Vous êtes sur la page 1sur 2

expérience

Témoignage de Samuel Arlaud, géographe et agriculteur,


sur la perception des espaces ruraux, la production agricole et les filières bio

Entretien Jean-Luc Terradillos Photo Marc Deneyer

L’agriculture
le marché et le paysage
amuel Arlaud possède une double culture. sont engagés et du système de production qu’ils ont

S Maître de conférences à l’Université de Poi-


tiers, il a dirigé pendant une dizaine d’an-
nées une exploitation agricole dans le sud de la Vienne.
mis en place. Si un système céréalier se planifie sur plu-
sieurs années, l’élevage, quant à lui, est soumis à une
temporalité encore plus longue. Par exemple, on ne peut
Un rêve d’enfant. Sa ferme et ses 90 ha attenants, il brusquement passer de l’ovin au bovin. D’ailleurs, les
les a découverts à Moulismes alors qu’il parcourait la éleveurs consacrent souvent toute une vie à améliorer
région pour préparer sa thèse de géographie sur le leur troupeau et à le structurer. Même si les couleurs des
thème «Héritages et mutations de l’agriculture dans grandes cultures peuvent varier d’une année sur l’autre,
les zones de faibles densités du Poitou-Charentes». l’agriculteur s’inscrit dans la durée et dans une trame
Engagé dans une filière bio, il produisait du pain et paysagère qui évolue aussi très lentement.
élevait des vaches limousines.
Pourquoi les agriculteurs ne supportent-ils pas
L’Actualité. – Comment percevez-vous la rela- qu’on les appelle «jardiniers de la nature» ?
tion entre agriculture et paysage ? Un jardinier produit pour lui-même tandis qu’un agri-
Samuel Arlaud. – Quand je travaille dans un champ, culteur produit pour nourrir la population. C’est le
je suis dans le paysage mais je n’ai pas spécialement rôle qui fut assigné à l’agriculture dans l’après-guerre,
l’impression de «faire le paysage». Je regarde ce que ce qui a engendré le productivisme. Donc, entretenir
je fais, donc je regarde la terre qui sert à produire et le paysage n’est pas considéré comme une activité
les éléments qui structurent cette terre (chemins, haies, productive. Dans les années 1980 après la crise du
bâti…). Je suis dans une échelle de micro-paysage. productivisme, on a commencé à parler de diversifi-
Le géographe, lui, considère le paysage à une échelle cation, de filières bio, de tourisme vert mais ces dis-
beaucoup plus large, même si son observation trouve cours ont toujours du mal à se faire entendre car la
ses limites dans le strict champ visuel. France n’a plus de grand projet agricole.
Si la logique du libéralisme classique était appliquée,
Les couleurs de la campagne résultent-elles du des zones entières du pays seraient abandonnées,
marché international ? comme en Grande-Bretagne. Cela n’entre pas dans
Les couleurs des champs au printemps se font à la notre mentalité. En France, la désertification – ou
bourse de Chicago ou à Bruxelles, elles sont à l’aune «déprise» agricole – n’a jamais été acceptée.
de la Politique agricole commune et des marchés mon-
diaux. Les agriculteurs suivent les fluctuations des Comment réussir dans une filière bio ?
cours et essaient d’anticiper sur l’évolution du mar- Précisons tout de suite que l’agriculture biologique
ché. Ils vivent donc à la fois dans un temps agricole représente un pourcentage infime en France des sur-
annuel, ce qui est très court, mais aussi dans une tem- faces et des quantités produites, de sorte que l’offre
poralité plus longue, celle de la filière dans laquelle ils demeure largement insuffisante.

40 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 69 ■
Si l’agriculteur bio gagne sa vie ce n’est pas parce révélateurs de notre retard en ce domaine. Le plus Dans la campagne
de Moulismes,
qu’il vend ses produits plus chers, car le coût de pro- souvent, on se contente de refaire les bordures de au premier plan :
duction est plus élevé, c’est souvent parce qu’il con- trottoirs, de planter des arbres, de mettre des fleurs un champ non
cultivé depuis
trôle tout ou partie de la filière et, par conséquent, un peu partout mais rares sont les élus qui, dans quelques annés.
qu’il maîtrise la valeur ajoutée générée par ses pro- notre région, mettent en œuvre une réelle politique
ductions. Ainsi la transformation des céréales pour la paysagère dans leur village. ■
production de farine, de pain, puis la commercialisa-
tion, ou par exemple la vente directe au particulier de
viande issue du troupeau de la ferme permettent de
mettre en place des systèmes qui s’affranchissent d’un RURAL-URBAIN rapports et les dynamiques
certain nombre d’intermédiaires. Ce type de projet NOUVEAUX LIENS, qu’entretiennent espaces ruraux
favorise l’emploi d’une main-d’œuvre en moyenne NOUVELLES FRONTIÈRES et espaces urbains sous l’effet
très supérieure à ce qu’elle serait dans un système de Cet ouvrage à paraître aux Presses de trois phénomènes majeurs :
production plus classique. universitaires de Rennes a été l’accroissement des flux de tous
coordonné par Samuel Arlaud et ordres et des mobilités
La pression immobilière des étrangers à la cam- deux de ses collègues poitevins, individuelles qui brouillent
pagne, notamment des Anglais, fait-elle prendre Yves Jean, professeur de les frontières interspatiales,
conscience de la valeur marchande du paysage ? géographie, et Dominique Royoux, une métropolisation et une
Effectivement, les étrangers qui s’installent dans professeur associé à l’UFR polarisation renforcées qui
la région ne sont pas attirés par les grandes plaines sciences humaines et arts et transforment en profondeur
céréalières, ils recherchent du pittoresque, des pay- directeur du service recherche et les liens du couple classique rural-
sages vallonnés et des vieilles pierres. développement de la Communauté urbain, et un développement des
Cela fait réfléchir les gens d’ici parce qu’ils sont d’agglomération de Poitiers. inégalités sociales et spatiales.
étonnés de constater que leur patrimoine bâti, qui Résultant d’un colloque La complexité de ces questions
avait peu de valeur à leurs yeux, peut être joliment international tenu à Poitiers en fondamentales nécessite
restauré. L’intérêt pour la mise en valeur du bâti est juin 2003, le livre regroupe une des approches multiples :
évident s’il permet de vendre deux ou trois fois quarantaine de textes organisés géographiques, mais aussi
plus cher. Mais de là à affirmer qu’il y a une prise en quatre grandes thématiques. Il sociologiques, économiques,
de conscience de la valeur marchande du pay- forme une synthèse dont l’objectif historiques ou encore politistes, qui
sage… Les aménagements des bourgs ruraux sont principal est d’analyser les ont été mobilisées dans cet ouvrage.

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 69 ■ 41