Vous êtes sur la page 1sur 92
CLIARIPS Sm) Ro ORS) AVY AORN BBS) ISECONDI Ce Te MON 1). . Stratégie & anal ie a E'GUERRE MONDIALE UNITES (TYPE x. CTYPE 0.1.4.8.) stogne, dont le siage a étb te ‘army ée Patton. ‘Champs debatalleThématique et Champs de baal 5 Abonni e dj al connectez-vous Internet pour suivre votre abonnement ieAwar.con Notre couverture Un Gun Motor Carriage M10 du 779% Tank Destroyer Battalion, Dicecteur de publication badigeonné de peinture blanche, prés de Benanchamps en Belgique, le nique Beran 21 janvier 1945. Eunité est Pune molleures de FU.S. Army avec Rédacteur en chef 103 blindés ennemis détruits, Colui-ci vient d'étre crédité de 5 Panzer Ja Pigpe ine Cian@aeéacom) gg tune attaque slemande prs €Oterwrampac, a Luxembourg. Rédaceuren hf aint, 7 Stepane Modan La Gazette «eta Seconde Guerre mondiale Secnie deidection Par Keith Johannsen Gautier Lamy & Jean-Philippe Liardet = 4 Gautier Lary Limy@nertaecom) La bataille des Ardennes: derniére grande jeer offensive allemande a Fouest Reiner coer Par Keith Johannsen/ Traduction de Jean-Phiippe Liardet pal Profils de Vincent Bourguignon 4 Cis Rin Vine Bog, LU.S. Army dans les Ardennes eimnCe Chess Pose” __-ParKelth Johannsen Traduction de Jean-Philippe Liar det FimelCn.Getye Cans Vanco Profls de Vincest Bourguignon 0 Feral Mongan Hara, Pee Ut Kelth Johannsen, ingle La Lumia, Exienne La Wehrmacht dans les Ardennes Le ube, Stéphane Manto, Stephane Moron Raj Nery, Parick Rowiea, Par Jean-Philippe Liardet Raphael Scheider, Olver Terie Profits de Vincent Bourguignon 50 Abonaementsetventean numéro oan TubeleRinacher Le 500./600. SS-Falischirmjager-Batailion shonsement@conBss-seeiecamt Par Jean-Philippe Liardet 56 Redaction Publicité (CONFLITS & STRATEGIE Italie 1944: a Pil, de la «Ligne Albert» ala «Ligne Gothique> Pa “0 vee ean Monn Par Pastel Cheese Taos Profil de Vincent Bourguignon n rx.0402201963, a Le Kampfgruppe Peiper dans les Ardennes Vesa eam Pam Par Jean-Philippe Liardet Profi de Vincent Bourguignon 86 Vener en Begg Time Dion woven ‘Abonnement n masssa274 Critiques de livres & wargames 92 jphnentnfi-srngecom ‘Anciens numéros %s Seine / Pra Dom-Tom sure Nos auteurs. Conc sea & placement "Terie iret docturen sce mite es dfs spite acento secon ae — “uta omy et late une Kence hie et chloe de ue A Kath Johannsen st un sncientankiste de IU. Army, pasonné de wargames, “evetoie mare et faniation japonae It Padaur du Jo + Star Banre Flat pe Indore Graphic Lesunborno 4OF 4, 205 rn aaa es a wd dt cae pe acne Commi pine 014K 4 ee ronda ci etna eromsren doy pou So terou sere isoweaogrs Cour ra eave bozhanefact erp iwaerereey “Pascal Chambon st docteur en histor et nssigne Piste geographie dans I Depot legal prution ‘conde Montbron ot) Chaps de bile publication de Confit Strate, Dros photos: NARA ov BA sere pa prc SA. Lan capil de 100006 Copyright Confit 8 Static epee =a oe sovembre 2008, PREMIERE ANNEE -N°4 ADMINISTRATION ET REDACTION: 470 AVENUE JEAN MONNET La Gazette de la Seconde Guerre mondiale. LE NUMERO 1 FR. 50 ‘SAINT-CANNAT, JEUDI 29 OCTOBRE 2009. Les diables verts sont tombés du ciel. L'armée belge a rendu sa plus puissante forteresse en quelques heures... ‘Vom NOTRE anricLe compuer EN pace 5 Edito Cchers leoteurs Dans ce numéro notre collaborateur américain nous fait découvrir Ia «Battle of the Bulge» avec comme toujours beaucoup de cartes détaillées et d'organi- grammes. Nous en avons profité pour faire un comparatif entre 'U.S. Army et In Wehrmacht de cette fin d'année 1944 mais aussi pour étudier de plus prés Ie concept de Kampfgruppe avec celui de Peiper dans les Ardent ‘Nous abordons également I'offensive allie contre la ligne gothique, sur un front italien soublié- au grand dam de Churchill. L'article sur les S$-Falischirmjager. prévu dans le précédent numéro mais décalé faute de place, pousse désormai: étude de cette unité atypique jusqu'a la fin de la guerre, méme sila plus grande partie concerne son role dans la tentative pour s'emparer de Tito. Devenu trop gros, le dossier sur les porte-avions d'escorte anglo-saxons fera Tobjet de notre premier Thématique Seconde Guerre mondiale, & paraitre le mois prochain. Le format et la périodicité seront les mémes que pour les numé- ros classiques et nous permettront d’explorer plus en détails certains sujets. ‘Le dossier de notre n“ 5 sera complémentaire puisqu'll portera sur la bataille ‘du golfe de Leyte entre Américains et Japonais. Bonne lecture Jean-Philippe Liardet (dr) Pourquoi la Luftwaffe est-elle pas- s6e 4 offensive une fois la bataille perdue a terre? ‘Vor Nome engutre Ex race 8 Un vent de panique souffle sur les Ardennes avec des agents allemands déguisés en soldats américain au mépris de Ia Convention de le Haye de 1907! Vorr norme aRricur CoMPLET EX PAGE 10 La rumeur enfle d'un désaccord en- tre Britanniques et Américains... ‘Vor nome ANALYSE ex Pace 12 La Gazerre pe LA Seconpe GUERRE MONDIALE Net4War Technologie du futur. Si vous souhaitez discuter avec les membres de notre rédaction, de nous faire part de vos envies de lecture ou tout simplement dis- cuter d'histoire militaire, visitez notre site Internet et participez Anotre forum de discussion. www.net4war.com La caPruRE p'Epen Emaci ~ 1940 Par Keith Johansen Dans les premigres heures du 10 mai 1940, le Kampfgruppe Koch composé de troupes déployées par plancurs et de parachutistes s'appréte a remplir son role dans Topération «Fall Gelb» en attaquant par les airs la forteresse d’Eben Emael, en Belgique. Une forteresse imprenable? Construite entre 1932 et 1935, cette forteresse était jugée imprenable par ses Le bunker sud, adossé au fossé qui fatt face au canal Albert (© Keith Johannsen) concepteurs. Elle sétendait sur une distance de 800 métresdu nord au sud et de 685 métre desten ouest.La parte est était flanquée par le canal Albert qui format un fossé naturel de prés de 40 métres de hauteur. Ele fist partie dela ligne de défense éablielelong de Ja Mease dont on attendait quilleretienne Jes Allemands pendant au moins une semaine. Mais sans que les Belges sen doute, des travailleurs allemands avaient ramené les plans en Allemagne. Les défenses principales étaient regroupées en quatre casemates armées chacune de trois pidces de 75mm, Les Maastrcht-1 Hitler pose avec quetques-uns des hommes qui se sont emparé Eben Emael tous décorés de ta croix de fer ct Maastricht-2 faisaient face au nord, les Vise-1 et Vise-2 au sud. Deux toureles rétractables de 75mm connues sous le nom de «Coupole Nord» et «Coupole Sud» occupent les hauteurs sur les coins sud et sud-estdu périmétre. Aucentrela«Coupole 120+ est fixe avec ses deux pices de 120mm et couvr les tentatives de franchissement de Inriviére au nord et au sud de la frteresse. Les defenses extérieures comportent cing positions fortifiées positionnées sur une digue antichar continue au nord. Chacune delle est armée d'un canon antichar de 601mm, de deux mitrailleuses et de plusieurs projecteurs, Deux autres, appelées « MiSud» et «MiNord>, sont équipées de trois mitrailleuses et de projecteur. Sur le canal Jui-méme, on trouve le «Bunker Nord» et Je «Bunker Sud» avec des canons antichars, des mitralleuses et des lance-grenades. La protection antaérienne est assurée par une scale batterie égére positionnée a intécieur ‘du périmétre de la fortress. Les casernements, les magazines de ‘munitions, Fhépital, le générateur, le mess ct les reservoirs de carburant sont enterrés et reliés aux bunkers 2 la surface par prés de 15km de tunnels. Deux mois de ‘avitaillement en munitions, en nourriture et en eau sont stockés pour les 1200 hommes dela garnison. RECLAME Lepontreconstruit de Cannes sur la Meuse avec un bunker belge sur la drote. (© Keith Johannsen} coupole de 120 auec ses deux tubes obsirués par du ciment. (© Keith Johannsen) Le plan allemand Le Kampfigruppe allemand est constitué en novembre 1939 et prend le nom de son commandement, le Hauptsturmfithrer| Walter Koch. Il est constitué d'une compagnie de Fallcbirmjdger et d'une section du génie parachutiste sous le commandement du Leutnant Rudolf| Witzig. Lunité sentraine pendant six mois A sauter ou & attersir sur des fortifications factices. Trois groupes doivent semparer de ponts sur la riviére nécessaire & la progression du XV PanzerKorps ‘Chacun deux compte 10 planeurs et doit tre renforcé par des parachutistes. Léquipe de pionniers de Witzig comporte 85 hommes qui doivent étre langués par 11 planeurs DFS-230 directement sur la forteresse. Ils sont équipés de nouvelles charges creuses capables de perforer 175 4 400mm de muralles. Sept plancurs atteignent leur objectif. et se posent sur Ja forteresse dont Ia gamison est encore endormie. Celui de Witzig a été prématurément laché mais il réussira a rejoindre ses hommes aprés qu'un avion remorqueur soit venu chercher son plancur dans le champs oii sétait posé Les combats Cest donc le feldtwebe! Wenzel qui méne Vassaut. Les premiers hommes arrivent & '5h20 prés de la batterie antiaérienne qui cst rapidement maitrisée. La «Coupole Nord» est rapidement immobilisée BY Attaque allemande sur lefortd’Eben Emael 10-11 mai 1940 ‘A gauche: Une coupole d'ebservation de la position MINORD. Les dommages provoqués par les charges creuses| sont visibles. (© Keith Johannsen) Adroite: Une tourelledelacoupote Nora ‘en position basse avec les dommages bibles d'une charge creuse @ son sommet. (© Keith Johannsen) La Gazerre De La Seconpe GUERRE MONDIALE par une charge creuse, Maastricht-1 et ‘Maastricht-2ontleursembrasures détruites et sont également mises hors de combat. «MiSud» et «MiNord sont attaquées avee succés par des Fallschirmidger avec des lance-flammes et des charges creuses La «Coupole 120» résiste par contre aux charges creuses. De plus petites charges sont alors chargées parla gueule des canons. «> sont pas été correctement entrainées. Bien que e haut-commandementallé souhaite voit les forces allemandes sortir de leurs défenses de la ligne Siegfried ilen conclut que les Allemands temporisent | et sont en train de reconstruire leurs divisions, notamment la 6, Panzes-Armee prés de Cologne. La position occupée par cette derniére doit lui permettre de contre-attaquer toute offensive américaine dans la Ruhrou & travers le Rhin. La écente pression exercée parla 2" Army dans le secteur dela Roer est considérée comme celle qui inquiéte le plus les Allemands, ce qui explique le positionnement de la 6. Panzer—Armee. Le pisPositir AMERICAIN. Comme aucun mouvement offensif allemand nest attendu avant la reprise de Yoffensive alliée vers le coeur du Reich, Eisenhower décide d’alléger son dispositif dans les Ardennes. Le secteur est alors faiblement défendu par les Allemands et le terrain peu adapté aux blindés, notamment durant les mois dhiver. Les mois de janvier et février sont _généralement marqués par de fortes chutes de neige sur le secteur, le rendant totalement impropre a des ‘opérations offensives de grande ampleus. IL peut donc sans risque servir pour reposer des divisions usées par les combats ou pour apporter une certaine cexpériencedufeuauxnouvellesdivisionsquigagnent le front. Les Américains le considérent comme un «front fantome». Il est tenu par le VII Corps du Major-General Troy Middleton avec les 4 et 28° Infantry Divisions deux unitésexpérimentées en trainderécupérerdespertesdesprécédentesbatailles, de la 106" Infantry Division, arrivée des Etats-Unis début décembre et complétement inexpérimentée Enfin la 9° Armored Division, moins son CCB (Combat Command B) détachée au V Corps pour les ‘opérations dans le secteur de la Roes, est en grande partie elle-aussi inexpérimentée. Le VII Corps compte aussi le 14° Armored Cavalry Regiment, 7 bataillons du génie, 1 bataillon d'artilerie blindé, 11 bataillons dlartillerie, deux bataillons blindés indépendants, deux batallons de chasseurs de chars ct trois bataillons de canons antichars tractés “Aunord du PILI Corpsse trouve le V Corpsdu Major— General Leonard Gerow avec la 2" Infantry Division, ‘une unité expérimentée, et la 99" Infantry Division ‘Operation pane par Tarméeallemande a > . 3 FRANCE ge A peine arrivée mi-novembre et sans expétience du combat. Le corps comporte aussi le 102° Armored Cavalry Group. Toutes ces unités vont subir le choc de Foffensive allemande du 16 décembre. Leur dispostif est étendu bien au-dela des distances prévues par les reglements de YUS Army. Le VIII Corps tient ainsi ne ligne de front de 136km avec 14,5km pour le 14" Armored Cavalry Group, 24km pour la 106" Infantry Divison, 45 km pour a 28" Infantry Division, Skm pour le CCA/9* Armored Division, 48km pour la 4° Infantry Division. Si Yon considéze que le secteur de front reeommandé pour une division est de 8km, on Sapergoit que le dispositif du VILE Corps est dangereusement étnt. Le General Bradley cn parle alors comme d'un «risque caleulé» Létendue du secteur a défendre rend impossible une défense en profondeur. Les unités fortfient des villages le long du front et patrouillent entre ces points forts durant les heures de jous. A la nuit tombée, les patrouilles regagnent les villages. Les 82%et 101 Airborne Divisionsen réservesontles seules unités américaines expérimentées disponibles en eas durgence. La 17* Airborne Division vient juste b ee ai (a Sy oe a a a % a [ ORDRE DE BATAILLE DE L’ARMEE ALLEMANDE, 16 DECEMBRE 1944 fi eR Pee Tree Tt ORDRE DE BATAILLE DE 1ARMEE AMERICAINE, ; 16 DECEMBRE 1944 000 Bex 18 ‘ce Sturmgeschitze Il Aus. Ga diasimulé conte une maison. Les Allemands russissent & concentrer une vingtaine sans alrtr ls Alls qui diaposent pourtant ea suprit eéienne arriver en Angleterre a 75 Infantry Division et la 11° Armored Division en France. Toutes ces unités vont par a suite combattre dans les Ardennes, PREMIERES MANGUVRES. Le 16 décembre, le Genera! Eisenhower regoit sa cinguitme éroile, le rang le plus élevé dans PUS. Army. Alors que la célébration bat son plein dans le palais du Trianon a Versailles, a nouvelle tombe d'une attaque allemande dans les Ardennes. Il semble que le secteur le plus menacé soit celui entre le Vet le VII Corps, prés de la trouée de Loshiem. La plupart des officiers détat-major américains pensent quil Sagit une contre-attaque locale pour perturber loffensive de la 1 Army en direction de la Ruhr. Eisenhower, qui dispose de renseignements plus détaillés, a la sensation que Taffaire pourrait étre plus sérieuse. II ordonne lenvoi de renforts ala £4 Army;la 7° Armored Division est immédiatement détachée de la 9" Army pour étre envoyée & Saint-Vith. La 10% Armored Division qui appartient a la 3 Army de Patton est quant a elle envoyée au Luxembourg. Les 82 et 101° Airborne Divivionssontenvoyéesrespectivement ‘Werbomont et Bastogne. Les décisions d'Eisenhower seront décisives et, bien qu'll ne le sache pas encore, il vient de semer les graines de la victoire. Le Marshall Montgomery est également informé de Vattaque allemande et, dés le 19 décembre, il décide que la situation est suffisamment sésieuse pour envoyer son XXX Corps pour couvrr Ia zone situge A Touest de la Meuse dans léventualité oi les Allemands. perceraient dans les Ardennes. Le plan d’Hitler repose sur la surprise etla confusion mais les Alliés réagissent sans délai et de maniére déterminante en réponse a Tattaque allemande. Eisenhower connait trés bien les grandes offensives allemandes de 1918 et les tactiques utilisées pour les contenir restent valables en 1944. II déplace done des forces sur les flancs de la percée car si est possible de la cantonner 4 une petite portion du front, Pattaque sera repoussée. ‘Aprés avoir étudié Ia situation et les objectifs allemands potentiels le 17 et le 18 décembre, Eisenhower organise une conférence avec Pir Marshall Tedder ainsi que les Generals Bradley, Patton et Devers. La rencontre se déroule a Verdun, le 19 décembre. Eisenhower commence la conférence avec annonce suivante: «La situation actuelle doit tre regardée comme une grande opportunité pour nous et non comme un désastre. Il ne doit y avoir que des visages gais autour de cette table de conférence.» Le Generat Patton propose «Ener, ayons les couilles ppourlaissezses filsde putes avancer vers Paris. Ensuite, ‘encerclons-les et éerasons-les!» Eisenhower rétorque que Tennemi ne doit pas avoir la possibilité de franchir Ja Meuse. Il demande ensuite a Patton de commences faire mouvement en direction de Bastogne. Ce denier répond qu'il sera sur place dans la matinée du 21 décembre avec trois divisions. Les autres généraux sont sceptiques sur sa capacité & se déplacer aussi vite ‘aisil assure quil sera capable de respecter cet horaire. La¢*ArmoredDivisionsinsiquela 26"etla80" Infantry Divisions sont mises en route et doivent commencer leur contre-attaque prés d’Arlon le 22 décembre. Le General Devers doit étendre la ligne de front de son 6% Army Group pous couvrt les secteurs abandonnés par les troupes de Patton. Celui-ci doit progresser en passant par Bastogne tandis que la 2" Army doit faire de méme depuis le nord. Les deux armées doivent se retrouver dans le secteur ’Houffalize. Etantdonné que foffensive allemande’ désorganiser les lignes de communications du quartier-général du 12° Army Group avec les forces positionnéesau nord de Toffensive allemande, le Marshall Montgomery recoit Tordee de prende le commandement de ces dernigres. Ce 75mm HMC Ms couvre Ia retrae elements eis amy a travers Warez, le 17 é- combre 1944. Hordonne au XXX Corpsde sinstaller entre Namur et Bruxelles et envoie également la 29 Armored Brigade 4 Namur et Dinant pour garder les ponts surla Meuse Son premier objectif est détablir une solide ligne defensive entre Monschau et Malmedy, tandis que le XXX Corps doittenirsurlaMeuse.Ladécisionde placer des forces américaines sous les ordres de Montgomery fera Fobjet de controverses mais Eisenhower a besoin des forces britanniques pour couvrirles approches vers. Ligge et Bruxelles au-dela de la Meuse. Les premiers ordres d’Eisenhower sont done de déployer les forces américaines et britanniques le plus rapide possible vers les sectcurs menacés. Ce nest pas ce A quoi sattendait Hitler. Il ne pensait en effet pas qu Eisenhower soit capable de coordonner les actions des forces américaines et britanniques sans avoir 'abord consulter les deux gouvernements. Cest une de ses nombreuses erreurs, Suects peFensiF sur LE FLANG Ni ‘16-16 pécement 1944, A Sh30 le 16 décembre, le «front fantéme» est noyé sous les tirs d'atillerie. Le bombardement se poursuit jusqu’a 7h00 alors que les premieres unités allemandes passent a Fattaque. Les Américains sont tirés du lit et prennent leurs positions de combat. Le LXVIL. Korps attaque les barrages de la rvigee Roer. Le 751./326. Volksgrenadier-Division est confronté au 38 Cavalry Squadron du 102° Cavatry Group en face de Monschau. Les canons de 37mm des M-5 Stuart repoussent Tassaut avec des. obus anti-personnel. Juste au sud, PEst du village de Hofen, le 3% Battalion du 395" Regiment de la 99 Infantry Division estattaqué parle 11/751. Volks Grenadier-Regiment. Chaque assaut est repoussé par des tirs concentrés d’armes légéres et de mortiers puis par ceux de Partillrie divisionnaize, une fois les (Ce 50mm GMC M96 se trouve en avant une "colonne qui avanco dans lo broullard pres de Werbomont pour soutenir la 82* Alrbome Division, le 20 décembre 1944, Avec son canon de 20 communicationsrétablies.A 8h 00 activitéallemande sur cette partie du front diminue sensiblement. Les autres régiments de la 99% Infantry Division sont positionnés plus au sud et en contact avec Ie 14° Armored Cavalry Group i la hauteur de la trouée de Losheim. Le 393% Regiment est attaqué par deux régiments de la 277. Volks-GrenadierDivision. Le ‘combat continue toute la journée mais la nuit tombée le 3 Battalion est presque complétement encerclé et doit combattre pour sa survie. Plus au sud, le 394" Regiment est attaqué par la 12. Volksgrenadier— Division dont les hommes réussissent & progresser d'une centaine de metre. La section de reconnaissance et de senseignement du 3 Battalion est au sud du dispositif sur une petite hauteur dominant le village de Lanzerath avec les cavaliers 3km plus au sud. La 3. Fallschirmjéger Division a pour mission de dégager la route pavée qui conduit a la Meuse pour permettre aux blinds de la 1. SS-Panzer-Division Leibstandarte Adolf Hitler de sélancer vers la Meuse. Aprés le tir de barrage de Fartillerie, un de ses batallons 'avance sur Lanzerath. Plusieurs assauts frontaux sont repoussés par les armes Iégéres la mitralleuse de calibre .50 de la section américaine avant qu'un sous-offcier expérimenté ne réussisse & convainere les officiers du bien fondé d'une attaque de flane. Quand la position est enfin submergée par les Allemands, leurs pertes sont de plusieurs centaines hommes et la journée est écoulée. En 1981, le président Carter attribuera la «Presidential Unit Citation» a cette section et des ‘médkilles & tous ses membres, en faisant Ia section américaine la plus décorée de toute la Seconde Guerre mondiale. La 99° Infantry Division tient done Lessentiel de ses positions malgré de lourdes pertes et empéche ainsi les Panzer de déborderlacréte d’Elsenborn et de franchit Ja Meuse. Le General Leonard Gerow, commandant du V Corpsartive a convaincre le chef de la 2™ Infantry Division d'abandonner offensive prévue en direction des barrages dela Roer pour se déplacer vers ce secteur ‘menacé. II pense en effet que la eéte d’Elsenborn doit, étre tenue pour empécher les forces ennemies de se déployer. Dans la journée il ordonne & son artillerie et {ses unités du génie de gagner ce secteur crucial. La 99% Infantry Division doit leur gagner le temps de le mettre en défense, Tard dansla soirée du 16,le 3” Battalion/23 Infantry Regiment de la 2" Infantry Division, renforce par une section de chars du 741* Tank Battalion, se déploie sur les arriéres du 393° Infantry tes éprouvé. Il se trouve ainsi sur la route prévue pour la progression de la 12. $S-PanzerDivision vers la Meuse. Le matin du 17 décembre, cette dernigre resoit Tord de percer les lignes américaines pour permettre a Tattaque de se poursuivre aprés Féchec du premier jour. Appuyée par la 277. VolksgrenadierDivision, elle attaque t6t le matin du 17. Les restes du 393" Infantry se replient alors vers les villages jumeaux de Rocherath et Krinkelt. Avec Ie soutien des hommes de la 2" Infantry Division, sept attaques sont repoussées. Pendant ce temps, les deux autres régiments de a division, le 9 et le 38 Infantry, quittent leurs positions prés de Wahlerscheid dans tune course de vitesse effrénée pour occuper la créte Une partie des Tank eseeyersBattaons aiont encore ‘Squipés de pidcos ME ‘o> 762mm wactéos ‘comme celle ul ‘couvre un eroisement pres do Vetsim dans le sectour de ta." Armored Division, le 23" décembre. 1944, Is seront rapidement réquipés "on MIO, 136 ou 118. Cot MT est postionné au crolsement qui mane & la eréted'Elsenbor, 20 décembre 1944, Sa mission est de stopper les unites allemandes av {u'sles ne prennent eats position wale, 21 22 Deux PEKfw. V Panther du 1/12. $S-Panzer-Reglment de la Hi 99" Infantry Division renforcs pat ia 2" Infantry Division. Le broullard a permit aux fantassins equipés de bazookas de tier & courte distance. ¢'Elsenbor. Vers 16h30, les Américains manquent de munitions et doivent abandonner leurs positions avec lentrée en action des Panzer. Le Major—General Walter Robertson, commandant a2 infin Dio oon a 77 fotry Regimentde tenitla route verses villages tout 18h30, les avant-gardes de a 12.SS-Panzer—Division sont au contact. Lartillerie décime les Panzer Grenadiers grimpés sur les Panzer que T'infanterie américaine prend 3 partie avec ses bazookas. Trois sont ainsi détruits et deux autres heurtent des mines. Mais, la gros de la division arrive ct passe immédiatement & Fattaque avec les mémes résultats. infanterie, prise sous le feu de Partillerie ne peut protéger les Panzer. Les Allemands font une nouvelle tentative avec trois groupes de Panzers etde Panzer-Grenadiers mais sont encore stoppés par le feu conjugué de sept batallons arillerie. Ce délai permet a 2" Infantry Division @arriver non sans avoir subit des pertes sous les feux de Tartillerie allemandes. Les premiers éléments du 38° Infantry ui entrent dans Rocherath dans la nuit se heurtent aux Allemands. Des combats au corps a corps se déroulent dans le chaos le plus complet. Les équipes de bazookas harcélent les Panzer; A minuit, le dernier 4 avoir pénétrer dans le village est détruit puis Ia plupart des fantassins sont repoussés.La résistance des hommes de Robertson a permis ala 99 Division de installer sur de meilleures positions autour delacréte .gend détrits & Krinkelt le 18 décembre par des éléments de ta Elsenborn. Les combats ont été d'une sauvagerie cextréme et aucun camp 1a fait de quartiers. Le 18, la 12. $S-Panzer-Division, renforeée par des léments des 12. et 277. Volksgrenadier-Divisionen tente de nouveaux sans suecés de reprendie les villages Nouveties pisPosiTions Les Allemands se rendentalors compte qu'un nouvel assaut frontal est voué i échee et décident dleffectuer tun mouvement rournant, A minuit a 12, $$-Panzer- Division commence & se déplacer vers le secteur situé a Est du village de Butgenbach, immédiatement au sud des postions américains autour d'Elsenborn. La 99 Infantry Division a perdu 3000 hommes; le 1°/393 Infantry est pratiquement détruit. Les SS ont perdu deux Panzer IV, 18 Panther et 2 JagdpanzerIV; 8 Panther et 2 JagdpanzerlV sont également endommagés Le 395/99 Infantry rejoint le reste de la division surlaceéte tle 26°" infantry Division arrive aucanap dElsenborn & 900 le 17 décembre. Cette division a été retardée par la poursuite des Fallschirmjiger parachutés sur son axe de progression. Les hommes du Colonel Baron von des Heydte ont ainsi joué leur role dans la bataille, Craignant que les Allemands semparent de la route vitale entre Bullingen et ‘Malmédy puis Litge, les Américains positionnent ce régiment pour garder Fimportant neeud routier de Domane Butgenbach, deux kilometres au sud-est de Butgenbach I faut deux jours aux Allemands pout faire effectuer {la 12, $S-Panzer-Division un mouvement tournant autour des positions du V Corps. Les routes forestiéres maréeageuses doivent étre utilisées car les routes plus directes entre Krinkelt et Biillingen sont sous Te feu de Vartillerie américaine. Le trafic trés lourd des unités du corps allemand sur la route principale depuis Losheimergraben ajoute a Ia difficulté de la Le 2/26" Infimery est déployé en avant des lignes américaines derriére Dom Butgenbach, directement clans Faxe de foffensiveallemande. Les Panzer doivent progresser sur la route car le terain des deux cdteés est trop meuble pour eux. La Company F est la premiére engagée et réussit & détruire plusicurs Panzer pendant que Finfanterie est dispersée par les trs d’arillere. Une nouvelle tentative avee Pappui de JagdpanzerTV subitle mémesort.A lain de lajournée,les Allemands nt perdu 400 tués et 24 blinds. La coordination des feux de Tartillerie américaine cst excellente. Les obus d'un grand nombre «unités tombent au méme moment sur les mémes cibles. La précision des tirs et la compétence des observateurs artillerie avancés permettent déencadrer les unités