Vous êtes sur la page 1sur 13

20/10/2015

Critères français d admission en centre de stockage de classe 1 DIS Intégrité de structure
Critères français d admission en centre de stockage de classe 1
DIS
Intégrité de structure
(Test X 31-212)
R c > 1 MPa et R t > 0,1 MPa
Test de lixiviation
Test de lixiviation
Sur déchet
massif 4 cm
x 8 cm
Seuils
Sur déchet
broyé à 4
Seuils
limites
limites
FS
< 10%
mm
FS
<
10%
I phénols
< 100 mg/kg
I phénols
<
100 mg/kg
NON
NON
DCO
< 2000 mg/kg
DCO
<
2000 mg/kg
Cr VI
< 5 mg/kg
Norme
Cr VI
<
5 mg/kg
Norme
Cr
< 50 mg/kg
XPX 31-
Cr
<
50 mg/kg
PB
< 50 mg/kg
XPX 31-211
PB
<
50 mg/kg
210
A retraiter
Zn
< 250 mg/kg
Zn
<
250 mg/kg
Cd
< 25 mg/kg
(inertage)
Cd
<
25 mg/kg
CN
< 5 mg/kg
CN
<
5 mg/kg
Ni
< 50 mg/kg
Ni
<
50 mg/kg
As
< 10 mg/kg
As
<
10 mg/kg
Hg
< 5 mg/kg
Hg
<
5 mg/kg
Oui
Oui
Classe I
Classe I
Fs
fraction soluble
R
c résistance à la compression
73
R
résistance à la traction
t
I
phénols : indice phénols

Inertage et mise en forme des déchets industriels

La réglementation française concernant les centres de stockage de classe 1, réservés aux déchets industriels dangereux, définit un déchet stabilisé comme un déchet ayant, de par ses caractéristiques intrinsèques ou par un traitement spécifique, un caractère polluant réduit, précisé par des seuils fixés par la réglementation.

Les traitements de stabilisation solidification ont comme objectifs :

ß de réduire la solubilité des polluants contenus initialement dans le déchet ;

ß d améliorer les propriétés physiques

manipulation et/ou le stockage et d en réduire la perméabilité ;

ß de limiter l interface entre le déchet et le milieu extérieur, l eau en particulier, principal vecteur potentiel de pollution vers l environnement.

du déchet, afin d en faciliter la

20/10/2015

Inertage et mise en forme des déchets industriels

Solidification : est la transformation du déchet en un solide compact (structure physique solide massive), sans modification du potentiel dangereux du déchet. Le but est de conférer au déchet une structure physique, durable dans le temps, afin de limiter au maximum au déchet une structure physique, durable dans le temps, afin de limiter au maximum les contacts déchet - milieu d accueil. Un déchet solidifié n'est donc pas forcément un déchet stabilisé. Stabilisation : Au niveau réglementaire, le terme stabilisation désigne l ensemble des techniques et opérations permettant d obtenir un déchet stabilisé. Du point de vue technique, la stabilisation consiste à améliorer la rétention chimique des polluants, afin de limiter leur solubilité et par conséquent leur rejet dans l'environnement (immobilisation chimique des polluants par formation de composés moins solubles). (Définition de l ADEME)

Inertage et mise en forme des déchets industriels

Le terme inertage, terme le plus couramment utilisé, désigne deux fonctions différentes :

la stabilisation, qui se traduit par une fixation chimique des polluants : elle désigne l ensemble des mécanismes permettant de

mettre les polluants contenus dans le résidu sous une forme stable, peu soluble et peu mobilisable par l environnement ; la solidification, qui se traduit par la transformation du résidu

traité (pulvérulent, pâteux, granuleux

et peu perméable, par réaction (ou non) avec un ou plusieurs réactifs intervenant dans le procédé. La solidification, si elle est dissociée

d une stabilisation, peut être considérée comme une encapsulation, qui a pour principal effet de limiter l interface entre le déchet et le milieu extérieur, donc de réduire le passage en solution des polluants, tant que la structure du matériau reste intègre. Elle a en

propriétés physiques et mécaniques

outre pour

en une matrice peu poreuse

)

effet d améliorer les

du déchet, si bien que le déchet traité se présente sous la forme d un solide massif.

20/10/2015

Techniques de stabilisation et/ou de solidification, faisant appel à différents liants ou réactifs, pouvant impliquer des conditions thermiques spécifiques pour leur mise en oeuvre

1. les procédés à haute température : Les techniques de vitrification (1 200 à 1 500 °C), qui reposent sur une fusion du déchet, en présence éventuellement d additifs, et aboutissent à un matériau vitreux et/ou cristallin selon les conditions opératoires (température de refroidissement, composition chimique )

Les déchets sont fondus à haute température (plus de 1 000°C) pour former une matrice vitreuse homogène. Ils sont ensuite conditionnés en lingots ou refroidis par une trempe à l'eau. Objectif : fixer la totalité des métaux dans la matrice ou les volatiliser pour les récupérer et obtenir un vitrifiat moins polluant. De nombreux procédés de chauffage ont été expérimentés au premier rang

desquels la torche à plasma, l'électrobrûleur et le four à arc. La vitrification a cependant un coût énergétique élevé.

Techniques de stabilisation et/ou de solidification, faisant appel à différents liants ou réactifs, pouvant impliquer des conditions thermiques spécifiques pour leur mise en oeuvre

2. les procédés à basse température "tièdes" (110 à 250 °C), qui reposent sur le mélange du déchet avec des liants thermoplastiques ou thermodurcissables (matrice (bitume ou thermoplastique ) et aboutissent à un enrobage des déchets dans une matrice imperméable ; Il s'agit ici d'une simple encapsulation : il y a bien solidification et fixation des polluants mais pas de réaction chimique entre ceux-ci et le liant. Ces liants sont insolubles dans l'eau, offrent une bonne stabilité chimique et de bonnes caractéristiques mécaniques, mais ne sont pas compatibles avec tous les métaux et sont par ailleurs inflammables. La stabilisation par liants organiques est plus coûteuse que celle par liants minéraux.

3. les procédés à froid, qui reposent sur le mélange du déchet avec des liants

hydrauliques ou minéraux (ciment, béton, chaux), et aboutissent, selon les réactifs utilisés, à une solidification et/ou une stabilisation. Ils constituent une famille de procédés bon marché et déjà validés industriellement. Après mélange du déchet dans un malaxeur avec le liant, des additifs et de l'eau, le coulis obtenu est moulé sous forme de blocs ou coulé directement dans les alvéoles de stockage d'un centre d'enfouissement de classe I.

20/10/2015

Béton normal Eau Béton Ciment CPJ 45 Granulats
Béton normal
Eau
Béton
Ciment CPJ 45
Granulats
Enrobé bitumineux (EB 0/10mm) + Mélange à 160°C Gravillons Bitume + Sable 0-4 + 4-6
Enrobé bitumineux (EB 0/10mm)
+
Mélange
à 160°C
Gravillons
Bitume
+
Sable 0-4
+
4-6 et
EB 0/10mm
40/50
mm
6/10mm
80

20/10/2015

Stabilisation à l aide de liants hydrauliques

ß Les procédés les plus utilisés sont les procédés à froid, à base de liants hydrauliques ou minéraux.

ß Les liants hydrauliques sont des poudres fines constituées de silicates et d aluminates de calcium qui, en s hydratant au contact de l eau, forment de nouveaux composés, donnant naissance à un matériau solide.

ß Le principe de la Solidification/Stabilisation (S/S) est simple. L incorporation d un ciment d inertage aux sols contaminés immobilise les contaminants en les encapsulant dans une matrice monolithique stable.

ß Cette technologie, qui a été développée dans les années 50 pour le traitement des déchets dangereux, est aussi utilisée depuis plus de 20 ans aux États-Unis pour le traitement des sols contaminés et la réhabilitation des friches industrielles.

Inertage, Stabilisation/solidification des déchets

Qu est-ce que le ciment ?

Ciment = liant hydraulique

Un liant hydraulique a la propriété de durcir progressivement au contact de l eau (par une série de réactions chimiques de ses constituants avec l eau). Après durcissement, il conserve sa résistance et sa stabilité, même sous l eau.

Constituant principal du ciment = le clinker

Obtenu à partir de la cuisson à haute température (1 450°C) d un mélange de :

- Calcaire (CaCO 3 ) : 80 % - Argile (SiO 2 , Al 2 O 3 , FeO 3 ) : 20 %

Puis refroidissement rapide (la trempe)

ce mélange, peuvent être ajoutés des matériaux correctifs tels que de la bauxite, des oxydes

de

fer ou d autres éléments, fournissant le complément d alumine,

de fer et de silice requis

Le ciment se présente sous forme d une poudre (minérale) très fine

Nota - La prise du ciment n est pas un séchage de la pâte après

ajout d eau. Il s agit d un

ensemble de réactions chimiques permettant le passage de la pâte de ciment de l état liquide à l état solide

20/10/2015

Les 4 éléments principaux nécessaires pour fabriquer du ciment

éléments principaux nécessaires pour fabriquer du ciment Mélange porté progressivement à température très

Mélange porté progressivement à température très élevée (1 450°C)

progressivement à température très élevée (1 450 ° C) Brusquement refroidi Broyé avec du gypse et

Brusquement refroidi

très élevée (1 450 ° C) Brusquement refroidi Broyé avec du gypse et des constituants secondaires

Broyé avec du gypse et des constituants secondaires éventuels :

laitier, cendres volantes, filler, calcaire

Recette pour fabriquer 1 kg de ciment

INGRÉDIENTS 1 250 g de calcaire 290 g d argile 70 g de gypse
INGRÉDIENTS
1 250 g de calcaire
290 g d argile
70 g de gypse
Extraire du sol le calcaire et l argile
Extraire du sol le calcaire et l argile
Concasser, puis broyer le tout jusqu à obtention d une poudre sèche (farine) à bien
Concasser, puis broyer le tout jusqu à obtention d une poudre sèche
(farine) à bien mélanger
Faire cuire cette farine dans le four préalablement chauffé à 1 450°C
Faire cuire cette farine dans le four préalablement chauffé à 1 450°C
On obtient 930 g de clinker A refroidir très fortement
On obtient 930 g de clinker
A refroidir très fortement
Broyer ensemble et finement le clinker et le gypse 1 kg de très bon ciment
Broyer ensemble et finement le clinker et le gypse
1 kg de très bon ciment
On obtient

20/10/2015

Nomenclature en chimie des ciments

La nomenclature utilisée dans la chimie du ciment est la suivante:

La silice (SiO 2 )

S

La chaux (CaO)

C

L'alumine (Al 2 O 3 )

A

La ferrite (Fe 2 O 3 )

F

L'eau (H 2 O)

H

Le trioxyde de soufre (SO 3 )

La magnésie (MgO)

M

L'oxyde de potassium (K 2 O)

K

L'oxyde de sodium (Na 2 O)

N

Le dioxyde de carbone (CO 2 )

Etapes de la fabrication du ciment 4 phases cristallines principales Notation Nom Formule chimique %
Etapes de la fabrication du ciment
4 phases cristallines principales
Notation
Nom
Formule chimique
% en
symbolique
poids
moyen
C
Silicate tricalcique ou alite
3
CaO, SiO 2
62
3 S
C
Silicate bicalcique ou bélite
2
CaO, SiO 2
22
2 S
Aluminate tricalcique
3
CaO, Al 2 O 3
8
C
3 A
Alumino-ferrite tétracalcique
4
CaO, Al 2 O 3, Fe 2 O 3
8
EXTRACTION
C
4 AF
DES MATIÈRES
PREMIÈRES
Calcaire : 80%
Argile : 20%
Bauxite/oxyde de fer
FABRICATION
DU CRU
par broyage des
matières premières
< 200 m
CRU
Déshydratation : 100 à 500°C
Décarbonatation et calcination :
800 à 1 100°C
Clinkérisation : 1 450°C
CUISSON
1 450°C
BROYAGE
CLINKER
Composition chimique (poids)
DU CLINKER
Chaux
(CaO)
Silice
(SiO 2 )
Alumine
(Al 2 O 3 )
Oxyde
ferrique
(Fe 2 O 3 )
< 100 m avec gypse
(le gypse permet
de réguler la prise)
CIMENT
65 à 70%
18 à 24%
4 à 8%
1 à 6%
À chaque étape de la fabrication des
échantillons sont prélevés et
analysés
Clinker + autres constituants éventuels : laitier de haut fourneau,
cendres volantes, calcaires, fumées de silice.

20/10/2015

Récapitulatif de la fabrication du clinker

Récapitulatif de la fabrication du clinker
Récapitulatif de la fabrication du clinker
LE PROCESSUS DE FABRICATION DU CIMENT carrière dumper chargeuse Front de taille 1. ABATTAGE 2.
LE PROCESSUS DE FABRICATION DU CIMENT
carrière
dumper
chargeuse
Front de taille
1. ABATTAGE
2. TRANSPORT
stockage
concassage
usine
transporteur
3. CONCASSAGE ET TRANSPORT
1.
ABATTAGE : les matières premières qui entrent dans la fabrication du ciment, essentiellement le calcaire et
l argile, sont extraites de la carrière par abattage.
2. TRANSPORT : les matières premières sont transférées dans un dumper.
3. CONCASSAGE ET TRANSPORT : les matières premières, après concassage, sont
transportées à l usine par un tapis roulant où elles sont stockées et homogénéisées.

20/10/2015

LE PROCESSUS DE FABRICATION DU CIMENT broyage cru et cuisson stockage broyeur usine tapis roulant
LE PROCESSUS DE FABRICATION DU CIMENT
broyage cru et cuisson
stockage
broyeur
usine
tapis roulant
farine crue
1. BROYAGE CRU
préchauffage
(200 1 000C)
four
Four rotatif (matière 1 450 °C /
gaz 2 000°C)
refroidissement
clinker
2. CUISSON
1. BROYAGE CRU : un broyage très fin permet d'obtenir une farine crue.
2. CUISSON : la farine crue est préchauffée puis passe au four : une flamme atteignant 2000 °C porte la
matière à 1500 °C, avant qu'elle ne soit brutalement refroidie par soufflage d'air. Après cuisson de la
farine, on obtient le clinker, matière de base nécessaire à la fabrication de tout ciment.

LE PROCESSUS DE FABRICATION DU CIMENT

broyage, stockage, conditionnement, expédition

Ajouts gypse et constituants secondaires stockage clinker broyage cuit
Ajouts gypse et constituants secondaires
stockage
clinker
broyage cuit
silos sacs
silos
sacs

1. BROYAGE

stockage clinker broyage cuit silos sacs 1. BROYAGE expédition 2. STOCKAGE, CONDITIONNEMENT, EXPEDITION 1.

expédition

clinker broyage cuit silos sacs 1. BROYAGE expédition 2. STOCKAGE, CONDITIONNEMENT, EXPEDITION 1. BROYAGE : le

2. STOCKAGE, CONDITIONNEMENT, EXPEDITION

1. BROYAGE : le clinker et le gypse sont broyés très finement pour obtenir un « ciment pur ». Des constituants

secondaires sont également additionnés afin d obtenir des ciments composés.

2. STOCKAGE, CONDITIONNEMENT, EXPEDITION : les ciments stockés dans des silos sont

expédiés en vrac ou en sacs vers leurs lieux de consommation.

20/10/2015

La production du ciment peut bénéficier de déchets existants qui serviront de matières premières et/ou d additifs

- le laitier des aciéries et des haut fourneaux

- les cendres volantes des centrales thermiques

- le carbonate de calcium de l'industrie du sucre et du papier

- la boue rouge et autres déchets de l'industrie de l'aluminium

L'utilisation de ces déchets peut diminuer la consommation d'énergie par la cimenterie.

Stabilisation à l aide de

liants hydrauliques

Stabilisation à l aide de liants hydrauliques q Diagramme de Rankin, représentation schématique des teneurs en

q Diagramme de Rankin, représentation schématique des teneurs en calcium, silicium et aluminium de REFIOM, comparée à la composition de quelques liants hydrauliques

ß Les composés majoritaires dans les liants hydrauliques sont principalement de trois types : silicate tricalcique : C3S ou 3(CaO)SiO2, silicate bicalcique : C2S ou 2(CaO)SiO2, aluminate

tricalcique : C3A ou 3(CaO)Al2O3 Ces composés vont former par hydratation deux familles de composés, responsables de la solidification :

C3S, C2S C3A + CaSO4 C3A3CS H32

de la solidification : C3S, C2S C3A + CaSO4 C3A3CS H32 CSH (silicate de calcium hydraté)

CSH (silicate de calcium hydraté) Ettringite (3CaO.Al2O3.3CaSO4.32H2O ou :

: C3S, C2S C3A + CaSO4 C3A3CS H32 CSH (silicate de calcium hydraté) Ettringite (3CaO.Al2O3.3CaSO4.32H2O ou

20/10/2015

Inertage, Stabilisation/solidification des déchets

Les produits, utilisés pour obtenir la solidification, ont également une action sur la rétention chimique des polluants :

l action neutralisante vis-à-vis des acides, due à la réserve alcaline des liants hydrauliques, est un phénomène bien connu ; les anions solubles peuvent être retenus par adsorption à la surface des CSH et/ou par complexation avec les phases alumineuses des liants (phase C3A). De la même façon, la phase C3A des liants hydrauliques peut fixer d autres anions : chlorures, chromates, arséniates les polluants métalliques peuvent également être retenus par complexation avec les phases alumineuses (phase C3A), par substitution dans les cristaux de CSH, ainsi que par

précipitation sous forme d hydroxydes, de sels de fer, de sels de calcium

réalisées au MEB ont par exemple montré la présence de plomb dans les constituants de la matrice (cristaux de C3S en cours

d hydratation);

les polluants organiques peuvent également être retenus par les matrices à base de liants hydrauliques, notamment par complexation avec les phases alumineuses (phase C3A) et/ou par adsorption à la surface des CSH. Les liants hydrauliques et minéraux regroupent de nombreux réactifs, d origines diverses :

ciments, mais aussi sous-produits industriels, tels que cendres volantes, laitiers, fumée de silice ou produits naturels tels que les pouzzolanes, fillers divers

Des analyses

Inertage, Stabilisation/solidification des déchets

Ciment Portland Le ciment Portland est le matériau le plus largement utilisé pour la solidification et la stabilisation de déchets. Ceci est dû en grande partie à sa capacité à immobiliser un grand nombre de métaux lourds.

Immobilisation de métaux lourds:

Formation des C-S-H. Lors de l'hydratation du ciment Portland de grandes quantités de silicate de calcium hydraté (C-S-H) sont formées. Les C-S-H sont intéressants pour les procédés de stabilisation car ils peuvent encapsuler les métaux lourds et ils fournissent une grande surface pour les procédés de chimisorption. Portlandite La formation de portlandite (Ca(OH)2) est également utile au piégeage : les ions calcium agissent comme catalyseurs de la réaction. Ils se combinent avec les métaux lourds de façon à faciliter leur intégration dans les hydrates du ciment.

20/10/2015

Inertage, Stabilisation/solidification des déchets

q Organigramme de mise au point des formulations pour les déchets stabilisés/solidifiés

des déchets q Organigramme de mise au point des formulations pour les déchets stabilisés/solidifiés

Schéma de process d une unité type de stabilisation-solidification

Schéma de process d une unité type de stabilisation-solidification

20/10/2015

Stabilisation / Inertage de déchets industriels dangereux sur un site orphelin: INERTEC

Stabilisation / Inertage de déchets industriels dangereux sur un site orphelin: INERTEC www.inertec.fr

www.inertec.fr