Vous êtes sur la page 1sur 3
LES TROIS HUSSARDS Caantee por PERVAL 4 Sos Lyrique x a au Petit Casino y Présie de Gustave NADAUD PEformat If Masigite de Piano 6 0.DHAVERNAS La Lyre Musicale i i Paris, COUTAREL £diteur,13,Feubt Mon!mzrtne, dans le Cour rds dv Boulevard) | | Tos trots te tradecton dentrution et cqpodctio dees Fit LES TROIS HUSSARDS SCENE LYRIQUE Avee werompagnement @’Orgur wt Cloche ad libitum Onbres dessinies par G.LAMPURE, 4 Poosie de Musique de GUSTAVE NADAUD. O. DHAVERNAS, . Allegretto 2 px F-Gaiement ’ = Gar-de Qui s’en re_ve.naient en con-gé. Ils chantaient de fa-con lar. de. Et marchaient dun air dé ga. ge. lent. i Ba en asa gaiement (Me vais re-voir celle que i Pai-me, C'est Margo-ton, dit le pre- amourenisement avec chaleur: r, Clest Made-lon, dit le den_xieme, CestJeanne-ton, dit le der_ “Tempo 12 a que parle a Un homme était sur leur pas. sa-ge: Eh! c'est Jean le sonneur, je crois, Quoi de nonvean dans le vil -la~ge, Tout va to saiement ji fois?» = jours comme autre -fPi8%p: 5 deity en_chexvotant ao Et Mar.go-ton no-tre voi - MYai son - ne ses veux an dernier, Car elleest ‘Tempo I? 1 Vi-si-tan -di-ne Dans le cou_vent de Noir_mou -tier . Droits dexiout ay LYRE MUSICAL, F.COUTAREL:B6 ou Puhr estmarte tS Paris tradi repo ne cavee hesitation \ da! Pour elle j'ai son-né, Voila dix mois,son mari __ a Tempo Tl? 4 ove courant = = = : = ns s = a es = a ~ ge, Voi-ld dix joursson premier- me, pee rea \ A "yh -ton—, dit le troi -sié_me , Toujours heureu se? sasel = ment! Trois mois passes, au-jourd’hui méme, J’ai son-né son en-ter-re~ Tempo I 5 F avec depit et ironie = meat . Sonneur, eouvent de Noirmou -tier, Dis-lui que je bli - cite, Et que | lento aver tnistusse 1 je vais me mari — er. Sonneur, si tu voisMade. ; = : = lei ne Dans la maison de son. poux, Dis-Iui que je stis ea-pi - Largo. wee une -neur,quand tu verras ma mé.re Va la sa-lu-er cha-peau-bas; Dis - = ee Es oe x = r a a ie = Ini que je suis a la guerre, Bt que je ne reviendrai pas NN, MES Hey GraveroeLefayette 15.