Vous êtes sur la page 1sur 4
21
21

Juin 2006

21 Juin 2006 Fédération des Centres de Gestion Agréés • Banque Populaire 1 er trimestre 2006

Fédération des Centres de Gestion Agréés • Banque Populaire

des Centres de Gestion Agréés • Banque Populaire 1 er trimestre 2006 E TUDE RÉALISÉE AUPRÈS
1 er trimestre 2006
1 er trimestre 2006

E TUDE

RÉALISÉE

AUPRÈS

DES

PETITES

ENTREPRISES

ADHÉRENTES

DES

C ENTRES

DE

G ESTION

A GRÉÉS ,

MEMBRES

DE

LA

FCGA

2006 : un démarrage en douceur Après une légère hausse de 0,4 % au dernier
2006 : un démarrage en douceur
Après une légère hausse de 0,4 % au
dernier trimestre 2005, les dépenses
de consommation en produits
manufacturés augmentent de
1,6%1,6%
1,1
% au 1 er trimestre 2006.
Au cours des deux premiers
mois de l’année, elles
avaient lentement
progressé (+ 0,4 % en
janvier et + 1,4 % en
février) avant de
rechuter en mars (- 0,6 %).
Globalement, ce premier
bilan trimestriel est assez
1 er trimestre 2006/ 1 er trimestre 2005
1,71,7%%
avril 2005 - mars 2006 / avril 2004 - mars 2005
satisfaisant pour les TPE.
Au 1 er trimestre 2006, l'indice TPE affiche un
résultat plutôt réconfortant : + 1,6 %. L’indice annuel exprime également
une tendance favorable : + 1,7 % (contre + 1,3 % en 2005). ➝ P.2
É
v
o
l
u
ti
o
n
* Source : Insee
d
e
s
c
h
i
f
f
r
e
s
d
'
a
f
f
a
i
r
e
s
s c h i f f r e s d ' a f f a i
s c h i f f r e s d ' a f f a i

La confiance de retour

La tendance observée au 2 ème semestre 2005 s’inverse. La proportion de chefs d’entreprise prévoyant une hausse de leur chiffre d’affaires augmente, tandis que celle des entrepreneurs qui s’attendent à une baisse d’activité diminue. Cette perspective impacte directement les intentions d’embauche et d’investissement : 12,5 % des entrepreneurs interrogés envisagent de recruter du personnel et 23,7 % d’investir dans leur entreprise. La pénurie de main d’œuvre qualifiée persiste :

14,6 % des entreprises ne trouvent pas de personnel qualifié (contre 11 % au 2 ème semestre 2005). P.3

17,1% DE CHEFS DENTREPRISE OPTIMISTES

23,7% DINTENTIONS DINVESTISSEMENT

12,5% DE PROJETS DE RECRUTEMENT

Ça redémarre dans l’automobile ! L'année 2005 a été morose pour l'automobile. Après trois mauvais
Ça redémarre dans l’automobile !
L'année 2005 a été morose pour l'automobile. Après trois mauvais trimestres (- 2,2 % aux
premier et troisième trimestres et - 0,8 % au quatrième) pour un seul résultat en hausse
(+ 2 % au second trimestre), le bilan annuel du secteur ne s’améliore pas (- 0,6 %).
2006 commence toutefois sous de bien meilleurs auspices avec une croissance de 4,7 % au
premier trimestre. Après avoir enregistré un recul de 0,9 % sur l'ensemble de l'année 2005,
l’activité “vente et réparation” (la plus fragile de la profession) renoue avec la croissance
(+ 5,2 %). De son côté, la carrosserie accroît sa progression : après un résultat de + 3,7 %
à la fin de l'année 2005, elle réalise une nouvelle hausse de 2 % au 1 er trimestre 2006.
un résultat de + 3,7 % à la fin de l'année 2005, elle réalise une nouvelle
un résultat de + 3,7 % à la fin de l'année 2005, elle réalise une nouvelle
un résultat de + 3,7 % à la fin de l'année 2005, elle réalise une nouvelle
un résultat de + 3,7 % à la fin de l'année 2005, elle réalise une nouvelle
T T aux aux d’accroissement d’accroissement du du chiffre chiffre d’affaires d’affaires Automobile - moto
T T aux aux d’accroissement d’accroissement du du chiffre chiffre d’affaires d’affaires Automobile - moto

TTauxaux d’accroissementd’accroissement dudu chiffrechiffre d’affairesd’affaires

Automobile - moto dont :

Carrosserie automobile Auto, vente et réparation

Café - Hôtellerie - Restauration dont :

Hôtel - Restaurant Restauration Café

Bâtiment dont :

Couverture Maçonnerie Electricité Plomberie-Chauffage-Sanitaire Plâtrerie-Staff-Décoration Menuiserie Carrelage - faïence Peinture bâtiment Terrassements-Travaux publics

Beauté - Esthétique dont :

Parfumerie

Coiffure

Esthétique

Commerce de détail alimentaire dont :

Charcuterie Boulangerie - Pâtisserie Pâtisserie Alimentation générale Fruits et Légumes Boucherie - Charcuterie Poissonnerie - Primeurs Crémerie

Culture & loisirs dont :

Librairie - papeterie - presse Articles de sport, pêche et chasse Tabac - journaux - jeux Studio photographique

Equipement de la maison dont :

Electroménager - TV - HIFI Magasins de bricolage Fleuriste Vaisselle - verrerie - faïence, Meuble

Equipement de la personne dont :

Mercerie - Lingerie - Laine Vêtements enfants Prêt-à-porter Chaussures Horlogerie - Bijouterie

Santé dont :

Pharmacie Optique - lunetterie Prothésiste dentaire

Services dont :

Laverie pressing Entreprise de nettoyage Agences immobilières

Transports dont :

Taxis - Ambulances Transport de marchandises

2

1 er trimestre 2006/ 1 er trimestre 2005

4,7%4,7%

 

2,0%

5,2%

-1,1%-1,1%

-2,5%

-0,6%

 

-2,5%

5,6%5,6%

21,2%

 

2,2%

 

6,0%

6,9%

 

-2,3%

 

2,7%

 

-13,4%

 

9,0%

 

35,8%

0,6%0,6%

 

1,9%

0,2%

 

5,3%

 

-3,4%

-2,7%-2,7%

-3,7%

-17,2%

-2,6%

-0,6%

-

0,5%

-3,8%

-3,8%

3,0%3,0%

 

7,7%

-3,5%

 

8,3%

 

-

5,8%

 

4,7%

-1,5%-1,5%

20,0%

-

6,0%

-10,2%

-3,6%

-2,5%-2,5%

- 0,1%

- 6,0%

 

- 2,2%

- 7,5%

 

1,1%

4,3%4,3%

 

4,3%

4,1%

 

2,2%

-1-1,0%,0%

 

1,5%

9,7%

 

-14,6%

 

7,5%

9,6%9,6%

10,3%

derniers mois 2006/ derniers mois 2005

12

12

1,3%1,3%

2,7%

1,4%

0,4%0,4%

0,3%

0,5%

 

0,2%

6,1%6,1%

14,5%

1,6%

 

8,8%

7,7%

5,3%

8,2%

7,6%

1,0%

20,3%

-2,4%

-0,3%

3,9%

-1,3%

-1,2%

-8,5%

-2,1%

- 0,9%

-0,3%

-2,4%

-0,4%

0,7%0,7%

-0,1%

-1,2%

 

3,3%

-3,4%

1,5%

7,5%

-3,0%

-11,2%

-3,5%

-1,8%

-5,2%

-0,6%

-0,1%

-1,0%

4,8%4,8%

4,8%

2,9%

 

1,5%

0,3%

3,7%

-8,5%

8,6%

6,7%6,7%

6,0%

-1,5%-1,5%

-0,2%-0,2%

-1,4%-1,4%

-0,8%-0,8%

-1,5%-1,5%

-1,5% -1,5% -0,2% -0,2% -1,4% -1,4% -0,8% -0,8% -1,5% -1,5% Les transports en tête de peloton

Les transports

en tête de peloton

Plus de la moitié des secteurs étudiés connaissent une évolution positive de leur chiffre d'affaires au 1 er trimestre 2006. En tête du palmarès, le secteur des transports enregistre une augmentation de 9,6 %, après un honorable bilan de + 3,1 % en 2005. Le transport de marchandises (+ 10,3 %), ainsi que les taxis et ambulances (+ 7,5 %) réalisent notamment d'excellentes performances. Le bâtiment se maintient à un bon niveau avec 5,6 % de croissance. Bonnes performances également pour l’automobile et la santé, avec respectivement + 4,7 % et + 4,3 %. Après un an de baisse, le secteur culture et loisirs repart à la hausse (+ 3 %) grâce notamment aux résultats des tabacs-journaux-jeux (+ 8,3 %) et de la librairie-papeterie-presse (+ 7,7 %). Ce revirement de tendance permet au secteur d'afficher une hausse de 0,7 % sur les 12 derniers mois (contre - 0,5 % fin 2005). Dernier secteur en forme : la beauté-esthétique. L’activité affiche une hausse de 0,6 %, après un bilan 2005 à - 0,5 %. L'esthétique joue un rôle majeur dans ce regain d'activité avec une croissance de 5,3 %. Sur les 12 derniers mois, le résultat cumulé est tout de même négatif (- 0,2 %) pour l’ensemble du secteur. Certaines professions, pourtant membres de

familles professionnelles en perte de vitesse, tirent

bien leur épingle du jeu: + 20 % pour les magasins de bricolage, + 4,7 % pour l'électroménager-TV- Hifi et + 9,7 % pour les entreprises de nettoyage.

Hifi et + 9,7 % pour les entreprises de nettoyage. Les commerces alimentaires au régime sec
Hifi et + 9,7 % pour les entreprises de nettoyage. Les commerces alimentaires au régime sec

Les commerces alimentaires au régime secHifi et + 9,7 % pour les entreprises de nettoyage. Cinq secteurs sont orientés à la

Cinq secteurs sont orientés à la baisse ce trimestre. Le commerce de détail alimentaire est le plus touché.

Il affiche un nouveau fléchissement en ce début 2006

(- 2,7 %). Toutes les professions de ce secteur connaissent

une baisse de leur activité. Le décalage des fêtes de

Pâques par rapport à l’année 2005 peut expliquer le net recul enregistré par la pâtisserie (- 17,2 %). L'équipement de la personne subit une nouvelle baisse (- 2,5 %). Dans ce secteur, les professionnels de la chaussure sont les plus touchés avec un recul de 7,5 %, suivis par les commerces de vêtements pour enfants (- 6 %). L'équipement de la maison est toujours en baisse (- 1,5 %), notamment à cause des magasins de vaisselle-verrerie-faïence, toujours les plus fragiles (- 10,2 % pour le premier trimestre 2006). Enfin, l’activité des secteurs cafés-hôtels-restaurants (CHR) et services divers régressent (respectivement - 1,1 % et - 1 %).

Un regain d’optimisme ? 1 er semestre 2005 ( en % ) 2 ème semestre
Un regain d’optimisme ? 1 er semestre 2005 ( en % ) 2 ème semestre
Un regain d’optimisme ? 1 er semestre 2005 ( en % ) 2 ème semestre
Un regain d’optimisme ? 1 er semestre 2005 ( en % ) 2 ème semestre
Un regain d’optimisme ?
1 er semestre 2005
( en % )
2 ème semestre 2005
1 er semestre 2006
80
60
53,9 56,8 55,8
40
21,6
19,1
20,5
17,1
19,6
20
15,6
6,6
7,5
6,0
0
Optimistes
Indécis
Pessimistes
NSP
Position des chefs d’entreprise sur l’évolution de leur CA
En ce début d'année, les chefs d'entreprises sont 17,1 % à compter sur
une hausse de leur activité dans les six prochains mois. Cet optimisme
affiché est en hausse par rapport au second semestre 2005 (15,6 %
des chefs d'entreprise interrogés), mais en baisse par rapport au
début de l'année 2005 (19,1 %). La proportion d'entrepreneurs qui
prévoient une baisse de leur activité est en léger recul par rapport à
2005 : ils étaient 19,6 % au premier semestre 2006 contre respecti-
vement 20,5 % et 21,6 % aux premier et second semestres 2005.
Le secteur le plus optimiste est celui des services, suivi de la beauté-
esthétique. Les professionnels du bâtiment et ceux de la santé
suivent, à parts égales. Les professionnels les plus pessimistes quant
à l'évolution de leur chiffre d'affaires sont ceux des secteurs équipe-
ment de la personne, culture et loisirs et équipement de la maison.

Des projets d'investissement constants

Parmi les entrepreneurs interrogés, 23,7 % projettent d'investir dans les six prochains mois. Ce sont
Parmi les entrepreneurs interrogés, 23,7 % projettent d'investir dans les
six prochains mois. Ce sont les professionnels du secteur CHR et de l'automo-
bile qui sont les plus dynamiques dans ce domaine. Les commerces spécialisés
dans l’équipement de la maison et de la personne sont les moins décidés.
Automobile
27,5%
Café Hôtel
28,1%
Restaurant
Bâtiment
23,0%
Beauté
23,0%
Esthétique
Culture et
18,9%
loisirs
Commerce
21,0%
alimentaire
Equipement
de la maison
15,7%
Equipement
de la personne
14,5%
22,9%
Santé
26,0%
Services
Transports
22,9%
0%
10%
20%
30%
40%

Projet d’investissement par secteur

0% 10% 20% 30% 40% Projet d’investissement par secteur Le poste matériel-mobilier-informatique représente 50,2 %
0% 10% 20% 30% 40% Projet d’investissement par secteur Le poste matériel-mobilier-informatique représente 50,2 %

Le poste matériel-mobilier-informatique représente 50,2 % des prévisions d'investissement. Vient ensuite l’aménagement-rénovation, évoqué par 43,8 % des chefs d'entreprise interrogés.

Matériel, 50,2 % mobilier, informatique Aménagement, 43,8 % rénovation Autres 14,2 % Construction 12,3 %
Matériel,
50,2 %
mobilier,
informatique
Aménagement,
43,8 %
rénovation
Autres
14,2 %
Construction
12,3 %

Nature des projets d'investissement des chefs d'entreprise

Les TPE et le CNE

En mars 2006, 60,9 % des entrepreneurs interrogés connaissent le contrat nouvelle embauche (CNE), contre
En mars 2006, 60,9 % des entrepreneurs interrogés connaissent le contrat
nouvelle embauche (CNE), contre 56,5 % au second semestre 2005.
Automobile
51,0%
Café Hôtel
61,2%
Restaurant
59,5%
Bâtiment
Beauté
67,4%
Esthétique
Culture et
62,2%
loisirs
Commerce
61,1%
alimentaire
Equipement
de la maison
61,7%
Equipement
de la personne
59,2%
65,7%
Santé
64,4%
Services
Transports
49,4%
0%
20%
40%
60%
80%

Connaissance du CNE par secteur d'activité

L’emploi dans les TPE

14,6 % des entrepreneurs interrogés sont à la recherche de personnel qualifié et ne le trouvent pas sur le marché du travail. En moyenne, 1,2 poste par entreprise reste insatisfait. Entre septembre 2005 et mars 2006, le nombre moyen d'employés au sein des TPE interrogées est passé de 2,51 à 2,55. En mars 2006, une TPE est composée de 78,4 % de CDI, 11,6 % d'apprentis, 4,6 % de CDD, 3,2 % de CNE, 1,5 % de saisonniers et 0,6 % d'intérimaires. Les intentions d'embauche pour les six prochains mois progressent : les chefs d'entreprise étaient 10,1 % à souhaiter embaucher en septembre 2005. Ils sont 12,5 % ce premier semestre. En moyenne, 1,4 poste serait pourvu dans les 6 prochains mois. Parmi ces embauches, on trouve 32,7 % de CDI, 19,6 % de saisonniers, 17,4 % de CNE, 16,8 % d'apprentis, 12,5 % de CDD et 0,9 % d'intérimaires. Les secteurs qui recrutent le plus sont le bâtiment et les cafés-hôtels-restaurants (CHR). Enfin 1,2 % des entrepreneurs comptent supprimer des postes (en moyenne 1,1).

>

> Gérard Larcher : Ministre délégué à l’emploi, au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes.
> Gérard Larcher : Ministre délégué à l’emploi, au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes.
> Gérard Larcher : Ministre délégué à l’emploi, au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes.

Gérard Larcher : Ministre délégué à l’emploi, au travail et à l’insertion professionnelle des jeunes.

L’Observatoire de la Petite Entreprise (OPE) : Quelle est votre appréciation de la situation du marché du travail ?

OPE : Après quelques mois de mise en place, le CNE apparaît comme une réponse aux attentes des très petites entreprises ; voyez-vous des éléments permettant de montrer l'impact de ce dispositif sur la baisse du chômage ?

G.L. : Avec une progression annuelle de 2 %, la croissance s’accélère. Votre dernier baro- mètre le confirme. L’environnement écono- mique plus porteur suscite de nouvelles décisions d’embauche et d’investissement. Je constate que c’est particulièrement le cas des secteurs du bâtiment et des transports dont l’activité est en forte hausse. Ce sont autant de bons signes pour les prochains mois. Mais la croissance ne suffit pas. Pour améliorer ces résultats, nous allons renforcer la mobilisation qui a été la notre depuis deux ans autour de trois grands axes. Tout d’abord, accompagnement renforcé des demandeurs d’emploi qui s’inscrit dans une logique renouvelée de droits et devoirs. Dorénavant les demandeurs d’emploi seront reçus chaque mois par leur conseiller ANPE. Ensuite, engage- ment massif envers l’insertion professionnelle des jeunes par l’apprentissage et les formations

en alternance. Grâce aux mesures de moderni- sation et de revalorisation de l’apprentissage, de plus en plus de jeunes s’engagent dans cette voie d’excellence. Je souhaite que l’élan pris l’an passé se poursuive à l’occasion de la rentrée 2006. Le contrat de professionnalisa- tion connaît quant à lui un formidable essor, notamment dans les petites entreprises. Près de 140 000 de ces contrats ont d’ores et déjà été conclus. Par ailleurs, la loi sur l’accès des jeunes à la vie active en entreprise a renforcé le Contrat jeune en entreprise désormais ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, de niveau inférieur au BAC, inscrits au chômage depuis plus de six mois ou bien suivi par une mission locale. Toutes les entreprises, notam- ment les TPE, peuvent s’en saisir. Enfin, mobi- lisation pour faciliter l’embauche dans les petites entreprises avec le Contrat nouvelles embauches. Le CNE connaît un franc succès avec près de 500 000 embauches conclues aujourd’hui. Environ 30 % d’entre elles n’auraient pas eu lieu sans ce nouveau contrat. Ces chiffres montrent que le CNE cor- respond à un véritable besoin et qu’il a permis de susciter un volume significatif de recrute- ments dans les toutes petites entreprises.

Gérard Larcher : Le chômage baisse depuis mars 2005 avec près de 210 000 demandeurs d’emploi en moins depuis un an, soit 20 000 par mois. Le taux de chômage de 9,3 % au mois d’avril reflète cette baisse. Nous sommes sur la bonne voie. Je me réjouis aussi de constater que cette amélioration profite à toutes les catégories, et plus parti- culièrement aux moins de vingt cinq ans. Le nombre de jeunes au chômage a baissé de 10,4 % en un an. La mobilisation du Ministère commence à porter ses fruits. Le nombre de personnes en emploi n’a jamais été aussi élevé qu’aujourd’hui. Selon les statistiques de l’ACOSS, l’emploi salarié a progressé de 140 000 l’an passé. Ces mêmes statistiques montrent d’ailleurs que les toutes petites entreprises ont largement contribué à ce résultat en créant à elles seules 212 000 emplois l’an dernier.

MéthodologieMéthodologie

212 000 emplois l’an dernier. Méthodologie Méthodologie P P artenariat artenariat Tous les mois, près de

PPartenariatartenariat

Tous les mois, près de 70 Centres de Gestion Agréés (CGA), répartis sur l’ensemble du territoire national, transmettent les chiffres d’affaires, rendus anonymes, de leurs adhérents à la Fédération. Les indices d’activité sont calculés chaque trimestre, à partir des chiffres d’affaires d’un échantillon constant de 20 000 petites entreprises de l’artisanat, du commerce

et des services. L’évolution des activités est pondérée par le nombre d’entreprises recensées par l’Insee dans chaque secteur considéré. Un questionnaire est parallèlement adressé chaque semestre à près de 2 000 petites entreprises représentatives, permettant d’établir deux fois par an le Baromètre du moral des dirigeants et de leurs intentions d’investissement et de recrutement.

La Fédération des Centres de Gestion Agréés (FCGA), créée en 1978, regroupe 114 Centres de Gestion Agréés (CGA) répartis sur tout le territoire national. Au total, 400 000 petites entreprises sont adhérentes à l’un de ces Centres. Le Groupe Banque Populaire, fondé il y a plus d’un siècle par et pour des entrepreneurs, est la banque de référence de la petite entreprise, avec un artisan sur trois, un commerçant sur quatre aujourd’hui clients des Banques Populaires et 570 000 clients professionnels. La FCGA et le Groupe Banque Populaire s’associent pour publier chaque trimestre l’évolution des chiffres d’affaires des principaux métiers de l’artisanat, du commerce et des services. Les chiffres publiés proviennent de l’exploitation, par la FCGA, de données communiquées volontairement par les adhérents des CGA répartis sur l’ensemble du territoire. L’Observatoire de la Petite Entreprise FCGA-Banque Populaire est réalisé avec la participation de la Direction du Commerce, de l’Artisanat, des Services et des Professions Libérales (DCASPL).

Pour toute demande d'information sur les indicateurs,contactez à la FCGA : Valérie JOUBEAUX tél. : 01.42.67.80.62 - E-mail : vjoubeaux@fcga.fr

Co-éditeurs : FCGA - 2, rue Meissonier 75017 PARIS - www.fcga.fr et Banque Fédérale des Banques Populaires - Le Ponant de Paris - 5, rue Leblanc 75015 PARIS - www.banquepopulaire.fr

Directeur de la publication : Philippe PAILLET Directeur de rédaction : Christian LE SEAC'H Rédaction : Valérie JOUBEAUX et Marie-Line VINCENT Conception: OCREAcommunication Infographie : VE design

Impression : Vincent Imprimeries Crédit photos : Photothèque FCGA / DR Tirage 29 414 exemplaires Périodicité trimestrielle Cible : acteurs économiques, organisations professionnelles et consulaires, collectivités territoriales, presse professionnelle, économique et financière, nationale et régionale N° ISSN : 1632.1014