Vous êtes sur la page 1sur 3
Le Figaro (Paris. 1854) Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Le Figaro (Paris. 1854)

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Le Figaro (Paris. 1854). 1854. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour
Le Figaro (Paris. 1854). 1854. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour

Le Figaro (Paris. 1854). 1854.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public

provenant des collections de la BnF. Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

- La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.

- La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait

l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

- des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur

appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés,

sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. - des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la

mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de

(ou

autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions

d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet

1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter utilisationcommerciale@bnf.fr.

FRANCIS

MAGNARD

Rédacteur en chef

ÀJ PÉRIVIER Secrétaire de la Rédaction

DE MIDI

A

REOACiriOM

MINUIT, RUE

DROUOT,

Les manuscrits ne sont pas rendus

PUBLICITÉ SB 1" BT DE a* PA.0B

20, me Drouot

NIETSCHE

iLes

socialistesparlent

car qu'aboutit

d'un

philosophe

des

temps préhistoriquesqui, après

résumait tout

le

fruit

de

ses

cette courte phrase

:

apparemment

avait

com-

grec

avoir beaucoup observé et beaucoup ré-

fléchi,

recherches dans

«

II

n'y

-La

a

rien.

»

destinée à finir

mencé;

métaphysique était

par

elle

c'est à la même conclusion

un

petit volume, ré-

pos-

l'oeuvre

de

musique,

le

nihiliste

cemment publié à Leipzig,

logue,

et le

poète,

dernier

des

docteur Frédéric Nietsche,

professeur à l'Université de Bâle, philo-

compositeur

thume du

métaphysiciens.

OEuvreposthumen'est peut-être

pas fût, le malheureux !

le

.

Chaque jour aussi, depuis

ses

Allemagne ou

ne

instruit qui

au

l'ait

soit peu tout verve,

de

moins senti

n'a

su

Frédéric Nietsche pas

le copient.

un

mot qui convient,

n'est

mort.

qu'il

ans

de

davantage de

les Allemands

Mais car mieux vaudrait

Depuisquatre

la paralysie générale s'est emparée

ses

moelles, et

chaque

ressembler à

jour

un

il

cesse

homme.

ans,

quatre

sa

Mais il

par

avec

a

trans-

compatriotes subis-

doctrine.

des innombrables écri-

sentdavantage l'influencede

Je

parle

ne

pas

vains qui

n'y a pas un

l'imitent

en

se

la

jeune homme lu, et qui ne troublé

la hardiesse, l'implacable obs-

nihilisme. Personne, de- n'a exercé dans

tination

puis

une

Lessing, son

son pays

dire aussi à dire, et

Nourri bien

Schopenhauerde

action aussi forte.

que personne

ce

qu'il

C'est

clairement

un

avait

charme aussi

pénétrant.

que

plus profondément

nement de

L§.

classiques

fantaisie

moralistes français,

Rochefoucauld ;

il

grecs,

poésie.

et la

Nietsche

porté nos dans la métaphysique allemande

la précision de style, l'aisance de raison-

Montaigne, de Pascal et de

nourri surtout des

transporté,

cesse

il

;

la

allie il revêt les

y

a

Sans

la raillerie à la dialectique

principes abstraits d'un riche manteau

d'images imprévues et brillantes.

Et

personne non

plus,

parmi

cien. Il est le

de

ceux

s'embarrasse

seurs de construire

qué;

sa

un

se

facile; elle

»

ce

tour tout

les phi-

ma-

losophes allemands, n'avait à dire des

choses plus claires,d'un

nifeste. Compositeur,poète, philologue,

Nietsche reste avant tout

intérêt plus

un

métaphysi-

direct de Leib-

ses

ne

prédéces-

réduit tout

en-

a

monde: la philo-

et

il

a

fait voir

niz,deKant,de successeur Hégelet de Schopenhauer ;

qui ont cherchél'absolu

sous les

phénomènes,

le fond du fond. Mais il

pas comme

système compli-

métaphysiqueest de compréhen-

sion plus

tière à cette

rien. Seulement, noncé de

forcé de le démontrer. Il

courte phrase ; « II n'y

principe, au

l'on pouvait croire

;

lieu de s'en tenir à l'é-

Nietsche s'est ef-

a

pris

tour à

as-

suré et solide,de parle

sophie, la science, la religion, la morale,

ce que

le

avec

sentiment, chimères. gros

un

comme

l'action

de sa

de

rire que tout cela n'était

il

souciait

de

des ne sujets,

se

pas

portant

de-ci

fantaisie,

infati-

son toujours

que

Et

l'ordre logique

de-là,

gré

il

au

gable appareil

démolition,

présenter

sous

son

qu'il voulait

conve-

démolir a su

nait

les choses

le meilleur jour qui

ses

intéresser

oeuvre

lecteurs. Il

C'est

par

donné pour à d'actualité

qu'il a

nesse

a

métaphysique l'air

d'un pamphlet.

conquis tant d'empire sur la jeu-

qui

il

est en

train

de toute

pensée

allemande, à

d'apprendre

et

de

l'inutilité

toute action, le néant universel.

***

Mais il

toujourstemps de revenir

Nietsche. Je crois

où tra-

la philosophie sera de

que

du

sur

même

le moment approche

commentateurs,

en

ducteurs,

vont la rendre aussi

imitateurs

chez nous

dans

populaire

qu'elle l'est déjà

les

Allemagne et

Nord. Je

voulais seulement

pays

aujourd'hui

vient

bizarre :

de

(ivre

signaler le petit volume qui

Leipzig,

titre

sous

ce

Zarathuslra,

un personne (qua-

le volume

paraître à

Ainsi

a

tous

parlé

et

pour

pour

trième et dernière partie).

Comme

ce

titre

l'indique,

nouveau est destiné à servir d'épilogue

ùun

trois

ont

publié précédemment.

de

ouvrage,

en

Les

premières parties

effet

dès

paru

pasteur

Zarathuslra

qua-

1888. C'est le tuteur

qui s'est

de Nietsche,le

dangereuse

pasteur

Pour

testament

Guetté déjà

Dehler,

alors

trième partie, la jugeant

opposé à la

que

publication de la

les trois

sans doute plus

autres. Mais

le

mourir,

et

nous

entier.

Dehler vient de

1885,

possédons enfin l'ouvrage tout

avoir été écrite,

de l'ouvrage,en

de

la

le reste quatrièmepartie

comme

pas

de

moins la

Nietsche.

c'est à

peine

si

les

ensuite

nouveau livre qu'il

ébaucher

de toutes

pa-

date des

il sert de

c'est là

l'expression

;

choses.

Zarathuslra n'en est

philosophique

la

folie,

pu du

le malheureux par

quelques chapitres a

méditait,

valeurs.

la Dépréciation

Le petit

volume qui vient de

achever en

;

livre préféré

raître est ainsi le dernier

qu'il ait

son

ouvrages

conclusion à

que

nous

pu

devons chercher

définitive de ses idées sur les

***

Dégoûté

de la bassesse et de la sottise

Zarathustra s'est

il de-

et d'un

en

caverne

aigle

amis, il

attend

venir,

dès

hommes, le désert.Dans sage la

au

ses

retiré

en compagnie d'un

seuls

meure, serpent,

souriant l'arrivée de Celui qui doit

l'Uebermensch, le Sur-Homme,le repré-

sentant de la de naître

manquer

nouvelle qui

sur

race

peut

de

la

ne

les ruines

vieille humanité.

est tiré de tresse. Nul

Soudain, Zarathustra

cri de dé- Sur-Homme

un

présen-

sa

rêve

n'est

son doute,

Il

c'est par

le

qui l'appelle

Mais

non,

Ce

Homme.

mes

tent

!

s'élance à son secours.

le Sur-

neuf hom-

ce

sont seulement

pas encore

se

supérieurs qui

tour à tour

eux-mêmes

devant

compassion

Zarathustra,

pour

implorant

et

l'humanité. Et

est l'incarna- pour

plus

hautes

chacun d'eux

tion de l'une des idées les

qui

se

C'est d'abord

Grande Lassitude,le tate avecdésespoirla

sont produites parmi les hommes.

l'Annonciateur de

la

pessimiste,qui vanité de cons-

toutes Cho-

!

LE FIGARO

ses.Puis viennent,escortésd'un âne,deux

Rois,représentant la noblesse du

sang

et

de

l'esprit, Puis,

disgra-

par

des

pour

un personnage

cieux et bavard, qui laisse boire

tout le

sang de petits

ces

ses

sangsues mieux observer

veines

animaux

:

c'est l'Homme de la Science.

lui c'est

discours

appel

de

Au

un Vieux

tout

:

Et après

un

vers wagnériens, fait

Sorcier qui, dans

sens sous

Dieu

luxures en des

prêcher aux le renoncement.

prétexte

succède un Sans

Vieux Sorcier

:

Travail

pauvre

à bénir.

c'est le Pape.

trouve

ne

Dieu est

qui,

est mort ; le

personne

et

Pape

Oui,

plus

voici

le Vilain

Homme, le type de la négation et de la

mort,

tué

précisément celui

résistance.

l'a

Lui aussi vient au-devant de

Zarathustra. Zarathustra rencontre ensuite, assis

au

milieu d'un troupeau

de

vaches,

beau jeune homme plein de douceur, un le

Prédicateur de

mes

ne

maintenant

le

jusqu'alors.

Tels

pour eux

hom-

veulent plus l'écouter, il en est

la Montagne. Les

vaches. Il dit

à

:

ces

pour

«

Ceux-

là seuls qui seront aux pareils

ceux-là

royaume Enfin,

bre, c'est-à-dire lui-même,

vaches,

seuls pourront entrer dans le

des cieux.

Zarathustra rencontre

ou

qu'il

»

son om-

Nietsche,

pensé

a

représentant de tout ce

et

sont les neuf

qui, tour à tour, implorent

sion

hommes supérieurs

sa

compas-

11

l'humanité. Mais bientôt qu'ils sont

pour ne

le reste.

Zarathustracomprend

les recueillir

sa caverne.

Il

les

tous trop décrépits, trop faibles,

mériter

de périr

une

leur pas refuse

fatale à l'avènement

venir. Il se

avec

per et de chanter

compassion qui serait

de Celui qui doit

sou-

la nuit dans

fait rire, il leur fait

contente de leur offrir-à

pour

des chansonnettes et raconter

des histoires

main

de femmes ;

pour

et le lende-

il les congédie

recommencer

à attendre Celui

qui doit venir.

***

Voilà,

quelques mots, l'analyse

partie,

la

de

pas

Banquet

de

de

en

cette

quatrième

Nietsche que Tentation de

poème

avait d'abord

intitulée

Zarathustra.Je

des

qui

rencontres, la

les

litanies

de

supérieurs

que

connais ne depuis le

philosophique

Platon,

merveilleuse fantaisie

puisse être comparé à cette

la variété

sym-

toutes les

pour

inventions, la profondeur des

des

de

style.

A

épisodescharmants

soirée

dans

la

boles, la richesse

pages,

: les neuf

l'âne, que les neuf hommes caverne,

s'empressent

d'adorer dès

un

place

Zarathustraaie

dos tourné. C'est

qui

aura sa

véritable chef-d'oeuvre,

désormaisdans

allemande.

l'histoirede la littérature

Mais

point

et

de

philosophique,

au

vue

le rire

la poésie, c'est l'expres-

du

nihilisme,

ou,

sous

sion la plus complète

si l'on veut, Rien de

rite

ce

de

de vivre,

vanité. Je sais bien

tentation,

sa

confiance. Il attend

me

Nouveau," qui

et

le

rité

l'anarchisme intellectuel.

ne

mé-

qui est dans le monde

Zarathustra

tout n'est qu'erreur et

que,

après comme

reste

avant

de

plein

joyeusement l'Hom-

apporterla vé-

cet

doit lui

bonheur.

Mais, hélas!

pas

Homme Nouveau n'est

L'éditeur

a

du petit volume

Riche,

après que

un

Nietsche

jours

son

près de venir!

:

un

pour

fié-

lui pré-

de l'hu-

précisément publié à la fin

Pauvreté du

écrit en 1888, trois

cri d'an-

poème

a

Zarathustra. C'est

Sur-Homme ;

vie

ans

goisse navrant. Zarathustra attend tou-

mais il l'attend

impatience

maintenant avec

vreuse

;

il

parer

enfin

a

sacrifié une sa

les chemins ; il s'est isolé

ma

Vérité

sa

manité. Affolé de

réclame

qui doit venir. une Enfin,il l'aperçoit.

vaine attente, il

dernière fois le Révélateur

qui

va

me

«Voici

parler!

»

:

s'écrie-t-il. Et sa Vérité lui dit seulement

« Malheureux Zarathustra! »

Oui, malheureux Zarathustra ! Il

mais

été

a

victimede

confiancequandmêmedans

humaine, dont

n'a

personne

Il

lui démontré l'inanité.

que

il

s'est

les riches d'es-

d'ignorance, de

n'a ensuite

di-

d'esprit!

le Prédicateur

»

cette raison sa

mieux

épuisé

que

à faire voir

prit n'étaient riches que

vanité et de misère

songé qu'à

;

se

sait

:

Heureux

les

«

nir pareil

leur

aux

moquer de la voix qui

pauvres

Le malheureux!

de la Montagne lui

pour-

peu

récemment le

docteur Nietschedans mes la maison de santé

badoise il est enfermé. Il

Lorsque

a

conseillé de deve-

bornent toute

un

vaches, qui

ambition à vivre

amis

personne,

et aimer,

quoi n'a-t-il été sensible qu'à

comique de

de

Un

ce

naît

plus

laforme

conseil divin?

a vu

il

ne

ne recon-

parle plus. Le

plus original écrivain

contemporaine,

allemande,

taphysicien

tage

de l'Allemagne

jeunesse

le maître de la

Zarathustra, le dernier mé-

tous les jours davan-

l

cesse

à un homme

d'être pareil

des confusions : on prend un professeur illustre

assassin,

réciproquement.

pour

Afin

un

et

d'éviter le retour de ces méprises

nous avons résolu de mouler désormais la tète

du supplicié seulement et de la poser sur un

déplorables;'

plateau de plâtre

Tout cela est invention sans doute! N'insis-

tons

la revue : voici Mathelin,

pas

et

passons

Kaps,

Sellier,

Allorto, Ribot, Jeantroux, Ga-

gny, l'assassin de la Gloire-Dieu, d'autres en-

core

La tête des uns se dresse, toute droite

;

;

les

autres ont, au contraire,

arriére

avant, sur le point de tomber. C'est

le front rejeté en précipiter en

se

la

que la section ait été

pas toujours avec

d'autres semblent

de coupe

par

!

tête a été moulée

sans que rectifiée, et Deibler n'opère

le même angle

Avec Ribot,

exemple, le bourreau a en-

tamé fortement

Puis,

les aides

que endommagées. Ainsi, Allorto a une écorchure

du

au-dessus de l'arcade

sourcilière. Quant

front enlevée,

le maxillaire inférieur

jettent les

têtes dans le panier avec

souvent elles sont

a

eu la peau

une précipitationtelle

à la

on a reproduit le

a sur le

M.

lèvre inférieure ; Mathelin

nez un

un peu

à

tatouage

:

Frey, sur le front duquel

Pas de chance, il

bouton dont il souffrait et dont

Deibler, excellent médecin,l'a radicalement

guéri.

Mais combien il est curieux d'observer ces physionomies, si différentes d'expression! Ri-

pointu, semble rire, d'un

rire contenu,comme quelqu'un « qui vient d'en

vière, avec son nez

faire une bien bonne

sont semblables

comme ils l'ont été,

Sellier, sans la moustache blonde

reau lui a enlevée,

homme; Gagny a la figure

Ribot et Jeantroux

»; à eux-mêmes, impassibles,

paraît-il,

à l'audience;

a presque

le bour-

que l'air d'un honnête

d'un

paysan

rusé,

Mathelin, la finesse de traits d'un grand sei-

Campi, avec ses pommettes

dirait

on

dirait un idiot, un crétin.

saillantes,

gneur;

paraît énergique

crépus,

;

lès cheveux de Pranzini sont

ceux

d'un

nègre. Quant à

Kaps, on

Les cerveaux sont aussi conservés et servent aux études des disciples de Broca. Les mains

sont moulées

qui ont frappé

reux

Souhaitons

également. Le

tout,

nous de comparer les grands criminels avec les

hommes.

que contribuent quelque jour à la diminution du

nombre des crimes.

l'avons dit, sert aux savants dési-

leurs études comparatives

ËCHOS

Trégastel.

LA POLITIQUE

Si cela

une

continue,

il

tous les

le mi-

y

aura

mois

déclaration par laquelle

son

nistère

de

des

cial.

affirmera

ministériel.

ses

énergie contre les

par être

le

par

menées cléricales.

aussi prévu, aussi monotone que

de la

Cela finira

a

cours

circulaire de Mgr été le prétexte

lune.

que

Cette fois, c'est

la

l'évêque de Mende une qui

promesse

un ordre du jour et l'affichage du dis-

d'énergie

On

aggravée

raconte

que M.

un peu

Ricard cours s'est lancé dans la bataille

plus

Mais cette anecdote

il peut se faire

collègues ne

que

me

l'eussentvoulu.

laisse sceptique:

le discours du garde

plus tard des fruits

rompt les

sceaux porte

le présent, il

chiens, amers ; pour

ce

le

dit vulgairement,

comme on

Congo, en

coloni-

qui

Tonkin et toute

le Dahomey, le

l'expansion

concerne

peut

satrice. Par conséquent, il rend service

au

cabinet.

On

lundi des minis- témoigné samedi

une

affichage spé-

tres à ne qui l'on

confiancejugée digned'un

renverser

a

Aux

questions indiscrètes qu'on

adresser

et

Samory,

de

«

le

le droit

a maté

que

la

répondre

les

République,

pour-

rait lui

touchant Behanzin,

ministère

désor-

menées cléri-

la société

Ahmadou n'a-t-il mais qu'il pas

cales

»,

et

moderne et les principes de 89 menacés

Mgr Baptifolier Ricard samedi

9

ont

été sauvés

par

M.

avril entre quatre par

et six heures du soir?

Et puis

sang

il

le

mai. Qui sait si

ne

s'imagine

effacé

y

a

1er

l'âme candide de M.Ricard

pas avoir désarmé les socialistes,

résolu la

tion des trois Huit en agitant le spectre

ques-

noir à la tribune?

le

de Fourmies et

Du point de départ,

de

M.

n'en

a

armée

de

pas

des

la

de

l'interpellation

la

pro-

droit contre

sur

très légitime

tection à laquelle le clergé

les agressions

d'Huist

a

la pseudo-libre-pensée,

été

question;

déclarations

va

se

plu-

minis-

croire

ou

U

tôt,

Le

térielles,

désormais le

ment les

sermons

canaille

droit d'envahirrégulière-

et

d'interrompre les

valait

moins pas

vaut

églises

qui lui déplaisent.

défunt le présent

ne

ministère

M.

grand'chose;

encore. -

F.

T. de Wyzewa.

?

Au Jour le Jour

Il Mil lUf plicies

Il a failli s'enrichir

hier d'un nouvel hôte, ce

;

mais

les

conservés les squelettes

réclama-

sur tions de la famille, réclamations contre les-

curieux musée où sont des condamnés à mort

quelles

proteste

la

Faculté, Anastay a été in-

Musée anthropologique,

n'a

sont là, soigneusement

pas

semaine,prêts

humé et non disséqué.

Dans les vitrines du

rue de l'Ecole-de-Médecine,

les ossements de

Campi, de Gamahut,de Pranzini, de Frey, de

Rivière, de

réclamé les

éti-

tous les suppliciés dont on

corps,

quetés, époussetés deux fois la

& servir aux observationsdes médecins avides

de rechercher les causes des grands crimes.

honneurs du buste, pendant

la

tète

simplement posée

Puis, c'est, dans une bibliothèque, vitrée éga- lement, le moulage des têtes des criminels

célèbres. Mais d'où vient

que les uns ont les

que les autres ont plateau de

sur

un

plâtre ? L'employé qui nous sert de cicerone

yeut bien nous renseigner :

-

Les bustes

les seuls

est d'autres

dans la salle des

que vous voyez

ne sont pas

Il

en

à côté,

notre ennui :

dont nous soyons possesseurs.

que nous

cours.

placés,

Ôr, avons

voyez

dans cette même salle

se des maîtres de la science, et il arrive souvent

trouvent les bustes

L.A TEMPÉRATURE

Le baromètredescend dans l'ouest du conti-

nent. Une

la

zone de faible pression

Le vent est

côtes.

s'avance

sur

Gascogne.

faible, modéré de

centre de l'Eu-

l'Est,

rope,

Dans le

sur signale

on

nos

des pluies et des

l'Allemagne orages. et

mar-

i/i

La température s'abaisse

;

hier

:

matin le sur thermomètre

;

2o°

la Russie

deux

quait, à Paris

à

ii° à Madrid;

i2° au-dessus de zéro

30

160 à Alger

heures ;

â Berlin; io» à Londres

;

et 8° au-dessous à

Moscou.

En

France, le temps beau et chaud persiste;

dans

le Sud; hier,

2403.

Paris,

orageux journée ;

:

190

à

Dans la soirée,

baromè-

au-dessus max. de zéro

;

il reste

très belle

thermomètre

tre : 754mm» c'est-à-dire : pluie ou vent.

Monaco. - Baromètre,

temps. Min. i6»8; max. 2003.

758mm.

^

Très beau

LES COURSES

Au Concourshippique, à

trois heures,

Paris,

Long-

sauts

d'obstacles, Grands Prix de

;

à

cinq heures,

de selle.

Prix, Officiers

champs de chevaux

A deux heures,

Bois de

courses

au

Boulogne.-Gagnants

de Robert Milton :

Prix de

Boulogne

:

Fil de Fer.

x

Prix Hocquart

Prix

:

de la Seine

Prix Rainbow

Prix Blangy

Prix

:

:

:

Courlis.

Espion.

Bérenger,

Livie II.

Vanteaux : Kairouan.

A TRAVERS PARIS

Si les deux élections législatives, qui

lieu aujourd'hui

la

dans

le

Rhône

et

Haute-Garonne, aboutissent,

probable,à

de

résultat dès

un

scrutin, la Chambre

lui était

légis-

ont

dans

comme il est

le premier tour

des

complet.

Cela

ne

députés se trouverademain au grand

pas encore ar-

rivé depuis le début de la présente

lature.

A

rappelons

de cette

nous

ce propos,

au

10

eu

que,

époque

Ces

sités

dations,

2 parles

aux

avril 1893 compris,

laps

soixante-quatorze

au

élections

néces-

^invali-

mois,

aurons

législativespartielles.

divers scrutins auront été

:

33

par les

12

par

décès,

27

par

l'émigration

générales.

Sénat, et

démissions de députés nommés

élections

Un démissionnaire,

que,

ayant

le

dans

M. Franconie, et

il en

treize invalidés

résulte

soixante députés

au Palais-Bourbon.

été réélus,

de trente

nouveaux seront entrés

Nous n'avons

moment de

à Rome.

diplomatique pas en

ce

représentant

M.

Billot, notre

ambassadeur auprès

à Paris,

Président

de

le ministre des affai-

du Quirinal, arrivé avant-hier

deux jours

été

notre

a

République et

rés

ambassadeur auprès

reçu

hier par

le

par

étrangères.

aprèsM. Lefebvrede Béhaine,

du Vatican,

la

Le ministre

un

de la guerre termes

fait signer, duquel M. le

a

le 2e

nommé

hier,

décret

aux commandant

général de Cools,

d'armée,

est

et

néral

membre du

guerre,

Thomassin.

d'armée corps

spéciale. Le gé-

nommé

Conseil

inspecteur

également

chargé d'une mission

de Cools est

en

supérieur de la

général

remplacement du

M. le

général Hervé est nommé

com-

mandant du 2e

du général

corps, en remplacement

de Cools.

Sont nommés en outre :

GÉNÉRAUX DE

de

brigade

DIVISION.

- MM.

les

de

géné-

de

com-

Duhesme, inspecteur général

cava-

raux

pair intérim

lerie

;

du 2e

arrondissement

de Mornac,

et

commandant

l'artillerie

Barbe,

la place

des forts de Paris

;

mandantla 19e

directeur

guerre,

de

de

la

guerre.

GÉNÉRAUX

brigaded'artillerie

l'infanterie

;

Gallimard,

de

la

ministère

et Brault, chef de cabinetdu au ministre

DE

-MM. les colonels

BRIGADE.

Jacquey.Prax,Mouton,

d'artillerie

colonels de cavaleriedu

les

colonels

d'infanterieLacapelle, Tisseyre, Marchand,

Noël

et

Deloye, et les

Hamel de

Cauchy, Donop et Farny.

Par

autre décret,

M. le colonel Pa-

chef de cabinet du mi-

un

mard est nommé

nistre dete

guerre, en remplacement du

général Brault.

Dans

séance

d'hier,

l'Académiedes

a

procédé

titulaire

sciences sa morales et politiques

à la nomination d'un

pour

membre

la place vacante dans la

par

suite du décès de

occuper

section de morale

M. Henri Baudrillart.

La liste de

chargé

présentation était dressée

première ligne,

la

professeur

à

Adolphe

tribunal

de la façon suivante

ex-aequo

Faculté

Guillot,

Au

M.

:

des

:

Gebhart, en

lettres de Paris, et

au

juge d'instruction

;

en de

de la Seine

Jôly,

Paris.

a

voix contre 13 accordées à M. Gebhart,

deuxièmeligne, M. Henri

cours

à

la

Faculté de

premier tour de scrutin, M. Guillot

sur

37 votants,

par

20

été nommé,

3 à M.

didat).

Joly, 1 à M. Lavollée (non can-

INSTANTANÉS

M. ADOLPHE GUILLOT

Petit de taille, un

la figure ron-

peu gros, delette, encadrée de favoris courts et grison-

nants. Un

doux sourire aux lèvres et dans

l'oeil. L'air tout à fait bonhomme, ce qui ne

l'empêche

pas les plus retors de France. Sans

page,

brouillée et sa plus grande force consiste à ne

pen-

son

ses etc. Jouissant de Vaurea mediocri-

d'être un des juges

d'instruction

bruit, sans ta-

il mène à bien l'enquête la plus em-

les patients.Avec cela,

l'Académie

sa Réforme

« esbrouffer »

pas

seur profond, écrivain remarquable. Lire

Paris

qui souffre, couronné

par

française,

Judiciaire,

Prisons de Paris,

tas, ce qui lui permet d'être indépendantdans

plier quand il a raison.

ses idées et de

Témoin son différend avec M. Andrieux.

N'était cette inflexibilité,

ne

pas

il y a longtemps

qu'il porterait la robe rouge.

Les

réceptions

du mardi de Mme Car-

suspendues

:

nôt sont

elles

momentanément

seront reprises à partir du mardi

26 avril.

UNE SOUSCRIPTION

Hier,

à l'issue de la séance dans la-

que

le

a

Mgr l'évê-

traitement de

confisqué, M. Paul

du Gers,

la

de

de-

a

droite dé

quelle M. Ricard, ministre des cultes,

annoncé

que

de Mende serait

Cassagnac,

ses

de

député

mandé à

collègues

l'aider dans qu'il ouvrait

du

souscription à 20 francs

une immédiatement en faveur

prélat frappé.

et L'évêque de Mende

l'égide du

s'est placé, dit-il,

sans

attaquer

Saint-Père, et

sous

cil

la

ni les

République ni les pouvoirs constitués,

lois de persécution

Tous doivent donc

l'on subit, il prêtres d'a-

nos con-

de

l'En-

ses

majorité catholique dans

l'application

protester contre

s'est borné à recommander à que

menerune

seils municipaux. C'est

cyclique.

la

mesure qui le frappe. »

L'appel de M. de Cassagnac

et

en

été