Vous êtes sur la page 1sur 4

FICHE pour suivre la lecture et faire le commentaire de NOM D’UN CHIEN. RENCONTRE AVEC L’AUTEUR : vendredi 8 Avril 2016

FICHE pour suivre la lecture et faire le commentaire de NOM D’UN CHIEN. RENCONTRE AVEC L’AUTEUR

Ø Auteur : Abdellah Baida est un essayiste, nouvelliste et romancier marocain. Il a publié en 2007 Les voix de Khair-Eddine aux éditions Bouregreg. Il a dirigé l’ouvrage Mohamed Leftah ou le bonheur des mots, paru en 2009 aux éditions Tarik. En 2011, paraît Au fil des livres, recueil de chroniques littéraires, Le dernier salto, Marsam en 2014, a reçu le prix Grand Atlas dans les catégories «Culture thèque» et «Étudiants », PRÉSENTÉ À L’ÉCOLE EN MAI, 2014 ; En 2012, Abdellah Baïda s’est vu décorer des insignes de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres de France, après avoir été décoré en 2007 des Palmes Académiques. Abdellah Baïda est agrégé de littérature française ,il enseigne à l’Université Mohammed V de Rabat.

Ø À propos du titre :

Nom d’un chien \nɔ ̃d œ ̃ʃ j ɛ ̃\

1. (Par euphémisme) Nom de Dieu.

§ Nom d’un chien ! marmonna-t-il. – Je n’ai aucune sympathie pour les cadavres… J’aimerais mieux, ma foi, que l’individu fût vivant. — (H. G. WELLS, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. DAVRAY et B. KOZAKIEWICZ, Mercure de France, Paris, 1910, p. 331 de l’éd. de 1921)

Ø Sur l’histoire :

Ce serait en faisant la queue devant un fonctionnaire de l’Etat français, venu au Maroc au cours des années 1910 pour « civiliser les populations indigènes », que le grand-père de Driss s’était disputé avec quelqu’un et que les noms de famille retenus par l’Administration coloniale avaient été les insultes échangés entre les deux hommes.

Ø DES SUJETS À DÉBATTRE, À DÉVELOPPER, À EN DISCUTER o L’auteur nous amène avec humour, désinvolture et profondeur à travers des situations imprévisibles qui vivra le protagoniste : Driss Ibn Kalb dans trois pays différents , un périple en trois tableaux appartenant à ces trois pays : Le Maroc : Rabat/ La France : Paris/ L’Espagne : Madrid

o

L’auteur part d’un sujet apparemment banal : le problème de s’appeler Ibn Kalb. Combien de gens ne sont-ils pas satisfaits de leur prénoms?

o

LA PERSONNALITÉ du protagoniste : DRISSS : beau/

cachottier

un héros de nos jours qui essaye de s’en sortir

d’une société et d’une culture qui imposent des règles pas

logiques et qui empêchent de vivre en paix…

o

LES souffrances des appellations identitaires. l’origine d’un

patronyme,

o

L’UNIVERS kafkaïen des administrations s’imprègne d’un fondamentalisme religieux réactionnaire, omniprésent dans la société où évolue Driss. Quoi qu’il en soit, ce dernier veut aller jusqu’au bout de la démarche afin que son fils naisse avec un autre nom de famille

o

LE MANQUE de liberté des femmes et des êtres humains dans certains pays devenue absurdement douloureuse quand on est en contact avec d'autres gens appartenant à d'autres cultures.

o

LES ÉMOTIONS nous permettent de nous approcher des autres . Les sociétés qui se laissent aller, qui expriment leurs peurs, qui croient à la liberté et à l'amour symbolisés dans ce livre par des hommes et des chiens en train de se promener ensemble sont des sociétés qui justifient l'aventure de la vie.

o

À PROPOS DU VOCABULAIRE :, beau et précis qui nous permet d’apprendre des structures indispensables pour « savoir écrire » et pour savourer un très beau style en français.

A VOUS :

v

QUELS SONT VOS PASSAGES PRÉFÉRÉS, VOS DÉCOUVERTES FAITES À TRAVERS CETTE LECTURE, VOS appréciations à faire à l’Auteur… ?

v

QUEL EST L’HORIZON DE CETTE LECTURE ?

Ø FAISONS UN PETIT PARCOURS PAR LES SCÈNES PICTURALES DU LIVRE

Charles André van Loo, dit Carle van Loo, né à Nice le15 février 1705, et mort à Paris le 15 juillet 1765, est un peintre français.

Il est le fils du peintre Louis-Abraham van Loo et le frère, de beaucoup le cadet, du peintre Jean-Baptiste van Loo (1684-1745). Il connut une carrière brillante et devint immensément célèbre, et il est le plus connu des membres de la dynastie des Van Loo, établie en France auXVII e siècle.

À SES PIEDS L’ÉPAGNEUL CONTINENTAL (Nom d’un chien, pag. 110)

PIEDS L’ÉPAGNEUL CONTINENTAL (Nom d’un chien, pag. 110) Comentario TIZIANO Clarissa Strozzi era hija de Roberto
PIEDS L’ÉPAGNEUL CONTINENTAL (Nom d’un chien, pag. 110) Comentario TIZIANO Clarissa Strozzi era hija de Roberto

Comentario TIZIANO Clarissa Strozzi era hija de Roberto Strozzi y Maddalena dei Medici. La familia vivió exiliada en Venecia entre 1540 y 1542, realizando Tiziano este último año el magnífico retrato que contemplamos. Resulta curioso que en ese mismo año el maestro veneciano realizara dos excelentes retratos infantiles -véase el de Ranuccio Farnese-.La pequeña aparece ataviada con sus mejores galas, vistiendo un elegante traje de color blanco -como si de una persona mayor se tratara-, adornado con un elegante cinturón dorado, un collar y una pulsera de perlas. Juega con un perrito, situado ante una ventana que permite contemplar un amplio paisaje, siguiendo el estilo de sus primeros trabajos en los que continuaba las fórmulas empleadas en el arte del norte de Europa y asimiladas a través de Giorgione. En el mueble sobre el que se coloca el perrito podemos apreciar un relieve en el que dos angelillos se pelean, recuerdo del arte clásico que tanto admiraba el maestro.No es habitual en Tiziano los retratos de cuerpo entero, justificado en este caso al tratarse de una niña. La delicadeza del rostro, tratado con simpatía, llama nuestra atención, destacando los ojos y los sonrosados mofletes. A pesar del detallismo que se manifiesta en la calidad de las telas o los cabellos, podemos apreciar una mayor soltura a la hora de aplicar el color, anticipando el "impresionismo mágico", estilo que define su última etapa.

PORTRAIT OF A BULLDOG - JEAN LOUIS THÉODORE GÉRICAULT

mágico", estilo que define su última etapa. PORTRAIT OF A BULLDO G - JEAN L OUIS