Vous êtes sur la page 1sur 5
1 e r Cycle - 2ème année 08 Juin 2005 DYNAMIQUE Devoir de synthèse Seul

1 er Cycle - 2ème année

08 Juin 2005

DYNAMIQUE

Devoir de synthèse

Seul document autorisé : formulaire personnel

Etude des mouvements de tangage d’une transmission de puissance d’hélicoptère.

Rotor principal Moteur Étage Sortie moteur Arbre de transmission arrière
Rotor principal
Moteur
Étage
Sortie moteur
Arbre de transmission
arrière
Étage Sortie moteur Arbre de transmission arrière Rotor arrière Boite de Transmission Arrière (BTA)
Rotor arrière Boite de Transmission Arrière (BTA)
Rotor arrière
Boite de Transmission
Arrière (BTA)

Platine de suspension BTP & Plancher mécanique

Arbre de transmission principal et trompette de liaison

Boite de Transmission Principale (BTP)

La fonction principale de la transmission de puissance d’un hélicoptère est d’assurer le passage de la puissance du moteur (390 kW pour le modèle Ecureuil développé par Eurocopter) au rotor principal, au rotor arrière et aux divers équipements (pompes hydrauliques, compresseurs de climatisation, etc

Dans cette transmission de puissance deux composants principaux interviennent :

- la Boîte de Transmission Principale (BTP) située sous le rotor principal et proche du moteur, elle doit transmettre la puissance moteur au rotor principal et aux divers équipements,

- la Boîte de Transmission Arrière (BTA) située à l’extrémité de la queue de l’appareil, elle fournit la puissance moteur au rotor arrière.

L’étude que nous allons entreprendre ne portera que sur les mouvements des ensembles {BTP + Rotor}, {Moteur} et {fuselage}. Les autres éléments de l’appareil (BTA, rotor arrière, etc…) sont considérés comme solidaires du fuselage.

Les sollicitations rotor (harmoniques à la fréquence de défilement des pales) induisent des mouvements de roulis et de tangage de ces composants. Le roulis (figure ci- dessous) se produit autour d’un axe parallèle à l’axe du fuselage et le tangage (objet de l’étude proposée) autour d’un axe perpendiculaire au plan médian de l’hélicoptère défini par l’axe fuselage et l’axe rotor. Ces mouvements sont de nature très similaire et peuvent être étudiés indépendamment à partir de modèles plans élémentaires de type masse ressort

RoulisRoulis
RoulisRoulis

Le modèle plan de mécanique générale de la transmission de puissance est présenté sur la figure 1.

Description du modèle plan :

-

vertical ascendant.

- l’ensemble {BTP + Rotor}

S

0

est le fuselage, le repère

R

S

1

0

associé est supposé galiléen et l’axe (

est lié à

S

0

O

,

y

0

)

r

est

par une liaison pivot (rotoïde) d’axe

(

G

1

,

r

z

0,1

) .

Le paramètre de mouvement de

S

2

est lié à

S

1

/

S

0

est :

=

(

y r

y r

r

0

,

A z

,

1

1,2

- Le moteur

S

1

par une liaison pivot (rotoïde) d’axe (

)

)

.

Le paramètre de mouvement de

S

2

/ S

1

est :

=

(

y r

0

,

y r

2

)

Par ailleurs, le moteur est en contact ponctuel parfait (pas de moment pas de frottement) avec le fuselage en P.

Hypothèses :

H1 – Les liaisons sont parfaites

H2 – Un ressort R1 de raideur

H3 – Un ressort R2 de raideur d’action :

k

1

{

T

R / 2

}

=

R

R / 2

M

R / 2

=

(

P

k

2

)

=

(

r

0

0

).

dont l’action s’annule avec

est monté entre

S

0

et

k , monté entre

2

S

0

et

S , exerce sur

2

S

2

le torseur

r

x

0

avec

=

r

OP x

.

0

et

0

=

(

=

=

0)

S .

1

H4 – Une excitation extérieure connue s’applique au point R centre du rotor, elle est donnée par le torseur :

{

T

Ext /1

}

=

R

  M

E /1

E /1

r

= 0

R

(

)

=

M

0

sin(

t

).

r

z

0,1

est la pulsation de défilement des pales.

Géométrie des masses :

- m , centre de masse

S

1

: masse

1

G

1

et moment d’inertie

C

1

S

2

: masse

m , centre de masse

2

-

est une direction principale d’inertie de

G

2

et moment d’inertie

S

2

Questions

1 – cinématique

autour de (

G

1

,

r

z

1

)

C

2

autour de (

G

2

.

,

r

z

2

)

qui

1.1 - Traduire la condition géométrique imposée par le contact en P et en déduire

l’équation de liaison entre les paramètres cinématique.

2 – Dynamique

2.1

mouvement.

2.2 – Vérifier, qu’en l’absence d’excitation extérieure, la position = = 0 est une

position d’équilibre du mécanisme.

Remarque : on pensera à substituer à lambda sa valeur en fonction des paramètres cinématiques

2.3 – Donner pour cette position la valeur de l’action de contact en P et des actions

mécaniques développées par les ressorts R1 et R2.

de

Effectuer

la

mise

en

équations

permettant

d’obtenir

les

équations

On se propose maintenant de déterminer les petits mouvements du système au

voisinage de la position d’équilibre. Pour cela nous allons poser =

avec

et

=

et

petits, ainsi que leurs dérivées.

2.4 - Ecrire les équations linéarisées en

et

et montrer que l’étude du système se

réduit à la résolution d’une seule équation différentielle en

que l’on déterminera.

Remarques :

- montrera à partir de l’équation de liaison que

On

On On

On

et peut donc être considéré comme nul.

Y

02

- notera

Y

02

*

02

= Y

+ Y

02

ou

*

Y

02

est du second ordre en

l’action mécanique associée au contact ponctuel et on posera :

la

est la composante de cette action à l’équilibre et

Y

02

petite composante de cette action associée aux mouvements en

et

.

2.5 - Conclure sur la stabilité de la position d’équilibre étudiée.

2.6 - En écrivant l’équation de mouvement en

&&

sous la forme :

&

+

2

0

+

2

0

= f

( )

t

déterminer la valeur de la pulsation propre indiquer comment éviter la résonance du système.

2.7 – Appliquer le théorème de l’énergie cinétique à

l’équation de mouvement en

0

, du facteur d’amortissement

= S

1

+ S

2

et

et retrouver

.

r

y

1

S

R

1

k 1

G

1

O

r

y 0 r AG = a y 1 1 r r r AG = l
y
0
r
AG
=
a y
1
1
r
r
r
AG
=
l x
y
2
2
y
2
0
r
PG
=
d y
2
2
r
OG
=
(a
+
d ) y
1
0
r
x
1
A
S
r
2
x
0
G
2
r
x
2
r
S
P
x
0
0
k
2

Figure 1 :