Vous êtes sur la page 1sur 4

IV

15 SEPTEMBRE 2017

COURS & MARCHES

Productions végétales

 

CÉRÉALES

   

11 septembre

 

ALIMENTATION ANIMALE

N : nominal ; C : camion ; TC : train complet ; P : péniche ; A : acheteur ; V : vendeur ; T : traité

   

5 septembre

Blé tendre

   

Récolte 2017

 

SONS ET ISSUES

   

/ t

Rendu

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

 

Sons fins - départ région parisienne

 

94-96

TOURTEAUX

   

Rouen

76/220/11

 

sept.

151,50

N

Soja Lorient

 

294

Pontivy/Guingamp

 

fourrager

 

sept.-déc.

 

155,00

 

N

Tournesol Saint Nazaire

 

154

Colza - Rouen

 

195

Fob

 

Échéance

   

Observations

 

Spécifications

 

Euro/tonne

 

PULPES BETTERAVES

   

Moselle

meunier

 

sept.-déc.

 

152,00

N

Aisne

 

-

Départ

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

 

Somme - Oise

 

-

Marne

 

158

         

Eure/Eure-et-Loir

BPMF 76 kg/hl

 

sept.-déc.

 

148,00

NC

LUZERNE DESHYDRATEE

   

Marne

BPMF

 

sept.-déc.

 

148,00

NC

Départ Marne

 

172

Maïs

       

Récolte 2017

 

PSC

 

Manioc Lorient

 

-

Rendu

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

Corn gluten feed - Lestrem

 

148

Bordeaux

     

147,00

     

oct.

N

 

PAILLES ET FOURRAGES

Fob

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

Rhin

           

7

septembre

janv.-juin

 

157,00

N

 

PAILLES DE BLE

   

Départ

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

Centre Bassin Parisien : Atitre indicatif

   

Eure/Eure-et-Loir

 

oct.-déc.

 

148,00

NC

Balle rectangulaire sous abri 300-400 kg

 

60,00 /t

Orge fourragère

     

Récolte 2017

Balles pickup (départ champ) 25 kg

 

n.p.

Fob

 

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

 

Nord-Est :

   

Balles de 20-25kg sous abri

 

inc.

Moselle

sans limit. d'orgettes 61/62 kg/hl

 

sept.-déc.

     

145,00

N

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg

 

inc.

Départ

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

 

sans abri

 
   

Aisne

fourrager 62/63 kg/hl

 

oct.-déc.

 

135,00

NC

Grosses balles rectangulaires de 300-400 kg sous abri

 

60,00/T

Eure/Eure-et-Loir

 

63 kg/hl mini

 

sept.-déc.

 

132,00

 

NC

   
 

SUCRE

 

Marne

fourrager 62/63 kg/hl

 

oct.-déc.

 

134,00

NC

 

(Londres)

 

12 septembre

OLÉO-PROTÉAGINEUX

     

Terme OcT. 2017 : 436,61 F/T

 

Colza

       

Récolte 2017

   
 

CHEZ NOS VOISINS

 

Rendu

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

         

8

septembre

Rouen

sept.-oct.

 

355,00

N

 

PAYS-BAS CAF Rotterdam Blé tendre (en euro/tonne) :

 

Fob

Spécifications

 

Échéance

 

Euro/tonne

 

Observations

Moselle

     

362,00

 

N

 

Septembre

     

166,00

sept.-oct.

 

Octobre

     

166,00

Pois

     

Récolte 2017

Novembre-décembre

     

167,00

 

Échéance

     

Janvier-mars

     

171,00

Départ

Spécifications

 

Euro/tonne

 

Observations

Janvier-juin

     

172,00

Marne

fourrager

 

sept.-déc.

 

198,00

NC

Orge UE CAF Hollande (en euro/tonne) :

 

fourrager

 

sept.-déc.

     

Aisne

198,00

NC

Septembre

     

157,00

 

Octobre

     

158,00

PRIX DU LIN TEILLÉ EN FRANCE

   

Novembre-décembre

     

159,00

Janvier-mars

     

162,00

   

Récolte 2016

   

Récolte 2015

 

Janvier-juin

     

163,00

Mois de :

 

208,9

   

Mini : 120 Maxi : 284

   

251,1

 

6

septembre

Juin 2017

(-2,3

 

(+44,9)

   

BELGIQUE En euro/tonne CAF Belgique

 
 

216,2

       

257,3

 

Récolte complète

         

(-1,8)

 

Mini : 90 Maxi : 314

 

(=)

Blé meunier (76/220/11,5) :

     

169,00

Prix en Euros/100 kg de Fibres longues - base Comptabilités Matières Mini/maxi fibres longues - base Factures de vente Comptabilités Matières

 

Blé fourrager (70kg/hl) :

     

162,00

 

(source Cipalin)

Orge (58kg/hl kg) :

     

153,00

MATIF COLZA - PARIS

 

MATIF BLÉ MEUNIER

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

1 lot : 50 tonnes. Prix en Euros par tonne.

 

Echéance

01/09/17

04/09/17

 

05/09/17

06/09/17

07/09/17

 

Echéance

01/09/17

04/09/17

05/09/17

06/09/17

 

07/09/17

Nov. 2017

 

370

 

369

 

370

   

369,75

365

Sept. 2017

154

156

156,5

153,25

   

152,5

Févr. 2018

 

372

 

371,5

 

372,25

   

371,75

367,5

Déc. 2017

160,5

160,5

162,5

161,75

   

160,25

Mai 2018

373,75

372,75

 

374

   

373,5

369,75

Mars 2018

166

166,25

168

167,5

   

166,25

Août 2018

358,75

358,25

 

359

   

358

354,5

Mai 2018

170

170,25

172

171,5

   

170,25

Nov. 2018

361,25

360,75

 

361,75

   

361

357,5

Sept. 2018

172

173

173,75

174

   

172,75

Févr. 2019

364,75

364,25

 

365

   

364

360,5

Déc. 2018

175,25

176

177

177

   

175,75

Mai 2019

364,5

 

364

 

364,75

   

363,75

360,25

Mars 2019

179

179,75

180,5

180,5

   

179,5

Août 2019

362,5

 

362

 

362,75

   

361,75

358,25

Mai 2019

183

183

183

182,25

   

183

Nov. 2019

362,5

 

362

 

362,75

   

361,75

358,25

Sept. 2019

184,5

185,25

186

185,25

   

183,75

Févr. 2020

362,5

 

362

 

362,75

   

361,75

358,25

Déc. 2019

188,5

189,25

190

189,25

   

187,75

Volume

7

224

 

2 219

 

8

586

 

10

919

24

122

Volume

46

471

20

837

25 495

20

575

 

26

438

PO

81

238

81 524

 

80

348

 

81

766

82

642

PO

347

251

345

299

334 904

335

036

 

333

253

> Evolution du cours du blé
> Evolution du cours du blé
036   333 253 > Evolution du cours du blé > Evolution du cours du soja

> Evolution du cours du soja et du colza

cours du blé > Evolution du cours du soja et du colza > Evolution du cours
> Evolution du cours du maïs
>
Evolution du cours du maïs
> Evolution du cours du sucre
> Evolution du cours du sucre

Blé tendre : des blés français en quantité Les prix du blé tendre sur le marché physique français ont évolué négativement sur la semaine, dans le sillage des marchés mondiaux. L’abon- dance de la marchandise disponible sur le marché mondial explique en partie cette baisse, l’autre facteur étant la parité euro/dollar. Sur les places hexago- nales, on rapporte des dégagements en portuaire, et les meuniers ont intégré la baisse des prix dans leurs échanges. Une demande des fabricants d’ali- ments du bétail d’Europe du Nord est aussi observée. Selon une estimation d’Agreste au 1 er septembre, la production de blé tendre française atteindrait 37,8 Mt, soit son niveau historiquement le plus élevé après 1998 et 2015. Le

rendement est estimé à 73,4 q/ha, relevé par rapport à août.

est estimé à 73,4 q/ha, relevé par rapport à août. Orge de mouture : stabilité Les

Orge de mouture : stabilité

Les prix de l’orge de mouture sur le marché physique français n’ont guère évolué sur la semaine. La demande était pourtant présente en portuaire, avec des fabricants d’aliment français prenant leurs marques et

des européens (Espagne, Bénélux) aux achats, profitant des dégagements de

silos en cours.

aux achats, profitant des dégagements de silos en cours. Orges de brasserie : nouveau retrait des

Orges de brasserie : nouveau retrait des cours Les prix des orges de brasserie sur le marché physique français ont

à nouveau diminué en semaine 36, tant pour les variétés d’hiver que de prin-

temps. Le marché hexagonal tourne au ralenti, et ne paraît pas profiter de la

déconvenue de nos voisins allemands.

pas profiter de la déconvenue de nos voisins allemands. Maïs : retour de la demande Les

Maïs : retour de la demande Les prix du maïs sur le marché physique français se sont dégradés d’une semaine sur l’autre, les taux de change pénalisant les origines euro- péennes. Le marché mondial est par ailleurs bien achalandé, à 1062,9 Mt selon les estimations d’Amis. En France, pour Agreste, l’estimation de la ré- colte de maïs-grain est maintenue à 13 Mt, + 9 % sur un an, de 13 % sous la moyenne 2012-2016 ; celle de maïs-fourrage est abaissée à 17,3 Mt. Selon Céré’Obs, les conditions de culture «bonnes à très bonnes» se maintiennent à 79 % en semaine 35 (55 % en 2016). Le stade «humidité du grain 50 %» du maïs grain passe de 51 % à 78 % par rapport à la semaine passée (33 % en

2016).

% à 78 % par rapport à la semaine passée (33 % en 2016). Colza :

Colza : un marché sensible à la fiscalité Les prix du colza sur le marché physique français ont reculé, af- fectés par la décision de l’UE de baisser ses taxes anti-dumping sur le bio- diésel argentin. La décision les divise par deux, dès cette fin de mois. Au

niveau mondial, le repli du canola canadien sur Winnipeg, du fait de la col- lecte en cours, est contrebalancé par la baisse de la production de canola australien pour 2017-2018, revue à 2,75 Mt en septembre. Ici, Agreste estime

à 5,5 Mt la récolte française 2017. Revue à la hausse (+ 0,3 Mt par rapport à

la précédente estimation), elle augmenterait de 16 % par rapport à 2016 et de 8 % sur la moyenne 2012-2016. Les tourteaux de colza se sont stabilisés cette semaine, sur un marché peu animé.

sont stabilisés cette semaine, sur un marché peu animé. Tournesol : des prix en recul Les

Tournesol : des prix en recul Les cours du tournesol sur le marché physique français affichent désormais une baisse, d’une semaine sur l’autre, dans le sillage du retrait des cours mondiaux. De plus, sur le marché français, des échos font état de bons rendements sur les premières coupes, entre 28 et 33 quintaux par hectare, selon les informations des courtiers. Les cotations des tourteaux de tournesol

étaient peu évolutifs, sur un marché encore plutôt calme.

peu évolutifs, sur un marché encore plutôt calme. Soja : nouvelle progression Les cours du soja

Soja : nouvelle progression Les cours du soja sur le marché à terme de Chicago ont poursuivi leur ascension cette semaine. En dépit d’un marché mondial bien offert (la FAO projette une production de 347,6 Mt en septembre, avec de bons ren- dements au Brésil), le marché a réagi à l’annonce par l’USDA d’une vente de 352 000 tonnes à destination de la Chine. De même source, les chargements nord-américains à l’export se sont élevés à plus de 1,1 Mt la semaine écoulée, un chiffre supérieur aux attentes. Les conditions de production aux Etats- Unis étaient «bonnes à excellentes» dans 60 % des cas en semaine 36, en repli d’un point sur la semaine 35.

cas en semaine 36, en repli d’un point sur la semaine 35. Déshydratés : effritement des
cas en semaine 36, en repli d’un point sur la semaine 35. Déshydratés : effritement des

Déshydratés : effritement des valeurs En récolte 2017, les cotations des luzernes déshydratées sur le mar- ché physique français ont été revues à la baisse sur la semaine, dans l’espoir de susciter un intérêt des acheteurs. Les fabricants d’aliments du bétail sont jusque-là plutôt dans l’attente de la demande de leurs clients éleveurs. Il en va de même pour les pulpes de betterave déshydratées, malgré la récolte plus précoce que l’an dernier attendue.

Pailles et fourrages : raffermissement en foin de Crau Les prix des pailles de blé sur le marché physique français sont à nouveau reconduites, suite au manque d’intérêt acheteur pour le moment sur le marché, faute de trésorerie disponible des éleveurs. Un petit redressement est perçu cependant sur le foin de Crau, afin de mieux coller aux coûts de production de la marchandise, et compte tenu de disponibilités réduites.

la marchandise, et compte tenu de disponibilités réduites. Sucre : Irma fait grimper les prix mondiaux

Sucre : Irma fait grimper les prix mondiaux du sucre Les cotations du sucre sur les places à terme de New-York et de Londres ont gagné du terrain entre les semaines 36 et 37, conséquence de l’ouragan Irma qui pourrait engendrer de sérieux dégâts sur les cultures de canne à sucre à Cuba. La baisse du dollar américain face au réal brésilien incite les producteurs brésiliens à faire de la rétention, les cotations interna- tionales étant libellées en dollars, constituant un autre facteur de hausse des prix. Enfin, le bas niveau des cours mondiaux du sucre pousse les industriels brésiliens à se tourner davantage vers la production d’éthanol. Notons toute- fois que la tendance haussière a été freinée quelque peu par les bonnes pro- ductions attendues en Inde et en France. Agreste s’attend à une production de betterave sucrière à 40,4 Mt en septembre, contre 34,6 Mt en août.

sucrière à 40,4 Mt en septembre, contre 34,6 Mt en août. Coproduits : dégringolade des prix

Coproduits : dégringolade des prix des produits laitiers Comme les opérateurs s’y attendaient, les cours des poudres de lait et de lacto- sérum, correspondant aux réservations de septembre, ont chuté d’une semaine sur l’autre. La tendance reste nettement baissière, selon les échos du marché, avec, par exemple, des affaires traitées en poudre de lactosérum à 650 /t sur sept.-nov. et 660 /t sur sept.-déc.

15 SEPTEMBRE 2017

Fruits et légumes

Carotte : réveil des ventes Les volumes se sont avérés plus larges en semaine 36 (2 450 t, com- mercialisées dans le Sud-Ouest), mais de l’avis d’un certain nombre d’opérateurs, l’effet de la rentrée scolaire sur la demande est appa- ru plus mesuré que prévu (surtout au stade grossiste). Les cours ont néanmoins légèrement renchéri. Cette semaine, la météo, annoncée plus fraîche et instable, et la poursuite d’actions promotionnelles en GMS sont de nature à soutenir le rythme d’écoulements. En revanche, les engagements sont susceptibles de maintenir une pression sur les prix.

Chou-fleur : développement La production bretonne a sensiblement augmenté, en semaine 36 (786 600 têtes, contre 308 000 têtes, la semaine précédente), entraî- nant les cours à la baisse. Un recul cependant atténué par les plus larges besoins avec la rentrée scolaire et la réouverture des collecti- vités. Les disponibilités bretonnes vont continuer de progresser. Le déclin des apports des Hauts-de-France devrait toutefois permettre de modérer la pression de l’offre.

Concombre : déclin Le déclin des productions, sur l’Hexagone, a contribué à maintenir l’équilibre commercial, malgré une activité peu soutenue, en termes de ventes, liée à la moindre demande. Certains opérateurs espèrent pouvoir revaloriser un peu leurs tarifs. Mais la priorité dans la filière est d’assurer l’écoulement et d’être à jour dans les stations, d’ici à la fin de la campagne.

Courgette : hausse Les cours ont sensiblement renchéri, ces derniers jours, sous l’effet du déclin plus marqué des offres régionales, dans l’Hexagone. Une tendance par ailleurs amplifiée par la meilleure demande enregistrée avec la rentrée scolaire. Les opérateurs se montrent plutôt sereins pour cette fin de saison : la concurrence espagnole s’annonce encore limitée, laissant une bonne fenêtre commerciale pour les dernières offres régionales.

Melon : lourd Le marché est resté chargé, alourdi par les larges volumes du Centre- Ouest (1 500 t/j). Et le manque notable de consommation a entraîné des méventes - surtout en calibres 15 - et un recul notable des cours. Cette semaine, la baisse attendue plus marquée des productions, en particulier dans le Centre-Ouest, pourrait permettre d’assainir un peu le marché.

Salade : des prix stables Les ventes ont affiché un rythme un peu plus soutenu, en semaine 36, avec la rentrée scolaire. L’offre du Val de Loire est restée relativement stable (autour de 13-14 000 colis/jour). Les prix également.

Tomate : laborieux La pression des productions régionales, sur l’Hexagone, est restée vive, malgré leur léger déclin (autour de 1 000 t/j en Bretagne et 380 t/j en Provence). Une tendance liée avant tout à des ventes insuffisantes, conséquence du manque de demande, entraînant la persistance de resserres et de bas niveaux de prix. Cette semaine, les opérateurs s’at- tendent à un commerce encore compliqué, avec une consommation probablement freinée par la persistance d’une météo peu favorable.

J.-L.C

par la persistance d’une météo peu favorable. J.-L.C ENDIVES Cours relevés par le Réseau des Nouvelles

ENDIVES

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille

NORD / PICARDIE Expédition Hebdo - Valeur moyenne quotidienne. Les prix sont en Euros.

Date

04-09

05-09

06-09

07-09

08-09

Moyenne

Cat.I 2 x 500 g :

Cat.I 6/9 fruits sachet 1 kg : le kg

Cat.I colis 5 kg : le kg

Cat.I sachet 1 kg : le kg

Extra colis 5 kg : le kg

Extra plateau 1 rg : le kg

le kg

1,32

- 1,26

 

1,30

1,40

1,50

1,32

- 1,24

 

1,26

1,40

1,51

1,32

- 1,24

 

1,26

1,40

1,51

1,32

- 1,24

 

1,26

1,41

1,51

1,32

- 1,21

 

1,23

1,40

1,51

1,32

- 1,24

 

1,26

1,40

1,51

MIN DE RUNGIS

Prix au kg sauf précision

12 septembre

 

Moyen

Carottes cat. 1 (botte)

0,95

Choux verts cat. 1 - colis 6

5,50

Choux-fleur cat. 1 - colis de 6

6,50

Champignons de Paris cat. 1 - plateau

1,90

Epinards

1,40

Laitue - Batavia cat. 1 - colis de 12

6,50

Navets violet rond

1,80

Charlotte cat. 1

0,75

Chérie cat. 1

0,80

Poireaux France cat. 1

1,00

Radis - la botte

0,70

Endives extra Nord-Picardie colis de 5 kg

1,60

Endives Nord-Picardie colis de 5 kg

-

Pommes Granny Smith cat. 1 201-270 g

1,65

Pommes Golden cat.1 201-270 g plateau 1 rg

1,50

Pommes Golden cat.1 170-220 g plateau 2 rg

1,00

MIN DE LOMME

Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille - 12 septembre

 

Prix

Prix

Prix

Les prix sont en «Euro/kg» (sauf indications contraires)

mini

maxi

moyen

(Euro)

Salades

CHICORÉE frisée France cat.I : la pièce

1,10

1,20

1,15

CHICORÉE Scarole France cat.I : la pièce

1,10

1,30

1,20

LAITUE Feuille de chêne blonde France cat.I colis de 12 : la pièce

0,40

0,50

0,45

LAITUE pommée France cat.I colis de 12 : la pièce

0,40

0,55

0,50

ÉCHALOTE France cat.I : le kg

0,90

PERSIL frisé France : la botte

0,60

AUBERGINE France cat.I colis 5kg : le kg

1,80

2,10

1,90

COURGETTE verte France cat.I 14-21cm colis 5kg : le kg

0,85

1,15

1,00

MELON Charentais jaune France cat.I 950-1150g colis de 12 : le kg

0,90

TOMATE anciennes Noire de Crimée France cat.I colis 3kg : le kg

2,50

3,50

3,10

TOMATE ronde France cat.I 67-82mm : le kg

1,10

Légumes tubercules, racines

CAROTTE France cat.I sac 10kg : le kg

0,30

0,55

0,40

CÉLERI-RAVE France : le kg

0,95

NAVET rond violet France : le kg

1,00

POMME DE TERRE CHAIR FERME Charlotte France lavée cat.I grenaille carton 12,5kg : le kg

NC

NC

1,05

POMME DE TERRE CHAIR NORMALE div.var.cons Bassin Nord lavée cat.I 55-75mm sac 5kg : le kg

0,30

POMME DE TERRE CHAIR NORMALE div.var.cons de conserva- tion France non lavée cat.II +60mm filet 25kg consommation : le

kg

0,50

RADIS France botte : la botte

0,60

0,80

0,70

CHOU blanc France cat.I colis de 6 : la pièce

0,75

CHOU rouge France cat.I : la pièce

0,75

ENDIVE Nord-Picardie extra colis 5kg : le kg

1,40

1,50

1,45

POIREAU Nord-Picardie cat.I botte 1kg : le kg

0,95

1,10

1,05

V

COURS ET MARCHES

MARCHE A TERME DE LA POMME DE TERRE

 

11

septembre

/ 100 kg

Francfort industrie (25 t) 40 mm +

novembre 2017

5,00

avril 2018

7,60

juin 2018

9,00

avril 2019

14,60

POMME DE TERRE DE CONSOMMATION

 

12

septembre

Source : FranceAgriMer - Réseau RNM

Cours hors taxe en euro

 

Bas

Haut

Moy.

Var.

AGATA

       

France lavée cat. I 50-75 mm carton 12,5 kg

280

300

290

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 2,5 kg

275

400

340

=

BINTJE

       

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 10 kg

-

-

 

-

-

France non lavée cat. II 50-75 mm filet 25 kg

-

-

 

-

-

CHARLOTTE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

440

500

460

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

360

500

445

=

VARIÉTÉS DE CONSERVATION

       

Bassin Nord non lavée cat. II

       

50-75 mm filet 10 kg

-

-

140

=

Bassin Nord non lavée cat. II

       

50-75 mm filet 25 kg

-

-

130

=

Bassin Nord non lavée cat. II

       

60-75 mm filet 25 kg

120

200

170

=

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

336

500

420

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

325

500

415

=

France lavée cat. I 40-75 mm filet 10 kg

150

230

180

=

France lavée cat. I 40-75 mm filet 5 kg

160

240

190

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 10 kg

160

240

190

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 5 kg

170

250

200

=

ÉPIDERMEROUGE

       

France lavée cat. I +35 mm carton 12,5 kg

336

500

410

=

France lavée cat. I +35 mm filet 2,5 kg

325

550

430

=

France lavée cat. I 50-75 mm filet 5 kg

-

-

 

-

-

POMME DE TERRE INDUSTRIE

12 septembre

Les prix constatés concernent une marchandise livrable au plus tard dans la quinzaine qui suit sa publication initiale. Vrac départ Hors Taxes. Attention : Les prix sont affichés en Euro/Tonne, pour toutes les cotations en pommes de terre.

 

Prix

Prix

Prix

Les prix sont en EUROS

mini

maxi

moyen

BINTJE

Varia.

Moy.

BassinNordnonlavée 360g sous eau +35mmFritable : la tonne

- -

BassinNordnonlavée 360g sous eau +35mmFritable : la tonne - - 40,00

40,00

-

CHAIR NORMALE

div.var.cons BassinNordnonlavée 360g sous eauindustrie Tout venant 35mm et + Fritable : la tonne

- -

div.var.cons BassinNordnonlavée 360g sous eauindustrie Tout venant 35mm et + Fritable : la tonne - -

-

FONTANE

+35mmvrac Fritable : la tonne

- -

+35mmvrac Fritable : la tonne - - 40,00

40,00

-

-

CHOUX-FLEUR

Les cours progressent

 

L’offre mise en marché di- minue, la demande reste ti- mide, mais suffit largement à écouler la production des Hauts-de-France. Les cours progressent, malgré une

 
 

Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne de la pomme de terre au stade expédition ou industrie :

- sur le site internet :

www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un abonnement directement sur ce site, Par fax ou mail en souscrivant un abonnement auprès du centre de Lille au 03 62 28 40 49.

Vous pouvez également obtenir la cotation quotidienne de la pomme de terre au stade expédition par un simple coup de téléphone sur audiotel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34la mn).

offre de la région Bretagne en forte hausse et des prix concurrentiels.

Source : FranceAgriMer Réseau des nouvelles des marché (RNM) centre de Lille

 

Ralentissement des cours

     

Vous pouvez retrouver la cotation quotidienne

Les rendements en cette période sont très hétérogènes. Ils varient entre 50 et 70 kg par bac environ. Les endives sor- ties de forçage sont de bonne qualité. Le commerce sans être dynamique consomme la totalité de la production et même, l’endive se fait rare en toute fin de semaine. Les cours sont stables sur une majeure partie de la période, ils fléchissent sur la fin de celle-ci. Des engagements en sont probablement la cause. Les premiers arrachages de carottes d’endive de la nouvelle campagne sont en cour dans le sud de la région. Celles-ci produiront des chicons au plus tôt vers la fin du mois de septembre.

de l’endive Nord Picardie au stade expédition :

-

sur le site internet :

www.Rnm.franceagrimer.fr, en souscrivant un abonnement directement sur ce site,

-

Par fax ou mail en souscrivant un abonnement

auprés du centre de Lille au 03 62 28 40 49.

• Vous pouvez également obtenir la cotation quo- tidienne de l’endive Nord Picardie au stade expé- dition par un simple coup de téléphone sur audio- tel au 08 92 68 67 82 (coût : 0,34la mn).

 

Source : FranceAgriMer Réseau des nouvelles des marché (RNM) centre de Lille

 

VI

➜

Productions animales

GROS BOVINS ENTREE-ABATTOIR BASSIN NORD-EST

15 SEPTEMBRE 2017

COURS ET MARCHES

GROS BOVINS VIFS COTATION EUROP

du 4 au 10 septembre Au kg net : JEUNES BOVINS 12 A 24 MOIS
du 4 au 10 septembre
Au kg net :
JEUNES BOVINS 12 A 24 MOIS
BŒUF
GENISSES
VACHES
RETHEL 4 septembre
Bœufs R 3,40 (=) - Génisses U 4,00 (=) ; R 3,60 (=) - Vaches U 3,63 (=) ;
En
Viande
Viande hors
Bl. Aqu.
€/kg
Mixte
Lait
Viande
Mixte
Lait
mixte
BI/Parth.
Parth.
Viande
+ 350 kg
net
lait
Viande hors
BI/Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Bl. Aqu.
Parth.
- 10 ans
+ 350 kg
Charolaise
Limousine
R
3,35 (=) ; O 2,92 (=) - Jeunes bovins U 3,93 (=)
Mixte
Lait
- 10 ans
+ 350 kg
- 10 ans
+ 350 kg
ARRAS 31 août
Bœufs E 4,95 (=) ; U 3,75 (=) ; R 3,45 (=) - Génisses E 5,45 (=) ; U 3,95 (=) ; R 3,60 (=)
- Vaches E 5,35 (=) ; U 3,80 (=) ; R 3,55 (=) ; Jeunes bovins U 3,90 (=)
E
4,49 (+0,08)
-
- -
-
-
-
-
-
-
- -
- -
-
SANCOINS 6 septembre
Génisses U - (-) ; R - (-) - Vaches R 3,66 (-) ; 0 - (-)
U+
4,03 (=)
4,24 (=)
- -
-
-
-
-
-
- -
- -
-
FORGES -
Bœufs U 3,84 (=) ; R 3,53 (=) - Génisses U 4,10 (=) ; R 3,70 (=) ; O 3,40 (=) –
U=
4,00 (-0,01)
4,21 (=)
- -
-
-
-
4,73
-
-
- -
- -
-
Vaches U 3,95 (=) ; R 3,64 (+0,03) - Jeunes bovins U 3,83 (=) ; R 3,65 (=)
U-
3,96 (-0,01)
4,09 (=)
- -
-
-
-
4,35 (-0,04)
-
3,99 (-0,03)
4,65 (+0,03)
3,90 (-0,01)
- -
-
LE CATEAU 12 septembre
Vaches U 3,60 (=) ; R 3,40 (=) - Génisses U 3,75 (=) ; R 3,42 (=) -
R+
3,93 (+0,01)
-
- -
-
-
-
4,03 (-0,05)
-
3,88 (-0,03)
-
3,85 (-0,01)
4,06 (-0,06)
-
-
Bœufs R 3,20 (=)
CHOLET 4 septembre
R=
3,75 (-0,05)
-
- -
-
-
-
3,98 (+0,09)
-
3,79 (-0,04)
-
3,79 (-0,04)
-
-
-
Bœufs U - (-) ; R - (-) - Génisses E 5,55 (=) ; U 4,31 (-) ; R 3,71 (-) ;
Vaches E 4,83 (-) ; U 4,15 (-) ; R 3,68 (=) ; O 3,35 (=)
R-
-
-
3,44 (+0,02)
-
-
-
-
-
-
3,63 (-0,03)
-
- -
-
-
Jeunes bovins E 4,12 (=) ; U 3,95 (=) ; R 3,75 (=)
Blondes d’Aquitaine :
O+
-
-
-
-
-
-
-
-
-
- -
- -
3,34 (-0,05)
-
Génisses plus de 350 kg : E 5,15-5,95-5,55 (=) ; U 3,88-5,05-4,31 (-) ;
NON COMMUNIQUES
COURS
R
3,57-4,12-3,71 (-)
O=
-
-
-
3,21 (+0,02)
-
3,43 (+0,03)
-
-
-
- -
- -
3,31 (-0,02)
2,99 (-0,02)
Vaches plus de 350 kg moins de 10 ans : E 4,77-5,02-4,83 (=) ;
U
4,05-4,69-4,42 (=) ; R 3,52-4,00-3,70 (=)
O-
- -
-
3,19 (+0,01)
-
- 3,12 (+0,03)
-
-
- -
- -
- 2,98 (-0,01)
Jeunes bovins : E 4,12-4,55-4,18 (=) ; U 3,95-4,10-4,00 (=)
P+
- -
-
3,17 (+0,03)
-
- 3,11 (+0,02)
-
-
- -
- -
- 2,97 (=)
BROUTARDS MOULIN-ENGILBERT
12 septembre
P=
- -
-
-
-
- 3,08 (+0,02)
-
-
- -
- -
- 2,91 (-0,01)
< 200 kg :
E
-
U
-
R
- ;
- 200-250 kg :
E
-
U
-
R
2,82-3,00 ;
P-
- -
-
-
-
- -
-
-
- -
- -
-
250-300 kg :
E
-
U
2,93-2,94
R
2,75-2,85 ;
Légende : Niveaux d’engraissements retenus pour les jeunes bovins, bœufs, génisses et vaches : conformations E et U : niveaux 2 et 3 ; conformations R, O et P : niveau 3
Vaches limousines : l’insuffisance des effectifs ne permet pas d’effectuer des cotations selon les critères de FranceAgriMer.
L’ensemble des cotations nationales et régionales est disponible sur le site de France Agrimer à www.RNM.franceagrimer.fr
300-350 kg :
E
-
U
2,81-3,02
R
2,62-2,84 ;
350-400 kg :
E
2,86-2,87
U
2,65-2,85
R
2,55-2,70 ;
400-450 kg :
E
-
U
2,65-2,76
R
2,49-2,64 ;
450-500 kg :
E
-
U
2,60-2,66
R
2,40-2,48.
BOVINS MAIGRES
VEAUX DE BOUCHERIE
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Cotation de référence
(e/Kg/vif)
Limousins mâle 6-12 mois (250 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (300 kg)
Limousins mâle 6-12 mois (350 kg)
Limousins femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (300 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (350 kg)
Charolais mâle 6-12 mois (400 kg)
Charolais mâle 12-24 mois (450 kg)
du 4 au 10 septembre
Prix moyen pondéré aux 100 kg net : 534,9 (+6,4)
du 4 au 10 septembre (€/Kg/carcasse)
E 3
U 3
R 3
O 3
BLANC
ROSE TRÈS CLAIR
ROSE CLAIR
ROSE
ROUGE
3,16
2,93
2,60
E
U P
R O
E
U
R
O
P
E
U
R
O
P
E
U
R
O
P
E U
R
O
P
2,98
2,77
2,42
Nord
-
- -
- -
-
7,99
6,59
5,43
3,93
-
6,56
5,91
5,31
3,96
-
4,29
3,72
3,48
2,45
- -
3,35
3,16
2,36
2,82
2,61
2,25
2,74
2,63
2,20
Sud
-
- -
- -
-
8,27
6,33
5,25
-
8,26
7,57
6,08
5,43
4,64
-
6,10
4,97
4,92
4,11
- -
-
4,20
-
2,83
2,45
Cotation nationale
-
- -
- -
8,59
8,19
6,48
5,38
45,06
8,31
7,14
5,97
5,35
4,24
-
5,58
4,32
4,16
3,37
- -
3,74
3,57
3,02
2,70
2,75
LE CATEAU EN CAMBRESIS
MARCHÉ AU CADRAN
2,62
Effectif total : 28
Charolais mâle 12-24 mois (500 kg)
Charolais femelle 6-12 mois (270 kg)
Charolais femelle 12-24 mois (400 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (300 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (350 kg)
Croisés mâle 6-12 mois (400 kg)
Croisés femelle 6-12 mois (270 kg)
Croisés femelle 12-24 mois (400 kg)
2,45
12 septembre
Tendances - observations : cours reconduits.
Cotation des veaux
de plus de 10 jours
13 septembre
2,64
2,45
Croisé Mixte Mixte/Mixte Mixte/Viande
Veaux Engraissement
2,48
Mâles Standard
50
à 60 kg 340-380-350 ;
45
à 50 kg 160-220-200 ;
59 - Avesnes-sur-Helpe - Desvres
2,78
2,50
40
à 45 kg NC
2,85
2,67
2,40
Amenés 162 à Haut Lieu.
Femelles Standard
50
à 60 kg 200-250-225 ;
45
à 50 kg 100-150-120 ;
2,60
2,37
A la pièce
40
à 45 kg 50-150-120.
2,51
2,16
Laitier
2,30
2,05
Veaux race Bleue et Croisés
200-400
Mâles Standard
50
à 60 kg 100-110-100 ;
45
à 50 kg 60-70-75 ;
40
à 45 kg 55-155-50 ;
< 40 kg 10-40-30.
VEAUX DE 8 JOURS A 4 SEMAINES
Gros veaux indemnes IBR
100-120
Femelles Standard
50
à 60 kg 20-40-30 ;
45
à 50 kg 10-20-15 ;
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Très bons veaux non indemnes
100-120
< 40 kg inc.
du 4 au 10 septembre
Croisé Laitier Lait/Lait Lait/Viande Lait/Mixte
Bons
70-90
Moyennes nationales constatées sur le Foirail
Mâles Standard
50
à 60 kg NC ;
45
à 50 kg NC ;
• Mâle type viande : 207 (+8) ; Femelle type viande : 110 (+1)
40
à 45 kg NC ;
Moyens
30-60
• Mâle type lait 40-45 kg : 50 (-4) ; 45-50 kg : 87 (+19) ; 50-60 kg : 113 (+12)
Femelles Standard
• Femelle type lait 40-45 kg : — ; 45-50 kg : — ; 50-60 kg : —
> 60 kg NC ;
< 50 kg NC.
50
à 60 kg NC ;
Petits
inv.
E/Tête
Mâles
Femelles
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
supérieur
>
70 kg
<
60 kg
60-70 kg
PORCS
Charolais
Limousin
Blondd'Aquitaine
Rouge des Prés
452
372
193
302
394
321
153
251
516
454
224
381
459
388
172
304
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
400
320
200
250
350
255
135
185
€/Kg/Carcasse
Classe E
du 1 er au 7 septembre
Classe S
supérieur
<
60 kg
70-80 kg
60-70 kg
supérieur
<
50 kg
60-70 kg
50-60 kg
Bretagne
1,50
1,58
Croisé race à viande
400
200
320
250
350
135
255
185
Centre, Haute et Basse-Normandie, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes
1,52
1,61
Nord, Pas-de-Calais, Picardie, Ile-de-France, Lorraine, Alsace, Champagne, Ardennes
1,51
1,60
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
50-65 kg
45-50 kg
40-45 kg
Mixte Montbéliard
226
181
114
17
Cotations régionales du porc charcutier classe E - Entre parenthèses, évolution par rapport à la semaine précédente.
Mixte Normand
180
113
89
44
Classe E (nouvelle définition) : teneur en viande maigre (TMP) de 55% à moins de 60% (antérieurement : TMP de 55% et plus).
Classe S (introduite comme classe obligatoire par le réglement (UE) n°1308/2013) : teneur en viande maigre (TMP) supérieure ou égale à 60%.
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
45-50 kg
40-45 kg
supérieur
<
40 kg
50-60 kg
40-45 kg
40-45 kg
Croisé mixte
170
347
202
35
299
202
108
COTATIONS RÉGIONALES PORC-DÉCOUPE NORD-PICARDIE
MARCHÉ DU PORC BRETON
Lait
140
10
113
87
50
22 - Plérin
7 septembre
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
du 28 août au 3 septembre
Présentés : 30 066
Prix net de ristourne, départ salle de découpe, hors taxes aux 100 kg.
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
supérieur
>
60 kg
<
50 kg
50-60 kg
1,378 E (-0,002)
Pièces provenant de carcasses de porc dont le pourcentage de muscle oscille entre
Croisé race laitière
346
269
96
189
186
143
70
74
49 et 60 pour cent. Quantités exprimées en tonnes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne pondérée des prix relevés
1,398 E
PORCELETS
Les prix sont en «euro/kg»,
les quantités sont en «tonne»
Prix
Prix
Variations
Prix
1,370 à 1,385 E
Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer
Apport
mini
maxi
moyennes
moyen €
(sauf indications contraires)
1,420 E
Région : Nord - Picardie Note de conjoncture Tendance
-
Coches 219 vendues.
Les quantités sont exprimées en têtes.
Lorsque seul le prix moyen est indiqué, il s’agit de la moyenne des prix qui nous sont communiqués.
Epaule : Ronde, sans gorge,
brute non élaborée poids compris
entre 5,5 et 6,5 kg
- 1,95
2,34
2,09
-0,06
1,088 E (-0,031)
1,085 à 1,090 E
Les prix sont en «€/kg»,
les quantités sont en «la pièce»
(sauf indications contraires)
Prix
Prix
Prix
Var.
Apport
1,086 E (-0,029)
mini €
maxi €
moyen €
moy.€
Jambon : Sans mouille, sans crosse,
1,085 à 1,088 E
- 2,61
2,88
2,64
+0,04
PORCELET 25 KG
Nord-Picardie : le kg
PORCELET POST SEVRAGE
7 kg Nord-Picardie “pièce”
poids 10kg environ
NC
NC
NC
NC
-
11 septembre
Présentés : 9 180
COURS NON COMMUNIQUES
Longe : sans palette, sans travers,
-
NC
NC
NC
-
1,373 E (-0,005)
avec pointe, poids compris entre
9,5 et 10,5 kg
- 2,87
3,33
3,27
+0,11
Cours relevés par le Réseau des Nouvelles des Marchés centre de Lille
1,393 E
La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées
avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions
et communications sont interdites
Poitrine : Brute de coupe avec mouille,
sans plat de côtes d’épaule,
poids compris entre 5,5 et 6,5kg
1,354 à 1,375 E
- 2,47
3,06
2,50
+0,02
1,373 E

15 SEPTEMBRE 2017

Productions animales

OVINS

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

Zone Nord

du 4 au 10 septembre

BREBIS

 

Ciré

Couvert

Couvert

U

2,52

-

2,64

-

30 kg

   

+ 30 kg

2,66

 

O

2,10

1,88

-

AGNEAUX

 

Ciré

Couvert

Couvert

 

16

U

6,82

6,68

19 à

6,73

à 19 kg

   

22 kg

6,49

O

-

6,09

-

Parthenay

 

6 septembre

BREBIS

 

U

0,95

=

plus de

1,15

-0,10

moins de 60 kg

 

60

kg

0,95

-

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

38

à

3,15

-0,14

-

38 kg

R

2,90

-

44 kg

2,90

=

   

-

-

Gras U.R.O

Sancoins

 

6 septembre

brebis de réforme

 

U

0,84

=

plus de

1,21

+0,03

-

60 kg

 

60

kg

-

-

 

O

-

-

-

-

AGNEAUX

 

E

Variation

E

Variation

E

-

-

-

-

 

-38 kg

 

38

à

3,04

-0,16

 

R

2,97

=

44 kg

3,00

-

 

-

-

CHEVAUX

Moyenne hebdomadaire FranceAgriMer

du 4 au 10 septembre

(E/Kg/Carcasse)

Extra

Bon

Animaux jeunes

Laitons légers clair

3,50 (=)

Poulains lourds foncé

3,25 (=)

3,05 (=)

Chevaux d’âges

Races légères < 360 kg

 

Races lourdes > 360 kg

2,50 (=)

* Prix rendu à la frontière italienne. Entre parenthèses, variation par rapport à la semaine précé- dente. Moyenne nationale des prix des carcasses. Origine France entrée abattoir (Hors taxe)

ŒUFS

Rungis

12 septembre

Sont pris en compte les œufs de la produc- tion communautaire de la catégorie «A» en colis de 360, sauf pour le calibre TG (+73 g). Cours hors taxe en Euro/.

Très gros (+73 g) les 100 pièces

8,58 e

Moyens (53-63 g) les 100 pièces

7,24 e

VOLAILLES

Marché de Deinze

 
 

6 septembre

Prix e/100 kg

Evolution

Poulets (belplume y compris)

86

=

Poules blanches

20-22

+4

y compris) 86 = Poules blanches 20-22 +4 Tous les prix sont côtés hors TVA Min

Tous les prix sont côtés hors TVA

Min de rungis

prix HT kg/net

12 septembre

Mini e

Maxi e

Pintades label France

4,70

5,70

Poulets entier France

2,20

2,50

standard prêts à

cuire

Poules France standard

1,90

2,10

Canards entier de Barbarie

3,40

3,90

3 kg et +

> Ces pages de cours et cotations sont une co-pro- duction des journaux de Picardie (l’Agriculteur de l’Aisne, l’Oise Agricole, l’Action Agricole Picarde) ; Champagne-Ardenne (Agri-Ardennes, la Marne Agricole, la Revue Agricole de l’Aube, l’Avenir Agricole et Rural de Haute Marne) ; Centre Ile-de- France (Horizons éditions Eure-et-Loir, Loir-et-Cher, Seine-et-Marne, Ile-de-France) ; et du Nord-Pas-de- Calais (Le Syndicat Agricole).

La grande majorité des informations contenues dans ces pages sont réalisées avec le concours du quotidien «Les Marchés» et l’hebdomadaire «La Dépêche». Toutes reproductions et communications sont interdites

➜

Analyses des marchés des productions animales

VII

COURS ET MARCHES

Analyses des marchésdes marchés des productions animales VII COURS ET MARCHES Beurre : recul de la collecte française

Beurre : recul de la collecte française

Au mois de juin, la collecte lai- tière européenne progressait de 1,6 % par rapport au même mois de 2016, selon Bruxelles. Ce sont 214000 tonnes de lait supplémen- taires qui ont ainsi été produites, en particulier en Pologne, en Italie et en Irlande. Au premier semestre, la collecte reste néanmoins 0,6 % sous son niveau de l’année der- nière. En France, le recul est de 2,8 % pour le premier semestre

et de 1,3 % pour le mois de juin, selon les derniers relevés Fran- ceAgriMer, du fait notamment de conditions météo trop sèches, peu favorables aux fourrages. À noter qu’en juin, la production de la Nouvelle-Zélande a bondi de 21,2 % par rapport à l’an dernier, tandis qu’en Australie, la hausse est estimée à 2,2 % et aux États- Unis à 1,6 %.

Virginie Pinson (Les Marchés)

et aux États- Unis à 1,6 %. Virginie Pinson (Les Marchés) Commentaires FNB de la situation

Commentaires FNB de la situation et des perspectives de marché

Bovins finis ATTENTION : pas de commentaire FNB de la situation et des perspec- tives de marché gros bovins finis cette semaine.

INFORMATION : les éleveurs dénoncent toujours les modalités de formation des prix qui ont pour seul objectif de conserver des niveaux de cotations les plus bas possibles. Ces modalités consistent à déterminer un prix de base (communiqué à FranceAgriMer pour les cotations) puis un complément de prix versé plusieurs semaines après l’abattage (non communiqué à FranceAgriMer). Elles s’appliquent tout particulièrement aux bovins valori- sés «Eleveur & Engagé». Les cotations publiées par FranceAgriMer ne reflètent donc pas la réalité de la valorisation des bovins à l’entrée abattoir.

Bovins maigres (au 11 septembre) Apports soutenus et cours reconduits.

Œufs : le fipronil a mis le feu aux poudres

Le

scandale de la fraude au fipro-

Belgique, dans le même temps, les cours des œufs de code 2 et 3 ont repris entre 28 % et 33 %. En cause, la soudaine baisse de l’offre, les œufs contaminés ayant été détruits et les poules concer- nées sortant du circuit de pro- duction. Pour ces dernières, deux stratégies ont jusqu’à présent été adoptées : l’abattage (en premier lieu pour les lots âgés) ou un ajustement de l’alimentation des poules afin qu’elles perdent leurs

raient, quant à eux, repris plus de 40 % entre fin juillet et début septembre. Dans un contexte de production hexagonale stable, voire en lé- gère baisse pour l’œuf de cage du fait notamment du lancement progressif des projets de passage des élevages vers de l’alternatif, les œufs pondus en France font l’objet de toutes les convoitises. Epargnée par la fraude au fipro- nil, la filière hexagonale peut

de se séparer d’une partie de ses stock - d’œufs comme d’ovopro- duits - pour cause de contamina- tion. Le marché pourrait rester sous tension à court et moyen terme. Un rapide retour de l’offre nord communautaire d’œufs au sol semble peu probable, plusieurs mois paraissant nécessaires aux filières pour retrouver des pro- ductions saines et surtout, rassu- rer leur clientèle. En œuf de cage,

le traditionnel ralentissement de la demande en œufs pour le condi- tionnement - une fois la rentrée passée - pourrait se traduire par de moindres tensions aux achats entre débouchés, mais la concur- rence pourrait rester vive entre in- dustriels, sous l’impulsion de leur demande client pour des œufs français. Excepté si les niveaux tarifaires atteints ne commencent à calmer les ardeurs.

Laure-Anne Lefebvre (Les Marchés)

nil a rebattu les cartes entre les grands acteurs du marché euro- péen de l’œuf. L’origine France profite d’un soudain engouement, que la production hexagonale n’est pas en mesure de satisfaire. Les prix des œufs ont flambé ces dernières semaines partout en Europe. Si une stabilisation semble vouloir commencer à se dessiner chez nos voisins alle-

mands, les niveaux tarifaires at-

teints sont exceptionnels pour la période. En France, l’envolée des

réserves de graisse et puissent voir leur taux de fipronil dimi- nuer suffisamment pour que

rassurer ses acheteurs quant à l’absence de cette molécule dans sa production. De quoi inciter les utilisateurs d’ovoproduits à reve-

 
inciter les utilisateurs d’ovoproduits à reve-   prix a été plus tardive ; il aura fal-
inciter les utilisateurs d’ovoproduits à reve-   prix a été plus tardive ; il aura fal-

prix a été plus tardive ; il aura fal-

lu

attendre la rentrée et le retour

leurs œufs fassent leur retour sur

aux achats des centres de condi-

tionnement pour rejoindre les ni- veaux communautaires. Aux Pays-Bas, la cotation NOP pour les œufs bruns de poules au sol de 57-58 g ont grimpé de 28 % entre les semaines 30 et 36. En Allemagne, le prix moyen des œufs calibres L et M (blancs et bruns) de poules au sol a pour

le

marché.

Net regain d’intérêt

nir s’approvisionner en produits à base d’œufs pondus en France exclusivement ou, du moins à demander d’exclure les marchan-

pour l’origine France

 
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  
pour l’origine France  

A

1,10 /kg début septembre, la

dises des pays les plus durement touchés par cette fraude. Un bas- culement sur l’origine France qui intensifie la traditionnelle reprise de la demande d’après 15 août. A noter que l’intérêt pour les œufs

Tendance nationale officieuse

(TNO) de l’œuf tout venant desti-

 

à l’industrie, réalisée et publiée

par Les Marchés, s’affiche en

hausse de 47 % en six semaines,

sa

juillet. Une forte progression qui

part repris 31 % depuis la fin

et

niveau d’il y a un an. Selon la fi-

dépasse de plus de 65 % son

français est également exacerbé par le fait qu’une partie des utili- sateurs d’ovoproduits comme des industriels de l’œuf a été obligée

a

entraîné l’œuf de poules en

lière, les prix des œufs de poules

cage dans son sillage (+29 %). En

au sol vendus à l’industrie au-