Vous êtes sur la page 1sur 1

Texte intgral de la Dicte des Amriques 2000

Texte de Dany Laferrire

Une journe dans la vie d'un jeune flin

C'est l'un de ces maigrichons souffrant de kwashiorkor qui semblent, quoique


gs de quinze ans, n'en avoir que dix. Les cheveux, soyeux, sont carotte; les
yeux, exorbits; les joues, hves. Il est souvent couvert d'ecchymoses, n'a
plus d'incisives, et vu sa malchance la fois o une fourgonnette bleu et noir l'a
heurt, sa dmarche reste un tantinet claudicante. De pre inconnu, de mre
la sant chancelante, il fait partie de cette bande de jeunes flins qui, trs
tt, cherche la vie dans la jungle de la ville. Ce ne sont, vrai dire, que des
enfants des rues, quelles que soient la fivre et la varit de leurs activits,
mais lui, peut-tre est-il le plus vorace.

Fin de la dicte pour les juniors

Ds potron-minet, tout nergie, prtant main-forte aux marchandes de quatre-


saisons, il dcharge le plus de mulets possible et reoit, pour sa peine, une
pomme cannelle, une papaye, une poigne de goyaves taveles...
l'aroport, ensuite, devant de jolies bougainvilles, lui et les autres arrachent
valises et sacs dos des touristes hbts venus de Cartagena, de Baton
Rouge ou d'ailleurs, et les apportent, contre quelques gourdes, des
chauffeurs de taxi pleins de bonhomie. Puis, toujours en bande, parmi les
tals de vendeuses presque assoupies au soleil de deux heures, ils se font
fort de chaparder, comme si de rien n'tait, sans tmoins ni regret, qui deux
rveille-matin tape--l'il, qui deux christs vert-de-griss : aucunes
reprsailles possibles ne les effraient. Enfin, le soir venu, dans le clair-obscur
des rues, en qute d'une proie facile, les voil qui rdent l'ombre des
lupanars roses du bord de mer.

Mais alors, lui, quelques guets-apens qu'il reste tendre, quelque fumants que
ses acolytes les promettent, il prfre rentrer. Il se couche prs de sa mre,
qui a crach, la veille, du sang noir comme jais. Et voil que plus tard il se
rveille en sursaut, ne l'entendant mme plus toussoter, pour constater sa
mort. Maintenant seul, tout coup, le jeune tigre a peur.