Vous êtes sur la page 1sur 4

NOTE SUR LE DELAI DE PAIEMENT PREVU PAR LA LOI 32-10 COMPLETANT LA LOI 15-95 FORMANT CODE DE COMMERCE

I. OBLIGATIONS DES COMMERÇANTS

1. DETERMINATION DUN DELAI DE PAIEMENT

Suivant la loi 32 -10 complétant la loi 15-95 formant Code de Commerce, un délai de paiement pour la rémunération des transaction entre les commerçants doit être prévu parmi les conditions de paiement que le commerçant concerné est tenu de le communiquer avant la conclusion de toute transaction à tout commerçant qui en fait la demande. Le délai de paiement des sommes dues est fixé au soixantième jour à compter de la date de réception des marchandises ou d’exécution de la prestation demandée quand le délai n’est pas convenu entre les parties. Quand le délai pour payer les sommes dues est convenu entre les parties, il ne peut

des

pas

marchandises ou d’exécution de la prestation demandée.

dépasser

quatre

vingt

dix

jours

à

compter

de

la

date

de

réception

Notons à cet effet, que les obligations des commerçants en matière de délai ne sont assorties d’aucune pénalité.

2. APPLICATION DUNE PENALITE DE RETARD DE PAIEMENT

Les conditions de paiement doivent préciser la pénalité de retard exigible le jour suivant la date de paiement convenue entre les parties.

Le taux de cette pénalité ne peut être inférieur au taux de 10% déterminé pour l’exercice 2013. (a)

Si la pénalité de retard n’a pas été prévue parmi les conditions de paiement, le taux de cette pénalité est de 10% pour l’exercice 2013.

Le taux évoqué ci-dessus est un taux annuel selon l’arrêté N° 3030-12 du 8 novembre 2012, par conséquent la pénalité de retard sera calculée selon la méthode de l’intérêt simple suivante :

Créance TTC *taux de la pénalité * (nombre de jours de retard /360).

Lorsque le commerçant verse les sommes dues après l’expiration du délai de paiement convenu entre les parties ou après l’expiration du délai de 60 jours, l’action en réclamation de la pénalité de retard se prescrit par un an à compter du jour de paiement.

3. PUBLICATION DES DELAIS DE PAIEMENT DES FOURNISSEURS

Les sociétés dont les comptes annuels sont certifiés par un ou plusieurs commissaires aux comptes publient dans leurs rapports de gestion, la décomposition à la clôture des deux derniers exercices du solde des dettes à l’égard des fournisseurs par date d’échéance, selon le tableau ci-après conformément à l’arrêté N° 3030-12 du 8 novembre 2012 :

       

Montant des dettes échues (selon modalité des délais précités)

(A)

(B)

 

Montants des

Montants des

dettes

dettes non

(C)

(D)

(E)

(F)

fournisseurs à

échues

Dettes

Dette échues entre 31 et 60 jours

Dettes échues entre 61 et 90 jours

Dettes échues de plus de 90 jours

la clôture

échues de

 

moins

30

A =

jours

 

B+C+D+E+F

Date de clôture exercice N-1

           

Date de clôture exercice N

           

Suivant l’avis technique de l’Ordre des Experts Comptables du 17 janvier 2014, la ligne comparative relative aux données de l’exercice 2012 ne sera pas renseignée du fait que l’exercice 2013 constitue la première année d’entrée en vigueur de cette obligation.

II. ASPECT FISCAL

les dispositions du paragraphe I de l’article 11 du Code Général des Impôts ont été complétées par une disposition permettant la déduction des indemnités de retard, régies par la loi n° 32-10. (b)

A noter que le paragraphe IV de la Loi des Finances 2014 relatif aux dates d’effet prévoit que cette disposition s’applique aux indemnités de retard payées et recouvrées à compter du 1er janvier 2014.

(b) Le Code Général des Impôts utilise le terme « Indemnités de retard » au lieu du terme « Pénalités de retard » prévu par le Code de Commerce.

Aussi, sur le plan fiscal, ces indemnités sont considérées selon le cas, soit comme des produits soit comme des charges, à prendre en considération pour la détermination du résultat imposable lors de l’exercice de leur encaissement ou de décaissement.

Par, conséquent, la comptabilisation de ces indemnités sera faite selon les règles comptables en vigueur et la détermination du résultat fiscal imposable se fera en procédant aux rectifications extra- comptables.

Par ailleurs, et dans la mesure où ces indemnités sont prises en considération sur le plan fiscal au titre de l’exercice de leur encaissement ou décaissement effectif, les provisions pour dépréciation s’y rattachant ne sont pas déductibles fiscalement.

En matière de TVA, L’Administration Fiscale considère ces indemnités comme des recettes accessoires passibles de la TVA au même taux que celui appliqué au chiffre d’affaires réalisé par la société.

III. ASPECT COMPTABLE

1. POSITION DE L’ADMINISTRATION FISCALE

Selon la Note Circulaire 722 relative aux dispositions fiscales de la loi de finances N° 110-13 pour l’année budgétaire 2014 « les indemnités de retard constituent des

recettes

celui appliqué au

chiffre d’affaires réalisé. »

accessoires

passibles

de

la

TVA au

même

taux

que

En comprend de ce qui précède que l’Administration Fiscale considère les pénalités de retard (indemnités) comme des produits accessoires.

2. POSITION DE L’ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES

Suivant l’avis technique de l’Ordre des Experts comptables du 17 janvier 2014, relatif aux délais de paiement prévus par la loi 32-10, les indemnités exigibles ou acquises, relatives aux délais de paiement, constituent des produits ou des charges financiers à comptabiliser comme suit :

A. Chez le fournisseur

Les pénalités de retard relatives aux créances payées en retard par les clients constituent des produits financiers à comptabiliser dans le poste 7381 « Produits financiers » en contrepartie des comptes :

1. 3421 Créances Clients si la facture de la pénalité est émise

2. 3427 Factures à établir si la facture de la pénalité n’est pas encore émise.

Ainsi, la pénalité doit être comptabilisée dans le compte 3493 « Intérêts courus non échues à percevoir » pour les créances en retard dont le paiement n’est pas encore intervenu à la date de l’arrêté.

B. Chez le client

Les pénalités constituent des charges financières à enregistrer dans le compte 63118 « Autres intérêts des emprunts et dettes » en contrepartie des comptes :

1. 4411 « Fournisseurs » si elles sont facturées par le fournisseur

2. 4417 "Factures non parvenues" à la date d’arrêté pour les dettes en retard non encore payées.

Restant à votre disposition.

Cordialement

Hicham Sentissi

Keyliance Partners

www.keyliance-partners.com