Vous êtes sur la page 1sur 23

Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français : étude quantitative et comparative

Heather Burnett Université de Toulouse-Le Mirail heather.susan.burnett@gmail.com

Patrick Caudal CNRS & Université Paris-Diderot pcaudal@linguist.univ-paris-diderot.fr

Michelle Troberg Université de Toronto michelle.troberg@utoronto.ca

Contexte : Programme de recherche

1. Quels facteurs (morpho-syntaxiques et sémantiques) déterminent le choix de l’auxiliaire en ancien français ? En quoi ces propriétés diffèrent-elles de celles en français contemporain ?

2. Quand et comment le système d’ancien français change-t-il ? Y-a-il une corrélation entre le changement dans le système d’auxiliaires en ancien français et d’autres changements dans la langue ?

Ici focus sur 1.

1.1 Etat de l’art

(Foulet 1963 : 100-101) 1

Le participe passé se construit soit avec l’auxiliaire estre, soit avec l’auxiliaire avoir. Entre les deux cas on fait en général la même distinction qu’aujourd’hui. L’usage n’a guère varié que pour quelques verbes. Signalons particulièrement qu’on trouve aller tantôt avec estre, tantôt avec avoir, et cela dans les mêmes œuvres, parfois à quelques vers d’intervalle :

Li

palefrois qui engrés

fu

d’aller la ou il devoit

a tant alee s’ambuleüre que venuz est grant aleüre

au

chief de cele forest grant

(V.P., 1098-1103)

Li

vairs palefrois a droiture

i est alez, qui le gué sot.

(V.P., 1106-7)

Trois facteurs linguistiques qui semblent être importants en ce qui concerne le choix de l’auxiliaire : 1) la classe verbale ; 2) la télicité ; 3) l’agentivité du sujet (voir notamment Sorace, 2000; Legendre and Sorace, 2003).

1 Anglade (1931), Moignet (1973), Togeby (1974) en font également mention, mais de façon très sommaire. Buridant (2000) est le premier de l’aborder en détail, suivi par Dupuis et Dufresne (sous presse) et nous nous y appuyons largement. Certaines parties de cette communication étaient présentées dans Burnett (2014).

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

2

(1)

a. Tant ont alé qu’il vinrent a la chit de Navers

(Aiol, 8176)

‘Ils ont tant cheminé qu’ils atteignent la cité de Nevers.’

 

b. E Bertram est al governail alé.

(ChGuill: 121)

(2)

‘Et Bertrand s’est précipité au gouvernail.’ a.Tant a venu De la gent qu’ele a retenu

(Rutebeuf, Grieches d’ été, 27-28)

‘Il est tellement venu de gens qu’elle a pris à son service.’

 

b.

Et dedenz ces.VIII. jorz furent venu tuit li vaissel et li baron (Villehardouin1, p.128) ‘Et dans ces 8 jours, tous les navires et les barons sont venus’

(3)

a.Tant a coru et porchacié

(Renart 7: 10)

 

b.Mais

tot li chevalier ensamble i sont coru por lui rescorre.

(Vengeance

(4)

Raguidel, 33) a. Et quant il avoit tant volé que toz li monz le tenoit a merveille

(Queste: 131)

b. a la terre est volés.

(Roman d’Alexandre, br.3, 92)

Notre propos : le système d’auxiliaire est sensiblement différent en ancien français qu’en français moderne et qu’il ne s’agit pas de « quelques verbes » - mais de propriétés générales/facteurs généraux gouvernant la distribution de être et avoir avec les V.

Le présent travail vise à établir, par une étude de corpus, les conditions exactes de l’alternance entre les auxiliaires être et avoir, entre la fin du 12ème siècle et le début du 13ème siècle. Notre corpus, composé de textes tirés dans la Base du Français Médiéval (BFM, http://txm.bfm-corpus.org/), nous a permis d’extraire près de 1,200 occurrences de temps composés (PC, PA, PQP) en ancien français. Ces occurrences ont été classées selon les critères suivants : (a) valence (la réflexivité et transitivité sont les principaux critères retenus) ; (b) actionalité (le caractère agentif ou contrôleur de l’argument sujet, mais aussi et plus généralement les rôles sémantiques associables aux différents arguments du verbe) (c) classe flexionnelle du verbe et (d) interprétation aspectuelle de l’énoncé en contexte (y compris par ex. les effets de coercion aspectuelle). (d) tiendra non seulement compte de l’aspect en tant que type de procès (croisant des paramètres désormais classiques de l’Aktionsart, en particulier télicité, dynamicité, scalarité (au sens de Kennedy (2012)), atomicité (en gros la « ponctualité ») – ce qui nous donne une douzaine de classes aspectuelles distinctes), mais aussi des effets de sens aspectuels liés au temps verbal (par exemple, lectures inchoatives vs. duratives), aux adverbiaux aspectuo-temporels et au contexte (itération, habitualité…).

1.2 Le français moderne

En français contemporain, la classe verbale détermine d’emblée le choix de l’auxiliaire ; les réfléchis et un ensemble restreint de verbes intransitifs sélectionnent l’auxiliaire être (aller, venir, etc.), tandis que le reste sélectionnent l’auxiliaire avoir. Suivant Grevisse (1969) :

être : tout verbe pronominal

o

Il s’est rasé.

o

Elle s’est évanouie.

o

La maison s’est vendue très vite.

être : un ensemble de verbes intransitifs exprimant un mouvement ou un changement d’état

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

3

o aller, arriver, décéder, devenir, échoir, éclore, entrer, mourir, naître, partir, repartir, rentrer, rester, retourner, sortir, tomber, venir, revenir, parvenir, survenir

avoir : le reste des verbes

Beaucoup de variation pour les verbes intransitifs qui prennent être comme auxiliaire. 2

Dans certains cas, on constate des facteurs (par exemple, la fréquence et l’analogie) qui conditionnent l’usage d’avoir à sa place (voir Burnett 2014 et les références qui y figurent).

Cependant, la variation dans le choix de l’auxiliaire en français moderne n’est pas catégorique. 3

(5)

Je suis revenu–j’ai revenu à seize ans, j’ai revenu à Ottawa. (055/153) Ottawa-Hull Corpus (Willis 2000)

1.3

L’ancien français

(Buridant 2000) : trois propriétés déterminent le choix de l’auxiliaire en ancien français.

1) La valence du verbe : les réfléchis prennent être, et les transitifs favorisent avoir ;

2) l’interprétation aspectuelle du verbe : lorsque l’atteinte du terme du procès est mise en avant, être serait sélectionné, tandis que lorsque la durée du procès est mise en avant, avoir serait sélectionné ;

3) l’agentivité/sujet animé: le sujet inanimé favorise l’auxiliaire être.

(Burnett 2014) suggère en effet que la télicité du verbe aurait joué le rôle le plus important

Rapprocherait l’ancien français, par exemple, de l’italien moderne ; voir Sorace (1993), Legendre and Sorace (2003).

(6)

a.

Tant ont alé qu’il vinrent a la chit de Navers

(Aiol, 8176 ; B. 2000)

 

‘Ils ont tant cheminé qu’ils atteignent la cité de Nevers.’

 

b.

E Bertram est al governail alé. ‘Et Bertrand s’est précipité au gouvernail.’

(ChGuill: 121; TFA)

(7)

a.

Tant a venu De la gent qu’ele a retenu ‘Il est tellement venu de gens qu’elle a pris à son service.’ (Rutebeuf, Grieches d’ été, 27 ; B. 2000)

b.

Et dedenz ces.VIII. jorz furent venu tuit li vaissel et li baron ‘Et dans ces 8 jours, tous les navires et les barons sont venus’ (Villehardouin1, 128 ; BFM)

2 Voir Giancarli (2011) pour l’usage de avoir en acadien; Willis (2000) et Tailleur (2007) pour la variation dans la classe de verbes qui sélectionnent être depuis le français classique ; Canale et Bélanger (1978), Sankoff et Thibault (1977), Russo et Roberts (1999), Willis (2000), Renaud et Villeneuve (2008) pour la variation dans de différentes variétés du français.

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

4

(8)

a.

Tant a coru et porchacié,

(Renart 7: 10; TFA)

 

‘Il a tant couru et agi,’

 

b.

Mais tot li chevalier ensamble i sont coru por lui rescorre. ‘Mais vite les chevaliers s’y sont précipités pour le secourir.’ (Vengeance Raguidel, 33 ; TFA)

(9)

a.

Et quant il avoit tant volé que toz li monz le tenoit a merveille ‘Et une fois qu’il avait tant volé et que tout le monde le tenait à merveille’ (Queste: 131; TFA)

b.

Qu'elle est en un moment volée En l'air ou sa dame est montée, ‘que’elle est montée en un instant/mouvement en l’air ou sa dame est montée,’ (Machaut, Le Dit de l'Alerion: 328; DMF)

Selon Buridant, ce n’est pas forcément le verbe en ancien français qui détermine le choix d’auxiliaire. 4

Les verbes intransitifs emploient l’auxiliaire avoir ou l’auxiliaire estre selon le mode d’action des verbes : les verbes perfectifs, portant en eux-mêmes leur finalité et tendant vers un état, emploient normalement l’auxiliaire estre, marquant l’au-delà de la limite de tension, les verbes imperfectifs, pouvant exprimer un processus indéfini, emploient normalement l’auxiliaire avoir. Buridant (2000 : 372)

1.4

Questions de recherche

I. Quels facteurs (morpho-syntaxiques et sémantiques) déterminent le choix de l’auxiliaire en ancien français ? En quoi ces propriétés diffèrent-elles de celles en français contemporain ?

II. Quand et comment le système d’ancien français change-t-il ? Y-a-il une corrélation entre le changement dans le système d’auxiliaires en ancien français et d’autres changements dans la langue ?

1.5

Plan

2.

L’intransitivité scindée

3.

Etude pilote (I) : auxiliaires, télicité et verbes intransitifs dans le Roland

4.

Etude pilote (II) : auxiliaires et paramètres aspectuo-temporels dans le Perceval

5.

Conclusion

2 L’intransitivité scindée

2.1 Le choix de l’auxiliaire et la variation

l’ensemble de verbes qui sélectionnent l’auxiliaire ETRE

les verbes qui apparaissent toujours avec ETRE et ceux qui présentent une alternance dans le même contexte

4 Suivant Nordahl (1977) pour l’alternance avec aler

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

5

les verbes qui peuvent apparaître avec les deux auxiliaires selon les facteurs aspectuels ou thématiques.

2.2 Auxiliary Selection Hierarchy (Sorace 2000 ; Legendre & Sorace 2003)

Tableau 1 : La Hiérarchie de Sélection de l’Auxiliaire (Legendre et Sorace 2003 : 192)

CHANGEMENT DE LIEU

variation)

CHANGEMENT DETAT CONTINUATION DUN ETAT PREEXISTANT EXISTENCE DUN ETAT PROCESSUS INCONTROLE PROCESSUS CONTROLE (AVEC MOUVEMENT) PROCESSUS CONTROLE (SANS MOUVEMENT) sélection de AVOIR (minimum de

variation)

sélection de ETRE (minimum de

Cette hiérarchie est basée sur les paramètres à la fois aspectuels et actanciels, et elle met la notion du changement dynamique télique au centre de l’inaccusativité et celle d’activité agentive sans déplacement au centre de l’inergativité.

Tableau 2 : La sélection de l’auxiliaire en français, italien, et ancien français

Auxiliaire sélectionné

Classes de verbes

françai

italien

ancien

 

s

français

E

E

E*

CHANGEMENT DE LIEU : aler, venir, arriver, accourir, etc.

     

CHANGEMENT DETAT

E

E

E

a. Changement de condition : morir, naistre, endormir, esveillier, aseoir

b. Modification orientée non bornée :

E*

E

E

monter, descendre, cheoir, ramper

A

E*

E*

 

croistre

A

E

E

c.

Apparition : aparoistre

A

E*

E*

CONTINUATION DUN ETAT PRE-EXISTANT : durer, remaindre, demeurer

     

EXISTENCE DUN ETAT :

A

E

A

estre (E à l’Est)

A

E*

E*

paroistre, faillir

     

PROCESSUS INCONTROLES :

A

A*

? résonner

A

A

A

 

? suer

A

A*

? trembler

A

A*

A*

PROCESSUS DE MOUVEMENTS CONTROLES : courir, voler, saillir,

marcher, affluer

     

PROCESSUS CONTROLES SANS MOUVEMENT :

A

A

A

dire, parler

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

6

2.3

L’aspect : la télicité

 

Argument interne (implicite ou explicite) vs. complément oblique de direction

(10)

a.

Tant ont alé qu’il vinrent a la chit de Navers

(Aiol, 8176 ; B. 2000)

 

‘Ils ont tant cheminé qu’ils atteignent la cité de Nevers.’

 

b.

E Bertram est al governail alé. ‘Et Bertrand s’est précipité au gouvernail.’

(ChGuill: 121; TFA)

(11)

a.

Tant a venu De la gent qu’ele a retenu ‘Il est tellement venu de gens qu’elle a pris à son service’ (Rutebeuf, Grieches d’été, 28 ; B. 2000)

b.

Et dedenz ces.VIII. jorz furent venu tuit li vaissel et li baron ‘Et dans ces huit jours, tous les navires et les barons sont venus’ (Villehardouin1, p.128; BFM)

(12)

a.

Tant a coru et porchacié,

(Renart 7: 10; TFA)

 

‘Il a tant couru et agi,’

 

b.

Mais tot li chevalier ensamble i sont coru por lui rescorre. ‘Mais vite les chevaliers s’y sont précipités pour le secourir.’ (Vengeance Raguidel, 33 ; TFA)

(13)

a.

Et quant il avoit tant volé que toz li monz le tenoit a merveille ‘Et une fois qu’il avait tant volé et que tout le monde le tenait à merveille’ (Queste: 131; TFA)

b.

Qu'elle est en un moment volée En l'air ou sa dame est montée, ‘que’elle est montée en un instant/mouvement en l’air où sa dame est montée,’ (Machaut, Le Dit de l'Alerion: 328; DMF)

(14)

a.

Franchoiz sont endormi

(Rou, II, 988 ; B. 2000)

b.

Tel a bien toute nuyt dormy

(Alecis, Faintes monde P.P., 88; DMF)

(15)

a.

Sor .i. banc sont assis maintenant lés a lés

(Aiol, 9879 ; B. 2000)

b.

N’i orent mi gramment sis

(Perceval, ms. Montp. III, 368, Potvio. ;

Godefroy)

2.4

La dimension thématique : l’agentivité de l’argument

Buridant (2000 : 372) : « estre est constant dans les constructions impersonnelles avec aler

(16)

Je te dirai, fet li anemis, coment il est alé de li ‘Je vais te dire, reprend le Diable, ce qui lui est arrivé’

(Queste, 120, 10 ; B. 2000)

Pour le verbe aller, Buridant observe également qu’« avec un sujet inanimé, estre est quasiment constant »

(17)

La chose est tant alee que… (MortArtu, 110, 23 ; B. 2000) ‘La chose est allée si loin/est arrivée à un point tel que…’

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

7

Buridant observe également que lorsque le sujet est animé (et donc souvent agentif), c’est alors la télicité qui semble primer.

2.5

Les verbes pronominaux

Buridant (2000 : 374) : « Les verbes pronominaux se construisent avec estre, marquant l’accompli du procès » Même l’ellipse du pronom réflexif ne semble pas entraîner de variation :

(18)

Puis sommes toute jour as Saisnes combatu

(Saisnes, A, 2800 ; B. 2000)

‘Puis nous nous sommes battus toute la journée contre les Saxons’

2.6

Variation sans corrélation avec un changement de sens

Si l’ancien français présente des exemples de la variation ayant une corrélation avec un changement de sens, nous trouvons également des exemples où le choix de l’un ou l’autre auxiliaire n’a pas grand effet sur le sens global de la phrase.

(19)

a.

Nouveles leur ha demandees Comment les choses sunt alees

(RomanGraal, 1632 ; B. 2000)

‘Il leur a demandé comment les choses se sont passées’

b. Il il unt trestout conté

Comment les choses unt alé

‘Et ils ont conté de bout en bout comment les choses se sont passées’

(RomanGraal, 1700 ; B. 2000)

2.7 Résumé intermédiaire

Ancien français semble correspondre aux facteurs corrélés à la hiérarchie ASH.

Tableau 3: Facteurs qui semblent conditionner le choix de l’auxiliaire

Facteurs

Ancien français

Français moderne

Télicité

Agentivité

Classe verbale

Réflexivité

3 E tude pilote (I) : auxiliaires, télicité et verbe s intransitifs dans le Roland

Objectif de l'étude : variation de estre et avoir avec les verbes intransitifs

En ancien français, il semble exister de la vraie variation conditionnée dans l'emploi des auxiliaires estre et avoir avec les intransitifs.

But : tester les constats de Buridant et les prédictions de l'ASH par une étude de corpus quantitative. ;

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

8

3.1

Méthode

3.1.1

Corpus 5

Roland dans la Base de Français Médiéval.

3.1.2

Codification

Extraire tous les participes passés.

Ne garder que les participes passés des verbes intransitifs qui tombent sur l’ASH.

Trier les occurrences de l’auxiliaire être

o

écarter les occurrences ayant clairement la fonction de passif et prédicat adjectival

o

garder toute autre occurrence

Codification très simple ;

les trois facteurs saillants que fait remarquer Buridant

codifiés de façon binaire.

Tableau 4: Codification des participes

Facteurs

Code

1. Construction réflexive?

oui/non

2. Sujet agentif?

animé/inanimé

3. Interprétation télique?

télique/atélique

Facteur 1 : La réflexivité

(20)

a.

Entret en sa veie, si s'est achiminez. ‘Il se met en route et poursuit son chemin’

OUI (Roland, p.48, v.365)

b.

El cheval est l'espee arestée ‘L’epée s’arrêtée dans le corps du cheval’

NON (Roland, p.112, v.1332)

Facteur 2 : L'agentivité du sujet

Distinction animé/inanimé nous donne une mesure approximative de l'agentivité.

(21)

a.

Culcez s'est li reis en sa cambre voltice.

ANIMÉ (Roland, p.276, v.3992)

 

‘Le roi s’est couché dans sa chambre voûtée’

 

b.

El cors vos est entree mortel rage.

INANIMÉ (Roland, p.74, v.747)

‘Il vous est entré dans le corps une rage mortelle’ OU ‘une rage mortelle vous est entrée dans le corps’

Facteur 3 : La télicité

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

9

Propriété sémantique : comment vérifier de manière systématique dans un corpus historique ?

les verbes ayant la télicité inhérente

verbes de changement de condition et d’apparition : mourir, naître, apparaître

les verbes inchoatifs : esveiller, asseoir, etc.

verbes atéliques inhérents

l’existence d’un état : être

le contexte syntaxique

Structures qui légitiment des interprétations téliques avec les intransitifs :

Complément locatif de but qui est ouvertement exprimé (i.e., PPs locatifs bornés, clitiques locatives, etc.)

(22)

a.

Li quens Rollant est muntet el destrer

TÉLIQUE (Roland, p.78, v.792)

 

‘Le conte Roland est monté sur son destrier’

 

b.

muntet i est li reis magnes. ‘le grand roi est (re)monté à cheval’

TÉLIQUE (Roland, p.254, v.3622)

c.

Alde la bel'est a sa fin alee

TÉLIQUE (Roland, p.260, v.3723)

 

‘La belle Aude est allée à sa fin’ (Elle n’est plus)

Compléments infinitifs

 

(23)

Cuntre Franceis li sui venut aider

TÉLIQUE (Roland, p198, v.2675 )

‘Je suis venu pour l’aider contre les Français’

Structures qui légitiment des interprétations atéliques avec les intransitifs : comme les…

PPs locatifs non bornés

 

(24)

a.

Par tantes teres est alet cunquerant.

ATÉLIQUE (Roland, p.62, v.553)

 

‘Il est allé en conquérant par tant de pays,’

 

b.

Vers dulce France tuit sunt achiminez. ATÉLIQUE (Roland, p.70, v.702) ‘Tous se sont acheminés vers la douce France.’

La modification par un adverbe à «échelle ouverte »

Caudal et Nicolas (2006 : 5) : « modifiers associated with open scales such as a lot accept atelic dynamic predications, but reject all types of telic predications. »

(25)

a.

Yannig walked a lot.

b.

#Yannig ran to the store a lot.

c.

#Yannig left a lot.

b.

#Yannig ate his pancake a lot.

(26)

a.

E cil est loinz, si ad mult demeret

ATÉLIQUE (Roland, p.194, v.2622)

 

‘Mais l’Emir est loin, et il a longtemps tardé à venir’

 

b.

En cest paès avez estet asez

ATÉLIQUE (Roland, p.34, v.134)

‘Il y a longtemps que vous êtes dans ce pays’

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

10

c. Tant ad erret ‘Il a tant erré’

ATÉLIQUE (Roland, p.58, v.497)

Certains VPs sont ambigus ; fans un cas, le contexte discursif n'était pas suffisant pour déterminer la télicité

(27)

Li niès Marsilie, il est venuz avant Sur un mulet

(Roland, p.82, v.860)

‘Le neveu de Marsilie est venu en avant sur un mulet’

3.2

Résultats préliminaires

Nous avons 189 occurrences de participes passé intransitifs dans Roland: 24 avec avoir et 165 avec estre.

Très grande variété de verbes provenant de plusieurs classes de ASH.

3.2.1

Facteur 1: La réflexivité

L'utilisation de estre avec les verbes pronominaux est catégorique.

Tableau 5: La réflexivité comme déterminant du choix de l’auxiliaire

 

AVOIR

ESTRE

TOTAL

Construction non-réflexive

24

141

165

Construction réflexive

0

24

24

 

24

165

189

On exclut les verbes pronominaux des analyses subséquentes.

3.2.2

Facteur 2 : La distinction (in)animée

Il n'y a pas d'effet significatif des (in)animés dans Roland ( χ 2 = 0.252; p = 0.6157).

Tableau 6 : L’agentivité comme facteur dans le choix de l’auxiliaire

SUJET

AVOIR

ESTRE

TOTAL

Animé

21

128

149

Inanimé

3

13

16

TOTAL

24

141

165

3.2.3 Facteur 3: La télicité

On trouve un effet significatif de la télicité ( χ 2 = 62.73; p > 0.001).

Tableau 7 : La télicité comme facteur dans le choix de l’auxiliaire

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

11

INTERPRÉTATION

AVOIR

ESTRE

TOTAL

 

atélique

22

21

43

télique

2

120

122

TOTAL

24

141

165

Mais:

Dans Roland, il n’y a pas de variation intra-verbale (voir le tableau dans l'appendice).

3.3 Conclusion intermédiaire

Il nous faudra plus de données pour évaluer l'interaction entre la télicité, l’agentivité par rapport aux classes verbales ASH en ancien français.

Les constructions pronominales sélectionnent catégoriquement estre dans Roland.

La télicité est un facteur important pour la sélection de l'auxiliaire dans Roland

Confirmation de Buridant

L'agentivité ne semble pas jouer un grand rôle dans Roland

Buridant suggère qu’elle joue un rôle secondaire

4 Etude pilote (II) : auxiliaires et paramètres aspectuo-temporels dans le Perceval

Idée : étendre l’étude à l’ensemble des paramètres aspectuels, au-delà de la simple télicité

Considérer non plus seulement un paramètre d’Aktionsart, mais plusieurs

Croiser avec

o

la sémantique aspectuo-temporelle de la flexion (polyfonctionnalité des temps)

o

la présence de modifieurs aspectuo-temporels et/ou d’opérateurs contextuels à effet aspectuel (i.e. GEN/HAB) et l’interprétation globale de l’énoncé

o

leurs effets sur l’interprétation de l’Aktionsart et leur insertion dans le contexte discursif (séquences d’événements vs. non-séquences – événements isolés…)

§ cf. la notion de coercion aspectuelle, (de Swart 1998)

…tout en continuant à prendre en compte les autres paramètres significatifs de la première étude : transitivité vs. intransitivité, agentivité/contrôle du sujet

Implicitement : théorie « à deux composants » de l’aspect, à la (Smith 1991; Klein 1994) : structure des événements vs. point de vue aspectuel

o

MAIS temps = « bundles » morphologiques de contenus aspectuels et temporels

o

Item intrinsèquement polyfonctionnels

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

12

o PAS de division entre un opérateur temporel vs. aspectuel, à la (de Swart 1998)

4.1

La méthode

Extraction de 1040 formes de participes passés du Perceval dans la BFM

Formes adjectivales (modifieurs de N, constructions attributives diverses…) écartées

o

A peu près 30% des participes extraits étaient adjectivaux

Passifs écartés (non traités)

Formes modales (futur, conditionnel, subjonctif) écartées

Classification auxiliation : avoir vs. estre actif vs. estre réfléchi

Akionsart du verbe catégorisée e : télique atomique, télique non-atomique, atomique scalaire (‘degree achievements’, cf. e.g. (Kennedy and McNally 2005)), activité, état

Effets de modifieurs, des temps et du contexte sur l’Aktionsart encodé : durativité et inchoativité pour les verbes atéliques ; généricité, habitualité

Emplois du passé antérieur, plus-que-parfait, et passé composé caractérisés

o

Expérienciel, existenciel, résultatif (PC, PQP) (cf. e.g. (Michaelis 1994; Nishiyama and Koenig 2010) Antériorité temporelle (PA, PQP)

o

Antériorité temporelle (PA, PQP)

o

Résultatif inchoatif (PA, PC) (Caudal 2015) (souvent associé à structures temporelles corrélatives en qant, et le PC ou le PA)

(28)

il vos mande et dit par moi que vos alez parler a lui. - Il an i ont ja esté dui, fet Percevax, qui me toloient ma joie (Perceval, v. 4418) (‘- il vous fait dire et mander par moi de venir lui parler. – Deux chevaliers sont déjà venus aujourd’hui, qui m’ont enlevé ma joie…’)

(29)

et Anguinguerrons le conut, qui son message avoit ja fet a cort et conté et retret des

l'autre jor qu'il fu venu

(Perceval, v. 3580)

(‘et Anguingueron le reconnut ; il avait déjà délivré et transmis son message à la cours dès l’autre jour qu’il était venu’)

(30)

Si con Deu plot, antiere et sainne est dedanz le chastel venue ; et quant cil dedanz l'ont veüe , s'anvoient savoir et anquerre qui il sont et que il vont querre. (Perceval, v. 2528) (‘Et Dieu voulut que [la nef] arrive tout à fait intacte au château ; et quand les assiégés la virent, ils envoyèrent des gens pour demander et savoir qui ils [les marins] étaient et ce qu’ils désiraient.’)

(31)

Et il dormi jusqu'au matin que l'aube del jor fu crevée (Perceval, v. 3343)

(32)

ier ne faz autre fable. Qant levé furent de la table, li prodon, qui mout fu cortois (Perceval, v. 1566)

(33)

Compère le Renard (…) retint à dîner commère la Cigogne. (…) [Le] brouet fut par lui servi sur une assiette / (…) Et le drôle eut lapé le tout en un moment. (La Fontaine, Fables, I, 18)

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

13

4.2

Les résultats chiffrés

4.2.1

Estre vs. avoir : distribution globale

Tableau 8 : distribution des auxiliaires ester / avoir et des v. réfléchis dans le Perceval Nombre Pourcentage

Aux A

390

77,38

Aux E

89

17,66

REFL

25

4,96

Total formes aux iliées

504

Perceval - Composi)on AUX

Aux E 18% Aux A
Aux E
18%
Aux A

77%

REFL

5%

Figure 1

4.2.2 Intransitivité scindée et avoir vs. estre

Formes réfléchies exclues de ce qui suit

Tableau 9

Nombre Pourcentage

Aux A + v intransitifs

25

21,93

Aux E

89

78,07

Total formes auxiliées (hors REFL)

114

Verbes intransi)fs ac)fs - Perceval

Verbes intransi)fs ac)fs - Perceval Aux E 78% Aux A intransiM fs 22%
Verbes intransi)fs ac)fs - Perceval Aux E 78% Aux A intransiM fs 22%

Aux E

78%

Aux A

intransiM

fs

22%

Figure 2

Tableau 10 : transitivité et avoir Avoir

Nombre

Pourcentage

Transitif

362

92,82

Intransifis

28

7,18

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

14

Un exemple v. de mouvement alternant estre et avoir, aller

o

…mais sens différents (cheminer vs. se rendre à un endroit)

o

Confirme qu’il s’agit là d’un phénomène marginal

(34)

S’ont tant alé que… (Perceval, v. 6186)

(35)

il i ot une tor nueve de chastiax qui alé estoient. (Perceval, v. 3580)

4.2.3

Aktionsart / structure événementielle et auxiliaire avoir

Tableau 11 Aktionsart et aux. avoir

Nombre Pourcentage

Etats

45

11,54

Activités

30

7,69

Achèvements scalaires

2

0,51

Semelfactifs

6

1,54

Téliques non - atomiques

41

10,51

Téliques atomiques

266

68,21

Total

390

Akionsart et avoir Achèvements scalaires 0,5% AcMvités Etats 8% 12% SemelfacMfs 2% Téliques non- atomiques
Akionsart et avoir
Achèvements
scalaires
0,5%
AcMvités
Etats
8%
12%
SemelfacMfs
2%
Téliques non-
atomiques
10%
Téliques
atomiques
68%

Figure 3

Tableau 12 Aktionsart et v. transitifs à aux avoir

Nombre Pourcentage

Etats

33

9,12

Activités

22

6,08

Achèvements scalaires

2

0,55

Semelfactifs

5

1,38

Téliques non - atomiques

41

11,33

Téliques atomiques

259

71,55

Total

362

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

15

Tableau 13 Akionsart et v. intransitifs à aux. avoir

Téliques atomiques

7

Semelfactifs

1

Activités

8

Etats

12

Total

28

Fait intéressant : pourcentages de v. téliques vs. atéliques quasi inversés selon que l’on considère les v. à auxiliaires avoir transitifs vs. intransitifs

Quasi situation de corrélation : avoir transitif <-> télicité / avoir intransitif <-> atélicité

Tableau 14 V. avoir intransitifs et télicité

Nombre Pourcentage

V t éliq u es

7

25

EV at é l iques / pluractionnels

21

7 5

Tableau 15 Aktionsart et v. transitifs à aux avoir

Nombre Pourcentage

V. t éliques

300

83,33

V. a téliques / pluractionnels

60

16,67

Sous - spécifiés

2

0,55

Total

362

4.2.4 Aktionsart / structure événementielle et auxiliaire estre

Fait remarquable : un seul verbe non-télique ( remettre, ‘rester’) – mais pour autant pas un véritable verbe statif : présuppose la négation d’un changement d’état attendu.

Tableau 16 Aktionsart et verbes à auxiliaire estre

Nombre Pourcentage

Statif non - CdE

1

1,12

Télique non - atomique

2

2,25

Télique atomique

86

96,63

Total

89

Akionsart et estre

StaMf non-CdE

1%

Akionsart et estre StaMf non-CdE 1% Télique non- atomique 2% Télique atomique 97%

Télique non-

atomique

2%

Akionsart et estre StaMf non-CdE 1% Télique non- atomique 2% Télique atomique 97%

Télique atomique

97%

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

16

4.2.5 Agentivité-contrôle et estre vs. avoir

Rôle thématique du sujet n’est pas un paramètre déterminant

Tableau 17 Agentivité et estre

Nombre Pourcentage

Sujet agentif

62

69,66

Sujet contrôleur

3

3,37

Sujet thème/expérienceur

24

26,97

Total

89

Tableau 18 Agentivité et avoir

Tableau 19

Nombre Pourcentage

Sujet agentif

312

80,00

Sujet contrôleur

6

1,54

Sujet thème/expérienceur

72

18,46

Total

390

Agentivité et avoir intran sitif

Nombre

Pourcentage

Sujet agentif

12

42,86

Sujet contrôleur

2

7,14

Sujet thème/expérienceur

14

50,00

Total

28

4.2.6 Avoir, transitivité et télicité : quelques difficultés

Un certain nombre des exemples relevés dans le corpus sont, en fait, basés sur des verbes aspectuellement polyfonctionnels, recevant une interprétation en contexte qui a toutes les apparences de la télicité…mais l’application simple de ce paramètre pose problème

Manifeste avec de beaucoup de V ici binairement classés en télique / atélique

pechier (commettre un péché (Télique) / des péché(s) (Atélique), se comporter en pécheur (Atélique)) esploitier (‘agir, se comporter (en bien ou en mal)’)

(36)

a.

esploitié que au mangier asseoir font cez qui mout grant mestier an ont. Qant mangié orent, si se lievent… (Perceval, v. 2580) ("Pour ces victuailles qu’il avaient si ardemment désirées, tous sont en joie ; et les cuisiniers ont tant besogné qu’ils ont pu faire asseoir pour le repas ceux qui en avaient grand besoin.")

Por le mangier font joie tuit, que mout avoient covoitié ; et li queuz ont tant

b. Ha ! sire Dex, merci ! Ce sont ange que je voi ci. Hé ! voir, or ai ge mout

pechié, or ai ge mout mal esploitié , qui dis que c'estoient deable. (Perceval, v. 138)

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

17

("Ah Seigneur Dieu, pardon ! Ce sont des anges que je vois ici ! J’ai beaucoup péché. Oui j’ai péché gravement, vraiment j’ai mal agi en disant que c’étaient des diables !

c. Et demandastes vos por coi ele sainne ? - N'an parlai onques. - Si m'aïst Dex, or sachiez donques que vos avez esploitié mal. (Perceval, v. 3541) (… "- Et avez vous demandé pourquoi elle [la lance] saigne ? – Je n’en ai à aucun moment parlé. – Par Dieu ! Sachez donc que vous avez mal agi.")

faire ‘agir, accomplir une action’ (verbe polyfonctionnel dynamique à valeur indéfinie (‘action contextuellement définie’), ou verbe indéfini à valeur anaphorique - valeur déterminée par le contexte, cf. anglais do)

(37) Ancor n'estoit pas enuiez de son pansé qui mout li plot, et neporquant li solauz ot.ii. des gotes del sanc remises qui sor la noif erent remises, et la tierce aloit remetant, por ce n'i pansoit mie tant li chevaliers con il ot fet. (“[Perceval] n’était pas encore autant rassassié de sa rêverie [amoureuse] qu’il le souhaitait ; et pourtant le soleil avait fait disparaître deux des gouttes de sang qui brillaient sur la neige, et la troisième était en train de disparaître. Pour cette raison, le chevalier n’était plus autant absorbé dans sa reverie qu’il l’avait été auparavant.”) (Perceval, v. 4407)

Ce problème lié à la télicité se double d’un autre problème, lié, qui est celui des V à argument interne implicites, cf. manger au sens de "faire un repas, ingérer une quantité de nourriture contextuellement déterminée et pouvant correspondre à un repas ou une tentative d’apaiser la faim"

gagner : (1) faire un gain, un profit (d’argent), remporter la mise à un jeu, faire du pillage, du butin ; (2) avoir une réussite, remporter une victoire (dans une confrontation – présupposée)…

Noter le pronom pers. reprenant l’objet implicite

(38)

Et Melianz de Liz demande grosse lance por mialz ferir. Tote jor jusqu'a l'anserir fu li tornoiz devant la porte. Qui a gaaignié, si l'an porte la ou mialz le cuide avoir. (Perceval, v. 5080) ("Et Méliant de Lis demande de grosses lances pour mieux frapper. Toute la journée, jusqu’à la tombée de la nuit, le tournoi se déroule devant la porte [de la ville]. Celui qui a fait du butin l’emporte là où il croit qu’il sera le plus en sûreté.").

(39)

Cheoite est sor vos la tanpeste, si sont li vostre maheignié et cil dedanz ont mes il reperdront, ce sachiez. (Perceval, v. 2498) ("La tempête s’est abattue sur vous, et ceux du dedans [les défenseurs d’un château] ont gagné, mais ils perdront la prochaine fois, sachez-le").

tornoier : participer à un tournoi, combattre, jouter (exemple classé comme atélique à cause du contexte duratif)

(40)

Et il le saluent andui, aprés s'asieent delez lui. Lors li a li prodom anquis, qui estoit sires del païs, por coi s'estoit le jor tenuz qu'il n'estoit au tornoi venuz et por coi il n'ot tornoié. Et il ne lor a pas noié, mes tote voie li reconte… (Perceval, V. 5271)

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

18

("Alors le noble personnage, qui le seigneur du pays, lui demanda comment cela se faisait que durant le jour écoulé il n’était pas venu au tournoi, et pourquoi il n’avait pas combattu. Et il [Gauvain] ne lui a rien caché, et tout lui a raconté.")

Lorsqu’un argument interne quantificationnellement indéfini, est-il légitime de classer ces verbes parmi les verbes intransitifs ?

 

o

Est-ce que les « vrais » verbes d’activité sont sans argument interne implicite ? – cf. rêver

(41)

Je ne sçay où ils l'ont resvé ce songe. (DMF, CALVIN (Jean) Lettres à Mr et Mme de Falais, 1543-1554, 123)

esploitier, péchié : système V/N où N spécifie l’objet interne (V. dénominaux OU N déverbaux)

 

o

lien particulier avec la transitivité ? argument interne implicite?

4.3

Avoir vs. estre et l’interprétation contextuelle des temps

Corrélation intéressante entre lectures « inchoatives résultatives » et estre vs. avoir

 

o

Lecture inchoatives résultatives du PA et PC sont marginales avec avoir (3%) mais assez fréquentes avec estre (17%)

o

Plus de résultatif avec avoir

Tableau 20 Emplois des temps et AVOIR Expérienciel

Nombre Pourcentage

 

32

8,21

Existenciel

6

1,54

Résultatif

214

54,87

Antérieur

17

4,36

Perfectif

107

27,44

Inchoatif résultatif

12

3,08

Hypothétique

2

0,51

Total

390

Tableau 21 Emplois des temps et ESTRE Expérienciel

Nombre Pourcentage

 

2

2,25

Existenciel

3

3,37

Résultatif

38

42,70

Antérieur

6

6,74

Perfectif

26

29,21

Inchoatif résultatif

14

15,73

Total

89

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

19

Tableau 22 Emplois des temps et v. intransitifs avec AVOIR Expérienciel

Nombre Pourcentage

7,14

10,71

42,86

21,43

14,29

3,57

 

2

Existenciel

3

Résultatif

12

Antérieur

6

Perfectif

4

Inchoatif

1

Total

28

 

Estre et interpréta)on contextuelle des temps

InchoaMf

Expérienciel

résultaMf

2%

Existenciel 3% RésultaMf 43%
Existenciel
3%
RésultaMf
43%
16% PerfecMf 29% Antérieur
16%
PerfecMf
29%
Antérieur
résultaMf 2 % Existenciel 3% RésultaMf 43% 16% PerfecMf 29% Antérieur 7%

7%

 

Figure 5

Avoir et interpréta)on contextuelle des temps HypothéMqu e InchoaMf Expérienciel 3% 1% 8% Existenciel 2%
Avoir et interpréta)on contextuelle
des temps
HypothéMqu
e
InchoaMf
Expérienciel
3%
1%
8%
Existenciel
2%
PerfecMf
27%
RésultaMf
55%
Antérieur
4%

Figure 6

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

20

5 Conclusion

I. Quels facteurs (morpho-syntaxiques et sémantiques) déterminent le choix de l’auxiliaire en ancien français ? En quoi ces propriétés diffèrent-elles de celles en français contemporain ?

En ancien français, la télicité semble jouer un rôle très important dans le choix de l’auxiliaire

MAIS difficultés avec l’emploi de la notion dans certains cas : transitionnalité ? changement d’état contrôlé ?

En français moderne, c’est le verbe (même pas une classe cohérente) qui le détermine. La télicité ne semble pas jouer de rôle quelconque.

Globalement la seconde étude a confirmé que la distribution de estre vs. avoir est une affaire de classe aspectuelle du sens du verbe mobilisé dans le contexte

o

« sous-entrées lexicales » ou « emplois » au sens des dictionnaires : usages conventionnalisés (avec structure thématique, valence, structure causo- temporelle … particulières)

o

pas « classes lexicales » au sens strict

o

MAIS les effets contextuels altérant l’aspect « lexical » (par ex. la coercion) ne changent rien à ces appariemment

Il reste que le type de sens aspectuel véhiculé par les emplois verbaux en estre est plus facilement mobilisable avec les lectures inchoatives résultatives du PC et du PA

o

Lié à stativité ? Non, ces lectures sont possibles avec avoir statif aussi

o

…plutôt une plus grande affinité d’estre avec l’entrée dans un état résultant que avoir ? (déjà suggéré dans la littérature, cf. Legendre & Sorace)

o

…Piste à approfondir

Pistes futures:

II. Quand et comment le système d’ancien français change-t-il ? Y-a-il une corrélation entre le changement dans le système d’auxiliaires en ancien français et d’autres changements ?

comparaison avec la perte de l’alternance de l’auxiliaire en espagnol et en anglais

quelle est la corrélation entre l’alternance catégorique des auxiliaires et d’autres possibilités syntaxiques à l’époque ?

o

Goal-of-motion constructions

o

Constructions à particules verbales

o

Constructions à prédicat secondaire adjectival

6 Appendice

La sélection de l'auxiliaire dans Roland

Verbe

AVOIR

ESTRE

TOTAL

acheminer

0

2

2

adurer

0

1

1

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

21

afficher

0

1

1

aler

0

12

12

apercevoir

0

1

1

apparaitre

0

1

1

approismer

0

1

1

arrêter

0

1

1

aserir

0

2

2

assembler

0

2

2

assoir

0

1

1

avaler

0

1

1

avenir

0

1

1

cheoir

0

3

3

cliner

1

0

1

combattre

0

1

1

coucher

0

5

5

courir

0

1

1

crier

1

0

1

demeurer

2

0

2

descendre

0

3

3

devenir

0

1

1

dire

2

0

2

endormir

0

1

1

entrer

0

1

1

errer

1

0

1

escreer

0

1

1

estre

7

0

7

esveiller

0

2

2

forsfaire

0

1

1

fuir

0

1

1

issir

0

2

2

lever

0

3

3

mentir

1

0

1

mettre

0

1

1

monter

0

20

20

mourir

0

31

31

naitre

0

2

2

noyer

0

2

2

parjurer

0

1

1

parler

4

0

4

parvenir

0

1

1

pasmer

0

2

2

Diachro VII, U. Paris Sorbonne-Nouvelle, 5-7 février 2015

22

passer

1

1

2

plaider

1

0

1

pourpenser

0

1

1

recroire

0

1

1

remaindre

2

12

14

repairer

0

7

7

resortir

0

1

1

sigler

1

0

1

torner

0

5

5

vendre

0

1

1

venger

0

1

1

venir

0

22

22

TOTAL

24

165

189

7

Références

Anglade, J. 1931. Grammaire élémentaire de l’ancien français. Paris : Armand Colin. Buridant, C. 2000. Grammaire nouvelle de l’ancien français. Paris: SEDES. Burnett, H. 2014. « Split Intransitivity and Variable Auxiliary Selection in Old French », communication présentée aux Lectures de linguistique expérimentale, Université Paris- Diderot, Paris, 14 mars. Caudal, P. 2015. “Uses of the Passé Composé in Old French: Evolution or Revolution ?” In J. Guéron (éd.), Sentence and Discourse. Oxford University Press. Caudal, P., et D. Nicolas. 2005. “Types of Degrees and Types of Event Structures.” In Event Arguments: Foundations and Applications, C. Maienborn et A. Wöllstein (éds.), 277–300. Tübingen: Niemeyer. De Swart, H. 1998. “Aspect Shift and Coercion.” Natural Language and Linguistic Theory 16(2):

347–85.

Dufresne, M, et F. Dupuis. 2010. “Les Structures Inaccusatives En Français Médiéval.” In Actes Du 2ème Congrès Mondial de Linguistique Française (CMLF 2010), edited by Franck Neveu, Valelia Muni Toke, Thomas Klingler, Jacques Durand, Lorenz Mondada, and Sophie Prévost, 159–76. Online proceedings at http://www.linguistiquefrancaise.org/articles

/cmlf/abs/2010/01/cmlf2010_000218/cmlf2010_000218.html

Foulet, L. 1919. Petite syntaxe de l’ancien français. Honoré Champion. Giancarli, P.-D. (2011). Les auxiliaires être et avoir: Étude comparée corse, anglais, français. Presses Universitaires de Rennes, Rennes. Kennedy, C. 2012. “The Composition of Incremental Change.” In Telicity, Change, and State, édité par V. Demonte et L. McNally. Oxford: Oxford University Press. Kennedy, C, et L. McNally. 2005. “Scale Structure and the Semantic Typology of Gradable Predicates.” Language 81(2): 345–81. Klein, Wolfgang. 1994. Time in Language. London / New York: Routledge. Legendre, G. 2007. On the typology of auxiliary selection. Lingua 117:1522–1540. Legendre, G. et A. Sorace. 2003. « Auxiliaires et intransitivité en français et dans les langues romanes ». Dans Langues romanes : Problèmes de la phrase simple, D. Godard (éd.), 185– 233. Paris: CNRS Éditions. Michaelis, L. 1994. “The Ambiguity of the English Present Perfect.” Journal of Linguistics 30: 111–

57.

Burnett, Caudal & Troberg – Les facteurs de choix de l’auxiliaire en ancien français

23

Moignet, G. 1973. Grammaire de l’ancien français : Morphologie, syntaxe. Paris: Klincksieck. Nishiyama, A, and J.-P. Koenig. 2010. “What Is a Perfect State?” Language 86(3): 611–46. Smith, C. 1991. The Parameter of Aspect. Kluwer. Nordahl, H. 1977. Assez avez alé: Estre et avoir comme auxiliaires du verbe aler en ancien français. Revue Romane 12 (1): 54–66. Renaud, C. et Villeneuve, A.-J. 2008. L’alternance des auxiliaires avoir et être à Chicoutimi- Jonquière. Les Français d’ici. Rideout, D. 2011. « Auxiliary selection in 16th century French: Imposing norms in the face of change ». Dans Memorial University Occasional Papers in Linguistics, Johanson, S. et Hazenberg, E., éd, pp. 1–17. Memorial University. Russo, M. and Roberts, J. 1999. Linguistic change in endangered dialects: The case of alternation between avoir and être in Vermont French. Language Variation and Change 11:67–85. Sankoff, G. et Thibault, P. 1977. L’alternance entre les auxiliaires avoir et être en français parlé à Montréal. Langue française 34:81–108. Sorace, A. 1993. “Unaccusativity and Auxiliary Choice in Non-Native Grammars of Italian and French: Asymmetries and Predictable Indeterminacy.” Journal of French Language Studies 3 (01): 71–93. Sorace, A. (2000). Gradients in auxiliary selection with intransitive verbs. Language 76:860–890. Tailleur, S. 2007. Avoir et être: une ancienne rivalité? Étude de la sélection de l’auxiliaire de parfait en français classique. Dissertation de maîtrise, Université d’Ottawa. Togeby, K. 1974. Précis historique de grammaire française. Akademisk Forlag. Verkuyl, H. 1972. On the compositional nature of the aspects. Springer, Dordrecht. Willis, L. 2000. Être ou ne plus être: Auxiliary alternation in Ottawa-Hull French. Dissertation de maîtrise, Université d’Ottawa.