Vous êtes sur la page 1sur 2

Voltaire (Goethe)

Johann Wolfgang von Goethe

Publication:
Source : Livres & Ebooks
Quand les familles se maintiennent longtemps, on peut remarquer que la na-
ture finit par produire un individu qui renferme en lui les qualits de tous ses an-
ctres, et qui montre unies et compltes toutes les dispositions jusqualors isoles
et en germe. Il en est de mme des peuples, dont toutes les qualits sexpriment
une fois, si le bonheur le veut, dans un individu. Cest ainsi quon vit paratre en
Louis XIV un roi franais par excellence, et dans Voltaire lcrivain le plus mi-
nemment franais qui se puisse imaginer, le plus appropri la nation.

Les qualits quon veut trouver, quon admire, chez un homme bien dou, sont
diverses, et, cet gard, les exigences des Franais sont plus grandes, ou du moins
plus diverses, que celle, des autres peuples.

Voici, pour amuser nos lecteurs, cette chelle, que nous navons pas trace peut-
tre dune manire complte, ni assurment assez mthodique :

Profondeur, gnie, intuition, lvation, naturel, talent, mrite, noblesse, esprit,


bel esprit, bon esprit, sentiment, sensibilit, got, bon got, intelligence, justesse,
convenance, ton, bon ton, ton de cour, varit, abondance, richesse, fcondit,
chaleur, magie, charme, grce, agrment, lgret, vivacit, finesse, brillant, saillant,
ptillant, piquant, dlicat, ingnieux, style, versification, harmonie, puret, cor-
rection, lgance, perfection.

De toutes ces qualits et ces manifestations de lesprit, on contestera peut-tre


Voltaire la premire et la dernire, la profondeur dans la disposition et la per-
fection dans lexcution. Mais tous les dons, toutes les facults, qui jettent sur la
face du monde un brillant clat, il les a possds, et cest ainsi quil a rpandu sa
renomme sur la terre.

Il est trs-intressant dobserver en quelles occasions les Franais se servent


dans leur langue des mots synonymes ou quivalents de ceux que nous avons ci-
ts, et les appliquent tel on tel cas. Une histoire de lesthtique franaise par un
Allemand serait donc trs-intressante, et nous y trouverions peut-tre quelques
points de repre pour observer et juger certaines rgions de la manire et de lart
allemand, dans lesquelles il rgne encore beaucoup de confusion, et pour prpa-
rer une esthtique gnrale allemande, qui pche encore par tant de vues troites.