Vous êtes sur la page 1sur 2

Centre pour la liberté de la presse et de la culture

Beyrouth, le 3 février 2010

Communiqué de presse

Le président du conseil d’administration de la radio et de la chaine de


télévision jordanienne traduit en justice le journaliste Khaled Mahadin
pour calomnie et diffamation

Amman – « Skeyes »
Le procureur général de la capitale jordanienne Amman a lancé, le mercredi 3 février
2010, l’enquête dans le procès intenté par le président du conseil d’administration de la
radio et de la chaine de télévision jordanienne Saleh Al Qalab contre le journaliste
Khaled Mahadin, pour accusation d’infraction de la loi sur la presse et les publications,
de calomnie et de diffamation après avoir publié un article sur son site électronique « Al
Khandaq », intitulé « le camarade Saleh réussira-t-il a défaire la bride des jordaniens ? »
qu’il a considéré comme offensant.
C’est un des premiers procès intentés par un responsable gouvernemental après le
jugement de la cours d’appel de Jordanie portant sur la soumission des sites électroniques
à la loi relative à la presse et aux publications. Cependant, c’est le 3ème procès intenté par
un responsable gouvernemental contre des journalistes travaillant pour des sites
électroniques.
Le ministre de l’information Nabil Chreif, avait déjà gagné le procès intenté contre les
journalistes Abdelhadi Raji Al Majali et Majdi Tayssir Al Batiyat du site « Ajbad ». La
cour de justice jordanienne avait condamné les 2 journalistes à 3 mois de prison et à une
amende de 50 milles dinars (soit 80 milles dollars). De même, un autre procès a été
intenté par le ministre de l’industrie et du commerce Amer Al Hadidi contre le rédacteur
du site « Akhbar Al Balad », le journaliste Oussama Al Ramini pour diffamation et
calomnie.
Le centre « Skeyes » pour la liberté de la presse et de la culture exprime son inquiétude
de voir augmenter le nombre de procès intentés contre des journalistes et dénonce les
peines de prisons et d’amende qui leur sont infligés, tout en considérant ces mesures
comme outil de répression visant à faire taire les voix dissidentes, à limiter la liberté
d’expression et d’opinion et à imposer des restrictions sur la liberté du métier de
journaliste qui représentent une « répression légalisée » du mot, susceptible de menacer
l’avenir des libertés de presse en Jordanie. A cet effet, le centre « Skeyes » appelle les
hommes de décision du royaume hachémite à reconsidérer la politique adoptée dans ce
domaine, à annuler tous les jugements rendus à l’encontre des journalistes et écrivains et
à retirer tous les procès intentés contre eux et liés à la liberté d’expression et d’opinion,
tout en mettant en cause les lois en vigueur visant à étouffer et à mettre en péril la liberté
de presse.

Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org
Centre pour la liberté de la presse et de la culture

Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org