Vous êtes sur la page 1sur 142

eo111cuon

du11i1

"''C AROLE MI NKER

DOCTEUR

EN

PHARMACIE

CITRON

ET AUTRES AGRUMES

Un concentré

d'astuces

pour

votre mai son, votr e sant é, votre beauté

Grou p e Eyro ll es

61, b d Sa int·Germa in

  • 75240 P a ris Cedex OS

www. edit ions·eyro ll es .com

Dan s la m ê me coll ection :

  • N. Pal a n g ié, Bicarbonate

    • S. Chapin , Vinaigre

O r L Lévy·D utel et F. Sabas, Alimentsminœur

  • C. M in ker, Myrtille et au tres fruits rouges

Co ll ection d iri gée par Caro le M inker Docteur en Ph a rm ac ie et en P harm acogn os ie

DANGER

Le code de la propriété i1n ellectuelle du ,

...

juillet 1992 i1n erdit e 1l erra

expressé 1ne 1n la photocopie à usage collectir sa1lS autoris.atio 1l de s aya1ns d ro it. Or, cette pratique s'est 1l éralisée 1'10ta 1n 1ne 1n da1l S l'e1l·

~

TUElELMIE

seig1l e1ne1n , pro\-oqua1n u1le bai sse b r utale de s ach ats de liv res, au poil'n que la possibilité 1n~ 1ne pour les auteurs de créerdesœuvres 1lOu· \otlleset de le s (aire éditer co«ecte 1nel'n est aujourd'hui 1ne 1l acée . E1l applicatio 1l de la loi du 11 1nars 1957, il est i1nerdit de reproduire

i1u égrale1ne 1n ou pMtielle 1ne 1n le ptése 1u ouvrage, su r quelque

support

que ce soit, sa1lS autorisatio 1l de l'éditeur ou du Ce 1l tte fral'içais d'exploitatio1l du d ro it de

copie, 20, r ue de s Gta 1ld s·A ugu st i1l S, 75006 Paris .

e Group e Ey ro ll es, 20 11

15BN : 978 -2-2 12-55207- 2

Christine Virbel-Alonso

Citron et autres agrumes

Un concentré d'astuces pour votre maison, votre santé, votre beauté

EYROLLES

À ma mère,

qui pour le Noël de ses 4 ans,

en 1942,

a reçu comme cadeau une belle et unique ornnge

INTRODUCTION

'

A la découverte des agrumes

Les agrumes ont toujou r s tenu une place privilégiée au sein des sociétés d'hier et d'aujou r d' hui . Le parfum suave

de leurs fleurs do nnait

même l'impression à certains pro-

meneurs romains de la fin de !'An t iqu ité d'être déjà au

Paradis! Mais b ien souvent, leur instinct

leur soufflait que

les b ienfaits de ces fruits assuraient, en r éa lité, une pré-

sence plus lon gue et une meilleure santé sur T erre ...

Les sages antiques avaient raison : les b ienfaits des

agrumes sont

aujourd'hui reconnus scientifi queme nt. Les

composants de ces plantes de la famille des Rutacées so nt

n éfiques pour le s défe nses immunitaires,

le système ve i-

neux , la vision , la ner vosité, la d igest ion . Les scientifi ques pensent même que la consommation d'agrumes limiterait le déve loppement de certains cancers.

E n beauté, leurs avantages ne so nt plus à démont rer et l'écorce, les essences ou l'eau florale des agrumes entrent souvent da n s les compositions de crèmes, d' huiles, de ge l s

À LA DÉCOUVERTE DES AG R U MES

douc he , s an s oublier la confection d' innom brab le s par-

fums qu i le s utilisent depu is l'in ve n t

ion de la coquetterie!

À la maison, ces pour décore r, créer

fruits du Soleil son t incontou rna b le s u ne ambiance chaleureuse da n s nos

intérieurs mais aussi pour ne ttoye r au natu rel, désodor ise r ou détacher.

Ce

gu ide ne

se rait pas

complet s'il oubliait la touc he

gou rman de! Les agrumes se dé clinent de l'entrée au des- sert, r éve illent n os papilles et enchantent n os palais. Vous trouve re z en fin d'ouvrage de n omb reu ses rece ttes aussi alléchantes qu'o ri g inales ...

Un peu d'histoire
8

Dan s l 'espr it de tous, les agrumes son t les fruits des pays du Soleil. Il se rait plus juste de parler des pays du Soleil ... le van t. E n effet, ces végétaux proviennent hi storiquement d'Asie , et plus précisément de C hine , d'In de, du Vietnam , des r égion s tropicales de Malai sie et d'I n don ésie . Leur implan- tation en Europe a su ivi le cours de !'H i stoire des h ommes.

La plus g ran de

partie de !'A n t i qu i

g recque n 'a pas

connu les

agrumes. Le cédratier, sorte de gros citron

UN PEU D'HISTOIRE

à la peau bosse l ée, a été le premier repr ésentant de ces

fruits. Il a été in trodu i t en G r èce, à la su ite des conquêtes

d'A lexan dre le Gran d

qu i le menèrent

jusqu'en Inde via la

Pe r se, ve

r s 330 avant n ot re ère . Il faudra attendre encore

près de 1 000 ans et le Moye n Âge avant que d'autres

espèces d'agr umes

n 'a rri ve n t jusqu'en Europe du Sud. La

conquête arabe de la Méd i te rran ée, à partir de 632 par la

côte Nord, puis de l 'Espag ne , via le détro i t de G i bralta r

en 7 12, (o ran ge

a fait connaître le s citronniers et les b iga rad iers amère) et modifié pour toujou r s le s paysages de

ces r ég io n s.

Les croisades des C hr étien s ve r s la Te rre sain te, à partir

de 10 95, ont également été l 'occasi o n pour les croisés

de

découv rir ou de re découv rir ces arbres. À le u r re tou r

Europe, ils ont te n

de les

en acclimater da n s des r égi o n s

si tuées plus au Nord que le Bassin méditerranéen.

9

La be r gamote et l 'o ran ge douce so n t arrivées qua n t à elles bien plus ta r d i veme n t en Europe, à partir du x v1' s iècle . L'orange douce, dégustée en Inde par Vasco de Gama, a été d iffusée par les Portuga is et se se rai t alors implantée en se n s in ve r se ve r s le monde arabe au cours des siècles sui-

van ts. Mai s il

est probable que des contacts commerciaux

entre la C hine et le monde arabe l'aien t fait connaître dès le x' siècle au Moye n- O rien t, du moins.

À LA DÉCOUVERTE DES AG R U MES

La mandarine, connue à la Réunion au xvm' siècle, n'ar- riva en Europe qu'au début du x1x' , tout comme les kum- quats. Ces de rniers ont d'ailleurs été considérés comme des agrumes du ge nre Citrus jusqu'au début du xx' s iècle , mais, en rai son d'u ne composition nutrit ionnelle un peu d iffé- rente , les scien t ifi ques les ont finalement classés da n s un ge nre à part, celui des Fort11nella (du nom du botan iste b ri- tannique qu i les fit connaître en Europe, Robert Fortu ne).

De no s jours, les agrumes sont cultivés da n s toutes

le s r égion s

du monde au climat suffisamment doux: sur

le s étal s, l es pomélos de Flori de et le s oranges d'Afr ique du

Sud côtoient le s gros pamplemousses de C hine et les man- da rine s corses.

Il faut pourtant s'atte n d re à vo ir apparaître des fruits en provenance d'autres pays encore, car en ce début de

  • 10 xx 1' s iècle , de nou veaux agrumes sont encore découve rts. Agrumes originaux et nouveaux agrumes Le citron cavia r : visi b le depu i s peu de temps en F rance , le citron caviar est un agrume de la taille d'u n in dex plus ou moins gros,

en provenance des forêts pluvieuses d'Aus -

AGRUMES ORIGINAUX ET NOUVEAUX AGRUMES

tra lie . Connu

depu i s lo n gtemps des Abor ines, il est

aujourd'hui apprécié des g ran ds chefs occ ide n taux devant l u i u n be l avenir gastro n om ique.

et a

L'ugli (ou « l'affreux »

en anglais) : l'u gli

est

u ne

va ri été h yb ri de

entre u ne mandarine et u n pamplemousse.

E n dém ique de la Jamaïque et connu depui s le début du xx' si ècle , ce fruit n 'est commercialisé que depu i s d ix à

qu in ze ans en F rance . Comme il n 'est pas lec t io nn é, à la d ifférence des autres agrumes, mais exploité à l 'état sau -

vage, il a conservé so n et bosse l é. C'est sa n s

aspect de petit pamplemousse avachi doute la raison pour laque lle o n l 'a

appelé l 'ugli , l 'équ iva len t « d'affreux » en anglais (mai s avec u n « à la place du « i »).Mal gré u ne saveur douce, sa com- mercialisation est restreinte, ce qu i en fait u n agrume assez peu connu. O n peut égalemen t le trouver sous le nom de ta n ge lo.

11

La main de Bouddha : c'est san s doute le plus insoli te des agrumes. La main de Bouddha ressemble en effet à deux gros gants go nflés sept, h u it ou d ix do igts chacun) se faisant face ou l es « do i gts» en étoile . Il s'agi t en fait d'u ne va ri été de cédrat. Il peut être cuisiné et sert aussi à parfumer les armoires, comme l es coings de n os r ég io n s. Lorsqu'il ressemble à deux mains en prière, il est ut ili en offra n de da n s les templ es boudd histes.

À LA DÉCOUVERTE DES AG R U M ES

Le yuz u : de la ta ille d'u ne mandarine, le yuzu associe le s parfums de la mandarine et du pamplemousse. Très r épan du au Japon et en Cor ée, il est n ouve llement prisé

des r estau rateu r s occidentaux pour sa saveur dé licate. T ra-

  • d it ion nellement, on utili se so n zeste pour aromatiser des boi ssons ou des soupes et des plats asiatiques, mais l'esse nce du zeste est égalemen t utilisée en parfumerie. Le yuzu est t r ès d ifficile à trouve r da n s n os pays car so n importatio n est fortement r églementée. E n Europe, on le trouve esse n t iel-

lement sous forme de jus dans les épiceri es asiatiques. Pa r ailleurs, la deman de est très recentrée sur u n micromarché qu i n 'in resse pas toujou r s les exportateurs.

L e comb ava : il ressemb le à u n citron vert tout bosse lé et est apprécié pour son parfum très fort et l 'esse nce de son zeste. Le combava fait partie de la trad it ion culinaire des îles de l 'océa n Indien et relève les plats comme les boi sso n s.
12 Sur le plan médical, o n d it qu'il serai t dra ine u r .

L'orobl anc o : plus connu sous le nom de « sweetie

»

(sa chair étan t t r ès douce), l 'orob lanco est déjà un « vieil »

h ybri de entre un pamplemousse et un pomélo, car il a été créé en Cali for nie à la fin des années 50. T rès apprécié en Asie , il est moins connu en Europe.

E n de hor s des h yb ridat io n s faites par les h ommes, le s h ybri dat io n s na ture lles d'agrumes ne son t pas rares. E n

LES DIFFÉRENTES VARIÉTÉS D'AGRUMES

Espag ne , da ns les années 2000, un ha b itant a vu appa- raître, sur u n mandarinier qu i poussait da n s son jardin à côté d'u n citronnier, des petits fruits b icolores, mi-manda-

rines mi-citrons qua n d on

les coupait en deux. Leur goût

était suc r é côté mandarine et acide côté citron. Il est do nc tout à fait possible que de n ouveaux agrumes apparaissent da n s l es prochaines années, fruits de la pollinisation na tu - relle ou favorisés par l'homme pour produire de n ouve lles va ri étés. Nul doute qu'il s sauront in spirer les chefs cuisi- niers et n ous avec!

Les différentes variétés d'agrumes

Les va ri étés d'agrume s

so n t

très nom breuses.

E lles

so n t même en constante augmentation h yb ri des apparaissent r égu li èrement su r ci-dessus).

car de n ouveaux

les marchés (vo ir

13

L'o ra n ge , par exemple, peut êt re amère (Citrus attran -

tùm1): c'est l 'oran ge des

o rig ines, que l 'o n

appelle aussi

l'oran ge de Sév ille et qu i sert surtout à p p are r des confi- se ri es ou de la marmelade. L'orange douce (Citrussinensis) est

celle des o ran ges les plus connues

de table et des oranges à jus. Ses va ri étés so n t la Navel, la Jaffa et les oran ges san-

gu ines, au jus rouge, comme la Maltai se.

À LA DÉCOUVERTE

DES AG R U MES

Le cit ron (Citrus limon) à peau plus ou moins épaisse. La variété la plus cultivée en Europe est le Ve rna . On trouve aussi l' Eu reka, en provenance des États-U nis mais cultivé également en F rance , et le Santa T eresa. Le citron vert(Citrus a11rantifolia) n'est pas u n citron jaune cueilli avant maturité, mais une espèce à part entière, que l'on appelle aussi la lime .

Le p a mple mousse (Citrus grandis) est u n fruit qu i peut mesurer jusqu'à 30 cm de circonférence et sert surtout à r éa- liser des marmelades ou parfois des jus. Il est égalemen t uti- lisé da n s la fabrication de médicaments. Le pomélo (Citrus x paradisi), que l'on appelle à tort« pamplemousse», est beau- coup plus petit et possède une chair blanche ou rosée. Le

Ruby Red et le Star Ruby sont des va ri étés b ien connues.

La m an d a rine (Citrus retiadata) contient des pépins.

Les var iétés connues son t la Satsuma et la Ho ne

y, aussi

  • 14 appelée T angerine (qu i est u n h yb ri de). La cl éme n t ine est en re va nche sans pépins, comme l'Oro val. T outefois, des va ri étés d ites de mandarines san s pépins font le u r appari- t ion su r les marchés. De quo i y perdre son lat in! Le kum qu at (K11mq11at forttmella) peut êt re rond (Fortt<- nella japonica) ou ovale (Forttmella margarita). Mais d'aut re s var iétés son t éga lement représentées, comme le Forttmella hindsii ou le Forttmella polyandra en fonction de leur origine (respecti veme n t de Ho n g-Ko n g et de Malaisie).

COMMENT BIEN CHOISIR LES AGRUMES?

Comment bien choisir les agrumes?

Les fruits do i vent avoir une be lle apparence, san s tache ni moisissure, et être l ourds en main, avec une écorce ferme. U n fruit mou signifie qu'il est déjà vieux . O n

peut l es conserver en bas du r éfr igérateu r , mais pour les consommer, il est préférable de les sortir que lques minutes

avant. Si vous mieux vaut en

aimez les vo ir da n s une corbeille à fruits, mettre que lques-un s seulement qu i sero n t

mangés rapidement, et remplir à

n ouveau la corbeille

afin d'év i te r que les de rniers fruits consommés ne soient r estés plusieurs jours à la températu re ambiante, ce qu i les

amollit et leur fait perdre

le u r vitam ine .

Pou r presser le jus, rien de te l que de rouler le fruit su r

son plan de travail ou sur la tab le de la

cuisine en de petits

allers-retours, en faire sortir le jus

appuyant l égèrement

sur le fruit, afin de

de la pulpe. Si vous n 'avez besoin que

de

15

très peu de jus, vous pouvez piquer le fruit en profondeur avec un couteau et le presser au-dessus d'u n ve rre puis le replacer au r éfr igérateu r (l ' incisio n ve r s le haut) en vue de sa consommation ultérieure. L'incision permet au fruit de

moins se dessécher et de mieux se conserver par rapport à un fruit coupé en deux. Si vous souhai tez consommer les zestes de vos agrumes, pensez à le s choisir bi ol ogi ques.

CH API TRE 1

Les agrumes, des trésors pour la santé

Les

agrumes

p r ése n te n t

be a ucoup

d'avan t a ges

en

te r mes de san té. Ces fr u its son t d'aut an t p lus in r ess an ts

qu'il s arrive n t en hi ve r , alo r s que be a ucoup d'a ut res fru its o n t d i spa ru des étal s.

Co n somme r u n e oran ge p ar jou r couv r e en t r e la mo it i é

et l es tro i s-qu ar ts de C'est

n os besoin s ' quoti d i en s en vit a m in e C.

umes en p l ein hi ve r !

d ire l 'in r êt des a g r

M ai s l'o r a n ge, le ci tro

n , la m an da rin

e, le k umqu a t

ou

le pa mpl emousse, sa n s

oub li er la be r g

a mote,

qu i

en t r e

n ota mme n t da n s la compos it io n du t h é E arl Grey, con t ien-

n en t auss i d'a ut r es vitam in es et des m

in ér aux i mpliqués

da n s de n ombr euses fo n ctio n s b io logi ques. Ces fru its so n t bé n éfiques à l a s a nté et leu r s b ien fa i ts son t r eco nn us da n s

L

L'.Agcncc française de sl'Curité des a li m ents (AFSSA) n "Co

..

mm a n dc l JO m g/j

de vitamine

C p o ur les ad ult es . Vo us rrou\o-crez

égalem ent de n o mbr euses info r 4

marions sur les bi en fa its des vitamines

cr des min éraux des a l im ents sur

le site

de ! 'Agen ce natio n a le de sl'Curité san iu

ir e hrrp:/ f. vw\v. a ns e . f r

...

,

LES AGRUMES, DES TRÉSORS POUR LA SANTÉ

la prévention de d i ve r ses maladies. Ils contiennent éga- lement des constituants végétaux (les polyphénols et le s te rp ènes), objets d'études sc ientifi ques depu i s plusieurs années in d iqua n t pour certaines qu' ils auraient des effets positifs su r certains cancers.

Des propriétés qui renforcent et dynamisent

Une belle peau et une bonne cicatrisation

Les agrumes favorisent u ne bonne plasticité de la peau. E n effet, il s sont riches en vitamine C, qu i inter vien t da n s la production de collagène et u nit entre elles l es cellules
18 de la peau, u n peu comme la t rame d'u n t i ssu. E lle agit de la même façon au niveau des fibres des te n do n s. L'a cide folique présent da n s les agrumes (e n viron 10 % de n os

besoin s quotid ien s da n s u ne ora n ge) joue également u n r ôle

importan t da n s le ren

ouve llement des cellules. La présence

de vitamine A da n s la mandarine, à u n taux b ien supé - rie u r à celui des autres agrumes, pourrait quant à elle avoir

u n effet positif su r l 'ac n é, car la vitam ine A participe au

maintien de la peau en bo n état. Le sélénium

y contribue-

rai t également par son effet antioxydant. O n le trouve aussi en plus g ran de quantité da n s la mandarine que da n s les

DES PROPRIÉTÉS QUI RENFORCENT ET DYNAMISENT

autres agrumes. L'orange sanguine pourrait aussi s'avérer intéressante dans le maintien d'u ne be lle peau car elle est l'un des rares agrumes qu i contient des anthocyanes (pi g-

ments rouges, b leu s et

violets des feuilles, fleurs et fruits),

aux propriétés antioxydantes in vitro, et qu i renforceraient par ailleurs la microcirculation au ni veau de l'épi de rme .

De par leur teneur en vitamine C, les agrumes sont des alliés efficaces pour accélérer la cicatrisation en cas de cou- pure. Comme il s sont également des désinfectants natu- rel s, un peu de jus de citron permettra de parer au plus pressé si vous n'avez plus d'alcoo l à 90 °.

Il

Un sommeil réparateur

Quelques gouttes d'eau de fleur d'ora n ge r ( la ri- table est l'h ydro lat' provenant de la d ist illat ion de fleurs d'ora n ge r amer) da n s un ve rre de lait tiède vous permet- tront de passer une nuit calme et reposante . Le remè de étant très doux, il est préférable de le prendre au moins une heure avant de vous coucher pour commencer à vous déte n dre avant d'a ller au lit. Il est également possible de préparer des infusion s de bouton s de fleurs d'ora nger si vous ne trouvez pas d'h ydro lat naturel. E n effet, l'h ydrolat

19

&

L « Ea u c hargl"C, par

d istillatio n , de prin c ip es \o't\gé uux \o'Olatils» (Le Nouiiea u.

Q

Peri& Robe rt) .

LES AGRUMES, DES TRÉSORS POUR LA SANTÉ

se conserve d i ffic ilement et comportera le plus souvent des conservateurs afin que des bacté ri es ne se déve loppent pas. Les bébés peuvent prendre des infu si o n s de bouto n s de fleurs d'oran ger. Deman dez à votre pharmacien la dose à respecte r en fonction de l 'âge de l'enfan t.

Un système immunitaire renforcé

La consommation d'ag r umes renforce le système imm u - nita ire . Le citron et l'oran ge, qu i ont la meilleure te ne u r en

vitamine C des agrumes (respect iveme n t

5 1 et53 mg pour

  • 100 g), mais aussi le pamplemousse (4 1

mg pour 100 g),

permettent de ren forcer le système immunita ire et de lu tte r n otamment contre le rh ume et ses symptômes (ne z qu i coule), la vitam ine C étant u n antihistaminique natu rel. Ils limitent la durée de la g rippe et aident d'u ne manière
20 n érale à oppose r une meilleure résistance aux affections virale s et bacté rienne s en tout ge nre .

Également connue pour son action anti-inflammatoire, la vitam ine C limi te les sur infection s qua n d l 'organi sme

est déjà

affaibli par un premier viru s. Le sélénium , qu i a

u n effet stimu lant su r l 'imm u nité, contribuerait également

aux r éact io n s de défe n se de l'o r gani sme.

La mandarine en

contient 2,4 µg pour 100 g, so it deux fois plus que l 'oran ge. Le cuivre, présent su r tout da n s le citron ( 129 µg pour

DES PROPRIÉTÉS QUI RENFORCENT ET DYNAMISENT

l'oran ge (ma n dar ine

: 53 µg

pour

100 g et orange: S 1 µg

pour 100 g), aiderait

de même à lutte r contre les infect ions.

Des os et des dents solides

Les agrumes participent à la formation d'u n squelette solide et de dents à toute épreu ve. E n effet, ils contiennent du calcium (entre 33,S et 40 mg pour 100 g pour l'oran ge) mais aussi du magnésium (28 mg pour 100 g pour le citron) et du phosphore, qu i in terv iennent dans la fixation du cal- cium. Le kum quat se d istin gue des agrumes par sa te neur en phosphore (44 mg contre 20 mg pour la mandarine et pour l'oran ge), mais il contient moins de calcium que cette

de rni ère ( 16 mg au lie u de 40 mg). Certes, les agrumes ne

remplacen t en aucun

cas les fromages (e n tre 200 et 1 000 mg

pour 100 g), mais le calcium des légumes et des fruits est mieux assimilé par l'organisme que celui des produits lai- t iers et il est surtout précieux lorsque l'on ne supporte pas le lactose ou lorsqu'o n ne consomme pas suffisamment de yaourts, de lait ou de fromage pour atteindre la dose jour- nali ère recomman dée. Le calcium d'u ne orange permet de compléter agréablement celui des produits lait iers tout en n éficiant de le u r s autres composants comme la vita - mine C qu i agit aussi su r les t issus osseux et sur les tendon s. Aut re bienfait des agrumes en rapport avec l es os: la présence de vitamine E da n s le citron, la mandarine et l'oran ge qu i aurait une action anti-inflammatoire da n s l'art hrite.

21

LES AGRUMES, DES TRÉSORS POUR LA SANTÉ

Une vue de chat

Les agrumes ont des vertus tout à fait éto nnantes, et certains plus que d'autres. Ceci est particulièrement vrai

da n s le cas de la mandarine, qu i contient d ix fo i s plus de vitamine A qu'u ne o ran ge, avec 142 µg pour 100 g. O r la vitam ine A est n écessaire pour vo ir da n s l'obscu ri té. U ne

vi sio n da n s vo itu re lo r s

l 'obscu ri est particulièrement imp o r ta n te en de déplacements de n u i t.

Une bonne qualité du sang et des veines renforcées

Les agrumes jouent u n r ôle da n s la production sa ngu ine

à d

ive r s niveaux: la vitamine C,

par exemple, facilite l'ass i-

milation du fer, in d ispe n sab le à la production de globu les

rouges. Après une opération ou u n accouchement, si votre

  • 22 médecin vous prescrit du fer, il sera sans doute associé à de la vitamine C. Ce lle-ci aide par ailleurs à la cicatri- sat io n (voir plus ha ut) et améliore la r és ista nce des parois des va isseaux san gu ins. Les citroflavonoïdes (pi gme n ts jaunes et o ran ge et molécules aromatiques des agrumes de la famille des polyphénols) se raient aussi de bon s ve in o - to ni ques, car il s d imin ue n t la perméabilité des petits vais - seaux sa n gu in s ( les capillaires), n otamme n t l ' hespéridine contenue da n s le zeste et la membrane blanche Il est do nc fortement conseillé d'emporte r avec

de l 'oran ge. so i ou de se

DES PROPRIÉTÉS QUI RENFORCENT ET DYNAMISENT

faire

offrir des agrumes en plus des fleurs lorsque

l'on doi t

faire

un détou r par la case

h ôpi ta l!

D'autres composants favorisent une bonne qualisanguine, comme le c ui vr e , présent à faible dose da n s les agrumes, mais qu i in te r vient au niveau de l'hémoglo bine ; ou l'acide foliqu e (v itam ine B9), qu i permet une bonne oxy- na t ion des glo bu les rouges et que l'on trouve da n s l'oran ge.

Un foie purifié

Le citron est un bo n dra ineur des impure tés accumu- lées da n s le foie. Un dem i-j us de citron dans de l'eau sucr ée au matin permettra d'é liminer l es tox iques par l'act ion du citron et de faire fonctionner le système pancréatique par celle du sucre, pour un doub le effet épu ra teu r et d i gest if. La vi tam ine C vous do nnera du to nu s pour toute la journée.

23

Lutter contre un lendemain de fête difficile

Pour amenuiser les effets n égatifs d'u n excès d'alcool

(maux de tête, lan gue chargée et foie lourd), buvez tout au lon g de la journée suivante des t i sanes b ien chaudes au

citron et au miel pour é liminer et «dé charger»

votre foie.

Si vous en avez, vous pouvez ajouter à votre tasse une dem i- cuillerée de b icarbo na te de sodium qu i aide éga lement à

LES AGRUMES, DES TRÉSORS POUR LA SANTÉ

la d igestion . Regardez, cela pétille comme le champagne! Atte n t ion , le citron n'est pas un rem ède miracle pour faire ba isse r le taux d'alcool ém ie da n s le san g.

Une fertilité améliorée

La vitamine C des agrumes, et surtout de l 'oran ge, du citron et du pamplemousse qu i en contiennent le plus, aurait une influe nce positive su r la fertilité mascu- line , en améliorant n otamment la mobilité et la produc- t i o n des spe rma tozoïdes. E lle serait égalemen t conseillée aux personnes souffrant d'u ne bai sse de la li b ido. D'u ne

manière n érale , il est sou hai table de préparer so n corps à l 'avance lorsque l'o n veut avoir u n bébé. La consommation

d'ag r umes, da n s le cadre

d'u ne alimentation va ri ée, permet

d'apporte r l es vi tam ines et u ne partie des minéraux et des

  • 24 fibres dont le corps a d'e nfan t est peut-être

beso in quotid iennemen t. Un projet égalemen t le moment propice pour

r éfléchir au passage à u ne alimentation b io