asiles dans tout le pays. Les enquêteurs y établissaient
des arbres généalogiques et recensaient des fichiers contenant les
diverses caractéristiques des familles américaines qui étaient
considérées comme potentiellement transmissibles à l’époque. Il
s’agissait de caractères divers tels que l’imbécillité, les capacités aux
échecs, la prostitution, le poids corporel, ou encore le diabète.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 18


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’Eugenics Record Office enregistra près de 500 000 fiches en 1918 et pas
moins d’1 million en 1935. Il va sans dire que l’appréciation des
traits restait très subjective en raison du manque de
connaissances scientifiques dans le domaine. L’idée déterministe de
la génétique humaine était alors très marquée.
En 1920 l’Eugenics Record Office est combinée avec la Station for
Experimental Evolution de Carnegie Institution (CIW). Le CIW a fine de
soutenir le travail de l’Eugenics Record Office jusqu’à 1940 (c’est fermé en
1944) en raison de l’affinité avec le nazisme.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 19


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le déclin de l’eugénisme aux Etats-Unis : Ce rapprochement avec
le national socialisme allemand avait déjà commencé à provoquer le
déclin de l’eugénisme aux Etats-Unis à partir des années 1920.
L’image de l’eugénisme se ternissait progressivement. De plus, les
bases intellectuelles et les théories sur lesquelles l’eugénisme américain
s’appuyait se dotaient d’une scientificité dont le sérieux était
contestable. Des généticiens comme Morgan, Muller ou Wright ont
émis de fortes critiques sur le bien-fondé de l’eugénisme.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 20


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’eugénisme a connu une popularisation certaine aux Etats-
Unis. Comment l’expliquer ?
Nous pensons que le contexte social peut nous fournir une réponse.
Comme le soulève très justement Diane Paul dans son article8, les
doctrines eugénistes ont souvent servi de rempart aux différentes
craintes de la société. Aux Etats-Unis par exemple, l’immigration a
nourri la peur d’une délinquance et d’une dégénérescence sociale. Les
Américains pensèrent trouver dans l’eugénisme une réponse à
leurs inquiétudes.

8 PAUL, Diane, « Eugenics anxieties, social realities, and political choices », Social Research, 59, 1992, 663-683.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 21
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Pour répondre aux inquiétudes d’une immigration importante (on
recensa 27 millions d’immigrants entre 1880 et 1924), certains
politiciens encouragèrent par exemple les Américains de souche à se
reproduire. Dans ses discours, Théodore Roosevelt ne manqua pas de
rappeler aux Américains qu’il était de leur devoir de donner vie à
quatre ou six enfants. Bien plus encore, entre 1907 et 1917, ce n’est
pas moins d’une quinzaine d’Etats américains qui votent en faveur de
lois sur la stérilisation. Celles-ci prévoyaient la stérilisation obligatoire
des criminels, des épileptiques et des malades mentaux.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 22


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Aux Etats-Unis, les mesures eugénistes visaient essentiellement les
immigrés. La peur d’une submersion des immigrés explique le passage
d’une idéologie eugéniste à des lois eugénistes. La motivation de
l’eugénisme américain était d’ordre ethnique. Ce ne fut pas le cas
de l’eugénisme anglais qui avait pour principale cible la population
pauvre des villes, autrement dit la classe ouvrière. Celle-ci,
contrairement aux immigrés américains, n’était pas politiquement
impuissante et désorganisée. La force de la classe ouvrière britannique
lui permit de faire face à l’élaboration de lois eugénistes.9

9 Proposition de Diane B. Paul dans son article : « Controlling Human Heredity », 1995.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 23
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’eugénisme nazi et ses conséquences
Le début : Le mouvement eugéniste américain remporta un franc succès en
Allemagne. Leurs programmes étaient la plupart du temps considérés comme
des modèles. En 1913 par exemple, Géza von Hoffman, membre de la société
eugénique de Berlin, publia un rapport sur le mouvement eugéniste américain.
Avant que le nazisme prenne les commandes du pays, l’eugénisme allemand
existait, mais sous une forme politique et éthique différente. En 1905, la
Société allemande pour l’hygiène raciale fut fondée. A l’origine, la société
était dirigée par des élitistes technocrates inquiets de la fertilité
déclinante de la classe dite supérieure.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 24


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Les eugénistes ne comptaient pas alors parmi eux d’antisémites ou
d’ultranationalistes. Des généticiens juifs tels que Richard Goldschmidt, Franz
Kallmann ou encore Curt Stern appartenaient d’ailleurs à la société allemande.
Comme partout ailleurs, le mouvement eugéniste recevait tant le soutien des
libéraux et des socialistes que des conservateurs. Cette mixité engendrait
d’inévitables conflits. Mais tous étaient soucieux de la santé de leur nation et
tous pensaient que la solution à ce problème était la reproduction d’une
population saine et en bonne santé. Le déclenchement de la Première Guerre
mondiale ne fit que renforcer la vision des technocrates : la fitness de leur
nation était en danger.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 25


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le lien entre les Etat-Unis et l’Allemagne : A la fin de la Première Guerre,
des liens étroits se tissèrent entre les eugénistes allemands et américains. Harry
Laughlin, responsable de l’Eugenics Record Office, s’intéressa de près à
l’Allemagne. L’avènement du nazisme en Allemagne ne changea rien aux
relations qu’entretenait Laughlin avec les généticiens allemands. Bien au
contraire, Laughlin continua à soutenir les pratiques eugéniques allemandes et
participa même à la propagande nazie. En 1935, lors du congrès international
de la science des populations à Berlin, Laughlin soutient que le but des lois
établies en Allemagne était eugénique et non pas raciste. A ses yeux, ces
lois constituaient des remparts contre d’éventuels abus.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 26


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Avant 1933, date de la prise du pouvoir par le régime nazi, la plupart
des eugénistes allemands s’étaient montrés réticents à une
stérilisation obligatoire des individus génétiquement atteints. Ils
considéraient que le projet était peu réaliste sur le plan politique mais
aussi peu fondé sur le plan scientifique. Un projet de loi de
stérilisation avec le consentement de la personne en question ou d’un
tuteur fut toutefois proposé en 1932.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 27


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le changement : Quand Adolf Hitler s’empara du gouvernement,
les nazis promulguèrent leur propre loi qui autorisait la stérilisation
forcée des individus présentant des troubles tels que la
schizophrénie, l’épilepsie, les déformations physiques, la cécité
et l’alcoolisme. Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’argument
invoqué ne relevait cependant pas de la race, mais du coût de la prise
en charge des malades. C’est au médecin que revenait la décision de
stérilisation, sans prendre en compte l’opinion du malade ni du tuteur.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 28


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Quelques chiffres : On compte 400'000 personnes stérilisées
entre 1934 et 1937, pas moins de 10% dans certaines régions10.
Douée d’un tel pouvoir, la profession médicale s’en trouva fortement
changée. La médecine est désormais au service de la politique. Le
régime nazi ne se contenta toutefois pas de prendre des mesures pour
empêcher la reproduction d’individus génétiquement atteints. Il mit
également sur pied des programmes d’eugénisme positif. Il chercha
à encourager la reproduction d’individus génétiquement supérieurs en leur
offrant des prêts et des subsides.

10 Ces chiffres sont avancés par Bock G (1986), dans Zwangsterilization im Nationalsozialismus, Westdeutscher, Opladen.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 29
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le programme d’euthanasie : En 1939, un programme secret
d’euthanasie appelé T4 (Tiergartenstrasse 4 à Berlin) fut mis sur pied afin
de faire disparaître les malades mentaux de la nation. Mais le subterfuge ne
fonctionnera pas indéfiniment : l’opinion publique s’opposera au programme.
La population manifeste sa résistance. Le programme T4 prend fin en 1941.
72'000 personnes furent tuées jusqu’en 1941. La plupart dans des
chambres à gaz. C’est sur la base de ces pratiques que la politique
d’extermination massive s’appuiera. Les mesures racistes qui furent prises peu
après l’accession de Hitler au pouvoir conduisirent en effet à l’extermination
de masse que nous connaissons.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 30


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Résumé :
Dès la fin du XXe siècle, l’eugénisme n’existe plus seulement sous
forme d’idéologie. Il s’agit aussi de pratiques inscrites dans un cadre
juridique. Comme le signale Diane Paul dans son article, l’eugénisme
n’a pas toujours conduit à des lois eugénistes et les lois eugénistes
n’ont pas toujours mené à des exterminations massives.
Cela suggère la conclusion que le contexte politique joue un rôle
de poids en ce qui concerne les pratiques eugéniques.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 31


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Quoi qu’il en soit, l’holocauste a marqué une rupture certaine
dans l’histoire de l’eugénisme. A la fin de la Deuxième Guerre
mondiale, le terme « eugénisme » est désormais teinté d’une
profonde aversion est peu à peu abandonné. Depuis, la question
de l’eugénisme s’accompagne souvent d’une référence aux pratiques
nazies. Le terme suggère d’abord une politique d’élimination, voire
d’extermination massive des inaptes.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 32


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
IV. dimension : Le retour de la question eugénique dans les
années 1960

La thématique eugénique refera surface dans un contexte scientifique


nouveau : celui de la génétique moléculaire. La question de
l’eugénisme resurgit en effet autour du perfectionnement de la
génétique médicale et du développement des biotechnologies.

La biologie moléculaire donnera à l’eugénisme de nouveaux outils.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 33


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La génétique médicale se développe pour répondre aux inquiétudes
des parents et des cliniciens au sujet des risques de maladie génétique.
Dans les années 1940 apparaît aux Etats-Unis une pratique médicale
inédite : le conseil génétique. Au début, le généticien ne se
contentait pas d’informer les parents de la probabilité que leurs
enfants soient affectés par telle ou telle maladie génétique. Il allait
jusqu’à leur recommander de ne pas avoir d’enfant si un risque se
présentait. Cette prise de position était motivée par l’idée d’une
responsabilité du médecin généticien non seulement face aux patients,
mais face à la population tout entière.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 34
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Cette conception eugénique du conseil génétique se modifia en 1947,
date de l’invention de l’expression conseil génétique par Reed11. Le
médecin – généticien doit faire preuve de neutralité. Il s’agit de ne
pas influencer la décision des parents et de respecter leur choix. Le
conseiller n’est plus au service de la population, mais au service de ses
patients. La reproduction devient alors une question d’ordre
privé. L’Etat n’a plus à intervenir.

11 REED, S., A short history of genetic counseling, Dight Instit. Bull., 1974, 14, 1-10.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 35
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La thématique eugénique a toutefois ressurgi avec le développement
de l’amniocentèse et de la légalisation de l’avortement dans les
années 1970. C’est dans les années 1960, qu’apparaît la technique de
l’amniocentèse. Il devient alors possible de procéder à un diagnostic
des cellules fœtales. De nombreuses anomalies chromosomiques ou
génétiques peuvent rapidement être repérées, de même que certaines
anomalies non génétiques.
L’avancée scientifique de la génétique et la légalisation de
l’avortement ont entraîné un déplacement de la question
eugénique du domaine public au domaine privé.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 36
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La grande question à savoir :
Dès lors que ces pratiques ne sont plus coercitives mais individuelles,
dès lors qu’elles ne s’inscrivent plus dans un contexte politique mais
dans un contexte médical, y a-t-il encore un sens à parler
d’eugénisme ? Autrement dit, la quatrième dimension est-elle
vraiment une dimension de l’eugénisme ? Les réponses à ces
interrogations dépendront de la définition que l’on donne au concept
d’eugénisme.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 37


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
III. L’eugénisme : concept et idéologie
La difficulté de définir l’eugénisme : le terme n’est pas seulement
utilisé pour des pratiques très différentes, mais le terme est aussi très
connoté.

Exemple pour le deux aspect : l’eugénisme ≠ l’euthanasie

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 38


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’eugénisme positif et l’eugénisme négatif

L’eugénisme négatif vise à empêcher d’une part la procréation de personnes


porteuses de traits supposés « indésirables » et d’autre part, d’empêcher la
propagation de caractéristiques héréditaires jugées indésirables (unfit), par
exemple des pathologies héréditaires, en évitant leur transmission. Les
pratiques qui ont pour but d’éliminer les individus dysgéniques sont parfois
brutales et coercitives, d’autres non. Il s’agit de l’interdiction du mariage, de
l’enfermement, de la stérilisation, de l’avortement, de la contraception, du
diagnostic prénatal, et du diagnostique préimplantatoire. Toutes ces méthodes
visent bel et bien l’élimination de l’unfitness.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 39
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’eugénisme positif encourage la procréation de personnes porteuses de
traits supposés indésirables. Il vise aussi à promouvoir des traits isolés comme
la couleur des yeux, la taille, la mémoire, la faculté de spatialisation
mathématique etc. Les pratiques qui encouragent leur transmission sont les
banques de sperme, l’insémination artificielle et peut-être, dans le futur, la
thérapie génique. Une fois encore, ces méthodes visent l’amélioration de
certains traits héréditaires, mais cela n’implique pas nécessairement leur
caractère eugénique.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 40


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Comment distinguer les deux ?

Il n’est pas toujours facile de faire une distinction entre les deux
formes d’eugénisme, étant donné que les mêmes mesures peuvent
avoir des effets eugéniques à la fois positifs et négatifs. Exemple ?

En plus, les deux formes d’eugénisme (positif et négatif) ne se


distinguent pas par leur caractère coercitif ou volontaire. L’une et
l’autre peuvent revêtir l’une ou l’autre de ces caractères.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 41


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Distinction entre l’eugénisme autoritaire et l’eugénisme libéral
L’eugénisme d’Etat et l’eugénisme libéral se distinguent principalement par
leur contexte et leurs finalités. Aux Etats-Unis et en Allemagne, l’eugénisme
d’Etat s’est développé dans un contexte social en crise, peu avant la guerre. Le but
recherché par cette forme d’eugénisme autoritaire est l’amélioration de l’espèce
humaine. La citation de Charles Richet (1922) est à ce propos éloquente :
« L’individu n’est rien, l’espèce est tout. » Aujourd’hui, il ne s’agit plus de se
préoccuper de l’espèce : l’individu est placé au premier plan. Les
biotechnologies ne sont pas en mesure de modifier l’espèce humaine. Les
techniques de procréations médicalement assistées et les dépistages relèvent d’un
choix personnel (l’individu est au centre des intérêts de l’eugénisme libéral).

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 42


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Distinction entre intentions et effets eugéniques

Différence de l’intention :
L’eugénisme autoritaire : Dans la mesure où l’eugénisme d’Etat
recherche l’amélioration de l’espèce humaine, il s’agit clairement d’un
objectif eugénique.

L’eugénisme libéral : L’intention des parents est avant tout d’éviter


la naissance d’un enfant malade ou handicapé. Dans ce cas de figure, il
n’y a pas à strictement parler d’intention eugénique.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 43
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Fait : L’eugénisme autoritaire et l’eugénisme libéral ont les mêmes
effets – l’amélioration de l’espèce.

Question : La question est donc de savoir si l’on peut encore parler


d’eugénisme dès lors qu’il n’y a pas d’intentions eugéniques.
Autrement dit, peut-on définir l’eugénisme en termes d’intention ?

L’argument en faveur : Si l’on exclut l’intention de la définition, le


terme devient trop large parce qu’il y a beaucoup (trop ?) pratiques qui
aboutirent directement ou indirectement à l’amélioration de l’espèce…
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 44
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’argument contre : Les intentions qui se cachent derrière un
diagnostic prénatal ne sont pas toujours faciles à déterminer. Il devient
alors par exemple difficile d’évaluer si le diagnostic prénatal est
eugénique. Autrement dit, « l’intention » ne constitue pas un critère
fiable.

Réflexion : Il serait bien que la définition de l’eugénisme n’exclut pas


la possibilité qu’une pratique eugénique soit née d’une décision
individuelle.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 45


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
IV. Les biotechnologies médicales
Le diagnostic prénatal (DPN)
C’est l’analyse des cellules fœtales (après une amniocentèse).
Le but est de vérifier si l’embryon est atteint d’une pathologie
génétique et donc, le cas échéant, de prendre la décision d’effectuer un
avortement thérapeutique.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 46


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le diagnostic préimplantatoire (DPI)
Le DPI est une analyse d’une ou de plusieurs caractéristiques
génétiques d’embryons in vitro (hors de l’organisme).
La fécondation in vitro (FIV) a été développée dans les années 1970 et
le premier bébé-éprouvette, Louise Brown, est né en 1978. On prélève
des ovocytes, après stimulation hormonale, qu’on met en présence des
spermatozoïdes en laboratoire. L’embryon est ensuite réimplanté dans
l’utérus maternel.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 47


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La technique du DPI tient en deux étapes : le prélèvement du
matériel génétique et les méthodes d’analyse. Le matériel que prélève
généralement le généticien consiste en une ou deux cellules d’un
embryon de trois jours, composé de huit cellules, appelé blastomère.
Ces cellules sont dites totipotentes, car aucune fonction ou destination
précise dans le futur organisme ne leur a encore été attribuée. Seules
les cellules dépourvues d’anomalies génétiques sont implantées dans
l’utérus de la mère, pour éviter un avortement thérapeutique.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 48


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le but visé par ce test génétique prévisionnel est d’éviter la
transmission de pathologies héréditaires. S’il y a lieu, les embryons
testés en éprouvette, porteurs d’anomalies génétiques, ne sont pas
réimplantés dans la mère, lui épargnant ainsi une interruption de
grosses. Cependant cette technique permet non seulement un
contrôle, mais plus encore, une sélection de la descendance.
L’opération vise clairement à éliminer l’unfitness.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 49


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Quelles sont précisément les questions éthiques qu’engendre la
pratique du DPN et du DPI ?

Elles portent principalement sur la légitimité à empêcher un embryon


porteur d’anomalies génétiques de se développer.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 50


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
En faveur du DPN et du DPI : Les partisans avancent l’argument
de la souffrance de l’enfant et celle des parents. Ils soutiennent que la
sélection et l’élimination des embryons présentant des pathologies
génétiques permettent d’échapper à la douleur (physique et
psychologique) éprouvée par l’enfant malade de même qu’à la
souffrance des parents face à celle de leur enfant et parfois même face
à une stigmatisation. L’argument est pertinent dans le cas d’une
maladie génétique grave et incurable.
En revanche, certaines pathologies n’empêchent pas le malade de
vivre presque sans douleur (physique) et de façon autonome.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 51
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Les opposants avancent l’argument du statut de l’embryon. Ils
estiment que l’opération viole le principe de protection absolue de la
vie qui vaut dès la conception. Cet argument nous paraît faible, car
emprunt d’une forte subjectivité. A partir de quand peut-on prétendre
qu’un embryon est une personne ? Dès lors qu’il est conçu ? Dès lors
que son système nerveux est développé ? Dès lors qu’il voit le jour ?
Ces questions semblent irrésolubles.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 52


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Argument alternatif – l’instrumentalisation : J. Habermas nous
propose de les contourner et de se pencher sur le rapport entre les parents et
l’enfant.12 Dans le cas du DPN et du DPI la protection de l’enfant à naître
entre en conflit avec le comportement des parents qui, en considérant leur
enfant comme un bien, l’instrumentalisent. Leur démarche est motivée par
un désir d’enfant, mais ils sont prêts à y renoncer si l’embryon est porteur
d’une anomalie. Cette tension est indissociable de la pratique du DPN et du
DPI. Il compare les parents à des « consommateurs » qui peuvent décider
d’une existence sous condition.

12Habermas, Jürgen, L’avenir de la nature humaine, Vers un eugénisme libéral ?, traduit de l’allemand par Christian Bouchindhomme, Paris,
Gallimard, 2002, p. 50-51.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 53
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Comment éviter l’instrumentalisation ?
1) De considérer l’enfant à naître comme une personne potentielle.
2) D’accepter que la pierre de touche de toute législation bioéthique
consiste dans le consentement des personnes génétiquement
modifiées.
Il est possible (à discuter) de prévoir toutes les transformations qui
pourraient ne pas recevoir à coup sûr le consentement de la future
personne. Toutes ces modifications doivent être bannies.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 54


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Réflexion sur l’eugénisme positif et l’eugénisme négatif :
Habermas refonde ainsi la différence entre l’eugénisme positif et
l’eugénisme négatif. Selon lui, l’eugénisme thérapeutique est guidé par
le principe de liberté du sujet alors que l’eugénisme d’amélioration
n’en tient pas compte. Habermas soutient donc une thérapie génique
visant un eugénisme négatif strict, c’est-à-dire l’élimination en principe
inévitable de malformations graves, et par laquelle on peut
raisonnablement supposer un consensus universel, et donc
l’anticipation de la personne concernée.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 55


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
DPI = Eugénisme ?
Il serait bien de distinguer l’intention eugénique de l’effet eugénique.
Dans le cas des parents qui demandent un DPI, on ne peut que parler
d’eugénisme négatif. Leur but n’est non pas d’améliorer l’espèce
humaine, mais d’éviter la naissance d’un enfant porteur d’une maladie
grave.
Si à l’heure actuelle, le DPI s’adresse aux couples dits « à risque », il
est probable qu’à l’avenir il devienne une pratique sociale normalisée.
Y aura-t-il un point d’arrêt ?

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 56


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La fécondation « in vivo » (depuis 2006) – un pas vers
l’eugénisme positif ?

La technique : Cette opération consiste à réaliser la fécondation à


l’intérieur de l’utérus en utilisant un transporteur : sperme et ovocytes
sont réunis dans une capsule percée de petits trous, introduite dans
l’utérus. Ils baignent un temps dans le milieu utérin et, dans les
meilleurs des cas, la fécondation à lieu. La capsule est alors retirée
pour procéder au tri des embryons et réimplanter le « meilleur ».

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 57


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Réflexion et lien avec DPI :
La fécondation « in vivo » est proche du diagnostique
préimplantatoire et, donc, pose les mêmes questions éthiques.
Pour l’instant, la thématique eugénique se restreint à l’eugénisme
négatif.
Le jour où le génie génétique pourra sélectionner le gène de la couleur
des yeux, de la taille et peut-être même un jour celui de
l’ « intelligence », les bioéthiciens seront confrontés à d’autres enjeux
éthiques, plus intimement liés à la quête de l’homme parfait.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 58


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le clonage
Définition : A l’origine, le mot « clone » désigne l’ensemble des cellules dérivées
d’une cellule mère et par conséquent identiques à elle. Le sens du terme s’est élargi
en génie génétique (procédé qui consiste à insérer un gène à l’intérieur d’une cellule
mère pour le retrouver dans chacune des cellules filles). Le clonage désigne
également la technique de production de macromolécules identiques codées par le
même gène. Enfin, on appelle « clone » l’ensemble des organismes dérivés d’un
même organisme possédant le même ensemble de gènes dans le noyau de leurs
cellules. Si on applique le clonage à un organisme entier, le procédé consiste donc
à produire une population constituée d’individus qui possèdent un ensemble de
gènes identiques à l’organisme initial.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 59


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La technique : Il existe deux sortes de techniques de production de
macromolécules : le clonage par scission cellulaire (ou de duplication
embryonnaire) et le clonage par transfert du noyau. Le premier consiste à
produire plusieurs individus génétiquement identiques en provoquant la
séparation des cellules d’un embryon : il s’agit de la séparation du
blastomère13. Lorsque l’embryon est au stade de huit à seize cellules, il est
possible de dissocier chacune d’entre elles et d’obtenir un individu
génétiquement identique à partir de chacune de ces cellules. Cette technique
est s’apparente à la formation naturelle des vrais jumeaux.

13Dans les 24 heures qui suivent la fécondation, le zygote commence à subir une série de divisions mitotiques, dont l’ensemble est appelé
segmentation. Ces divisions ont pour effet de partager le volumineux zygote en de nombreuses cellules-filles appelées blastomères.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 60
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Dolly : Quant au clonage par transfert du noyau, il permet de
produire plusieurs individus génétiquement identiques en transférant
le noyau d’une cellule d’un organisme adulte dans un ovule. C’est cette
technique que les scientifiques de l’Institut Roslin, en Ecosse, ont
pratiqué pour créer la fameuse brebis Dolly en 1997.
Depuis sa création, on peut cloner le singe, le chat, la mule et le
cheval. Contrairement au clonage par scission cellulaire qui est
aujourd’hui courant en reproduction animale, l’efficacité du clonage
par transfert de noyau reste limitée. Le clonage humain est pour
l’instant compromis.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 61
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le clonage reproductif
Cette forme de clonage aboutirait à la reproduction d’un individu ;
aujourd’hui le clonage reproductif reste limité ; de plus, les animaux
clonés ont une espérance de vie très limitée.
Le clonage reproductif s’apparent à un eugénisme positif. On
peut en effet voir dans le clonage un moyen d’améliorer l’espèce
humaine en multipliant les individus dits « supérieurs ». Le clone
permettrait de donner vie à des individus « sur mesure », d’après des
critères arbitraires imposés par une norme.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 62


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le clonage thérapeutique
C’est l’autre forme de clonage, qui consiste à reproduire un gène, une cellule, un
tissu ou un organe à partir de cellules prélevées sur le patient. La technique en est
aujourd’hui à un stade expérimental.
Ses avantages sont nombreux. Parmi eux la garantie de compatibilité des cellules
injectées (elles ne sont pas étrangères) et par conséquent l’évitement
d’immunosuppresseurs aux patients. On peut même espérer qu’un jour, le clonage
thérapeutique se substituera aux greffes d’organes. Seraient ainsi palliées tous les
problèmes (attente d’organes14, trafique d’organes, problèmes de compatibilité,..)
et complications (rejets, viabilité limitée de l’organe,…) liés aux greffes.

14 Aux USA, 62'000 patients sont dans l’attente d’un organe et 11 personnes meurent chaque jour faute d’avoir pu bénéficier d’un organe.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 63
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le débat éthique autour du clonage thérapeutique
La controverse autour du clonage thérapeutique concerne la
production d’embryons pour disposer de cellules souches
embryonnaires à partir desquelles il possible de construire tous les
types cellulaires de l’organisme à l'exception des cellules
reproductrices. Les opposants au clonage thérapeutique craignent une
production démesurée d’embryons à des fins médicales. La finalité
thérapeutique du procédé est en soi louable. Mais la fin justifie-t-elle
les moyens ?

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 64


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le clonage pose aussi le problème de l’instrumentalisation. Comme le
rapporte la Convention de l’Europe (1998) : « Est interdite toute
intervention ayant pour but de créer un être humain génétiquement
identique à un autre être humain vivant ou mort », et donne cette
justification : « L’instrumentalisation de l’être humain par la création
délibérée d’êtres humains génétiquement identiques est contraire à la
dignité de l’homme et constitue un usage impropre de la biologie et de la
médecine ». Cette loi s’inscrit dans un cadre kantien. Kant soutenait en
effet que la personne ne doit pas être considérée comme un moyen, mais
comme une fin en soi.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 65


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
V. Le problème de la liberté individuelle
A l’heure actuelle, aucune mesure n’est obligatoire en ce qui concerne
l’interruption de grossesse, ou le diagnostic préimplantatoire, ou
d’autres méthodes de procréation médicalement assistée. La décision
revient au couple. Bon nombre de scientifiques et de bioéthiciens
estiment que cette « liberté » individuelle constitue un rempart solide
contre l’eugénisme. A leurs yeux, la problématique morale de
l’eugénisme s’est en effet évaporée dans le passage de l’eugénisme
d’Etat à l’eugénisme privé.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 66
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’argument en faveur de ce pas : Les conséquences eugéniques ne
suffisant pas à définir l’eugénisme, elles doivent être distinguées des
intentions eugéniques. Limiter l’eugénisme à l’intervention de l’Etat, à
une contrainte, permet ainsi de démarquer l’eugénisme de la génétique
humaine.
Objection I : Si aucune mesure obligatoire n’est imposée aux parents
dans leur décision de recourir à un avortement ou à un diagnostic
préimplantatoire, d’autres paramètres, tel que la norme et les valeurs
limitent la liberté individuelle.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 67


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Objection II – le critère du libre choix remis en question
Prenons l’exemple d’une mère qui est dans l’obligation d’avorter en
raison d’un manque d’aide sociale. Dans ce cas, la contrainte est
d’ordre financier. Même si cette mère n’est pas soumise à une autorité,
elle n’est pas véritablement libre de choisir. Doit-on parler de
contrainte, ou d’absence de choix ? Pour conclure, de définir
l’eugénisme en fonction du critère de la contrainte pose de réelles
difficultés et semble insuffisant.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 68


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
L’éduction et l’eugénisme
Aujourd’hui, les parents peuvent non seulement « déterminer » leur
progéniture par l’éducation, mais aussi par la manipulation génétique.
Nombreux sont les partisans de l’eugénisme libéral qui établissent des
parallèles entre le déterminisme génétique et le déterminisme éducatif.
Ils soutiennent qu’il n’y a pas de différence morale entre l’eugénisme
et l’éducation. Autrement dit, la programmation génétique n’est pas
plus condamnable que l’éducation, qui relève aussi, en quelque sorte,
d’une forme de déterminisme.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 69


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Objection : Habermas considère en effet qu’il existe bel et bien une
différence entre une influence génétique qui a un effet ontologique et
une influence éducative, dont l’effet est communicationnel. A
discuter…

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 70


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La question de la norme autour de l’eugénisme
La norme change.

L’exemple : les progrès réalisés dans le dépistage de la trisomie 21 rendent les


naissances d’enfants trisomiques de moins en moins normales. Depuis le
milieu des années 1960, les médecins recoururent à l’amniocentèse pour
dépister la trisomie 21. Aujourd’hui, une nouvelle forme de test de dépistage
existe. Il s’agit du dépistage sur le dosage de marqueurs biochimiques dans le
sang maternel. Les gynécologues demandent systématiquement à toutes leurs
patientes si elles souhaitent se soumettre à un test de dépistage, par une simple
prise de sang. La grande majorité des femmes le passent et avortent si le test
de dépistage est positif. Cette pratique s’est peu à peu banalisée et a provoqué
un déplacement de la norme en ce qui concerne les naissances d’enfants
trisomiques. Aujourd’hui, il est de moins en moins « normal » de naître
trisomique.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 71


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Le changement de la norme implique un changement de ce que
est stigmatisé + exerce l’influence sur le « libre » choix.

L’exemple et l’argument en faveur de cette implication : le


déplacement de la normalité a lui-même engendré une stigmatisation
des parents qui choisissent de donner naissance à un enfant
trisomique. Cette stigmatisation exerce une influence considérable sur
le « libre » choix parental. Les effets normatifs empiètent sur la liberté
individuelle.
Contre : les libéraux ne considèrent pas cette stigmatisation qui
s’élève contre le choix parental. Ils soutiennent que les tests de
dépistage de la trisomie ne sont pas eugéniques dans la mesure où ils
ne sont pas imposés. Autrement dit, ils ne considèrent pas l’eugénisme
libéral comme la quatrième dimension de l’eugénisme.
EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 72
Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Réflexion I : il est vrai qu’aujourd’hui, les tests de dosage de
marqueurs biochimiques ne s’inscrivent dans un programme
d’éradication de la trisomie 21. Ils sont mis à disposition des femmes
qui le désirent. Il nous paraît toutefois nécessaire de préciser que
la liberté parentale est limitée par des effets normatifs telle que
la norme.

Réflexion II : Atteindre l’autonomie, le consentement libre et éclairé


constitue une véritable difficulté. Lien avec le débat sur le libre
arbitre…
La question à savoir est finalement si le consentement libre et éclairé,
bien que limités, suffisent-ils à qualifier des pratiques de non
eugéniques ?

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 73


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
La médecine prédictive vs la médecine thérapeutique

La médecine prédictive et ses conséquences : grâce aux tests de


dépistage génétique, des pathologies peuvent être décelées (ex.
trisomie 21, mucoviscidose,…) et des naissances d’enfants malades
peuvent être évitées.

La médecine thérapeutique : grâce à la médicine thérapeutique, les


malades de la mucoviscidose ont aujourd’hui une espérance de vie de
plus de trente-cinq ans. Et les chercheurs espèrent pouvoir améliorer
la qualité de vie des personnes atteints de la mucoviscidose grâce à la
prometteuse molécule Miglustat.

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 74


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie
Réflexion I : On constate un grand progrès ; médecine prédictive et
médecine thérapeutique semblent évoluer à contre-courant ; par
contre, leurs finalités sont contradictoires : d’un côté, la médecine
prédictive cherche à détecter les pathologies génétiques dans le but de
les éviter ou de les supprimer, d’un autre, la médecine thérapeutique
s’évertue à découvrir des traitements, des vaccins pour prolonger
l’espérance de vie des malades, pour améliorer leur qualité de vie.

Réflexion II : La médecine prédictive s’apparente à une forme


d’eugénisme tandis que la médecine thérapeutique cherche à tout prix
une alternative à l’eugénisme. Limiter la recherche scientifique, une
solution ?

EPFL (programme SHS) Cours/séminaire de 2ème année 75


Christian Sachse – Philosophie et l’histoire de la biologie