Vous êtes sur la page 1sur 48
Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Rapport de Projet : Promotion des énergies renouvelables en

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Rapport de Projet : Promotion des énergies renouvelables en milieu

Rapport de Projet :

Promotion des énergies renouvelables en milieu villageois togolais.

Manal Melhaoui Chloé Padiolleau Clément Rumeau Maylis Sahy-Heuré

Stéphane Hauville Clément Dechy Christophe Gaschet Lisa Siméon

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Remerciements : Tout d’abord, nous souhaitons remercier nos partenaires

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Remerciements : Tout d’abord, nous souhaitons remercier nos partenaires

Remerciements :

Tout d’abord, nous souhaitons remercier nos partenaires principaux, ECHOPPE et ECHOPPE Togo pour leur totale confiance en notre travail, pour leur soutien et leurs conseils sur certaines considérations du projet ou sur le terrain. Nous les remercions aussi d’avoir assuré des conditions optimales de réalisation du projet grâce à leur financement de 30% du projet.

Nous souhaitons aussi remercier l’Ecole Centrale Marseille pour l’intérêt qu’elle a accordé à ce projet à la base associatif en l’inscrivant tel quel dans la démarche pédagogique du Projet Transverse. Nous souhaitons notamment remercier certains membres de son personnel qui ont été nos interlocuteurs privilégiés, nous pensons à nos tuteurs Fabien Anselmet et Christian Kharif pour leur suivi et leurs conseils, tout au long du projet. Nous pensons aussi à Thierry Gaidon pour tout le suivi administratif qu’il a dispensé à l’ensemble des projets transverses.

Nous souhaitons aussi remercier chaleureusement tous les professeurs, techniciens et entreprises qui nous ont suivis. Viktor Veeser de Dual Sun, Stéphane Desmet d’Eosol Energies Nouvelles et Yves Faure technicien à l’Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence (IM2NP) pour nous avoir permis d’avancer en répondant avec patience et pédagogie à nos questions d’ordre techniques et scientifiques qui étaient primordiales pour une solution viable et optimisée aux conditions du terrain.

De plus, nous souhaitons remercier Centrale Initiative pour leur financement non négligeable du projet ainsi que tout ceux qui nous ont aidés en participant avec enthousiasme à nos activités de levée de fonds, nous espérons qu’ils ont passé d’agréables moments lors de nos activités.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Sommaire : Avant-Projet 3 1. Problématique … 3 2.

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Sommaire :

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Sommaire : Avant-Projet 3 1. Problématique … 3 2. Livrable

Avant-Projet

3

1. Problématique …

3

2. Livrable …

3

3. Parties prenantes …

3

4. Faisabilité du projet …

4

Organisation …

5

1. Gestion des ressources …

5

2. Répartitions des tâches …

5

3. Budget et financements …

6

Résultats …

7

1. Rappel des solutions envisagées …

7

a) jatropha …

7

b) biomasse …

9

c) solaire …

11

2. Solution retenue : Le solaire …

13

a) Besoin des utilisateurs …

13

b) Énergie journalière nécessaire …

15

c) Choix des panneaux solaires …

15

d) Capacité et technologie des batteries …

16

e) Choix du régulateur et de l'onduleur …

17

f) Schéma de câblage et implantation

18

g) Précautions techniques …

20

h) Coûts du système …

21

i) Gestion de l'installation au sein du village

22

Pérennité du projet et risques…

25

1. Réalisation …

25

2. Difficultés rencontrées …

26

Critique du travail du groupe …

27

1. L'organisation générale …

27

2. Le déroulement d'une séance …

27

3. Nos points forts …

28

4. Nos points faibles…

28

Conclusion

29

Annexes …

30

1. Gantt du projet …

30

2. PVGIS, performance of Grid-connected PV

31

3. Atelier …

33

4. Modèle économique – prix de la recharge …

37

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Avant-Projet : 1) Problématique : Nous avons été chargés

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Avant-Projet :

1) Problématique :

1 Projet Transverse n°3 Avant-Projet : 1) Problématique : Nous avons été chargés de développer

Nous avons été chargés de développer l'électrification de 3 villages test dans la région centrale d’Atakpamé, au Togo. Le projet se déroule en 2 parties. A la suite d'une étude scientifique préliminaire sur les différents types d'énergies renouvelables, trois d'entre nous ont réalisé une étude de terrain au mois d’Août 2013 au Togo. Cette mission nous a permis de déterminer la solution technique la plus adaptée aux besoins des habitants qui est l'installation de panneaux photovoltaïques. Par la suite nous allons nous intéresser à la conception de l'installation dans un village test de ces panneaux. Sur place, nous avons un partenaire local : Echoppe Togo qui est une organisation de microfinance sociale à but non lucratif qui lutte contre la pauvreté en Afrique de l'ouest. A plus long terme, cette dernière aimerait équiper toute la région de la sorte, soit une vingtaine de villages.

2) Livrable :

Le client du projet est ISF Provence. Le livrable sera un rapport de synthèse sur les solutions énergétiques les mieux adaptées aux villages de la partie centrale du Togo ainsi qu'une étude de faisabilité sur l'installation et de la pérennité de la solution retenue.

3) Parties prenantes :

Le projet est une collaboration étroite entre Echoppe, Echoppe Togo, ISF, et notre groupe de PT. De plus, nous recherchons des entreprises partenaires qui pourraient nous aider à financer les missions sur place et une partie du financement des panneaux solaires. Enfin il est important que les villageois qui bénéficient du projet soient impliqués le plus tôt possible dans la conception et la mise en place de l’installation.

4) Faisabilité du projet : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Durant la première partie

4) Faisabilité du projet :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

du projet : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Durant la première partie du PT, nous

Durant la première partie du PT, nous avions établi une grille de caractéristiques des énergies renouvelables potentielles. Celle-ci a permis de choisir sur place la solution la plus adaptée aux besoins exprimés par les habitants que nous avons rencontrés (objet de la mission du mois d’août 2013). Durant la seconde partie du PT, nous avons alors dimensionné une installation en panneaux solaires dans un village test avec l'aide de professeurs et de professionnels. Nous avons bien sûr tenu compte de tous les aspects de financement et de gestion de l’installation.

Par ailleurs, nous avons réfléchi à la manière de pérenniser notre action et nous entretenons des échanges réguliers avec notre partenaire local Echoppe.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Organisation : 1) Gestion des ressources : Notre groupe

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Organisation :

1) Gestion des ressources :

Transverse n°3 Organisation : 1) Gestion des ressources : Notre groupe est constitué de 8 personnes.

Notre groupe est constitué de 8 personnes. Nous sommes en relation avec Echoppe, l’association qui

a proposé le projet. Nous bénéficions aussi de l’encadrement de nos deux tuteurs Fabien Anselmet et

Christian Kharif de Centrale, ainsi que du suivi d’un référant Yves Gérand, ingénieur membre d’ISF France.

Nous avons donc des ressources humaines assez conséquentes. Suite à certaines difficultés techniques, nous nous sommes mis en contact avec Monsieur Yves Faure technicien à l’IM2NP, Monsieur Stéphane Desmet d’Eosol Energies Nouvelles et Monsieur Victor Veeser de Dual Sun qui ont été une aide très précieuse pour

la partie technique du projet.

2) Répartition des tâches (Gantt en annexe 1) :

La gestion des tâches était basée sur le rythme des séances lors desquelles chacun, seul ou en groupe, était affecté à des tâches spécifiques à réaliser. Nous avions un bref compte-rendu des avancées à chaque fin de séance de 4 heures ainsi qu’une restitution plus détaillée et une réflexion commune autour des problèmes complexes toutes les deux ou trois séances. Ces séances de concertation se sont multipliées et allongées en fin de projet pour répondre aux questions sociales et financières en plus des validations des solutions techniques pour l’installation. Afin de repartir au mieux les tâches, nous avons séparé le groupe en 3 équipes :

Pôle mission / gestion de l'installation

Pôle Finance et communication extérieure

Pôle scientifique et technique

Etude de terrain dans 5 villages

Rapport de mission et choix du village test

Budget

Recherche documentaire sur les différentes solutions énergétiques.

Etude et analyse des informations récoltées lors de la mission.

Recherche de financements

contacts partenaires

Echanges continuels avec le partenaire local.

Aspects organisationnels de l'installation

Choix de la solution et dimensionnement.

Nous sommes bien évidemment mobiles sur les différents pôles au cours des séances afin de permettre à tous les membres de travailler les différents aspects du projet.

3) Budget et financements : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Pour les recherches de

3) Budget et financements :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

financements : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Pour les recherches de financement, nous avons entre

Pour les recherches de financement, nous avons entre autres, sollicité des entreprises dans le domaine de l’énergie et plusieurs entreprises du technopôle via notre plaquette partenariat. Nous avons également rédigé et envoyé plusieurs dossiers de subvention. Finalement, seul Centrale Initiative nous a accordé une aide de 1000 euros.

ISF a participé à hauteur de 624.11 euros au projet. Nous avons également reçu une participation de l’école Centrale Marseille de 750 euros dans le cadre de l’enveloppe PT. Quant à notre partenaire Echoppe, il a pris en charge un billet d’avion sur 3, une partie de l’hébergement et les déplacements sur place.

Par ailleurs, nous avons lancé des campagnes de ventes de cookies et de brownies au sein de l’Ecole Centrale Marseille qui nous ont permis de dégager un bénéfice de 388, 87 euros.

Budget clos :

Dépenses

Montant (€)

Recettes

Montant (€)

Achat d'ingrédients

149.73

Ventes de cookies

538.1

Billets d'avions

3376.45

Centrale Initiative

1000

Transport Aéroport

32

Enveloppe PT

750

Transport pour visa

75

ECHOPPE – Frais de mission

500

Paris – Réunion d'initialisation

210

ECHOPPE – Billet d'avion

1059

Visa Maroc – Togo

90.9

Participations missionnaires

654

Visa France – Togo

90

ISF Provence - Fonds propres

624.11

Vaccins

113

   

Médicaments antipaludéens

208.5

   

Frais sur place

779.63

   

Total

5125.21

Total

5125.21

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Résultats : 1 ) Rappel des solutions envisagées :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Résultats :

1 ) Rappel des solutions envisagées :

a ) Jatropha :

: 1 ) Rappel des solutions envisagées : a ) Jatropha : Le jatropha est un

Le jatropha est un arbuste présent dans plusieurs pays d’Afrique. Il est surnommé l’« or vert » pour ses nombreux avantages, notamment énergétiques. En effet, à partir de ses baies, on obtient une huile qui peut se substituer au pétrole en tant que combustible. Un hectare peut permettre la culture d’environ 2000 pieds de jatropha, et chaque arbuste produit entre 2 et 6 kg de graines par an (5 kg de fruits donnant 1 litre de biocarburant).

Dans un premier temps, les avantages du jatropha se sont présentés comme très nombreux. En plus de la production d’huile, le procédé d’extraction permet d’obtenir à la fin des « tourteaux » de jatropha qui peuvent être utilisés comme combustible. La coque des graines peut, quant à elle, être séchée et servir de combustible pour remplacer le feu de bois, dont les femmes se servent pour cuisiner. Par ailleurs, les arbustes de jatropha peuvent servir de barrière naturelle, en particulier grâce à leur toxicité, entre les plantations et la route, de manière à éviter l’accès aux animaux. De plus, l’huile de jatropha peut aussi permettre de créer du savon (besoin qui a été souligné lors de la mission).

En revanche, cela présente aussi de nombreux désavantages. Ainsi, la mission a mis en exergue la très faible présence de ces arbustes au Togo. Il aurait alors été nécessaire de réaliser des plantations. Ce qui aurait été très chronophage puisque l’arbuste a besoin de 3 ans avant de produire les baies nécessaires à la production d’huile et de 10 ans pour atteindre sa productivité maximale. De plus, la production d’huile aurait été limitée par le peu d’eau dont disposent les agriculteurs, celle-ci étant essentielle pour avoir un bon rendement final en terme d’huile et, de manière logique d’énergie. De plus, comme évoqué précédemment, le jatropha est une plante toxique, et en particulier pour l’homme. En effet, les huiles extraites du jatropha contiennent un puissant laxatif et de la toxalbumine dont une dose de 0,03 mg est mortelle pour un homme de 75 kg. Enfin, en cas de plantation, le mélange de culture entre espèces ne peut pas se faire de manière anodine : le manioc, par exemple, ne peut pas être planté à proximité de jatropha. Par ailleurs, pour avoir un rendement correct, il aurait été souhaitable pour les villageois d’investir dans une unité d’extraction d’huile relativement coûteuse.

Ainsi, le jatropha est une source d’énergie dangereuse, qu’il faut manipuler avec précaution et qui n’est rentable qu’au bout de plusieurs années. Nous avons donc décidé d’abandonner cette méthode qui ne correspond pas à la demande des villageois qui ont besoin d’une source sûre et immédiate

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 8

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 8
Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 8
b) Biomasse : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 La méthanisation est une technologie basée

b) Biomasse :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

b) Biomasse : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 La méthanisation est une technologie basée sur

La méthanisation est une technologie basée sur la dégradation de matière organique par des micro- organismes, sous conditions contrôlées et en l’absence d’oxygène. Il s’agit d’une “digestion anaérobie”. Certaines matières organiques telles que les déjections animales, les déchets de légumes ou de fruit, sont plus favorables que d'autres au développement des bactéries méthanogènes. Il faut éviter les morceaux ou sciures de bois, les pierres, la terre ou encore le sable.

La dégradation des déchets organiques se produit au sein d’un biogesteur. Il s’agit d’une installation composée de trois sous-ensembles : les entrées, la chambre de fermentation et les sorties. Les entrées servent à recevoir la mixture qui va fermenter dans la chambre de fermentation, lieu hermétique dans lequel aura lieu la méthanisation. Cette cuve est enterrée et isolée thermiquement, de manière à permettre une étanchéité complète et de garder une température constante, ce qui favorise la réaction.

On obtient alors deux produits. Le premier est un résidu solide ou liquide pâteux riche en matière organique partiellement stabilisée : le digestat. Il est utilisé comme fertilisant par les utilisateurs du méthaniseur. Le second produit est un mélange gazeux composé majoritairement de méthane (50 à 70%), de gaz carbonique (20 à 50%) et traces d’autres gaz (NH3, N2, H2S) : le biogaz. Il peut être utilisé sous différentes formes : combustion pour la production d’électricité et de chaleur ou la production d’un carburant.

Le biogaz présente de nombreux avantages. Tout d’abord, c’est une énergie propre et renouvelable. Elle réutilise les déchets organiques d’ordinaire brûlés pour produire du biogaz. Ce dernier peut fournir de l’électricité via un cogénérateur et être utilisé directement pour alimenter des cuisinières ou des lampes à biogaz. De plus, l’’effluent organique qui est produit en même temps que le biogaz peut être utilisé comme engrais naturel pour les cultures aux alentours du village. Par ailleurs, l’utilisation du biogaz réduirait considérablement la corvée des femmes qui n’auraient plus à aller chercher le bois loin du village pour la cuisine, et auraient ainsi du temps pour faire d’autres activités. Il rendrait possible l’installation de biolatrines, qui est un besoin aussi mentionné par les villageois, puisque les excréments seraient utilisés pour alimenter le méthaniseur. C’est une solution sur le long terme puisque la durée de vie d’un méthaniseur est estimée à plus de vingt ans.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Cependant, la méthanisation présente aussi plusieurs désavantages. Comme

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Cependant, la méthanisation présente aussi plusieurs désavantages. Comme

Cependant, la méthanisation présente aussi plusieurs désavantages. Comme nous l’avons vu précédemment, le biodigesteur ne fonctionne pas avec n’importe quel produit, cela ne doit pas devenir une poubelle pour les villageois. Ainsi, son utilisation nécessite une formation poussée des personnes amenées à l’utiliser, pour éviter sa détérioration ou la baisse de son rendement. En outre, si le digesteur n’est pas complètement étanche, il y a des risques de fuites de méthane, gaz nocif pour la santé et inflammable de surcroît. C’est pourquoi la construction du biodigesteur doit être parfaite. De plus, les utilisateurs doivent se trouver près du site de production de biogaz pour empêcher les éventuelles pertes. Ainsi, la construction du méthaniseur doit se faire au sein même du village, ce qui peut impliquer des fuites d’un gaz malodorant. Enfin, le plus gros désavantage de la biomasse dans le cadre de notre projet est son faible rendement de production électrique : environ 33%. En effet, nous souhaitons produire de l’électricité pour tout un village et donc la quantité de matière organique qui serait nécessaire pour assurer une telle production est trop importante par rapport aux ressources présentes sur place.

Ainsi, la méthanisation n’est pas une solution adaptée pour la seule recherche de production d’électricité. Elle serait intéressante dans un projet beaucoup plus large que le notre, qui ne se limiterait pas à la production d’électricité mais qui valoriserait aussi toutes les autres utilisations possibles du biogaz. C’est pourquoi, nous ne retenons pas cette solution.

c) Solaire : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 De toutes les solutions énergétiques étudiées,

c) Solaire :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

c) Solaire : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 De toutes les solutions énergétiques étudiées, nous

De toutes les solutions énergétiques étudiées, nous avons finalement opté pour le solaire photovoltaique.

Le principe :

Cette technologie utilise des panneaux qui produisent de l’électricité à partir du rayonnement solaire. Elle repose sur le principe de l’effet photoélectrique selon lequel un matériau semi-conducteur (comme le silicium) soumis à la lumière va émettre des électrons. Pour exploiter cet effet, il faut arriver à créer une différence de potentiel en orientant les électrons qui vont être arrachés. C’est pourquoi un panneau photovoltaïque est composé de deux couches :

une couche dopée Positivement (avec un matériau comme le Bore qui possède moins d'électrons que le Silicium),

une couche dopée Négativement (avec du Phosphore par exemple qui possède plus d'électrons que le Silicium).

Ainsi lorsque des photons arrivent sur la cellule, il est possible d’orienter la direction dans laquelle les électrons arrachés vont partir, et on a apparition d’une tension.

Pourquoi l’avons nous gardé ? :

Le choix du solaire photovoltaïque a été confirmé par les nombreux avantages qu’il procure. En effet, l'énergie solaire est adaptée pour les villages ruraux, souvent très isolés et non raccordés au réseau électrique. C'est aussi une énergie renouvelable, respectueuse de l'environnement et qui n'a pas besoin d'apport de combustibles. En effet, elle utilise cette source illimitée d'énergie qu’est le soleil. Par ailleurs, cette technologie a aussi l’avantage d’être déjà bien connue dans le milieu rural togolais et de ne pas leur poser de problème d’éthique. Enfin, nous avons pu, en utilisant les cartes de PVGIS (Photovoltaic Geographical Information System), déterminer l’irradiation solaire moyenne dans la région étudiée. Avec environ 2100 Kwh/m²/an, la région bénéficie de tous les atouts pour accueillir une installation photovoltaïque.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Le problème majeur de cette solution reste cependant le

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Le problème majeur de cette solution reste cependant le démantèlement
Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Le problème majeur de cette solution reste cependant le démantèlement

Le problème majeur de cette solution reste cependant le démantèlement des panneaux solaires en fin de vie. En effet, bien que leurs utilisation soit non polluante, leur fabrication et leur recyclage ont des impacts non négligeables sur l’environnement qu’il faut considérer.

2) Solution retenue : Le solaire Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Notre solution énergétique

2) Solution retenue : Le solaire

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

: Le solaire Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Notre solution énergétique trouvée, il convient

Notre solution énergétique trouvée, il convient maintenant de tester son installation sur un village afin de constater si celle-ci est bien adaptée. Il faudra notamment faire attention aux répercussions sur leur mode de vie. Le village finalement retenu a été celui de Gbobere, dans les environs d’Akparé. Dernier village visité lors de la mission sur place, il nous a paru le plus adapté pour servir de témoin. En effet, il abrite 300 habitants, ce qui nous permet de mener une première étude à une échelle raisonnable. Par ailleurs, son fonctionnement bien structuré et les liens forts qui unissaient ses habitants ont fini d’orienter notre choix.

L’étude de l’installation de panneaux solaires photovoltaïques se fait selon sept étapes essentielles :

Étape 1: Déterminer les besoins des utilisateurs : tension et puissance des appareils que nous souhaitons installer ainsi que la durée de leur utilisation.

Étape 2: Déterminer l’énergie à produire par jour.

Étape 3: Définir les modules photovoltaïques, la tension de fonctionnement, la technologie et la puissance totale à installer.

Étape 4: Définir la capacité de la batterie et choix de la technologie.

Étape 5: Choisir un régulateur et un onduleur.

Étape 6: Établir le plan de câblage ainsi que les accessoires et la section des câbles.

Étape 7: Déterminer les précautions à prendre lors de l’installation et de l’utilisation du système.

Étape 8: Prévoir les coûts du système, cette étape est limitante car elle dépend de notre budget.

a) Besoins des utilisateurs

Les besoins exprimés par les populations sur place étaient globalement les mêmes de villages en villages. Bien que pour Gbobere, leur priorité serait plutôt une école sur place, l'électricité pour l'éclairage public et la recharge de leur téléphone portable revenait systématiquement. C’est donc sur ces deux derniers points que nous avons décidé d’intervenir.

Le village compte 300 habitants. Ainsi nous avons dimensionné l’installation afin de répondre aux besoins suivants : recharge de leur téléphone portable, éclairage dans le village, lumière pour contrôler le bétail (notamment contre vols). Nous avons donc décidé d’installer :

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 • deux projecteurs autour de la place centrale pour

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 • deux projecteurs autour de la place centrale pour l’éclairer

deux projecteurs autour de la place centrale pour l’éclairer pendant une durée de 6h par jour

deux lampes torches de 10W

dix prises permettant la recharge de téléphones.

En ce qui concerne la partie éclairage, il faut d’abord se pencher sur la technologie que nous

souhaitons utiliser. Plusieurs facteurs sont ici déterminants : le prix, la pollution engendrée, la puissance

consommée, la durée de vie. Tous ces critères sont étudiés dans le tableau suivant :

 

Incandescente

Halogène

Fluocompactes

LED

Puissance électrique consommée (pour la même puissance lumineuse émise)

40 W

25 W

8 W

1,5 W

Durée de vie

1000h

2000h

14000h

80000h

Toxicité / recyclage

Aucune / recyclage du verre

Aucune, recyclage du verre

Contient du mercure et du phosphore

Recyclage

nécessaire (petites

     

quantités de

phosphore)

Résistance

Très fragile

Ampoule fragile

Plus résistante que les incandescentes

Résistance aux

choc, aux

 

températures

extrêmes

Compte tenu des conditions dans lesquelles ces lampes vont être installées, la technologie LED nous

semble la plus adaptée de part sa forte résistance, sa grande durée de vie, sa faible consommation et sa non

dangerosité pour l’homme. De plus, nous n'utilisons que peu de projecteurs pour l'installation solaire donc

malgré le prix assez élevé d'un projecteur, le prix total reste acceptable. Après avoir étudié les luminosités

possibles pour les projecteurs, nous avons décidé de prendre 2 projecteurs LED de 12W chacun. Cependant

ce type de lampe se recycle, il faudrait donc prévoir un réseau de récupération des lampes usagées. Ce

problème n’ a pas encore été résolu à l’heure actuelle au Togo.

Nous avons pu observer qu’environ 1 habitant sur 3 avait un téléphone dans le village soit environ

100 appareils. Nous prévoyons également une hausse de ce nombre dans les années à venir ainsi que des

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 personnes des villages voisins qui viendraient recharger leur téléphone.

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 personnes des villages voisins qui viendraient recharger leur téléphone.

personnes des villages voisins qui viendraient recharger leur téléphone. Finalement nous avons retenu qu’il faudrait recharger 50 téléphones par jour. Un téléphone demande une puissance d’environ 5 W pendant qu’il charge, et il faut 1h30 pour que sa batterie soit remplie.

b) Énergie journalière nécessaire :

Nous considérons deux projecteurs de 12 W chacun qui doivent fonctionner en moyenne 6 heures par jour soit 144Wh :

E 1 = Nombre de projecteurs × Puissance × Nombre d ' heures = 2× 12 × 6 = 144 Wh

Nous souhaitons également pouvoir recharger deux lampes torches de 10W qui se rechargent en environ 1h soit 20Wh.

E 2 = Puissance × Nombre de lampes = 10 × 2 = 20 Wh

Enfin, nous souhaitons recharger 50 portables de 5W qui ont une charge de 1h30 soit 375 Wh.

E 3 = Nombre de portables × Puissance × Nombre d ' heures = 50 × 5 × 1.5= 375Wh

L’énergie journalière totale nécessaire est donc de :

E totale = E 1 + E 2 + E 3 = 540 Wh

c) Choix des panneaux solaires Nous devons déterminer le type de panneau photovoltaïque que nous allons utiliser. En effet, ces derniers se décomposent en trois grandes catégories selon le types de cellule :

Les cellules monocristallines : Ce sont les cellules les plus performantes, elles sont issues d'un seul bloc de silicium fondu et sont donc très "pures". Elles offrent le meilleur rendement (entre 13 et 17%), mais sont aussi plus chères à l’achat.

Les cellules polycristallines : Elles sont élaborées à partir d'un bloc de silicium cristallisé en forme de cristaux multiples. Elles ont un rendement de 11 à 15%, mais leur coût est aussi inférieur à celui des monocristallines.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 • Les cellules amorphes : Elles sont produites à

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 • Les cellules amorphes : Elles sont produites à partir

Les cellules amorphes : Elles sont produites à partir d'un "gaz de silicium", qui est projeté sur du verre, du plastique souple ou du métal, par un procédé de vaporisation sous vide. Ce type de cellule est bon marché et la technologie est utilisable sur de nombreux supports, notamment des supports souples., mais son rendement est 2 à 3 fois plus faible que celui des cellules monocristallines.

Les cellules polycristallines offrant un bon compromis entre le coût à l’achat et l’efficacité, nous nous tournerons vers cette technologie dans la suite de notre étude. Nous voulons couvrir une demande journalière de 540 Wh d’énergie.

Nous avons utilisé l’outil PVGIS, qui chiffre la puissance récupérable en fonction des coordonnées géographiques, du type de panneau utilisé ou encore de la période de l’année. D’après les résultats retournés 1 , avec une installation de 180 Watts Crête, nous produisons 530 Wh par jour en septembre (plus mauvais mois de l’année en matière d’ensoleillement).

Cela correspond à la puissance que nous devrions installer. Cependant, les panneaux les plus courants au Togo sont des 100 Wc, 12V. Nous décidons donc d’installer 2 panneaux de 100Wc ce qui sur- dimensionne de 11% (raisonnable d’autant que les demandes électriques augmenteront probablement dans le temps).

d) Capacité et technologie des batteries :

Nous voulons que la batterie tienne 2 jours sans éclairement. Pour une journée :

C c = E × U × DOD = 540 × 12 × 0.6 = 75 Ah

Cc: capacité de la batterie

E: Energie totale journalière demandée

U: tension (Volt) d’alimentation des batteries

DOD: dept of discharge (profondeur de décharge) : pourcentage d’énergie maximum que l’on peut peut prélever dans la batterie.

1 Document en Annexe 2

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 En 2 jours, nous avons donc besoin de 150Ah.

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

En 2 jours, nous avons donc besoin de 150Ah.

Transverse n°3 En 2 jours, nous avons donc besoin de 150Ah. Par ailleurs, nous avons choisi

Par ailleurs, nous avons choisi de prendre une batterie AGM à décharge profonde d’une durée de vie de 10 ans. Celle-ci ne nécessite pas d’entretien et supporte bien les contraintes d’une installation solaire.

e) Choix du régulateur et de l’onduleur :

Le régulateur est à choisir en fonction de la puissance maximum fournie par les panneaux, ici 200W, et la tension des panneaux, 12V, et du parc de batteries, 12V également. Nous avons donc besoin d’un régulateur entrée 12V (la même que la tension des panneaux), sortie 12V( la même que la tension du parc de batterie) et d’une puissance d’au moins 200W soit 17A.

L’onduleur, appareil qui convertit le courant continu des batterie en 220V alternatif est choisi à partir de deux caractéristiques principales : le signal et la puissance. Ici nous utilisons des lampes à LED qui nécessitent un signal pur-sinus. Pour la puissance, nous installons 10 prises en prévoyant que si un équipement plus puissant qu’un téléphone est branché, il puisse fonctionner même pour une durée limitée (pour un cas d’urgence ou une extension de l’installation future). Par conséquent, l’installation peut consommer jusqu’à 2000 W en instantanée.

Nous voulons donc un onduleur pur-sinus qui puisse couvrir 2000W instantanée. A noter qu’il est possible d’installer un équipement moins puissant (jusqu’à 1000W cela semble acceptable). Cependant, l’installation perdrait en flexibilité dans son utilisation. Il faut également adapter les fusibles le cas échéant pour qu’ils limitent l’installation à la place de l’onduleur.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 f) Schéma de câblage et implantation : Câblage :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

f) Schéma de câblage et implantation :

Câblage :

n°3 f) Schéma de câblage et implantation : Câblage : Explications : Les équipements fonctionnant en
n°3 f) Schéma de câblage et implantation : Câblage : Explications : Les équipements fonctionnant en

Explications :

Les équipements fonctionnant en courant continu sont en 12V car ils sont les plus faciles à trouver notamment au Togo.

Les 2 panneaux de 100W, 12V sont montés en parallèle ce qui permet au système de continuer à fonctionner même en cas de défaillance de l’un des 2 panneaux. Cela nécessite la présence de diodes de bypass pour que, si la tension des 2 modules est différente, il n’y ait pas de courant d’un panneau dans l’autre.

Le stockage est assuré dans l’idéal par 2 batteries 75Ah chacune montée en parallèle pour des raisons de fiabilité (si l’une des deux lâche le système fonctionne encore ce qui n’est pas le cas avec une seule batterie ou 2 en série).

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Néanmoins dans les devis il est possible que les

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Néanmoins dans les devis il est possible que les matériels

Néanmoins dans les devis il est possible que les matériels disponibles ne soient pas compatibles avec ce montage (notamment une tension du régulateur et/ou onduleur de 24V et non 12V). Il est alors nécessaire de monter les batteries en série pour répondre à la nouvelle contrainte. Le schéma précédent serait alors à modifier légèrement pour le montage des batteries.

Un contrôleur de charge est prévu entre les batteries et l’onduleur pour éviter la décharge trop profonde des batteries ce qui diminuerait leur durée de vie. Un disjoncteur différentiel est prévu par sécurité pour les utilisateurs, de même un bouton d’urgence de coupure de l’installation.

Un compteur est ensuite installé ici pour le test dans le but de pouvoir récupérer des données. C’est un équipement facultatif. On a ensuite 2 fusibles qui garantissent la sécurité de l’installation vis-à-vis des courts circuits. Dans le cas des projecteurs, le fusible sert également à prévenir tout branchement sauvage en limitant la puissance possible sur cette ligne.

Le branchement des prises se fait par 2 blocs de 5 prises en série (branchement série plus simple mais 2 blocs pour la fiabilité).

Implantation :

fait par 2 blocs de 5 prises en série (branchement série plus simple mais 2 blocs
Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Explications : Nous avons décidé d’allouer un local à

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Explications : Nous avons décidé d’allouer un local à notre

Explications :

Nous avons décidé d’allouer un local à notre installation. Nous mettrons les panneaux solaires sur le toit, ainsi le local sera situé au soleil. Les batteries, le régulateur et l’onduleur seront à l’intérieur du local. Nous devrons faire attention à respecter la distance de sécurité entre l’onduleur et les batteries afin d’éviter les courts circuits éventuels. Nous placerons l’armoire électrique sur la façade extérieure du local afin qu’elle soit accessible rapidement. Les interrupteurs pour les prises et les projecteurs seront situés à l’intérieur de l’armoire. Cette armoire électrique sera verrouillée et seules les personnes responsables de l’installation pourront y accéder. Nous installerons un des projecteurs sur un poteau et l’autre sur la façade d’une habitation située au bord de la place à éclairer. Les prises, quant à elles, seront situées sur la façade du local.

Nous avons pensé à cette idée de local pour la sécurité des habitants (tout le monde n’y aura pas accès) mais aussi pour la pérennité de notre installation qui ne sera donc pas abîmée par les intempéries ou les habitants et qui sera moins susceptible d’être volée.

g) Précautions techniques :

Tout d’abord, outre les deux employés à mi-temps responsables de l’installation, qui seront en charge de nettoyer régulièrement les panneaux et contrôler l’utilisation, il nous faudra former et sensibiliser l’ensemble de la population. En effet, notre installation va changer notablement leurs habitudes de vie. Il sera important de leur faire comprendre qu’ils n’n'auront pas le droit de s’en servir comme bon leur semble et que seuls les employés auront accès au local et à l’armoire électrique. De plus, il faudra qu’ils respectent les limitations de puissance de notre installation.

Ensuite, il y a des précautions de sécurité à prendre. Nous avons prévu un disjoncteur différentiel afin d’éviter tout risque d’'électrocution. Nous allons mettre des fusibles dans l’installation afin d’éviter que les câbles fondent et détruisent l’installation ou allument un incendie.

Lors du câblage, les batteries doivent être installées en premier sans quoi des risques de chocs électriques pourraient apparaître. Les batteries et l’onduleur doivent être à 1 mètre environ (distance optimale pour éviter les court-circuits et limiter les pertes). Il n’y a pas de problème particulier lors du branchement des panneaux solaires.

Il faut également prévoir dans le matériel des câbles pour les panneaux solaires (courant continu, 24V, 20A), des connecteurs MC4 à mettre après les panneaux, des cosses de batteries (connecteurs de batteries) qu’il faut choisir en fonction de la section des câbles et des fusibles. Il faut prévoir également du

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 câble électrique pour l’ensemble des branchements et une multiprise

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 câble électrique pour l’ensemble des branchements et une multiprise pour

câble électrique pour l’ensemble des branchements et une multiprise pour réaliser le bloc de prises (solution la plus simple à mettre en oeuvre tout en étant sûr). Les câbles pour les projecteurs doivent être assez longs et souterrains (donc résistants). Enfin, un ensemble de connectiques habituels des installations électriques est nécessaire (dominos, boites de dérivation, etc).

h) Coûts du système :

Une principale difficulté dans la prévision du budget vient essentiellement du fait qu’il est difficile de savoir s’il est préférable d’acheter en France ou au Togo. En effet, choisir du matériel français permet d’avoir une plus large gamme de sélection du produit. Pour autant, cela implique aussi un problème dans le changement de matériel s’il est un jour défectueux : des allers-retours ne peuvent pas être envisagés pour le modifier. De plus, nous sommes limités par la capacité de taille et de poids pour amener du matériel au Togo et le coût des droits de douane (de l'ordre de 100%).

D’un autre côté, prendre du matériel Togolais permet de réduire les difficultés de changement de celui-ci, mais réduit considérablement la gamme de choix du panneau et des autres composants. En effet, alors qu’il existe une gamme très large en France, elle se réduit très fortement au Togo : notre partenaire, Ezo Energy, ne propose que 2 types de panneaux différents, ce qui modifie notre dimensionnement. Cela va nous obliger à surdimensionner pour s’adapter à leur matériel.

Ainsi, nous avons demandé des devis à des entreprises Françaises et togolaises, de manière à pouvoir comparer et se faire une idée des prix.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Comparatif des prix → devis réalisés Rappel : 1€

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Comparatif des prix → devis réalisés Rappel : 1€ =

Comparatif des prix → devis réalisés

Rappel : 1€ = 656.96 Fcfa

Matériel

Devis Togo Energy

Devis prodenergie Togo

EZO Energies

Devis Français

Panneau solaire

110

000 Fcfa

100

000 Fcfa

175

000 Fcfa

416,38 €

Batterie

145

000 Fcfa

155

000 Fcfa

240

000 Fcfa

233,28€

Convertisseur

210

000 Fcfa

175

000 Fcfa

466

550 Fcfa

132,94€

Régulateur

45

000 Fcfa

75 000 Fcfa

62 100 Fcfa

40,97€

Total (Fcfa)

510

000 Fcfa

505

000 Fcfa

943

650 Fcfa

x

Total (€)

777,49€

769,87€

1438,59 €

823,57€ (HT)

1366,66 €

872,98€ (TTC)

Lampe torche

35

000 Fcfa

4000 Fcfa

 

x

x

Projecteur

155

000 Fcfa

 

x

175

400 Fcfa

98,66€

Bien que les prix pratiqués par Ezo Energy soient beaucoup plus élevés que les autres entreprises

togolaises que nous avons contactées, notre choix se portera sur ces derniers. En effet, nous sommes en

contact avec eux depuis le début de notre projet, et nous avons pu constater le sérieux dont ils ont fait preuve

dans chacun de nos échanges. Ces derniers nous ont aussi confirmé qu’ils pouvaient assurer le suivi de

l’installation en cas de dysfonctionnement. Par ailleurs, leur site internet et leur bon référencement dans les

moteurs de recherche ont fini de nous convaincre. Enfin, il n’était pas envisageable d’acheter du matériel en

France pour ensuite l’installer au Togo, les taxes étant de pratiquement 100% à l’import sur ce genre de

produit.

i) Gestion de l’installation au sein du village :

La gestion de l’installation sur place est un élément crucial pour la réussite du projet, qu’il est

important de ne pas négliger même devant l’aspect technique. En effet, une fois les panneaux installés, il est

indispensable de pouvoir garantir une bonne utilisation du matériel afin d’assurer sa pérennité.

C’est pourquoi, en partenariat avec Echoppe Togo, nous avons choisi de proposer un atelier aux

villageois en parallèle de notre travail en France. Cet atelier a pour but de les impliquer dans le projet. (cf

annexe 3)

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Au travers d'animations qui illustrent les besoins et expliquent

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Au travers d'animations qui illustrent les besoins et expliquent le

Au travers d'animations qui illustrent les besoins et expliquent le fonctionnement du système ainsi que l’entretien nécessaire, nous voulons donner envie aux villageois d’être acteurs du projet, qui ne peut fonctionner que grâce à eux.

Des discussions et des échanges permettront d’affiner leurs besoins, pour adapter le mieux possible notre travail à leurs attentes. L’atelier sera en particulier nécessaire pour définir l’emplacement de l’installation, mettre en place l’organisation des villageois pour utiliser l’installation, nommer un responsable pour l’entretien des panneaux et financer le projet.

Notre démarche, basée sur l’échange, veut prendre en compte les réalités locales du Togo, et ne pas simplement se contenter de notre vision européenne, ce qui mènerait notre projet tout droit à l’échec. Malgré la distance, nous souhaitons être le plus possible au contact des villageois, qui sont non seulement les destinataires mais aussi les acteurs de ce projet.

Nous avons déjà réfléchi à une organisation prévisionnelle qui sera présentée, revue et corrigée au cours de l’atelier. Ce système pensé par notre groupe après documentation et réflexion, est destiné à être modifié par les remarques des villageois.

Organisation prévisionnelle :

Pour l’entretien quotidien des panneaux solaires et la gestion des recharges des téléphones portables, deux personnes seront chargées de s’en occuper. Le choix de deux personnes se justifie par le fait que si l’une doit s’absenter ou avoir un quelconque problème, l’autre pourra la remplacer. Cela garantira une permanence de fonctionnement du dispositif.

Ces deux personnes suivront une formation complète, qui devra contenir une partie qui présente et explique les différents éléments du dispositif et leur fonctionnement. Il faudra en particulier bien insister sur les limites de l’installation et les règles à respecter (par exemple, l’installation est dimensionnée pour le chargement de téléphone portable et non pour faire fonctionner une télévision). Une autre partie de la formation devra être orientée sur tout ce qui est entretien du dispositif comme le nettoyage des panneaux ou l’entretien des câbles. Enfin, une troisième partie devra définir les modalités de gestion de l’installation.

En effet, nous leur demanderons de répertorier plusieurs informations utiles afin d’améliorer ce projet et le développer dans les autres villages, comme des relevés de compteurs, le nombre de recharges

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 quotidiennes ou les horaires de plus forte fréquentation. Ces

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 quotidiennes ou les horaires de plus forte fréquentation. Ces données

quotidiennes ou les horaires de plus forte fréquentation. Ces données permettront de suivre le fonctionnement des panneaux et l’évolution des besoins des villageois. Cette tâche nécessitera que les personnes responsables des panneaux soient lettrées ou, possèdent au moins un système de communication particulier mis en place durant la formation.

Cette mission représentera pour eux un véritable travail, qui sera rémunéré à hauteur de 2500 Fcfa par mois et qui les occupera à mi-temps. Le projet sera ainsi créateur d’emploi au sein du village. La désignation des deux responsables pourrait se faire via une d’élection, renouvelée tous les 1 ou 2 ans.

Financement & contrôle de l’installation

Il est nécessaire d’organiser la venue d’un professionnel tous les 3 à 6 mois pour vérifier le bon fonctionnement du matériel. Cette visite sera assurée par Ezo Energie, à qui nous allons acheter le matériel.

Suite à une étude économique approfondie, nous avons décidé de fixer le prix de la recharge d’un téléphone à 100 Fcfa. Cette étude est détaillé en annexe 4.

Le financement du matériel se ferait dans l’idéal par différentes subventions. Les bénéfices dégagés par l’utilisation quotidienne de l’installation seront mis de côté, d’une part, pour couvrir l’entretien et les réparations, d’autre part, pour permettre l’achat futur de tels dispositifs dans d’autres villages voisins. A plus long terme, les éventuels bénéfices supplémentaires pourront être reversés au village pour développer l’installation ou pour investir dans d’autres projets d’utilité publique.

La formation d’un conseil ou d’une association pour la gestion générale de l’installation au sein du village, permettrait de prendre les décisions importantes sur le maintien et sur l’évolution du projet, et de gérer le budget et son réinvestissement. Ce conseil organiserait plusieurs réunions au cours de l’année pour contrôler la bonne pérennité du projet. Il jouerait également le rôle d’intermédiaire entre le village et Echoppe Togo. Il s’agira d’une gestion locale de l’installation, totalement impossible depuis la France, avec un éventuel suivi d’Echoppe.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Pérennité du projet et risques : 1) Réalisation :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Pérennité du projet et risques : 1) Réalisation : Notre

Pérennité du projet et risques :

1) Réalisation :

Notre action s’inscrit dans un projet global sur du long terme. La partie que nous avons réalisée correspond à la phase d'étude. Pour ce qui est de la pérennité et du suivi de notre projet sur l’école, nous avons organisé depuis le début de l’année des réunions hebdomadaires au cours desquelles nous avons recruté des élèves de première année sur le projet. Nous avons prévu d’organiser une nouvelle mission en août prochain pour aller installer les panneaux solaires au Togo. L’équipe sera constituée principalement d’étudiants en première année aidés par nos contacts sur place. Le problème du financement de la mission se pose de nouveau. Ainsi, nous avons organisé, en collaboration avec les étudiants de première année, un repas pour lever des fonds afin de financer cette mission. Outre la pérennité du projet sur l’école, il faut également assurer un suivi sur place. Nous avons longuement argumenté sur la solution à retenir quant à la gestion de l’installation et nous sommes arrivés à la conclusion que nous devons proposer une solution à modifier avec eux, d’où la mise en place de l’atelier de villageois explicité plus haut. L’ensemble du programme sera transmis à ECHOPPE Togo qui assurera la supervision générale suite à notre départ notamment si des réparations sont nécessaires. Si cette première expérience s’avère concluante, elle sera renouvelée dans les autres villages. L’objectif à long terme est d’équiper une vingtaine de villages selon le même processus. Echoppe permettra aux villages de contracter des micro-crédits afin de financer les nouvelles installations. Grâce à la solution technique que nous leur avons proposée et des retours d'expériences du village, Echoppe pourra réitérer l’installation en recrutant des électriciens, nécessaires à l’installation, et en achetant le matériel que nous leur avons recommandé.

2) Difficultés rencontrées : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Inscrire notre projet dans la

2) Difficultés rencontrées :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

rencontrées : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Inscrire notre projet dans la durée n’a pas

Inscrire notre projet dans la durée n’a pas été facile. En effet, beaucoup d’entre nous réalisent une mobilité à l’international dans les mois à venir, il fallait donc transmettre le projet avant même que celui-ci ne soit terminé. Nous devions donc séparer le PT du projet en lui même, ce qui s’est avéré compliqué. En effet, il nous a fallu bien délimiter les tâches que nous pouvions confier aux premières année et celles que nous devions réaliser nous mêmes dans le cadre du PT. De plus, cette passation a dû se faire en dehors des heures de PT puisque les 1A ne sont pas disponibles durant ces heures dédiées au projet. D’autre part, l’organisation de la mission 2014 nous a également posé problème puisque nous pensions pouvoir prendre part à cette mission. Or, nos mobilités ou stages respectifs de deuxième année nous empêchent de pouvoir retourner sur place. Il nous faut donc faire une passation intégrale aux élèves de première année.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Critique du travail du groupe : 1) L’organisation générale

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Critique du travail du groupe : 1) L’organisation générale :

Critique du travail du groupe :

1) L’organisation générale :

Notre objectif était de rendre à notre client ISF Provence, un rapport de synthèse sur les solutions énergétiques les mieux adaptées pour électrifier des villages Togolais. Notre démarche pour répondre à cette demande s’est déroulée en trois temps : une première phase de recherche, une étude de terrain au Togo par trois d’entre nous, et enfin la détermination de la solution la plus adaptée.

L’une des difficultés de notre PT a été l’importante diversité des tâches : recherches théoriques sur trois énergies renouvelables différentes, documentation sur le Togo et autres projets d’électrification, préparation de la mission de l’été dernier, demandes de subventions, relations avec notre partenaire Echoppe lors de la première phase, puis dimensionnement de l’installation solaire et électrique, réflexion sur l’organisation et la pérennité de l’installation, transmission du projet aux étudiants de premières années Notre réponse à cette particularité a été de former différents pôles, au sein desquels nous sommes tous passés. Cette méthode nous a permis non seulement de diversifier nos tâches, mais aussi de connaître le projet dans son intégralité et apporter plusieurs regards critiques sur un même travail.

2) Le déroulement d’une séance :

Nous commencions chaque séance par une très brève réunion pour se rappeler les tâches de chacun pour la séance et éventuellement les réadapter au besoin. Ensuite, nous travaillions seul, par deux ou trois selon le travail. En fin de séance, nous nous réservions du temps pour une réunion plus longue et complète. Au cours de cette dernière, chacun expliquait l’avancée sur son travail, puis nous prenions les décisions collectives, et enfin, nous prévoyions les tâches de chacun pour la prochaine fois.

3) Nos points forts : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 L’un de nos points

3) Nos points forts :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

points forts : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 L’un de nos points forts a été

L’un de nos points forts a été la cohésion du groupe. Bien que certaines questions ont parfois soulevé des débats conflictuels, les différents personnels ont toujours été réglés en dehors du Projet Transverse, pour pouvoir poursuivre une recherche de solutions collectives. De plus, notre assiduité et notre utilisation efficace des heures réservées au PT dans l’emploi du temps, nous a permis d’avancer correctement dans notre projet sans avoir à travailler dans la précipitation à l’approche des échéances. Nous avons travaillé également hors de nos horaires de PT, mais ce travail supplémentaire était forcé par la particularité de notre mission. En effet, nous avons fait et vendu des cookies et des gâteaux plusieurs fois au sein de l’école, afin de nous aider à financer l’étude de terrain au Togo de l’été dernier. Nous avons également dû faire beaucoup de communication et tout un travail de passation auprès des étudiants en première année pour garantir la pérennité de notre projet et l’installation des panneaux l’été prochain. Tout cet aspect a été traité hors de nos heures de PT.

4) Nos points faibles :

Notre principal point faible a été le manque de connaissance technique pointue. En effet, lors de la deuxième phase de notre Projet Transverse qui consistait à déterminer et concevoir la solution technique, à savoir le solaire, nous avons été très ralenti par l’étape du dimensionnement du panneau photovoltaïque. Pour palier à cette difficulté, nous nous sommes documentés via des ouvrages et des polycopiés de cours. Et nous avons pris contact avec des professionnels du milieu : Viktor Veeser de la startup Dual Sol, Yves Faure, technicien à IM2NP et Stéphane Desmet d’Eosol Energies Nouvelles.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Conclusion : Afin de satisfaire notre livrable, nous avons

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Conclusion : Afin de satisfaire notre livrable, nous avons dû

Conclusion :

Afin de satisfaire notre livrable, nous avons dû travailler simultanément sur les aspects financiers, techniques et organisationnels de l’installation tout au long du projet. D’un point de vue technique, nous nous sommes penchés sur toutes les sources d’énergies renouvelables envisageables au Togo avant de retenir, à l’issue d’une mission sur place, l’énergie solaire. Ainsi, nous prévoyons d’installer dans le village de Gbobéré deux panneaux solaires alimentant des batteries afin de pouvoir recharger des portables et éclairer la place principale du village. Les missions d’étude de terrain et d’installation des panneaux sont très coûteuses, il nous a donc fallu monter plusieurs dossiers de subventions et mener des campagnes de financement. Enfin, nous avons réfléchi longuement à l’organisation du projet avant d’aboutir à l’élaboration de l’atelier avec les villageois. Tout le travail que nous avons réalisé jusqu’à maintenant devrait se voir concrétiser lors de la mission d’août prochain.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexes : Annexe 1 : Gantt du projet 30

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Annexes :

Annexe 1 : Gantt du projet

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexes : Annexe 1 : Gantt du projet 30
Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexes : Annexe 1 : Gantt du projet 30
Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexe 2 : PVGIS (Photovoltaic Geographical Information System), Performance

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexe 2 : PVGIS (Photovoltaic Geographical Information System), Performance

Annexe 2 : PVGIS (Photovoltaic Geographical Information System), Performance of Grid-connected PV

PVGIS estimates of solar electricity generation Location : 7°28'53'' North, 1°16'55'' East, Elevation : 168 m a.s.l., Solar radiation database used : PVGIS-helioclim

m a.s.l., Solar radiation database used : PVGIS-helioclim Nominal power of the PV System : 0.18

Nominal power of the PV System : 0.18 kW (crystalline silicon) Estimated losses due to temperature and low irradiance : 13,6% (using local ambient temperature) Estimated loss due to angular reflectance effects : 2.5% Other losses (cables, inverter etc.) : 14.0% Combined PV system losses : 27.6%

 

Fixed system : inclination = 12 deg., Orientation = -1 deg. (optimum)

 

Month

Ed

Em

Hd

Hm

Jan

0.84

26.1

6.49

201

Feb

0.84

23.5

6.51

182

Mar

0.78

24.2

6.06

188

Apr

0.73

22.1

5.74

172

May

0.64

19.8

4.91

152

Jun

0.57

17.0

4.30

129

Jul

0.54

16.7

4.11

127

Aug

0.54

16.6

4.12

128

Sep

0.53

15.8

4.05

122

Oct

0.69

21.3

5.28

164

Nov

0.80

24.1

6.18

185

Dec

0.82

25.5

6.31

196

Year

0.69

21.1

5.33

162

Total for year

 

253

 

1950

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Ed : Average daily electricity production from the given

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Ed : Average daily electricity production from the given system

Ed : Average daily electricity production from the given system (kWh) Em : Average monthly electricity production from the given system (kWh) Hd : Average daily sum of global irradiation par square meter received by themodules of the given system (kWh/m²) Hm : Average sumof global irradiation par square meter received by the modules of the given system (kWh/m²)

meter received by the modules of the given system (kWh/m²) Monthly energy output from fixed-angle PV

Monthly energy output from fixed-angle PV system

PVGIS (c) European Communities, 2001-2012

Reproduction is authorised, provided the source is acknowledged. http://re.jrc.ec.europa.eu/pvgis/

provided the source is acknowledged. http://re.jrc.ec.europa.eu/pvgis/ Monthly in-plane irradiation for fixed angle 32

Monthly in-plane irradiation for fixed angle

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexe 3 : Atelier avec les villageois. But de

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexe 3 : Atelier avec les villageois. But de l’atelier

Annexe 3 : Atelier avec les villageois.

But de l’atelier :

L’atelier qui est réalisé dans le cadre du programme d’électrification rurale du projet ville-campagne, a pour but de déterminer, en accord avec les villageois, la meilleure méthode de gestion de l’installation solaire proposée. En effet, nous sommes partis du constat qu’il y avait beaucoup de manières différentes de gérer l’installation mais que nous ne pouvions assurer l’efficacité de celle-ci si nous l’imaginions seuls, avec notre point de vue d’européen. Plus encore, il est essentiel que les habitants du village soient impliqués dans le projet et qu’ils comprennent parfaitement les contraintes et opportunités apportées par l’installation et la nécessité d’une gestion rigoureuse. De ce fait, il est nécessaire qu'ils prennent part dans la mise en place de cette gestion car leur imposer une idée extérieure serait la meilleure manière de les frustrer et de générer des tensions. Par conséquent, l’atelier répond à un double objectif : celui d’identifier la meilleure solution de gestion en tenant compte de toutes les contraintes (contraintes techniques, que nous nous connaissons, socio- culturelles et économiques, que les villageois décident), et également d’impliquer dès le début les personnes cibles dans ce qui doit être leur projet.

Fonctionnement de l’atelier :

Rappel du problème :

Le but de cette partie est de rappeler les problèmes causés par l’absence de lumière le soir et les difficultés qu’ils rencontrent pour recharger leur portable. Ainsi, nous démontrons bien une nouvelle fois la nécessité de l’installation pour les villageois et nous suscitons leur implication dans le projet. Avant de leur proposer notre solution, nous écoutons d’abord les leurs, et ainsi nous pouvons aussi rassembler leurs idées pour faire évoluer notre solution. Cette étape qui nous a été conseillée par Echoppe France, a déjà fait ses preuves dans leurs diverses activités depuis plus de 20 ans. Elle peut se présenter sous la forme d’un jeu de rôle, au cours duquel trois questions sont posées :

Qu’est-ce que vous avez vu ? Quelles sont les causes de ces problèmes ? Comment les résoudre ?

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Présentation globale du système : 1. la technique :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Présentation globale du système :

1 Projet Transverse n°3 Présentation globale du système : 1. la technique : notions de base

1. la technique : notions de base sur le fonctionnement global du solaire, des batteries et de l’électricité

2. l’installation : présentation de chaque élément, son utilité, son fonctionnement spécifique et les actions d’entretien

3. les enjeux économiques : prix de l’installation, coût de l’entretien, amortissement de l’installation (pièces à racheter).

4. le suivi : quel sera le rôle de chaque acteur et à quel moment interviendra-il (Echoppe, le technicien d’entretien…) ? le rôle des villageois dans l’entretien, procédure en cas de problème

5. l’utilisation : Quels appareils brancher ? combien de temps les utiliser ? les branchements à ne pas faire!

6. les enjeux environnementaux : Les risques pour la santé (produits toxiques), la gestion des déchets (principalement les batteries).

Discussions :

L’objectif des discussions est de pousser les villageois à réfléchir aux problèmes pouvant survenir pour les responsabiliser. Le deuxième but et le plus important, est de récupérer leurs spécifications pour, tout d’abord, adapter précisément l’installation à leurs spécificités et également les assister dans leurs choix de gestion. Il s’agit d’une assistance active car l’animateur doit également bien cerner les tenants et aboutissants du projets pour toutes les parties prenantes et surtout celles qu’il représente :

1. Désignation d’un lieu d’utilisation

2. Désignation d’un responsable

3. Gestion de la sécurité (comment assurer la sécurité de l’installation contre les agressions extérieures et la sécurité des personnes vis-à-vis de l’installation ?)

4. Détermination d’une manière de collecte de l’argent

5. Gestion de l’entretien (qui entretien quoi, comment et quand ?)

6. Gestion de l’utilisation (qui s’assure que tout fonctionne bien ?)

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Interprétation des résultats de l’atelier (problèmes possibles) : 35

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Interprétation des résultats de l’atelier (problèmes possibles) : 35

Interprétation des résultats de l’atelier (problèmes possibles) :

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Interprétation des résultats de l’atelier (problèmes possibles) : 35
Contenu de la formation technique : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 La formation ne

Contenu de la formation technique :

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

technique : Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 La formation ne doit pas contenir que des

La formation ne doit pas contenir que des protocoles de manipulation pour le contrôle du bon fonctionnement de l’installation. La personne formée doit comprendre pourquoi la maintenance doit se faire ainsi. C’est pourquoi, les notions fondamentales d’électricité telles que la tension, l’intensité, la puissance, la charge et l'énergie doivent être abordées pour qu'elle comprenne les tenants et les aboutissants de ses actions. Il n’est toutefois pas nécessaires d'aborder les notions mathématiques qui sont sous-jacentes à la physique électrique. Nous avons également jugé nécessaire d’inclure une partie explicative et informative sur le fonctionnement du solaire sans pour autant entrer dans des notions compliquées de science des matériaux. Les formateurs aborderont dans cette partie le fonctionnement et l’utilisation des batteries puisque ce composant est primordiale et a la plus faible durée de vie. Cette formation complète sera axée sur les risques sanitaires, chimiques et électriques.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexe 4 : modèle économique – Prix de la

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Annexe 4 : modèle économique – Prix de la recharge.

Annexe 4 : modèle économique – Prix de la recharge.

Nous souhaitons ici modéliser tous les facteurs qui vont impacter le prix et la compétitivité de l'installation.

Nous devons prendre en compte plusieurs données ou variables propres à l'installation, à son entretien et son fonctionnement au sein du village :

Donnée ou variable

Symbole (unité)

Investissement initial

 

I

(Fr CFA)

Durée d’amortissement de l'investissement

 

T

I

(Mois)

Prix de remplacement des batteries et de la partie électrique de l'installation

 

P B

(Fr CFA)

Prix de remplacement du panneau

 

P P

(Fr CFA)

Durée de vie de la partie batterie

 

T B

(Mois)

Durée de vie du panneau

 

T

P

(Mois)

Entretien d'un professionnel

E

(Fr CFA. Mois -1 )

Salaire des responsables : partie fixe

S (Fr CFA. Mois -1 )

% du prix de la recharge : partie variable

 

S %

(%)

Marge de sécurité (fond de réserve en cas de charge exeptionnelle)

 

R %

(%)

Prix de la recharge

 

P

(Fr CFA)

Pour affiner le modèle au maximum, nous avons décidé que le prix de la recharge devait prendre en compte la compétitivité face aux autres installations dans les lieux voisins. Pour modéliser sa compétitivité géographique, nous définirons une sphère d'influence délimitée par le coût final pour l'utilisateur qui prend en compte le prix de la recharge et du déplacement (coût de l'essence). Or toutes les personnes dans cette sphère ne se rendront pas forcément à la station de recharge, à cause d'une déperdition de l'information (les gens éloignés ne sauront pas forcément que la station existe) ou d'un manque d’intérêt par habitude ou autre.

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Donnée ou variable Symbole (Unité) Prix du litre d'essence

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Donnée ou variable Symbole (Unité) Prix du litre d'essence

Donnée ou variable

Symbole (Unité)

Prix du litre d'essence

 

P E

Densité de population au km²

D P (Personne par km²)

% de personne ayant un portable

 

D %

(%)

Rayon de la sphère d'influence

 

R (km)

Prix maximal de compétitivité

P

m

(Fr CFA)

Consommation du moto

M c

(L par km)

Densité de portable au km²

D n

(nombre par km²)

Durée d'une batterie de portable

 

T r

(jour)

Nombre de portable à recharger

N

(nombre)

Nombre de portable à recharger dans le mois

N

r

(nombre)

Coût de l'installation et de son fonctionnement

C o

(Fr CFA/unité)

Pour modéliser cette perte d'information suivant le rayon d'éloignement et le rayon de la sphère d'influence, nous considérons que chaque personne est modélisée par une variable aléatoire Xi qui a une

probabilité P(r) de connaître et d'utiliser la station donc :

G ( r )= X i ( r ) en loi, et représente le taux de connaissance de la station des personnes à la distance r

i

Grâce au théorème central limit, nous pouvons modéliser G par une gaussienne :

G ( r , R )= A ( exp ( r² )− B )

Localement l'information est parfaite donc G(0, R) = 1 et l'information décroit jusqu'à valoir 0 à la limite de la sphère d'influence G(R, R) = 0. Nous obtenons donc :

G ( r ,R )= e 1 ( exp ( r² )− 1 e )

e

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 1) Détermination du nombre de recharge en fonction du

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 1) Détermination du nombre de recharge en fonction du prix

1) Détermination du nombre de recharge en fonction du prix

Supposons une personne à une distance r de la station. Il possède une motocyclette qui consomme une certaine quantité d'essence à chaque kilomètre. Le coût en essence pour faire l'aller-retour est donc :

C A R ( r )= 2r M c P E

Supposons que le prix de la recharge à la station est P. Le rayon de la sphère d'influence est déterminé comme la distance que doit parcourir une personne et que la recharge et l'essence lui coûtent le prix maximum de compétitivité, c'est-à-dire :

R / C A R ( R ) + P = P m P m P

Donc : R ( P )=

2 M c P E

Nous allons maintenant déterminer combien il y aura de portable à charger par mois, pour cela nous allons prendre en compte la perte d'information dû à l'éloignement et la densité de portable au km², puis nous allons intégrer par couronne sur le disque fermé défini par la sphère d'influence :

Aire d'une couronne infiniment fine de rayon interne r et d'épaisseur dr : 2 π r dr Densité de portable : D n = D % D P

R

Donc N =

r = 0

2 π r D n G ( r , R ) dr

Soit N = 2 π D n

e

e1

R

r = 0

r [ exp ( r² )− 1 e ] dr

Nous pouvons reconnaître l'intégrale d'une forme : f' g'(f) aux coefficients près

Donc : N = 2 π D n

( e2 )

( e2 )

31

e

e1

2e

= π D n

( e1)

De plus : N r = T r N

Enfin: N r =

π ( e 2 )

124 ( e1 )

T

r D % D P

( M c P E ) 2

( P m P ) 2

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 2) Détermination de la fonction de coût Pour la

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

2) Détermination de la fonction de coût

Transverse n°3 2) Détermination de la fonction de coût Pour la suite, nous avons évoqué le

Pour la suite, nous avons évoqué le salaire du responsable de l'installation pour des commodités de modèle, nous considérerons qu'ils sont payés par une part fixe et une part variable qui est fonction du nombre de portables rechargés et du prix de la recharge, donc le salaire de la personne en fonction de la quantité de recharges effectuées dans le mois est :

Salaire = S + S % P N r

Nous devons tout d'abord faire en sorte que toute les dépenses soit ramenée à un forfait au mois, nous obtenons ainsi un total des dépenses qui constitue alors un coût fixe. Nous introduisons une marge de risque au cas où les pannes surgiraient avant le temps prévu.

Coût fixe dû à l ' installation =(

I

T I

+

P B + P P + E ) ( 1 + R % )

T B

T P

Nous obtenons ainsi une fonction de coût totale de la forme :

C o ( p ,N r )=(

I

T I

+

P B + P P + E ) ( 1 + R % )+ S + S % P N r

T B

T P

3) Résolution du modèle

Nous avons ainsi deux fonctions :

une

fonction

de

une

fonction

de

demande :

N r ( p )=

coût : C o ( p )=(

I

T I

π

( e2 )

124

( e1)

T

r D % D P

( M c P E ) 2

(

P m P ) 2

+

P B + P P + E ) ( 1 + R % )+ S + S % P N r

T B

T P

Pour simplifier les calculs, nous poserons :

A =

π ( e 2 )

124 ( e1 )

T

r D % D P

( M c P E ) 2

et

Donc nous avons maintenant :

N r ( p )= A ( P m P ) 2

I

B = ( T I

+

P B + P P + E ) ( 1 + R % )+ S

T B

T P

et

C o ( p )= B + S % P N r

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Nous cherchons à réaliser un profit positif non nul

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Nous cherchons à réaliser un profit positif non nul :

Π

= N r P C o = AP 3 2AP m P 2 +( AP m S % N r ) P B

2

P 2 +( AP m − S % N r ) P − B 2 Si

Si nous voulons effectuer une résolution numérique exacte de notre modèle :

Nous supposerons que N r est constant pour de petite variation de P (approximation à l'ordre 0).

Il faut donc étudier ce polynôme du troisième ordre (accroissement et racines).

Pour le taux d'accroissement :

Π ' ( P )= 3AP 2 4AP m P + AP m S % N r Δ 1 = 4A 2 P m S % N r

2

2

Nous ne pouvons plus établir de résultats généraux à partir d'ici, à moins de poser une condition qui pourrait ensuite ne pas réellement être applicable à notre situation, l'étude de l'accroissement est donc reporter à l'application numérique.

Pour les racines du polynôme, nous allons procéder par la méthode de Cardan qui peut se résumer en la suite d'étapes que voici :

Mise sous forme d'une équation du troisième ordre réduite, par changement de variable, de la forme :

X 3 + α

X + β = 0, avec P = X + γ

Un changement de variable de la forme : X = u+v

Condition sur le changement de variable.

Passage par un polynôme du deuxième ordre suivie de sa résolution

Remonter à la solution au travers des changements de variables

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Appliquons la méthode : AP 3 − 2AP m

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Appliquons la méthode : AP 3 − 2AP m P

Appliquons la méthode :

AP 3 2AP m P 2 +( AP m S % ) P B = 0

2

Posons P = X + 2

3

Nous obtenons donc l'équation réduite suivante :

P m

A

X 3 + ( S % 3 A P m ) X +( 2 A P m 3 2 P m S % B ) = 0

1

2

9

3

On pose :

α =

S % 1 AP m

3

2

A

, β =

2

9

A

P m 3 2 P m S % B

3

A

et enfin

X = u + v

Ainsi, nous obtenons : u 3 + v 3 +( 3uv + α ) ( u + v )+ β = 0

Nous obtenons ainsi le système suivant : { u 3 + v 3 = β

u

3 v 3 = α 3

27

et on pose

3uv + β = 0

Ce système constitue la somme et le produit de deux variables : u 3 et

Ce sont donc les racines d'un trinôme du second ordre : Y 2 + β Y

v 3

3

α 27 = 0

Nous pouvons donc calculer son discriminant : δ = β 2 +

4

27 α 3

A partir d'ici, nous ne pouvons pas trouver de solutions générales (trois cas possibles) pour pouvoir poursuivre simplement, pour continuer il nous faut passer à la résolution numérique du modèle pour pouvoir interpréter tous les signes. Nous verrons par la suite qu'il est peu judicieux dans notre cas de continuer au delà la résolution exacte

4) Application numérique Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Tout d'abord, pour simplifier le calcul,

4) Application numérique

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

numérique Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Tout d'abord, pour simplifier le calcul, nous allons

Tout d'abord, pour simplifier le calcul, nous allons choisir de donner un salaire fixe au responsable.

Puis nous allons calculer toute les constantes que nous pouvons grâce aux valeurs suivantes :

Noms

Valeur numérique

Explication

Prix maximal

300 Fr

Prix du marché local

Salaire variable S%

0 Fr/mois

Nous considérons un salaire fixe

Salaire fixe S

5000 Fr/mois

Payé en demi temps

Densité de population Dp

119 Hab/km²

Source Banque mondiale 2011

Taux d'équipement en téléphone D

33,00%

Sondage à main levée dans les villages

%

Consommation moyenne d'une motocyclette au km Mc

0,054 L/km

Consommation moyenne moto et scooter 5,4L au

100km

Prix de l'essence au litre Pe

555,11 Fr/L

1,16$/L au Togo 2009-2013 : banque mondiale

Durée d'une batterie de portable Tr

4 jours

Batterie de mauvaise qualité

Investissement initial I

982

500 Fr

1500€ de matériel et d'installation

Durée d'amortissement Ti

120

mois

10 ans d’amortissement

Prix de remplacement des batteries Pb

366

800 Fr

560€ de prévision pour remplacer les batteries

Durée de vie des batteries

60 mois

5 ans de durée de vie

Prix de remplacement du panneau Pp

0 Fr

Rachat de toute une installation donc pas besoin de compter le changement du panneau.

Durée de vie du panneau Tp

180

mois

15 ans de durée de vie

Intervention d'un professionnel E

3275 Fr par mois

Déplacement plus intervention (tous les 6 mois)

Facteur de risque R%

30,00%

En cas de dommage de la station pour cause de mauvais usage

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Nous pouvons remarquer que la durée de vie théorique

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Nous pouvons remarquer que la durée de vie théorique d'un

Nous pouvons remarquer que la durée de vie théorique d'un panneau est un multiple de la durée de vie théorique d'une batterie et que cela implique un rachat complet d'une installation au terme de la durée de vie d'un panneau.

La résolution devient tout simplement impossible car la taille des nombres manipulés introduit des erreurs d'arrondis dans des calculs répétés et fastidieux, ce qui peut introduire des erreurs. Une résolution graphique ou purement numérique par approches successives seraient bien plus rapide et tout aussi précise (car nous ne cherchons le prix qu'à l'unité près).

Voici les fonctions de notre situation représentées graphiquement :

fonctions de notre situation représentées graphiquement : R ( P )= P m − P 2

R ( P )=

P m P

2M c P E

= 5 0,01688 P

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 N r = π ( e − 2 )

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

N r =

π ( e2 )

124 ( e 1 )

T

r D % D P

(

M c P E ) 2

( P m P ) 2 = 0,0187 ( 300P ) 2

2 ( P m − P ) 2 = 0,0187 ( 300 − P ) 2
2 ( P m − P ) 2 = 0,0187 ( 300 − P ) 2

C o ( p )=(

I

T I

+

P B + P P + E ) ( 1 + R % )+ S + S % P N r = 32 848,6

T B

T P

Π = Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 AP 3 − 2AP m P 2

Π =

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Π = Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 AP 3 − 2AP m P 2 +(

AP 3 2AP m P 2 +( AP m S % N r ) P B = 0,0187 P 3 11,22 P 2 + 1683 P 32 848,6

2

P 3 − 11,22 P 2 + 1683 P − 32 848,6 2 On peut remarquer

On peut remarquer que l'installation est viable si le prix est compris entre 19 Fr CFA et 218 Fr CFA et que le maximum de profit est dégagé pour un prix au alentour de 100 Fr CFA ( profit de 47 645 Fr CFA).

Pour déterminer le prix, il faut prendre en compte, la capacité de recharge de l'installation, il faut pouvoir recharger entre environ 125 (~4 portables par jour) et 1500 (~50 portables par jour) portables par mois. Pour un maximum de profit, il y aura 748 (25 portables par jour) recharges par mois.

Voici les trois valeurs extrêmes :

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Prix Nombre de recharges par mois Nombres de recharges

Energie-Togo Phase 1

Projet Transverse n°3

Energie-Togo Phase 1 Projet Transverse n°3 Prix Nombre de recharges par mois Nombres de recharges par

Prix

Nombre de recharges par mois

Nombres de recharges par jour

Distance d'influence

19

1477

48

4,68

100

748

25

3,31

218

126

4

1,32