Vous êtes sur la page 1sur 3

Centre pour la liberté de la presse et de la culture

Beyrouth, le 8 mars 2010

Communiqué de presse

L’activiste syrienne Souheir Al Atassi menacée d’arrestation

L’activiste syrienne et l’opposante Souheir Al Atassi est victime de fortes


pressions la contraignant à la fermeture du forum de discussion lancée
récemment sur « facebook ». Souheir Al Atassi a été convoquée 3 fois par le
service de sûreté de l’Etat pour la forcer à fermer le forum de discussion. Sa
carte d’identité a été saisie et elle a été menacée d’être condamnée à 2 ans et
demi de prison, a-t-on appris auprès de sources médiatiques et de militants
des droits de l’Homme.
Selon l’activiste syrien Maladh Omran, lors d’un entretien téléphonique avec
le centre « Skeyes », « Souheir Al Atassi a été convoquée pour la 4ème fois,
cependant elle a refusé cette fois ci de répondre à cette convocation en leur
affirmant qu’elle refuse de se soumettre encore une fois à leur humiliation et
à de longues heures d’attentes et d’interpellation, « vous avez déjà obtenu
tout ce que je sais…rendez-moi ma carte d’identité ou arrêtez moi, ma valise
est déjà prête pour la prison ».
Souheir Al Atassi avait relancé avec un groupe d’activistes syriens « le
forum de discussion Jamal Al Atassi pour le dialogue national » sur
« facebook » après sa fermeture par les autorités syriennes en 2005. Depuis
son lancement sur facebook, « le forum Al Atassi » a soumis au débat 6
thèmes différents concernant la situation en Syrie. Parmi les sujets abordés,
« la jeunesse syrienne et la participation à la vie publique », et « la lutte non
violente » rédigé par le journaliste syrien Ahmad Mawloud Tayyar.
Cependant, le dernier sujet discuté fut proposé par le journaliste Hassan
Chams, depuis le Golan occupé, et s’intitulait « Obsession du Golan :
l’exemple du drame des réfugiés ». Dans cette feuille de discussion, Hassan
Chams a décrit son expérience personnelle et le manque d’intérêt porté par
les autorités syriennes à la situation des réfugiés du Golan.
Selon une source médiatique, sous couvert d’anonymat, Souheir Al Atassi a
été victime d’harcèlement et de convocation pour avoir contribué par ses
critiques aux feuilles de discussion portant sur le Golan et la question kurde.
En réaction aux pressions exercées sur Souheir Al Atassi, le journaliste
Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org
Centre pour la liberté de la presse et de la culture

Hassan Chams a déclaré, lors de son entretien téléphonique avec le centre


« Skeyes » dimanche soir, « les autorités syriennes devraient avoir honte
d’elles-mêmes. Ce que j’ai dit jadis et ce que je continue de dire
actuellement de l’occupation syrienne dépassent largement les critiques
faites contre le régime totalitaire qui gouverne la Syrie. Bien que ces deux
régimes soient aussi mauvais l’un que l’autre, je n’ai jamais été convoqué
par les Israéliens et j’ai quitté Israël sans être humilié ou insulté. Et
d’ajouter, je n’ai jamais reçu de messages d’intimidation ou de menace sur
mon téléphone mobile, comme le fait en Syrie le régime « récalcitrant ».
Et d’ajouter « les propos et critiques faites sur les feuilles de discussion, les
chiffres, les vérités et les questions posées par Souheir Al Atassi auraient dû
être objet de discussion par le régime syrien ».
Chams qui a souhaité voir tout son rapport publié a affirmé « ils devraient
avoir honte après la destruction des radars syriens sur le Baydar (est du liban
– 2001) et le bombardement du camp de Ain Saheb et de Dair El Zour
(2008). Les autorités syriennes qui ont proposé des négociations aux
israéliens après que les avions de combat israéliens ont survolé leurs villes,
s’attaquent au peuple syrien pacifique par la répression, le terrorisme, la
brutalité les convocations et les arrestations ».
Shams a exprimé son regret sur les pressions exercées sur Souheir Al Atassi.
Il a déclaré « j’ai discuté hier (samedi) avec Souheir qui est convaincue de
ce qu’elle fait et qui est déterminée à refuser les ordres et les dictées du
régime, à se soumettre et à fermer le forum sur Internet. Elle a déjà préparée
sa valise et elle est prête à quitter la grande prison pour être incarcérée dans
la petite prison, avec fierté et arrogance ».
Selon Hassan Chams, « le crime de Souheir al Atassi, est d’aspirer à un pays
libre, digne de tous les syriens, un pays qui ne ressemble pas à la bande qui
le gouverne actuellement. Les derniers propos de Souheir furent « n’ayez
pas peur pour moi ».

Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org
Centre pour la liberté de la presse et de la culture

Fondation Samir Kassir, Immeuble Aref Saghieh (Rez-de-chaussée), 63, rue Sioufi, Achrafié, Beyrouth, Liban
Tel /Fax:00961 1 397334, cell: 00961 3 372717, Courriel: info@skeyesmedia.org

Centres d'intérêt liés