Vous êtes sur la page 1sur 75

Les fondements de

la turbulence
Phénoménologie et modélisation de la
turbulence au sein d’un écoulement de fluide
incompressible

Damien VIOLEAU
Chercheur Expert – EDF R&D

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 1 / 75

Cours sur la turbulence

Objectif du cours
• Présenter et expliquer les phénomènes
• Démontrer les équations fondamentales
• Donner des outils simples d’expertise
• Justifier et éclaircir les modèles numériques

Plan sommaire
• Phénoménologie de la turbulence
• Modèle de Reynolds – Modèle de Boussinesq
• Vision de Kolmogorov et fermeture des équations

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 2 / 75

Première partie :
Phénoménologie de
la turbulence

O. Reynolds

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 3 / 75

variété… DS 19 (ONERA) Vague déferlante Fumée (nuit à la santé) Tornade ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 4 / 75 .Contexte (1) Complexité.

Contexte (2) … et beauté des écoulements ! Volcan Avion militaire Sang dans l’aorte (CERFACS) … D’où vient une Atmosphère Surface libre telle complexité ? de Jupiter torrentielle ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 5 / 75 .

i  i u j    ui        t x j  xi  z  air  z  eau   Convection Diffusion • Le terme visqueux… diffuse la quantité de mouvement dissipe l’énergie 1  ui u j  • Le taux de dissipation est e  s  2sij sij où sij     2 2  x j xi  • Le rapport convection / diffusion est donné par le nombre de Reynolds UD Convection Re    ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau Diffusion 6 / 75 .Rappel des équations (1) Equations de Navier-Stokes Dans le cas d’un écoulement incompressible : ui z 0 u bord  U paroi xi u u 1 p  u   u  i.

v. w et p.Rappel des équations (2) Sous forme développée u v w   0 x y z u u u u 1 p   2u  2u  2u   u v w   2  2  2  t x y z  x  x y z  v v v v 1 p   2 v  2 v  2 v   u v w   2  2  2  t x y z  y  x y z  w w w w 1 p   2 w  2 w  2 w   u v w   2  2  2  t x y z  z  x y z  … soit 4 équations pour 4 inconnues : u. z et du temps t. ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 7 / 75 . dépendant toutes de l’espace x. y.

ce qui donne lieu à des solutions très complexes. souvent turbulentes : Laminaire Turbulent • Pourquoi cette distinction (comment et pourquoi apparaît la turbulence) ? • Comment traiter des solutions géométriquement si complexes ? • Quels sont les phénomènes mis en jeu ? ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 8 / 75 . parfois laminaires.Le problème de la turbulence Enoncé du problème Les équations de Navier-Stokes sont non linéaires.

Osborne Reynolds réalise l’expérience suivante : Jet coloré O. Reynolds ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 9 / 75 .L’expérience de Reynolds (1) Jet permanent dans un fluide au repos En 1883.

l’écoulement adopte des comportements radicalement différents. ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 10 / 75 . Laminaire D Re < Rec.1 U Re croissant Transitoire Turbulent Re > Rec.2 Il paraît logique qu’un écoulement plus visqueux soit plus stable.L’expérience de Reynolds (2) Résumé Suivant la valeur du nombre de Reynolds Re = UD / .

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 11 / 75 .1.1 est atteinte. une instabilité naît : • Première rupture de la symétrie spatiale • Ecoulement non permanent • Maintien d’une régularité géométrique Pour l’expérience de Reynolds.Régime périodique (instabilité) Naissance d’une instabilité Tant que Re < Rec. Rec.1  2100. l’écoulement demeure laminaire. Lorsque la valeur critique Rec.

la turbulence naît : • Rupture complète de la symétrie spatiale (localement) • Naissance d’une grande complexité structurelle (tourbillons) • Apparition d’un nouvel ordre global (à grande échelle) Pour l’expérience de Reynolds.2  3000. ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 12 / 75 .Régime chaotique (turbulence) Apparition de la complexité Lorsque Re atteint un second seuil critique Rec. Rec.2.

Systèmes dynamiques Notion d’espace des phases Un système dynamique caractérisé par n paramètres physiques indépendants peut être décrit par un point d’un espace à n dimensions. Cas d’un pendule (n = 2) Pendule  Pendule avec  Pendule  simple frottement entretenu          « attracteur » « attracteur » ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 13 / 75 .

transitoires • Les trajectoires convergent vers un cycle limite (attracteur de dimension 1) • L’apport d’énergie permet l’existence d’un attracteur non réduit à un point • La dissipation d’énergie induit un oubli des conditions initiales (irréversibilité) Attracteur (cycle limite) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 14 / 75 .Notion d’attracteur Portrait des phases Dans l’espace des phases : • Un point représente l’état du système à un instant donné • Une courbe (trajectoire des phases) représente l’évolution du système au cours du temps ? • Deux trajectoires peuvent se rapprocher asympto- -tiquement mais jamais se croiser (déterminisme) Cas de l’oscillateur de Van der Pol Trajectoires Il s’agit d’un oscillateur entretenu et dissipatif.

il y conservation des volumes dans l’espace des phases (théorème de Liouville) • Un terme dissipatif tend au contraire à y réduire les volumes au cours du temps (irréversibilité)   F   F2 F3 conservatif conservatif dissipatif dissipatif  Conséquence : la dimension de l’attracteur est strictement inférieure à celle de l’espace des phases ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 15 / 75 .Réduction des volumes Théorème de Liouville Les fondements mathématiques de la mécanique Hamiltonienne permettent de montrer que : • Sans dissipation d’énergie.

imprédictibilité) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 16 / 75 . avec : • diffusion de l’information • dissipation de l’énergie : augmentation de l’entropie + irréversibilité  chaos (désordre.Sensibilité aux conditions initiales Cas d’un faisceau de boules sur des billards Billard classique Billard avec obstacle circulaire Linéaire Non linéaire Conclusions Les non-linéarités induisent une sensibilité aux conditions initiales.

I. responsable d’une dissipation d’énergie (apparition du désordre)  Oubli des C. peuvent-ils vraiment coexister ? Elément de réponse : il faut pour cela un régime chaotique.Notion de chaos Premier paradoxe En conclusion de ce qui précède : • La dissipation d’énergie induit un oubli des conditions initiales • Un terme non linéaire induit une sensibilité aux conditions initiales.  A quoi ressemble ce genre d’attracteur ? Quelles sont ses propriétés géométriques ?  Combien de degrés de libertés caractérisent un système chaotique ? ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 17 / 75 .I. c’est-à-dire Oubli Sensibilité extrêmement désordonné. muni d’un attracteur très complexe. et sensibilité aux C.

requiert un attracteur de dimension supérieure à 2 ! ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 18 / 75 . Poincaré • on déplie le tore sur un plan • par périodicité. Takens ont montré que 3 paramètres suffisent à faire naître un régime chaotique  l’attracteur doit être de dimension < 3 Attracteurs de dimension 2 Cas d’un attracteur torique : H. deux trajectoires des phases divergentes finissent par se couper La sensibilité aux C.I.Dimension d’un attracteur « Period three implies chaos » (1978) D. Ruelle et F.

Les objets fractals Définition et propriétés Dans les années 60-70. chimistes. physiciens. ont mis en évidence l’existence d’objets dont la dimension géométrique n’est pas un entier : les objets fractals. Ces objets présentent : • Une auto-similarité (invariance d’échelle) • Une grande complexité 1<d<2 1<d<2 ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 19 / 75 . etc. des mathématiciens. biologistes.

26 ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 20 / 75 .Dimension de Hausdorff-Besicovitch Division d’un objet en sous-ensembles Cas d’un n-cube : Cas du flocon de Von Koch : N  2  21 N  4  22 N  8  23 … Conclusion : la dimension d vérifie 4  3d N  kd  d  log k N  d  log 3 4  1.

peuvent coexister : • oubli des conditions initiales (hors de l’attracteur) • sensibilité aux conditions initiales (sur l’attracteur) Cela résulte d’un équilibre énergétique entre : • dissipation (irréversibilité) • production (mouvement entretenu) La structure est feuilletée (autosimilarité) grâce à un étirement-repli (mélange) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 21 / 75 .Attracteurs étranges Exemple : l’attracteur de Lorentz L’attracteur d’un système chaotique est T donc fractal (dimension non entière : 2 < d < 3) Le premier fut obtenu en 1961 par E. Lorentz p à l’aide d’un modèle météo très simplifié Structure d’un attracteur étrange u Avec un tel attracteur.

ces champs obéissent à une équation de continuité : 1 d~  x ~  div x  i  0 (réduction des volumes)  dt xi ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 22 / 75 . x • On peut aussi définir la densité de probabilité x1 d’être en un point. jouant le rôle d’une « masse volumique » ~ Forme mathématique du théorème de Liouville La probabilité totale étant conservée (égale à 1). les paramètres du système évoluent au gré des lois de la mécanique : xi  Fi x j  ou x  F  x  x2 • On peut ainsi définir un « champ de vitesses » abstrait x formellement analogue à un milieu .Evolution dans l’espace des phases Notion de « flot » x3 Dans l’espace des phases.

Exposants de Lyapounov
Evolution locale du système 3< 0
x0
Localement, autour du point x0 :
e3
x  F  x 0   grad F  x 0    x  x 0  A  diag i 
  
x A 
1> 0
0

  A    exp At    0   i   0 ,i e it
e2 e1

xi
tr A  1   2   3  0   3   2  0  1   3
xi
Lien avec la dimension fractale
S 0

S t   S 0 e     t  S 0 
1 3
S t      t e3
 N   e 1
1 3

s 0  S 0e2 t  S 0
3
 s0

x30
1 e S(t) s 0
k  e 1 t 3
d  1  log k N  2  1
x3 t  3
ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 23 / 75

Transformée de Fourier
Passage à l’espace fréquentiel
 

fˆ   f t e it dt
f(t) = cos 0t

 
cos0t e it dt    0 

f(t) = cos 0t + cos 1t
J. Fourier

Evolution
dynamique
t t t
f() f() f()

Transformée
de Fourier
0  0 1 

Attracteur

Régime périodique bipériodique quasi-périodique chaotique
(d = 1) (d = 1) (d = 2) (2 < d < 3)
ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 24 / 75

Résumé des différents régimes
Rec,1  2100 Rec,2  3000 Re  instabilit
stabilité
é

Laminaire Périodique Turbulent
• stabilité (dissipation) • instabilité • sensibilité aux C.I. - diffusion
• régularité (linéarité) (non linéarité) • complexité géométrique
• rupture de symétrie • équilibre production - dissipation

attracteur ponctuel attracteur courbe ou attracteur fractal
(d = 0) torique (d = 1 ou 2) (2 < d < 3)

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 25 / 75

Phénoménologie de la turbulence (1) Visualisation des phénomènes présentés Un écoulement turbulent permet de visualiser clairement : … la sensibilité aux conditions initiales la dissipation (irréversibilité) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 26 / 75 .

Phénoménologie de la turbulence (2) … la diffusion (mélange) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 27 / 75 .

6 mm  1 km ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 28 / 75 .Phénoménologie de la turbulence (3) … l’auto-similarité (structure fractale) 2.

Phénoménologie de la turbulence (4) … le « feuilletage » (étirement-repli) Conclusions • Les écoulements turbulents montrent tous les symptômes déjà vus • On retrouve dans l’espace physique les symptômes de l’espace des phases • Ils sont dus à la non linéarité et à un équilibre production-dissipation ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 29 / 75 .

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 30 / 75 . ou DNS). la DNS est seulement une méthode d’investigation numérique. • Nécessité d’un maillage très raffiné • Pas de temps très petit • Infaisable pour des valeurs élevées de Re Par conséquent.La simulation directe (DNS) Une solution « dure » et marginale Une première solution consiste à simuler tous les tourbillons turbulents : c’est la simulation directe (Direct Numerical Simulation.

irréversibilité) Difficultés de modélisation Le modélisateur est confronté à deux difficultés : • Complexité structurelle (tourbillons  tridimensionnels)  • Sensibilité aux conditions initiales (non-  rendent la DNS illusoire…  reproductibilité d’une expérience ou  d’une simulation numérique) Nous allons mettre à profit la seconde difficulté pour résoudre la première ! ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 31 / 75 . étirement-repli) • Dissipation (frottement.Conclusion de la 1ère partie Caractéristiques de la turbulence Un écoulement turbulent est essentiellement caractérisé par : • Diffusion (mélange.

Deuxième partie : Les équations de Reynolds J. Boussinesq ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 32 / 75 .

z0 moyenne statistique T ut t ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 33 / 75 . y0.Répartition spatiale et temporelle Aspect général du champ de vitesses Un champ de vitesse turbulent présente : • Une forte variabilité spatiale : tourbillons (ou structures) de taille  Lt • Une variabilité temporelle : fluctuations d’échelles de temps  T Lt • Une « moyenne » lisse et peu variable  Il paraît donc judicieux de procéder à une x0.

N fois N u u u 1 2 … On définit la moyenne au sens de Reynolds par : N  1 u i u … insensible aux conditions initiales.Moyennes de Reynolds (1) Réalisation de N expériences « presque identiques » … etc. N i 1 Pour une réalisation particulière de l’expérience : u = u + u' vitesse vitesse moyenne fluctuante ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 34 / 75 .

parfois 2D. bien que le champ réel ne le soit jamais Vitesse réelle Remarques importantes On prendra garde : • A se souvenir de la signification physique des champ moyens • A ne pas confondre les structures cohérentes (recirculations du champ Vitesse moyenne moyen. stables) avec des tourbillons turbulents ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 35 / 75 .Moyennes de Reynolds (2) Effet du procédé Le champ de vitesses moyenné est : • Lisse (régulier dans le temps et l’espace) • Insensible aux conditions initiales (reproductible) • Parfois constant.

• d’écoulement homogène lorsque toutes les grandeurs moyennes sont constantes dans l’espace. elles se ramènent… • à des moyennes spatiales lorsque l’écoulement est homogène… Tmoyen • à des moyennes dans le temps lorsque l’écoulement est permanent T (ou peu variable : Tmoyen >> T ) Conditions aux parois : u bord  U paroi u bord  0 ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 36 / 75 . On parlera : • d’écoulement permanent lorsque toutes les grandeurs moyennes sont constantes dans le temps . Cependant. mais statistiques.Moyennes de Reynolds (3) Remarques importantes (suite) Un champ réel est toujours variable en espace et en temps. Les moyennes de Reynolds ne sont pas des moyennes spatiales ou temporelles.

etc.Moyennes de Reynolds (4) Généralisation : grandeurs moyennes et fluctuantes u  u  u' p  p  p' f  f  f' Les grandeurs moyennes n’obéissent plus aux équations de Navier-Stokes (le principe ne superposition ne fonctionne pas ici !) Propriétés de l’opérateur moyenne f   g   f   g . f  f fg  f g df f df f'0    grad f  u  dt t dt  fg fg ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 37 / 75 .  t t xi xi   L’opérateur moyenne de Reynolds est linéaire et commute avec les opérateurs différentiels linéaires.   ctes   f  f f  f  linéarité    div f  div f .

Equations de Reynolds (1) Equation de continuité u i div u  0  div u  0  div u  0 ou 0 xi (une équation linéaire n’est pas affectée par l’opérateur moyenne) Equation de quantité de mouvement Seul le terme de convection (non-linéaire) sera modifié : ui ui u j  u i  ui u j  uj  u i uiu j uj    .  uj    u i  t x j  xi x j u 1 ou  gradu  u   grad p  u  div R avec Rij  uiu j t  ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 38 / 75 ..  uj  x j x j x j x j x j u i u i 1p Rij i..

Equations de Reynolds (2) Equation de continuité u  v  w   0 x y z Equations de quantité de mouvement u u u u 1p u 2 uv uw  u v w   u    t x y z  x x y z v v v v 1p uv  v2  vw  u v w   v    t x y z  y x y z w w w w 1p uw  vw  w2  u v w   w    t x y z  z x y z … 6 nouvelles inconnues sont apparues (les Rij : termes d’ordre 2) Le modèle n’est plus fermé ! ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 39 / 75 .

. Nous avons donc une hiérarchie infinie d’équations !  Il est donc nécessaire de faire une hypothèse pour fermer le modèle. Equation de transport des contraintes de Reynolds Elle s’obtient par le procédé suivant : • < Navier-Stokes >  < Reynolds >  équation sur ui • Multiplier par u j • Appliquer l’opérateur moyenne Rij Rij i.Contraintes de Reynolds Les quantités Rij sont appelées contraintes (ou tensions) de Reynolds. t xk Nécessité d’une hypothèse de fermeture D’une manière générale... nous constatons que l’équation des moments d’ordre n) fait apparaître des moments d’ordre n + 1 (non-linéarité)..   termes d' ordre 3   . ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 40 / 75 . j  u k  .

Retour (provisoire) aux équations de Cauchy ui ui 1  ij u i u i 1  i.  uj  ij  Rij  t x j  x j t x j  x j loi de comportement « pression » Rxx ui ui 1 p z i.  uj    ui t x j  x j x Il s’agirait donc de trouver une « loi de y comportement » pour les Rij … « frottement » Rxy ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 41 / 75 .  uj  i.Fermeture à l’ordre 1 Principe Il s’agit de relier directement les moments d’ordre 2 (les Rij) aux moments d’ordre 1 (les u i).

1 p 2  ij   ij  2sij Rij  kij  2T S ij   3 1  ui u j  1  u i u j  sij     Sij      s ij 2  x j xi  2  x j xi  V. un modèle visqueux semble donc approprié. J.Modèle de Boussinesq Idée maîtresse Les fluctuations se manifestent par une diffusion et une dissipation. Si elles sont isotropes. Boussinesq Stokes (1845) Boussinesq (1880) Nouvelles définitions On définit deux nouvelles variables : tr R  uiui  2k • La viscosité turbulente T (m2s1) 1 1 2 • L’énergie cinétique turbulente k (m2s2) k  uiui  u 2 2 ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 42 / 75 .

La viscosité turbulente Propriétés La viscosité turbulente rend compte de l’aspect diffusif et dissipatif Des structures tourbillonnaires (écoulement fluctuant). sa valeur exacte n’a pas d’importance.  Lorsque Re = UD /  est suffisamment grand. mais de l’écoulement • T dépend intuitivement de l’intensité fluctuante (donc de k) Corollaire T >>  signifie que la valeur exacte de  n’a pas d’importance. • T >>  (le mélange turbulent est généralement très efficace) • T est variable en espace et en temps • T n’est pas une propriété du fluide. • La diffusion moléculaire est masquée par la diffusion turbulente • Toute quantité ne dépendant que de Re tend vers une constante lorsque Re tend vers l’infini ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 43 / 75 .

 uj    u i    T    T  t x j  xi   3 xi x j  x j  x j  xi  Approximations fréquentes : 2 • On introduit souvent une « nouvelle pression » : p  p  k  p • Le dernier terme est souvent négligeable : 3   u i    u j   T    T  u x j  x j  x j  xi  u i u i 1p   u i  Finalement : i. Retour à l’équation du mouvement Boussinesq dans Reynolds u i u i 1p 2 k   u i    u j  i.  uj       T   t x j  xi x j  x j  u  gradu  u   grad p  div   T gradu  1 ou t  ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 44 / 75 .

• Nous sommes donc en présence d’une famille de modèles • Il est nécessaire de pousser plus avant nos réflexions Remarque sur l’existence des moyennes de Reynolds 1 N i La convergence de la série u  N i 1  u quand N   pose problème. Le modèle de viscosité turbulente permet de lever cette indétermination : L’instabilité de vitesse (réelle) survient lorsque Re > Rec. car nous n’avons pas encore de moyen de calculer la viscosité turbulente.1  2100 Or.Conclusions de la 2ème partie Où en sommes-nous ? Nous avons à présent un système presque fermé. dans les équations de Reynolds (muni du modèle de Boussinesq) : Convection gradu  u UD    100  stabilité de u Diffusion div   T gradu   T ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 45 / 75 .

Troisième partie : La vision de Kolmogorov A. Kolmogorov ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 46 / 75 .

Equation de transport de l’énergie cinétique On l’obtient en prenant la trace de l’équation de transport des Rij : k k   1 1   u j   Rij Sij    u u u   u  p    u s     s 2 t x j x j    i i j j i ij 2    ordre 3 1  ui uj  avec sij      sij  Sij 2  x j xi   Cette équation nécessite à nouveau une hypothèse de fermeture.L’énergie cinétique turbulente (1) 1 Signification de k  uiui 2 C’est l’énergie cinétique recelée par les tourbillons (par unité de masse). ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 47 / 75 . Elle constitue une mesure de l’intensité tourbillonnaire.

L’énergie cinétique turbulente (2) Détails sur l’équation de transport de k k k   1 1   u j   Rij Sij           ui ui u j  u j p  2ui sij    s 2 t x j x j  2    P Q kj  Dk  P  div Q   k c’est-à-dire : dt Le terme central n’apporte aucune contribution   au bilan total d’énergie : k div Q d  Q  n d  0 k n Q k   C’est donc un terme de diffusion : Qk est le flux de k En revanche :  • P est un terme source (production d’énergie)  •  est un terme puits (dissipation d’énergie) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 48 / 75 .

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 49 / 75 .Production d’énergie Production P P   Rij Sij  2   P  2 T S ij S ij Rij  kij  2T S ij  3  T S 2  0 • Il s’agit d’un apport d’énergie (terme source) • Cet apport est dû aux gradients de vitesse moyenne • Un bilan d’énergie cinétique moyenne ferait apparaître le même terme avec un signe opposé : D  ui ui     diffusion  P dt  2   Il s’agit donc d’une énergie prélevée au champ moyen par le champ fluctuant.

Dissipation d’énergie Dissipation     s 2  e  2S ij  sij S ij  sij   2S ij Sij  sij sij  ui ui  2 sij sij   sij sij  S ij S ij x j x j • Il s’agit d’une perte d’énergie (terme puits) • Cette perte est due à la viscosité • Le bilan d’énergie cinétique réelle fait apparaître le même terme avec le même signe (non moyenné) : d  u i ui     diffusion  e dt  2   Ce sont donc les tourbillons qui dissipent l’énergie cinétique ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 50 / 75 .

Equilibre production-dissipation Cas d’une turbulence homogène et permanente Dk  P  div Q    P   k dt L • Il y a équilibre production-dissipation • La viscosité permet aux tourbillons de dissiper l’énergie prélevée au champ moyen : Convection Diffusion dominante dominante ui  U Ecoulement moyen Production Tourbillons Dissipation Chaleur ui  u  P grâce à S ij grâce à  xi  L  2 sij sij u / L   2 1 Cependant :   2    0 … paradoxe ! P  uiuj S ij u U / L UL Re ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 51 / 75 .

Cascade de Kolmogorov (1) Cas d’un champ de vitesse sinusoïdal 1D Effet du terme de convection : 2x u 2U 2x 2x U 2 4x u  U sin  u cos  U sin  sin  x      Les « longueurs d’onde »  sont transformées en « longueurs d’onde »  / 2 (dédoublement fréquentiel) : Cas général • Le terme de convection disloque les structures tourbillonnaires en structures plus petites • Les structures « mères » cèdent une partie de leur énergie aux structures « filles »  Il y a une cascade d’énergie des grands tourbillons vers les petits. ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 52 / 75 .

Cascade de Kolmogorov (2) convection. toutes les échelles coexistent en un même point (spectre continu) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 53 / 75 . cascade • La cascade est bien due au terme de convection (transport) • Lorsque la turbulence est développée. transport d’énergie.

And so on to viscosity. la diffusion homogénéise And little whorls have lesser whorls le champ de vitesse et dissipe l’énergie. de Kolmogorov). Pour un tourbillon de « taille » . on peut construire un nombre de Reynolds « local » :  Convection  u     Re   1  Diffusion    La taille 0 des plus petits tourbillons et leur vitesse caractéristique u0 sont donc reliées par :  Re  1   0  0 u0 Pour des échelles inférieures à 0 (échelle Big whorls have little whorls That feed on their velocity. Richardson ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 54 / 75 . La dislocation est stoppée.Cascade de Kolmogorov (3) Arrêt de la cascade Le phénomène de dislocation perdure jusqu’à l’échelle à laquelle le terme visqueux prend le dessus sur la convection. Lewis F.

Cascade de Kolmogorov (4) Grands et petits tourbillons Les tourbillons sont répartis entre : • les grands tourbillons. couvrant un spectre continu (on retrouve l’auto-similarité) : Convection Diffusion dominante dominante Ecoulement Grands Petits tourbillons Chaleur moyen tourbillons Production Dissipation P  grâce à S ij grâce à  Cascade d’énergie grâce à la convection (flux P  ) ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 55 / 75 . qui sont le siège de la dissipation  par la viscosité  • … sur une gamme de tailles intermédiaires entre 0 et Lt. de taille 0 (généralement très petite) et de vitesse u0. de taille Lt (échelle intégrale. proche des dimensions de l’écoulement) et de vitesse ut. qui sont le siège de la production P • les petits tourbillons.

ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 56 / 75 . bien que ceux-ci soient faibles.Deux visions complémentaires Récriture de l’équilibre production-dissipation  s 2    P  T S 2 Point de vue Point de vue « vitesses réelles » « vitesses moyennes » s 2  S 2    T dissipation réelle   s2 dissipation modélisée P  T S 2 La notion de viscosité turbulente permet de reporter la dissipation sur les gradients de vitesse moyenne.

t e i K  x dx R3 2   R 3 i 3 ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 57 / 75 . t   uˆi K . t   uˆi  K . t e i K  x dK uˆi K . un tourbillon est K caractérisé par un vecteur K :  • On peut alors décomposer le signal uˆi K .Décomposition spectrale Principe • La notion de « tourbillon » est ambiguë et inexacte. et inversement. t  * fluctuant en série de Fourier :   1 ui x. t   u   x . Il faut concevoir un écoulement turbulent comme la superposition de différents modes. • Une structure de « taille »  peut être associée à un mode de vibration de nombre d’onde K : 2 K  A de grandes valeurs de K correspondent de petits tourbillons. • Plus précisément.

Spectres d’énergie et de dissipation Spectres pour une turbulence homogène   1 i  K  K '  x uiui  uˆi K uˆi K 'e i  K  K '  x d Kd K ' e d x   K  K '  R 3 R 3 V    1 k uˆi K uˆi K 'e i  K  K '  x d K d K ' d x 2V  R R 3 3   1 1  uˆi K uˆi K d K  uˆi K  d K 2 2V R 3 2V R 3 ui x j   i K j uˆi K e i K  x d K R 3 ui ui   x j x j  V  R R   3 3 K j K j uˆi K uˆi K 'e i  K  K '  x d K d K ' d x     K j K j uˆi K uˆi K d K   K 2 uˆi K  d K KK 2 V R 3 V R 3 ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 58 / 75 .

nous voyons que la dissipation ne peut prendre des valeurs élevées que si K est grand (petits tourbillons). ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 59 / 75 . lié à E par D K   2K 2 E  K   En raison de la petitesse de .Spectres scalaires Développement de k et  selon K Pour une turbulence isotrope (pas de direction privilégiée pour les tourbillons). en intégrant sur toutes les directions possibles de K :   k  E  K dK 0  KK K    D K dK 0 • E(K) et D(K) dépendent des ûi • E(K) est le spectre d’énergie : E(K)dK est l’énergie contenue par les tourbillons de nombre d’onde compris entre K et K + dK • D(K) est le spectre de dissipation.

car D K   2K E K  2 • E et D possèdent chacun un maximum (un seul. K0  Grands Petits Lt 0 tourbillons tourbillons ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 60 / 75 .Propriétés des spectres Allures des spectres E et D • E(K) et D(K) valent 0 en K = 0 (pas de tourbillons de taille infinie !) • E(K) et D(K) tendent vers 0 quand K   (intégrales convergentes) • E(K) tend plus rapidement vers 0 que D(K). expérimentalement) • Le maximum de E apparaît avant celui de D. car : E(K) dD dE  2K  2 E  K  D(K)  dK  dK  dD dE   0 quand 0 dK dK K 0 2 2 Kt K0 On pose K t  .

Kolmogorov • Tous les tourbillons dépendent de  ( P). N. Kolmogorov a proposé en 1938 les hypothèses suivantes : • les grands tourbillons sont essentiellement porteurs de l’énergie cinétique k. issues de l’intuition. qui représente le flux d’énergie des grands tourbillons vers les petits Avantages et conséquences • Les hypothèses de Kolmogorov. et ne dépendent pas de k A.Analyse de Kolmogorov (1) Hypothèses de Kolmogorov Conformément à ce qui précède. sont très bien vérifiées par l’expérience • Elles permettent de déterminer les grandeurs caractéristiques des grands et petits tourbillons grâce à l’analyse dimensionnelle ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 61 / 75 . A. et ne dépendent pas de  • les petits tourbillons sont le siège essentiel de la dissipation. N.

..Analyse de Kolmogorov (2) Rappel : théorème de Vaschy-Buckingham Si un phénomène est décrit par n variables comptant p unités. si n  p = 1. Et celui-ci est constant (déterminé par l’expérience). p = 2  3 / 4  Cte  0   /  3 1/ 4    ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 62 / 75 .   (deuxième hypothèse de Kolmogorov)  0 1 / 4 n = 3. . • Il existe une fonction reliant ces nombres : f 1 . Application : estimation de l’échelle de Kolmogorov Ce théorème permet de déterminer. 0 :  0  f k .. alors : • On peut former n  p nombres adimensionnels i indépendants . P.. . il existe un seul nombre adimensionnel. par exemple.  n  p   0 En particulier.    f k .    P     f .

Echelles spatio-temporelles Echelles turbulentes La méthode précédente permet de déterminer… • les échelles des grands tourbillons : k 3/ 2 Lt k Lt  ut  k 1/ 2 T   ut  • les échelles des petits tourbillons :   0    3 1/ 4 1/ 2 0    u0    0    1/ 4  u0    Explication du « paradoxe »  2 sij sij u0 /  0  ut 2 L’échelle de vitesse des grands 1   2  P  uiu j Sij ut U / Lt U tourbillons est « proche » de celle de l’écoulement moyen. ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 63 / 75 .

K   f . la gamme inertielle Kt = 2/Lt K0 = 2/0 s’allonge pour transférer l’énergie jusqu’à l’échelle où elle sera dissipée. K  E(K)  cK  K 2/3 5 / 3 Gamme cK (constante de Kolmogorov)  1. .Spectre de Kolmogorov Gamme inertielle L’étendue de la « gamme » des structures turbulentes est donnée par : 3/ 4 Lt  ut Lt     Rt 3 / 4 (nombre de Reynolds turbulent) 0    Rt est une fonction croissante de Re.5 inertielle Quand Re croît. . Grands Petits existe une gamme où les tourbillons tourbillons tourbillons ne font que transmettre l’énergie : E  K   f k . K ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 64 / 75 . Quand Re est suffisamment grand.

. Prandtl  Problème : comment estimer Lm.Longueur de mélange Estimation grossière de la viscosité turbulente • T dépend des grands tourbillons (diffusion turbulente) :  T  f k .   k2   T  C C  0. 1925) Hypothèse : il existe une longueur locale Lm  Lt telle que :  T  L2m S L. qui dépend des xi et de t ? ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 65 / 75 . Prandtl.09  f k .    • Autrement dit  T  k Lt  ut Lt (vitesse  distance) 1/ 2 ut Lt  T • Un autre point de vue : T ne dépend pas de  car Rt     • Equilibre production-dissipation :   P   T S 2  Conclusion :  T  Lt S 2 Modèle de longueur de mélange (L.

Diffusion turbulente d’un traceur (1) Equation moyennée d’un traceur C • Rappel : équation des vraies grandeurs u et C C C   C   ui   K C   SC t xi xi  xi  • Moyenne de Reynolds : C  C  C  C C   C  uiC   ui   K C    SC t xi xi  xi  xi ou DC dt  div K C grad C  Q C .T   S C avec QiC .T  uiC    flux turbulent C flux moléculaire   q  C  Q : flux total de C ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 66 / 75 .

T    S C t xi xi  xi  • KC.T xi xi Diffusion modéculaire Diffusion turbulente C C   C  Finalement :  ui   K C  K C .T C .T  T où C est le nombre de Schmidt ( 1) C ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 67 / 75 .T T (diffusion exercée par les tourbillons)  K C .Diffusion turbulente d’un traceur (2) Fermeture pour le flux turbulent Par analogie avec le modèle de Boussinesq : 1 p 2 ij   ij  2sij Rij  kij  2T S ij   3 C C qiC   K C Qi   K C .T (m2s1) est le coefficient de diffusion turbulente • On a certainement KC.

0 2 t x j x j   k  x j  Estimation de T et  On utilise le modèle de longueur de mélange :  k 3/ 2  T  L2m S k 2   C 3/ 4    T3  L4m   T  C   Lm   P  T S 2    C 1 / 4 k 1 / 2 L  T  m ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 68 / 75 . Prandtl.Modèle k–Lm Retour à l’équation sur k (L. 1945) k k Q k  uj  P  j   P  T S 2 t x j x j   Convection Production Diffusion Dissipation C’est finalement l’équation d’un traceur ! Le modèle précédent pour la diffusion turbulente donne : k k   T  k   u j  T S        k  1.

Comparaison entre modèles (1) Li & Raichlen. 2003 T = cst Lm k–Lm ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 69 / 75 .

Comparaison entre modèles (2) T = cst Lm k–Lm ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 70 / 75 .

Comparaison entre modèles (3) T = cst Lm k–Lm ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 71 / 75 .

3 C 2  1.0 C1  1.44 C  0. 1974)  k  1.09  Plus besoin de Lm  Modèle précis. sur k et  ? ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 72 / 75 . pour mieux estimer . non permanent    1.Modèle k  Equation de  Il s’agit. d’écrire une équation semblable : k k    t  k   uj       P   P  T S 2 t x j x j   k  x j       t     k2  uj        C1 P  C 2    T  C t x j x j     x j  k  Constantes du modèle On utilise fréquemment le jeu de constantes suivant : (Launder & Spalding.92  C.L.

Panorama des modèles existants Efficacité LES DNS rapidement Rij– transitoire complexe k––Cas EARSM transitoire PDF complexe transitoire k– presque k–Lm cisaillé permanent Lm cisaillé T constant 0 équation 1 ou 2 équations plus de 2 équations Complexité ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 73 / 75 .

etc.Conclusion de la 3ème partie Bilan des connaissances La structure de la turbulence est éclaircie : • Les gradients de vitesse moyenne produisent des grands tourbillons en leur cédant de l’énergie • Le terme de convection disloque les tourbillons en une suite de structures de plus en plus petites (cascade d’énergie) • La viscosité cinématique arrête ce processus à l’échelle des petits tourbillons • Entre grands et petits tourbillons. modèle k. modèle en k. ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 74 / 75 . existe une gamme continue de structures présentant une invariance d’échelle ( modèles réduits !) • Les grands tourbillons exercent une diffusion turbulente • L’effet dissipatif des petits tourbillons est repris (artificiellement) à l’échelle de l’écoulement moyen par le modèle de viscosité turbulente • Plusieurs modèles existent pour estimer cette viscosité : longueur de mélange.

Merci de votre attention. ENPC – Phénoménologie de la turbulence – Damien Violeau 75 / 75 .