Vous êtes sur la page 1sur 100
106 ) SY © 1AGRANDE GUERRE DE VERDUN A LA SOMME, _ SUR LENFER DES TRANCHEES PAR ANDRE BAR & JEAN-LOUIS ROBA. Mis sur pied suite au désir du gouvernement belge en exil & Londres de disposer d'une unité de chasse purement nationale, le N’ 350 (Belgian) Squadron voit le jour en novembre 1941. Avec un personnel mixte (anciens pilotes de 'Aéronautique Militaire, éléves ayant achevé leur écolage a la RAF, techniciens principalement britanniques), Tunité va d'abord prendre part a la défense aérienne du Royaume-Uni avant d’étre engagée sur Dieppe puis dans des missions réguliéres sur le continent. Ce sera alors le Débarquement en Normandie; ensuite la libération de la Belgique et lavance dans le Reich. La fin de la Seconde Guerre verra l'escadrille basée en Allemagne. Cet ouvrage relate non seulement [histoire de la premiére unité de chasse belge dans la Royal Air Force mais également celle des pilotes qui y volrent. er ao Ere Perec Ueno eee ns ere mora arte errr Peer Pe ice mm coe Perec ter eee et de plus en plus violents qu ont feu sur les champs See etd at Pioneer ne ona Ce ees Pee sees PON ree Pas oes ese in lennemis. lest curieux et hélas dommage de constater Sinemet ieee eee eet ars ement la ps efleace etl plus moderne Perr er creer fans de nombreux Perper ete anny Eeeene rst Michel Ledet (BAzIORo TE 7ANTSn ewe teste ede ° parla SARL LELA Presse sees) ResuMocts eres 202 SUILLETAOOTISEPTEMBRE 2016 SARL LELA PRESSE Les Farges, 15 rue des Ligures, 87110 LE VIGEN. ‘TelFax: (0.33) 05.5.31.00.28 (Nouveau N° cPappel) Email: contact@avions-bateaux.com Site : www.avions-bateaux.com SOMMAIRE Introduction Chapitre 1 : les Zeppelin ont du plomb dans (ale 1-1-De codteux raids sur Angleterre 1:2-Les attaques sur la France Chapitre 2 : la guerre industrielle et politique 2.1-La France prend la tate 2.1.1-L’état de aviation -Cabale contre le sous-secrétaire d'état -Les choix de production -L‘aviation britannique, le maillon faible 2.3-L’allemagne perd pied Chapitre 3 : la bataille de Verdun 3.1-Lattaque allemande en perspective 3.2-La supériorité aérienne allemande initiale s’évanouit trés vite Chapitre 4 : la bataille de la Somme 4.1-La montée en puissance du Royal Flying Corps (janvier-juin 1916) 4.2-« The big push > : rassaut sur la Somme 4.2.1-Une attaque demandée par les Francais aux Britanniques 4.2.2-Les forces aériennes en présence -Suecés en I ; Schec au sol (1" au 15 juillet 1916) 4.3.3-Une aviation britan Chapitre 5 : le temps des chasseurs 5.1-Une publicité initie par le communiqué aux armées 5.2-Les « Rock-Star » de’époque 5.3-Les loups entre eux 5.4-Les as étrangers CChapitre 6 : le bombardement entre dans ombre 6.1-La in de ambition stratégique 6.2-Les différents GB 6.3-Deux affaires défraient la chronique dans Vactivité opérationnelle des GB 6.3.1-Le scandale de Briey 6.3.2-La question des représailles: le raid sur Karlsruhe 22 juin 1916 6.4-Aucun apparell de bombardement n’est satisfaisant 6.5-L’échec de la reprise de offensive de jour : le raid d’Oberndort Chapitre 7 : Italie et Russie encerclent I'Autriche-Hongrie 7.1-Une aviation austro-hongroise peu développée Chapitre 8 : le front d’Orient '8:1-Aviateurs sur le Vardar (novembre — décembre 1915) 8.2-Combats aériens au-dessus du camp retranché de Salonique '8.3-La fixation du front d’Orient Chapitre 9 : Guerre aérienne en Asie et Afrique ‘9.4-Les cing fronts de 'empire ottoman {9.2-La conquéte de I'empire colonial allemand Chapitre 10 : la guerre aéronavale Pie Ue 1916-LA GRANDE GUERRE Le Sgt -Jean Chaput de Pescadeile N57 (tur as aus 16 victoire), sé ke 28 ave [Nieuport 11 n° 940 sur le {terrain d’Ancemont, en pine baaiie de Ver parle photographe profesionnel Can Duprat. Mobilise comme simple soldat, clic ext tun spécialiste du procédé ‘Autochrome des reves Lamidres. (Photo Jean-Camille Dope domaine public) Introduction année 1916 commence comme la précédente, dans la boue des tranchées. En France, échec de la bataille de Champagne a augmenté la détiance des parlementaires vis-a-vis du Grand Quartier Général (GQG) du général Jofire. A défaut doser déboulonner le tout-puissant général, ils font ‘tomber le gouvernement de René Viviani le 29 ‘octobre 1915, Lui succdde Aristide Briand, un fin ‘manceuvrier rompu a fartdu compromis subtil de la il républque. Ila for faire dans ce domaine, car la defiance entre le parlement et Joffre redouble. Joffre a également du souci a se faire vis-a-vis du nouveau ministre de la guerre, le général Gallen son grand rival qui lui dispute les lauriers de ta Victoire de la Mame, Homme a forte personnalité, ce demier va s'employer @ exercer toutes les prérogatives de son ministére et voit d'un mauvais axl les quatre sous-secrétaires d'état créés sous Viviani (artilerie, intendance, santé militaire, aviation) qui avaient pour but de rogner les attributions du précédent ministre Milerand, jugé ‘op favorable Joffre. lls n’ont plus de raison détre et Galieni va s'employer a les démonter. Une conséquence nous intéresse directement le courageux sous-secrétaire & aviation René Besnard va faire les frais de cette manceuvre et tomber au début du mois de février 1916, victime dune convergence dintéréts. Cela ne sera pas sans conséquences sur les choix industriels que nous examinerons en détail dans le chapitre 2. Joffre, menacé, promet au gouvernement une nouvelle offensive qui devrait mener vers une percée victorieuse. Luiméme ainsi que le commandant Barés, responsable de aviation au GQG, ont ti une legon de la batalle de ‘Champagne : dans cette guerre oi lartilleie est reine, la supériorité aérienne amenée par des avions de chasse est indispensable pour permettre aux avions de réglage de dirger efficacement le tir des canons et empécher ceux de lennemi de le faire. C'est donc vers la chasse que s'opérent les priortés de laviation francaise en prévision de la prochaine offensive, que Joffre veut organiser de maniére concertée avec les alls, pour opérer simultanément sur plusieurs fronts et submerger Fennemi en Vattaquant de toutes parts. Il entame de difficles négociations qui ne sont pas vraiment couronnées de succés. Siles Anglais s'y montrent favorables, les ltaliens font la sourde orelle et les Russes ont pris une telle raciée en 1915 quils ne promettent rien avant le mois de juin 1916. Lagrande offensive est donc reportée a cette date. Mais les Allemands ne lui en laisseront pas le ‘temps. Leur chef d'état-major, le général Erich von Falkenhayn, lance le 21 février 1916 une attaque fen force sur le saillant de Verdun, avec une concentration dartillerie sans précédent. L'aviation allemande y est également en force mais la chasse frangaise, concentrée surle secteur, va vite ravir la supériorité aérienne et contribuer @ la défense de la ville en permettant & Tartllerie francaise, bien quinférieure en nombre, dintervenir effacement = une bataille que nous examinerons dans le chapitre 3, La grande offensive de Jofre est for mal engagée car ses réserves sont grignotées par les besoins de farmée de Verdun, Mais elle a finalement leu dans la Somme le 1° juilet 1916, en en laissant la plus grande part a larmée britannique, tres inexpérimentée, qui va au-devant d'un couteux et sanglant échec, ne progressant que peu au prix de trés lourdes pertes. Comme nous Texaminerons dans un chapitre 4, aviation francaise et aviation britannique, nouvellement renforcée, font une supériorité numérique certaine au début de la bataille sur une aviation allemande alors au creux de la vague. Mais aviation britannique, ‘rés inférieure techniquement, va subir de trés lourdes pertes tout en accomplissant vaille que vaille les missions qui lui seront demandées. ‘Alors que aviation francaise va remporter sur son secteur dindéniables succés, c'est contre aviation britannique que les chasseurs allemands, réorganisés en escadriles spécialisées au mois aoat, vont se taller dimpressionnants tableaux de chasse. Lachasse allemande est désormais une des priortés industrielles définies par le nouveau commandant en chef de armée allemande, le ‘général Paul von Hindenburg secondé du général Erich Ludendorf, qui a succédé & von Falkenhayn Gvincé le 29 aot 1916, Des nombreux combats aériens qui se multiplent dans ces batailes émergent des pilotes de chasse particuliérement doués, les « as », dont s'emparent les médias pour célébrer les exploits, poussés par les états-majors qui ont besoin de présenter des héros au public pour remonter un moral rudement ‘mis & mal, Nous traiterons de ces héros de lépoque dans un chapitre 5. LLaviation de bombardement, écipsée parla chasse ‘durantl'année 1916, est en pleine restructuration et elle a abandonné son ambition stratégique au proft d'une action plus tactique et plus anonyme, que nous évoquerons dans un chapitre 6. Quelques actions d'éclat sont néanmoins entreprises, avec les beaux exploits sportfs des raids du capitaine Robert de Beauchamp qui lance quelques bombes symboliques loin derrire les lignes, mais également de honteux raids de terreurlancés dans les deux camps sur des populations civies. Sile copur de la guerre se déroule en France, des combats s'étendent également sur d'autres fronts ‘que nous examinerons dans un chapitre 7 oi la France est partout présente, soit par ses aviateurs soit par les matériels utlisés par les belligérants. Enitale, les Autrichiens tentent au mois de mai une percée vers Venise en déboulant des montagnes {du Trentin, La « strafexpedition » est bloquée par les troupes italiennes et l'aide de 'armée Russe {qui attaque & la demande du Rol tale. aviation italienne, bien dotée en avions francais, y montre tune certaine supériorté sur aviation autrichienne. En Russie, aviation regoit une aide substantielle de la France qui y déploie une mission militaire et ¥y multiple les livraisons de matériel, sans pouvoir ‘cependant établir une supériorté aérienne qui fait justement défaut lors de offensive Broussilov, la Tameuse offensive interalliées lancée en hate au ‘mois de juin pour secourir'itaie. Nous détaillerons dans un chapitre 8 le front d'Orient ou, & partir de la ville de Salonique, une force aérienne francaise ‘se bat contre aviation allemande et bulgare au- dessus de la Gréce du Nord et la Macédoine, avec. quelques succés malgré ses maigres moyens. Enfin, contre Empire Ottoman, les Britanniques menent plusieurs campagnes en Mésopotamie et Palestine, tout comme ils tentent de réduire les demigres poches de résistance de Empire ‘colonial allemand que nous examinerons dans un ‘chapitre 9 Dernier point de ce survol aérien de la guerre, le front aéronaval. Le 31 mai de l'année 1916 voit le plus gros affrontement naval de la guerre, la bataille ‘du Jutland, qui se termine par une victoire tactique allemande mais fnalement une victoire stratégique britannique. En effet, les pertes subies par la Kaiserliche Marine, bien que moins importantes {que celles de lennemi, ne sont pas supportables par FAllemagne qui n'a pas les réserves de la Royal Navy. Les navires de surface allemands ne ‘vont plus sortirde leurs ports durant tout le reste de la guerre ; en revanche la guerre sous-marine se , touche le sol & Litle Wigborough, dans * Essex, oi il est capturé avec son équipage - sa carcasse va faire les joies des photographes de presse et de leurs lecteurs. Un premier super-Zeppetin, est ainsi détruit, mais il n'est pas le seul ‘au cours du méme raid, le L 32 (LZ 74) de Oberleutnant-sur-Zee Werner Peterson se retrouve pris dans le faisceau dun projecteur. Un BE2c du No 38 Squadron, piloté par le 2" Lt Frederik Sowrey, peut Se porter & son contact et commencer & le tirer avec des munitions incendiaires. II vide deux chargeurs de sa mitraileuse Lewis sans résultat visible, le Zeppelin répliquant a son tir d'une de ses nacelles. Mais son troisiéme chargeur est le bon le L 32 senflamme et explose en vol, tuant tout ‘son équipage qui tombe prés de Billericay dans Essex. LAngleterre se trouve un nouveau héros ‘en Sowrey qui est aussi célébré que Robinson, meme s'llne recoit « que » le Distinguished Service (Order pour son exploit. ‘Le squelette métalique da ‘itd 28a 24 septembre 1916. Us'agit du premier super Zeppetin» de Vainguewr du S111 te William Leefe Robinson devient un héros national, est décoré dela Victoria Acoration britannique, oR) ‘Une des bombesincenaires| Targus parle Zeppein 13 sur Earsham Hall Estate (Norfolk) dans a mit da 2 ‘as 3 aot 1916, (Ry Nacelle observation suspendae da Zeppein 1Z00 (12 90), trouvé avge 1500 m de ble prs de Clehester apres raid da 2-3 septembre 1916. Longue e430 m, large de psa 4 ig elle permettait Hun observateur informer (part nate altitude, OR 1916- LA GRANDE GUERRE LDUZ 7) exp vol aprés avoir tunltionsincendiaires parle 24 Frederik Sowrey (oR) Le Kapitinleutnant Heinrich Mathy, commandant du 37 (oR) Maigré les pertes, les Allemands continuent... Pour leur malheur. Durant la nuit du 1% au 2 octobre 1916, un raid de six Zeppelin est lancé sur Londres et les Midlands. Le L 31 (LZ 72) du Kapitanieutnant Mathy largue ses bombes sur la ville de Chesnut, dans le Hertfordshire. Il s'attarde imprudemment surplace et un BE2c du No 39 Squadron, piloté par le 2" Lt Wuistan J. Tempest, peut ainsi le repérer pris entre plusieurs projecteurs. il a Vavantage de Taltude mais le Zeppelin monte en fleche pour se protéger de la DCA. Tempest, malgré les le cuirasaé Osresland. (oR) Trois « Zeppelin killers» du No 39 Sqn unis pourla presse. Deg erik Sowrey (32), [Le William Lecfe Robinson (S112), Capt Starnmers (commandant du No 39 Sqn) ct #L Wulstan J. Tempest (1-3), Tows vont deveni des héros du public bus éclatant autour de lui, pique sur le Zeppelin et tire ses munitions incendiaires, pour le voir s'enflammer « comme une lanterme chinoise ». Le 31 stécrase & Potter Bar, dans le Hertfordshire. La presse peut se délecter de la mort de arrogant Heinrich Mathy qui prétendait raser Londres ! | faut plusieurs mols aux Allemands pour se risquer & un nouveau raid dans la nuit du 27 au 28 novembre 1916, avec dix Zeppelin sur les Midlands et le nord de Angleterre. Tous manquent fobjectf