Vous êtes sur la page 1sur 14

Matériaux de Construction

Prof. Karen Scrivener

Laboratoire de Matériaux de Construction

Section des Matériaux

Matériaux de

Construction 1

Professeure Karen SCRIVENER

Anglaise

Diplôme - Science des Matériaux

!

Thèse - microstructure du ciment

!

Enseignante - chercheuse, Imperial College, Londres

!

1995 Lafarge, Lab. Central de Recherche

plus grand groupe des Matériaux de Construction

Mars 2001 EPFL

MXG 233 tel 35843

Dr Amor GUIDOUM Dr Emmanuelle BOEHM

!

MXG 236 tel 32824

Mr Lionel SOFIA-GABRION – Travaux Pratique

!

MXH 031.2 tel 33711

Matériaux de

Construction 1

Support

Aujourd'hui

! Slides Powerpoint sur site web

! Objectifs du cours

! Orientation du sujet

! Considérations environnementales

! http://lmc.epfl.ch/page-39753.html

! Introduction au Béton

Matériaux de

Matériaux de

Construction 1

Construction 1

Objectifs du cours

! comprendre les bases de la chimie, de la physique et de la microstructure qui sont responsables du comportement des matériaux de construction;

! sensibilisation aux questions environnementales.

Matériaux de

Construction 1

Les passerelles – une fonction, plusieurs matériaux

Les passerelles – une fonction, plusieurs matériaux Le bois , original 1749, reconstruction 1904 Adapted from

Le bois, original 1749, reconstruction 1904

Adapted from

Matériaux de

Engineering Construction Materials 1 1: An Introduction to their properties and applications

M.F. Asby and D.R.H. Jones

Les passerelles – une fonction, plusieurs matériaux

Les passerelles – une fonction, plusieurs matériaux Matériaux de Construction 1 La pierre naturelle, 1640

Matériaux de

Construction 1

La pierre naturelle, 1640

Acier, début 20 è m e siècle Matériaux de Construction 1

Acier, début 20 ème siècle

Matériaux de

Construction 1

Price vs consumption of materials

10 5 Metals Titanium Ceramics 10 4 Polymers Aluminium Steel 10 3 Polyamide Wood Polethelene
10
5
Metals
Titanium
Ceramics
10
4
Polymers
Aluminium
Steel
10
3
Polyamide
Wood
Polethelene
10
2
Bricks / Masonary
Concrete
10
10 3
10 5
10 7
10 9
10 11
Price ($/t)

Annual production (t/yr)

Source: INTRODUCTION à LA SCIENCE DES MATÉRIAUX, Mercier, Zambelli, Kurz

La fonte,1823

La fonte,1823 Matériaux de Construction 1

Matériaux de

Construction 1

Le béton renforcé et acier, 1960

Le béton renforcé et acier, 1960 Matériaux de Construction 1

Matériaux de

Construction 1

Considérations environnementales

Matériaux de

Construction 1

Généralités

Les matériaux de construction en général (à l! exception de quelques métaux) ne sont:

! ni toxiques

! ni particulièrement polluants

MAIS

Etant donné les énormes volumes utilisés, il faut considérer leur impact sur l! environnement et dans un contexte de développement durable

Matériaux de

Construction 1

COMPARATIVE ENERGY COSTS OF MATERIALS :

(M J per tonne)

Material

MJ/kg

kgCO2/kg

Cement

4.6

0.83

Concrete

0.95

0.13

Masonry

3.0

0.22

Wood

8.5

0.46

Wood: multilayer

15

0.81

Steel: Virgin

35

2.8

Steel: Recycled

9.5

0.43

Aluminium: virgin

218

11.46

Aluminium recycled

28.8

1.69

Glass fibre composites

100

8.1

Glass

15.7

0.85

Matériaux de

Construction 1

Bétons

! Les matériaux les plus utiliser (>10 les autres)

! Matériaux fabriquer sur site

Matériaux de

Construction 1

Considérations

! Disponibilité des matières 1ères

! Extraction des matières 1ères

! Energie utilisée pour la fabrication

! Considérations de la santé et de la sécurité

! Recyclabilité

Matériaux de

Construction 1

energy kWh/m

Concrete – a low energy material

400 350 300 230 200 100 60 0 Concrete Brick Steel litres of fuel per
400
350
300
230
200
100
60
0
Concrete
Brick
Steel
litres of fuel per column m

Energy of producing 1m of column to support 1000 tonnes

Matériaux de

Construction 1

400 350 300 190 200 100 40 0 concrete PVC polyethene
400
350
300
190
200
100
40
0
concrete
PVC
polyethene

Energy of producing 1m of pipe

Pourquoi le matériel le plus utiliser?

Disponibilité -

Mat. 1ère partout dans le monde faible coût énergétique

Transportable -

poudre grise en sac ou en vrac

Constructible -

adjoindre l ! eau et malaxer

Flexible -

remplir toutes les formes avec une différence de volume très faible

Durable -

pour les siècles surtout résistant à l ! eau, barrages, tuyaux, etc

et à bas prix!

Demand is forecast to rise steeply in the next decades
Demand is forecast to rise steeply in the
next decades

Introduction aux Technologies du Béton (Concrete Technology)

Le vie d’un béton

0 à 3-5hrs Fluide ouvrable MALAXAGE PRISE
0 à 3-5hrs
Fluide
ouvrable
MALAXAGE
PRISE
Vie en 3-5hrs à 28+j durcissement service durabilité
Vie en
3-5hrs à 28+j
durcissement
service
durabilité

Composition

Composition

of the earth ! s crust

of cement

Mg rest K Na Ca Fe Al O Si
Mg
rest
K
Na
Ca
Fe
Al
O
Si
S Na K rest Mg O Ca Si
S Na
K rest
Mg
O
Ca
Si

Fe Al

CaO readily available from limestone

Quelques définitions

Un béton

Granulats + colle =

béton si ! > 4 mm

mortier si ! < 4 mm

Pâte de ciment

= eau

+ ciment

Mortier

= eau

+ ciment + sable

Béton

= eau + ciment + sable + granulats

Développement de la résistance

peu continuer d'augmenter pendant des années si l'eau est disponible 28 jours temps de référence
peu continuer
d'augmenter
pendant des
années si
l'eau est
disponible
28 jours
temps
de référence
pour
les
résistances
x2 x2
x2
x2
1 jour 3 jour temps de décoffrage
1 jour 3 jour
temps
de
décoffrage
Constituants: eau adjuvants air (éventuel) (vides) ciment pâte de ciment colle sable granulats squelette
Constituants:
eau
adjuvants
air
(éventuel)
(vides)
ciment
pâte de ciment
colle
sable
granulats
squelette
gravier,
roches
concassées
2 niveaux de microstructure pâte de ciment Au départ squelette ~60-70% vol. granulaire Grains de
2 niveaux de microstructure
pâte de ciment
Au départ
squelette
~60-70% vol.
granulaire
Grains de ciment ~30-50% vol.
colle
~40-30% vol.
L'eau
~70-50% vol.
pâte de ciment

Rôle de l’eau

Anhydres + eau " hydrates

L'eau est combinée dans les hydrates

L'hydratation continue seulement s'il y a de l'eau disponible.

continue seulement s'il y a de l'eau disponible. Hydratation transformation de pâte fluide en solide
Hydratation transformation de pâte fluide en solide rigide Grain de ciment hydrates eau
Hydratation
transformation de pâte fluide
en solide rigide
Grain de ciment
hydrates
eau

Hydratation

Augmentation de volume solide

1 vol. ciment # ~ 2 vols hydrate

La quantité d'eau ajoutée, relative au ciment est exprimée en rapport e/c en poids

Si e/c = 0.5, quel est le volume de ciment dans le mélange de départ? (la densité de ciment ~ 3 g/cm 3 )

Quel est le volume de solide après hydratation?

La pâte de ciment Rapport e/c e/c bas ex. 0.3 Vol. ciment ~ 50% e/c
La pâte de ciment
Rapport e/c
e/c bas
ex. 0.3
Vol. ciment ~ 50%
e/c moyen
ex. 0.45
Vol. ciment ~ 40%
e/c élevé
ex. 0.6
Vol. ciment ~ 35%
La quantité d ! eau ajoutée contrôle l ! espacement des grains de ciment
Les granulats: Les granulats sont nettement moins chers que le ciment (~5x) Mais on ne
Les granulats:
Les granulats sont nettement moins chers que le ciment (~5x)
Mais on ne peut pas faire
une pâte de ciment dans
une large section sans
qu! elle se fissure
Les granulats limitent la
longueur des fissures:
plus de fissures, mais
plus fines et plus courtes

Empilement des grains mono-taille:

Empilement des grains mono-taille: Densité maximale ~74% Mais difficile à déformer: frottement entre les grains Il

Densité maximale ~74%

Mais difficile à déformer:

frottement entre les grains

~74% Mais difficile à déformer: frottement entre les grains Il faut espacer les grains densité max.

Il faut espacer les grains densité max. pratique < 60%

Un béton est composé de:

! un squelette, les granulats ! une colle, les pâtes de ciment ! la liaison (l! interface) entre les deux

Sa qualité dépend de la qualité de tous les trois.

Squelette granulaire

On veut minimiser la quantité de pâte du ciment:

! plus économique • ! moins de phase dans laquelle l ! eau peut pénétrer • ! moins de chaleur dégagée • ! moins de retrait

mais

la pâte de ciment doit remplir les espaces entre les granulats:

et fluidifier le béton pendant le malaxage et la mise en place

Empilement plus efficace avec une distribution des tailles: Les petits peuvent remplir les espaces entre
Empilement plus efficace avec une
distribution des tailles:
Les petits peuvent remplir
les espaces entre les grands
(connu pars les romains )
La taille maximum des granulats est déterminée par la taille de la pièce de béton

La taille maximum des granulats est déterminée par la taille de la pièce de béton

Le diamètre maximum doit être moins de un cinquième de la taille de la pièce

Le diamètre maximum doit être moins de un cinquième de la taille de la pièce Ex.

Ex. mur du 150 mm, taille max ~30 mm

Mélange ternaire (Feret 1890s) sable moyen, 0,5/2 mélange le plus compact Peu de variation dans
Mélange ternaire (Feret 1890s)
sable moyen, 0,5/2
mélange
le plus
compact
Peu de variation dans
la zone rouge
on n! a pas besoin
de beaucoup
de grains moyens
sable fin, <0,5
sable grossier, 2/5
de grains moyens sable fin, <0,5 sable grossier, 2/5 Mélange binaire % fins 100 80 60
Mélange binaire % fins 100 80 60 40 20 0 100 0 50 50 0
Mélange binaire
% fins
100
80
60
40
20
0
100
0
50
50
0
100
0
20
40
60
80
100
% gros
compacité, %
porosité, %

On a vu que les mélanges les plus compacts sont entre grands et petits grains

Pourquoi utilise-t-on les mélanges avec granulometrie continue

les plus compacts sont entre grands et petits grains Pourquoi utilise-t-on les mélanges avec granulometrie continue
Mélanges continus 100 90 Dmax = 32 mm 80 Courbe C 70 Le fuseau des

Mélanges continus

100 90 Dmax = 32 mm 80 Courbe C 70 Le fuseau des 60 Courbe
100
90
Dmax = 32 mm
80
Courbe C
70
Le fuseau des
60
Courbe B
mélanges
compacts
50
et ouvrables
40
Courbe A
30
20
10
0
p
Ouverture des tamis en mm
: % des tamisats !
" cumulés!
d
d
$
d
d
: diamètre granulat !
= !""
A.
p !" # !
=
+
p
B.
" D
&
%
" considéré!
max
D max
D max
D
C.
5% au-dessus de B. au-delà de d=0.4 mm
max : diamètre !
" maximum !
" des granulats
Tamisat en %
0.05
0.06
0.08
0.10
0.125
0.16
0.20
0.25
0.315
0.40
0.50
0.63
0.80
1.0
1.25
1.6
2.0
2.5
3.15
4.0
5.0
6.3
8.0
10.0
12.5
16.0
20.0
25.0
31.5
40.0
50.0
63.0
80.0

finsgros

sable

100 90 80 70 60 sable granulats 50 gros fins 40 granulats 30 20 10
100
90
80
70
60
sable
granulats
50
gros
fins
40
granulats
30
20
10
0
0.05
0.06
0.08
0.10
0.125
0.16
0.20
0.25
0.315
0.40
0.50
0.63
0.80
1.0
1.25
1.6
2.0
2.5
3.15
4.0
5.0
6.3
8.0
10.0
12.5
16.0
20.0
25.0
31.5
40.0
50.0
63.0
80.0

40%

30%

30%

25.0 31.5 40.0 50.0 63.0 80.0 40% 30% 30% Mélanges continus d tamis passoire passoire Ø

Mélanges continus

d
d
tamis passoire
tamis
passoire

passoire

Ø d

Ø=1,25a 100% Poids Poids en gr. en % 1414 70.7 586 29.3 2000 100 0%
Ø=1,25a
100%
Poids
Poids
en gr.
en %
1414 70.7
586
29.3
2000 100
0%
Ø d
70.7%29.3%
!a

refusØ d Ø=1,25a 100% Poids Poids en gr. en % 1414 70.7 586 29.3 2000 100

tamisatØ d Ø=1,25a 100% Poids Poids en gr. en % 1414 70.7 586 29.3 2000 100

total

La forme des granulats granulats roulés forme sphériques aplatis / allongés cubiques aplatis / allongés
La forme des granulats
granulats roulés
forme
sphériques
aplatis / allongés
cubiques
aplatis / allongés
angularité
arrondis
anguleux
état de
lisses
rugueux
surface
besoin
croissant
en eau
ouvrabilité
aptitude au
décroissant
compactage

Granulats - exigences (1)

Les granulats doivent:

1) être stables et durables:

! résistants à des cycles gel-dégel ! résistants à des cycles mouillage-séchage ! résistants à des cycles de température ! résistants à l ! abrasion ! résistants aux réactions chimiques

Ils doivent donc être compacts et non réactifs

" stabilité du béton

2) posséder résistance et dureté:

" résistance du béton

2 niveaux de microstructure

pâte de ciment Au départ squelette ~60-70% vol. granulaire Grains de ciment ~30-50% vol. colle
pâte de ciment
Au départ
squelette
~60-70% vol.
granulaire
Grains de ciment ~30-50% vol.
colle
~40-30% vol.
L'eau
~70-50% vol.
pâte de ciment

La pâte de ciment doit remplir les espaces entre les granulats

Granulats

~70%

(60-80)

Pâte du

ciment

~ 30%

les granulats Granulats ~70% (60-80) Pâte du ciment ~ 30% eau ciment Quand le e/c $

eau

ciment

Quand le e/c $ , il faut augmenter

« le dosage en ciment » pour garder

le même volume de pâte

qui donne la fluidité du béton%

Normalement les formulations de béton

sont exprimées en poids pour faire 1m 3

Granulats - exigences (2)

Les granulats doivent:

3) être propres:

! pas d! argiles (instables cycles mouillage-séchage) ! pas d! impuretés

" adhérence granulats / pâte

4) donner un mélange compact:

! forme correcte ! bonne granulométrie ! teneur en éléments fins limitée

" réduction du volume de ciment

résistance

~90 MPa

~40 MPa

~10 MPa

La résistance mécanique et la plupart des autres propriétés sont gouvernées (en 1er dégré) par
La résistance mécanique et la
plupart des autres propriétés
sont gouvernées (en 1er dégré) par
la quantité d! eau ajoutée
béton
haute
résistance
béton
normal
“mauvais”
béton
0.3
0.5
1

eau/ciment

Exemple de formulations « modèles »

Exemple de formulations « modèles »
Exemple de formulations « modèles »
Exemple de formulations « modèles »
Exemple de formulations « modèles »
Exemple de formulations « modèles »
 
             

paste

vol

ci ment

e /c

Eau

sable coarse agg

total

fract

wt

vol

 

wt

vol

wt

vol

wt

vol

wt

vol

 
Bas de
Bas de
gamme standard
gamme
standard

250

80.6

0.7

175

175

700

269

1155

444

2280

969

0.26

310

100

0.6

186

186

700

269

1155

444

2351

999

0.29

bonne qualité
bonne
qualité

350

113

0.5

175

175

700

269

1155

444

2380

1001

0.29

haute résistance
haute
résistance

400

129

0.4

160

160

700

269

1155

444

2415

1002

0.29

très haute résistance
très haute
résistance

465

150

0.3

140

140

700

269

1155

444

2460

1003

0.29

Ouvrabilité

Capacité à remplir les formes

à se compacter

fluidité

!

La présence des granulats empêche l’utilisation de la plupart des équipements conçus pour caractériser la rhéologie des autres fluides

! Besoin de tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers

tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers À éviter pour un bon béton: Ressuage
tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers À éviter pour un bon béton: Ressuage
tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers À éviter pour un bon béton: Ressuage
tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers À éviter pour un bon béton: Ressuage
tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers À éviter pour un bon béton: Ressuage
tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers À éviter pour un bon béton: Ressuage
tests robustes qui peuvent être utilisés sur les chantiers À éviter pour un bon béton: Ressuage
À éviter pour un bon béton: Ressuage - (bleeding) Emergence d’un couche d’eau en surface
À éviter pour un bon béton:
Ressuage - (bleeding)
Emergence
d’un couche
d’eau en
surface

Slump test

10 cm 30 cm 20 cm
10
cm
30
cm
20
cm
s
s

What is wrong with this picture!

What is wrong with this picture!
À éviter pour un bon béton: Ressuage - (bleeding) Emergence d’un couche d’eau en surface
À éviter pour un bon béton:
Ressuage - (bleeding)
Emergence
d’un couche
d’eau en
surface
aussi
microressuage

bleeding

bleeding
bleeding

! Le ressuage et la ségrégation peuvent être évités avec une bonne formulation du béton:

! bonne granulométrie du squelette granulats

! bon dosage en ciment

! bon rapport e/c

Le test classique:

F Résistance à la pénétration (psi)
F
Résistance à la pénétration (psi)
Aiguille « Vicat » . Final set 4000 . 3000 . . 2000 . .
Aiguille « Vicat »
.
Final set
4000
.
3000
.
.
2000
. .
1000
Initial set
.
0
180
240
300
360
420

Temps (min)

ségrégation
ségrégation
La prise Pâte Solide fluide rigide
La prise
Pâte
Solide
fluide
rigide

La transition n’est pas franche la définition de la prise est un peu arbitraire

La prise

! Avec des méthodes plus précises, il semble que

la prise corresponde au point de formation d’un

squelette solide continu.

Un peu de pratique!

© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog

EPFL Learning Centre

Images Alain Herzog

http://mediatheque.epfl.ch/modules.php? include=view_album.php&file=index&name=galler

y&op=modload&set_albumName=albup82

© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog
© Alain Herzog

Résumé / questions

1. ! Quelle est la différence entre le béton et le mortier?

2. ! Pourquoi met-on des granulats dans le béton?

3. ! Pourquoi utilise-t-on des granulats de tailles différentes?

4. ! Pourquoi utilise-t-on des mélanges continus des granulats?

5. ! Comment calcule-t-on les proportions de sable, fins et gros granulats pour avoir un mélange compact?

6. ! Quelle est l! importance du rapport eau / ciment?

7. ! Quel processus amène le durcissement du béton?

8. ! Qu! est-ce que la prise? Comment la mesurer?

9. ! Si le rapport e/c diminue, comment faut-il changer le dosage en ciment?

10.

11. ! Quel est le moyen le plus utilisé pour compacter le béton?

Quels

!

paramètres de formulation influence le «slump» du béton?