Vous êtes sur la page 1sur 19
Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de

Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

Concepteur du cours:

Jilani LAMLOUMI & Mongia BEN BRAÏEK

Attention !

Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'UVT. Il est strictement interdit de la reproduire à des fins commerciales. Seul le téléchargement ou impression pour un usage personnel (1 copie par utilisateur) est permis.

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 I. DEFINITION Energie magnétostatique Soit un

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

I. DEFINITION

Energie magnétostatique

Soit un circuit (C) parcouru par un courant d'intensité I et soit son flux propre.

On appelle énergie magnétique, le travail minimal qu'il faut fournir au circuit pour faire passer l'intensité et le flux propre de la valeur zéro aux valeurs finales I et .

II. ENERGIE MAGNETIQUE DANS LE CAS DE CIRCUITS RIGIDES FILIFORMES

II.1 Circuit unique filiforme

Soit un circuit (C) de résistance R, d'inductance propre L, montés aux bornes d'un générateur

de force électromotrice E.

Le circuit peut être schématisé

comme l'indique la figure 2. A l'instant

t = 0, on ferme l'interrupteur K. Le

phénomène d'auto-induction dans la

bobine se traduit par l'apparition

d'une f.é.m induite aux bornes de la

bobine, donnée par :

e (t) - L

d i(t)

dt

K i(t) R E L
K
i(t)
R
E
L

Fig.2

L'application de la loi d'Ohm permet d'écrire :

E L

d i(t)

dt

R i(t)

2

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Soit : L d i(t) dt

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Soit :

L

d i(t)

dt

R i(t)

E

Energie magnétostatique

Multiplions par i(t) dt et intégrons entre les instants 0 et t :

t

0

E i(t) dt

t

0

R i

2

(t) dt

I

0

L i(t) d i(t)

t

0 E i(t) dt représente le travail fourni par le générateur;

t

R i

0

2 (t) dt représente l'énergie dissipée par effet Joule dans le circuit.

Le terme

I

0 L i(t) d i(t) est égale à

dans la bobine.

1 L I

2

2 , il représente l'énergie magnétique emmagasinée

On définit l'énergie magnétique emmagasinée par le circuit par :

W 1 2 L I 2
W
1 2 L I 2

(4)

Comme,  L I , on peut aussi écrire :

W  1 2  I
W 
1 2  I

(5)

Cette grandeur est positive. Elle est stockée dans la bobine. Elle peut être récupérée : en effet si on annule la f.é.m du générateur, l'intensité du courant va décroître et s'annuler.

L'équation différentielle qui régit l'évolution est :

, dont la solution

L

d i(t)

dt

R i(t)

0

correspondant aux conditions initiales ( i(0) = I ) est :

i(t)

I e

R

L

t

.

II.2. Cas de deux circuits couplés

3

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Reprenons l’expérience précédente dans le cas

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Reprenons l’expérience précédente dans le cas de deux circuits (C 1 ) et (C 2 ) d'inductances propres L 1 et L 2 , de résistances R 1 et R 2 , de forces électromotrices E 1 et E 2 et d'inductance mutuelle M (M 12 =M 21 ). Soient i 1 (t) et i 2 (t) les intensités du courant dans les deux circuits à l'instant t.

i 1 (t) i 2 (t) R 1 R 2 E 1 E 2 L
i
1 (t)
i
2 (t)
R
1
R
2
E 1
E
2
L 2
L 1
Fig.3

Energie magnétostatique

Supposons, qu'à t = 0, i 1 (0) = i 2 (0) = 0. Les équations différentielles permettant de calculer

i 1 (t) et i 2 (t), en régime lentement variable, sont :

E

E

1

2

R i

1

R

2

1

i

(t)

L

1

2

(t)

L

di (t)

1

dt

M

di

2

(t)

dt

2

di

2

(t)

dt

M

di (t)

1

dt

Multiplions la première équation par i 1 (t) dt, la seconde par i 2 (t) dt, ajoutons et intégrons entre les instants 0 et t :

t

0

(

E i (t) dt

1

1

E

2

i

2

(t) dt

I

0

1

L i (t) di (t)

1

1

1

I

0

2

)

L

2

i

t

0

R i

1

2

1

(t) dt

2

(t) di (t)

2

i

0

1

t

0

I

1

R

2

, i

2

I

i

2

2

2

(t) dt

M d

( i (t)i

1

2

(t) )

On

définira

magnétique emmagasinée par les circuits par :

W

m

1 L

2

1

2

I

1

1

2

L

2

I

2

2

M I

1

I

2

Comme le flux 1 , traversant ( C 1 ), peut s'écrire :

1 L1 I1 M I2 2 L2 I2 M I1

Le flux 2 , traversant ( C 2 ), peut s'écrire:

On voit que W m peut s'écrire :

l'énergie

4

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 W m  1 2 (

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 W m  1 2 ( I

W m

1 2 ( I

1

 

1

I

2

2

)

(6)

Energie magnétostatique

II.3. Cas de plusieurs courants

Dans le

cas où

on a n circuits filiformes, parcourus par des courants I 1 , I 2

,

I

n ,

l'énergie magnétostatique totale, donnée par la généralisation de l'expression (6), est :

n

1

2 i 1

i

W

m

I

i

(7)

III. ENERGIE MAGNETIQUE D'UNE

DISTRIBUTION VOLUMIQUE DE COURANTS

Soit une distribution volumique de courants qui crée en tout point de l'espace un champ magnétique. On décompose cette distribution en tubes de courants d'intensité dI traversés par des flux . D'après la relation (7), L'énergie magnétostatique du tube de courant s'écrit :

 

dW m

1 2 dI

 

Avec

dI

j . dS

et



D'où :



S

 B. dS



rot  A . dS

S

W

m

1 2 

j (M).A(M) d

C

(8)

 A.d

L'intégrale étant étendue au volume total parcouru par les courants, mais puisqu'à

l'extérieur de la distribution on a

j  

0 , cette intégrale peut être étendue à tout l'espace.

Remarque

Cette expression est analogue à celle de l'énergie électrostatique d'une distribution

volumique de charges :

W

e

1

2



V d

IV. LOCALISATION DE L'ENERGIE

5

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 MAGNETOSTATIQUE En tenant compte de l'expression

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

MAGNETOSTATIQUE

En tenant compte de l'expression

rotB 



0

j

Energie magnétostatique

, l'expression (8) peut s'écrire :

W

m

1

2

o



 rot B.A d

 

Or,div( A

B )

   

B . rot A - A . rot B

On reporte dans W m :

W

m

1

2

o



div( A

 B . rot A

 

B )

d

W

m

1

2

o



B

2

d



 

(puisquerot A

B )

1

2

o



 



0

div ( A

B )d

La deuxième intégrale est nulle en effet :



div(A  

B) d





S

  B) .dS

(A

Le choix de S n'est pas essentiel du moment que cette surface englobe tous les courants, choisissons pour S une sphère de rayon R . Si on fait tendre le rayon de la sphère vers l'infini :

A varie en

1

r , B en

r 1 2

et dS en r²; il s'ensuit que le produit

(A

B).dS varie en 1 r et tend vers

ro lorsqu r tend vers l’infini. La deuxième intégrale s’annule donc et l'expression de l'énergie magnétostatique se réduit donc à :

de l'énergie magnétostatique se réduit donc à : W  m 1 2  0 

W

m

1

2

0



espace

d

(9)

Cette expression de l'énergie montre que l'énergie magnétostatique d'un système de

courants est localisée en tout point de l’espace où le champ magnétique

ainsi une densité d'énergie en tout point de l'espace par :

B existe. On définit

Remarque

dW B² w  m  m d  2  0
dW
w
m
m
d 
2 
0

(10)

6

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Energie magnétostatique On peut obtenir l'expression

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

On peut obtenir l'expression du coefficient d'auto-inductance L d'un circuit quelconque parcouru par un courant I, en utilisant les deux formes d'expressions de l'énergie magnétostatique données par les formules (4) et (9). Soient :

W m

D'où :

1

2

LI²

Application

1

2

0



d

espace

L

1

0



B²d

(11)

Calcul de l'énergie magnétostatique, par unité de longueur, d'un solénoïde infini, de rayon R, parcouru par un courant I.

Les

B(r

expressions

R)



0

N I

du

et B(r

champ

R)

0

.

magnétique

créé

L'énergie magnétostatique est donnée par :

W

m

1

2

0



B²d 

espace

1

2

0

longueur :

W

m

1 N²

2

0

R² I

2

R

2

1

2

0

2

0

²

par

le

solénoïde

sont :

Soit l'énergie, par unité de

EXERCICES DES CHAPITRES 3,4 et 5

Exercice 1

Un câble coaxial est formé de deux conducteurs cylindriques

z
z
 

R

1

 

7

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

I

I R 2 R 3
I R
2
R 3
Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 coaxiaux C 1 et C 2

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

coaxiaux C 1 et C 2 . C 1 est plein de

rayon R 1 et

de rayons R 2 et R 3 ( R 1 < R 2 < R 3 ).

d'axe z'z et C 2 creux

Le conducteur C 1 est parcouru par un courant électrique d'intensité I

de densité uniforme

j j k et C 2

est parcouru par un courant de même intensité mais circulant en sens inverse.

Energie magnétostatique

1. Calculer le champ magnétique créé en tout point M par ce câble supposé infini.

2.a. Calculer l'énergie magnétique emmagasinée par unité de longueur du câble.

b. En déduire le coefficient d'auto-induction L par unité de longueur

c. Etudier le cas où R 2 = R 3 .

3. Reprendre toutes les questions dans le cas où les courants sont

des conducteurs.

répartis sur les surfaces

Solution

1. Le plan

(M, u r , k )

est un plan de symétrie pour la distribution de courant, le champ

magnétique B(M) est alors porté par

u

. La distribution du courant présente une symétrie

cylindrique, B(M) ne dépend que de la distance r du point M à l'axe z'z :

B(M) B(r) u

.

On applique alors le théorème d'Ampère en calculant la circulation de B(M) le long d'un

cercle (C) d'axe z'z et de rayon r :

8

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1  (C)   B.d 

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

(C)

B.d

 

2

r B(r)

1 er cas : 0 r R 1

(C)

 

B.d

 

2

r B(r)



0



 

S

j .dS

j

 

0

expression est donnée par :

D'où :

I



B (M)

1

 

S j .dS

B(0

 

j

 

r

2

R

1

I

 

R

1

)

j

R

0

I

2

1

2

R

2

1

2 ème cas : R 1 r R 2

r u

r

2



0

D'où :

B

(C)

B .d

 

2

2

(M)

B(R

1

3 ème cas : R 2 r R 3

r B(r)

 

r



R

2

)

0

I

0

I

2

r

u

(C)

Avec: I'

On a: j'

 

B .d

 

2

r B(r)



S

 

j' .dS

I

 

j'

(R

2

3

R

2

2

)

(r

2

et



- R

2

2

I'

0

)

(r

et

2

(I

I')

I

R

2

2



)

(R

2

3

R

2

2

)

S

 

j'.dS

 

j'

( R

2

3

Soit :

B (M)

3

B(R

2

 

r

R

3

)

0

I

2 r

(1

r

2

R

2

2

R

2

3

R

2

2

) u

I

r

2

R

2

1

R

2

2

)

Energie magnétostatique

j étant

uniforme

et

son

4 éme cas : r R 3

C

 

B .d

B2

r

 

0

(I

I)

2.a.

L'énergie

W



magnétique

espace

B

2

2

0

d



0

 

B (M)

4

B(r

emmagasinée

dans



espace

B

2

2

0

rdrd

dz

R

3

)

un

0

volume

L'énergie par unité de longueur est égale à :

est

donnée

par

:

9

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 W     2

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

W

2

B

2

rdr

2

0

0

2

B rdr


 

0

R

0

1 B

0

I

2


 

1

4

4

2 rdr
1

R

R 1

2

B

2

2

rdr

R

3

R

2

Log

R

2

R

4

3

R

1

2

(R
3

R

2

)
2

2

B

2

3

r dr

R

3

B

2

4

r dr

Log

R

3

R

2

2

3R

2

3

R

2

4(R

2 )
3

R

2

2

W

1

LI

2

R

4

3

b. On a par définition:

L

1

 

0

2

4

Log

R

2

2 .Soit :

Log

R 1 )

(R

2

3 2 R

2

2

R

3 3R

R

2

2

4(R

3

2

2

3

R

2

R

2

2

)

Energie magnétostatique

c. Si R 2 = R 3 ( le conducteur C 2 est d'épaisseur négligeable )

L

1

0

2

4

Log

R

2

R

1

3. Si les courants se répartissent à la surface ( les conducteurs C 1 et C 2 sont creux et

d'épaisseurs négligeables), les expressions du champ magnétique

B

ne sont plus les mêmes.

1 er cas : 0 r R 1 : B 2 r = 0

B(M) 0

2 ème cas : R 1 r R 2 : B 2 r = 0 I

B(M)

0

I

2 r

u

3 ème cas : R 2 r R 3 :

B(M)0

4 ème cas : r R 3 : B 2 r = 0 ( I - I ) = 0

B(M) 0

1

2

0

R

2

R

1

(

0

I

2

W

4

2

r

2

0

2

)2

rdr

Log

R

2

R

1

D'où :

L

Remarque

0

I

2

4

Log

R

2

R

1

10

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Energie magnétostatique On sait que la

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

On sait que la capacité par unité de longueur d'un condensateur cylindrique est

C

2



0

Log

R

2

R

1

, on peut remarquer alors que

LC    

0

0

1

c

2

. Soit LCc 2 = 1. c est la vitesse de

propagation des ondes dans le vide, elle est égale à 3 10 8 m/s

Exercice 2

On considère une bobine torique de section rectangulaire, de hauteur h et de rayon R 1 et R 2 , comportant N spires jointives parcourues par un courant d’intensité I de même sens.

z R 2 R 1 I z’
z
R
2
R
1
I
z’

1. Déterminer l'expression du champ magnétique

B , créé en tout point M.

2. En déduire le coefficient d'auto-induction L.

Solution

1.

Calcul du champ magnétique

B

La bobine torique est caractérisée par une symétrie de révolution autour de l'axe Oz. Un point M est repéré par ses coordonnées cylindriques (r,,z) : le module du champ ne

dépend que de r et z.

Le plan (M, u r , u z ) B(M) B(r,z) u

.

est un plan de symétrie :

Pour appliquer le théorème d'Ampère on choisit pour contour fermé un cercle de rayon r et d'axe Oz.

11

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1  (C)   * Si r

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

(C)

 

*

Si

r

<

R 1

si

r

B .d



0

I

0

 

B

0

>

R 1 +R 2 ,

l'expression

Energie magnétostatique

du

théorème

d'Ampère

donne

:

Le champ magnétique

cas d'un solénoïde.

B est nul pour tout point M extérieur de la bobine, comme dans le

* Si R 1 < r < R 2 , l'application du théorème d'Ampère à un cercle de rayon r, qui est traversé par N fils portant chacun le courant I, donne :

(C)

B .d

 

2

r B



0

N I

B

Remarque

les expressions du champ magnétique

torique de section non rectangulaire.

B

NI

2 r

0

u

établies sont valables même pour une bobine

2. Pour déterminer le coefficient d'auto-induction L, on doit calculer le flux propre du tore : = L I, si l'on désigne par I l'intensité constante du courant qui circule dans la bobine torique.

Le flux propre de

spire de l'enroulement est :

B à travers une

 

1



S

B

.dS

R

R

1

2

R

2

0

N Ih

R

0

1

2

N Ih

2

r

Log

R

2

R

1

dr

B h dr

h

R 2

N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R
N Ih R 0 1 2 N Ih 2   r Log R 2 R

r

R

1

dr

Le flux total à travers l'ensemble des spires est :



N

 

1

0

N

2

Ih

2

Log

R

2

R

1

D'où l'expression du coefficient d'inductance :

12

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 L   0 N 2

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

L

0

N

2

h

2

Log

R

2

R

1

Energie magnétostatique

Exercice 3

On place à l'intérieur d'un solénoïde (S 1 ) de longueur 1 , de rayon R 1 et possédant N 1 spires

parcourues

de rayon R 2 (R 2 > R 1 ) et possédant N 2 spires parcourues par un courant

d’intensité I 2 ( Fig ). Les longueurs des solénoïdes sont supposées très supérieures aux rayons

courant d’intensité I 1 , un deuxième solénoïde (S 2 ) de longueur

par

un

2 (2 1 ) et

(1  R1

2  R 2 )

R2 R1 I1 I2 z’
R2
R1
I1
I2
z’

z

2 1
2 1

1.a. Calculer le flux 12 du champ magnétique B1 créé par le solénoïde (S 1 ) à travers le

solénoïde (S 2 ).

b. Calculer le flux 21 du champ magnétique

solénoïde (S 1 ).

B2 créé par le solénoïde (S 2 ) à travers le

13

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Energie magnétostatique c. En déduire l'inductance

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

c. En déduire l'inductance mutuelle M des deux solénoïdes.

2. Déterminer l'expression de l'énergie magnétique W m du système.

3.a. Le courant d'intensité I 1 est variable dans le temps. Donner l'expression de la force électromotrice induite e dans le solénoïde (S 2 ).

A créé par un solénoïde, retrouver

b. En utilisant l'expression du potentiel vecteur l'expression de e.

Solution

B

1.a.

12

N 2



S

2

1 . dS

dS

N

2

B

1

S

 

( B

1 

0

n I

1

1

k ,

dSk ,

2

n

N

2

1

N

0

1

n

1

1

)

I

1

2

R

1

b.

21

N 1

( Seules

2

1



S

1

2

1

N

1

B

2

.dS

N

2

0

n

1

I

2

R

2

1

spires sont traversées par le flux créé par B )

2

c. L'inductance mutuelle M des deux solénoïdes est définie par :

M

12

I

1

21

I

2

Remarque



0

n

1

N

2

R

2

1

Si les courants I 1 et I 2 n'étaient pas de même sens, l'inductance mutuelle M serait négative.

2. L'énergie W m du système des deux solénoïdes est donnée par :

W

m

L

1 R

1 L I

2

(n

1

2

2

1

2 1

1

2  

0

2

I

2

2

MI I

1

1 2

1

I

2

1

n

2

2

2

R

2

2

2

I

2 )

2



0

n

1

N

2

2

R

1

I

1

I

2

3.a. Si l'intensité du courant I 1 dans le solénoïde (S 1 ) varie, il y aura variation du flux dans le

solénoïde (S 2 ), donc apparition d'une f.é.m d'induction :

d

12

dt

N

1

N

2

2

dI

1

1

dt

e 



0

1

R

14

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1  b. Le potentiel vecteur A

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

b. Le potentiel vecteur A1(M)

Energie magnétostatique

créé par le solénoïde (S 1 ) parcouru par le courant I 1 en un

point M distant de r de l'axe est donné par :

A (M)

1



0

n

1

I R

1

2

1

2r

u

Si l'intensité I 1 du courant varie dans le temps, il en est de même pour A1(M) . Il apparaît en

tout point de l'espace un champ électrique d'induction :

La force électromotrice d'induction est :

e

C

2

E .d

i



Soit : e



0

n

1

N

2

Exercice 4

0 2

R

2

1

R

2 dI

1

dt

0

n

1

R

2

1

dI

1

2R

2 dt

d .

E

i



A

1

(r

R

2

)

t

Un fil conducteur rectiligne de longueur infinie, parcouru par un courant I 1 , et une spire

rectangulaire ABCD indéformable, de côtés a et b parcourue par un courant I 2 , placés dans le

même plan à une distance l’un de l’autre.

z

 
 

A

I

2

B

 

 

I

1

 

b

O

D

C

 

a

y

Déterminer les expressions :

15

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Energie magnétostatique 1. du coefficient de

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

1.

du coefficient de mutuelle induction fil-spire.

2.

de l’énergie potentielle d’interaction de la spire avec le champ magnétique créé par le

fil.

3.

de la force résultante qui s’exerce sur la spire rectangulaire.

Solution

1. Le champ magnétique B(M) créé en un point M, distant de y du fil, est donné par :

B(M) 

μ 2πy I

0

1

i.

Le flux ddu champ B(M) à travers un élément de surface rectangulaire dS de la spire,

de largeur dy et de hauteur b, est donné par :

d

 

B(M). dS

0

I

1

2

y

bdy

Le flux total de B(M) à travers toute la spire est :



0

I

1

b

2

a

dy

y

0

I

1

b

2

Log

a

Compte tenu de la définition de M,   M I1 .

D’où :

M

0

b

2

Log

a

2. L’énergie potentielle d’interaction W p est définie par :

W

p



I

2



M I

1

I

2



0

I

1

I

2

b

2

Log

a

16

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Energie magnétostatique 3. Les forces agissant

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

3. Les forces agissant sur AB et DC sont égales et opposées et leur résultante est nulle :

Les forces agissant sur BC et DA sont perpendiculaires au fil et portées par Oy. La force résultante des actions magnétiques sur la spire est donc parallèle à Oy. Soit F y l’intensité de cette force.

Si on désigne par dla variation du flux due à un déplacement élémentaire dpositif,

d, la résultante F y a pour

on a d’après le théorème de Maxwell : dW I2

d

Fy

expression :

F y

I

2

d

d

I

2

d

 

d

0

2

I b

1

Log

a  

0

I I

1

2

b

 

a

2

 

(

a)

Remarque

La force F y est négative, elle est dirigée selon les y négatifs ; il s’agit donc d’une force d’attraction.

Exercice 5

On considère deux solénoïdes (S 1 ) et (S 2 ) indéformables, coaxiaux, de rayons R 1 et R 2 ( R 1 < R 2 ) et comportant respectivement n 1 et n 2 spires par unité de longueur. Ils sont parcourus par des courants de même sens, d'intensités constantes I 1 et I 2 . Le solénoïde (S 1 ), de longueur 1, plonge d'une longueur z à l'intérieur du solénoïde (S 2 ) fixe.

On admettra l'approximation des solénoïdes infinis.

I 2 z’ z
I
2
z’
z

z

17

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Energie magnétostatique 1.a. Déterminer l'expression

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

1.a. Déterminer l'expression du flux total du champ magnétique créé par le solénoïde

(S 2 ) à travers (S 1 ).

b.

En déduire l'expression de la force magnétique

F agissant sur le solénoïde (S 1 ).

2. Déterminer :

a. L'expression de l'énergie potentielle d'interaction du solénoïde (S 1 ).

b. Le coefficient d'inductance mutuelle des deux circuits.

3. On lâche le solénoïde (S 1 ), (S 2 ) étant fixe.

a. Déterminer la position finale de (S 1 ) ainsi que son énergie potentielle d'interaction

dans cet état final.

b. En déduire le travail des forces magnétiques au cours de ce déplacement.

Solution

1.a. Le champ magnétique B2 créé par le solénoïde (S 2 ) à l'intérieur est uniforme et a

pour expression :

B

2

 n

0

2

I

2

k

Le

flux

total

du

champ

magnétique

B2 à

travers

le

solénoïde

(S 1 )

est

égal

à

:



n zB S

1

2

1



0

n

1

n

2

I

2

R

2

1

z

( Le nombre de spires du solénoïde (S 1 ) placées dans le

champ magnétique B2 étant égal à n 1 z ).

b. L'expression du flux est fonction de z. La force agissant sur le solénoïde (S 1 ) est

donc portée par l'axe z'z. L'expression de cette force est donnée par :

F

z

I

1

d

dz



0

n

1

n

2

R

2 I

1

1

I

2

18

Concepteur du cours: M. BEN BRAÏEK & J. LAMLOUMI

Université Virtuelle de Tunis Physique - électricité : TC1 Energie magnétostatique Cette force étant positive,

Université Virtuelle de Tunis

Physique - électricité : TC1

Energie magnétostatique

Cette force étant positive, elle est dirigée dans le sens des z croissants. Elle tend à faire pénétrer le solénoïde (S 1 ) dans le solénoïde (S 2 ). Ceci est conforme à la règle de flux maximal.

2.a.

L'énergie

W

i

 

I

1

0

potentielle

n

1

n

2

I

1

I

2

R

d'interaction

2

1

z

du

solénoïde

(S 1 )

est

définie

par

:

b. Le coefficient d'inductance mutuelle est défini par :

M 2 

I

0

n