Vous êtes sur la page 1sur 25

COLLEGE NATIONAL DES EXPERTS ARCHITECTES FRANCAIS

154ème TABLE RONDE NATIONALE TECHNIQUE ET JURIDIQUE

RECONNAISSANCE ET DIAGNOSTIC
DES STRUCTURES EXISTANTES
ECOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE – BORDEAUX – 10 JUIN 2016

INTERVENANTS :
Monsieur Philippe CAUDRON, Ingénieur, chargé d’affaires SOCOTEC.
Monsieur Abderrahman ADIM, Ingénieur, chargé d’affaires SOCOTEC.
Monsieur Marc BROUXEL, Directeur technique de la société CONCRETE PATHOLOGY.
Maître Alexandra DECLERCQ, Avocat au Barreau de Bordeaux.
Madame Irène BENAC, Vice présidente de la 7ème chambre du TGI de Bordeaux.

Accueil  
Chahrazad  TOMA-­‐VASTRA  
Architecte,  animatrice  nationale  des  Tables  rondes  nationales  techniques  et  juridiques  du  CNEAF  
ème
Je  vous  souhaite  la  bienvenue  à  cette  154  table  ronde  organisée  par  le  Collège  national  des  
experts  architectes  français  (CNEAF).  Cette  association  a  pour  mission  d’organiser  la  formation  
initiale  et  continue  des  architectes  à  l’expertise  judiciaire  et  au  conseil.  Le  CNEAF  a  également  
pour   mission   d’organiser   et   de   faciliter   les   échanges   entre   les   architectes,   les   experts,   les  
avocats   et   les   techniciens   du   bâtiment.   Nous   organisons   donc   des   formations,   des   tables  
rondes   et   un   congrès   annuel   et   nous   fêterons   en   2017   les   50   ans   du   CNEAF.   Je   vous   souhaite  
une   t rès   b onne   t able   r onde.  

Sommaire
Accueil  .............................................................................................................................  1  
Chahrazad  TOMA-­‐VASTRA  ....................................................................................................................................................  1  

Le  diagnostic  solidité   .......................................................................................................  3  
Présentation  de  SOCOTEC  ............................................................................................................................  3  
Philippe  CAUDRON  ...............................................................................................................................................................  3  
Les  diagnostics  solidité,  ou  comment  maîtriser  un  projet  en  conception  ?  ....................................................  3  
•   Les   a ttentes   d es   c lients  .......................................................................................................................  3  
•   Définition   t héorique   d u   d iagnostic  . .....................................................................................................  4  
•   Diagnostic   s olidité   v ersus   d iagnostic   s tructurel  . ..................................................................................  4  
•   Différents   d iagnostics   s olidité  . ............................................................................................................  4  
•   Pourquoi   r éaliser   u n   d iagnostic   s olidité   ?  . ...........................................................................................  4  
Détail  des  différents  diagnostics  solidité  ......................................................................................................  5  
•   Le   d iagnostic   s olidité   p ar   i nspection   v isuelle  . ......................................................................................  5  
•   Le   d iagnostic   s olidité   p ar   s ondages   d estructifs   e t   n on   d estructifs  . .......................................................  5  
Abderrahman  ADIM  ..............................................................................................................................................................  5  
•   Le   d iagnostic   s olidité   a vec   c ontre-­‐calculs   e t/ou   a nalyse   d ocumentaire  . ...............................................  7  
Les  autres  diagnostics   ..................................................................................................................................  8  
•   Les   d iagnostics   t echniques   i mmobiliers  . ..............................................................................................  8  
•   Le   d iagnostic   s écurité   i ncendie  . ..........................................................................................................  8  
•   Le   d iagnostic   a ccessibilité   d es   p ersonnes   h andicapées  . .......................................................................  8  
•   Le   d iagnostic   a coustique   e t/ou   t hermique  ..........................................................................................  8  
Illustrations  ..................................................................................................................................................  9  
Échanges  avec  la  salle   ................................................................................................................................  11  
•   Les   c as   p articuliers   d u   b ois   e t   d e   l a   p ierre  . ........................................................................................  11  
Maître  Alexandra  DECLERCQ  ..............................................................................................................................................  11  
Marc  BROUXEL  ....................................................................................................................................................................  11  
•   Solidité   d es   g arde-­‐corps  ...................................................................................................................  12  
•   Les   c onstats   a vant   t ravaux  . ...............................................................................................................  12  

Le  cas  des  planchers  précontraints  .................................................................................  13  
CONCRETE  Pathology  .................................................................................................................................  13  
•   L’ingénierie   d e   l ’existant  ...................................................................................................................  13  
•   Des   o utils   v ariés  . ..............................................................................................................................  13  
L’expertise  des  structures  précontraintes  ...................................................................................................  13  
•   La   p récontrainte  . ..............................................................................................................................  13  
•   Le   d iagnostic   d es   p lanchers   p récontraints  . ........................................................................................  14  
•   Cas   p articulier   d e   l a   p roblématique   i ncendie  .....................................................................................  15  
Échanges  avec  la  salle   ................................................................................................................................  17  

Responsabilité  des  constructeurs  et  jurisprudence   ........................................................  19  
Les  règles  juridiques  applicables  en  matière  de  responsabilité  des  constructeurs  .......................................  19  
La  responsabilité  contractuelle  de  l’architecte  ............................................................................................  19  
•   La   r esponsabilité   c ontractuelle   d e   l ’architecte  . .................................................................................  19  
•   L’importance   d es   é crits  .....................................................................................................................  19  
•   Échanges   a vec   l a   s alle  . ......................................................................................................................  20  
Contrats  pour  travaux  sur  existants  ............................................................................................................  21  
•   Échanges   a vec   l a   s alle  . ......................................................................................................................  22  
La  pratique  judiciaire  ..................................................................................................................................  23  
Irène  BENAC  ........................................................................................................................................................................  23  
Échanges  avec  la  salle   ................................................................................................................................  23  
•   Le   r ôle   d es   e xperts  . ..........................................................................................................................  23  
Michel  JEMMING  ................................................................................................................................................................  23  

Sigles  .............................................................................................................................  25  

154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 2/25

 plus  des  deux  tiers  des  immeubles  d’habitation  ont  aujourd’hui  plus  de  60  ans.   1  Les  huit  branches  d’activité  de  SOCOTEC  sont  :  la  construction.  les  projets  industriels  et  la  formation.Le  diagnostic  solidité   Présentation  de  SOCOTEC   Philippe  CAUDRON   Ingénieur  chargé  d’affaires.  ou  comment  maîtriser  un  projet  en   conception  ?   En  France.  et   plus   des   deux   tiers   des   immeubles   du   secteur   tertiaire   ont   plus   de   25   ans.   la   certification   et   la   vérification.  sécurité.  service  gestion  du  patrimoine  immobilier.  la   Qualité.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 3/25 .  l’infrastructure.  la  GPI.  Nous  sommes  connus  et  reconnus  pour  notre  positionnement   de   t ierce   p artie   i ndépendante.   Ce   service   réalise   différents   diagnostics   techniques   e t   s anitaires   d ont   l es   d iagnostics   s olidité.   m oyen   o u   l ong   t erme   -­‐   u ne   a nalyse   d es   p rojets   a u   r egard   d es   r isques     -­‐   u ne   a ssistance   a u   m aître   d ’ouvrage   d ans   l e   c adre   d e   r enforcement   d e   s tructure.  environnement  (QHSE).  la  certification.   l es   a ttentes   d e   n os   c lients   s ont   d iverses   :     -­‐   v érifier   l a   s écurité   d es   p ersonnes   e t   l a   p réservation   d es   b iens   s itués   d ans   l ’ouvrage   -­‐   r enforcer   l es   s tructures   e n   v ue   d ’une   n ouvelle   d estination   d e   l ’immeuble   -­‐   i dentifier   l es   c auses   p robables   d ’un   d ésordre   a fin   d ’y   r emédier.  hygiène.  les  équipements.   d ’un   p lancher   o u   d ’une   p outre   -­‐   u ne   é valuation   l a   f aisabilité   d ’un   p rojet   d e   t ransformation   d u   b âtiment   -­‐   u ne   é valuation   d e   l a   v étusté   d es   o uvrages   r ecevant   d u   p ublic   -­‐   u ne   s urveillance   d e   l ’évolution   d es   d égradations   à   c ourt.  chargé  des  diagnostics  en   Gironde  et  en  Aquitaine.     1 SOCOTEC   est   organisé   en   huit   services .  SOCOTEC   SOCOTEC   est   une   société   de   prestation   de   services   qui   pratique   :   le   contrôle.   SOCOTEC   est   un   acteur   de   référence   de   la   prévention   des   risques.  Nous  sommes  leaders  dans  le  secteur  du  contrôle  de  la  construction  et  de  la  Gestion   de  patrimoine  immobilier  (GPI).   plusieurs   actions   peuvent   être   envisagées   dans   le   cadre   du   diagnostic   d e   s olidité   :   -­‐   u ne   é valuation   d e   l a   s olidité   d es   o uvrages   e t   d es   é quipements   -­‐   u ne   i dentification   d es   d ésordres   e t   u ne   p roposition   d e   m esures   d e   r éparation   a daptées   -­‐   u ne   é valuation   d e   l a   c apacité   p ortante   i nitiale   d ’un   o uvrage.   dont   la   GPI.   l’inspection.   Dans   le   cadre   de   projet   d’aménagement.     Pour   répondre   à   ces   attentes.   Les  diagnostics  solidité.   il   semble   donc   important   de   réaliser   des   diagnostics   solidité   s ur   l es   b âtis.     Les  attentes  des  clients   Sur   l es   b âtiments   e xistants.   par   exemple.

 qui  régit  le  métier  du  contrôle  technique .   Diagnostic  solidité  versus  diagnostic  structurel   Le   diagnostic   structurel   vise   seulement   la   structure   du   bâtiment   alors   que   dans   le   cadre   de   projets   d ’aménagements.  111-­‐26  et   R.   d ’autres   é léments   d oivent   é galement   ê tre   p ris   e n   c ompte   c omme   l es   clos   e t   c ouverts   e t   l es   é léments   d e   s tructures   i ndissociables   d u   b âti.   d’un   mal   (dans   le   domaine   médical).   l es   é léments   d 'équipement   i ndissociablement.   -­‐  Norme  AFNOR  NF  P  03-­‐100  du  20  septembre  1995   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 4/25 .  111-­‐23  à  L.  Cette  norme  définit  toutes  les  missions  du   contrôleur   technique.     2  Le  contrôle  technique  fait  l’objet  de  dispositions  législatives  et  réglementaires  qui  figurent  aux  articles  L.   L e   t erme   d e   d iagnostic   d e   solidité   fait   référence   à   la   norme   de   l’Association   française   de   normalisation   (AFNOR)   NF   P   2 03-­‐100.     Les   o uvrages   c oncernés   p ar   l a   m ission   L   s ont   :   -­‐   les   ouvrages   de   réseaux   divers   et   de   voirie   (à   l'exclusion   des   couches   d'usure   des   chaussées   et   d es   v oies   p iétonnières)   d ont   l a   d estination   e st   l a   d esserte   p rivative   d e   l a   c onstruction   -­‐   l es   o uvrages   d e   f ondation   -­‐   l es   o uvrages   d 'ossature   -­‐   l es   o uvrages   d e   c los   e t   d e   c ouvert   -­‐   p our   l es   b âtiments.   etc. Définition  théorique  du  diagnostic   Le  diagnostic  est  l’identification  de  la  nature  d’une  situation.   Il  fait  également  l’objet  de  dispositions  réglementaires  et  normatives  suivantes  :   -­‐  Cahier  des  clauses  techniques  générales  -­‐  Décret  n°  99-­‐443  du  28  mai  1999.  111-­‐29  à  R.   Pourquoi  réaliser  un  diagnostic  solidité  ?   Le  diagnostic  solidité  peut  avoir  plusieurs  objectifs  différents  qui  doivent  impérativement  être   définis   a vant   l a   r éalisation   d e   l a   m ission   :   -­‐   v érifier   l ’état   d es   e xistants   d ans   l e   c adre   d ’un   p rojet   d ’aménagement   -­‐   r echercher   l es   c auses   d ’un   d ésordre   d ans   u ne   z one   d u   b âtiment   -­‐   c onnaître   l es   p aramètres   m écaniques   d es   o uvrages   -­‐   o btenir   d es   i nformations   s ur   l ’état   d e   c onservation   d ’un   b âti.   L’objectif   du   diagnostic   est   de   déterminer   les   actions   à   mettre   en   place   dans   le   cadre   d’une   maintenance   ou   d’une   réparation.  111-­‐42  du  code  de  la  construction  et  de  l’habitation.  d’un  désordre  (dans  le  domaine   de   la   construction).   Différents  diagnostics  solidité   En   fonction   des   attentes   du   client.   différents   types   de   diagnostic   solidités   peuvent   être   menés   :   -­‐   l e   d iagnostic   s olidité   p ar   i nspection   v isuelle   s imple   -­‐   l e   d iagnostic   s olidité   p ar   s ondage   ( destructifs   o u   n on)   -­‐   l e   d iagnostic   s olidité   a vec   c ontre-­‐calculs   o u   a nalyse   d ocumentaire.     Ces   trois   types   de   diagnostics   peuvent   être   menés   séparément   ou   de   manière   complémentaire.   dont   la   mission   L   portant   sur   la   solidité   des   ouvrages   et   des   éléments   d'équipement   i ndissociables.

  u n   é chafaudage   p our   i nspecter   d es   g arde-­‐corps   s ur   u ne   f açade.   destructifs   et   non-­‐destructifs.   sur   les   ouvrages   de   clos   et   couvert   etc.  un  sondage  est  effectué  suite  à  une  succession  d’étapes   essentielles   p our   l e   b on   d éroulement   d e   l a   m ission   :   -­‐   l a   r éalisation   d ’une   i nspection   v isuelle   -­‐   l ’analyse   d es   p articularités   d u   s ite   e t   d es   d ésordres   p our   d éterminer   l e   s ondage   à   a dopter   -­‐   l a   r éalisation   l es   s ondages   -­‐   l’analyse   des   résultats   à   intégrer   dans   le   rapport   ou   à   utiliser   pour   réaliser   une   mission   de   contre-­‐calculs.   La   troisième   étape.Le   d iagnostic   s olidité   s ’adapte   à   u ne   i nfinité   d e   s ituations.  La  première  étape  consiste  à  analyser  les  objectifs  du  client.  Il  est  toujours  possible  de  trouver  un  moyen  d’accès  à  mettre  en  œuvre   pour   réaliser   le   diagnostic.   En   outre.   La   deuxième   étape   consiste   à   réaliser   le   constat   visuel   sur   le   site.  gestion  patrimoine  immobilier.   même   si   le   bâtiment.   Détail  des  différents  diagnostics  solidité   Le  diagnostic  solidité  par  inspection  visuelle   Le   diagnostic   de   solidité   par   inspection   visuelle   est   utilisé   pour   constater   l’état   de   conservation   d’un   bâti   dans   le   cadre   d’un   projet   d’achat   ou   d’aménagement.  université  de  La  Rochelle       Avant  de  réaliser  un  diagnostic  solidité  par  sondage.   Ce   type   de   diagnostic   peut   aussi   être   réalisé   pour   rechercher   la   cause   des   désordres   constatés   ou   intégrer   des   données   existantes   dans   un   projet   d’aménagement.   Nous   utilisons   les   sondages.  étudiant  en  master  ingénierie  de   bâtiment.  Cette  étape   est   la   plus   importante   car   elle   permet   de   déterminer   les   orientations   du   diagnostic.   Ils   peuvent   être   effectués.     Les   étapes   du   diagnostic   de   solidité   par   inspection   visuelle   sont   toujours   les   mêmes.   afin   de   connaître   les   paramètres   mécaniques   de   l’ouvrage.   e tc.   la   réalisation   du   rapport   permet   d’établir   un   état   de   conservation   de   l’ouvrage   et   de   formuler   des   r ecommandations   s ur   l es   t ravaux   à   r éaliser.     Les   diagnostics   solidité   par   inspection   visuelle   sont   relativement   simples   à   réaliser.  donne  lieu  à  un  avis.   Ce   type   de   diagnostic.   par   exemple   :   installer   une   nacelle   pour   examiner   un   mât   d’éclairage.   e n   f onction   d es   b esoins   d es   c lients.   Le  diagnostic  solidité  par  sondages  destructifs  et  non  destructifs   Abderrahman  ADIM   Ingénieur.  Il  fait  état  de  la  présence  éventuelle   de   désordres   sur   la   structure.     Différents  types  de  sondage  destructifs  et  non  destructifs  permettent  de  recueillir  différentes   informations   c omme   :   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 5/25 .   d e   f açon   à   l ocaliser   l es   e ndroits   o ù   s eront   e ffectués   d es   s ondages.  assistant  chargé  d’affaires.     Dans  le  cadre  d’un  diagnostic  solidité.  structures  nouvelles  de  construction  et  de  réhabilitation.  il  est  nécessaire  de  déterminer  le  but  de   ce   dernier.  réalisé  sans  prélèvement.   ou   de   déterminer   les   dispositifs   constructifs   d’un   ouvrage   (notamment   les   dimensions   non   visibles).   ou   d’approfondir   la   recherche   de   désordres.   l’ouvrage   ou   l’équipement   à   inspecter   semble   très  difficile  d’accès.   quelle   que  soit  la  mission.   le   diagnostic   solidité   par   inspection   visuelle   peut   constituer   une   étape   préalable   à   la   réalisation   d’un   diagnostic   plus   poussé.

 la  mesure  obtenue  est  limitée   à   la   surface   du   béton   et   ne   peut   pas   servir   de   référence   pour   déterminer   la   résistance   totale   de   l ’ouvrage   e n   b éton.   l’épaisseur   de   l’enrobage   et   le   diamètre   de   l’acier.       L’auscultation  par  ultrason  peut  aussi  être  utilisée  pour  déterminer  la  résistance  du  béton  à  la   compression.   dans   les   ouvrages   maritimes.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 6/25 .   L a   j auge   d e   f issure  permet   d e   d éterminer   l ’évolution   d ’une   f issure   d ans   l e   t emps   (figure   1 ).   Dans   ce   cas.   Par   exemple.  Ce  type   de   s ondage   p ermet   s oit   d e   v érifier   s oit   l ’ouvrage   a   b ien   é té   r éalisé.   des   contrôles   réguliers   sont   nécessaires   pour   s’assurer   qu’il   n’y   a   pas   de   risque   d’éclatement   du   béton   l ié   à   l a   c orrosion   d es   a rmatures.   sur   son   activité   ou   sa   passivité.  permet  de   vérifier  l’absence  ou  la  présence  de  vide  dans  le  béton  afin  d’en  détecter  les  défauts.   et   sur   les   traitements   à   réaliser   (traitements   d e   f ond   o u   e sthétiques).   Les   données   obtenues   permettent   de   donner   un   avis   sur   les   principales   caractéristiques   de   la   fissure.  mais  pour  ce  dernier.       Le   fissuromètre   est   une   règle   transparente   qui   permet   de   mesurer   l’épaisseur   ou   la   largeur   d’une   f issure.     Le  pachomètre.  le  profométre  et  le  ferroscan  sont  des  appareils  de  mesure  électromagnatique   qui   permettent   de   localiser   les   armatures.   la   corrosion   de   l’acier   peut   survenir   rapidement.     Plusieurs   t ypes   d ’appareils   s ont   u tilisés   p our   r éaliser   l es   s ondages.   Les   mesures   obtenues   peuvent   être   comparées   avec   les   plans   d’exécution   des   ouvrages   ou   peuvent   ê tre   u tilisées   p our   e ffectuer   d es   c ontre-­‐calculs.   Ils   sont   utilisés   dans   le   cas   d’ouvrages   soumis   à   un   environnement   agressif.     Figure   1   -­‐   J auge   d e   s uivi   d ’une   f issure       L’auscultation   par   ultrason   évalue   également   l’étendue   et   l’importance   des   fissures.  grâce  à  des  appareils  à  propagation  d’ondes.  tout  comme  le  scléromètre.     Les   appareils   à   champs   électriques   mesurent   le   niveau   de   corrosion   des   armatures.   L’auscultation  dynamique  et  sonique.   s oit   d e   d éterminer   l a   c ause   d’une   d éformation   d e   l ’ouvrage.-­‐   l a   l ocalisation   d es   a rmatures   -­‐   l a   p osition   e t   l e   d iamètre   d es   a rmatures   -­‐   l ’épaisseur   d e   l ’enrobage   -­‐   l ’épaisseur   d es   f issures   -­‐   l a   r ésistance   d u   b éton   à   l a   c ompression   -­‐   l e   n iveau   d e   c orrosion   d e   l ’armature   e tc.

  Il   est   également   possible   de   mesurer   la   pénétration   de   la   carbonatation   dans   le   béton   (figure   2 ).         Figure   2   –   L e   p rocessus   d e   c arbonatation   d ans   l e   b éton       Il   e xiste   é galement   d ’autres   s ondages.   Le  diagnostic  solidité  avec  contre-­‐calculs  et/ou  analyse  documentaire   Les   diagnostics   solidité   avec   contre-­‐calculs   et/ou   analyse   documentaire   sont   réalisés   dans   différents   c as   :   -­‐   l a   m odification   d e   l a   c harge   d ’exploitation   d ’un   p lancher   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 7/25 .   puis   les   analyser   en   laboratoire   pour   connaître   les   contraintes   admissibles   des   matériaux.  La  carbonatation  du  béton  aboutit  à  la  corrosion  des  armatures  et  à  la  formation  de   fissures   puis   à   l’éclatement   du   béton.  d’une  scie  circulaire  ou  d’une  disqueuse.   Ce   phénomène   peut   donc   aboutir   à   une   dégradation   importante   d e   l ’ouvrage.   divers   p aramètres   m écaniques   o u   p ropriétés   i ntrinsèques.   p lus   s imples   à   r éaliser   :     -­‐   u tiliser   u n   o util   «   p ointu   »   p our   t ester   l a   r ésistance   d ’une   p outre   e n   b ois   -­‐   u tiliser   u n   p ied   à   c oulisse   p our   m esurer   l es   p rofondeurs   d es   f issures   o u   d es   g erces   -­‐   p rélever  des  échantillons  à  l’aide  d’une  carotteuse.

  En   effet.  Les  préconisations  de  travaux   du   diagnostic   solidité   peuvent   donc   intégrer   des   recommandations   en   matière   d’acoustique.   Rendre   accessible   un   bâtiment   peut   en   effet.  notamment  le  retrait-­‐gonflement  des  argiles.   impacter   l’ossature   structurelle   d’un   bâtiment.  termites.   Les   analyses   documentaires   sur   les   études   de   sols.   La   réalisation   de   ces   diagnostics   d oit   ê tre   p rise   e n   c ompte   d ans   l ’organisation   d ’un   p rojet   i mmobilier.   a vec   l es   p rincipes   c onstructifs   r etenus.   Le  diagnostic  acoustique  et/ou  thermique   Le   diagnostic   acoustique   et/ou   thermique   peut   aboutir   à   un   complément   d’isolation   pouvant   avoir  une  incidence  sur  les  ouvrages  structurels.   en   exigeant   une   augmentation   de   la   largeur   des   portes   dans   des   murs   porteurs.   il   doit   donc   être   réalisé   en   lien   avec   un   diagnostic   accessibilité   pour   que   cette   problématique   soit   directement   intégrée   au   diagnostic   solidité.   dans   le   cadre   du   diagnostic   solidité.   visent   à   rechercher   les   causes   et   les   conséquences   d’un   d ésordre.     Le  diagnostic  sécurité  incendie   Le   diagnostic   incendie   peut   avoir   une   incidence   sur   la   solidité   des   bâtiments.  notamment  les  études  de   sol.  et  de  s’assurer  que  les  aléas  géotechniques.   En   outre.   P arfois.  gaz  et   électricité.   3  L’ordonnance  du  8  juin  2005  et  la  loi  du  16  juillet  2006  ont  institué  l’obligation  pour  les  propriétaires  d’immeubles  de  fournir   préalablement  à  la  vente  un  Dossier  de  diagnostic  technique  (DDT)  décrit  à  l’article  L271-­‐4  du  Code  de  la  construction  et  de   l’habitation  (CCH).  En  plus  de  contre-­‐calculs.  risques  naturels.  performance  énergétique.  il  est  possible  de  réaliser  une   analyse  documentaire  afin  de  vérifier  les  documents  de  conception.  plomb.   par   exemple.   Le  diagnostic  accessibilité  des  personnes  handicapées   Le   diagnostic   accessibilité   peut   avoir   des   incidences   sur   la   solidité   du   bâtiment.-­‐   l a   r edistribution   d es   e fforts   d ans   l e   c adre   d ’un   p rojet   d ’aménagement   -­‐   u n   d ésordre   p ouvant   r ésulter   d e   l a   c onception   d e   l ’ouvrage   -­‐   e n   c omplément   d ’une   i nspection   v isuelle.   les   structures  du  bâtiment  doivent  présenter  des  qualités  de  résistance  au  feu  afin  de  préserver  la   stabilité   d e   l 'édifice   e t   d e   s 'opposer   à   u ne   p ropagation   r apide   d u   f eu   e n   c as   d 'incendie.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 8/25 .   il   est   donc   important   d’élargir   le   diagnostic   solidité   à   une   partie   sécurité   incendie   pour   maîtriser   l a   c onception   d u   p rojet   d ans   s a   g lobalité.  Il  est  donc  à  mettre  en  lien  avec  le  diagnostic   solidité.   les   sondages   réalisés   dans   le   cadre   du   diagnostic   solidité   peuvent   apporter   des  renseignements  sur  l’isolation  acoustique  et/ou  thermique.   Les  autres  diagnostics   Les  diagnostics  techniques  immobiliers   3 Les   diagnostics   immobiliers   sont   obligatoires   dans   certains   ouvrages .   Le   diagnostic   solidité   seul   n’intègre   pas   cet   aspect.   ont   été   pris   en   compte   par   les   géotechniciens.   Les   r ésultats   d e   c ertains   s ondages   s ont   a insi   o ptimisés.  portant  sur  7  points  :  amiante.     La   réalisation   de   contre-­‐calculs   vise   à   s’assurer   que   la   réalisation   d’aménagement   est   cohérente  avec  la  structure  existante.

      Figure   3   –   D égradation   d u   p lancher   d ue   à   l a   p résence   d ’insectes   x ylophages       Figure   4   –   I nfiltration   a u   n iveau   d es   c ouvertures   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 9/25 .   Les   photographies   suivantes   (figures   3   à   8 )   illustrent   quelques   désordres   r encontrés.Illustrations   Nous  réalisons  régulièrement  des  inspections  visuelles  pour  déterminer  l’état  de  conservation   d’un   bâtiment   avant   travaux.

Figure   5 -­‐   P ourrissement   d u   p ied   d e   p oteau   d û   à   d es   t ravaux   d e   r éaménagement   d ’une   p lace   à   proximité     Figure   6   –   D élaminage   s ur   u n   p oteau   a vec   p résence   d e   c hampignon   d û   à   l a   p ose   d ’un   p réau     Figure   7   -­‐   I nspection   d u   r evêtement   i ntérieur   d ’un   s ilo   à   g rain   Figure   8 -­‐   C orrosion   d es   é léments   d e   c harpente   s uite   à   u n   d éfaut   d ’entretien   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 10/25 .

    Maître   A lexandra   D ECLERCQ   Ce   s avoir-­‐faire   e st-­‐il   a ujourd’hui   r éellement   p erdu   ?     Philippe   C AUDRON   Il   y   a   toujours   des   gens   compétents   mais   beaucoup   moins   qu’avant.  En  effet.Échanges  avec  la  salle   Les  cas  particuliers  du  bois  et  de  la  pierre   Maître  Alexandra  DECLERCQ   Avocat  au  barreau  de  Bordeaux.   brique.     Marc   B ROUXEL   De  plus.   Or   ce   savoir-­‐faire   se   perd.   s oit   d étectables   g râce   à   l ’application   d ’un   m arteau   o u   d ’un   b urin.  entreprise  CONCRETE  PATHOLOGY   Pour   connaître   la   pierre.     Philippe   C AUDRON   Il   y   a   beaucoup   plus   d’éléments   de   sondage   sur   le   béton.   parpaing.   P eu   d e   b ureaux   d ’études   s ’intéressent   a ux   b âtiments   a nciens.   Des   logiciels   de   calculs   permettent   de   faire   des   modélisations.   SOCOTEC   s’adjoint   la   compétence   d’un   cabinet   d’étude   spécialisé   s ur   l es   o uvrages   e n   p ierre.   puis   des   essais   de   compression   pour   obtenir   les   caractéristiques   techniques   de   la   pierre.  les  caractéristiques  techniques  peuvent  varier.  les  murs  en  pierre  des  immeubles  anciens  n’ont   pas   toujours   la   capacité   de   supporter   le   nouveau   plancher.  de  démolir  et  de  reconstruire.  :     Vous   avez   surtout   décrit   des   instruments   de   sondage   du   béton.   La   plupart   des   bureaux   d’études   travaillent   sur   des   éléments   classiques   (béton.   mais   nous   sommes   obligés   d’utiliser   des   hypothèses   très   p essimistes.   e xpert   d e   c ompagnie   d ’assurances)   Philippe   B ORTOLUSSI   e st   e xpert   e n   l a   m atière.  il  est  plus  simple.     Maître   A lexandra   D ECLERCQ   Dans  le  cas  où  un  nouveau  plancher  est  posé.   généralement   les   désordres   sont   visibles.   Toutefois   le   cas   de   la   pierre  est  complexe.   Il   faut   donc   réaliser   des   sondages   multiples   pour   obtenir   des   caractéristiques   moyennes   et   ensuite.   à   B ordeaux.   nous   ne   disposons   pas   de   beaucoup   d’outils.   bois)   sur   des   nouvelles   c onstructions.  Parfois.   Les   pathologies   du   bois   sont   soit   v isibles.  les  calculs  sur  les  éléments  anciens  coûtent  cher.   trouver   les   personnes   compétentes   pour   effectuer   les   calculs.   Il   n’y   a   pas   d’acier   à   l’intérieur   du   bois.  les  bâtiments  anciens  ont  été  construits  avec   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 11/25 .   Pour   ce   type   de   mission.   Marc  BROUXEL   Directeur  technique  matériaux.   car   sur   le   bois.   Comment   savoir   si   le   dimensionnement   d es   m urs   p ermettra   d e   s upporter   l e   n ouveau   p lancher   ?     Philippe   C AUDRON   Il   est   possible   de   faire   des   carottages   sur   des   éléments   en   pierre.  et  moins   coûteux.   or   les   ouvrages   de   réhabilitation   q ui   n ous   c oncernent   s ont   m ajoritairement   e n   b ois.     De   l a   s alle   ( Bernard   V AYSSIERE.  car  d’une  pierre  à  l’autre.

 Il  est  cependant   possible   de   réaliser   un   essai   statique   avec   la   mise   en   place   de   vérins   qui   vont   appliquer   des   efforts   s ur   l ’ouvrage.   il   est   demandé   aux   experts   d’établir   le   lien   de   causalité   entre   une   intervention   extérieure   e t   l ’apparition   d e   d ésordres.  Nous  pouvons   intervenir  pour  constater  des  désordres  survenus  dans  un  bâtiment  alors  que  des  travaux  ont   eu   lieu   à   proximité   mais   notre   rapport   n’aura   pas   de   valeur   juridique.   q ue   p réconisez-­‐vous   ?     Philippe   C AUDRON   4 L’essai   au   sac   est   difficilement   réalisable   sur   site   car   il   demande   un   recul   important   et   une   position   du   sac   très   précise.  je  considère  que  la  mission  de  l’expert  judiciaire  est  large   :   l’expert   e st   s aisi   p our   f aire   l es   é tats   d es   l ieux   d es   i mmeubles   v oisins.   S ur   s ite.   en   revanche.     De   l a   s alle   ( Monsieur   F rançois   G RENADE.   a ucun   c onstat   n ’est   f ait   a vant   l es   t ravaux.   i l   l ui   e st   s ouvent   f acile   d ’expliquer   c e   q ui   s ’est   p assé.   avant   la   réalisation   d’interventions   ?   Souvent.   l es   o uvrages   a nciens   n e   r épondent   d onc   p as   a ux   n ormes   a ctuelles.  Mesurer  les  dimensions  géométriques  est  possible.   P arfois.   m ais   s ouvent.   e xpert   C our   d ’appel   d e   P aris)   Concernant  les  référés  préventifs.   n ous   d isposons   d ’un   r éféré   p réventif   p réalable   aux   t ravaux.     Les  constats  avant  travaux   De   l a   s alle   ( Jean-­‐Pierre   D EVAUX.   i l   e st   d ifficile   d e   f aire   p lus   q ue   d e   d éterminer   l ’état   de  conservation  du  garde-­‐corps  par  un  constat  visuel.   la   réglementation   a   é volué.  mais  vérifier   formellement  l’intégrité  du  garde-­‐corps  exige  la  réalisation  d’un  essai  au  sac.   r equiert   m oins   d ’espace   q ue   l ’essai   a u   s ac.   e xpert   a rchitecte)   Intervenez-­‐vous   dans   le   cadre   de   référé   préventif.   Intervenir   sur   l’existant   est   donc   difficile.   Nous   pouvons   identifier   les   causes   probables   des   désordres   mais   il   est   difficile   de   classifier   l es   c auses   e n   f onction   d e   l eur   p répondérance.     De   l a   s alle   On   p eut   v ous   d emander   d ’être   s apiteur   ?     Philippe   C AUDRON   Oui.   a vant   e t   j usqu’à   l a   f in   d es   travaux   de   l’immeuble   en   construction.   Depuis   leur   construction.  pour  s’assurer  de  l’absence  de  corrosion   et  du  bon  état  des  éléments.   en   usine.   Solidité  des  garde-­‐corps   De   l a   s alle   ( Xavier   F RENEAU)   Pour   l e   d iagnostic   s olidité   d es   g arde-­‐corps.  l’expert  est  immédiatement  saisi  par  l’une  des  parties.   Si   un   incident   se   produit   en   cours   de   chantier   sur   les   immeubles  voisins.  En  aucun  cas  nous  ne  pourrons  désigner  le  responsable  des   désordres.   Le   diagnostic   solidité   a   uniquement  une  valeur  technique.   4  Les  principales  normes  réglementant  le  dimensionnement  des  garde-­‐corps  sont  les  suivantes  :     -­‐  NF  P01-­‐012  Dimensionnement  des  garde-­‐corps   -­‐  NF  P01-­‐013  Essais  :  méthodes  et  critères   -­‐  NF  P06-­‐001  Charges  d'exploitation  des  bâtiments   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 12/25 .   nous   p ouvons   a nalyser   u n   m odèle.   p our   ê tre   c onseiller   t echnique.des   règles   de   calcul   différentes   de   celles   d’aujourd’hui.     Philippe   C AUDRON   Nous  ne  faisons  pas  de  référé  préventif  car  nous  n’avons  pas  le  droit  d’en  faire.   a rchitecte.  Comme  il  intervient   très   r apidement.   C e   t ype   d ’essai.

  CONCRETE   Pathology   accompagne   les   maîtres   d’ouvrage.   En   outre.   Le  cas  des  planchers  précontraints   CONCRETE  Pathology   L’ingénierie  de  l’existant   Marc   B ROUXEL   Le   cabinet   d’étude   CONCRETE   Pathology.   Nous   sommes   souvent   obligés   d’agréger   des   compétences   pluridisciplinaires   p our   r épondre   a ux   q uestions   q ue   n os   c lients   n ous   p osent.   incendies   explosions.   Des  outils  variés   Les   r ôles   d e   C ONCRETE   P athology   s ont   l es   s uivants   :     -­‐   s urveiller   l es   o uvrages   -­‐   d iagnostiquer   e t   c omprendre   l es   p roblèmes   -­‐   p révoir   l ’évolution   d es   s ituations   -­‐   c oncevoir   e t   c ontrôler   l es   t ravaux   d e   r éparation.   En   effet.   très   complexe.   créé   en   1993.   Ces   structures   sont   fréquemment   rencontrées   sur   les   ouvrages   actuels.   notre   ingénierie.   L’expertise  des  structures  précontraintes   La  précontrainte   Les  planchers  précontraints  sont  des  dalles  ou  des  poutrelles  préfabriquées  ou  des  éléments   réalisés   sur   les   chantiers.   changements   de   destination   d’ouvrage.     Remplir   s es   m issions   n écessite   d e   m aîtriser   u ne   l arge   p alette   d ’outils   :   -­‐   l ’expertise   s tructurelle   -­‐   l ’expertise   d es   m atériaux   -­‐   l ’expertise   d e   l a   p récontrainte   -­‐   l e   m onitoring.   fait   partie   de   la   branche   Continuum   Engineering   du   groupe   VINCI   qui   regroupe   toutes   les   ingénieries   des   ouvrages   existants.   dès   que   le   béton   est   coulé.   cependant   elles   vieillissent.   corrosion.   se   corrodent.   les   maîtres   d’œuvre   ou   les   entreprises   tout   au   long   de   la   vie   d’un   ouvrage.   nécessite   de   faire   intervenir   des   savoir-­‐faire   et   des   compétences   dans   des   domaines   très   variés.   éventuellement   se   dégradent   sans   .     Notre   métier   est   soumis   à   relativement   peu   de   norme.   problématiques   de   démolition   et   de   remplacement   d ’ouvrage.   des   problèmes   peuvent   apparaître   pendant   les   chantiers   :   chocs.

  dans   les   immeubles   d’habitation.   S uite   à   c es   é vénements.   Il   peut   également   se   produire   des   e xplosions   e t   d es   s inistres   d ans   l es   b âtiments.   la   répartition   des   charges   change.     5   C as   d e   l a   r upture   f ragile   s ans   f issuration   p réalable   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 14/25 .     La  première  étape  du  diagnostic  des  planchers  précontraints  est  la  récupération  et  l’analyse   des   d onnées.   d ans   l aquelle   d u   c oulis   a   é té   i njecté   Le  diagnostic  des  planchers  précontraints   Classiquement.   Nous   sommes   donc   régulièrement   amenés   à   nous   poser   des   questions   s ur   l eur   é tat.     Le  principe  de  la  précontrainte  (figure   9 )  est  de  reprendre  les  efforts  appliqués  à  l’ouvrage   grâce   à   la   mise   en   tension   de   câbles   de   précontrainte.   Par   exemple. 5 prévenir   avant   de   rompre .     La  récupération  des  archives  et  des  données  est  très  importante  car  faire  les  investigations   nécessaires   à   l a   r écupération   d e   c es   i nformations   a   u n   c oût   n on   n égligeable.   d es   d iagnostics   d e   l’état   d es   p récontraintes   s ont   é galement   r éalisés.   on   construit   des   planchers   p récontraints   p our   g agner   d u   p oids   e t   d e   l a   p lace   e t   a ccélérer   l es   t ravaux.   Il   peut   aussi   y   avoir   une   augmentation   des   charges   ou   des   ouvertures   de   trémies.         Figure   9   –   P rincipe   d e   l a   p récontrainte     Il   e xiste   d eux   t ypes   d e   p récontrainte   :   -­‐   c âbles   d e   p récontrainte   e n   t ension   n oyés   d ans   l e   b éton   -­‐   c âbles   d e   p récontrainte   d ans   u ne   g aine   e n   t ension.   D ans   c e   c adre   n ous   c herchons   à   :   -­‐   r écupérer   l es   p lans   p our   a nalyser   l a   p osition   t héorique   d es   c âbles   -­‐   v érifier   l es   n iveaux   d e   t ension   d es   c âbles   -­‐   v érifier   l a   n ature   d es   a ciers   o u   d u   c oulis   m is   e n   œ uvre   p our   t endre   l es   c âbles.   Il   est   donc   important   de   s’interroger   sur   la   tenue   du   plancher.   lors   du   changement   de   destination   d’un   ouvrage.   Le   but   de   la   précontrainte   est   d’obtenir   des   ouvrages   de   grande   portée   avec   un   nombre   limité   de   poteaux   pour   avoir   des   structures   fines   et   légères.

  dans   certains   cas   peut   être   très   simple   :   de   simples   reconnaissances   visuelles   permettent   de   constater   l’état.   La   question   était   de   savoir   s’il   était   p ossible   d e   r éparer   l ’ouvrage   e t   c omment.   car   si   l’ouvrage   n’est   pas   plastique.   des   capteurs   mesurent   la   flèche   de   l’ouvrage   qui   est   ensuite   comparée   à   la   flèche   théorique   donnée   p ar   l e   m odèle   d e   c alcul.     6 Il   est   également   possible   de   faire   des   essais   de   chargement .   il   accumule   les   déformations   e t   v ieillit   a normalement.   même   si   le   béton   n’a   pas   6    L’idée  est  de  répartir  du  poids  sur  l’ouvrage  à  l’endroit  souhaité  (après  avoir  mis  en  sécurité  le  bâtiment)   7  Le  béton  éclate  quand  il  subit  des  températures  de  450-­‐500°C.   Il   est   donc   obligatoire   de   faire   des   hypothèses   pour   conclure   s ur   l ’état   d e   l a   p récontrainte.   il   n’est   pas   possible   de   multiplier   les   ouvertures.   A près   u n   e ssai   d e   c hargement.   Lors   de   ces   essais.     Les   caractéristiques   mécaniques   des   armatures   de   précontrainte   chutent   de   façon   irréversible   quand   le   câble   en   acier   est   soumis   à   une   température   supérieure   à   200   ° C.   à   p artir   d e   q uelques   o bservations   v isuelles   s eulement.Le   diagnostic.   m esures   Cas  particulier  de  la  problématique  incendie   CONCRETE   Pathology   est   intervenu   pour   diagnostiquer   les   structures   de   l’Address   Hotel   de   Dubaï   qui   a   subi   un   incendie   majeur   le   31   d écembre   2015.   À   7 400   ° C.   Sur   un   ouvrage   gigantesque.   le   positionnement   et   le   nombre   de   câbles.   le   câble   perd   50   %   de   ses   caractéristiques   mécaniques.   i l   e st   i mpératif   d e   v érifier   q ue   l’ouvrage   retrouve   sa   position   initiale.   des   ouvertures   doivent   a lors   ê tre   p ratiquées   d ans   l e   p lancher   ( figure   1 0)       Figure   1 0   -­‐   R econnaissance   v isuelle   p ar   s ondage   d ’un   p lancher   p récontraint     Cependant   ces   investigations   sont   ponctuelles.       Figure   1 1   –   R éalisation   d ’un   e ssai   d e   c hargement   :   m ise   e n   s écurité.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 15/25 .   c hargement.

  ce   dernier   n’a   pas   été   soumis   à   des   températures   supérieures   à   200   ° C.         Figure   1 2   –   O util   d e   t omographie   u ltrasonique     La   quatrième   étape   consiste   à   contrôler   l’état   de   corrosion   par   sondage   (figure   1 3).     La  troisième  étape  consiste  à  vérifier  la  position  de  la  précontrainte  par  rapport  aux  plans   grâce  à  un  géoradar  capable  de  différencier  les  aciers  passifs  et  les  aciers  de  précontrainte.   La   microanalyse   par   spectrométrie   à   dispersion   d’énergie   peut   également   prouver   la   présence   d’éttringite   et   donc   que   la   température   au   droit   du   câble   n’a   pas   dépassé   2 00   ° C   e t   q ue   s es   c aractéristiques   m écaniques   n e   s ont   p as   a tteintes.  une  analyse  minéralogique  par  diffraction  des  rayons  X   est   pratiquée   sur   cet   échantillon.   Un   échantillon   de   béton   est   prélevé   à   la   profondeur  du  câble.   l’éttringite .     La  première  étape  du  diagnostic  est  l’inspection  visuelle  qui  consiste  à  faire  une  cartographie   du  bâtiment.  Si  ce  radar  ne  suffit  pas.   car   il   existe   un   traceur   minéralogique   universel   dans   les   8 bétons.  la  gamma  graphie  permet  de  vérifier  la  qualité  de  l’injection  dans  les   gaines   d e   p récontrainte.éclaté.   elles   doivent   donc   être   pratiquées   en   nombre   limité.   des   endoscopes   peuvent   être   introduits   dans   la   gaine   p our   i nspecter   l e   c âble.   Si   ce   minéral   est   retrouvé   dans   le   béton.  des  outils  de  tomographie  ultrasonique  donne  une  image  de   la   position   des   câbles   de   précontrainte   jusqu’à   un   mètre   de   profondeur   dans   le   béton   10 (figure   1 2).   D’abord.     8  L’ettringite  est  une  espèce  minérale.   Les   ouvertures   de   câbles   sont   des   opérations   semi-­‐destructives   assez   traumatisantes   pour   l’ouvrage.  un  géoradar  est  utilisé  pour  trouver  le  positionnement  des  câbles.  puis  un  carottage   est   effectué   au   droit   des   câbles   de   précontrainte.   Le   géoradar   permet   de   connaître   la   position   exacte   des   câbles   et   leur   profondeur   dans   le   9 béton.   Cette   analyse   est   couplée   à   un   examen   au   microscope   électronique   à   balayage   pour   constater   la   présence   d’éttringite   afin   d’éviter   les   faux   négatifs   susceptibles   d’être   obtenus   avec   l’analyse   précédente.  En  outre.  L’objectif  et  de  bien  identifier  les  désordres  pour  ne  réparer  que  la  partie  qui   doit   l ’être   s ans   p rendre   d e   r isque   a u   n iveau   d e   l a   s olidité   d e   l ’ouvrage.   La   seconde   étape   vise   à   déterminer   si   les   câbles   ont   été   dégradés   par   la   température.  composée  de  sulfate  de  calcium  et  d'aluminium  hydraté  qui  sert  à  réguler  la  prise  du   béton  au  moment  de  sa  fabrication   9  Par  exemple.   qui   est   détruit   à   200   ° C.   pour   limiter   ces   ouvertures.   En   cas   de   vide   d’injection   dans   la   gaine.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 16/25 .  même  si  les  câbles  de  précontrainte  sont   fortement   d égradés.  l’ultrasonic  tomograph  A1040  MIRA   10  L’utilisation  de  source  radioactive  demande  toutefois  l’installation  de  zones  de  sécurité  (évacuation  des  habitants).  En  laboratoire.  Un  ouvrage  peut  visuellement  paraître  sain.

  Pour   ce   faire.   une   étude   est   faite   sur   le   béton   (observations   au   microscope   optique   et   analyses   ultrasons)   pour   vérifier   l’épaisseur   d u   b éton   m icrofissurée.   L e   b éton   f issuré   e st   e nlevé.  en  tenant   compte   d u   v ieillissement   d e   l ’ouvrage.   Grâce   à   ces   références.   Il   consiste   à   pratiquer   une   ouverture   de   70   c m   de   large   dans   le   plancher.   a rchitecte   e xpert)   Quand  un  plancher  précontraint  a  été  abîmé  par  le  feu.   Cette   méthode   est   calibrée   en   laboratoire   :   une   bibliothèque   de   tous   les   câbles   de   précontrainte   utilisés   dans   le   monde   depuis   les   années   1960   est   disponible   à   l’institut   national   des   sciences   appliquées   (INSA)   de   Toulouse.     Figure   1 3   -­‐   É valuation   s emi-­‐destructive   :   d émolition   s oignée   j usqu’au   c âble     La  cinquième  étape  vise  à  connaître  la  tension  résiduelle  dans  les  câbles  de  précontraintes   pour   vérifier   sa   conformité   à   la   tension   théorique.   nous   pouvons   vérifier  que  la  tension  résiduelle  mesurée  est  cohérente  avec  la  tension  théorique.   un   essai   à   l’arbalète   est   entrepris   (figure   1 4).   mais   auparavant.  une  fois  les  câbles  remis  en  tension.       Figure   1 4   –   E ssai   à   l ’arbalète   Échanges  avec  la  salle   De   l a   s alle   ( François   C ATILLON.   puis   à   isoler   un   câble   et   à   tirer   sur   celui-­‐ci   avec   un   vérin   et   à   mesurer   la   courbe   d’effort   déformation.   Il   existe   des   courbes   d’effort   déformation   pour   chaque   câble   et   chaque   tension.   quel   béton   faut-­‐il   utiliser   pour   réparer   les   sous-­‐faces   ?   Faut-­‐il   employer   une   résine   particulière   ?     Marc   B ROUXEL   Mon   exposé   était   axé   sur   l’étude   de   la   précontrainte.     154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 17/25 .

    De   l a   s alle   ( François   C ATILLON)   Est-­‐il   p ossible   d e   c hanger   l es   a ciers   a bîmés   ?     Marc   B ROUXEL   Tout   à   f ait.  puis   on   c oule   d u   b éton   d ans   l e   t rou.   c ela   n e   p ose   p as   d e   p roblème.       Figure   1 5   –   P roblématique   s pécifique   i ncendie     De   l a   s alle   ( François   C ATILLON)   Comment   p lacer   u n   c âble   d e   t ension   s ur   u n   p lancher   d éjà   e xistant   ?     Marc   B ROUXEL   Techniquement.   c omment   r emettre   u n   h abillage   e n   b éton   ?     Marc   B ROUXEL   Pour  les  gros  volumes.   a rchitecte.De   l a   s alle   ( François   C ATILLON.   c’est   presque   facile.  on  utilise  généralement  du  béton  traditionnel  projeté  par  voie  sèche.  on  le  met  en  tension.   L a   f igure   1 5   r ésume   l es   d ifférentes   p réconisations.   car   le   béton   de   réparation   adhère   très   bien   sur   le   béton   sain   (en   plus   du   réancrage   d’un   nouveau   f erraillage).   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 18/25 .   Le   schéma   est   le   suivant   :   on   procède   à   un   carottage   pour  faire  passer  un  câble  dans  le  plancher  sur  toute  sa  longueur.   e xpert   C our   a dministrative   d ’appel   d e   B ordeaux)   Quand   l es   f errailles   s ont   a pparentes.

 Pour  l’architecte.   la   problématique   porte   sur   la   preuve.   notamment   les   fondations   de   l’ouvrage.   avant   ou   après   la   réception   des   travaux.   la   responsabilité   de   tout   intervenant   est   d’abord   délimitée   en   fonction   du   cadre   d e   s a   m ission   e t   d e   s on   i ntervention.Responsabilité  des  constructeurs  et   jurisprudence   Les  règles  juridiques  applicables  en  matière  de  responsabilité  des   constructeurs   Maître   A lexandra   D ECLERCQ   11 De   façon   schématique.   l’architecte   est   tenu   à   un   devoir   de   conseil   envers   le   maître   d’ouvrage.   C e   c ontrat   d oit   ê tre   c omplet   e t   s igné.   le   Tribunal   statue   sur   pièce   et   se   tient   au   périmètre   d’intervention   décrit   dans   les   documents   p our   d éterminer   l a   r esponsabilité   d e   c hacun.     11    Au  sens  de  la  loi.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 19/25 .  la  faute  des  constructeurs   doit  être  prouvée.   qui   tient   compte   des   contraintes   de   sol   et   de   sous-­‐sol.   e n   d ’autres   t ermes.   la   charge   de   la   preuve   et   l’obligation   de   rapporter   la   preuve.   Or.   s i   l a   r esponsabilité   e st   répartie   e ntre   l es   d ifférents   i ntervenants.   quand   des   désordres   trouvés   engendrent   des   dommages   qui   rendent   impropre  l’ouvrage  à  sa  destination.   Dans   ce   cadre   juridique.  donc  de  présomption  de  responsabilité.   Il   doit   concevoir   un   projet   réalisable.     -­‐  le  régime  des  garanties  légales  (article   1 792  et  suivants  du  code  civil)  qui  fonctionne  selon   le  principe  de  responsabilité  de  plein  droit.   Or.   la   responsabilité   des   constructeurs   fait   l’objet   d’un   double   régime   :   -­‐   la   responsabilité   contractuelle   de   droit   commun   (article   1 147   du   code   civil)   :   la   faute   du   constructeur   doit   être   prouvée.   lorsque   les   désordres   soulevés.   En   effet.   La   p roblématique   e st   a lors   d e   s avoir   q ui   p aie   q uoi.  En  post-­‐ réception   de   travaux.  le  terme  constructeur  englobe  les  architectes.  les  éléments  écrits  font  défauts.  les  bureaux  de  contrôle.  les  entreprises  de  construction  et   les  cabinets  d’étude.   L’architecte   doit   démontrer   que   ces   études   ont   été   faites   ou   apporter   les   raisons   q ui   o nt   e mpêché   l eur   f aisabilité.   L es   é crits   s ont   d onc   p rimordiaux.     Le   principal   élément   qui   fait   défaut   est   le   contrat   de   maîtrise   d’œuvre   ou   le   contrat   d’architecte.  cette  faute  peut  porter  sur  sa  défaillance  à  l’obligation   de   conseil   ou   d’information.   La  responsabilité  contractuelle  de  l’architecte   La  responsabilité  contractuelle  de  l’architecte   Dans  le  cadre  de  la  responsabilité  contractuelle  de  droit  commun.  la  responsabilité  des  constructeurs  est  de  fait  engagée.   les   problématiques   de   nappes   phréatiques   etc.   ne   relèvent   pas   de   la   garantie   décennale.     L’importance  des  écrits   Dans  la  plupart  des  dossiers  pris  en  charge  par  les  avocats.

    Une  attention  importante  doit  également  être  portée  à  la  rédaction  du  Procès-­‐verbal  (PV)  de   réception.   i l   f aut   f ournir   l e   d evis   e t   l a   f acture   d éfinitive.     La   clause   d’exclusion   de   solidarité   du   CCG   permet   de   casser   la   chaîne   de   solidarité   humaine   :   la   condamnation   in   solidum   n’est   pas   prononcée   et   le   maître   d’ouvrage   se   retourne   vers   l’architecte   uniquement   pour   obtenir   la   quote-­‐part   à   laquelle   il   a   été   condamné.Ce   c ontrat   d oit   c ontenir   :   -­‐   un   Cahier   des   clauses   particulières   (CCP).  Celui  qui  paie  au-­‐delà   de   sa   quote-­‐part   peut   récupérer   le   surplus   payé   en   se   retournant   contre   les   autres   coresponsables   condamnés   in   solidum   avec   lui.   De   plus.   qui   intervient   ?     Maître   A lexandra   D ECLERCQ   Sans   c ontrat.   lorsqu’une   condamnation   était   prononcée   in   solidum.   l ors   d ’une   e xpertise   j udiciaire.   paraphé   et   signé.  mais  ils  s’avèrent  souvent  non-­‐solvables.  qui  est  appelé  à  payer  la  totalité.   et   non   un   architecte.   permet.   e xpert   d e   j ustice   a u   T GI   d ’Orléans)   Quels   sont   les   écrits   à   fournir   quand   c’est   une   entreprise.   l e   s ignataire   é tant   l e   m aître   d ’ouvrage.   d’échapper   à   la   chaîne   de   solidarité   et   donc   aux   condamnations   in   solidum   prononcée   à   l’encontre   d e   l ’ensemble   d es   c onstructeurs.   bien   que   l’architecte   assiste   aux   opérations   de   réception.   il   faut   prendre   des   précautions   l orsqu’elles   s ont   m entionnées   d ans   l es   c omptes   r endus   d e   c hantier   c ar   l es   a utres   parties   s avent   s ’emparer   d e   c ette   f aille.       Les   a utres   é crits   i mportants   :   -­‐   l e   c ahier   d es   c lauses   t echniques   p articulières   ( CCTP)   -­‐   l es   c omptes   r endus   d e   c hantier   -­‐   des   avenants   aux   contrats   pour   cadrer   des   missions   supplémentaires   non   définies   préalablement   d ans   l e   c ontrat     Si   les   missions   complémentaires   ne   font   pas   l’objet   d’un   avenant.   le   maître   d’ouvrage   avait   loisir  de  choisir  lui-­‐même  le  (ou  les)  responsable(s)  pour  l’indemniser.  Cette  chaîne  de  solidarité  a   des  conséquences  négatives  pour  les  architectes  en  termes  de  taux  de  sinistralité.  également  paraphé  et  signé  et  contenant  une  clause   d’exclusion   d e   s olidarité.   il   ne   doit   pas   être   s ignataire   d u   P V   d e   r éception.   dans   le   régime   de   droit   commun.   dans   le   cadre   d’un   sinistre   qui   fait   l’objet   d’une   procédure   judiciaire   qui   aboutit   à   une   condamnation   à   l’encontre   des   différents   constructeurs.  de  taux  de   franchise   e t   d e   p rime   d ’assurance.   En   pratique.   qui   fixe   les   dispositions   spécifiques  du  contrat  d’architecte  et  précise  principalement  la  désignation  et  la  qualité  des   parties.     -­‐  un  Cahier  des  clauses  générales  (CCG).  depuis  quelque  temps.   À   charge   ensuite   pour   son   assureur   d’essayer   de   récupérer   la   quote-­‐part   avancée   pour   les   autres  coresponsables.     Auparavant.     154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 20/25 .   Cette   clause.   couvert  par  son  assurance  responsabilité  civile  obligatoire.  nous  disposons  d’un  moyen  juridique   :  la  clause  d’exclusion   de   solidarité   visée   dans   le   CCG   par   l’article   G   6   3-­‐1.   alinéa   2 .   c’est   souvent   l’architecte.   Échanges  avec  la  salle   De   l a   s alle   ( Pascal   F ABRE.     En  effet.

  l e   c ontrat   t ype   e st   s implifié   e n   d eux   p hases   :   Phase   1   M ission   d iagnostic.   e xpert   C our   d ’appel   d e   R ennes)   Les   clauses   générales   ne   sont-­‐elles   pas   prises   en   compte   si   elles   ne   sont   pas   signées   et   paraphées   p age   p ar   p age   ?     Maître   A lexandra   D ECLERCQ   Le   CCG.     Maître   A lexandra   D ECLERCQ   Aujourd’hui.org/contrats-­‐pour-­‐travaux-­‐sur-­‐existants   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 21/25 .   l a   m ission   d e   d iagnostic   i nclut   :   -­‐   l e   r elevé   é tat   d es   l ieux   i ncluant   -­‐   l es   d émarches   p our   a ccéder   a ux   l ocaux   -­‐   l a   v érification   d es   d ocuments   g raphiques   f ournis   p ar   l e   m aître   d ’ouvrage   -­‐   l e   r elevé   d es   o uvrages   e xistants   -­‐   l e   r elevé   d es   h éberges   -­‐   l e   r elevé   d es   d ésordres   p réexistants   -­‐   l a   m ission   d ’expertise   t echnique   -­‐   l a   r eprésentation   g raphique   d es   o uvrages   e xistants   -­‐   l ’établissement   d u   d ossier   p hotographique   -­‐   l ’analyse   d e   f onctionnement   u rbanistique   e t   d e   l a   p erception   a rchitecturale   i ncluant   :   -­‐   l a   r echerche   h istorique   -­‐   l es   r ègles   e t   c ontraintes   a pplicables   à   l ’opération   -­‐   l ’examen   d es   é léments   a rchitecturaux   r etenant   l ’attention   -­‐   l ’analyse   u rbanistique   -­‐   l a   p rise   e n   c ompte   d es   h abitants   e t   u sagers   -­‐   l ’analyse   t echnique   e t   a rchitecturale   i ncluant   :   -­‐   l ’analyse   d es   o uvrages   -­‐   l ’analyse   p ollution   d es   o uvrages   12  http://www.   Contrats  pour  travaux  sur  existants   La   dernière   version   du   contrat   type   d’architecte   pour   travaux   sur   existants   a   été   publiée   en   12 janvier   2 015   p ar   l e   C onseil   n ational   d e   l ’ordre   d es   a rchitectes   ( CNOA) .     De   l a   s alle   ( Éric   S CHNELLER.   e squisse.architectes.   A vant-­‐projet   s ommaire   ( APS)   Phase   2   :   M ission   c onception   e t   t ravaux.     Chahrazad   T OMA-­‐VASTRA   La   v ersion   p récédente   d e   c es   c ontrats   t ypes   c omportait   t rois   p hases   :   -­‐   l e   r elevé   d iagnostic   -­‐   L ’étude   p réliminaire   -­‐   l a   c onception   d u   p rojet   e t   l a   D irection   d es   t ravaux   ( DET).   d oit   ê tre   s igné   e t   p araphé.   dans   l’optique   de   l’application   de   la   clause   d’exclusion   de   solidarité.   a rchitecte.De   l a   s alle   Le   devis   doit   être   signé   et   la   facture   acquittée   pour   que   les   compagnies   d’assurances   interviennent.     À   p résent.   en   marché   privé.

    Chahrazad   T OMA-­‐VASTRA   Par   ailleurs.   e aux-­‐vannes.   de   la   solidité   des   ouvrages   et   de   leur   stabilité   a u   f eu.   j ’ai   l a   c ommission   d es   c ontrats   d u   C NOA.   l a   c harpente   e t   c ouverture.   Il   ne   s’agit   pas   d’un   contrat   type   mais   d’un   modèle   de   contrat.   e au   f roide.   dans   le   modèle   de   contrat   précédant   la   mission   de   diagnostic   n’était  pas  définie.     Maître   A lexandra   D ECLERCQ   En   effet.   é lectricité.   En   effet.  les  structures  horizontales.   l e   f lou   d ans   l a   d éfinition   d es   m issions   p eut   a ussi   a voir   u n   i ntérêt   j udiciaire.  sans  le  moindre  garde-­‐fou  juridique.     De   l a   s alle   ( Claude   B UCHER.   En   effet.   t éléphone   e tc.   L’ensemble   des   sinistres   et   des   litiges   que   subissent   les   architectes   nous   poussent   à   définir   beaucoup   plus   e n   d étail   l a   m ission   d e   l ’architecte.       De   l a   s alle   O livier   B OYER-­‐CHAMMARD   Les   architectes   sont   dans   une   situation   économique   compliquée.  les  structures  verticales.   X )   Je   trouve   dangereux   de   cocher   des   items   d’une   liste.   L’analyse   implique   l’examen   de   capacité   de   charge.   L’analyse   technique   sur   la   structure   porte   sur   les   ouvrages   suivants   :   les   ouvrages   de   fondation.   Échanges  avec  la  salle   De   l a   s alle   O livier   B OYER-­‐CHAMMARD.  La  commission  contrat  du  CNOA  ne  fait   que   préciser   chaque   jour   davantage   les   missions   des   architectes   pour   que   ces   derniers   limitent   leurs   responsabilités   et   vendent   mieux   leurs   prestations.   p ersonne   n e   s ait   c e   q u’il   f ait   v raiment.   ces   contrats   ne   sont   pas   faits   pour   être   utilisés   tel   quel   mais   pour   être   adapté   à   la   mission.   Il   a   l’obligation   de   concevoir   un   projet   réalisable.   Si   l’architecte   ne   dispose   pas   d ’un   s upport   é crit   p our   e xpliquer   s a   m ission.   a rchitecte.   a rchitecte   Avec   X avier   M ENARD.   g az.  les  ouvrages  d’étanchéité  en   terrasse.     De   l a   s alle   ( M.   notamment   parce   que   les   contrats   précédents   sous-­‐entendaient   que   les   architectes   étaient   censés   tous   faire   et   répondre  à  tout.   Une   mission   importante   peut   ne   pas   être   c ochée.     Maître   A lexandra   D ECLERCQ   L’architecte   a   un   devoir   de   conseil.   Cependant.-­‐   l e   r apport   d e   s ynthèse   e t   l a   f aisabilité   t echnique.   e aux   p luviales.   Il   doit   aussi   t enir   c ompte   d e   c ontraintes   é conomiques   e t   f inancières.   qui   est   à   l’origine   de   ses   modèles.   un   tableau   permet   de   cocher   les   éléments   inclus   dans   les   missions   diagnostic.   l’analyse   technique   sur   la   voirie   et   les   réseaux   extérieurs   porte   sur   les   eaux   usées.   l es   m açonneries   e tc.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 22/25 .   e xpert   a gréé   C our   d e   c assation)   Ces   modèles   de   contrat   ont   été   élaborés   avec   l’appui   de   la   MAAF   et   de   juristes.   e au   c haude.   i l   y   a   u ne   q uinzaine   d ’années.  Nous  avons  donc  souhaité  limiter  le  plus  possible  la  mission  donnée  aux   architectes   pour   valoriser   chaque   élément   individuellement   et   se   décharger   des   éléments   non   p révus.

  l’architecte   doit   faire   un   diagnostic   préalable   car   il   a   l’obligation   de   concevoir   un   projet   réalisable   et   la   recherche   historique  doit  absolument  être  faite  par  le  maître  d’ouvrage.  pourcentage  et  tarif  horaire.     Le   modèle   détaillé   de   contrat   du   CNOA   dresse   une   check-­‐list   qui   permet   de   délimiter   les   engagements   de   l’architecte.   les   magistrats   s’aperçoivent   souvent   que   les   contrats   d’architectes   ne   sont   pas   absolument   pas   13 remplis   :  même  le  choix  entre  les  trois  grandes  options  de  rémunération  n’est  souvent  pas   renseigné.   en   général.  le  fait  d’inclure  cette  mission  dans  la  conception  est   discutable.   notre   rôle   est   d’éclairer   le   dossier   afin   que   le   tribunal   puisse   prendre   une   décision.  En  réalité.   Si   le   CCTP   a   été   signé.   comme   tous   les   autres   intervenants   à   l’acte   de   construire.   Dans   la   pratique.  vous  prenez  des  risques.   le   droit   ne   peut   pas   s’appliquer.  Toutefois.   il   n’y   a   même   pas   de   procès.   par   exemple.  dans   13  Forfait.   il   y   a.   Les   faits   existent.  En   vous  engageant  dans  un  diagnostic  de  l’existant.   Cette   démarche   est   très   pédagogique.   Tout   est   simple   quand   un   contrat   clair   est   respecté   car   dans   ce   cas.   des   interventions   supplémentaires   de   l’architecte.   La   responsabilité   de   l’architecte   sera   évaluée   à   l’aune   des   engagements   qu’il   a   pris.  normalisée  et  très  restrictive.       La  mission  solidité.  vice-­‐présidente  de  la  septième  chambre  du  Tribunal  de  grande  instance  (TGI)  de  Bordeaux   Le   contrat   est   un   élément   primordial   car   il   détermine   les   engagements   et   les   responsabilités   endossées   par   les   architectes.   En   outre.   pour   les   architectes  est  incluse  dans  la  mission  conception.  il  n’y  aura  pas  de  discussion  sur  le  contenu  des  prestations  convenues.   Sur   le   plan   juridique.   Quand   nous   conseillons   une   partie.  Il  est  important  de   ne  vous  engager  que  sur  ce  que  vous  pouvez  réellement  prendre  en  charge.   Néanmoins.   a lors   j e   n e   p ense   m alheureusement   p as   q ue   l a   p artie   d iagnostic   l e   s era.   du   constructeur   etc.     Irène   B ENAC   Sans   preuve.   Échanges  avec  la  salle   Le  rôle  des  experts   Michel  JEMMING   Président  CNEAF   Les   architectes   experts   peuvent   intervenir   en   tant   qu’experts   judiciaires   ou   en   tant   que   conseil   de   partie.  si  le  maître  d’ouvrage  choisi  de   confier  à  SOCOTEC  la  mission  diagnostic.   les   choses   ne   sont   pas   aussi   simples.   Sous   l’angle   judiciaire.  entraîne  une  responsabilité  très  limitée.  Le  diagnostic  de   l’existant   m et   e n   j eu   d es   c ompétences   m ultidisciplinaires   q ui   d oivent   ê tre   r émunérées.  ce  point  doit  bien  être  stipulé   dans   l e   c ontrat.   il   faut   donc   retenir   la   recommandation  de  Maître  DECLERCQ  de  faire  attention  à  ce  qui  est  écrit  dans  les  contrats.   nous   l’aidons   à   trouver   l es   a rguments   e t   à   r assembler   l es   p ièces   u tiles   à   s a   d éfense.   mais   se   pose   la   question   de   la   preuve.La  pratique  judiciaire   Irène  BENAC   Juge.   154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 23/25 .       Le   magistrat   examinera   particulièrement   la   mission   diagnostic   qui.

    Michel   J EMMING.nos   dossiers.   P résident   d u   C NEAF   Nos   rencontres   permettent   de   favoriser   la   rencontre   entre   experts   architectes   et   experts   conseils  et  favoriser  la  constitution  de  groupes  régionaux  d’architectes  experts.  Merci  à  tous   pour   l a   v ivacité   d e   v os   d iscussions.   e xpert   C our   d ’appel   d e   B ordeaux)   Effectivement.  qui  veut  avoir  la  preuve  de  l’état  des  avoisinants  n’a  pas  besoin   d’un   référé   préventif.   Nous   attendons   que   l eurs   r apports   s oient   t rès   d escriptifs   e t   q ue   l es   r aisonnements   s oient   e xpliqués.   L’expert   judiciaire   n’a   pas   à   répartir   les   pourcentages   de   responsabilité   entre   les   constructeurs.  mais   dans   la   mesure   où   nous   avons   déterminé   les   causes   des   désordres   et   du   sinistre.   Il   a   pour   mission   d’émettre   un   avis   technique   sur   un   sinistre  afin  d’éclairer  le  tribunal.  L’expert  judiciaire.   e xpert   C our   d ’appel   d e   D ouai)   Certains   j uges   p réfèrent   d isposer   d e   p ourcentages   d ans   n os   r apports   d ’expertise.   on   nous   demande   de   donner   des   éléments   techniques   de   nature   à   éclairer   le   juge   sur   les   responsabilités  des  uns  et  des  autres.     De   l a   s alle   ( Christine   M ATHIEU.  Cette  répartition  relève  de  la  seule  appréciation  souveraine  des  juges  du  fond   après   d ébat   c ontradictoire   e ntre   l es   p arties.  bénéficie  du  principe   d’impartialité   qui   fonde   sa   légitimité.   C’est   dans   c e   c as   q ue   n ous   a vons   b esoin   d es   e xperts.   c ’est   l e   c aractère   c ontradictoire.     Dès   qu’il   faut   discuter   des   preuves   factuelles.  on  ne  nous  demande  pas  de  déterminer  précisément  les  responsabilités.     Maître   A lexandra   D ECLERCQ   L’huissier   n’est   pas   un   technicien.   Ce   qui   manque   à   la   force   probante   d es   e ntreprises   c omme   l a   S OCOTEC.     A  priori  un  maître  d’ouvrage.   nous   retenons   très   souvent   la   preuve   des   prestations   réalisées   sur   la   foi   de   la   facture.   L e   f ait   e st  d onc   s uffisamment   p rouvé   p ar   l ’existence   de   l a   f acture   e t   d e   l ’ouvrage.   un   aléa   est   introduit   dans   la   discussion.     De   l a   s alle   ( Alain   D ELCOURT.  J’ai  donc  personnellement  l’habitude  d’expliquer  qui  a   fait   q uoi.     Irène   B ENAC   Nous   essayons   de   ne   pas   faire   peser   cet   aspect   sur   les   experts   judiciaires.   a rchitecte.  quant  à  lui.   il   peut   demander   à   un   huissier   de   faire   un   constat.   c e   q ui   p eut   a mener   l e   j uge   à   d éterminer   q ui   e st   r esponsable   d e   q uoi.   p arce   q u’il   n ’y   a   p as   e u   d e   C CTP.   Cependant   ce   dernier   aura   moins   de   valeur   qu’un   référé   préventif   contradictoire   réalisé   par   un   expert   judiciaire.  Ce  dernier  est  alors  en  mesure  d’émettre  un  avis  juridique.   a rchitecte.   les   magistrats   se   posent   la   question   de   leur   valeur   probante.                     154° TRNTJ du CNEAF / 10 juin 2016 /diagnostic des structures • 24/25 .   il   n’émet   pas   d’avis   technique   sur   ses   constatations   et   le   PV  qu’il  produit  n’est  pas  contradictoire.   C oncernant   l es   r apports   q ui   l eur   s ont   s oumis.

  Sigles   AFNOR   :   A ssociation   f rançaise   d e   n ormalisation   APS   :   A vant-­‐projet   s ommaire   CCG   :   C ahier   d es   c lauses   g énérales   CCH   :   C ode   d e   l a   c onstruction   e t   d e   l ’habitation   CCP   :   C ahier   d es   c lauses   p articulières   CCTP   :   C ahier   d es   c lauses   t echniques   p articulières   CNEAF   :   C ollège   n ational   d es   e xperts   a rchitectes   f rançais   CNOA   :   C onseil   n ational   d e   l ’ordre   d es   a rchitectes     DDT   :   D ossier   d e   d iagnostic   t echnique   DET   :   D irection   d es   t ravaux   GPI   :   G estion   d e   p atrimoine   i mmobilier   INSA   :   I nstitut   n ational   d es   s ciences   a ppliquées   PV   :   P rocès-­‐verbal   QHSE   :   Q ualité-­‐hygiène-­‐sécurité-­‐environnement   TGI   :   T ribunal   d e   g rande   i nstance   TRNJ   :   T ables   r ondes   n ationales   j urisprudentielles           Compte   r endu   r édigé   p ar   :     e Synthèse   d e   l a   1 54   T RNJ   10   j uin   2 016     ©   C NEAF   2 016   .