Vous êtes sur la page 1sur 396

CYNDIDALE

LECORPSSUBTIL

(THESUBTLEBODY)

LAGRANDEENCYCLOPEDIEDE

L’ANATOMIEÉNERGÉTIQUE

C YNDI D ALE LECORPSSUBTIL (T HE S UBTLE B ODY ) L AGRANDEENCYCLOPEDIEDE L’ANATOMIEÉNERGÉTIQUE www.macroeditions.com

Pourdeplusamplesinformationssurcetauteuretsurcettecollection

visiteznotresitewww.macroeditions.com

Titreoriginal: TheSubtleBody.AnEncyclopediaofYourEnergeticanatomy

©2009CyndiDale

SOUNDSTRUE

POBox8010

BoulderCO80306

coordinationéditoriale

ChiaraNaccarato

traduction

CynthiaSyoen

révision

MarylèneDiStefano

couverture

Tecnichemistesrl,Bertinoro(FC),Italie

miseenpage

LauraSantoro

impression

TipografiaLineagrafica,CittàdiCastello-Italie

1re éditionmai2013

©2013MacroÉditions

ViaGiardino30,

47522Cesena-Italie

ISBNePub:978-88-6229-924-4

ISBNMobi:978-88-6229-925-1

eBookbyePubMATIC.com

TABLEDESMATIÈRES

TABLEDESMATIÈRES
TABLEDESMATIÈRES

INTRODUCTION

PARTIEI:ÉNERGIEETGUÉRISONÉNERGÉTIQUE

1. L’énergieestuniverselle

2. Lethérapeuteénergétique

PARTIEII:L’ANATOMIEHUMAINE

3.

Lescellules

4.

L’ADN

5.

Lesystèmesquelettique

6.

Lesystèmemusculaire

7.

Lesystèmenerveux

8.

Lapeau

9.

Lesystèmecirculatoire

10.

Lesystèmerespiratoire

11.

Lesystèmeendocrinien

12.

Lesystèmedigestif

13.

Lesystèmeexcréteur

14.

Lesystèmereproducteur

15.

Lemétabolisme

16.

Lesystèmeimmunitaire

17.

Lessens

PARTIEIII:LESCHAMPSÉNERGÉTIQUES

18. Unepremièreapprochedeschampsénergétiques

19. Deuxthéoriesduchampunifié

20. Leschampsnaturels

21. Lerayonnantéclatdesmolécules:unerecherched’objetstrouvés

22. Leschamps-Letleschamps-T:despartenairesquicomposentlaréalité?

23. Lapollutionduchamp:lestressgéopathique

24. Lepouvoirdumagnétisme

25. Laguérisonparimpositiondesmainsetàdistance:lapreuvedel’existencedechampssubtilsetd’uneréaliténonlocale

26. Lagéométriesacrée:leschampsdevie

27. Leschampsénergétiqueshumains

PARTIEIV:LESCANAUXD’ÉNERGIE:CANAUXDELUMIÈRE

28. L’histoiredelathérapiedesméridiens

29. Unaperçudusystèmedesméridiens

30. Théoriessurl’existence,lerôleetlefonctionnementdesméridiens

31. L’histoiredelasciencedesméridiens

32. Lesméridiensprincipaux

33. Lesprincipauxpointsd’acupuncture

34. Lescinqphasesetlesthéoriesdediagnosticconnexes

35. Lesseptémotionsetlesorganescorrespondants

PARTIEV:LESCORPSÉNERGÉTIQUES:LESCHAKRASETAUTRES«INTERRUPTEURS»

36. Lescorpsénergétiques

37. Lakundalini,laforceunificatrice

38. Rencontredesprincipesscientifiquesetdelathéoriedeschakras

39. Lessystèmeschakriquesdanslemonde

40. Lesystèmeénergétiquemystiquejuif:l’ancienneKabbale

PARTIEVI:PRATIQUESÉNERGÉTIQUES

CONCLUSION

REMERCIEMENTS

NOTES

BIBLIOGRAPHIE

CRÉDITSICONOGRAPHIQUES

TABLEAUXETILLUSTRATIONS

ÀPROPOSDEL’AUTEUR

ÀPROPOSDEL’ILLUSTRATEUR

TABLEAUXETILLUSTRATIONS

TABLEAUXETILLUSTRATIONS
TABLEAUXETILLUSTRATIONS

PARTIEI:ÉNERGIEETGUÉRISONÉNERGÉTIQUE

1.1 Donspsychiquesrelevantdeschakras:dupsychismeàl’intuition(tableau)

PARTIEII:L’ANATOMIEHUMAINE

2.1 Unecellulehumaine

2.2 Lanébuleuseenformed’ADN

2.3 Cellulesfasciales

2.4 Laglandepituitaire

2.5 Lechampélectromagnétiqueducœur

2.6 Cellules«tueuses»attaquantunvirus

PARTIEIII:LESCHAMPSÉNERGÉTIQUES

3.1

Champsréels

3.2

Leschampsd’énergiesubtile

3.3

LarésonancedeSchumann

3.4

Lignestelluriquesmondiales

3.5

Lechampmagnétiqueducorps

3.6

Lesformesdemagnétisme(tableau)

3.7

Ondesinusoïdale

3.8

Sphère

3.9

SuitedeFibonacci

3.10

Tore

3.11

Lasectiondorée

3.12

Merkaba

3.13

CubedeMétatron

3.14

Fleurdevie

3.15

Pentachore

3.16

Lagéométriesous-jacenteauxchakras

3.17

LessolidesdePlaton

3.18

Cymaglyphedelavoixhumaine

3.19

Cymaglyphedesanneauxd’Uranus

3.20

Lescouchesduchampaurique

3.21

Lepointd’assemblage

PARTIEIV:LESCANAUXD’ÉNERGIE:CANAUXDELUMIÈRE

4.1

Lesméridiensyinetyang(tableau)

4.2

Lesméridiensprincipaux,vueantérieure

4.3

Lesméridiensprincipaux,vuepostérieure

4.4

LeméridiendesPoumons

4.5

LeméridienduGrosIntestin

4.6

Leméridiendel’Estomac

4.7

LeméridiendelaRate

4.8

LeméridienduCœur

4.9

Leméridiendel’IntestinGrêle

4.10

LeméridiendelaVessie

4.11

LeméridiendesReins

4.12

LeméridienduPéricarde

4.13

LeméridienduTripleRéchauffeur

4.14

LeméridiendelaVésiculeBiliaire

4.15

LeméridienduFoie

4.16

LevaisseauConception

4.17

LevaisseauGouverneur

4.19

Diagrammedescinqphases

4.20 Lescinqélémentschinois(tableau)

4.21 Lesseptémotionsetlesorganes(tableau)

4.22 Alimentsetémotions(tableau)

4.23 Lescyclesduqi:l’horlogebiologique

PARTIEV:LESCORPSÉNERGÉTIQUES:LESCHAKRASETAUTRES«INTERRUPTEURS»

5.1

Anatomied’unchakra

5.2

Leschakrasentantqu’ondes

5.3

Leschakrassurlespectreélectromagnétique

5.4

Leschakrasetlesystèmeendocrinien

5.5

Lesystèmedeschakrashindous

5.6

Lepremierchakra:Muladhara

5.7

Ledeuxièmechakra:Svadhisthana

5.8

Letroisièmechakra:Manipura

5.9

Lequatrièmechakra:Anahata

5.10

Lecinquièmechakra:Vishuddha

5.11

Lesixièmechakra:Ajna

5.12

Leseptièmechakra:Sahasrara

5.13

Lesaspectsdelaconscience(tableau)

5.14

LeSushumna

5.15

Lesprincipauxnadisetleursénergiesspécifiques(tableau)

5.16

Lecaducéedelakundalini

5.17

Lestroisprincipauxnadis

5.18

Leskoshas

5.19

Lespouvoirssiddhi(tableau)

5.20

Lesystèmetibétaindessixchakras

5.21

Lesystèmetsalagi(cherokee)

5.22

Ojosdeluz:lesystèmeénergétiqueinca

5.23

Lespukiosincas

5.24

Lesbandesdepouvoirincas

5.25

Leschakraségyptiensetafricainsetl’ArbredeVie(tableau)

5.26

Lespointsspirituelsetlacolonnevertébrale(tableau)

5.27

Lesystèmedesdouzechakrasetl’œufénergétique

5.28

Infrastructuresdeschakras(tableau)

5.29

Lakundalinietlesystèmedesdouzechakras

5.30

Chakrasetaddictions(tableau)

5.31

L’ArbredeVie:lesdixsephiroth

5.32

Lessephirothetleurscorrespondanceschakriques(tableau)

PARTIEVI:PRATIQUESÉNERGÉTIQUES

6.1

L’acupuncture

6.2

Lamoxibustion

6.3

Lesventouses

6.4

Leszonesd’acupunctureKubota

6.5

LesystèmedeCalligaris:mainetorganes

6.6

Chakrasetpierresprécieuses(tableau)

6.7

Énergiesdescouleurs(tableau)

6.8

Nuancesnéfastes(tableau)

6.9

Lachromothérapie:associationentreleschakrasetlesrégionsducorps

6.10

Lessymbolesgéométriques:favorablesetnéfastes(tableau)

6.11

Lespointsshiatsuprincipaux

6.12

Lespointsshiatsukeiketsu

6.13

Lesystèmeénergétiquethaïlandais

6.14

L’énergétiquedentaire

6.15

Lesmudrasbouddhistes

6.16

Lescinqfamillesdebouddhas(tableau)

6.18

Lessymbolesnumériquesutilesetnéfastes(tableau)

6.19 Zonesdecroisementlatitudinales

6.20 Lestroisplusimportantssymbolesreiki

6.21 Réflexologieplantaire:vueplantaireetdorsale

6.22 Réflexologieplantaire:vueinterneetlatérale

6.23 Réflexologiepalmaire

6.24 Réflexologiefaciale

6.25 Réflexologieauriculaire

6.26 Fonctionsdesnotes(tableau)

6.27 Notesprincipalesetchakras(tableau)

6.28 Sonetcouleur(tableau)

6.29 Lescinqconstitutionsprincipales

6.30 Lieuxdeprisedupouls

6.31 Régionslinguales

INTRODUCTION

INTRODUCTION
INTRODUCTION

«Quelquejour,aprèsl’éther,lesvents,lesmarées,lagravitation,

nouscapterons,pourDieu,lesénergiesdel’amour.

Etalors,unedeuxièmefoisdansl’histoireduMonde,

l’hommeauratrouvéleFeu.»

PierreTeilharddeChardin

C omment unprofessionnel spécialisé dans les soins de santé devient-il le meilleur thérapeute possible?Commentunpatientpeut-ilêtretenupleinementinformé–etparconséquentbénéficier d’untraitementoptimal?Impossibledetrouverlaréponseennesuivantquelesvoiesreconnues

d’uneformationmédicale.Nousn’avonsqu’àobserverlenombrecroissantdecancers,demaladies cardiaques,detroublesmentauxetd’étatsliésaustresspourcomprendrequeleslimitesdelaguérison doiventêtrefranchies.Lessentiersbattusdelamédecineallopathiqueoccidentale,quis’appuientsurla preuve mesurable de la maladie etsur des traitements qui peuventêtre démontrés enlaboratoire – reposantessentiellementsurdesphénomènesquisontfacilementperceptibles–,nedétiennentpastoutes lesréponsesquenousdésirons.Pouratteindrel’excellence,ilnousfautégalementétudieretagirsurce quin’estpasapparent,cequinepeutêtreperçu.Nousdevonsnousaventurerdanslemondecomplexe desénergiessubtiles.

Celivres’adresseàquiconquechercheàs’engagerdefaçonpositivedanslaprofessiondessoinsde santé.Cedomainenousenglobetous,carchacundenousparticiperadumondethérapeutiqueàunmoment danssavie,quecesoitàtitrepersonnelouprofessionnel.Lebutpremierestd’épaulerles«bons» professionnelsdelasantéquisouhaitentdevenird’«excellents»thérapeutes.Toutaussiimportants,en outre,sontlesbesoinsdu«consommateur»moderne,lapersonneaffectéeouatteinted’unmal-aise–un manqued’aise,debien-êtreauniveauphysique,mentalouspirituel.Lavérité,c’estquenousavonstous besoindecomprendrel’informationvéhiculéedanscelivre,parcequ’elleparleaumoietàlaréalité cachéederrièrel’évidence,l’étoffequicomposelemondematériel. Celivreestuneencyclopédiedel’anatomiedesénergiessubtiles,lesstructuresdesénergiesqui sous-tendentlaréalitéetnotrecorpsphysique.C’estaussiuncondensédesoutilsettechniquesdes énergiessubtiles:desméthodesénergétiquesdestinéesàfaireladifférence.L’objectifdecetravailest depermettredesmodificationsauniveauénergétique–cellesquiengendrentdeschangementsdansle fluxdel’énergie–poursusciteruneréelleguérison. Toutemédecineestensubstanceunemédecineénergétique,puisquelemondeestcomposéd’énergie. Etilestimportantdeserappelerquetoutphénomènemédicalconnuetobservableaautrefoishabitéles royaumesdusubtil oudel’infini.Il futuntempsoùlesrayonsX,lesbactériesetmêmeleseffets biochimiquesdel’aspirinen’étaientpasobservables.Maintesénergiessubtilesquevousrencontrerez danscelivreontétérécemmentmesurées,etnouspouvonspleinementnousattendreàcequenombrede cellesquidoiventencorel’êtrelesoientunjour.D’icilà,nousnedevonspaslaisserlemanquede

preuvesscientifiquesnousempêcherdetravailleraveclessystèmessubtils;l’absencede«preuves»n’a

pasenrayél’efficacitédespratiquesénergétiquesquiontétédéveloppéesàtraverslesâges.

Poursauverlavied’unpatient,pourapaiserl’anxieuxourendrelesourireàunenfant,lesthérapeutes

d’aujourd’huidoiventseréféreràbiendavantagequ’auxidéesreçues.Illeurfautapprendreàdécelerau

sein,àtraversetau-delàdel’évidencelescausesvéritablesdesproblèmesdesanté.Lesréponsesaux

questionssurlavieetlamortrésidentdansl’invisible,etdecefaittoutthérapeuteprofessionnel,peu

importesonorientation,devraits’efforcerdedevenirégalementprofessionneldesénergiessubtiles.

Qu’est-cequel’énergiesubtile?Ilexiste,derrièrelaréalitéphysique,desubtilesouimperceptibles

énergiesquiproduisentetalimententtoutematière.Lemondesoi-disantréel–celuiquevouspouvez

toucher,sentir,goûter,entendreetvoir–estentièrementconstituédecesénergies,imperceptiblesparles

cinqsens.Enfait,toutelaréalitéestcrééeàpartirdesystèmesorganisésetrenouvelablesd’énergies

subtiles.Pouraiderquelqu’unàguérirdelamanièrelaplusefficace–poursecourirlemalade,allégerla

souffranceetredonnerespoirdanslesténèbres–,nousdevonsidentifierettravailleraveclesénergies

subtilesquiengendrentdéséquilibresetmaladie.Nousdevonsagirsurlacause,passeulementsurle

symptôme.Cefaisant,nousélargissonslechampdelamédecinepouryinclurel’ensembledesforcesà

l’œuvredanslamaladieetlasanté.

Ilyaencorequelquesannées,lamédecinemoderneétaitdiviséeendeuxcatégoriesprincipales:

l’occidentaleetl’orientale.Lessoinsdesantéoccidentaux,égalementappelésmédecineallopathique, sont mécanistes ; les praticiens occidentauxcherchent à soulager les symptômes via des méthodes validéesscientifiquement.Nousdevonshonoreretrespectercetteapproche:oùenserions-noussansles antibiotiquesetlesstimulateurscardiaques?Enmêmetemps,iln’yapassilongtempsquelamédecine occidentale est sur le devant de la scène. Pendant des milliers d’années, ce que nous appelons aujourd’huilamédecineorientaleprévalait. Lamédecineorientaleseconsacreauxsoinsholistiques,quitraitentlapersonnedanssatotalité– mental,corpsetesprit–etpasseulementsessymptômes.EnOccident,nousutilisonsdestermestelsque médecinedouceoualternative pour décrire cette approche.Ailleurs dans le monde,onqualifie la médecineorientaledemédecinetraditionnelle.Ils’agitlàdelamédecinepropreàlaculture. Les méthodes occidentales et orientales semblaient diamétralement opposées, et le gouffre les séparantparaissaitinsurmontable,jusqu’àcequelespraticiensetlespatientsprennentconscienceque lesdeuxapprochess’enrichissaientl’unel’autre.Aveccettedécouvertenaquitunnouveausystèmede santéappelélessoinsintégrés:lemariagedel’Occidentetdel’Orient. Lesmédecinesoccidentale,orientaleetintégrativereprésententtoutesdesvoiesessentiellesversla guérison.Maisilexisteunautrecomposantàlagammeoriginaledessoinsdesanté.Onl’appellela médecineénergétique–enparticulier,lamédecinedesénergiessubtiles. Par sa connaissance, les professionnelsdelasantépeuventatteindreunnouveauniveaud’excellencemédicale.Etcelaparceque touteslesmaladiessonténergétiquesouliéesaufluxdel’énergie.L’approchethérapeutiquelameilleure englobe,parconséquent,lesproblèmesénergétiques. Toutestconstituéd’énergie:lesmolécules,lesagentspathogènes,lesmédicamentsetmêmeles émotions.Chaquecelluleémetdesimpulsionsélectriques,etdeschampsmagnétiquesémanentducorps lui-même.Lecorpshumainestunsystèmeénergétiquecomplexe,composédecentainesdesous-systèmes énergétiques.Desdéséquilibresénergétiquesengendrentlamaladie;parconséquent,onpeutrecouvrer ourétablirlasantéenéquilibrantsesénergies. Nousnepouvonstoutefoispaspercevoirtouteslesénergiesquimaintiennentlecorpsenbonnesanté. Cellesquel’onpeutdécelersontappeléeslesénergiesphysiquesoumesurables.Cellesquel’onnepeut encorediscernersontappeléeslesénergiessubtiles.Subtilneveutpasdirefragile.Enréalité,lascience commenceàadmettrequelesubtil–quel’onnepeutpasencoremesurer–agitenfaitsurlemesurableet

élaborenotrestructurephysique. L’idéed’énergiessubtilesn’estpasnouvelle,bienqueletermemêmesoitrelativementrécent.Elle puisesesracinesdansl’histoiredel’humanité.Ilyadesmilliersd’années,nosancêtresontdéveloppé dessystèmespourtravailleraveccesénergies.Aufildutemps,ilsontcontinuéàcodifieretélaborerces systèmes,ainsiquelesméthodesthérapeutiquesbaséessureux,pouruneraisontrèsimportante:les systèmesfonctionnaient. Tandisquelaconnaissancedesénergiessubtilesadébutédefaçonintuitive,l’unedesœuvreslesplus passionnantesdanscedomaineseproduitaujourd’huiauseindeslaboratoires,descliniques,desinstituts etdesuniversités,oùl’histoireseconfronteàlarecherchepourrecueillirdespreuves.D’innovantes étudesutilisantunéquipement,delaphysiqueetdesprocessusdepointeontfaitnaîtreunenouvellesérie de«mystiques»desénergiessubtiles:desscientifiquesquilèventlevoilesurlesmystèresdusystème énergétique.Pourcetteraison,chaquesectiondecelivremetenévidencelapreuvescientifiqueattestant del’existencedestructuresénergétiquessubtiles. Cetouvragedélivredel’informationsurdenombreusesméthodesdetraitementdifférentes,baséessur lessystèmessubtils.Àpremièrevue,certainesd’entreellespeuventsembler«nonmédicales».Quel lienunitlacouleuretlesonàlaguérison?Quelsenslegoût,lespierresprécieusesetlesnombres peuvent-ilsavoirpourlethérapeutemoderne?Laréponseestlégion.Lestraitementsreprésententdes voies,desmoyenspouraiderlethérapeuteàaccéderauxroyaumesdel’énergiesubtileetdispenserdes soins.Etilspeuventservirdecomplémentsàdestraitementsstandards. Naturellement,toutthérapeuteprofessionnel–qu’ilpratiquelamédecineoccidentale,orientaleou intégrative–sedoitdesuivreuncodemoralgarantissantqu’ildélivreunserviceduplushautniveau.Les thérapeutesénergétiquesavertisdoiventparailleurss’attaqueràdesquestionssupplémentaires,telles queleslimites,ladéontologieetl’intuition,unsujettraitédanslapremièrepartie. Lapremièrepartierenfermeégalementunlexiquedestermesnécessairespourcomprendrel’anatomie subtile et des explications sur les concepts énergétiques autant traditionnels que récents. Bienque l’énergiesubtileetl’énergiephysiquefonctionnentdemanièrelégèrementdifférenteetsuivantdeslois distinctes,ellessontinterconnectées,etlethérapeutedesénergiessubtilesdoitposséder desolides connaissancesdesdeux. Dans le même ordre d’idées, comprendre l’anatomie subtile sous-tend de connaître l’anatomie physique,lesujetdeladeuxièmepartie.Cesleçonsd’anatomiepourrontvousrappelervoscoursde biologiedulycée,maisellesmettronticil’accentsurlesaspectsénergétiquesdessystèmescorporels. Vousapprendrezquelecorpsphysiqueestenréalitéunprolongementdusystèmedesénergiessubtiles. Lerestedulivreseveutuneexplorationdel’anatomiedesénergiessubtiles,débutantparlestrois structuresénergétiquesprincipales:leschamps,lescanauxetlescorps. Danslatroisièmepartie,nousexaminonsleschampsénergétiques.Descentainesdechampsémanent dechaquecellule,organeetorganisme–dontnotreplanète.Cettepartienousprésenteégalementle concept de « stress géopathique », un domaine d’étude émergent qui se concentre sur les effets indésirablesdecertainschampsnaturelsetartificielssurnotrebien-être. Laquatrièmepartietraitedessystèmesénergétiquesenmouvement:lescanaux.Vousytrouverezun examenapprofondidelasciencedesméridiensetdesexpériencesvariéesquiontrécemmentexplicitéet attestédel’existencedecesstructuressubtiles. Lacinquièmepartieévoquelescorpsd’énergiesubtiletelsqueleschakras,lessephirothdela Kabbaleetuneséried’autrescentresénergétiques.Nousnousconcentreronsdavantagesurlesystème chakrique le mieux connu, l’hindou, mais nous étudierons également d’autres systèmes de corps énergétiques,delatraditionégyptienneàl’africaine,enpassantparlasud-américaine.Nousexplorerons aussile«fleuve»oucanauxd’énergiesubtilequirelientleschakrasentreeuxetaucorps,lesnadis

(bien que l’on puisse à juste titre ranger les nadis dans la catégorie des canaux, ils sont si inextricablementliésausystèmechakriquequenouslesétudieronsensemble). Enfin, dans la sixième partie, nous examinerons certains des systèmes de soins intégrés qui se comptentparcentainesetquenousutilisonsactuellement–ceuxquiemploientaumoinsdeuxdestrois structuressubtilesprincipales(leschamps,lescanauxetlescorps).Nombred’entreeux,dontl’ayurvéda et le reiki, pourront vous être familiers, d’autres pas. Cette sectioncontient également, pour votre information,unelistereprésentativedepratiquesénergétiquessupplémentairesquinesontpastraitées danscelivre. Ilestimportantdecomprendreque,depuisdesmilliersd’années,lespeuplesetlesculturessesont échangécessystèmessubtils.Il existed’innombrablesthéoriessurlesméridiens,leschakrasetles champsénergétiques–et,d’unexpertàl’autre,ellesdiffèrentgrandement.Cetouvrageviseàvous présenter les connaissances les plus traditionnelles des structures énergétiques, ainsi qu’unéventail d’autres.Ilvousencourageàmenervotreproprerechercheetàdéveloppervotreproprecompréhension desénergiessubtilesetdeleurstraditionsthérapeutiques. Celivreapuisésesinformationsàdenombreusessources:manuscritsésotériques,textessacrés, autorités médicales depuis longtemps reconnues, praticiens en activité, manuels scientifiques, laboratoires de recherche, instances gouvernementales, associations et revues spécialisées. Elles proviennentdedisciplinesincluantlaphysiquequantique,lasciencebioénergétique,lagéométriesacrée, etd’ouvragesspécialementconsacrésauxdomainesthérapeutiquestraités.J’aisoigneusementrecenséet citécessourcespourvousaiderdansvotrerecherchepersonnelle. Vouspourrezenoutreconstaterquecertainesdecesinformationsn’ontjamaisétémentionnéesdans unouvragecontemporain.Enfait,différentesautoritésaucoursdessièclesontrépriméunepartiedeces recherches parce qu’elles présentaient la preuve irréfutable des systèmes énergétiques que nous explorons;detellesinformationsontétéperçuescommeunemenacepourlapratiquedelamédecine reconnueàl’époque. Commentai-jeobtenuces«informationssecrètes»?Cefutunevéritableaventured’écrirecelivre. Des personnes sont apparues de nulle part pour me fournir du contenu ou une direction. La plus importantecontributionm’aétéapportéeparl’uned’ellesenparticulier:StevenRoss,PhD,delaWorld ResearchFoundationLibrary(WRF).Celui-ciarassembléplusdetrentemillevolumesderecherchessur desthérapiesetdesphilosophiesdelasanté.Certainsdecestravauxn’étaientpasàdispositiondugrand publicjusqu’ici. Veuillezprendreconscience,quantàlafaçond’utilisercelivre,quelesinformationsréuniesicine peuventsesubstitueràuneétudeouuneformationapprofondie.Parexemple,lesméridiensetunesérie dethérapiesbaséessurlesméridiensvousserontprésentés,maissanslaprécisionnécessairepourvous préparer à soigner unpatient. Enrevanche, cette matière est censée vous aider à comprendre les méridiensetlespossibilitésquepeutvousoffriruneformationapprofondie. J’aistructurél’ouvragedefaçonàcequevousnedeviezpasprendreconnaissancedesmatièresles unesàlasuitedesautres,nimêmelesliretoutes.Vouspouvezvousconcentrersurchaquesection indépendammentdesautresousurunepartieisoléed’unesection.Jevousrecommandedevousréférerà l’indexpour étudier demanièrecroiséel’universalitédecertainssujets.Enfait,vousvousrendrez probablementcomptequel’indexestindispensable.Pourcomprendrepleinementuneidée,ilestutilede laconsidérerdansdescontextesdifférents,etmaintsconcepts–delamitochondrieàlagéométrie,en passantparlathéorieduspin–apparaissentdanspratiquementchaquesection.Commevouspouvez choisir de n’étudier qu’unsujetoudeuxenparticulier,certaines idées universelles sontbrièvement redécritesdanschaquesection. Avanttout,celivreestconçupourservirderéférence–unguidevousfournissant,defaçonverbaleet

visuelle,desinformationssurlessystèmesd’énergiesubtile.Bienquecesdeuxpagesdecouverture renfermentunerichedocumentation,davantagedeconnaissancessontencoredisponiblesetàdécouvrir surlemondedesénergiessubtiles.Cequevoustenezentrevosmainspeutvousameneràapprofondir vosrecherchesetàpuiseràlameilleuredessources:vous-même. Enfindecompte,vousdevezdevenirvotre«meilleureautorité»enmatièred’énergiessubtiles.Vous devinerezetdistinguerezquellesinformationsvousintéressent,vousetvotrepratique,etquellesdonnées ne s’appliquentpas à vos objectifs. Vous commencerezà vous reconnaître – vos propres systèmes énergétiques–danscespages.Etceparcequenouspartageonstouslesmêmessystèmesénergétiques. Nouspartageonslesdonsetlesfacultésquinouspermettentdenoustournerverslesubtil–detravailler avecl’invisible–pourvenirenaideànous-mêmeetauxautres.Etnouspartageonsnotreplacedans l’Univers,notreexpérienced’êtrehumainsurcetteplanète.Chacundenousestenmesuredecontribuerà élargirlesconnaissancesenmatièredeguérisonducorpssubtil.

PARTIEI

ÉNERGIEETGUÉRISONÉNERGÉTIQUE

Q u’est-cequel’«anatomieénergétique»?Jetezunœilsouslasurfacedumonde–lemondequi

englobevosvêtements,lesfours,lesphilosophies,votrepeau–etvousdécouvrirezununiversde

subtilesénergiesàl’œuvre.Bienquenousnesachionspasprécisémentàquois’emploientces

énergiesetcommentellesagissent,noussavonsqu’ellessont«présentes»etconstituentlesénergiesqui

sous-tendentlaréalitéphysique.Ellesvousconstituent.

Danscettesection,nousexamineronslesénergiessubtilesquiélaborentlemonde.Nousdéfinironsle «subtil»paroppositionau«physique»,enfranchissantlesfrontièresentrelesdeuxpourdistinguer l’immensurabledumesurable,l’invisibleduvisible.Nousapprendronsquelques-unsdesprincipesde baseenmatièred’énergie–quelleest-elleetcommentfonctionne-t-elle–etexposeronsl’idéed’une anatomie–ousystème–énergétiquecomposéedechamps,decanauxetdecorpsd’énergiesubtile.Nous aborderonsbrièvementchacunedecesdifférentesstructuresanatomiques. Nous nous tournerons ensuite vers la pratique de la guérison, qu’elle soit allopathique, complémentaire,intégréeouassociéeàd’autresphilosophies.D’exceptionnelsfacteursentrentenjeu pourdevenirthérapeutedesénergiessubtiles,àsavoirunepersonnequiperçoit,pressent,entendet travailleaveclesénergiessubtileslesmoinstangibles.Nousprendronsencomptetoutspécialementdes questionsquiconcernentladéontologie,leslimites,laformationetl’utilisationdel’intuition. Cettesectionestuneintroductionetuneported’entréeverslemondedesénergies.C’estlàunmonde fascinant,lepointdecontactpourtransformerl’inconnuenconnaissance–etpourdécouvrircequenous neconnaissonspasencore.

1

L’ÉNERGIEESTUNIVERSELLE

1 L’ÉNERGIEESTUNIVERSELLE
1 L’ÉNERGIEESTUNIVERSELLE

O bservezbienvotrepeau.Sivouslaperceviezvraimenttelquelesanciens,vousdécèleriezdes

lignesetmotifssubtils–plussubtilsquelesridesetlespores.LeDrGiuseppeCalligaris,dont

vousferezlaconnaissanceplusloindanscelivre,amisenlumièrecesmotifs.Sivousétiez

malade,ilinterpréteraitleursformespourvousaideràdiagnostiquervotremaladie. Prononcezquelquesmots.Saviez-vousque,viaunprocédéspécialappelécymatique,vosparoles, lorsqueleursonserépercutesuruneplaquevibranteparticulière,peuventprendreuneformegéométrique ?Ilspeuventapparaîtrecommedesmosaïquesoudesmandalas,destriangles,despentagrammes.Cene sontlàquedeuxexemplesdestypesdepreuvesetdeméthodesquientrentenjeudansl’étudedusystème énergétiquehumain.Noussommesfaitsd’énergie.Toutdanslemondeestconstituéd’énergie,quipeut êtredéfinieplussimplementpardel’«informationquivibre».Cetteénergie–cettemannevitale–peut s’exprimerpardesmotifs,duson,lapeau,unepenséeoumêmevotrecafédumatin,maisils’agitdans touslescasd’énergie.Nousnepouvonspaspercevoirlesmotifsplussubtilsdenotrepeauoulaforme denosparoles,maisilssontnéanmoinsprésents.Ilenvademêmepourcertainescouchesducorpsetdu monde.Mêmesiellessontimperceptiblesparlescinqsens,ellesexistent. Celivrevousoffredesaperçus,desrecherchesetdesexplicationssurl’ensemblecomplexedes champs subtils, canauxet corps qui constituent l’être humain. Ces structures sont faites d’énergies subtiles,énergiesd’unefréquencetropbasseoutrophautepourêtrefacilementmesurées.Nouspouvons affirmerqu’ellesexistentparcequ’ellesproduisentuneffet. Nous nepouvons pas parler d’énergies subtiles sans examiner égalementles énergies brutes ou physiques.Lesubtilnepeutpasplusêtreséparéduphysiquequelecafénepeutêtreisolédel’eauet rester buvable. Une partie de la preuve que les énergies subtiles existent repose en fait sur la connaissancedesénergiesphysiques.

QU’EST-CEQUEL’ÉNERGIESUBTILE? Ilyadesmilliersd’années,nosancêtrespercevaientl’énergiepardesmoyensquiontétérejetésà l’époque moderne. Ils n’utilisaient pas de microscopes spéciaux, de spectromètres ou d’autres instrumentsdansleursrecherches,commenouslefaisonsactuellement.Ilsseservaientdeleurssens intérieurs. L’énergie subtile esttoutsimplementl’énergie qu’onne peut mesurer avec précisionen employantlesméthodesscientifiquesactuelles.Ellen’estpassurnaturelle,paranormaleouterrifiante– cen’estquedel’énergie.Elleobéitàcertaines–maispasàtoutes–desloisauxquellesobéitlamatière physique,sonpendant.Commelesuggèrentlesinformationsdel’encadré«Unmodèled’énergiesubtile»

àlapage20,lesénergiessubtilesœuvrentàunniveauoucontinuumdifférentdeceluidesénergies

physiques.Onpeutnéanmoins,dans unecertainemesure,les définir encomparaisonavecl’énergie physique,commedanscettedéfinitionbaséesurdesidéesévoquéesdansLaSciencedel’homéopathie 1 :

L’énergiephysiquesemanifestedansuncadrespatio-temporelpositif,estdenatureélectrique

etpossèdeunemassepositive.Ellesedéplaceàunevitesseinférieureàcelledelalumièreet engendrelagravité.Celasignifiequevouspouvezlapercevoir.L’énergiesubtile,parcontre, occupelecadrespatio-temporelsuivant(oud’autrescadresspatio-temporels),semanifeste dans le cadre spatio-temporel négatif et possède une masse négative. Elle est de nature magnétiqueetsedéplaceàunevitessesupérieureàcelledelalumière.Elleengendreceque l’onappellelaforcedelévitation.Celasignifiequevousnepouvezpaslapercevoir–mais vouspouvezconstaterseseffetsparanormauxapparents.

L’une des raisons pour lesquelles il estdifficile d’appréhender complètementetd’expliquer les énergiessubtilesrésidedanslefaitquelasciencenecomprendtoujourspasréellementl’énergie–même danslesensclassiqueduterme.

VERSUNEDÉFINITIONDEL’ÉNERGIE Danslesmanuels,l’ondéfinitl’énergiecommelasourcedepuissancequipeutêtreutiliséepourréaliser uneopérationouunbut,oupourproduireuneffet.Danscetouvrage,nouscreusonsplusprofondément pourladécrirecommedel’informationquivibre.Larecherchescientifiqueadémontréquetoutcequi esténergétiquecontientdel’information:desdonnéesquicommuniquentàl’atomes’ildoitoccuperun reinoul’espace 2 .L’énergiephysiqueeststructuréepardesordresopérationnelsquicommandentaucafé, parexemple,dedemeurerdanslatasseaulieudeflotterdansl’espace. Enplusde«contenirdel’information»,l’énergievibreégalement.Lascience–celledesmanuels classiques–adémontréquetoutvibredansl’univers.Enoutre,toutvibreàlavitessequiluiestpropre. Une cellule cérébrale ne se déplace pas comme une cellule capillaire. Des organismes semblables vibrentdefaçonsimilaire,maischaqueunitéindividuellediffèrelégèrementdugroupeauquelelleest apparentée. La vibrationse produit sous forme d’amplitude et de fréquence: des oscillations qui génèrent davantaged’énergie.Cesoscillationsvéhiculentdesinformationsquipeuventêtrestockéesoumisesen application.Lesinformations(toutcommelesoscillationsvibratoires)peuventégalementsemodifier selonlanatured’uneréactionparticulière.Toutcequivitestfaitd’informationsetdevibrations. Lasciencedel’énergieestl’étudedescomposants,desprincipesetdesapplicationsdel’énergie. Lesscientifiqueschangentconstammentd’opinionsurlesénergies,parcequelesloisquis’appliquentau niveaumacroscopiquenefonctionnentpastoujoursauniveaumicroscopique. Parexemple,selonlaphysiqueclassique,l’énergie,quipossèdeunemasse(etparconséquentun poids),nepeutsedéplacerplusvitequelalumière.Mais,commenousleverronsdanslatroisième partie, des chercheurs ontpropulsé l’énergie à une vitesse supérieure à celle de la lumière. Nous n’avonspeut-êtrepasrompulesloisdanscecas-ci,maisnouslesavonscertainementélargies. Enphysiqueclassique,uneparticule,quiestunpointdemasse,nepeutexisterqu’àunendroitàla fois.Enphysiquequantique,uneparticulesubatomiquedoitenvéritésetrouveràdeuxendroitsàlafois 3 . Etcertainsdecesendroitspeuventêtred’autresmondes.Cegenrederègles,révéléesparlaphysique quantique,sontprochesdecellesquiexpliquentl’énergiesubtile.Ellessous-tendentque,bienqueles énergiessubtilesetleursstructuresnepuissentêtreperçues,l’onpeutendémontrerl’existence. Envérité,noussavonsquelesénergiessubtilesexistentparceque,commenousleverronstoutau longdecelivre,nouspouvonspercevoirleurseffets.Danslepassé,lesformesd’énergiedissimulées derrièrelascienceetlamédecinetraditionnellesétaientsubtiles.Nousnepouvionspasdécelerles micro-organismesavantl’inventiondumicroscope–mais,d’unefaçonoud’uneautre,ilstuaientdes gens.L’étudedesénergiessubtilesatoujoursmenéàd’importantesdécouvertespratiques.Sapoursuite doitencoreréaliserunautrebut:combinerlesphilosophiesoccidentaleetorientale.

LEMARIAGEDEL’OCCIDENTETDEL’ORIENT

Maintsouvragessurl’anatomieénergétiqueinsistentsurlesdifférencesentrelesmédecinesoccidentale etorientale. Il existe de nombreuxtermes pour désigner chacune des approches. Pour la médecine occidentale, onparle aussi de soins allopathiques outraditionnels. Elle repose largementsur des conceptsscientifiquesempiriques,évaluantlessymptômesliésàdescausessous-jacentesetsoulageant ceux-cipardesméthodesvérifiablesetquiontfaitleurspreuves,tellesdesmédicaments,lachirurgieou desappareils. Ondésigneparfoislamédecineorientalesousletermedesoinsalternatifs,complémentairesou

naturels.Ils’agitd’uneapprocheholistiquetraitantlecorps,l’espritetl’âmeetvisantlescausessous-

jacentesplutôtquelessymptômesseulement.Àcettefin,letraitementpeutsefocalisersurlaguérison physique,maisaussisurdesproblèmesémotionnels,mentauxetspirituels.Onrangesouventdanscette catégorielamédecineénergétique,l’unedesappellationsdecetravailaveclesystèmeénergétique. Lamédecineintégrativecombinelesméthodesoccidentaleetorientale.Untermerécemmentinventé pourdésignercettepenséeunificatriceestceluidemédecinenonlocale,quiaffirmequelabasedela réalitéphysiquenerésidepasdansl’universphysique,maisplutôtdanslesplanssubtilsetlesénergies quicirculentdanstoutechose.Cettephilosophieuniversaliselamédecine–etàjustetitre,cartousles systèmesmédicauxsontenréalitédenatureénergétique. Il n’existe pas et il n’a jamais existé de véritable séparationentre les pensées occidentale et orientale.Lesculturesasiatiqueethindoue(etunedouzained’autresdeparlemonde)pratiquentla chirurgieducerveaudepuisaumoinsquatremilleans.Uneversiongrossièredelachirurgieducerveau, appeléelatrépanation,existaitilyabiendixmilleansdansdesrégionsdontonconsidèreàprésent qu’ellesseconsacrentàlamédecineorientale.Ilyapresquetroismilleans,lesÉgyptiens,lesChinoiset lesIndiensd’Amériquecentraleontutilisélesmoisissurescommeancêtresdesantibiotiquesactuels 4 . Lamédecineoccidentaledescendenréalitédel’animismeetduchamanisme.Leschamanssontdes «prêtresguérisseurs».Bienqu’ilsemploientdesprocédésquel’onassocieàprésentàlamédecine occidentale,commel’utilisationd’herbesetdeplantes,ilsrecourentaussiàdesguidesspirituelsetdes rituels pour voyager à travers l’espace à des fins curatives. Les idées intégratives duchamanisme confortentlamédecinemoderne,lapsychologie,lapsychiatrie,l’explorationdelaconscienceetmême certainesthéoriesdelaphysiquequantique. Lamédecinedesénergiesetlesprémicesdel’anatomieénergétiquene«relèvent»nidel’Occident nidel’Orient.C’estimpossible.Puisquetoutesténergie,touteslesmédecinessonténergétiques.Laseule raisonpourlaquelleletravailénergétiqueparticipegénéralementdelacatégorie«orientale»réside danslefaitquenousnelesavonspascomparéescorrectement. Parexemple,l’anatomieoccidentales’appuiesurdesschémasaffirmantqu’«icisetrouvelefoie». Découpezlecorpsàcetendroitetvousytrouverezlefoie.L’Orientpourradépisterlefoieaumoyende schémaslocalisantl’énergiedufoiedansunorteil.Lesdeuxontraison:lefoiephysiquesesituesousla cagethoraciqueetsesénergiessubtilescirculentdansl’orteil. Cesdeuxméthodesnefontenréalitéqu’une.CommelespécialistedesénergiesetauteurJames Oschman,PhD,l’écrit,«touteinterventiondansunsystèmevivantintègredel’énergiesousuneformeou uneautre» 5 .CommeOschmanladéfinit,lamédecineénergétiquesous-tendenréalitél’étudeetlesmises en pratique de la relation qu’entretient le corps avec les champs électriques, magnétiques et

électromagnétiques,ainsiqu’aveclalumière,lesonetd’autresformesd’énergie 6 .Lecorpsproduitces énergiesetyréagitégalementdansleursétatsnaturelsetartificiels(générésparl’homme).Lestermes médecinedesénergies,thérapieénergétique,thérapieparlesbiochamps,thérapiebioénergétique, thérapiechakrique,aura-thérapie,travailénergétique,thérapiebaséesurlesméridiens,anatomie énergétique,médecinevibratoire,thérapiedesénergiessubtilesetdesdouzainesd’autresappellations

similairesréfèrenttoutsimplementàdespratiquesliéesàuncertainniveaud’énergievibratoireou fréquentiel. Comme le précise le Dr Oschman, les soins médicaux allopathiques ou traditionnels sont des pratiques basées sur les énergies, contrairement à ce que l’onpense communément. Nous sommes nombreuxàavoiréprouvé(ouàconnaîtrequelqu’unquiaéprouvé)lesbienfaitsdesrayonsX,desIRM, des électrocardiogrammes etautres dispositifs de test.Toutes ces pratiques utilisentde l’énergie et génèrent des modifications énergétiques dans le corps 7 . La chirurgie peut être perçue comme une manœuvre énergétique réalisée dans le tissudéchiré etperturbantle champ vibratoire ducorps. Y adjoindreundispositifcommeunstimulateurcardiaquefournitdenouvellesinformationspouraiderle cœur à fonctionner, en s’assurant qu’il vibre correctement au lieu de « tressauter ». Même les médicamentsagissentsurlesénergies,enmodifiantlesvibrationsviadesinformationschimiquesqui induisentdescomportementscellulaires. Lemonden’estpeut-êtrepasencoreprêtàralliercomplètementtouteslesmédecinessouslabannière del’«énergie».Mais,danscelivre,noustenteronsdelefaire,ennousconcentrantsurledomainele plusinexplorédelamédecineénergétique,celuidesénergiessubtiles.

LESÉNERGIESMESURABLESETSUBTILES:MONDESCONNUS,MONDESÀ EXPLORER Encoreunefois,ilexistedeuxtypesprincipauxd’énergie:lesénergiesphysiquesetlesénergiessubtiles. Lestermesscientifiquespourlesdésignersontréellesoumesurablesetsupposéesouimmensurables. Maintesstructuresénergétiquessontmesurablesou,dumoins,observables,maislarecherchequile démontren’atoujourspaspénétrélesrevuesscientifiquescourantes(oulesécolesdemédecine). Autravers de ce livre, vous trouverezdes recherches étayantl’existence de diverses structures d’énergiessubtiles.Certainesd’entreellesquel’onavait«perdues»,enseveliesdanslesannalesdu tempsparaccidentouparmanqued’intérêtdelapartdupublic,ontété«retrouvées».Plusfréquemment, lesautorités,quilesontjugéesprovocantes,lesontrejetées.Lespreuvesenmatièred’énergiessubtiles comprennentengénéral:

l’utilisationd’appareilsmagnétiques,telsquel’interféromètrequantiquesupraconducteur(SQUID), pourpercevoirlesénergiesélectromagnétiquesau-delàdeslimitescorporelles(cesrecherchessont évoquéesdansladeuxièmepartie);

unprocessusquiintègreuneintentionhumainedansunsimpleappareilélectrique,montrantparlàles effetsdelapenséesurlaréalitéphysique 8 ;

diverses expériences utilisant des matières inorganiques, organiques et vivantes qui révèlent un niveauderéalitéphysiquesecondairespécifiqueinfluencéparl’intentionhumaine 9 ;

lamesuredessystèmesdesméridiensetdeschakras,descanauxsubtilsparticuliersetdescorps énergétiques,révélantqu’ilsagissentàdesniveauxélectromagnétiquessupérieursquelerestedu corps 10 ;

lesexpériencesquimontrentquelechampbiologiquehumainœuvreàunniveauderéalitéphysique spécifique 11 ;

lamiseenévidencedeschamps-L(del’anglaislife,vie,N.d.T.) etdes champs-T(del’anglais thought,pensée,N.d.T.),oudeschampsdevieetdepenséeélectriques,quistructurentlesénergies subtiles(cesrecherchesfigurentdanslatroisièmepartie);

lesrecherchesmenéespardesscientifiquesdontleDrBjörnNordenströmquidémontrentque,làoùil

existeunfluxd’ions,l’ontrouveégalementdeschampsmagnétiquesà90degrésdeceflux.Les

recherchesduDrNordenströmontmisenévidenceunsystèmeélectriquesecondairedanslecorps,

quiexpliquelaprésenceensonseindecanauxméridiensetlanaturecomplexeduchampénergétique

humain(cesrecherchessontévoquéesdanslaquatrièmepartie).

Pourquoisommes-nousincapablesdepercevoirceschampssubtils?Lessenshumainsfonctionnent dansunezoneréduiteduspectreélectromagnétique,labanded’énergiemesurablequiproduitdifférents types de lumière. Nos yeux peuvent seulement détecter le rayonnement, terme désignant l’énergie

perceptibleémisepardessubstances,danslazonecompriseentre380et780nanomètres.Telleestla

lumièrevisible.Lalumièreinfrarouge,quenousnepouvonspaspercevoir,possèdeunelongueurd’onde de 1 000 nanomètres, etles ultraviolets lointains opèrentà 200 nanomètres. Nous ne pouvons pas percevoircequenousnesommespascapablesdedécelerphysiquement–niexercésàdéceler.Si,en réalité,lesénergiessubtilesoccupentuncontinuumspatio-temporelnégatif,ontunevitessesupérieureà celledelalumièreetnepossèdentpasdemasse,nouspouvonsdéterminerquenousnedisposonspas actuellementdel’équipementadéquatpourlesmesurer.Celaneveutpasdirequecequiestinvisible n’existepas.

LASTRUCTUREDEL’ANATOMIESUBTILE L’anatomiedesénergiessubtilesestbiendavantagequ’unelégende,unhéritagequenousontléguénos ancêtres.Ils’agitd’unsystèmeviableconstammentdéfinietredéfinipardespraticiensquisecomptent parmillionsdanslemonde. Ilexistetroisstructuresprincipalesenanatomieénergétique.Ellesattirenttoutesdesénergiessubtiles desourcesextérieuresetlesdistribuentàtraverslecorps.Ellestransformentdesénergiessubtilesen énergiesphysiquesetinversement,avantderenvoyerlesénergiessubtilesdanslemonde.Cesstructures subtilescréent,soutiennentetalimententleurspendantsphysiques.Danslesdeuxmondes–subtilet physique–,lestroisstructuresprincipalessontleschamps,lescanauxetlescorps. BarbaraAnnBrennan,expertedansledomaineduchampénergétiquehumain,affirmequelastructure desénergiessubtilesmetenplaceunematricepourlacroissancecellulaire;elleestparconséquent présente avant que les cellules ne se développent 12 . Le Dr KimBonghan, docteur enmédecine et chercheurnordcoréen,estarrivéàlaconclusionquel’unedesstructuresd’énergiessubtiles,lesystème desméridiens,sertàconnecterlechampéthérique(l’unedescouchesd’énergiessubtiles)aucorps physiqueendéveloppement(sontravailestplusamplementexaminédanslaquatrièmepartie) 13 . D’autres chercheurs admettent que les structures d’énergies subtiles interviennent entre le corps physique et les énergies subtiles (et leurs milieux). Les structures subtiles diffèrent toutefois des structuresbiologiquessurdenombreuxpoints.Parexemple,commel’expliquentLawrenceetPhoebe Bendit,uncoupledethérapeutes,onnepeutparlerd’unestructured’énergiessubtilestellequelechamp commeétantsituéeàunseulendroit,àsavoiràl’extérieurducorps.Tandisquelescorpsphysiquessont limitéslocalement,lechampsubtilpénètrechaqueparticuleducorpsets’étendau-delàdelui.Voilà commentilfournitunematricepourlecorpsphysiqueendéveloppement 14 . Lesénergiessubtilessuiventdesrèglesdifférentesdecellesdesénergiesmesurables.Cesrèglesqui sous-tendentlesstructuressubtilessefondentsurdesidéesrelevantdelaphysiquequantique,l’étudedes interactions énergétiques auniveaumicroscopique – théories décrites toutaulongde ce livre. Les énergiessubtiles,briseusesderègles,peuventélargir–etparfoiscomplètementignorer–letempset l’espace,changerdeformeàl’envietoccuperplusieursendroitsàlafois. Uneautrecaractéristiquespécifiqueauxénergiessubtilesrésidedanslefaitqu’auseindesstructures subtiles,ellesfaçonnentnonseulementlemondephysique,maiselless’adaptentégalementàlui.Le signed’adaptationleplusnotableestl’existenceduprincipedepolarité.Lespolaritéssontdesopposés

interdépendants.Leplanphysiqueestdualisteparnature.Alorsquelesénergiessubtilespénètrentdans leroyaumephysiqueenétant«complètes»ouunies,ellessedivisentensuiteenuniverscontrastés. Les champs physiques, par exemple, sont électriques ou magnétiques. Des charges opposées produisentl’électricitéetlesaimantspossèdentdeuxpôles.Lesopposéscréentlavietellequenousla connaissons.Lesstructuressubtiles,commelesméridiens,sontregroupéesenpolaritésselonunconcept traditionnelchinoisappelélathéorieduyinetduyang.Leyinreprésentelesqualitésféminines,etle yanglesqualitésmasculines.Lesdeuxdoivents’équilibrerpourcréerl’homéostasienécessaireàune bonnesanté.Lesméridienssubtils,parailleurs,véhiculentégalementuneformed’énergieappeléeleqi, considéréecomme«céleste»ouunifiée. Lescorpsd’énergieagissentsouventselonlemêmeprincipedualiste.Lesystèmechakriquehindou (de chakra, corps d’énergie subtile) décrit un processus complexe appelé kundalini, dans lequel l’énergievitaleféminines’élèvepourrencontrersonénergiecomplémentairemasculine.Enfusionnant ces énergies,l’initié acquiertsanté etsagesse.Cetteénergie divine esttoutefois conjointe avantde pénétrerlecorpsetl’universphysique.

LESSTRUCTURESSUBTILESCLÉS Dans ce livre,nous examinerons les structures subtiles clés.Les champs d’énergie subtile sontdes bandesd’énergiequineselimitentpasàlapeau.Ceschampsd’énergiesubtile(toutcommephysique) émanentdechaquesourcevivante,autantdescellules,desorganesetdescorpshumainsquedesplantes etdesanimaux.Ilexisteégalementdeschampssubtilsdanslaterreetdeschampsphysiquesnaturelsdans laterreetlecielquiaffectentnoschampssubtils.Deplus,ilexistedeschampsproduitsartificiellement, telsqueceuxémisparleslignesàhautetensionetnostéléphonescellulaires,quiontunimpactsurnos champssubtils. Les principauxchamps subtils del’hommecomprennentlechampaurique,qui entoure le corps humainetsertdelienavecleschakras,corpsd’énergie;leschampsmorphogénétiquesquirelientdes organismesauseind’ungroupe;leVivaxis,quiconnectelecorpshumainàlaterre;etdiversautres champsénergétiquesquinousrelientàdifférentsplansetdimensions,telsqueleschampséthériqueet astral.Ilexisteégalementdeschampsprésentsàlasurfaceducorpsetdeschampsproduitsparleson,le magnétisme,lerayonnementélectromagnétique,lagéométrieetd’autresmoyens. Outreles champs,les anciens percevaientdes canauxd’énergiesubtile, fleuves de lumière qui charrientl’énergievitaledansetautourducorps.Dansl’anciensystèmemédicalchinois,cescanauxsont appeléslesméridiens,etl’énergievitalevibrante,leqi.D’autresculturesontidentifiéetanalyséles canauxd’énergie,élaborantleurspropresglossairesetsystèmes.Lasciencemoderneutiliseàprésentdes matières thermiques, électromagnétiques et radioactives pour démontrer l’existence et expliquer le fonctionnementdecescanauxsubtils.Nousnepouvonspasdécelercescanauxlorsquenouscouponsun tissucorporel,maisilsenassurentlasanté.Danslaquatrièmepartie,nousexamineronslesystèmedes méridiensetlesthéoriessous-jacentes. Nos ancêtres ontégalementobservé des corps d’énergie subtile, des organes qui convertissent l’énergierapideenénergielente.Detelscorpsd’énergiesecomptentpardizaines;lesplusconnussont appelés les chakras, qui servent d’interface entre les structures d’énergies subtiles et les organes physiques.Reliésparunréseaudecanauxd’énergieappelésnadis,leschakrasapparaissentdansdes centainesdeculturesdeparlemonde.Lessystèmesmayas,cherokeesetincasseconfrontentausystème hindou,dernierpeuplehabituellementreconnucommelecréateurdusystèmeducorpsénergétique.Outre lesystèmedel’ancienneKabbalejuive,quiprésentedescorpsénergétiquesdistincts,nousétudierons différents systèmes basés sur les chakras, autant traditionnels que contemporains, tirés de cultures diverses.Nousmettronsenévidencelasciencedelachakrologieetexamineronslespratiquesassociées

àcesdifférentssystèmesdecorpssubtils,tellesquel’ascensiondelakundalinietnombredesystèmes

thérapeutiquesdiversquirelèventdutravailsurlecorpsénergétique.

POURQUOITRAVAILLERAVECLESSTRUCTURESSUBTILES?

Lesrecherchescitéesàtraverscelivremontrentquelesénergiesetlesstructuressubtilescréentenfaitla

réalitéphysique.Enanalysantleschamps,lescanauxetlescorpsdel’anatomiesubtile,vouspouvez

potentiellementdiagnostiquerdesproblèmesavantqu’ilsnesedéclarent–oulesdétecterdefaçon

préciseetholistiquesilessymptômessontdéjàprésents.L’utilisationdediagnosticsénergétiquesne

limitepasunpraticienouunecliniqueauroyaumedesénergiessubtiles;lamédecinemoderneemploie

leprotocoleénergétiqueàlafoispourdiagnostiquerettraiter.Détecterunproblèmeauniveaudesplans

subtilsinvitedéjàégalementàlerésoudredemanièreholistique.Sivouspouvezrésoudreunproblème

auniveaudesstructuressubtiles,lesystèmesubtilpeutalorstransmettrecettesolutionàlatotalitédu

corps–subtiletphysique.L’humanitéaprisconnaissancedecesnotionsaucoursdesâges;ilesttemps

d’entireravantage.

UNEPREMIÈREAPPROCHEDEL’ÉNERGIE Cette section explique certains des principaux concepts d’énergie dans les systèmes de physique classiqueetquantique,etfournituncadreouvrantaudébattoutaulongdecelivre.

LESPRINCIPESFONDAMENTAUX:LESPARTICULESETLESONDES

Lathéoriedesparticulesexpliquequetoutematièreestcomposéedenombreusespetitesparticules constammentenmouvement.Onlestrouvedanslessolides,lesliquidesetlesgazetellesvibrenttoutes enpermanence,dansdesdirections,àdesvitessesetintensitésvariables 15 .Lesparticulesnepeuvent interagiraveclamatièrequ’entransférantdel’énergie. Lesondessontlependantdesparticules.Ilexistetroisfaçonsdeconsidérerlesondes:

uneperturbationdansunmilieuvialaquelledel’énergieesttransféréed’uneparticuleprésentedans

lemilieuàunautre,sansprovoquerdevariationdanslemilieu;

uneimagedecetteperturbationaufildutemps;

uncycleuniquereprésentantcetteperturbation.

Lesondesontuneinfluenceconstructivesurlamatièrelorsqu’ellessesuperposentouinteragissent

pourcréerd’autresondes.Ellesontuneinfluencedestructricelorsquelesondesréfléchiess’annulent

mutuellement.

UNMODÈLED’ÉNERGIESUBTILE

LeDrWilliamTiller,professeuràStanford,estunchercheur,physicienetspécialistedesénergiessubtileséminemment reconnu.Lemodèled’énergiesubtilequenousdécrivonsicietsarelationaveclesénergiesphysiquessontbaséssur certainsdesesnombreuxarticlesetouvrages 16 .LeDrTilleraffirmequenousnepouvonspeut-êtrepasmesurerlesénergies subtilespardesmoyensphysiques,maisquenouspouvonsdétectercertainsdeleurssignaux.Etcelaparceque,comme ellestransformentuntyped’énergieenunautre,ellescréentunsignaltransducteurauniveauduvecteurmagnétique.Elles génèrentégalementdessignauxélectriquesetmagnétiquesauxeffetsobservables. LesrecherchesdeTillerl’ontamenéàdéclarercequisuitàproposdesénergiessubtiles:

ellesémanentdespersonnes,commelerévèlentdesexpériencesmontrantquelesénergiessubtilespeuventaugmenter

latailleetlenombredesélectrons;

unepersonnepeutdirigerlefluxdecetteénergieenluiconférantuneintention;

cetteinteractionentrelementaletl’électronproduitdeseffetsmêmesurdegrandesdistances.

Lesénergiessubtilesobéissentàunensembledeloisdifférentdeceluidesénergiesphysiques,etrayonnentleurénergie

avecdesattributsquileursontpropres.Iln’existeparailleurspasqu’unseultyped’énergiesubtile.Tillerémetl’hypothèsede

plusieurssubstancessubtiles,lesquellesoccupentchacuneundomainespatio-temporeldifférent.Cesdomaines

représententdifférentsniveauxderéalité.L’énergiesubtiles’écouleverslebasdepuisleplushautniveau,queTillerappellele

«divin».Chaqueniveaufournituncadrepourleniveauinférieur.Quandl’énergiesubtilepénètredansledomainesuivant,elle

s’yadapte–maisluicommuniqueégalementdesinstructions.Lesloisdiffèrentpourchacundecesniveauxcarl’énergies’y

faitdeplusenplusdense.

LesniveauxderéalitésubtiledeTillerseclassentdumoinsdenseauplusdense:

physique

éthérique(égalementappelébioplasmique,préphysiqueoucorpsd’énergie)

astral

troisniveauxmentaux

instinctif

intellectuel

spirituel

spirituel

divin

Leniveauéthériquesesituejusteau-dessusduniveauphysique.SelonTiller,l’énergiesubtileéthériquepénètretousles niveauxd’existencematérielleet,àtraversleprincipedepolarité,formelesatomesetlesmoléculesquicréentlamatière. Notrementalinteragitavecl’énergieéthérique(etlesénergiessupérieures)pourdessinerdesmotifsdansladimension physique.Cesmotifsagissentcommeunchampdeforcequinousrelieauniveauénergétiquecorrespondant.L’explication donnéeparTillerduniveauphysiquedanssonrapportàl’éthériqueestsemblableàcellequeproposentlesexpertsprésentés

dans«Lastructuredel’anatomiesubtile»àlapage17.Ilsuggèrequeleroyaumephysiqueoccupeuncadrespatio-temporel

positifquiestprincipalementélectriqueetdanslequellesopposéss’attirent;aucoursdutemps,lepotentieldiminueet

l’entropie(lechaos)augmente.Leroyaumeéthérique,àl’inverse,estundomainespatio-temporelnégatifhautement

magnétique:lessemblabless’attirent.Lorsqueletempss’écouledansceroyaume,lepotentielaugmenteetl’entropie

diminue;parconséquent,ils’instauredavantaged’ordre.Nouspouvonsavancerquelacommunications’établitdansle

royaumephysiquevialescinqsens;pouratteindreleniveauéthérique(etlesniveauxsupérieurs),nousdevonsutilisernotre

intuition–lesixièmesens.DanslemodèledeTiller,lesméridiensetleschakrasagissentcommedesantennesquidétectent

etenvoientdessignauxdudomainephysiqueauxdomainessupérieurs.Cesstructuressubtilesinterviennententrelecorps

physiqueetleroyaumeéthérique(etd’autresencore),traduisantdesordressupérieurspourquenouspuissionslespercevoir

depuisleplanphysique.

Lesscientifiquespensaientquelesparticulesétaientdifférentesdesondes,maiscen’estpastoujours vrai,commevousleverrezdansladéfinitiondeladualitéonde/particuledanscettesection. Lesondes,ouparticulesagissantenmodeondulatoire,oscillentousebalancentdansunmouvement rythmique.Cesoscillationscréentdeschampsqui,àleurtour,peuventgénérerd’autreschamps.Par exemple,desélectronsoscillantschargésformentunchampélectrique,quigénèreunchampmagnétique, quiàsontourcréeunchampélectrique. Lasuperposition,encequi atraitauxondes,signifiequ’unchamppeutproduiredeseffetssur d’autresobjetsetenêtreaffectéenretour.Imaginezqu’unchampprovoquedesoscillationsdansun atome.Àsontour,cetatomeproduitsespropresondesetchamps.Cenouveaumouvementpeutengendrer unchangementdansl’ondededépart.Ceprincipenouspermetdecombinerlesondes;lerésultatenest la superposition. Nous pouvons également soustraire des ondes de l’une ou l’autre. La guérison énergétique fait souvent intervenir l’addition ou la soustraction d’ondes, consciemment ou involontairement.Enoutre,ceprincipeaideàexpliquerl’influencedelamusique,quiconsistesouventà combinerdeuxouplusieursfréquencespourformerunaccordouunautreharmonique. Unharmoniqueestunconceptimportantdudomainethérapeutique,carchaquepersonneévolueàun harmoniqueouensembledefréquencesquiluiestpropre.Ondéfinitunharmoniquecommeunmultiple entierdelafréquencefondamentale.Celasignifiequ’untonfondamentalgénèredestonsàdeplushautes fréquencesappeléstonsharmoniques.Cesondespluscourtes,plusrapidesoscillententredeuxextrémités d’une corde oud’une colonne d’air. Comme ces ondes réfléchies interagissent, les fréquences des

longueursd’ondequinesedivisentpasenproportionségalessontétoufféesetlesvibrationsrestantes sontappeléeslesharmoniques.Letravailthérapeutiquesurlesénergiesconsisteparfoisàsupprimerles «mauvaistons»auprofitdes«bons». Maistouttraitementdébuteparl’oscillation,quiconstituelabasedelafréquence.Lafréquenceest lavitessepériodiqueàlaquelleunechosevibre.Onlamesureenhertz(Hz)ouencyclesparseconde.La vibrationseproduitlorsquequelquechosesedéplaceenallantetvenant.Onladéfinitdefaçonplus officiellecommeuneoscillationàcyclecontinuparrapportàunpointfixe–ouuneoscillationcomplète. Toutdansl’universvibreettoutcequivibretransmetoureçoitdel’information(ladéfinitionde l’énergie).Pourélargirnotredébatsurlesparticulesetlesondesenyincluantlasanté,nouspouvons définirlasantécommel’étatd’unorganismeeuégardàsonfonctionnementàuntempsdonné.Ilyabonne santéquandunorganismeetsescomposants(commelescellulesetlesorganes)vibrentdemanière optimale;desproblèmesdesantéaffectentl’organismequandsescomposantsvibrentdefaçoncontraire, enmettantencausesacapacitéàfonctionner.Lavibrationouénergieexterneinfluenceégalementtousles organismes,ycomprislespersonnes.Exposéesàdesvibrationsouàuneénergienuisible,lesvibrations ouénergieinternesànoscorpssouffrent,etnousperdonslasanté. Lamédecinevibratoireconsisteàutiliservolontairementunefréquencepourenaffecterpositivement une autre ou pour ramener un organisme à l’équilibre. C’est l’une des composantes du traitement énergétique, qui utilise également de l’information – couplée à la vibration – pour provoquer un changement.Le traitementénergétique englobe toutes les formes de médecine allopathique –qui ne travaillent qu’avec les structures énergétiques relativement basses ou mesurables – ainsi que les méthodespermettantdetravailleraveclesénergiessubtiles. Entermesdevibration,lasantédépenddelarésonance,quiseproduitquandunobjetvibreàla mêmefréquencenaturellequ’unautreetforcelesecondàvibrer.Toutemédecinetientaufaitd’atteindre la résonance. Une découpe chirurgicale perturbe la résonance corporelle, mais les points de suture remettentensuiteletissuenplacepourquel’harmoniepuisseserétablirdanslecorps.Certainescellules «résonnent»ouperçoiventdesdysharmoniesvibratoiresetsontcapablesd’ypallier.C’estlecasdes globulesblancs,quidétectentlesagentspathogènesperturbantlarésonance.Enéliminantcesagents pathogènes,ilspermettentaucorpsderetrouverl’harmonie. Quandunorganismeestenbonnesantédanssonensemble,sessystèmessontentraînésouenrythme l’unavecl’autre.Lesphysiciensdéfinissentl’entraînementcommel’enclenchementdedeuxrythmesaux fréquencessimilaires;onnepeutdèslorsacquérirdel’entraînementqueparlarésonanceentredeux objets(oupensées)quivibrentdefaçonsemblable.Avecl’entraînement,unevibrationexterneplusforte n’activepasseulementuneréponse,elledélogeenréalitéladeuxièmedesafréquencederésonance. C’estce que l’onappelle la fréquenceforcée. La cohérence désigne unentraînementpositif, etla dissonanceseproduitquanddesperturbationsvibratoiresengendrentdesproblèmesdesanté 17 .

LESFORMESD’ÉNERGIE Ilexisteplusieursformesd’énergie.Commençonsparlesénergiesélectriquesetmagnétiques. Noussommesdesêtresélectriques:noscorpsproduisentdel’électricitéetilsdépendentd’ellepour survivre. L’électricité est le flux de puissance ou de charge électrique. On peut l’expliquer plus clairementendisséquantunatome. Toutestfaitd’atomesetcesdernierssontcomposésdeparticulessubatomiques.Lesunitésatomiques visibles,ouparticulesrésidantauseinouautourdunoyau,sontlesprotons,lesneutronsetlesélectrons. Deceux-là,lesélectronssontlespluspetits.Ilsgravitentautourdel’orbiteenformantdescouches,qui ressemblentàdesbulles,etonditparconséquentqu’ilsorbitentautourdunoyauoucentred’unatome. Lesélectronssontmaintenusparuneforceélectrique.Ilspeuventsedéplacerd’unecoucheàl’autre.

Lorsquec’estlecas,ilsproduisentuneffet:l’énergierayonnante.Lemotvalencedésignelenombrede pairesd’électronsqu’unatomepeutavoirencommunavecd’autresatomes.Onpeutl’illustrerparune séried’orbitesdanslesquellesvoyagentlesélectrons. Lesprotonsetlesélectronss’attirentmutuellementetportentdoncchacununechargeélectrique.Une chargeestuneforceàl’intérieur d’uneparticule.Les protons possèdentunechargepositiveetles électronsunechargenégative. Lachargeestunconceptcritiqueenmatièred’énergie.Lachargeélectriquefonctionnesurunprincipe d’attractionetexiste quand deuxparticules de charge contraire s’attirent. Les particules neutres ne possèdentaucunechargeet,parconséquent,n’enattirentpasd’autres,dumoinsélectriquement.Lacharge crée,aumoinstemporairement,desunionsdanslesquellesselientdifférentstypesdeparticules. Danslemondephysique,deschargessemblablesserepoussentetdeschargesopposéess’attirent. Pourquoi des particules semblables tiennent-elles ensemble à l’intérieur du noyau ? Une particule subatomiqueappeléegluon(agissantcommedelaglu)forceleurcohésion.Dansl’Univers,lagravité maintientleschosesensemble. L’idée que les opposés s’attirent est semblable à la théorie duyinet duyangde la médecine traditionnellechinoise,relevantduprincipedepolaritéexpliquéplustôtdanscechapitre.Laplupartdes modèlesmédicauxetspirituelsdécoulentdecetterecherchedecomplétude. Quandunatomeestenéquilibre,ilpossèdeunnombreégaldeparticulespositivesetnégatives(les neutronssontneutres).Quandleurnombreestinégal,l’atomedevientinstable. Les électrons se placent habituellement sur les couches les plus proches du noyau. Celles-ci contiennentmoinsd’électronsquelescoucheslespluséloignées.Lesélectronsdescoucheslesplus prochesexercentuneforced’attractionmaximalesurlesprotons.Etqu’enest-ildeceuxpluséloignés? Cesélectronspeuventêtretiréshorsdeleurorbiteetvoyagerd’unatomeàl’autre.Onpeutretrouver certainsd’entreeuxsurunterraindefootballplusloin,comparativement. Bienqu’ellesoitgénéralementproduitepardesélectrons,l’électricitépeutaussiêtregénéréepardes positrons:desantiparticules,quisontlespendantsdesélectrons(définisdans«Lemondequantique»à

lapage25),etdesions,atomesougroupesd’atomesquiontmodifiéleurchargeélectriqueenperdantou

engagnantunélectron.Lecorpsphysiquecomptesurlesionspourvéhiculerdesmessagesàtraversses différentssystèmes,dontlessystèmesnerveuxetcardiovasculaire.Généralementcomposésdesubstances chimiques comme le potassiumoule calcium, les ions transmettentl’informationcontenue dans les chargesélectriques. L’ionisation désigne le mouvementdes électrons d’une couche atomique à l’autre. Comme nous l’avonsdéclaréprécédemment,lesélectronsonttendanceàdemeureràleurétatdebase,enoccupant généralementlescoucheslesplusprochesdunoyau.Encasdeperturbation,unélectronpeutêtreprojeté horsdelamolécule.Lamoléculeneutred’originedevientalorsunionpositif.Sil’électronlibrese connecteàunemoléculeneutre,illatransformeenionnégatif.S’ilselieenrevancheàunionpositif,il s’établitgénéralementdansl’unedescouchesd’énergievacantesetémetunphoton,uneunitédelumière

examinéedans«Del’énergieauxeffetsconcrets»àlapage24.L’ionisationjoueunrôlecrucialdansle

transfertd’énergieàtraverslecorps.

Encoreunefois,l’électricitéestleproduitd’électronschargés.Nousnepercevonstoutefoisqu’un

effet,quandl’énergiepotentiellesechangeenénergiecinétique.L’énergiepotentielleestdel’énergie

emmagasinée.Elleestprêteàêtreutilisée,maiselleestactuellement«enrepos».L’énergiecinétique

estdel’énergieenmouvement.Lesélectronsdoiventcirculerpourgénérerdel’électricitéoudel’énergie

cinétiqueetutilisable.Lesélectronspeuventsedéplacerdeplusieursmanièresetdansdifférentsmilieux.

Ilspeuventsefaufileràtraverslescircuitsd’ordinateurs,oscillerdansdesantennespourtransférerdes

messagesouvibreràtraversdescâblespourfairemarcherdesmoteurs.Etilsgénèrentdelalumièreet

delachaleursousformederésistance.Lesélectronssemeuventparcequ’unchampélectriquelesstimule oulesforceàagir.Unchampestuneforcesedéplaçantàtraversunmilieuquipeuttransférerde l’énergie.Cetteforceexercelamêmeinfluenceàchaquepoint.Unedifférencedansunechargeélectrique créeunchampélectrique.Lesparticuleschargéessontenréalitépropulséesparlaforce,seprécipitant d’unatomeàunautre,parfoissurdegrandesdistances.L’électricitéestaussigénéréepardesaimantsse déplaçantdansunebobine,àtraversdesaimantsetdescâbles,pardespilesetviadescircuitsouverts. Onmesurelapuissanceélectriqueenwattsoukilowatts-heure(kWh)(voir«Del’énergieauxeffets concrets », ci-contre, pour de plus amples explications sur ces types d’énergie). L’électricité est égalementproduitepardessourcessecondairescommelecharbon,legaznaturel,l’énergiesolaireet thermique.

DEL’ÉNERGIEAUXEFFETSCONCRETS

 

Ilexistemaintstypesd’énergiequenousutilisonsdanslaviequotidienne.Voiciunelistedequelques-unesreconnuesparla

sciencepartoutdanslemonde.Lesdescriptionsnesontdonnéesiciquepourcellesquenousn’étudionspasailleurs.

Électricité(voirpage22)

Magnétisme(voirpage25)

Électromagnétisme(voirpage25)

Énergiemécanique:appeléeénergieeffective,elleestproduitedanscecasparuneforceagissantsurunemasse,telle

qu’ungazenexpansionprojetantunbouletdecanon.Lesonestuneformed’énergiemécanique.

Énergiechimique:utilisel’énergiecontenuedansdesliensmoléculaires,forcesquimaintiennentlesmoléculesensemble.

Laphotosynthèseenestunexemple.

Énergiethermique:lapartied’unsystèmequiaugmenteaveclatempérature.Enthermodynamique,l’énergiethermiqueest

intrinsèqueàunsystèmeetpeutégalementêtreappeléechaleur.Lachaleursedéfinitcommeunfluxd’énergiepassantd’un

objetàunautre,causéparunedifférencedetempératureentrecesdeuxobjets.

Lesquatreforcesfondamentalesdel’Universsontlaforceélectromagnétique,laforcenucléaireforte(quimaintient ensemblelesnoyauxatomiques),laforcenucléairefaible(quientraînecertainstypesdedésintégrationradioactive)etla gravité(attractionentredeuxobjets).Lesdifférencesmajeuresentrelestroispremièressontlessuivantes:l’interaction magnétiqueagitsurdesparticuleschargées;l’interactionforteagitsurdesquarksetgluonssubatomiquesenlesreliant ensemblepourformerdesprotons,desneutronsetautres;etl’interactionfaibleagitsurdesquarksetleptonssubatomiques pourtransmuterlesquarks,etainsipermettreàunneutrondedevenirunprotonplusunélectronetunneutrino.Ilexiste égalementuneautreinteraction,appeléel’interactiondeHiggs,soustendantunchampdeHiggs,quiremplitl’espacecomme unfluide.Ceprocessusfournitaussiunemasseauxquarksetauxleptons 18 (voirl’indexpourlesdifférentstypesde particules). Lalumièrecorrespondàdesperturbationsoscillatoires,ouàuneondeélectromagnétique,danslechampmagnétique.Elle créelespectreélectromagnétique,uncontinuumdedifférentstypesdelumièrequioscillentàdesvitessesdifférentesetsont décritsdanslatroisièmepartie. Lesphotonssontlesunitésdelumièredebase,ainsiquelesparticulesfondamentalementresponsablesduspectre électromagnétique.Unphotonvéhiculetouslesrayonnementsélectromagnétiquescorrespondantàchaquelongueurd’onde. Contrairementàmaintesautresparticulesélémentaires,ilnepossèdepasdemasseoudepoidsnidechargeélectrique,ilne sedésintégrerapasdansl’espaceetsedéplacedanslevideàlavitessedelalumière.Commetoutquantum,ilestàlafois uneondeetuneparticule.Lesphotonsnaissentquandunecharges’accélèreetqu’unemolécule,unatomeouunnoyau passeàunniveaud’énergieplusbas(c.-à-d.quandl’électronsedéplaceentrelescouches),ouquanduneparticuleetson antiparticules’annihilent.

Lefluxélectriqueproduitunchampmagnétiquecauséparlespindesélectronsautourdunoyaud’un

atome.Enfait,toutfluxdecourantàtraversunconducteurgénèreunchampmagnétiquedansl’espace

environnant.C’estlàunfaitimportantenmédecineénergétique.Desélectronscirculantàtraversuncâble

ouuntissuvivantgénèrentdeschampsmagnétiquesdansl’espacequientourelecâbleoulecorps.Votre

cœur,vosmuscles,organes,nerfs,cellules,moléculesetautrescréentleurproprechampbiomagnétique, appelébiomagnétiqueparcequ’ilrelèvedelabiologie.Leschampsbioélectriquessontceuxgénéréspar desentitésbiologiques. De plus en plus, l’industrie médicale repose sur des appareils qui mesurent les champs biomagnétiquesplutôtqueleschampsbioélectriques,carilestdifficiled’analysercesderniersàtravers lapeau–mêmeens’aidantducélèbreélectrocardiogramme.Letissudemeurenéanmoinsinvisibleaux champs biomagnétiques, c’est pourquoi tant d’appareils de diagnostic modernes, dont les magnétocardiogrammes,magnétoencéphalogrammesetmagnétomyogrammes,sontàprésentutiliséspour apprécierlesprocessusinternesducorps.Alorsquelasciencealongtempsutilisél’électricitépour aider le corps à guérir, elle se tourne maintenant vers le magnétisme. La magnétobiologie est l’explorationdesdifférentesfaçonsderecouriraumagnétismeàdesfinscuratives.Naturellement,tous lesobjetsnesontpasmagnétiques.Dansmaintsobjets,lesatomessontdisposésdetellefaçonqueles électronssedéplacentdansdesdirectionsdifférentesoudemanièrealéatoire,s’annihilantainsil’un l’autre.Lesaimantsfonctionnentdifféremmentparcequ’ilsrenfermentdeuxpôles:nordetsud.Cespôles entraînent le déplacement des électrons dans la même direction, en établissant un courant et par conséquentunchampmagnétique.Laforcemagnétiquecirculedupôlenordaupôlesud.Lespôlesnordet suddedeuxaimantsdifférentss’attirerontl’unl’autre;encoreunefois,lesopposéss’attirent. L’électricitéproduitdumagnétisme,maislesaimantspeuventaussicréerdel’électricité:leschamps magnétiquesenmouvementstimulentlesélectrons,quigénèrentensuitel’électricité. L’électricitéetlemagnétismeformentensemblelechampélectromagnétique,définicommeunchamp qui impose une force à des particules possédant une charge électrique. Enretour, ce champ subit l’influencedecesparticulesstimulées,etsetrouveàl’originedelalumière.

LEMONDEQUANTIQUE

Unquantumestlapluspetiteunitémesurantunechosephysique.Lesparticulessubatomiquessontcelles quiélaborentunatome.Lamécaniquequantiqueestl’étudeetl’applicationdecesparticulesinfimeset lathéoriedesquantachercheàcomprendrecommentellesfonctionnent.Lesquantarelèventdumonde delaphysiquequantique:unedisciplineliéeàlaphysiqueclassiquenewtonienne–maisquis’en distingueaussi. Lamécaniquequantiqueestnéelorsquelesphysiciensontdécouvertquelamatière,etpasseulement lalumière,possédaitdespropriétésondulatoires.Lesétrangesmécanismesdesquantaindiquaientqueles lois fondamentales naturelles de la physique classique n’étaientpas vraimentinfaillibles : elles ne justifiaientquedesprobabilités.Laphysiquequantiquechercheàexpliquerpourquoilesquantanerestent pasimmobilesdansletempsetpourquoiilsnesesituentpastoujoursdansunseulespace.Unseul électronouproton,parexemple,peutsetrouvericietailleursaumêmemomentetpeutmêmesuivre simultanémentdeuxtrajectoiresdifférentes. Voustrouverezci-dessousunexamenplusapprofondidesbasesdelaphysiquequantique.

Ensavoirplussurlesquanta

Lasciencetravaillegénéralementavecvingtquatreparticulessubatomiques,dontl’électron,lephotonet

unedemi-douzainedequarks.Lesquarkspossèdentunechargeélectriqueéquivalenteàunoudeuxtiers

decellequel’ontrouvedansunélectron.Lesleptonssontdesparticulesfondamentalesquipossèdent

soitdeschargesneutres,soitunedemi-unitédechargenégative.Ilssontsoumisàl’interactionfaible.Les

quarksetlesleptonsrenfermentetinfluencentmaintesautresparticules.Tachyonestlenomqu’ondonne

auxparticulessubatomiquesdontlavitesseestsupérieureàcelledelalumière.Lesparticulesdeforce

sontcellesquidéterminentlesforces.

LESTROISLOISDELATHERMODYNAMIQUEÀTRAVERSLALENTILLEQUANTIQUE

 

Laphysiqueclassiquereposesurlestroisloisdelathermodynamique.Ils’agitdeloissurl’énergiequinousenseignent

commentellefonctionneet,parconséquent,cequenouspouvons(ounepouvonspas)réaliseravecelle.Aussipratiques

qu’ellespuissentêtrepourlepraticiendelamédecineoccidentale,ellessetrouventétenduespardesoccurrences

quantiques.

Lestroisloissontlessuivantes:

Premièreloi:l’énergieseconservevolontiers;parconséquent,onnepeutlacréerouladétruire,maissimplementla

transformer;

Deuxièmeloi:l’entropie(mesuredel’information)tendàcroître.Celasignifiequeplusunsystèmedure,plusilcontientde

désordreetd’informationindisponible;

Troisièmeloi:aumomentoùlatempératureapprocheduzéroabsolu,l’entropieoulechaosdevientplusconstant.

Cesloisgouvernentlemacrocosme,maisnesontpassystématiquementvraiesdanslemicro-universdesquanta.Selon ladeuxièmeloi,parexemple,l’énergie(oul’informationquivibre)diminueprogressivementjusqu’àatteindrelezéroabsolu.La sciencenepeutpasencoreaccéderauzéroabsolu,maisellepeuts’enapprocher.Àcemoment-là,l’énergieestsupposée demeurerimmobile.Selonlapremièreloi,parailleurs,l’énergienepeutêtredétruite,cequisignifiequel’information indisponibledoitserendrequelquepart. Lesatomesetlamassenepeuventstockerqu’unnombrelimitéd’informations,donccesdonnéesmanquantesnese dissimulentpasdansunetassedecafé.Ilestpossible,parcontre,qu’ellessoientstockéesdansdesantimondesparallèles oupeut-êtreencoredanslesdomainesd’énergiesubtileexplorésparleDrTillerdans«Unmodèled’énergiesubtile»àla

page20.

SethLloyd,physicienauMIT,soutientl’idéedeportailsterrestresdanssonlivreProgrammingtheUniverse.Lamécanique quantiqueadémontréqu’iln’estpasseulementpermisàl’électrondesetrouveràdeuxendroitsàlafois,maisbienqu’ille faut.Certainesparticulesnetournentpasseulementdansdeuxdirectionsaumêmemoment,maisdoiventsecomporter ainsi 19 .Àdesvitessestrèsélevées,lesatomesrequièrentdavantaged’informationpourdécrireleursmouvements,et,par conséquent,l’entropieaugmente 20 . Enoutre,unobservateurinfluencelerésultatdecequ’ilobserve.Commel’expliquelelivreTheOrbProject,l’effetde l’observateursurlechampquantiquepousselaréalitéàseréorganisersuivantl’observation.Celaveutdirequ’uneréalité nouvellementobservéedescendàtraverslesniveauxdefréquenceen-dessousduquantum,ensedensifiantdanslaréalité matérielle 21 .L’informationnonobservée«seperd»sil’observateurnelajugepas«réelle»ouintéressante.Ellen’estpas éliminée;lepotentielnonsélectionnéglisseplutôtdanslapoched’un«ailleurs». Bienévidemment,nouspouvonslaretrouver.CommeLloydl’explique,nouspouvonsaccéderauxdonnéesperduesen «activantunqubit»,unmessagecodé,cequisignifiequenouspouvonsexercerunchampmagnétiquesurl’énergiepourla forceràpasserd’unétatàunautre 22 .Nousavonsétabliquelacouchesubtilesesitueau-dessusdelacouchephysiqueet quelacoucheéthériquedesénergiessubtilesestdenaturemagnétique.Sepourrait-ilquel’informationquenousnepouvons pasatteindre–peut-êtrelesdonnéesquipourraientfairerecouvrerlasantéàunepersonnemalade–s’attardedansunplan supérieur? Nousdevonsencoreaffronteruneautreloi:latroisièmeloidelathermodynamique.Lesexpériencesmenéesaveclezéro absoluluiontfourniunenouvelleperspective,decellesquiamorcentunecompréhensiondel’énergiesubtile.Lezéroabsolu estlepointauquellesparticulespossèdentuneénergieminimum,appeléel’énergiedupointzéro.Deschercheurs,dontleDr HalPuthoff,ontmisenrapportcetteénergiedupointzéroaveclechampdupointzéro,unfiletdelumièrequientoure l’ensembledelaréalité(cechampestexpliquéplusloindanslatroisièmepartie).Cechampdelumièreestunétatdevacuité, maisiln’estpasvide;aucontraire,c’estunocéand’énergieélectromagnétiqueet,éventuellement,departiculesvirtuelles– desidéesquipeuventdevenirréelles. Enthéorie,l’énergiedevraitsetenircomplètementimmobileauzéroabsolu,cequiimpliqueraitquel’informationysoit emprisonnéeenpermanence.Toutefois,desrecherchessurl’énergiedupointzérorévèlentqu’àl’approchedupointzéro,le mouvementatomiques’interrompt,maisl’énergiesubsiste.Celasignifiequel’«informationperdue»n’estpasvraiment perdue.Mêmegelée,ellecontinuede«vibrer»àl’arrière-plan.Lesquestionspertinentesàseposersontlessuivantes:

comment«lire»cetteinformationd’arrière-plan?Commentl’appliquer?Cequestionnementestpareilàceluiquenousnous

posonssurl’information«cachée».Commentaccéderàdesdonnéesdissimulées,maisdignesd’intérêt?Enapprendre

davantagesurlesstructuressubtilesnouslivreralesréponses,carcesstructuresrésidentàl’intersectionentreleplan

concretetlesplanssupérieurs.Agissezauseindesstructuressubtilesetvouspourrezpasserd’uneréaliténégativeàune

réalitépositive,sansperdred’énergiedansleprocessus.

Dualitéonde/particule

Denombreusesparticulessubatomiquessecomportentàlafoiscommedesondesetdesparticules.Elles

portent leur « casquette de particule » lorsqu’elles sont créées et annihilées. Elles arborent leur «casquetted’onde»lerestedutemps.

Antiparticules

Lesantiparticules sontdes unités spécifiques àl’antimatière.Paul Dirac, unphysicienanglais qui

cherchaitàfusionnerlarelativitéetlamécaniquequantique,définitleconcepten1928.Ilthéorisaque

chaqueparticulepossèdesonproprependant,uneparticulequialamêmemasseetlemêmespin,mais

avecunechargeopposée.Quandunélectronrencontresonpartenaire,lepositron,ilsdisparaissenttous

deux,enlaissantderrièreeuxunepairedephotons.L’antimatièreestégalementconsidéréecommeune

sourced’énergie.

Antimondes

Ils’agitderéalitésparallèlesquiseformentlorsqu’unevoien’estpaschoisie.La«théoriedesmondes multiples »etla «théorie des univers parallèles »découlentde cette question: oùse nichentles antiparticules?Uneautrequestionliéeàcetteidéeestlasuivante:oùsetrouventtousleschoix«non observés»ounonmanifestésdanslaréalitéconcrète?Noussavonsquelesantiparticulesexistent, depuis qu’en1932, Carl D. Andersondécouvrit, auCalifornia Institute of Technology, la trace de positrons – des antiparticules d’électrons – au moyen d’une chambre à brouillard exposée à des rayonnementscosmiques 23 .

Spin

Lespinestlarotationd’uneparticuleautourdesonaxe.Touteslesparticulestournentetpeuventmêmele faire autour de deuxaxes différents enmême temps. Mais, selonune théorie appelée le Principe d’incertitudedeHeisenberg,onnepeutêtresûrdelavaleurexacteduspinautourdecesdeuxaxes.Les spinsautourd’unaxeverticalethorizontalsontcomplémentaires–maissivoussavezcommentl’un tourne,vousnepouvezpassavoircommenttournel’autre.Demême,sivouspouvezprouverlespin d’une particule, vous ne serezpas capable de vérifier entoute certitude une autre de ses qualités physiques,savitesseparexemple.Mesurerperturbel’objetdelamesure 24 .

Intrication

Grâceàl’intrication,deuxouplusieursobjetspeuventselierets’influencerl’unl’autrelorsqu’ilssont séparés, parfois par des milliers de kilomètres (ou de dimensions). Ce phénomène est appelé l’intricationquantiqueetilserapporteàdesobjetsoudesparticulesquiontétéunjourmisencontact.

-----------------------------

Comme nous l’avons étudié, les principes de base du monde énergétique prennent en compte les explicationsclassiquesetquantiques.Mariezcesdeuxpointsdevueetvoilàqu’émergeunecouchede réalitéquilesréunitetlesexpliquetousdeux:leroyaumedel’énergiesubtile.

2

LETHÉRAPEUTEÉNERGÉTIQUE

2 LETHÉRAPEUTEÉNERGÉTIQUE
2 LETHÉRAPEUTEÉNERGÉTIQUE

Q u’est-cequ’unthérapeute?Touslesthérapeutestravaillentsurlesénergies,maistousceuxqui

travaillentsurlesénergiessont-ils«thérapeutes»?Faut-ilenréalité«guérirdespersonnes»

pourêtreconsidérécommeunthérapeute?Oui–siletraitementnepermetpasseulementde guérir,maisd’entraînerunchangementpositif. Soigneretguérirsontdeuxconceptsfortdifférents.Soigner,c’estsupprimerlessymptômes.Guérir, c’estassurerunétatdeplénitude.Unepersonneestcomplète,bienqu’illuimanqueunejambe,qu’elle soit grippée oucondamnée à mort. Unthérapeute est essentiellement quelqu’unqui aide une autre personneàréalisersaplénitudeintérieure,sanssesoucierdesapparencesoudurésultatdutraitement. Pourêtrethérapeute,ilconvientdesuivreuncoded’honneur,celuiquiencouragelepatientànourrir descroyances,desactions,despenséesetdessentimentssains–sansqu’ilsn’influentsurlui.Être thérapeutesous-tendd’êtresage–etd’agirdefaçonsage.Pourêtreunthérapeuteénergétique,queson orientationsoitallopathique,complémentaire,orientale,occidentale,spirituelleouautre,ilconvienten outre de comprendre l’énergie et ses effets. Être un thérapeute des énergies subtiles demande d’appréhenderunensembledequestionsencoreplusspécifiques. Danscechapitre,nousdévelopperonsbrièvementlescroyancesetl’éthiquedebasenécessairespour êtreunthérapeuteénergétique(cequetoutthérapeuteestenessence).Vouspouvezemmenercetteboîteà outilspartoutavecvous,toutcommelamalletteutiliséeparlesmédecinsquiconsultentàdomicile.Nous examineronségalementquelques-unesdesquestionsparticulièresauxquellesestconfrontéunthérapeute desénergiessubtiles,tellesquel’utilisationadéquatedel’intuitionetdudiscernement,enfournissantdes paramètresqu’unspécialistedusubtilpeutappliqueràsapratique.

QUALITÉSREQUISESPOURTRAVAILLERAVECLESÉNERGIES Unpraticienénergétiqueprofessionneldoitdéciderdumodusoperandi entermesdetechniques,de croyancesetd’éthique,enchoisissantsoigneusementlaformation,lesattitudesetleslimitesquiserviront aumieuxsespatientsetlui-même–mêmesilespatientssontdesenfantsoudesamis.Nouspouvons emprunterleslignesdirectriceslesplusuniversellesausermentd’Hippocrateadoptépardenombreux médecinslorsqueleurdiplômeleurestremisparuneécoledemédecine. Laversionsuccinctedusermentestd’aideretnepasnuire–maisilexistebeaucoupdegrisentreces deuxextrémitésnoireetblanche.Considéronsuneversionmiseàjourdeceserment,s’appliquantaux praticiensénergétiques.Cerésumédusermentsebasesurlaversionclassique–cellejuréeauxdieuxily amilleans(lesphrasesdusermentsontenitaliqueetleurscommentairesenromain) 25 .

Jedirigerailerégimedesmaladesàleuravantage,suivantmesforcesetmonjugement.Nesoignez desgensquesivousêtesqualifiépourlefaire.

Jem’abstiendraidetoutmaletdetouteinjustice.N’outrepassezpasvoslimites.Si vousêtes homme de terrain, vous n’êtes pas formé pour décider si unpatient souffrant d’uncancer peut

bénéficierd’unechimiothérapie.

Jemettraimonmaîtredemédecineaumêmerangquelesauteursdemesjours.Respectezvos

professeursetchoisissezdesformateurs,desécolesetdesprogrammesdequalité.

Jeneremettraiàpersonnedupoison,sionm’endemande,nineprendrail’initiatived’unepareille

suggestion.Touteénergieestremède–mêmel’énergiesubtile.Qu’ilaitlaformed’herbes,deson,de

lumière,demotsoudemédicament,leremèdeproduituneffetetnedoitpasêtreutilisésansen

connaîtreparfaitementleseffets.

Jepasseraimavieetj’exerceraimonartdansl’innocenceetlapureté.Celasignifiequevous

comptezpar-dessustout.Votrevieetvosvaleurssontimportantesetvousnedevezpaslessacrifierà

votretravail.

Dansquelquemaisonquejerentre,j’yentreraipourl’utilitédesmalades,mepréservantdetout

méfaitvolontaireetcorrupteur,etsurtoutdelaséductiondesfemmesetdesgarçons,libresou

esclaves.N’intervenezpasdanslaviedevosclients.Laplupartdesmédecinsprofessionnelset

spécialistesnepeuventvoirouentretenirunerelationavecleurspatientsendehorsdutravailàmoins

queletraitementn’aitcessédepuisdeuxans.

Quoiquejevoieouentendedanslasociétépendantoumêmehorsdel’exercicedemaprofession,

jetairaicequin’ajamaisbesoind’êtredivulgué,regardantladiscrétioncommeundevoiren

pareilcas.Lespatientsméritentqu’onrespecteleurintimité.

Une version moderne du serment recommande également d’éviter d’entreprendre ce que les spécialistespeuventaccomplirmieuxquevous.Unprofessionnelrenvoielesclientsauxpersonnesde référencequiconviennent.

LETECHNICIENDEL’ÉNERGIESUBTILE:FORMATIONSPÉCIALISÉE Travailler avec les énergies subtiles demande d’apprendre, en toute connaissance de cause, des techniques qui peuvent englober, mais également franchir, les limites de la discipline médicale allopathique.Unprofessionneldesénergiessubtilesdoitsetournerverstroisdomainestechniquespour deveniruntechniciencompétent.

Lamaîtrised’aumoinsunepratiqueénergétique.Ilexistedegrandschiropracteursquin’ontsuivi que quelques heures de formation en acupuncture. Cela ne fait pas d’eux des spécialistes de l’acupuncture ni de remarquables praticiens énergétiques. Unprofessionnel des énergies subtiles qualifiédoitsatisfaireauxcritèressuivants:

êtrebieninformésurlesénergiessubtilesetl’anatomieénergétiqueintervenantdansledomaine choisi;

comprendrelarelationentrelesstructuressubtilesadéquatesetlecorpsphysique;

accepteretposséderunecompréhensionpratiquedelarelationentreledomainedesénergieset lesautrescomposantesdumoi:lemental,lesémotionsetl’esprit;

lecaséchéant,soyezàl’écouteetdéveloppezl’aspectintuitifdel’arténergétique;

sivousrecourezàdesfacultésintuitives,référez-vouségalementàl’intellectetaubonsens.De nombreuxmédecinsoccidentauxsuiventleurs«petitesvoix»pourposerundiagnostic.C’est merveilleux–maisilsydonnentsuitepardestestsetdesprocéduresscientifiques.Mêmeun praticienintuitifdoitpouvoir lefaire.Étudiezcommentvouspouvezconfirmer vosintuitions mécaniquement.

Si votre pratique est intégrative, la maîtrise d’au moins un autre domaine professionnel. La médecineintégrativeexploseàtraversl’Amérique,sejoignantàunetendancemondiale.Enfait,

certainspaysn’ontjamaiscomplètementoccidentaliséleurpratiquedelamédecine.Leurmédecine traditionnelle est dite complémentaire ouintégrative. Unpraticienintégratif occidental doit être détenteur,danslemondeoccidental,d’undiplômereconnuacadémiquementetlégalement,enplus d’unecompétencedansunedisciplinedesénergiessubtiles.Lesloisnationalesdéterminentquels diplômesetquellesformationsremplissentlesconditions. Formationcontinue.Lamédecinedesénergiessubtilesestl’undesdomainesenplusfortecroissance dans le monde, qui gagne envaleur etenreconnaissance toutens’étendantaussi entermes de documentationdisponible.Tenez-vousinformé,lisezdeslivresetsuivezdescours.

LEPOUVOIRDESCONVICTIONS L’efficacitéd’unpraticienénergétiquedépenddesesconvictions(quelapersonnetravailleounonavec lesénergiessubtiles).Unprofessionneldoitseposerlesquestionssuivantes:crois-tuenl’efficacitéde tadisciplineénergétique?Crois-tuentoi?Crois-tuenlafacultédetonclientdeguérirouévoluer?Les réponsesàcesquestionsetàd’autresbaséessurlesconvictionsontunimpactsurlesuccèsprofessionnel etpréserventlebien-êtrepersonnel. Voschampsd’énergieinteragissentavecceuxdevospatients.Cequevouspensezdevousmême–ce quevousnourrissezdansvotrecœur–setransmetaucœurdevotreclientet,delà,àsoncorps(vous trouverezci-dessousdavantaged’informationssurletraitementcentrésurlecœur).CommeleDrHerbert Bensond’Harvard, praticienpsychosomatique, le faitremarquer, « nos cerveauxsontparcourus de convictionsetd’attentes.Quandelless’activent,notrecorpspeutyrépondrecommesilacroyanceétait uneréalité,entraînantlasurditéoulasoif,lasantéoulamaladie» 28 . Noussavonsquecequenouscroyonspeutseconcrétisergrâceàdeuxphénomèneslargementétudiés (maispastotalementcompris)appelésleseffetsplaceboetnocebo.L’effetplaceboseproduitlorsqu’on administreunfauxtraitementoumédicamentsousuneformedéguisée.Lessujetsnesaventpasqu’ils reçoiventquelquechosed’inefficacedupointdevuemédical.Enfait,onleurdéclareque«celava marcher».

Depuis1955,deschercheurssuiventl’effetapparemmentmagiqueduplacebo,parfoisàleurgrand

désarroi, car les études révèlent souvent que nonseulement les placebos fonctionnent, mais qu’ils fonctionnent parfois aussi bien(oumieux) que les « véritables » médicaments outraitements. Par exemple, au cours de récentes études, maints placebos ont affiché un résultat équivalent à des médicamentspourlatouxdestinésauxenfants 29 . Desétudesontmontréégalementquel’effetplaceboneselimitepasauxmédicaments.Ilseprolonge auxdispositifsetauxtechniquesphysiques,commel’utilisationdumassage,dessoinsnaturopathiqueset chiropratiques,del’hydrothérapie,delachaleur,delalumièreetautres 30 .Ils’appliqueégalementaux thérapeutesetàleurseffetssurlespatients.Commel’affirmeMichaelJospe,professeuràlaCalifornia SchoolofProfessionalPsychology,«l’effetplaceborelèvedupotentielhumainàréagirpositivementà unthérapeute» 31 .L’attitudeduthérapeuteaideàinduiredesrésultatschezlepatient. Cequipeutguérirpeutaussinuire.Considéronslereversdel’effetplacebo,l’effetnocebo,quipeut être exprimé comme suit : si vous croyez que quelque chose de négatif va se produire, ce sera probablementlecas.Deschercheursontdécouvertquedesfemmes,qui secroyaientsujettesàune maladiecardiaque,avaientquatrefoisplusdechancededévelopperdesproblèmescardiaquesque celles présentantles mêmes facteurs derisques,mais sans afficher uneattitudenégative.Uneétude

détermineque100%despersonnesquisubissaientuneopérationetdésiraientlamort(généralement

pourretrouverunprochedisparu)sontdécédées. Les effets placebo et nocebo se réduisent à l’empathie : le partage d’énergie par des moyens énergétiques.Lesgensfontpreuved’empathieenpermanence,certainsmieuxqued’autres,commele

révèleuneétudedeLevensonetGottmandel’UniversitédeCalifornieàBerkeley.Leschercheursont analysélesréactionsphysiologiquesdecouplesmariéslorsqu’ilsinteragissaientavecempathieetont découvertquelesrythmescardiaquesdepartenairesquiexcellaientàlachoses’imitaientl’unl’autre. Quandlerythmecardiaquedel’uns’accélérait,l’autrefaisaitdemêmeetviceversa 32 .Cesétudes, commed’autres,révèlentqu’unthérapeuteénergétiquequiexerceavecéthiqueetefficacitéestcentrésur lecœur.

L’INTUITIONETL’EXPERTENÉNERGIE

 

Larechercheencourage,dansunecertainemesure,l’utilisationdel’intuitiondansletravailsurlesénergiessubtiles–etpeut-

êtremêmedanstouttravailénergétique.NormanShealy,médecin,aparexemplepubliéuneétuderéférençantletravailde

huitvoyantsdevantposerundiagnosticsurdix-septpatients.Cesdiagnosticsétaientexactsà98%encequiconcernela

personnalitéetcorrectsà80%pourévaluerdesétatsphysiques 26 . LesrecherchesmenéesparleHeartMathResearchCenteràl’InstituteofHeartMathenCaliforniecorroborentl’existencede l’intuitionetsaprécision. Nombredecesétudesprésententlecœurcommeuncentreintuitifclé,répondantmêmeàdesinformationssurlefutur.À titred’exemple,lecœurralentitlorsqu’ilreçoitdesstimulifuturistesetcalmantsaulieudestimuliémotionnellement excitants 27 . Utiliserl’intuitionpourletravailénergétiqueentraîneunemyriadedequestions,dontcellesdeslimites;l’importanceet l’applicabilitédel’information;l’exactitudedel’interprétation;lanatureimprévisibleetchangeantedufutur;leseffetsde l’informationsurledestinataire(c.-à-d.«approuver»ou«rejeter»lesdonnées);et,leplusimportant,lescompétences intuitivesduprofessionneldel’énergie. Malgrélanatureimprécisedel’intuition,unprofessionnelnedevraitpassesentirgênédel’exercerdanssonmétier.Le travailénergétiqueestunartqui,demanièretraditionnelle,relèvedel’intuition.

LETHÉRAPEUTEÉNERGÉTIQUECENTRÉSURLECŒUR Nous savons intuitivement que le cœur est le siège de l’amour et de l’empathie, et des études le démontrent.Enréalité,l’empathiesemanifestedanslechampélectromagnétique(CEM)généréparle

cœurenquantitébeaucoupplusimportantequ’ailleursdanslecorps.LeCEMducœurémet5000

femtotesla(unemesureduCEM),contrairementaux10générésparlecerveau 33 .D’autresrecherches montrentque, lorsqu’il estséparé duchamp magnétique, le champ électrique ducœur possède une amplitudesoixantefoisplusgrandequecelleduchampducerveau 34 .Viacechamp,lesystèmenerveux d’une personne se connecte et répond aux champs magnétiques produits par les cœurs d’autres personnes 35 .Lechampducœurestparconséquentl’undesmoyensparlequelunpraticieninfluesurses patients.Ceteffetnousmèneàlaquestion:«Quevoulez-voustransmettre?»Pourengendrerunrésultat positifchezlepatient,unpraticiendoitnourrirdessentimentspositifsdanssoncœur.Nonseulementsa bonnevolontéprofiteraaupatient,maiségalementàlui-mêmeentantquepersonne. Uneséried’étudesmenéesparleDrRollinMcCraty,chercheurauHeartMathInstituteenCalifornie, etdécritesdanssone-book,TheEnergeticHeart,aidentàexpliquerl’importancedel’énergiepositive 36 . Depuisdesdécennies,lesscientifiquesreconnaissentquelesinformationssontencodéesdanslesystème nerveuxdanslesintervallesdetempsentredifférentesactivitésoudanslemodèled’activitéélectrique. Desétudesrécentesrévèlentégalementquel’informationestcaptéedansdespulsesd’hormones.Deplus, ilexisteunpulsed’hormonesquicoïncideaveclesrythmescardiaques,cequisignifiequel’information est également répartie dans les intervalles entre battements des ondes de pression et des ondes électromagnétiquesducœur. Desémotionsnégativestellesquelacolère,lafrustrationoul’anxiétéperturbentlerythmecardiaque. Desémotionspositivescommeleplaisir,l’amouroulacompassiongénèrentdesmodèlescohérentsou fonctionnels.Lessentiments,diffusésàtraverslecorps,engendrentdesmodificationschimiquesdansle

systèmetoutentier.Désirez-vousêtreenbonnesanté?Soyezpositif,entoutesincérité,aussisouventque vouslepouvez.Vousaugmentezainsila«probabilitédemaintenirlacohérenceetderéduirelestress, mêmelorsd’épreuves» 37 . Cequevouscroyez,entantquepraticien,seraéchangé–partoutetavecchaquepersonnequevous rencontrerez.

LETHÉRAPEUTEINTUITIF Ilexistedemultiplesformesdefacultéspsychiquesutiliséesenthérapieénergétique.Toutlemondenaît avec divers talents « psychiques », comme le révèlent des études approfondies 38 . Nous pouvons développer ces dons et les utiliser pour évaluer de manière intuitive des problèmes physiques et

psychologiques.Jusqu’àprésent,plusde150étudesvérifiéessurlaquestionontétépubliées,dontplus

de la moitié laissentapparaître une applicationefficace de l’intuition 39 . Etl’utilisationintuitive de l’énergieestl’undesmoyensprincipauxpourdispenserunsoinénergétique. Commepourtoutdanslavie,vousnevousmontrerezpasdouépourtouteslesformesd’intuitionou capabled’utiliservosdonsdanstouteslessituations.Lespraticiensmaîtrisentsouventcertainsdomaines etsemontrentplusfaiblesdansd’autres.Parexemple,uneétudedécritundiagnosticienintuitifqui pouvait détecter des problèmes aux organes avec une grande marge de précision, mais était dans l’incapacitéd’identifierdestroublesdelafertilité 40 .L’unedescléspourutiliservotreintuitionestde savoirdistinguerquelsdonsvouspossédez.Voustrouverezci-aprèsunelistepartielledesdifférents typesdefacultésintuitivesquientrentleplusfréquemmentenjeudansletravailénergétique.Quoique certaines puissentsembler tirées par les cheveux,il existeunerichelittératuredécrivanttoutes ces expériences.

Chirurgiepsychique:pénétrationconcrèteducorpspardesmoyenspsychiques.Peutaboutiràl’ablation

d’untissu,d’unosoud’uneautrematière.

Clairaudience(égalementappeléechannelingoutransmédiumnité):récolted’informationsduroyaume

spirituel,souventparl’intermédiaired’uneentitéquipénètrelecorps.

Clairsentience:connaissancessurlemondeextérieursansbénéficierdesourcesd’informationconnues.

Divination:obtentiond’informationspsychiquesencontactantdesespritsouensondantlefutur.

Empathie : capacité de ressentir les émotions des autres,leurs besoins ouleur étatphysique.Elle comprend l’empathie basée sur le corps, la capacité à détecter des odeurs, des sentiments, des sensations,desréactionsphysiques,etlaconscienced’autresétatsdumoi.

Guérisonàdistance:capacitéàétablirdesdiagnostics,àpercevoirlasituationoulesbesoinsd’autrui

oud’envoyerdel’énergiecurativeàdistance.

Guérisonparimpositiondesmains:utilisationdesmainspourdiagnostiquer,interpréteroudéplacerde

l’énergie,quecesoitpourdessujetsoudesgroupesprésentsouàdistance.

UNEAPPROCHEDEL’INTUITIONBASÉESURLESCHAKRAS

UNEAPPROCHEDEL’INTUITIONBASÉESURLESCHAKRAS
L’unedesfaçonslesplusaccessiblesd’exploreretdedéveloppersesdonspsychiquesestuneapprochebaséesurles

L’unedesfaçonslesplusaccessiblesd’exploreretdedéveloppersesdonspsychiquesestuneapprochebaséesurles

chakras.Commejel’aiprésentéetdécritdansd’autreslivres,chacundesdouzechakrasprincipauxabriteuntypedifférent

defacultépsychique.Ledonpsychiqueestlacapacitéinstinctiveàrecueillir,déchiffrerettransmettredesinformations

psychiques.Leschakrasd’unindividuopèrentàdesfréquencesvibratoiresdifférentes;parconséquent,chacund’euxagitde

concertavecuntypedifférentd’informationpsychique.L’énergiepsychiqueesttoutsimplementuneversionplusrapidede

l’énergiesensitive.Cequ’unepersonnepeut«capter»ou«diffuser»peutêtretraduitenénergiesphysiques,émotionnelles,

mentalesetspirituellesàl’impactconsidérable–négatifoupositif.

Nouspossédonstousdiversdonsinnés–etdeschakraspluspuissantsouplusfaibles.Enévaluantquelssontvos

chakraslesplusforts,vouspouvezaussidéterminerdequelsdonspsychiquesvousdisposez.

Cettethéoriesoulignelefaitque,bienquetoutlemondesoitdoué,toutlemonden’utilisepassesdonsinnésdemanière

saineouappropriée.Diverssoucis,pouvantprovenirdel’enfance,delaculture,desexpériencespersonnellesoud’une

éducationreligieuse,peuventcréerdesproblèmesauniveaudesbarrièrespsychiques.Ilsepeutqueleschampsautourdu

corpsnefiltrentpasl’énergiepsychiqueentrantedefaçonbénéfique,ouquelaprogrammationinternealtèrelacapacitédu

chakraàcollecter,interpréteroudiffusercorrectementlesdonnéespsychiques.Assezsouvent,lesprofessionnelsde

l’énergiesont«tropouverts»,danslesensqu’ilsabsorbentdesinformationspsychiquesquileursontinutilesounéfastes.

Celaengendredesproblèmesauniveaudesbarrièrespsychiques,quel’onpeutpallierenpassantdel’étatpsychiqueàl’état

intuitif.Celaimpliquedemettreenplacedesparamètresconscients,émotionnelseténergétiquespourcontrôlerlefluxde

l’énergieentranteetsortantedansleschakrasetchampsauriques.

Letableausuivantmontrequelsdonspsychiquesrenfermechaquechakra,commentcesfacultésagissentquandellesne

sontpasfiltréesetcommentellessemodifientquandl’opérateurdéveloppedesbarrièresintuitives.

FIGURE1.1

DONSPSYCHIQUESRELEVANTDESCHAKRAS:DUPSYCHISMEÀL’INTUITION

Chakra

Donpsychique

Personnepsychiquepositive

Personnepsychique

Donintuitif

négative

 

Compassion

     

physique(un

agentenpsycho-

métrie,

Empathiephysique:

Premier

radiesthésie,

chirurgie

psychique,

Ressentlesproblèmes

physiquesd’autruietleurs

causes

Absorbelesmaladiesetles

étatsphysiquesd’autrui,sans

pouvoirs’endébarrasser

s’imprègnedesétats

physiquesd’autrui,

maispeuts’enlibérer

kinésiologie,

;peutaideràles

télékinésieet

guérir

guérisonpar

impositiondes

mains)

       

Empathie

Compassion

émotionnelle

Ressentlesémotionsd’autruiet

peutlesdéchiffrer

Absorbelessentiments

émotionnelle:litdans

Deuxième

d’autruietlesretientdansson

proprecorps

lesémotionsd’autrui

etpeutaideràles

   

guérir

       

Empathiementale:

déterminelescauses

Troisième

Compassion

mentale(souvent

appelée

clairsentience)

Saitcequ’autruipenseoucroit

S’approprielescroyanceset

penséesd’autrui

desproblèmes

d’autrui,liéesàleur

systèmede

croyances,etleur

fournitunéclairage

       

Empathie

Compassion

relationnelle:peut

Quatrième

relationnelle(un

agentdansla

guérisonpar

Peutressentirlesbesoinsetles

désirsd’autrui;peutcanaliser

l’énergiepourguérir

Assumelaresponsabilitédes

besoins,desdésirsinsatisfaits

etdelaguérisond’autrui

déterminerles

besoinsd’autruiet

leurvenirenaide,

impositiondes

maisfaitappelà

mains)

l’assistancedivine

pourlereste

 

Compassion

     

verbale

(également

Peutcapterdesdonnéesd’une

Nepeutséparersespropres

Empathieverbale:

Cinquième

appelée

autrepersonneoud’unesprit,

penséesdecellesvenantde

contrôlel’entréeetla

channeling,

ainsiquedessignaux,dela

l’extérieur;peutêtre

sortiedescontacts

 

transmédiumnité,

musiqueoudessons

submergéeparlesesprits

reçus

télépathieet

clairaudience)

 

Compassion

     

visuelle

(également

Empathievisuelle:

Sixième

appelée

clairvoyance,

prédiction,

précognition,

Perçoitdessymboles,des

visions,desimages,des

couleurs,aveclesyeuxoule

troisièmeœil

Necontrôlepaslefluxoule

typed’images;leplussouvent

négatif;nepeutinterpréterce

quiestréel

recueilledes

révélationslorsque

c’estnécessaire;

capabled’interpréter;

utilisationdela

peutguérirautruipar

«doublevue»,

sesvisions

visionàdistance,

lecturedel’aura)

 

Compassion

     

Septième

spirituelle

(également

appelée

prophétie,etest

unagenten

intentionnalité,

prière,

méditation)

Peutpercevoirledéveloppement

delaconscience,lamission,la

destinéeoulesguidesspirituels

d’autrui

Vulnérableauxattaques

spirituelles;tropinfluencée

parlemaloulanégativité;

sentimentd’impuissance

Empathiespirituelle:

parvientàaccéder

auxguides

supérieurspour

s’aideretaiderautrui

;utiliselaprière,la

méditation,l’intention

àdesfinscuratives

Compassion

chamanique(un

Empathie

agentenvoyages

chamanique:peutse

del’âme,visionà

connecteràd’autres

Huitième

distance,

rétrocognition,

projection,

précognition,

Voyageentrelesmondesetles

dimensions;n’estpaslimitée

parletemps–passé,présent

oufutur

Vulnérableauxentitéset

problèmesdesautres

mondes,auxpersonnesetà

sesviesantérieures

mondeset

dimensionsetles

visiterpourrecueillir

desinformationsou

exorcismeou

del’énergiecurative,

communication

ougérerdes

aveclesesprits,

déplacements

ettravailavec

d’énergieoud’entité

desrestrictions)

       

Empathiedel’âme:

ressentlesbesoins

Neuvième

Compassionde

l’âme

Peutdirecequ’ilsepassedans

l’âmed’autrui

Assumelessoucisdel’âme

d’autruioulesproblèmes

mondiaux

del’âmed’autruiou

lesbesoinsmondiaux

etdéfinitcomment

créerdel’harmonie

       

Empathienaturelle:

Dixième

Compassion

naturelle(un

agentenguérison

Seconnecteauxéléments,aux

êtresetauxénergiesdumonde

naturel

Devientvictimedeséléments

naturels,desêtresetdes

énergies

reçoitetpeutpartager

desinformationset

desénergies

naturelle)

curativesavecle

mondenaturel

       

Empathiedelaforce:

Sertdecanalauxforces

Esclavedeforcesextérieures,

peutcapteretchoisir

Onzième

Compassionde

naturelleseténergétiques,

lamenantàunenégativité

quellesforcesutiliser,

laforce

commeleventoulesêtres

extrêmeouàunpouvoir

canaliseretdirigeren

spirituels

incontrôlable

vued’unchangement

positif

Diffèred’une Diffèred’unepersonneàl’autre, Diffèred’unepersonneà personneàl’autre, Prédispositions
Diffèred’une
Diffèred’unepersonneàl’autre,
Diffèred’unepersonneà
personneàl’autre,
Prédispositions
maisfavorisel’utilisationdirecte
l’autre,maiscorrespondàun
maisaidedanstous
personnelles
delapersonnepsychiqueenvue
prolongementdestraitsde
lescaslesautresà
(facultésuniques
d’unbutsupérieur(ex.:un
caractère(ex.:siun
réaliserleurbut
etspécialesliées
professeurpourraitdéciderde
professeuraunemémoire
spirituel(ex.:un
àunbutspirituel
«recueillir»desdonnées
aiguisée,celasous-tendrala
professeurne
Douzième
particulier–
psychiquesluipermettantde
capacitépsychiqueà
«capterait»queles
semblablesaux
dispenseruncoursparticulier;
«entendre»desdonnées
informations
facultéssiddhi
leprocessusintuitifpermetle
relativesaucontenu;ce
psychiquesqui
abordéesdansla
contrôleducontenu,alorsqu’il
processussansfiltrepeut
rencontreraientles
cinquièmepartie)
faitdéfautàlapersonne
confronterleprofesseuràdes
aspirations
psychique)
donnéesinexactesouinutiles)
supérieuresdeses
étudiants)

Kinésiologie : perceptiondes modifications dutonus musculaire et, sur cette base, décryptage des messagesducorps.

Précognition:prédictiondel’avenir.

Projection:capacitéàsonder,percevoirouvisiterd’autresréalitéscourantes.

Prophétie:capacitéàvoirouàsentircequipourraitseproduire,sitoutsedéroulesuivantunplan

divin.

Radiesthésie:utilisationd’instruments,commelespendulesoulesbaguettesdesourcier,pourtransférer

del’énergieouobtenirdesinformations.

Rétrocognition:connaissancedupassé.

Techniquesmentales:utilisationdesubstancespsychotropesoud’activitéspourstimulerl’intuition,

commel’hypnose,lamédecinesacrée,lesaliments,lamusique,lessonsetlescouleurs.

Techniquesspirituelles : utilisationde la connexionavec le divinouune réalité autre envue de provoquerlechangement,englobantlerecoursàlaprièrereligieuse,l’intercession,laprièreindirecte,la guérisonàdistance,laméditationetlacontemplation.

Télépathie:lecturedanslespensées.

Travailchamanique : artde voyager énergétiquemententre les mondes etles dimensions enayant pleinementaccès à toutes les facultés intuitives, généralementdans unétatsecond. Les facultés en questioncomprennentladétectiond’entitésetl’exorcisme;lerecoursàlapossession(lienàuneentité ouunepartied’elle)oularécession(unepartiedesoirésidedansquelquechoseouquelqu’und’autre); lerecouvrementd’âmeetsaguérison(l’âmeouunepartied’elleestabsenteducorps)endélivrantdes personnesdeleursnœudsénergétiques,telsquelescordes(contratsénergétiquesliantdeuxouplusieurs personnesouâmes),oucordesdevie(liensentredeuxouplusieurspartiesdumoi);lacodépendance (contraténergétiquequi neprofitequ’àunseul desmembres) ;etlessorts (qui enchaînentune ou plusieurspersonnesàdeschampsd’énergienégative).

Visualisation:clairvoyanceouperceptiond’images,d’esprits,devisionsoudecouleurs;lirel’aura

(champd’énergieentourantlecorps);différentesfaçonsdepercevoir(oudemodeler)lefuturoule

passé,dontlaprédiction,laprécognitionetlarecognition;etlavisionàdistance,lacapacitéà

percevoircequisepasseendehorsdumoi,parfoisàunetrèsgrandedistance.

L’undestoutnouveauxtermesdanslevocabulairedelaguérisonénergétiqueest«intentionnalité». Elleconsisteenlaprojectiondelaconscienceversunrésultatouunobjetvoulu.Àmaintségards,elle représente la somme de toutes les facultés psychiques. Si vous vous fixezune intentionpositive et louable,voscapacitésintuitivess’alignerontnaturellementpourvousaideràlamanifester.

--------------------

Commenousl’avonsétudié,toutthérapeuteestunthérapeutedesénergies.Suivreuncodeéthiqueprofite autantauthérapeutequ’aupatient.Lesthérapeutesdesénergiessubtilesrecourenttellementsouventà l’intuition qu’il est important d’ajouter un niveau supplémentaire d’éthique, qui s’inscrit dans la connaissance,l’applicationpratiqueetleslimites.Desinformationstellesquecellescouvertesdansce chapitrepeuventservirdetremplinpourunexamenplusapprofondi.

chapitrepeuventservirdetremplinpourunexamenplusapprofondi.

PARTIEII

L’ANATOMIEHUMAINE

L orsquenousnousregardonsdansunmiroir,nouscontemplonsnotrepersonneou,dumoins,notre

aspectphysique.Nousnousimaginonsquecetteformeestréelle;aprèstout,ils’agitlàdechairet

desang.Elleestcomposéedeparticulessedéplaçanttellementlentementquenouspouvonsles

toucher,lesvoir,lesentendreetlessentir.Etelleestfaitedelumièreinvisibleànosyeux.Elleestréelle, bienqu’ellenesoitpasl’uniquecorpsréelquechacundenouspossède,carau-dessous(etautouret dedans)résidenotrecorpssubtil. Pourquoiexplorerlecorpsphysiquedansunouvrageconsacréàl’anatomieénergétique?Bienplus encore,pourquoil’aborderdansunlivrequimetenlumièrelecorpssubtil? Toutcommelecorpssubtil,lecorpsphysiquesecomposed’énergies.Ellessonttoutsimplementplus lentes et de moindre intensité et vibrationque ne le sont les énergies subtiles. Bienque les lois gouvernantlessystèmesphysiqueetsubtilsoientdifférentes,cesstructuressontintimementliéesetde façonélaborée.Ilestdoncimportantdelescomprendretoutesdeux. Ainsi,enguisedepréludeànotreétudedel’anatomieducorpssubtil,cettesectionexploreles principauxsystèmesphysiquesducorpshumain.Elleentendfournir desolidesbasesenmatièrede structuresetprocessusanatomiques,ainsiquedébuternotreenquêtesurlanatureénergétiqueducorps.

Cetaperçuserabref;sonproposn’estpasdesesubstitueràuncoursdétailléd’anatomie 41 .

3

LESCELLULES

3 LESCELLULES
3 LESCELLULES

L ecorpshumaincompteplusdecentmillemilliardsdecellules,lesunitésessentiellesdelavie.

Selonleurfonction,lescellulesvariententaille,enformeetencompositionetproduisentde

l’énergiepourtouteslesactivitésdelavie.

Lescellulessedivisentetsemultiplient,cequiexpliquelacroissanceetlestransformationsducorps humain.Lescellulesauxfonctionssimilairesserassemblentpourformeruntissu. Les tissus aux fonctions similaires constituent un organe. Des groupes de cellules spécialisées

assurent différentes fonctions corporelles. Nous trouvons, parmi celles-ci, les globules rouges, les

macrophages,lesneurones,lescellulesmusculairesetlescellulesdelapeau.Unecelluleestenelle-

même constituée de protoplasme, une substance vivante composée à 70 % d’eau, entourée d’une membranecellulaireabritantunnoyau.

LESCELLULES,COMPOSANTESESSENTIELLES

Maintescellulespossèdentunemembraneextérieureauseindelaquellesenichentdemultiplespetites

structures(organites)dansunesubstancegélatineuseconnuesouslenomdecytoplasme.

Lessous-structurescellulaireslesplusimportantescomprennent:

Lamitochondrie:rendpossiblelaproductiond’énergie;siègedelarespirationaérobie,oùestproduite

l’ATP(acideadénosinetriphosphorique);

Lenoyau:petitemasse,généralementdeformesphériqueouovale,querenfermeleprotoplasmeetqui

contrôlelefonctionnementdelacellule.Ilcontientdesinformationsgénétiquessouslaformedel’ADN

(acidedésoxyribonucléique);

Lenucléole:fabriquelesprotéinesnécessairesàladivisioncellulaire;enveloppéparlamembrane

nucléaireetreliéauréticulumendoplasmique;

Le réticulumendoplasmique : système de canauxsitué entre le noyauet la membrane cellulaire, intervenantégalementdanslafabricationdeprotéines.

UNECELLULEESTUNEUSINE

Lemétabolismecellulairedépendd’unapportconstantdematièrespremièresetdel’éliminationde

substancesfiniesetdedéchetsvialacirculationsanguine.L’activitécellulaireestcontrôléeparlenoyau

etentretenuepardesréservesd’énergie.Chaquecelluleressembleàuneusinecomprenanttroisétapesde

production:matièrespremières,fabricationetévacuation.

Matièrespremières : selonla fonctionde la cellule, seules certaines substances sontautorisées à traversersamembrane.Chaquetypedecellulerequiertdifférentessubstancesobtenuesparlesystème circulatoireducorps:hydratesdecarbone,graisses,acidesaminésetdiverssels.

Fabrication: ceprocessus alieuàlasurfaceduréticulumendoplasmiquequel’ontrouvedans le cytoplasme(laparoicellulaire).Lesenzymesetleshormonesconstituentdesexemplesdeproduitsfinis.

Élimination:leproduitfinaletlesdéchetstraversentlaparoicellulairedansleliquideinter-stitiel,puis

danslesangenvued’êtreacheminésetévacués.

LESMITOCHONDRIESETLACELLULEÉLECTROMAGNÉTIQUE 42

Lesmitochondriesproduisentl’énergiephysiquepournoscellules.Ellesinterviennentégalementdansla formationd’énergiessubtiles,commecelaaétéconstatédansdesrecherchessurlesméridiens,structures d’énergiesubtiledontnousparleronsdanslaquatrièmepartie.

Seuls50%del’énergiecellulairenoussontfournisparlecorpsenvuedesonutilisation;leresteest

sollicité pour la maintenance cellulaire. Chaque cellule peut être comparée à une pile, chargée positivementàl’extérieurdelaparoietnégativementàl’intérieurdecelle-ci.Ainsidonc,chaquecellule génèresapropreactivitéélectriqueetsonproprechampmagnétique.Unecellulesainepossèdeune

chargeélectriqued’environ70millivolts,voltsservantcommemesuredupotentielélectrique.

Lorsquelecorpsestmaladeousous-alimenté,lacharged’unemembranecellulairediminueàenviron 30millivolts,cequi estinsuffisantpour letransportdenutriments dans lacellule.Lemétabolisme physique ralentit et les cellules meurent. L’activité électrique générale du corps physique décroît également. Del’électricitéestproduitechaquefoisquenosmusclesbougent,quenotresangcoule,quenotre lymphecircule,lorsquenouspensonsetfournissonsuneffort.Unmétabolismeréduitl’activitéàtousles niveaux,enatténuantleschampsélectriquesetmagnétiquesducorps.Lecorpsdevientdavantagesujet auxmaladies,auxtroublesdel’humeuretauvieillissement.Lescellulesmortessemultiplient,maisà plusfaibleéchellesilesmitochondries,fournisseursd’énergiedelacellule,sontcapablesdegénérer assezd’énergiepourladivisioncellulaireetlestâchesmétaboliques–ainsiquel’activitéélectrique. L’activitéélectromagnétiqueducorpsdépendenpartiedesprocessusioniquesdontnousavonsparlé danslapremièrepartie.Lesmitochondriesparticipentauprocessusdelavieenstockantducalcium,qui contribueauxéchangesioniquesdematièresetdesignaux,ainsiqu’àd’autrestâches 43 .Àtraversleurs propres activités électromagnétiques, les mitochondries entreprennent la libération des neurotransmetteursdanslescellulesnerveusesetdeshormonesdanslesglandesendocrines.

LESMITOCHONDRIESETLESMICRO-COURANTS 44

Unedesfaçonsdeconcevoirlesactionsdesmitochondriesestdelesconsidérercommefaisantpartiedu

micro-circuitducorps.Unmicro-courantestuncourantd’électricitéquel’onmesureenmicroampère,un

millionièmed’ampère.

CommeKennethMorgareidge,PhD,consultantenphysiologie,l’écrit,l’utilisationdemicro-courants

apermislaguérisondetissusconjonctifs,dontdestendonsetdesligaments.Nouspouvonsconcevoirle

corpslui-mêmecommeunepilequiproduitsespropresmicro-courants.

Lesmicro-courantsontétérattachésauxsiègesdelésionou«courantsdelésion».LeDrRobert

Beckerapassédesannéesàsuivrelatracedescourantsélectriquesassociésàlacapacitéquepossède

unanimalàrégénérersesmembres.Pluslecourantestfort,pluslarégénérationestcomplète.Cetteétude

etd’autresontconduitmaintschercheursàconcevoirlecorpscommeungénérateurdecourantcontinude

basniveau–autrementditunepile.Lesnerfstransmettentcescourants,maislescellulesgliales(décrites

plus loin dans cette section) sont des transmetteurs plus actifs. Des recherches menées par Björn Nordenström,abordéesdanslaquatrièmepartiedecelivre,mettentégalementenévidenceunsystème électriquesecondairereliantletissuconjonctif,lesystèmevasculaireetlesméridiens.

FIGURE2.1 UNECELLULEHUMAINE

FIGURE2.1

UNECELLULEHUMAINE

1.Chargéepositivement(paroiextérieure)

2.Chargéenégativement(cavitéintérieure)

LeDrMorgareidgesuggèrequ’ilestpossiblequelesméridiensétablissentréellementlemodèlede cemicro-circuitquandl’embryonsedéveloppe.Celasuggèrequ’ilscontinuentàgérerleprocessus électromagnétiquetoutaulongdelavie.Enfait,leschampsélectromagnétiquesgénérésparleprocessus dumicro-circuitpeuventeux-mêmesélaborerleplanselonlequelsontstructuréslecorpsetsescellules. L’ionisationestunprocessuscrucialpourlatransmissiondescourantsélectriquesàtraverslecorpsetau seindescellules. LeDrMorgareidgeconsidèrequelerôledesmitochondriesestfondamentaldansceprocessusde modélisation.Danslamitochondrierésidentlescytochromes,desenzymesspécialesquidéplacentdes ionsd’hydrogèneàtraverslesmembranesdelamitochondrie,déclenchantlacréationd’ATP(voirle

chapitre15,«Lemétabolisme»).Laconcentrationdecesionsetd’ATPamorcepratiquementchaque

processuscellulaire.Intervenantégalementdansleprocessusd’ionisationducalcium,lesmitochondries

fournissentuneaideessentielleentransformantl’électricitéenaction–etéventuellementenpermettant

auxméridiensd’interagiraveclecorpsviasonmicro-circuit.

4

L’ADN

4 L’ADN
4 L’ADN

L’ acidedésoxyribonucléiqueouADNconstituelecodedelavie,puisqu’ilhébergenotreinformation

génétiquepersonnelledanslenoyaudechaquecellulesousformedechromosomes,quisonttout simplementdelongsfilsdemoléculesd’ADN 45 .Chaquemoléculed’ADNrenfermedenombreuxgènes, quigèrentl’élaborationetl’entretienducorpshumain. Bienquemicroscopique,lamoléculed’ADNestl’unedesmoléculeslespluslargementconnues.Elle se présente sous la forme d’une double hélice,ressemblantà une échelle torsadée. L’ADNestune substanceextrêmementcomplexeforméeparunechaîned’unitéschimiquesappeléeslesnucléotides. Chaque unité nucléotide contient du sucre, du phosphate et l’un des quatre genres de composés nitrogéniquesquel’onappellelesbases.Lesucreetlephosphateconstituentlesmontantsdel’échelleet lesbasesselientaumilieupourformerlesbarreauxdel’échelledansunedoublehélice. Lesquatrebasessontl’adénine,lacytosine,laguanineetlathymine(A,C,GetT).Chaquebarreau secomposededeuxbases.LacompatibilitédesbaseslimitelescombinaisonspossiblesàA-T,T-A,C-G ouG-C,aveclesbasesdessinantdifférentsmotifslelongdel’échelle.Lacombinaisondetroisbases formeuncodonquirentredansl’élaborationdel’acideaminéd’uneprotéine. L’ordreparticulierdesbasesorganiséeslelongdel’ossaturesucre/phosphateestappelélaséquence d’ADN. La séquence détermine avec exactitude les instructions génétiques requises pour créer un organismeparticulierauxcaractéristiquesquiluisontpropres.

LESEMPREINTESDUCORPS Onpeutcomparerl’ADNàuneempreintedigitale:elleestuniqueàchaquepersonne.Lesgènesse trouvantauseindechaquemoléculed’ADNdétiennentl’informationpourcréerdesprotéines,substances chimiquesquipermettentaucorpsdefonctionneretdesedévelopper.Eninscrivantdel’informationsur unacideribonucléiquemessager(ARNm)àdestinationdesribosomesdanslacellule,l’ADNdétermine quellesprotéinesfabriquelacellule.Laséquenced’acidesaminésproduiteestdirectementmiseen corrélationavecuneséquencedebasesspécifiquedansl’ADN. Avantqu’unecellulenesedivise,l’ADNsedédoublepourquelesdeuxnouvellescellulesprésentent des molécules d’ADN identiques. Il faut une combinaisond’environ500 gènes sur chacundes 46 chromosomespourvéhiculersuffisammentd’instructionspourtouteslesactivitésdanslecorps,dela morphologieauxinstinctshéréditaires,delacouleuretlatailledenosyeuxàlavitessedenosréactions.

Àl’exceptionduspermeetdesovules,quinecomptentque23chromosomes,lenoyaudechaque

celluledanslecorpshumaincontient46chromosomes,disposésen23paires.

Chaqueparentpossèdeunensemblecompletde46chromosomes,maischacund’euxn’entransmet

que23àsonenfant.Lesfrèresetsœurs,parexemple,diffèrentparcequechacun«hérite»d’unensemble

différentde23chromosomesdechaqueparent.Seulslesvraisjumeauxreçoiventdechaqueparentle

mêmeensemblede23chromosomesaprèsqu’unseulovulefécondésediviseendeuxœufsidentiques.

LESCELLULESSOUCHES:HÉRITAGEPERPÉTUEL

 

Lesthérapeutesaffirmentqu’ilestdifficilederomprele«lienmaternel»entreunemèreetsonenfant,maisdes recherchesémettentl’hypothèsequecelienestplusprofondémentancré,durepluslongtempsetpeuts’avérerplus dangereuxoubénéfiquequ’onnelepensaitprécédemment.Etcelaparcequelelienn’estpasseulementbiologique,ilest aussicellulaire.Laconnexioncellulairesuggèreégalementlaprésencedeliensd’énergiesubtile. Cetteconnexiondébuteàlaconception,aveclesmitochondries.Lesmitochondries,lesgénérateursd’énergie intracellulairedanschaquecellule,sontuniquementtransmisesparl’ovulematernel.Lesmitochondriesdupère,contenues danslesperme,pénètrentl’ovule,maisnecontribuentpasàl’informationgénétique 46 . Chaquepersonnehéritedemilliersdegénérationsd’ADNmitochondrialparsamère 47 .Cefaitaconduitmaints anthropologuesàsuggérerquenousdescendionstousdel’«Èvemitochondriale»ou«Èveafricaine»,Africainecensée

avoirvécuilya140000ans.Seloncettehypothèse,toutêtrehumainpartagelesmêmesmitochondriesquecettemère

originelle.LeschromosomesY,véhiculésparlesperme,nesonttransmisqueparlepère;chacundenousrenfermeune génétiqueprovenantuniquementdupère 48 . Depuisuncertaintemps,lesscientifiquesreconnaissentquelescellulesdelamère,transmisesàl’enfantpendantla grossesse,peuventdemeurerdanssoncorpspendantdesdécennies,voireunevieentière.Certainesdecescellulesontà présentunrôleàjouerdanslesdysfonctionnementsauto-immuns,dontlelupusoulapolyarthriterhumatoïde,ainsiquedans lacapacitéducorpsàprévenirouàseremettredecertainsétats. J.LeeNelsonetd’autreschercheursdel’UniversitédeWashingtonàSeattleontétabliquecertainesdecescellules maternellespouvaientêtrelacibled’attaquesd’anticorps,menantàdestroublesauto-immuns.Normalement,lesystème immunitairen’attaquequedesenvahisseursétrangers,maisdanslecasdetroublesauto-immuns,lesanticorpscombattent lescellulessainesducorps.Onappelleceprocessuslemicrochimérisme,etils’appliqueàlaprésencedecellulesdela mèredanssonenfantetauxcellulesdufœtusquisubsistentdanslecorpsdelamère.Ilestapparuquelemicrochimérisme influesurdesdouzainesdetissus,dontlaplupartdesorganesessentiels 49 . Desétudesontégalementmontré,parailleurs,quedescellulestransmisesparlamèreàl’enfantdurantlagrossesse peuventsedévelopperencellulespancréatiquesproduisantdel’insulinechezl’enfant,cequisuggèreunpossibleeffetcuratif decertainesdecescellulesmaternellessubsistantes,prévenantousoulageantéventuellementleseffetsdudiabète 50 . Dupointdevuedel’énergiesubtile,laprésencedurabledecellulessouchesainsiquel’héritagedel’ADNmaternel mitochondrialinvitentàundébatplusapprofondisurl’épigénétique(abordéedanscettesection),leschamps morphogénétiquesetlesmiasmes(tousdeuxévoquésplusloindanscelivre).L’épigénétiquesuggèrequedesévénements sociauxetémotionnelspeuventêtrechimiquementprogrammésdansdessubstancesquinesontpasliéesàl’ADN,maisqui influencentenretoursonactivité.Cesévénementssetransmettentdegénérationengénération.

L’ÉPIGÉNÉTIQUE:AU-DELÀDEL’ADN 51 Depuis des décennies, les scientifiques supposent que l’ADN est l’initiateur essentiel des caractéristiquesphysiquesetmêmementalesetémotionnelles.Aujourd’hui,ilsemblequ’ilexisteune «énergiederrièrel’énergie»del’ADNquiactiveoudésactivelesgènes,influençantgrandementceque chaqueindividuest–etdeviendra. L’épigénétiqueestl’étudedesépigénomes,dessubstanceschimiquesetinterrupteursquitransmettent desinstructionsauxgènes.VouspossédezlemêmeADNdansvosorteilsquedansvotrecerveau,mais quelquechose,àdifférentsendroits,indiqueauxgènescommentetquandagir.Quelquechoseincite égalementcertainsgènesàdétruire–ounon–descancersouàprovoquerlaformationdeplaques–ou non.Ce«quelquechose»pourraitbienêtrelesépigénomes,composésdesubstances,dontdesprotéines etdesmoléculesdeméthyle. Les épigénomes jouxtent la double hélice. Ils répondent aux altérations de l’environnement et «inversent»ensuite l’ADN.Les modifications épigénétiques se produisentsouventaucours de la transcriptiondel’ADN,lorsqu’ilestcopié.L’exempleci-aprèsfaitintervenirleshistones,desprotéines quirenfermentcertainscodes.L’ADNs’enrouleautourdecesépigénomes.Fumez-vousoubuvez-vous trop?Leshistonesconnaissenttousvossecrets.Ils«mouchardent»survosactionslorsquel’ADNse duplique.Parexemple,ilspourrontéventuellementordonneràvosgènesquivouspréserventducancer degarderlesilenceetàvosgènesquileprovoquentd’ouvrirlabouche.Descomportementstelsque fumer,mangeretboireinfluentsurlesépigénomes,maisilenvademêmedesfacteursémotionnels,

commel’amontréuneétudeduchercheurMichaelMeaney. Meaney,biologisteàl’UniversitéMcGill,aanalysélescerveauxd’adultesnésavecunpoidsfaible. Ceuxquiontmanquéd’affectiondelapartdeleurmèreprésententunpluspetithippocampe,l’undes organescérébrauxresponsablesdelamémoire.Ceuxqui,enrevanche,ontentretenuunerelationplus tendreavecleurmère,présentaientdeshippocampesdetaillenormale.Danscetteétudeetcellesquilui sontassociées,Meaneyetd’autresontconstatédesdifférencescorrespondantesdanslesmodèlesde méthylationdel’ADN(legroupeméthyleestunensembled’atomesqui,pardessignauxchimiques, déclenchentl’activitédesgènes).End’autrestermes,unmanqued’affection«désactive»lesgènes favorisantl’hippocampe,tandisquel’amour«active»cesgènesdecroissance. Onpensaitautrefoisquechacundenousarrivaitdéjàforméàl’âgeadulte,notreADNverrouillé, maiscen’estpaslecas.Desétudesmontrentquenotreenvironnementcontinueàcoderlesépigénomes et,parconséquent,àmodifiernotreADN.Enoutre,ilaétéprouvéquelesdécisionsencodéesdansles épigénomespeuventêtretransmisesd’unegénérationàl’autre–sansdoutesurplusieursgénérations.Ce quiainfluencévotregrand-mèrepeutencorevousaffecter.Cequevousaccomplissezseratransmisàvos arrière-petits-enfants. Malheureusement,cequisembleunebonnechosepourunegénérationneporterapaslesmêmesfruits pourlasuivante.MarcusPembrey,ungénéticiencliniqueàl’InstituteofChildHealthàLondres,amisen évidencelesdonnéesdedeuxsièclesd’archivessurunvillageisolédeSuède.Lesgrands-pèresqui s’étaientgoinfrésdurantleurjeunesseavaientplusdechanced’hériterdepetits-filsdiabétiques–leur laissantunhéritagequidoublaitleurrisquedemourirprématurément.Ceseffetsétaientspécifiquesau sexe.Uneexpériencevécuedanslajeunessedelagrand-mèreétaittransmiseàsadescendanceféminine. Toutcomme nous cherchons les fondements énergétiques de la réalité, nous devons continuer à explorerlecorpspoursesfondementsénergétiques.Unscientifiquedesénergiessubtilesapprofondirait ledébatsurl’épigénétique,affirmantqueleschamps,lescanauxetlescorpsd’énergiesubtilefournissent del’informationauxépigénomes.Endéfinitive,desrecherchesultérieuressurleseffetsdesénergiesàla foisdansl’ADNetlesépigénomespourraientélaborerl’imagedelaréalitéquenousattendonstous.

L’ADNENTANTQUELUMIÈRE Des études menées par Fritz-Albert Popp et d’autres chercheurs impressionnent la communauté scientifiqueparleurnouvellecompréhensiondel’ADN:l’ADNentantquelumière. Poppadémontréquel’ADNn’agitpasseulementchimiquement,théoriedelonguedate,maisaussi au-delà. Il est essentiellement un centre de stockage de la lumière et une source d’émission de biophotons 52 . Lesphotonscomposentlespectreélectromagnétique.Ilsexécutentlesprocessusducorps.Àdes fréquencesdifférentes,lesphotonsproduisentdifférentseffets.Poppetd’autressoutiennentl’idéequele corpsestenréalitéenveloppéd’unchampdelumièreetquel’ADNrépondetinteragitaveclesdiverses fréquences électromagnétiques que l’on trouve dans ce champ 53 (nous reviendrons sur ce concept plusieursfoisdanscelivre,parcequechaquestructured’énergiesubtileestétroitementliéeàlalumière, intérieurementetextérieurement).

FIGURE2.2 AetB LANÉBULEUSEENFORMED’ADN
FIGURE2.2 AetB LANÉBULEUSEENFORMED’ADN

FIGURE2.2

AetB LANÉBULEUSEENFORMED’ADN

Cettenébuleused’unelongueurde80annéeslumière,découverteprèsducentregalactiquedelavoielactéeen2006,présente

laformed’unedoublehéliced’ADN.

LecorpsphysiqueetsonADNs’appuientsurlalumièrepourdemeurerenbonnesanté;certainstypes

delumièreentraînentdesproblèmesquandd’autressemontrentbénéfiques–etmêmecuratifs.LeDr

JoanSmith-Sonneborn,del’UniversitéduWyoming,aexposédesparaméciesàdesrayonsultraviolets lointains,cequiaendommagél’ADNetréduitladuréedeviedescellules.Quandcesorganismes atteintsontétéexposésàdesrayonsultravioletsproches(quiserapprochentdavantagedelalumière visible),l’altérations’enesttrouvéeréparéeetlevieillissementinversé 54 . Commentla lumière extérieure nous atteintelle etnous affecte-t-elle ? Les chercheurs David A. JerniganetSamanthaJosephontétudiélesphotonsetdécouvertqu’ilsagissaientcommedesondesetdes particulesetpénétraientlecorpsprincipalementparlesyeux 55 .L’œiltraduitlalumièreenimpulsions électrochimiquespourquelecerveaupuissel’interpréter;lalumièreévoluedanslamatricecristalline ducorpsouréseaude«fibresoptiques».Ensedéplaçantdesbâtonnetsetdescônesversunautre ensembledecellules,appeléeslescellulesdeMuller,lalumièregagnelamatricecristallineducorps pouraccéderàchaquepartiedecedernier. Cettematricecristallineestétroitementliéeauxchampsquantiquesdesphotonsquipulsentdansle corps. Ces biophotons agissent sur la totalité du spectre électromagnétique, en transférant de l’information à travers chacune de ses couches. Les mouvements sont facilités par la polarisation électromagnétiquedel’ADN,quiintervientcommeunguidedansletraitementdel’informationoptique. Lesénergiesélectromagnétiquesetbiophotoniquespeuventêtresoitcohérentesouincohérentes. Cettecohérenceest,aumoinsenpartie,soumiseànotrecontrôle.Desétudesontmontréquenourrir despenséespositivesdansnotrecœurcréaitdelacohérenceentrelesémissionsélectromagnétiqueset cellesdesbiophotons,quimodifiaitensuitenotreADNpourquenotrecorpsseportemieux.Autrement dit,onpeutmaîtriserenpartiel’ADNparsespensées.Leschampsdepensée,champs-T,serontabordés danslatroisièmepartie.

5

LESYSTÈMESQUELETTIQUE

5 LESYSTÈMESQUELETTIQUE
5 LESYSTÈMESQUELETTIQUE

L esystèmesquelettiqued’unadultecomprendenviron206os.Lesossoutiennentlecorps,protègent

les organes internes et créent dumouvement conjointement avec les muscles. Les os servent égalementdepointdefixationauxmusclesetproduisentdesglobulesrougespourlesystème

circulatoire. Gérés par le système endocrinien, les os stockent enfin le calcium et le phosphore nécessairesaucorps. Lesquelettecomprenddeuxpartiesprincipales:lesqueletteaxialetlesqueletteappendiculaire.Le squeletteaxialsecomposeducrâne,delacolonnevertébraleetdelacagethoracique.Lesquelette appendiculaire abrite les membres inférieurs et supérieurs, ainsi que les ceintures scapulaire et pelvienne. Lesossontcomposésd’eau,deminérauxetdelamatricecellulairequilesrelie.Ilssontrevêtusdu périoste,résistantetfibreux,danslequelsontinséréslesmusclesetlestendons.Lesossontdurset rigidesàl’extérieuretpluslégersetplusmousàl’intérieur.Laduretédel’osprovientdeselsminéraux, principalementduphosphate decalcium,etsa soliditélui vientducollagène,protéine fibreuse qui élaboreégalementletissuconjonctif.

LACRÉATIONDEL’OS

Lesbébésnaissentavecplusde300os.Leurnombrediminueaveclesannéesviaunprocessusappelé

l’ossification,unrenforcementducartilagelorsduquellesosetlecartilagefusionnentendepluslarges unités,créantdesosplusépais,maisennombreréduit. Quandlesosdébutentleurcroissance,ilssontpleins.Ilsdéveloppentensuitedescentrescreux,qui réduisentlégèrementlarésistancedesos,toutendiminuantleurpoidspourfaciliterlemouvementdu muscle.Lescentrescreuxdel’osrenfermentlamoelle,matièrefabriquantlescellulessanguines. Lesossontconstituésdecartilage,tissuélastiquequi rentreégalementdanslacompositiondes disquesintervertébrauxetdesligaments,àl’exceptiondelaclaviculeetdecertainespartiesducrâne,qui s’ossifientdirectementàpartird’untissumembranaire.Lescellulesdeformationdel’os,appeléesles ostéoblastes,déposentunematricedefibresdecollagènesurletendon,lamembraneetlecartilage. Quandlamatriceestposée,elleestcalcifiéeparlecalciumvéhiculédanslesang.Leshormonesetle régimealimentairerégissentceprocessus.

LESOS:UNEGLANDEENDOCRINE 56 Lesossontplusfortementreliésausystèmeendocrinienquenousnelepensionsauparavant.Uneétude récente,publiéedanslarevuescientifiqueCell,révèleunrapportclairentrel’ostéocalcine,unehormone dépendante de la vitamine K, et la régulation de l’insuline. En utilisant des souris génétiquement modifiées,deschercheursontdécouvertquel’ostéocalcine,sécrétéeparlesostéoblastes(cellulesde formationdesos),estcapabledestimulerlasécrétiondel’insulineetd’améliorerlasensibilitéàcette

dernière–l’unedesfonctionsdecertainesglandesendocrines. Lesconclusionsontindiquéquelesqueletteaideàrégulerlemétabolismeénergétiquedemanière rétroactive.Il exerceapparemmentunerégulationendocrinedel’homéostasieglycémique.Enfin,les conclusions reconnaissent le squelette comme un organe endocrinien qui contrôle le métabolisme énergétique,avecd’importantesconséquencessurletraitementdel’obésitéetdesdiabètes.

6

LESYSTÈMEMUSCULAIRE

6 LESYSTÈMEMUSCULAIRE
6 LESYSTÈMEMUSCULAIRE

L e corps humaincompte environ700 muscles 57 . Les muscles permettentle mouvementdes os. Derrièrelesactivitéscorporellessecachentdesmécanismescomplexesquitransformentmêmela plussimpledesactions,commecelledepointerdudoigt,enuneopérationconcernantlecerveau,

lesnerfsetlesorganessensitifs.

Lesystèmemusculairecomprendtroistypesdemuscles:

Lemusclesquelettique:égalementappelésmusclesstriés,cesmusclessecontractentvolontairement.

Ilsreprésententunequantiténonnégligeabledelamasseducorps,dontlaplupartsontreliésausquelette

pardestissusappeléstendons.Ilsaidentaumouvementdesdiversosetcartilagesdusquelette,contour

physique,etsontresponsablesdesactesréflexes;

Lemusclelisse:cesmuscles,quel’ontrouvedansdesorganescommel’estomac,lespoumons,lesreins et la peau, se contractent spontanément. Ces muscles involontaires, soumis aucontrôle dusystème nerveuxautonome,assistentlecorpsdanssesfonctionsquotidiennestellesladigestion,larespirationet l’éliminationdesdéchets;

Lemusclecardiaque:cemuscle,quel’onnetrouvequedanslecœur,nesefatiguejamais.Iltravaille

constammentàpomperlesangdepuisetverslecœur.Lemusclecardiaqueestactivéparlesimpulsions

électriquesdesonproprestimulateur,lenœudsinusal,quisepropagentdanstoutlecœur.Lecœur

renfermeégalementdesmuscleslisses,maissesfonctionssontprincipalementgéréesparlemuscle

cardiaque.

Lesmusclessontconstituésdepaquetsdefibresconnussouslenomdefascicules.Chaquefibreest

unecelluleoblonguecontenantdesmyofibrilles,structurestubulairesforméesd’épaismyofilaments,qui

renfermentdelamyosine,etdefinsmyofilaments,constituésd’actine,detroponineetdetropomyosine.

Lorsqu’ilssontstimulésparlesimpulsionsdusystèmenerveux,lesmyofilamentsglissentlesunssurles

autres,enprovoquantuneréactionchimiquequandilsserencontrentets’emboîtent.Endéfinitive,cette

réactionchimiqueentraîneunecontractionmusculaire.

LETISSUCONJONCTIFCRISTALLIN

 

LESRECHERCHESRÉVÈLENTquelecorpsestconstituédestructuresspécifiquesdecristauxliquidesmoléculaires.Ces structuresvivantespeuventcréer,transmettreetrecueillirdesbiophotonspourfaciliterlacommunicationentrelestissuset lesmolécules.Cettecommunicationreposeégalementsurunchampquantiquedebiophotons.Cesdeuxprocessus– cristallinetquantique–interagissentpourdiffuserlesinformationsdanslecorps 58 .

Cettematricecristallineestessentielleàlasanté,carellerelieétroitementlemoid’unepersonneàsonenvironnement.La

lumièrevoyageàtraverslamatricecristallineducorpsversl’ADN,quiproduitensuitedes«bio-hologrammes»élaborantle corps
lumièrevoyageàtraverslamatricecristallineducorpsversl’ADN,quiproduitensuitedes«bio-hologrammes»élaborantle
corps 59 .Lamatricedelumièrelaplusconductriceestletissuconjonctif,l’organeleplusgrandducorps.Letissuconjonctif
estconstituédecristauxenformation;lesmoléculesdecollagènequirecouvrentlesorganessontdescristauxliquidesetles
autrestissusplusfermessontconsidéréscommedescristauxsolides.Lesmoléculesdecollagènesontintéressantes
égalementdufaitqu’ellessontdessemi-conducteurs,capablesdetransmettredel’électricitéetdel’information.Letissu
conjonctifpeutdèslorstraiterl’informationcommelespucessemi-conductricesdevotreordinateur 60 .Denombreux
chercheurssuggèrentquelesméridiensfonctionnentàpartirdutissuconjonctif,commenousl’étudieronsenprofondeur
danslaquatrièmepartie.Nousverronsquelesméridienspossèdentunerésistanceélectriqueplusfaiblecomparéàlapeau
quilesenveloppe.Stimulés,lespointsdesméridiensentraînentlaproductiond’endorphinesetdecortisol(lesautrespointsne
provoquentpasceteffet).Letissuconjonctifestparconséquentconsidérécommel’undesacteursprincipauxdel’anatomie
desénergiessubtiles,enreliantétroitementlebiophotonetlequantum–oulesubtil–auphysique.
FIGURE2.3
CELLULESFASCIALES
Unephotopriseparunmicroscopeàfluorescencedecellulesd’untissufascial,coloréepourmettreenévidencelenoyau(en
bleu)etlastructurefilamentaire(envert).

Toutesnoscellulesmusculairessonttotalementforméesaprèslapremièreannéedevie.Blessés,les muscles peuventserétablir d’euxmêmes avecdes soins etunealimentationadaptés.Àpartir dela trentièmeannée,unediminutiondel’activitéphysiqueentraîneleremplacementdutissumusculairepar delagraisse.

LESYSTÈMEFASCIALCOMMESOUTIEN Lestissusconjonctifsisolentlecorpsetlesorganesetvéhiculentlesnutrimentsetl’énergieàtraversle corps. Les tendons et les ligaments sont les tissus conjonctifs les plus résistants ducorps et sont considéréscommefaisantpartiedufasciaprofondducorps.Lefasciaestlecomposanttissulairefibreux dusystèmetissulaireconjonctifquis’étenddelatêteauxpieds,enveloppantlesmuscles,lesos,les organes,lesnerfs,lesvaisseauxsanguinsetautresstructures.Ilestresponsabledumaintiendel’intégrité structurelleetoffresoutienetprotection.Ilsertégalementd’amortisseurdeschocs. Laplupartdesmusclessontreliésauxospardestendons,quitransfèrentlesforcesgénéréesparle muscleàl’osauquelilserattache.Enplusdefixerlesmusclesàl’os,lestendonsrattachentégalement lesmusclesàdesstructures,tellesqueleglobeoculaire.Lorsqueletendonentreencontactavecl’os,ses fibress’insèrentprogressivementdansl’os.Lesgainesdutendon,avecleliquidesynovial,aidentle tendonàeffectuerdesmouvementsendouceuretàleprotégerdesfrictions.

LESVOIESSONORES 61

 

Leson,l’unedesénergiesmécaniquesdebase,estprésentpartoutetsertdemécanismethérapeutique,commenousle

verronsdanscelivre.Celaestdûàsonuniversalité,àlafoisphysiqueetsubtile.

Chaquepartieducorps,descellulesauxorteils,estenmouvement.Unmouvementproduitduson.Lesondesetchamps

sonoresquienrésultentaidentàrégulerplusde50%desprocessusbiologiquesducorps.Onyparvientparl’interaction

ligand/récepteurabordéedans«Lecôtébiochimiquedesémotions»àlapage60.Cesinteractionsseproduisentàchaque

surfacecellulaireàdesfréquencessonoresentre20et20000Hz,l’étenduedel’auditionhumaine.Ilexiste,parailleurs,dans

lecorps,desvoiessonoresparticulièresquivéhiculentlesond’unerégionàl’autre. Lesonpénètrelecorpsparlesoscrâniensetl’appareilauditifetvoyagevialetissuconjonctif.Ilutilisel’eaupourse

déplacerverticalementdanslecorpsàunevitesseapproximativede1500mètresparseconde.Cetransfertralentitou

s’interromptlorsqueletissuconjonctifesttropfin,rigideousec–desproblèmessouventcauséspardesexpériences

émotionnellesinabouties.Lorsd’uneexpérienceémotionnelleaboutie,lapersonnedoitfairefaceàunévénementetyréagit

émotionnellement,parexempleparlatristesseoulapeur.Cesémotionsentraînentaudépartdesperturbationsdanslecorps,

commedelatensionoudescrampes.Maissionluipermetdevivreetd’exprimerpleinementcessensations,lecorpsdela

personneselibèreetretrouvesonéquilibre.Silapersonneestincapabled’exprimercequ’elleressentoud’accueillirle

réconfortoul’acceptationquiconvient,lecorpsdemeureratenduetletissu,enparticulierletissuconjonctif,sebloquera.Le

sonnepeutcirculeraussifacilementàtraversuntissurigide.Ilpeuttoutefoisstimulerlesémotionsbloquéesetaccéderaux

souvenirsouressentisd’origine.

Les ligaments relient les os les uns auxautres et maintiennent les structures ensemble, enleur conférantdelastabilitéetenpermettantleurmouvementdansleslimitesnormales.Sanseux,lesosse déboîteraient.Letissuconjonctifligamentairesecomposeprincipalementd’uneprotéineblanche,le collagène,etd’élastine,protéineélastique.Descellulesparticulièresappeléeslesfibroblastescréentde nouvellesfibresdecollagèneetréparentcellesqui sontendommagées.Ontrouve,àl’intérieur des paquetsdefibres,untissuspongieuxquiabritelesvaisseauxsanguinsetlymphatiques,enprévoyantde l’espacepourquelesnerfspuissentpasser. Outre les tendons etles ligaments, le fascia – tissuconjonctifmou– estde par sonélasticité particulièrementpropiceàlamanipulationetàl’étirement,techniquecourantedetraitement.

7

LESYSTÈMENERVEUX

7 LESYSTÈMENERVEUX
7 LESYSTÈMENERVEUX

U nnerfestunpaquetdefibresmotricesetsensorielles,souventreliéesautissuconjonctifetaux vaisseauxsanguins.Lesystèmenerveuxinterprètel’informationreçuedumondeextérieuretdes organes internes, et déclenche les réponses appropriées. Il est essentiel à la perception

sensorielle,ainsiqu’aucontrôledesmouvementsetàlarégulationdesfonctionscorporelles,tellesquela

respiration.Lesystèmenerveuxestprobablementleréseauleplusimportantetcomplexeducorps,

essentielaudéveloppementdulangage,delapenséeetdelamémoire.

Entantquecorpscellulaires,lesnerfss’échangentdes«bâtonnets»chimiques–neurotransmetteurs

telsquelanoradrénalineetlasérotonine–danslessynapses(fentesquidoiventêtretraverséespardes

ions),quitransmettentdesmessagesetdesinstructionsaucorpsaucoursd’unetraductionconstante

d’informationschimiquesetélectriques.Cettetransmissionseproduitauxintersectionsdesnerfs,làoù

leursextrémitésopposéessontreliéeslesunesauxautres.Lebesoindetraductionpermetaucorpsde

filtreretderecueillirl’informationaulieudetoutsimplementréagirauxstimuli.Ilestparticulièrement

importantdecomprendrelesnerfsdansleurrapportavecl’anatomieénergétiquehumaine;toutesles

partiesdelastructuresubtilecommuniquentphysiquementvialesystèmenerveux.Etlesystèmesubtil

reposesouventsurl’activitéélectriqueetleschampsmagnétiquesgénérésparlesnerfspouragirdansla

réalitéphysique.

LESCOUCHESCOMPLEXES

Levastesystèmenerveuxsepartageendeuxrégionsclés:lesystèmenerveuxcentral(SNC),comprenant

lecerveauetlamoelleépinière,etlesystèmenerveuxpériphérique–lerestedesnerfsparcourantle

corps.

Lesystèmenerveuxcentral:lecerveauetlamoelleépinièrecontrôlentendéfinitiveletissunerveux

parcourantlecorps,enluiservantd’unitécentrale.Lacolonnevertébralecommuniquelesmessagesdes

organesetdestissusaucerveau,quilescodeàsontour,avantdelesrenvoyervialacolonnevertébrale.

Lesystèmenerveuxpériphérique:lesnerfspériphériquesamorcentetperçoiventleschangementsà l’intérieuretàl’extérieurducorps.CesystèmedessertlesmembresetlesorganesetrelieleSNCà touteslesautrespartiesducorpsetauxganglions,groupesdecellulesnerveusessituésàdifférentspoints dusystème nerveux. Le système nerveuxpériphérique comporte deuxsubdivisions principales : le systèmenerveuxsomatique,quiestsoumisaucontrôlevolontaire,etlesystèmeautonome,souscontrôle involontaire.

LESYSTÈMENERVEUXSOMATIQUE

Cesystèmejouedeuxrôles.Premièrement,ilrecueillelesinformationssurlemondeextérieurparles

organessensoriels,commelenez.Lessignauxprovenantdecesrécepteurssontensuitevéhiculésversle

SNC par des fibres nerveuses sensorielles. Deuxièmement, il transmet des signaux aux muscles squelettiquesvialesfibresmoteursduSNC,cequidéclencheunmouvement.

LESYSTÈMENERVEUXAUTONOME

Lafonctionprincipaledecesystèmeestderégulerdifférentesfonctionsautomatiquesducorps,commele rythmecardiaqueetlaproductiondesucs gastriques.Cesystèmeestentièrementcomposédenerfs moteursquirelayentlesmessagesdelacolonnevertébraleauxdifférentsmuscles.Lesystèmeautonome estsoumisaucontrôledel’hypothalamus,unerégionducerveauquireçoitdesinformationssurdes variationsdanslacompositionchimiqueducorpsetadaptelesystèmeautonomepourassurerl’équilibre. Le système autonome est également divisé en deux parties : les systèmes sympathique et parasympathique.Chacund’euxutiliseuntransmetteurchimiquedifférentetagitdemanièredistincte.Par exemple,auniveaudesvoiesaériennesbronchiques,lesnerfsparasympathiquesentraînentlaconstriction tandisquelesnerfssympathiquesélargissentlepassage.

L’ENCÉPHALE 62

L’encéphaleestunchiendegardesurveillantnotrevie24h/24et7j/7.Ilgèreetadministreconstamment

nossystèmesetfonctionscorporels,assureuneefficacitémaximale,anticipelesproblèmespotentielset reconnaîtetneutraliselesdangersréels,leslésionsetlesblessures. L’encéphaleestlecentred’activitédusystèmenerveux.C’estlàquelessignauxnerveuxenvoyéspar lecorpssontreçus,traitésetexécutéspardesréponsesadéquates.Entantquecentredesurveillancedes activitéssensoriellesetmotrices,l’encéphalecontrôlelapensée,lamémoireetlesémotions,ainsique l’associationauditiveetvisuelle.Ilgèreégalementl’activitémusculaire,enstimulantlemouvementdu corps. L’encéphaleinterprètelesinformationsprovenantdesorganessensorielsspécifiquesliésàlavue, l’ouïe, le goût, l’odoratetl’équilibre. L’encéphale etla colonne vertébrale contrôlentensemble de nombreusesactivitéscoordonnées;lesréflexessimplesetlesmouvementsbasiquesnepeuventêtre exécutés que sous le contrôle de la colonne vertébrale. L’encéphale se divise en quatre parties principales:lecerveau,lediencéphale,lecerveletetletronccérébral.

Le cerveau: siège de notre principal pouvoir de conscience etde traitement, le cerveaucontrôle également la perception, l’action, la réflexion et la créativité. Il occupe la plus grande partie de l’encéphaleetconsisteenuncentreintérieurdematièreblancheetuncortexextérieurdematièregrise (cortexcérébral).

Lediencéphale:cettepartiedel’encéphaleabritel’interfacedenotremoichimiqueetélectriqueetsert de centre de contrôle ausystème endocrinien. Il comprend égalementl’hypothalamus qui, avec les glandespinéaleetpituitaire,génèreunesériedesignauxélectriquesetchimiquesquirégulentnotre conscienceetnotrephysiologie.

Lecervelet:situéàlabaseducerveau,lecerveletestrattachéautronccérébral.Iljoueunrôle important dans le contrôle dumouvement, la coordinationde l’activité musculaire volontaire et le maintiendel’équilibreetdelastabilité.

Letronccérébral:abritantlemésencéphale,laprotubéranceannulaireetlebulberachidien,letronc

cérébralsefondàlamoelleépinièreparledessous.Ilréguledesfonctionsvitalescommelarespiration,

lerythmecardiaqueetlapressionsanguine.

LECORTEXENDÉTAIL

Laplupartdenotreactivitémentalesedérouledanslamatièregrisequel’ontrouvedanslecortex

cérébral.Lecortexcérébral,couchespériphériquesducerveau,occupeàpeuprès40%delamasse

cérébraleetréaliseleplushautniveaudetraitementneuronal,dontlelangage,l’audition,lavue,la mémoireetlafonctioncognitive(pensée).Lamatièregrisesecomposedeneurones,tandisquelamatière blanchedel’encéphaleestélaboréeparlesprocessusdescellulesnerveuses.L’encéphalehumainest semblableàceuxdesautresmammifères,bienquenoscapacitésneuronalessoientrenduesuniquespar lesstructuresdutronccérébraletledéveloppementdenotrenéocortex,lacomposantelapluscomplexe ducortexcérébral. Lesplisducortexcérébralformentuneimmensesurfacepourl’activiténeuronale,avecdesmilliards deneurones(cellulesnerveuses)etdecellulesglialesconstituantlasubstanceducerveau.Lesneurones sontdes cellules cérébrales électriquementactives qui traitentl’information,tandis que les cellules gliales,ennombredixfoisplusimportantquelesneurones,occupentdesfonctionsdesoutien.Enplus d’êtreélectriquementactifs,lesneuronessynthétisentconstammentlesneurotransmetteurs,substances chimiquesquiamplifientetmodulentlessignauxentreunneuroneetuneautrecellule.Lesneuronesontla capacité–connuesouslenomdeplasticité–desemodifieroudesedéformerdemanièrepermanente, cequisous-tendunapprentissagedebaseetuneadaptation.Certainesvoiesneuronalespeuempruntées, par exemple, peuvent subsister bien longtemps après que la mémoire n’est plus consciente, en développantéventuellementlesubconscient.

LERÉSEAUNEURONALCOMPLEXE

L’encéphalehumainhébergeunnombreimportantdelienssynaptiques,permettantunegrandequantitéde traitementsparallèles.Cestraitementss’effectuentvialeréseauneuronalcomplexe,unréseaudetissu semblableàunfiletquiexaminelamassed’informationsentrantesetdécidedecequiestdigned’intérêt. Lefiletrenvoieçàetlàdessignauxdansl’encéphale,envisantlesbonscentres.Sil’onralentitcette force de transmission ou l’empêche d’agir, le cortex cérébral devient inactif et la personne perd conscience.

LESÉTATSCÉRÉBRAUX

L’encéphaletraversedesphasesdetransitionentrel’éveiletlesommeil.Cestransitionssontessentielles

aubonfonctionnementdel’encéphale.Parexemple,onconsidèrelesommeilcommenécessaireàla

consolidationdelaconnaissance,carlesneuronestrientlesstimulidelajournéependantlesommeil

profondenpuisantauhasarddanslesvoiesneuronaleslesplususitéesdernièrement.Enl’absencede

sommeil,ilestpossiblededévelopperdessymptômesdemaladiementaleetd’hallucinationsauditives.

LESCELLULESGLIALES

Lascienceattribuetraditionnellementl’activiténerveuse–etleseffetsdelapensée–auxneurones.De nouvellesrecherchessuggèrentquelescellulesgliales,le«support»cellulairedusystèmenerveux central,modulentourégissentenréalitélecerveauneuronal.Onconsidèrequelescellulesgliales, sensiblesauxcourantsélectriquesetauxchampsmagnétiques,jouentunrôlecritiquedansleseffetsde l’activitéélectromagnétiquedansetsurlecorps,eninfluençantlefonctionnementdelaglandepinéale(et parconséquentnotrehumeur),leseffetsduchampmagnétiqueterrestreetdel’activitésolaire,l’activité génétiqueetcellulaireetsesmutations,lafonctioncérébraleetd’autresfonctionsvitales 63 .

LESÉMOTIONSETLECERVEAU

L’adage«Toutestdanslatête»ditvrai.Depuisledébutdesannées1990,lechercheuretauteurDaniel

G. Amen, médecin, utilise une méthode de scan du cerveau sophistiquée appelée la tomographie d’émissionmonophotonique(TEMP)pourmesurerledébitsanguincérébraletlesmodèlesd’activité

métabolique. Ses travaux ont montré qu’il existe un lien entre certains modèles cérébraux et la dépression,ladistraction,l’obsession,laviolenceetautresétatsémotionnels 64 . SelonAmen,lesystèmelimbiqueprofondducerveaurégitnotrecapacitéàétablirdesliens,en agissantégalementcommeuncentredecontrôledel’humeur.Delatailled’unenoix,lesystèmelimbique comprendlesstructuresthalamiques,l’hypothalamusetlesstructuresenvironnantesimmédiates.Amena découvertquecettepartieducerveaugéraitlesmémoiresémotionnelles,l’étatémotionnel,lescyclesde l’appétitetdusommeil,etlalibido;elledéclenchedessignauxémotionnels,négatifsoupositifs.Amena établiquepluslesystèmeestactif,pluslamentalitédelapersonneestnégative.Àl’inverse,moinsle systèmelimbiqueprofondestactif,plusl’attitudedelapersonneestpositive 65 .

LECÔTÉBIOCHIMIQUEDESÉMOTIONS

D’uncertaincôté,lesémotionsnesontpasdes«sentiments»;cesontdescourantsauxpropriétés biochimiquesquiinteragissentaveclecerveau,cequigénèredessentiments.L’initiatricedecettethéorie estlacélèbrechercheuseCandacePert,PhD,auteur deMoleculesof Emotion,dontles recherches démontrentqueles substances chimiques internes –les neuropeptides etleurs récepteurs –sontles fondementsbiologiquesdenotresensibilité,semanifestantparnosémotions,croyancesetattentes.Ces neuropeptidesinfluencentprofondémentlamanièredontnousrépondonsànotremondeetenfaisons l’expérience 66 . DenombreusesrecherchesduDrPertfontintervenirlescellulesréceptrices.Lesrécepteurssontdes moléculescomposéesdeprotéinesquifonctionnentcommedesmoléculessensiblesouscannersnichant danslesmembranescellulaires.Pouragir,lesrécepteursontbesoindesligands,substancesquiselientà desrécepteursspécifiquesàlasurfaced’unecellule 67 . Lesligandspeuventêtredetroistypeschimiques.Lespremierssontlesneurotransmetteurs,petites molécules auxnoms divers comme l’histamine, la sérotonine etla norépinephrine. Ils envoientdes impulsionsnerveusesàtraverslasynapseouespaceentredeuxcellules.Lesstéroïdessontuneautre formedeligandsetcomprennentleshormonessexuelles:testostérone,progestéroneetœstrogène.Les peptidesreprésententlatroisièmeforme,constituantlamajeurepartiedesligandsducorps.Cesont principalement des substances d’information. Comme les récepteurs, ils sont composés de chaînes d’acidesaminés.Lesneuropeptidessontdespeptidespluspetits,actifsauniveaudutissuneuronal,

tandisquelespolypeptides,plusgros,contiennentgénéralemententre10et100acidesaminés.Pert

recourtàl’analogieentrelescellulesetlemoteuretentrelesrécepteursetlesboutonsd’unpanneaude commande.Lesligandsagissentcommedesdoigtsquiappuientsurleboutonpourenclencherlemoteur 68 . LeDrPertadécouvertquenosémotionssontvéhiculéesdanslecorpspardesligandspeptidesqui modifientlespropriétéschimiquesdescellulesenseliantauxsitesdurécepteurimplantéssurcelles-ci. Parcequ’ilspossèdentégalementunechargeélectrique,ilsmodifientlafréquenceélectriquedescellules. Selon Pert, nous transmettons et recevons constamment des signaux électriques sous la forme de vibrations.L’expériencedenosressentisestla«dansevibratoire»quiseproduitquandlespeptidesse lientàleursrécepteurs;lecerveauinterprètelesdifférentesvibrationscommediversressentis.Certaines cellulesdeviennent«dépendantes»decertainsligands.Sinoussommesencolèrependantuncertain temps,lesrécepteurscellulairesapprennentàn’accepterqueles«vibrationsdecolère»etàrejeter cellesquipeuventmeneraubonheur.Maintspraticiensholistiquespensentenréalitéquelescellules peuventsemettreàrejeterdesnutrimentsoudesligandssains,leurpréférantleurspendantsnégatifs. Celapeutentraînerdestroublesdel’humeur,accompagnésdemaladies.

Lecerveaureçoitdesinformationsnotammentsonores,tactilesetthermiquesdetouteslespartiesducorpsetentransmet

pourcontrôlerlarespirationetlerythmecardiaqueetcoordonnerl’activitémusculaire.Cesinformationssontenvoyéesparde

petitsmessagesélectriques.Denombreuxmessagesélectriquesducerveaucontrôlentégalementlapenséeetlamémoire.

Chaqueétatcérébralestassociéàdesondescérébralescorrespondantes.LesappareilsEEG(électroencéphalographes)

sontunmoyenreconnupourmesurerl’activitéélectriqueducerveauet,parconséquent,évaluerlesondescérébrales.

Celles-cipeuventrenseignersurunétatdesanté,deconscienceoud’activité.Certainesd’entreellessontoptimalespourla

viequotidienne,d’autrespourlaméditationetd’autresencorepourparveniràunétatdeguérison.

Lesondescérébralessemesurentenhertzoucyclesparseconde.Voicilesquatrebandesclésdel’activitédesondes

cérébrales:

Bêta:(13-26Hz)conscienceactive,éveillée,yeuxouverts.Defréquencesupérieureetd’amplitudefaible,cesondes

cérébralesrapidesapparaissentlorsd’étatsdeconcentrationoudetravailmental.

Alpha:(8-13Hz)associéesàdesétatsderelaxationlesyeuxfermés,ainsiquederêverielesyeuxouverts.Unepersonne

«normale»peutmaintenirsavigilance.Caractériséespardesondescérébralespluslentes,avecuneaugmentationde

l’amplitudeetdelasynchronicité.

Thêta:(4-8Hz)esprit,corpsetémotionscalmes.Relaxationprofonde,somnolenceetphasesdusommeilléger.Une

personne«normale»nepeutpasmaintenirsavigilance,maislesméditantslepeuvent.Associéesàlapremièreetàla

deuxièmephasedusommeil;defréquencepluslenteetdeplusforteamplitudequelesondesalpha.

Delta:(5-4Hz)inconscienceetsommeilprofond.Associéesaveclestroisièmeetquatrièmephasesdusommeil,lesondes

deltasontlespluslentesdesondescérébralesetcellesquipossèdentlaplushauteamplitude.Lesommeildeltaconstitue notresommeilleplusprofond;sesondescérébralessontlespluséloignéesdesondescérébralesdel’étatéveillé.Marcher ouparlerendormantseproduitsouvent 69 .

Àlafrontièreentrelesétats,lesondescérébralesprésententgénéralementunmélangedesmodèles.Parexemple,le sommeilàmouvementoculairerapide(MOR),laphasedusommeillaplusassociéeaurêve,estunecombinaisond’ondes alpha,bêtaetdésynchronisées. SelondesrecherchesmenéesparleMonroeInstituteenVirginie,quiétudielaconscience,lesonetl’apprentissagedurant lesommeil,ilexisteunecinquièmebanded’ondescérébralesconnuessouslenomd’ondesgamma,quisesitueraientà

environ28Hzouplus.Leursrecherchesontdécouvertqueceniveauétaitmarquépardesexpériencesmystiqueset

transcendantes 70 .

LESPROPRIÉTÉSÉLECTROMAGNÉTIQUESDESGLANDESPINÉALEETPITUITAIRE

Ilestbienconnuquelecorpsémetdelalumière,duson,delachaleuretdeschampsélectromagnétiques

etque,commetoutematière,ilpossèdeunchampgravitationnel.Desétudessurdeuximportantesglandes

endocrinesontdémontréquelecorpsestunesourced’électromagnétismequiengendredeseffetstels

qu’établiruneconnexionavecsonenvironnementouaveccequirelèveduparanormal.Ellesrévèlent

égalementl’étonnanteimportancedumagnétismesurlecorps.

MESURERLECORPSMAGNÉTIQUE

Lespropriétésmagnétiquesducorpssontunedécouverterelativementrécente.Àlafindesannées1960,

denombreuxlaboratoires mesurèrentles champs magnétiques émis par le cœur.Àcette époque,le physicienDavidCohen,utilisantsespropresrecherchesets’appuyantsurd’autresremontantjusqu’à

1929,parvintàmesurerleschampsmagnétiquesproduitsparlesactivitésélectriquesducerveaupourla

première fois à l’aide d’un détecteur de magnétisme extrêmement sensible connu sous le nom d’interféromètrequantiquesupraconducteur(SQUID) 71 .

LEBIOFEEDBACK

 

Lebiofeedbackutilisedesoutilsquifournissentaupatientunretourd’informations(angl.feedback,N.d.T.)pourqu’ilpuisse

apprendreàsurveillersesfonctionscorporelles.Lesmesureslespluscourantesenglobentcellesdelatempératuredes

mains,del’activitédesglandessudoripares,durythmerespiratoireetcardiaqueainsiquedesschémasondulatoires

cérébraux. Vousconnaissezsansdoutedéjàl’électroencéphalogramme(EEG),quimesurelesondescérébrales.Ilexisted’autres dispositifsdebiofeedback:l’électromyographe(EMG)quimesurelatensionmusculaire;l’électrocardiogramme(ECG)qui enregistrelesfonctionscardiaques;etlaréponseélectro-dermalequimesurelatempératuredelapeau.Généralement,on suitunprocessusàlafoisetleretourestdonnéimmédiatementpardestonalités,deslumières,deschiffresoudesaiguilles sedéplaçantsurdesgraphes 74 . Lesprincipesquisous-tendentlebiofeedbackreposentsurlefaitdecomprendrecommentlecerveaudirigelecorps 75 .Le cerveaucontrôlelaplupartdesmouvementsconscients.Letronccérébraletlamoelleépinièrerégissentlesrelaislesmoins conscientsdesfonctionsneurologiquesd’entréeetdesortie,commelarespiration.Maintestechniquesdebiofeedback cherchentàaccroîtrelecontrôleconscientsurcesrégions,endéveloppantlacapacitédel’espritàinfluencerlaconscienceet labiochimieducorps.Lebiofeedbackpeutdoncêtreutilisépourexercerlecerveauàparveniràdesétatsplusdétenduset positifs,maisonyrecourtégalementpourdiminuerladouleur,contrôlerl’anxiété,encasdetroublesdusommeiletmêmede maladiesgraves. Onenseignesouventauxsujetsdesexercicesderelaxationliésàlarespirationetlavisualisation.Ilsobserventensuiteles changementsobtenusenretour,constatantunediminutiondelapressionsanguineoul’accèsàunniveaudeconscience alpha.Avecletemps,lessujetsn’ontplusbesoind’instrumentspourparveniràdesrésultats.Ils’estavéréquelebiofeedback aideàinduiredesétatsdeconsciencemystiques,semblablesàceuxquel’ontrouvedanslesoufisme,lezen,leyogaet d’autresdisciplinesspirituelles.Onl’associeégalementpositivementauxétatsdeconsciencemodifiée:uneaugmentation desondescérébralesalphas’assortitd’unaccroissementdesactivitésdel’hémisphèredroittellesquelacréativitéou l’intuition,cequiencourageledéveloppementdelaconsciencepsychiqueouperceptionextrasensorielle(PES) 76 . D’autresformesparticulièresdebiofeedback,commelebiofeedbackthermique,constituentuneaidelorsdeproblèmesde santéspécifiques,commelamaladieartériellepériphériqueetlesulcèreschroniquesdupiedliésaudiabète.Unchercheuren santépubliqueàl’UniversitéduMinnesotaautiliséavecsuccèslebiofeedbackthermiquepoursoulagerladouleuretfavoriser laguérison,commeentémoigneunrécentessaicliniqueexposantlaguérisoncomplèteentroismoisdepatientssouffrant d’ulcèreschroniquesaupied.Cetteméthodedebiofeedbackinclutdestechniquesdevisualisationetderespiration conscienteguidée 77 .

Audébut des années 1970, les chercheurs ont commencé à enregistrer les champs magnétiques émanant d’autres organes dans le corps, conséquence de leur activité électrique. Aujourd’hui, on considèrelemagnétoencéphalogramme(MEG)commeuneméthodeplusprécisequel’EEGpourmesurer l’activitéélectriquecérébrale,notammentparcequeleschampsmagnétiques,aucontrairedessignaux électriques,traversentlecerveau,leliquidecérébrospinaletlecrânesanssedéformer.Bienquele champmagnétiqueentourantlecœursoitlepluspuissant,lechampquientourelatêteestimportantet vibreégalement–etilsembleyavoiruneraisonàcela,commenousleverronsdansl’exposéquisuitsur lesglandespinéaleetpituitaire 72 .

LAGLANDEPITUITAIRE

Ils’agitd’uneglandeendocrineclé.Ellestockeleshormonesettravailledeconcertavecl’hypothalamus pourdéclencheruneséried’actionsphysiques.Etellecontientdelamagnétite. Desscientifiquesontdécouvertquelamagnétite,uncomposédeferetd’oxygènesensiblesurleplan magnétique,estprésentechezlesanimaux,desbactériesauxmammifères.Elleaideapparemmentles oiseauxmigrateursà«trouverleurNord»etlespigeonsvoyageursàrentrerchezeux 73 .

Danslesannées1990,enutilisantlamicroscopieélectroniqueentransmissionàhauterésolution,des

scientifiquesontdécouvertdescristauxdemagnétitechezl’êtrehumain,dansungroupedenerfssituésà

l’avantdelaglandepituitaire,derrièrelesinusethmoïdal,osperforédelabaseducrânedessinanten

partielacaviténasaleetl’orbite.

Cegroupedecristauxdemagnétiteaideàexpliquerladécouverted’unchampmagnétiquecomplexe

autourdelatête,détectéparl’interféromètrequantiquesupraconducteurmentionnéprécédemment.Ilpeut

justifierdenotresensibilitéauxchampsmagnétiques,qu’ilsémanentdelaterre,ducieloud’autres

personnes.

LAGLANDEPINÉALE

Laglandepinéalesertdecapteurélectromagnétiquecontrôlanttoutessortesd’états,del’humeurauxPES. Ilproduitlamélatonine,quirégulelesommeil 78 . Les chercheurs Iris Haimov et Peretz Lavie ont découvert que les individus présentant un dysfonctionnementdelaglandepinéaleontdumalàdétecteretàrelayerl’informationàtraversles champsélectromagnétiques.Ilsprésententdèslorsdegrandesdifficultésàs’endormir,ainsiqued’autres problèmesdesantéliésàuncyclediurneperturbé 79 . Onrattachelaglandepinéaleauseptièmechakra,ouplandeconscience,quireprésenteuneouverture auxénergiesdivines.Elleestaussilaglandeendocrinequel’onassocieàl’ascensiondelakundalini– unprocessusdespiritualisationintervenantdansletravailchakrique.Lerôledelaglandepinéaledans l’illuminationestliéàdesinteractionsbiochimiquesetélectromagnétiques 80 . Dupointdevuebiochimique,laglandepinéaleorchestreuneimportante«hiérarchie»d’étapes supposantlaréalisationdesynthèseàpartirdel’acideaminétryptophaneeninteractionavecdiverses substances–et,lorsdecertainesphases,enprésencedelumière.Enrésumé,laséquencedeproduction

sedéroulecommesuit:tryptophane,sérotonine,mélatonine,pinoline,5-méthoxy-diméthyltryptamine(5-

MeO-DMT)etdiméthyltryptamine(DMT) 81 . Letryptophaneestunacideaminéessentielquel’ontrouvedanslaplupartdesalimentsprotéinésou des protéines diététiques. La mélatonine, produite durant la nuit, régule le rythme circadien ; la sérotonine,produitelejour,estunneurotransmetteurquirégulelesommeil,latempératurecorporelle, l’appétitetlesémotions;lapinolineestunesubstanceneurochimiquejouantunrôledanslaconscience;

ontrouvela5-MeO-DMT,unetryptaminepsychotrope,danscertainesplantes,graines,résineetdansle

venind’uncertaincrapaud;etlaDMTestunetryptamineetunneurotransmetteurproduitsdefaçon naturelle. Une partie de la communauté scientifique et spirituelle a rapproché ces substances chimiques d’expériencesmystiquesetpsychiques.Parexemple,SerenaM.Roney-Dougal,PhD,duPsiResearch Center à Glastonbury, Angleterre, a présenté un important corpus de preuves neurochimiques et anthropologiquessuggérantquelaproductiondepinolinedelaglandepinéalepeutencouragerunétat psycho-conducteurdeconscience 82 . Onpensequelapinolineagitsurlasérotoninepourdéclencherlemécanismedurêve.Ellepossède égalementdespropriétéshallucinogènes,etsastructurechimiqueestsemblableàcelledessubstances

chimiquesquel’ontrouvedansuneplantepsychotroped’Amazonie 83 .Desétudesindiquentquel’étatde rêveestl’undeceuxpendantlesquelsnousavonsleplusdechancedevivredesexpériencespsychiques. Onpensequelapinolineestlasubstanceneurochimiquequidéclenchecetétatdeconscience 84 . LaDMTestégalementappeléela«moléculedel’esprit»deparlerôlepotentielqu’ellejouedans l’inductiond’étatspsychédéliquesvialaglandepinéale.LesrecherchesduDrRickStrassman,parmi d’autres,suggèrentque,dansdesconditionsparticulières–tellesquelesexpériencesdemortimminente, l’utilisationdepsychotropeschamaniquesetcertainsétatsméditatifs–,laglandepinéalepeutproduirede laDMT,quinousamèneensuiteàdifférentsétatsdeconscience.Cesétudesetd’autressurlaglande pinéaleindiquentqu’ellepeutréellementconstituerla«glandedel’esprit»,commelaconsidèrent diversesécolesmystiques.

FIGURE2.4 LAGLANDEPITUITAIRE Laglandepituitairegénèreunchampmagnétiquedûauxcristauxdemagnétiteenvironnants.

FIGURE2.4

LAGLANDEPITUITAIRE

Laglandepituitairegénèreunchampmagnétiquedûauxcristauxdemagnétiteenvironnants.

8

LAPEAU

8 LAPEAU
8 LAPEAU

L apeauestl’organelepluslargeducorps.Chezunadulte,ellecouvreunesurfaceapproximativede

deuxmètrescarrés.Ellefournitunecoucheprotectriceimperméableàl’eauet,entantqu’organe

sensoriel,ellerégulelatempérature.Lapeauabsorbeetlibèredelachaleur,enmaintenantla

températurecorporelledansleslimitesnormales. Lapeauestuncomposantdusystèmeexternequicomprendégalementlescheveuxetlesfollicules pileux,lesglandessébacéesetsudoripares,etlesongles.Ellecollaboreaveclesystèmeexcréteurdu corps,enévacuantdel’eauetdepetitesquantitésd’uréeetdeselsparlasueur.Ellecontribueégalement àlamaintenancedessystèmescirculatoireetnerveux. Lapeauestcomposéededeuxcouchesdifférentesdetissu:ledermeetl’épiderme.L’épidermeestla couche extérieure, principalement formée de cellules appelées kératinocytes ; des cellules qui se désintègrent constamment, sont éliminées et remplacées par d’autres des couches inférieures. Les nouvellescellulesprennententredeuxàquatresemainespourseformeretgagnerlasurfacedelapeau. Lapeaumorteesttransforméeenunematièreappeléekératine,quis’exfolieendeminusculessquamesà peine visibles. Sous l’épiderme se trouve le derme, unréseaude fibres de collagène etd’élastine entremêlées aux vaisseaux sanguins et lymphatiques, aux glandes sudoripares et sébacées, et aux folliculespileux.Lesglandessudoriparessontcontrôléesparlesystèmenerveuxetsontstimuléesà sécréter,soitsousl’actiond’uneémotion,soitpourrépondreaubesoinducorpsd’évacuerdelachaleur. Lesglandessébacéeslubrifientlatigecapillaireetsontsoumisesaucontrôledeshormonessexuelles. Lescouchesdermiquesetépidermiquesrenfermenttoutesdesterminaisonsnerveusesquis’adaptent pourdétecterunedouleur,lefroid,unepression,unedémangeaison,ensuscitantdesréflexesprotecteurs outransmettantdessensationsagréablesdechaleuretdecontact.Ontrouve,au-dessousduderme,une couchevariabled’adipocytesquiisolentlecorpsdestempératuresextrêmes,ainsiqueletissuconjonctif etunpetitnombredevaisseauxsanguins. Lescheveux,poilsetonglesreprésententdesformesparticulièresdekératine.Lesonglesdesdoigts etdespiedssontproduitspardescellulesvivantesdelapeau,bienquel’ongleenlui-mêmesoitmortet qu’iln’occasionnerapasdedouleuroudesaignementencasdeblessure.Lescellulesdesfollicules pileux,quicontiennentégalementuneglandesébacée,formentlespoilsetsedivisentrapidement.

LACOULEURDELAPEAU Lacouleurdelapeauprovientd’unpigmentbiologiquesombreappelélamélanine,quel’ontrouve égalementdanslescheveuxetl’irisdel’œil.Lafonctiondelamélanineestdeprotégerlapeaudes rayonsnéfastesdusoleil.Touteslesracespossèdentlemêmenombredecellulespigmentaires–les mélanocytes –, mais des différences génétiques contrôlent la quantité introduite dans les cellules épidermiques.Laquantitédemélaninepoduiteparcescellulesvariegrandement.Parexemple,chezles personnesderacenoire,lesmélanocytessontplusgrosetproduisentdavantagedepigment.L’albinisme estdûàl’absencedel’enzymeproductricedepigment.

9

LESYSTÈMECIRCULATOIRE

9 LESYSTÈMECIRCULATOIRE
9 LESYSTÈMECIRCULATOIRE

E

ssentiellementconstituéducœuretdesvaisseauxsanguins,cesystèmedistribuelesangviaun

systèmed’artères,deveinesetdecapillaires,entreautrescomposants,demanièreàformerun

circuitcomplet.Deuxsortesdecirculationœuvrentdeconcertdanslecorps:

Lacirculationsystémique :ellevéhiculelesangoxygénéetricheennutrimentsàtraverslecorps. L’oxygèneetlesnutrimentssontdéposésdanslestissuscorporels.Lesdéchetsetlesgazsonttransférés danslesang.Enbouclantlecircuitducorps,lesangretourneaucœur,sesniveauxd’oxygèneépuiséset chargédedioxydedecarbone,undéchetdelafonctioncellulaire;

Lacirculationpulmonaire:ellevéhiculelesangappauvrienoxygèneducœurverslespoumons,oùa

lieul’échangedesgaz.Lesangestoxygénéetretourneaucœurpourréintégrerànouveaulacirculation

systémique.

LECŒUR Lecœurfaitcirculerlesang.Celui-cicommenceàcoulerdanslesartèresvial’aorte,l’artèrecentrale.Il estensuitevéhiculéàtraverslesorganesetlestissus,enleurfournissantnourritureetoxygène.Lesang retourneenfinaucœurparlesveines,aprèsavoirachevéseslivraisons.Sursondeuxièmecircuit,le cœurfaitcirculerlesangjusqu’auxpoumons,quiremplacentl’oxygèneetledébarrassentdesesdéchets. Lesangretourneensuiteaucœurrégénéréenoxygène.Quatrecavitéscoordonnentcesfonctions,en maintenantlefluxsanguinàunrythmestableetenoptimalisantlesniveauxd’oxygènedusang.Chacune accomplitune tâche spécifique, encollaborationavec les valves cardiaques, qui contrôlentle flux sanguinà travers le cœur. Ce sontles oreillettes droite etgauche, deuxcavités à paroi mince qui collectentlesangpénétrantdanslecœur,etlesventriculesdroitetgauche,deuxcavitésinférieuresqui acheminentlesangducœurverslespoumonsetlesautrespartiesducorps.

LAPULSATIONCARDIAQUE

Àchaquebattement,lesdeuxoreillettessecontractentetemplissentlesventriculesdesang.Ensuite,les

ventriculessecontractent.Cettesériedecontractionsbienhiérarchiséesrelèved’unsystèmedetiming

électriquecomplexe.

Lapulsationcardiaqueestdéclenchéeparunpetitgroupedecellulesquel’onappellelenœudsino-

atrial,situédanslemuscleatrialdroit.Lenœudsino-atrialenvoieunsignalélectriqueautourducœur justeavantchaquepulsation.Lesimpulsionspassentdunœudsino-atrialauxdeuxoreillettesetentraînent leurcontraction.Unautrenœud,l’atrio-ventriculaire,àlajonctiondesoreillettesetdesventricules, retarde l’impulsion. Après la contraction des oreillettes, une impulsion passe à travers un muscle cardiaquespécifiquequel’onappellelefaisceaudeHis(dunomducardiologuesuisseWilhelmHis), entraînantlacontractiondesventricules.Quandlecorpsestaurepos,cetteroutinecycliqueseproduità

peuprès 70 fois par minute, età une vitesse supérieure encas de stress oud’effortphysique. Un électrocardiogrammepeutenregistrercespulsations.

LECŒURENTANTQU’ORGANEÉLECTROMAGNÉTIQUE

Lecœurestlecentrephysiquedusystèmecirculatoire,quigèreplusde75billionsdecellules.Ilestégalementlecentre

électromagnétiqueducorps,dontémanent1000foisplusd’électricitéetdemagnétismequedanslecasducerveau.Bien

plusfascinant,c’estunorganedecommunicationquipeutpotentiellementgérerlesprocessusintuitifsducorps.

Commenousl’avonsvudanslapremièrepartie,lechampélectromagnétique(CEM)ducœurest5000foispluspuissant

queceluiducerveau.Sonchampélectriqueest60foisplusimportantqueceluiducerveau 85 .Nonseulementsacapacité électromagnétiqueestplusconséquentequecelleducerveau,maisilestcapable,dupointdevuebiologique,d’accomplir

certainesfonctionssemblablesàcellesducerveau.Enfait,entre60et65%desescellulessontneurales,identiquesàcelles

présentesdanslecerveau.L’énergie–informationquivibre–circuleconstammententrelecœuretlecerveau,encontribuant autraitementdesémotions,àl’expériencesensorielle,àlamémoire,àl’interprétationdesévénements,ainsiqu’au raisonnement 86 .Enoutre,lecœurestl’unedesprincipalesglandesendocrines,produisantaumoinscinqdeshormones essentielles,quiontunimpactsurlesfonctionsphysiologiquesducerveauetducorps 87 . Lecœurestconnudepuislongtempscommelecentreducorps,ainsiquelademeuredel’âme.Dansdebonnes conditions,notammentlorsqu’unepersonnese«centre»consciemmentouseconcentresurlecœur,cederniersemetà dirigerlecerveau(laplupartdutemps,c’estgénéralementl’inverse).L’entraînementoulagestionducorpsvialecœuraulieu ducerveaumèneàdesétatsdefonctionnementmentaletémotionnelsupérieurs,ainsiqu’àuncorpsenmeilleuresanté 88 .Il permetégalementàlapersonnedefiltrerl’environnementextérieurenconservantles«bonsmessages»aulieudes «messagesnégatifs»,enassurantparlàunerelationpluspositiveaveclemondeextérieur 89 . Ce«pouvoirdeguérisonducœur»estrendupossiblegrâceàlanatureénergétiqueducorps.Touteénergiecontientde l’informationettoutecelluleesténergétique.Pluslescellulessontprocheslesunesdesautres,plusellesontdechance d’oscilleretdevibreràunrythmecoordonné,toutenproduisant,parconséquent,unsignalpluspuissantetintense.Les cellulescardiaquessonttrèsstructuréesetgénèrentdoncunsignalpartagéextrêmementpuissant,àlafoisélectriqueet magnétique.Lesignalinterneducœurestplusfortquen’importequelautreémispard’autrespartiesducorpsparcequ’ilest plusintense.Lecœurpeutdonc,demanièredynamique,occuperlaplaceduchefdanslecorps,sesrythmesétantcapables demoduleroude«prendrelecontrôle»surceuxdesautresorganes.Qu’enest-ildesarelationaumondeextérieur?Nous recevonsconstammentdesinformations–parfoisappelées«bruitsdefond»–del’extérieur.Nonseulementlecorpspeut ignorerlefluxderenseignementsentrants,maisilpeutégalementtrieretfiltrerl’informationprovenantdumondeextérieur– mêmequandils’agitd’informationintuitive.

mêmequandils’agitd’informationintuitive.

FIGURE2.5

LECHAMPÉLECTROMAGNÉTIQUEDUCŒUR

Commel’expliquelechercheurStephenHarrodBuhnerdanssonlivreTheSecretTeachingsofPlants,descellules hautementsynchronisées,tellesquecellesorganiséesdemanièrecompactedanslecœur,sontcapablesd’utiliserlesbruits defondpouraugmenterl’amplituded’unsignalentrant–siellessontintéresséesàlepercevoir 90 .Lecœur«entendra»ce qu’ilestprogramméà«entendre».Silecœurrenfermedel’amour,ilsemettraaudiapasondel’amour.S’ils’agitdepeur, d’aviditéoud’envie,lecœurbaigneradanslanégativité.Beaucouppensentquelecerveaudéclenchelapremièreréponseaux événementsextérieursetcommandeensuitenosréactions.L’analyserévèle,aucontraire,quel’informationentrantepercute d’abordlecœuret,parsonintermédiaire,lecerveauetleresteducorps 91 .Notrecœuresttellementpuissantqu’ilpeuten réalitéexprimerlesymboleleplusconnudel’amour:lalumière.Desrecherchesontmontréque,souscertainesconditions, unméditantpeutvéritablementgénérerdelalumièrevisibledepuislecœur.Latechniquedeméditationdoitêtrecentréesurle

cœuretnontranscendante.Aucoursd’étudesmenéesàl’universitédeKasselenAllemagneen1997,ilémanaainsiducœur

unelumièreconstantede100000photonsparsecondequandl’extérieurn’encomptaitque20.Lesméditationssebasentsur

descompréhensionsénergétiquesprovenantdediversescultures,dontlapratiquehindouedelakundalini 92 . Ilaétéétabliquelecœurestlecentreducorps,maisilpourraitaussireprésenterlenoyaud’ununiverssubtil–oupeut-être un«soleilsubtil»généréparchaqueindividu.

LESANG Lesangcirculeàtraverslecorpsparunréseaudevaisseaux.Ilquittelecœurparl’aortesuivantla circulationsystémique, et il est acheminé à travers le système artériel pour alimenter les cellules tissulairesetorganiquesducorpsenoxygèneetnutriments.Letransfertdenutrimentsalieudansdepetits capillairesquirelientlesartèresetlesveines.Lesangcirculeensuitedanslesveinesetretourneversle cœur. Les globules rouges jouent un rôle important dans la circulation en tant que transporteurs, acheminantl’oxygènedespoumonsverslestissussousl’actiond’uneprotéineappeléel’hémoglobine. Cescelluless’emparentdudioxydedecarboneetlerenvoientauxpoumons,oùilestévacuéavecla respiration. Lesglobulesblancscombattentlamaladie.Ilexistedifférentescatégoriesdeglobulesblancs,chacun d’euxjouantunrôleparticulier.Leplasma,encollaborationavecd’autrescellules,assurelacoagulation

encasdeblessures.Laduréedevied’unglobulerougeestd’environ120jours,tandisquelaplupartdes

globulesblancsontuneduréedeviemaximaledequelquesjours.

10

LESYSTÈMERESPIRATOIRE

10 LESYSTÈMERESPIRATOIRE
10 LESYSTÈMERESPIRATOIRE

L arespirationestlemoyenparlequelonacquiertl’oxygènenécessaireàl’entretiencellulaireet

tissulaire,toutensedébarrassantdudioxydedecarbonenondésiré.L’unedesfonctionspremières

delarespirationestlemétabolismeoxydatif.Lescellulesducorpsutilisentl’oxygènecommeune

voiturebrûleducarburantmélangéàdel’oxygène.Danslecasquinousoccupe,lecarburantestle glucose(sucre).Lesdéchetssontprincipalementdudioxydedecarboneetdel’eau.L’oxygènes’introduit danslecorpsquandnousinspironsetsessous-produitssontévacuéslorsquenousexpirons. Larespirationfaitintervenirlespoumonsetlesvoiesrespiratoiressupérieures:lenez,labouche,le larynx,lepharynxetlatrachée.Elleconcerneégalementlesmusclessituésentrelescôtes(muscles intercostaux)etlediaphragme,unecalottemusculairequiséparelapoitrinedel’abdomen.Quandnous respirons,lenezinhalel’air,qui descendensuitelatrachéeetparvientauxpoumons.L’oxygèneet d’autressubstancespassentdel’airausang,etledioxydedecarbonepassedusangàl’air.L’échangede cesgazseproduitauniveaudesalvéoles,petitssacsd’airsituésauxextrémitésdesbronchiolesdansles poumons.C’estlàquelesangdanslescapillairesrencontrel’air,recueillel’oxygèneetsedébarrassedu dioxydedecarbone. Onpeutcontrôlersarespirationdefaçonconsciente,maisils’agitégalementd’unmouvementréflexe. Lerythmerespiratoireestcontrôléparlebulberachidien,centrerespiratoireducerveau,etréguléselon leniveaudedioxydedecarboneprésentdanslesang.

11

LESYSTÈMEENDOCRINIEN

11 LESYSTÈMEENDOCRINIEN
11 LESYSTÈMEENDOCRINIEN

T outcommelesystèmenerveux,l’appareilendocrinienestunsystèmedecommunication.Alorsque lesystèmenerveuxutiliselesnerfspourvéhiculerl’information,lesystèmeendocrinienrecourt principalement aux vaisseaux sanguins comme canaux d’information. Endocrinien signifie

littéralementsécrétiondirectedanslefluxsanguin. Le système endocrinien est un système intégré de petits organes qui contrôlent la production d’hormones. Il est responsable des transformations lentes oudurables dans le corps, telles que la croissance, et des nombreux changements progressifs vécus pendant la puberté ou la ménopause masculineetféminine. Lesglandesendocrinesoccupentlatotalitéducorps.Elleslibèrentdeshormones–desmessagersou médiateurs chimiques particuliers – dans le flux sanguin. Celles-ci régulent la croissance, le développement,lemétabolismeetlafonctiontissulaire,etjouentégalementunrôledansl’humeur. Lesglandesendocrinesenglobentlaglandepituitaire,laglandepinéale,lethymus,lathyroïde,la parathyroïde,lesglandessurrénales,lesîlotspancréatiques,lesovairesetlestesticules.Leplacenta,qui sedéveloppedurantlagrossesse,possèdeégalementunefonctionendocrine.Demanièregénérale,les glandesendocrinessontdesglandesquisécrètentdirectementdeshormonesdanslesvaisseauxsanguins quileurcorrespondent,hormonesquicirculentensuitedanslecorpsvialefluxsanguin.Ceshormones voyagentversdesorganesdistantspourrégulerlafonctiondel’organevisé. Leshormoness’occupentdecontrôleretd’influencerlachimiedescellulesintéressées.Parexemple, ellesdéterminentledébitdumétabolismealimentaire,l’émissiond’énergieetlaproductiondelait,de poilsoud’unautreproduitdesprocessusmétaboliquesducorps. Leshormonesfabriquéesparlesprincipalesglandesendocrines,commel’insulineetleshormones sexuelles,sontconnuessouslenomd’hormonesgénérales.Lecorpsproduitmaintesautreshormonesqui agissentàproximitédeleurcentredeproduction.Parexemple,del’acétylcholinesecréeàchaquefois qu’unnerftransmetunmessageàunecellulemusculaire,pourluidemanderdesecontracter. Lesmaladiesdusystèmeendocrinienincluentl’obésité,lesdiabètes,lestroublesdel’humeuretdu sommeil. Les maladies endocriniennes se caractérisent souvent par la libération d’une hormone dysfonctionnelle(adénomehypophysaire),uneréponseinappropriéeausignalement(hypothyroïdie)etun

défautouladestructiond’uneglande(diabètedetype1).

LESGLANDESENDOCRINESETLEMÉTABOLISME 93 Le métabolisme correspondà une série d’interactions chimiques qui fournissentde l’énergie etdes nutrimentsauxcellulesetauxtissus.Ilestétroitementliéausystèmeendocrinien. Parexemple,lathyroïdeproduitunehormonequiréguledirectementlemétabolisme.Composéede

thyroxine(T4outétraiodothyronine)etdetriiodothyronine(T3),l’hormonethyroïdiennedéterminele

rythmemétaboliquegénéralducorpsetlaproductiond’énergie.Desproblèmespeuventêtreàl’origine

d’unmétabolismetropélevé,encausantunehyperthyroïdie,outropbas,enentraînantunehypothyroïdie. Lathyroïdeproduitégalementlacalcitonine,quiréduitetstabiliselecalciumcontenudanslesang. Laglandepituitaireinflueégalementsurlemétabolisme.Situéeàlabasedel’encéphale,cetteglande delatailled’unpoisproduitsespropreshormonesetinfluencelaproductionhormonaled’autresglandes. Ensemble,laglandepituitaireetl’hypothalamuscontrôlentdenombreuxaspectsdumétabolisme,en travaillantàl’unissonpourfourniraucorpsleshormonesdontilabesoinpourintervenirefficacement. Leshormonesleptineetghrélineaidentégalementàrégulerlemétabolismeducorps.Laleptine, découverte en1994, est enréalité produite par la graisse, faisant d’elle, ensubstance, unorgane endocrinien.Laleptineindiqueaucerveaulorsqu’ilconvientdemanger.Alorsquel’insulineindiqueaux cellulesdebrûleroud’utiliserlagraisseoulesucre,laleptinecontrôlelestockagedel’énergieetla consommationcellulaire.Laleptinerenseignelecerveausurcequ’ildoitfaireetnonl’inverse. Laghrélinestimulel’appétit,enl’accentuantavantdemangeretenl’atténuantensuite.Onlatrouveen petitesquantitésdanslaglandepituitaire,l’hypothalamus,lesreinsetleplacenta.Ellefavoriseégalement lasécrétiond’hormonesdecroissancedanslaglandepituitaireantérieure.

12

LESYSTÈMEDIGESTIF

12 LESYSTÈMEDIGESTIF
12 LESYSTÈMEDIGESTIF

L eprocessusdigestifducorpsdécomposelesalimentsensubstancesquipeuventêtreabsorbéeset employéespourl’énergie,lacroissanceetlarégénération.Lesystèmedigestif 94 ,parfoisappeléle systèmegastro-intestinal,comprendlabouche,lagorge,l’œsophage,l’estomac,l’intestingrêle,le

grosintestin,lerectumetl’anus.Ilestresponsabledelaréceptiondesaliments,deleurdésintégrationen

composantsutilisables(graisses,sucresetprotéines),del’absorptiondesnutrimentsdanslefluxsanguin

etdel’éliminationdespartiesindigestessousformededéchets.Sesorganesproduisentégalementdes

facteursdecoagulationetdeshormonesnonliéesàladigestion,endébarrassantlesangdessubstances

toxiquesetenmétabolisantlesmédicaments.

Lacavitéabdominalerenfermelesorganesdigestifsprincipaux.Elleestentouréeàl’avantparla

paroiabdominale,lacolonnevertébraleàl’arrière,lediaphragmeau-dessusetlesorganespelviensau-

dessous.Lesorganessetrouvanthorsdutubedigestif–lepancréas,lefoieetlavésiculebiliaire–jouent

égalementunrôlecrucialdansladigestion.

LADIGESTIONETLECERVEAU 95 Lecerveauetlesystèmedigestiftravaillentdeconcert.Lesscientifiquesreconnaissentdepuislongtemps quelecerveaustimulelesorganesdigestifsviadesactivitésparasympathiquescommelavue,l’odoratet legoût,quiéveillentlafaim.Desfacteurspsychologiquesontégalementunimpactsurlafaimetla digestion,eninfluençantles mouvements des intestins,lasécrétiond’enzymes digestives etd’autres fonctionsdigestives.Uneprofondetristesseoucolère,parexemple,déclencherauneréactionenchaîne quistimuleraoudiminueral’appétit,encausantéventuellementdesproblèmesdigestifsoudepoids,et parfoisdesmaladiesintestinales. D’unautre côté,le système digestifinfluence égalementle cerveau.Par exemple,des affections persistantesourécurrentescommelesyndromeducôlonirritable(SCI),lacoliteulcéreuseetd’autres maladies douloureuses affectent nos émotions, nos comportements et nos activités quotidiennes. On appellecetteassociationréciproquel’axecerveau/intestin. Deparleursrichesconnexionsausystèmenerveuxautonome,lesorganesdigestifssontsouventle siègedemaladiespsychosomatiques.DenombreusespersonnessouffrantduSCIprésententégalementun certaintypedetroublepsychiatrique;leurSCIs’aggraveencasdestress.Onrattacheégalementla maladiedeCrohnàunesouffranceémotionnelle.Certainespersonnessouffrantdecrisesdepanique témoignentégalementdetroublesducôlon,dontledéclenchements’opèreauniveaudusystèmenerveux sympathique.Onétudieégalementd’autresmaladiesenrelationavecleurscausespsychosomatiques,

tellesquelecancer,lediabètedel’adulte(type2)etlapolyarthriterhumatoïde.

DesspécialistescommeMichaelGershon,médecin,suggèrentquel’estomaccontientenréalitéun deuxièmecerveau,munidesespropresneurotransmetteurs,quidéclencheleSCI.PourGershon,leSCI démontre que l’intestin travaille de manière autonome, bien qu’il ne mette pas en doute l’axe

cerveau/intestin,àsavoirqueles«papillonsdansl’estomac»résultentdel’envoiparlecerveaud’un messaged’anxiétéàl’intestinqui,àsontour,transmetdesmessagesaucerveaul’informantqu’ilest malheureux 96 .

13

LESYSTÈMEEXCRÉTEUR

13 LESYSTÈMEEXCRÉTEUR
13 LESYSTÈMEEXCRÉTEUR

L erôleprincipaldusystèmeexcréteur 97 estdefiltreretdedébarrasserlesystèmecirculatoiredes

déchetscellulaires,toxinesetexcèsd’eauoudenutriments.Lecorpssedéfaitdesdéchets,produits qui doivent être éliminés pour ne pas l’intoxiquer, de plusieurs façons. Ces processus font

intervenirlessystèmesetorganessuivants.

LESYSTÈMEURINAIRE

Lesreinssontlesorganesclésdusystèmeurinaire,lemécanismed’éliminationdesdéchetsextraitsdu

sang.Ilsfiltrentlesang,maintiennentlejusteéquilibred’eauetd’électrolytes,etéliminentlesdéchets

souslaformed’urine.L’urineestenvoyéedestubescollecteursauxreinsetfinitsacoursedansun

conduitquel’onappellel’urètreetquimèneàl’extérieurducorps.

LEFOIE

Lefoieestmultifonctionnel.Satâcheprincipaleestdetransformerlesangricheennutrimentsprovenant

dusystèmegastro-intestinaletd’adapterlessubstanceschimiquespourquelemétabolismefonctionnede

manièreoptimale.Plusgrosorganeducorps,lefoiesediviseendeuxlobesetestalimentéparl’artère

hépatiqueetlaveineporte.

Pourcontribueràladigestionetàl’excrétion,lefoieproduitlabile,unesubstancefortementalcaline

quidissoutlesgraisses.Labileestlibéréedanslefoievialescanauxbiliaires,stockéedanslavésicule

biliaireetsécrétéedansl’intestingrêle.Labilenedécomposepasseulementlesalimentspouréliminer

lesdéchetssolides,ellerecueilleégalementl’eaudesdéchetsenvuedesaréutilisation.

LEGROSINTESTIN

Legrosintestinsecomposeducôlonetdurectum.Alorsquel’intestingrêles’occupeprincipalement

d’absorberlesnutrimentsaucoursduprocessusdigestif,legrosintestinréabsorbel’eauetvéhiculeles

déchetsdematièresversl’anus.Lecôlonélimineaussileseletl’eaudesmatièresenvoyéesdepuis

l’intestingrêle,enlibérantlerestecommedéchets.

LAPEAUETLESPOUMONS Onconsidère la peauetles poumons comme des organes excréteurs. La peaucontientdes glandes sudoriparesquiévacuentl’eau,lesselsetl’urée(déchetsrénaux)quel’ontrouvedanslasueur.Les poumonséliminentledioxydedecarboneetl’eau.

14

LESYSTÈMEREPRODUCTEUR

14 LESYSTÈMEREPRODUCTEUR
14 LESYSTÈMEREPRODUCTEUR

L’ activitésexuelleestundynamismefondamentalquenouspartageonsavectouslesautresanimaux.

Chezleshumains,lesglandesetlesorganesreproducteurscommencentàsedévelopperetàmûrir

pendantlapuberté.Ilsinterviennentdanslacréationdelanouvellegénérationetsontliés,aucoursdu

développementfœtal,ausystèmeurinaire.Lesorganesreproducteurssedivisentendeuxparties:les

organesgénitauxinternesetexternes,etlesgonades.Lesgonadesmâlessontlestesticules,etlesgonades

femelleslesovaires.Pendantlapuberté,lesgonadescommencentàsedévelopperetàs’activersous

l’influencedeshormonesgonadotropesproduitesdanslaglandepituitaire.Ceshormonesstimulentla

productiondeshormonessexuelles:latestostéronechezleshommesetl’œstrogèneetlaprogestérone

chezlafemme 98 .

LESYSTÈMEREPRODUCTEURMASCULIN L’hommeparticipeàlareproductionenproduisantdusperme.Lespermefécondeensuitel’œufducorps fémininetcetœuffécondé(zygote)setransformeprogressivementenunfœtus.Laplupartdel’anatomie reproductrice masculine est externe. Les organes reproducteurs masculins englobent les testicules, l’épididyme (zone abritant le sperme), la prostate et le pénis. Le pénis est l’organe urinaire et reproducteurmasculin,contenanttroiscylindresdetissuvasculaireàl’aspectspongieuxquipermettent l’érection.Quandl’hommeeststimulésexuellement,lepénisentreenérectionetsetientainsiprêtpour lesrapports.Onparvientàl’érectionlorsquelessinussanguinsdutissuérectiledupénissegorgentde sang.Lorsdel’éjaculation,lespermequittelepénisdansunliquideappeléleliquideséminal,produit partroissortesdeglandes:lesvésiculesséminales,laprostateetlesglandesbulbo-urétrales,également connuessouslenomdeglandesdeCowper.Chaquecomposantduliquideséminalassureunefonction particulière.Lespermeestplusviabledansunesolutionbasique:leliquideséminalpossèdedoncunpH faiblementalcalin.Leliquideséminalagitégalementcommesourced’énergiepourlespermeetcontient dessubstanceschimiquesquientraînentlacontractiondel’utérus. Lestesticulesproduisentlespermeetlatestostérone.Ilssesituenthorsdelacavitéabdominaledans lescrotum.Lestesticulesdébutentleurcroissancedanslacavitéabdominale,maisdescendentdansles boursesdurantlesdeuxderniersmoisdudéveloppementfœtal.C’estlàuneconditionnécessairepourla productiondusperme, car les températures corporelles internes sonttrop élevées pour sécréter du spermeviable.

LESPERME

Unspermearrivéàmaturité,ouspermatozoïdes,contient23chromosomesquirenfermentl’empreinte

génétiquepaternelleetdéterminentlescaractéristiqueshéritéesdupèrechezl