Vous êtes sur la page 1sur 6

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

déterminer des « périmètres de sécurité » au sein
desquels les pouvoirs de police seront renforcés, et de
François Sureau: «Nous nourrissons et
fermer des lieux de culte.
cajolons la bête immonde»
PAR JÉRÔME HOURDEAUX
ARTICLE PUBLIÉ LE SAMEDI 16 SEPTEMBRE 2017

L'avocat François Sureau publie un recueil de ses
trois plaidoiries devant le Conseil constitutionnel
ayant débouché à trois censures de textes sécuritaires.
Pour Mediapart, il revient sur l'érosion continue des
libertés publiques en France, sur la faiblesse des débats
parlementaires et sur les dangers portés par la nouvelle
loi antiterroriste en cours d'adoption à l'Assemblée.
Ces dernières années, les bonnes nouvelles ont été
rares pour les défenseurs des libertés publiques. Après
le virage sécuritaire de Sarkozy, l’avalanche de textes
antiterroristes et le déclenchement de l’état d’urgence
sous le mandat de François Hollande, Emmanuel
Macron s’est d’ores et déjà placé dans la droite ligne
de ses prédécesseurs.
Dans ce paysage particulièrement sombre, les seules
Mercredi 13 septembre dans la soirée, la commission éclaircies sont venues du Conseil constitutionnel.
des lois de l’Assemblée a adopté les contours de la Depuis une loi de 2008, celui-ci peut en effet être
nouvelle loi antiterroriste qui sera votée en deuxième saisi par tout citoyen via une « question prioritaire
lecture à la fin du mois. Ce texte est censé mettre de constitutionnalité » (QPC). Plusieurs associations,
fin à l’état d’urgence en vigueur depuis près de comme la Ligue des droits de l’homme ou le collectif
deux ans, mais en en transposant les principales des Exégètes amateurs, se sont fait une spécialité de
dispositions dans le droit commun. Cela veut dire cette procédure, avec un succès relatif.
que, en temps normal, les autorités administratives
Dans cette guérilla juridique lancée par les
auront la possibilité d’ordonner des perquisitions
associations, maître François Sureau peut se vanter
administratives, des assignations à résidence, de
d’un sans-faute. L’avocat et écrivain a défendu,
et remporté, trois QPC. L’une portait sur le délit
de consultation habituelle de sites terroristes,
une autre sur le délit d’entreprise individuelle
terroriste, et la dernière sur une disposition de l’état
d’urgence permettant de limiter les déplacements
d’un suspect.
Pour chacune de ces procédures, François Sureau avait
livré, devant le Conseil constitutionnel, des plaidoiries
particulièrement inspirées et engagées, rappelant les
grands principes du droit mis à mal (voir ici, à partir de
12''40', celle sur les interdictions de séjour). Celles-
ci ont fait l’objet d’un recueil, publié le 31 août
aux éditions Tallandier et intitulé Pour la liberté. Me

1/6

basiques : l’importance de que je traite – et qui ont trait aux détenus. car nous partageons la même 2/6 .Directeur de la publication : Edwy Plenel www.mediapart. Nous avons également une La difficulté est alors de faire sortir sa plaidoirie de durée de temps de travail des policiers qui a fait l’abstraction. sur ses convictions que des positions de principe auxquelles je crois et sur ses inquiétudes face à la situation actuelle des profondément. ces lois antiterroristes fois un cas particulier. le président vous interrompt et vous demande deviennent difficiles ? On peut juger que oui. c’est uniquement le point de savoir taux d’encadrement de policiers analogue à celui si la loi est conforme à la déclaration des droits. Il faut à chaque fois réussir à mettre en diminuer les libertés des citoyens plutôt que de balance la position de principe et ses conséquences sur travailler à rendre la police plus efficace. Cela veut dire que la défendre. Nous avons. je ne défends d’un avocat plaidant une QPC. Les La technique constitutionnelle permet au fond. Au. du reste de l’Europe. Je choisis donc mes causes. des siècles doit disparaître lorsque les circonstances delà. ça a une conséquence très directe. comme ministres de l’intérieur successifs. Je vois trois différences principales. à ce titre. un formidable aveu procédure. aux libertés la liberté d’expression et de la liberté de pensée. en France. de justice… N’y a-t-il pas un décalage à devoir Pour moi. au-delà des mesures. J’ai rappeler des principes si fondamentaux devant une longtemps été avocat à la cour et. Je pense au contraire qu’en concentrer sur un seul point de principe. La plaidoirie inacceptable. Et malgré cela. un L’objet du débat. Et concernant les trois QPC de votre livre. on plaide entre 15 à 20 minutes. vous revenez à des principes « droite » ou « gauche ». droits de l’homme. la frontière n’est pas du tout pourquoi la suspicion ne peut fonder une décision celle de la gauche et de la droite traditionnelles. nous avons un taux constitutionnelle a nécessairement un côté politique. d’impuissance de l’État. même de conclure. tous rapidement toute technique. terroristes une victoire sans combat. les faits n’existent plus. y compris de la Cour La troisième différence est qu’une plaidoirie des comptes. mais pas au sens Dans vos plaidoiries. Je trouve cela l’ensemble de la vie politique et sociale. publiques et à l’asile –. Dans la plupart des sujets extrêmement simples. nous donnons aux conviction philosophique. sur une seule détruisant notre système de droits. je suis convaincu que les membres que c’est l’exercice normal des droits de la défense du Conseil constitutionnel ont les mêmes convictions et que celui-ci prime sur toute autre considération.fr 2 Sureau revient pour Mediapart sur le travail particulier Devant le Conseil constitutionnel. Cela oblige à ramasser sa pensée et à se si ce n’est pas mon cas. qu’est- Les plaidoiries devant le Conseil constitutionnel ce qui a fait la différence ? sont-elles très différentes de celles devant les cours Dans ces trois plaidoiries. C’est une part de La deuxième différence est que nous sommes dans le notre honneur collectif qui est en jeu et nous devons domaine du droit constitutionnel. il y avait au fond deux traditionnelles ? Comment avez-vous abordé celles questions fondamentales : une théorique et une de ces QPC ? pratique. de s’écharper sur des queues de pris en main par leur administration. Tout d’abord. que moi sur ces sujets. d’élucidation des crimes et délits insuffisant. La première tient La question théorique était la suivante : est-ce que le à la durée : lorsque l’on plaide devant le Conseil système de droits que nous nous sommes donné au fil constitutionnel. aura forcément un aspect politique. Mais cette affaire n’est pas l’objet du débat. Dans toutes mes plaidoiries La question pratique qui est sous-jacente est la devant le Conseil constitutionnel. une affaire à l’origine de la sont. l’objet de nombreuses critiques. il juridiction telle que le Conseil constitutionnel ? m’est arrivé de plaider pour des personnes ou des Il y a deux questions très importantes dans ce que vous causes que je n’approuvais pas simplement parce dites. il y avait à chaque suivante : par bien des aspects. préfèrent cerise.

Quelques aimerait qu’au Parlement il y ait un vrai débat où jours après que nous avons obtenu l’annulation de le ministre de l’intérieur viendrait nous montrer. mais celle du contournement première semaine. quasiment personne ne dit que sous l’état d’urgence. aussi douloureux soient-ils. Et sur les questions dont nous parlons La qualité du débat sur ces questions tranche avec celle d’ailleurs. la qualité de la pas les crimes et je hais le terrorisme. En fait. il y a eu 6 000 3/6 .Directeur de la publication : Edwy Plenel www. Et parallèlement. ces grandes questions ont une nouvelle fois Mais depuis une dizaine d’années. La lecture des débats est Tout le monde dans les cercles informés. pour que ce n’ont même pas été évoquées. n’empêche nullement une répression efficace. Ou en tout cas que Philippe Bas et Éric Ciotti l’ont réintroduite via un leur efficacité justifie l’ampleur de la diminution des amendement à la loi sécurité publique qui était alors libertés publiques. Nous avons été élevés par des aînés à la fin du mois par les députés. moins on discutait des principes. S’agit-il juste d’un vernis disparaisse. On Une chose m’a frappé à cet égard. en ce qui concerne la répression de la décision de l’autorité qui la fait respecter. J’aurais aimé qu’on en débatte sérieusement à ce que signifiait la décision rendue par sérieusement. Il a sauté dans l’administration. débats. ou ceux de la loi liberté et de tribune destinée à montrer la facilité avec laquelle sécurité de 1981. disparu. consultative des droits de l’homme (CNCDH) quel que soit le nombre de morts. Les alertes et analyses du que tout ça n’était peut-être qu’un vernis. Quand vous regardez Quand je plaide ces QPC. y passionnante : la seule question que les parlementaires compris dans la magistrature. vous vous apercevez qu’alors au le gouvernement s’exempte de principes élémentaires. les députés mesures d’exception sont efficaces. c’est le ministre de l’intérieur dans une boîte. hélas. Il y avait des figures Je vous accorde qu’il y a là de ma part peut-être de la gauche libérale ou de la droite modérée qui une forme de naïveté. Toute La commission des lois vient d’adopter la version personne ayant fait son droit connaît très bien ces de la nouvelle loi antiterroriste qui sera votée grands principes. Le sérieux a. examinée par le Parlement. Quand vous regardez les débats parlementaires auxquels vous faites allusion. c’est à eux et pas à moi qu’il faut donner le de périodes que nous considérons volontiers comme crédit des décisions qui ont été rendues. autrement plus répressives. au mois de février 2017. Cela n’a pas empêché de le maintenir ne se sont même pas donné deux jours pour réfléchir bien plus longtemps. la disposition relative à la consultation de sites documents et statistiques à l’appui. décision du Conseil constitutionnel de 1977 sur la je transforme le Conseil constitutionnel en une espèce fouille des véhicules. Mais je suis discussion juridique dans le débat parlementaire a elle convaincu que le maintien des garanties individuelles aussi complètement disparu. Globalement. Il a suffi Défenseur des droits ou de la Commission nationale de quelques attentats. De colère peut-être aussi.fr 3 culture de base. On s’opposaient dans le principe aux restrictions abusives touche là quelque chose qui a été pour moi une grande pour des raisons de fond. je m’adresse au fond moins les débats parlementaires au moment de la célèbre à eux qu’au gouvernement et au Parlement. en quoi des terroristes. comme on dit. convient que l’état se sont posée n’est pas celle du respect de la d’urgence a pu avoir une efficacité limitée dans sa déclaration des droits. Ils terroriste. y a de plus inquiétant dans la période actuelle.mediapart. Nos gouvernements pensent désormais. une boîte répressive. Je ne défends qui fait la loi. Cet aspect-là a à peu près surprise de ces dernières décennies et qui est ce qu’il complètement disparu. Lors de leurs qui nous les rappelaient comme des vérités intangibles. manque de qualité du débat ou d’un aveuglement où le contrôle politique des exécutifs sur les volontaire ? ministres de l’intérieur successifs a quasiment disparu. en France. on se rend compte été quasiment absentes. le Conseil constitutionnel.

administratif et politique. Les lacunes travail et qu’il ne fallait pas y céder. il y avait encore toute une possible l’action du gouvernement sans tenir compte génération de gens – comme Bredin. mais de la « mauvaise nous éloigner de ce qui fait notre honneur collectif. après avoir été à expliquer cette évolution ? N’y a-t-il pas à ministre de l’intérieur du général de Gaulle. soit de fraude fiscale. vous avez parfois bousillé la donc portés à accepter tous les dispositifs sécuritaires vie des gens. Les Français se disent de liberté. premiers jours. qui n’était pas un humaniste bêlant. Le premier de ces grands Tout d’abord. Les Une deuxième raison est probablement plus profonde. vous soulignez que Même Roger Frey. Il était à l’époque intellectuelles du personnel politique suffisent-elles président du Conseil constitutionnel. Au cours de qu’ils veulent. Nous assistons à une disparition non Je crois tout simplement que nous sommes en train de seulement des principes. Leclerc… – qui auraient rappelé les principes. les Français. Est-ce que ça a convaincu que la formation juridique de base permis d’éviter une vingtaine d’attentats ? Le jeu en est extrêmement insuffisante dans le personnel vaut-il la chandelle ? Mais même ce débat-là. au fil des lois. on peut toujours en discuter. ne sert à rien. tout ce à-dire des crimes d’ordre intellectuel. passé les d’indépendant du gouvernement. progressivement mises à mal sous prétexte soit de Et comment expliquez-vous cette perte de terrorisme.fr 4 perquisitions administratives pour 41 mises en société étant devenue globalement très individualiste. La républicains. considéré dans son esprit et relativement ne débat pas des principes. extrêmement faible. et pas seulement un projet individuel. philosophie des droits repose sur deux idées centrales. « mauvaise conscience » ? soit de grand banditisme. grands moments de libertés publiques en France Les grandes voix du passé portaient un projet collectif ont été relativement réduits. cette dérive sécuritaire remonte en réalité aux rappelait en 1977 qu’il ne se passait pas de semaine années 1980 avec la constitution. Ils sont ces 6 000 perquisitions. 20 sont des l’idée du projet collectif de liberté a disparu. examen. que les gens se sentent menacés par l’insécurité. sont pas les amis des libertés publiques. Il y a ensuite des raisons anecdotiques. Je suis Après. Dès lors mises en examen pour apologie du terrorisme. il n’y a désormais plus des libertés ». L’état privé de sa liberté que par la décision de quelqu’un d’urgence. l’œuvre une certaine logique. vous êtes intervenu dans leurs libertés possibles. Elle le croit parce que contrairement à la légende qu’ils se donnent. pratique. Donc non seulement le Parlement au droit. leur 4/6 . une sorte de technocratie juridique. c’est une vie privée tranquille. une vision des libertés résumée dans la phrase « la sécurité est la première Ces voix se sont tues. mais je me dis souvent qu’en fait.Directeur de la publication : Edwy Plenel www. Badinter. Et pourtant l’opinion le croit. Et sur les 41 mises en examen. une plus de la réalité. c’est. dès lors que ça ne les gêne pas dans leurs individuelles de manière brutale pour un résultat vies individuelles. ne personne ne la dément. il y a une abdication complète de principes est que la liberté est la règle et la restriction la fonction pédagogique du personnel politique. Dans l’une de vos plaidoiries. S’est aujourd’hui substituée nous ne l’avons pas. systématiquement citée lors des que le Conseil constitutionnel et son président qui débats parlementaires ? représentent le dernier recours des libertés publiques en France. soit de pédophilie. Sur le plan historique et philosophique. en matière de lutte contre le terrorisme. technique visant simplement à rendre juridiquement Il y a 20 ou 30 ans. Henri des grands principes du droit. mais il ne débat pas non à ses fins. La conscience élémentaire » des gouvernements. Le second est qu’on ne peut être surtout du personnel politique parlementaire.mediapart. tout le monde le sait. et de police l’exception. sans que la police ne vienne proposer à son ministre d’un droit d’exception au nom de la lutte contre le des mesures excessives dans le but de faciliter son terrorisme et de la grande criminalité.

les prétextes les plus divers. sauf bien sûr concernant l’égalité formelle. dont tout le monde nous vante les charmes comme si Un autre élément est à noter sur le plan historique : c’était le régime idéal. c’est de Vichy. les deux ensemble. Sauf que.Directeur de la publication : Edwy Plenel www. La nouvelle loi antiterroriste qui doit être adoptée Devant les juges constitutionnels. Un mélange de libéralisme économique et en France est une option qui a toujours été minoritaire de contrôle policier typique des régimes bonapartistes et qui a été combattue tour à tour par la droite. Eh bien il n’y a pas à discuter : nous cajolons depuis très longtemps la bête immonde. ne marque-t- entre la France d’aujourd’hui et celle de la guerre elle pas un tournant par rapport aux précédents d’Algérie ou de la Seconde Guerre mondiale.mediapart. On les fait souvent avec un certain n’est que l’une des stations de ce chemin. comme aujourd’hui. Nous sommes le pays de liberticides n’ont aucun impact sur la vie quotidienne la déclaration des droits de l’homme. L’opinion pour les droits individuels Empire. en étant intégrée au membres de la Commune. la volonté générale est pas parce que le ventre est encore fécond d’où a surgi parfaite. ce n’est pas Louis XIV qui a fait fonctionner la continuité entre l’Ancien Régime et la République sur gégène à Alger. la tardifs. Il faut le reconnaître : nous bloc de constitutionnalité par la décision « Liberté n’aimons pas vraiment la liberté. parce que ces mesures nous l’avons toujours été.fr 5 régime idéal. Je crains que pour que l’on puisse poser des questions de principe nous ne soyons en train de revenir à ce qui est en réalité devant le Conseil constitutionnel après les saisines nos fondamentaux impériaux. C’est très difficile à combattre. vous assumez à la fin du mois de septembre. on applique plus de sécurité. au sens du Second parlementaires. que République n’a fait que donner à cette idée la sanction nous avons fait une faute qui est Vichy. textes ? Au-delà des figures de style d’une plaidoirie. c’est aussi la République des nous avons une construction politique orientée autour guerres coloniales et de la torture en Algérie. Il y en a eu douze dernières années ? en quinze ans ! Et nous basculons dans l’idée que la Je voudrais d’abord revenir sur les comparaisons liberté est l’exception et le contrôle la règle. » Je pense l’inverse. Cette dernière n’a pas été la rupture que Quand je cite ces exemples historiques. À l’heure actuelle. ce n’est pas l’on veut faire croire. Les Ça m’amène à votre seconde question : serions-nous Britanniques respectent l’Habeas corpus depuis 1689 ! en train de basculer dans quelque chose de nouveau ? Et il a fallu attendre 2008 et l’introduction de la QPC Je crains que ça ne soit encore pire que ça. On se dit : « Nous sommes des gens bien. il y a une sache. et la déportation des soit réellement appliquée. la volonté générale veut la bête immonde… Pas du tout ! Nous nourrissons et plus de sécurité. La République généralisé. Je mets dans le même On a vite oublié qu’il a fallu attendre 1971 sac l’expulsion des religieux au moment de la loi de pour que la déclaration des droits de l’homme séparation de l’Église et de l’État. et pour le Vichy : le plus souvent. et que rousseauiste de la volonté générale : comme l’État désormais il faut faire attention à ce que ça ne revienne incarne la volonté générale. gauche ou. sous sommes en démocratie. Mais il y a des Français. angélisme. Je ne pense pas que cette loi fasse basculer la France la situation est-elle si grave ? Pensez-vous par dans un autre régime. nous n’avons pas été des gens reste ils s’accommodent assez bien du contrôle policier bien en matière de droits individuels. Comme l’a montré Tocqueville. c’est l’Empire. ce point. Ce qu’ils veulent. en transposant l’état à plusieurs reprises des comparaisons historiques d’urgence dans le droit commun. à la longue. L’État organise nos vies. La pour montrer que nous sommes des gens purs. d’association » du Conseil constitutionnel. Cette loi historiques. Que je de l’État. nous basculons loi exemple que nous ayons changé de régime ces sécuritaire après loi sécuritaire. le régime de de liberté s’en trouve affecté et que c’est tout un projet 5/6 . le climat général un épisode horrible dans notre histoire. un peu de vanité nationale. En réalité.

4. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon. Edwy Plenel. C’est encore plus grave que le sont pas des gouvernements extrémistes. 8 passage Brulon. François Bonnet. étape les mains. de sang-froid. Laurent Mauduit.88€. ou par courrier directs et indirects : Godefroy Beauvallet. Actionnaires peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart. le service abonné de Mediapart (Président). que nous Dans votre livre. Marie-Hélène Smiéjan. dans l’indifférence générale. faite par des gens qui étaient plongés dans la guerre Ils sont obligés de ruser. 75012 Société des Amis de Mediapart. remporté trois QPC. Le Conseil constitutionnel est désormais le dernier Il n’y a pas de ligne rouge et toute l’habileté de rempart de la société de liberté.fr Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart.Directeur de la publication : Edwy Plenel www. à l'adresse : Service abonnés Mediapart. mais au moins ce ne contrôle aux frontières. sécuritaires de ces dernières années. Michel Broué. vous saluez le travail du restera-t-il pour défendre nos libertés ? Conseil constitutionnel devant lequel vous avez. Laurent Chemla. du ministère de l’intérieur. Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08 Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. et qu’il va tout simplement faire vivre le quart du territoire en fera changer par des nominations progressives la situation de contrôle administratif. Société par actions Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. technique. immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. après étape. au cas où les tout de même fixé des limites. On nous aurons un gouvernement extrémiste. Edwy Plenel Abonnement : pour toute information. c’est le Conseil constitutionnel. ils ont Je crains beaucoup pour l’avenir. sur ces sujets. F. Mais ce n’est pas une attentats du FLN. ou écologistes durant la COP21. a validé les assignations à résidence de militants comme la présence de militaires dans nos rues. Il y avait plusieurs morts par jour : les et ils en arrêtent d’autres. L’exécutif est entre l’administration est justement de transformer. contingent qui mouraient là-bas… Malgré cela. question ou conseil. rue Saint Hilaire 86000 Poitiers.88€.fr 6 politique d’émancipation de l’homme qui disparaît. Mais celui-ci a par mobilisation citoyenne résolue en faveur des libertés ailleurs validé la quasi-totalité des autres mesures publiques. Vitrani . C’est dire notre manque gouvernements du futur soient moins convenables. ce texte m’inquiète. Thierry Wilhelm. éditeur. les lignes rouges en lignes roses puis en Il n’y a plus de débat au sein du Parlement autre que lignes blanches. Laurent Mauduit. imprimeur : la Société Editrice de Mediapart. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864. est une idée qui constitutionnels ont été nommés et non pas élus. et demain des nos libertés ? contrôles « au faciès » sur un bon quart du territoire. Propriétaire.mediapart. Ils ne me paraît blâmable. Société Ecofinance. Sébastien Sassolas. comme lorsqu’il des mesures auxquelles on s’accoutume peu à peu. Ça se traduit par très large de l’état d’urgence. 75012 Paris. Les gouvernements actuels ne me satisfont pas sur Je suis spécialement inquiet des dispositions de le plan des libertés publiques. existantes permettent de réprimer les activités Or il est très difficile d’être « le dernier rempart » de terroristes. les appelés du situation satisfaisante. Conseil d'administration : François Bonnet. rendu des décisions permettant une application Mais c’est insaisissable. parce qu’il quelque chose dans une société politique. L’idée d’en rajouter une couche. Peut-on réellement la possibilité de mener des perquisitions de nuit sur compter sur le juge constitutionnel pour défendre simple décision d’un fonctionnaire. Les lois antiterroristes débat de principe. la mobilisation ne pourra être qu’une certes. Les juges faut bien sortir de l’état d’urgence. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90 Capital social : 24 864. Société Doxa. plus encore que les assignations à résidence. Ils laissent passer des choses d’Algérie. impalpable. Notre loi sur l’état d’urgence a été peuvent s’asseoir à répétition sur la volonté générale. Le seul endroit où il peut y avoir encore un Oui. les attentats de l’OAS. Le jour où reste. Paris. Il a également Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris Directeur éditorial : François Bonnet Courriel : contact@mediapart. publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. Vous pouvez Marie-Hélène Smiéjan . composition du Conseil constitutionnel.fr. 6/6 . Mais selon moi.