Vous êtes sur la page 1sur 1

Partant de l'esprit originel rgnant sur l'Internet (anarcho-libertaire) qui fonctionnait sur la base des

principes de libert et de gratuit, certains ont dit qu'il y avait un vide juridique, que les rseaux
numriques taient hors-la-loi. Le droit commun ne s'appliquerait-il pas aux activits sur les rseaux
? Il va sans dire qu'une telle assertion est totalement fausse, ne ft-ce que parce que les rseaux sont
devenus des vecteurs mercantiles et qu'ils constituent un enjeu gopolitique majeur pour les tats.
De plus, comme l'ont soulign avec justesse sur un plan gnral certains auteurs : " Les juristes
savent d'instinct ce que les thoriciens leur dmontrent chacun sa manire : le " vide juridique " - le
manque de rgles de droit - n'existe pas. L'ide mme est draisonnable, car, chaque instant, tout
systme juridique est apte fournir des rponses toutes les questions que ses utilisateurs se
posent. " [22]. Le contenu juridique des droits nationaux en matire de commerce lectronique
s'inspire troitement de sources internationales (A), cela souligne le rle fondateur jou par la
Commission des Nations Unies sur le Droit commercial international (C.N.U.D.C.I.) dans les domaines
de l'crit et de la signature (B). [23]