Zone(s) d’Amours

Temporaire(s)

© Alexa Karolinski & Ingo Niermann,Army of Love, film, 40 min., 2016

Si le Moyen Âge courtise l’amour et le codifie, si la Renaissance le sublime, si le XIXe veut le
légiférer, si le XXe le sexualise et le théorise, il semble que le XXIe le conjugue dans ses pluralités.
Inspiré par Army of Love d’Ingo Niermann, présentée à la biennale de Berlin de 2016, WAW
— We Are Weird — collectif artistique, présente Zone(s) d’amours temporaire(s) une exposition
collective qui mélange choses rares, nouvelles, singulières, œuvres et archives comme autant de
potentiels amoureux.

Une exposition en résonnance avec la Biennale d’Art contemporain de Lyon. Avec le soutien de
Gemini’s Tears, de l’Œil Vintage, de l’IAC et du Goethe Institut — Lyon.

L’œil Vintage — 35 rue Leynaud — 69001 Lyon

Vernissage 09/11/2017 à partir de 19 h (en présence d’Ingo Niermann grâce au soutien du Goethe
Lyon).
Exposition du 07/11/2017 au 11/11/2017,
Finnissage - « Clubbing » au Lavoir Public le 11/11/17 à partir de 20h.
Les œuvres et artistes présentées

Alexa Karolinski & Ingo Niermann, Army of Love, film, 2016

INGO NIERMANN

Né en 1969 à Bielefeld (Allemagne). Vit et travaille à Basel (Suisse). Ingo Niermann est
écrivain, journaliste et artiste. Il est proche des courants post-modernes, utopistes et de pop
littérature.

ALEXA KAROLINSKI

Née en 1984 à Berlin (Allemagne). Vit et travaille à Los Angeles (États-Unis).
Elle réalise des films et documentaires qui sont projetés dans les musées du monde entier.
Ingo Niermann & Alexa Karolinski ont présenté la vidéo The Army of Love à la biennale de Berlin
en 2016.
Le Projet Army of Love fut présenté pour la première fois durant la biennale d’Art
contemporain de Berlin en 2016 et en France à la galerie Kamel Mennour en septembre 2017.
Manifeste pour un Autre Amour, ce projet tentaculaire est une expérience autant politique
qu’amoureuse.
Le soir du vernissage (09/11/17) Ingo Niermann sera présent et nous offrira une lecture
de Solution 257 : Complete Love, elle sera suivie de la vidéo résultante du Workshop organisé par
Ingo Niermann à l’école des Beaux-Arts de Lyon. (2017)

Pipilotti Rist, Pickelporno (Pornoboutons. Pimple Porno), film, 1992

PIPILOTTI RIST

Elle vit à Zürich, Suisse. Pipilotti Rist peut être considérée comme une pop star de
la scène artistique suisse. Productrice, réalisatrice et souvent protagoniste de ses vidéos, elle
s’attache à développer des problématiques actuelles, comme celles de la différence des sexes, de
l’identité, de la féminité et de la culture du divertissement.
L’œuvre Pickelporno (Pornoboutons. Pimple Porno) est un prêt exceptionnel de l’IAC.
L’objectif de cette vidéo était pour Pipilotti de visualiser les sensations sexuelles ; elle a donc mis
au point un dispositif de tournage : une petite caméra de surveillance est attachée à une tige, et
promenée sur les corps d’un couple en train de faire (semblant de faire) l’amour.

Jean-Luc Verna, Paramour, documentation, 2001-2012 (avec l’autorisation de l’artiste et de sa galerie)

JEAN-LUC VERNA

Jean-Luc Verna est né en 1966, à Nice. Le dessin occupe une place majeure dans son
œuvre. Réalisés au graphite, ses dessins, aux figures étranges, sont souvent rehaussés de fard à
paupières ou de paillettes. Verna créée aussi des objets et des sculptures, il se met en scène dans
ses photographies.
La Paramount est l’une des plus grandes sociétés de production cinématographiques
américaines. Son logo reprend l’image d’une montagne et évoque le dépassement des limites,
l’élévation et le rêve, mais aussi la prédominance, voire la suprématie. En anglais littéraire,
Paramour signifie amant… En changeant deux lettres du logo de la célèbre firme de cinéma
hollywoodienne et en le travaillant en transfert au trichloréthylène, Jean-Luc Verna travestit
une des icônes de l’impérialisme culturel et désamorce la dimension toute puissante de l’image
initiale.
Jean-Luc Verna est représenté par la galerie Air de Paris.
Jardin, Mon Amour n’a pas de sexe, clip, 2016

JARDIN

Exilé à Bruxelles, le Français Lény Bernay aka Jardin a sorti son disque chez Le Turc
Mécanique. Une musique aussi indéfinissable qu’elle est mélancolique, miroir d’un garçon en
face d’une réalité qui ne lui convient pas.
Le son de Jardin est triste. Comme une descente, teintée d’acide. Elle fait tourner en boucle
des râles désenchantés sur des beats froids comme du béton. Une musique post-apocalyptique
d’un monde à réinventer parce qu’il nous a trop longtemps perdus dans un flux d’informations
incessant et d’images racoleuses.

Pinar & Viola, Made You Come Here (online healing experience), film, 2016

PINAR & VIOLA

L’une est turco-canadienne. L’autre néerlandaise. Pinar Demirdag et Viola Renate, alias
Pinar&Viola, forment un duo difficile à qualifier. Les deux plasticiennes sont à la fois peintres
digitales, artistes numériques, conceptrices d’imprimés et d’hologrammes.
Pinar&Viola puisent leur inspiration dans les recoins de leur inconscient, du Web et
de l’art. Les deux artistes créent des collections d’images comme des messages subliminaux
qui apaisent ou électrisent. Ici une expérience de bien-être en ligne offre des sensations de
picotements relaxantes en utilisant les principes de l’ASMR. Les artistes proposent ainsi un
insta-traitement pour notre anxiété commune.

Mélanie Lefebvre, Exquise esquisse, huile sur toile, 2016

MELANIE LEFEBVRE

Si Mélanie Lefebvre s’intéresse à des photographies des plus banales il semble que ce
soit surtout parce que celles-ci sont les plus à même de révéler les pulsions et autres déviances
latentes dans nos activités quotidiennes. Lorsqu’elle prend telle ou telle image pour sujet d’une
de ses peintures, Mélanie Lefebvre les transforme. Ces moments intimes sont dans un premier
temps transférés vers un format beaucoup plus grand qui est en inadéquation avec leurs objectifs
originaux. Mais dans ce changement d’échelle se joue aussi un changement de traitement qui fait
de ces individus des personnages chargés d’intentions qu’ils n’avaient pas.
Mélanie Lefebvre est née en 1990 à Hazebrouck, elle vit et travaille à Lyon.

Alice Mulliez, Love me Tender, installation, 2008-2017

ALICE MULLIEZ

Alice Mulliez vit et travaille partout. Elle est artiste-associée au CENTQUATRE-Paris
et co-fondatrice d’Agapanthe : Konné & Mulliez, duo artistique avec l’artiste plasticien Florent
Konné.
Tantôt révélant une fragilité par sa condition d’éphémère, tantôt puisant sa force dans
les symboles historiques et les codes sociaux. Élaborée, pour déployer toute sa beauté, la matière
alimentaire, intemporel objet de plaisir, nécessaire à la vie comme réponse à une société où tout
s’avale et se digère de plus en plus vite.
Tom de Pékin, Décor Insulaire, acrylique sur toile, 2017

TOM DE PÉKIN

Tom de Pékin, vit et travaille à Paris. Il a fondé et dirigé avec l’artiste Guillaume Dégé
les Editions des 4 Mers de 1994-2002. Il travaille dans le dessin, la vidéo, la performance, l’art
imprimé sous le nom de Tom de Pékin. En tant que militant, artiste, graphiste et réalisateur, il
s’intéresse aux rapports, aux détournements graphiques, il met en exergue l’assignation de genre
qui conditionne les différents aspects de la vie sociale et en détourne les codes visuels.
Ces trois oeuvres extraites d’une série de tableaux témoignent d’un univers autre et
singulier. Dans un décor fluide et sensuel, trempé d’une atmosphère obscure, des figures se (re)
découvrent aux grès de leurs envies. Ces toiles seront exposées pour la première fois lors de
Zone(s) d’Amours Temporaire(s).

Kirsten Lepore, Hi Stranger, film, 2016

KIRSTEN LEPORE

Kirsten Lepore, diplômée de CalArts, est une réalisatrice de films d’animation basée à
Los Angeles. En parallèle de ses films animés personnels elle travaille avec une multitude de
clients renommés. Elle a gagné des prix à SXSW, Slamdance, Stuttgart Animation festival, Vimeo
Awards, Florida Film Festival et bien d’autres.
Avec « Hi Stranger », Kirsten Lepore nous renvoit à notre désir le plus intime d’être
accepté et aimé pour qui nous sommes. À la fois drôle, étrange et touchant, ce court-métrage
nous rappelle de l’importance de l’Autre en tant que possible amoureux.

Silvano Agosti, D’Amore Si Vive (extrait), film, 1984

SILVANO AGOSTI

Silvano Agosti, né à Brescia le 23 mars 1938, est un réalisateur, scénariste, producteur
de cinéma italien. Il est également écrivain, philosophe et poète. Il est diplômé du Centre
Experimental de Cinématographie de Rome.
Diffusé pour la première fois en 1984, D’Amore Si Vive est un documentaire qui a été
tourné pendant trois années. Agosti a rencontré et interrogé la population de Parme sur les
éléments constitutifs du sentiment amoureux. Il en a extrait 7 portraits. L’extrait proposé se
focalise sur le portrait d’un enfant et le témoignage de sa sexualité bouleversante.

Fond Chomarat, archives

Le fond Michel Chomarat, témoigne d’une expérience exceptionnelle en France,
la présence dans la bibliothèque municipale de Lyon de la plus grande collection francaise
dédiée à l’homosexualité, à travers des supports variés : imprimés, iconographie, archives et
documentations.
La constitution du fonds Chomarat est lié à la vie privée de son propriétaire, à l’évolution
de la législation sur l’homosexualité, des parcours militants mais aussi à l’impact du sida à partir
des années 1980.
Le Weird Manifesto

We are weird !
WAW donne la parole aux pensées alternatives, déviantes, engagées et rares.
WAW embrasse tous les visages du bizarre avec un profond respect pour l’altérité.
WAW ne veut rien cacher, tout démystifier, tout essayer.
WAW est fluide et a envie d’apprendre du féminisme et du queer.
WAW aime les amours interditEs, passionnéEs, qui font paniquer les sens et éclater en morceaux
les évidences du sens commun.
WAW est à l’écoute de l’autre, tourné simultanément vers la création contemporaine et historique,
les publications militantes et les espaces d’expérimentation.
WAW s’oppose aux récupérations commerciales de nos luttes dans un joyeux pink washing
homonormalisant.
WAW interroge, critique, et provoque des rencontres avec des productions d’artistes ouverts.
Celles et ceux qui prolongent l’idée que nos identités, nos communautés et nos politiques sont
créatives et enrichissantes.
WAW explore, expose et explose le cœur de sa vie, ses amours, ses croyances, ses virus, ses
mythologies, ses transitions, ses migrations, ses insurrections.
WAW est là pour te surprendre.
Les Weirdos.

WAW est un collectif fluide qui, à travers expositions, performances, lectures tente
une approche par le Queer, le Féminisme et le Politique de l’Art contemporain. Avec plusieurs
évènements prévus pour l’année de 2018, autour du cruising, des mythologies du VIH, des
transidentités et des migrations et en mêlant Art contemporain avec la littérature grise Queer &
Féministe et la paralittérature LGBT.
Pour cette première édition 3 curateurs :

MATHIEU LE BRETON — Artiste – Curateur
Né en 1984, Mathieu Le Breton vit et travaille à Lyon et partout. Son travail plastique
explore des supports et techniques variés dans leurs dimensions poétiques. Ses pièces, objets,
images et textes sont emprunts d’une certaine préciosité, une sentimentalité qui s’efforce de se
jouer d’elle-même.

GIANCARLO PIRELLI – Artiste – Curateur
Giancarlo Pirelli est un jeune artiste, né en 1990. Dans son travail il s’intéresse à la
modernité liquide, la sexualité, le genre et l’apocalypse. Il mange, dort et travaille actuellement à
Lyon.

JULIEN RIBEIRO – Curateur
Né en 1984, Julien Ribeiro a créé et dirigé le Lavoir Public de 2011 à 2015. Après avoir
été consultant numérique pour Les Subsistances en 2015 et participé à la programmation d’un
colloque autour des Big Data et de ses utilisations artistiques et militantes en Belgique, il vient de
monter un nouveau projet qui débutera fin 2017, Gemini’s Tears, laboratoire corps et nouveaux
médias.