Vous êtes sur la page 1sur 301

ARCHE Ossature Edition août 2017

ARCHE OSSATURE

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

2 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

I.- Manuel de référence

Introduction ..................................................................................................................................... 9
A.- Interface utilisateur ................................................................................................................... 10
1.- Description de l'écran principal ...................................................................................... 10
2.- Menus de l'application .................................................................................................... 12
3.- Palettes d'icones ............................................................................................................ 12
a) Mode Saisie .......................................................................................................... 13
b) Mode d’Analyse .................................................................................................... 14
c) Mode d’exploitation ............................................................................................... 15
4.- Contrôle des étages ....................................................................................................... 16
5.- Contrôle des statuts ....................................................................................................... 17
6.- Modes d'accrochage ...................................................................................................... 18
7.- Modes de sélection ........................................................................................................ 22
8.- Zoom .............................................................................................................................. 24
9.- Changement de vue ....................................................................................................... 25
10.- Rafraichissements d'écrans ......................................................................................... 27
B.- Liste des commandes .............................................................................................................. 28
1.- Commandes du menu Fichier ........................................................................................ 28
a) Fichier / Affaire ...................................................................................................... 28
b) Fichier / Nouveau .................................................................................................. 29
c) Fichier / Ouvrir ...................................................................................................... 30
d) Fichier / Enregistrer .............................................................................................. 31
e) Fichier / Enregistrer sous ...................................................................................... 31
f) Fichier / Importer Arche ......................................................................................... 32
g) Fichier / Importer Allplan ....................................................................................... 32
h) Fichier / Importer DXF .......................................................................................... 35
i) Fichier / Exporter Arche ......................................................................................... 37
j) Fichier / Exporter / DXF ......................................................................................... 37
k) Fichier / Quitter ..................................................................................................... 38
2.- Commandes du menu Générer ..................................................................................... 39
a) Générer / Poteaux ................................................................................................ 39
b) Générer / Voiles .................................................................................................... 40
c) Générer / Poutres ................................................................................................. 42
d) Générer / Poutres Chainées ................................................................................. 44
e) Générer / Panneaux de dalles .............................................................................. 44
f) Générer / Fondations / Semelles isolées ............................................................... 49
g) Générer / Fondations / Semelles Filantes ............................................................ 50
h) Générer / Fondations Automatiques ..................................................................... 51
i) Générer / Parois ..................................................................................................... 52
j) Générer / Parois sur sélection ............................................................................... 54
k) Générer / Habillage / Lignes d'aide ....................................................................... 54
l) Générer / Habillage / Files ..................................................................................... 55
m) Générer / Habillage / Cotations ........................................................................... 56
n) Générer / Habillage / Textes ................................................................................. 57
3.- Commandes du menu Modifier ...................................................................................... 59
a) Modifier / Etages ................................................................................................... 59
b) Modifier / Attributs / Statuts ................................................................................... 60
c) Modifier / Attributs / Matériaux .............................................................................. 61
d) Modifier / Attributs / Dimensions ........................................................................... 62
e) Modifier / Attributs / Chargements ........................................................................ 63
f) Modifier / Attributs / Dégressions ........................................................................... 64
g) Modifier / Attributs / Associer Dalles ..................................................................... 65
h) Modifier / Attributs / Dissocier Dalles .................................................................... 66
i) Modifier / CAO / Copier .......................................................................................... 67
j) Modifier / CAO / Déplacer ...................................................................................... 69
k) Modifier / CAO / Supprimer ................................................................................... 70
l) Modifier / CAO / Relimiter ...................................................................................... 71

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 3


ARCHE Ossature Edition août 2017

m) Modifier / CAO / Couper....................................................................................... 72


n) Modifier / CAO / Relimiter automatiquement ........................................................ 74
o) Modifier / CAO / Axe ............................................................................................. 75
p) Modifier / CAO / Aligner ........................................................................................ 76
q) Modifier / Fusionner .............................................................................................. 77
r) Modifier / Renuméroter .......................................................................................... 77
s) Modifier / Couper Dalle ......................................................................................... 78
t) Modifier / Mode Saisie ........................................................................................... 79
4. Commandes du menu Hypothèses ................................................................................. 81
a) Hypothèses / Bâtiment .......................................................................................... 81
b) Hypothèses / Matériaux ........................................................................................ 81
c) Hypothèses / Neige et Vent .................................................................................. 83
d) Hypothèses / Séisme ............................................................................................ 85
e) Hypothèses / Méthodes de calcul / Choix des méthodes ..................................... 88
f) Hypothèses / Méthodes de calcul / Méthode Réglementaire ................................ 89
g) Hypothèses / Méthodes de calcul / Méthode Eléments finis ................................ 92
h) Hypothèses / Méthodes de calcul / Méthode Brochette ....................................... 95
i) Hypothèses / Méthode de calcul Prédim... ........................................................... 96
5. Commandes du menu Analyser ...................................................................................... 99
a) Analyser / Vérifier / Saisie ..................................................................................... 99
b) Analyser / Vérifier / Emprises ............................................................................... 100
c) Analyser / Neige et Vent / Calcul des Statuts ....................................................... 102
d) Analyser / Neige et Vent / Calcul des coefficients ce-ci........................................ 103
e) Analyser / Modéliser ............................................................................................. 104
f) Analyser / Calculer DDC ... ................................................................................... 105
g) Analyser / Vérifier Dimensions .............................................................................. 107
h) Analyser / Calculer Ferraillage .............................................................................. 107
i) Analyser / Partager ................................................................................................ 108
j) Analyser / Sonder .................................................................................................. 108
k) Analyser / Efforts ................................................................................................... 109
l) Analyser / Ferraillage ............................................................................................. 110
m) Analyser / Ratios .................................................................................................. 110
6. Commandes du menu Documents ................................................................................. 111
a) Documents / Historique ........................................................................................ 111
b) Documents / Fiche détaillée ................................................................................. 111
c) Documents / Note de calcul ................................................................................. 111
d) Documents / Métré ............................................................................................... 112
e) Documents / Inerties ............................................................................................. 113
f) Documents / Tracé ................................................................................................ 114
g) Documents / DXF ................................................................................................. 115
7. Commandes du menu Options ....................................................................................... 117
a) Options / Application ............................................................................................. 117
b) Options / CAO ....................................................................................................... 117
c) Options / Unités .................................................................................................... 119
d) Options / Affichage ............................................................................................... 120
e) Options / Résultats ............................................................................................... 123
f) Options / Notes ...................................................................................................... 131
f) Options / Plans ...................................................................................................... 133
h) Options / Avertissements ...................................................................................... 134
8. Commandes du menu Outils .......................................................................................... 136
a) Outils / Séquence Calcul ...................................................................................... 136
b) Outils / Séquence Impressions ............................................................................. 137
c) Outils / Compter .................................................................................................... 138
d) Outils / Grille ......................................................................................................... 140
e) Outils / Coordonnées ............................................................................................ 141
9. Commandes du menu ? .................................................................................................. 143
a) ? / Aide .................................................................................................................. 143
b) ? / A propos de ..................................................................................................... 143
10. Liste des erreurs ........................................................................................................... 144
a) Erreurs générées par la fonction "Vérifier" ........................................................... 144
b) Erreurs générées par la fonction "Modéliser" ....................................................... 146

4 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Manuel d'utilisation

Introduction ..................................................................................................................................... 148


A.- Démarrage ................................................................................................................................. 149
1.- Gérer ses dossiers dans OMD....................................................................................... 149
2.- Paramétrer l'application Ossature .................................................................................. 150
a) Créer ou ouvrir un modèle existant :.................................................................... 150
b) Gérer les informations concernant l’affaire ........................................................... 150
c) Gérer les unités et les matériaux .......................................................................... 150
3.- Du bon usage du fichier défaut ...................................................................................... 151
a) Le fichier Default ................................................................................................... 151
b) Le répertoire Default ............................................................................................. 151
B. Quelques règles à respecter ..................................................................................................... 152
1.- Modéliser le bâtiment ..................................................................................................... 152
a) Construire un modèle de calcul ............................................................................ 152
b) Repérer les symétries et autres particularités géométriques du bâtiment ............ 152
c) Utiliser les trames ................................................................................................. 153
d) Dupliquer et modifier les étages ........................................................................... 153
2.- Construire proprement le modèle .................................................................................. 155
3.- Respecter les fichiers "Pré" et "Post" Modélisation........................................................ 156
C. Vérification du modèle .............................................................................................................. 157
1.- Vérifier et calculer périodiquement le modèle ................................................................ 157
2.- Sens de portée des dalles.............................................................................................. 158
a) Modification des coefficients de portance : .......................................................... 158
b) Vérification des sens de portée ............................................................................ 158
3.- Connexion des éléments ............................................................................................... 159
D. Astuces de modélisations ......................................................................................................... 161
1.- Modéliser des pieux et des longrines ............................................................................. 161
2.- Modéliser un radier ........................................................................................................ 162
3.- Créer des niveaux décalés ............................................................................................ 163
a) Décalage local peu élevé ...................................................................................... 163
b) Décalage de toute une partie d’un étage .............................................................. 163
c) Décalage global de toute une partie du bâtiment.................................................. 163
4.- Modéliser un joint de dilatation....................................................................................... 165
5.- Modéliser un voile courbe .............................................................................................. 166
a) en choisissant la longueur de la facette à réaliser : par exemple 1 m, ................ 166
b) en choisissant a priori le nombre de facettes qu’on souhaite réaliser : ............... 166
6.- Modéliser une ouverture dans un voile .......................................................................... 167
a) Taux de remplissage du voile : ............................................................................ 167
b) Coupure du voile sur toute sa hauteur :............................................................... 167
7.- Modéliser différentes formes de poteaux ....................................................................... 168
a) Poteaux en T ou en L ........................................................................................... 168
b) Poteaux de grandes dimensions .......................................................................... 168
8.- Modéliser un plancher continu ....................................................................................... 170
9.- Modéliser un balcon ....................................................................................................... 170
10.- Modéliser une trémie dans une dalle ........................................................................... 171
a) La dalle est dessinée en deux parties de sorte que l’une d’entre elles soit
la plus petite possible. ............................................................................................... 171
b) La dalle est composée de quatre dalles dessinées séparément reposant
chacune sur un seul porteur. .................................................................................... 172
c) Critères de modélisation ....................................................................................... 172
11.- Modéliser une dalle alvéolaire ou un plancher hourdis ................................................ 173
12.- Simuler des escaliers ................................................................................................... 174
13.- Prendre en compte les toitures .................................................................................... 175
14.- Charges ponctuelles et linéaires sur les dalles ............................................................ 176
a) Dans le cas d’une charge ponctuelle : ................................................................. 176
b) Dans le cas d’une charge linéaire : ...................................................................... 176
E. Exploitation des résultats ......................................................................................................... 177
1.- Itération après modification du prédimensionnement .................................................... 177

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 5


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Créer une coupe ............................................................................................................ 178


3.- Plans de repérages ........................................................................................................ 179
a) Mode automatique : ............................................................................................. 179
b) Mode manuel : ...................................................................................................... 179
4.- Plans de dimensionnement............................................................................................ 180
a) Mode automatique ................................................................................................ 180
b) Mode manuel ........................................................................................................ 180
5.- Plans de descente de charges ....................................................................................... 181
a) Mode automatique ................................................................................................ 181
b) Mode manuel ........................................................................................................ 181
6.- Notes de descente de charges, métrés et fiches........................................................... 182
a) Note de descente de charges ............................................................................... 182
b) Métré ..................................................................................................................... 182
c) Fiche ..................................................................................................................... 182
7.- Analyse précise du ferraillage ........................................................................................ 184

Manuel technique

Introduction ..................................................................................................................................... 185


A.- Organigramme de fonctionnement global ............................................................................. 185
B.- La descente de charges traditionnelle ................................................................................... 189
1.- Philosophie générale...................................................................................................... 189
2.- Structures traitées .......................................................................................................... 191
3.- Principe général de fonctionnement .............................................................................. 191
a) Descente de charges ............................................................................................ 191
b) Vérification ............................................................................................................ 191
c) Prédimensionnement ............................................................................................ 191
4.- Validité du modèle et du calcul ...................................................................................... 192
a) Validité du modèle ................................................................................................ 192
b) Validité du calcul ................................................................................................... 192
5.- Comportements des éléments ....................................................................................... 193
a) Connexions ........................................................................................................... 193
b) Comportements mécaniques ................................................................................ 193
6.- Caractéristiques des matériaux ..................................................................................... 193
7.- Chargements pris en compte ......................................................................................... 194
a) Natures des chargements..................................................................................... 194
b) Le poids propre ..................................................................................................... 194
c) Chargements créés par l’utilisateur ...................................................................... 194
d) Dégression verticale des chargements................................................................. 194
e) Travées chargées déchargées ............................................................................. 195
8.- Fichiers de saisie et d'analyse ....................................................................................... 197
9.- Prédimensionnement : fonctionnement global ............................................................... 198
a) Dimensionnement de la section de béton ............................................................. 198
b) Calcul du ratio d’acier ........................................................................................... 198
c) Efforts pris en compte dans le prédimensionnement de la structure .................... 198
10.- Prédimensionnement par les abaques ........................................................................ 199
Hypothèses générales .............................................................................................. 199
11.- Prédimensionnement précis des équarrissages ......................................................... 200
12.- Prédimensionnement précis des aciers ....................................................................... 200
C. Le calcul aux éléments finis ..................................................................................................... 201
1.- Philosophie générale...................................................................................................... 201
2.- Structures traitées .......................................................................................................... 201
3.- Matériaux ....................................................................................................................... 201
4.- Chargements pris en compte ......................................................................................... 203
a) la descente de charges statique ........................................................................... 203
b) Les efforts climatiques .......................................................................................... 203
c) Les efforts sismiques ............................................................................................ 203
5.- Descente de charges aux éléments finis ...................................................................... 204
6.- Fonctionnement global du modèle ................................................................................. 205

6 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

a) Connexions entre les éléments ............................................................................ 205


b) Comportements mécaniques ................................................................................ 205
7.- Conventions sur les efforts et résultats .......................................................................... 207
8.- Chargements climatiques / Principes de modélisation .................................................. 208
a) Structures traitées ................................................................................................. 208
b) Le vent .................................................................................................................. 208
b) La Neige................................................................................................................ 209
9.- Chargements sismiques / Principes de modélisation .................................................... 211
a) Définition des modes propres de la structure ....................................................... 211
b) Définition des masses de la structure ................................................................... 211
c) Définition du spectre ............................................................................................. 212
d) Obtention des réponses modales pour un spectre donné, méthode de
recombinaison des réponses .................................................................................... 212
10.- Chargements climatiques : Règlements nationaux ..................................................... 214
a) Application des NV65............................................................................................ 214
b) Application des DIN 1055 .................................................................................... 218
11.- Chargements sismiques : Application du PS92 ........................................................... 220
D. Caractéristiques des éléments de structure ........................................................................... 225
1.- L'élément Poutre ............................................................................................................ 225
a) Prédimensionnement de l'équarrissage............................................................... 225
b) Repère local ......................................................................................................... 226
c) Modélisation .......................................................................................................... 227
d) Comportements mécaniques ................................................................................ 229
e) Connexions aux autres éléments ......................................................................... 231
f) Chargements ......................................................................................................... 233
g) Maillage éventuel .................................................................................................. 233
h) Résultats obtenus ................................................................................................. 234
i) Calcul du ratio d'acier............................................................................................. 235
j) Connexion aux modules de ferraillage ................................................................... 237
2.- L'élément Poteau ........................................................................................................... 238
a) Prédimensionnement de l'équarrissage................................................................ 238
b) Repère local .......................................................................................................... 239
c) Modélisation .......................................................................................................... 241
d) Comportements mécaniques ................................................................................ 243
e) Connexions aux autres éléments ......................................................................... 243
f) Chargements ......................................................................................................... 244
g) Maillage éventuel .................................................................................................. 244
h) Résultats obtenus ................................................................................................. 245
i) Calcul du ratio d'acier............................................................................................. 246
j) Connexion aux modules de ferraillage ................................................................... 247
3.- L'élément Voile ............................................................................................................... 249
a) Prédimensionnement de l'équarrissage................................................................ 249
b) Repère local .......................................................................................................... 251
c) Modélisation .......................................................................................................... 252
d) Comportements mécaniques ................................................................................ 255
e) Connexions aux autres éléments ......................................................................... 258
f) Chargements ......................................................................................................... 260
g) Maillage éventuel .................................................................................................. 260
h) Résultats obtenus ................................................................................................. 261
i) Calcul du ratio d'acier............................................................................................. 265
j) Connexion aux modules de ferraillage ................................................................... 266
4.- L'élément Dalle .............................................................................................................. 267
a) Prédimensionnement de l'équarrissage................................................................ 267
b) Repère local .......................................................................................................... 268
c) Modélisation .......................................................................................................... 268
d) Comportements mécaniques ................................................................................ 270
e) Connexions aux autres éléments ......................................................................... 272
f) Chargements ......................................................................................................... 274
g) Maillage éventuel .................................................................................................. 274
h) Résultats obtenus ................................................................................................. 274
i) Calcul du ratio d'acier............................................................................................. 275

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 7


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Connexion aux modules de ferraillage ................................................................... 276


5.- L'élément Semelle isolée ............................................................................................... 277
a) Prédimensionnement de l'équarrissage................................................................ 277
b) Repère local .......................................................................................................... 280
c) Modélisation .......................................................................................................... 280
d) Comportements mécaniques ................................................................................ 281
e) Connexions aux autres éléments ......................................................................... 282
f) Chargements ......................................................................................................... 282
g) Maillage éventuel .................................................................................................. 282
h) Résultats obtenus ................................................................................................. 283
i) Calcul du ratio d'acier............................................................................................. 285
j) Connexion aux modules de ferraillage ................................................................... 286
6.- L'élément Semelle filante ............................................................................................... 287
a) Prédimensionnement de l'équarrissage................................................................ 287
b) Repère local .......................................................................................................... 290
c) Modélisation .......................................................................................................... 290
d) Comportements mécaniques ................................................................................ 291
e) Connexions aux autres éléments ......................................................................... 291
f) Chargements ......................................................................................................... 291
g) Maillage éventuel .................................................................................................. 291
h) Résultats obtenus ................................................................................................. 293
i) Calcul du ratio d'acier............................................................................................. 295
j) Connexion aux modules de ferraillage ................................................................... 296
7.- L'élément Paroi .............................................................................................................. 298

8 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

I.- Manuel de référence

Introduction
Le manuel de référence décrit l’interface utilisateur, et toutes les fonctionnalités du programme. Il
est divisé en trois parties :

• Interface utilisateur : décrit tous les objets de l’interface utilisateur (écran principal,
menus, palettes d’icônes, …)
• Liste des commandes : décrit les fonctions de tous les menus suivant le schéma
suivant :
Nom de la commande.
Descriptif de l’objet de la commande.
Chemins d’accès : menu, icône, raccourci.
Fonctionnement : décrit complètement les étapes de l’utilisation de la commande.
Contenu de la boite de dialogue : donne le détail des paramètres nécessaires au
fonctionnement de la commande.
Voir aussi : liste des paragraphes liés à cette commande.
• Liste des erreurs : synthèse des erreurs générées par le programme.

Pour optimiser l’utilisation de cette aide en ligne, consultez le chapitre ? / Aide .

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 9


ARCHE Ossature Edition août 2017

A.- Interface utilisateur

L’étude complète d’un bâtiment sous Ossature comprend trois étapes :


 Création du modèle par saisie graphique
 Modélisation et interprétation du modèle
 Prédimensionnement et Descente de charges , calcul du ferraillage.

Ces trois étapes s’apparentent aux trois phases par lesquelles passent le fichier Ossature :
 Phase de saisie
 Phase d’analyse
 Phase d’exploitation

1.- Description de l'écran principal

Le modèle généré par la saisie graphique de Ossature est un modèle 3D. Cependant, la
saisie s'apparente à une saisie 2D, puisque la troisième dimension est déterminée
automatiquement par la hauteur d'étage.

10 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Bandeau Partie de l'écran où sont définis le titre de l'application, la version, le


nom du modèle et du dossier en cours.

Zone graphique Zone de dessin et de représentation du modèle

Zone de contrôle des statuts Zone d’affectation des attributs à chaque élément de structure.

Menus de l’application Menus regroupant l'ensemble des fonctionnalités de Ossature

Palette d’icônes Accès direct aux commandes usuelles

Changements de vue Modification de la vue courante par rotation et translation.

Zoom Modification de la vue en cours par agrandissement ou


rétrécissement.

Rafraîchissements d’écrans Redessin du contenu de la zone graphique (avec ou sans les


détails)

Contrôle des étages Spécification du niveau actif (numéro).


Modification des caractéristiques globales du niveau en cours
(nom, hauteur d’étage).

Zone de messages Zone d’information qu’ossature renseigne à propos l’opération en


cours.

Zone d'avancement Avancement dans les phases de l’étude : Saisie, Analyse,


Exploitation.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 11


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Menus de l'application


Les menus de l’application permettent d’accéder à toutes les fonctionnalités d’ossature par le
biais des commandes suivantes :

Ces commandes ne sont pas toujours actives. Certaines ne le sont que sous certaines
phases de la modélisation (saisie, analyse, exploitation), d’autres seulement lorsque un ou
plusieurs éléments sont sélectionnés.

Fichiers
Commandes de manipulation de fichier (ouverture, sauvegarde, …) et d’échange de
données avec d’autres applications.

Générer
Commandes de génération des éléments de structure, actives uniquement en phase de
saisie, sauf celles du sous-menu habillage.

Modifier
Commandes d’édition de la modélisation graphique et de modifications des propriétés
(attributs) des entités.

Hypothèses
Commandes donnant accès aux hypothèses concernant les propriétés du bâtiment, de ses
éléments constitutifs, de ses chargements et des méthodes de calcul employées.

Analyser
Commandes de lancement des différentes phases de calcul du modèle et d’exploitation
graphique des résultats.

Documents
Commandes de production de rapports divers et de documents graphiques.

Options
Commandes livrant l’accès aux fenêtres de paramétrage de l’application.

Outils
Commandes lançant des outils divers.

‘?’
Commandes d’aides.

3.- Palettes d'icones


Ces palettes donnent accès aux fonctions les plus usuelles des menus de l’application.

! Remarque !
Placer le curseur de la souris quelques instants sur un icône fait apparaître un texte d’explication de la fonction à cet
endroit.

12 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

a) Mode Saisie

1. Créer des lignes d'aide à l'étage actif


2. Créer des files de construction à l'étage actif
3. Créer des dalles à l'étage actif
4. Créer des poutres à l'étage actif
5. Créer des poteaux à l'étage actif
6. Créer des voiles à l'étage actif
7. Créer des semelles isolées à l'étage actif
8. Créer des semelles filantes à l'étage actif
9. Créer des parois à l’étage actif
10. Générer automatiquement des semelles adaptées sous chaque porteur
11. Découper automatiquement les dalles de l'étage actif
12. Créer un étage identique au dessus de l'étage actif
13. Visualiser (Oui/Non) la grille
14. Borner la visibilité des étages à l’étage actif
15. Ne laisser afficher que les entités sélectionnées
16. Visualiser (Oui/Non) les files de construction
17. Visualiser (Oui/Non) les lignes d'aide
18. Visualiser (Oui/Non) les dalles
19. Voir la vue en plan de l'étage actif

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 13


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Mode d’Analyse

1. Ouvrir le fichier de 'Saisie' du fichier en cours


2. Partager les dalles de l'étage actif
3. Sonder les éléments sélectionnés
4. Montrer les liaisons entre les éléments
5. Borner la visibilité des étages à l'étage actif
6. Afficher le numéro des poutres
7. Afficher le numéro des voiles
8. Couleurs d'affichage en fonction des erreurs du modèle
9. Couleurs d'affichage en fonction des appuis des entités
10. Couleurs d'affichage en fonction de l'existence du prédimensionnement
11. Couleurs d'affichage en fonction des matériaux des entités
12. Couleurs d'affichage en fonction des attributs des entités
13. Ne laisser afficher que les entités sélectionnées
14. Visualiser (Oui/Non) les files de construction
15. Visualiser (Oui/Non) les lignes d’aide
16. Visualiser (Oui/Non) les dalles
17. Voir la vue en plan de l'étage actif

14 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

c) Mode d’exploitation

1. Ouvrir le fichier de 'Saisie' du fichier en cours


2. Partager les dalles de l'étage actif
3. Afficher les charges sur les poutres
4. Afficher les charges sur les poteaux
5. Afficher les charges sur les voiles
6. Afficher les charges sur les semelles
7. Afficher les charges sur les semelles filantes
8. Fiche du ou des éléments sélectionnés
9. Note analytique de descente de charges
10. Métré et ratios de la structure
11. Borner la visibilité des étages à l'étage actif
12. Faire fonctionner 'Zoom+' et 'Recadre' à une échelle précise
13. Passer en mode aperçu avant impression
14. Appel au module de arche correspondant à l’entité sélectionnée
15. Importation des modifications effectuées dans les modules de ferraillage
16. Etude du modèle avec le logiciel Effel
17. Ne laisser affiché que les entités sélectionnées
18. Visualiser (Oui/Non) les files de construction
19. Visualiser (Oui/Non) les lignes d’aide
20. Visualiser (Oui/Non) les dalles
21. Passer à la vue en plan de l'étage actif

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 15


ARCHE Ossature Edition août 2017

4.- Contrôle des étages


Contrôle de l’étage actif.

L’étage actif :
Il s’agit de l’étage de travail d’ossature. En phase de saisie, les éléments de structure sont
générés dans ce niveau.

Numéro de l’étage actif


Flèches de
Nom de l’étage actif déplacement de l’étage
actif
Hauteur de l’étage actif

Le panneau de contrôle permet de déplacer l'étage actif de la structure du premier au dernier


étage créé. Les flèches vers le haut ou le bas passent d’un étage à celui immédiatement
supérieur ou inférieur.

Les trois autres boutons référencent le numéro, le nom et la hauteur de l'étage actif :

Numéro de l’étage en cours : il est possible d’y saisir directement le numéro de l’étage.

Nom de l’étage en cours : personnalisable pour chaque niveau. Ce nom est repris dans les
documents (notes et graphiques) pour désigner l’étage.

Hauteur de l’étage en cours : cette hauteur définit la hauteur de tous les éléments verticaux
appartenant au niveau actif. Il est possible de la modifier à tout moment de la saisie.
La modification de la hauteur de l’étage actif provoque la modification automatique de
hauteur des éléments poteaux et voiles. Les étages supérieurs sont décalés vers le haut de
la valeur correspondante.

Voir aussi
Modifier / Etage

16 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

5.- Contrôle des statuts

Statuts :
Chaque entité générée par ossature dispose d’un ensemble de caractéristiques distinct. Par
exemple pour une poutre : « h » contient la hauteur de sa section, « b » sa largeur, etc…

La zone de statuts permet d'affecter à chaque entité des attributs spécifiques.

Elle est accessible de deux manières différentes :

 Lors de la génération d’un élément :


1. Activer une fonction de création : soit en passant par le menu générer, soit en cliquant
sur l’icône idoine : ossature passe en phase de « création ».
2. Le curseur de la souris devient une croix et la zone de statuts est affichée. Mettre à jour
la zone de statuts.
3. dessiner l’élément à l’aide des modes d’accrochages souhaités, les données contenues
dans la zone de statuts sont affectés à l’élément et affecteront la prochaine entité de
même famille créée.

 Lors de la sélection d’un élément :


1. Revenir au mode de sélection : en pressant la touche Echap jusqu’à ce que le curseur de
la souris redevienne une petite main. Le logiciel est en phase de sélection.
2. Cliquer sur un élément, la zone de statuts de celui ci s’affiche.
3. Attention : la sélection de plusieurs éléments entraîne la disparition de la zone de statuts
car celle ci ne concerne qu’une seule entité.
4. Mettre à jour les statuts, les modifications effectuées sont immédiatement affectées à
l’élément sélectionné.

 Il est possible de modifier globalement les statuts d’un ensemble d’éléments de


même nature :
1. Sélectionner un ensemble d’éléments de même nature.
2. Activer la fonction Modifier / Attributs / Statuts : la fenêtre de statuts propre au type
d’élément sélectionné apparaît.
3. Valider par OK.
Les statuts sont appliqués automatiquement et immédiatement aux éléments sélectionnés.

Décrivons rapidement les parties communes à chaque statut :

Le nom : Ce nom n'est pour l'instant pas utilisé par Ossature. Il est possible de donner à
chaque entité un nom différent.

Le numéro : C'est une donnée importante de Ossature : Ce numéro est incrémenté


automatiquement lors de la création du modèle (aussi bien en mode de création "manuelle",
qu'en mode "Copie", ...). Il permet de référencer chaque entité sur les plans, dans les notes
de calcul, métrés. Il permet également pour les poutres et les voiles de distinguer la façon
dont Ossature a interprété la continuité des éléments. Il est à noter que la numérotation est
indépendante d’étage en étage.

Le matériau : Matériau constituant de l'entité. La catalogue de matériaux peut être consulté


et modifié dans la fenêtre (Hypothèses/Matériaux).

Les dimensions : Dimensions (ex. hauteur et largeur de la section d’une poutre) et ratio
d’acier de l’élément. Vous pouvez laisser ces valeurs à 0 si vous souhaitez que Ossature
prédimensionne l'entité. Vous pouvez également imposer des valeurs, celles-ci seront
vérifiées automatiquement lors des calculs de descente de charges.

Hypothèses MEF :
Actif : si cette case est cochée l’élément est pris en compte dans le calcul aux éléments
finis.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 17


ARCHE Ossature Edition août 2017

6.- Modes d'accrochage

La création du modèle passe par la construction graphique d’éléments (poutre, poteau, …).
Leur création comprend les étapes suivantes :
1. Activer la fonction générer adéquate.
2. Renseigner si nécessaire la zone de statuts.
3. Dessiner l’élément sur la structure.

Les modes d’accrochage sont utilisés au moment du dessin de l’élément.


Ils permettent de placer précisément les points qui déterminent la position de l’entité à créer,
par exemple pour une poutre ses deux extrêmités.

L’action de dessiner l’élément se décompose alors dans les phases suivantes :


Les points étant créés successivement les uns après les autres, pour chacun :
1. choix du mode d’accrochage adéquat, si celui en cours ne convient pas. Un clic sur le
nom du mode d’accrochage courant fait apparaître la liste des modes disponibles.
2. Clic sur la structure de l’endroit déterminant suivant le mode choisi (voir plus bas).

! Remarque !
Ce mode est actif lorsque le curseur de la souris est représenté par une croix.

Il peut aussi être utile de capturer les coordonnées d’un point. Ceci est possible de la
manière suivante :
1. Activer la fonction Outils / Coordonnées .
2. choix du mode d’accrochage adéquat, si celui en cours ne convient pas. Un clic sur le
nom du mode d’accrochage courant fait apparaître la liste des modes disponibles.
3. Clic sur la structure de l’endroit déterminant suivant le mode choisi (voir plus bas).
4. Les coordonnées du point retenu apparaissent à gauche de l’écran.

 Les différents modes d’accrochage :


Clavier / grille / Point / Extrêmité / Milieu / Intersection / Longueur / Direction / magnétique /
Tablette / perpendiculaire / Relatif / Poteau

Clavier
On entre au clavier les deux coordonnées ( X,Y ) du point à créer.

Ex définition d’une poutre:

1er point 2ème point J (0,6)


Z

00 06  X
Y I (0,0)
séparateur - « barre d’espace »

Grille *
Ce mode n’est actif que quand la grille est affichée.
Le point est créé à l’intersection de la grille la plus proche de l’endroit du clic de la souris .

Point *
Le point accroché est sur l’élément ponctuel le plus proche.

Extrêmité *

18 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Le point est créé à l’extrêmité la plus proche de l’élément sur lequel on clique.

exemple :

point retenu

découpe imaginaire au souris


milieu de l’entité

Milieu *
Le point est créé au milieu de l’élément sur lequel on clique.

exemple :

//
point retenu souris

//

Intersection *
Le point est créé à l’intersection des deux éléments sur lesquels on a successivement cliqué.

1er clic

2nd clic

! Remarque !
Ce fonctionnement permet de ne pas cliquer à proximité de l’intersection.

Longueur *
Ce mode permet de s’accrocher le long de l’axe sur lequel on a cliqué, à une certaine
distance de l'extrémité la plus proche de l’endroit du clic. Le signe de la longueur saisie
donne l’orientation de la mesure.

exemple :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 19


ARCHE Ossature Edition août 2017

point retenu pour une longueur de


6,50 m

point retenu pour une Longueur de


longueur de 4 m l’élément : 6 m

souris
O1
Origine retenue

point retenu pour une


longueur de -1,50 m

Perpendiculaire *
Si on a déjà le premier des deux points composant un filaire et qu’on souhaite voir cet
élément perpendiculaire à un autre, on clique trois fois sur ce dernier : le positionnement est
automatique.

1ère extrêmité
1ère extrêmité

On clique 3 fois sur L’accrochage se fait


cet axe automatiquement

! Remarque !
Une fois le point généré avec le mode perpendiculaire, le mode d’accrochage revient automatiquement à celui
sélectionné avant « perpendiculaire ».

Pourquoi trois clics ?

Fonctionnement non automatique du mode perpendiculaire :


Chacun des trois clics vus plus haut répond automatiquement en fait à une question posé
par ce mode d’accrochage :

1er clic : désigne l’axe auquel on se réfère


2nd clic et 3 ème clic : il est possible de spécifier la position du point à créer dans un repère
local propre à l’élément dont l’axe a été sélectionné.
La première valeur est la longueur suivant l’axe X
La second est la longueur suivant l’axe Y.

J
2nde valeur

Y Axe sélectionné
X

1ère valeur
I
L’origine retenue est l’extrêmité du filaire la plus proche du premier clic.

L’orientation des axes est définie comme suit :

20 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

L’axe X retenu est celui du repère placé sur le point origine.

Repaire 1
2

Repaire 2
Si le point est placé dans la partie gauche de la poutre alors l’axe Y retenu est celui du
repaire n°1.
Si le point est placé dans la partie droite de la poutre alors l’axe Y retenu est celui du repaire
n°2.

Relatif *
Le programme demande les coordonnées du point à ajouter dans un nouveau repère. Celui
ci a pour origine le point remarquable le plus proche du clic (reconnu par le mode
magnétique) et ses axes sont parallèles à ceux du repère GLOBAL.

Nouveau point

dy
dx

Elément
existant 1er clic = nouvelle
origine
y
x

Magnétique
Le point accroché est à l’endroit remarquable le plus proche :intersection, extrêmité, ... sauf
si aucun de ceux ci ne se trouve à proximité, auquel cas c’est le point le plus proche de
l’élément le plus proche qui est choisi.
Ce mode est paramétrable dans Options/CAO.

* : quand un mode de création fait appel à un point remarquable ( extrêmité, etc ), il vaut
mieux ne pas cliquer exactement sur ce point mais à sa proximité sur l’élément auquel il
appartient. Le programme trouve tout seul le point remarquable attendu par le mode
d’accrochage choisi.

exemple : dans le cas où plusieurs poutres se croisent à un endroit : pour créer un point à
l’intersection de deux d’entre elles : si on clique à l’intersection même on ne sait pas quelle
poutre on vient de choisir et donc on ignore sur laquelle cliquer à nouveau pour terminer la
définition de l’intersection.

! Remarque !
On peut changer de vue et de mode d’accrochage entre la création de deux points d’un même élément.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 21


ARCHE Ossature Edition août 2017

7.- Modes de sélection


Il est possible de modifier des entités déjà créées. Ossature permet de les déplacer, copier,
effacer, d’en modifier les statuts etc…

Néanmoins toutes ces commandes ont besoin de connaître à quel ensemble d’éléments
s’appliquer. Pour le leur faire savoir, il suffit de sélectionner les éléments concernés avant
d’activer la fonction requise.

Le mode de sélection est actif lorsque le curseur de la souris apparaît sous la forme d’une
main. Si le curseur est une croix alors il faut appuyer une ou deux fois sur la touche Echap
pour sortir du mode d’accrochage de point.

Pour faire apparaître la liste des modes de sélection il suffit de cliquer sur le nom du mode
actif courant.

Les différents modes de sélection ont les effets suivants :

Unique
Fonction active par défaut.
Elle permet une sélection une par une les entités. Les sélection se cumulent.
Pour déselectionner une entité , il suffit de recliquer dessus.

! Remarque !
Lorsqu’une entité est sélectionnée, cliquer sur le bouton droit de la souris fait « tourner » la sélection sur les éléments
adjacents ou superposés à l’entité initiale.

Fenêtre
Permet la sélection des entités entièrement comprise dans la fenêtre.
Procédure :
cliquer le premier coin de la fenêtre
cliquer le coin diagonalement opposé
tous les éléments intégralement présents dans la fenêtre sont sélectionnés.

Type
Permet une sélection par type d’entités, éventuellement suivant le ou les numéros et
l’appartenance à l’étage courant.

 élément
Choix du type ou des types d’éléments à sélectionner

22 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 étage
Choix de l’étage :
Tous : la sélection se fera dans tous les niveaux
Actif : la sélection se fera uniquement dans le niveau actif.

 Numéro
Si ce cadre est activé par le fait de cocher le bouton carré, il faut saisir le numéro de
l’élément voulu dans la case qui s’allume alors.

par exemple : tous les poutres et voiles de l’étage actif ou bien encore de sélectionner le
poteau numéro 42 dans tous les niveaux.

Affichage
Permet la sélection de l’ensemble des entités affichées à l’écran. Attention pour être
sélectionnée une entité doit être entièrement dans la fenêtre d’affichage.

Tout
Permet de sélectionner toutes les entités (même celles non affichées).

! Attention !
risque de modification sur des entités non visibles(c’est à dire ceux désactivés à l’affichage).

Annule
Permet de désélectionner toutes les entités précédemment sélectionnées.

Inverse
Permet d’inverser une sélection.
Ainsi, les éléments non sélectionnés sont sélectionnés et les éléments sélectionnés sont
désélectionnés.

Critère
Permet de sélectionner les éléments suivant différents critères :

Matériaux : sélectionne les éléments constitués du matériau désigné.

Eléments Actifs MEF : sélectionne les éléments rendus actifs vis à vis du calcul aux
élements finis.

Dimensions nulles : sélectionnes les éléments dont les dimensions sont nulles.

Erreur : sélectionne les éléments comportant des erreurs : après que la fonction «
vérifier » ait été employée ou lors de la modélisation, du calcul de la descente de charges.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 23


ARCHE Ossature Edition août 2017

8.- Zoom
Ces commandes permettent de modifier l’échelle d’affichage de la structure

En phase de création d’objet ou de sélection il est souvent utile d’effectuer des zooms sur
des parties plus spécifiques de la structure :

Zoom Avant : défini une fenêtre à l'écran, qui est ensuite affichée sur la totalité de la
zone graphique.

Zoom Arrière :permet de revenir au zoom précédent. Si il n’y a pas de zoom


précédent l’observateur s ‘éloigne de la structure.

Recadrage : affiche la totalité de la structure dans la zone graphique.

En phase de création d’élément le zoom avant permet de s’assurer du point d’accrochage de


l’élément. Ces changements de vue peuvent être effectués à tout moment de la création.
Il en va de même pour la sélection qui n’est pas altérée par les changements de vue.

 Echelles normalisées :
Un système d’échelles standard est disponible. Pour l’activer il suffit
1. d’ouvrir la boite de dialogue Options / Affichage .
2. dans le cadre mode d’affichage de choisir l’option Echelle de la case zoom.
3. refermer la boite de dialogue par la croix en haut à droite, ou la touche Echap.

Les boutons vus plus haut ont alors le comportement suivant :


• le Recadrage : affiche la totalité de la structure avec l’échelle normalisée la plus
adaptée.
• le Zoom Avant permet de choisir l’échelle d’affichage :
en cliquant sur le bouton droit de la souris, le cadre jaune qui représente la zone agrandie
change de taille tandis que l’échelle correspondante est affichée au bas de l’écran.
Un clic sur le bouton de gauche de la souris valide l’agrandissement.

24 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

9.- Changement de vue

Il est possible de changer de point d’observation de la structure.

Fonctionnement
1. Activer la fenêtre de changement de vue
2. Choisir une vue dans la fenêtre (le repère blanc montre la nouvelle orientation de la vue)
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou la touche Echap.
4. Le modèle adopte l’orientation choisie

 Vues Prédéfinies
6 vues prédéfinies sont disponibles. Les vues n°4,5 ,6 correspondent à des perspectives :
NE : Nord Est
SW : Sud Ouest
SE : Sud Est
Donnent la position de l’axe X.

 Vue
L’orientation des vues de ce cadre est paramétrable.

Fonctionnement :
1. Cocher une vue : le cadre Rotation s’active
2. Cliquer sur les icônes « + » ou « - » du cadre Rotation pour faire tourner le repère
autour de l’axe désigné, de la valeur spécifiée sur la même ligne :
3. Exemple : en cliquant sur « + » de la ligne « X » : le repère tourne autour de X de 10°
dans le sens trigonométrique.
4. Les icônes de flèche de déplacement : translatent le point de vue de la structure.
5. Une fois l’orientation souhaitée obtenue, la vue peut être nommée dans le case jouxtant
son numéro.
6. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou la touche Echap.
7. Le modèle adopte l’orientation choisie.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 25


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Cadre Vue en plan


Cocher cette case affiche la vue en plan de l’étage courant.
L’icône affiche directement la vue en plan de l’étage actif.

! Remarque !
Vue en plan et vue de dessus n’ont pas le même effet :
• la vue en plan n’affiche que l’étage actif vu de dessus
• la vue de dessus affiche tous les niveaux vus de dessus superposés.

Voir aussi
Options / Affichage

26 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

10.- Rafraichissements d'écrans


Il existe deux modes de rafraîchissement d’écran régénèrant l’affichage de la structure.

Fonctionnement

Le bouton Rafraîchissement d'écran , permet de régénérer l’affichage de la


structure. Seuls les axes des éléments de structure sont redessinés.

Le bouton Affichage des détails permet de régénérer l’affichage la structure (comme


le Rafraîchissement d'écran), mais en ajoutant l'ensemble des informations contenues
dans la fenêtre (Options / Affichage). Par exemple : les dimensions des éléments, les forces
placées par l’utilisateur en plus de la descente de charges.

Si dans Options / Affichage / Polices et Détails : la case « dessin entre axe » n’est pas
cochée : les éléments sont affichés en volume, si bien sur ils ont des dimensions non nulles.

! Remarque !
Il est possible d'interrompre l'affichage des détails à tout moment en tapant sur la touche Echap.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 27


ARCHE Ossature Edition août 2017

B.- Liste des commandes

1.- Commandes du menu Fichier

a) Fichier / Affaire
Cette fonction permet de saisir des données relatives à l’affaire en cours. Elles sont reprises
dans les documents textes (note de calculs, métrés, …) et graphiques générés par ossature.

Accès
• Par le menu Fichier / Affaires
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Fichier / Affaires, mettre à jour le contenu de la fenêtre.
2. Refermer la fenêtre à l’aide de la croix en haut à droite de la fenêtre ou de la touche
Echap : son contenu est enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


Il est à noter que ces données peuvent être modifiées à tout moment .

 Affaire
Ce cadre contient les informations relatives à ou aux édifice(s).

! Remarque !
La case Date ne contient pas la date courante mais une date fixe associée à l’affaire par l’utilisateur.

Liste des intervenants : ce bouton fait apparaître une liste des intervenants que l’utilisateur
peut renseigner s’il le désire avec leurs noms et coordonnées. Ces informations seront
reprises dans la composition des cartouches.
 Texte de Couverture

28 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Texte : permet de personnaliser la page de garde des notes.

 Projet
Remarque : permet de personnaliser la page de remarque des notes.

 Options des rubriques du cartouche


Schéma : laisse un emplacement libre dans le cartouche pour recevoir un schéma.
Approbation : affiche dans le cartouche la variante du bâtiment (voir Hypothèses /
bâtiment).
Logiciel : fait apparaître le nom du logiciel dans le cartouche.

Voir aussi
Options / Notes

b) Fichier / Nouveau
Cette fonction crée un nouveau modèle d’ossature. Le paramétrage par défaut de ce
nouveau modèle est dans le fichier défaut de l’étude en cours.

Accès
• Par le menu Fichier / Nouveau
• Raccourci clavier : CTRL+N
Cette fonction est active dans toutes les phases de calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Fichier / Nouveau.
Le fonctionnement de la boite de dialogue est celui de la boite standard Windows 95/NT.

Contenu de la boite de dialogue


Par défaut le logiciel propose un nom de fichier du type BATxx.OST où xx est un compteur
automatiquement mis à jour. L’utilisateur peut spécifier le nom souhaité dans la zone de
saisie, l’extension OST est automatiquement ajoutée lors de la validation.

Le fichier généré est placé par défaut dans l’étude sélectionnée dans OMD.

! Attention !

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 29


ARCHE Ossature Edition août 2017

Le changement de dossier dans Ossature ne modifie pas le dossier en cours de OMD.

Une fois la fenêtre validée, le logiciel affiche une fenêtre d’hypothèses relatives au bâtiment :
voir Hypothèses / Bâtiment .

c) Fichier / Ouvrir
Cette fonction ouvre un modèle déjà créé.

Accès
• Par le menu Fichier / Ouvrir
• raccourci : CTRL + O
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Fichier / Ouvrir.
Le fonctionnement de la boite de dialogue est celui de la boite standard Windows 95/NT.

Contenu de la boite de dialogue


Pour un modèle donné, suivant l’avancement de l’étude, l’utilisateur a le choix entre ouvrir :

le fichier de saisie : pour saisir ou modifier la structure puis la calculer.


le fichier d’analyse (obtenu après modélisation) : pour vérifier le fonctionnement RDM de la
structure.
le fichier d’exploitation (obtenu après calcul) : pour exploiter les résultats d’un calcul déjà
effectué.
! Remarque !
Deux modèles ne peuvent être ouverts en même temps. Si un modèle est ouvert à l’activation de la fonction, le
programme propose de l’enregistrer avant de le fermer.

! Attention !
Le changement de dossier dans Ossature ne modifie pas le dossier en cours de OMD.

30 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Fichier / Enregistrer
Cette fonction enregistre le modèle en cours.

Accès
• Par le menu Fichier / Enregistrer
• Raccourci : CTRL + S
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Fichier / Enregistrer.
Enregistre le fichier courant avec le nom spécifié à sa création (visible dans le bandeau de
l’écran).

Il est à noter que le programme sauvegarde la phase qu’il quitte, lors des actions de
modélisation et calcul de descente de charges.
! Attention !
Sauvegarde en phase de saisie :
Si l’utilisateur modifie et enregistre le fichier de saisie d’un modèle déjà calculé. Les fichiers d’analyse et d’exploitation
continuent d’exister mais contiennent les résultats de l’ancien modèle. Il faut recalculer le modèle pour les mettre à jour.

e) Fichier / Enregistrer sous


Cette fonction enregistre le modèle courant sous un nouveau nom. Elle permet également de
spécifier l’emplacement de la sauvegarde.

Accès
• Par le menu Fichier / Enregistrer sous
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Fichier / Enregistrer sous.
Le fonctionnement de la boite de dialogue est celui de la boite standard windows95/NT.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 31


ARCHE Ossature Edition août 2017

Contenu de la boite de dialogue


Enregistre le fichier courant sous un nouveau nom (l’extension est automatiquement
ajoutée). L’utilisateur peut en plus définir l’emplacement de la sauvegarde.

f) Fichier / Importer Arche


Cette fonction permet une liaison manuelle entre ossature et les modules de ferraillage. Elle
importe depuis les modules de ferraillage certaines caractéristiques d’éléments initialement
exportés de l’ossature en cours vers ces modules.

Accès
• Par le menu Fichier / Importer / ARCHE
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
Ossature peut faire appel aux modules de ferraillage pour effectuer son
prédimensionnement. Mais si quelques éléments diffèrent de la majorité par leurs
hypothèses de calcul, il peut être nécessaire de les recalculer à part.
Il faut :
depuis ossature faire Fichier / Exporter / Arche en ayant sélectionné les éléments.
mettre à jour le fichier défaut des modules concernés.
dans les modules : faire Chainage / Importer OST et recalculer les éléments.
dans les modules faire : Chainage / Exporter OST.
dans ossature faire : Fichier / Importer / Arche.

Les caractéristiques importées sont les dimensions et le ratio d’acier.

Cette fonction peut s’utiliser aussi bien en phase de saisie qu’en phase d’exploitation.

! Attention !
Il faut avoir exporté ces éléments depuis les modules de ferraillage après les y avoir calculé (dans les modules
fonction : Chainage / Exporter / OST).
Les échanges entre programme se font au travers de fichiers temporaires qui sont stockés dans le répertoire de travail
sélectionné dans OMD. Aussi il convient tant avec ossature qu’avec les modules de ferraillage de rester dans ce même
répertoire pour travailler, c’est à dire qu’à l’utilisation des fonctions d’enregistrement ou d’ouverture il ne faut pas
spécifier un autre répertoire que celui par défaut.

Voir aussi
Modifier / Fusionner
Modifier / CAO / Relimiter automatiquement

g) Fichier / Importer Allplan


Cette fonction permet d’importer des fichiers générés par ALLPLAN. L’importation se fait
niveau par niveau. Chaque fichier doit contenir un seul niveau. Les éléments contenus dans
chaque fichier sont automatiquement reconnus par ossature, et recréés avec leurs
dimensions.
Accès
• Par le menu Fichier / Importer / ALLPLAN
Cette fonction est active qu’en phase de « Saisie ».

32 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
Ouvrir en phase de saisie le fichier dans lequel l’importation doit avoir lieu.
Activer la fonction Fichier / Importer / ALLPLAN, mettre à jour le contenu de la fenêtre.
Valider la fenêtre par OK. L’importation s’effectue dans le fichier en cours.
Contenu de la boite de dialogue
 Fichier ALLPLAN
Ce cadre contient le nom du fichier DXF à interpréter de manière spécifique à ALLPLAN.

 Description des étages


Ce cadre contient le numéro de l’étage cible de l’importation.

! Attention !
Il est nécessaire d’avoir bien créé dans ossature les niveaux (voir Création d’un niveau) qui vont recevoir les
importations avant de commencer la procédure.

 Interprétations du modèle
Les différentes options d’importations se trouvent rassemblées dans ce cadre :

Effectuer une fusion après importation


active la fonction fusionner (voir Modifier / Fusionner), supprimant automatiquement les
éléments invalidant la modélisation.
Relimiter automatiquement toutes les entités
active la fonction de relimitation automatique des éléments importés (voir Modifier / CAO /
Relimitation Automatique ). En effet, ossature ne connaît des éléments que leur axe, aussi à
l’importation d’un plan de coffrage il convient de faire appel à cette fonction pour connecter
des axes séparés par le volume des éléments qu’ils représentent :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 33


ARCHE Ossature Edition août 2017

Murs importés depuis Axes de ces murs tels Axes de ces murs
ALLPLAN que ossature les après la relimitation
interprète alors (on automatique
remarque que les
axes ne sont pas
connectés)

Pour les poteaux, l'importation avec relimitation se borne à prolonger les élément Poutres et
Voiles jusque aux centres.

Modèle Allplan Sans relimitation Avec relimitation

Quand le cas de figure ci dessus se présente, il convient d’utiliser la fonction : Modifier /


CAO / Aligner .

Test d'alignement des points à la tolérance près


permet de considérer que deux segments de droites consécutifs sont alignés dans le cas
suivant :

< 10
1 2
1 2 3 cm

Facétisation des cercles


définit en fonction du rayon d'un élément courbe la longueur maximale acceptée pour une
facette. Cette option permet d'alléger le modèle, en limitant le nombre de facettes, en vue du
calcul de descente de charges.

Fichier journal d’importation


Au terme de l'importation, un rapport détaillé apparaît à l'écran en indiquant dans le cas le
plus favorable le nombre d'éléments récupérés pour chaque type et le cas échéant, les
éventuelles erreurs détectées.

Compte rendu d'importation Allplan


Entête standard : présente
Unité de mesure : [mm]

Nombre d'entités importées :


Nombre de poutres :3
Nombre de poteaux :5
Nombre de voiles : 12

La première phase de l'importation consiste à récupérer l'unité dans laquelle le fichier a été
construit. Cette unité est lue dans l'entête du fichier DXF qui est définie lorsque l'option 'Créer
une entête standard' est validée lors de l'exportation DXF à partir du logiciel Allplan. Si
l'entête n'est pas présente dans le fichier, cette erreur sera reportée dans le fichier journal.
De même, si l'unité n'est pas trouvée ou n'est pas reconnue, le fichier journal indiquera cette

34 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

erreur. Dans ce cas, une unité par défaut sera choisie.


Dans tous les cas, le nombre d'éléments correctement importés s'affiche en fin de journal.

h) Fichier / Importer DXF


Cette commande permet d’importer, à un niveau donné, un fichier DXF généré à l’aide de
n’importe quelle CAO. Deux options d’importations permettent :
• la reconnaissance automatique des éléments au moment de leur recréation
• l’importation globale d’un fond de plan (sous forme de lignes d’aides)

Accès
• Par le menu Fichier / Importer / DXF
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul

Fonctionnement
1. Ouvrir en phase de saisie le fichier dans lequel l’importation doit avoir lieu.
2. Activer la fonction Fichier / Importer / DXF, mettre à jour le contenu de la fenêtre.
3. Valider par OK.

Contenu de la boite de dialogue

 Fichier / DXF
*.DXF : Ce bouton contient le nom du fichier DXF à importer.

! Remarque !
Il est à noter que l’utilisateur peut réaliser plusieurs importations de différents fichiers DXF dans un même modèle.
Le fichier doit être en DXF2D et contenir la vue en plan du ou des niveaux souhaités.

Séparateur ‘saut de ligne’ : lorsque le fichier DXF a été généré sur un PC sous DOS ou
WINDOWS, le séparateur est presque systématiquement un "Saut de ligne"

Séparateur ‘caractère 13’ : sur d'autres machines ou d'autres systèmes d'exploitations que

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 35


ARCHE Ossature Edition août 2017

les PC sous DOS ou WINDOWS, ce séparateur peut être le caractère ASCII 13.

unité : suivant l’unité spécifiée, Ossature effectue la correspondance avec son propre
système d'unité.

Importation :
Importation ‘Par couches‘
Ce mode transforme les lignes et polylignes du fichier DXF en Objets Ossature.
Ex. : les traits de la couche n°2 sont transformés en axes de poutre.

 Couche
L’utilisateur peut paramétrer dans ce cadre la nature des éléments image de chacune des
couches, suivant le numéro de celle ci :

Dalle : les polylignes de la couche n° 'i' sont transfor mées en dalles de l'étage 'e'
poutre : les lignes, polylignes de la couche n° 'j' son t transformées en poutres de
l'étage 'e'
voile : les lignes, polylignes de la couche n° 'k' son t transformées en voiles de
l'étage 'e'
semelles : les lignes, polylignes de la couche n° 'l' sont transformées en semelles
filantes de l'étage 'e'
poteaux : les points de la couche n° 'm' sont transformé es en poteaux de l'étage 'e'
semelles isolées : les points de la couche n° 'n' sont transformées en semelles isolées
de l'étage 'e'
files : les lignes et polylignes de la couche n° 'o' son t transformées en files de l'étage 'e'
parois : les lignes, polylignes de la couche n° 'k' sont transformées en parois de
l'étage 'e'

Nous vous conseillons de n'importer que les files, les poutres, les voiles et les poteaux.
Utilisez la fonction (Générer / Fondation / Automatique ) pour générer les semelles. Générez
un grand panneau de dalle et utilisez la fonction (Modifier / Couper Dalle ) pour générer
automatiquement tous les panneaux de dalles.

! Attention !
les couches doivent être numérotées dans le logiciel de dessin produisant les fichiers DXF.

Importation ‘Globale’
Les lignes et polylignes de toutes les couches sont alors transformées en « lignes d'aide »
de l'étage 'e'. Ensuite l’utilisateur peut utiliser la fonction de création automatique d’axe pour
générer les éléments d’ossature.

 Etage :
Etage d’importation : numéro de l’étage correspondant au fichier DXF importé.

! Attention !
L’étage cible de l’importation doit au préalable avoir été créé (voir Modifier / Etages ).

36 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Fichier / Exporter Arche


En phase d’exploitation, cette fonction fournit une passerelle manuelle vers les modules de
ferraillage. Elle leur exporte les caractéristiques des éléments sélectionnés.

Accès
• Par le menu Fichier / Exporter / ARCHE
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
Ossature peut faire appel aux modules de ferraillage pour effectuer son
prédimensionnement. Mais si quelques éléments diffèrent de la majorité par leurs
hypothèses de calcul, il peut être nécessaire de les recalculer à part.
Il faut :
1. Depuis ossature faire Fichier / Exporter / Arche en ayant sélectionné les éléments. Si
aucun élément n’est sélectionné, c’est l’ensemble du modèle qui est exporté.
2. Mettre à jour le fichier défaut des modules concernés
3. Dans les modules : faire Chainage / Importer OST et recalculer les éléments.
4. Dans les modules faire : Chainage / Exporter OST.
5. Dans ossature faire : Fichier / Importer / Arche ..

Les données transmises aux modules sont les chargements issus de la descente de
charges, et les dimensions des entités (déterminées par ossature ou fixées par l’utilisateur).

! Attention !
Les échanges entre programme se font au travers de fichiers temporaires qui sont stockés dans le répertoire de travail
sélectionné dans OMD. Aussi il convient, tant avec ossature qu’avec les modules de ferraillage de rester dans ce
même répertoire pour travailler, c’est à dire qu’à l’utilisation des fonctions d’enregistrement ou d’ouverture il ne faut pas
spécifier un autre répertoire que celui par défaut.

j) Fichier / Exporter / DXF


Cette commande crée un fichier DXF qui contient la représentation en cours de la structure.
Accès
• Par le menu Fichier / Exporter / DXF

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 37


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Configurer l’affichage en cours conformément à la vue souhaitée.
2. Activer la commande Fichier / Exporter / DXF.
3. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
4. Refermer soit par Envoi : le DXF est créé, soit par la croix en haut à droite : l’opération
est annulée.

! Attention !
Seuls les axes des éléments sont générés et placés dans les couches associées aux éléments. Ces associations sont
définies dans la boite de dialogue Options / Plan .

Contenu de la boite de dialogue


Répertoire : C:\Graitec\Projects\ZONE A\ : contient l’emplacement où le fichier DXF est
enregistré. Le fichier créé a pour nom OSTxx.DXF où « xx » est un compteur incrémenté à
chaque création de fichier DXF. Pour modifier l’emplacement il suffit de cliquer sur ce
bouton.

 Titres du document
Nom, Vue, Variante : textes placés dans le cartouche, paramétrable dans la boite de
dialogue Options / Plans . Il est possible de voir à l’avance l’aspect du plan à l’aide de
l’aperçu avant impression de la boite de dialogue Options / Affichage .

Voir aussi
Document / DXF

k) Fichier / Quitter
Cette fonction entraîne la fermeture du fichier courant et la sortie du programme ossature.

Accès
• Par le menu Fichier / Quitter
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Fichier / Quitter.
Avant de clore son éxécution le programme propose de sauvegarder le fichier en cours
(suivant le même principe que la commande Fichier/Enregistrer).

Voir aussi
Fichier / Enregistrer

38 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Commandes du menu Générer

a) Générer / Poteaux
Cette commande permet de générer un poteau à l’étage actif.

Accès :
• Par le menu Générer / Poteaux

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Poteau.
2. Mettre à jour les statuts (si nécessaire).
3. Placer à l’aide du modes d’accrochage souhaité un point par lequel passe le poteau. Ceci
peut se faire dans toutes les vues.
! Remarque !
Quelque soit le niveau où est accroché le poteau, ce dernier est systématiquement créé dans le niveau actif à l’aplomb
du point ainsi défini.

La hauteur du poteau est celle de l’étage actif.


! Remarque !
Cette hauteur peut être modifiée à tout moment de la saisie (voir Contrôle des Etages ).

Statuts
Ceux ci peuvent être spécifiés avant ou après la création de l’élément :
• Si les statuts sont spécifiés avant le dessin de l’élément sur la structure: ce dernier les
adopte et les éléments à venir les prennent par défaut.
• Pour appliquer des statuts à un élément après sa création, il suffit de le sélectionner et
de modifier le contenu de la zone de statuts qui apparaît alors.
• Pour plus de détails et les statuts communs à tous les éléments voir : Contrôle des
statuts .

Statuts propres aux poteaux


k : le coefficient de longueur de flambement du poteau permet de définir la longueur de
flambement du poteau : Lf = k * (Hauteur de l'étage). La hauteur de l'étage est calculé de
dessus de dalle à dessus de dalle.
Par défaut ce coefficient vaut 1.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 39


ARCHE Ossature Edition août 2017

dq : ce paramètre correspond au coefficient multiplicatif permettant de prendre en compte


la dégression des surcharges d’exploitations (voir Modifier / Attributs / Dégression )

! Attention !
Ce coefficient n’est actif que si l’option de prise en compte des dégressions a été sélectionnée dans la fenêtre :
Hypothèses / Méthode de Calcul - DDC / Méthode Réglementaire .

Angle : correspond à un angle de rotation dans le plan du poteau par rapport au repère
global.

Forme : choix entre différentes formes de section de poteau, les attributs de dimension sont
activés suivant celle choisie :
Si la section carrée est enfoncée : seul a, le côté du carré est actif.
Si la section rectangle est enfoncée : seuls a et b les côtés du rectangle sont actifs.
Si la section circulaire est enfoncée : ∅, le diamètre est actif.

chargement : ce bouton ouvre une fenêtre permettant d'appliquer une charges "externe"
ponctuelle en tête de ce poteau (en plus de la descente de charges).

 Dimensions
Ce sont les dimensions, le ratio d'acier (ou quantité d’acier) de l'entité.
a,b : longueur, largeur de la section quand elle est rectangle ou carrée
∅: diamètre du poteau quand il est circulaire.
R (/ml) : quantité d’acier par mètre linéaire de poteau.

Si une ou plusieurs valeurs est laissée à 0, Ossature prédimensionne l'entité, en respectant


les valeurs non nulles. Si les valeurs sont imposées, elles peuvent être vérifiées par la
fonction Analyser / Vérifier Dimensions .

 Ferraillage sismique

Primaire : cette case est active quand l’élément poteau est déclaré comme devant être
ferraillé par un calcul précis (voir Hypothèses \ méthode de calcul – prédimensionnement ).
Au moment du calcul du ferraillage, le module poteau est lancé et l’élément calculé suivant l’
option choisie, à savoir : dispositions primaires si la case est cochée, secondaire sinon.

Voir aussi

Hypothèses / Méthode de calcul DDC / Choix des méthodes


Hypothèses / Méthode de Calcul DDC / Méthode Réglementaire
Hypothèses / Méthode de Calcul DDC / Méthode éléments finis
Modifier / Attributs / Dégression

b) Générer / Voiles
Cette commande permet de créer un voile à l’étage actif.

Accès :
• Menu : Générer / Voiles

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

40 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Voiles.
2. Mettre à jour les statuts (si nécessaire).
3. Placer successivement à l’aide du (ou des) modes d’accrochage souhaité, les extrêmités
du voile. Ceci peut se faire dans toutes les vues.

! Remarque !
Quelque soit le niveau où sont accrochées les extrêmités du voile, ce dernier est systématiquement créé dans le
niveau actif à l’aplomb du segment ainsi défini.

La hauteur du voile est celle de l’étage actif/

! Remarque !
Cette hauteur peut être modifiée à tout moment de la saisie ( voir Contrôle des Etages ).

Statuts
Ceux ci peuvent être spécifiés avant ou après la création de l’élément :
• Si les statuts sont spécifiés avant le dessin de l’élément sur la structure: ce dernier les
adopte et les éléments à venir les prennent par défaut.
• Pour appliquer des statuts à un élément après sa création, il suffit de le sélectionner et
de modifier le contenu de la zone de statuts qui apparaît alors.
• Pour plus de détails et les statuts communs à tous les éléments voir : Contrôle des
statuts .

Statuts propres aux voiles


Tx : coefficient de remplissage permettant d'indiquer un pourcentage d'ouverture non
localisé avec précision dans le voile. Si la valeur 80% est saisie, alors 80% du poids propre
du voile est pris en compte dans les calculs de descente de charges.

dq : ce paramètre correspond au coefficient multiplicatif permettant de prendre en compte la


dégression des surcharges d’exploitations(voir Modifier / Attributs / Dégression )

! Remarque !
Ce coefficient n’est actif que si l’option de prise en compte des dégressions a été sélectionnée dans la fenêtre :
Hypothèses / Méthode de Calcul - DDC / Méthode Réglementaire .

 situation
Intérieur/Extérieur : la situation du voile influe sur le calcul du ratio d'acier (ou quantité

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 41


ARCHE Ossature Edition août 2017

d’aciers) du voile.
• Détection auto : cliquer sur cette case fait apparaître les types de voile disponibles :
• Voile courant : ne reprend pour chargement que les efforts s’appliquant sur son
arête supérieure, ou issus d’autres voiles le coupant. Les efforts diffusent avec un angle
propre au matériau .
• Poutre voile : voile capable de reprendre des charges en fibre inférieure et de les
relever jusqu’à ses appuis.
• Console : voile en console capable de reprendre des charges en fibre
inférieure et de les relever jusqu’à son appui.
• Détection auto : Ossature détermine seul le type du voile.

Chargement : ce bouton ouvre une fenêtre permettant d'appliquer des charges "externes"
(ponctuelles, réparties, triangulaires) sur tout ou partie de ce voile.

 Dimensions
Ce sont les dimensions et le ratio d'acier (ou quantité d’aciers) de l'entité.
épaisseur : épaisseur du voile
R (/m²) : quantité d’acier par mètre carré de voile.

Si une ou plusieurs valeurs est laissée à 0, Ossature prédimensionne l'entité, en respectant


les valeurs non nulles. Si les valeurs sont imposées, elles peuvent être vérifiées par la
fonction Analyser / Vérifier Dimensions .

 Hypothèses MEF
Actif : cocher cette case pour que le voile soit pris en compte dans le modèle éléments finis

Par défaut : cette case donne accès aux différentes modélisations éléments finis du voile.
Si l’utilisateur impose une modélisation dans cette case, les paramètres de Hypothèses /
Méthode de calcul DDC / Méthode élements finis sont ignorés pour cet élément en
particulier. Les modélisations disponibles sont :
Croix indéformable
Poutre équivalente

Voir aussi
Modifier / Attributs / Dégression
Hypothèses / Méthode de calcul DDC / Choix des méthodes
Hypothèses / Méthode de Calcul DDC / Méthode Réglementaire

c) Générer / Poutres
Cette fonction permet de créer une poutre à l’étage actif.

Accès :
• Menu : Générer / Poutres

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

42 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Poutres.
2. Mettre à jour les statuts (si nécessaire).
3. Placer successivement à l’aide du (ou des) modes d’accrochage souhaité, les extrêmités
de la poutre. Ceci peut se faire dans toutes les vues.

La position de la poutre est déterminée par ses deux extrêmités, qu’il suffit de placer
successivement à l’aide du ou des mode(s) d’accrochage(s) souhaité(s) (voir les modes
d’accrochage ). Ceci peut se faire dans n’importe qu’elle vue.

! Remarque !
Quelque soit le niveau où sont accrochées les extrêmités de la poutre, cette dernière est systématiquement créée dans
le niveau actif à l’aplomb du segment ainsi défini.

Statuts
Ceux ci peuvent être spécifiés avant ou après la création de l’élément :
• Si les statuts sont spécifiés avant le dessin de l’élément sur la structure: ce dernier les
adopte et les éléments à venir les prennent par défaut.
• Pour appliquer des statuts à un élément après sa création, il suffit de le sélectionner et
de modifier le contenu de la zone de statuts qui apparaît alors.
• Pour plus de détails et les statuts communs à tous les éléments voir : Contrôle des
statuts .

Statuts propres aux poutres


 encastrement
Début ou Fin permet de modifier la condition d'appui à l'origine ou à l'extrémité de la poutre.
Par exemple, si une poutre repose ne repose que sur un poteau à l’une de ses extrêmités,
elle ne sera stable que si on active l'encastrement correspondant à cette extrémité.

 classe
Principale : si cette case est cochée la poutre est principale. Ceci permet de distinguer les
poutres primaires des poutres secondaires lorsque celle-ci se croisent, et que ne peut pas
déterminer automatiquement le rang. Par définition une poutre secondaire repose sur une
poutre primaire : voir Reports des charges dans les poutres (Manuel Technique).

! Remarque !
Si une poutre doit être suspendue à un voile, l'attribut "Principale" doit être désactivé, et l'attribut "charges relevées" du
voile doit, lui, être activé (voir Générer / Voiles).

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 43


ARCHE Ossature Edition août 2017

« chargement » : ce bouton ouvre une fenêtre permettant d'appliquer des charges


"externes" (ponctuelles, réparties, triangulaires) sur tout ou partie de cette poutre.

 Dimensions
Ce sont les dimensions et le ratio d'acier (ou quantité d’acier) de l'entité.
h,b : hauteur, largeur de la section de la poutre
R (/ml) : quantité d’acier par mètre linéaire de poutre

Si une ou plusieurs valeurs est laissée à 0, Ossature prédimensionne l'entité, en respectant


les valeurs non nulles. Si les valeurs sont imposées, elles peuvent être vérifiées par la
fonction Analyser / Vérifier Dimensions .

 Ferraillage sismique

Primaire : cette case est active quand l’élément poutre est déclaré comme devant être
ferraillé par un calcul précis (voir Hypothèses \ méthode de calcul – prédimensionnement ).
Au moment du calcul du ferraillage, le module poutre est lancé et l’élément calculé suivant l’
option choisie, à savoir : dispositions primaires si la case est cochée, secondaire sinon.

d) Générer / Poutres Chainées


Cette fonction permet de créer une suite de poutres dont chaque nouvel élément a pour point
de départ la fin du précédent.

Accès
• Par le menu Générer / Poutres Chaînées
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Poutre Chainées.
Il est identique à celui de la commande Générer / Poutres , sauf qu’il permet de générer une
succession de poutres sans avoir à accrocher le point de départ de chacune.

e) Générer / Panneaux de dalles


Cette fonction permet de génèrer un panneau de dalle à l’étage actif.

Accès
• Par le menu Générer / Panneaux de dalles

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

44 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Panneaux de dalles.
2. Mettre à jour les statuts (si nécessaire).
3. Placer successivement à l’aide du (ou des) modes d’accrochage souhaité, les sommets
de la dalle. Ceci peut se faire dans toutes les vues.

Le panneau de dalle généré est défini par la position de ses sommets. Ceux ci sont
successivement définis à l’aide du mode d’accrochage souhaité (voir les modes
d’accrochage ). Ceci peut se faire dans n’importe qu’elle vue.

! Remarque !
Quelque soit le niveau où sont accrochées les extrêmités du panneau de dalle, ce dernier est systématiquement créé
dans le niveau actif à l’aplomb des points ainsi définis.

Statuts
Ceux ci peuvent être spécifiés avant ou après la création de l’élément :
• Si les statuts sont spécifiés avant le dessin de l’élément sur la structure: ce dernier les
adopte et les éléments à venir les prennent par défaut.
• Pour appliquer des statuts à un élément après sa création, il suffit de le sélectionner et
de modifier le contenu de la zone de statuts qui apparaît alors.
• Pour plus de détails et les statuts communs à tous les éléments voir : Contrôle des
statuts .

Statuts propres aux panneaux de dalles

 Numérotation
La numérotation de la dalle fonctionne à la manière de celle des poutres. Il est possible de
saisir un numéro indicé pour indiquer au programme que l’élément est en continuité avec un
autre, dont le numéro a la même partie entière. Le statut de report de charge est alors
modifié en conséquence (voir plus bas).
Il n’est pas possible de saisir un numéro indicé dans le cas où l’option des poutres « calcul
en travée chargée/déchargée » est cochée.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 45


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Sens de portée

permet à l'utilisateur d'imposer des sens de portée privilégiés :

- en utilisant les icônes de sens de portée prédéfini : ceux placent des coefficients de
portance qu’il est possible de visualiser de la manière expliquée ci dessous.

- Les icônes de modification des sens de portée modifient aussi le repère local de la
dalle (visualisable par Options / Affichage / Police et Détail / Axes Locaux) :

- en cliquant sur l’icône ‘ ?’ et définition : des coefficients pondérant le report de


charges sur chaque côté peuvent être appliqués par l’utilisateur. Ainsi il est possible de ne
faire porter une dalle que sur trois côtés :

Il suffit pour ce faire de :


1. sélectionner la ligne dont le numéro correspond à celui de l’appui à décharger.
2. de mettre la valeur de « coefficient » à 0.

! Remarque !
Les dalles ne reposent que sur les éléments placés sur leur pourtour.
Les sens de portée sont considérés différemment suivant que le report de charges de dalle se fait par les lignes de
rupture ou par les éléments finis :

- ligne de rupture : les sens de portée ou les coefficients de chacun des côtés sont littéralement pris en compte, de
manière «
naturelle ». Il suffit pour s’en rendre de compte d’utiliser la commande Analyser / Partager en phase de calcul ou
d’exploitation.

- report EF : pour une dalle prise isolément : les porteurs situés sous des côtés dont les coefficients sont inférieurs au
seuil minimum de portance (valeur mini fixée dans la fenêtre Hypothèses / Méthode de calcul – ddc / Méthode
traditionnelle) ne sont pas pris en compte.

- report EF : pour un plancher dalle comportant plusieurs dalles en continuité (numérotation indicée) : la même règle
est suivie mais quand un élément porteur se trouve sous un côté commun à deux dalles, dont l’une ne porte pas
dessus du fait du coefficient du côté concerné, mais que l’autre panneau porte sur l’élément : l’élément est exporté et
les deux dalles portent dessus.

46 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Chargement

Neige : case à cocher pour qu’un chargement de neige soit généré sur la dalle lors
du calcul climatique.
Surcharge Q : dans le cas d’un report de charges aux éléments finis sur la dalle et lorsque
cette dalle appartient à nu ensemble continu de dalles (numérotation indicée) : trois cas de
charges sont générés vis à vis des surcharges Q :
- les dalles cochées chargées : chargées seules.
- les dalles non-cochées chargées : chargées seules.
- toutes les dalles chargées.

! Remarque !
La dalle ne reprend pas par défaut de charge autre que répartie sur toute sa surface.

 Dimensions
Ce sont les dimensions et le ratio d'acier de l'entité.
épaisseur : épaisseur de la dalle
R (/m²) : quantité d’acier par mètre carré de dalle

Si une ou plusieurs valeurs est laissée à 0, Ossature prédimensionne l'entité, en respectant


les valeurs non nulles. Si les valeurs sont imposées, elles peuvent être vérifiées par la
fonction Analyser / Vérifier Dimensions .

 Hypothèses MEF

Par défaut : cette case donne accès aux différentes modélisations éléments finis de la dalle.
Si l’utilisateur impose une modélisation dans cette case, les paramètres de Hypothèses /
Méthode de calcul DDC / Méthode élements finis sont ignorés pour cet élément en
particulier. Les modélisations disponibles sont :
· Non modélisée
· diaph. Indéformable
· Maillage de coque

X/Y : il s’agit de la dimension des mailles utilisées lors d’un calcul aux éléments finis. La
valeur par défaut est de 0.9m par 0.9m. Ces dimensions sont utilisées telles quelles pour un
calcul de contreventement, une descente de charges complète aux éléments finis, ou
simplement un calcul de dalle local aux éléments finis. Par contre lors de l’export de la dalle
pour un calcul dans le module Plaque : la plus petite des deux dimensions est conservée

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 47


ARCHE Ossature Edition août 2017

pour générer des mailles carrées.

 Report de charges

Il est possible, dans le cadre d’une descente de charges traditionnelle, de voir la distribution
de charges des dalles sur leurs porteurs, déterminée, soit :
- par la méthode des lignes de rupture.
- par le calcul aux éléments finis.
- « détection auto » : au moment de la modélisation le programme choisit la nature du
report de charges en fonction du type de plancher détecté suivant les directives saisies par
l’utilisateur dans la fenêtre : Hypothèses / Méthode de calcul DDC / Méthode éléments finis .

Cette case se grise dans deux cas :


- la dalle a une numérotation indicée : car alors le calcul s’effectue obligatoirement par
les éléments finis.
- L’option Calcul en travée chargée/déchargée a été sélectionnée dans la fenêtre
Hypothèses / Méthode de calcul – DDC / Réglementaire , ce qui n’est possible que si toutes
les dalles du modèle sont explicitement déclarée en « lignes de ruptures ».

! Attention !
Une dalle en console ne doit pas être calculée aux éléments finis pour la descente de
charges si elle n’est pas en continuité avec un autre panneau qui assure ainsi sa stabilité.

48 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

f) Générer / Fondations / Semelles isolées


Cette fonction permet de génèrer une semelle isolée dans le niveau actif.

Accès
• Par le menu Générer / Fondations / Semelles Isolées

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Fondations / Semelles Isolées.
2. Mettre à jour les statuts (si nécessaire).
3. Placer à l’aide du modes d’accrochage souhaité, le centre de la semelle de la semelle.
Ceci peut se faire dans toutes les vues.

! Remarque !
Quelque soit le niveau où est accroché la semelle, cette dernière est systématiquement créée dans le niveau actif à
l’aplomb du point ainsi défini.

Statuts
Ceux ci peuvent être spécifiés avant ou après la création de l’élément :
• Si les statuts sont spécifiés avant le dessin de l’élément sur la structure: ce dernier les
adopte et les éléments à venir les prennent par défaut.
• Pour appliquer des statuts à un élément après sa création, il suffit de le sélectionner et
de modifier le contenu de la zone de statuts qui apparaît alors.
• Pour plus de détails et les statuts communs à tous les éléments voir : Contrôle des
statuts .

Statuts propres aux semelles


Angle : correspond à un angle de rotation dans le plan.

chargement : ce bouton ouvre une fenêtre permettant d'appliquer une charge ponctuelle
"externe" (en plus de la descente de charges) sur cette semelle.

 Dimensions
Ce sont les dimensions et le ratio d'acier de l'entité.
a, b : longueur et largeur en plan.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 49


ARCHE Ossature Edition août 2017

épaisseur : épaisseur de la semelle.


R (/m²) : quantité d’acier par mètre carré de semelle.

Vous pouvez laisser ces valeurs à 0 si vous souhaitez que Ossature prédimensionne l'entité.
Vous pouvez également imposer des valeurs, celles-ci seront vérifiées automatiquement lors
des calculs de descente de charges.

 Hypothèses MEF
Actif : cocher cette case pour que le voile soit pris en compte dans le modèle éléments finis.

g) Générer / Fondations / Semelles Filantes


Cette fonction génère une semelle filante dans le niveau actif.

Accès :
• Par le menu Générer / Fondations / Semelles Filantes

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Fondations / Semelles Filantes.
2. Mettre à jour les statuts (si nécessaire).
3. Placer successivement à l’aide du (ou des) modes d’accrochage souhaité, les extrêmités
de la semelle filante. Ceci peut se faire dans n’importe qu’elle vue.
! Remarque !
Quelque soit le niveau où sont accrochées les extrêmités de la semelle, cette dernière est systématiquement créée
dans le niveau actif à l’aplomb du segment ainsi défini.

Statuts
Ceux ci peuvent être spécifiés avant ou après la création de l’élément :
• Si les statuts sont spécifiés avant le dessin de l’élément sur la structure: ce dernier les
adopte et les éléments à venir les prennent par défaut.
• Pour appliquer des statuts à un élément après sa création, il suffit de le sélectionner et
de modifier le contenu de la zone de statuts qui apparaît alors.
• Pour plus de détails et les statuts communs à tous les éléments voir : Contrôle des
statuts .

50 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Statuts propres aux semelles filantes


Chargement : ce bouton ouvre une fenêtre permettant d'appliquer des charges "externes"
(ponctuelles, réparties, triangulaires en plus de la descente de charges) sur tout ou partie de
ce voile.

 Dimensions
Ce sont les dimensions et le ratio d'acier de l'entité.
l : la largeur de la semelle.
épaisseur : épaisseur de la semelle.
R (/m²) : quantité d’acier par mètre carré de semelle.

Si une ou plusieurs valeurs est laissée à 0, Ossature prédimensionne l'entité, en respectant


les valeurs non nulles. Si les valeurs sont imposées, elles peuvent être vérifiées par la
fonction Analyser / Vérifier Dimensions .

 Hypothèses MEF
Actif : cocher cette case pour que le voile soit pris en compte dans le modèle éléments finis.

h) Générer / Fondations Automatiques


Cette fonction permet de génèrer automatiquement des fondations sous tout ou partie des
éléments porteurs.

Accès
• Par le menu Générer/Fondations/Automatiques

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie seulement.
Fonctionnement
Il existe deux modes de fonctionnement :
Application à tous les éléments du niveau inférieur
1. Ne sélectionner aucun élément.
2. Activer la fonction Générer / Fondations / Automatiques.

Des fondations sont automatiquement créées au niveau le plus bas de la structure (niveau
n°1).

Application aux éléments sélectionnés de tous niveaux


1. Sélectionner des éléments porteurs (poteau,voile).
2. Activer la fonction Générer / Fondations / Automatiques.
Des semelles sont automatiquement créées sous ces éléments, quelque soit le niveau
auquel ils appartiennent.

Les semelles générées sont de deux sortes : semelles isolées sous les poteaux, semelles

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 51


ARCHE Ossature Edition août 2017

filantes sous les voiles.

Il est possible de faire porter les poteaux sur des semelles filantes et les voiles sur des
semelles isolées mais il faut alors passer par la génération manuelle de semelle .

Voir aussi
Générer / Fondations / Semelle isolée
Générer / Fondations / Semelles continues

i) Générer / Parois
Cette fonction permet de générer des éléments parois.

Accès
• Par le menu Générer / Parois

• Icône :
Cette fonction est active seulement en phase de saisie.

Exemple de parois appliquée sur les façades

La paroi est une entité virtuelle qui se présente, se crée et se manipule comme un voile.
Néanmoins elle n’est pas résistante et ne pèse rien, son intérêt est d’être « sensible » au
vent. Elle reporte la pression de vent sur les planchers haut et bas de son niveau.
Pour étudier le contreventement d’une structure il convient donc d’en couvrir de parois les
surfaces imperméables au vent.

52 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Parois.
2. Mettre à jour les statuts (si nécessaire).
3. Placer successivement à l’aide du (ou des) modes d’accrochage souhaité, les deux
extrêmités de la paroi. Ceci peut se faire dans toutes les vues.

! Remarque !
Quelque soit le niveau où sont accrochées les extrêmités de la paroi, cette dernière est systématiquement créée dans
le niveau actif à l’aplomb du segment ainsi défini.

La hauteur de la paroi est celle de l’étage actif.

Statuts
Ceux ci peuvent être spécifiés avant ou après la création de l’élément :
• Si les statuts sont spécifiés avant le dessin de l’élément sur la structure: ce dernier les
adopte et les éléments à venir les prennent par défaut.
• Pour appliquer des statuts à un élément après sa création, il suffit de le sélectionner et
de modifier le contenu de la zone de statuts qui apparaît alors.

Statuts propres aux parois
Numéro : chaque paroi est numérotée

X+ : statut de la paroi au vent soufflant de X- vers X+


X- : statut de la paroi au vent soufflant de X+ vers X-
Y+ : statut de la paroi au vent soufflant de Y- vers Y+
Y- : statut de la paroi au vent soufflant de Y+ vers Y-
Les différents statuts possibles sont définis dans au chapitre Analyser / Neige et vent / Calcul
des statuts .

Coefficients :

Il s’agit des coefficients définis dans les NV65. Saisis par l’utilisateur ils ne seront pas
modifiés par la commande Analyser / Neige et vent / Calcul des ce-ci . Les données
climatiques prises en compte sont définies dans Hypothèses / Neige et vent .

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 53


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Générer / Parois sur sélection


Cette commande génère des parois sur un ensemble de poutres et de voiles sélectionnés.

Accès
• Par le menu Générer / Paroi sur sélection

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments poutre et/ou voiles.
2. Activer la fonction Générer / Parois sur sélection.

Les parois sont générées le long de chaque élément sélectionné, sur la hauteur du niveau
auquel il appartient.

Voir aussi
Générer / Paroi

k) Générer / Habillage / Lignes d'aide


Cette fonction permet de créer des lignes d’aide.

Accès
• Par le menu Générer/Habillage/ligne d’aide

• Icône :
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
Pour générer une ligne d’aide il faut :
1. Activer la fonction ‘Générer/Habillage/ligne d’aide’.
2. Placer successivement les deux extrêmités à l’aide du modes d’accrochage souhaité.

! Remarque !
Le calcul de la structure les ignore complètement.

Statuts
La couleur, le style de ligne sont paramétrables de façon globale . L’utilisateur peut cacher
l’affichage des lignes d’aide par l’icône .

Voir aussi
Fichier / Importer / DXF
Options / Affichage

54 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

l) Générer / Habillage / Files


Cette fonction permet de générer une file de construction. Ces éléments sont utiles pour
situer les éléments de structure : on dira par exemple d’un poteau qu’il se trouve à
l’intersection des files B et 5.

Accès
• Par le menu Générer / Habillage / File

• Icône :
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Générer / Habillage / File.
2. Saisir les statuts (si nécessaire).
3. Définir un point de passage à l’aide du modes d’accrochage souhaité.

Statuts
Nom : Contient le nom de la file. S’il choisit une lettre ou un chiffre ceux-ci seront
automatiquement incrémentés au fur et à mesure de la création des files.

 Placement
Une file peut être justifiée :
icône à droite à droite
icône à gauche à gauche
icône au milieu au milieu
par rapport au point de passage initialement défini (voir plus haut).

« Long. » : par défaut les files font 50m de long.

« Angle » : il s’agit de l’angle que fait la file sur l’horizontale. La convention de signe est le
sens trigonométrique

L’utilisateur peut afficher ou masquer les files à l’aide de l’icône .

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 55


ARCHE Ossature Edition août 2017

m) Générer / Habillage / Cotations


Cette fonction permet de générer une ligne de cotation.

Accès
• Par le menu Générer / Habillage / Cotation
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
Pour générer une cotation il faut :
1. Activer la fonction Générer / Habillage / Cotation.
2. Saisir les statuts (si nécessaire).
3. Placer successivement les deux extrêmités à l’aide du ou des modes d’accrochage
souhaités.

! Attention !
La génération d’une ligne de cotation ne peut s ‘effectuer que dans l’une des trois vues n°1,2,3 (voi r changement de
vue )

Statuts
Numéro : chaque cotation porte un numéro entier. Dans un niveau, deux cotations ne
peuvent avoir le même numéro. Mais il est à noter que les niveaux sont indépendants de ce
point de vue, la numérotation peut partir de 1 à chaque étage.

Type : la cotation peut être orientée dans diverses directions :

Alignée : elle est parallèle au segment reliant ses deux points de définition.

Horizontale : la cotation est mise à l’horizontale. Elle donne la distance séparant la


projection des deux points de définition sur l’horizontale.

Verticale : la cotation est mise à la verticale. Elle donne la distance séparant la projection
des deux points de définition sur la verticale.

Angulaire : permet de saisir une cotation angulaire : l’utilisateur définit par deux points la
direction origine de la mesure angulaire puis, la définition d’un troisième point fixe l’ouverture
de la cotation.

56 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Pos : la valeur de la cotation peut être justifiée : à droite, à gauche, ou au milieu de la ligne
de cotation.

Valeur : par défaut cette case contient la distance séparant les deux points côtés. Mais il est
possible en cliquant sur le petit carré qui la jouxte à gauche d’en modifier le contenu pour y
placer des expressions aussi bien alphabétiques que numériques.

! Attention !
La cotation est effectuée avec l’unité de longueur en cours, mais si on change cette unité après coup la valeur de la
cotation ne change pas.

Voir aussi
Modes accrochages
Changement de vue
Options / Unités

n) Générer / Habillage / Textes


Cette fonction permet de générer un texte sur la représentation graphique de la structure. Le
message est appliqué le long d’un segment que l’utilisateur positionne sur le modèle.

Accès
• Par le menu Générer / habillage / texte
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
Pour créer un texte il faut :
1. Activer la fonction Générer / habillage /texte.
2. Saisir les statuts (si nécessaire).
3. Placer les deux extrêmités du segment supportant le texte à l’aide du ou des modes
d’accrochage souhaité.

Numéro : chaque texte porte un numéro entier. Dans un niveau deux textes ne peuvent
avoir le même numéro mais, il est à noter que les niveaux sont indépendants de ce point de
vue. La numérotation peut partir de 1 à chaque étage.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 57


ARCHE Ossature Edition août 2017

Position : le texte peut être jusitifié par rapport aux deux points de création le long de cet
axe : à gauche, au centre, à droite.

Texte : contient le message à afficher (aussi bien alphabétique que numérique).

Taille : taille des caractères du message.

Voir aussi
Modes accrochages
Changement de vue

58 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

3.- Commandes du menu Modifier

a) Modifier / Etages
Cette commande gère la création et la suppression des étages du modèle.

Accès
• Par le menu Modifier / Etages
Cette fonction n’est active que en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Modifier / Etages.
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
3. Refermer par la croix en haut à droite, ou la touche Echap, le contenu de la fenêtre est
enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


 Création / Etage Actif
Toute création de niveau se fait par rapport à l’étage actif en cours (en couleur à l’écran).
L’utilisateur peut donc suivant les boutons cochés :
« En recopiant » : créer ‘n’ niveaux dupliquant l’étage actif au dessus de celui ci.
« Vide » : créer ‘n’ niveaux ne contenant aucun élément au dessus de celui ci.

 Suppression de l’étage actif


« supprimer » : supprime l’étage actif après la validation de la fenêtre. Attention : il n’y a
pas de fenêtre de confirmation de suppression de l’étage actif.
! Attention !
Il n’est pas possible de créer ou de déplacer des entités vers un étage non créé.

Pour insérer un niveau sous le premier niveau, il suffit de :


1. Rendre actif le premier niveau.
2. Le dupliquer une fois (case En recopiant de la fonction Modifier/Etage).
3. Effacer le contenu du nouveau niveau le plus bas et d’y placer les éléments souhaités.

L’icône copie l’étage actif dans un nouveau niveau créé juste au dessus.

Voir aussi
Options / Affichage
Contrôle des étages

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 59


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Modifier / Attributs / Statuts


Cette commande permet de modifier les statuts d’un ensemble d’éléments identiques.

Accès :
• Par le menu Modifier / Attributs / Statuts
Cette fonction est active dans toutes les phases

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments de même nature.
2. Activer la fonction Modifier / Attributs / Statuts.
3. Mettre à jour les valeurs souhaitées.
4. Refermer à l’aide de OK ou ANNULER.

Contenu de la boite de dialogue


A l’ouverture de la fenêtre, tous les boutons sont "inactifs". Si l’utilisateur clique dans le
champ d’une grandeur pour modifier une valeur, celui ci "s'active" et son aspect est modifié.

bouton inactivé (écrit bouton activé (écrit en noir)


en gris)

Si l’utilisateur quitte la fenêtre en validant, seuls les informations contenues dans les boutons
"activés" sont transmises aux entités sélectionnées.
Il peut à tout moment Désactiver les boutons de la fenêtre, en cliquant sur le bouton
correspondant.

Exemple pour les poutres :

60 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

c) Modifier / Attributs / Matériaux


Cette commande permet de modifier le matériau d’une sélection d’éléments.

Accès
• Par le menu Modifier / Attributs / Matériaux.
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble quelconque d’éléments de structure.
2. Activer la fonction Modifier / Attributs / Matériaux.
3. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
4. Refermer à l’aide de OK ou ANNULER.

Contenu de la boite de dialogue


Matériau :un clic sur le nom du matériau proposé par défaut fait apparaître la liste des
matériaux disponibles. Choisir dans celle ci le matériau souhaité et valider.

Le matériau est appliqué aux éléments sélectionnés.

! Attention !
Pour cette fonction d'affectation globale, il est du ressort de l'utilisateur, de vérifier que le matériau choisi est compatible
avec chaque entité sélectionnée. De toute manière, ce type d'erreur sera détecté , lors de la phase de vérification .

Voir aussi
Hypothèses / Matériaux

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 61


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Modifier / Attributs / Dimensions


Cette commande permet de modifier les dimensions contenues dans les statuts d’un
ensemble d’éléments de même nature.

Accès
• Par le menu Modifier / Attributs / Dimensions.
Cette fonction est active dans toutes les phases

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments.
2. Activer la fonction Modifier / Attributs / Dimensions.
3. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
4. Refermer à l’aide de OK ou ANNULER.

Contenu de la boite de dialogue


 initial
Les modifications à effectuer s’appliquent aux éléments sélectionnés dont les dimensions
sont comprises entre les bornes modifiables. Par défaut ces bornes sont « 0 » et « +INF »
(+ infini).

 final
Ce cadre contient les dimensions ou ratio d’acier à appliquer. Pour qu’une dimension soit
modifiée et prenne la valeur de ce cadre, il faut que la case carrée la jouxtant soit cochée, ce
qui a pour effet « d’allumer » le champs de saisie correspondant. Si le champs de saisie est
grisé, aucune modification ne portera sur la grandeur.

! Attention !
Dès qu’une dimension d’un élément est remise à zéro, son ratio d’acier est ramené à zéro.

62 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

e) Modifier / Attributs / Chargements


Cette fonction permet la modification ou l’ajout de charges, appliquées par l’utilisateur, sur un
ensemble d’éléments sélectionnés.

Accès
• Par le menu Modifier / Attributs / Chargements
Cette fonction est n’est active qu’en phase de saisie

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments de même nature.
2. Activer la fonction Modifier / Attributs / Chargements.
3. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
4. Refermer la fenêtre à l’aide de OK ou ANNULER.

Contenu de la boite de dialogue


Pour qu’une modification prenne effet, il faut cocher la case à gauche de la grandeur à
modifier, alors celle ci « s’active » et devient accessible. L’utilisateur peut alors saisir la
valeur de la charge. Une valeur grisée à côté d’une case non cochée ne sera pas prise en
compte.

Voici la façon dont les charges saisies sont interprétées :

Elément Nature de la Unité de la charge saisie


modification
Dalle Modification de la Force / m² : appliquée
charge saisie par uniformément sur toute la dalle
l’utilisateur

Poteau Modification de la Force ponctuelle : appliquée en


charge saisie par tête du poteau
l’utilisateur

Semelle Isolée Modification de la Force ponctuelle : appliquée au


charge saisie par centre de la semelle
l’utilisateur

Poutre Ajout d’un chargement Force / ml appliquée sur toute la


longueur de la poutre

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 63


ARCHE Ossature Edition août 2017

Voile Ajout d’un chargement Force / ml appliquée sur toute la


longueur du voile

Semelle Filante Ajout d’un chargement Force / ml appliquée sur toute la


longueur de la semelle

Voir aussi
Options / Unités

f) Modifier / Attributs / Dégressions


Cette commande permet d’affecter des valeurs aux coefficients de dégression verticale de
surcharge (norme NFP 06-001 : « Base de calcul des constructions. Charges
d’exploitation des bâtiments »).

Accès
• Par le menu Modifier / Attributs / Dégression
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie, dans le cas où l’utilisateur prend en
compte une dégression verticale des surcharges.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Modifier / Attributs / Dégression.
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
3. Refermer la fenêtre à l’aide de OK ou ANNULER.

Contenu de la boite de dialogue

64 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Coefficients appliqués
L’utilisateur indique pour chaque niveau le coefficient multipliant les surcharges dans le cadre
de la dégression. Ce coefficient est ensuite automatiquement affecté aux poteaux et voiles
des étages respectifs.

Depuis le niveau le plus élevé dont l’utilisateur indique le numéro, les coefficients sont
appliqués aux étages de la manière suivante : le plus élevé reçoit le premier coefficient du
haut de la colonne et la distribution se poursuit en descendant respectivement dans les
niveaux et la colonne de valeurs.
La valeur du coefficient est bornée à 0.5.

! Remarque !
Les valeurs des coefficients à appliquer sont données par la norme NFP 06-001 : « Base de calcul des
constructions. Charges d’exploitation des bâtiments »

Voir aussi
Hypothèses / Méthodes de Calcul DDC / Méthode réglementaire

g) Modifier / Attributs / Associer Dalles

Cette fonction permet d’associer des dalles pour les rendre continues lors du calcul aux
éléments finis du report de leur chargements.

Accès
· Par le menu Modifier / Attributs / Associer Dalles
· Par l’icône de la palette d’icônes de saisie :

Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie, lorsque l’hypothèse de calcul des poutres
« travée chargée/déchargée » n’est pas active.

Fonctionnement

1. Sélectionner les dalles à associer (attention elles doivent former un ensemble continu).
2. Activer la fonction Modifier / Attributs / Associer Dalles.

La numérotation des dalles est modifiée : chaque dalle reçoit un numéro indicé. La continuité
est exprimée par le fait que tous ces numéros ont la même partie entière. Il est ainsi possible
sur un même niveau d’avoir plusieurs ensembles indépendants les uns des autres, mais au
sein desquels les dalles sont continues.
Le type de report de charges est automatiquement fixé à « Report EF ».

! Remarque !

Il est possible d’associer les dalles en leur affectant manuellement une numérotation indicée.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 65


ARCHE Ossature Edition août 2017

h) Modifier / Attributs / Dissocier Dalles

Cette fonction permet de dissocier des dalles à la numérotation indicée.

Accès

· Par le menu Modifier / Attributs / Dissocier Dalles

· Par l’icône de la palette d’icônes de saisie :

Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie

Fonctionnement

1. Sélectionner les dalles à associer (il n’y a pas de contrainte sur la géométrie de
l’ensemble sélectionné).

2. Activer la fonction Modifier / Attributs / Dissocier Dalles.

Les dalles sélectionnées sont renumérotées sans indice, leur type de report de charge est
passé en « Détection Auto ».
Il est possible de modifier manuellement le numéro de la dalle pour lui retirer son indice.

! Attention !

Lors de la dissociation de quelques dalles d’un groupe auparavant associé, il faut prendre
garde à ne pas rompre la continuité entre les dalles restantes du groupe. Dans ce cas une
erreur serait générée au moment du calcul.

66 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Modifier / CAO / Copier


Cette fonction permet la copie par translation, rotation, ou symétrie des éléments
sélectionnés.

Accès
• Par le menu CAO / Copier
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Sélectionner les éléments à copier.
2. Activer la fonction Modifier / CAO / Copier.
3. Mettre à jour le contenu de la fenêtre (si nécessaire).
4. Refermer la fenêtre à l’aide de OK ou ANNULER.

Contenu de la boite de dialogue


 Direction
Dans le plan : dans l'étage actif, c'est une translation, une rotation ou une symétrie.
au dessus : vers l’étage situé au dessus.
au dessous : vers l'étage situé au dessous.

Dans le cas de au dessus et au dessous, le déplacement est alors forcément une


translation strictement verticale, il n’y a pas lieu de saisir de vecteur de translation.

 Translation
dx, dy : coordonnées du vecteur de translation dans le plan. Ces dernières peuvent être
saisies manuellement, ou automatiquement grâce la commande Outils / Coordonnées
utilisée de la manière suivante :

1. sélectionner des éléments à copier


2. activer de Outils / Coordonnées
3. pointer le premier et le second point du vecteur de translation à l’aide des modes
d’accrochage appropriés.
4. ouvrir la fenêtre de copie (commande Modifier / CAO / Copier)

relatif grille :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 67


ARCHE Ossature Edition août 2017

Par défaut les coordonnées du vecteur de translation sont données dans le repère global
(celui affiché en bas à gauche de l’écran).

Mais si cette case est cochée, les coordonnées du vecteur sont considérées dans le repère
parallèle aux axes de la grille . Les axes de la grille pouvant être orientés suivant un angle
choisi, l'utilisation d'un repère associé à celle ci permet d'incliner le vecteur de translation.

 Cadre Rotation / Symétrie


Dans le cadre d’une copie dans le plan il est possible d’effectuer une symétrie ou une
rotation :

Si le boutons pYZ ou pXZ est coché : Il s’agit d’une symétrie. Par le point de coordonnées
x, y passe le plan de symétrie parallèle à celui coché.

Si un angle est saisi : Il s’agit d’une rotation. Le point de coordonnées x, y en définit le


centre. L’unité angulaire est le degré, et la mesure se fait dans le sens trigonométrique.

Saisie des coordonnées x, y :


Pour une rotation ou une symétrie, il est possible de capturer les coordonnées de ce point
par une procédure identique à celle vue plus haut pour le vecteur mais appliquée à un seul
point.

nombre de copies : dans le cadre d’une translation ou d’une symétrie l’utilisateur spécifie le
nombre de copies à effectuer.

! Remarque !
Il est à noter que dans le cas d’une copie multiple les transformations géométriques s’enchaînent en repartant de la
position du dernier élément créé.

Voir aussi
Outils / Coordonnées
modes d’accrochage
Outils / Grille

68 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Modifier / CAO / Déplacer


Cette commande permet de déplacer une sélection d’éléments, par translation, rotation, ou
symétrie.

Accès
• Par le menu CAO / Déplacer
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Sélectionner les éléments à déplacer.
2. Activer la fonction Modifier / CAO / Déplacer.
3. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
4. Refermer la fenêtre à l’aide de OK ou ANNULER.

Contenu de la boite de dialogue


 Direction
Dans le plan : dans l'étage actif, c'est une translation, une rotation ou une symétrie.
au dessus : vers l’étage situé au dessus.
au dessous : vers l'étage situé au dessous.

Dans le cas de au dessus et au dessous, le déplacement est alors forcément une


translation strictement verticale, il n’y a pas lieu de saisir de vecteur de translation.

 Translation
dx, dy : coordonnées du vecteur de translation dans le plan. Ces dernières peuvent être
saisies manuellement, ou automatiquement grâce la commande Outils / Coordonnées
utilisée de la manière suivante :

1. Sélectionner des éléments à déplacer.


2. Activer de Outils / Coordonnées .
3. Pointer le premier et le second point du vecteur de translation à l’aide des modes
d’accrochage appropriés.
4. Ouvrir la fenêtre de copie (commande Modifier / CAO / Déplacer).

relatif grille :
Par défaut les coordonnées du vecteur de translation sont données dans le repère global
(celui affiché en bas à gauche de l’écran).

Mais si cette case est cochée, les coordonnées du vecteur sont considérées dans le repère

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 69


ARCHE Ossature Edition août 2017

parallèle aux axes de la grille . Les axes de la grille pouvant être orientés suivant un angle
choisi, l'utilisation d'un repère associé à celle ci permet d'incliner le vecteur de translation.

 Cadre Rotation / Symétrie


Dans le cadre d’un déplacement dans le plan il est possible d’effectuer une symétrie ou une
rotation :

Si le boutons pYZ ou pXZ est coché : Il s’agit d’une symétrie. Par le point de coordonnées
x, y passe le plan de symétrie parallèle à celui coché.

Si un angle est saisi : Il s’agit d’une rotation. Le point de coordonnées x, y en définit le


centre. L’unité angulaire est le degré, et la mesure se fait dans le sens trigonométrique.

Saisie des coordonnées x, y :


Pour une rotation ou une symétrie, il est possible de capturer les coordonnées de ce point
par une procédure identique à celle vue plus haut pour le vecteur mais appliquée à un seul
point.

Voir aussi
Outils / Coordonnées
modes d’accrochage
Outils / Grille

k) Modifier / CAO / Supprimer


Cette commande supprime une sélection d’éléments.

Accès
• Par le menu Modifier / CAO / Supprimer
• Raccourci : Suppr
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie

Fonctionnement
Cette fonction efface l’ensemble des entités sélectionnées .

! Attention !
Il n’y a pas de fenêtre de confirmation d’effacement.

70 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

l) Modifier / CAO / Relimiter


Cette commande permet d’allonger ou de raccourcir une ou plusieurs entités jusqu’à l’axe
d’une autre.

Accès
• Par le menu Modifier / CAO / Relimiter
• Raccourci : ALT + R
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments linéaires (poutres, voiles, semelles filantes).
2. Activer la fonction : Modifier / CAO / Relimiter , le curseur de la souris se transforme en
une paire de ciseaux.
3. Cliquer avec la pointe gauche du ciseaux assez prêt de l’entité « relimitante » pour que
celle ci s’allume en rouge, une petite croix de la même couleur apparaît sous la pointe
gauche des ciseaux.
4. Appuyer sur la touche ENTREE pour valider l’opération.

Position de la croix rouge :


Dans le cas d’un allongement, le demi plan (défini par l’axe rouge) dans lequel on clique
n’importe pas.
Dans le cas d’un raccourcissement, c’est à dire de la suppression d’une partie d’un élément
: c’est la partie située dans le demi plan, défini par l’axe rouge, dans lequel on place la croix
qui sera conservée.

Par exemple :

Entité de
relimitation

Entités relimitées

Partie Croix indiquant le côté


disparaissant à conserver

! Remarque !
Lors de la sélection de l’élément limite, cliquer sur le bouton de la souris droite après avoir mis en rouge une entité fait
tourner cette sélection sur celles qui l’entourent.

Il est possible de relimiter deux entités filaires deux à deux en une seule opération :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 71


ARCHE Ossature Edition août 2017

1. Sélectionner les deux entités.


2. Activer Modifier / CAO / Relimiter.
3. Placer la croix rouge (à l'aide du petit ciseaux) du côté, de l’axe sélectionné en rouge, où
se trouve la partie à conserver des entités relimitées, mais sans sélectionner un troisième
entité !
4. Valider par ENTREE.

Il est à noter que des éléments ne se croisant pas physiquement peuvent quand même être
relimité l’un par rapport à l’autre.

Si la relimitation est faite par rapport à un élément ponctuel comme un poteau sur lequel
n’est pas axé l’élément relimité, la nouvelle limite de l’élément est définie par rapport à la
perpendiculaire à son axe qui passe par le poteau.

Elément relimité

poteau

Voir aussi
Modifier / CAO / Couper

m) Modifier / CAO / Couper


Cette commande coupe en deux parties les éléments sélectionnés suivant l’axe d’un autre.

Accès
• Par le menu Modifier / CAO / Couper
• Raccourci ALT + C
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments linéaires (poutres, voiles, semelles filantes).
2. Activer la commande Modifier / CAO / Couper, le curseur de la souris se transforme en
une paire de ciseaux.
3. Cliquer à l’aide de la pointe gauche des ciseaux sur l’axe de l’élément le long duquel la
coupe va être réalisée. S’il est correctement sélectionné il devient rouge. N’importe quel
élément peut être l’élément coupant sauf les dalles.
4. Appuyer sur ENTREE pour valider la coupe.

72 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Par exemple :

Eléments Eléments
1 1 coupés
coupés
2 3

2
3 5
4

6
Elément Elément
coupant coupant

! Remarque !
Lors de la sélection de l’élément limite, cliquer sur le bouton de la souris droite après avoir mis en rouge une entité fait
tourner cette sélection sur celles qui l’entourent.

Il est possible de couper des éléments par rapport à un poteau. Si ces éléments ne passent
pas sur le poteau, c’est alors la direction perpendiculaire à leur axe et passant par le poteau
qui sert d’axe de coupe :

Elément coupé

Poteau
sélectionné

Axe de
coupe

Il est à noter que les dalles peuvent être coupées suivant la même procédure par des axes
de voile, poutre, ou semelle filante et même des poteaux.

Exemple : découpe d’une dalle par un poteau :

La découpe d’une dalle par un poteau se fait suivant les deux axes perpendiculaires qui
passent par le poteau et qui sont parallèles aux sens de portées de la dalle.

poteau

voir aussi
Modifier / CAO / Relimiter

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 73


ARCHE Ossature Edition août 2017

n) Modifier / CAO / Relimiter automatiquement


Cette commande relimite automatiquement les entités.

Accès
• Par le menu Modifier / CAO / Relimiter Automatiquement
Cette fonction n’active qu’en phase de saisie

Fonctionnement
1. Activer la commande Modifier / CAO / Relimiter Automatiquement.

Ossature se représentant les éléments sous forme d’axe, si l’utilisateur effectue une saisie
basée directement sur les cotations du coffrage il arrivera à la situation suivante :

Alors qu’il voulait modéliser ceci :

vue de dessus d’un angle de mur


poutre

poutre Axe des


voile éléments
voile

modèle tel qu’ossature se le représente

Le modèle alors tel que se le représente ossature ne convient pas. En effet les axes doivent
être connectés. Il faut obtenir un modèle « fil de fer ». La fonction Relimiter
automatiquement permet de s’y ramener :

poutre poutre

voile voile
Axe des Axe des
éléments éléments
devient

Cette fonction est en particulier utile lors des importations de fichier DXF de coffrage et de la
création d’axes qui s’ensuit puisque celle ci s’appuie sur les dimensions du coffrage, comme
dans l’exemple vu plus haut.

Voir aussi
Fichier / Importer / DXF
Fichier / Importer / ALLPLAN
Modifier / CAO / Relimiter
Modifier / CAO / Axe
Modifier / CAO / Aligner

74 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

o) Modifier / CAO / Axe


Cette fonction génère un élément à partir d’une sélection de deux ou trois axes d’éléments
linéaires.

Accès
• Par le menu Modifier / CAO / Axe
• Raccourci : Fin
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Sélectionner deux entités linéaires dans le même plan
2. Activer la fonction Modifier / CAO / Axe :

Un nouvel élément est généré : Son axe est à mi distance de ceux des éléments guide

Le paramétrage de la création d’éléments par cette fonction s’effectue dans la fenêtre


Options / CAO : l’utilisateur peut y spécifier la nature des éléments à générer, leur
dimensionnement (automatique ou non), la suppression automatique des entités « guide ».

Si les entités linéaires sélectionnées ne sont pas parallèles, l’axe créé suit leur bissectrice.

! Remarque !
il est possible d’utiliser trois entités pourvu que deux d’entre elles soient alignées

deux entités trois entités

Cette fonction est particulièrement utile lors de la récupération de fichiers DXF de plan de
coffrage, car elle permet de régénérer rapidement les axes de voiles et de poutres à partir de
leur dessin. Il suffit de sélectionner les deux lignes d’aide des grands côtés du coffrage et de
presser la touche <FIN>, un voile ou une poutre (suivant le contenu de Options / CAO ) est
généré avec la bonne épaisseur (la distance séparant les deux lignes d’aide dans le cas où
l’utilisateur a choisi prédimensionnement automatique dans Options / CAO ).

Voir aussi
Modifier / CAO / Aligner
Modifier / CAO / Relimiter Automatiquement
Options / CAO
Fichier / Importer / DXF

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 75


ARCHE Ossature Edition août 2017

p) Modifier / CAO / Aligner


Cette fonction aligne un ensemble d’éléments sur l’axe d’un autre.

Accès
• Par le menu Modifier / CAO / Aligner
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments
2. Activer la fonction : le curseur de la souris se transforme en une paire de ciseaux
3. Cliquer à l’aide la pointe gauche des ciseaux l’élément par rapport auquel l’alignement va
se produire, l’entité désignée doit devenir rouge.
4. Appuyer sur la touche ENTREE pour valider l’alignement.

Si un élément linéaire sert d’axe d’alignement : les élément sélectionnés en vert sont
projetés orthogonalement sur la direction de l’axe de l’entité d’alignement.

Exemple : des poteaux à aligner sur une poutre :

Si un élément ponctuel sert de point d’alignement : les éléments sélectionnés en vert sont
translatés de sorte que leurs axes passent par celui de l’élément ponctuel.

Exemple :

voir aussi
Fichier / Importer / DXF
Fichier / Importer / ALLPLAN

76 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

q) Modifier / Fusionner
Cette fonction supprime automatiquement toutes les entités invalidant la modélisation.

Accès
• Par le menu Modifier / CAO / Fusionner
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Modifier / CAO / Fusionner.

Les entités suivantes sont supprimées :

Dégénérées : c'est le cas des éléments linéaires de longueur nulle (poutres, voiles, ...), des
éléments surfaciques de surface nulle.
Présentes en double : Lorsque deux poutres, deux poteaux, deux voiles sont situés au
même endroit, Ossature supprime l'élément dont le numéro est le plus élevé, parce qu'il est
supposé avoir été crée en dernier.
Incluses dans une autre : Lorsqu'une poutre est confondue avec une autre poutre, mais
que sa longueur est inférieure à celle-ci, l’utilisateur peut considérer qu'elle y est incluse, et
donc la supprimer.

La vérification de ces "inclusions" ou de la proximité des éléments se fait à une certaine


tolérance près. Cette tolérance est paramétrable par l'utilisateur.

! remarque !
Cette fonction s’applique à tous les éléments du modèle indépendamment de la sélection ou de l’affichage en cours.

Voir aussi
Fichier / Importer / DXF
Fichier / Importer / ALLPLAN

r) Modifier / Renuméroter
Cette fonction renumérote tous les éléments du modèle.
Accès
• Par le menu Modifier / Renuméroter
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie
Fonctionnement
1. Activer la fonction Modifier / Renuméroter

Cette commande permet de supprimer les "trous" dans la numérotation du modèle.


A la fin de cette opération, toutes les poutres de chaque l'étage sont numérotées de 1 à N
sans discontinuité (si N est le nombre de poutres), les voiles de chaque l'étage sont
numérotés de 1 à M sans discontinuités (si M est le nombre de voiles), ...

! Attention !
La numérotation des éléments dans les étages est indépendante, chaque étage a une poutre n°1, un voile n°1, etc ….
Elle ne réordonne les éléments (l’ordre est conservé).

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 77


ARCHE Ossature Edition août 2017

! remarque !
Cette fonction s’applique à tous les éléments du modèle indépendamment de la sélection ou de l’affichage en cours.
L’utilisateur peut être amené dans certains cas à travailler en saisie sur un fichier d’analyse. Dans ce cadre des
problèmes de numérotation due à la manipulation du modèle peuvent apparaître, par exemple :

1.3

1.2

1.4

1.1

Voile maillé

La numérotation du voile n’est ni strictement croissante ni strictement décroissante, le programme génère alors une
erreur au calcul. La fonction Renuméroter ne corrige pas ce genre de problème. Dans ce cas de figure il vaut mieux
redessiner l’élément original dans lequel 1.1, 1.2, 1.3, 1.4 ont été découpés.
Voir aussi
Fichier / Importer / DXF
Fichier / Importer / ALLPLAN

s) Modifier / Couper Dalle


Cette fonction découpe automatiquement des dalles suivant leurs porteurs.
Accès
• Par le menu Modifier/Couper Dalle

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.
Fonctionnement
1. Sélectionner une ou plusieurs dalle(s).
2. Activer la fonction Modifier / Couper Dalle.
La dalle est découpée suivant les axes des éléments voiles ou poutres qui joignent deux de
ses côtés. Le même principe de découpage est appliqué aux panneaux générés par la
fonction.
Par exemple :
Le panneau de dalle suivant :

Poutre voile ou console de


poutres l’étage supérieur

donne les panneaux de dalle :

78 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Cette fonction s’applique aussi à une sélection de plusieurs dalles.


Elle permet un gain de temps très important dans la saisie des modèles
Pour générer l'ensemble des dalles d'un niveau, procédez de la façon suivante :
1. Créer une seule dalle pour tout l'étage s'appuyant sur l'enveloppe globale du bâtiment.
Donner à cette dalle le chargement le plus fréquent pour l'étage étudié.
2. Sélectionner cette dalle.
3. Utiliser la commande Modifier / Couper Dalle ou l'icône équivalente.
4. La dalle se décompose alors en autant de panneaux que nécessaire.
5. Sélectionner les panneaux "en trop" (correspondant aux trémies), ... et les supprimer.
6. Sélectionner les panneaux ayant des chargements différents et les modifier en une seule
fois en utilisant la commande Modifier / Attributs / Chargements.
voir aussi
Modifier / CAO / Couper

t) Modifier / Mode Saisie


Cette commande , active en phase d’analyse et exploitation, permet de revenir en phase de
saisie.
Accès
• Par le menu Modifier / Mode Saisie

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase d’analyse et d’exploitation.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Modifier / Mode Saisie.
2. Cocher l’option souhaitée.
3. Refermer la boite de dialogue par Ok ou Annuler.

Contenu de la boite de dialogue


ouvrir le fichier de saisie : cette option ouvre le fichier de saisie tel qu’il était avant avant
que l’option Analyser / Modéliser ne soit lancée.
reprendre la saisie sur le fichier en cours : cette option écrase le fichier de saisie tel qu’il
était avant le passage en phase d’analyse par celui en cours.

! Attention !

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 79


ARCHE Ossature Edition août 2017

Il est fortement recommandé de toujours utiliser l’option « ouvrir le fichier de saisie ». En effet « reprendre la saisie
sur le fichier en cours » risque de poser des problèmes si l’utilisateur modifie alors la numérotation mise en place par
le programme, ou bien crée des éléments entraînant une modification de celle ci.

Exemple :
Création d’un poteau sous une poutre déjà découpée :

Phase de Phase
1 saisie d’analyse
1.1

1.2

A na lyser /
m odé liser

Retour en phase de Numérotation


saisie par reprise de la incorrecte de la file
saisie sur le modèle en 1.3
1.1
cours.
1.4
1.2 1.2

Analyser /
Nouveau modéliser Nouveau
poteau poteau

Voir aussi
Analyser / Vérifier
Analyser / Modéliser

80 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

4. Commandes du menu Hypothèses

a) Hypothèses / Bâtiment

Cette fonction permet la saisie et la mise à jour d’informations relatives au contexte du


modèle.

Accès
• Par le menu Hypothèses / Bâtiment
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Hypothèses / Bâtiment.
2. Mettre à jour le contenu de la fenêtre (si nécessaire).
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou la touche Echap : son contenu est
enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


Variante : l’utilisateur peut indiquer une ou deux lettres décrivant la Variante du bâtiment.
NGF :contient le niveau NGF de la structure.

Ces deux informations seront reprises dans les documents générés automatiquement par le
programme. La lettre de la variante est de plus utilisée dans la génération du nom des
éléments ferraillés (poutre, poteau,…) lorsque l’utilisateur les exporte de ossature vers les
modules de ferraillage. Cette fonctionnalité lorsque deux séries d’exportation sont effectuées
et qu’on souhaite en comparer les résultats.

Voir aussi
Fichier / Nouveau
Fichier / Exporter / Arche

b) Hypothèses / Matériaux
Cette commande permet de créer et paramétrer le catalogue des matériaux disponibles dans
ossature.

Accès
• Par le menu Hypothèses / Matériaux.
Les paramètres de cette fonction ne sont actifs qu’en phase de saisie.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 81


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
 A. Création d’un nouveau matériau :
1. Activer la fonction Hypothèses / Matériaux
2. Cliquer sur le bouton « Ajouter »
3. Mettre à jour les paramètres contenus dans la boite de dialogue
4. Refermer par la croix en haut à droite de la boite de dialogue, ou par la touche Echap :
son contenu est enregistré.

! Remarque !
La fonction Ajouter crée un nouveau matériau reprenant les caractéristiques de celui sélectionné. Aussi, avant de
cliquer sur Ajouter, si le nouveau matériau dérive d’un matériau existant, il faut sélectionner ce matériau parent dans la
liste.

 B. Modification d’un matériau existant :


1. Activer la fonction Hypothèses / Matériaux
2. Sélectionner dans la colonne « Matériaux » celui à modifier en cliquant sur son nom
3. Mettre à jour les paramètres contenus dans la boite de dialogue
4. Refermer par la croix en haut à droite de la fenêtre, ou par la touche Echap : son contenu
est enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


 Matériaux
Cette colonne contient l’ensemble des matériaux disponibles. La sélection d’un matériau
entraîne l’affichage de ses caractéristiques dans les champs correspondants.

 Eléments
Cette colonne contient les éléments auxquels s’applique le matériau dont le nom est
sélectionné dans la colonne matériaux.
Par exemple : il est possible de créer un matériau « Parpaing » et de ne lui associer que
l’élément voile.

 Caractéristiques générales
Libellé : contient un court texte décrivant le matériau et apparaissant dans le métré
de la structure.
Nom : contient le nom du matériau.
Densité : densité du matériau : utiliser pour le calcul de poids propre dans la DDC.
Angle de diffusion : angle de diffusion des efforts dans le matériau : ouverture du cône
vertical de diffusion dans les voiles de tous types.

82 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Voile

 Dimensionnement (Mpa)
Méthode des pivots : calcul classique à l’ELU.
contrainte admissible : dimensionnement à l’ELS suivant les contraintes
admissibles.

 Caractéristiques Mécaniques pour MEF


Ce cadre contient les grandeurs prises en compte pour le calcul aux éléments finis.
Module d’élasticité : module de Young du matériau.
Coefficient de Poisson : coefficient de Poisson (υ) du matériau.
Coefficient d’amortissement : ce coefficient est utilisé dans le cadre du calcul
sismique. L’amortissement de la structure pour chaque mode est calculé en recombinant les
amortissements de chacun des matériaux en fonction de l’énergie qu’il reçoit. Voir PS 92 :
article 6.234 point 3.
Voir aussi
Hypothèses / Méthodes de calcul / Calcul Prédim…

c) Hypothèses / Neige et Vent


Cette commande permet de paramétrer les hypothèses conduisant la génération des
charges climatiques.

Accès
• Par le menu Hypothèses / Neige et Vent
Les paramètres de cette boite de dialogue ne sont accessibles qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Hypothèses / Neige et Vent
2. Mettre à jour le contenu de la fenêtre (si nécessaire)
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite , ou la touche Echap : son contenu est
enregistré.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 83


ARCHE Ossature Edition août 2017

! Remarque !
Les charges climatiques sont générées par la séquence :
• Analyser / Neige et vent / Calcul des statuts (ou saisie manuelle des statuts des parois)
• Analyser / Neige et vent / Calcul des coefficients ce-ci
• Analyser / Calculer : en ayant pris soin de demander le calcul du vent dans la boite de
dialogue : Hypothèses / Méthodes de calcul – DDC / choix des méthodes
Contenu de la boite de dialogue
 paramétrage du bâtiment
Hauteur en pied de la construction : hauteur définie à l’article 1.241, pour le cas d’un sol
présentant une forte pente (>2), il s’agit de la distance séparant le bas de la pente et le pied
de la structure.

Période du mode fondamental suivant X


Période du mode fondamental suivant Y
Ces périodes permettent de calculer le coefficient d’amplification dynamique donné page 83
des NV65 article 1.511.

 Définition des charges climatiques NV(65-84)


Ce cadre donne accès aux sollicitations considérées :
Neige : prise en compte de la neige
Vent X+ : prise en compte du vent soufflant des X- vers les X+
Vent X- : prise en compte du vent soufflant des X+ vers les X-
Vent Y+ : prise en compte du vent soufflant des Y- vers les Y+
Vent Y- : prise en compte du vent soufflant des Y+ vers les Y-

Il donne aussi accès à la définition du vent et de la neige :


Définition : ce bouton ouvre la fenêtre de paramètres de neige et de vent :
Contenu de Définition : par exemple dans le cas où le règlement NV65 est sélectionné
dans la boite de dialogue Options / Normes de la plateforme OMD.

 Vent
Région : contient le code de région du NV65 : cliquer sur le code de la région par défaut
pour obtenir la liste des régions (voir article 1.232 des NV65).
code Autre : la pression ou la vitesse du vent peuvent être saisies.

Site : nature du site suivant les NV65 : cliquer sur le nom du site par défaut pour obtenir la
liste des sites(voir article 1.242 des NV65).

Bord du Littoral : au bord du littoral on adopte une pression constante de 0 à 10m d’altitude
(article 1.241 p.55 des NV65).

84 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Majoration de la pression dynamique de base : force la majoration de la pression


dynamique de base en plus de l’influence du site.

Limitation des coefficients ci et des différences ce-ci : application des règles RIII2.14 et
RIII2.153 (p.102, 103 et 109 des NV65).

Appliquer les quantités ce-ci aux sommets des charges créées : cette option n’est utile
que dans le cadre de la reprise du modèle par Effel. Elle a pour effet :
• Cochée : la force de vent appliquée sur la paroi est uniforme et d’intensité qh, et les ce-
ci sont appliqués aux sommets de la force.
• Non cochée : la force de vent appliquée sur la paroi est uniforme et d’intensité qh*(ce-
ci), des coefficients 1 sont appliqués aux sommets de la force.

 Neige
Région de la construction : code de la région de la construction : cliquer sur le code par
défaut pour faire apparaître la liste des régions.
Code Autre : la pression (poids de neige au m²) de neige peut alors être saisie.

Altitude de la construction : altitude de la construction

Voir aussi
Analyser / Neige et vent / Calcul des statuts (ou saisie manuelle des statuts des parois )
Analyser / Neige et vent / Calcul des coefficients ce-ci
Hypothèses / Méthodes de calcul – DDC / choix des méthodes

d) Hypothèses / Séisme
Cette commande permet de saisir les hypothèses conduisant la génération des charges
sismiques.
Accès
• Par le menu Hypothèses / Séisme.
Les paramètres de cette boite de dialogue ne sont accessibles qu’en phase de saisie.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 85


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la fonction Hypothèses / Séisme.
2. Mettre à jour le contenu de la fenêtre.
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite , ou la touche Echap : son contenu est
enregistré.

Contenu de la boite de dialogue

 Définition du séisme
Pour que ce cadre s’active il faut que au moins une des directions de séisme : X, Y, ou Z ait
été cochée. Plusieurs peuvent l’être simultanément.

Spectre : cliquer sur le nom du spectre courant fait apparaître la liste des règlements
disponibles. Sélectionner celui à considérer, le spectre type choisi est dessiné dans le cadre
à droite de cette case.

Il est possible d’agrandir et d’éditer le spectre en cliquant sur sa représentation.

Définition : ouvre la fenêtre d’hypothèses du spectre sélectionné.


Chaque jeu d’hypothèses est propre au règlement du spectre sélectionné.
Par exemple pour les PS92 :

Par période : l’accélération du spectre est donnée en fonction de la période.


Par fréquence : l’accélération du spectre est donnée en fonction de la fréquence.

 Dynamique modale
Nombre de modes : l’utilisateur saisit le nombre de modes à calculer. Les modes sont
déterminés de manière séquentielle, c’est à dire qu’ils sont tous calculés depuis le premier
jusqu’à celui dont est indiqué là le numéro.

 Amortissement
Valeurs imposées : le pourcentage d’amortissement critique de chaque mode est pris dans
la colonne située sous le bouton. Ceci est valable dans le cas d’une structure ne comportant
qu’un matériau.

Pour modifier une de ces valeurs il suffit de cliquer le bouton modification


amortissement : contient la valeur de l’amortissement à affecter.
mode unique : numéro du mode auquel la valeur est affectée.
sélection des modes de X a Y : la valeur de l’amortissement est affectée du mode X
au mode Y.
tous les modes : la valeur de l’amortissement est affectée à tous les modes.

86 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Valeurs calculées : le pourcentage d’amortissement critique de chaque mode est calculé


d’après l’article 6.234 des PS92. Ceci est valable pour les structures composites car alors
l’amortissement de chaque mode est composé des amortissements de chacun des
matériaux intervenant dans la déformée du mode.

Les valeurs d’amortissement critique des matériaux sont fixées dans Hypothèses / Matériaux
.
Soit :
Ai : l’amortissement du matériau i.
E : l’énergie élastique de la structure, associée à la déformée modale considérée.
Ei : la part d’énergie élastique, associée à la déformée modale considérée,
emmagasinée dans le matériau i.
Le pourcentage critique d’amortissement du mode vaut : Σ (Ai * Ei) / E.

 Méthode de sommation des modes


Ce cadre présente les différentes manières de sommer les réponses de chacun des modes
:
Méthode SRSS : utilise la méthode SRSS telle que donnée dans les PS92 à l’article
6.623.
Méthode CQC : utilise la méthode CQC telle que donnée dans les PS92 à l’article
6.623.
Prise en compte du mode résiduel : prend en compte du mode résiduel tel que défini
dans les PS92 article 6.622

 signe des résultats


Résultats non signés : les méthodes de recombinaison des réponses modales étant
quadratiques les résultats obtenus sont par défaut non signés.
Signe du mode prépondérant : applique aux résultats (efforts, déformations, élément
par élément) les signes de ceux du mode prépondérant (mode activant le plus grand
pourcentage de masse).

! Attention !
Ceci n’est valable que si ce mode se distingue particulièrement de celui qui le suit en terme de masse active. Il doit
exciter au moins 20 à 30 % de masse en plus du second mode le plus important.

Signe du mode : applique les signes (élément par élément) du mode dont le numéro est
saisi.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 87


ARCHE Ossature Edition août 2017

e) Hypothèses / Méthodes de calcul / Choix des méthodes


Cette commande permet de sélectionner les méthodes de calcul employées pour calculer la
descente de charges et les effets du vent et du séisme.
Accès
• Par le menu Hypothèses / Méthodes de calcul – DDC … / Choix des méthodes
Les paramètres de cette boite de dialogue ne sont accessibles qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Hypothèses / Méthodes de calcul – DDC … / Choix des méthodes .
2. Mettre à jour le contenu de la fenêtre.
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite , ou la touche Echap : son contenu est
enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


 charges verticales G & Q
Méthode réglementaire : méthode traditionnelle de calcul :
Chaque élément a un fonctionnement qui lui est propre :
• Les poteaux fonctionnent en compression simple.
• Les poutres fonctionnent en flexion verticale et peuvent être hyperstatiques.
• Les dalles sont isostatiques.
• Les voiles fonctionnent en mur et en poutre voile.
Il est possible de paramétrer les hypothèses de cette méthode dans la boite de dialogue
Hypothèses / Calcul DDC / Méthode Réglementaire.

Méthode éléments finis


Les éléments de structure, pour lesquels on a coché le statut MEF actif, sont remplacés par
leurs équivalents en éléments finis. Ces équivalents sont donnés dans la fenêtre Hypothèses
/ Méthodes de calcul DDC… / Méthodes éléments finis, et pour les voiles et les dalles dans
la fenêtre de statuts de l’élément.

 Vent et séisme
Pas de vérification : ces sollicitations ne sont pas prises en compte.
Méthode Eléments finis : ces sollicitations sont prises en compte sur un modèle éléments
finis (voir ci dessus).
Méthode Brochette : ces sollicitations sont prises en compte sur un modèle brochette.

88 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

f) Hypothèses / Méthodes de calcul / Méthode Réglementaire


Cette commande permet de fixer les options de calcul de la méthode réglementaire.

Accès
• Par le menu Hypothèses / Méthodes de calcul DDC / Méthode réglementaire.
Les paramètres de cette boite de dialogue ne sont accessibles qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Hypothèses / Méthodes de calcul DDC / Méthode réglementaire
2. Mettre à jour le contenu des différents onglets de la fenêtre.
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou par la touche Echap : le contenu de
la fenêtre est enregistré.

Contenu des onglets de la boite de dialogue


Onglet Horizontaux
Méthode employée : contient la méthode de calcul des moments de continuité des poutres.
Cliquer sur le nom par défaut fait apparaître la liste des différentes méthodes :
Foyer : méthode des foyers correspondant au calcul RDM standard.
Isostatique : pas de prise en compte de la continuité.
Max(Foyer/Iso) : conserve les moments maximums issus des deux méthodes
précédentes.
Forfaitaire : méthode forfaitaire voir BAEL annexe E1.

! Attention !
Cette hypothèse influe sur le calcul des réactions d’appui.

Calcul en travée chargée-déchargée : les poutres continues sont étudiées en permutant


les surcharges appliquées par l’utilisateur d’une travée à une autre, de sorte que se
produisent les efforts maximums et minimums. Lors de l’activation de cette option, le contenu
des notes de calcul est modifié et fait apparaître les colonnes Efforts Max, Efforts Min, en
fonction de la configuration saisie dans Options / Résultats .

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 89


ARCHE Ossature Edition août 2017

Onglet Verticaux

Prise en compte des dégressions verticales : cocher cette case pour que soit appliquer
des coefficients de réduction des surcharges par niveau suivant la norme NFP 06-001 : «
Base de calcul des constructions. Charges d’exploitation des bâtiments »

Centre de gravité des charges conservés :


Non cochée : dans tous les cas de figures, les charges ponctuelles se diffusent dans les
voiles suivant l’angle défini dans la boite de dialogue : Hypothèses / Matériaux .

α α
α

Voile Voile Voile

Cochée : les charges ponctuelles se diffusent comme ci dessus, sauf dans le cas où la
charge est à l’extrêmité d’un voile.

Voile

Onglet Divers

90 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Les paramètres de "maillage" et de "lissage" des charges réparties sont utilisés par
l'algorithme de découpage des dalles selon leurs lignes de rupture et permettent de
d’optimiser ce découpage.

Coefficient des côtés non porteurs : coefficient appliqué aux côtés de dalles « non
porteurs ».
Lorsqu’il n’est appliqué qu’un seul sens de portée aux dalles, des coefficients sont
automatiquement attribués aux côtes. Les côtés perpendiculaires au sens de portée se
voient affectés la valeur 1, les côtés parallèles le coefficient défini par ce bouton. Par défaut
le coefficient vaut 0.1 car on considère que les côtés non porteurs reprennent toujours
quelque chose.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 91


ARCHE Ossature Edition août 2017

g) Hypothèses / Méthodes de calcul / Méthode Eléments finis


Cette commande permet de fixer les options de calcul de la méthode éléments finis.

Accès
• Par le menu Hypothèses / Méthodes de Calcul / Méthode Eléments finis
Les paramètres de cette boite de dialogue ne sont accessibles qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la commande Hypothèses / Méthodes de Calcul / Méthode Eléments finis.
2. Mettre à jour les paramètre de la boite de dialogue dans les différents onglets.
3. Refermer la boite de dialogue par la croix en haut à droite, ou par la touche Echap : son
contenu est enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


Onglet Dalles
 modélisation par défaut
Il s’agit de la modélisation effectuée par défaut, pour les dalles, fonctionnant en « Plancher
courant », « Plancher Dalle », « Plancher de Reprise ».
La détection du fonctionnement est menée durant la modélisation de la structure. Cependant
l’utilisateur peur imposer un fonctionnement donné dans les statuts de l’élément .
De même il est possible de définir la modélisation à adopter élément par élément, en le
spécifiant dans les statuts de l’élément .

Suivant la nature du plancher :


Plancher courant
Plancher dalle
Plancher de reprise
L’utilisateur peut imposer la modélisation adoptée par le modèle éléments finis. Le choix est
laissé entre :
Non modélisé : la dalle n’est pas recréée dans le modèle aux éléments finis.
Diaphragme indéformable : la dalle est recréée sous forme d’un diaphragme
indéformable.
Maillage de coque : la dalle est recrée sous forme d’un surfacique coque épaisse.

92 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

L’utilisateur impose aussi la nature du report de charge lors d’une descente de charges
traditionnelles quand l’option des dalles est « détection auto » :
Ligne de rupture : le calcul du report de charges de la dalle est effectué suivant les
lignes de rupture.
Report EF : le calcul du report de charges est effectué par un calcul aux éléments fin

 dans le cas du maillage, choix des mailles


en X, en Y : dimensions des mailles suivant les directions x et y du repère local.

 Pour options ‘Non modélisées’ ou ‘diaphragme indéformable’


Linéariser les réactions d’appuis sur les porteurs : linéarise les réactions d’appuis de la
dalle sur ses porteurs.

Onglet Poteau

 Modélisation
Encastrés sur appui : tous les poteaux de la structure sont encastrés sur leurs fondations.
Articulés sur appui : tous les poteaux de la structure sont articulés sur leurs fondations.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 93


ARCHE Ossature Edition août 2017

Onglet Voiles

 Modélisation par défaut


Il s’agit de la modélisation effectuée par défaut, pour les voiles, fonctionnant en « Voile
courant », « Poutre voile », « Console ».
La détection du fonctionnement est menée durant la modélisation de la structure. Cependant
l’utilisateur peur imposer un fonctionnement donné dans les statuts de l’élément .
De même il est possible de définir la modélisation à adopter élément par élément, en le
spécifiant dans les statuts de l’élément.

Suivant le type de voile rencontré :


Voile courant
Poutre voile
Console
L’utilisateur peut définir la modélisation à adopter, le choix est laissé entre :
poutre équivalente : le voile est modélisé par une poutre verticale dont la section reproduit
celle du voile :
croix indéformable : le voile est modélisé par une croix d’éléments filaires indéformables :

 dans le cas de maillage, choix des mailles


Il est possible de spécifier deux grandeurs de mailles différentes en fonction des étages :

Etage n°1 à étage n° X : l’utilisateur saisi le numéro X de l’étage jusqu’auquel il souhaite


voir appliquer le pas décrit sur la même ligne.

Etage n° X à étage n° Y : de l’étage X vu plus haut à l’étage Y, dernier niveau de la


structure, le pas de maillage décrit sur la même ligne est appliqué.

94 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

h) Hypothèses / Méthodes de calcul / Méthode Brochette


Cette commande permet de paramétrer le modèle brochette.

Accès
• Par le menu Hypothèses / Méthode de calcul – DDC / Méthode brochette
Les paramètres de cette boite de dialogue ne sont accessibles qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Hypothèses / Méthode de calcul – DDC / Méthode brochette
2. Mettre à jour les paramètres de la boite de dialogue
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou par la touche Echap.

Contenu de la boite de dialogue


 Calcul des caractéristiques mécaniques
Etage début : niveau le plus bas modélisé dans le modèle brochette
Etage fin : niveau le plus haut modélisé dans le modèle brochette

Position des barres : le choix est laissé de placer les filaires représentant les voiles d’un
niveau au centre de gravité de l’étage ou à son centre de torsion. Les inerties de torsion sont
calculées si nécessaires.
Voir aussi
Hypothèses / Méthode de calcul – DDC / Choix des méthodes

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 95


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Hypothèses / Méthode de calcul Prédim...


Cette hypothèses permet de paramétrer le prédimensionnement des éléments.

Accès
• Par le menu Hypothèses / Méthode de calcul – Prédim…
Les paramètres de cette boite de dialogue ne sont accessibles qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Hypothèses / Méthode de calcul – Prédim…
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue par matériau et par élément.
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou par la touche Echap : son contenu
est enregistré.

Mise à jour du contenu des onglets


Onglet par matériaux
1. Cliquer dans la colonne matériaux sur un matériau.
2. La case Elément contient le nom de l’élément dont on spécifie les hypothèses de
prédimensionnement pour le matériau sélectionné.
3. Mettre à jour les cadres prédimensionnement, ferraillage, Prix unitaires.

! Remarque !
Chaque couple élément + matériau bénéficie de paramètres de prédimensionnement distincts. Par exemple, si
plusieurs bétons sont définis : béton20, béton30, les critères de prédimensionnement de poutre sont distincts pour les
deux types de béton.

Onglet Global
1. Mettre à jour les cadres « Prédimensionnement des poutres », « Prédimensionnement
des semelles »

Contenu de la boite de dialogue

96 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Onglet par matériaux


matériaux : cette colonne contient la liste des matériaux existants.
Eléments : donne accès aux différents types d’éléments qui sont constitués du matériau
sélectionné.
Pour paramétrer le prédimensionnement d’un élément il faut :
sélectionner son matériau constitutif dans la liste matériaux.
choisir l’élément de structure concerné dans la boite Eléments.
Mettre à jour les champs de l’onglet.
! Remarque !
Les matériaux sont créés dans la boite de dialogue Hypothèses / Matériaux, de même que leur association avec les
éléments auxquels ils s’appliquent.

c:\graitec\ressource\defaut.dtb : emplacement du fichier d’abaques utilisé pour le


prédimensionnement et le ferraillage rapides. Un clic sur ce bouton ouvre une fenêtre de
navigation permettant de sélectionner le fichier d’abaques souhaité.

 prédimensionnement
Aucun : saisir alors sur la même ligne, les dimensions qui sont appliqués aux éléments
intéressés : par exemple dans le cas d’un voile en parpaing, on impose une dimension :
l’épaisseur du voile, suivant le type de parpaing.

Rapide par abaques : Le prédimensionnement est produit par l’utilisation d’abaques


directement accessibles par le module Abaques.
Précis par le calcul : le prédimensionnement est produit par l’appel à des programmes de
prédimensionnement.

Tant pour le dismensionnement rapide, que pour le précis, il faut saisir la précision du
prédimensionnement : la valeur ‘d~’. Les dimensions retournées par le programme sont
arrondies à cette valeur. Cette précision permet d’obtenir facilement des dimensions
directement exploitables, par exemple :
pour des hauteurs de poutre multiples de 5cm, il suffit de mettre 5 cm en dh.

 ferraillage
Rapide par abaques : les ferraillages sont produits à l’aide des abaques dont le nom
apparaît au haut de la fenêtre. Elles sont accessibles par le module Abaques.
Précis par calcul : le calcul du ferraillage est effectué directement dans les modules de
ferraillage de manière transparente.
dr : contient la précision du ferraillage.
Correction : la quantité d’aciers calculés précisément peut être modifiées de la valeur saisie
dans le champs cr.

 prix unitaire
Ce cadre contient par matériau les différents prix unitaires entrant dans le coût de l’élément
concerné.
nom du matériau : est suivi du prix du matériau pour l’unité de mesure souhaitée
Acier : si la case jouxtant l’écriture est cochée alors ce prix est actif et entre dans le coût de
l’élément et les métrés prennent en compte cette quantité. Mais pour le matériau « parpaing
» cette option n’est pas à cocher.
Coffrage : si la case jouxtant l’écriture est cochée alors ce prix est actif et entre dans le coût
de l’élément et les métrés prennent en compte cette quantité. Mais pour le matériau «
parpaing » cette option n’est pas à cocher.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 97


ARCHE Ossature Edition août 2017

Onglet Global

 Cas de charges permanentes

AC est une charge permanente, sa valeur peut être :


- soit comprise dans la valeur de G (la distinction ne se fait alors qu’au moment du
ferraillage pour le calcul des flèches des poutres, il s’
agit alors des charges Après Cloisons). La valeur de AC ne s’ajoute pas à G lors de la
descente de charge.
- soit considérée comme un cas de charges permanentes supplémentaire venant
s’ajouter à G lors de la descente de charges

 Prédimensionnement des poutres

Poutres continues à section constante : Les poutres continues sont prédimensionnées avec
la même section pour toutes leurs travées.

 Ratio mini du ferraillage par Plaque

Ratio mini : contient la valeur minimum du ratio de ferraillage calculé par le module plaque.
Lors du calcul du ferraillage le programme plaque s
’assure que pour chaque maille le ratio local est supérieur à la valeur indiquée.

 Prédimensionnement des semelles

Sigma sol ELU : contrainte limite du sol à l’ELU


Prédimensionnement par palier enveloppe : cette case cochée entraîne la création de
décrochés dans les semelles filantes afin de répondre au plus juste à la descente de
charges.
Longueur minimale : longueur minimale de semelle de largeur constante.
Différence de largeur minimale : différence de largeur minimale pour la création d’un
décroché.

Voir aussi
Hypothèses / Matériaux

98 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

5. Commandes du menu Analyser

a) Analyser / Vérifier / Saisie


Cette fonction signale les erreurs de saisie.

Accès

· Par le menu Analyser / Vérifier

Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement

1. Activer la fonction Analyser / Vérifier

Cette opération indispensable s'effectue avant la "modélisation". Elle permet de cerner


rapidement les erreurs liées à la saisie. Cette vérification génère des avertissements et des
erreurs.

! Attention !
Si votre modèle comporte des erreurs, nous vous déconseillons fortement de poursuivre
l'analyse de la structure avant de les corriger.

Les entités pour lesquelles des avertissements sont formulés sont signalées en vert à
l'écran, celles pour lesquelles des erreurs sont formulés sont signalées en rouge. La liste des
différents problèmes est néanmoins accessible par le menu (Documents / Historique ) ou en
cliquant sur l'icône Ampoule située en bas de l'écran.

! Remarque !
Si l'ampoule est éteinte : aucun avertissement ni erreur n'a été détecté, si au contraire, elle
est allumée, des avertissements ou des erreurs ont été détectés.

La liste des vérifications effectuées et des messages qui s’ensuivent est présentée dans le
chapitre Erreurs générées par la fonction «
Vérifier ».

! Conseil !
Avant de d’activer la fonction Analyser / Vérifier, il peut être utile d’activer la fonction :
Modifier / Fusionner pour supprimer du modèle les éléments pouvant générer des erreurs.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 99


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Analyser / Vérifier / Emprises

Cette fonction signale les éléments qui ont des volumes de béton communs mais des
fonctionnements indépendants au sein de l’étage actif.

Accès

· Par le menu Analyser / Vérifier / Emprises

Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement

1. Activer la fonction Analyser / Vérifier / Emprises

Cette fonction commence par détecter les éléments ayant :

 soit : un volume de béton en commun mais des axes non concourants :

Par exemple :

En affichant les volumes de béton de cette poutre et de ce poteau, on pourrait penser que la
poutre repose sur le poteau, mais en agrandissant l’affichage sans détail, on se rend compte
que :

L’axe de la poutre est décalé de 5 cm de celui du poteau. Dans ce cas la poutre ne porte pas
sur le poteau.

Ces cas de figures ne sont pas toujours facilement décelables pour des étages étendus
aussi cette fonction les détecte au sein de l’étage actif pour tous les éléments sauf les dalles.

N.B. : Dans le cas où un élément n’a pas de dimensions le programme lui donne des
dimensions forfaitaires de 20 cm (hauteur, largeur, diamètre, profondeur).

100 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 soit : un volume de béton en commun, des axes concourants, mais dont l’extrêmité
de l’un tombe dans le volume de béton de l’autre élément, sans pour autant être sur
l’axe de cet élément.

Par exemple :

Ces deux poutres ont deux volumes de béton communs, leurs axes sont biens concourants
mais en agrandissant l’intersection, on se rend compte que :

La poutre verticale dépasse de 5 cm dans la poutre horizontale et s’arrête donc à l’intérieur


de celle ci. Une petite console est ainsi créée, avec des conséquences sur le calcul précis
des aciers et sur le calcul aux éléments finis (en créant de petits sous éléments qui n’ont
nécessairement de raison d’être).

Le but de cette fonction est par là de détecter d’éventuelles erreurs de modélisation sur les
éléments poutre, poteau, voile, semelles filantes et isolées.

N.B. : Dans le cas où un élément n’a pas de dimensions le programme lui donne des
dimensions forfaitaires de 20 cm (hauteur, largeur, diamètre, profondeur).

! Attention !
Cette fonction n’émet que des avertissements car les cas de figures qu’elle détecte peuvent
être sciemment saisis par l’utilisateur à des fins de modélisations particulières. Néanmoins
ces configurations ne relèvent pas de la philosophie originale de fonctionnement d’Ossature.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 101


ARCHE Ossature Edition août 2017

c) Analyser / Neige et Vent / Calcul des Statuts


Cette commande assigne aux parois les statuts aux vents issus de leurs orientations

Accès
• Par le menu Analyser / Neige et vent / Calcul des statuts
Cette commande est active dans toutes les phases du calcul

Fonctionnement
1. Activer la fonction Analyser / Neige et vent / Calcul des statuts

Cette commande assigne aux parois leurs statuts vis à vis des quatre directions de vents :
X+ : vent soufflant des X- vers les X+
X- : vent soufflant des X+ vers les X-
Y+ : vent soufflant des Y- vers les Y+
Y- : vent soufflant des Y+ vers les Y-
! Remarque !
Cette fonction provoque une erreur si il n’y pas de paroi

Les statuts potentiels sont les suivants :

AD : au vent direct :
Vue de dessus du batiment

VENT

SD : sous le vent direct :


Vue de dessus du batiment

VENT

AA : au vent abrité
Vue de côté du bâtiment

VENT

! Remarque !
Les critères définissant une paroi abritée sont donnés dans les règles NV65 à l’article 1.243.

102 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

SA : sous le vent abrité


Vue de côté du bâtiment

VENT

PG : paroi parallèle au vent : dans le cas ou si l’utilisateur s’imagine dos au vent celui ci
souffle le long de la face gauche de la paroi.
Vue de dessus du batiment

VENT

PD : paroi parallèle au vent : dans le cas ou si l’utilisateur s’imagine dos au vent celui ci
souffle le long de la face droite de la paroi.

Vue de dessus du batiment

VENT

voir aussi
Générer / Paroi

d) Analyser / Neige et Vent / Calcul des coefficients ce-ci


Cette commande calcule les coefficients ce-ci des parois du modèle.

Accès
• Par le menu Analyser / Neige et vent / Coefficients ce-ci.
Cette commande n’est active qu’en phase de saisie.

Fonctionnement
1. Activer la commande Analyser / Neige et vent / Coefficients ce-ci
Les coefficients ce-ci des parois du modèle sont calculés et mis à jour dans chacune d’entre
elles.

Le calcul s’effectue selon les paramètres de la boite de dialogue Hypothèses / Neige et Vent
.

! Attention !

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 103


ARCHE Ossature Edition août 2017

Cette fonction ne doit être appelée qu’après que les statuts au vent des parois aient été déterminés, par l’utilisateur ou
l’ordinateur (voir Analyser / Neige et vent / Calcul des statuts ).

Voir aussi
Hypothèses / Neige et Vent
Analyser / Neige et vent / Calcul des statuts

e) Analyser / Modéliser
Cette commande lance l’interprétation RDM du modèle.

Accès
• Par le menu Analyser / Modéliser
Cette fonction n’est active qu’en phase de saisie.
Elle provoque le passage de phase de saisie à la phase d’analyse

Fonctionnement
1. Activer la fonction Analyser / Modéliser

Cette opération est une des étape clé dans la résolution de la descente de charges. Elle
consiste à "digérer" le modèle : retrouver les poutres continues, retrouver les porteurs de
chaque élément, définir les liaisons des éléments entre eux. C'est la descente de charges
"qualitative".

Exemple : Reconnaissance et découpe en travées hyperstatiques d’une poutre continue :

1 1.1 1.2

saisie analyse

! Remarque !
La poutre est reconnue comme continue car dessinée d’un seul trait en phase de saisie. Ceci entraîne son découpage
en travées continues 1.1 et 1.2 : la numérotation indicée reflète l’appartenance de ces éléments à un ensemble
continu, hyperstatique.
La partie entière de la numérotation indicée correspond au numéro de l’élément avant son découpage, la partie
décimale distingue les sous parties créées.

Exemple : Reconnaissance et découpe en travées hyperstatiques d’un voile continu :

104 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Les éléments 2.1 2.2 2.3 sont automatiquement reconnus par ossature qui leur affecte le
statut :
• Console pour l’élément 2.3
• Poutre voile pour l’élément 2.2
• Voile pour l’élément 2.1

! Remarque !
Les différentes parties du voile ne sont reconnues que si son statut de situation est « détection auto ».

A l'issue de cette reconnaissance, Ossature effectue une expertise et génère des


avertissements et des erreurs.

! Attention !
Si votre modèle comporte des erreurs, nous vous déconseillons fortement de poursuivre l'analyse de la
structure avant de les corriger.

Les entités pour lesquelles des avertissements sont formulés sont signalées en vert à
l'écran, celles pour lesquelles des erreurs sont formulés sont signalées en rouge. La liste des
différents problèmes et néanmoins accessible par le menu (Documents / Historique ) ou en
cliquant sur l'icône [Ampoule] située en bas de l'écran.
Si l'ampoule est éteinte : aucun avertissement ni erreur n'a été détecté, si au contraire, elle
est allumée, des avertissements ou des erreurs ont été détectés.

Les points contrôlés sont listés au chapitre Erreurs générées par la fonction « Modéliser ».

f) Analyser / Calculer DDC ...


Cette fonction et la commande essentielle du programme puisqu’elle lance le calcul de la
descente de charge du contreventement.

Accès
• Par le menu Analyser / Calculer DDC
Cette commande n’est active qu’en phase d’analyse.
Elle provoque le passage de la phase d’analyse à la phase d’exploitation.

Fonctionnement
Activer la fonction Analyser / Calculer DDC
! Attention !

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 105


ARCHE Ossature Edition août 2017

Cette fonction ne doit pas être activée alors que Analyser / Vérifier et Analyser / Modéliser retournent des erreurs.

Les calculs suivants sont effectués selon les paramètres spécifiés dans le menu
Hypothèses. En particulier, suivant les choix de la boite de dialogue Hypothèses / Méthode
de calcul DDC… / Choix des méthodes :
• Si la méthode réglementaire est cochée : le programme effectue la descente de charge
classique et le prédimensionnement des éléments dont une dimension au moins est
laissée nulle par l’utilisateur (voir Hypothèses / Méthodes de Calcul / Prédim… ).
• Si la méthode éléments finis est cochée : le programme effectue la descente de
charges avec le modèle éléments finis. Il n’y pas de prédimensionnement des éléments,
mais la méthode s’assure que tous les éléments sont bien dimensionnés avant de
lancer le calcul.
• Le calcul du contreventement s’effectue suivant l’option cochée :pas de calcul, calcul
sur modèle éléments finis, calcul sur modèle brochette.

! Attention !
Le prédimensionnement des éléments ne s’opère que vis à vis des efforts obtenus par la méthode de descente de
charges traditionnelle (voir Hypothèses / Méthode de calcul DDC… / Méthode règlementaire ).

Voir aussi
Modifier/ Mode Saisie
Options / Résultats

106 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

g) Analyser / Vérifier Dimensions


Cette commande vérifie les dimensions des éléments aux vues des efforts de descente de
charges.

Accès
• Par le menu Analyser / Vérifier / Dimensions
Cette commande n’est active qu’en phase d’exploitation

Fonctionnement
Activer Analyser / Vérifier / Dimensions

Cette fonction compare les dimensions des éléments avec celles obtenues suivant la
méthode spécifiée dans Hypothèses / Méthodes de Calcul - Prédim…, pour les efforts de
descente de charges.

h) Analyser / Calculer Ferraillage


Cette commande lance le calcul du ferraillage des éléments de la structure.

Accès
• Par le menu Analyser / Calculer Ferraillage
Cette commande n’est active qu’en phase d’exploitation une fois le calcul de descente de
charge – dimensionnement effectué.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Analyser / Calculer Ferraillage

Le calcul des ratios est effectué suivant les paramètres configurables dans le menu
Hypothèses / Méthodes de calcul – Prédim… . Il peut être conduit :
• suivant les abaques de ferraillage : les abaques sont un ensemble de
courbes.Paramétrables par l’utilisateur, elles lient les dimensions, les ratios et les
chargements des éléments.
• en faisant directement appel aux modules de ferraillage, dans lesquels le ferraillage est
calculé exactement tel qu’il sera réalisé, c’est à dire que la quantité d’acier est
déterminée d’après les plans de ferraillage.

! Remarque !
Dans le cas où la quantité d’acier est déterminée par le biais des modules de ferraillage : la répartition des aciers sur
les travées d’une poutre continue symétrique peut dissymétrique.
En effet les aciers de chapeaux d’un appui intermédiaire sont comptabilisés totalement sur une travée et non pas pour
50% de chaque côté de l’appui.

Ce calcul s’applique à tous les éléments dont le ratio d’acier est nul.

! Remarque !
A l’issue de la descente de charges les ratios d’acier sont remis à O.

Voir aussi
Modifier / Mode saisie

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 107


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Analyser / Partager
Cette fonction visualise les lignes de rupture et les zones de report de charge des dalles
sélectionnées

Accès
• Par le menu Analyser / Partager

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase d’analyse et d’exploitation.

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble de dalles.
2. Activer la fonction Analyser / Partager.
Les lignes de rupture des panneaux concernés s’affichent et les zones de report de charges
sur leurs différents porteurs sont coloriées.

Cette fonction permet donc de vérifier que les sens de portée sont bien corrects et de
visualiser graphiquement les surfaces de dalles reprises par les éléments porteurs.

Voir aussi
Générer / Dalle
Modes de sélection

j) Analyser / Sonder
Cette fonction affiche le cheminement des efforts de descente de charges dans la structure.

Accès
• Par le menu Analyser / Sonder

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase d’analyse et d’exploitation.
Fonctionnement
1. Sélectionner un ou plusieurs éléments.
2. Activer la fonction Analyser / Sonder.
Les entités, influencées par les efforts issus de la sélection, apparaissent alors en bleu dans
la structure.

Exemple :
Si l’utilisateur sélectionne un poteau, et active l'option (Analyser / Sonder), tous les éléments
sur lesquels ce poteau a de l'influence s'allument en bleu jusqu’aux fondations.

Cette option permet notamment de vérifier l'isostaticité ou l'hyperstaticité des poutres,


puisqu'en cliquant sur une travée d'une poutre continue, et en activant la fonction, les travées
participantes sont "allumées" en bleu.

Voir aussi
Modes de sélection
Options / Affichage

108 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

k) Analyser / Efforts
Cette fonction affiche les efforts de la descente de charges sur le ou les éléments
sélectionnés.

Accès
• Par le menu Analyser / Efforts

• Icônes :
Cette fonction n’est active qu’en phase d’exploitation.

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments.
2. Activer la fonction Analyser / Efforts.
Les efforts issus de la descente de charges sont affichés sur ces éléments. Le mode de
représentation de ces efforts est défini dans la fenêtre Options / Résultats .

! Attention !
Cette option force l’affichage « détaillé » des éléments. Il peut être plus clair de ne dessiner que l’axe des éléments.
Ceci est possible en désactivant l’option « dessin entre axe » de la boite de dialogue : Options/Affichage/Police et
détail.

Erreur! Liaison incorrecte. : affiche les efforts issus de la ddc, et non ceux saisis par
l’utilisateur, s’appliquant sur les poutres.

: affiche les efforts issus de la ddc, et non ceux saisis par l’utilisateur, s’appliquant sur
les poteaux.

: affiche les efforts issus de la ddc, et non ceux saisis par l’utilisateur, s’appliquant sur
les voiles.

: affiche les efforts issus de la ddc, et non ceux saisis par l’utilisateur, s’appliquant sur
les semelles isolées.

: affiche les efforts issus de la ddc, et non ceux saisis par l’utilisateur, s’appliquant sur
les semelles filantes.

Voir aussi
Modes de sélection
Changement de vue

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 109


ARCHE Ossature Edition août 2017

l) Analyser / Ferraillage
Cette commande lance le module de ferraillage correspondant à l’élément sélectionné et
affiche directement le plan de ferraillage.

Accès
• Par le menu Analyser / Ferraillage
Cette commande n’est active qu’en phase d’exploitation pour un élément sélectionné.

Fonctionnement
1. Sélectionner un élément de structure.
2. Activer la commande Analyser / Ferraillage : le module de ferraillage correspondant à
l’élément sélectionné est ouvert et l’entité y est présentée calculée.
3. Après examen il est possible de recalculer l’élément dans le module de ferraillage pour de
nouvelles hypothèses. Refermer ensuite le module (Fichier / Quitter ) fait réapparaître
Ossature qui propose de reprendre les dimensions et quantité d’acier de l’élément si elles
ont été changées.

! Attention !
Si plusieurs éléments distincts sont sélectionnés, la fonction retourne un message d’erreur.

Le ferraillage obtenu est calculé à partir du fichier défaut du module de ferraillage lancé.
! Remarque !
Dans le cas d’une poutre continue, il suffit d ‘en sélectionner une travée pour que l’ensemble de la file soit envoyée
dans le module de ferraillage.

Cette fonction permet donc de reprendre automatiquement dans le métré de ossature des
hypothèses telles que :
• la présence de trémie et décaissés,…
• la prise en compte du feu,…
• etc…

Voir aussi
Hypothèses / Méthodes de calcul – Prédim …

m) Analyser / Ratios
Cette fonction affiche sous forme de graphique les volumes de béton, surfaces de coffrage,
masses d’aciers des éléments de la structure.

Accès
• Par le menu Analyser/Ratios
Cette fonction n’est active qu’en phase d’exploitation, pour un ou plusieurs éléments
sélectionnés..

Fonctionnement
1. Sélectionner un ensemble d’éléments.
2. Activer la fonction Analyser / Ratios.

Voir aussi
Documents / Métré

110 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

6. Commandes du menu Documents

a) Documents / Historique
Cette fonction édite le compte rendu de déroulement ainsi que la liste des erreurs de la
modélisation et du calcul.

Accès
• Par le menu Documents / Historique
• Icône :
Cette fonction est active dans les phases d’analyse et d’exploitation du modèle, quand il y a
une erreur ou un avertissement.

Fonctionnement
1. Activer la commande Documents / Historique.
La visionneuse Wordpad présente le compte rendu :
• de modélisation si l’opération est faite après Analyser / Modéliser .
• de calcul si l’opération est faite après Analyser / Calculer DDC .

b) Documents / Fiche détaillée


Cette commande édite une fiche d’informations détaillées du ou des éléments sélectionnés.

Accès
Par le menu Documents / Fiche détaillée
Icône :

Fonctionnement
Sélectionner le ou les éléments concernés
Activer la fonction Documents / Fiche détaillée

c) Documents / Note de calcul


Cette commande édite la note de calcul de la structure.

Accès
• Par le menu Documents / Note de calcul

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase d’exploitation

Fonctionnement
Si la note ne concerne pas toute la structure, il est possible sélectionner les éléments à
considérer. Si aucun élément n’est sélectionné la note se fera pour toute la structure.
Activer la fonction Documents / Note de calcul

La présentation générale de cette note est paramétrable. Ce paramétrage est décrit dans
(Options / Notes ).

La note se constitue du détail des efforts arrivant sur chaque élément de la structure. Elle est
sortie étage par étage et élément par élément. Elle utilise les options de la fenêtre (Options /

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 111


ARCHE Ossature Edition août 2017

Résultats ), pour présenter les charges réparties sur les éléments linéaires.

Au bas de chaque étage un bilan récapitulatif des efforts appliqués sur cet étage est dressé,
ainsi, qu'un calcul de la distance entre le point d'application des forces externes
("Chargement") et des forces internes ("Efforts").

Voici la liste et la signification des abréviations utilisées dans la note de calcul :


* la force exprimée sur cette ligne est une "Force externe" appliquée par
l'utilisateur
Force s'appliquant en fibre inférieure de l'élément

En mode "Représenter tous les efforts" :


P Force ponctuelle située à x1 (m) de l'origine de l'élément (repère local)
R Force répartie placée entre x1 (m) et x2 (m) de l'origine de l'élément
TG Force triangulaire dont le sommet est situé à gauche (dans le repère local de
l'élément) placée entre x1 (m) et x2 (m) de l'origine de l'élément
TD Force triangulaire dont le sommet est situé à droite (dans le repère local de
l'élément) placée entre x1 (m) et x2 (m) de l'origine de l'élément

En mode "Linéariser les efforts sur la travée" :


xR Force répartie "moyenne" s'appliquant à l'intégralité de la travée considérée

En mode "Représenter l'enveloppe des efforts" :


Pt Dans ce mode, nous allons décrire le polygone qui est équivalent à
l'ensemble des efforts s'appliquant à l'élément. La colonne "x1" décrit les
abscisses successives du polygone.
! Remarque !

Pour les poutres et les voiles, le repérage des efforts ponctuels et linéaires (x1, x2, y1, y2)
s'effectue dans les repères locaux. Pour les dalles, il s'effectue dans le repère global
du bâtiment. L'origine du repère local des poutres et des voiles est l'extrémité la plus
proche du numéro de l'entité.
Voir aussi
Options / Note
Options / Résultats

d) Documents / Métré
Cette commande édite le métré de la structure.

Accès
• Par le menu Documents / Métré

• Icône :
Cette fonction n’est active qu’en phase d’exploitation

Fonctionnement
Si la note ne concerne pas toute la structure, il est possible sélectionner les éléments à
considérer. Si aucun élément n’est sélectionné la note se fera pour toute la structure.
Activer la fonction Documents / Note de calcul

La présentation générale de cette note est paramétrable. Ce paramétrage est décrit dans
(Options / Notes ) et dans le manuel ARCHE ENVIRONNEMENT.

DALLES

112 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Béton Toute la surface de la dalle saisie par l'utilisateur * épaisseur de


la dalle
Coffrage La surface de la dalle saisie par l'utilisateur moins (1/2 largeur *
longueur poutres portant la dalle)
Ratio Acier / Toute la surface saisie par l'utilisateur (kg/m2 ou kg/m3)

POUTRES
Béton Retombée moyenne de la poutre * Largeur * Portée entre axe
Coffrage Portée entre nu * (2 * retombée moyenne + largeur)
Ratio Acier / Portée entre axe (kg/ml ou kg/m3)

POTEAUX
Béton Surface du poteau * Hauteur sous poutre
Coffrage Périmètre du poteau * Hauteur sous poutre
Ratio Acier / Hauteur sous poutre (kg/ml ou kg/m3)

VOILES
Béton Epaisseur * Portée entre axes * Hauteur sous dalle * %
Remplissage
Coffrage 2 * Portée entre axes * Hauteur sous dalle
Ratio Acier / Portée entre axes * Hauteur sous dalle (kg/m2 ou
kg/m3)

SEMELLES ISOLEES
Béton A * B * hauteur
Coffrage 2 * (A + B) * Hauteur
Ratio Acier / (A * B) (kg/m2 ou kg/m3)

SEMELLES FILANTES
Béton Longueur * Largeur * Hauteur
Coffrage 2 * Hauteur * (Longueur + Largeur)
Ratio Acier / Longueur * Largeur (kg/m2 ou kg/m3)
Pour les semelles filantes, chaque tronçon est précisément défini. Pour chacun d'eux, on
détaille les dimensions, le volume de béton, la surface de coffrage et le ratio d'acier.

Voir aussi
Hypothèses / Matériaux

e) Documents / Inerties
Cette commande édite les données nécessaires à la réalisation d’un modèle brochette.

Accès
• Par le menu Documents / Inerties
Cette fonction n’est active qu’en phase d’exploitation

Fonctionnement
Activer la commande Documents / Inertie.

Par étage et par voile, la note fournit les données suivantes :


Xg, Yg :Centre de gravité de l'étage

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 113


ARCHE Ossature Edition août 2017

Xt, Yt : Centre de torsion de l'étage


Ix, Iy : Les inerties de flexion dans le repère de travail
Surf : Surface equivalente de l'étage
J : Inertie de torsion pure
JO : Moment sectoriel
a : Angle des axes principaux par rapport à Ox

voir aussi
Hypothèses / Méthodes de calcul DDC / Méthode brochette

f) Documents / Tracé
Cette fonction imprime la vue courante du modèle.

Accès
• Par le menu Documents / Tracé
Cette fonction est active dans toutes les phases.

Fonctionnement
1. Afficher la vue souhaitée du modèle.
2. Activer la fonction Documents / Tracé, vérifier le contenu de la fenêtre.
3. Valider la fonction par ENVOI.

Contenu de la boite de dialogue


immédiat : l’impression est immédiate.
différé : un fichier est généré au format emf et stocké dans le répertoire de l’étude en cours.
Nom du fichier : ‘nom du batiment’ ‘tracéxx’ . emf.
Il possible de le visualiser en revenant dans la plateforme OMD et en demandant Documents
dans le menu Affichage. En double cliquant dessus l’utilisateur pourra le visualiser et
l’imprimer.

Les titres nom, vue et variante viennent remplir des emplacements réservés du cartouche
du plan. Une prévisualisation est possible en activant dans la fenêtre Options / Affichage
l’Aperçu avant impression.

114 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

! Attention !
Les efforts de descente de charges sur les éléments ne sont imprimés que si ils sont demandés dans la fenêtre
Options / Plan .

Voir aussi
Changement de vue

g) Documents / DXF
Cette commande crée un fichier DXF qui contient la vue en cours de la structure telle que le
rafraîchissement d’écran détaillé la ferait apparaître.

Accès
• Par le menu Documents / DXF
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 115


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la commande Fichier / Exporter / DXF.
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
3. Refermer soit par Envoi : le DXF est créé, soit par la croix en haut à droite : l’opération
est annulée.

! Attention !
Le fichier généré correspond à l'affichage "détaillé" : les éléments sont représentés avec leurs dimensions, et/ou les
charges appliquées par l’utilisateur. Tous ces traits sont alors placés dans la couche "Détails". Les axes des éléments
ne sont pas représentés.

Contenu de la boite de dialogue


Répertoire : C:\Graitec\Projects\ZONE A\ : contient l’emplacement où le fichier DXF est
enregistré. Le fichier créé a pour nom OSTxx.DXF où « xx » est un compteur incrémenté à
chaque création de fichier DXF. Pour modifier l’emplacement il suffit de cliquer sur ce
bouton.

 Titres du document
Nom, Vue, Variante : textes placés dans le cartouche, paramétrable dans la boite de
dialogue Options / Plans . Il est possible de voir à l’avance l’aspect du plan à l’aide de
l’aperçu avant impression de la boite de dialogue Options / Affichage .

Voir aussi
Fichier / Exporter / DXF

116 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

7. Commandes du menu Options

a) Options / Application
Cette fonction permet de paramétrer les options générales de l’application.

Accès
Par le menu Options / Application
Cette fonction est active dans toutes les phases de calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Options / Application.
2. Mettre à jour le contenu de la fenêtre.
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou la touche Echap : son contenu est
enregistré.

Contenu de la fenêtre
Intervalle de sauvegarde : Ossature intègre une procédure de sauvegarde automatique.
Ce bouton contient l’intervalle de temps entre deux sauvegardes.

Voir aussi
Fichier / Enregistrer

b) Options / CAO
Cette fenêtre gère les options de fonctionnement de la CAO.

Accès
• Par le menu Options / CAO
Cette fonction est active dans toutes les phases de calcul.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 117


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la fonction Options / CAO, mettre à jour le contenu de la fenêtre.
2. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou la touche Echap : son contenu est
enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


Cette fenêtre présente les différents paramètres que reprennent les fonctions CAO
d’Ossature :

 Définition de la Tolérance :
Distance minimale entre 2 points :
Deux points sont considérés comme confondus si la distance qui les sépare est inférieure à
la valeur saisie. Ceci vaut en particulier pour les extrêmités de deux éléments qui seront
considérés comme connectés ou non, suivant cette distance limite. La fusion se base aussi
sur ce critère pour déterminer les éléments superposés.

Accrochage magnétique :
L’accrochage magnétique est un mode d’accrochage qui recherche pour s’y connecter, un
point remarquable (extrêmité, milieu d’un élément, intersection) autour du point cliqué à
l‘écran, dans un rayon défini par le nombre de pixels saisi.
Le comportement de ce mode d’accrochage est repris par le mode relatif.

Accrochage tablette :
Le programme recherche pour s’y connecter un point remarquable (extrêmité, …), autour du
point cliqué à la tablette dans un rayon de longueur réelle. Cette longueur est basée sur le
calibrage de la tablette sur le plan.

 Définition de l’élastique :
L'élastique est le trait rouge qui est accroché à la souris lorsque l'on crée un élément défini
par au moins deux points. Il est possible d'imposer à cet élastique des déplacements qui
respectent un modulo : 30°, 45°, ou un autre angle à l’aide des boutons correspondants.
α initial : contient l’inclinaison sur l’horizontale qu’adopte par défaut l’élastique.

 Création des axes :


Trois paramètres permettent d'influer sur le fonctionnement de la création d'axe :
La case Axe permet de choisir la nature des éléments créés : un clic sur le nom de l’élément
en cours en déroule la liste.
Le bouton Conserver permet de ne pas supprimer les entités sources lors de la création de
l'axe.
Le bouton prédimensionnement automatique fonctionne de la façon suivante :

S'il est coché : Les poutre et les voiles auront une largeur égale à la distance entre les deux
entités sources; les poutre auront une hauteur égale 3 fois leur largeur.

118 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

S'il n'est pas coché la dimension des éléments générés sera celle des statuts de création en
cours.

Voir aussi
Modes d’accrochage
Fichier / Importer / DXF

c) Options / Unités
Cette fenêtre gère le choix des unités de travail pour l’ensemble du programme.

Accès
• Par le menu Options / Unités
Cette fonction est active dans toutes les phases de calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Options/Unités.
2. Choisir les unités de travail.
3. Refermer la fenêtre par la croix en haut à droite, ou la touche Echap : son contenu est
enregistré.

! Remarque !
Ces choix sont appliqués à l’ensemble des modèles.

Il est possible de change d’unité en cours de travail, toutes les valeurs saisies sont remises à
jour et les boites de dialogue s’adaptent aux unités choisies.

! Attention !
Les poids d’acier sont toujours donnés en kg.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 119


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Options / Affichage
Cette fonction permet d’ajuster les options d’affichage du modèle

Accès
• Par le menu Options / Affichage

Fonctionnement
1. Activer la fonction Options / Affichage
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue
3. Refermer la boite de dialogue à l’aide de la croix en haut à droite, ou de la touche Echap
: son contenu est enregistré.
4. Pour voir les modifications apparaître il est nécessaire de rafraîchir l’affichage .

Contenu de la boite de dialogue


Onglet Structure
 Affichage des entités et des détails
Pour chaque type d’élément de structure il est possible de paramétrer l’affichage :
élément : les éléments d’une famille sont affichés si la case correspondante est cochée.
numéro : les numéros des éléments d’une famille sont affichés si la case correspondante
est cochée.
chargement : les chargements appliqués par l’utilisateur aux éléments d’une famille sont
affichés si la case correspondante est cochée.
Des dimensions : en activant la case correspondante, l’équarrissage des éléments apparaît
lors d’un rafraîchissement en mode « détail » .
! Remarque !
Chargement et dimensions sont des détails, pour les afficher il faut régénérer l’écran avec la fonction de
rafraîchissement ad hoc.
Le bouton portant le nom d’un élément donne accès par un simple clic à sa couleur
d’affichage.

120 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Onglet Autres éléments

 Affichage des entités et détails


Pour chaque type d’élément de cet onglet, il est possible de paramétrer l’affichage :
Trois paramètres sont accessibles, chacun par une colonne de boutons ou cases à cocher :
Elément : l’élément de la famille correspondante est affiché, si la case correspondante est
cochée.
Style de ligne : un clic sur ce bouton affiche les différents styles de ligne accessibles.
Police : permet d’ajuster la taille des polices de caractère relative aux éléments de la ligne
correspondante.

Il est possible de modifier la couleur d’affichage de chaque élément en cliquant sur le bouton
d’élément correspondant.

 Etages visibles
Ne laisse visible à l’écran que les étages dont les numéros sont entre ceux spécifiés dans
Etage début et Etage fin.
Tous : affiche tous les étages du modèle.
! Conseil !
Un exemple simple consiste à créer un nouveau poteau sous un existant :
1. Ne conserver à l’écran que l’étage de création rendu actif et celui du dessus.
2. Se placer dans une vue perspective qui montre bien la zone de création
3. Activer Générer / Poteau
4. Accrocher le poteau à celui de l’étage du dessus avec le mode d’accrochage Poteau par
exemple.
5. Le poteau est créé dans l’étage actif à l’aplomb de celui existant.

 mode d’affichage
Aperçu avant impression : affiche la page telle qu’elle est imprimée. Cette fonction est
accessible par l’icône en phases d’analyse et d’exploitation.
zoom : l’utilisateur a le choix entre le :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 121


ARCHE Ossature Edition août 2017

• zoom libre : l’échelle de représentation est libre et s’adapte à la zone englobée lors de
l’utilisation du zoom avant, ou à la taille du modèle lors d’un recadrage.
• Echelle : lors d’un zoom avant ou d’un recadrage l’échelle est prise dans une liste
d’échelles normalisées accessible par le bouton filtre : dans la boite de dialogue qui
s’ouvre, il suffit de cliquer sur une échelle pour la rendre disponible (avec un chevron

devant) ou indisponible (sans chevron). L’icône (accessible en phases d’analyse et


exploitation) fait passer dans ce mode de visualisation.

 paramétrage
Afficher Sélection : cette case n’est active que si un ou plusieurs éléments ont été
sélectionnés : en la cochant seuls les éléments sélectionnés sont affichés.
Pour revenir à un affichage normal, il suffit de « décocher » cette case.
Cette case possède un icône de raccourci : .

Cette fonctionnalité est utile pour générer des coupes :

1. passer en vue de dessus du modèle


2. à l’aide du mode de sélection fenêtre , sélectionner une pan de structure
3. cliquer sur l’icône
4. repasser en vue de face ou perspective pour observer les éléments.

Couleur par défaut : cette case contient les règles d’affichage des couleurs par :
Défaut : affichage par défaut, la couleur utilisée est celle du cadre Affichage des entités et
des détails.
Matériaux : chaque matériaux est affiché d’une couleur différente.
Dimensions : les éléments dimensionnés sont affichés d’une couleur différente de ceux qui
ne le sont pas.
Attributs : suivant leurs statuts RDM et vis à vis de la descente de charges les
éléments sont affichés de différentes couleurs : par exemple :
Les poutres principales et secondaires se distinguent.
Erreur : les éléments objet d’erreur sont affichés en rouge.

Polices et détails
affiche la boite de dialogue de paramétrage des détails :

 Polices et symboles
Numéro : taille de la police des numéros d’éléments
Détail : taille de la police des équarissage des éléments quand ils sont affichés sur la
structure, ou des valeurs des charges appliquées par l’utilisateur.
Symboles : taille des symboles représentant les éléments : par exemple le carré pour le
poteau, le triangle pour la semelle isolée etc …

122 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Détails
Perspective en couleur : lors du rafraîchissement avec les détails de la vue en perspective,
tous les étages sont colorés et non plus seulement le niveau actif.
Dessin entre axes : les éléments ne sont plus représentés en volume mais seulement par
leur axe même en mode de rafraîchissement « détail ».
Montrer les liaisons : si cette case est cochée la sélection d’un élément fait apparaître des
flèches, montrant la propagation de son chargement dans les entités auxquelles il est lié (en
phase d’analyse et de calcul).
Affichage des axes locaux : si cette case est cochée le rafraîchissement de l’écran avec
les détails montre alors les repères locaux des éléments. Un repère local est un repère lié
rigidement à l’élément et dans lequel sont exprimés les résultats issus des calculs aux
éléments finis. Le trait épais représente l’axe x, le trait fin l’axe y, l’axe z n’est pas représenté
mais ferme le trièdre direct x,y,z.
Par exemple :

N.B. : Pour améliorer la lisibilité des axes locaux activer l’option « Dessin entre Axes ».

e) Options / Résultats
Cette boite de dialogue permet de modifier les options relatives à la représentation des
résultats.

Accès
• Par le menu Options / Résultats

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 123


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la commande Options / Résultats.
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
3. Refermer la boite de dialogue par la croix en haut à droite, ou par la touche Echap : son
contenu est enregistré

! Remarque !
Ces options sont utilisées partout où des efforts peuvent être représentés, notamment sur les plans, et dans les notes
de calcul.

Contenu de la boite de dialogue


Onglet Sélection
 Sélection des cas de charges
Seuls les cas de charges cochés sont présentés dans l’exploitation graphique ou textuelle
(notes) des résultats.

 Sélection des composantes


Les composantes cochées sont prises en compte dans l’exploitation graphique des résultats,
ainsi que dans les notes de calcul.

Onglet Fondations

124 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Repère d’exploitation
Pour les semelles ponctuelles, dans le cadre du calcul aux éléments finis, l’utilisateur a le
choix du repère dans lequel sont donnés les résultats :
A gauche : le repère global.
A droite : le repère local lié à l’élément.

 Semelles Filantes – Méthode Traditionnelle


L'utilisateur a trois possibilités pour afficher sur la longueur de l’élément les efforts répartis
(les efforts ponctuels sont affichés normalement) :
Exploiter la liste des efforts : tous les efforts internes (issus de la DDC) sont représentés.

Exploiter la somme des efforts : les efforts sont sommés, sur chaque morceau de
travée, de manière à constituer une enveloppe. L’onglet Paramétrage permet de choisir
quels cas de charges sont pris en compte dans la somme.

Echelle : paramètre définissant l'échelle de représentation des efforts dans le cas de la


troisième représentation.

Exploiter les efforts linéarisés sur la travée : les efforts sont linéarisés, sur la longueur de

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 125


ARCHE Ossature Edition août 2017

l’élément, en efforts rectangulaires équivalents (efforts moyens).

Exploiter le torseur au centre de gravité : la résultante des efforts verticaux est rapportée
au centre de gravitée de la semelle.

 Semelles Filantes – Méthode Eléments finis


Exploiter le torseur au centre de gravité : la résultante des efforts verticaux est rapportée
au centre de gravitée de la semelle.

Limiter le torseur aux composantes dans le plan : seules les composantes Nx, Ty, Mz
sont prises en compte dans l’exploitation des résultats.

Onglet Verticaux

126 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Voiles - Méthode Traditionnelle


L'utilisateur a trois possibilités pour afficher sur la longueur de l’élément les efforts répartis
(les efforts ponctuels sont affichés normalement) :

Exploiter la liste des efforts : tous les efforts internes (issus de la DDC) sont représentés.

Exploiter la somme des efforts : les efforts sont sommés, sur chaque morceau de travée,
de manière à constituer une enveloppe. L’onglet Paramétrage permet de choisir quels cas de
charges sont pris en compte dans la somme.

Echelle : paramètre définissant l'échelle de représentation des efforts dans le cas de la


troisième représentation.

Exploiter les efforts linéarisés sur la travée : les efforts sont linéarisés, sur la longueur de
l’élément, en efforts rectangulaires équivalents (efforts moyens).

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 127


ARCHE Ossature Edition août 2017

Exploiter le torseur au centre de gravité : la résultante des efforts verticaux est rapportée
au centre de gravitée de la semelle.

Echelle : paramètre définissant l'échelle de représentation des efforts dans le cas de la


troisième représentation.

Linéariser les efforts pour le ferraillage précis : le chargement de l’élément est


uniformisé pour le calcul de son ferraillage par le module correspondant.

 Voiles – Méthodes aux éléments finis


Exploiter les résultats au : les résultats sur le voile sont donnés sous forme de torseur aux
différents points spécifiés.

Limiter le torseur aux composantes dans le plan : seules les composantes Nx, Ty, Mz
sont prises en compte dans l’exploitation des résultats.

Onglet Horizontaux

128 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Dalles
Exporter les dalles du modèle vers : l’utilisateur peut faire calculer le ferraillage (Analyser /
Ferraillage) soit par le module dalle (calcul traditionnel), soit par le module plaque (calcul au
éléments finis).

 Poutres – Méthode Traditionnelle


L'utilisateur a trois possibilités pour afficher sur la longueur de l’élément les efforts répartis
(les efforts ponctuels sont affichés normalement) :
Exploiter la liste des efforts : tous les efforts internes (issus de la DDC) sont représentés.

Exploiter la somme des efforts : les efforts sont sommés, sur chaque morceau de travée,
de manière à constituer une enveloppe. L’onglet Paramétrage permet de choisir quels cas de
charges sont pris en compte dans la somme.

Echelle : paramètre définissant l'échelle de représentation des efforts dans le cas de la


troisième représentation.

Exploiter les efforts linéarisés sur la travée : les efforts sont linéarisés, sur la longueur de
l’élément, en efforts rectangulaires équivalents (efforts moyens).

Linéariser les efforts pour le ferraillage précis : le chargement de l’élément est


uniformisé pour le calcul de son ferraillage par le module correspondant.

 Poutres – Méthode Eléments Finis


Exploiter les résultats en : l’utilisateur spécifie les points auxquels les résultats sont
donnés. I et J sont l’origine et l’extrêmité de la poutre (l’origine de la poutre est l’extrêmité
près de laquelle est affichée son numéro). Les points singuliers sont les intersections de la
poutre avec d’autres éléments.

Limiter le torseur aux composantes dans le plan : seules les composantes Nx, Ty, Mz
sont prises en compte dans l’exploitation des résultats.

Onglet Paramétrage

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 129


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Paramétrage des efforts


Exploiter les efforts : Cette option permet de choisir le mode d’affichage des résultats
concernant les surcharges d’exploitations : valeurs minimales, maximales, ou les deux
simultanément.
Elle n’est accessible que dans le cas où vous activez l’option calcul en travée chargée –
déchargée dans la boite de dialogue Hypothèses / Méthode de calcul DDC / Méthode
règlementaire .

Précision : paramètre définissant la précision d'affichage des efforts dans les notes de
calcul et sur les plans.
Si l'unité courante d'affichage des efforts est la tonne et que la précision demandée est de
100 kg, les efforts ne sont alors représentés qu'avec une décimale.

Seuil : paramètre définissant le seuil sous lequel les efforts ponctuels ne sont pas
représentés à l'écran, ni détaillés dans la note.

Lissage : paramètre de lissage de la courbe enveloppe.


les paramètres "Echelle" et "Lissage" ne sont accessibles que dans le mode de
représentation des efforts sous forme de courbe enveloppe.

 Paramétrage de l’affichage
Afficher le titre des cas sur les graphiques : commande l’affichage des noms des cas de
charges lors de l’exploitation graphique des résultats (« G », « Q », « AC »).

Cas de charges à inclure dans l’exploitation sommée : les cas de charges cochés sont
pris en compte dans l ‘exploitation de la somme des efforts (voir les précédents onglets).

Police des efforts : taille d’affichage des résultats lors des exploitations graphiques.

130 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

f) Options / Notes
Cette fenêtre permet de modifier les options relatives à l'établissement des notes de calcul,
des métrés et des notes d'inerties.
Accès
• Par le menu Options / Note

Fonctionnement
1. Activer la commande Options / Notes.
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
3. Refermer la boite de dialogue par la croix en haut à droite, ou par la touche Echap : son
contenu est enregistré
Contenu de la boite de dialogue
Afficher les conventions : case à cocher permettant d'insérer (ou non) au début du
document les descriptions des données présentées dans les tableaux.

Limiter les sauts de pages case à cocher permettant de minimiser les sauts de pages entre
les différents paragraphes des documents.

 Note de calcul
Ne contient qu'un bouton qui permet d'indiquer la présence (ou non), d'informations
concernant les centres de poussées des charges à la fin de la note de calcul.

Métré
Ne concerne que la mise en page des métrés.
 Matériaux
liste permettant de sélectionner (présence du symbole "√") les matériaux inclus dans les
métrés.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 131


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Contenu
liste des chapitres constituant le métré. L'activation de ces boutons radio permet de définir la
présence ou l’absence des chapitres: Détail (métré proprement dit) - Somme et ratios -
Prix.

Présentation générale
En tête de fax : ce bouton coché, le document est imprimé avec une entête de fax.
Le destinataire du fax peut alors être sélectionné dans la case adjacente, l’entête est
renseignée par les informations saisies dans la liste des intervenants .

Document : la liste adjacente donne accès à différentes présentations des documents :


• Brouillon : sortie « au kilomètre » sans mise en page des documents.
• Sans page de garde : les documents sont mis en page, mais il n’y a pas de page de
garde.
• Avec page de garde : les documents sont mis en forme, mais avec une page de garde.

Configuration
Export Excel : cette case cochée,les notes sont éditées au format Excel.
Police, Relief : forcent la mise en forme.
Mise en page des documents : ouvre une boite de dialogue permettant de paramétrer la
numérotation des pages, l’emplacement des titres,etc…

Configuration de l’impression :
Boite de dialogue standard windows de configuration de la sortie imprimante. Il est possible
d’y choisir l’orientation, la taille du papier, l’imprimante de sortie, etc …

Nombre de ligne par page : fixe le nombre de lignes par page.

132 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

f) Options / Plans
Cette fenêtre permet de modifier des options relatives aux plans.

Accès
• Par le menu Options / Plan.

Fonctionnement
1. Activer la commande Options / Plans
2. Mettre à jour le contenu de la bote de dialogue
3. Refermer la boite de dialogue par la croix en haut à droite, ou la touche Echap : son
contenu est enregistré.

Contenu de la boite de dialogue


 Efforts représentés
Permet d'indiquer à Ossature les éléments pour lesquels nous souhaitons représenter les
efforts lors du tracé des plans ou lors des sorties DXF .

 Couches
Zone de paramètres utilisés lors de l'exportation de fichiers au format DXF (vers AUTOCAD
ou ALLPLAN par exemple).

Chaque famille d'éléments du plan (Dalle, Poutre, Poteau, ...) peut être placée dans une
couche différente. La colonne de numéros permet de définir le numéro de couche, à laquelle
appartiendra chaque élément.

Il existe deux manière de générer des fichiers DXF :


1. Utilisation de l'option Fichier / Exporter / Dxf : Seuls les axes des éléments sont générés et
ils sont placés dans les couches associées aux éléments.
2. Utilisation de l'option Document / Dxf : un fichier correspondant à l'affichage "détaillé" (les
éléments représentés avec leurs dimensions, et/ou les charges appliquées par l’utilisateur)
est généré. Les axes ne sont par représentés et tous les traits sont alors placés dans la
couche "Détails".

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 133


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Configuration
Coefficient multiplicatif / épaisseurs des traits d’imprimante : multiplie l’épaisseur par
défaut du trait imprimé. Ce coefficient est utile lorsque le trait par défaut du traceur ou de
l’imprimante est trop fin.

Cartouche des plans


ouvre une boite de dialogue paramétrant des données du cartouche.

Fichier / Date heure : affiche dans un cadre du cartouche : le fichier avec son chemin
complet, la date et l’heure courantes.
Informations complémentaires : affiche (ou non) dans un cadre du cartouche le nombre
d’étages du modèle, la date de la boite de dialogue Fichier / Affaire, le nom du modèle.

Configuration de l’impression
configuration standard de l’impression de windows : choix des formats, orientation,
imprimante de sortie, etc …

h) Options / Avertissements
Ce menu permet de paramétrer la liste des avertissements à mettre en oeuvre lors des
opérations de vérification, de modélisation et de calcul.

Accès
• Par le menu Options / Avertissements.
Cette fonction est active dans tous les cas de charges.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Options / Avertissements
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue
3. Refermer la boite de dialogue par la croix en haut à droite, ou par la touche Echap : son
contenu est enregistré.
Contenu de la boite de dialogue

134 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Lorsque la case jouxtant un message n’est pas coché celui ci n’apparaît pas.
L’explication des messages est donnée dans les chapitres suivant :

 Vérification
Erreurs générées par la fonction Analyser / Vérifier

 Modélisation
Erreurs générées par la fonction Analyser / Modéliser

 Calcul
Erreurs générées par la fonction Analyser / Calculer DDC

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 135


ARCHE Ossature Edition août 2017

8. Commandes du menu Outils

a) Outils / Séquence Calcul


Cette commande permet d’automatiser la procédure de calcul.

Accès
• Par le menu Outils / Séquence de calcul

Fonctionnement
1. Activer la commande Outils / Séquence de calcul.
2. Mettre à jour le contenu de la fenêtre.
3. Refermer la fenêtre par Ok ou Annuler.
La réponse Ok lance le déroulement de la séquence.

Contenu de la boite de dialogue


Les boutons correspondent aux fonctions suivantes :

Fusionner : Modifier / Fusionner


Statuts aux vents : Analyser / Neige et vent / calcul des statuts
Coefficients ce-ci : Analyser / Neige et vent / calcul des coefficients ce-ci
Vérifier : Analyser / Vérifier
Modéliser : Analyser / Modéliser
Calculer DDC : Analyser / Calculer DDC
Vérifier Prédim : Analyser / Vérifier Dimensions
Calculer Ferraillage : Analyser / Calculer Ferraillage

136 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Outils / Séquence Impressions


Cette fonction permet d’automatiser la production de documents.

Accès
• Par le menu Outils / Séquence Impressions
Cette fonction est active dans toutes les phases de calcul.

Fonctionnement
1. Choisir la représentation souhaitée de la structure (vue en plan, ou perspective, …).
2. Activer la fonction Outils / Séquence Impressions, mettre à jour le contenu de la fenêtre.
3. Refermer la fenêtre avec le bouton OK ou ANNULER. Si la fenêtre est close par OK la
production des documents est immédiate.

! Remarque !
Avant de lancer toute séquence d'impression, il est fortement conseillé d'activer la fonction Aperçu avant impression,
accessible dans la fenêtre Options de l'affichage .

Contenu de la boite de dialogue

! Attention !
En plus des paramètres du cadre « Plans » de la fenêtre « séquence d'impression », le contenu de chaque
document est défini par les différents choix que vous avez effectués dans le menu Options :

Vue en cours : en vue en plan, les plans des différents étages constituent une séquence d'impression.
en perspective, la séquence ne comprend qu'un plan.

Paramètres d'affichage : seuls les éléments visibles seront représentés sur les plans mais avec les paramètres choisi
dans Options / Affichage .

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 137


ARCHE Ossature Edition août 2017

Paramètres de représentation des efforts .

Paramètres de configuration des plans .

Les notes de calcul et les métrés dépendent des paramètres de la boite de dialogue Options/Notes .

 Choix des documents :


des cases à cocher permettent de sélectionner les types de document à imprimer. Les plans
de repérages se distinguent des plans (tout court) par le fait que, sur ces types de plans,
seuls les numéros des éléments apparaissent automatiquement.

 Plans :
Cumuler tous les détails sélectionnés : si cette option est activée, les détails des éléments
(Numéro, Chargement, Dimensions) sélectionnés dans la fenêtre "Options de l'affichage ",
sont superposés sur les mêmes plans. Sinon, la séquence d'impression génére autant de
versions de plans ( trois au maximum) qu'il y a de types de détails sélectionnés.

Regrouper les documents par étages : en activant cette option, les documents sont
classés par étages à la sortie de l'imprimante.

Colonne de boutons famille 1 à famille 6 : chaque famille constitue un type de plan que le
programme va produire par étage. Cliquer sur le bouton famille ‘n’ permet de sélectionner
les éléments à faire apparaître simultanément sur le même plan.

Les boutons Traceur et DXF permettent de définir la nature de la sortie des plans. Le choix
DXF génère des fichiers graphiques DXF placés dans le répertoire de l’étude en court, les
noms des fichiers générés sont de type : ‘Ostxx.DXF’ où xx est un compteur qui
s’incrémente automatiquement.
Le bouton Traceur envoie les données à l’imprimante .

! Attention !
L’envoi des plans à l’imprimante est immédiat ou différé suivant l’état de ce paramètre dans la fenêtre Documents /
Tracé .

La case ‘N plans’ indique le nombre de plans générés par la configuration en cours.

voir aussi
Document / Tracé

c) Outils / Compter
Cette fonction compte tous les éléments du modèle en cours.

Accès
• Par le menu Outils / Compter
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

138 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Fonctionnement
1. Activer la fonction Outils / Compter

Contenu de la boite de dialogue


 étage
tous : le décompte se fait sur tous les étages
de : le décompte ne prend que les éléments situés entre les étages spécifiés (ceux-ci
compris)

 bilan mémoire
Sont indiquées :
La taille de mémoire disponible : espace libre de la mémoire vive totale (RAM) au moment
de l’activation de la fonction Outils/Compter.

La taille de mémoire maximale disponible pour le modèle : cette valeur est saisie par
l’utilisateur dans la plateforme OMD dans le menu Configuration/Environnement dans la
partie espace alloué au modèle.

Pourcentage utilisé : pourcentage de la taille mémoire maximale disponible pour le modèle


utilisée par le modèle : l’utilisateur peut donc régler la valeur l’espace mémoire alloué au
modèle d’après ce pourcentage, au fur et à mesure de la saisie de la structure.

! Conseil !
Il vaut mieux conserver le « pourcentage utilisé » en dessous de 90 %. Pour ce faire il suffit d’augmenter la taille
mémoire maximale disponible pour le modèle dans la plateforme OMD (Configuration / Environnement) dès lors que le
pourcentage devient trop important.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 139


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Outils / Grille
Cette fenêtre donne accès aux paramètres de la grille de saisie

Accès
• Par le menu Outils / Grille
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.

Fonctionnement
1. Activer la fonction Outils / Grille :la Grille est affichée en fond de plan.
2. Mettre à jour le contenu de la boite de dialogue.
3. Refermer la boite de dialogue à l’aide de la croix en haut à droite, ou de la touche Echap
: son contenu est enregistré.

La grille permet de positionner des éléments. L'accrochage peut en effet s'effectuer sur ses
intersections.

Ce dispositif est plus qu'un outil permettant de définir des trames fixes. Combiné avec l'outil
"Coordonnées ", il devient une fonction très puissante : définition de perpendiculaires, de
parallèles, de nouveaux repères provisoires.

La grille est définie par une origine, un pas en x, un pas en y, et un angle d'orientation.

 Origine :
elle est définie par ses coordonnées, données dans le repère global. Ces coordonnées
peuvent être obtenues grâce à l'outil "Coordonnées ".

 Pas :
les pas sont définis dans deux directions orthogonales, en x et en y. Ils sont totalement
indépendants.

 Angle :
donné en degré (positif dans le sens trigonométrique), il définit l'orientation de la grille par
rapport au repère global. Il peut être défini grâce à l'outil "Coordonnées ".

! Remarque !
Cet angle peut orienter les copies et les déplacements si l’option Relatif à la grille de ces fonctions est cochée.

140 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

e) Outils / Coordonnées
Cette fonction permet l’acquisition graphique et le transfert de coordonnées de points et de
vecteurs.

Accès
• Par le menu Outils / Coordonnées
• Raccourci ALT + D
Cette fonction est active dans toutes les phases du calcul.
Fonctionnement
Cet outil permet trois types d'actions :
1. Vérifier le positionnement des éléments et déterminer la distance précise séparant deux
points.
2. Définir la grille par une nouvelle origine et une nouvelle orientation.
3. Définir un vecteur de translation, un centre de rotation ou de symétrie pour les fonctions
Copier / Déplacer .

Les paragraphes suivants décrivent les démarches à suivre pour réaliser les différentes
actions définies ci-dessus.

Action 1 : Vérifier le positionnement des éléments et déterminer la distance précise séparant


deux points.
1. Activer la commande Outils/Coordonnées. Dans la zone graphique le curseur de la souris
est représenté par une croix. Le menu d'accrochage est actif.
2. Cliquer un point grâce au mode d’accrochage souhaité (Grille, Extrémité, Centre,
Longueur, ...).
3. Les coordonnées du point apparaissent au niveau "point 1" dans la zone de statut.
4. Pointer un second point de la structure.
5. Les coordonnées du second point apparaissent au niveau "point 2" dans la zone de
statut.

Les coordonnées du vecteur P1P2 sont données. La distance ||P1P2|| est calculée.

Action 2 : Définir la grille par une nouvelle origine et une nouvelle orientation.
1. Vérifier que la grille est désactivée et activer la commande Outils / Coordonnées. Dans la
zone graphique la souris est représentée par une croix. Le menu de positionnement est
actif.
2. Pour définir l'origine de la grille, pointer un point grâce au mode d’accrochage souhaité.
3. Les coordonnées du point apparaissent au niveau "point 1" dans la zone de statuts.
4. Pour définir l'orientation de la grille, cliquer un second point de la structure.
5. Ces deux points définissent un vecteur. Ce vecteur forme un angle θ avec l'axe des
abscisses du repère global.
6. Activer la commande Outils / Grille. L’angle par défaut d’orientation de la grille prend la
valeur θ. Rendez la grille visible.

Action 3 : Définir un vecteur de translation, un centre de rotation ou de symétrie pour


les fonctions Copier/Déplacer.
1. Sélectionner l'entité à copier ou à déplacer et activer la commande Outils / Coordonnées.
Dans la zone graphique la souris est représentée par une croix. Les modes d’accrochage
sont actifs.
2. Pour définir un vecteur de translation, pointer un point grâce au mode d’accrochage
souhaité.
3. Les coordonnées du point apparaissent au niveau "point 1" dans la zone de statuts.
4. Pointer un second point de la structure. Ces deux point définissent un vecteur de
translation.
5. Activer une des fonctions (Modifier / CAO / Copier ) ou (Modifier / CAO / Déplacer ).
6. Sélectionner une translation. Le vecteur de translation est celui défini plus haut.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 141


ARCHE Ossature Edition août 2017

7. Sélectionner une rotation ou une symétrie. Le centre de cette transformation correspond


au dernier point choisi.

Voir aussi
Outils / Grille

142 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

9. Commandes du menu ?

a) ? / Aide

Utilisation des fonctionnalités de l’aide.

Il y a trois manières de trouver un paragraphe d’aide :


• en passant par le sommaire de l’aide : si vous connaissez déjà la commande que vous
recherchez.
• en passant par l’index : si l’objet de votre recherche se rapporte à un mot clé présent
dans l’index, sa sélection affiche les paragraphes auxquels il est lié.
• En passant par Rechercher : si l’objet de votre recherche ne se rapporte pas à un mot
clé de l’index, vous pouvez saisir un ou plusieurs mots, l’aide affiche alors la liste des
rubriques dans lesquelles ils apparaissent.

b) ? / A propos de
Cette commande donne des informations générales relatives au logiciel : la version du
programme et un extrait du copyright.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 143


ARCHE Ossature Edition août 2017

10. Liste des erreurs

a) Erreurs générées par la fonction "Vérifier"

A . Vérifier / Saisie

La liste des vérifications effectuée est la suivante :

(E) signifie qu’il s’agit d’une erreur : le processus du calcul ne peut se poursuivre avant sa
résolution.
(A) signifie qu’il s’agit d’un avertissement : le processus du calcul n’est pas arrêté mais
les résultats peuvent être altéré.

 Vérification de croisement des éléments

(E) « Cette poutre a une intersection avec une autre poutre » : deux poutres ne
doivent pas être en partie confondues.
(E) « Cette poutre est en partie confondue avec un voile » : une poutre ne doit pas être en
partie confondue avec un voile.
(E) « Ce voile a une intersection avec un autre voile » : deux voiles ne doivent pas
être en partie confondus

(E) « Cette Semelle filante a une intersection avec une autre Semelle filante » : deux
semelles filantes ne doivent pas être en partie confondues
(E) « Cette Semelle filante a une intersection avec une autre Semelle filante » : Deux
semelles filantes ne doivent pas se croiser

 Vérification sur les voiles

(A) « Ce voile défini en poutre voile ou en console repose sur des semelles » : un voile, dont
les attributs « poutre voile » ou «
console » sont activés, repose sur des semelles isolées ou filantes.

 Vérification sur les dalles

(A) « Cette dalle comporte des éléments (porteurs ou charges) noyés » : un voile de l'étage
supérieur dont l'attribut « Console
» ou « Poutre voile » est activé ne doit pas se situer à l'intérieur de la dalle. Un poteau, un
voile ou une poutre de l'étage de la dalle ne doit pas se situer à l'intérieur de la dalle.

(A) « Cette dalle a une intersection avec une autre dalle » : deux dalles d'un même étage
ne doivent pas avoir d'intersection.
(E) « Cette dalle a été conçue avec trois points alignés » : une dalle ne doit pas
comporter 3 points alignés.

 Vérification sur les semelles

(A) « Cette semelle repose sur un élément de la structure » : aucun élément de structure ne
doit se situer sous les semelles.

 Vérification de la numérotation

(E) « Deux éléments de cet étage ont le même numéro » : les éléments de même type
appartenant au même étage ne doivent pas avoir le même numéro.
si deux poutres de l'étage 5 ont le numéro 12, deux erreurs sont générées (une pour chaque
poutre)

144 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Vérification sur la cohérence des matériaux

(E) « Cet élément référence un matériau auquel il n'a pas droit » : chaque élément de la
structure doit référencer un matériau qui lui est permis par la fenêtre (Hypothèses / Matériaux
). Il arrive parfois que ce ne soit pas le cas, lorsqu'on a effectué une modification globale.

B. Vérifier / Emprises

Vérification des emprises des volumes de béton des différents éléments :

(A) « Une extrêmité de cet élément appartient au volume de béton d'une autre sans être
sur son axe ou bien ils ont un volume de béton en commun mais des axes disjoints »

deux éléments ont :

· soit : un volume de béton en commun, mais des axes disjoints : ce qui n’est pas
logique puisque si leurs axes ne sont pas connectés un effort ne passe pas de l’un à l’autre.

· soit : un volume de béton en commun, des axes concourants, mais l’extrêmité d’un
axe ne s’arrête pas sur l’autre mais dans le volume de béton : un petit élément est alors créé
avec des répercussions sur le ferraillage précis et la descente de charge.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 145


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Erreurs générées par la fonction "Modéliser"

Les points contrôlés sont les suivants :

 Intersections et croisement d'éléments


(E) « Cette poutre a une intersection avec une autre poutre » : deux poutres ne doivent pas
se croiser.
(E) « Ce voile a une intersection avec un autre voile » : deux voiles ne doivent pas se
croiser.
(E) « Cette poutre est en partie confondue avec un voile » : une poutre ne doit pas
reposer en partie sur un voile

(E) « Ce poteau est noyé dans un voile » : un poteau ne doit pas "être noyé" dans un
voile : il ne doit pas se situer au milieu d'un voile. Il faut pour se ramener à ce cas là faire
deux voiles différents encadrant le poteau.

 Incohérence d'un Super Elément


(E) « Ce Super élément a une numérotation discontinue » : il faut que le super élément
(Ex : poutre continue) aie une numérotation croissante du début à sa fin :

Ceci est valable pour les poutres et pour les voiles.

 Vérification de la stabilité des éléments

(E) « Ce poteau n'est pas porté » : poteaux sans porteur.


(E) « Cette dalle n'est pas stable » : la dalle n’est pas portée.

146 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

(E) « Cette poutre est instable (pas de porteur ou console instable) » : poutres instables :

(E) « Ce voile est instable » : de la même manière qu’une poutre, un voile peut être
instable dans les mêmes cas de figures.
(E) « Cette poutre est sur un réseau tournant » : réseau de poutres "tournant"
Dans la configuration suivante, il est impossible de distinguer la poutre principale :

Cette erreur concerne aussi les voiles : « Ce voile est sur un réseau tournant » .

 Eléments non liés


« Ce porteur ne reprend aucun élément »
(A) Ossature attire notre attention en signalant en vert sombre les entités qui ne
supportent pas d'autres entités.

 Voiles hétérogènes :
« Ce 'Super'-voile est composé de murs et de poutres-voiles»
(A) Ossature signale en vert les "super-voiles" qui comportent des portions fonctionnant
en mur et d'autres en paroi-fléchies. Cette détection est notamment utile lors de l'exportation
vers les modules de ferraillages.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 147


ARCHE Ossature Edition août 2017

Manuel d'utilisation

Introduction

L’objet de ce manuel est de fournir, sans être exhaustif, des solutions simples à des
problèmes courants que peut rencontrer l’utilisateur.

Ce document est donc subdivisé en cinq parties :


 Démarrage : présente les notions indispensables pour bien commencer un projet.

 Quelques règles à respecter : énonce quelques principes simples conduisant la


création d’un modèle.

 Vérification du modèle : donne des moyens simples de s’assurer de la validité du


modèle.

 Astuces de modélisation : offre quelques moyens simples de modéliser des éléments


courants de construction.

 Exploitation des résultats : décrit les différentes manières d’exploiter les résultats du
calcul.

148 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

A.- Démarrage

1.- Gérer ses dossiers dans OMD

A leur démarrage les applications d’OMD travaillent et communiquent à l’intérieur du dossier


sélectionné sur la plateforme. Aussi il est logique d’associer une étude à un dossier.

Pour éviter que deux études ne se « mélangent », il est donc fondamental, avant de lancer
une application, de commencer par sélectionner un dossier existant ou de créer celui dans
lequel on va travailler.

Les modules d’OMD travaillent sur les fichiers contenus dans l’étude « Hotel du Large »

Pour créer un nouveau dossier :


1. Sélectionner dans l’arborescence le répertoire qui va contenir le nouveau dossier.
2. Activer la fonction Dossier/Nouveau.
3. Nommer le nouveau dossier directement dans l’arborescence.

Pour sélectionner un dossier existant :


1. Cliquer sur le dossier voulu dans l’arborescence : celui ci s’ouvre et se colore en bleu.

L’ensemble des dossiers est stocké dans ce qu’on appelle le « répertoire de travail ». Dans
l’exemple montré plus haut, le répertoire de travail est D:\GRAITEC\Projects.

Pour changer de répertoire de travail il suffit d’ouvrir la fenêtre Configuration / Environnement


et de saisir le nouveau chemin à la ligne correspondante.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 149


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Paramétrer l'application Ossature

A l’ouverture d’Ossature il est important de commencer par paramétrer son espace de


travail :

a) Créer ou ouvrir un modèle existant :


Une fois le dossier choisi, l’utilisateur peut lancer Ossature.
Création d’un nouveau modèle : activer la fonction Fichier / Nouveau .
Ouverture d’un modèle existant : activer la fonction Fichier / Ouvrir , ou la liste
des derniers fichiers ouverts.

b) Gérer les informations concernant l’affaire


Les informations saisies dans la boite de dialogue Fichiers / Affaire sont reprises dans
l’ensemble des documents produits par le programme. Entête de note de calcul et
cartouches de plan sont remplies à partir de ces informations.
Cette fenêtre peut être renseignée et modifiée à tout moment du déroulement de l’affaire.
L’ensemble des données de cette boite de dialogue est valable pour l’ensemble des modèles
du dossier.

c) Gérer les unités et les matériaux


Bien que ces hypothèses soient modifiables à tout moment du déroulement de l’étude, il est
souvent plus aisé de choisir, dès le commencement, les unités de travail et de créer les
matériaux qui vont être utilisés. Il faut bien sur alors spécifier aussi leurs règles de
prédimensionnement .

150 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

3.- Du bon usage du fichier défaut

a) Le fichier Default

Le fichier « Default.ost » du dossier en cours contient le jeu d’hypothèses qui est repris
dans chaque nouveau modèle de ce dossier. Il s’agit en particulier des unités utilisées et des
données concernant les matériaux : catalogue, paramètres de calcul, etc…mais aussi les
configurations d’affichage, d’exploitation des résultats, …

Pour enregistrer le jeu d’hypothèses qu’on souhaite voir repris dans chaque nouveau modèle
du dossier, il suffit :
1. Ouvrir le fichier « Default.ost » : Fichier / Ouvrir
2. Modifier dans celui ci les hypothèses concernées
3. Enregistrer le fichier : Fichier / Enregistrer

b) Le répertoire Default

Lorsque vous créez un nouveau dossier dans la plateforme OMD, vous souhaiterez peut être
que votre fichier « Default.ost » soit automatiquement mis à jour avec un ensemble de
paramètres définis une fois pour toute, pour ce faire :
1. Paramétrer le fichier « Default.ost » d’un dossier.
2. Copier ce fichier vers le répertoire Default.

Ainsi comme à chaque création de dossier, le contenu du répertoire Default est copié dans le
nouveau dossier, le fichier Default.ost est automatiquement pris en compte.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 151


ARCHE Ossature Edition août 2017

B. Quelques règles à respecter

1.- Modéliser le bâtiment

a) Construire un modèle de calcul

Nous vous conseillons de "modéliser" le bâtiment dont vous avez à faire la descente de
charges. Ne saisissez pas le plan de coffrage exact, vous devez faire un modèle de calcul
qui sera nécessairement à certains endroits un peu différent du plan de coffrage.

La raison de ce conseil n'est pas liée aux limites de Ossature, mais à la limpidité de l'analyse
de la structure. Ossature est capable de traiter un modèle fidèle au plan de coffrage, mais la
multiplication des entités "parasites" accroît, d'une part, le temps de saisie et de mise au
point du modèle, et d'autre part, de façon exponentielle la masse des résultats fournis par le
programme.
Un modèle fidèle jusque dans les moindres détails au plan de coffrage pourra, alors, (et ce
surtout si vous êtes débutant dans l'utilisation du programme) allonger inutilement le temps
d'étude.

b) Repérer les symétries et autres particularités géométriques du bâtiment


Le temps de saisie peut être considérablement raccourci en exploitant les
particularités géométriques du bâtiment.
Par exemple :
• Si la structure comporte un axe de symétrie, il suffit d’en saisir la moitié puis d’opérer
une copie de celle ci par symétrie .

Attention : il faut placer la structure de sorte que l’axe de symétrie soit parallèle à un axe du
repère global. Il est possible de modéliser la structure dans une position de la déplacer pour
faire la symétrie et de ramener l’ensemble à sa position initiale.

• Si une partie de la structure se répète : il suffit de la saisir une fois et d’opérer les
copies nécessaires.

152 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Vue de dessus de la structure à modéliser Partie de la structure modélisée pour être copiée

c) Utiliser les trames


Les files peuvent être utilisées pour créer la structure, aider la lecture des plans, le repérage
des éléments.
Par exemple :

pour placer un élément à l’intersection de deux files, on utilise le mode d’accrochage


‘intersection ’ ou ‘magnétique ’.

d) Dupliquer et modifier les étages


Lorsqu’un bâtiment comporte une série d’étages identiques ou peu différents les uns des
autres, il vaut mieux saisir le premier niveau au bas de la série puis le dupliquer et/ou
modifier.

Duplication, modification d’un niveau :


1. Rendre actif le niveau à dupliquer (contrôle étage )
2. Lancer la fonction Modifier / Etage en choisissant les options ‘Créer au dessus’ et ‘En
recopiant’. Attention la duplication crée des niveaux toujours au dessus de celui activé.
3. Modifier éventuellement le niveau obtenu : il est possible de s’aider des éléments existant
aux autres niveaux pour positionner les nouveaux en utilisant Options / Affichage :
Etages Visibles et les Changements de vue.

Pour créer des niveaux au dessous de l’étage actif :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 153


ARCHE Ossature Edition août 2017

1. Rendre actif l’étage au dessous duquel on souhaite créer le niveau.


2. Lancer la fonction Modifier / Etage , en choisissant les options ‘Créer au dessus’ et ‘En
recopiant’.
3. Un étage identique à l’actif est créé au dessus de celui ci et l’ensemble du bâtiment est
décalé d’un niveau vers le haut. Il suffit alors de reprendre le niveau inférieur et d’en
modifier le contenu.

5 2) lancer la fonction Modifier 5


/ Etage
4 4
Etage actif après la
duplication
3 3

2 2

1 1

1
1) rendre actif le niveau au
dessous duquel l’étage doit
être créé
3) rendre actif ce
niveau et le modifier

L’opération Modifier / Etage peut être reproduite autant de fois que nécessaire avant
modification des étages générés.

Attention : assurez vous que lors des décalages successifs que les noms d’étage suivent
bien les niveaux auxquels ils sont liés.

154 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Construire proprement le modèle

Ossature intègre une notion de tolérance de saisie paramétrable par l'utilisateur.


Lors de l'interprétation du modèle, il détecte la jonction entre deux éléments si la distance
entre les deux points représentant leur intersection est inférieure à la tolérance. Cette
tolérance est paramétrable dans la fenêtre (Options / CAO) et est par défaut égale à 1cm.

d > 1 cm : La poutre 2 d < 1 cm : La poutre 2


est instable repose sur la poutre 1

La visualisation de la bonne liaison entre les éléments peut se faire grâce au menu (Analyser
/ Sonder ), et à l'option d'affichage (Options / Affichage => Police et détails => Montrer les
liaisons).
Vous devez donc être vigilant lors de la saisie du modèle à faire se coïncider à moins de la
tolérance ces points. La meilleure méthodologie est de toujours construire les entités
relativement les unes par rapport aux autres. Dans l'exemple précédent, il ne faut pas, à
priori, construire la poutre 2 en tapant toutes ses coordonnées au clavier, mais il faut la
construire en la faisant partir du centre (Mode d’accrochage milieu ) à l'autre point qui dans
cet exemple sera construit sur le poteau (Mode d’accrochage poteau ou extrêmité ).

Il faut être particulièrement vigilant sur ce point lors de la récupération de fichier DXF : voir
Fichier / Importer / DXF
Dans le cas de figure présenté par le premier schéma, il est toujours possible de relimiter la
poutre 2 jusqu’à la poutre 1. De manière générale les fonctions Relimiter , Aligner , Couper ,
etc… permettent de rattraper les erreurs de saisie.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 155


ARCHE Ossature Edition août 2017

3.- Respecter les fichiers "Pré" et "Post" Modélisation


Comme nous l'avons vu au chapitre concernant les poutres et les voiles, le programme
détecte automatiquement le mode de fonctionnement des "Super éléments" et les
décompose en plusieurs entités.

Décrivons une procédure classique de création de structure, de modélisation, et de


modification de cette structure après avoir effectué les calculs :

1. Vous commencez à saisir une structure (la zone d'avancement située en bas à droite de
l'écran, est sur la position "Saisie"). Votre structure est la suivante :

2. Vous lancez la modélisation (Analyser / Modéliser ) : le programme commence par


sauvegarder le modèle sous l'extension "ST1" correspondant au fichier "Pré-Modélisation",
ensuite il découpe les entités (la zone d'avancement est sur la position "Analyse"), et à la fin
sauvegarde le fichier sous l'extension "ST2" correspondant au fichier "Post-Modélisation",
votre modèle est le suivant :

Quand vous lancez le calcul (Analyser / Calculer ), le programme sauvegarde également


sous l'extension "ST2".

3. Vous désirez à présent faire une modification, par exemple déplacer un poteau :
Allez dans le menu (Modifier / Saisie ), à la question :

cliquez sur le bouton [Ouvrir le fichier de saisie] et quittez la fenêtre : vous aurez alors
retrouvé votre fichier "Pré-Modélisation" sur lequel vous pourrez faire toutes les modifications
que vous souhaitez.

Nous vous recommandons vivement de choisir cette option.

Si vous cliquez sur le bouton [Reprendre la saisie sur le fichier en cours] : vous
transformez votre fichier "Post-Modélisation" en un fichier "Pré-Modélisation". Lorsque vous
aurez déplacé le poteau le schéma de structure sera le suivant :

Et après la modélisation, la coupure n'ayant pas raison d'être, une instabilité sera détectée
pour la travée 1.1 :

156 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

C. Vérification du modèle

1.- Vérifier et calculer périodiquement le modèle

Vous devez vérifier graduellement la validité du modèle : votre modèle ne doit pas comporter
d'erreur (Analyser / Vérifier , Analyser / Modéliser , Analyser / Calculer ) et vérifier l'équilibre
des charges.
Nous vous conseillons de procéder de la façon suivante :

1. Saisir tout le premier étage sans dalles.


2. Vérifier, Modéliser, et Calculer. S'assurer qu'il n'y a pas d'erreur (signalées en rouge sur le
modèle), et vérifier le respect de l'équilibre des charges internes et des charges externes
(voir la note de calcul).
3. Ajouter les dalles et repasser un calcul.
4. Saisir le deuxième étage sans les dalles et refaire l'étape n° 2 et n°3.
5. Saisir les 'n' niveaux en répétant à chaque fois les étapes n°2 et n°3.

Le respect de cette méthode vous permettra de détecter d'éventuels problèmes


progressivement, et de construire le reste du modèle sur des bases fiables !

Erreurs simples
Certaines erreurs de saisies peuvent être corrigées de manière automatique avant le
traitement du modèle par l’exécution des commandes suivantes :

avant de faire Analyser / Vérifier ou Analyser / Modéliser :

Modifier / Fusionner : supprime les éléments superposés et dégénérés.


Modifier / Renuméroter : reprend la numérotation de chaque étage afin de rendre continue
la numérotation des éléments.

Il peut encore être utile de vérifier le chargement des dalles en le faisant apparaître (cocher
‘chargement’ sur la ligne des dalles dans Options / Affichage , et rafraîchir l’écran à l’aide de

l’icône adhoc : ).

Voir aussi
Connexion des éléments
Sens de portée des dalles

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 157


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Sens de portée des dalles

a) Modification des coefficients de portance :

Il est possible de modifier les sens de portée des dalles au delà des cas de portée sur 2 ou 4
appuis. Ce résultat est obtenu en jouant sur les coefficients de portance des côtés. Ce
coefficient intervient dans le calcul des lignes de rupture, il indique la portance relative d’un
côté par rapport aux autres.
Pour modifier ces coefficients, il suffit de :
1. Sélectionner la dalle concernée.
2. Cliquer sur l’icône « ? » de son champ de statuts puis sur le bouton « défintion » de
cette même zone.
3. Une boite de dialogue présentant la dalle avec ses côtés numérotés apparaît. Pour
modifier le coefficient de portance d’un côté, il suffit de sélectionner la ligne concernant le
côté à modifier, puis de saisir la valeur du coefficient dans le champ au bas de la liste des
côtés.

b) Vérification des sens de portée

Il est important de s’assurer que les dalles reposent bien sur les appuis et selon les sens de
portées prévus. Pour prévenir toute erreur de saisie, il est possible d’afficher en phase de
calcul et en phase d’exploitation les lignes de rupture ainsi que les zones de report de
charges des dalles. Pour ce faire :
• Adopter une vue dans laquelle la vue des dalles à étudier soit dégagée voir Contrôle des
vues , Options / Affichage ,
• Sélectionner les dalles intéressées.
• Lancer la commande Analyser / Partager

158 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

3.- Connexion des éléments

Lors de la création des éléments, il faut garder à l’esprit que deux éléments ne reposent l’un
sur l’autre que si leurs axes sont en contact. Il ne suffit pas que l’axe d’un élément tombe
dans l’emprise de l’équarissage d’un autre.

Par exemple : pour faire reposer une poutre sur un poteau de section importante, il ne
suffit pas d’arrêter la poutre à une demi largeur de l’axe du poteau :

Dans cette configuration la poutre ne Dans cette configuration la poutre repose


repose pas sur le poteau. sur le poteau.

Axe de la poutre Axe de la poutre

Equarrissage du poteau Equarrissage du poteau

Axe du poteau Axe du poteau

Autre exemple :

Vue de dessus d’un poteau et de deux voiles

ce qui peut être modélisé de différentes manières :

En déplaçant les deux voiles :

Axe du poteau

Axes des voiles portés

Remplacement du poteau par un voile, pour ne pas déplacer les voiles porteurs :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 159


ARCHE Ossature Edition août 2017

Voile remplaçant le poteau

Axes des voiles portés

Mettre une petite poutre sur le poteau :

Poutre reposant sur le poteau

Axe du poteau

Axes des voiles portés

pour plus d’informations sur cette modélisation voir : Modéliser différentes formes de
poteaux .

Une absence de connexion peut être mise en évidence en phase d’analyse, lors de
l’utilisation de la fonction Analyser / Sonder , ou de l’affichage des liaisons (Options /
Affichage ).

160 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

D. Astuces de modélisations

1.- Modéliser des pieux et des longrines

Il est possible de simuler la fondation d’une structure sur des pieux et des longrines. Les
résultats obtenus sont les efforts verticaux en tête de pieux et la descente de charges sur les
longrines.

Le principe de la modélisation est de placer dans le premier niveau de la structure :


• des poteaux pour représenter les têtes de pieux.
• des poutres pour représenter les longrines.
• des appuis ponctuels sous les poteaux pour que le modèle soit stable.

Si vous avez déjà modélisé le bâtiment : le plus simple est de créer un niveau sous le
premier niveau de la manière indiquée dans le paragraphe Modéliser le bâtiment .

Pour le ferraillage des longrines, les poutres saisies sont directement exploitables de la
même manière que celles situées dans les étages.

La hauteur d’étage de ce premier niveau n’influe en rien sur les calculs. Pour ne pas
perturber la représentation graphique du modèle, il peut donc être préférable de donner à ce
niveau une hauteur d’étage faible, de l’ordre de 70 cm.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 161


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Modéliser un radier


Il est possible dans Ossature de simuler la fondation d’une structure sur un radier. Les
résultats obtenus sont les efforts de descente de charges sur le radier.

Le principe de la modélisation est de placer dans le premier niveau de la structure :


• Une grande dalle de la même emprise que le radier.
• Des poteaux ou des voiles situés sur le périmètre de la dalle
• Des fondations sous les poteau ou les voiles reprenant la dalle

Si vous avez déjà modélisé le bâtiment : le plus est simple est de créer un niveau sous le
premier niveau de la manière indiquée dans le paragraphe Modéliser le bâtiment .

La hauteur d’étage de ce premier niveau n’influe en rien sur les calculs. Pour ne pas
perturber la représentation graphique du modèle, il peut donc être préférable de donner à ce
niveau une hauteur d’étage faible, de l’ordre de 70 cm.

L’intérêt de cette modélisation réside dans la possibilité d’exporter la dalle et la descente de


charges vers le module Plaque. Ce module calcule les efforts internes (moment, effort
normal, effort tranchant) ainsi que les sections d’aciers résistantes pour les radiers, les
planchers, les plaques. Il est de plus possible d’ajouter des charges roulantes.

Pour exporter la dalle vers le module Plaque il faut :


• Choisir l’option « Plaque » dans la boite de dialogue Options / Résultats , onglet
Horizontaux, cadre Dalle.
• Suivre la procédure standard d’export vers les modules de ferraillage.

! Attention !
Calcul sismique ou de contreventement : si le module plaque fait reposer le radier sur un
appui surfacique, dans ossature le radier repose sur les appuis poteaux et/ou voiles créés.
La fondation sur radier est « virtuelle » et réalisée en vue de l’exportation vers le module
Plaque. Donc les calculs de déplacement au vent, de modes propres ne doivent pas être
conduits sur ce modèle, mais sur un autre où le radier est remplacé par des appuis
standards.

162 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

3.- Créer des niveaux décalés


Pour créer des étages décalés, il faut tout d’abord analyser la nature du décalage. Plusieurs
cas de figure peuvent se présenter :

a) Décalage local peu élevé

Par exemple dans le cas d’une dalle d’altitude différente du reste du plancher. Si la
différence d’altitude est faible il n’est pas nécessaire de la modéliser, elle n’interviendra pas
dans la descente de charge.

b) Décalage de toute une partie d’un étage

Ce cas de figure se présente quand le bâtiment comporte des fondations décalées.

La modélisation de ce type de décalage passe par la création d’un niveau intermédiaire.


L’étage 1 est alors subdivisé en deux niveaux comme suit :

Niveau 2
1

Niveau 1

Les éléments du niveau 1 qui se poursuivent dans le niveau 2 peuvent être simplement
sélectionnés et copiés au dessus dans le niveau 2. La manière la plus simple de procéder
consiste à :
1. Créer le niveau 1 en lui appliquant la hauteur d’étage nécessaire.
2. Créer le niveau 2 par copie du niveau 1 (voir modifier étage), modifier sa hauteur.
3. Poursuivre normalement la construction du bâtiment.

c) Décalage global de toute une partie du bâtiment

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 163


ARCHE Ossature Edition août 2017

Vue de côté du bâtiment

4
7
3
6
2
5

• Si il y a un joint de dilatation entre les deux bâtiments


Le plus simple consiste à modéliser séparément les deux bâtiments et à ajouter les réactions
sur les semelles communes s’il y en a.

• Si il n’y a pas de joint de dilatation entre les deux bâtiments,


Il faut opérer comme pour le cas n°2 en créant des niveaux intermédiaires, chaque étage se
subdivisant en deux niveaux.

164 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

4.- Modéliser un joint de dilatation

Il est possible de modéliser les deux parties d’une structure séparées par un joint de
dilatation dans le même modèle. Les réactions d’appuis sur leurs fondations communes
peuvent être obtenues automatiquement en suivant le principe de modélisation suivant :
Dans le premier niveau de la structure placez :
• Un poteau là où doit se trouver une semelle isolée n’appartenant qu’à l’un des deux
bâtiments.
• Un voile là ou doit se trouver une semelle filante n’appartenant qu’à l’un des deux
bâtiments.
• Si une semelle filante est commune aux deux bâtiments : placer une dalle de la largeur
du joint (sur la longueur de la semelle filante) entre les deux structures, cette dalle est
reprise sur sa longueur par un voile passant par son milieu.

COUPE
PERPENDICAULAIRE AU JOINT DE DILATATION

Voile du bâtiment A Voile du bâtiment B

Bâtiment A Bâtiment B

Voile reprenant la dalle Dalle reprenant les deux


du joint de dilatation voiles

• Si une semelle isolée est commune aux deux structures : placez une poutre joignant les
deux bâtiments perpendiculairement au joint, au milieu de cette poutre un poteau.

Ces éléments voiles et poteaux portent eux mêmes sur les fondations standards utilisées
habituellement (voir Générer / Fondations ).

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 165


ARCHE Ossature Edition août 2017

5.- Modéliser un voile courbe

La courbure d’un voile peut être largement approchée par le biais d’un ensemble d’éléments,
en modélisant les facettes (petites cordes successives de la courbe).

Le cas le plus courant est celui des voiles circulaires. Il suffit de savoir placer le centre du
cercle et un point appartenant à sa circonférence pour opérer la création.

La manière la plus simple d’opérer est de s’aider de poteaux comme éléments de dessin. Ils
seront détruits après réalisation du voile :

1. Si les coordonnées du centre du cercle ne sont pas explicitement données, placer un


poteau au centre du cercle en utilisant le mode d’accrochage le plus adapté.

2. Placer un poteau à chaque extrêmité de l’arc de cercle à couvrir.


Si le rayon n’est pas donné, le déterminer en utilisant Outils / Coordonnées pour trouver la
distance séparant les deux poteaux placés.

Deux possibilités se présentent alors :

a) en choisissant la longueur de la facette à réaliser : par exemple 1 m,


1. A l’aide de la valeur du rayon, déterminer la valeur de l’ouverture du cône angulaire de la
facette, arrondir cette valeur au plus proche diviseur de l’ouverture angulaire de la courbe
à couvrir.
2. Sélectionner un poteau d’extrêmité et le copier en tournant de la valeur d’ouverture
angulaire de facette finalement retenue.
3. Dessiner un voile s’appuyant sur le poteau copié et sur son original.
4. Sélectionner le voile et le copier en le faisant tourner de l’ouverture angulaire de facette
retenue.

b) en choisissant a priori le nombre de facettes qu’on souhaite réaliser :


1. Diviser l’ouverture angulaire de la courbe par le nombre de facettes.
2. Sélectionner un poteau d’extrêmité et le copier en rotation de l’angle de l’ouverture
angulaire du cône d’une facette.
3. Dessiner un voile de longueur quelconque et tangent à la courbe.
4. Copier ce voile deux fois par rotation de l’angle de l’ouverture angulaire d’une facette.
5. Ajuster la longueur des facettes 1,2 et 3, afin qu’elles soient exactement connectées les
unes aux autres, et ne conserver alors que les facettes 1 et 2.
6. Sélectionner la facette 2 et la copier par rotation avec le nombre de copies nécessaire
pour couvrir la courbe souhaitée.

1
Facettes à relimiter

166 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

6.- Modéliser une ouverture dans un voile

Il existe deux manière de modéliser les ouvertures dans les voiles :


• jouer sur le taux de remplissage du voile
• couper le voile sur toute sa hauteur et insérer dans la coupure les éléments de liaison
nécessaire.

a) Taux de remplissage du voile :


Il s’agit d’un paramètre propre à chaque voile. Donné en pourcentage, il exprime la présence
de vide dans le voile sans qu’il soit nécessaire de dessiner les ouvertures correspondantes.
Par exemple si un voile de 10 m² comporte 2 m² de fenêtres le taux de remplissage vaut 80
%.
La descente de charge prend en compte cette valeur en réduisant uniformément d’autant le
poids propre du voile.

Attention : une faible valeur de ce paramètre n’influe pas sur le dimensionnement du voile.
Par exemple pour une baie s’étendant sur la toute la longueur du voile ou pour une porte
s’ouvrant sur toute sa hauteur, cette méthode de modélisation n’est pas recommandée.

De toutes les façons, la prise en compte de la vie de l’ouvrage peut amener à ne pas
considérer les ouvertures dans les voiles, dans le cas où celles ci risqueraient d’être
refermées suivant l’évolution du bâtiment.

b) Coupure du voile sur toute sa hauteur :


Cette modélisation est bien adaptée dans le cas d’une ouverture de porte. Il faut :
• arrêter le voile sur la largeur de porte : le mieux est de dessiner un voile de chaque côté
de la porte. Ceci évite d’avoir à revenir couper le voile à l’aide de lignes d’aide pour
supprimer la partie prise par la porte.
• ajouter une poutre joignant les deux voiles séparés par le vide de la porte, la poutre
fonctionne alors automatiquement en linteau.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 167


ARCHE Ossature Edition août 2017

7.- Modéliser différentes formes de poteaux


Si la manière la plus simple de modéliser un poteau consiste à utiliser l’élément
correspondant proposé par ossature, il en existe de meilleures.

a) Poteaux en T ou en L
Dans Ossature les poteaux standards peuvent être carrés, ronds, ou rectangle. Pour étudier
la descente de charge sur des poteaux en forme de T ou L, il y a deux solutions :
• remplacer ces deux poteaux par deux voiles disposés de manière à reproduire la forme
L ou T.
• laisser le poteau carré ou rectangle, mais changer sa forme dans le module de
ferraillage poteau après l’y avoir exporté.

b) Poteaux de grandes dimensions


La modélisation de poteaux de grandes dimensions par des poteaux « standards » peut
présenter quelques inconvénients :
• lorsqu’une poutre s’appuie sur toute la largeur du poteau et qu’on souhaite donner à la
poutre sa vraie longueur, cette modélisation crée pour la poutre une petite console qui
n’a pas lieu d’être : voir Connexion des éléments . Cette console est de plus alors
reprise par les modules de ferraillage.

Petite poutre en console


Axe de la poutre

Dimensions Axe du poteau


du poteau

en pratique, dans ossature il faudrait que la poutre s’arrête à l’axe du poteau.

• si un voile ou une poutre s’appuie à l’extrêmité de l’équarrissage du poteau, la


modélisation par un poteau élémentaire oblige si on ne veut pas déplacer l’élément
porté (ce qui reste souvent le plus simple) à utiliser une poutre console encastrée, ce qui
fausse le calcul aux éléments finis : tant vis à vis du vent que du séisme.

168 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Poutre console encastrée sur le


poteau
Vue de dessus

Axe du poteau

Voile s’appuyant sur


le poteau

poteau Section du poteau

Pour ces raisons il peut être utile de remplacer un large poteau par un voile.

Modélisation du poteau à l’aide d’un voile

Axe du poteau

Voile remplaçant le
poteau

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 169


ARCHE Ossature Edition août 2017

8.- Modéliser un plancher continu

Pour modéliser un plancher continu, il suffit de :

- Saisir un ensemble de dalles contiguës


- Régler la taille du maillage suivant la taille et la complexité du plancher, mais surtout de ses
dimensions : on peut considérer qu’il faut au moins quatre mailles entre deux porteurs.

Les résultats sur les éléments filaires étant linéarisés la différence de taille des mailles
n’importe pas énormément sauf dans le cas ou des éléments poteaux ou voiles tombent sur
la dalle, ou bien lorsque la répartition des porteurs n’est pas régulière.

Pour un premier passage, la dimension par défaut permet de se faire une idée de la taille
des besoins du calcul.
- Vérifier que les éléments porteurs sont bien saisis, et ne risquent pas de provoquer de
problème au maillage à l’aide de la fonction Analyser / Vérifier / Emprises . Attention car cette
fonction ne détecte pas les cas de figures faisant intervenir une dalle comme dans l’
exemple ci dessous :

- Associer ces dalles par la commande Modifier / Attributs / Associer dalles

9.- Modéliser un balcon

Bien que dans ossature les dalles soient isostatiques, il est possible d’en générer ayant un
seul côté porteur. Pour ce faire il suffit de :

1. Dessiner la dalle

Il n’est pas nécessaire de spécifier que la dalle ne porte que sur un côté, Ossature le
détectera automatiquement et ne considérera que ce seul côté comme porteur.

! Attention !

170 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Dans le cadre d’un calcul de report de charges aux éléments finis, il faut que la dalle balcon
soit associée (fonction Modifier / Attributs / Associer Dalles) à une autre, située de l’autre
côté de son appui.
modification

10.- Modéliser une trémie dans une dalle


Ossature permet de modéliser une trémie dans une dalle. Il suffit pour ce faire :

1. De dessiner la trémie en lignes d’aide dans le plan de la dalle avant de saisir celle ci.
2. A l’aide du dessin de la trémie il y a deux manières de modéliser la dalle. Le choix entre
ces deux méthodes s’effectue d’après la position de la trémie, selon les critères énoncés
plus bas.

Dalle

Trémie

a) La dalle est dessinée en deux parties de sorte que l’une d’entre elles
soit la plus petite possible.

La dalle 1 est dessinée sur le contour passant par les sommets numérotés de 1 à 8.
La dalle 2 remplit l’espace restant.

2 1

3 4

Dalle 2 Dalle 1

6 5

7 8

Si la dalle de départ porte sur quatre appuis, les dalles 1 et 2 peuvent être définies aussi sur
quatre appuis.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 171


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) La dalle est composée de quatre dalles dessinées séparément


reposant chacune sur un seul porteur.

Dalles

4 2

Les dalles gardent leur sens de portée par défaut sur quatre appuis.

! Attention !
Dans le cas d’un report de charges aux éléments finis (« Report EF ») il ne faut pas oublier
d’associer les dalles (Modifier / Attributs / Associer Dalles).

c) Critères de modélisation
1. La modélisation A est recommandée dans le cas où la trémie est proche d’un bord de la
dalle. En effet le maillage généré lors du calcul au élément fini est meilleur pour cette
configuration de dalles.
2. La modélisation B s’applique dans le cas où la trémie occupe une position plutôt centrale.

Dans le cas ou la plus petite part de dalle séparant la trémie d’un bord de la dalle est de
masse négligeable, il est recommandé de pas le modéliser.

! Attention !
Dans les deux cas de figure il est intéressant d’afficher la répartition des charges du plancher
à l’aide de la fonction Analyser / Partager .

172 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

11.- Modéliser une dalle alvéolaire ou un plancher hourdis

Pour modéliser une dalle alvéolaire et/ou un plancher hourdis du point de vue de la descente
de charges, il suffit de dessiner une dalle standard qui réalise les deux points suivants :

• sens de portée : sur deux appuis : une fois la dalle dessinée il suffit de la sélectionner
et d’indiquer le sens de portée sur deux appuis dans ses statuts.
• un matériau qui lui donne le bon poids propre et la bonne épaisseur.
Il faut créer un matériau « dalle alvéolaire » ou « hourdis » tel que si la dalle se voit
affectée ce matériau, le calcul lui donne automatiquement la bonne épaisseur et le bon poids
surfacique.

Exemple :
Si un plancher alvéolaire a une épaisseur de 25 cm et un poids surfacique de 1 t/m² :
Il suffit de créer un matériau « alvéolaire25 » : d’épaisseur fixe 0.25 m (on désactive le
prédimensionnement pour ce matériau), et de densité 1 / 0.25 = 4 t/m3.

Lors du calcul de la descente de charges, l’épaisseur des dalles auxquelles ce matériau est
affecté, est automatiquement mise à 0.25 m.

Pour un plancher hourdis : il faut calculer le poids surfacique du plancher, poutrelles


comprises, et pratiquer de la même manière que pour la dalle alvéolaire lors de la création
du matériau :
Créer le matériau avec l’épaisseur fixe souhaitée et la densité qui en découle, affecter ce
matériau aux planchers concernés.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 173


ARCHE Ossature Edition août 2017

12.- Simuler des escaliers

La prise en compte de la présence d’escalier s’effectue par le biais de charges placées sur
les éléments le supportant.

Par exemple, dans le cas suivant :

Escalier non
modélisé

Poutres sur
lesquelles s’appuie
l’escalier

Les poutres sur lesquelles s’appuie l’escalier sont chargées linéairement sur la largeur de
l’escalier.

Pour charger une poutre, il suffit de :


1. Sélectionner la poutre
2. Modifier dans son chargement dans ses attributs : voir Générer / Poutre.
Remarque
• Cette procédure est valable quelque soit la nature du porteur (voile, poutre, semelle …).
• Il est de plus possible de charger plusieurs éléments en même temps par Modifier /
Attributs / Chargements .
Pour visualiser les chargements appliqués sur les éléments, il suffit d’utiliser la fonction
Options / Affichage et demander celui des chargements, puis de rafraîchir l’écran à l’aide de

l’icône : .

174 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

13.- Prendre en compte les toitures

Toutes les formes de toiture peuvent être modélisées par l’application des chargements
adéquats sur leurs porteurs.

Par exemple : dans le cas d’une toiture pignon :

Toiture pignon

voile

Il suffit de charger le voile reprenant la toiture par deux forces réparties triangulaires. Pour ce
faire il faut :
1. Sélectionner le voile
2. Modifier dans ses attributs le chargement pour y insérer les deux forces nécessaires.

Remarque
• Cette procédure est valable quelque soit la nature du porteur (voile, poutre, semelle …).
• Il est de plus possible de charger plusieurs éléments en même temps par Modifier /
Attributs / Chargements .
Pour visualiser les chargements appliqués sur les éléments, il suffit d’utiliser la fonction
Options / Affichage et demander celui des chargements, puis de rafraîchir l’écran à l’aide de

l’icône : .

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 175


ARCHE Ossature Edition août 2017

14.- Charges ponctuelles et linéaires sur les dalles

Il est possible d’appliquer des charges ponctuelles et linéaires sur les dalles. Le principe des
deux méthodes exposées repose sur l’utilisation des voiles non porteurs.

fenêtre de statuts d’un voile

a) Dans le cas d’une charge ponctuelle :

1. Placer un voile très court sur la dalle à l’endroit de la charge ponctuelle, les dimensions du
voile correspondent à l’emprise de la charge ponctuelle. Il est important de déclarer le
voile en élément non porteur.
2. Affecter au voile un matériau de densité nulle, afin que son poids propre n’entre pas en
compte (pour créer un tel matériau voir Hypothèses / Matériaux )
3. Appliquer au voile un chargement de la valeur de la charge ponctuelle, en accédant à ses
attributs .
4. Cette charge est lors du calcul transmise au porteur concerné par la zone de report de
charges à laquelle appartient le voile (voir Sens de portée des dalles).

b) Dans le cas d’une charge linéaire :

1. Placer un voile très court sur la dalle à l’endroit de la charge ponctuelle, les dimensions du
voile correspondent à l’emprise de la charge ponctuelle. Il est important de déclarer le
voile en élément non porteur.
2. Affecter au voile un matériau de densité nulle, afin que son poids propre n’entre pas en
compte (pour créer un tel matériau voir Hypothèses / Matériaux )
3. Appliquer au voile un chargement de la valeur voulue, en accédant à ses attributs .
4. Cette charge est lors du calcul transmise aux porteurs concernés par les zones de report
de charges par lesquelles passent le voile (voir Sens de portée des dalles ).

176 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

E. Exploitation des résultats

1.- Itération après modification du prédimensionnement

Que les dimensions des éléments aient été fixées en phase de saisie ou non, il est toujours
possible de modifier le prédimensionnement obtenu en phase d ‘exploitation et d’effectuer à
nouveau la descente de charges.

La modification des résultats obtenus par Ossature peut s’effectuer de quatre manières
différentes :
• individuellement élément par élément : en sélectionnant les éléments un par un pour
modifier les caractéristiques souhaitées dans les statuts.
• par la fonction Modifier / Attributs / Dimensions .
• par l’exportation et le ferraillage automatique d’un unique élément (voir Analyse précise
du ferraillage ).
• par l’exportation d’un ensemble d’éléments et l’importation de ceux ci après calcul dans
les modules de ferraillage adhoc (voir Analyse précise du ferraillage ).

Après cette procédure, à l’utilisateur de juger si il doit ou non relancer le calcul.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 177


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Créer une coupe

Faire une coupe dans un modèle consiste à isoler un pan vertical de structure, par exemple
une façade.
Ceci peut entre autre permettre une meilleure visualisation du cheminement des efforts, ou
rendre la saisie plus confortable.

Pour visualiser et exploiter une coupe :


Obtenir une vue de dessus de la structure. Les plans verticaux sont présentés suivant leur
tranche.
Sélectionner le plan vertical choisi à l’aide du mode de sélection fenêtre : il suffit d’entourer
la tranche du plan considéré.
Actionner l’affichage sur sélection (voir Options / Affichage ) qui ne laisse à l’écran que les
éléments sélectionnés.
Prendre une vue de face de la structure alors affichée.
A présent il est par exemple possible de sélectionner la structure et demander les résultats à
l’aide des icônes d’affichage de résultats (voir la palette d’icônes ).

Remarque : pour changer l’orientation de la représentation de la structure, il n’est pas


toujours indispensable de passer par la fenêtre changement de vues. Si dans cette boite de
dialogue une vue n°7 à n°12 a été sélectionnée, l’u tilisation conjointe des touches :
• Ctrl + PageUp ou Ctrl + PageDown : fait tourner la structure sur elle même.
• Ctrl + flèche (haut, bas, gauche, droite) : translate la structure dans la direction voulue.

Il est possible d’imprimer cette vue en passant par Documents / Tracé .


Attention : pour que les charges de descente de charges s’impriment, il faut au préalable
avoir coché les éléments concernés dans la boite de dialogue Options / Plan .

178 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

3.- Plans de repérages


L’objet des plans de repérage est de permettre au lecteur d’une note de calcul issue du
programme d’associer à chaque élément un étage et un numéro. Comme dans les notes de
calcul les résultats sont donnés en fonction du numéro et de l’étage de l’élément, les plans
de repérages sont indispensables à la bonne compréhension de ces notes.

a) Mode automatique :
La Séquence d’impression peut être utilisée pour imprimer automatiquement les plans de
repérage. Il suffit de :
Se placer en vue en plan ,
Dans boite de dialogue de Outils / Séquence d’impression :
• de cocher la case Plan de repérage
• de choisir les éléments concernés par chaque famille de plans.
Le logiciel édite les plans de repérage pour tous les niveaux de la structure.

b) Mode manuel :
5. A l’aide de la boite de dialogue changement de vue : choisir la vue en plan.
6. Se positionner à l’étage souhaité.
7. Dans Options / Affichage , dans la boite de dialogue Police et détails… :
• cocher l’option : dessin entre axes, ainsi les éléments ne seront pas dessinés avec leur
épaisseur : ce qui aurait gêné la lisibilité des numéros.
• dans l’onglet Structure : cocher sur les lignes des éléments concernés la case de la
colonne numéro et décocher les cases dimensions ou chargement si il y a lieu.
4. Mettre à jour la vue en rafraichissant l’écran, si les numéros des éléments ne sont pas à
la bonne taille : il est possible de changer le format de la police dans la boite de dialogue
Options / Affichage , Police et détails…, champ « Numéro ».

Pour imprimer la vue, il suffit de lancer la commande Documents / Tracé . L’Aperçu avant
impression est disponible dans la boite de dialogue Options / Affichage .

Remarque
Il n’est pas nécessaire d’imprimer tous les éléments d’un niveau en même temps sur un
plan. Un niveau peut être décrit en plusieurs planches. Il suffit de ne laisser à l’écran que les
éléments intéressés pour chacune des sorties.

! Attention !
Si dans la boite de dialogue Options / Plans , des éléments du cadre ‘Efforts Représentés’
sont cochés et que le modèle est en phase d’exploitation : les résultats de la descente de
charges s’imprimeront en plus.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 179


ARCHE Ossature Edition août 2017

4.- Plans de dimensionnement

L’objet des plans de « dimensionnement » est de fournir une vue d’ensemble du


dimensionnement des éléments. Il s’agit d’une autre manière d’obtenir les résultats
présentés par le métré.

a) Mode automatique
La Séquence d’impression peut être utilisée pour imprimer automatiquement les plans de
dimensionnement. Il suffit de :
8. Se placer en vue en plan , si on souhaite obtenir un plan par niveau. Sinon le logiciel édite
un seul plan de toute la structure dans la vue choisie.
9. Dans Options / Affichage , cocher, sur les lignes des éléments considérés, les cases de la
colonne Dimensions. Les éléments s’affichent de plus en volume si la case ‘Dessin entre
axe’ de la boite de dialogue Police et Détails… de la commande Options / Affichage n’est
pas cochée.
10. Dans boite de dialogue de Outils / Séquence d’impression :
• de cocher la case Plans.
• de choisir les éléments concernés par chaque famille de plans.
Le logiciel édite les plans de dimensionnement pour tous les niveaux de la structure.

b) Mode manuel
11. Choisir la vue désirée
12. Dans Options / Affichage , cocher, sur les lignes des éléments considérés, les cases de
la colonne Dimensions. Les éléments s’affichent de plus en volume si la case ‘Dessin
entre axe’ de la boite de dialogue Police et Détails… de la commande Options / Affichage
n’est pas cochée.
13. Il faut rafraîchir l’écran avec l’icône de détails pour que la vue soit mise à jour avec les
informations demandées.
14. Pour obtenir le tracé du plan : lancer la commande Documents / Tracé .

L’aperçu avant impression est disponible dans la boite de dialogue Options / Affichage .
L’impression proprement dite est lancée dans la boite de dialogue de la fonction Documents /
Tracé .

! Attention !
Pour obtenir dans l’Aperçu avant impression la visualisation exacte de ce qui va être
imprimer il faut demander le rafraîchissement de l’écran avec les détails .

180 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

5.- Plans de descente de charges

L’objet du plan de descente de charges est de fournir une vue d’ensemble des efforts
s’appliquant sur éléments de la structure.

a) Mode automatique
La Séquence d’impression peut être utilisée pour imprimer automatiquement les plans de
descente de charges. Il suffit de :
15. Se placer en vue en plan , si on souhaite obtenir un plan par niveau. Sinon le logiciel édite
un seul plan de toute la structure dans la vue choisie.
16. « éclaircir » l’affichage : pour ne pas surcharger la représentation, mieux vaut ne pas
conserver à l’écran en à la fois les numéros, les dimensions,etc.. Ces Options sont
désactivées dans la boite de dialogue Options / Affichage.
17. Paramétrer l’affichage des résultats dans Options / Résultats . La fonction Analyser /
Efforts permet d’ailleurs de visualiser les résultats tels qu’ils vont être imprimés.
18. Dans la boite de dialogue Options / Plan : cocher les cases des éléments dont les
chargements sont à imprimer.
19. Dans boite de dialogue de Outils / Séquence d’impression :
• de cocher la case Plans.
• de choisir les éléments concernés par chaque famille de plans.
Le logiciel édite les plans de dimensionnement pour tous les niveaux de la structure.

b) Mode manuel
20. Choix de la vue : toutes les vues de la structure peuvent être affichées et imprimées avec
les efforts. Néanmoins la vue en plan se prête plus facilement au rendu des résultats.
21. « éclaircir » l’affichage : pour ne pas surcharger la représentation, il vaut mieux ne pas
conserver à l’écran l’affichage des numéros, dimensions, etc…. Ces options sont
désactivées dans la boite de dialogue de la fonction Options / Affichage .
22. Paramétrer l’affichage des résultats dans Options / Résultats . La fonction Analyser /
Efforts permet d’ailleurs de visualiser les résultats tels qu’ils vont être imprimés.
23. Dans la boite de dialogue Options / Plan : cocher les cases des éléments dont les
chargements sont à imprimer.

L’aperçu avant impression est disponible dans la boite de dialogue Options / Affichage .
L’impression proprement dite est lancée dans la boite de dialogue de la fonction Documents /
Tracé .

! Attention !
pour obtenir dans l’ « Aperçu avant impression » la visualisation exacte de ce qui va être
imprimé, il faut :
24. Sélectionner les éléments sur lesquels on souhaite voir les résultats.
25. Lancer la commande Analyser / Efforts .

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 181


ARCHE Ossature Edition août 2017

6.- Notes de descente de charges, métrés et fiches.

a) Note de descente de charges


L’objet de cette note est de :
• Récapituler l’ensemble des efforts de descente de charges s’appliquant sur les
éléments de la structure.
• Fournir la résultante de la descente de charges à chaque étage.
L’entête de la note explique ses conventions et notations.

Pour générer une note de descente de charges :


26. Paramétrer la présentation des résultats dans Options / Résultats .
27. Si la note ne porte pas sur l’ensemble de la structure, ne sélectionner que les éléments
concernés (ils peuvent appartenir à des niveaux différents).
28. Lancer la fonction Documents / Note de Calcul .
La présentation de la note peut être modifiée grâce à la boite de dialogue Options / Notes .

b) Métré
Le métré présente :
• Les quantités de matériaux utilisées dans la structure (volume béton, surface coffrage,
kilotage ou ratio d’acier)
• Les ratios : coffrage/béton, acier/béton.
Matériau par matériau, les résultats sont donnés pour chaque élément, récapitulés par étage,
puis pour l’ensemble de la structure.
L’entête de la note explique ses conventions et notations.

Pour obtenir un métré :


29. Le contenu du métré peut être paramétré dans la boite de dialogue Options / Notes .
30. Si le métré ne porte pas sur tous les éléments de la structure, ne sélectionner que les
éléments concernés (ils peuvent appartenir à des niveaux différents).
31. Lancer la fonction Documents / Métré .

! Attention !
Les documents texte sont par défaut présentés dans l’application sélectionnée sur la
plateforme OMD, dans la boite de dialogue Configuration / Environnement / Viewer.
Toutefois il est possible d’obtenir leur édition dans Excel. Pour ce faire il suffit de cocher
l’option Export Excel dans le cadre Configuration de a boite de dialogue Options / Notes , et
d’exécuter à nouveau la fonction Documents / Note ou Métré.

c) Fiche
Une fiche est un document synthétique présentant dans un tableau :
• les caractéristiques géométriques
• les chargements dus à la descente de charge
• le métré
du ou des éléments sélectionnés.

Pour obtenir une ou plusieurs fiche(s), procéder de la manière suivante :


32. Calculer la structure.
33. Sélectionner le ou les éléments concernés, si aucun élément n’est sélectionné, les fiches
de tous les éléments sont éditées.
34. Lancer la commande Documents / Fiches / Eléments.

182 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Le mode de représentation des résultats peut être paramétré dans la boite de dialogue
Options / Résultats .

La commande Documents / Fiches / Hypothèses édite une note rappelant les conventions de
présentation des fiches.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 183


ARCHE Ossature Edition août 2017

7.- Analyse précise du ferraillage

Une fois le calcul effectué, pour toute ou partie de la structure, il est possible d’accéder aux
plans de ferraillage précis des éléments. Cette fonctionnalité, opéré par le biais des modules
de ferraillage, permet :
• La prise en compte d’hypothèses supplémentaires : coupe feu, séisme, …dans le calcul
et la vérification de l’élément.
• La modification, dans les modules de ferraillage, des équarissages des éléments (en
vue d’optimiser la structure), et le recalcul des aciers.
• Le retour dans le modèle Ossature des résultats trouvés par les modules de ferraillage :
quantités d’aciers et éventuellement nouveaux équarrissages.

Comment procéder ?
Le modèle doit être en phase d’exploitation.

• Si l’analyse concerne un seul élément


35. Sélectionner l’élément. S’il s’agit d’une poutre continue : il suffit de sélectionner une seule
travée de la file pour que celle ci soit reconnue par le module.
36. Cliquer sur l’icône de ferraillage automatique : . Le module traitant de l’élément
sélectionné démarre et présente le plan interactif de ferraillage de l’élément. Il est alors
possible de :
• Modifier le ferraillage directement sur le plan.
• Revenir à l’écran de saisie du module (Affichage / Saisie), de changer les hypothèses ou
les sections, et de relancer le calcul.
5. Une fois les modifications et le calcul de l’élément effectués, la fermeture du module
provoque le retour dans Ossature. L’application demande alors si équarrissages et
quantités d’aciers doivent être importés. Si oui, l’élément initialement sélectionné est
modifié en conséquence.

• Si l’analyse concerne un ensemble d’éléments


37. Si toute la structure est concernée, il n’y a rien à sélectionner. Si seulement une partie de
la structure est à étudier, il convient de sélectionner les éléments à ferrailler.
38. Suivre la procédure de la fonction Fichier / Exporter / Arche .

Il est possible dans les modules de ferraillage, avant d’exporter les résultats vers Ossature,
de modifier et recalculer les éléments individuellement comme vu plus haut.

184 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Manuel technique

Introduction

L’objet du présent manuel est d’expliquer :


• Le fonctionnement de la descente de charges traditionnelle.
• Le fonctionnement du calcul aux éléments finis.
• Les caractéristiques des éléments composants le modèle vis à vis des deux calculs énoncés ci
dessus.

Sa structure est divisée en trois parties représentatives de son objet :


• Descente de charges suivant la méthode traditionnelle : présente les principes de la
descente de charges d’ossature ainsi que ceux du prédimensionnement des éléments.
• Calcul de la structure aux éléments finis : présente les principes de la modélisation aux
éléments finis opérée dans ossature.
• Caractéristiques des éléments : présente les caractéristiques des éléments vis à vis des deux
modélisations et calculs.

A.- Organigramme de fonctionnement global

Phasage des opérations

Phase de saisie :
Saisie du bâtiment et des hypothèses

Phase d’analyse :
Vérification du modèle

Déroulement de la descente de charges


Phase d ‘exploitation

Calcul des ratios de ferraillage

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 185


ARCHE Ossature Edition août 2017

PHASE DE SAISIE

Description de la géométrie du bâtiment par :


- utilisation de la CAO interne
- importation depuis Allplan
- importation d’un fichier DXF

Définition des chargements :


- charges verticales (G,Q,AC) : appliquées par l’utilisateur (zone de statuts des éléments)
- vent et neige : création des parois, Hypothèses / Neige et Vent
- séisme : Hypothèses / Séisme

Choix de la méthode de calcul : Hypothèses / Méthode de calcul –DDC / Choix


des méthodes
- DDC : traditionnelle
- Contreventement : pas de vérification ou éléments finis

Définition des Hypothèses de calcul :


- Hypothèses / Méthode de calcul
- Hypothèses / Méthode de calcul – prédim…

Vérification de la saisie : Analyser / Vérifier

Le passage de la phase de saisie à la phase d’analyse s’effectue par la commande Analyser


/ Modéliser.

186 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

PHASE D’ANALYSE

Vérification par l’utilisateur du fonctionnement du bâtiment :


- circulation des efforts pour la ddc traditionnelle (Analyser /
sonder)
- connexions entre éléments (Options / affichage)
- report de charges des dalles (Analyser / Partager)

Analyser / Calculer DDC :


- Calcul la descente de charges traditionnelle / prédimensionne les
équarissages des éléments suivant les hypothèses de saisie et la
descente de charges verticale.
- Calcul les efforts aux éléments finis si demandé en phase de saisie

Le passage de la phase d’analyse à la phase d’exploitation s’effectue par la commande


Analyser / Calculer DDC

DEROULEMENT DE LA DESCENTE DE CHARGES

Si demandé dans Hypothèses / Méthode de


calcul / Choix des méthodes

Par la méthode traditionnelle :


La descente de charges détermine élément par élément :
- Les efforts appliqués dus à la DDC. Par la méthode éléments finis *:

- L’équarrissage si nécessaire : Détermination des efforts dans tous les éléments :

Par les abaques pour tous les éléments. - Calcul neige et vent : calcul statique aux E.F.

Par le calcul précis pour les poutres, poteaux, semelles - Calcul sismique : calcul du nombre de modes
isolées ou filantes. demandé application aux cas de séisme.

RESULTATS
DISPONIBLES

Résultats : Phase d’exploitation


- Equarrissage des éléments
- Efforts dus à la descente de charges verticales statiques (G,Q,AC) par la méthode traditionnelle :
disponibles sur tous les éléments.
- Efforts dus au vent et/ou à la neige et/ou au séisme : disponible sur les Poteaux, Semelles (isolées et
filantes) et sur les Voiles (modélisés par des poutres équivalentes).

* : Pour éviter qu’un élément n’est de dimension nulle au moment du calcul aux éléments
finis, celui ci n’intervient qu’après le calcul traditionnel qui prédimensionne les éléments dans

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 187


ARCHE Ossature Edition août 2017

ce cas de figure.

Une fois les efforts déterminés il est possible de calculer le ferraillage par Analyser / Calculer
Ferraillage.

RATIO DE FERRAILLAGE DES ELEMENTS

Le ratio de ferraillage peut être calculer de différentes manières :


- Par les abaques vis à vis des efforts de descente de charges statique verticale : pour tous les éléments.
- Par un calcul précis vis à vis de la descente de charges statique verticale : pour tous les éléments.
- Par un calcul précis vis à vis des efforts dus au séisme ou au vent : pour les poteaux, les
semelles isolées et filantes.

188 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

B.- La descente de charges traditionnelle

1.- Philosophie générale

Le programme calcule sur tous les éléments d’une structure modélisée dans l’espace, les
efforts générés par la descente de charge gravitaire de la manière montrée plus bas, si
nécessaire il prédimensionne, au fur et à mesure, à partir de ces efforts l’équarissage des
éléments. Il est par la suite possible de demander le ferraillage de ces éléments aux vus des
efforts obtenus et des équarrissages.

La méthode employée est celle utilisée traditionnellement :

Dalle chargée uniformément,


reposant sur quatre appuis

poutre

semelle
poteau

Ce modèle est traité de la manière suivante :

Indique la portance
élément sur un autr

l’exemple ci dessus, destiné à illustrer la descente de charge traditionnelle, correspond à un

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 189


ARCHE Ossature Edition août 2017

cas simple, Ossature s’adapte aux réalités des bâtiments les plus complexes (dalles de
formes quelconques, poutres voiles, différents degrés de portances des poutres …).

190 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- Structures traitées

La descente de charges traditionnelle s’applique à tous les bâtiments modélisables dans


ossature. Il convient néanmoins de prendre garde à quelques points :

• La modélisation doit rendre compte du comportement mécanique réel du bâtiment : il ne s’agit


pas toujours de recopier simplement le plan du bâtiment, il faut surtout prendre en compte le
comportement des éléments d’ossature pour utiliser de la meilleure manière les plus adaptés. La
présente documentation a donc aussi pour objet de présenter ces différents comportements.
Pour des exemples de modélisation voir le guide d’utilisation : Astuces de modélisation .

• Le modèle n’est limité ni en dimensions, ni en nombre d’éléments : néanmoins les tailles des
différents fichiers de travail croissent avec le nombre d’éléments.

3.- Principe général de fonctionnement

a) Descente de charges
Le principe général de la descente de charges consiste à calculer dans le bon ordre tous les
éléments de la structure jusqu'aux fondations. Chaque élément reçoit des actions et génère
des réactions qui deviennent à leur tour les actions d'autres éléments. Ossature doit donc
déterminer l'ordre de calcul des éléments et les calculer du premier au dernier.

Au sein d'un étage, les dalles sont calculées en premier. Elles génèrent des actions sur les
poutres et les voiles qui la supportent (ou la suspendent pour les poutres-voile). Ensuite, les
poutres de rang le plus élevé sont calculées (poutres portées). Elles génèrent des réactions,
qui deviennent les actions des poutres de rang inférieur (poutres porteuses), des voiles et
des poteaux. Les poutres-voile sont ensuite calculées dans le même ordre que les poutres :
du rang le plus élevé au rang le plus faible. Sont enfin calculés les voiles et les poteaux qui
génèrent, eux, des actions sur l'étage inférieur.

b) Vérification
A la fin de la descente de charges, Ossature indique dans une note (Documents/Note de
calcul Nz), le détail des efforts sur chaque élément de la structure, ainsi que la somme des
forces externes et la somme des forces internes pour chaque étage. L'équilibre de ces
forces indique que la descente de charges s'est effectuée sans problème.
Pour plus de détails voir le chapitre Validité du modèle et du calcul .

c) Prédimensionnement
Lorsque les éléments de la structure ne sont pas prédimensionnés, cette tâche incombe
alors au programme. Pour chaque élément, au fur et à mesure de la descente de charges, le
programme détermine les efforts appliqués et en déduit ses dimensions.

Pour un équilibre parfait de la descente de charges, il faut alors lancer deux fois les calculs
(Analyser / Calculer ) pour avoir l'équilibre en raison de l'absence d'information sur la
dimension des porteurs lors du premier calcul : le petit cube de béton commun à la poutre et
au poteau est compté deux fois. Lors d'un deuxième calcul, ce petit cube n'est compté
qu'une fois.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 191


ARCHE Ossature Edition août 2017

4.- Validité du modèle et du calcul

a) Validité du modèle
A partir du modèle saisi, Ossature doit vérifier que l'ensemble des entités générées forme un
ensemble cohérent susceptible d'être calculé. Il formule donc des avertissements et détecte
les erreurs du modèle. A l'issue de ces phases de vérification, les avertissements sont
représentés en vert à l'écran et les erreurs en rouge.

• Une première phase de vérification est effectuée en mode 'Saisie' par appel au menu (Analyser /
VérifierAnalyser_/_V_rifier ). Il s'agit de vérifications purement informatiques, n'incluant par une
"reconnaissance" du modèle.

• Une deuxième phase de vérification appelée "Expertise" est effectuée automatiquement après la
phase de modélisation. Cette expertise est, elle, "intelligente". A l'issue de la reconnaissance et
de la compréhension du modèle, elle détecte les entités "indigérables" par le moteur de calcul.

Pour plus de détail sur la validité du modèle, on pourra se reporter au guide d’utilisation et
aux chapitres relatifs aux erreurs dans le manuel de référence.

b) Validité du calcul
Les résultats de la descente de charges sont valides dans la mesure où les opérations de
vérification et de modélisation n'ont pas détectées d'erreurs, et où l'équilibre des charges
internes et externes est réalisé à une petite tolérance informatique près.

Charges internes, charges externes :


• les charges externes comprennent le poids propre des éléments et les charges appliquées par
l’utilisateur.
• les charges internes sont dans chaque élément, les efforts dus à la descente de charges.

Le pourcentage d'erreur entre la somme des forces internes et la somme des forces
externes est affiché à la fin des calculs.

Il s’agit du rapport en pourcentage : somme des charges internes / somme des charges
externes.

Ce rapport peut différer de 100 % sans pour autant que le calcul soit faux, en voici quelques
exemples :
• dégression de surcharges (la valeur des forces internes est artificiellement modifiée)
• travées chargées déchargées (la valeur des forces internes diffèrent de la simple résultante de
l’ensemble des forces appliquées simultanément)
• utilisation de la méthode forfaitaire pour le calcul des poutres (les réactions d’appuis sont
artificiellement modifiées)

On retrouve le détail de cette somme de forces à la fin de la note de descente de charges,


ainsi qu'une vérification concernant la distance entre le centre de gravité des forces internes
et celui des forces externes.

192 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

5.- Comportements des éléments

a) Connexions

Cette méthode ne prend en compte que les efforts verticaux, les éléments sont connectés en
conséquence :
· les poutres (continues ou simples) reposent simplement sur leurs appuis.
· les voiles reposent simplement sur leurs appuis et peuvent reprendre des charges
appliquées sur leur fibre inférieure.
· les dalles sont articulées sur leurs appuis.
· les poteaux et les voiles reposent simplement sur leurs porteurs sauf sur leurs fondations,
sur lesquelles ils peuvent être encastrés.
· Les semelles isolées et filantes sont encastrées ou rotulées.

b) Comportements mécaniques

· Les poutres travaillent en flexion verticale, continues ou isostatiques.


· Les voiles fonctionnent de la même manière que les poutres.
· Les dalles sont isostatiques lorsque leur report de charges s’effectue par la méthode des
lignes de rupture, ou lorsqu’il s’effectue par le calcul aux éléments finis et qu’elles n’ont pas
été associées. Elles sont continues quand elles ont été associées (le report de charge s
’effectue alors aux éléments finis).
· Les poteaux ne transmettent que des efforts normaux, ils ne peuvent fonctionner en
suspente.
· Les semelles isolées et filantes ne reprennent que des efforts verticaux.

6.- Caractéristiques des matériaux

Pour réaliser sa descente de charges traditionnelle ossature utilise différentes


caractéristiques des matériaux :

Densité : poids volumique utilisé pour calculer le poids propre des éléments.
Angle de diffusion : angle utilisé pour déterminer la diffusion des charges verticales dans
les voiles. Cet angle est donné sur l’horizontale.

angle

Les contraintes limites de l’acier et du béton saisies dans ossature sont utilisées dans le
cadre du prédimensionnement précis de la section de béton et du ratio d’acier. Ces valeurs
sont exportées vers les modules de ferraillage en même temps que les éléments qu’on
souhaite ferrailler.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 193


ARCHE Ossature Edition août 2017

7.- Chargements pris en compte

a) Natures des chargements


La descente de charges traditionnelle prend en compte trois types de chargements :
• les charges permanentes : G
• les surcharges d’exploitation : Q
• les charges de cloison : AC

Les charges positives sont descendantes

N.B. : Les charges AC peuvent être considérées comme déjà comptées dans G, ou bien
ajoutées à G par le logiciel lors de ses calculs (voir Hypothèses / Méthode de calcul –
Prédimensionnement (onglet Global) ).

Dans le cas où les charges AC sont comptées dans G : il s’agit de charges permanentes
issues d’équipement placés dans la structure après la réalisation du gros œuvre (les cloisons
par exemple). Cette distinction entre types de chargement est nécessaire pour le calcul de la
flèche BAEL des poutres. D’autre part le prédimensionnement des éléments dans Ossature
se fait alors en fonction de G et Q.

Dans le cas où AC est un cas de charge à part de G : le calcul dans le module de ferraillage
poutre ne distingue pas AC de G. Le programme ajoute à G la valeur de AC, et ce dernier
paramètre reste nul dans le module de ferraillage. D’autre part le prédimensionnement dans
ossature se fait en fonction de G, AC, et Q.

b) Le poids propre
Le poids propre des éléments est automatiquement calculé par le programme à partir des
dimensions des éléments et de la densité du matériau dont ils sont faits. Que les dimensions
données à un élément soient nulles ou partiellement renseignées, le programme le
prédimensionne (méthode indiquée dans Hypothèses / Méthode de calcul – predim… ) et
prend en compte le poids propre induit.

c) Chargements créés par l’utilisateur


L’utilisateur peut de plus ajouter des charges externes, G, Q ou AC sur tous les éléments.
Ces charges sont saisies dans la fenêtre de statuts des éléments .
Suivant les éléments différents types de chargements peuvent être générés :

• semelles isolées et poteau : charges ponctuelles


• semelles filantes, voiles, poutres : charges ponctuelles à tout en droit le long de l’élément,
charges réparties uniformes ou triangulaires sur tout ou partie de l’élément.
• dalles : charges réparties surfaciques uniformes sur toute la surface de la dalle, charges
ponctuelles ou linéaires par le biais de la descente de charges : en utilisant un poteau pour une
charge ponctuelle, une cloison pour une charge linéique.

d) Dégression verticale des chargements


D’après la norme NFP 06-001 : « Base de calcul des constructions. Charges d’exploitation
des bâtiments » il est possible dans certains cas de figures de réduire les surcharges
appliquées sur les poteaux et voiles.

Le coefficient de réduction dq fonctionne de la manière suivante :

194 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Descente de charges Descente de charges


dans les poteaux dans les poteaux

dq=1 2t 2t=2*1

dq=0.9 4t 3.6 t = 4 * 0.9

dq=0.85 6t 5.1 t = 6 * 0.85

dq=0.8 8t 6.4 t = 8 * 0.8 t

Sans dégression des surcharges Avec dégression des surcharges

Ces facteurs de réduction ne s’appliquent pas aux poutres et aux dalles.

Défini de manière globale, le facteur de réduction dq peut aussi être saisi sur chaque
élément par l’utilisateur (dans la fenêtre de statut de chaque élément ou par la commande
Modifier / Attributs / Statuts ).

e) Travées chargées déchargées

 Poutres
Le programme peut calculer les poutres continues en chargeant et déchargeant
alternativement les surcharges d’exploitation de chacune des travées (Hypothèses / Méthode
de calcul – DDC / Méthode réglementaire ).

Par exemple :

Les résultats obtenus sont évidemment différents du calcul traditionnel. On obtient pour

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 195


ARCHE Ossature Edition août 2017

chaque appui deux valeurs correspondant aux réactions maximums et minimums.

Par exemple :

10T
10T
3m

2m 3m 5m

7m 3m

Ce dessin n'est pas à l'échelle.


1. Calcul avec toutes les travées chargées simultanément :

10T 10T

16.2 -1.9 5.7

8.6 11.4

2. Calcul avec les travées chargées :

10T 10T

-1.8/17.9 -8.7/6.8 0.0/5.7

-6.2/14.7 -6.7/18.1

 Dalles

196 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Les dalles calculées aux éléments finis dans le cadre de planchers continus peuvent
fonctionner suivant une logique chargée / déchargée pour les surcharges Q.
Quand au sein d’un plancher des dalles ont des statuts de chargements différents (certaines
« chargées », d’autres « déchargées ») le calcul aux éléments finis établi les résultats des
cas de charges suivants :

- les dalles cochées « chargées » : chargées seules en Q.


- les dalles cochées « déchargées » : chargées seules en Q.
- toutes les dalles chargées en Q

Les efforts maximums sur les appuis sont alors retenus. Les soulèvement ne sont pas pris
en compte : remplacés par une réaction nulle.

8.- Fichiers de saisie et d'analyse

En phase de saisie :
Lorsque vous décrivez une poutre continue, vous devez la décrire en "un coup de crayon", du
premier appui au dernier. Ossature se chargera de déterminer seul les continuités.

Lors de la "Modélisation" (Analyser / Modéliser ), ARCHE découpe la poutre initiale en


plusieurs poutres et indice la numérotation, pour indiquer qu'il a reconnu une continuité (il en
va de même pour les voiles).

La phase d’analyse est créée et contient le modèle suivant :

Lors de l’analyse d’un modèle il convient de bien différencier ces deux phases. En effet, la
phase d’analyse fait clairement apparaître de par la numérotation indicée les continuités de
poutres, de voile.

La phase d’analyse montre le modèle tel que ossature l’a interprété du point de vue de la
descente de charges traditionnelle.

Pour contrôler l'état d'avancement dans l'étude, il existe une zone d'avancement (« Saisie
», « Analyse », « Exploitation ») qui est modifiée en fonction de l'avancement dans
l'étude du bâtiment. Lorsque vous lancez le programme vous êtes en mode "Saisie".

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 197


ARCHE Ossature Edition août 2017

9.- Prédimensionnement : fonctionnement global

a) Dimensionnement de la section de béton


Ossature est capable de prédimensionner les sections béton des éléments selon les
méthodes suivantes (à choisir dans la boite de dialogue Hypothèses / Méthode de calcul –
Prédim… ) :

• Utilisation des abaques (personnalisables par l’utilisateur)


• Utilisation de procédures de calcul (Poutre , Poteau , Semelle , Voile )

Il est possible d'effectuer :


• Un prédimensionnement total : Pour cela, il faut que les dimensions de l'élément soient nulles
avant le lancement du calcul.
• Un prédimensionnement partiel : Il suffit d'indiquer avant le lancement du calcul les
dimensions imposées et de laisser à '0', ceux devant être mis à jour par ARCHE. Au cours des
calcul, ceux-ci seront déterminés.

Dans le cadre de l’utilisation des abaques pour le prédimensionnement (Hypthèses /


Méthodes de calcul – prédim… )., Ossature vérifie les dimensions des éléments : il
indique à la fin de la procédure de calcul les éléments dont les dimensions lui semblent
incorrectes.

b) Calcul du ratio d’acier


La détermination des ratios d'aciers fonctionne sur le même principe.
• Utilisation des abaques (personnalisables par l’utilisateur)
• Utilisation de procédures de calcul (Poutre , Poteau , Semelle isolée , Semelle filante , Voile ,
Dalle )

Dans le cas de l’utilisation de procédures de calcul, les éléments sont envoyés directement
dans les modules de ferraillage et le ratio d’acier est établi directement à partir du plan de
ferraillage.

c) Efforts pris en compte dans le prédimensionnement de la structure

• G : Charges permanentes
• Q : Surcharges d'exploitations
• AC : Partie des charges G appliquées après la mise en place des cloisons.

Suivant que AC est compté ou non dans G, c’est à dire considéré comme un cas de charge
à part ou contenu dans G :
• Le prédimensionnement s'effectue donc avec les charges G et Q (AC n'est pas pris en
compte) : si AC est compté dans G.
• Le prédimensionnement s’effectue en fonction de G, Q, AC : si AC n’est pas compté dans G,
mais comme un cas de charges à part.

198 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

10.- Prédimensionnement par les abaques

Hypothèses générales

 Charges
Les charges indiquées dans les abaques sont des charges à l'ELS. Elles intègrent
automatiquement le poids propre (la charge à l'ELS ne contient donc pas ce poids propre).
La combinaison retenue est :
ChargeELS = G + Q
ChargeELU = 1.4 * ChargeELS

 Interpolations
L'interpolation effectuée entre les courbes est linéaire en abscisse comme en ordonnée.

 Arrondis
Ossature arrondit les résultats du prédimensionnement et du calcul du ratio d'acier issu des
abaques à la tolérance définie par l'utilisateur dans la bibliothèque de matériaux (Hypothèses
méthode de calcul – prédim… ).
Il s'agit d'un arrondi à la valeur supérieure.

 Les matériaux
Les valeurs de résistance de l’acier et du béton constituants les éléments répondant aux
courbes des abaques sont fixes :
Fe = 500 MPa
Fc28 = 25 MPa

 Modification du fichier d’abaques


Pour modifier les courbes du fichier par défaut :
Il faut :

Enregistrer le fichier défaut sous un nouveau nom : par la commande Fichier / Enregistrer.
Sélectionner l’élément concerné dans le menu élément.
Dans le menu Mise à jour, choisir courbe, puis dimensionnement ou ferraillage.
Choisir ensuite le numéro de la courbe, refermer la fenêtre.
Saisir les points sur le graphique à l’aide de la souris, ou bien au clavier après avoir pressé la
barre espace.
Enregistrer à nouveau par Fichier / Enregistrer.

Il est possible de modifier d’autres paramètres :


Par le menu : Mise à jour / Paramètres :
• les dimensions minimum et maximum des éléments
• les rapports de dimensions imposés
• les valeurs de chargements représentés par les différentes courbes :

! attention !
la modification des valeurs de chargement n’entraînera pas la modification des courbes : elles interviennent seulement
lors des interpolations.

Le menu Mise à jour / Matériaux ne modifie pas les hypothèses de calcul mais uniquement
les informations liées au jeu de courbes du fichier concerné.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 199


ARCHE Ossature Edition août 2017

11.- Prédimensionnement précis des équarrissages

Le prédimensionnement précis des équarrissages concerne les éléments suivants :


• poutre
• poteau
• semelle isolée
• semelle filante
Le calcul des dimensions de ces éléments ne fait pas appel aux modules de ferraillage mais
à des routines de calcul propres à ossature.

Les calculs sont détaillés dans la fiche de chacun des éléments. Ils ont en commun :
• L’utilisation des hypothèses concernant la résistance des matériaux saisies dans la fenêtre
Hypothèses / Matériaux .
• L’arrondi de la dimension à la valeur supérieure suivant le pas fixé dans la boite de dialogue
Hypothèses méthode de calcul – prédim…
• Non prise en compte des déplacements.
• Les chargements considérés à l’ELU.

12.- Prédimensionnement précis des aciers

Le prédimensionnement précis des aciers concerne tous les éléments de la structure.

Ce calcul s’effectue par l’appel automatique du ou des module(s) de ferraillage concerné(s).


Le module de ferraillage reçoit du programme Ossature les données suivantes :
• dimensions des éléments
• chargements (verticaux) issus de la descente de charges traditionnelle : pour les cas de charges
G, Q, AC.
• Présence de séisme

De nombreuses autres hypothèses peuvent être prises en compte par l’intermédiaire des
fichiers « Défaut » utilisés par chacun des modules de ferraillage. Le module de ferraillage
produit un plan donnant le ferraillage exact de l’élément et en déduit le ratio d’acier qui est
retourné à Ossature.

Cette procédure de calcul est détaillée dans les fiches relatives à chacun des éléments.

200 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

C. Le calcul aux éléments finis

1.- Philosophie générale

Le modèle utilisé pour le calcul aux éléments finis est obtenu à partir de celui généré pour la
descente de charges traditionnelle. Le programme se charge en effet de transformer les
éléments de la structure en éléments finis. Simplement, l’utilisateur indique élément par
élément, par groupes d’éléments, ou pour toute la structure, la modélisation qu’il souhaite
voir adoptée pour le calcul aux éléments finis.

Par exemple les voiles peuvent être remplacés, au choix, par :


• des éléments surfaciques
• deux éléments filaires formant une croix
• un élément filaire vertical de la raideur du voile surmonté d’un horizontal infiniment rigide

La méthode de calcul aux éléments finis est celle des déplacements.

2.- Structures traitées

Toutes les structures modélisables par ossature sont susceptibles d’être calculées aux
éléments finis, mais il faut prendre en compte quelques hypothèses propres à cette méthode
de calcul :

• les matériaux sont idéalement élastiques fonctionnant aussi bien en traction que en compression
: la fissuration du béton ou d’une maçonnerie au séisme est prise en compte par les
amortissements et coefficient de comportement.
• la limite de résistance des matériaux n’est pas prise en compte.

Il n’y a pas de limite dans le nombre d’éléments pour la descente de charges traditionnelle.
Pour le calcul aux éléments finis, un espace disque libre insuffisant peut être la cause d’un
arrêt du calcul. Il convient alors de faire de l’espace sur le disque avant de relancer le calcul.

Il n’y a pas de limites supérieures de dimension pour les éléments. Néanmoins il faut prendre
garde à ne pas donner aux éléments des dimensions qui les feraient sortir de la zone
d’application des lois RDM régissant le comportement du modèle.

3.- Matériaux
Caractéristiques mécaniques des matériaux utilisées dans le calcul aux éléments finis

Dans le cadre du calcul aux éléments finis interviennent :

• le module d’élasticité où module de Young (E) du matériau. Ce module lie la déformation relative
à la contrainte :
σ=E*ε
σ : contrainte dans le matériau
ε : la déformée relative : pour une pièce de longueur L, ε = ∆L / L où ∆L est la variation de
longueur de la pièce.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 201


ARCHE Ossature Edition août 2017

• Le coefficient de Poisson : ν : ce coefficient lie la déformation transversale à la déformation


longitudinale, il sert aussi à calculer le module G d’élasticité transversale utilisé pour calculer les
déformations d’effort tranchant :
G = E /2(1+ν)

• le coefficient d’amortissement : ce coefficient est utilisé dans le cadre du calcul sismique pour
ajuster la valeur lue sur le spectre au bon terme d’amortissement.

202 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

4.- Chargements pris en compte

Le type d’efforts que peut reprendre chaque élément est décrit dans le chapitre propre à cet
élément. Suivant l’option cochée dans la boite de dialogue Hypothèses / méthode de calcul
DDC / Choix des méthodes , l’origine de ces efforts peut être :

a) la descente de charges statique

Il s ‘agit de la prise en compte des charges permanentes et d’exploitations appliquées par


l’utilisateur, ainsi que du poids propre de la structure. Que le soit calcul mené suivant la
méthode traditionnelle ou éléments finis, les résultats sont disponibles pour les cas de
charges suivants :

• Charges permanentes avec cloison


• Charges d’exploitation
• Charges après cloison

b) Les efforts climatiques

Ils sont générés automatiquement par le programme sur les éléments parois posés sur la
structure suivant les hypothèses neige et vent choisies. Les résultats sont accessibles pour
les cas de charges suivants :

• Vent suivant + X en surpression


• Vent suivant - X en surpression
• Vent suivant + Y en surpression
• Vent suivant - Y en surpression

c) Les efforts sismiques

Ils sont générés automatiquement par le programme si les hypothèses de séisme ont été
renseignées.

Les cas de charges pris en compte pour le calcul aux éléments finis sont les suivants :
• Séisme suivant la direction X
• Séisme suivant la direction Y
• Séisme suivant la direction Z

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 203


ARCHE Ossature Edition août 2017

5.- Descente de charges aux éléments finis

La modélisation de la structure pour le calcul aux élément finis n’étant pas la même
exactement que celle de la méthode traditionnelle, la descente de charges aux éléments finis
donne des résultats différents de la méthode traditionnelle. En effet les éléments de structure
n’ont pas exactement le même comportement que dans la méthode traditionnelle. Les
principales différences de fonctionnement du modèle sont expliqués au chapitre :
Fonctionnement global du modèle .

Pour résumer ce chapitre vis à vis de la descente de charges, on peut représenter la


différence de fonctionnement de la manière suivante :

Méthode traditionnelle Méthode éléments finis

L L

q : chargement linéique q : chargement linéique

(q * L) / 2 (q * L) / 2 (q * L) * 20/100 (q * L) * 80/100

On constate que les réactions sous les deux poteaux sont différentes suivant que la méthode
traditionnelle ou éléments finis est employée.
La méthode traditionnelle produit des réactions au prorata des portées.
La méthode aux éléments finis produit des réactions au prorata des inerties : ce sont les
éléments les plus raides qui reprennent le plus d’efforts.

Le fonctionnement de chaque élément est plus précisément décrit dans les chapitres
concernant chacun d’entre eux : en particulier les connexions entre éléments.

Une importante source de différence de résultats entre descente de charges aux éléments
finis et traditionnelle est la manière dont les dalles reportent les chargements :
• Dans la méthode traditionnelle, les charges sur les dalles sont reportées suivant les sens de
portée définis.
• Dans la méthode aux éléments finis, si la modélisation par maillage de coque est retenue alors
on ne tient plus compte des sens de portée. La répartition des efforts se fait alors au prorata des
inerties.

204 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

6.- Fonctionnement global du modèle

a) Connexions entre les éléments

Méthode traditionnelle :
Cette méthode ne prend en compte que les efforts verticaux, les éléments sont connectés en
conséquence :
• les poutres (continues ou simples) reposent simplement sur leurs appuis.
• les voiles reposent simplement sur leurs appuis.
• les dalles sont isostatiques, articulées sur leurs appuis.
• les poteaux et les voiles reposent simplement sur leurs fondations.
• Les semelles isolées et filantes sont encastrées sur les éléments qui tombent dessus.

Méthode éléments finis :


De manière générale, les éléments sont tous encastrés les uns sur les autres. Sauf les
poteaux qui peuvent être articulés sur leurs fondations (Hypothèses / Hypothèses méthode
ddc / éléments finis ) :
• Les poutres et voiles sont encastrés sur leurs porteurs et éléments adjacents.

• Les dalles suivant leur modélisation :


• Maillage de coques : elles sont encastrées sur leur appui, ainsi qu’avec tout
élément entrant en contact avec elles.
• Membrane : seule la raideur en plan des membranes est prise en compte, elles ne
fléchissent pas. Ces dalles sont, seulement selon la raideur en plan, encastrées sur
leurs appuis.
• Non modélisées : pas d’encastrement, ni de continuité.

• Les poteaux sont encastrés à leurs deux extrêmités sur les éléments avec lesquels ils sont en
contact.

• Les voiles, quelque soit leur modélisation, sont encastrés sur les éléments en contact avec eux.

• les semelles isolées sont encastrées ou articulées suivant l’option cochée dans Hypothèses \
Méthodes de calcul DDC \ Eléments finis .

• les semelles filantes sont encastrée sur les éléments qui tombent dessus.

N.B. : lorsque deux élément sont en contact, c’est la connexion la moins rigide qui dicte le
comportement de l’un par rapport à l’autre. Par exemple, quand une dalle en membrane
repose sur un voile : le voile ne reprend pas de flexion.

b) Comportements mécaniques

Méthode traditionnelle :
• Les poutres ne travaillent qu’en flexion verticale, continues ou isostatiques.
• Les voiles fonctionnent de la même manière que les poutres.
• Les dalles sont isostatiques.
• Les poteaux sont simples ne transmettent que des efforts de compression.
• Les semelles isolées et filantes ne reprennent que des efforts verticaux.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 205


ARCHE Ossature Edition août 2017

Méthode éléments finis :


• Les poutres et poteaux fonctionnent comme des poutres RDM supportant des torseurs d’efforts
tridimensionnels d’efforts et de moments (Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz) et sont systématiquement
continus.

• Les semelles isolées sont transformées en appuis ponctuels infiniment raides : encastrement ou
articulation suivant l’option cochée dans la boite de dialogue Hypothèses \ Méthodes de calcul
DDC \Eléments finis. Elles reprennent des torseurs tridimensionnels (Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz).

• Les semelles filantes sont transformées en une suite d’appuis ponctuels ayant les mêmes
caractéristiques que celles vues ci dessus.

• Les dalles voient leur fonctionnement varier suivant le type de modélisation choisi :
• Dalle modélisée par un maillage de coques : les dalles sont continues, portent sur
tous leurs côtés et la répartition des charges se fait au prorata des raideurs des
appuis. Ces éléments supportent des torseurs d’efforts tridimensionnels (Nx, Ty,
Tz, Mx, My, Mz).
• Dalle modélisée par une membrane non maillée : la dalle n’a pas de raideur vis à
vis de la flexion, et ne reprend que les efforts placés dans son plan en traction ou
compression.
• Dalle non modélisée : les dalles sont considérées comme isostatiques. Elles ne
sont pas modélisées mais leurs réactions d’appui, issues des sens de portée, sont
recréées sur les porteurs.

• Les voiles voient leur fonctionnement varier suivant le type de modélisation choisi : de manière
générale les voiles sont systématiquement continus et supportent des torseurs d’efforts
tridimensionnels (Nz, Vx, Vy, Mx, My, Tz).

206 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

7.- Conventions sur les efforts et résultats


Le repère local d’un élément est un repère lié rigidement à ce dernier. Si on déplace
l’élément (translation, rotation, etc…) son repère local subit les mêmes transformations.

Par exemple : pour un poteau :

y
z

Repère local

Z
Y

Repère global

Les résultats du calcul aux éléments finis sont donnés dans le repère local des éléments.
Ces repères sont décrits pour chaque élément dans sa fiche respective, dans laquelle on
trouvera aussi la description de la convention de signes des efforts.

De manière générale, il est possible d’obtenir deux ensembles de valeur :


• les efforts dans le plan de l’élément : pour les voiles et les semelles filantes.
• l’ensemble des efforts appliqués à l’élément.
Ces résultats sont détaillés dans les fiches de chacun des éléments.
Graphiquement on obtient par exemple les présentations suivantes :

Vx+ = Nx / Ty /Tz/ Mx / My /Mz

Sx = Nx / Ty / Mz
Effet du vent Vx+ en
surpression sur un poteau

Effet du séisme Sx sur


un voile : composantes
dans le plan du voile
seules demandées.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 207


ARCHE Ossature Edition août 2017

8.- Chargements climatiques / Principes de modélisation

a) Structures traitées
Les structures pour lesquelles on opère le chargement automatique de la neige et du vent
doivent répondre aux critères suivants :
• la forme générale en plan de la structure est rectangulaire.
• toutes les façades du bâtiment sont sensiblement planes et reposent sur le sol.
• Les structures sont fermées.

b) Le vent

Les directions de vent considérées sont les suivantes :

• suivant l’axe X dans le sens des valeurs croissantes


• suivant l’axe X dans le sens des valeurs décroissantes
• suivant l’axe Y dans le sens des valeurs croissantes
• suivant l’axe Y dans le sens des valeurs décroissantes

La structure est décomposée en un ensemble de parois. Le chargement du au vent est alors


calculé pour chaque paroi suivant :

• La position et l’orientation de la paroi par rapport au vent étudié.


• La dimension de la paroi par rapport à celles du bâtiment.
• La pression de vent s’appliquant sur l’édifice à l’endroit de la paroi considérée.

p : la pression s’appliquant perpendiculairement sur la paroi, vaut :


p=q*c

q : pression du vent sur le bâtiment à l’endroit de la paroi :


q = K * qh

qh : la pression normalisée donnée pour une certaine altitude au dessus du sol.
K est un coefficient qui prend par exemple en compte :
• l’endroit où se trouve la construction : suivant la région, la présence du littoral…
• la plus grande dimension de l’élément de stabilité considéré,
• le cas où la paroi est plus ou moins abritée derrière une autre,
• la sensibilité de la structure vis à vis des excitations dynamiques dues au vent,
• la pente du terrain sur lequel est construite la structure,
• etc…

c : coefficient aérodynamique de la paroi.


c = c1 – c2
c1 : correspond à l’action du vent sur l’extérieur de la paroi
c2 : correspond à l’action du vent sur l’intérieur de la paroi
Pour chacun d’entre eux, il s’agit de la variation relative par rapport à une pression de
référence au repos, de la pression mesurée sous l’action du vent sur la surface considérée.

Ces coefficients c1 et c2 résultent de :

208 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

• la dimension de la paroi par rapport à celles du bâtiment.


• l’angle que fait la paroi avec le vent, son statut (voir ci dessous) par rapport au vent.
• le fait qu’une partie du bâtiment soit ouverte ou non.
• l’état de pression du bâtiment : l’intérieur peut en effet être considéré en surpression ou en
dépression.

Pour déterminer les coefficients K et c, il est important de connaître les statuts des parois vis
à vis du vent. On distingue différents statuts :
• Au vent direct
• Sous le vent
• Parallèle vent gauche
• Parallèle vent droit
• Au vent abrité
• Sous le vent abrité

La détermination du statut des parois s’effectue de la manière suivante :

On calcule la contribution de la projection sur le sol d’une paroi dans chaque cadran : Aire
nord,
Aire sud, Aire ouest, Aire est. On s’intéresse à l’aire max pour déterminer l’appartenance à tel
ou tel cadran, et à la direction de la normale pour en fixer alors le statut.

Enveloppe rectangulaire du bâtiment


VUE DE DESSUS

Sous le vent direct

Parallèle au vent gauche Parallèle au vent droit

Au vent direct
X

Vent

Les statuts ‘abrités’ s’utilisent lorsque la paroi considérée appartient à une structure abritée
du vent par une autre.

Report des charges de vent par les parois sur les éléments porteurs
Les efforts climatiques générés le sont sous forme de charges surfaciques uniformes
s’appliquant sur chaque paroi. Les parois s’appuient sur le plancher haut et le plancher bas
de l’étage auquel elles appartiennent. Elles fonctionnent ainsi comme des dalles sur deux
appuis, reposant sur la tranche des dalles et les poutres.

b) La Neige

Dans Ossature, la neige est générée sous forme d’une charge surfacique uniforme sur la
toiture.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 209


ARCHE Ossature Edition août 2017

La valeur de cette charge surfacique est fonction :


• d’une valeur nominale fixe donnée en fonction de la région pour des bâtiments en deça d’une
certaine altitude.
• de l’altitude du bâtiment considéré.

Différents cas de neige peuvent être considérés : neige normale, neige extrême ou
accidentelle présentant une valeur de chargement plus importante.

210 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

9.- Chargements sismiques / Principes de modélisation

Le principe de la modélisation de chargements sismiques consiste en une étude dynamique


de la structure. Cette étude dynamique s’appuie sur les hypothèses suivantes :
• définition des modes propres de la structure.
• définition des masses de la structure.
• définition du spectre appliquées aux masses de la structure.
• méthode de recombinaison des réponses des différents modes de la structure au spectre donné.

a) Définition des modes propres de la structure

Les forces intervenant en dehors de toute sollicitation extérieure sont les suivantes :
• Masse * (accélération de la structure)
• Amortissement ou Frottement * (vitesse de la structure)
• Raideur * (déplacement)
Il faut donc que :
Masse * accélération + amortissement * vitesse + raideur * déplacement = 0
lorsque la structure ne subit aucune sollicitation.

Les modes propres de la structure sont les solutions de cette équation qui s’écrit encore :
M . X&& (t ) + C. X& (t ) + K . X (t ) = 0

où :
X : le vecteur déplacement : ses composantes sont le déplacement de chacun des nœuds
X : le vecteur vitesse : ses composantes sont les vitesses de chacun des noeuds
X : le vecteur d’accélération : ses composantes sont les accélérations de chacun des
noeuds

M : est la matrice de masse de la structure, c’est à dire la masse rapportée à chaque nœud
C : est la matrice d’amortissement de la structure, c’est à dire l’amortissement lié à chaque
nœud
K : la matrice de raideur de la structure, c’est à dire la raideur s’opposant au déplacement de
chaque nœud

Il y a une infinité de modes propres chacun étant déterminé par un état de déformation et
une pulsation.
Par exemple, pour un simple poteau :

mode n°1 (pulsation = 11.04 rad/s) mode n°4 (pulsat ion = 93.5 rad/s)

Les modes propres ont l’intérêt de constituer une base dans laquelle toute déformée
dynamique de la structure peut être décrite. Cette déformée dynamique est décrite comme
étant la somme d’un certain nombre de ces modes affectés chacun d’un poids particulier.

Ainsi la suite de la démarche consiste à déterminer le taux de participation de chacun des


modes dans la réponse à une sollicitation donnée.
L’état d’équilibre statique de la structure constitue un cas particulier pour lequel aucun des
modes propres n’est intéressé.

b) Définition des masses de la structure

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 211


ARCHE Ossature Edition août 2017

L’étude dynamique de la structure passe par la définition son inertie et donc des masses qui
la composent. La prise en compte de la masse de la structure passe par la discrétisation de
celle ci en chacun des nœuds de la modélisation.

Choix des masses prises en compte :


Les masses prises en compte peuvent être :
• le poids propre de la structure
• les charges permanentes liées à la structure
• les charges d’exploitation, éventuellement affectées d’un coefficient prenant en compte le fait
qu’elles ne sont pas nécessairement toutes entières liées à la structure
• etc…

Discrétisation des masses :


Une fois les masses à prendre en compte définies, elles sont ramenées aux nœuds
sommets des éléments. La masse de chaque élément est répartie entre chacun des nœuds
lui appartenant, au prorata de la ‘quantité’ d’élément reprise par le noeud.

c) Définition du spectre

La modélisation du séisme consiste en une superposition de sollicitations harmoniques.


Chacune pour une période donnée apporte à la structure une certaine accélération.
Le spectre synthétise cet ensemble de sollicitations sous la forme suivante :

Accélération

T : période

Le spectre est calculé pour une certaine valeur de l’amortissement de la structure. Lorsque
l’amortissement de la structure étudiée diffère de celui du spectre, il convient de ‘recaler’ le
spectre pour la valeur d’amortissement réel : ceci est effectué en multipliant les ordonnées
de l’accélération par un coefficient fonction du rapport amortissement réel // amortissement
calculé du spectre.

d) Obtention des réponses modales pour un spectre donné, méthode de


recombinaison des réponses

a. Réponses modales à un spectre


Le poids des différents modes intervenant dans la description de la réponse de la structure à
un séisme R s’obtient en résolvant l’équation différentielle :
M . X&& (t ) + C. X& (t ) + K . X (t ) = − M .V .R(t )
où R(t) correspond à l’accélération sismique en chacun des nœuds, M est la matrice de
masse et V le vecteur des ddl intéressés. X est tel que :
X (t ) = α1 * M 1(t ) + α 2 * M 2(t ) + α 3 * M 3(t ) + ....
α1, α2, α3 sont les poids des modes 1, 2, 3, …
M1, M2, M3 … les fonctions décrivant les déplacements des nœuds pour les modes propres

212 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

1, 2, 3, …

b. Recombinaison des réponses modales


Les modes propres apportent chacun pour chaque nœud un déplacement. Il faut donc pour
chaque nœud recombiner les réponses pour obtenir les déplacements réels, et en déduire
effort et contraintes.

N.B. : les efforts et les contraintes peuvent être réduits d’un coefficient nommé coefficient de
comportement, qui réduit les efforts dans les éléments pour tenir compte des phénomènes
dissipatifs (frottements) et des plastifications.

Cette recombinaison peut être effectuée de différentes manières suivant le règlement.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 213


ARCHE Ossature Edition août 2017

10.- Chargements climatiques : Règlements nationaux

a) Application des NV65

Modélisation du vent

La charge de vent sur les éléments parois est définie suivant les règlements NV65 révisées
en 1984 ainsi que les DTU des modifications de 1995. Plus précisément, les calculs utilisent
courbes et formules du chapitre III partie 2 des règles NV65.

Deux ensembles d’hypothèses sont prises en compte pour le calcul des charges de vent :
• les statuts des parois et les dimensions du bâtiment.
• les hypothèses de neige et vent.

Statuts des parois et dimensions du bâtiment


Les dimensions du bâtiment sont automatiquement déterminées par ossature.
La détermination des statuts des parois est décrite au paragraphe Principes de modélisation.

Calcul de la pression du vent s’exerçant sur une paroi


La pression de vent s’exerçant sur une paroi est égale à (article 1,422, page 77) :

F = qHcorrigé (ce – ci)

La pression s’exerce perpendiculairement à la paroi.

qHcorrigé est la pression dynamique corrigée calculée au point de hauteur maximale de la


paroi.

qHcorrigé = ks . δH . km . βH . qH

ks est le coefficient de site, fonction de la région et du site de l’ouvrage (art 1,242, page 59)
δH est le coefficient de réduction, fonction de la plus grande dimension (horizontale ou
verticale) de la surface offerte au vent intéressant l’élément de stabilité considéré et de la
hauteur H (art 1,244, pages 61 et 63). La plus grande dimension est déterminée en prenant
la plus grande longueur des éléments filaires porteurs attachés à la paroi ou le plus grand
coté de la paroi si celle-ci est appuyée sur des éléments surfaciques.

km est un coefficient de masque égal 1.0 pour les parois non abritées et égal à 0.75 pour les
parois abritées (réduction de 25% de la pression dynamique de base, art 1,243, page 60). La
réduction opérée par les coefficients de réduction et de masque ne doit pas excéder 33% (art
1,245, page 65), le coefficient km est donc ajusté en conséquence.

βH = θ (1 + ξ τH) (art 1,511, page 81)


βH est un coefficient de majoration au moins égal à l’unité

ξ est le coefficient de réponse, fonction de la période du mode fondamental d’oscillation dans


le sens du vent (égale à 1s par défaut), du type d’ouvrage (Ossature ou Bâtiment), et du
matériau de l’ouvrage (Acier, Béton, Bois). Il est déterminé par les figures R-III-3, page 83.
Pour une structure en bois, on utilise les courbes données pour l’acier.
τH est le coefficient de pulsation, fonction de H déterminé par lecture de la figure R-III-4,
page 83

θ est le coefficient global dépendant du type de construction, égal à 1 ou fonction de la


hauteur globale de l’ouvrage (page 83)

214 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

qH = 2.5 (H + Hpied + 18) / (H + Hpied + 60) q10


Pression dynamique à la hauteur H (art 1.241, page 55)

Hpied est la hauteur fictive du pied de la construction qui permet de tenir compte d’un
environnement avec fortes pentes
q10 est la pression dynamique de base normale ou extrême à 10 m de hauteur, fonction de
la région (art 1,232, page 49) éventuellement majoré dans certains cantons (page 53) :

Pression dynamique Pression dynamique


de base normale de base extrême
Ré 50 daN/m² 87.5 daN/m²
gio
nI
Ré 70 daN/m² 122.5 daN/m²
gio
n II
Ré 90 daN/m² 157.5 daN/m²
gio
n
III
Ré 120 daN/m² 210.0 daN/m²
gio
n
IV

Pour les constructions en bordure immédiate du littoral, on adopte une pression constante
entre 0 et 10 m égale à celle régnant à 10 m (page 55).

Calcul automatique des coefficients de pression ce et ci


 Détermination du coefficient γ0
Le coefficient γ0 est déterminé par la figure R-III-5, page 89, en fonction de l’incidence du
vent (vent normal à la grande face de l’enveloppe rectangulaire, ou à la petite face) et des
rapports de dimension λa = h / a et λb = h / b (art 2,03, page 87) et du rapport b/a. Les
dimensions a et b sont les dimensions de l’enveloppe rectangulaire des parois avec a ≥ b. h
est la coordonnée verticale maximale de l’ensemble des parois.

 Actions extérieures : coefficient ce


Pour les parois au vent direct, au vent abrité, sous le vent, sous le vent abrité, le coefficient
ce est déterminé par lecture de la figure R–III-6, page 93, en fonction du coefficient γ0 et de
l’angle α de la paroi avec le plan horizontal. Ce diagramme correspond à des ouvrages dont
la flèche de la toiture à versants plans reste inférieure à la moitié de la hauteur de l’ouvrage
(h/2 ≥ f). On ne prend pas en compte l’inclinaison d’une paroi par rapport à la direction du
vent. Pour toutes ces parois, la direction du vent est supposée toujours normale à la paroi.
Pour les parois parallèle au vent droit ou gauche, le coefficient est déterminé par ce même
diagramme en prenant un angle α=0.

 Actions intérieures : coefficient ci


Dans le cas où toutes les parois de la construction sont fermées (perméabilité µ ≤ 5) : on
prend sur l’ensemble des parois un coefficient ci égal à (art 2,141, page 103) :
• Surpression : ci = +0.6 (1.8 – 1,3 γ0)
• Dépression : ci = -0.6 (1,3 γ0 – 0.8)

Dans le cas où une paroi est ouverte (perméabilité 35 ≤ µ) :


• si cette paroi est au vent direct :
on applique une dépression ci = -0.6 (1,3 γ0 – 0.8) sur cette paroi et une surpression ci=+0.8
sur toutes les autres parois
• si cette paroi est sous le vent direct ou parallèle au vent droit ou gauche :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 215


ARCHE Ossature Edition août 2017

on applique une surpression ci = +0.6 (1.8 – 1,3 γ0) sur cette paroi et une dépression ci=-(1,3
γ0 – 0.8) sur toutes les autres parois

Dans le cas où une paroi est partiellement ouverte (perméabilité 5 ≤ µ ≤ 35) : on calcule les
coefficients ci dans les deux cas précédants (fermé et ouvert) et on interpole linéairement
entre les coefficients ci de même signe en fonction de la perméabilité.

Dans le cas où la perméabilité d’une paroi est égale à 100%, on ne génère aucune charge.

Le générateur n’admet pas les cas où plus d’une paroi est ouverte.

! Attention !
Seuls les résultats des cas de vent en surpression sont présentés dans ossature

 Limitation des coefficients Ci et de la différence entre Ce-Ci suivant les règles


RIII2.14 et RIII2.153
Lorsque la combinaison la plus défavorable des actions extérieures moyennes et des actions
intérieures conduit à des coefficients compris entre –0.30 et 0, on prend –0.30, et lorsqu’ils
sont compris entre 0 et +0.30, on prend +0.30 (art 2.153, page 109).

Prise en compte de la neige


La charge de neige est générée sur les dalles pour lesquelles la case ‘neige’ est cochée
dans la fenêtre « chargements » de leurs statuts.

Les pressions appliquées sont uniformes. La pression de neige s’exerçant sur une dalle est
établie en fonction de la région de neige de la construction et de l’altitude.
Les pressions de base sont fixées par le règlement NV84 révisé 95 en fonction de la région
et du type de calcul du matériau.

Cas des calculs de matériau qui sont aux états limites (BAEL et Eurocodes)

Surcharge normale des zones dont l’altitude est inférieure à 200 m :

Régions Surcharge
pmin (daN/m²)
1A et 1B 45
2A et 2B 55
3 65
4 90
Ce cas de charge correspond à un cas de neige normale.

Effet de l'altitude :

Altitude p (daN/m²)
200<A<500 m pmin +((0.15A-30)/100)
500<A<1500 m pmin +((0.3A-105)/100)
1500<A<2000 m pmin +((0.45A-255)/100)

Surcharge accidentelle :

Régions Surcharge
pacc (daN/m²)
1A -
1B 100
2A 100
2B 135
3 135
4 180

216 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Ce cas de charge correspond à un cas de neige extrême.

Cas des calculs de matériau qui ne sont pas aux états limites (CM66)
Surcharge normale des zones dont l’altitude est inférieure à 200 m :

Régions Surcharge
pmin (daN/m²)
1A et 1B 35
2A et 2B 45
3 55
4 80

Surcharge extrême :

Régions Surcharge
p (daN/m²)
1A et 1B 60
2A et 2B 75
3 90
4 130

Surcharge accidentelle :

Régions Surcharge
pacc (daN/m²)
1A -
1B et 2A 80
2B et 3 108
4 144

Le cas de charge de neige extrême généré est celui de la surcharge accidentelle si, compte
tenu de l’altitude, sa valeur est plus défavorable que celle de la surcharge extrême.

L’accumulation de neige sur le toit due à des obstacles n’est pas prise en compte.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 217


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Application des DIN 1055

Deux ensembles d’hypothèses sont prises en compte pour le calcul des charges de vent :
• les statuts des parois et les dimensions du bâtiment.
• les hypothèses de neige et vent.

Modélisation du vent

Statuts des parois et dimensions du bâtiment


Les dimensions du bâtiment sont automatiquement déterminées par ossature.
La détermination des statuts des parois est décrite au paragraphe Principes de modélisation.

Hypothèses sur le vent


La pression de vent s’appliquant sur chacune des parois est déterminée suivant la partie 4
du règlement DIN1055.

Ainsi pour chaque paroi, la pression p du vent est définie à l’article 5.2.2 :
p = cp * q où

q est la pression dynamique du vent liée à sa vitesse v par la relation :


q = v² / 1600, avec v en m/s et q en kN/m² (article 5.2.2)

Ses valeurs sont fournies par l’article 5.2.3 :


1 2 3
Altitude de Vitesse Pressio
la paroi par du vent n
rapport au en m/s dynami
sol (en m) que en
kN/m²
De 0 à 8 m 28.3 0.5
De 8 à 20 35.8 0.8
m
De 20 à 42.0 1.1
100 m
Au dessus 45.6 1.3
de 100 m

Et cp le coefficient de pression défini à l’article 2.2.2 :


Cp = ∆p / q’ où
∆p : est la différence de pression entre la pression mesurée au repos à la surface de la
paroi et la pression mesurée sous l’action du vent.
q’ : est la pression dynamique définie à l’article 5.2.3 (celle vue ci dessus).

Les valeurs de cp appliquées sont celles définies suivant les statuts de chaque paroi à
l’article 6.3.1.

! Attention !
Les pics locaux de pression décrits par l’article de 6.3.1, intervenant dans l’étude locale de la structure, ne sont pas
modélisés tant sur les murs que la toiture.

La norme définit le coefficient cp lorsque le vent souffle parallèlement ou


perpendiculairement à la paroi. Lorsque ce n’est pas le cas, l’utilisateur peut saisir sur la
paroi la valeur de cp qui lui convient.

218 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

///xxx ou alors on pourrait inscrire le bâtiment dans un grand rectangle si il est forme quasi
quadrangulaire, attention alors aussi à son orientation ///

Modélisation de la neige

Les charges de neige générées le sont suivant la partie 5 des DIN1055.


La pression de neige sur la toiture est définie par l’article 3.1.2 :
s = ks * s0

où interviennent :
ks : facteur de réduction suivant la pente du toit : défini dans le tableau de l’article 3.1.2.
Pour une toiture plane ks = 1.

s0 : valeur de la pression normale de neige :


cette pression est fonction de l’altitude de la construction et de sa région d’implentation (les
régions sont définies dans les cartes associées à la partie 5 de la norme DIN1055) :

1 2 3 4 5
Altitu
de Reg Regio Regi Regio
d’im ion I n II on III n IV
plent
ation
au
dess
us
du
nive
au
de la
mer
(m)
<=20 0.75 0.75 0.75 1.00
0 0.75 0.75 0.75 1.15
300 0.75 0.75 1.00 1.55
400
500 0.75 0.90 1.25 2.10
600 0.85 1.15 1.60 2.60
700 1.05 1.50 2.00 3.25
800 1.25 1.85 2.55 3.90
900 2.30 3.10 4.65
1000 3.80 5.50
>100 Valeur fixée pour chaque cas par l’Autorité de
0 Construction concernée en accord avec l’Office Central
du Service de Météorologie Allemande d’Offenbach.

! Attention !
Les accumulations ne sont pas prises en compte.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 219


ARCHE Ossature Edition août 2017

11.- Chargements sismiques : Application du PS92

Prise en compte des masses


Les masses prises en compte dans le calcul des modes peuvent avoir deux origines :
• le poids propre des éléments
• les forces appliquées par l’utilisateur sur les éléments :
par exemple :
Une force ponctuelle F = 100 kg appliquée sur une poutre est transformée en masse
ponctuelle (en Newton) M = 100 * g, g étant l’accélération de la pesanteur.
Une force répartie (linéaire ou surfacique) est transformée en une masse répartie de valeur
équivalente de la même manière que pour la force vue plus haut.
Les masses réparties sont ramenées aux nœuds de la structure.

Soit Mg : la masse issue des charges permanentes (G)


Soit Mq : la masse issue des surcharges d’exploitation (Q)
Soit C : le coefficient de masse partielle saisi dans la fenêtre Hypothèses / Séisme

Les masses prises en compte dans le calcul des modes sont les suivantes : Mg + C * Mq

Génération du spectre
Définition du séisme pour le règlement PS92 :

Cette fenêtre permet de générer le spectre R(T) définissant l’action sismique. Celui-ci est
évalué de la manière suivante :

R(T) = an RE(T) τ si l’installation est considérée à hauts risques


R(T) = an RD(T) τ sinon

avec

an accélération nominale (en m/s²), déterminée en fonction du tableau de l’article 3.3

Zone de Classe d’ouvrage an (m/s²)


sismicité
Ia – Très faible Classe B - Risque normal 1.0
Classe C - Risque élevé 1.5
Classe D - Risque très 2.0
élevé
Ib – Faible Classe B - Risque normal 1.5
Classe C - Risque élevé 2.0
Classe D - Risque très 2.5
élevé
II – Moyenne Classe B - Risque normal 2.5
Classe C - Risque élevé 3.0
Classe D - Risque très 3.5
élevé
III – Forte Classe B - Risque normal 3.5
Classe C - Risque élevé 4.0
Classe D - Risque très 4.5
élevé

RD (T) spectre de dimensionnement normalisé adimensionnel


RE (T) spectre élastique normalisé adimensionnel
τ coefficient topographique adimensionnel (donné par l’utilisateur)

220 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

! Remarque !
La correction d’amortissement (coefficient ρ) n’est pas appliquée dans le calcul du spectre.
En effet l’amortissement de la structure peut être imposé par l’utilisateur (à travers la fenêtre
« Modes et Masses ») ou calculé par le logiciel donc postérieurement à la phase de saisie.
Cette correction n’est donc apportée qu’en phase de calcul au moment de la lecture du
spectre pour l’évaluation des pseudo-accélérations.

Les spectres RD (T) et RE (T) sont déterminés en fonction du site

Type de sol Epaisseur du S


sol : e i
t
e
Groupe A – Résistance bonne e < 15m S0
e ≥ 15m S1
Groupe B - Résistance e < 15m S1
moyenne
15m ≤ e < 50m S2
e ≥ 50 m S3
Groupe C - Résistance faible e < 10 m S2
10 m ≤ e ≤ 100 m S3

RD (T)

RM

T
TC TD
Si le sens du séisme est horizontal :

pour T < TC : RD (T) = RM


pour TC < T < TD : RD (T) = RM (TC / T)2/3
pour T > TD : RD (T) = RM (TC / TD) 2/3 (TD / T) 5/3

avec
Site TC TD RM
S0 0.30 2.67 2.5
S1 0.40 3.20 2.5
S2 0.60 3.85 2.25
S3 0.90 4.44 2.0

Pour un séisme vertical, on prend un spectre identique pour les sites S0 et S1 ; pour les
sites S2 et S3 les branches descendantes (T > TC) sont remplacées par celle du spectre
S1. On applique ensuite sur le spectre obtenu une affinité de rapport 0.70.

Prise en compte de l’amortissement des matériaux : le spectre est généré pour un


amortissement de 5 %.

Nombre de modes propres calculés


L’utilisateur saisit le nombre de modes propres qu’il souhaite voir calculer. Le nombre

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 221


ARCHE Ossature Edition août 2017

maximum de modes propres est de 94. Le calcul des modes est séquentiel, c’est à dire que
le calcul du mode i+1 se base sur le mode i.
Il s’agit de calculer suffisamment de modes propres pour exciter une partie suffisante de la
masse de la structure.

Amortissement
L’amortissement de chaque mode propre peut être fixé de deux manières (dans la fenêtre
Hypothèses / Séisme ) :
• valeur imposée : chaque mode adopte pour amortissement la valeur imposée par l’utilisateur
dans cette fenêtre. Cette option est valable pour les structures comportant un seul matériau.
• Calcul automatique : dans le cas de structure composites :

La valeur du pourcentage critique d’amortissement est égale pour chacun des modes
considérés à :

∑ζ i Ei
ζ = i

E
où :

ζ : désigne le pourcentage d’amortissement critique du mode considéré

E : désigne l’énergie élastique de la structure, associée à la déformée modale


considérée. La sommation est étendue à l’ensemble des matériaux constituant la structure.

ζi : désigne, pour chaque matériau, le pourcentage d’amortissement critique défini dans


le tableau 6.2342

Ei
: désigne la part d’énergie élastique, associée à la déformée modale considérée,
emmagasinée dans chacun des matériaux.

Matériau Pourcentage
d’amortissement critique
(%)
Acier soudé 2
Acier boulonné 4
Béton non armé 3
Béton armé et / ou 4
chaîné
Béton précontraint 2
Bois lamellé collé 4
Bois boulonné 4
Bois cloué 5
Maçonnerie armée 6
Maçonnerie chaînée 5

Traitement modes*spectre
Pour un cas de charge sismique, les valeurs de calcul des déplacements, efforts ou
contraintes sont obtenues en combinant les valeurs obtenues séparément dans chaque
mode suivant deux schémas :

Méthode SRSS

222 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

La combinaison s’effectue de la manière suivante :

∑ (α .u )
n
k 2
vk = i i
i =1
où :
vk est le résultat souhaité
n est le nombre de modes calculés
αi est le coefficient donnant la contribution du mode i
uik est la composante k du vecteur propre du mode i

Cette méthode peut s’appliquer lorsque les modes peuvent être considérés comme
indépendants.

Méthode CQC
La combinaison s’effectue de la manière suivante :

n n
vk = ∑ ∑ρ ij α i .uik α j .u kj
i =1 j =1

où ρij est le facteur de couplage des modes, déterminé par les relations :

ρ ii = 1

ρ ij =
8 ε iε j (ε i + rijε j ) rij
3
2

(1 − r ) ij
2 2
( ) (
+ 4ε i ε j rij 1 + rij + 4 ε i2 + ε j2 rij
2
) 2

où :
εi est le pourcentage d’amortissement critique associé au mode i
rij est le rapport des fréquences des modes i et j (rij = ωj / ωi)

On peut remarquer que si les pourcentages d’amortissement critique sont tous nuls, la
combinaison CQC est équivalente à une combinaison SRSS.

Calcul du mode résiduel


Méthode de calcul :
Pour M : la matrice de masse
.. .

V : vecteur du séisme (tel que :


M . X + C.X = M .V .R(T ) )
K : la matrice de rigidité

On calcule 0
φ = K −1 .M .V
On en déduit le vecteur modal résiduel :
Pi .φ i
φ q +1 = φ 0 − ∑
ωi

q : est le nombre de modes demandés
Pi
: le facteur de participation du mode i
φi : le vecteur modal du mode i

La pseudo accélération du mode résiduel est donnée par :


Γq +1 = Rq (T ).φ q +1

avec

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 223


ARCHE Ossature Edition août 2017

Γq +1
: accélération spectrale du dernier mode demandé

Le pseudo mode est ensuite traité comme les autres.

Résultats obtenus
Les résultats obtenus sont les efforts sous forme de torseurs tridimensionnels dans certains
éléments. Néanmoins seuls les résultats obtenus sur les éléments de fondations, les voiles
et les poteaux sont accessibles.

Les déplacements des différents composants de la structure peuvent être visualisés


graphiquement dans le module d’affichage de la structure aux Eléments Finis.

224 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

D. Caractéristiques des éléments de structure

1.- L'élément Poutre

a) Prédimensionnement de l'équarrissage

! Attention !
Le prédimensionnement de l’équarrissage est effectué vis à vis des efforts générés par la descente de charges
traditionnelle.

Prédimensionnement par les abaques


Les courbes concernant les poutres sont étalonnées sur des poutres isostatiques (une travée
sur deux appuis simples) ne comportant pas de table de compression. L'étalonnage a été
directement été effectué sur la charge répartie équivalente (et non pas sur le moment
équivalent).

Les caractéristiques du béton et de l'acier sont : Fc28 = 25 MPa et Fe = 500 MPa.

Hauteur de la section : H (m) = fonction (Portée entre axes (m), Charge (kN/m))
Largeur de la section : B (m) = Hauteur / Coefficient paramétré
Ratio : R (kg/m) = fonction (Portée entre axes (m), Charge (kN/m))

1. Nous interpolons les valeurs sur la courbe H = f1 (Portée, Charge) et R = f2 (Portée,


Charge).
2. Nous contrôlons le non-dépassement des bornes minimales et maximales définies
dans Abaques.
A ce stade les valeurs H, B et R obtenues sont définies comme valeurs de références. Nous
définissons également un Rm3 qui est un ratio au mètre cube qui va nous servir à effectuer
des calculs intermédiaires.
3. Prise en compte des dimensions imposées par l’utilisateur :

 Si H est imposée :
si H > Href
• B = Bref
• R = H * B * Rm3 * (Href)² / (H)²
si H < Href
• B = Bref * (Href)² / (H)²
• R = Rref

 Si B est imposée :
Si B > Bref
• H = Href
• R = H * B * Rm3 * Bref / B
si B < Bref
• H = Sqrt(Bref * (Href)² / B)
• R = Rref

 Si H et B sont imposées :
• Ratio = H * B * Rm3 * Bref * (Href)² / (B) / (H)²

Si le ratio d'acier est supérieur à 220 kg/m3 (R/H/B), un avertissement est généré.

Au cours de chacune des étapes, nous contrôlons le non-dépassement des bornes

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 225


ARCHE Ossature Edition août 2017

minimales et maximales définies dans Abaques.

Prédimensionnement précis
La méthode consiste à déterminer une section de poutre vérifiant les critères suivants :
• Table automatiquement prise en compte si il y a lieu
• Moment résistant minimum à l’ELU inférieur au moment minimum le long de la poutre
• Moment résistant maximum à l’ELU supérieur au moment maximum le long de la poutre
• Moment réduit à l’ELU inférieur ou égal à un une valeur limite. Cette valeur peut être fixe, ou
calculée en fonction des matériaux afin de profiter d’un rendement maximal
• Effort tranchant résistant à l’ELU supérieur à l’effort tranchant maximum le long de la poutre
• Largeur fixe ou hauteur fixe ou élancement fixe
• Largeur minimum, hauteur minimum
• Pas sur la largeur (par exemple de 5cm en 5cm), pas sur la hauteur

! Attention !
Les dimensions minimums et maximums définies dans le module Abaques ne sont pas prises en compte pour ce
prédimensionnement.

Quelque soit la méthode de prédimensionnement retenue, il est possible de demander que le


prédimensionnement donne la même section à toutes les travées d’une poutre continue. Il
suffit de cocher l’option « Poutres continues à section constante » dans la boite de dialogue
Hypothèses / Méthode de calcul – Prédim…

b) Repère local

Le repère local est utilisé dans le cadre de la modélisation aux éléments finis.

y
x

z
repère local

Z
Y

X
Repère global

L’axe x est dans le prolongement de la poutre, l’axe y est toujours orienté parallèlement aux
Z croissants. L’axe z se place pour former un trièdre direct.

226 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

c) Modélisation

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Dans la saisie, les poutres continues sont décrites de leur origine à leur extrémité sans
indication des appuis intermédiaires. La modélisation (Analyser / Modéliser) consiste pour
Ossature à détecter automatiquement les appuis et à établir les continuités. Le programme
découpe alors les poutres en travées.

Phase de saisie : la Après modélisation, la


poutre
Poutre est constituée d'une est constituée de 3 entités
Entité allant de A à B Ai (1.1) ij (1.2) jB (1.3)

Ossature utilise une numérotation indicée pour indiquer la notion de Super Elément : la
poutre numérotée "1", saisie en une seule fois, est décomposée lors de la modélisation en
trois travées "1.1", "1.2", et "1.3". Elle sera donc calculée comme un poutre continue à trois
travées.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Dans le modèle élément fini, chaque poutre est transformée en un élément filaire ayant les
caractéristiques géométriques suivantes :

z
b
Repère local

• section constante égale à la section rectangle de la poutre = b.h

• Inerties :
Iz = b.h3/12
Iy = b3.h/12
Ix = b3.h/3

• modules de flexion :
V1y = V2y = Iy/(b/2) = h.b²/6
V1z = V2z = Iz/(h/2) = b.h²/6

• Sections réduites d’effort tranchant :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 227


ARCHE Ossature Edition août 2017

Effort tranchant suivant y


Ay = 5.b.h/6
Effort tranchant suivant z
Az = 5.b.h/6

• longueur : longueur de l’axe de la poutre modélisée dans ossature

228 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Comportements mécaniques

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle

Isostaticité
Une poutre est simple quand son origine et son extrêmité sont décrites de sorte qu’il n’y ait
pas d’appui intermédiaire entre les deux.

Continuité
Les poutres hyperstatiques peuvent être traitées de la manière suivante :
• Calcul hyperstatique par la méthode des foyers
• Calcul isostatique systématique
• Calcul allant dans le sens de la sécurité entre la méthode des foyers et un calcul isostatique (non
déchargement des rives ...)
• Calcul par la méthode forfaitaire :

0% 15% 0%

0% 10% 10% 0%

0% 10% 0% 10% 0%

Les pourcentages indiqués sont la majoration de la réaction d’appui.

Pour illustrer l’incidence de cette option, analysons les différents résultats sur une poutre à
deux travées simplement appuyée à chacune de ses extrémités :

Appui n°0 Appui n°2


Appui n°1

Dans cet exemple, les travées font 5 mètres et l’intensité des charges est de 1 T.

Appui 0 1 2
Foyer 0.31 1.38 0.31
Isostatiqu 0.50 1.00 0.50
e
Max 0.50 1.38 0.50
Forfaitaire 0.50 1.15 0.50

La prise en compte du déchargement alternatif des travées sous l’effet des charges
d’exploitations. Lorsque vous activez cette option, vous exploiterez systématiquement deux
résultats : la surcharge d’exploitation minimum et maximum. Dans le cas de la poutre
précédente, les résultats seraient les suivants :

Appui 0 1 2
Foyer -0.09 / 0.00 / -0.09 /
0.41 1.38 0.41
Isostatiqu 0.00 / 0.00 / 0.00 /
e 0.50 1.00 0.50
Max -0.09 / 0.00 / -0.09 /
0.50 1.38 0.50
Forfaitaire 0.00 / 0.00 / 0.00 /
0.50 1.15 0.50

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 229


ARCHE Ossature Edition août 2017

Vis à vis du calcul aux éléments finis


L’élément fini utilisé se comporte comme une poutre RDM standard, à ceci prêt que la
déformée d’effort tranchant est négligée. Cet élément supporte et transmet des torseurs
d’efforts tridimensionnels (Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz).

230 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

e) Connexions aux autres éléments

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les poutres simples ou continues reposent simplement sur leurs appuis.

Intersection de poutres
Comment détecte-t-il le rang d'une poutre ?
1. Lorsqu'il y a un poteau à l'intersection de deux poutres il n'y a pas d'hésitation
possible, toutes les poutres sont primaires.

Configuration en "Croix" Configuration en "T" Configuration en "L"

2. Lorsqu'il n'y a pas de poteau à l'intersection de deux poutres plusieurs configurations


sont possibles :

 Configuration en croix :
1. Les deux poutres sont "Principales", alors Ossature détectera une erreur lors de la
modélisation
2. Aucune des deux poutres n'est "Principale", alors Ossature détectera une erreur lors
de la modélisation
3. Une poutre est principale, l'autre ne l'est pas, Ossature coupera automatiquement la
poutre "Non-Principale" sur la poutre "Principale" de la façon suivante :

1.1

2
1.2

 Configuration en "T" :
1. Les deux poutres sont "Principales", alors Ossature détectera que la poutre n°2 repose
sur la poutre n°1
2. Aucune des deux poutres n'est "Principale", alors Ossature détectera que la poutre
n°2 repose sur la poutre n°1
3. Une poutre est principale, l'autre ne l'est pas, Ossature coupera automatiquement la
poutre "Non-Principale" sur la poutre "Principale".

 Configuration en "L" :
1. Les deux poutres sont "Principales", alors Ossature fera reposer la poutre de numéro
le plus élevé sur celle de numéro le plus faible.
2. Aucune des deux poutres n'est "Principales", alors Ossature fera reposer la poutre de
numéro le plus élevé sur celle de numéro le plus faible.
3. Une poutre est principale, l'autre ne l'est pas, Ossature fera reposer la poutre "Non-
Principale" sur la "Principale"

 Poutre console
Dans le cas d’une poutre console, si elle ne repose que sur un seul appui, la poutre doit être
encastrée à cette extrêmité (défini dans la zone de statuts ).

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 231


ARCHE Ossature Edition août 2017

Les poutres d'un étage sont triées dans l'ordre de leur rang et calculées dans l'ordre du rang
le plus fort vers le rang le plus faible.

232 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Vis à vis du calcul aux éléments finis


L’élément poutre est encastré sur les dalles, voiles, et poteaux en contact avec lui.

poutre

Poteaux

poutre

f) Chargements

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les charges s’appliquant à la poutre appartiennent aux cas de charges G,Q et AC et ont
deux origines :
• Chargements créés par l’utilisateur : charges ponctuelles à tout endroit le long de l’élément,
charges réparties uniformes ou triangulaires sur tout ou partie de l’élément.
• Chargements issus de la descente de charges (éléments s’appuyant sur la poutre) : forces
verticales ponctuelles ou réparties.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les charges reprises par cet élément ont trois origines :
• Charges appliquées par l’utilisateur lors de la saisie de la structure : efforts verticaux ponctuels
ou répartis (uniformes ou non) s’appliquant tout au long de l’élément.
• Forces générées par le programme lors de la modélisation de sollicitations climatiques et
sismiques (ponctuelles, réparties,…).
• Efforts rapportés par les éléments de structure avec lesquels la poutre est en contact : torseurs
d’efforts tridimensionnels appliqués aux points de contact de la poutre avec les autres éléments.

g) Maillage éventuel

Le maillage s’applique dans le cadre du calcul aux éléments finis.

Le maillage de l’élément poutre est automatique. Un nœud est placé à chaque extrêmité et à
chaque intersection avec d’autres éléments.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 233


ARCHE Ossature Edition août 2017

h) Résultats obtenus

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les résultats de la descente de charges verticales fournis sur les poutres concernent G,Q, et
AC pris ensemble ou séparément.

Il s’agit toujours d’efforts verticaux :

• somme des charges (enveloppe) :

• linéarisation des charges :

• présentation de toutes les charges :

Les options de présentation des résultats vues ci dessus sont valables tant pour l’affichage
graphique que la note de calcul (choix dans Options / Résultats ).

Vis à vis du calcul aux éléments finis

 Efforts
Nx : effort normal
Ty : cisaillement suivant y
Tz : cisaillement suivant z
Mx : moment de torsion
My : moment de flexion autour de l’axe y local
Mz : moment de flexion autour de l’axe z local

Les résultats sont donnés pour chaque travée :


• aux deux extrêmités de la poutre
• au ¼, ½, ¾ de la travée

234 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

• aux points singuliers : c’est à dire les intersections avec d’autres poutres et poteaux.

poteau
poutre

poutre

poteau

Point auquel le torseur est donné

Les conventions de signe sont les suivantes :


Nx > 0 : dans le cas de compression
Ty >0 : quand orienté dans le même sens que y
Tz >0 : quand orienté dans le même sens que z
Mx > 0 : pour l’application d’un moment tournant dans le sens direct du repère local (de y
vers z).
My > 0 : quand la fibre du côté des z > 0 de la poutre est comprimée
Mz > 0 : quand la fibre du côté des y > 0 de la poutre est comprimée

 Déplacements
Les déplacements sont donnés aux deux extrêmités de la poutre dans le repère global
d’ossature.

i) Calcul du ratio d'acier

Le calcul du ratio d’acier contenu dans la poutre est effectué vis à vis des efforts obtenus par
la descente de charges traditionnelle.

Le calcul du ratio d’acier peut s ‘effectuer de deux manières :


• utilisation des courbes des abaques.
• calcul précis.

Le description du fonctionnement des abaques est donné au chapitre prédimensionnement


de l’équarrissage.

Le calcul précis :
Chaque poutre est envoyée dans le module de poutre. Son plan de ferraillage y est
complètement calculé, et le ratio d’acier est alors calculé à partir de ce ferraillage réel.

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux et la présence
de séisme. Or beaucoup d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc
important de mettre à jour le fichier défaut du module poutre avec les données non gérées par ossature (coupe feu,
etc…), car chaque nouveau calcul de poutre reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de poutre différents.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 235


ARCHE Ossature Edition août 2017

236 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Connexion aux modules de ferraillage

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de faire ferrailler des poutres d’un bâtiment ossature par le module poutre.
Dans ce cas :

Le module importe :
• les dimensions de la poutre : section, portée.
• les chargements verticaux issus de la descente de charges (linéarisés ou non : suivant les
options demandées dans Options / Résultats ), les charges appliquées par l’utilisateur. Les cas
de charges transmis sont les suivants :
G : charges permanentes.
Q : surcharge d’exploitation (le maximum des surcharges dans le cas du calcul en travée
chargée déchargée).
AC : charges permanentes de cloisons, ou deuxième cas de charges permanentes.
• les dimensions des appuis.
• la prise en compte du séisme dans les dispositions constructives si un calcul sismique a été
effectué.
• les valeurs de Fc28 et Fe.
• Le rôle de la poutre vis à vis du contreventement au séisme : primaire ou secondaire.

Il est par la suite possible de réimporter dans ossature les résultats obtenus dans le module
de ferraillage :

Si le module a été appelé à l’aide de l’icône de ferraillage, il suffit de clore son exécution pour
revenir automatiquement dans ossature. Si les poutres ont été importées en nombre, par la
commande Chaînage / Importer Ost, la commande Chaînage / Exporter OST les réexporte
vers Ossature (attention il faut alors faire Fichier / Importer Arche dans ossature).

Alors les données réexportées vers ossature sont les suivantes :


• dimensions : section.
• ratio d’acier.

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux et la présence
de séisme. Or beaucoup d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc
important de mettre à jour le fichier défaut du module poutre avec les données non gérées par ossature (coupe feu,
etc…), car chaque nouveau calcul de poutre reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


L’élément poutre n’est pas ferraillé vis à vis des efforts calculés aux éléments finis pour la
descente de charges, le séisme, la neige ou le vent.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 237


ARCHE Ossature Edition août 2017

2.- L'élément Poteau

a) Prédimensionnement de l'équarrissage

! Attention !
Le prédimensionnement de l’équarrissage est effectué vis à vis des efforts générés par la descente de charges
traditionnelle.

Prédimensionnement par les abaques :

Les caractéristiques du béton et de l'acier sont : Fc28 = 25 MPa et Fe = 500 MPa.


Dans le cas d'un poteau circulaire, "A" représente le diamètre du poteau.
Soit "k" le coefficient de longueur de flambement.

Côté ou diamètre : A (m) = fonction (Charge (kN/m), k * Hauteur (m))


Ratio : R (kg/m) = fonction (Charge (kN/m), k * Hauteur (m))

1. Nous interpolons les valeurs sur la courbe A = f1 (Charge, k * Hauteur) et R = f2


(Charge, k * Hauteur).
2. Nous contrôlons le non-dépassement des bornes minimales et maximales définies
dans Abaques.

A ce stade les valeurs A et R obtenues sont définies comme valeurs de références.

3. Prise en compte des contraintes de dimensionnement :

 Si le poteau est de forme carrée ou rectangulaire

Si A est imposée :
Si A > Aref
• B = Aref
• R = Rref
Si A < Aref
• B = Max ((Aref)² / A, k * Hauteur / 20)
• R = Rref

Si B est imposée :
Si B > Aref
• A = Aref
• R = Rref
Si B < Aref
• A = Max ((Aref)² / B, k * Hauteur / 20)
• R = Rref

Si A et B sont imposées :
• R = Rref

 Si le poteau est de forme circulaire

Si A est imposée :
• R = Rref

Si A n'est pas imposée :

238 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

• A = Max (1.12838 * Aref, 1.12838 * k * Hauteur / 20)


• R = Rref

Si l'une des dimensions du poteau est inférieure à "k * Hauteur / 20", un avertissement est
généré ("1.12838 * k * Hauteur / 20" dans le cas des poteaux circulaires).

Si la contrainte en tête du poteau est supérieure à 10 MPa, un avertissement est généré.

Au cours de chacune des étapes, nous contrôlons le non-dépassement des bornes


minimales et maximales définies dans Abaques. La valeur 1.12838 est égale à 1/Sqrt (/4).

Prédimensionnement précis :
La méthode consiste à déterminer une section de poutre vérifiant les critères suivants :
• effort normal résistant à l’ELU du béton seul en compression simple
• flambement (simplifié)

! Attention !
Les dimensions minimums et maximums définies dans le module Abaques ne sont pas prises en compte pour ce
prédimensionnement.

b) Repère local

Le repère local est utilisé dans le cadre de la modélisation aux éléments finis.

Z y
z
Y
X

Repère global

Dimension b Dimension a

L’axe y du repère local est parallèle à la direction du côté a. L’axe x est vertical ascendant.
L’axe z s’oriente pour former un trièdre direct.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 239


ARCHE Ossature Edition août 2017

240 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

c) Modélisation

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


La modélisation de la structure vis à vis de la descente de charge statiques ne modifie pas
les éléments poteaux.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Dans le modèle éléments finis, chaque poteau est transformé en un élément filaire ayant les
caractéristiques suivantes :
En fonction de la section du poteau :

Section rectangle :

a
y

• section constante égale à la section rectangle de la poutre = b.h

• Inerties :
Iy = b3.a/12
Iz = b.a3/12
Ix = b3.a/3

• modules de flexion :
V1y = V2y = Iy/(b/2) = a.b²/6
V1z = V2z = Iz/(a/2) = b.a²/6

• Sections réduites d’effort tranchant :


Effort tranchant suivant y
Ay = 5.b.a/6
Effort tranchant suivant z
Az = 5.b.a/6

Section circulaire

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 241


ARCHE Ossature Edition août 2017

r
y

z
• section constante égale à la section rectangle de la poutre = b.h

• Inerties :
Iy = Iz = π * r4 / 4

• modules de flexion :
V1z = V2z = Iz/(h/2) = V1y = V2y = Iz/(b/2) = π * r3 / 4

• Sections réduites d’effort tranchant :


Effort tranchant suivant y ou suivant z :
Ay = Az = (9/10) * π * r²

• longueur : hauteur de l’étage.

L’inertie de la section peut être orientée par une rotation autour de l’axe de poteau.

Vue de dessus

L’angle qui est indiqué dans les statuts de l’élément, est repris pour orienter identiquement le
repère local de son image aux éléments finis.

242 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Comportements mécaniques

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Le poteau ne reçoit et ne transmet que des charges verticales, même si une poutre console
est encastrée à son sommet ou à son pied.

Le poteau ne fonctionne pas en tirant, bien qu’il puisse véhiculer des soulèvements jusqu’aux
fondations. C’est à dire qu’il n’est pas possible de suspendre un plancher à des poteaux,
mais que si une poutre continue reposant sur des poteaux, a un de ses appuis soulevés, le
poteau en question transmettra le soulèvement à l’élément sur lequel il repose.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


L’élément fini utilisé se comporte comme une poutre RDM standard, à ceci prêt que la
déformée d’effort tranchant est négligée. Cet élément supporte et transmet des torseurs
d’efforts tridimensionnels (Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz).

e) Connexions aux autres éléments

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Le poteau repose simplement sur son porteur.

Si l’option « dégression des surcharges verticales est cochée » alors le programme


multiplie à la fin du calcul les surcharges d’exploitation transmises par le poteau par un
coefficient dq (<1). Pour plus de détail sur ce paramétrage voir le chapitre Chargements pris
en compte .

Vis à vis du calcul aux éléments finis


L’élément poteau est automatiquement encastré sur les éléments avec lesquels il est en
contact, sauf pour les fondations. En effet, on peut choisir dans la boite de dialogue
Hypothèses / Méthodes de calcul DDC / Méthode éléments finis / poteaux d’encastrer ou de
rotuler en pied les poteaux sur leurs fondations.

poutre

poteaux

voile

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 243


ARCHE Ossature Edition août 2017

f) Chargements

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les charges s’appliquant au poteau appartiennent aux cas de charges G,Q et AC et ont
deux origines :
• Chargements créés par l’utilisateur : charge ponctuelle.
• Chargements issus de la descente de charges (éléments s’appuyant sur le poteau) : forces
verticales ponctuelles.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les chargements repris par cet élément sont de trois natures :
• Charges appliquées par l’utilisateur lors de la saisie de la structure : charges ponctuelles
verticales s’appliquant en tête du poteau.
• Efforts générés par le programme lors de la modélisation de sollicitations sismiques.
• Efforts rapportés par les éléments de structure avec lesquels le poteau est en contact : torseurs
d’efforts tridimensionnels (forces et moments suivant les trois axes du repère global) appliqués
en tête et en pied du poteau.

g) Maillage éventuel

Le maillage s’applique dans le cadre du calcul aux éléments finis.

Le maillage du poteau est automatique. Un nœud est placé à chacune de ses extrêmités.

244 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

h) Résultats obtenus

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les résultats disponibles sur le poteau consistent en efforts verticaux donnés en tête du
poteau par la descente de charge pour G, Q et AC. Ils sont accessibles de manière
graphique ou par note de calcul.

Vis à vis du calcul aux éléments finis

 Efforts
Nx : effort normal
Ty : Cisaillement suivant l’axe portant la dimension a : axe local y.
Tz : Cisaillement suivant l’axe portant la dimension b : axe local z.
Mx : Moment de torsion
My : Moment de flexion autour de l’axe local y.
Mz : Moment de flexion autour de l’axe local z.

Vx+ = Nx / Ty / Tz / Mx / My / Mz
Nx
Ty
x
Tz
y
Effet du vent Vx+ en
z surpression sur un poteau
My Mz

Conventions de signe :
Nx > 0 : compression
Ty > 0 : quand orienté dans le même sens que y
Tz > 0 : quand orienté dans le même sens que y
Mx > 0 : pour l’application d’un moment tournant dans le sens direct du repère local (de y
vers z).
My > 0 : quand la fibre du côté des z positifs est comprimée
Mz > 0 : quand la fibre du côté des y positifs est comprimée

 Déplacements
Les déplacements du poteau sont donnés en tête dans le repère global d’ossature.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 245


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Calcul du ratio d'acier

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Le calcul du ratio d’acier contenu dans le poteau est effectué vis à vis des efforts obtenus par
la descente de charges traditionnelle.

Le calcul du ratio d’acier peut s ‘effectuer de deux manières :


• utilisation des courbes des abaques.
• calcul précis.

Le description du fonctionnement des abaques est donné au chapitre prédimensionnement


de l’équarrissage.

Le calcul précis :
Chaque poteau est envoyé dans le module poteau. Son plan de ferraillage y est
complètement calculé, et le ratio d’acier est alors calculé à partir de ce ferraillage réel.

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux et la présence
de séisme. Or beaucoup d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc
important de mettre à jour le fichier défaut du module poteau avec les données non gérées par ossature (coupe feu,
etc…), car chaque nouveau calcul de poteau reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de poteau différents.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Le calcul du ratio d’acier s’effectue par le calcul précis décrit ci dessus. Mais les efforts
envoyé dans le module poteau comportent en plus de la descente de charge statique ou
éléments finis, ceux obtenus par le calcul aux éléments finis :
• chargements verticaux, horizontaux dus au séisme appartenant aux deux cas de séisme
horizontaux.
• chargements verticaux, horizontaux dus au vent et à la neige appartenant au cas de neige et aux
deux cas de vent surpression maximums.

246 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Connexion aux modules de ferraillage

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de faire ferrailler des poteaux d’un bâtiment ossature par le module Poteau.
Dans ce cas :

Le module importe :
• les dimensions du poteau : section, hauteur.
• les chargements verticaux issus de la descente de charges traditionnelle, les charges appliquées
par l’utilisateur. Les cas de charges reconnus sont les suivants :
G : charges permanentes.
Q : surcharge d’exploitation (le maximum des surcharges dans le cas du calcul en travée
chargée déchargée).
AC : charge permanente de cloison ou deuxième cas de charges permanentes.
• la présence d’une poutre en tête et où pied du poteau.
• La présence de séisme en vu des dispositions constructives.
• Le rôle du poteau vis à vis du contreventement au séisme : primaire ou secondaire.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Il est possible après le calcul aux éléments finis d’exporter les poteaux dans le module de
ferraillage poteaux.

Données importées par le module de ferraillage :


• dimensions du poteau : section, hauteur entre plancher, présence d’un plancher ou d’une poutre
en haut et en bas.
• les chargements issus de la descente de charges :
chargement verticaux et horizontaux issus de la descente de charges aux éléments finis ou
traditionnelle (G, Q, AC).
chargements verticaux, horizontaux dus au séisme appartenant aux deux cas de séisme
horizontaux.
chargements verticaux, horizontaux dus au vent et à la neige appartenant au cas de neige et
aux deux cas de vent surpression maximums.
• les dispositions constructives vis à vis du séisme sont automatiquement sélectionnées.
• Le rôle du pote au vis à vis du contreventement au séisme : primaire ou secondaire.

Importation des résultats dans ossature


Que les calculs aient été menés suite à une descente de charges traditionnelle ou un calcul
aux éléments finis, il est par la suite possible de réimporter dans ossature les résultats
obtenus dans le module de ferraillage :

Si le module a été appelé à l’aide de l’icône de ferraillage, il suffit de clore son exécution pour
revenir automatiquement dans ossature. Si les poteaux ont été importés en nombre dans le
module de ferraillage, par la commande Chaînage / Importer Ost, la commande Chaînage /
Exporter OST les réexporte vers Ossature (attention il faut alors faire Fichier / Importer Arche
dans ossature).

Les données importées par ossature sont les suivantes :


• Equarrissage
• Ratio d’acier

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux et la présence
de séisme. Or beaucoup d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc
important de mettre à jour le fichier défaut du module poteau avec les données non gérées par ossature (coupe feu,
etc…), car chaque nouveau calcul de poteau reprend les hypothèses de ce fichier.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 247


ARCHE Ossature Edition août 2017

Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de poteau différents.

248 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

3.- L'élément Voile

a) Prédimensionnement de l'équarrissage

! Attention !
Le prédimensionnement de l’équarrissage est effectué vis à vis des efforts générés par la descente de charges
traditionnelle.

Le prédimensionnement des voiles se fait uniquement à l’aide des abaques.

Prédimensionnement par les abaques

VOILE

Les caractéristiques du béton et de l'acier sont : Fc28 = 25 MPa et Fe = 500 MPa.

Epaisseur : Ep (m) = fonction (Charge (kN/m), Hauteur (m))


Ratio : R (kg/m²) = fonction (Charge (kN/m), Hauteur (m))

1. Nous interpolons les valeurs sur la courbe Ep = f1 (Charge, Hauteur) et R = f2


(Charge, Hauteur).
2. Nous contrôlons le non-dépassement des bornes minimales et maximales définies
dans Abaques.

A ce stade les valeurs Ep et R obtenues sont définies comme valeurs de références.

3. Prise en compte des contraintes de dimensionnement :

Si l'épaisseur est imposée nous prenons l'épaisseur imposée et le ratio d'acier de


référence, sans faire de modification particulière.

Si le voile est un voile extérieur : nous multiplions le ratio d'acier par deux :
• R = 2 * Rref

Au cours de chacune des étapes, nous contrôlons le non-dépassement des bornes


minimales et maximales définies dans Abaques.

POUTRE VOILE

Les caractéristiques du béton et de l'acier sont : Fc28 = 25 MPa et Fe = 500 MPa.

Epaisseur : Ep (m) = fonction (Portée entre axes (m), Charge (kN/m))


Ratio : R (kg/m²) = fonction (Portée entre axes (m), Charge (kN/m))

1. Nous interpolons les valeurs sur la courbe Ep = f1 (Portée, Charge) et R = f2 (Portée,


Charge).
2. Nous contrôlons le non-dépassement des bornes minimales et maximales définies
dans Abaques.

A ce stade les valeurs E et R obtenues sont définies comme valeurs de références.

3. Prise en compte des contraintes de dimensionnement :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 249


ARCHE Ossature Edition août 2017

Si l'épaisseur est imposée nous prenons l'épaisseur imposée et le ratio d'acier de


référence, sans faire de modification particulière.

Au cours de chacune des étapes, nous contrôlons le non-dépassement des bornes


minimales et maximales définies dans Abaques.

250 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Repère local

Le repère local est utilisé dans le cadre de la modélisation aux éléments finis.

y
x

repère local

Z
Y

X
Repère global

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 251


ARCHE Ossature Edition août 2017

c) Modélisation

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


La commande Analyser / modéliser provoque la modélisation du voile vis à vis de la
descente de charges traditionnelle. Quelque soit le type de fonctionnement choisi (voile
courant, console, poutre voile, voile non porteur), le programme effectue un découpage des
voiles en fonction des éléments avec lesquels il sont en contact, par exemple :

Axe de poutre

voile
Voile 2

Voile 1

ou encore

VOILE 1 VOILE 1.1 VOILE 1.2 VOILE 1.3

VOILE 2 VOILE 2

POTEAU POTEAU

Tout élément situé au dessus ou au dessous du voile dont une arête ou l’axe a une
intersection avec le voile provoque la découpe de celui. Le voile est divisé en deux sous
éléments continus : pour plus de détail voir le paragraphe Comportements mécaniques.

N.B. : cette modélisation intervient avant celle du modèle aux éléments finis.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


La modélisation adoptée est déterminée par l’utilisateur dans Ossature. Elle peut être définie
pour un ou plusieurs éléments du modèle (« Hypothèse MEF » du statut de l’élément) ou
donnée par défaut en fonction de la nature du voile (voile courant, poutre voile, console, voile
non porteur), la nature de l’élément étant fixée par l’utilisateur ou déterminée
automatiquement dans la séquence de calcul Ossature. Les options de modélisation sont les
suivantes :
• Poutre équivalente
• Croix indéformable
• Maillage de poutres (non disponible dans la version 8)

252 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

• Maillage de membranes (non disponible dans la version 8)


• Maillage de coques
Pour un voile courant une modélisation par poutre équivalente est proposée par défaut, pour
un voile en console ou une poutre voile on propose une modélisation en croix indéformable.
Pour un voile non porteur, on ne crée aucun élément. Les charges qu’il supporte sont
néanmoins reportées dans le modèle (y compris le poids propre du voile ajouté dans la cas
de charge G).

Détail des modélisations :

 Poutre équivalente

Le filaire vertical est une poutre rectangle de section L*e : où e est l’épaisseur du voile et L
sa longueur.
Le filaire horizontal est une poutre infiniment rigide.
Les deux filaires sont encastrés l’un sur l’autre.

 Croix indéformable

Les filaires verticaux à gauche et à droite : poutre encastrée à ses deux extrêmités de

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 253


ARCHE Ossature Edition août 2017

section rectangulaire : (L/2)*e.


Les filaires horizontaux :
• en pied : section rectangulaire e*(H/2) : rotule complète à la première extrêmité, rotule yz à
l’autre.
• en tête : filaire infiniment rigide : encastré à ses deux extrêmités.
Les diagonales :
poutres de section rectangulaire e*(H/2) : rotule complète en pied, rotule yz en tête. Les
diagonales sont encastrées l’une sur l’autre.

 Maillage de coques

Le voile est modélisé par un élément surfacique :

L’élément surfacique mis pour modéliser le voile est une coque épaisse. L’épaisseur de la
coque épaisse est celle du voile.

 Le voile non porteur


Le voile non porteur est remplacé par une charge linéaire représentant son poids et les
chargements éventuellement appliqués par l’utilisateur.

254 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Comportements mécaniques

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle

1. Pour les voiles fonctionnant en voile courant, poutre voile ou console

Lorsqu'une charge arrive au sommet d'un voile, elle se diffuse dans celui-ci suivant les
schémas suivants :

angle

L'angle de diffusion des charges dans le voile est fonction du matériaux utilisé (Hypothèses /
matériaux). L'angle est donné par rapport à l'horizontale.

Il est possible d’éviter qu’une charge ponctuelle appliquée en extrêmité du voile ne se diffuse
pas (Hypothèses / Méthode de calcul – DDC / Méthode réglementaire)

 Notion de super voile

Un super voile est un voile dont une partie peut fonctionner en poutre-voile et une autre en
Voile. Lorsque l'utilisateur crée un Super Voile, le programme détecte seul les portions
fonctionnant en poutre-voile (en fonction des appuis) ainsi que le nombre de travées de cette
poutre-voile. Il détecte également seul les portions fonctionnant en Voile :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 255


ARCHE Ossature Edition août 2017

* : cette poutre voile est une console :


! attention !
Ossature ne détecte pas seul si la console doit reprendre des charges en fibre inférieure. Il faut le lui indiquer en
donnant au voile le statut « console ».

Si vous créez le voile suivant, il sera éventuellement "maillé" automatiquement au moment


de la modélisation en fonction de ses appuis; mais la charge ponctuelle placée sur le voile
n°1 se diffusera correctement dans toutes les parti es "maillées" du voile.

1 Modélisation 1. 1.
1 2

En revanche, si vous créez "manuellement" les deux voiles suivants, la charge s'appliquant
sur le voile n°1 ne se diffusera pas dans le voile n°2.

1 2

Les poutres-voile peuvent être primaires, secondaires, ... Le fonctionnement de ces réseaux
de poutres-voile est le même que celui des poutres.

La notion de voile "Console" est reprise au chapitre Connexion avec les autres éléments.

256 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

La fonction (Modifier / Couper Dalles ) tient compte de cet attribut pour couper ou non les
dalles.

2. Les voiles non porteurs

Le voile déclaré non porteur doit reposer sur toute sa longueur sur une dalle, semelle filante
ou une poutre, son fonctionnement est celui d’une cloison non résistante. Si il est amené à
fonctionner comme une poutre voile ou une console, le programme renvoie une erreur lors
de la modélisation.

Il ne fait pas transiter les charges issues d’éléments supérieurs.

B. Vis à vis du calcul aux éléments finis


 Poutre équivalente, poutres en croix :
Les filaires qui composent la croix fonctionnent comme des poutres standard RDM, à ceci
prêt que l’effort tranchant n’est pas pris en compte dans la déformée.

 Maillage de coques :
Le surfacique se comporte comme un élément fini surfacique standard.

Quelque soit le type de modélisation cet élément supporte et transmet des torseurs d’efforts
tridimensionnels (Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz).

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 257


ARCHE Ossature Edition août 2017

e) Connexions aux autres éléments

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les voiles autres que les voiles non porteurs peuvent reposer tant sur des appuis ponctuels
(par exemple poteau) que sur des appuis continus (voile parallèle au niveau inférieur). Dans
le cas d’appuis ponctuels il s’agit d’appuis simples.

Le voile non porteur doit reposer sur toute sa longueur sur une dalle, une poutre ou une
semelle filante.

Suivant sa nature, le voile véhicule différemment les charges :


• Si le voile est une « cloison » alors il n’est pas porteur des éléments du niveau supérieur.
• Si le voile est une console : il reprend en plus des éléments du niveau supérieur, les éléments
du niveau inférieur :

Par exemple la dalle en console est reprise par les voiles supérieurs si ceux ci sont déclarés
console.

• Si le voile est « voile courant » il repose sur sa longueur sur un mur ou une poutre du niveau
inférieur : il reprend toutes les charges issues des éléments du niveau supérieur.
• Si le voile est « poutre voile » il repose simplement sur des appuis ponctuels, il peut être
hyperstatique : il reprend toutes les charges issues des éléments du niveau supérieur.

Lorsque plusieurs voiles se croisent, Ossature doit déterminer le rang de chacun des voiles :

 Configuration en croix :
Cette configuration est interdite.

 Configuration en « T » :
La poutre-voile n° 2 repose obligatoirement sur la poutre-voile n° 1

 Configuration en « L » :
1. Les deux poutres-voile ont leur attribut « Console » désactivé, alors la poutre-voile de
numéro le plus élevé repose obligatoirement sur la poutre-voile de numéro le plus faible.
2. Les deux poutres-voile ont leur attribut « Console » activé, alors la poutre-voile de
numéro le plus élevé repose obligatoirement sur la poutre-voile de numéro le plus faible.

258 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

3. Une poutre-voile a son attribut « Console » activé, et l'autre l'a désactivé, alors, celle
dont l'attribut est désactivé repose sur celle dont l'attribut est activé :

1 "Console"

2 "voile courant "


ou “poutre voile”

Grâce à l'option « Console », Ossature est capable de s'adapter à une situation telle que
celle-ci :

• Première solution :
Le voile n° 2 fonctionne en poutre-voile à deux tra vées reposant à l'origine de la console 1.1
de la poutre 1.
Pour cela vous devez désactiver l'option « Console » et laisser le voile en « poutre voile ».

• Deuxième solution :
Le voile n° 2 fonctionne en poutre-voile à une trav ée recevant à son milieu une charge
ponctuelle amenée par l'extrémité de la poutre 1.1.
Pour cela vous devez activer l'option « Console » et d'autre part désactiver l'attribut «
Principale » de la poutre 1

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Quelque soit le type de modélisation (sauf le voile non porteur : voir chapitre sur la
modélisation), le voile est encastré sur les éléments avec lesquels il est en contact.
L’encastrement du voile se fait en chaque nœud de l’élément adjacent situé sur sa frontière
avec le voile.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 259


ARCHE Ossature Edition août 2017

f) Chargements

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les charges s’appliquant à un voile appartiennent aux cas de charges G,Q et AC et ont
deux origines :
• Chargements créés par l’utilisateur : charges ponctuelles à tout endroit le long de l’élément,
charges réparties uniformes ou triangulaires sur tout ou partie de l’élément.
• Chargements issus de la descente de charges (éléments s’appuyant sur le voile) : forces
verticales ponctuelles ou réparties.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les charges reprises par cet élément ont trois origines :
• Charges appliquées par l’utilisateur lors de la saisie de la structure : efforts verticaux ponctuels
ou répartis (uniformes ou non) s’appliquant tout au long de l’élément.
• Forces générées par le programme lors de la modélisation de sollicitations climatiques et
sismiques (ponctuelles, réparties,…).
• Efforts rapportés par les éléments de structure avec lesquels le voile est en contact : torseurs
d’efforts tridimensionnels appliqués aux points de contact du voile avec les autres éléments.

g) Maillage éventuel

 Poutre équivalente, poutres en croix :


Le maillage des éléments est automatique. Un nœud est placé à chaque extrêmité de filaire,
et à l’intersection des diagonales. Des nœuds sont en plus disposés aux intersections du
voile avec d’autres éléments.

 Maillage de coque :
Automatique : le nombre de mailles est déterminé par les dimensions du voile selon le
paramétrage décrit dans les « Méthodes de calcul – DDC / Eléments finis » pour l’onglet
voile. Les intersections avec les autres éléments sont pris en compte dans le maillage.

260 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

h) Résultats obtenus

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les résultats de la descente de charges verticales pour les cas de charges G, Q, AC sur les
voiles peuvent être exploités de différentes manières :

• somme des charges (enveloppe).

• linéarisation des charges.

• présentation de toutes les charges.

• Présentation du torseur résultant de l’ensemble des charges appliquées

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 261


ARCHE Ossature Edition août 2017

Les résultats peuvent être obtenus sous forme graphique ou note de calcul. Les options de
rendus (Options / Résultats) valent tant pour l’affichage graphique que les notes de
résultats.

Vis à vis du calcul aux éléments finis

Modélisation par poutre équivalente

 Efforts
La modélisation par poutre équivalente fournit comme résultats le torseur d’effort suivant :

Nx : Effort normal vertical.


Ty : Cisaillement horizontal dans le plan du voile.
Tz : Cisaillement perpendiculaire au voile.
Mx : moment de torsion autour de l’axe x.
My : moment de flexion autour de l’axe y.
Mz : moment de flexion autour de l’axe z.

Ce torseur est donné, en tête du voile dans le repère suivant.

Nx
Mx My

Ty
y
x

Mz
z

Tz repère local

Z
Y

X
Repère global

ainsi que à ses deux extrêmités du voile suivant le repère suivant :

Mx

Tz Ny

262 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Les conventions de signe sont les suivantes :


Nx > 0 : compression
Ty > 0 : quand orienté dans le même sens que y
Tz > 0 : quand orienté dans le même sens que y
Mx > 0 : pour l’application d’un moment tournant dans le sens direct du repère local (de y
vers z).
My > 0 : quand la fibre du côté des z positifs est comprimée
Mz > 0 : quand la fibre du côté des y positifs est comprimée

Dans le cas où seules composantes dans le plan de l’élément sont demandées (Options /
Résultats) : le programme fournit : Nx, Ty, Mz, même au milieu de l’élément.

Sx = Nx / Ty / Mz Sx = Nx / Ty / Tz / Mx / My / Mz

Effet du séisme Sx sur


un voile : composantes
dans le plan du voile Effet du séisme Sx sur un
voile : toutes
seules demandées.
composantes demandées

 Déplacements
Les déplacements sont donnés dans le repère global d’ossature : au milieu et aux deux
extrêmités du voile.

Modélisation par croix de poutres

 Efforts
Les résultats fournis par la modélisation par une croix de poutre sont les suivants :

Liaison rigide

diagonales

Raidisseurs verticaux

Tirant inférieur

Pour les diagonales (nommées ‘voutes’ dans la fiche de résultats) :


• Efforts de Compression

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 263


ARCHE Ossature Edition août 2017

• Efforts de Traction

Pour les raidisseurs verticaux :


• Efforts de traction, compression

Pour le tirant inférieur :


• Effort de traction ou compression :le signe détermine l’effort : positif correspond à la
compression, négatif correspond à de la traction

 Déplacements
Les déplacements sont fournis en tête du voile, en ses deux extrêmités, dans le repère
global d’ossature.

264 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Calcul du ratio d'acier


Ce calcul est effectué uniquement vis à vis des efforts générés par la descente de charges
statiques.

Le calcul du ratio d’acier peut s‘effectuer de deux manières :


• utilisation des courbes des abaques.
• calcul précis.

Le description du fonctionnement des abaques est donné au chapitre prédimensionnement


de l’équarrissage.

Le calcul précis :
Chaque voile est envoyé dans le module voile ou poutre voile. Son plan de ferraillage y est
complètement calculé, et le ratio d’acier est alors calculé à partir de ce ferraillage réel.

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module voile avec les données non gérées par ossature (coupe feu, etc…), car chaque nouveau calcul
de voile reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de voile différents.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 265


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Connexion aux modules de ferraillage

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de faire ferrailler des éléments voiles issus d’une ossature par le module voile
ou par le module poutre-voile pour les efforts de descente de charges statiques.

Le module voile importe les données suivantes :


• les dimensions du voile : épaisseur, longueur, hauteur
• les chargements verticaux issus de la descente de charges traditionnelle, ainsi que les charges
appliquées par l’utilisateur (linéarisées ou non, voir Options / Résultats ) . Les cas de charges
sont les suivants :
G : charges permanentes
AC : charges de cloison
Q : surcharge d’exploitation (le maximum des surcharges dans le cas du calcul en travée
chargée déchargée)

Le module poutre-voile importe les données suivantes pour chacune des travées de la file
(s’il y a lieu) :
• les dimensions du voile : épaisseur, longueur, hauteur
• les chargements verticaux issus de la descente de charges traditionnelle, ainsi que les charges
appliquées par l’utilisateur. Les cas de charges sont les suivants :
G : charges permanentes
AC : charges de cloison
Q : surcharge d’exploitation (le maximum des surcharges dans le cas du calcul en travée
chargée déchargée)
• dimensions des appuis

Il est par la suite possible de réimporter dans ossature les résultats obtenus dans le module
de ferraillage :

Si le module a été appelé à l’aide de l’icône de ferraillage, il suffit de clore son exécution pour
revenir automatiquement dans ossature. Si les voiles ont été importées en nombre dans le
module de ferraillage, par la commande Chaînage / Importer Ost, la commande Chaînage /
Exporter OST les réexporte vers Ossature (attention il faut alors faire Fichier / Importer Arche
dans ossature).

Les données importées par ossature sont les suivantes :


• Equarrissage
• Ratio d’acier

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module voile avec les données non gérées par ossature (coupe feu, etc…), car chaque nouveau calcul
de voile reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de voile différents.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les efforts calculés par éléments finis ne sont pas pris en compte dans le cadre du
ferraillage des voiles.

266 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

4.- L'élément Dalle

a) Prédimensionnement de l'équarrissage

! Attention !
Le prédimensionnement de l’équarrissage est effectué vis à vis des efforts générés par la descente de charges
traditionnelle.

Le prédimensionnement de l’épaisseur des dalles s’effectue uniquement à l’aide des


abaques.

Les courbes concernant les dalles sont tracées pour des dalles portant sur quatre côtés et
ayant un rapport (Largeur / Longueur) de 0.7. Les caractéristiques du béton et de l'acier sont
: Fc28 = 25 MPa et Fe = 500 MPa.

Epaisseur : Ep (m) = fonction (Largeur équivalente (m), Charge (kN/m²))


Ratio : R (kg/m²) = fonction (Largeur équivalente (m), Charge (kN/m²))

I. Tout d'abord nous calculons un panneau de dalle rectangulaire équivalent au panneau


de forme quelconque dessiné dans Ossature, en résolvant un système de deux équations à
deux inconnues respectant la surface et le périmètre de la dalle. Nous obtenons ainsi une
largeur et une longueur.

2. Nous interpolons les valeurs sur la courbe Ep = f1 (Largeur, Charge) et R = f2


(Largeur, Charge).

3. Les lois appliquées ensuite pour se ramener à des dalles ayant un autre rapport ou ne
portant que sur deux côtés sont les suivantes :

 Sens de portée non imposé :


Ep = Epcourbe + (0.7 - Larg/Long) * (0.08+0.02*(Larg-6)) / 0.6
R = Rcourbe + (0.7 - Larg/Long) * (2.7+0.75*(Larg-6)) / 0.6

 Sens de portée imposé :


Ep = Epcourbe + (0.7 - 0.4) * (0.08+0.02*(Larg-6)) / 0.6
R = Rcourbe + (0.7 - 0.4) * (2.7+0.75*(Larg-6)) / 0.6

4. Nous contrôlons le non-dépassement des bornes minimales et maximales définies


dans Abaques.

A ce stade les valeurs Ep et R obtenues sont définies comme valeurs de références.

5. Prise en compte des contraintes de dimensionnement :

Si l'épaisseur est imposée nous prenons l'épaisseur imposée et le ratio d'acier de


référence, sans faire de modification particulière.

Au cours de chacune des étapes, nous contrôlons le non-dépassement des bornes


minimales et maximales définies dans Abaques.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 267


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Repère local

Le repère local est utilisé dans le cadre du calcul aux éléments finis.

Premier côté dessiné

l’axe x est parallèle et orienté dans la même direction que le premier côté dessiné de la dalle,
l’axe y est dans le plan de la dalle et tourné de sorte que l’axe z local soit vertical ascendant.

c) Modélisation

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


La phase de modélisation de la structure effectuée (Analyser / Modéliser) dans le cadre de la
descente de charges traditionnelle n’affecte pas les dalles, qu’il s’agisse de plancher dalle,
de plancher courant, de plancher de reprise lorsque le report de celles ci est déclaré en
Lignes de rupture, ou bien Report EF.
Lorsque le type de report de charges est « détection auto », suivant la nature du plancher
détecté le type de report de charge prédéfini par l’
utilisateur lui est affecté.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


La modélisation adoptée est déterminée par l’utilisateur dans Ossature. Elle peut être définie
pour un ou plusieurs éléments du modèle (« Hypothèse MEF » du statut de l’élément) ou
donnée par défaut en fonction de la nature de la dalle (plancher courant, plancher dalle,
plancher de reprise), la nature de l’élément étant fixée par l’utilisateur ou déterminée
automatiquement dans la séquence de calcul Ossature. Les options de modélisation sont les

268 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

suivantes :
• Non modélisée
• Diaphragme indéformable (non disponible dans la version 8)
• Maillage de membranes
• Maillage de coques
Par défaut quelque soit la nature de l’élément (plancher courant, plancher dalle ou plancher
de reprise), les dalles ne sont pas modélisées.

Détail des modélisations :

 Non modélisée
L’élément dalle n’est pas modélisé mais les charges qu’il supporte sont reportées sur un
élément paroi ayant le même sens de portée que la dalle.
L’élément paroi étant sans raideur il se contente d’effectuer la répartition et le report des
charges sur les éléments porteurs, à la manière de la dalle.

 Maillage de coques
La dalle est remplacée par une coque épaisse de mêmes dimensions.

! Attention !
Dans cette modélisation les sens de portée de la dalle ne sont plus respectés.

 Maillage de membranes
La dalle est remplacée par une membrane non maillée s’appuyant sur les sommets de la
dalle. Si la dalle a plus de quatre côtés ?xxx

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 269


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Comportements mécaniques

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Suivant le type de report de charges le comportement des dalles varie :

 Lignes de rupture

Les dalles sont des éléments isostatiques. Dans le cas de balcons uniquement appuyés sur
un côté, et mitoyens avec une autre dalle, cette dalle ne sera pas soulevée.

La décomposition de la dalle sur ses porteurs se fait selon un partage basé sur les lignes de
rupture. Ces lignes de rupture peuvent être modifiées par pondération des côtés de la dalle,
les angles de "découpe" peuvent par ce moyen être modifiés par l'utilisateur (par modification
des statuts de la dalle ).

Pondération de ce côté = 1 Pondération de ce côté = 3

 Report EF

Les dalles peuvent être soit isostatiques, soit hyperstatiques.

- Isostatiques : dans le cas où le numéro de la dalle est un entier sans


indice. Alors les sens de portée sont interprétés de la manière suivante : ne sont considérés
que les appuis placés sous des côtés dont le coefficient est supérieur à la limite de portance
définie dans les hypothèses de calcul (« coefficient côté non porteur »).

- Hyperstatiques : dans le cas où le numéro est indicé les dalles ayant le même
numéro entier sont calculées en continuité. Alors les sens de portée son interprétés de la
manière suivante : tous les porteurs situés sous des côtés dont le coefficient de portance est
supérieur au minimum de portance (« côté non porteur ») sont pris en compte. Si deux dalles
ont un côté commun, porteur pour au moins une des deux dalles, alors les porteurs de ce
côté deviennent porteur pour les deux dalles, même si l’autre dalle ne portait initialement pas
sur ce côté

270 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Un type de modélisation peut être associé à chaque type de dalle (plancher courant, de
reprise, plancher dalle).

 Dalle non modélisée :


L’élément n’est simplement pas repris dans le modèle éléments finis et donc sa raideur
n’intervient pas dans les calculs. L’absence de modélisation de la dalle a pour effet de
reporter son chargement sur les porteurs suivant les sens de portée imposés

 Dalle modélisée par un maillage de coque :


Son comportement mécanique est celui de la coque épaisse, conforme à celui des éléments
finis surfaciques standards. Cet élément supporte et transmet des torseurs d’efforts
tridimensionnels (Nz, Vx, Vy, Mx, My, Tz). Le report des charges ne s’effectue plus suivant
les sens de portée, mais au prorata des raideurs des éléments entourant la dalle (voir la
descente de charges aux éléments finis ).

 Dalle modélisée par une membrane :


La membrane n’a de raideur que vis à vis des efforts placés dans son plan

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 271


ARCHE Ossature Edition août 2017

e) Connexions aux autres éléments

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les trois types de dalle (plancher courant, de reprise, plancher dalle) ont le même
comportement.

Les dalles reposent sur les appuis linéaires ou ponctuels situés sur leurs contours. On peut
néanmoins tout à fait laisser des bords libres ou même partiellement libres (balcons...). Les
dalles reposent simplement sur leurs appuis.

Si un poteau ou un voile se trouve sous un panneau de dalle sans être sous un de ces bords,
ce poteau ou ce voile ne sont pas considérés comme porteur de la dalle. Le logiciel renvoie
un avertissement pour signaler ces éléments. Ceci n’entrave pas le bon déroulement du
calcul, simplement la dalle ne repose pas sur ces éléments.

Poteau non porteur

Poteaux porteurs

Comme une dalle ne repose que sur les éléments situés sur son contour, il est souvent
nécessaire de découper les dalles suivant les éléments sur lesquels on souhaite les faire
reposer.
La fonction Modifier / Couper dalle effectue automatiquement ce découpage. Elle provoque
la découpe d’une dalle suivant toute suite continue de porteurs (poutre ou voile) joignant
deux bords de la dalle. Pour les poteaux il faut pratiquer une découpe manuelle (Modifier /
Cao / Couper ) soit par le poteau directement, soit par une poutre placée temporairement à
cet effet (dessiner la poutre, couper suivant son axe, supprimer la poutre).

272 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

 Dalle suspendue
Les dalles peuvent être suspendues aux voiles de l'étage supérieur (cas des parois fléchies)
: il faut, pour cela, que l'attribut que le voile soit déclaré comme « console » dans ses
attributs. Le voile recevra donc une charge en partie basse.

Voile

Dalle

Poteau

Poutre

Vis à vis du calcul aux éléments finis


 Si la dalle n’est pas modélisée :
Les éléments entourant la dalle sont donc libres de se déplacer.

 Si la dalle est modélisée par un maillage de coques :


La coque épaisse est encastrée sur tous les éléments en contact avec elle. L’encastrement
de la dalle se fait en chaque nœud de l’élément adjacent situé sur sa frontière avec la dalle.

 Si la dalle est modélisée par un maillage de membranes :


La dalle est encastrée à chacun de ses sommets sur les éléments en contact avec elle.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 273


ARCHE Ossature Edition août 2017

f) Chargements

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les trois types de dalle (plancher courant, de reprise, plancher dalle) acceptent les mêmes
chargements.
Les charges s’appliquant à une dalle appartiennent aux cas de charges G,Q et AC et ont
deux origines :
Les charges s’appliquant à un voile appartiennent aux cas de charges G,Q et AC et ont
deux origines :
• Crées par l’utilisateur : charges réparties surfaciques uniformes sur toute la surface de la dalle,
• Chargements issus de la descente de charges dus aux éléments reposant sur la dalle. On peut
ainsi créer des charges ponctuelles ou linéaires : en utilisant un poteau pour une charge
ponctuelle, une cloison ou un voile pour une charge linéique.

! Remarque !
Dans le cas d’un plancher (dalles continues en report EF) calculé aux éléments finis, le
calcul des efforts dus aux surcharges Q peut être effectué en travée chargée / déchargée,
pour chaque porteur l’effort maximum est alors conservé.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les chargements repris par cet élément sont de deux natures :
• Charges appliquées par l’utilisateur lors de la saisie de la structure : charges surfaciques
verticales s’appliquant sur toute la surface de la dalle.
• Forces générées par le programme lors de la modélisation des sollicitations climatiques et
sismiques.
• Efforts rapportés par les éléments de structure avec lesquels la dalle est en contact, suivant la
modélisation de la dalle :
• Maillage de coques : torseurs d’efforts tridimensionnels (forces et moments
suivant les trois axes du repère global) : appliqués ponctuellement (poteau),
linéairement (voiles, porteurs ou non).
• Membrane : efforts horizontaux ponctuels ou linéaires.
• Non modélisée : aucun effort

g) Maillage éventuel

Dans le cas où la dalle est modélisée par une coque (calcul aux éléments finis de l’ensemble
du modèle ou seulement de la dalle), le maillage est automatique mais le nombre de mailles
est déterminé en fonction des dimensions de maille saisies par l’utilisateur.
Les intersections avec d’autres éléments sont prises en compte dans le maillage.

h) Résultats obtenus

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Le résultat disponible sur les dalles (plancher courant, de reprise, plancher dalle) est le
diagramme de report de charges accessible en phases d’analyse ou d’exploitation.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


On ne produit pas de résultats sur les dalles.

274 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Calcul du ratio d'acier

Le calcul de ratio d’acier est effectué vis à vis des efforts de descente de charge
traditionnelle, de la même manière quelque soit le type de dalle (plancher courant, de
reprise, plancher dalle).

Le calcul du ratio d’acier peut s‘effectuer de deux manières :


• utilisation des courbes des abaques.
• calcul précis.

Le description du fonctionnement des abaques est donné au chapitre prédimensionnement


de l’équarrissage.

Le calcul précis :
Chaque dalle est envoyée dans le module dalle. Son plan de ferraillage y est complètement
calculé, et le ratio d’acier est alors calculé à partir de ce ferraillage réel.

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module dalle avec les données non gérées par ossature (tenue au feu, etc…), car chaque nouveau
calcul de dalle reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de dalle différents.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 275


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Connexion aux modules de ferraillage

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de faire ferrailler des éléments dalles (plancher courant, de reprise, plancher
dalle) issus d’une ossature par le module Dalle ou par le module Plaque (Options / Résultats
: attention ce choix est valable pour toutes les dalles du bâtiment).

Le module importe :
• le dessin en plan de la ou des dalles ainsi que leur(s) épaisseur(s).
• les chargements verticaux issus de la descente de charges et appliqués par l’utilisateur :
G : charges permanentes
AC : charges de cloison
Q : surcharge d’exploitation (le maximum des surcharges dans le cas du calcul en travée
chargée déchargée)
• les dimensions et la nature des appuis.

Il est par la suite possible de réimporter dans ossature les résultats obtenus dans le module
de ferraillage :

Si le module a été appelé à l’aide de l’icône de ferraillage, il suffit de clore son exécution pour
revenir automatiquement dans ossature. Si les dalles ont été importées en nombre dans le
module de ferraillage, par la commande Chaînage / Importer Ost, la commande Chaînage /
Exporter OST les réexporte vers Ossature (attention il faut alors faire Fichier / Importer Arche
dans ossature).

Les données importées par ossature sont les suivantes :


• Equarrissage
• Ratio d’acier

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module dalle avec les données non gérées par ossature (tenue au feu, etc…), car chaque nouveau
calcul de dalle reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de dalle différents.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


L’élément dalle n’est pas ferraillé vis à vis des efforts calculés aux éléments finis pour le
séisme, la neige ou le vent.

276 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

5.- L'élément Semelle isolée

a) Prédimensionnement de l'équarrissage

! Attention !
Le prédimensionnement de l’équarrissage est effectué vis à vis des efforts générés par la descente de charges
traditionnelle.

Prédimensionnement par les abaques

Le dimensionnement de la semelle est réalisé pour respecter l'égalité des débords. Les
caractéristiques du béton et de l'acier sont : Fc28 = 25 MPa et Fe = 500 MPa.
Nous noterons a et b les dimensions du poteau supérieur.

b B
a

A
Surface au sol : S (m²) = fonction (Charge (kN), Taux de travail du Sol à l'ELU)
Côté A : A (m) = déterminé en fonction de (S, a, b)
Côté B : B (m) = déterminé en fonction de (S, A, a, b)
Epaisseur : H (m) = Max(A-a, B-b) / Coefficient paramétré
Ratio : R (kg/m²) = fonction (Charge (kN), Taux de travail du Sol à l'ELU)

Si la charge est négative, nous n'utilisons pas les abaques et dimensionnons une semelle
dont le poids propre équilibre le soulèvement et dont le ratio d'acier est nul.
La force prise en compte pour équilibrer le soulèvement est égale à la charge ELU arrivant
en tête de semelle. La densité est celle du matériau en cours. La semelle dimensionnée est
carrée et le rapport du côté à la hauteur de la semelle respecte le paramètre saisi dans
Abaques.
Les dimensions qui auraient été imposées par l'utilisateur pour la semelle ne sont alors pas
prises en compte.

Dans le cas où il ne s'agit pas d'un soulèvement :

Nous interpolons les valeurs sur la courbe S = f1 (Charge, Taux de travail) et


R = f2 (Charge, Taux de travail).

2. Nous calculons, alors, les dimensions de la semelle de façon à ce qu'elle respecte


l'égalité des débords (A-a) = (B-b). Ce qui revient à trouver la solution de l'équation : A2 - (a-
b)A - S = 0. Nous déterminons alors B = A -a +b et H = Max(A-a, B-b) / Coefficient
paramétré.

3. Nous contrôlons le non-dépassement des bornes minimales et maximales définies


dans Abaques.

A ce stade les valeurs S, A, B, H et R obtenues sont définies comme valeurs de références.

4. Prise en compte des contraintes de dimensionnement :

 Si une dimension est imposée :

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 277


ARCHE Ossature Edition août 2017

Si A est imposée :
• B = Sref / A
• H = Max (A-a, B-b) / Coefficient paramétré
• R = Rref

Si B est imposée :
• A = Sref / B
• H = Max (A-a, B-b) / Coefficient paramétré
• R = Rref

Si H est imposée :
• A = Sqrt (Sref)
• B = Sqrt (Sref)
• R = Rref * Href / H
Si la hauteur de la semelle est inférieure à la valeur de référence un avertissement est
généré

 Si deux dimensions sont imposées :

Si A et B sont imposées :
• H = Max (A-a, B-b) / Coefficient paramétré
• R = Rref * (A *B) / Sref
Si la surface de la semelle est inférieure à la valeur de référence un avertissement est
généré

Si A et H sont imposées :
• B = Sref / A
• R = Rref * Href / H
Si la hauteur de la semelle est inférieure à la valeur de référence un avertissement est
généré

Si B et H sont imposées :
• A = Sref / B
• R = Rref * Href / H
Si la hauteur de la semelle est inférieure à la valeur de référence un avertissement est
généré

 Si les trois dimensions sont imposées :


• R = Rref * (A * B / Sref) * (Href / H)
Si la surface ou la hauteur de la semelle est inférieure à la valeur de référence un
avertissement est généré

Au cours de chacune des étapes, nous contrôlons le non-dépassement des bornes


minimales et maximales définies dans Abaques.

Par calcul précis

1. Si l'utilisateur ne choisit pas d'utiliser les abaques pour prédimensionner (Hypothèses /


Méthode de calcul – prédim… ) la surface S est calculée comme suit : S = 1.05 * Charge
ELU / Taux de travail du sol.

2. Nous calculons, alors, les dimensions de la semelle de façon à ce qu'elle respecte


l'égalité des débords (A-a) = (B-b). Ce qui revient à trouver la solution de l'équation : A2 - (a-
b)A - S = 0. Nous déterminons alors B = A -a +b et H = Max(A-a, B-b) / Coefficient

278 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

paramétré.

b B
a

A
à la suite de ce calcul, le processus se poursuit au point 3 du prédimensionnement par les
abaques par la vérification du non dépassement des valeurs limite fixées dans le module
abaques.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 279


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Repère local

Le repère local est utilisé lors de la modélisation aux éléments finis.

Vue de dessus

L’axe y est parallèle au côté de dimension a, son sens est la même que l’axe X global. L’axe
x local est vertical et ascendant. L’axe z referme le trièdre de manière directe.

c) Modélisation

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


La phase de modélisation de la structure effectuée (Analyser / Modéliser ) dans le cadre de
la descente de charges traditionnelle n’affecte pas la semelle isolée qui reste un élément
ponctuel.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


La semelle isolée est remplacée par un appui ponctuel encastré ou rotulé.

280 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

d) Comportements mécaniques

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les semelles isolées sont des appuis ponctuels rigides quelque soit la contrainte de sol
saisie. Ils sont soumis et ne reprennent que des efforts verticaux : de compression ou de
soulèvement.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


L’appui ponctuel est rigide. Il n’admet donc aucune translation, mais il peut être rotulé et
donc permettre la rotation de l’élément porté.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 281


ARCHE Ossature Edition août 2017

e) Connexions aux autres éléments

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de mettre des semelles isolées à différents niveaux de la structure. Le
programme vérifie automatiquement que la semelle n’est pas située juste au dessus d’un
autre élément de structure. Voiles et poteaux reposent simplement sur la semelle.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les poteaux peuvent être encastrés comme simplement appuyés sur les semelles isolées
suivant les hypothèses du menu Hypothèses / Méthode de calcul - DDC / Eléments finis .
Les voiles sont encastrés sur la semelle isolée.

f) Chargements

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les charges s’appliquant à la semelle isolée appartiennent aux cas de charges G,Q et AC et
ont deux origines :
• Chargements créés par l’utilisateur : charge ponctuelle.
• Chargements issus de la descente de charges (éléments s’appuyant sur la semelle) : forces
verticales ponctuelles.
Les semelles peuvent reprendre tant des efforts de compression que de soulèvement.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les chargements repris par cet élément sont de deux natures :
• Charges appliquées par l’utilisateur lors de la saisie de la structure : charges ponctuelles
verticales.
• Efforts rapportés par les éléments de structure avec lesquels la dalle est en contact : torseurs
d’efforts tridimensionnels (Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz forces et moments suivant les trois axes du
repère global) : appliqués ponctuellement (poteau ou voile).

g) Maillage éventuel

Le maillage est automatique, un nœud est placé sur cet élément.

282 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

h) Résultats obtenus

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les résultats exploités sur les semelles isolées sont les forces verticales de descente de
charges : G, Q, AC. Ces résultats peuvent être présentés de manière graphique ou dans la
note de calcul de descente de charges.

Vis à vis du calcul aux éléments finis

 Efforts
Les efforts au niveau de la semelle sont les réactions d’appui, exprimés dans le repère global
de Arche Ossature ou dans le repère local de la semelle si cela est demandé dans la fenêtre
Options / Résultats :

Nx : Effort normal vertical.


Ty : Effort horizontal selon la direction de l’axe y (local ou global)
Tz : Effort horizontal selon la direction de l’axe z (local ou global)
Mx : moment de torsion autour de l’axe x (local ou global).
My : moment de flexion autour de l’axe y (local ou global).
Mz : moment de flexion autour de l’axe z (local ou global).

L’effort est donné en tête de la semelle isolée.

Nx > 0 : compression
Ty > 0 : quand orienté dans le même sens que y (local ou global)
Tz > 0 : quand orienté dans le même sens que z (local ou global)
Mx > 0 : pour l’application d’un moment tournant dans le sens direct du repère local (de y
vers z).
My > 0 : quand la fibre du côté des z positifs est comprimée (local ou global)
Mz > 0 : quand la fibre du côté des y positifs est comprimée (local ou global)

Nx
Mx
My

Ty
x
y Z
Mz
Y
repère local
z
Tz
X
Repère global

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 283


ARCHE Ossature Edition août 2017

Vue de côté

Vx+ = Nx / Ty / Tz / Mx / My / Mz

Effet du vent Vx+ en


surpression sur une
semelle isolée

284 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Calcul du ratio d'acier

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Le calcul du ratio d’acier peut s ‘effectuer de deux manières :
• utilisation des courbes des abaques.
• calcul précis.

Le description du fonctionnement des abaques est donné au chapitre prédimensionnement


de l’équarrissage.

Le calcul précis :
Chaque semelle isolée est envoyée dans le module semelle. Son plan de ferraillage y est
complètement calculé, et le ratio d’acier est alors calculé à partir de ce ferraillage réel.

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module semelle avec les données non gérées par ossature (présence d’eau, etc…), car chaque
nouveau calcul de semelle reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de semelle différents.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Le calcul du ratio d’acier s’effectue par le calcul précis décrit ci dessus. Mais les efforts
envoyé dans le module semelle comportent en plus de la descente de charge statique
(traditionnelle ou éléments finis), ceux obtenus par le calcul aux éléments finis pour le
séisme ou les sollicitations climatiques :
• chargements verticaux, horizontaux et moments dus au séisme.
• chargements verticaux, horizontaux dus au vent et à la neige appartenant au cas de neige et aux
quatre cas de vent surpression.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 285


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Connexion aux modules de ferraillage

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de faire ferrailler des semelles isolées appartenant à une ossature par le
module de ferraillage semelle.
Le module importe :
• les dimensions de la semelle : dimensions en plan, hauteur.
• les chargements verticaux issus de la descente de charges traditionnelle, les charges appliqués
par l’utilisateur. Les cas de charges exportés sont les suivants :
G : charges permanentes
Q : surcharge d’exploitation (le maximum des surcharges dans le cas du calcul en travée
chargée déchargée)
• la forme du poteau s’appuyant sur la semelle.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Données importées et nature des actions opérées par le module de ferraillage :
• dimensions de la semelle : dimensions en plan, épaisseur de la semelle, présence et forme d’un
poteau sur la semelle.
• les chargements issus de la descente de charges :
chargements verticaux, horizontaux et moments dus au séisme, à la descente de charges
statiques (traditionnelle ou éléments finis).
chargements verticaux, horizontaux dus au vent et à la neige appartenant au cas de neige et
aux quatre cas de vent surpression.

Importation des résultats dans ossature


Que le calcul des aciers ait été mené pour une descente de charges traditionnelle ou un
calcul aux éléments finis, il est par la suite possible de réimporter dans ossature les résultats
obtenus dans le module de ferraillage.

Les données importées par ossature sont les suivantes :


• Equarrissage
• Ratio d’acier

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module semelle avec les données non gérées par ossature (présence d’eau, etc…), car chaque
nouveau calcul de semelle reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de semelle différents.

286 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

6.- L'élément Semelle filante

a) Prédimensionnement de l'équarrissage

! Attention !
Le prédimensionnement de l’équarrissage est effectué vis à vis des efforts générés par la descente de charges
traditionnelle.

Le prédimensionnement peut s’effectuer par les abaques ou suivant un calcul précis.

Paramétrage du prédimensionnement

Que le prédimensionnement soit précis par le calcul ou effectué par les abaques, il existe
deux manières de l’effectuer :
• en leur affectant une section constante le long de la semelle filante,
• en prédimensionnant la semelle par tronçons (le paramétrage s'effectue dans la fenêtre
Hypothèses / Méthode de calcul / Méthode réglementaire ) suivant le diagramme de chargement
de la semelle.

Prédimensionnement constant

Diagramme de charges
Diagramme moyen
Prédimensionnement

L1* H1

Prédimensionnement par tronçons

Il est nécessaire de paramétrer la longueur minimale des paliers et la différence de largeur


minimale sous laquelle on ne créera pas de tronçon supplémentaire ( Hypothèses / Méthode
calcul – DDC / Méthode réglementaire ).

Diagramme de charges
Prédimensionnement
Diagramme enveloppe

L3* H1
L2* H1
L1* H1

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 287


ARCHE Ossature Edition août 2017

Prédimensionnement par les abaques

Les caractéristiques du béton et de l'acier sont : Fc28 = 25 MPa et Fe = 500 MPa.


Il est supposé que l'on étudie une tranche de un mètre linéaire de semelle filante. Le
dimensionnement utilise donc les abaques des semelles isolées en imposant
B = 1m.

Surface : S (m²) = fonction (Charge (kN/m), Taux de travail du Sol à l'ELU)


Largeur : L (m) = S (m²) / 1 (m)
Epaisseur : H (m) = L (m) / Coefficient paramétré
Ratio : R (kg/m²) = fonction (Charge (kN/m), Taux de travail du Sol à l'ELU)

Si la charge est négative, nous n'utilisons pas les abaques et dimensionnons une semelle
dont le poids propre équilibre le soulèvement et dont le ratio d'acier est nul.
La force prise en compte pour équilibrer le soulèvement est égale à la charge ELU arrivant
en tête de semelle. La densité est celle du matériau en cours. La semelle dimensionnée est
carrée et le rapport du côté à la hauteur de la semelle respecte le paramètre saisi dans
Abaques.
Les dimensions qui auraient été imposées par l'utilisateur pour la semelle ne sont alors pas
prises en compte.

Dans le cas où il ne s'agit pas d'un soulèvement :

1. Nous interpolons les valeurs sur la courbe S = f1 (Charge, Taux de travail) et


R = f2 (Charge, Taux de travail).

2. Nous calculons, alors, les dimensions de la semelle : L = S et H = L / Coefficient


paramétré.

3. Nous contrôlons le non-dépassement des bornes minimales et maximales définies dans


Abaques.

A ce stade les valeurs S, L, H et R obtenues sont définies comme valeurs de références.

4. Prise en compte des contraintes de dimensionnement :

 Si L est imposée :
• H = L / Coefficient paramétré
• R = Rref * L / Sref
Si la largeur de la semelle est inférieure à la valeur de référence un avertissement est généré

 Si H est imposée :
• L = Sref
• R = Rref * Href / H
Si la hauteur de la semelle est inférieure à la valeur de référence un avertissement est
généré

 Si L et H sont imposées :
• R = Rref * (L / Sref) * (Href / H)
Si la largeur ou la hauteur de la semelle est inférieure à la valeur de référence un
avertissement est généré

Au cours de chacune des étapes, nous contrôlons le non-dépassement des bornes


minimales et maximales définies dans Abaques.

Par calcul précis

288 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Comme pour la méthode vue ci dessus, la semelle peut être divisée en tronçons de largeur
constante ou dimensionnée d’un seul tenant. Dans chacun de ces cas, on considère alors
des tronçons de semelle filante chargées uniformément.

1. La surface S de la semelle ou de chacun des tronçons, est calculée comme suit : S =


1.05 * Charge ELU / Taux de travail du sol.

Nous calculons les dimensions de la semelle : L = S et H = L / Coefficient paramétré.

à la suite de ce calcul, le processus se poursuit au point 3 du prédimensionnement par les


abaques par la vérification du non dépassement des valeurs limite fixées dans le module
abaques.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 289


ARCHE Ossature Edition août 2017

b) Repère local

Repère local
Le repère local est utilisé dans le cadre de la modélisation aux éléments finis.

x
y

repère local
z

Z
Y

X
Repère global

L’axe y s’oriente dans la direction de dessin de la semelle filante, l’axe x est vertical
ascendant, l’axe z derme le trièdre direct.

c) Modélisation

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


La phase de modélisation de la structure effectuée (Analyser / Modéliser ) dans le cadre de
la descente de charges traditionnelle n’affecte pas la semelle filante qui reste un élément
linéaire unique.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


La semelle filante est remplacée par un ou une suite d’appuis ponctuels suivant la
modélisation du voile.
Si le voile est modélisé par :
• une poutre équivalente verticale : la semelle est remplacée par un appui ponctuel encastré.
• une croix : la semelle est modélisée par deux appuis ponctuels encastrés, chacun à un pied de
la croix.

290 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

• un maillage de coque : la semelle est modélisée par un appui linéaire encastré.

d) Comportements mécaniques

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les semelles filantes sont des appuis linéaires rigides quelque soit la contrainte de sol saisie.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les semelles filantes sont des appuis linéaires rigides encastrés quelque soit la contrainte de
sol saisie.

e) Connexions aux autres éléments

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de mettre des semelles filantes à différents niveaux de la structure. Le
programme vérifie automatiquement que la semelle n’est pas située juste au dessus d’un
autre élément de structure. Voiles et poteaux reposent simplement sur la semelle.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Cet élément est rigide et n’admet aucun déplacement (translation rotation).

f) Chargements

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les charges s’appliquant à la poutre appartiennent aux cas de charges G,Q et AC et ont
deux origines :
• Chargements créés par l’utilisateur : charges ponctuelles à tout endroit le long de l’élément,
charges réparties uniformes ou triangulaires sur tout ou partie de l’élément.
• Chargements issus de la descente de charges (éléments s’appuyant sur la semelle filante) :
forces verticales ponctuelles ou réparties.
Les semelles peuvent reprendre tant des efforts de compression que de soulèvement.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Les chargements repris par cet élément sont de deux natures :
• Charges appliquées par l’utilisateur lors de la saisie de la structure : charges ponctuelles ou
réparties verticales.
• Efforts rapportés par les éléments de structure avec lesquels la dalle est en contact : torseurs
d’efforts tridimensionnels (Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz forces et moments suivant les trois axes du
repère global) : appliqués ponctuellement, ou linéairement (poteau ou voile).

g) Maillage éventuel

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 291


ARCHE Ossature Edition août 2017

Le maillage est automatique. Un nœud est placé à chaque intersection avec un élément de
la structure.
Suivant la modélisation de la semelle on obtient les maillages suivants :
• Appui ponctuel : un nœud sur l’appui.
• Appui linéaire : une série de nœuds coïncidant avec le maillage de l’élément porté.

292 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

h) Résultats obtenus

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Les résultats de la descente de charges verticales sur les semelles filantes sont les efforts
verticaux relatifs aux cas G, Q, et AC.

• somme des charges (enveloppe) :

• linéarisation des charges :

• présentation de toutes les charges :

Les options de présentation des résultats vues ci dessus sont valables tant pour l’affichage
graphique que la note de calcul (choix dans Options / Résultats ).

Vis à vis du calcul aux éléments finis

 Efforts
Les résultats issus du calcul aux éléments finis sont donnés sous la forme de leur résultante
au centre de les semelle :
Nx, Ty, Tz, Mx, My, Mz : ils sont exprimés dans le repère local de l’élément.

Nx : Effort vertical.
Ty : Effort horizontal suivant y.
Tz : Effort horizontal suivant z.
Mx : moment autour de l’axe x .
My : moment autour de l’axe y.
Mz : moment autour de l’axe z.

Ce torseur est donné au sommet de la semelle (au pied de l’élément porté).

Nx > 0 : compression
Ty > 0 : quand orienté dans le même sens que y (local ou global)
Tz > 0 : quand orienté dans le même sens que z (local ou global)
Mx > 0 : pour l’application d’un moment tournant dans le sens direct du repère local (de y
vers z).
My > 0 : quand la fibre du côté des z positifs est comprimée (local ou global)
Mz > 0 : quand la fibre du côté des y positifs est comprimée (local ou global)

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 293


ARCHE Ossature Edition août 2017

Nx
Mx
My

Ty
x Z
y Y
Mz

repère local
z
X
Tz
Repère global

Dans le cas où seules composantes dans le plan de l’élément sont demandées (Options /
Résultats) : le programme fournit : Nx, Ty, Mz.

Sx = Nx / Ty / Mz
Effet du séisme Sx sur une
semelle filante :
composantes dans le plan
de la semelle demandées.

Sx = Nx / Ty / Tz / Mx / My / Mz
Effet du séisme Sx sur une
semelle filante : toutes les
composantes demandées.

! Attention !
Si dans Options / Résultats : un autre mode de représentation des efforts que celui donnant la résultante est
sélectionné, ce sont les efforts de descente de charges traditionnelles qui sont affichés.

294 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

i) Calcul du ratio d'acier

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Le calcul du ratio d’acier peut s ‘effectuer de deux manières :
• utilisation des courbes des abaques.
• calcul précis.

Le description du fonctionnement des abaques est donné au chapitre prédimensionnement


de l’équarrissage.

Le calcul précis :
Chaque semelle filante est envoyée dans le module semelle. Son plan de ferraillage y est
complètement calculé, et le ratio d’acier est alors calculé à partir de ce ferraillage réel.

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module semelle filante avec les données non gérées par ossature (présence d’eau, etc…), car chaque
nouveau calcul de semelle filante reprend les hypothèses de ce fichier.
Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de semelle différents.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Le calcul du ratio d’acier s’effectue par le calcul précis décrit ci dessus. Mais les efforts
envoyé dans le module semelle comportent en plus de la descente de charge statique
(traditionnelle ou éléments finis), ceux obtenus par le calcul aux éléments finis :
• chargements verticaux, horizontaux et moments dus au séisme.
• chargements verticaux, horizontaux dus au vent et à la neige appartenant au cas de neige et aux
quatre cas de vent surpression.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 295


ARCHE Ossature Edition août 2017

j) Connexion aux modules de ferraillage

Vis à vis de la descente de charges traditionnelle


Il est possible de faire ferrailler des semelles isolées appartenant à une ossature par le
module de ferraillage semelle.
Le module importe :
• les dimensions de la semelle : dimensions en plan, hauteur.
• les chargements appliqués issus de la descente de charges (linéarisés ou non : voir Options /
Résultats ). Les cas de charges exportés sont les suivants :
G : charges permanentes
Q : surcharge d’exploitation (le maximum des surcharges dans le cas du calcul en travée
chargée déchargée)
• la forme du poteau s’appuyant sur la semelle.
• Les caractéristiques des matériaux Fc28, Fe.

Vis à vis du calcul aux éléments finis


Dans le cas où la semelle filante est sous un voile modélisé par une poutre équivalente, il est
possible après le calcul aux éléments finis de l’exporter dans le module de ferraillage
semelle.

Données importées et nature des actions opérées par le module de ferraillage :


• dimensions de la semelle : dimensions en plan, épaisseur de la semelle.
• les chargements issus de la descente de charges :
• chargements verticaux dus à la descente de charge traditionnelle, ou verticaux et horizontaux
dus à la descente de charges aux éléments finis.
• chargements verticaux, horizontaux et moments dus au séisme.
• chargements verticaux, horizontaux dus au vent et à la neige appartenant au cas de neige et aux
quatre cas de vent surpression.
• Les caractéristiques des matériaux Fc28, Fe.

Les résultats sont appliqués dans le module semelle par des forces réparties uniformes.

Importation des résultats dans ossature


Que le calcul ait été mené par la descente de charges traditionnelle ou par les éléments finis,
il est par la suite possible de réimporter dans ossature les résultats obtenus dans le module
de ferraillage :
Si le module a été appelé à l’aide de l’icône de ferraillage, il suffit de clore son exécution pour
revenir automatiquement dans ossature. Si les semelles ont été importées en nombre dans
le module de ferraillage, par la commande Chaînage / Importer Ost, la commande Chaînage
/ Exporter OST les réexporte vers Ossature (attention il faut alors faire Fichier / Importer
Arche dans ossature).

Les données importées par ossature sont les suivantes :


• Equarrissage
• Ratio d’acier

! Attention !
Les hypothèses envoyées vers le module de ferraillage ne concernent que la résistance des matériaux. Or beaucoup
d’autres hypothèses entrent en considération dans le calcul du ferraillage. Il est donc important de mettre à jour le
fichier défaut du module semelle filante avec les données non gérées par ossature (présence d’eau, etc…), car chaque
nouveau calcul de semelle filante reprend les hypothèses de ce fichier.

296 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Cette mise à jour doit être faite avant le calcul du ferraillage.

Il est même possible de calculer successivement plusieurs variantes du bâtiment pour


plusieurs fichiers défaut de semelle différents.

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 297


ARCHE Ossature Edition août 2017

7.- L'élément Paroi

L’élément Paroi utilisé dans le cadre de la génération des charges climatiques de vent sur la
structure n’a ni raideur ni poids.

Le générateur climatique crée des charges surfaciques qui ne s’appliquent pas directement
sur la structure mais sur ces éléments. Les parois retransmettent ensuite les charges à la
structure.

Chaque élément paroi se comporte alors pour la répartition de ces efforts comme une dalle
sur deux appuis :

La charge de vent est reportée sur les planchers.

Les efforts générés par le vent ne sont pas représentés dans ossature mais peuvent être
affichés sur la visualisation du modèle aux éléments finis.

Les statuts au vent les coefficients ce ci peuvent être déterminés automatiquement par
Ossature ou bien imposés avant le calcul par l’utilisateur.

298 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Index
A
A propos de ......................................................................................................................................... 135
Affaire.................................................................................................................................................... 28
Affichage .............................................................................................................................. 113, 114, 115
Aide ...................................................................................................................................................... 135
Aligner .................................................................................................................................................... 73
Analyse précise du ferraillage .............................................................................................................. 175
Application ........................................................................................................................................... 110
Avertissements .................................................................................................................................... 126
Axe......................................................................................................................................................... 72
B
Bâtiment................................................................................................................................................. 78
Brochette ............................................................................................................................................... 91
C
Calcul des Statuts .................................................................................................................................. 95
Calculer.................................................................................................................................................. 99
Calculer DDC ... ..................................................................................................................................... 99
Calculer Ferraillage.............................................................................................................................. 100
CAO ............................................................................................................................................. 110, 111
Changement de vue .............................................................................................................................. 25
Chargements ......................................................................................................................................... 62
Charges ponctuelles et linéaires sur les dalles.................................................................................... 167
choix des méthodes ............................................................................................................................... 85
coefficients ce-ci .................................................................................................................................... 97
Compter ....................................................................................................................................... 130, 131
connexion des éléments ...................................................................................................................... 150
Construire proprement le modèle ........................................................................................................ 146
Coordonnées ....................................................................................................................................... 133
Copier .................................................................................................................................................... 64
Cotations ................................................................................................................................................ 55
Couper ............................................................................................................................................. 69, 70
Couper Dalle .......................................................................................................................................... 75
Créer des niveaux décallés ................................................................................................................. 154
Créer une coupe .................................................................................................................................. 169
D
dalles ......................................................................................................................................... 44, 45, 46
Dégressions ........................................................................................................................................... 63
Déplacer ................................................................................................................................................ 66
Description de l'écran principal .............................................................................................................. 10
Dimensionnement ...................................................................................................................... 92, 93, 94
Dimensions ............................................................................................................................................ 61
Documents / Fiche détaillée ................................................................................................................ 104
Du bon usage du fichier défaut ............................................................................................................ 142
DXF.............................................................................................................................................. 108, 109
E
Efforts .................................................................................................................................................. 102
Eléments finis ........................................................................................................................................ 89
Enregistrer ............................................................................................................................................. 31
Enregistrer sous..................................................................................................................................... 31
Erreurs générées par la fonction "Vérifier" .......................................................................................... 136
Erreurs générer par la fonction "Modéliser" ......................................................................................... 137
Etages .................................................................................................................................................... 58
étages .................................................................................................................................................... 16
Exporter Arche ....................................................................................................................................... 37
Exporter DXF ......................................................................................................................................... 37
F
Ferraillage ............................................................................................................................................ 103

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 299


ARCHE Ossature Edition août 2017

Files ....................................................................................................................................................... 54
Fondations Automatiques ...................................................................................................................... 49
Fusionner ............................................................................................................................................... 74
G
Gérer ses dossiers dans OMD ............................................................................................................ 140
Grille .................................................................................................................................................... 132
H
Historique............................................................................................................................................. 104
Hypothèses Calculs ............................................................................................................................... 85
Hypothèses Neige et Vent ..................................................................................................................... 80
Hypothèses Séisme ............................................................................................................................... 82
I
Importer Allplan...................................................................................................................................... 32
Importer Arche ....................................................................................................................................... 32
Importer DXF ......................................................................................................................................... 35
Inerties ......................................................................................................................................... 106, 107
Itération après modification du prédimensionnement .......................................................................... 168
L
Lignes d'aide .......................................................................................................................................... 53
M
Matériaux ............................................................................................................................. 60, 78, 79, 80
Menu de sélection.................................................................................................................................. 22
Menus de l'application ........................................................................................................................... 12
Méthode de calcul Prédim... ................................................................................................................. 92
Méthode Eléments finis ......................................................................................................................... 89
Méthode réglementaire .......................................................................................................................... 86
Métré.................................................................................................................................................... 105
Mode Saisie ........................................................................................................................................... 76
Modéliser ................................................................................................................................... 97, 98, 99
Modéliser des pieux et des longrines .................................................................................................. 152
Modéliser différentes formes de poteaux ............................................................................................ 159
Modéliser le bâtiment........................................................................................................................... 143
Modéliser un balcon............................................................................................................................. 163
Modéliser un joint de dilatation ............................................................................................................ 156
Modéliser un radier .............................................................................................................................. 153
Modéliser un voile courbe .................................................................................................................... 157
Modéliser une dalle alvéolaire ou un plancher hourdis ........................................................................ 164
Modéliser une ouverture dans un voile ................................................................................................ 158
Modéliser une trémie dans une dalle ................................................................................................... 161
Modes d'accrochage.............................................................................................................................. 18
Modes de sélection ................................................................................................................................ 22
N
Note de calcul .............................................................................................................................. 104, 105
Notes ........................................................................................................................................... 123, 124
Notes de descente de charges et métrés ............................................................................................ 173
Nouveau ................................................................................................................................................ 29
O
Ouvrir ..................................................................................................................................................... 30
P
Palettes d'icones .................................................................................................................................... 12
Paramétrer l'application Ossature ....................................................................................................... 141
Parois ............................................................................................................................................... 50, 51
Parois sur sélection ............................................................................................................................... 53
Partager ............................................................................................................................................... 101
Plans ............................................................................................................................................ 125, 126
Plans de descente de charges ............................................................................................................ 172
Plans de dimensionnements ............................................................................................................... 171
Plans de repérages.............................................................................................................................. 170
Poteaux .................................................................................................................................................. 39
Poutre ........................................................................................................................................ 42, 43, 44
Poutres ............................................................................................................................................ 42, 43
Poutres Chainées .................................................................................................................................. 44

300 GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique


ARCHE Ossature Edition août 2017

Prendre en compte les toitures ............................................................................................................ 166


Q
Quitter .................................................................................................................................................... 38
R
Raffraichissements d'écrans ................................................................................................................. 27
Ratios ................................................................................................................................................... 103
Réglementaire ....................................................................................................................................... 86
Relimiter........................................................................................................................................... 68, 69
Relimiter automatiquement.................................................................................................................... 71
Renuméroter .................................................................................................................................... 74, 75
Respecter les fichiers "Pré" et "Post" Modélisation ............................................................................. 147
Résultats ...................................................................................................... 116, 117, 118, 120, 121, 122
S
Semelles continues................................................................................................................................ 48
Semelles isolées .................................................................................................................................... 47
Sens de portée des dalles ................................................................................................................... 149
Séquence Calcul.................................................................................................................................. 128
Séquence Impressions ........................................................................................................................ 129
Simuler des escaliers .......................................................................................................................... 165
Sonder ................................................................................................................................................. 101
statuts .............................................................................................................................................. 17, 59
Supprimer .............................................................................................................................................. 67
T
Textes .................................................................................................................................................... 56
Tracé.................................................................................................................................................... 107
U
Unités ................................................................................................................................................... 112
V
Vérifier ................................................................................................................................................... 95
Vérifier Dimensions ............................................................................................................................. 100
Vérifier et calculer périodiquement le modèle ..................................................................................... 148
Voiles ......................................................................................................................................... 40, 41, 42
Z
Zoom...................................................................................................................................................... 24

GRAITEC - Groupe d'assistance informatique technique 301