Vous êtes sur la page 1sur 1

n° 8

Novembre 2009
pratiques.sociales@wanadoo.fr
www.pratiques-sociales.org

Il était une fois XVèmes Journées d’Etude 2009


l’Identité Nationale. . . « Faire famille aujourd’hui »
Les 16-17-18 novembre, la question de la famille a été au
centre des interrogations, supputations et aussi des avancées théoriques et stratégiques de
ces XVe JOURNÉES D’ETUDE.
Pourquoi pareille question vient-elle sur le devant de la
Un intérêt certain pour le thème … 61 participants (intervenants sociaux, psychologues,
scène, aujourd’hui, maintenant ? formateurs, étudiants, directeurs et chefs de services, dont des éducateurs suisses et un
Et pourquoi suscite-elle des positionnements aussi chercheur en travail social québécois), se sont retrouvés à PARIS.
Une cinquantaine de personnes n’ont pu participer par manque de place.
bruyants que guère étayés ?
Il est possible qu’une deuxième session de ces mêmes JOURNÉES ait lieu en mars 2010.
Parce qu’il s’agit d’une question particulièrement utile.
Une grande richesse dans les interventions … les prestations d’Irène Théry, Serge Portelli,
Elle aide à contourner le fond de l’air de cet automne Jean-Marie Bonneymayre, Anne Cadoret, Arnaud Frauenfelder, Sylviane Giampino et Saül Karsz
européen, soit une forte tendance à la mélancolie résignée ont su interpeller l’auditoire. Les commentaires de Xavier Bouchereau, Gilles Cervera et Nicole
et au repli subjectif. Maestracchi ont bien suggéré des pistes à explorer.

Elle voudrait souligner qu’il y a bien de raisons pour vivre Des modalités de travail variées … interventions et débats en plénière ainsi que des ateliers
(groupes réduits) ont été les piliers de cette opportunité donnée à chacun de revisiter ses
ensemble, une des conditions étant le refus de l’autre. pratiques à la lumière des thèses déployées.
Elle met l’accent sur la survie (de l’espèce, de la nation, Penser la question et soutenir les pratiques, tel fut le pari – réussi - de ces JOURNÉES.
de la race, de la nature) et fait croire que la vie quotidienne
va de soi, rien ne pouvant ou ne devant la modifier.
Cette fonction idéologique est redoublée par la logique de
Pratiques Sociales, LE RÉSEAU
Samedi 30 janvier 2010 en matinée, aura lieu à Paris-Bastille l’Assemblée générale extraordinaire
l’inconscient. de notre Association. Thème principal : la transformation de PRATIQUES SOCIALES en RÉSEAU.
L’identité, en effet, est une construction imaginaire, sa Il s’agit d’établir des liens de collaboration réguliers avec des organismes, groupes et
consistance est celle d’une fable qui promet la dissolution publications intervenant dans le champ social, médico-social, de soins, de la formation...
Mutualiser les ressources informatives, prendre des positions communes à propos de sujets
des divergences et des clivages entre les individus et au d’actualité, développer des activités de formation conjointes, participer aux actions proposées
sein de chacun, la sublimation des oppositions entre les par les différents membres du RÉSEAU.
groupes, les classes sociales, les institutions. Ceux-ci gardent, bien entendu, une autonomie complète d’adhésion, de gestion et éventuellement
de retrait du RÉSEAU. Pour d’autres renseignements, pour participer à cet événement :
Certains la recherchent avec opiniâtreté, tel un objet écrire ou téléphoner à PRATIQUES SOCIALES.
oublié dans on ne sait pas quel tiroir.
A moins qu’il ne s’agisse d’un coffre-fort ?
L’identité est le rêve de l’Un.
Pas touche à ma convention !
Fiction d’une entité extrahumaine animée par une Mais encore ?
cohésion sans failles. La coordination nationale des collectifs de défense et
Las, c’est précisément ce que le réel ne cesse de démentir. d’amélioration de la convention collective de 1966 se
C’est pourquoi la fable peut, à l’occasion, tourner au mobilise pour que cette dernière ne soit pas modifiée de par
la seule volonté des syndicats employeurs (SNASEA-SOP-FEGAP).
vinaigre, sinon au cauchemar. Cette convention a grandement contribué à définir les postures professionnelles dans le
secteur social et médico-social. Sa défense est aujourd’hui légitime.
Conclusion : la question de l’identité nationale n’en est Ce serait cependant une erreur de s’en tenir à des intérêts purement corporatistes (temps
de travail, congés trimestriels, avancement au mérite).
pas une ; loin de porter une interrogation, elle déroule un En fait, la charge actuelle des syndicats employeurs est d’abord et avant tout idéologique et
test : «sauriez-vous nous dire ce qu’est l’identité c’est aussi sur ce terrain qu’il faut se battre.
nationale ? Cela suppose un travail théorique constant où la question du travail social est sans cesse
réinterrogée afin de parvenir à des définitions aussi pertinentes et aussi efficientes que
Car, attention ! nous, nous le savons déjà !» possible. Car il faut se résoudre à passer de la défense à l’offensive !.

PROPOSITION DE LECTURE
Accueillir les adolescents en grande difficulté, L’Appel des appels :
par Claude BYNAU. pour une insurrection des consciences
Le sous-titre attire le regard… «L’avenir d’une désillusion». “Face à la multiplication de réformes aux conséquences désastreuses
En trois chapitres, l’auteur donne des éclairages intéressants sur, pour une bonne partie de la population, ce livre prône le rassemblement des
non pas tant les adolescents, que sur ceux qui les accompagnent. forces”.
Il essaie de donner une « perspective clinique et pédagogique » où Il exhorte à parler d’une seule voix pour s’opposer à la transformation de
la transdisciplinarité et le réseau sont au centre des questions l’État en entreprise, au saccage des services publics, et à la destruction
soulevées. des valeurs fondatrices de notre République…
Il redonne aussi en fin d’ouvrage une perspective temporelle sur le Parce que l’ouvrage touche de près la thématique des XVIè JOURNÉES

en détail dans un prochain numéro du Pas de Coˆte´.


travail social… D’ETUDE DE PRATIQUES SOCIALES (novembre 2010), nous y reviendrons
BYNAU C. (2007), Accueillir les adolescents en grande
difficulté, l’avenir d’une désillusion (Ramonville, érès) Essai. Editions Mille et une nuits.

Conseil d’administration du Réseau Pratiques Sociales


Saül Karsz, président (tél. : 06 85 10 23 36) - Claudine Hourcadet, secrétaire (tel : 06 45 90 67 61) - Joël Pouliquen, trésorier - Gilles Allières, Jean- Michel Courtois, Ekaterina Despiniadou, Bertrand Martinelli, membres.