Vous êtes sur la page 1sur 8

D O S S IE R

H IS T O R IQ U E

D O S S IE R H IS T O R IQ U E La saga

La saga d’Eau & Rivières de Bretagne

1958 > Fondation de la Société pour l’Étude et la Protection de la Nature en Bretagne

(SEPNB), à l’initiative de Michel Hervé Julien et Albert Lucas. 1967 > Échouage du pétro- lier Torrey-Canyon sur les Côtes de la Cornouaille britannique : la Bretagne confrontée pour la première fois aux effets d’une «marée noire». 1968 > Publication par la SEPNB d’un « Pen Ar Bed» spécial saumon. Ce numéro spécial suscite de nombreuses réactions.

« Un souvenir ? Tant de souvenir se rejoignent, s’entremêlent, se complètent,se renvoient et se révèlent l’un l’autre,à l’image de ces tâches de couleur qui constituent la toile de l’impres - sionniste… Non, décidément,impossible d’en pri - vilégier un seul !» Jean-Claude Pierre, Président co-fondateur

tion pour la Protection et la Promotion du Saumon en Bretagne (APPSB). Pierre Phé- lipot en est élu Secrétaire général et Jean- Claude Pierre Président. 1970 > Publica- tion du n° 1 du bulletin de l’APPSB. • À l’appel de l’APPSB et des associations de

pêche locales premières manifestations contre la pollution de l’eau, au Faouët (56) six

cents personnes, à Sizun (29) quatre cents personnes contre des projets de piscicultures industrielles. Premiers chantiers de bénévoles sur l’Ellé, le Scorff et l’Élorn. • La promo- tion du nettoyage des rivières selon des méthodes «douces» vise à contrer les pratiques du «Génie rural» et celles des entreprises de travaux publics. • Quinze tonnes de poissons morts sont retirées de l’Aulne entre Chateauneuf du Faou et Chateaulin : l’APPSB com- mence à populariser son slogan «Quand le poisson meurt, l’homme est menacé». • Créa- tion en France du ministère de l’Environnement : le «Ministère de l’Impossible». Son pre-

mier titulaire, Robert Poujade, le

« Le 1 er chantier d'Eau & Rivières s'est fait début 69 à Pontulaire avec l'APP de Plouay. L'équipe s'est vite étoffée avec des gens très différents : ouvriers, médecin, architecte, cuisi - nier… » Marcel Le Coguic

« Saumon et truites de Bretagne et de Basse Normandie» revue trimestrielle. • L’APPSB interpelle la DDE du Morbihan

sur l’utilisation des herbicides le long des routes. • Elle révèle dans le n° 3 de sa revue les phénomènes d’érosion des sols provoqués par le remembrement. 1972 > Première «classe de rivière» organisée par P. Collobert. • Réunis à Pontivy sur le thème de la sauvegarde de l’environnement, les quatre Conseils généraux de Bretagne retiennent l’idée proposée par la SEPNB de conserver au moins un tiers du littoral vierge de toute construction… • Publication par l’APPSB du livre blanc : « Le saumon, richesse bretonne à développer » à l’occasion d’un colloque consacré à ce thème par l’association en collaboration avec la chambre de commerce de Lorient. • À l’initiative de la Fédération des Associations de pêche des Côtes-d’Armor, un industriel de Collinée est condamné à trois mois de prison ferme pour pollution répétée de la Rance par son abattoir. De nombreux maires de la

région s’élèvent contre ce jugement. • L’APPSB recueille sept mille signatures

contre un projet de pisciculture sur l’Ellé.

1969 > Fondation à Carhaix de l’Associa-

surnomme : «Ministère de l’impossible» !

1971 > Le bulletin de l’association devient

« Je garde un bon souvenir du travail que l’on avait mené au milieu des années soixante-dix sur le saumon avec le SNEXO et la «dévotion » d’un pêcheur aujourd’hui hélas disparu, je parle de Georges Huet et j’ai aujourd’hui une pensée pour lui» J.Y. Kermarrec

(APPSB), de Yves Le Cabellec (maire de Plouay), et d’Edmond Lacroix (Sous-pré- fet de Pontivy), d’une « Commission pour

l’aménagement et la protection du Scorff » dont découlera le Syndicat Intercommunal de la Vallée. • Avec le concours de J.C. Lefeuvre, Professeur d’écologie à la faculté des sciences de Rennes, l’APPSB engage une série d’actions d’information sur les consé-

1973 > Création à l’initiative de J.C. Pierre

1973 > Création à l’initiative de J.C. Pierre LIQUEURS DES PAPETERIES MAUDUITS OU AUTRES POLLUTIONS, ELLES

LIQUEURS DES PAPETERIES MAUDUITS OU AUTRES POLLUTIONS, ELLES NE SE CACHAIENT GUÈRE DANS LES ANNÉES 70.

ELLES NE SE CACHAIENT GUÈRE DANS LES ANNÉES 70. SUR LA MIGNONNE ET AILLEURS, LES TRENTE

SUR LA MIGNONNE ET AILLEURS, LES TRENTE GLORIEUSES SE VAUTRENT SANS GÊNE.

Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118 - 9

D O S S IE R

H IS T O R IQ U E

D O S S IE R H IS T O R IQ U E COURS D’EAU

COURS D’EAU ABANDONNÉ, UNE POÉSIE PEU APPRÉCIÉE PAR LA VIE PISCICOLE.

UNE POÉSIE PEU APPRÉCIÉE PAR LA VIE PISCICOLE. LE NETTOYAGE, UNE CHAÎNE HUMAINE CONTRE LE RENONCEMENT.

LE NETTOYAGE, UNE CHAÎNE HUMAINE CONTRE LE RENONCEMENT.

quences néfastes des plans d’eau et barrages qui se multiplient en Bretagne. • L’associa- tion fait obstacle au projet de création d’une importante «ferme marine» destinée à l’éle- vage du saumon à l’Île Grande sur la Côte de granit rose. Reprenant un article publié dans « Le Monde» le 22 septembre 1973, la revue de l’association dénonce l’utilisation crois- sante d’antibiotiques dans l’alimentation animale et, en particulier, dans les piscicultures

de truites. 1974 > L’APPSB rend publique une étude commanditée par l’Agence de Bas- sin « Loire-Bretagne » qui révèle que l’eau du Blavet se dégrade et que son principal affluent, l’Evel, est dans un état déplorable. • Une émission de télévision «La France défi- gurée» est consacrée pour la première fois aux actions de l’APPSB. 1975 > Durant l’été,

six cents jeunes participent à des nettoyages de rivières organisés sur la Sée, l’Élorn, le Steïr et le Scorff par l’APPSB et «Études et Chantiers». • Ces chantiers de jeunes vont se développer durant plusieurs années et contri- buer avec les opérations rivières propres à populariser le nettoyage des cours d’eau. •

L’APPSB crée un premier poste d’animateur permanent : il est confié à un jeune et actif militant de la vallée de l’Élorn : Jean-Yves Kermarrec. • Le lisier devient l’un des thèmes

récurrents dans tous les débats relatifs à l’environnement. Les chambres d’agriculture dénoncent «les condamnations arbitraires qui frappent l’agriculture… moderne» ! 1976 > Vote au Parlement de la «Loi sur la protection de la nature» et les installations clas- sées. • La sécheresse qui sévit révèle l’étendue des problèmes de l’eau en Bretagne. • De nombreuses rivières connaissent des mortalités de poissons. • L’APPSB édite un numéro

spécial : «Quel avenir pour nos rivières, quelle eau pour l’avenir». • Elle émet ses vingt propositions pour stopper la dégradation de l’eau. Deux d’entre elles sont particulière- ment avant gardistes : promouvoir les économies et mieux gérer les ressources naturelles à l’échelle des bassins versants. • L’association participe activement aux actions enga-

gées pour contrer les projets de barrages éla- borés par les DDA et DDE sur le Leff et le Trieux. 1977 > Première grande opération « Rivière propre». Elle est organisée sur le Leff (22) et réunit plus de cinq cent bénévoles. • Le n° 23 de la revue trimestrielle de l’associa-

tion est publié sous son nouveau titre : «Eau et Rivières de Bretagne». • Le Dr Berthault de Vitré crée un comité « Eau et Santé » au sein de l’APPSB. Une lettre circulaire est adres- sée à un millier de médecins bretons afin de les sensibiliser à la pollution par les nitrates, les pesticides, et les antibiotiques. Elle recevra… 12 réponses ! 1978 > Publication dans le n° 26 de la revue «Eau et Rivières de Bretagne» d’un important dossier sur les consé-

quences environnementales, sanitaires et sociales du modèle agricole productiviste bre- ton. • Le problème des nitrates et celui des pesticides y sont traités par J.C. Lefeuvre, alors

« Ils m'avaient invité un samedi soir à jouer mon Clown Agricole au bord de l'Ellé après un nettoyage de rivière. Ce soir-là, je retrouvais mon patronyme : celui de ma naissance. Qui aurait pu deviner la suite? » Jean Kergrist

«Sur les chantiers du dimanche matin, ce qui marquait c'était l'état d'esprit, la bonne camaraderie, les casse-croûte mémorables, le repas annuel. Quel que soit le temps, nous étions là, fallait y croire et nous avons eu la chance de ne pas avoir d'accident!» Marcel Bourhis

secrétaire général de l’association. • Échouage du pétrolier Amoco Cadiz nouvelle marée noire catastrophique sur les côtes du nord de la Bretagne. • Le scandale provoqué par cette pollution contribue fortement à l’éveil de la conscience écologique des Bre- tons. • Par arrêté du 11 juillet, l’APPSB - Eau

& Rivières de Bretagne est agréée au titre de la protection de la nature. • Vive contro- verse à la télévision dans le cadre de l’émission «Question de temps», entre le président de l’APPSB et le Ministre de l’environnement, celui-ci s’efforçant de minimiser la pollu-

« On était récompensés par la nature : une fois on a vu 11 saumons en même temps dans le Scorff, et compté jusqu’à 200 frayères ! Quelle satisfaction de voir cela grâce aux nettoyages et quelle vie dans la rivière il y a seulement 20 ans! » Pierre Cyrille

10 - Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118

D O S S IE R

H IS T O R IQ U E

tion en Bretagne. 1979 > En juillet sept cents bénévoles se retrouvent sur le cours infé- rieur de l’Élorn pour une vaste opération «Rivière propre». • Le 19 octobre 1979 le quo- tidien Ouest-France révèle des taux de nitrates dépassant les 100 mg/l dans l’eau distri-

buée par certaines localités du Nord Finistère. • Fermeture pour cause de pollution par les nitrates, d’une unité d’embouteillage d’eau de source à Langoat (22). • 1 er congrès de

l’APPSB à Lorient à l’occasion du 10e anni- versaire de sa fondation sur le thème : «Quel avenir pour nos rivières - Quelle eau pour l’avenir ? ». 1980 > L’association participe très activement aux débats sur l’énergie et aux manifestations organisées contre le projet de création de la centrale nucléaire de Plogoff. •

pari impossible, pari tenu après 20 ans d'ef - forts constants. » Évelyne Maho, Administratrice

« J'avais 17 ans, j'ai découvert l'utopie qui rassemble des personnes de tous horizons et de tout âge pour donner vie à des milliers de km de rivières et contrer les pelleteuses :

Elle créée un second poste d’animateur permanent. Il est confié à Gilles Huet, militant de

la vallée du Trieux. • La directive européenne du 15 juillet 1980 stipule que la teneur maximale en nitrates de l’eau destinée à la consommation humaine est fixée à 50 mg/l.

Elle précise que cette teneur devrait se rapprocher d’une valeur guide située à 25 mg/l. 1981 > L’association se mobilise dans les quatre départements bretons pour améliorer les projets de cartes d’objectifs de qualité des eaux superficielles. • En juillet, le ministre de l’Environnement, M. Crépeau, se rend en baie de Lannion envahie par les marées vertes et sur le Léguer où il visite les chantiers de nettoyage menés par Eau & Rivières. • Il se rend aussi à Guerlesquin où de nombreuses actions sont engagées contre la pollution du Guic (22) par les abattoirs de volailles Tilly. • Le n° 37 de la revue de l’association Eau & Rivières est intitulé : «La Bretagne malade de l’eau». La gravité de la pollution par les nitrates et la responsabilité du modèle agricole productiviste y sont dénoncées avec force. L’association dénonce le laxisme dans l’élaboration par l’administration des cartes d’ob- jectifs de qualité ainsi que les pressions exercées par les DDA et les chambres d’agricul- ture. • Elle s’oppose à la création d’un barrage sur le cours de l’Aulne. Cet ouvrage, pré- senté comme une nécessité pour l’alimentation en eau potable de la population est en réalité prévu pour alimenter en eau la fabrique à béton nécessaire à la création de la cen- trale nucléaire de Plogoff! 1982 > Le n° 43 de la revue publie un dossier «Eau et Santé». L’association dénonce déjà le dysfonctionnement des Conseils Départementaux d’Hy- giène (CDH) qui se comportent comme de simples chambres d’enregistrement et dans les- quels la sur-représentation du monde agricole pose problème. • Un rapport de la DDASS

des Côtes-d’Armor révèle qu’ : «un nombre important de captages se situant entre 40 et 50 mg/l de nitrates sont susceptibles d’at- teindre le seuil des 50 mg/l dans un proche avenir.» 1983 > L’APPSB modifie ses statuts et devient l’association «Eau et Rivières de Bretagne ». • Agissant de concert avec Truites-Ombres-Saumons (TOS), Eau & Rivières obtient la double condamnation de l’État pour carences graves dans les dossiers

« Au début des années quatre-vingt, la COGEMA voulait ouvrir des mines d’ura - nium du côté de Neuillac. On décide de se faire passer pour des journalistes et quand ces messieurs de la capitale en ont eu fini de leur brillant exposé, on a sorti notre batte - rie de questions et de vérités et on a mis à mal leur argumentaire lénifiant. Un bon coup comme ça on s’en souvient des années après » Pierre Le Padellec, Président

de pollution du Guic par les abattoirs Tilly de Guerlesquin et du Léguer par la pisciculture Le Houerou. • Pour la première fois l’asso- ciation est représentée dans les instances consultatives du CDH (56) et du conseil écono- mique et social régional. • Le ministre de l’Agriculture débloque trente millions de francs pour le lancement de deux opérations pilotes de lutte contre les nitrates en Bretagne. Le gouffre financier ne cesse depuis de s’agrandir… • Le Blavet atteint les 50 mg/l de

de s’agrandir… • Le Blavet atteint les 50 mg/l de MANTEAU BLANC OU LINCEUL ? LES

MANTEAU BLANC OU LINCEUL ?

Le Blavet atteint les 50 mg/l de MANTEAU BLANC OU LINCEUL ? LES HISTOIRES D’AMOUR NE

LES HISTOIRES D’AMOUR NE FINISSENT PAS TOUJOURS MAL, …, EN GÉNÉRAL.

Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118 - 11

D O S S IE R

H IS T O R IQ U E

D O S S IE R H IS T O R IQ U E DE L’INFO

DE L’INFO TOUJOURS DE L’INFO.

S IE R H IS T O R IQ U E DE L’INFO TOUJOURS DE L’INFO.

LE MANGE BOÎTE A T-IL FRAPPÉ ? LA LEÇON DE RIVIÈRE DEVIENT À LA MODE.

12 - Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118

nitrates. • Première action juridique de l’association contre un projet de décharge d’or- dures sur une zone humide du Nord Finistère. • Signature par Mme Bouchardeau, ministre de l’Environnement, du Contrat de rivière du Trieux initié par Eau & Rivières ;

c’est le troisième de France. À cette occasion les agriculteurs de la FDSEA manifestent et accusent l’État de vouloir durcir la législation sur l’eau et de contrarier le développement agricole. 1984 > La Cour d’Appel de Rennes condamne sept industriels de Bannalec pour pollution du Ster Goz; il reçoit la constitution de partie civile de l’association de pêche

de Bannalec présidée par Youenn Landrein. • 2 e congrès d’Eau & Rivières à l’occasion du 15 e anniversaire de sa fondation, sur le thème : «Des rivières propres pour une éco- nomie saine». 1985 < Publication d’un dos- sier spécial : « L’eau, les pesticides et la santé». • Pierre Le Padellec devient président de l’association Eau & Rivières. • Signature

par Mme Bouchardeau, du «Contrat de rivière Aven» également initié par Eau & Rivières. • Gilles Huet, représentant des associations au CDH (22) adresse un rapport sur le fonc- tionnement de cette instance, son laxisme en matière de création d’élevages industriels, l’insuffisance dramatique du nombre d’inspecteurs des installations classées. • Eau & Rivières édite en français et en breton «Le grand voyage de Eog le saumon», petit livre conçu pour les enfants. 1986 > Le n° 55 de la revue titre : «Lisier : menace sur nos estuaires», et dénonce la concentration qui s’amplifie dans la filière porcine. • Tcherno- byl. • Michel Saffre succède à Pierre Le Padellec à la Présidence d’Eau & Rivières. • Quelque trois mille personnes opposées à l’extension des grands élevages industriels notamment celui de la SA Gourvennec se retrouvent à Hanvec (29). 1987 > Publication

d’un numéro spécial de la revue Eau et Rivières : « L’eau, les nitrates et la santé». • Ins- tallation à Belle-Isle-en-Terre du «Centre d’Initiation à la Rivière». • Gilles Huet est exclu par le Préfet du CDH (22). Motif : il ne respecte pas… son devoir de réserve! • Cent cinq communes du département des Côtes-d’Armor distribuent une eau dont la teneur en nitrates est supérieure à 50 mg/l. 1988 > Youenn Landrein succède à Michel Saffre à la Présidence de Eau & Rivières. • Jean-Claude Pierre, secrétaire général d’Eau & Rivières, au CESR présente « L’eau, enjeu économique

majeur». • Ce rapport, adopté à l’unanimité, propose dix mesures pour redresser une situation qui ne cesse de se dégrader. • Une mission d’inspection du ministère de l’Envi- ronnement fait le point sur l’application des lois et règlements en matière d’élevage indus- triel en Bretagne. • Elle conclut à la défaillance des comportements des élus, des responsables professionnels et des services de

l’État. • Quelques soixante actions contentieuses sont engagées par Eau & Rivières devant diverses juridictions. 1989 > Fermeture, pour pollution par les nitrates, d’une unité d’em- bouteillage de l’eau distribuée sous la marque Kattel-Roc à Lizio (56). • Sévère pollution de l’Aulne, quelques trois cents saumons morts sont retirés de la rivière à Chateaulin. • Sept mille jeunes Bretons venant de trois cent quatre-vingts classes participent au concours «Vive l’eau» organisé par Eau & Rivières. • L’association participe activement aux actions menées contre un projet de création de barrage sur le cours supérieur de l’Aulne à Lemezec. • 3 e congrès à Lorient, à l’occasion du 20 e anniversaire de la fonda- tion de l’association sur le thème « L’eau, la santé et la vie». 1990 > Les cas de pollution

première saison de pêche à la mouche. Je discute avec un moucheur, barbu, châtain, 30 ans, 2 enfants et adhérent à l’APPSB. Ma décision est prise, j’adhère à l’association. Cet engagement décidera d’une bonne par - tie de ma vie. Lira-t-il ces lignes ? S e sou - viendra-t-il de cette rencontre à l’aval de la D 788 ?» Stéphane Kerbol

« Guillec, juil 80, Berven : à 20 ans, c’est ma

« Les échanges avec les Québécois de la rivière Rimouski en 1986 donnaient déjà une dimension planétaire à notre combat breton! Quel formidable espoir de constater que de part et d’autre de l'Atlantique, des hommes et des femmes se mobilisaient pour sauver leur rivière!» Gilles Huet, Délégué Général

D O S S IE R

H IS T O R IQ U E

de ruisseaux par les herbicides se multiplient, le n° 73 de la revue publie un important dossier sur l’utilisation des pesticides dont l’usage se banalise : elle y dénonce une nou- velle forme de religion; «faire propre» à tout prix. • Emboîtant le pas au Morbihan, le Finistère et les Côtes-d’Armor mettent en place un «Observatoire départemental de l’eau». • Le «Plan Barnier», du nom du ministre de l’Environnement, adopté par l’Assemblée

nationale, prévoit pour les dix ans à venir une réduction significative des pollutions azotées d’origine agricole. • Le conseil régio- nal de Bretagne lance le programme « Bre- tagne Eau Pure». • La Direction régionale de

l’Agriculture élabore pour la Bretagne un «Schéma Régional d’Aménagement des Eaux Potables » ; ce schéma fait la part belle aux solutions technocratiques et curatives. Eau & Rivières et la SEPNB conviennent de renforcer leur coopération afin de l’infléchir dans un sens plus environnemental. • Une campagne d’analyses des teneurs de l’eau en pesti- cides révèle des contaminations extrêmement préoccupantes : 92 % des échantillons d’eau brute analysés dépassent la norme européenne. 1991 > Plainte de l’association Eau & Rivières pour épandage par hélicoptère de produits phytosanitaires sur une parcelle incluse dans le périmètre de protection d’un captage d’eau potable. Le Tribunal de St Brieuc condamne le contrevenant à une amende de… deux cent cinquante francs! • Une délégation de Eau & Rivières est reçue à Bruxelles. • On lui confirme que «La production intensive est un crime contre l’environnement ». • Eau & Rivières complète cette démarche en adressant un rapport à Jacques Delors, alors président de la Commission Européenne. • Signature du «Contrat de vallée du Scorff» par Brice Lalonde, ministre de l’Environnement. • Pour favoriser l’irrigation des cultures légumières, la DDA du Morbi- han prévoit d’implanter un barrage sur le haut Ellé. • L’association obtient, avec le concours des associations locales de pêche, l’abandon du projet. 1992 > La France se dote d’une nouvelle «Loi sur l’eau» qui complète celle de 1964. • Eau & Rivières dénonce qu’elle fasse l’impasse sur les pollutions d’origine agricole. • La FNSEA se flatte d’avoir

fait reculer le gouvernement sur ce point pré- cis. • Le CEDAPA publie le remarquable ouvrage d’André Pochon, « Du champ à la source », qui démontre, preuves à l’appui, qu’il est possible, en agriculture, de produire sans polluer. • Eau & Rivières est officielle- ment agréée comme association de défense des consommateurs. • Suite aux vigoureuses

actions d’Eau & Rivières qui dénonce les désastres provoqués par le remembrement, le conseil général d’Ille-et-Vilaine élabore douze propositions visant à mieux intégrer les contraintes environnementales et, en particulier, les équilibres hydrobiologiques, grave- ment mis à mal. • Le volume d’algues vertes qui s’échouent sur la côte bretonne ne cesse d’augmenter. Le phénomène touche maintenant la côte sud du Finistère et celle du Mor- bihan. • Le Syndicat Mixte de l’Arguenon qui dessert cent treize communes de l’est des Côtes-d’Armor inaugure «la plus grande usine d’Europe de dénitratation». • Le 5 février, Eau & Rivières informe la Commission européenne» de l’absence de programme de recon- quête de la qualité de l’eau du Leff, de l’Ic, de l’Horn, du Gouessant et de l’Arguenon». • Cette information est enregistrée par la Commission comme une plainte contre la France. 1993 > Sur deux cent soixante-dix captages d’eau souterrains utilisés pour l’alimentation en eau potable du Finistère, seuls quatre ont fait l’objet de l’instauration complète de péri- mètres de protection prévus par… la loi de 1964 sur l’eau. 1994 > La Bretagne est la seule région française entièrement classée «zone vulnérable» pour la pollution de la ressource

« 7 000 gamins qui planchent sur le concours «Vive l’eau» en 89, à coup sûr un grand pas pour la protection des milieux aquatiques.» Youenn Landrein, Président

« Un fait marquant, la sortie de l'article sur le remembrement dans Sciences et Vie. (juillet 92) Cet article a démontré la valeur de nos arguments. Un fait plus particulier la location d'un avion pour prendre des photos du remembrement de Plélan le grand, nous avions les preuves du massacre.» Jean-Yves Morel

nous avions les preuves du massacre.» Jean-Yves Morel « JOUER À LA MARCHANDE, D’ACCORD MAIS PAS

« JOUER À LA MARCHANDE, D’ACCORD MAIS PAS AVEC AUTANT D’SALADE »

LA MARCHANDE, D’ACCORD MAIS PAS AVEC AUTANT D’SALADE » LE GRAND CLASSIQUE DES ANNÉES 90. Eau

LE GRAND CLASSIQUE DES ANNÉES 90.

Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118 - 13

D O S S IE R

H IS T O R IQ U E

D O S S IE R H IS T O R IQ U E REMEMBREMENT ET
D O S S IE R H IS T O R IQ U E REMEMBREMENT ET

REMEMBREMENT ET DRAINAGE DEUX FLÉAUX QUI AVANCENT INSIDIEUSEMENT.

en eau par les nitrates. Le CESR adopte un nouveau rapport de Jean-Claude Pierre : «L’en- vironnement, enjeu économique, social et culturel majeur ». • Trois maires d’Ille-et- Vilaine sont condamnés par le Tribunal Correctionnel de Rennes pour pollution des eaux. Cette première nationale suscite de nombreux remous chez les élus, toutes tendances politiques confondues. • Le Tribunal de St-Brieuc fait suite à la requête de trente-six consommateurs de Trégueux qui ont assigné la Compagnie Générale des Eaux. Il leur attribue une somme équivalent à l’achat de deux bouteilles d’eau par jour de dépasse- ment de la norme des 50 mg/l dans l’eau distribuée par la compagnie. • Eau & Rivières demande le démantèlement du barrage de Kernansquillec édifié en 1920 sur le Léguer.

1995 > Eau & Rivières publie et diffuse à l’en- semble des élus locaux de Bretagne, un dos- sier sur «les économies d’eau». • Soixante et onze cantons de Bretagne sont classés en Zones d’Excédent Structurel (ZES) en matière d’effluents d’élevages. • M. Barnier ministre de l’Environnement, contre l’avis du «Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France »,

accède aux revendications du lobby productiviste breton et accepte de réduire les limites de distances vis-à-vis des tiers pour l’épandage du lisier. • Pierre Ursault devient Prési- dent de l’association. • En Bretagne, la culture du maïs concerne 487000 ha, soit le quart de la Surface Agricole Utile (SAU). • Cent cinquante consommateurs de la région de Guingamp assignent avec succès la Lyonnaise des Eaux devant le Tribunal d’Instance au motif que cette société distribue une eau dont la teneur en nitrates dépasse les 50 mg/l. 1996 > Le scandale de «la vache folle» révèle au grand jour les pratiques de l’élevage industriel. • Le tribunal administratif de Rennes suspend, à la demande de Eau & Rivières, les travaux de remembrement d’Iffendic (35). • Eau & Rivières organise à Guingamp un colloque sur «Le saumon, richesse bretonne à préserver et à développer», suivi par trois cent cinquante personnes. • Des recherches révèlent d’importantes pollutions des eaux de pluie par… les pesticides. • Eau & Rivières s’associe au collectif Eau pure des Côtes- d’Armor pour lancer une opération de boycott partiel des factures d’eau. Cette opération mobilise plus de 2000 foyers. • Le Docteur L’Hirondel publie un livre et engage une cam- pagne visant à démontrer l’innocuité des nitrates. Il est pour cela soutenu par «l’Institut de l’Environnement», une association où sont largement représentées les firmes agro- alimentaires et les tenants du productivisme. • La réaction d’Eau & Rivières conduit les autorités sanitaires et scientifiques nationales et régionales à dénoncer la supercherie. • Le barrage de Kernansquillec sur le Léguer est démoli comme le premier ministre en avait fait l’annonce à Eau & Rivières. • Le ministre de l’Agriculture fait marche arrière : il ré- autorise l’utilisation du Dinoterbe un herbicide utilisé sur le maïs quelques jours après

l’avoir interdit. • Cette décision lamentable est «justifiée» par la nécessité «d’écouler les stocks» ! • Corinne Lepage, ministre de l’Environnement adresse aux préfets bretons une

instruction leur demandant un arrêt des extensions d’élevages dans les ZES. • Elle invite les Préfets à privilégier les politiques de prévention et à favoriser les évolutions éco- nomiques qui s’intègrent dans un développe- ment durable. 1997 > L’équipe permanente

d’Eau & Rivières passe de 8 à 12 salariés. • L’association édite le numéro 100 de sa revue dont l’éditorial est signé de Dominique Voynet, toute nouvelle ministre de l’Aménage-

ment du territoire et de l’environnement. • GASPIDO, jeu pédagogique sur le thème des économies d’eau est créé par l’association et utilisé dans les écoles de Lorient, Quimper

«Découvrir pour la première fois, grâce à quelques militants, des frayères de saumons sur le Scorff, fût un moment enthousias - mant. Je garde d’ailleurs pour ces personnes beaucoup d’affection» Marylise Desbois, Secrétaire/comptable

« En 1991, la petite équipe de bénévoles de l'époque se mobilise pour l'arrêt de la des - truction massive du bocage en Ille-et- Vilaine. Ces actions font prendre conscience aux associations et à l'opinion publique de l'importance du paysage dans la protection de la ressource en eau.» Joël Le Bourdellès

la protection de la ressource en eau.» Joël Le Bourdellès GASPIDO UN OUTIL PÉDAGOGIQUE MADE IN

GASPIDO UN OUTIL PÉDAGOGIQUE MADE IN ERB.

14 - Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118

D O S S IE R

H IS T O R IQ U E

et Brest. • Le conseil général d’Ille-et-Vilaine, la chambre d’agriculture et le préfet de ce département signent avec Eau & Rivières une convention de partenariat sur la politique d’aménagement foncier. • Avec cinq autres mouvements, l’association crée COHÉRENCE

un réseau régional qui rassemble des organi- sations de producteurs agricoles, des associa- tions de consommateurs et de protection de la nature pour promouvoir le développement durable. • Première condamnation à de la prison ferme pour un éleveur industriel de

porcs en infractions répétées. • Première action pédagogique menée à l’échelle d’un bas- sin-versant : «À l’école du Léguer». • Des études scientifiques révèlent que l’air breton est contaminé par des pesticides. • La commission européenne donne une suite favorable à la plainte adressée par l’association en 1992 contre la pollution des eaux bretonnes par les nitrates. • La commission considère que la France n’a pas respecté les obligations qui lui incombaient et a donc adressé un avis motivé aux autorités françaises. • 1998 > Publi- cation de la circulaire Voynet - Le Pensec visant à limiter les extensions des élevages hors-sols en ZES. • Condamnation de Jean-Jacques Riou (président du marché du porc Breton), à deux mois d’emprisonnement avec sursis pour extension illégale de son éle- vage porcin. • Le Colloque « L’eau, les pesticides, la santé » organisé par Eau & Rivières rassemble à Quéven (56) trois cents participants. • Cinq mille personnes manifestent à

Binic (22) pour réclamer «une eau pure des sources à la mer». • L’utilisation de deux her- bicides, l’atrazine et le diuron, est réglementée dans les départements bretons. • Le Centre Régional d’Initiation à la Rivière est installé dans ses nouveaux locaux, au sein du Châ- teau rénové de Lady Mond, en plein cœur de Belle-Isle-En-Terre et en bordure du Guer.

• Ouverture du site internet de l’association à l’adresse : http://assoc.wanadoo.fr/erb

Eau & Rivières fait annuler les trois arrêtés Barnier de 1995 libéralisant les distances

d’épandages. 1999 > Plus de huit mille per- sonnes, manifestent à Pontivy pour une agri- culture durable à l’appel du réseau Cohérence et des principales organisations régionales de protection de la nature, de défense des consommateurs, et de syndicats paysans. • Eau & Rivières rend publics les résultats d’une enquête régionale qui montre que la plupart des hypermarchés bretons ne respectent pas

les règles de délivrance des pesticides à usage domestique à base de diuron. • Adoption de la Loi d’Orientation Agricole présentée par le ministre breton de l’Agriculture Louis Le Pensec. • Cette loi instaure les Contrats Terri- toriaux d’Exploitation (CTE) dont l’objectif est notamment de permettre, moyennant l’at- tribution d’aides aux exploitants, la mise en œuvre de pratiques environnementales per- formantes en agriculture. • Le 29 juillet le journal Le Monde titre « La Bretagne échoue dans sa reconquête de l’eau ». • Un record de contamination des eaux par l’atrazine, désherbant du maïs, est atteint sur l’Arguenon (22) avec 43 µg/l, soit quatre cent trente fois la norme! • Eau & Rivières dénonce l’anarchie de la gestion des eaux souterraines et des forages et les risques de dégradation de cette ressource relativement préservée jus- qu’alors. • Eau & Rivières fait son entrée dans les quatre Commissions Départementales d’Orientation Agricole (CDOA) de Bretagne dans le but de suivre la mise en place des CTE.

• À Huelgoat (29) et sur plusieurs communes des Monts d’Arrée, les défenseurs de l’envi-

ronnement et les élus locaux s’opposent au projet d’épandage de boues industrielles de l’abattoir Tilly. • Avec une douzaine d’autres associations de la vallée du Scorff, Eau &

« 1989 l’Aber Ildut couverte de fioul et de sang. Je me souviendrai toujours de voir le directeur de l’abattoir (élu local) changer de tête et blêmir à l’énoncé des accusations et des peines encourues» Raymond Léost, Vice-Président

« Quelle chance nous avons eu de partager cette aventure humaine. Prenez, en mai 95, 500 élèves avec leurs professeurs et tout le personnel du Lycée du Porzou de Concar - neau entrain de nettoyer les ruisseaux côtiers de Nevez. Une opération remar - quable organisée par Gilbert Duigou. Tous ces gosses à pique-niquer sur la plage, quelle image incroyable» Simone et Pierre Ursault, Président

image incroyable» Simone et Pierre Ursault, Président PLUS DE 400 AFFAIRES JURIDIQUES GAGNÉES. BINIC 98, L’EAU

PLUS DE 400 AFFAIRES JURIDIQUES GAGNÉES.

Président PLUS DE 400 AFFAIRES JURIDIQUES GAGNÉES. BINIC 98, L’EAU VA MAL, LES BRETONS SONT DANS

BINIC 98, L’EAU VA MAL, LES BRETONS SONT DANS LA RUE.

Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118 - 15

H IS T O R IQ U E

H IS T O R IQ U E QUI A DIT QUE LE ROUND UP N’ÉTAIT

QUI A DIT QUE LE ROUND UP N’ÉTAIT PAS DANGEREUX ?

IQ U E QUI A DIT QUE LE ROUND UP N’ÉTAIT PAS DANGEREUX ? SONT-CE VRAIMENT

SONT-CE VRAIMENT LES CHEVEUX DE MORGANE ?

16 - Eau & Rivières Janvier 2002 N° 118

Rivières conteste le projet de régularisation de deux importantes piscicultures indus- trielles étendues illégalement sur le Scorff. • Colloque organisé par Eau & Rivières à Carhaix (29) sur le thème « L’agriculture durable, une chance pour l’eau en Bretagne ». • Naufrage sur les côtes bretonnes du pétrolier «Erika » et nouvelle marée noire. 2000 > Le nouveau Centre Régional d’Initiation à la Rivière est inauguré à Belle-isle-En-Terre. • Publication du rapport d’inspection interministérielle sur le Programme de Maîtrise des

Pollutions d’Origine Agricole. Le rapport dénonce un bilan décevant, une construction juridique vulnérable, l’inapplication du prin- cipe pollueur-payeur, et l’impact environne- mental incertain du programme. • L’assem- blée générale tenue à Pontivy révèle un

conflit interne : si les rapports d’activité et financiers sont approuvés par l’assemblée,

celle-ci rejette le rapport moral. La plupart des administrateurs en poste démissionnent. Une nouvelle équipe se met en place. • Le nouveau conseil d’administration élit à sa pré- sidence Armand Jolivet et accepte que Thierry Quéré anime une mission de médiation. • Des milliers de bretons manifestent à Quintin pour s’opposer à l’enfouissement des déchets nucléaires. • Nature morte au glyphosate : Eau & Rivières dénonce dans les médias l’usage croissant des herbicides, et notamment du «Round-Up». Jean-François Piquot, membre d’Eau & Rivières, et l’Association de défense des 4 cantons (Ille-et- Vilaine) publient un ouvrage critique sur le fonctionnement du conseil départemental d’Hygiène de ce département. • Sur proposition du groupe de médiation le conseil d’ad- ministration d’Eau & Rivières est renouvelé et Henri Girard est élu président. • Un mil-

lier de personnes manifestent à Milizac (29) pour protester contre le projet d’installation

sur la commune d’une usine de traitement collectif des lisiers de type SEVESO 2. • L’association intervient près du tribunal administratif de Rennes pour appuyer l’ac-

tion de l’État et le préfet du Finistère. • La revue de l’association publie les résultats tenus secrets d’un sondage commandé par le conseil régional sur les Bretons et l’eau. • Ce son- dage confirme que les habitants de la région boudent l’eau du robinet et ne font guère confiance aux politiques publiques pour régler le problème de la pollution. • Le préfet du Morbihan, suite à l’opposition des usagers de la vallée du Scorff et à l’avis négatif du conseil départemental d’Hygiène, rejette la demande de régularisation de la pisciculture de Pont Callec’k. • De très fortes précipitations occasionnent de gravissimes inondations en Bretagne. 2001 > À l’issue d’une longue et belle année, une fois de plus riches en émo- tions, Eau & Rivières vous souhaite une bonne et heureuse année 2002 écologiquement saine et viable. Pour ce dossier, il était difficile de faire un choix entre les nombreux acteurs de l’histoire d’Eau & Rivières tant la richesse humaine a caractérisé cette trentaine d’années. Nous souhaitions cependant illustrer cette diversité qui fait le monde associatif. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de ne faire figurer que quelques personnes. Aux autres nous demandons un peu d’indulgence.

« Mon meilleur souvenir ? Le Congrès d’ERB le 28 janvier 2001 : une journée de convivialité. J’étais soulagé et heureux. » Henri Girard, Président en exercice

« Après 12 ans de travail pédagogique, l'inauguration du Centre Régional et de son aquarium a vraiment été vécu avec une cer - taine émotion par l'équipe du Centre Régio - nal d’Initiation à la Rivière.» Vincent Lefebvre, Directeur du Centre