Vous êtes sur la page 1sur 8
Les Oumanas dans l'histoire du systeme financier public du Maroc médiéval Nordine LAZRAK é het au serie de cogptration et précolonial de Cat et de cola ortoraes Le Maroc, un pays dune histoire Alors, comment ce systéme (le avénement des Carthaginois qu'un millenaire dont plus de 12 sicles systéme des Oumanas) a-til évolué systéme de gouvernement fut mis existence del Etat Une histore qui travers histoire du Maroc en en place. peut etre lue selon plusieurs grilles termes organisation, de modaltes aliant les dimensions poltique, de nomination des Oumanas et de Le systame financier miltai, sociale, économique et régime de leur responsabilté? public au Maroc avant financiére ‘Approcher la réponse & cette l’avénement de Islam La lecture de thistoie du Maroc, question, dans une perspective Avant avenement de Islam notamment en termes de systéme historique, nous améne dabord vers les années 680, le Maroc a financier public et d'évolution des @ "acer Tévolution du systéme connu le regne des Carthaginois, financier pubic dans sa globalité des Romains, des Vandales et depuistantiquitéjusqu'alavénement des Byzantins. Chacun de ces du protectorat() avant de mettre un royaumes @ instauré son systéme focus sur lévolution du systéme des _g'agministration etde gouvernement, Oumanas en particule, depuis $3 dont un systéme financier public finances publiques, permet de ‘mete en exergue un acteur clé duait systéme a savoir les Oumanas. Les ‘Oumanas assuraient,effectivement, le recouvrement des impéts, le paiement des dépenses publiques mise en ceuvre au Maroc (Il), propre. ttoctoyeient des avences a Etat . : , Unsystéme financier Le _systéme financier des En eft le systéme des Oumaras pubifeen perpetuclle _Garthaginois (814-148 A. J-0) 2 ete Constiué sous le reane du & Sultan Mouiay “Simane (1792. VOlU 1822) Ia €té moderrisé, orgerisé Si les fistoriens\) et les études et structuré sous le regne du Sultan fistorographiques —_démontrent Moulay El Hassan ter (1873-1604) existence dela vie et delacivilisation et comprenait une administration @U Maroc pour plus de 3000 ans‘, Centrale et une Administration locale, '@ notion _méme ybride dun systéme financier public dans cette Le systéme de gouvernement et Ge systéme a éte maintenu jusqu'a zone géographique ne se précise ‘administration des Carthaginois la veille du protectorat 0% un davantage ni avec les Bochimans'®) était constitué des monarques changement en profondeur fut opéré ni les Libost®) ni encore avec les _(suflétes) assistés par un conseil dit par la création du Trésor Chérifien Berbéres ou les Phéniciens qui ont consell de gouvernement constitue et puis la Trésorerie Générale du vécu en Affique du Nord depuis le dun ensemble de fonctionnaires n Les Carthaginois appartiennent @ la couche aristocratique de la ville de Tyr ayant résidé a Carthage en 800 AJ-C, avant de régner sur ensemble de Afrique du Nord y compris le Maroc. Royaume. 15% siecle A,-C,mais c'est plutdt a appartenant & de grandes familles ‘7 Gee pate te ave oa NG, oe par Bn TARAKAT cvs aan 3 EE Gavi le peaod ce aun dN Pete Satnaue Pat. 1982; uvage cetrocdYavesnistores te i Dsveneciecalnectha 186 3 Las Bonar sorte pu arera hata Age Node Se Bie Targa euse cs wer eps au rors ad ws 2 crensepe 40 Pane, Les Cvisaonsatzanes, Cot cue ase, 1953 es Loe "WO AG: Agoartn es res ele Benes a Mae ‘rte hats got anton Ague dM aa S00 ane ae IOACLE lePheisensatinsenesconporeconmeca —Emarwayeieesettes eset a memento elena ener nan 5 ans store le are a eb apple eta que i ut laemen 1040 4-5 anna oe Palen seme tm ‘ereerve os tes hire cele eon du morc pet eae 388" ae Romane se ecient aber Mie Siroavariceporer au Mogheb dene 58: Ces byrne eto econ Magee. 51 nslan i sme ss aoe it Conseil des Sages. Ce conseil a eu comme attribution en plus de la déclaration de guerre et de pax, de légiférer, de piloter la Construction des viles et des ports et essentieliement dinsttuer les impéts et de mettre en ceuvre les modes de leur recouvrement. Le systéme financier des Romains (146 A.J-C - 439) Si les carthaginois ont instauré un systéme de gouvernement fondé sur le conseil des sages au niveau central et ont laissé la libre organisation aux tibus berbéres, le régne Romain au Maroc a instauré tun systéme de gestion des atfares publques basé sur la relation directe ‘avec Rome dans un premier temps et a la cathédrale d'Espagne dans un deuxieme Ans, le régime financier était dicté par le centre (Rome) et état marqué par une imposition excessive pour Jes municipaltés et un régime moins lourd fiscalement pour les zones rurales et tribales, qui restaient dingées par des conseils locaux avec un président nommé par le gouverneur romain de a local. Il est & remarquer que pour les romains, le produit financier des impéts était affecté en partie & la construction des routes et des villes et davantage aux dépenses militares mais le surplus était transféré au centre, a Rome Le systéme financier des Vandales (429 - 533) A Tinverse des romains, qui ont modifié complétement le systame de governance carthaginois au Maroc, les Vandales ont maintenu le systéme mis en place par leurs prédécesseurs. Les mémes lois romaines continuaient a s'appiquer ‘ux romain et aux habitants autochtones du Maroc antique. ‘Ainsi 8 exception de la monnaie qui continuat aétre frappée & Carthage, Tlensemble des impéts prélevés ont été dépensés au Maroc, sachant ‘que ces impéts étaient en majorite prélevés en nature et constitués de produit de a récolte agricole ou des bens dans le commerce. Toutefois, les vandales ont instauré ln systéme d occupation des terres fertles par leur armée stationnaire le produit de ces terres permettait de financer les dépenses desdites armées, Le systéme financier des Byzantins (531-646) Siles vandales ne consttualent pas lune grande civilisation, Empire byzantin niétat pas seulement empire le plus riche du moyen-ge, ‘mais celui dontla richesse paraissait le trait le plus marquant aux yeux de Tetranger ; cétait aussi Etat dont Vor etait farme la plus puissante. Si empire byzantin était tellement ‘iche, son systéme de gouvernement es provinces occupées tel le Maroc a été marque par a centralité autour du Gouverneur-Empereur de la province. Ainsi en termes financiers, il ny avait aucune distinction nette enire les finances de lempereur et {de la province voire méme le chef de la province, «Le préfet du prétoire procure au trésor, outre les impots publics, une contribution de 3.000 livres dor. On appela ce nowel limpot «aésikon» (aérien), sans doute parce quil était si inattendu quil ssemblait tomber des nues»'®) ‘Au Maroc, la situation était similaice & ensemble des teritoies de empire byzantin. —Empereur ‘nommait un gouverneur a la téte de Tagministration de chaque pays qui ‘est le gouverneur général et le chef de ladministration dans tous ses aspects, y compris administration chargée des finances. Les gouverneurs des pays exécutaient la volonté de I’Empereur, is recevaient les instructions, _réceptionnaient les impéts et les renvoyaient a la capitale sans aucune autonomie, Le systéme financier public au Maroc durant Pere du khalifat Vers les années 680, le Maroc a connu favénement de Islam. Lors de cette période dite du Khalifa Qui a duré de 681 jusqu’d 708, ily 2 lieu de constater que le Maroc etait dans une période de mutation d'une administration sous empire byzantin @ une administration selon les normes et regis islamiques, Crest avec lintronisation de Moulay Icriss etl constitution de la dynastie Ierissides quiun noweau systéme financier public a été mis en place au Maroc. Ce systéme a évolué a travers ensemble des dynasties qui se sont succédées sur le pays les Al Moravides, les Almchades, les Mérinides, les Wattassides, la dynastie Saadienne et les Alaouites. L’administration financiére sous les Idrissides LEtat des Idrissides constitue la ‘es Euses Gvcmss to 9 esceue 8 amarare a2 258 Litre a Pe ot econ mie Mat wee ation SE ‘zien a G5cal aaa ei daana ponte sree stmeabee or su lepine ove Revie Reon Se rat Tee ps0, ‘usec ortarpe, spit de Pca, eaten 86 ap pet (Smt vn wee au fever Faron neat on pt abel ented in forme d'un Etat maderme au Maroc Les Idrissides ont ainsi insttué un Etat selon les préceptes islamiques cet ont cherché & unifier le Maroc et @ "urbaniser en construisant des viles telle que Fés, leur capitale En ce qui conceme le systéme financier public de la dynastic des Idrissides, ily 2 leu de préciser que le systéme état largement inspiré de son homologue des Amaouides fen Andalousie. Ainsi, il y avait un ‘gouvernement restreint qui dirigeait Etat central et des gouvemeurs ‘au niveau local dont la majorite fait partie dela famille royale, En termes financiers, les ressources de Etat n’étaient consttuées que des impdts religieux et les dépenses tzient affectées a la construction des vles et a lislamisation des habitants autochtones. Le systéme financier des Almoravides ‘Au cours du régne des almoravides, le Sultan ("Amir des musulmans) constituait une autorté exécutve: Cest lui qui détenait les pouvoirs Les Sultans des Almoravides étaient assistés par des ministeres centraux et des ministres locaux Les ministres centraux n’avaient pas de powvoirs réels, alors que Jes minisres locaux relevaient des gouverneurs de 'Andalousie En plus des ministres locaux, les Almoravides ont insttue des gouverneurs au niveau du Maroc et de 'Andalousie. Ces gouverneurs avaient les pouvoirs de nomination des responsables locaux et de prélevement des impots, En ce qui concerne les finances proprement dites, il est a préciser ue les almoravides ont instauré le Trae vee Peerage eee) régime de la Hisba et ont prélevé les impdts religieux notamment le achour, le butin et la zakat et ils ont aussi mis. en place un systeme de igtaa qui permet aux ‘soldats doccuper des terrains et de bénéfiier de leurs récoltes Ces ressources, qui ont connu une évolution importante et sans précédent, ont été affectées au financement de la construction et de armement. Le régime financier des Almohades Le systéme administrate financier des Almohades était constitue d'une maniére bien structurée autour du Sultan, Ainsi, le Sulatn était assiste par des ministres qui consttuent un ‘organe consulta (ahi al jamaa) les rministres avaient comme attributions les affaires financiéres(” et le suivi des comptes de la dynastic. Le systme de régne comportat également, au niveau central, des sectétaires particulers des Sultans et des chargés de chancelleie (al hajib), des magistrats particulier, alors quils se constituaient au niveau local des gouvemneurs qui représentaient le Sultan et des magistrats En terme financier propre, les Aimohades furent la premigre dynastic & instituer le systeme de cadastie pour les besoins fiscaux et une administration fiscale propre. Ala tte de cette administration, un responsable dit esaheb al acheghal» ‘ui était chargé du recouvrement des impdts et de sureiller les gouverneurs en la matiére. Alors ue pour la zakat, ce sont les juges ui se chargeaient de sa collecte et de sa redistribution aux populations vuinerabies. Le systéme financier des dynasties Mérinides et Wattassides Sous le régne de la dynastic Merinide, le systeme de gestion des affaires publiques n'était pas different de celui des Almohades, Toutefois en terme financier, les Mérinides ont instauré, dans un Premier temps, un systéme de Concession aux gouverneurs. le droit de recouvrement des impots moyennant une somme payable davance et annuellement au Sultan ou au hasib des souks, en contrepartie dune somme fie payable quotidiennement, avant de ‘mettre en place, sous le régne de ‘Abou Elhassan Almarini, un Divan ‘spécifique pour le recouvrement des créances publiques® De méme et sous le régne des Wattassides, les impots étaient cédes & plusieurs personnes voire & tune seule, qui peut avoir le droit de recouvrer ensemble des Moukous ‘au niveau national, Toutefois, le Sultan qui disposait de personnel chargé de la comptabilté et du recouvrement, pouvait exonérer Certaines personnes ou certaines localtés du paiement des impots. La gestion financiére de la dynastie Saadienne La dynastie Saadienne a regné sur Trensemble du terntoire de Afrique ‘du nord, Cétait une dynastie dont la gouvernance de Etat au niveau central était confiée au Sultan qui désignait des représentants sur ensemble des villes et provinces, ‘Sous Tre des saadiens, le Maroc stat considéré comme un des pays les plus riches en terme financier rotamment, sous le régne de ie ana ro ga Abs JOCCe oO Mansour Dahbi et le mieux organise cen termes militaire et administra, Ainsi, en matiére fnanciére les ‘Saadis ont instaure le recensement fiscal pour diférencier les habitants ‘acquis @ leur régne des autres Populations afin de leur atibuer des piivilages fiscaux. Les recettes de IEtat sous le régne des Saadiens étaient constituses des recettes provenant du Soudan, des mostafades, des impos instaurés sur les usines du sucre, le commerce exterieur et a douane, lis ont également instauré des sanctions financiéres sur les tibus rebelles, Le recouvrement des recettes état @ la charge de personnel nommé par le Sultan et non soumis aux pouvoirs des gouverneurs. A la tte de ces personnels existat un responsable du Balt Al Mal dit «Amine Balt Al Mal» Le systéme finan des Alaouites ® Le systéme financier des Alaouites est fondé sur une administration centrale lige directement au Sultan Cette administration état constituée des Oumanas, des Receveurs des impots et des chefs de tibus au niveau des provinces llestannoter que la période de regne des Alzcuites a connu des crises financiéres et des conventions financiéres internationales ainsi ‘que des réformes fiscales qui ont about & la mise en place dun systéme fiscal fondé davantage sur les moukous au détriment des seuls impots religieux qui prévalaient jusque-a Cette période est également marquée par la mise en place dune administration financiere 1 public structurée et higrarchisée en termes de receltes fiscales, douaniéres et domaniales avec comme acteurs principaux les Oumanas. Les Oumanas acteurs Principaux du systeme inancier public Lesystéme financier pubicau Maroc ‘connu une évoluion comme nous avons présente précédemment fen fonction des logiaves et des perceptions des afares pubiques de leur gestion par les diferentes dynasties qui se sont succédés dans le gouvemement du pays. Ce systéme financier été le frut des socessions des priodes glorieuses tes périodes de crises politiques, économiques et de gueres. Ladite evolution est le produit de la lutte pour le pouvoir entre les dynasties mais aussi entre les tnibus et les membres des familles régnantes 4 lintérieur de la méme dynastie Toutefois, une constante marque cette évolution voire cette mutation 4 travers [histoire du pays a savoir "existence, sous diferentes formes, acteurs principaux de le gestion financiére publique notamment dans son volet exécution, qui sont les Oumanas, En effet, les Oumanas sont des fonctionnaires ou, selon des périodes, des personnes qui ont été charoées du recouwement des créances ublques et de Texécution des épenses des Suitans et de IEtat Les fondements historiques de Vorganisation de institution des Oumanas au Maroc Le concept «Oumanas» provient de appellation «Amine> que le Prophéte Sida Mohamed a attibué ‘pour le premier responsable du Bait ‘AIMal en Istam, institution des Oumanas 2 été largement modernisée per les réformes qu’a connues la période du Khalif Omar Ibn el Khattad notamment par institution des Diwans. Ladite insttution @ connu lune évolution remarquable, au Maroc, lors du régne de Moulay Hassan ter en 19! siacle Les Diwans comme mode d'organisation administrative inttution des premiéres prémises une administration financiére sous le régime de «I €tat musulmans remonte au 2 Khalife Omar Ibnou el Khatab. Dans sonouvrageles «Prolégoménes, lbn Khaldoune disait que «Le premierqulintroduisit administration financiére dans Empire musulman fut le Khalife Omar et cela, dion Pour la raison qu'Abou Horeira avait apporté de Bahrein une somme argent tellement forte que on ne avait pas comment s'y prendre our en faire le partage entre les musulmans. Cela ft souhaiter un moyen de tenir compte de ces sommes, enregistrer les palements de la solde et de sauvegarder les droits de Etat Khalid tonou EI Oualié ecommanda établissement de DIWAN tel quil avait vu fonctionner ‘Tau pase ona nase Hnule et arann au rape Mae sicuetatwaqsievodnarcer ss Novaya, Iss dasa ate pa ‘one st ceme ase Uno sec re umesuceln eaten [ig wake mata es coma ornate Tw chez les princes de la Syrie, et ‘Omar agréa ce conseil.. II donna Fordre & Akil, fils G'AbOU Taleb, a Makhema fils de Noufl, et a Djoneir bn Motaem d'en organiser un, Cestrois hommes qui étaient du petit nombre des Qoraichides sachant crire, dressérent le DIWAN, la liste de toutes les troupes musulmanes par ordre de familles et de tribus. Is Commencérent par les parents du prophete, ensuite lis passérent aux Parents de ceux-cl, et ainsi de sute Tolle fut Vorigine du DIWAN de armée, Quant au DIWAN de ia Contribution fonciére el des impots, il resta ... comme auparavant : aux bureaux de Irak, on employait la langue persane, et dans celui de la Syrie la langue grecque». Plus tard «le Knalife Abdel Malek lbnou Marouane donna Soliman lbnou Saad, gowereur de la Province du Jourdain, ordre de faire traduire du grecque en arabe le DIWAN de la Syrie( 9), ‘Sous légide de la dynastic des ‘Abbassides «le DIWAN fut rangé pparmi les institutions soumises @ la surveillance du vizirs D'aute part dans le chapitre intulé: «Bureau des finances fet’ des contributions», Ibnou Khaldoune déciare qulun Royaume ne saurait se «maintenir sans armée, sans argent et sans moyen de correspondre avec ceux qui se trouvent au loin Dés la fin du premier siécle de 'négie, Hassan lbnou En Nouran I Chassani (sous le khalife Abd El Malek erentré @ Kairouan, organisa des bureaux pour administration du pays et moyennant le paiement de Fimpot (Knaradp, i! accorda la paix 4 tous les Berbéres qui ofraient leur soumission. Par une ordonnance cit, i soumit au méme tribut les indwvidus de race @trangére qui vivaient encore en itigiya, ainsi cue cette portion des Berberes et des Beranés qui état restée fidele au christianismet 2», De la mise en couvre des Diwansdans|'administration marocaine ‘Au Maroc, cest sous légide des Aimohades que la notion des iwans trouve son essence dans organisation administrative du pays, Aisi fadministration iscale de Etat des Almohades était organisée sous forme de Diwan, obligatoirement cconfié a une personne recrutée chez les «shuyoukhs masmdda» relevant de la famille du Sultan, en raison de la sensibilité de sa fonction, nommé «Sahib El Achghaly, il est le préposé lla levée de limpét au Royaume. En sa qualité de chef du Diawan, «Sahib El Achghal» disposait d'un Personnel composé de chefs de services et de percepteurs dimpots nommés OUMANAS, représentant des techniciens du pouvoir, recrutés fen majorité chez les Andalous. lis étaient investis dune autorté ‘absolue pour la perception dimpéts administration fiscale était ‘organisée autour de bureaux + Le Diwan principal: confié @ SAHIB EI ACHGAL, chef de administration fiscale et financiére de Ita. I était chargé du recensement de la matiere imposable, de la perception et du recouvrement des impéts, du suivi du travail des gouverneurs locaux fen matiére de recouvrement ‘et _dexécution des dépenses. Lhistorien EL MOKRI le qualifie de Thomme le plus fort dans apparel administra des ‘Almohades» + Le Diwan Aamal Makhzen Clest un assistant du «SAHIB El ACHGAL® ; iI travaille sous son ‘autorté et son commandement Il est charge du controle des recettes de l'état, de lexécution des recettes et des dépenses et du suivi direct des Oumanas. ‘OBNBLDOUN Proupontcs Ted oe Sane loa p Tbe man "ABN KHALDOUN, ep Ct tet snare TEIBWORLDOUN op Clap Tow save CCCeee ‘Ses attrbutions lui donnaient le pourvoir de nommer, de décharger et méme dincarcérer les gouverneurs et les Ounanas. avait des auullaires dans toutes les provinces et les villes du Royaume nommés «El Mouchrifounes les «charges». + Le trésorier en OR ou trésorier des deniers : Cest un assistant ‘auprés des MOUCHRIFINE / les cchargés de recouvrements dans les provinces et ville. lest chargé des encaissements en argent 1 tenait sa comptablité sur des registres pour retracer les entrées etles sorties et rend compte & son responsable hiérarchique, + Le trésorier de nourriture : chargé du Suivi des encaissements en nature. I tenait une comptabilté matiere. Sa mission consiste en Tenregistrement des entrées en nature, emmagasinement et Vacheminement des nouritures vers les Mouchnitines + Le charge du recouvrement : c'est le percepteur charge deffectuer le recouvrement directement auprés ‘des populations selon les états tablis a partir du recensement des teres. Ces états sont controiés, vériiés et rendus exécutoires par Saheb El Achghal. ls sont assistes par les gouverneurs et fautorté Des Oumanas sous le régne de Moulay Hassan 1° Durant histoire du Maroc, le Tecouvrement des _—_créances publiques (imp6ts religieux ou impéts dits civils: moukous) ont été recouvrés au profit du Sultan ou de "Etat soit dune maniére directe par les gouverneurs assistés des agents charges par euxa cet effet, ou dune maniére indirecte par le systeme de Taffermage ou de la concession des produits fiscaux et des droits, Crest avec les almohades que organisation financigre a pris forme et a été structurée. Une Testructuration de administration financiére qui a continué sous la dynastic des Saadiens, mais qui n'a ‘connu une refonte que sous le regne de Moulay Hassan ter, avec la mise en place du systeme des Oumanas, En effet, les Oumanas sont des personnes nommées par le Sultan par Dahir sultanien. Ledt Dahir récise les fonctions de amine et ses attributions ainsi que sa circonscription fnanciere, Les typologies des Oumanas ot lours attributions Nous pouwons classifier les Oumanas selon deux sortes de Classification = une classification fonctionnelle ou une classification higrarchique. Ainsi, en terme fonctionne! Uistorien Brahim HARAKATE a liste 11 catégories("3) des Oumanas 41-Amine bit al mal 2- Amin al oumanas, qui a comme attribution de contrdler, au niveau national, le recouvrement des impots et les droits de ports ainsi que leurs depenses 3 Amine Ikharj qui comptabilise les sorties effectuées au niveau du Bait Al Mal 4- Amine dakhel ou famine des recettes qui comptabilise les. entrées au niveau de bit al mal et soumet a amine bit al mal des tats de recettes hebdomadaires 5- Amine assaer qui est chargé des dépenses de la maison royale et exécute les ordres de donations décidées par le Sultan ou le ‘chef du gouvernement (assadre ‘al adam). II paie également les dépenses du personne! de administration et des miltaires apres visa de Amin des Oumanas; 6: Amine chkara ou amine al atba, ui soccupe des dépenses du Sultan durant sa résidence au palais et controle les comptes des Oumanas assaer et leurs tats des dépenses avant que es derniers ne les présentent au Sultan. Il est également chargé de veiler surles caisses du Sultan ‘T-Aminealaskar,quiestresponsable des dépenses de 'armée sous le contrdle du Ministre de Armée (al allaf) 8. Amine al khars, qui est chargé de la mesure des zakats et des achours dans les terres agrcoles ; 9% Amine civana, qui est chargé du recouvrement des droits de douanes au niveau des frontiéres fet des ports, II est également appelé amine al marsa 10- Amine el mers, qui agit en ‘complémentarité avec amine al khars et se charge de Ia colecte des achours et des zakats sur les produits agricoles 11-Amine a hisabates, qui s'occupe ‘au niveau central du suivi et du controle des registres comptables des oumanas. En terme organisation hiérarchique, Thistorienne Naima HARA) TOUZANI fit") une distinction entre amine des ‘Oumanas ayant un statut de ministre et les autres Oumanas quelle décompose en amine al hisabates et les Oumanas de recouvrement et de dépenses. Pour ces derniers, elle les classifie en Oumanas centraux et les Oumanas territoriaux, ® Opa lone PaSi ene 1 ARAB, mas Mae a on oy ‘Ainsi, au niveau des oumanans territoriaux, Ihistorienne inscrit les Oumanas des tibus, les Oumanas des ports (almarassi)etles Oumanas ‘des moustafades. Alors qu'au niveau des Oumanas centraux, elles diferencie entre les Oumanas des recettes (dakhel) et les Oumanas des dépenses (assaer), que soit les depenses des palais (assaer latba) ou les dépenses des capitales (essaer lawazem) En terme datributions, les Oumanas des ports avaient comme missions dabord de contrbler le commerce extérieur du Maroc et de recouvrer les droits de douanes sur les marchandises en exportation ‘comme @ importation ainsi que de fixer les droits de douanes et de collecter les achours en nature sur les céréales et parfois, de faire des transactions dimport et export lls étaient chargés également dexécuter les dépenses de la dette ‘tos dépenses liges aux des achats et a la maintenance des ports, Les Oumanas des ports étaient responsables enfin, des dépenses des villes voisines et du paiement ‘des depenses du personnel civil ‘ou militaire de I'Etat, ainsi que des dépenses dordre général telles que les dépenses relatives @ la frappe de la monnaie en argent et le financement des équipements militares, Les Oumanas des moussetafades avaient comme charge de recouvrer au niveau des villes les moukous (atots de portes, de sabots ...ete) ‘Qui sont des taxes sur le commerce intérieur, les impéts religieux, les produits du domaine, les héritages de ceux qui n‘ont pas dnértars, les recettes de la poste...etc. lis avaient également comme fonction dexécuter les dépenses relatives au fonctionnement de administration des moussetafades (dépenses du personnel, les prestataires de services tels que Jes adouls, les courtiers et les informateurs, les équipements écessaires 2 la bonne marche du moussetafade et les dépenses relatives au domaine public), lis stoccupaient également des dépenses de la vile en termes de maintenance des batments, des Portes et de nettoiement... ete Les Oumanas des moussetatades ‘exécutaient en outte, les dépenses ‘ordennancées tels que les tanafides (sommes quotidiennes attibuées aux oulamas et aux chorfas), les mouaans (remboursements des frais de déplacement et de séjour pour les représentants de Etat Central qui sont de passage au niveau de la ville) et les sillates (une retribution versée aux chorfas et aux mourabitines) En ce qui conceme les Oumanas des tribus, qui ont été institués lors de la rétorme fiscale dite terib, ils fonteu comme attributions en plus du Tecouvrement des impts au niveau