Vous êtes sur la page 1sur 269
©EditionsFOUCHER EAN9782216133178 11ruePaulBert 92247MalakoffCedex 2015 Compositionetpublicationélectronique

©EditionsFOUCHER

EAN9782216133178

11ruePaulBert

92247MalakoffCedex

2015

Compositionetpublicationélectronique

MauryImprimeur

EAN9782216133178 11ruePaulBert 92247MalakoffCedex 2015 Compositionetpublicationélectronique MauryImprimeur

SOMMAIRE

SOMMAIRE Semestre3-UE1.2 Santépubliqueetéconomiedelasanté >>> Mémo1-

Semestre3-UE1.2 Santépubliqueetéconomiedelasanté

>>>Mémo1-Lesgrandsproblèmesdesantépubliqueliésà

l'environnementetaudéveloppementdurable

>>>Mémo2-L'organisationdelaprévention

>>>Mémo3-Lapolitiquedesantémentale

>>>Mémo4-LadémarcheetlesoutilsenSantépublique

>>>Mémo5-Lesoutilsendémographieetépidémiologie

>>>Mémo6-L'évaluationdespolitiquesetdesactionsensanté

publique

>>>Mémo7-Lefinancementdessoinsetdelasanté

>>>Mémo8-Sécuritésocialeetmutuelles

>>>Mémo9-Budgetetfinancementdesstructuresdesantéetde

soins,etdesprofessionnelsdesantéensecteurlibéral

>>>Mémo10-Financementetremboursementdessoins

infirmiers

Mémo10- Financementetremboursementdessoins infirmiers Semestre3-UE2.11 Pharmacologieetthérapeutiques

Semestre3-UE2.11 Pharmacologieetthérapeutiques

>>>Mémo11-Ciblesetchoixdesantibiotiques

>>>Mémo12-Pénicillines

>>>Mémo13-Céphalosporines

>>>Mémo14-Carbapénèmesetmonobactams

>>>Mémo15-Macrolidesetapparentés

>>>Mémo16-Aminoglycosides

>>>Mémo17-Cyclines

>>>Mémo18-Quinolones

>>>Mémo19-Autresantibiotiques

>>>Mémo20-Classificationdespsychotropes

>>>Mémo21-Hypnotiques

>>>Mémo22-Benzodiazépineshypnotiques

>>>Mémo23-Autreshypnotiques

>>>Mémo24-Anxiolytiques

>>>Mémo25-Neuroleptiquesouantipsychotiques

>>>Mémo26-Pharmacologiedesantipsychotiques

>>>Mémo27-Thymoanaleptiques

>>>Mémo28-Nooanaleptiques

>>>Mémo29-Normothymiques

>>>Mémo30-Antiagrégantsplaquettaires

>>>Mémo31-Anticoagulants:lesAVK

>>>Mémo32-Anticoagulants:leshéparines

>>>Mémo33-Autresanticoagulants

>>>Mémo34-Fibrinolytiques

>>>Mémo35-Anti-inflammatoiresnonstéroïdiens(AINS)

>>>Mémo36-PrincipauxAINS

>>>Mémo37-Glucocorticoïdesouanti-inflammatoires

stéroïdiens

>>>Mémo38-Principauxglucocorticoïdesdesynthèse

>>>Mémo39-AnalgésiquesdepalierI

>>>Mémo40-AnalgésiquesdepalierII

>>>Mémo41-AnalgésiquesdepalierIII

>>>Mémo42-Anesthésiquesgénérauxintraveineux

>>>Mémo43-Anesthésiquesgénérauxinhalés

>>>Mémo44-Curarisants

>>>Mémo45-Anesthésiqueslocaux

>>>Mémo46-Principesgénérauxdelachimiothérapie

anticancéreuse

>>>Mémo47-Inhibiteursdelasynthèsedesacidesnucléiques

>>>Mémo48-Substancesinteragissantaveclesprotéines

>>>Mémo49-Substancesagissantavecl'ADN

>>>Mémo50-Thérapiesciblées:inhibiteursdesfacteursde

croissanceoudedifférenciation

>>>Mémo51-Thérapiesciblées:médicamentsbloquant

l'angiogenèse

>>>Mémo52-Autresthérapiesciblées

>>>Mémo53-Hormonothérapiedescancersdusein

>>>Mémo54-Hormonothérapiedescancersdelaprostate

>>>Mémo55-Iatrogéniemédicamenteuse

>>>Mémo56-Toxicologieetintoxicationsmédicamenteuses

>>>Mémo57-Pharmacodépendance

>>>Mémo58-Médicamentsetpédiatrie

>>>Mémo59-Médicamentsetgériatrie

Semestre3-UE2.5 Processusinflammatoiresetinfectieux >>> Mémo60- L'infection:définitions >>>

Semestre3-UE2.5 Processusinflammatoiresetinfectieux

>>>Mémo60-L'infection:définitions

>>>Mémo61-Épidémiologie

>>>Mémo62-Déclarationobligatoireettraçabilité

>>>Mémo63-Lesbactéries

>>>Mémo64-Champignonsoumycètes

>>>Mémo65-LesvirusetATNC(agentstransmissiblesnon

conventionnels)

>>>Mémo66-Parasitesanimaux

>>>Mémo67-Lesétapesdel'infection

>>>Mémo68-Réponsesimmunitaires

>>>Mémo69-Lavaccination

>>>Mémo70-Préventiondesinfectionsenmilieumédical

>>>Mémo71-Traitementdesinfections

>>>Mémo72-Diagnosticdesinfections

>>>Mémo73-Lesméningites

>>>Mémo74-Lessepticémies

>>>Mémo75-Latuberculose

>>>Mémo76-Pneumopathies

>>>Mémo77-Lesendocardites

>>>Mémo78-Lesinfectionscutanéesetphanériennes

>>>Mémo79-Lesinfectionsurinaires

>>>Mémo80-LesinfectionsORL

>>>Mémo81-Lesinfectionsostéoarticulaires

>>>Mémo82-LeVIHetleSIDA

>>>Mémo83-Lagrippe

>>>Mémo84-Lafamilleduvirusdel'herpès:HSV,VZV,CMV,

EBV

>>>Mémo85-Leshépatites(A,BetC)

>>>Mémo86-Lepaludisme

>>>Mémo87-Lesinfectionsaucoursduvoyage

>>>Mémo88-Lesinfectionssexuellementtransmissibles

>>>Mémo89-Infectionsassociéesauxsoinsetinfections

nosocomiales

Infectionsassociéesauxsoinsetinfections nosocomiales Semestre3-UE2.8 Processusobstructifs >>>

Semestre3-UE2.8 Processusobstructifs

>>>Mémo90-Rappelssurlesystèmevasculaire

>>>Mémo91-Athérosclérose

>>>Mémo92-Anginedepoitrine

>>>Mémo93-Infarctusdumyocarde

>>>Mémo94-Œdèmeaigupulmonaire

>>>Mémo95-Ischémieaiguëdesmembres

>>>Mémo96-Thromboseveineuseprofonde

>>>Mémo97-Arrêtcardiocirculatoire

>>>Mémo98-Rappelsanatomophysiologiques

>>>Mémo99-Broncho-pneumopathiechroniqueobstructiveou

BPCO

>>>Mémo100-Asthme

>>>Mémo101-Emboliepulmonaire

>>>Mémo102-Rappelssurlesystèmenerveux

>>>Mémo103-Accidentsvasculairescérébraux

>>>Mémo104-Hydrocéphalie

>>>Mémo105-Herniehiataleetrefluxgastro-œsophagien

>>>Mémo106-Tumeursmalignesdel'œsophage

>>>Mémo107-Troublesmoteursdel'œsophage

>>>Mémo108-Tumeursmalignesdel'estomac

>>>Mémo109-Tumeursmalignescolorectales

>>>Mémo110-Occlusions

>>>Mémo111-Coliquehépatique,cholécystite,angiocholite

>>>Mémo112-Pancréatiteaiguë,pancréatitechronique

>>>Mémo113-Tumeursmalignesdupancréas

>>>Mémo114-Obstructionduhautappareil

>>>Mémo115-Obstructiondubasappareil

Toutlesemestre3
Toutlesemestre3
Toutlesemestre3 SousladirectiondeKamelAbbadi Lesauteurs SamirBaali RomainMitre KarimFerhi EricRasolo
Toutlesemestre3 SousladirectiondeKamelAbbadi Lesauteurs SamirBaali RomainMitre KarimFerhi EricRasolo

SousladirectiondeKamelAbbadi

Lesauteurs

SamirBaali

RomainMitre

KarimFerhi

EricRasolo

AntoineGaudin

RégineTardy

PaulineGardès

AndréLeTexier

Jean-NoëlJoffin

ErtanYilmaz

NabihaKamal

KamelAbbadi

Semestre3-UE1.2- Santépubliqueetéconomiedelasanté >>>Mémo1-Lesgrandsproblèmesdesantépubliqueliésà
Semestre3-UE1.2-
Santépubliqueetéconomiedelasanté
>>>Mémo1-Lesgrandsproblèmesdesantépubliqueliésà
l'environnementetaudéveloppementdurable
>>>Mémo2-L'organisationdelaprévention
>>>Mémo3-Lapolitiquedesantémentale
>>>Mémo4-LadémarcheetlesoutilsenSantépublique
>>>Mémo5-Lesoutilsendémographieetépidémiologie
>>>Mémo6-L'évaluationdespolitiquesetdesactionsensanté
p
ublique
>>>Mémo7-Lefinancementdessoinsetdelasanté
>>>Mémo8-Sécuritésocialeetmutuelles
>>>Mémo9-Budgetetfinancementdesstructuresdesantéetde
soins,etdesprofessionnelsdesantéensecteurlibéral
>>>Mémo10-Financementetremboursementdessoins
infirmiers

Mémo1

Lesgrandsproblèmesdesantépubliqueliésà

l'environnementetaudéveloppementdurable

Lesquestionsdepollutiondiversescommel'eau,l'air,lesoletlesdéchets,sontdes

préoccupationsquotidiennes.Eneffetellespeuventavoirdesrépercussionsgravessur

lasantéhumaine.

ILecontextepolitique

L'OMS(OrganisationMondialedelaSanté) adéfini dansl'undes6pointsdeson programmed'action:

Favoriserlasécuritésanitaire:l'unedesprincipalesmenacespourlasécuritésanitaire internationaledécouledesflambéesdemaladiesémergentesetépidémiques. Deplusenplusnombreuses,ellessontfavoriséespardesfacteurscommel'urbanisation rapide,lemauvaisaménagement del'environnement,lesmodesdeproductionetde commercialisationdesalimentsetl'usageparfoismauvaisdesantibiotiques. EnFrance:

Ledéveloppement durable a été introduiten 1987 par la commission mondiale sur l'environnementetledéveloppement(CommissionBrundtland)danssonrapportintitulé «notreaveniràtous». Son principe est:« les besoins des générations actuelles doiventêtre satisfaits sans compromettrelacapacitédesgénérationsfuturesàrépondreauxleurs».

En2005,laFranceaintégrédanslepréambuledesaConstitutionlesdroitsetdevoirs

définis dans la Charte de l'environnement s'engageant ainsi dans la stratégie européennededéveloppementdurable(SEDD). LeGrenelledel'environnement=engagementaffichédesinstitutionspubliques.Trois dimensions:environnemental,socialetsociétale,économique. Lerespectdesnormes,larecherchedelasécuritésanitairedanstoutessescomposantes (l'eau,lesdéchetshospitaliers,lerisqueinfectieux…)etlagestiondesrisques.

IILePlanNationalSantéetEnvironnement(PNSE)

PremierPlanNationalSantéEnvironnement2004-2008(PNSE):

Principalesactionsàmettreenœuvreafind'améliorerlasantédesFrançaisenlienavec laqualitédeleurenvironnement,dansuneperspectivededéveloppementdurable.

DeuxièmePlanNationalSantéEnvironnement2009-2013(PNSE2):

16thématiques,58actions,380millionsd'eurossur5ans,110millionsconsacrésàla

recherchesur4ans.

Deuxaxesclés

1.Laréductiondesexpositionsresponsablesdepathologiesàfortimpactsurlasanté.

2.Laréductiondesinégalitésenvironnementalesliéesàl'âge,àl'étatdesantédechacun,

aucontextesocio-économiqueouencoreàlazonegéographiqued'habitation.

IIIL'AgencenationaledeSécuritéSanitaire,de

l'alimentation,del'environnementetdutravail(anses)

l'alimentation,del'environnementetdutravail(anses) ♦ Missions •

Missions

Veille,expertise,rechercheetréférencesurunlargechampcouvrantlasantéhumaine, lasantéetlebien-êtreanimal,etlasantévégétale. Appréhende,demanièreglobale,lesexpositionsauxquellesl'Hommepeutêtresoumisà travers ses modes de vie et de consommation ou les caractéristiques de son environnement,ycomprisprofessionnel. Elleinformelesautoritéscompétentes,répondàleursdemandesd'expertiseetlesalerte encasdecrisesanitaire. L'Agenceexercesesmissionsenétroiterelationavecseshomologueseuropéens. Crééele1 juillet2010par lafusiondedeuxagences sanitaires françaises :l'Afssa (Agencefrançaisedesécuritésanitairedesaliments) etl'Afsset(Agencefrançaisede sécuritésanitairedel'environnementetdutravail).

Webographie

er

Mémo2

L'organisationdelaprévention

IDéfinitiondelaprévention

Lapréventionselonl'OMS,c'est«l'ensembledesmesuresvisantàéviterouréduirele

nombreoulagravitédesmaladiesouaccidents».

DeplusenplusimportanteenFrancecarc'estunenjeumajeurpourlesystèmedesanté,

d'aprèsleHautComitédeSantéPublique.

ACTIONquidoitviserlaréductiondelamortalitéprématurée.

IILesniveauxdeprévention

Prévention primaire : mesures pour diminuer l'incidence d'une maladie dans une population. Exemple:Lesvaccinations. Préventionsecondaire:diminuerlaprévalenced'unemaladiedansunepopulation. Exemple:LesdépistagesdeCancers(cancerdusein,cancercolorectal). Préventiontertiaire:mesuresvisantàprévenirlesrechuteset/oulescomplications. Exemple:L'éducationthérapeutique,suivimédical. Préventionquaternaire:mesuredanslechamppalliatifavecl'accompagnementenfin devie. Exemple:Soulagerlasouffrance.

Le Plan National Santé Environnement (PNSE 3)

20152019

Objectifdecetroisièmeplan:«volontédugouvernementderéduireautantquepossible

etdefaçonlaplusefficacelesimpactsdesfacteursenvironnementauxsurlasantéafin

depermettreàchacundevivredansunenvironnementfavorableàlasanté.»

MinistèredesAffairessociales,delaSantéetdesDroitsdesfemmes

IIIDelapréventionàlapromotionpourlasanté

Plusieursconditions:

Connaissancedelamaladieetdesdéterminantsdesanté. Les études épidémiologiques permettent de quantifier les problèmes et d'envisager l'évaluationdel'impactdesactionsdeprévention.

Connaissance des comportements des groupes concernés : Facteurs de risques et FacteursdeProtection. Possibilitédepréventiontantauniveaudeladécisionpolitiquequedesacteursde terrain. La décision politique conditionne les moyens techniques par l'allocation de moyensfinanciers. FormationdesacteursdePromotiondelasantéetéducationàlasantéetélaboration d'outilsd'éducationpourlasanté.

Laloidesantépubliquedu9août2004metenplaceledéveloppementdelapromotionde

lasanté,pourassurerunepriseenchargeplusglobaledelasanté.

ProjetdeloideSanté2015–3exigences

•Renforcerlaprévention,avecnotammentcommeprojetsde:

-désignerunmédecintraitantpourlesenfants;

-améliorerl'informationnutritionnelle;

-protégerlesjeunesdesravagesdel'alcool;

-lutteractivementcontreletabagisme;

-favoriserdesstratégiesdepréventioninnovantes;

-renforcerl'éducationàlasanté;

•Faciliterlasantéauquotidien,avecnotammentleprojetdegénéralisationprogressive

dutierspayant.

•Innoverpourgarantirl'excellencedenotresystèmedesanté,enplaçantlepatientau

centredusystèmedepriseencharge,avec:

-lacréationduserviceterritorialdesantépublic,desplateformesterritorialesd'appui pour les professionnels de santé, la relance du dossier médical partagé (DMP), l'évolutiondesmodesderémunérationdesprofessionnelsdesanté; -unservicepublichospitalierrefondé; -unepolitiquedesantéplusperformante.

IVLesdifférentsacteursdelasanté

Auniveaunational

Ministère:laDirectiongénéraledelasanté(DGS)joueunrôledepilotesurlaconduite despolitiquesdesantédontlapréventionetlapromotiondelasanté. Agencenationale:institutnationaldepréventionetd'éducationpourlasanté(INPES) aveccommemissions:d'exercer unefonctiond'expertiseetdeconseilenmatièrede préventionetdepromotiondelasantéetd'assurer ledéveloppement del'éducation pourlasantésurl'ensembleduterritoire.

Auniveaurégional

Missionsdel'ARSdontuneprincipale=ladéfinition,lefinancementetl'évaluationdes

actionsdepréventionetdepromotiondelasanté.

Auniveaulocal

Lesprofessionnelsdesantésontdesmaillonsessentielsdelapréventionetdel'éducation

pourlasanté=santéscolaire,santécarcérale,santéenentreprise,santéàdomicile.

VDéfinitions

Mortalité prématurée : mortalité évitable avant 65 ans due aux comportements individuels. Incidence:nombredenouveauxcasd'unemaladieoud'unévénementliéàlasanté, dansunepopulationdonnéedurantunepériodedetempsconnue.(Indicateurdynamique) Prévalence:nombredecasd'unemaladie,oudetoutautreproblèmedesanté,dansune populationdéfinieàunmomentdonné.(Indicateurstatique) Déterminantsdesanté:facteursquiinfluencentlasanté=tabagismefacteurderisque connuducancer dupoumonetenvironnementfavorable(famille,éducationscolaire) =facteurdeprotection. Épidémiologie:décritlesdifférentsfacteurs(biologiques,environnementaux,modede vie, soins de santé) qui influencent la santé en recherchant les causes et/ou les interventionsefficaces. Indicateurdesantéd'unepopulation:variablemesurantl'étatdesantéd'unindividu oud'unepopulation,quipeutêtrequantitativeouqualitative. Troistypesd'indicateurs:

-indicateursdesanté(démographie); -indicateursdemorbidité(maladie); -indicateursdemortalité(décès). Promotiondelasanté:«Lapromotiondelasantéestleprocessusquiconfèreaux populations les moyens d'assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et

d'améliorercelle-ci».Conférenced'Ottawa,1986.

Éducationàlasanté:laconstructiond'actionssocialesplanifiéesetd'expériences d'apprentissage conçues pour permettre à des personnes d'obtenir le contrôle des déterminantsdelasantéetdescomportementsdesanté,etlesconditionsquiaffectentleur étatdesantéetl'étatdesantédesautres.

Source:Banquededonnéesdesantépublique(BDSP)http://www.bdsp.ehesp.fr

Mémo3

Lapolitiquedesantémentale

L'originalitédel'organisationdelapsychiatrieenFrance.

L'après-guerre=Créationducourantdepsychiatrieinstitutionnel.

ICréationdelasectorisation

Circulairedu15mars1960.

L'organisationd'unsecteurestdéfinieparlaloidu31décembre1985quiposelesbases

juridiquesdusecteur.

L'Arrêtédu14mars1986décritledispositifdeluttecontrelesmaladiesmentaleset

définitlesstructuresdusecteur.

IICompositiond'unsecteurpsychiatrique

Lesstructuresintra-hospitalières:

-serviced'urgencepsychiatrique;

-unitésdesoinsàtempscomplet;

-psychiatriedeliaison.

Lesurgencespsychiatriquesrégulent,prennentenchargelessuicidantsetassurentdes

consultations.

Lesstructuresextra-hospitalières:

-leshôpitauxdejour;

-lescentresmédicaux-psychologiques;

-lescentresd'accueilthérapeutiquesàtempspartiel;

-lesappartementsthérapeutiques.

Lesorganisationsrécentes:leséquipesmobilesdepsychiatrie:

-précarité;

-SAMUpsychiatrie;

-gérontopsychiatrie.

IIIL'accueildanslesunitésdesoins

Patientsdetoutepathologiepsychiatrique. Priseenchargeàcourt,moyenetlongterme.

Enhospitalisationlibre(HL)(Loidu27juin1990):

-régimehabitueld'hospitalisation;

-lepatientdonneuneautorisationéclairéeauxsoins;

-possibilitédesortiecontreavismédical; - en cas de danger le médecin peut demander la transformation du placement en hospitalisationencasdepérilimminent. Soinspsychiatriquesàlademanded'untiers(SPDT):

Lesdispositionssontréforméespar laLoin 2011-803du5juillet2011parueauJO n 0155du6juillet2011etsupprimentlesanciennesappellationsHDT(hospitalisationà lademanded'untiers)etHO(hospitalisationd'office).

Désormais,leshospitalisationssontde3types:

-soinspsychiatriquesàlademanded'untiers(SPDT);

-soinspsychiatriquesencasdepérilimminent;

-soinspsychiatriquessurdécisiondureprésentantdel'état.

o

o

A.Soinspsychiatriquesàlademanded'untiers(SPDT)

S'appliquentàtoutepersonneayantbesoindesoinshospitaliers,maisdansl'incapacitéde

donnerunconsentementéclairé:unTIERSsignel'admission:

-unparent,unproche,unenfant;

-l'assistantesocialeéventuellement;

-ledirecteurdel'établissement,quandabsencedetiers.

Troisformesd'admissionenSPDTouencasdepérilimminent

1 forme Demanded'admissionparuntiers.Deuxcertificatsmédicauxcirconstanciésdemoinsde quinze jours :unmédecinn'exerçantpas dans l'établissementetunmédecinpouvant exercerdansl'établissement. 2 forme Dansl'impossibilitéd'obtenirunedemandeparuntiersencasdepérilimminent.Unseul certificatmédicalparunmédecinn'exerçantpasdansl'établissementd'accueil. 3 forme Encasd'urgence,quandilexisteunrisquegraved'atteinteàladignitédumalade.Le directeur de l'établissement peut à titre exceptionnel prononcer l'admission en soins psychiatriquessanssonconsentement,d'unepersonnemaladeauvud'unseulcertificat médicald'unmédecinquipeutexercerdansl'établissement.

re

e

e

B.Soinspsychiatriquessurdécisiondureprésentantdel'état

Soinssansconsentementsurdécisiondupréfetoufaisantsuiteaunemesuredumaire (anciennementHO,hospitalisationd'office). Forme d'admission : certificat initial par un psychiatre ne pouvant exercer dans l'établissementd'accueil.

Modalitésdemaintienenhospitalisation

Certificatsetobligationspourmaintenirlessoinssansconsentement:

-uncertificatdansles24havecunexamensomatiquecomplet;

-uncertificatde72havecobligationtracéed'informerlemaladesursesdroits;

- uncertificatde huitaine,établi entre le 5 etle 8 jour, si maintien ce certificatet transmisauJLD(jugedesLibertésetdelaDétention); -touslesmoisetavantlafindelapérioded'unancontinu.

e

e

Lejugedeslibertésetdeladétention

Laloidu5juillet2011introduitl'obligationdefairevaliderlessoinssansconsentement

par unjuge,quistatutpubliquementsur lebienfondédel'hospitalisation,quandàla forme.C'estlejugedeslibertésetdeladétentionquireçoitlespatientshospitaliséssans consentement, pour les entendre et statuer dans les 15 premiers jours de leur hospitalisationsurlerespectdesdroitsdupatienthospitalisé.

Modalitésdelevéedel'hospitalisationsansconsentement

Productiond'uncertificatdedemandedelevéedessoinsenproduisantunprogramme

desoins.C'estlepréfetquistatue.

Celarelèved'unedécisionjudiciaireparlejugedeslibertésetdeladétention.

Aprèsdeuxexpertisessilepatientestconsidérépotentiellementdangereux.

Modalitéspourlesmineurs

Pasd'hospitalisationsouscontrainte,c'estletitulairedel'autoritéparentalequisignela

demanded'hospitalisation.

C.Lapsychiatriedeliaison

Elleassurelesconsultationsexternesauprèsdespersonneshospitaliséesdanstousles

servicesdesoins.

D.Lesstructuresextra-hospitalières

Leshôpitauxdejour

-lieudetransition,deréadaptationetdemaintiendesacquis;

-patientssortisdel'hôpital(ouenvoiedesortie);

-présenceàlajournée;

-activitésthérapeutiquesetentretienpsychothérapeutiques.

Lescentresmédico-psychologiques(CMP)

-lieudeconsultation;

-entretiensinfirmiers;

-soinsambulatoires;

-travailaudomiciledupatient.

LesCentresd'AccueilThérapeutiqueàTempsPartiel(CATTP)

-activitésderéinsertion;

-intégrationdansletissusocial;

-accueilstructuréenséances.

LesAppartementsThérapeutiques(associatifs)

-alternativeàl'hospitalisation;

-aideàl'organisationdelaviecourante;

-évaluationdescapacitésd'autonomie;

-souventencolocation.

IVPerspectives

L'organisationdelapsychiatrie=auplusprèsdespersonnesenpréservantleursécurité

etcellesdestiersdanslerespectdespersonnesetdesdroitsqu'ilspossèdent.

Elleoffreunemultitudedestructuresetdepriseencharge.

Àsuivrelesfuturesloissurl'obligationdesoinsàdomicileetautres.

Mémo4

LadémarcheetlesoutilsenSantépublique

IDéfinitionsglossaireBDSP(BanquedeDonnéesenSanté

Publique)

Besoinsanitaire:

Nécessitédebénéficierdesoinsdesanté.

Évaluationdesbesoins:

Processusdéfinissantlagammedesservicesnécessairesàunindividupourluiassurerun niveau de vie, de santé etde bien-être définis.Au niveau de la population, c'estun processusquiviseàidentifierlespersonnesquidevraientbénéficierd'untraitementou d'unepréventionparticulière.Ceprocessus constituealors unebasepour laprisede décisionsausujetdel'offreenservicesdesantéoudel'orientationd'unprogramme d'intervention.

Demande:

Désir exprimé pour un service ou un produit.La demande estmesurée comme une quantitéetestinfluencéeparplusieursfacteurs.Pourlaplupartdesbiensouservices,ily amoinsdedemandeslorsquelesprixaugmentent.Cependant,silespréférencespourle servicesonttrèsélevées–commec'estlecasdecertainsservicesmédicaux–lademande estassezpeusensibleauprix.Lademandeestunemesureducomportement.

Demandeinduite:

Demande pour de plus amples contacts ou pour une plus grande consommation de servicesdesantédéterminéeparlesdécisionsdesprofessionnelsdesanté,notammentdes médecins.Ladécisionprofessionnelleinduitdesconséquencespourlepatient,pourle systèmedesantéetpourlesdépensesdesanté. Ceconceptestparfoisutiliséentantquesynonymede«demandedérivée».

Facteurderisque:

Enépidémiologie,unfacteurderisqueesttoutevariableliéestatistiquementàlasurvenue d'un événement.Il s'agit d'une caractéristique individuelle ou collective, associée de manièrecausaleàl'augmentationdel'incidencedelamaladieouàunproblèmedesanté dans une population et par conséquent à l'augmentation de la probabilité d'un développementindividueldelamaladieoud'unproblèmedesanté.Facteurouvariable associés(statistiquementoudemanièrecausale)audéveloppementd'unemaladieoude touteautresituationdesantéchezunindividuouungroupe.

Facteursprotecteurs:

Ressources internes et externes, protégeant la santé des êtres humains. Ils ont une importancespécialedansuneapprochedetype«santécréative»quisepositionneà partirdelaquestion«qu'estcequicréedelasanté»plutôtquesurlaquestion«qu'estce qui fait qu'une personne est malade ». Les facteurs protecteurs comportent : des caractéristiquesindividuellestellesquelelieudecontrôleinterne,lescapacitésàfaire face,l'optimismeetlesentimentd'appartenanceetdecohérence;descomportements personnelscommelefaitdedormirassez,d'avoirunealimentationsaine,deréaliserdes exercices (sport) etd'éviter des comportements à risque, d'avoir une bonne hygiène, d'êtrevacciné;desconditionssocio-économiquesbonnesetsûrescommeletravail,un environnementpacifique,uneeauetunairnonpollué,dessoins,unappuisocial.

IIDeladémarcheensantépubliqueàl'éducationpourla

santé

Ladémarchedesantépubliqueestunprocessusd'analyses'inspirantdelaméthodologie de la résolution de problème. Ce processus permet d'identifier, d'immobiliser, d'organiser les ressources disponibles en vue d'atteindre des objectifs de santé multiples.

A.Lesétapesdeladémarchedesantépublique

1.AnalysedelasituationetIdentificationdesproblèmesdesanté.

2.Définitiondespriorités.

3.Formulationduproblèmeenlienavecpopulationcible.

4.Identificationdesobjectifsetactionsàmener.

5.Ressourcesenvisagées.

6.Programmationetorganisationdeladémarche.

7.Réalisationdeladémarche.

8.Évaluationdeladémarcheréalisée.

Lanotiondepromotiondelasantémetl'accentsurl'implicationdescollectivitésdans

lagestiondelasantéplutôtquesurlaresponsabilitéindividuelle,toutenredonnantle

pouvoirauxindividussurleurenvironnementsanitaire.

Lesactionsdepromotiondelasantédesindividusetdepréventionseconjuguentetse

complètentdonc,avecunoutilcommun:l'éducationpourlasanté.

B.Lesétapesdel'actionenéducationpourlasanté

1.Étatdeslieux

Établirundiagnostic:analyserlesproblèmesexistants(cadrederéférence,définitionde

laproblématiqueetdelapopulationcible)etderecueillirlesdemandesdelapopulation.

Recherchedocumentaire,rencontressurleterrain,élaborationd'outils(tableaudebord,

questionnaired'enquête,entretien,compte-rendu,débat,réunion).

2.Objectifsinterventionnels

Un objectif doit être pertinent, mesurable, précis (public visé, lieu donné, durée…), réalisable.Ilesttoujoursformuléparunverbeàl'infinitif.

3.Organisationetdéroulementdel'action

4.Évaluationdel'action

5.Valorisationdel'action:articleouexposés

Promotiondesrésultatsdel'action.

Laloidu9août2004posel'éducationpourlasantécommeétantundesaxesdela

politiquedesantépubliquedelaNation.

Mémo5

Lesoutilsendémographieetépidémiologie

IL'Épidémiologie:définition

Sciencequiétudieladistribution,lafréquenceetlesdéterminantsdesmaladies,des

blessuresoudetoutautreproblèmedesanté,auprèsd'unepopulationetquiappliqueles

donnéesrévéléesparl'étudeaucontrôledecesproblèmesdesanté(glossaireBDSP).

Deuxtypesd'enquêteépidémiologique:enquêtedescriptiveetenquêteanalytique.

IIMéthodologiedel'enquêteépidémiologiquedescriptive

5étapes

1.Définitiondesobjectifs,bibliographie,vérificationspréalables.

2.Préparationd'unprotocole,préenquête.

3.Laréalisationdel'enquêteproprementdite.

4.Analysedesdonnées.

5.Présentationdesrésultats.

L'enquêteépidémiologiqueconstituelepréalableindispensableàladémarched'éducation

pourlasanté.

IIILesoutilsdel'enquête

1.Leschiffres(statistiquesnationalesetlocales),rapportsetétudes(cf.sitesInternet).

2.L'observation.

3.L'entretien,ledialogueetl'interview.

4.Lequestionnaire.

5.Lesondage,l'enquête,l'enquêtemicro-trottoir.

A.Leschiffres,lesrapports,lesétudes

Touslesdocumentscitésdansuneétudedoiventêtreréférencés.

Larecherchebibliographiqueconstituelapremièreétapeetnécessiteuntravailimportant

quipermetdebiencernerlesujetetdonneàlarecherchesonintérêtetsacrédibilité.

Chiffres;Rapport;Étude.

>>>STATISS(ÉtudesStatistiquesRégionales)ARS

>>> STATISS(ÉtudesStatistiquesRégionales)ARS B.L'observationsurleterrain •

B.L'observationsurleterrain

Observersignifie:rechercher,regarder,décrire. L'information recueillie durant l'observation est souvent brute et inutilisable. Le classementestcetteétapedel'observationquinouspermetdetirertoutel'information possible.Ellepermetlaformulationquideviendraéventuellementdesvariables. L'observationsur leterrainmarquesouventlespremierspasduchercheur dansun domaineetreprésenteunetâchefastidieuse,souventsurunelonguepériode. Cetoutilestdéconseillésansexpérienceetsansunminimumdeformationensciences humaines,sociologie…

C.L'entretien,ledialogueetl'interview

Lesdialoguesetlesentretienspeuventportersurlessujetsd'intérêtgénéral,l'interview

quantàellerévèlelasubjectivitédelapersonneinterrogée,sonhistoire,sonopinion,son

témoignage.Laconnotationdutermeinterviewrestetrèsjournalistique.

Troistypesdetechniqued'entretien

Entretiennondirectif:permetdelaisser l'interlocuteur libred'évoquer cequ'ilveut (magnétophonenécessaire). Entretiendirectif:utilisequedesquestionsplusoumoinsouvertes. Entretiensemi-directif:alternequestionsetréponseslibres.

Lesprincipauxtypesdequestions

Questionsfermées Réponseouiounon,exploitationrapidemaislaformulationnelaissepasdeplaceàdes réponsesnuancées. Questionsouvertes La personne interrogée a la possibilité de personnaliser, de préciser, de nuancer sa réponse.Ledépouillementestplusdifficileetlesréponsesseprêtentmalàuneanalyse

statistique.

D.Lequestionnaire

C'estl'outilleplusutilisécarilpermetuntraitementdesdonnées. La construction d'un questionnaire doit répondre à certaines recommandations mais autorise,quandilestbienconçu,uneexploitationquasiimmédiatedesdonnées.

E.Lesondage,l'enquête,l'enquêtemicro-trottoir

IVDéfinitions(glossaire,BDSP)

Cohorte:enépidémiologie,lesindividusfontl'objetd'unsuiviaucoursd'uneenquête oud'uneétudelongitudinale. Démographie:scienceayantpourobjetl'étudedespopulationshumaines,traitantde leur dimension, de leur structure, de leur évolution etde leurs caractères généraux, principalementd'unpointdevuequantitatif. Espérancedevie:estimationdunombremoyend'annéesqu'unepersonne,àuncertain âge,peuts'attendreàvivre. Indicateurdesanté:variablemesurantl'étatdesantéd'unindividuoud'unepopulation, qui peut être quantitative ou qualitative. Une vaste gamme d'indicateurs peut être employée,enfonctiondel'objectifvisé.Unbonindicateurdevraitêtresimple,facileà calculer,reproductible,précisetvalide.Lesprincipauxindicateursutiliséss'appliquentà lamortalité,àlamorbidité,auxfacteursderisque,àl'incapacitéetàdescaractéristiques environnementales,socialesetculturelles.

Mémo6

L'évaluationdespolitiquesetdesactionsen

santépublique

ILaSantéPublique

La Santé Publique étudie les déterminants de santé physiques, psychosociaux et socioculturelsdelasantédelapopulation. Ellemènelesactionsenvued'améliorerlasantédelapopulationetévaluelesbesoinsde lapopulation. Aspectsdelasanté:curatifs,préventifs,éducatifs,sociaux.

>>>Champsdelasantépublique

>>> Champsdelasantépublique II ♦ Analysedesbesoins •

IIAnalysedesbesoins

L'épidémiologiepermetl'observationdesproblèmesdesanté.

Tauxd'incidence,prévalence.

Enquêtesépidémiologiques.

Veillesanitaire.

Objectif:identifierlesproblèmesetbesoinsdesanté.

IIILesprioritésensantépublique

Contexte:Loidesantépubliquedu9juillet2004ainscrit100objectifsnationauxde

santépublique.

Pourdéfinirunepriorité:jugerdel'importanced'unproblèmesantéenidentifiant:

-fréquenceetévolutiondansletemps;

-gravité:mortalité,conséquencesfonctionnelles;

-impactsocio-économique;

-perceptionsociale.

IVL'actionensantépublique

L'action de santé publique peut prendre forme, soit par une ou des actions indépendantes,soitparunensemblecoordonnéd'actions.Danscecas,onparledePlan ouProgrammedeSanté. Exemple PNNS(PlanNationalNutritionSanté)etProgrammedeluttecontretuberculose. Lesprogrammescomprennent:desobjectifsprécis,desactions,desmesuresetdes évaluations. Programmesdesantépublique:mobilisationdetouslesacteurs. L'actionensantépubliques'appuiesurlesprioritésdéfiniesparl'Étatetlesrégions:les Plans Régionaux de Santé (PRS) qui développent des politiques régionales pour l'améliorationdelasantédespopulationslocales.Miseenavantdel'éducationàlasanté etlapromotiondelasanté.

VÉvaluationdesbesoins

Définition:processusdéfinissantlagammedesservicesnécessairesàunindividupour luiassurerunniveaudevie,desantéetdebien-êtredéfinis.Auniveaudelapopulation, c'est un processus qui vise à identifier les personnes qui devraient bénéficier d'un traitementoud'unepréventionparticulière.Ceprocessusconstituealorsunebasepourla prise de décisions au sujet de l'offre en services de santé ou de l'orientation d'un programme d'intervention. Des concepts voisins sont : évaluation communautaire, analyse de communauté et études formatives. (Glossaire, BDSP, http://asp.bdsp.ehesp.fr/Glossaire). Évaluationorganisée,structuréeentermesd'objectifs,d'activitésetderessources,pour répondreàdesbesoinsidentifiésdansunesociété,unmilieu,ouunecollectivité. Nouvellesresponsabilitésetnouveauxdéfisdel'Étatpourlasanté:loidesantépublique

du9août2004engagel'état.

C'estuneanalysequantitativeet/ouqualitative:bilanrégulier desprogrammesde santé(utilité,efficacité,efficience,coût). Évaluationdesactionsdesanté.

VIConclusion

Ladécisionensantépubliqueviseà:

réduirelamortalitéetlamorbiditéévitables,enparticulierdespopulationsfragilisées;

réduirelesinégalitésdesanté,enparticulierlesdisparitésrégionales.

Mémo7

Lefinancementdessoinsetdelasanté

IDéfinitions

PIB(Produit IntérieurBrut) :indicateur économique de la richesse produite par annéedansunpays.LerapportPIB/habitantestutiliséquantàluipourmesurerleniveau deviedeshabitants. La consommation médicale totale regroupe : la consommation de soins et biens

médicaux(98%)etlamédecinepréventive(2%).

Ladépensecourantedesanté:c'estlasommedesdépensesengagéesparlesfinanceurs de l'ensemble du système de santé : Sécurité sociale, État, collectivités locales, organismesdeprotectioncomplémentaireetlesménages. Ladépensenationaledesantéoudépensetotaledesanté:c'estunagrégatretenupour les comparaisons internationales.Comprend la dépense courante de santé, moins les indemnitésjournalièresetlesdépensesdeformationetderechercheetpluslesfraisde fonctionnementetd'amortissementdeshôpitauxpublics. ONDAM(ObjectifNationaldesDépensesd'Assurance-Maladie).Chaqueannée,le Parlementvotel'objectifnationaldesdépensesd'assurance-maladie,fixantausecteurde lasantépublicunmontantdedépensesànepas dépasser.Il estlecœur des lois de financementdelaSécuritéSociale.

DGOS(DirectionGénéraledel'OffredeSoins):sesubstituedepuisle16mars2010à

ladirectiondel'hospitalisationetdel'organisationdessoins(DHOS). DGS(DirectionGénéraledelaSanté):préparelapolitiquedesantépublique. DSS(Directiondelasécuritésociale):missiongénéraleestd'assurerl'adéquationdes prestations de Sécurité sociale avec les besoins de la population, tout en veillant à respecterl'équilibrefinancierdesrégimes.

IILefinancement:verslamaîtrisedesdépenses

A.Loisdefinancementdelasécuritésociale

Depuis1996,c'estdésormaisleParlementqui détientlacompétencedefixer chaque annéeles objectifs dedépenses enadoptantles Lois de Financement de la Sécurité Sociale(LFSS). Malgréuncontexteéconomiquedifficile,lacollectivitéconsacreunepartimportantede sesrecettesausecteurhospitalier.L'améliorationdelapriseenchargedespatientsvade pair aveclavolontéd'unemaîtriseprogressiveet médicaliséequiseconstatedepuis plusieursannées.

B.T2A

LaFranceaintroduiten2005unsystèmedeTarificationàl'Activité(T2A) pour financerlesétablissementsdesanté,commeunevingtainedepaysavantelle.Leprincipe

debasedelaT2Aconsisteàpayerlesétablissementsenfonctiondeleuractivité.Elleest

mesuréeparGroupeHomogènedeMalades(GHM),etadesavantagespouraméliorer l'efficienceetlatransparencedanslefinancementdessoins. Perspective de maîtrise des dépenses de santé : transférer une partie des coûts hospitaliersverslessoinsdesuiteouàdomicile.

C.Augmentationdelapartfinancièrerestantàlachargedespatients

L'augmentationduforfaithospitalier. D'après la loi du 13 août 2004 de réforme de l'assurance-maladie : participation

forfaitairede1€(franchisemédicale),diminutionduremboursementparl'AMencasde

non-respectduparcoursdesoincoordonné,ledéremboursementdesmédicamentsau servicemédicalrenduinsuffisant.Depuisle1 janvier2008:desfranchisesmédicalesde

50centimesparboîtedemédicamentset2€partransportsanitaire.

Le contrôle des prix avec les tarifs conventionnés, Il existe une convention entre l'assurance-maladieetlesmédecinsexemple:tarifd'uneconsultationchezunmédecin généraliste =23 €.Les médicaments génériques :incitation à la prescription età la substitution.

IIIStructuredufinancementdeladépensedesoinsetde

er

biensmédicaux

 

1995

2004

2007

Sécuritésociale

77,1

77,1

76,6

CMU-CetAME

1,1

1,4

1,4

Mutuelles

7,3

7,6

7,9

Sociétésd'assurance

3,3

3,1

3,2

Institutionsdeprévoyance

1,6

2,6

2,5

Ménages

9,6

8,3

8,5

 

100

100

100

Source:DREES2007.

IVDesdéfiseuropéenscommuns

A.Défin°1

Le vieillissement de la population. L'augmentation de l'espérance de vie et de la

diminutiondutauxdemortalitéaconduitàuneforteaugmentationdesplusde65ans.Il

poseuntripleproblème:

celuidesretraites(augmentationdespensions);

celuidesdépensesdemaladie(augmentationdespersonnesâgéesetdeladépendance);

celuidufinancementdelaprotectionsociale(diminutiondelapopulationactive).

B.Défin°2

La montée des inégalités et de l'exclusion. Plus de 60 millions de personnes sont considérées comme pauvre aujourd'hui dans l'Union Européenne. La pauvreté a été longtempsliéeauchômagemaisaujourd'huiellen'estplusuniquementfinancièremais égalementjuridiqueetsociale.

C.Défin°3

Lefinancementdelaprotectionsocialeetdelaremiseencausedel'Étatprovidence.La montée très forte des prélèvements sociaux est dénoncée sur le plan de l'efficience économique.Cetteaugmentationdesprélèvementssociauxestdue:

àl'inflationdesdépensesmédicales;

àlaprogressiondesdépensesliéesauchômage;

àlaprogressiondespensionsderetraite.

D.Perspective

Touslespaysseretrouventdansunmêmemouvement:

Maîtriserlesdépenses,renforcerlescontrôlesetrecentrerlesprestationssurlesplus

démunis.

Mémo8

Sécuritésocialeetmutuelles

IGénéralités

LaSécuritésociale

LaSécuritésocialereprésentel'ensembledesorganismesetinstitutionsquigèrentla protectionsociale:ensembled'institutionsetdedispositifsservantàcouvrir certains risquessociauxparleversementdeprestationsennature(remboursementsdefrais)ou enespèces(indemnitésjournalières). La loide financement de la sécurité sociale a été publiée au Journal officiel du 22 décembre 2011. Ce texte prévoit de baisser le prix d'un certain nombre de médicaments, de favoriser l'usage des génériques mais aussi de dérembourser des médicamentsdontleservicemédicalrenduestjugéinsuffisant.Ilestquestionégalement dereleverlestaxessurlesboissonsalcooliséesetd'augmenterlesprixdutabac. Auniveaudel'État,laSécuritésocialeestpilotéeparlaDirectiondelaSécuritésociale

quidépendde2ministères:

-leministèredesAffairessocialesetdelaSanté;

-leministèredel'Économie,desFinancesetduCommerceextérieur.

Lesmutuelles

Unemutuelleestuneassociationàbutnonlucratifoffrantuneassuranceprévoyanceà

sesmembres,enéchangedupaiementd'unecotisation.

IIOrganigrammeinstitutionneldelaSécuritésociale

Lesdifférentsrégimes:

Régimegénéral,leplusimportantdesrégimesdelasécuritésociale.

-Régimeagricole;

-Régimesocialdesindépendants(RSI);

-Régimedesfonctionnairesetdesmilitairesdel'État;

-Régimedescollectivitéslocales;

-Régimespéciaux,régimesspéciauxd'entrepriseetassimilés;

-Régimedesmarins;

-RégimedesFrançaisàl'étranger;

-Régimedesétudiants;

-Régimespécifiquedesassemblées.

IIILesdifférentesbranches

L'organisationactuelledurégimegénéralrésultedel'ordonnancede1967quiinstaurela

séparationdelasécuritésocialeenbranchesautonomes. la branche maladie : la Caisse nationale de l'assurance-maladie des travailleurs salariés(Cnamts)gèrelabranchemaladie; labrancheaccidentsdutravail-maladiesprofessionnelles:depuisle1 juillet2010,

lesCaissesrégionalesd'assurance-maladie(CRAM)–àl'exceptiondelaCRAMIle-de-

France–ontchangéd'identitéetsontdevenuesdesCarsat; labrancheretraite:laCaissenationaled'assurancevieillesse(CNAV) définitles orientations de la branche retraite en matière d'assurance vieillesse et d'assurance veuvage; la branche famille : la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) gère différentesprestationsfamilialesetsociales.Auniveaulocal,c'estlaCaissed'allocation familiale(CAF); la branche recouvrement ; l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss)estlacaissenationaledelabranchederecouvrementdurégimegénéraldela sécuritésociale.

IVComptesdelaSécuritésociale:résultats2011,

er

prévisions2012

LaCommissionprésente,danssonrapportdejuillet2012,lescomptespour2011etles

prévisionspour2012,pourlerégimegénéraldelasécuritésociale.

Ledéficitdel'ensemblerégimegénéral–fondsdesolidaritévieillesse(FSV)s'estétabli à –20,9milliards d'euros en2011,soitune diminutionde 7,1milliards d'euros par

rapportauniveaude2010quiamarquéunmaximumhistorique.Ledéficitde2011reste

toutefoistrèsélevé,plusdudoubledesniveauxde2007-2008.

Laréductiondesdéficitsamorcéeen2011sepoursuivraiten2012maisseraitbeaucoup

pluslimitée.Elleseraitrendueplusdifficileparladégradationdelaconjoncturequise

traduitparunralentissementdelamassesalariale.

VCequ'ilfautsavoir

Lasécuritésocialefrançaisen'estpasuneAdministration,maisuneentreprisededroit

privéayantunedélégationdeservicepublic.

VIDéfinitions

Lesprestationssocialesdésignenttouteslesprestationsenespèces,ex.indemnités journalières ou en nature que les institutions de protection sociale versent à leurs bénéficiaires. Elles constituent une des formes de la redistribution des revenus et

représentaient,en2007,29%duproduitintérieurbrut.

ALD(Affectionde Longue Durée) :maladie grave et/ouchronique pour laquelle

l'assurance-maladieassurepriseenchargeà100%.

Assurésocial:personnequibénéficiededroitspersonnelsàl'assurance-maladie. Ayantdroit:personneàquiunassurésocialtransmetledroitauremboursementdes fraismédicaux:conjoint,enfantoutouteautrepersonneàchargedepuisaumoinsunan etvivantchezl'assuré. Délaidecarence:troispremiersjoursd'arrêtdetravailmaladienonindemniséspar l'Assurance-maladiedansleprivé,unjourdanslesecteurpublic. Accident de travail (A.T) : sur le lieu de travail/employeur à 48 h pour faire déclarationàlacaissed'assurance-maladieouàl'occasiond'untrajetenrapportavecle travail/mêmesdémarchesdel'employeurquecellespourunA.T. Maladieprofessionnelle:médecinadiagnostiquéunemaladieliéeautravail. Ticketmodérateur:c'estlapartiedesdépensesquin'estpasrembourséeetquiresteà lachargedel'assuré.Ellepeutêtrepriseenchargeparunemutuelle. Tierspayant:l'assurance-maladierègleàuntierslesprestationsduessansquel'assuré avance les frais.Systématique dans les établissements hospitaliers, quand accidentde travailsiCMUcomplémentaire.

CouvertureMaladieUniverselle(CMU):instauréedepuisle01-01-2000,permetà

toutepersonnerésidantenFrancedefaçonstableetrégulièreetnedisposantpasde couverturesocialedebénéficierd'unrégimed'assurance-maladie:CMUdebaseetpour les ressources les plus faibles un accès gratuit à une complémentaire CMU complémentaire.

Mémo9

Budgetetfinancementdesstructuresdesanté

etdesoins,etdesprofessionnelsdesantéen

secteurlibéral

Leseffectifsparprofessionetsituationprofessionnelleau1 janvier2010

er

   

Salariés

 

Professions

Libéraux

hospitaliers

Total

Médecins

122496

86647

209143

Chirurgiens-dentistes

37078

3852

40930

Sages-femmes

3487

15721

19208

Infirmiers

77190

438564

515754

Masseurs-kinésithérapeutes

54274

14649

68923

Pédicurespodologues

11092

207

11299

Source:DREES/RépertoireADELI.

Exercicelibéraldelamédecine

Conventionnationaleavecl'Assurance-maladie(1971).

Tarifsdesprestationsmédicales.

Engagementsdemaîtrisedesdépenses.

Couverturesocialedesmédecins.

Troissecteurs:

-secteur1:(70%)bonnecouverturesociale,Honorairesconventionnels;

-secteur2:(29,6%)moinsd'avantagessociaux,Honoraireslibres(remboursésautarif

conventionnel);

-nonconventionné:(0,4%)pasdecouverturesociale,pasderemboursement.

Devenir

Augmentationdelatutelledel'étatqui:

-fixelesdépensesdel'assurance-maladie;

-contrôleladémographiedesprofessionnelsdesanté;

-fixelesrèglesd'exercicedesprofessionnelsdesanté;

-décidedel'implantationdesactivités(lits)etdeséquipements,allouelesbudgetsdes

hôpitaux.

Miseenplaced'unmodedetarificationuniformepour lesétablissementspublicset

privés(tarificationàl'activité,T2A).

Encadrementdel'offreambulatoire:

-évolutionvers«lafilièredesoins»:passageparlemédecintraitant; -dossiermédicalindividuel.

LapoursuitedestravauxpourajusterencoredavantagelemodèleT2Aauplusprèsdes

activitésetdesmissionsdesétablissements.

Mémo10

Financementetremboursementdessoins

infirmiers

ILessoinsàdomicile

Développement des soins à domicile lié à l'allongement de la durée de vie et à l'augmentationdespathologieschroniques. Lessoinsàdomicilesontmoinscoûteuxquel'hospitalisationconventionnelleetsont doncunedessolutionspourl'Étatàlamaîtrisedesdépensesdesanté.

Plusieurstypesd'intervention

Hospitalisationàdomicile(HAD). Soinsàdomicile(SAD). Servicesdesoinsinfirmiersàdomicile(SSIAD). Maintienàdomicile(MAD). Lesinfirmiersàdomiciletravaillentcommeemployés(infirmier salarié),oualors commeindépendants(infirmierlibéral).

Arrêtédu18juillet2007portantapprobationdelaconventionnationaledestinéeàrégir

lesrapportsentrelesinfirmièresetlesinfirmierslibérauxetlesorganismesd'assurance-

maladie=accorddenatureéconomique.

Ensembledestarifsapplicablesselonlelieud'exercice.

Tarifseneurosapplicablesàcompterdu27mai2012

Métropole

Départements

d'outre-mer

AMI

AIS

DI

Indemnitéforfaitairededéplacement

(IFD)

Indemnitékilométrique(IK):

plaine

montagne

àpiedouàski

Majorationsdenuit:

de20hà23hetde5hà8h

3,15

3,30

2,65

2,70

10,00

10,00

2,50

2,50

0,35

0,50

3,40

0,35

0,50

3,66

9,15

9,15

de23hà5h

18,30

18,30

Majorationdedimanche

1

8,00

8,00

Majorationd'acteunique(MAU)

1,35

1,35

Majorationdecoordinationinfirmière

5,00

5,00

(MCI)

1 Lamajorationdedimanches'appliqueàcompterdusamedi8hpourlesappelsd'urgence.

IIDéfinitionsdesactes

Les actes médicaux infirmiers (AMI) sont des actes techniques (injection, chimiothérapie,etc.).Ilssontprescritsexclusivementparunmédecin. Les actes infirmiers de soins (AIS) sontdes actes de soins d'hygiène (prévention d'escarres,nursing,etc.).Cesactesrelèventdurôlepropredel'infirmier.Ladéfinitionet laplanificationdecesactespeuventêtredécidéespar l'infirmier danslecadredela DémarchedeSoinsInfirmiers(DSI). DémarchedesoinsinfirmièreestcotéeenDI.

IIIRemboursementssoinsinfirmiers:

Applicablesauxsoinsdispensés:

aucabinetdupraticienoudel'auxiliairemédicale; audomiciledumalade; dansundispensaire,uncentredesoinsouenconsultationexterneàl'hôpital.

Àcompterdu2mai2011:

Honorairesdesauxiliairesmédicaux:infirmières,masseurs-kinésithérapeutes,

Casgénéral:

orthophonistes,orthoptistes,pédicures-podologues

60%

L'infirmière libérale devra être payée directement par la personne, laquelle ne sera rembourséequ'à60%par laSécuritésociale.Àmoinsbiensûr quelapersonnene

bénéficied'unepriseenchargeà100%(casleplusfréquent)sibienqu'elleestalors

intégralementrembourséeparlaSécuritésociale.

Semestre3-UE2.11- Pharmacologieetthérapeutiques >>>Mémo11-Ciblesetchoixdesantibiotiques
Semestre3-UE2.11-
Pharmacologieetthérapeutiques
>>>Mémo11-Ciblesetchoixdesantibiotiques
>>>Mémo12-Pénicillines
>>>Mémo13-Céphalosporines
>>>Mémo14-Carbapénèmesetmonobactams
>>>Mémo15-Macrolidesetapparentés
>>>Mémo16-Aminoglycosides
>>>Mémo17-Cyclines
>>>Mémo18-Quinolones
>>>Mémo19-Autresantibiotiques
>>>Mémo20-Classificationdespsychotropes
>>>Mémo21-Hypnotiques
>>>Mémo22-Benzodiazépineshypnotiques
>>>Mémo23-Autreshypnotiques
>>>Mémo24-Anxiolytiques
>>>Mémo25-Neuroleptiquesouantipsychotiques
>>>Mémo26-Pharmacologiedesantipsychotiques
>>>Mémo27-Thymoanaleptiques
>>>Mémo28-Nooanaleptiques
>>>Mémo29-Normothymiques
>>>Mémo30-Antiagrégantsplaquettaires

>>>Mémo31-Anticoagulants:lesAVK

>>>Mémo32-Anticoagulants:leshéparines

>>>Mémo33-Autresanticoagulants

>>>Mémo34-Fibrinolytiques

>>>Mémo35-Anti-inflammatoiresnonstéroïdiens(AINS)

>>>Mémo36-PrincipauxAINS

>>>Mémo37-Glucocorticoïdesouanti-inflammatoires

stéroïdiens

>>>Mémo38-Principauxglucocorticoïdesdesynthèse

>>>Mémo39-AnalgésiquesdepalierI

>>>Mémo40-AnalgésiquesdepalierII

>>>Mémo41-AnalgésiquesdepalierIII

>>>Mémo42-Anesthésiquesgénérauxintraveineux

>>>Mémo43-Anesthésiquesgénérauxinhalés

>>>Mémo44-Curarisants

>>>Mémo45-Anesthésiqueslocaux

>>>Mémo46-Principesgénérauxdelachimiothérapie

anticancéreuse

>>>Mémo47-Inhibiteursdelasynthèsedesacidesnucléiques

>>>Mémo48-Substancesinteragissantaveclesprotéines

>>>Mémo49-Substancesagissantavecl'ADN

>>>Mémo50-Thérapiesciblées:inhibiteursdesfacteursde

croissanceoudedifférenciation

>>>Mémo51-Thérapiesciblées:médicamentsbloquant

l'angiogenèse >>>Mémo52-Autresthérapiesciblées
l'angiogenèse
>>>Mémo52-Autresthérapiesciblées
>>>Mémo53-Hormonothérapiedescancersdusein
>>>Mémo54-Hormonothérapiedescancersdelaprostate
>>>Mémo55-Iatrogéniemédicamenteuse
>>>Mémo56-Toxicologieetintoxicationsmédicamenteuses
>>>Mémo57-Pharmacodépendance
>>>Mémo58-Médicamentsetpédiatrie
>>>Mémo59-Médicamentsetgériatrie

Mémo11

Ciblesetchoixdesantibiotiques

Sontconsidéréscommeantibiotiques«touslescomposéschimiques,élaborésparun

organismevivantouproduitsparsynthèse,àcoefficientchimiothérapeutiqueélevédont

l'activitéthérapeutiquesemanifesteàtrèsfaibledosed'unemanièrespécifique,par

l'inhibitiondecertainsprocessusvitaux,àl'égarddesmicro-organismesoumêmede

certainsêtrespluricellulaires».

ICiblesdesmoléculesantibiotiques

Lesantibiotiquessonttrèsvariésauniveaudesciblesbactériennes.Lesciblessontles

organitesdelacellulebactérienneoucertainesfonctionsmétaboliques.

>>>Ciblesdel'actiondesantibiotiquessurlacellulebactérienne

Ciblesdel'actiondesantibiotiquessurlacellulebactérienne L'arsenal des antibiotiques disponible actuellement

L'arsenal des antibiotiques disponible actuellement comprend de très nombreuses molécules,variéesselonleurmécanismed'actionsurlesciblesprésentesauseindela bactérie.Lesprincipalesciblesdesmédicamentsantibiotiquessont:

Paroi

Cyclosérine,bacitracine,glycopeptides,β-lactamines(pénicillines,

céphalosporines)

Membraneplasmique

Colistine,daptomycine

Ribosomes

Sous-unité50S

Phénicolés,macrolidesetapparentés,

linézolide

Sous-unité30S

Cyclines,aminoglycosidesetapparentés,

linézolide

Acidesnucléiques

InhibiteursARNpolymérase

Ansamycines(rifamycines)

Inhibiteurstopoisomérases

Quinolones

Inhibiteursdel'acidefolique

SulfamidesetTriméthoprime

IIChoixd'unantibiotique

Lechoixd'unantibiotiquetientcomptedeplusieurscritères.

Lespectred'activitédel'antibiotique:il correspondàl'ensembledes bactéries sur lesquellesl'antibiotiquepourraêtreactif. La bactérie responsable : il s'agit soit d'une bactérie suspectée, soit d'une bactérie identifiée. La capacité de diffusion de l'antibiotique et son aptitude à atteindre le siège de l'infection. L'étatetl'âgedupatient. Ledegrédesévéritédelapathologieinfectieuse.

IIIPrécautionsliéesautraitementantibiotique

Avantlamiseenplacedutraitement,ilfaudraveilleràeffectuer,sinécessaire,tousles prélèvementsmicrobiologiquesdontlesrésultatsseraientfausséssiletraitementétait administréenamont. Lequestionnementdupatientpermettradevérifierl'absencedeterrainallergiqueconnu oude pathologies contre-indiquantune voie d'administration,pour éviter l'apparition d'effetsindésirables(diarrhées,nausées,vomissements,accidentsdetypeanaphylactoïde) liésàlaprised'antibiotiquesdontonconnaitlesrisquesdesurvenue. La prescription doitindiquer de manière précise les durées, fréquences etdoses à administreraupatientainsiquelesmodalitésdeprotocolequipourraientêtrepropresà unpatient. Soustraitementantibiotique,ilseranécessairedemettreenplaceunesurveillancedu patient. En particulier, le personnel médical ou infirmier devra repérer tout signe présenté par le patient qui indiquerait un traitement antibiotique à l'origine d'effets indésirablesoud'unéchecthérapeutique.L'étatgénéraldupatientetsatempératureseront soumisàunesurveillanceétroite.

Mémo12

Pénicillines

Outre les pénicillines, la famille des β-lactamines comprend différents groupes d'antibiotiques:lescéphalosporines,lespénèmesetlesmonobactams.

ISpectred'action

Lespénicillinessontdesantibiotiquesbactéricides. Lespremièrespénicillines,naturelles,présententunspectred'actionétroit.Leuractivité estlimitéeauxbactériesGram+carellessonttrèssensiblesauxpénicillinases(enzymes présentes chez les bactéries Gram- et chez Staphylococcus aureus). Les pénicillines d'hémisynthèsedécouvertesparlasuitemontrent:

- une résistance aux pénicillinases même si le spectre d'action ne s'élargit pas aux bactériesGram-:ils'agitdespénicillinesM.Leurspectreresteétroit. -unélargissementduspectred'action:ils'agitdespénicillinesA.

IIIndications

Lespénicillinessontindiquéesdansletraitementdesinfectionsàgermessensibles:

-lesinfectionsORL,

-lesinfectionsurinaires,

-lesméningitesetendocardites.

IIIEffetsindésirables

Engénéral,lestraitementsàbasedepénicillinessontbientolérésparlespatientsmêmeà fortesdoses. Les principaux effets indésirables répertoriés sont les manifestations allergiques (urticaire,réactionsanaphylactiques)etlesmanifestationssystémiques(diarrhéesleplus souvent, nausées et vomissements, éruptions non spécifiques, convulsions et encéphalopathie,élévationsdestransaminases,anémiehémolytique,néphrites).

IVPrincipauxantibiotiques

DCI

Nomcommercialetprésentations

PÉNICILLINESGetV

Benzylpénicilline(PénicillineG)

PÉNICILLINEGinjectable

Phénoxyméthylpénicilline(PénicillineV) ORACILLINEcomprimés,suspensionbuvable

PÉNICILLINESM

Oxacilline(PénicillineM)

BRISTOPENinjectableIV

Cloxacilline(PénicillineM)

ORBÉNINEinjectableIV,gélules

CLOXACILLINEinjectableIV

 

PÉNICILLINESA

Ampicilline+Sulbactam

UNACIMinjectableIM/IV

Amoxicilline

CLAMOXYLcomprimés,gélules,susp.buvable,

injectableIM/IV

AMODEXgélules,susp.buvable,

BACTOXinjectableIM/IV

Amoxicilline+Acideclavulanique

AUGMENTINcomprimés,suspensionbuvable,injectableIV

Pivmécillinam

SÉLEXIDcomprimés

 

URÉIDOPÉNICILLINES

Pipéracilline

PIPÉRACILLINEinjectableIM/IV

Pipéracilline+Tazobactam

TAZOCILLINEinjectableperf.

 

CARBOXYPÉNICILLINES

Ticarcilline

TICARPENinjectableIV

Ticarcilline+Acideclavulanique

CLAVENTINinjectableIV

Mémo13

Céphalosporines

Le noyaucéphène constitue lastructure de base dugroupe des céphalosporines ou

acide7,amino-céphalosporinique.Lapremièremoléculedecegroupeaétéextraiteà

partirdeCephaloriumacremonium.

ISpectred'action

Lescéphalosporinesde1 générationpossèdentunspectredirigéverslesbactéries Gram+sensibles,saufStaphylococcusaureus(SARM). Cellesde2 générationpossèdentunspectreélargicontrecertainesbactériesGram-et contrelesanaérobies. Lescéphalosporinesde3 générationontunspectreélargiauxbactériesGram-carplus stablesauxβ-lactamases(Pseudomonasaeruginosa).Leur activitécontreles bactéries Gram+estdiminuéeparrapportàla2 génération. Lescéphalosporinesde4 générationdites«àunspectreélargi»ontunspectreélargi auxbactériesGram-.Ellespossèdentuneactivitésurlesentérobactériesayantacquisune résistance(hyperproductiondecéphalosporinases)auxmoléculesde3 génération.

e

e

e

re

e

e

IIIndications

Les céphalosporines de 1 génération sontindiquées dans les infections des voies respiratoires.Ellessontindiquées,enassociationaveclesaminosides,danslesinfections urinairesetpéritonéales. Lescéphalosporinesde2 générationsontutiliséesdanslesinfectionsORL,urinaireset ostéoarticulaires.EllessontmoinsactivessurlesbactériesGram+.Ellessontinactives contrelesbactériesquisécrètentuneβ-lactamase. Lescéphalosporinesde3 générationparvoieoralesontindiquéesdanslesinfections respiratoireshautes,lesotitesmoyenneschezl'enfant.Lesformesinjectablesetcelles«à spectre élargi » sont réservées au traitement d'infections sévères et infections

nosocomiales.Ils'agitd'infectionsméningées,etdesinfectionsàgermesrésistantsauxβ-

lactaminesouàgermesmultirésistants(SARM).

IIIEffetsindésirables

re

e

e

Les céphalosporines sont bien tolérées. Les effets indésirables observés sont des manifestationsallergiquesetdesmanifestationssystémiques.

IVPrincipauxantibiotiques

indésirables observés sont des manifestationsallergiquesetdesmanifestationssystémiques. IV ♦ Principauxantibiotiques
indésirables observés sont des manifestationsallergiquesetdesmanifestationssystémiques. IV ♦ Principauxantibiotiques
 

DCI

Nomcommercialetprésentations

 

CÉPHALOSPORINESDE1 GÉNÉRATION

re

Céfaclor

ALFATILcpLP,gél.,susp.buv.

HAXIFALcpeff.

Céfadroxyl

ORACÉFALcp,gél.,susp.buv.

Céfalexine

KÉFORALcp,susp.buv.

Céfazoline

CÉFAZOLINEinj.IM/IV

Céfradine

DEXEFgélules

 

CÉPHALOSPORINESDE2 GÉNÉRATION

e

Céfamandole

CÉFAMANDOLEinj.

Céfoxitine

CÉFOXITINEinj.IV

Céfuroxime

ZINNATcp,susp.buv.,inj.IM/IV

 

CÉPHALOSPORINESDE3 GÉNÉRATION

e

Céfixime

OROKENcp,susp.buv.

Céfotaxime

CEFOTAXIMEinj.IM/IV

Céfotiam

TAKÉTIAMcp

TEXODILcp

Cefpodoxime

ORÉLOXcp,susp.buv.

Ceftazidime

FORTUMinj.IM/IV

Ceftriaxone

ROCÉPHINEinj.SC/IM/IV

 

CÉPHALOSPORINESDE4 GÉNÉRATION«ÀSPECTREÉLARGI»

e

Céfépime

AXÉPIMinj.

Ceftaroline

ZINFOROinj.

Mémo14

Carbapénèmesetmonobactams

ISpectred'action

Lescarbapénèmespossèdentunestructuretrèsmodifiéeparrapportaucycleβ-lactame

debase,leurconférantunestabilitévis-à-visdesβ-lactamases.Lespectred'activitédes

carbapénèmesesttrèslarge(saufl'ertapénemlimitéauxentérobactéries),tandisquecelui

del'aztréonamestlimitéauxbactériesGram-nonanaérobies.Cesagentsontunehaute

affinitépourlesPLP.

IIIndications

Ces deux groupes d'antibiotiques sont utilisés dans de nombreuses infections graves (infections à germes résistants, infections intra-abdominales compliquées) et dans le traitementdesinfectionsnosocomiales.Leur utilisationestdoncréservéeàunusage hospitalier.

IIIEffetsindésirables

Les plus notables sont des manifestations allergiques (réaction croisée avec les

pénicillinesdans11%descas).Auniveausystémique,lesréactionsdigestives(nausées,

diarrhées et vomissements) sont les plus fréquentes. Il a été observé des troubles

neurologiques(céphalées,convulsions).Lescarbapénèmesetl'aztréonamsontcontre-

indiquéschezlessujetsquiprésententunehypersensibilitéauxmoléculesdelamême

familleouuneréactionanaphylactiqueauxβ-lactamines.

Principauxantibiotiques

DCI

Nomcommercialetprésentations

 

CARBAPÉNÈMES

Imipénem+cilastine

TIÉNAMinj.

Méropénem

MÉRONEMinj.

Ertapénem

INVANZinj.

 

MONOBACTAMS

Aztréonam

AZACTAMinj.

CAYSTONpoudrepoursol.inhalation

Mémo15

Macrolidesetapparentés

Legroupe«MLSK»estcomposédemacrolideskétolides,synergistinesetlincosamides.

ISpectred'action

Les macrolides ont un spectre d'action étroit. Ils sont actifs sur les coques Gram+ sensibles,àl'exceptiondesSARMetdetrèsnombreuxpneumocoques.Ilsprésententun effetpost-antibiotique. LeskétolidesontunemeilleureactivitécontrelesbactériesGram+quelesmacrolides vrais. LessynergistinesoustreptograminessontactivessurdenombreusesbactériesGram+et bactériesGram-(H.influenzae,N.gonorrhoeaeetN.meningitidis). LeslincosamidessontbactériostatiquescontrelesbactériesGram+etdenombreuses bactériesanaérobies.

IIIndications

LesmacrolidessontindiquésdansletraitementdesinfectionsgénitalesàC.trachomatis, desinfectionsORL,desinfectionsopportunistes,desinfectionsauniveaudutubedigestif à H. pylori, de la toxoplasmose chez la femme enceinte, des infections cutanées, dermatologiquesetdentaires. Lessynergistinessontutiliséesdansletraitementdesinfectionsauniveaucutané,desos, del'appareilgynéco-urinaireetdesinfectionsORL. Par voie systémique, les lincosamides sont utilisés dans les infections suivantes :

endocardites, infections de la peau et des tissus mous, infections ostéoarticulaires, infections ORL et infections respiratoires, infections stomatologues et infections urogénitales.Parvoiecutanée,laclindamycineestindiquéedansletraitementdel'acné.

IIIEffetsindésirables

Les effets indésirables des macrolides sont des réactions digestives et des réactions allergiques. Les lincosamides sont responsables d'effets hématologiques. Les synergistinesontunefaibletoxicité. L'associationaveclesdérivésdel'ergotdeseigleestabsolumentcontre-indiquéeavec touslesmacrolides(saufspiramycine).

IVPrincipauxantibiotiques

DCI

Nomcommercialetprésentations

 

MACROLIDESVRAIS

Érythromycine

ÉRYTHROCINEcp,sol.buv.,inj.IV

ÉGERYgélules

ÉRYLIKgelcutané(+trétinoïne)

ÉRYcp,susp.buv.

Érythromycine+Sulfafurazol

PÉDIAZOLEgél.sp

Clarithromycine

ZÉCLARcp,susp.buv.

MONOZÉCLARcpLM

Josamycine

JOSACINEcp,susp.buv.

Midécamycine

MOSILcp,susp.buv.

Roxithromycine

RULIDcp

Spiramycine

ROVAMYCINEcp,inj.

Spiramycine+Métronidazole

RODOGYLcp

BIRODOGYLcp

MISSILORcp

BIMISSILORcp

Azithromycine

AZADOSEcp

ORDIPHAcpdispersiblesécable

ZITHROMAXcp,susp.buv.

 

KÉTOLIDES

Télithromycine

KÉTEKcp

 

SYNERGISTINES

Pristinamycine

PRISTAMcp

PYOSTACINEcp

 

LINCOSAMIDES

Lincomycine

LINCOCINEgélules,inj.

Clindamycine

DALACINEgélules,sol.appl.cutanée,inj.

ZINDACLINEgel1%

Mémo16

Aminoglycosides

Les aminoglycosides (ou aminosides) sont des antibiotiques bactéricides à marge thérapeutiqueétroite.Leurrésorptiondigestiveestpratiquementnulle.Ilsdoiventdonc êtreadministrésparvoieparentéraleouparvoielocale.

ISpectred'action

Le spectre d'action des aminoglycosides (ou aminosides) est très large : bactéries sensiblesdetypebacillesGram-aérobies(entérobactéries,Pseudomonas),bactériesG+ (S. aureus méthi S). La streptomycine est active contre le bacille tuberculeux M.tuberculosis.LaspectinomycineestutiliséecontreN.gonorrhoeaeougonocoque. Leuractionestdépendantedelaconcentration.Elleentraîneuneffetpost-antibiotiqueou effetqui se produitlorsque la majeure partie de la dose a pourtantété éliminée de l'organisme,etqu'ilnerestequedefaiblestracesdel'antibiotiquedansl'organisme.On observealorsuneinhibitiondurabledelacroissancebactérienne.

IIIndications

LesindicationsdesaminosidessontlesinfectionssévèresàbactériessensiblesGram-

(P.aeruginosa).

Lesaminosidessontindiquésdansletraitementdesinfectionsurinairesetrénales,des

septicémies,desinfectionspulmonaires,articulairesougénitales,desendocarditesetdes

infectionscutanéesàstaphylocoques.

Lesaminosidessontutilisésenassociationpourdévelopperunesynergienotamment

aveclesβ-lactamines,lesmacrolidesetlesfluoroquinolones.

Ilssontégalementutilisésdansletraitementdelatuberculoseenassociationavecd'autres

antituberculeux.

IIIEffetsindésirables

Lesaminosidessontdesantibiotiquestoxiques. Lesaminosidespeuvententrainerdesréactionsallergiques. Une ototoxicité irréversible peut se manifester : bourdonnements d'oreille, vertiges, hypoacousieévoluantverslapertetotaledel'audition. Unenéphrotoxicitépeutsedévelopperentrainantunevasoconstrictionetunediminution du taux de filtration glomérulaire. Cette toxicité rénale peut être aggravée par la vancomycine,lesdiurétiques,lacyclosporineetlecisplatinenotamment. Ilexisteunrisquepotentieldeblocagemusculaire.

IVPrincipauxantibiotiques

DCI

Nomcommercialetprésentations

Streptomycine

STREPTOMYCINEinj.

 

Aminosides4,6disubstitués

Tobramycine

NEBCINEinj.

TOBREXcollyre,pom.opht.

TOBRABACTcollyre

TOBIsol.inhalateur

Gentamicine

GENTAMICINEinj.

Amikacine

AMIKACINEinj.

 

Aminosides4,5disubstitués

Néomycine+PolymyxineB

ATÉBÉMYXINEcollyre,pom.opht.

CÉBÉMYXINEcollyre,pom.opht.

 

Moléculesapparentées

Spectinomycine

TROBICINEinj.IM

Mémo17

Cyclines

Enraisond'unmécanismed'actionréversible,lestétracyclinessontdesantibiotiques bactériostatiques. Leur absorption par voie orale s'effectue au niveau intestinal. Mais en présence d'alimentsàbasedelaitagesenparticulier,celle-ciestlargementdiminuée.

ISpectred'action

Le spectre d'action des (tétra)cyclines est large. Elles sont capables de pénétrer les celluleseucaryotes.Ellesontdoncpour ciblelesparasitesintra-cellulaires(Exemple:

Chlamydiapneumoniae).

IIIndications

Lesindicationsdespremièrestétracyclinessontlesinfectionsgénito-urinairesàgermes sensibles.Ellessontindiquéeségalementdansletraitementdelabrucellose,lamaladie deLyme(B.burgdorferi)etletraitementdel'acné(C.acnes). Latigécyclineestindiquée,enl'absenced'alternativesthérapeutiquesappropriées,dansle traitementdesinfectionscompliquéesdelapeauetdestissusmous(àl'exclusiondes infections cutanées du pied chez les patients diabétiques) et dans le traitement des infectionsintra-abdominalescompliquées.

IIIEffetsindésirablesetcontre-indications

Lesprincipauxeffetsindésirablesdestétracyclinessont:

- des troubles digestifs :habituels avec les antibiotiques à large spectre, il s'agitde nausées et vomissements, diarrhées et brûlures gastriques. Il est également possible d'observer dessurinfectionsavecCandidaalbicansprovoquantunecandidose(langue noireparexemple)etplusrarementdesentérocolitesàstaphylocoqueschezl'enfantou lespatientsâgés,trèsgravesenraisond'unedéshydratationimportante.

- une photosensibilisation : l'exposition aux rayons UV doit être très limitée et le

traitementarrêtéencasd'érythèmes. -uneréactiondedyschromiedentaire(modificationdelacouleur)chezlesenfantsâgés demoinsdehuitansetchezlesfœtus(germesdesdentscolorés). -desmanifestationsallergiquesassezrares:éruptionscutanées,urticaire.

- des troubles hématologiques réversibles et sans gravité (neutropénie, éosinophilie, anémiehémolytique. -unehypertensionintracrâniennechezlesnourrissons,soustraitementprolongéouà

dosesélevées,réversibleàl'arrêtdutraitement.

Lestétracyclinessontcontre-indiquéeschezlesfemmesenceintesouquiallaitentainsi

quelesenfantsdemoinsdehuitans.Ilenestdemêmechezlespersonnesallergiquesàla

tétracyclineetcellesquiontmontrédesréactionsdephotosensibilisation.

IVPrincipauxantibiotiques

DCI

Nomcommercialetprésentations

Chlortétracycline

AURÉOMYCINEpom.opht.

Lymécycline(Tétracycline)

TÉTRALYSALgélules

Méthylènecycline(Métacycline)

LYSOCLINEgélules

PHYSIOMYCINEgélules

Oxytétracycline+Dexaméthasone

STERDEXpom.opht.

Minocycline

MINOCYNEgélules

Doxycycline

DOXYcp,DOXYLIScp,GRANUDOXYcp,SPANORcp,

TOLEXINEcp,VIBRAMYCINENcp

VIBRAVEINEUSEinj.

Tigécycline

TYGACILinj.

Tétracycline+Métronidazole+Bismuth

PYLERA*gélules

subcitrate

*Enassociationàl'oméprazole,PYLERA estindiquédansl'éradicationdeHelicobacterpylorietlapréventiondes

récidivesd'ulcèresgastroduodénaux(voirMémo«Médicamentsanti-ulcèregastroduodénal»).

®

Mémo18

Quinolones

Lesquinolonesenraisondeleurmécanismed'actionsurlesacidesnucléiquessont

douéesd'uneactivitébactéricide.

ISpectred'action

Lesquinolonesde1 générationnesontactivesquesurlesbactériesGram-.Ellessont activesessentiellementsurlesgermesurinaires. Lesfluoroquinolonesde2 générationsontactivessurlesstaphylocoquesméthiS,sur P.aeruginosa,lescoquesGram-(Neisseria). Lesfluoroquinolonesde3 et4 générationsontunspectred'actionélargiauxbactéries Gram+incluantS.pneumoniae(pneumocoque),S.pyogenes,etauxbactériesatypiques commeLegionella,ChlamydiaetMycoplasma.

IIIndications

re

e

e

e

Lesquinolonesde1 générationsontindiquéesdanslesinfectionsurinairesàgermes sensibles. Les fluoroquinolones de 2 génération sont indiquées dans le traitement d'infections génitales,urinairesetprostatiques(prostatites),gastro-intestinalesetostéo-articulaires. Lesfluoroquinolonesde3 et4 générationssontindiquéesdanslesinfectionsORLet respiratoires(pneumopathiesàpneumocoqueouàH.influenzae).

IIIEffetsindésirablesetcontre-indications

re

e

e

e

Les effets indésirables sont digestifs (diarrhées, nausées, vomissements et douleurs abdominales), au niveau du système nerveux central (céphalées, étourdissements, somnolence)etdesatteintescutanées(prurit,photosensibilisation). Plusrarementontétérapportésdestroublesauniveauostéo-articulairesettendineuxen particulier chezlespatientstraitésàbasedeglucocorticoïdes.Cestroublesimposent l'arrêtdutraitement. Desatteintescardiaquesgravespeuventseproduirechezdespatientsquiprésententdes troublesdurythmecardiaqueenregistrésàl'électrocardiogramme. Sousquinolones,ilseracontre-indiquéaupatient,defaçonabsolue,des'exposer aux rayonsUVetausoleil.Cetteinterdictionseraétendueauxtroisjourssuivantl'arrêtdu traitement. Ilestd'autrepartcontre-indiquédeprescrirelesquinoloneschezl'adolescentdemoinsde quinzeansenraisondesrisquesarticulairespossibles,saufencasd'absoluenécessité.

Les sujets insuffisants rénaux ou hépatiques ainsi que les patients présentant une

insuffisanceenG6PDnedoiventpasnonplusêtretraitésparlesquinolones.

Les quinolones sont contre-indiquées chez la femme enceinte et lors de la période d'allaitement.

IVPrincipauxantibiotiques

re

Quinolonesde1 génération

Acidepipémidique

PIPRAMFORTcp

Fluméquine

APURONEcp

FLUOROQUINOLONES

e

Quinolonesde2 génération

Péfloxacine

PÉFLACINEcp,inj.

Norfloxacine

NORFLOXAXINEcp

CHIBROXINEcollyre

Ciprofloxacine

CIFLOXcp,susp.buv.,inj.

UNIFLOXcp

CILOXANcollyre,pom.opht.

Énoxacine

ÉNOXORcp

Ofloxacine

OFLOCETcp,sol.auriculaire

MONOFLOCETcp

EXOCINEcollyre

MONOOXcollyre

QUINIOFREEcollyre

Loméfloxacine

DECALOGIFLOXcp

LOGIFLOXcp

e

Quinolonesde3 génération

Lévofloxacine

TAVANICcp,inj.

e

Quinolonesde4 génération

Moxifloxacine

IZILOXcp,inj.

Mémo19

Autresantibiotiques

IGlycopeptides

Spectred'action:lesglycopeptidessontdesantibiotiquesàactivitébactéricidelente. Leur spectre d'action estlimité aux bactéries Gram+ (staphylocoques, y compris les souchesrésistantesdetypeSARM,entérocoquesetstreptocoquesenparticulier). Effetsindésirables:uneototoxicitéainsiqu'unenéphrotoxicitésontobservéeslorsque lesglycopeptidessontutilisésseuls(fréquencepeuélevée),oulorsd'uneassociationavec lesaminosides(fréquenceaugmentée). Principauxantibiotiques -Vancomycine:VANCOMYCINEinj. -Teicoplanine:TARGOCIDinj.susp.buv.

IISulfamidesantibactériens

Spectred'action:cesontdesagentsantibactériensbactériostatiques.Ilspossèdentun

largespectred'action:coquesGram+(staphylocoquesetstreptocoques),coquesGram-

(N.gonorrhoeaeoumeningitidis),bacillesGram-(entérobactéries),Chlamydia. Indications: l’associationsulfaméthoxazol +triméthoprime(oucotrimoxazole) est utiliséedansletraitementdesinfectionsurinairesetprostatiques,lespneumopathiesà pneumocoques,lesinfectionssystémiquesàbactériesGram-sensibles,lesinfectionsà Nocardia,lespneumoniesàPneumocystiscarinii,lesinfectionsàC.trachomatisetà T.gondii. Effetsindésirables:cesontsurtoutdesréactionsdigestives(nausées)ouneurologiques (céphalées).Cesréactionssontsouventmineures. Principauxantibiotiques

DCI

Nomcommercialetprésentations

Sulfaméthizol

RUFOLcp

Sulfadiazine

ADIAZINEcp

FLAMMAZINEcrème

Sulfaméthoxazol+Triméthoprime=Cotrimoxazole

BACTRIMcp,susp.buv.,inj.

Sulfasalazine

SALAZOPYRINEcp

Mésalazine

FIVASAcp,suppositoires

PENTASAcp,suppositoires

ROWASAcp,suppositoires

Mémo20

Classificationdespsychotropes

Uneclassificationdespsychotropesaétéproposéeen1957parDELAYetDENICKER.

 

CLASSIFICATIONDESPSYCHOTROPES

 

DELAY–DENICKER

 

Action

Action

Action

EFFETSDÉPRESSEURS

surlavigilance:

surl'anxiété:

surl'humeur:

Hypnotiques

Anxiolytiques

Neuroleptiques

EFFETS

Psycho/thymorégulateurs:

RÉGULATEURS

Normothymiques

EFFETSSTIMULANTS

Actionsurlavigilance:

Actionsurl'humeur:

Nooanaleptiques

Thymoanaleptiques

Psycholeptiques: touslespsycholeptiquesdiminuentletonusmental.Cesontdes substancessédativesdel'activitéintellectuelle. Lesnooleptiques:diminuentlavigilance.Cesontlessubstanceshypnotiques. Lesthymoleptiques:diminuentsurtoutl'humeur. - Les anxiolytiques (communément appelés tranquillisants) : ils sont sédatifs de l'angoisse. - Les antipsychotiques ou neuroleptiques : ils sont sédatifs des états psychotiques hallucinatoires.

Psychoanaleptiques : les psychoanaleptiques sont des substances stimulantes psychiques. Lesnooanaleptiquesaugmententsurtoutlavigilance.Ils'agitdesstimulantsdel'éveilou psychostimulants. Lesthymoanaleptiquesstimulentsurtoutl'humeur.Ils'agitdesantidépresseurs.

Psychoisoleptiques:lespsychoisoleptiquesousubstancesnormothymiquessontdes

médicamentscapablesderégulerl'humeur.

Psychodysleptiques : le dernier groupe de psychotropes, les psychodysleptiques, renfermedessubstancescapablesd'entraînerunetoxicomanieetdestroublespsychiques importants.

Mémo21

Hypnotiques

On appelle médicament hypnotique, tout médicament capable de provoquer ou de favoriserlesommeil.Leshypnotiquesentraînentunedépressiondusystèmenerveux central(SNC).

ISommeiletinsomnies

Le sommeil fait partie des fonctions physiologiques du cerveau. Il s'agit d'un phénomènecycliquedanslequeldeuxphasespeuventêtreindividualisées:lesommeil «lent»etlesommeil«paradoxal». Uncycledesommeilestdiviséenplusieursphases:

>>>Lesdifférentesphasesd'uncycledesommeil

>>> Lesdifférentesphasesd'uncycledesommeil • L'insomnie correspond à une difficulté à dormir

L'insomnie correspond à une difficulté à dormir suffisamment. Cette difficulté se manifesteparunediminutiondeladuréehabituelledesommeilavecounonatteintedela qualité(ouarchitecture)dusommeiletunimpactsurlaqualitédelaphasedeveilledu lendemain. Ils'agitd'unemanifestationcliniqueetnond'unemaladie.Ilfautdoncendéterminerles causespourpermettrederetrouverunsommeilréparateur.

IIClassificationdeshypnotiques

Lesprincipalesmoléculeshypnotiquessontdes:

-benzodiazépines, -moléculesapparentéesauxbenzodiazépines, -antihistaminiquesdetypeH, - molécules non hypnotiques dans leurs indications (thymoanaleptiques et antipsychotiquessédatifs).

1

IIIHypnotique«idéal»

L'hypnotique«idéal»seraitceluiquitraitelemieuxlesproblèmesliésàl'insomnie.

Aussi,ildevrait:

-induirerapidementlesommeiletsurtoutpréserverl'architecturecycliquedusommeil

avecsesdifférentsstades,

-maintenirlesommeildurantseptàhuitheures,

-nepasentraînerd'effetssomnifèresrésiduelsaprèsréveillematin,

-posséderunemargethérapeutiqueélevée,

-nepasprésenterd'interactionsaveclesautresmédicamentsduSNC,

-nepasdevenirmoinsactifaprèsadministrationrépétée.

IVHypnotiquesetrisquespourlaconduite

Les hypnotiques sont associés à un niveau de risque 3 (le plus élevé). Les autres

psychotropesprésententunrisque2ou3selonlesmoléculesactives.

>>>Lesdifférentspictogrammesimposantdesrestrictionsàlaconduite

>>> Lesdifférentspictogrammesimposantdesrestrictionsàlaconduite

Mémo22

Benzodiazépineshypnotiques

Les benzodiazépines (ou BZD) sont les molécules lipophiles les plus fréquemment prescritescommehypnotiques. Surleplanétymologiqueetstructural,ladénominationbenzodiazépineprovientde:

-azépine:termequifaitréférenceàunhétérocycleinsaturéà7atomesoùl'undes

atomesdecarboneaétéremplacéparunatomed'azote

-di:deuxatomesdecarbonedel'azépineontétéremplacés

-benzo:uncyclebenzéniqueaétéajoutéaucyclediazépine.Lastructuredebased'une

benzodiazépineressembledoncàlastructureci-dessous:

>>>Structurechimiqueducyclebenzodiazépine

>>> Structurechimiqueducyclebenzodiazépine I ♦ Propriétéspharmacologiques Les BZD partagent

IPropriétéspharmacologiques

Les BZD partagent plusieurs propriétés : hypnotique, anxiolytique, myorelaxante, anticonvulsivanteetamnésiante. La plupartdes BZDsontdes agonistes allostériques du récepteur GABA.Les BZD utiliséesàdesfinsuniquementhypnotiquesdoiventêtreprisesaucoucher.

IIEffetsindésirablesetcontre-indications

A

Le principal problème lié à une utilisation à long terme des BZD est l'apparition d'insomniesderebondetd'unetolérance.Onobservealorsuneaugmentationdutempsde latence,etunediminutiondeladuréetotaledesommeil.Deplus,lesommeilestde mauvaisequalitécarfragmenté. Enutilisationprolongée(au-delàdesixsemaines)oubienàfortedose,ledéveloppement d'unetolérancepeutêtrefacteurderisquededépendancephysiqueetpsychique. Ladépendancepsychiqueouassuétudeestdéfinieparundésirirrépressiblederépéterles prises pour retrouver les effets liés au produit.Tandis que la dépendance physique correspondàl'apparitiondetroubleslorsquel'administrationestsuspendue(sevrage). La tolérance est la situation où l'administration répétée de médicaments induit une diminutiondeseffetsd'unedosefixeetentraînelanécessited'augmenterlesdosesafin d'obtenirl'effetrecherché.

LesBZDsontcontre-indiquéeslorsquelesujetprésenteuneinsuffisancerespiratoireet une apnée du sommeil. Il faudra éviter ces molécules chez les patients atteints de myasthénie ou chez les insuffisants hépatiques sévères. Enfin, toute hypersensibilité individuelleauxBZDlescontre-indiqueformellement.

IIIPrincipalesBZDhypnotiques

DCI

 

SPÉCIALITÉS

 

t court

1/2

Midazolam

1

MIDAZOLAMinj. BUCCOLAM sol.buccale

2

 

t moyenne

1/2

Loprazolam

HAVLANEcp

Lormétazépam

NOCTAMIDEcp

Témazépam

NORMISONcp

 

t long

1/2

Estazolam

NUCTALONcp

Diazépam

VALIUMinj.

Nitrazépam

MOGADONcp

1 Prémédicationanesthésique.

2 Convulsionsaiguësetprolongéesdesenfantsépileptiquesde3moisà18ans.

Mémo23

Autreshypnotiques

Cesontleshypnotiquesnonbenzodiazépines.Leurseffetssurlecycledusommeilsont

hétérogènes.

IMoléculesprochesdesBZD

Les molécules hypnotiques apparentées aux benzodiazépines ontété commercialisées plusrécemment. Ils'agitdelazopicloneetduzolpidem. LeuractionhypnotiqueestaussipuissantequecelledesBZDhypnotiques. Leurmécanismed'actions'exerceégalementauniveaudurécepteurGABAmaisn'agit passurlesiterécepteurdesBZD. Le risque de dépendance et d'amnésie antérograde est limité mais possible (durée

maximaledeprescription:4semaines).

IIAutresmoléculesàeffetssédatifs

L'alimémazineetlaprométhazinesontdessubstancesdérivéesdelaphénothiazine. Bienqu'appartenantsurleplanchimiqueauxantipsychotiques,ellesnesontpasutilisées danscetteindication(onparlede«neuroleptiquescachés»). L'hydroxyzine dérivée de la pipérazine est habituellement utilisée comme sédatif, anxiolytiqueetantiprurigineuxetenprémédicationanesthésique. Lesautresmédicamentsàpropriétéshypnotiquessontnotammentdesthymoanaleptiques (antidépresseurs) à pôle sédatif et certains antipsychotiques (neuroleptiques) à pôle sédatif.

IIIPrincipauxmédicaments

A.ApparentésauxBenzodiazépines

DCI

SPÉCIALITÉS

Zopiclone

IMOVANEcp

Zolpidem

STILNOXcp

DCI

SPÉCIALITÉS

Alimémazine

1

THÉRALÈNE cp,sirop,gouttesbuvables

Doxylamine

1

DONORMYL cp,eff.

Hydroxyzine

ATARAXcp,sirop

Prométhazine

1

PHÉNERGAN cp,sirop,crème,inj.

1 Certainesformesenventelibre.

B.Thymoanaleptiquesàpôlesédatifutiliséspourleurspropriétéshypnotiques

DCI

SPÉCIALITÉS

Amitriptyline

LAROXYLcp,sol.buv.,inj.

Miansérine

MIANSÉRINEcp

Mirtazapine

NORSETcp,sol.buv.

C.Antipsychotiquesutilisésleurspropriétéshypnotiques

DCI

SPÉCIALITÉS

Chlorpromazine

LARGACTILcp,sol.buv.,inj.

Lévomépromazine

NOZINANcp,sol.buv.,inj.

Cyamémazine

TERCIANcp,sol.buv.,inj.

Mélatonine

CIRCADINcp

Mémo24

Anxiolytiques

Lesanxiolytiquessontdesthymoleptiques.Ilssontégalementappeléstranquil