Vous êtes sur la page 1sur 1

Le Chant des Marais

Ce chant a t crit dans un des premiers camps de concentration situs en Allemagne.


Intitul Das Lied der Moorsoldaten (traduit en franais sous le titre de chant des Marais ), il
traduit la plainte des antifascistes et des juifs, premiers interns dans ces camps.
Pendant longtemps les auteurs de ce chant nous furent inconnus, mais dans un bulletin davril
1977, lAmicale de Mauthausen indique que ce chant est n au camp de Bgermoor en juillet-aot
1933. Le texte primitif fut crit par Johann Esser, il fut ensuite remani par Wolfgang Lanhoff ; ce
pome avait alors pour nom Bgermoorlied . Cest un autre dtenu, Rudi Goguel qui en composa
la musique.
Par la suite des dtenus dautres nationalits ladoptrent, cest alors quil connut des
variantes dans les paroles et les adaptations musicales.

(Version dite en 1946) (Version actuelle)

Loin vers linfini stendent Loin dans linfini stendent


Des grands prs marcageux Les grands prs marcageux
Pas un seul oiseau ne chante Pas un seul oiseau ne chante
Dans les arbres secs et creux. Dans les arbres secs et creux.

Oh ! terre de dtresse Oh ! terre de dtresse


O nous devons sans cesse O nous devons sans cesse
Piocher ! Piocher. Piocher.

Dans ce camp sinistre et sauvage, Dans ce camp morne et sauvage


Entour de murs de fer Entour de murs de fer
Il nous semble vivre en cage Il nous semble vivre en cage
Au milieu dun grand dsert. Au milieu dun grand dsert.

Oh ! terre de dtresse Oh ! terre de dtresse


O nous devons sans cesse O nous devons sans cesse
Piocher ! Piocher. Piocher.

Bruits des pas et bruit des armes Bruit de chanes, bruit des armes
Sentinelles jour et nuit Sentinelles jour et nuit
Et du sang, des cris, des larmes, Et quitter peur, et larmes
La mort pour celui qui fuit. La mort pour celui qui fuit.

Oh ! terre de dtresse Oh ! terre de dtresse


O nous devons sans cesse O nous devons sans cesse
Piocher ! Piocher. Piocher.

Mais un jour de notre vie Mais un jour dans notre vie


Le printemps refleurira Le printemps refleurira
Libert, libert chrie, Libre alors dans ma patrie
Je dirai : tu es moi. Je dirai tu es moi.

Oh ! terre enfin libre, Oh ! terre d'allgresse


O nous pourrons revivre, O nous pourrons sans cesse (bis)
Aimer ! Aimer - Aimer.