Vous êtes sur la page 1sur 112

Dossier https://sagace.juradm.fr/Dossier.

aspx

Accéder au site web de votre juridiction

0701657 - Monsieur LANDEL Guy / RECTORAT D'AMIENS

- Affectation : 2ème Chambre

Inscrit au rôle d'une audience

Requérants et défendeurs
Qualité Nom Mandataire

Requérant Monsieur LANDEL Guy

Défendeur RECTORAT D'AMIENS

Le signe indique les sous-événements


Date Mesure Acteur Qualité Délai

Monsieur LANDEL
03/07/2007 Requête nouvelle Requérant
Guy

03/07/2007 Affectation à une entité de jugement

Demande de régularisation de la Monsieur LANDEL


05/07/2007 Requérant
requête Guy

Demande de régularisation de la Monsieur


05/07/2007 Requérant 15 j
requête LANDEL Guy

Monsieur LANDEL
09/07/2007 Réception d'une régularisation Requérant
Guy

Monsieur LANDEL
09/07/2007 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
10/07/2007 Communication de la requête Défendeur 60 j
D'AMIENS

RECTORAT
10/07/2007 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

RECTORAT
19/09/2007 Réception d'un mémoire en défense Défendeur
D'AMIENS

Communication d'un mémoire en Monsieur LANDEL


21/09/2007 Requérant 30 j
défense Guy

Monsieur LANDEL
15/11/2007 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
19/11/2007 Communication d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Réception de pièces Monsieur LANDEL


01/02/2008 Requérant
complémentaires Guy

1 sur 3 16/02/2010 17:55


Dossier https://sagace.juradm.fr/Dossier.aspx

Communication de pièces RECTORAT


04/02/2008 Défendeur
complémentaires D'AMIENS

Monsieur LANDEL
30/05/2008 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
02/06/2008 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
15/01/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
19/01/2009 Communication d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
16/02/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
17/02/2009 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
04/06/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
08/06/2009 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

10/07/2009 Affectation à une entité de jugement

RECTORAT
22/07/2009 Réception d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
24/07/2009 Communication d'un mémoire Requérant
Guy

Monsieur LANDEL
03/09/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

Monsieur LANDEL
04/09/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
08/09/2009 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

RECTORAT
08/09/2009 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
16/09/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
21/09/2009 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

Réception de pièces Monsieur LANDEL


06/10/2009 Requérant
complémentaires Guy

Communication de pièces RECTORAT


13/10/2009 Défendeur
complémentaires D'AMIENS

Monsieur LANDEL
12/11/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
13/11/2009 Communication d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
19/11/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
23/11/2009 Communication d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
02/12/2009 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
14/12/2009 Communication d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

2 sur 3 16/02/2010 17:55


Dossier https://sagace.juradm.fr/Dossier.aspx

Monsieur LANDEL
08/01/2010 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

Information réception mémoire ou


13/01/2010
pièce (affaire enrôlé)

RECTORAT
14/01/2010 Communication d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
21/01/2010 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
25/01/2010 Communication d'un mémoire Défendeur md
D'AMIENS

28/01/2010 Mise au rôle

29/01/2010 Avis d'audience

Monsieur
29/01/2010 Avis d'audience Requérant
LANDEL Guy

RECTORAT
29/01/2010 Avis d'audience Défendeur
D'AMIENS

Monsieur LANDEL
03/02/2010 Réception d'un mémoire Requérant
Guy

RECTORAT
03/02/2010 Communication d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Information réception mémoire ou


03/02/2010
pièce (affaire enrôlé)

RECTORAT
10/02/2010 Réception d'un mémoire Défendeur
D'AMIENS

Information réception mémoire ou


10/02/2010
pièce (affaire enrôlé)

Monsieur LANDEL
11/02/2010 Communication d'un mémoire Requérant
Guy

Haut de page

© Copyright Conseil d'État 2006 - Mise à jour du service : lundi 22 juin 2009
Site optimisé pour Internet Explorer version 5 et supérieures et pour une résolution de 800 X 600

3 sur 3 16/02/2010 17:55


LANDEL Guy Chauny, le 2 juillet 2007
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Objet : Demande au recteur de la somme de 70.000 € [ Soixante dix mille euros ] de


dommages intérêts pour harcèlement moral en violation de l’article 6 quinquiès de la loi n° 83
-634 du 13 juillet 1983 – Loi portant droits et obligations des fonctionnaires.

Par lettre recommandée avec avis de réception RA 28 378 740 2 FR en date du 26 avril 2007,
j’ai demandé au recteur la somme de 70.000 € [ Soixante dix mille euros ] de dommages
intérêts pour harcèlement moral au travail en violation de l’article 6 quinquiès de la loi n° 83 -
634 du 13 juillet 1983 – Loi portant droits et obligations des fonctionnaires.

N’ayant aucune réponse à mon courrier de la part du recteur, ce qui correspond à un refus
implicite de sa part, le délai de deux mois sans réponse étant dépassé, j’ai l’honneur de saisir
le Tribunal administratif pour demander que le recteur me verse la somme de 70.000 €
[ Soixante dix mille euros ] de dommages et intérêts pour harcèlement moral au travail, en
violation de l’article 6 quinquiès de la loi n° 83 -634 du 13 juillet 1983 – Loi portant droits et
obligations des fonctionnaires.

LANDEL Guy

PJ : 4

 LR+AR au recteur en date du 26 avril 2007


 LR+AR [ RA 53 353 510 9 FR ] au recteur en date du 9 mai 2007
 Dossier HARCELEMENT MORAL comprenant 51 pages
 Bordereau des pièces annexées au dossier comprenant 388 pages
HARCÈLEMENT MORAL

BORDEREAU D’ENVOI DES PIÈCES ANNEXÉES [ 388 pièces ]

I – Notation administrative

01. Avis de notation année scolaire 1991/1992


02. Avis de notation année scolaire 1992/1993
03. Avis de notation année scolaire 1993/1994
04. Lettre de M. TEYSSEDOU au proviseur BOULANGER en date du 7 novembre 1994
05. Lettre du proviseur BOULANGER en date du 5 janvier 1995
06. Projet de notation administrative 1994/1995
07. Notice annuelle de notation administrative 1994/1995
08. Commentaire du proviseur BOULANGER en date du 3 avril 1995
09. Avis de notation année scolaire 1994/1995
10. Projet de notation administrative 1995/1996
11. Avis de notation année scolaire 1995/1996
12. Projet de notation administrative 1996/1997
13. Avis de notation année scolaire 1996/1997
14. Projet de notation administrative 1997/1998
15. Rapport du proviseur BOULANGER en date du 16 février 1998
16. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [1/8]
17. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [2/8]
18. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [3/8]
19. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [4/8]
20. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [5/8]
21. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [6/8]
22. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [7/8]
23. Lettre du recteur en date du 9 mars 1998 - Notation 1997/98 [8/8]
24. Lettre du recteur en date du 8 juillet 1998
25. Notation administrative 1997/1998 datée du 10 juillet 1998
26. Notation administrative 1997/1998 datée du 15 juillet 1998
27. Informations par téléphone du syndicat FO – CAPA 1998
28. Lettre des Commissaires paritaires du SNFOLC en date du 14 octobre 1998
29. Lettre du Commissaire paritaire du SNES en date du 14 octobre 1998
30. Extrait du procès-verbal de la CAPA réunie à Amiens le 9 juillet 1998 [1]
31. Extrait du procès-verbal de la CAPA réunie à Amiens le 9 juillet 1998 [2]
32. Projet de notation administrative 1998/1999
33. Projet de notation administrative 1999/2000
34. Lettre au recteur notation 1999-2000
35. Notice annuelle de notation administrative 2000/2001
36. Lettre à JAILIN - Notation 2000/2001 [1/2]
37. Lettre à JAILIN - Notation 2000/2001 [2/2]
38. Notice annuelle de notation administrative 2001/2002
39. Procès-verbal CAPA notation administrative 2001/2002
40. Notice annuelle de notation administrative 2002/2003
41. PV CAPA notation administrative 2002/2003
42. Notice annuelle de notation administrative 2003/2004
43. Rapport du principal PAUL en date du 20 janvier 2004
44. PV CAPA notation administrative 2003/2004
45. Avis de notation année scolaire 2003/2004
46. Notice annuelle de notation administrative 2004/2005
47. Réponse au principal – Notation 2004/2005
48. Lettre au TA refus communication notice notation 2005/2006
49. Courrier du syndicat SNALC du 28 septembre 1998

II – Notation pédagogique

01. Rapport d’inspection de l’IPR CABARET concernant l’inspection du 20 janvier 1995


02. Rapport d’inspection de l’IPR OSTOJSKI en date du 15 juin 1998
03. Lettre au recteur en date du 26 juin 1998 – Rapport d’inspection
04. Réponse au rapport d’inspection en date du 26 juin 1998 [1/4]
05. Réponse au rapport d’inspection en date du 26 juin 1998 [2/4]
06. Réponse au rapport d’inspection en date du 26 juin 1998 [3/4]
07. Réponse au rapport d’inspection en date du 26 juin 1998 [4/4]
08. Lettre du recteur à l’IPR PARENT en date du 8 décembre 1999
09. Rapport de visite de l’IPR PARENT en date du 3 mars 2000
10. Evolution de carrière 1987-2007 au lycée Gay-Lussac de Chauny

III – Attribution des classes

01. Fiche de vœux du 20 juin 1995


02. Lettre pétition en date du 25 janvier 1999 adressée au Ministre de l’Education nationale
03. Etat des services d’enseignement 1999/2000 en date du 29 août 1999
04. Fiche de vœux année 2000/2001
05. Etat des services d’enseignement 2000/2001 en date du 30 août 2000
06. Fiche de vœux année 2001/2002
07. Courrier du proviseur JAILIN en date du 10 juillet 2001
08. Lettre à JAILIN en date du 27 août 2001 – répartition des classes
09. Répartition des services d’enseignement année 2001/2002
10. Etat des services d’enseignement 2001/2002 en date du 30 août 2001
11. Mon analyse en date du 8 février 2002 en réponse au PV du Conseil de discipline [1/3]
12. Mon analyse en date du 8 février 2002 en réponse au PV du Conseil de discipline [2/3]
13. Mon analyse en date du 8 février 2002 en réponse au PV du Conseil de discipline [3/3]

IV – Attribution du matériel pédagogique

01. Note aux familles concernant la détérioration du matériel scientifique datée du 7 octobre
1999
02. Lettre du proviseur BOULANGER en date du 4 décembre 1999
03. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 4 décembre 1999 [1/2]
04. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 4 décembre 1999 [1/2]
05. Pétition des élèves [1]
06. Pétition des élèves [2]
07. Pétition des élèves [3]
08. Lettre à BOULANGER en date du 9 janvier 2000 [1/2]
09. Lettre à BOULANGER en date du 9 janvier 2000 [2/2]
10. Lettre à BOULANGER en date du 23 janvier 2000
11. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 24 janvier 2000
12. Lettre au proviseur BOULANGER en date du 30 janvier 2000
13. Réunion des profs de physique du 25 avril 2000
14. Lettre au TA Amiens en date du 13 mai 2000
15. Tract d’information concernant la 19ème semaine de grève des TP
16. Lettre torche cul répugnante de JAILIN
17. Facture de 11,03 € concernant les 3 cache-boutons d’oscilloscopes
18. Note aux familles concernant la détérioration du matériel scientifique datée du 29 août 2001

V – Promotion professionnelle

01. Carrière personnelle 1987 - 2007


02. Avis motivé du proviseur BOULANGER en date du 11 mai 1998
03. Avis motivé du principal PAUL rentrée 2005
04. Avis motivé d’un IPR anonyme rentrée 2005
05. Avis motivés du principal PAUL et d’un IPR anonyme rentrée 2006
06. Avis motivés du principal PAUL et d’un IPR anonyme rentrée 2007

VI – Refus de délivrance de documents administratifs

01. Lettre au principal PAUL en date du 4 juin 2004


02. Lettre au principal PAUL en date du 2 octobre 2004 [1/2]
03. Lettre au principal PAUL en date du 2 octobre 2004 [2/2]
04. Mémoire du recteur au Tribunal administratif en date du 12/12/2005 [1/2]
05. Mémoire du recteur au Tribunal administratif en date du 12/12/2005 [2/2]
06. Liste des demandes d’avis à la CADA [1/2]
07. Liste des demandes d’avis à la CADA [2/2]
08. Liste des recours déposés devant le TA [1/2]
09. Liste des recours déposés devant le TA [2/2]

VII – Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser

01. Lettre torche-cul répugnante du proviseur JAILIN au recteur MORVAN en date du


13/10/2000
02. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 13 novembre 2000
03. Lettre de la SGA BRUSCHINI à l’Inspecteur d’académie du 13 novembre 2000
04. Lettre de la SGA BRUSCHINI au médecin REIMERINGER du 13 novembre 2000
05. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Pierre-Paul BRUSCHINI ) du 27 novembre 2000
06. Lettre du Dr VILLETTE du 29 novembre 2000
07. Lettre du Dr PILON du 4 décembre 2000
08. Lettre du Centre Médico-Psychologique de Tergnier du 22 décembre 2000
09. Lettre du Dr PILON du 12 janvier 2001
10. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Pierre-Paul BRUSCHINI ) au recteur MORVAN du 30 janvier
2001
11. Réponse de Brigitte BRUSCHINI à Pierre-Paul BRUSCHINI du 15 mars 2001
12. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 15 mars 2001
13. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Pierre-Paul BRUSCHINI ) du 22 mars 2001
14. Lettre du recteur à la CADA en date du 23 mars 2001
15. Lettre du recteur m’envoyant la lettre torche-cul de JAILIN en date du 23 mars 2001
16. Lettre du Dr VILLETTE du 30 mars 2001
17. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Pierre-Paul BRUSCHINI ) du 10 avril 2001
18. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Pierre-Paul BRUSCHINI ) au recteur MORVAN du 15 mai 2001
19. Lettre du recteur MORVAN en date du 30 mai 2001
20. Conseil de discipline le 21 septembre 2001 sous la présidence de la SGA Brigitte
BRUSCHINI
21. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 13 septembre 2002
22. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Pierre-Paul BRUSCHINI ) du 20 septembre 2002
23. Lettre du Dr PILON du 8 octobre 2002
24. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Pierre-Paul BRUSCHINI ) au recteur MORVAN du 15 novembre
2002
25. Lettre du Centre Médico-Psychologique de Tergnier du 18 novembre 2002
26. Lettre du recteur LEROY en date du 22 janvier 2003 [1/2]
27. Lettre du recteur LEROY en date du 22 janvier 2003 [2/2]
28. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Michelle TOURBE ) du 7 avril 2003
29. Lettre du Dr VILLETTE du 9 avril 2003
30. Lettre du recteur LEROY en date du 9 avril 2003
31. Lettre du Centre Médico-Psychologique de Tergnier du 15 avril 2003
32. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Michelle TOURBE ) du 5 décembre 2003
33. Lettre du Dr VILLETTE du 16 décembre 2003
34. Lettre du Médecin Inspecteur du 12 janvier 2004
35. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Michelle TOURBE ) du 16 janvier 2004
36. Lettre du recteur LEROY en date du 10 mars 2004
37. Lettre du recteur LEROY en date du 16 avril 2004
38. Bordereau d’envoi du Secrétaire général d’académie Laurent GERIN du 5 janvier 2005
39. Lettre du SGA Laurent GERIN à l’Inspecteur d’académie en date 6 octobre 2004
40. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Michelle TOURBE ) du 21 octobre 2004
41. Lettre du Médecin Inspecteur du 26 octobre 2004
42. Lettre du Dr VILLETTE du 15 novembre 2004
43. Lettre de l’IA de l’Aisne ( Michelle TOURBE ) du 13 décembre 2004
44. Lettre du recteur CAMPION en date du 26 janvier 2005
45. Lettre du recteur CAMPION en date du 16 février 2005
46. Lettre du recteur CAMPION en date du 29 avril 2005
47. Lettre du recteur CAMPION en date du 29 août 2005

VIII – Menaces de sanction disciplinaire

01. Lettre du recteur MORVAN en date du 18 novembre 1998


02. Lettre du recteur MORVAN en date du 16 octobre 2001
03. Lettre du recteur MORVAN en date du 11 janvier 2002
04. Lettre du recteur LEROY en date du 26 septembre 2002 [ 2 pages ]
05. Lettre du recteur LEROY en date du 11 décembre 2002
06. Lettre du recteur LEROY en date du 22 janvier 2003 [ 2 pages ]
07. Lettre du recteur LEROY en date du 9 avril 2003
08. Procès-verbal de la CAPA Certifiés du 30 avril 2003
09. Lettre de Monsieur LOUBIERE en date du 30 septembre 2003

IX – Demandes de retrait sur salaire du principal du collège

01. Lettre de Michel JACQUET en date du 4 juin 2002


02. Lettre de JPP au recteur en date du 13 octobre 2001 demandant un retrait sur salaire de 2/30
03. Lettre de JPP au recteur en date du 16 octobre 2001 demandant un retrait sur salaire de 2/30
04. Lettre de JPP au recteur en date du 9 novembre 2001 demandant un retrait sur salaire de
4/30
05. Lettre de JPP au recteur en date du 16 nov. 2001 demandant un retrait sur salaire de 4/30
06. Lettre de JPPau recteur en date du 21 déc. 2001 demandant un retrait sur salaire de 16/30.

X – Menaces de retrait de salaire pour absences pendant les congés


01. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 14 novembre 2001
02. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 21 décembre 2001
03. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 11 janvier 2002
04. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 19 février 2002
05. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 1er mars 2002
06. Lettre du Secrétaire général d’académie adjoint Michel JACQUET du 20 mars 2002
07. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 29 mars 2002
08. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 19 avril 2002
09. Lettre de la Secrétaire générale d’académie Brigitte BRUSCHINI du 3 mai 2002
10. Lettre du Secrétaire général d’académie adjoint Michel JACQUET du 31 mai 2002
11. Lettre du Secrétaire général d’académie adjoint Michel JACQUET du 27 juin 2002
12. Lettre du Secrétaire général d’académie adjoint Michel JACQUET du 15 juillet 2002

XI – Salaires non payés

01. Suspension de salaire du recteur LEROY en date du 9 avril 2003


02. Jugement du TA Amiens du 28 juillet 2005 [1/6]
03. Jugement du TA Amiens du 28 juillet 2005 [2/6]
04. Jugement du TA Amiens du 28 juillet 2005 [3/6]
05. Jugement du TA Amiens du 28 juillet 2005 [4/6]
06. Jugement du TA Amiens du 28 juillet 2005 [5/6]
07. Jugement du TA Amiens du 28 juillet 2005 [6/6]
08. Suspension de salaire du recteur CAMPION en date du 16 février 2005
09. Jugement du TA Amiens du 19 janvier 2006 [1/5]
10. Jugement du TA Amiens du 19 janvier 2006 [2/5]
11. Jugement du TA Amiens du 19 janvier 2006 [3/5]
12. Jugement du TA Amiens du 19 janvier 2006 [4/5]
13. Jugement du TA Amiens du 19 janvier 2006 [5/5]
14. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [1/10]
15. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [2/10]
16. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [3/10]
17. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [4/10]
18. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [5/10]
19. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [6/10]
20. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [7/10]
21. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [8/10]
22. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [9/10]
23. Arrêt de la Cour d’appel de DOUAI du 27 juin 2007 [10/10]
24. Bulletin de paye Octobre 2006

XII – Retraits de salaire

01. Lettre du recteur MORVAN en date du 9 mai 2000


02. Arrêté rectoral de 62/30 èmes en date du 9 mai 2000
03. Arrêté rectoral de 12/30 èmes en date du 9 mars 2001
04. Lettre de la SGA BRUSCHINI en date du 11 janvier 2002
05. Arrêté rectoral de 15/30 èmes en date du 11 janvier 2002
06. Lettre de la SGA BRUSCHINI en date du 16 octobre 2002
07. Arrêté rectoral de 12/30 èmes en date du 16 octobre 2002
08. Arrêté rectoral de 3/30 èmes en date du 16 octobre 2002
09. Lettre de la SGA BRUSCHINI en date du 26 novembre 2002 [1/2]
10. Lettre de la SGA BRUSCHINI en date du 26 novembre 2002 [2/2]
11. Arrêté rectoral de 20/30 èmes en date du 26 novembre 2002
12. Lettre du recteur LEROY en date du 22 janvier 2003 [1/2]
13. Lettre du recteur LEROY en date du 22 janvier 2003 [2/2]
14. Arrêté rectoral de 2/30 èmes en date du 17 janvier 2003
15. Suspension de salaire du recteur LEROY en date du 9 avril 2003
16. Lettre du recteur en date du 16 juin 2003
17. Titre de perception du rectorat en date du 6 octobre 2003
18. Ordre de reversement de 2569,78 € en date du 5 décembre 2003

XIII – Refus de mutation

01. Requête au TA Amiens en date du 19 décembre 2005 [1/2]


02. Requête au TA Amiens en date du 19 décembre 2005 [2/2]
03. Communication mémoire recteur avec invitation à désister
04. Mémoire du recteur CAMPION au Tribunal administratif en date du 17 janvier 2006
05. PJ n° 1 – Bordereau d’envoi daté du 12 janvier 2006
06. PJ n° 2 – Page 9 du procès-verbal de la F.P.M.A. du 20 juin 2005
07. PJ n° 3 – Extraits me concernant vœux et barèmes – Groupe de travail du 26 mai 2005
08. PJ n° 4 – Avis de réception de la lettre recommandée du recteur
09. Mon mémoire au Tribunal administratif en date du 25 janvier 2006
10. Mon mémoire au Tribunal administratif en date du 21 septembre 2006
11. PJ1 – Lettre du recteur en date du 11 juillet 2006
12. PJ2 – Document de travail fourni à la FPMA du 19 juin 2006
13. Jugement du TA Amiens en date du 1er février 2007 [1/7]
14. Jugement du TA Amiens en date du 1er février 2007 [2/7]
15. Jugement du TA Amiens en date du 1er février 2007 [3/7]
16. Jugement du TA Amiens en date du 1er février 2007 [4/7]
17. Jugement du TA Amiens en date du 1er février 2007 [5/7]
18. Jugement du TA Amiens en date du 1er février 2007 [6/7]
19. Jugement du TA Amiens en date du 1er février 2007 [7/7]

XIV – Mensonges – Faux témoignages et dénonciation calomnieuse

01. Lettre du proviseur BOULANGER en date du 4 décembre 1999


02. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 4 décembre 1999 [1/2]
03. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 4 décembre 1999 [2/2]
04. Rapport de visite de l’IPR, Madame PARENT en date du 3 mars 2000
05. Historique congés février 2000
06. Calendrier prévisionnel des inspections signé par le proviseur BOULANGER le 21 janvier
2000
07. Lettre torche-cul répugnante du proviseur JAILIN en date du 13 octobre 2000
08. Lettre du recteur MORVAN à l’IPR PARENT en date du 8 décembre 1999
09. Contre-rapport daté du 26 juin 1998 envoyé à l’IPR OSTOJSKI par BOULANGER [1/4]
10. Contre-rapport daté du 26 juin 1998 envoyé à l’IPR OSTOJSKI par BOULANGER [2/4]
11. Contre-rapport daté du 26 juin 1998 envoyé à l’IPR OSTOJSKI par BOULANGER [3/4]
12. Contre-rapport daté du 26 juin 1998 envoyé à l’IPR OSTOJSKI par BOULANGER [4/4]
13. Bordereau d’envoi du proviseur BOULANGER en date du 26 juin 1998
14. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 1er décembre 1997 [1/2]
15. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 1er décembre 1997 [2/2]
16. Rapport du proviseur BOULANGER à Madame BRUSCHINI en date du 18 mai 2000
17. Bordereau d’envoi de télécopie du proviseur à Madame BRUSCHINI en date du 25 mai
2000
18. Courrier de parent d’élève anonyme au recteur en date du 8 mai 2001
19. Lettre du proviseur JAILIN au recteur en date du 18 avril 2002
20. Lettre du proviseur JAILIN au recteur en date du 14 mai 2002 [Site 1]
21. Lettre du proviseur JAILIN au recteur en date du 14 mai 2002 [Site 2]
22. Devis de 11 € concernant les 3 cache-boutons en plastique d’oscilloscope
23. Note aux familles concernant la détérioration du matériel scientifique datée du 7 octobre
1999
24. Note aux familles concernant la détérioration du matériel scientifique datée du 29 août 2001
25. Réunion des professeurs de physique le 25 avril 2000 – Casse du matériel
26. Procès-verbal du Conseil d’administration du 9 novembre 2000 – Casse du matériel
27. Fiche de matériel cassé au lycée Gay-Lussac de Chauny
28. Lettre du proviseur BOULANGER au recteur en date du 24 janvier 2000
29. Procès-verbal de la CAPA année 2001/2002 – Révision de note administrative
30. Procès-verbal de la CAPA année 2002/2003 – Révision de note administrative
31. Arrêté du 9 avril 2003 – Sanction disciplinaire du blâme signée par Monsieur LOUBIERE
32. Dépôt de plainte à la gendarmerie de Chauny en date du 3 décembre 2004
33. Témoignages d’IPR page 5/8 du rapport disciplinaire de mon conseil de discipline du
21/09/01
34. Demande au rectorat d’une copie des « témoignages d’inspecteurs » en date du 17/02/2002
35. Demande d’avis à la CADA en date du 19 mars 2002
36. Accusé de réception de la CADA – Avis sera rendu le 11 avril 2002
37. Avis favorable de la CADA en date du 2 mai 2002
38. Lettre au Tribunal administratif en date du 14 mai 2002
39. Lettre de la CADA au recteur en date du 2 mai 2002
40. Réponse mensongère de Michel JACQUET à la CADA en date du 4 juin 2002
41. Lettre au recteur LEROY en date du 11 février 2003 [1/2]
42. Lettre au recteur LEROY en date du 11 février 2003 [2/2]
43. Mémoire en réponse du recteur LEROY au TA en date du 6 avril 2003 ( post datée ) [1/2]
44. Mémoire en réponse du recteur LEROY au TA en date du 6 avril 2003 ( post datée ) [2/2]
45. Réponse au mémoire du recteur LEROY en date du 6 avril 2003 [1/5]
46. Réponse au mémoire du recteur LEROY en date du 6 avril 2003 [2/5]
47. Réponse au mémoire du recteur LEROY en date du 6 avril 2003 [3/5]
48. Réponse au mémoire du recteur LEROY en date du 6 avril 2003 [4/5]
49. Réponse au mémoire du recteur LEROY en date du 6 avril 2003 [5/5]

XV – « Santé physique ou mentale altérée »

01. Arrêt de travail du 15 mars 2000 au 17 mars 2000 soit 3 jours


02. Arrêt de travail du 18 mars 2000 au 25 mars 2000 soit 8 jours
03. Arrêt de travail du 26 mars 2000 au 31 mars 2000 soit 6 jours
04. Arrêt de travail du 19 mai 2000 au 19 mai 2000 soit 1 jour
05. Arrêt de travail du 24 mai 2000 au 26 mai 2000 soit 3 jours
06. Arrêt de travail du 29 mai 2000 au 3 juin 2000 soit 6 jours
07. Arrêt de travail du 4 juin 2000 au 10 juin 2000 soit 7 jours
08. Arrêt de travail du 13 septembre 2000 au 16 septembre 2000 soit 4 jours
09. Arrêt de travail du 23 novembre 2000 au 23 novembre 2000 soit 1 jour
10. Arrêt de travail du 30 novembre 2000 au 2 décembre 2000 soit 3 jours
11. Arrêt de travail du 18 janvier 2001 au 18 janvier 2001 soit 1 jour
12. Arrêt de travail du 12 mars 2001 au 12 mars 2001 soit 1 jour
13. Arrêt de travail du 28 mars 2001 au 28 mars 2001 soit 1 jour
14. Arrêt de travail du 17 mai 2001 au 17 mai 2001 soit 1 jour
15. Arrêt de travail du 2 octobre 2001 au 6 octobre 2001 soit 5 jours
16. Arrêt de travail du 8 octobre 2001 au 9 octobre 2001 soit 2 jours
17. Arrêt de travail du 10 octobre 2001 au 25 octobre 2001 soit 16 jours
18. Arrêt de travail du 26 octobre 2001 au 27 octobre 2001 soit 2 jours
19. Arrêt de travail du 5 novembre 2001 au 24 novembre 2001 soit 20 jours
20. Arrêt de travail du 25 novembre 2001 au 10 décembre 2001 soit 16 jours
21. Arrêt de travail du 11 décembre 2001 au 22 décembre 2001 soit 12 jours
22. Arrêt de travail du 7 janvier 2002 au 7 février 2002 soit 32 jours
23. Arrêt de travail du 18 février 2002 au 13 mars 2002 soit 24 jours
24. Arrêt de travail du 14 mars 2002 au 30 mars 2002 soit 17 jours
25. Arrêt de travail du 15 avril 2002 au 14 mai 2002 soit 30 jours
26. Arrêt de travail du 15 mai 2002 au 14 juin 2002 soit 30 jours
27. Arrêt de travail du 15 juin 2002 au 29 juin 2002 soit 15 jours
28. Arrêt de travail du 2 septembre 2002 au 2 octobre 2002 soit 31 jours
29. Arrêt de travail du 3 octobre 2002 au 23 octobre 2002 soit 21 jours
30. Arrêt de travail du 4 novembre 2002 au 23 novembre 2002 soit 20 jours
31. Arrêt de travail du 24 novembre 2002 au 21 décembre 2002 soit 28 jours
32. Arrêt de travail du 6 janvier 2003 au 6 février 2003 soit 32 jours
33. Arrêt de travail du 7 février 2003 au 15 février 2003 soit 9 jours
34. Arrêt de travail du 3 mars 2003 au 22 mars 2003 soit 20 jours
35. Arrêt de travail du 23 mars 2003 au 12 avril 2003 soit 21 jours
36. Arrêt de travail du 28 avril 2003 au 24 mai 2003 soit 27 jours
37. Arrêt de travail du 25 mai 2003 au 16 juin 2003 soit 23 jours
38. Arrêt de travail du 17 juin 2003 au 28 juin 2003 soit 12 jours
39. Arrêt de travail du 1er septembre 2003 au 1er octobre 2003 soit 31 jours
40. Arrêt de travail du 2 octobre 2003 au 25 octobre 2003 soit 24 jours
41. Arrêt de travail du 9 octobre 2003 au 22 octobre 2003 soit 14 jours
42. Arrêt de travail du 10 novembre 2003 au 9 décembre 2003 soit 30 jours
43. Arrêt de travail du 15 décembre 2003 au 19 décembre 2003 soit 5 jours
44. Arrêt de travail du 5 janvier 2004 au 5 février 2004 soit 32 jours
45. Arrêt de travail du 6 février 2004 au 20 février 2004 soit 15 jours
46. Arrêt de travail du 8 mars 2004 au 14 avril 2004 soit 38 jours
47. Arrêt de travail du 15 avril 2004 au 16 avril 2004 soit 2 jours
48. Arrêt de travail du 3 mai 2004 au 4 juin 2004 soit 33 jours
49. Arrêt de travail du 5 juin 2004 au 30 juin 2004 soit 26 jours
50. Arrêt de travail du 1er septembre 2004 au 1er octobre 2004 soit 31 jours
51. Arrêt de travail du 2 octobre 2004 au 22 octobre 2004 soit 21 jours
52. Arrêt de travail du 4 novembre 2004 au 6 décembre 2004 soit 33 jours
53. Arrêt de travail du 7 décembre 2004 au 17 décembre 2004 soit 11 jours
54. Arrêt de travail du 3 janvier 2005 au 3 février 2005 soit 32 jours
55. Arrêt de travail du 4 février 2005 au 4 février 2005 soit 1 jour
56. Arrêt de travail du 21 février 2005 au 25 mars 2005 soit 35 jours
57. Arrêt de travail du 26 mars 2005 au 8 avril 2005 soit 13 jours
58. Arrêt de travail du 25 avril 2005 au 23 mai 2005 soit 29 jours
59. Arrêt de travail du 24 mai 2005 au 24 juin 2005 soit 32 jours
60. Arrêt de travail du 25 juin 2005 au 1er juillet 2005 soit 7 jours
61. Arrêt de travail du 1er septembre 2005 au 1er octobre 2005 soit 31 jours
62. Arrêt de travail du 2 octobre 2005 au 21 octobre 2005 soit 20 jours
63. Arrêt de travail du 3 novembre 2005 au 2 décembre 2005 soit 30 jours
64. Arrêt de travail du 3 décembre 2005 au 16 décembre 2005 soit 12 jours
65. Arrêt de travail du 3 janvier 2006 au 2 février 2006 soit 31 jours
66. Arrêt de travail du 3 février 2006 au 10 février 2006 soit 8 jours
67. Arrêt de travail du 27 février 2006 au 27 mars 2006 soit 29 jours
68. Arrêt de travail du 28 mars 2006 au 14 avril 2006 soit 18 jours
69. Arrêt de travail du 2 mai 2006 au 2 juin 2006 soit 32 jours
70. Arrêt de travail du 22 mai 2006 au 14 juin 2006 soit 12 jours
71. Arrêt de travail du 15 juin 2006 au 4 juillet 2006 soit 20 jours
72. Arrêt de travail du 1er septembre 2006 au 4 octobre 2006 soit 34 jours
73. Arrêt de travail du 5 octobre 2006 au 25 octobre 2006 soit 21 jours
74. Arrêt de travail du 6 novembre 2006 au 5 décembre 2006 soit 30 jours
75. Arrêt de travail du 6 décembre 2006 au 22 décembre 2006 soit 17 jours
76. Arrêt de travail du 8 janvier 2007 au 6 février 2007 soit 30 jours
77. Arrêt de travail du 7 février 2007 au 23 février 2007 soit 17 jours
78. Arrêt de travail du 12 mars 2007 au 10 avril 2007 soit 30 jours
79. Arrêt de travail du 11 avril 2007 au 13 avril 2007 soit 3 jours
80. Arrêt de travail du 2 mai 2007 au 5 juin 2007 soit 35 jours
81. Arrêt de travail du 6 juin 2007 au 4 juillet 2007 soit 29 jours
82. Certificat du 25 février 2004 du docteur MENGUY
83. Certificat du 11 octobre 2004 du docteur MENGUY
84. Certificat du 31 août 2005 du docteur MENGUY
85. Certificat du 8 novembre 2005 du docteur MENGUY
86. Certificat du 22 mai 2006 du docteur MENGUY
87. Certificat du 12 avril 2007 du docteur MENGUY

XVI – Frais d’avocats dépensés

01. Lettre de Maître VIGNON en date du 2 avril 1999 [1/2]


02. Lettre de Maître VIGNON en date du 2 avril 1999 [2/2]
03. Facture de la SCP VIGNON en date du 13/11/1998 de 3015 F
04. Facture de la SCP VIGNON en date du 11/12/1998 de 3015 F
05. Facture de Maître GATTERRE en date du 17/12/2001 de 912 €
06. Facture de la SCP MEIGNE en date du 21/08/2000 de 1196 F
07. Facture de la SCP MEIGNE en date du 21/08/2000 de 1196 F
08. Facture de la SCP MEIGNE en date du 21/08/2000 de 1196 F
09. Facture de la SCP ANTONINI en date du 14/01/2005 de 2392 €
10. Facture de la SCP ANTONINI en date du 08/11/2005 de 1830 €
11. Facture de Maître DELVOLVE en date du 19/07/2006 de 5.980 €
12. Facture de la SCP BORE SALVE BRUNETON en date du 06/04/2007 de 2.990 €

Chauny, le 2 juillet 2007


LANDEL Guy Chauny, le 13 novembre 2007
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-1

Objet : Demande au recteur de la somme de 70.000 € [ Soixante dix mille euros ] de


dommages intérêts pour harcèlement moral en violation de l’article 6 quinquiès de la loi n° 83
-634 du 13 juillet 1983 – Loi portant droits et obligations des fonctionnaires.

Le mémoire en réponse du recteur Tanneguy LARZUL en date du 14 septembre 2007,


transmis par le Tribunal administratif le 21 septembre 2007 appelle de ma part les remarques
suivantes.

Je constate que sur les seize (16) chapitres qui composent mon dossier HARCELEMENT
MORAL transmis au recteur, seuls cinq (5) chapitres sont abordés par le recteur. Il s’agit des
chapitres suivants :

I – Notation administrative,
VI – Refus de délivrance de documents administratifs,
XIII – Refus de mutation,
XV – « Santé physique ou mentale altérée »,
XVI – Frais d’avocats dépensés

Les onze (11) autres sont étrangement passés sous silence. Le recteur serait-il à court
d’arguments ?

En préambule, le recteur cite une partie de l’article 6 quinquiès de la loi n° 83-634 du 13


juillet 1983 en se limitant au 1er alinéa !

Et naturellement, le recteur nie tout harcèlement moral de la part de mes supérieurs


hiérarchiques, sous prétexte que je n’aurais exerçé effectivement mes fonctions, en face à face
avec des élèves, que du 10 au 12 décembre 2003 depuis le 2 octobre 2001, date de mon
déplacement d’office dans un collège de ZEP à Soissons.

Or, de 1995 à 2007 et indépendamment de ma présence devant les élèves, mes supérieurs
hiérarchiques ont organisé une véritable procédure de harcèlement moral à mon encontre.
Mes arguments sur ce sujet sont irréfutables [ Consulter mon dossier HARCELEMENT
MORAL de 51 pages adressé au Tribunal administratif d’Amiens en date du 2 juillet 2007 ].

Je rappellerais quand même au nouveau recteur Tanneguy LARZUL que j’ai exercé
effectivement mes fonctions, en « face à face » avec mes élèves, au lycée Gay-Lussac de
Chauny, du 1er septembre 1987 au 9 octobre 2001, soit plus de 14 années !

Ce moyen devra donc être légitimement rejeté, n’étant pas du tout crédible.

Puis le recteur cite une partie du paragraphe B) L’identification du harcèlement moral de la


circulaire n° 2007-047 du 27 février 2007 pour tenter de faire croire que j’affabule quand je
prétends avoir été harcelé pendant une douzaine d’années de 1995 à 2007 par les différents
recteurs Alain MORVAN, Michel LEROY, Marie Danièle CAMPION, les 3 chefs
d’établissement Michel BOULANGER, Marc JAILIN, Jean Pierre PAUL ainsi que les 3
« collègues » de travail du lycée Gay-Lussac de Chauny Jean Hugue RABARDEAU, Daniel
BEVIERRE et Annie DESNOYERS !

« Le harcèlement moral ne doit être confondu ni avec les reproches exprimés par un
supérieur hiérarchique sur sa manière de servir lorsque ces derniers sont fondés »

Je rappellerais pour mémoire au nouveau recteur Tanneguy LARZUL, nommé mi-juin 2007 à
la tête du rectorat d’Amiens, en remplacement de la rectrice Marie-Danièle CAMPION, que
suite à la lettre torche-cul répugnante du proviseur du lycée Gay-Lussac de Chauny, Marc
JAILIN, en date du 13 octobre 2000, lettre bourrée de mensonges ignobles, de propos
diffamatoires exécrables, la procédure de harcèlement a fusé de toutes parts : rectorat,
inspection académique de l’Aisne, direction départementale des affaires sanitaires et sociales
(D.D.A.S.S.), médecin de prévention, centre médico-psychologique de Tergnier ! Elle s’est
traduite, dès novembre 2000, par une avalanche de convocations en expertise médicale chez le
docteur MARGAT au centre médico-psychologique de Tergnier ! [Voir les 47 pièces du
dossier VII – Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser]

Suite à mon refus systématique d’obéir à ces ordres rectoraux totalement illégaux dignes
d’un autre âge, le recteur MORVAN a cru bon d’organiser un conseil de discipline bidon et
truqué basé sur de nombreux faux-témoignages pour le 21 septembre 2001, sanction
disciplinaire uniquement destinée à me virer du lycée Gay-Lussac de Chauny pour satisfaire
l’auteur de la lettre torche-cul du 13 octobre 2000. [Voir la pièce 19 du dossier VII – Ordres
successifs d’aller me faire psychanalyser]

Puis, suite à la persistance de mon refus systématique d’obéir à ces ordres rectoraux
totalement illégaux, le recteur LEROY, remplaçant le recteur MORVAN, usa lui aussi de son
pouvoir hiérarchique pour suspendre illégalement mon salaire du 9 avril 2003 à novembre
2003, soit pendant sept ( 7 ) mois !
Le tribunal administratif d’Amiens, par jugement en date du 28 juillet 2005, a rejeté ma
requête n° 0301431.
Ayant saisi la Cour administrative d’appel de Douai (Requête n° 05DA01234), celle-ci, par
arrêt en date du 27 juin 2007, a annulé le jugement du tribunal administratif d’Amiens du 28
juillet 2005 !

2
Enfin, le successeur du recteur LEROY, Marie-Danièle CAMPION, s’obstina elle aussi,
dès son arrivée au rectorat d’Amiens, à me harceler de plus belle en suspendant tout aussi
illégalement mon salaire du 16 février 2005 à mai 2006, soit pendant seize (16) mois ! [Voir
dossier VII – Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser].
Le tribunal administratif d’Amiens, par jugement en date du 19 janvier 2006, a annulé la
décision illégale du recteur de l’académie d’Amiens ! (Requête n° 0500814).

« Le harcèlement moral ne doit être confondu ni avec des tensions interpersonnelles


épisodiques entre collègues »
Le harcèlement moral provenant de 3 de mes 9 « collègues » de travail fait partie intégrante
du harcèlement moral organisé par les deux chefs d’établissement qui se sont succédé au
lycée Gay-Lussac de Chauny. Entretenant des relations très privilégiées avec les différents
chefs d’établissement, ces 3 personnages m’ont en permanence dénigré en me faisant passer
pour un enseignant violent, agressif, qui cassait tout le temps le matériel pédagogique. En
compensation, ces enseignants dociles, bien utiles, étaient récompensés comme il se doit : de
« bonnes classes » (scientifiques), me laissant toutes les classes technologiques plusieurs
années de suite malgré mon opposition (fiche de vœux), et sans doute de bonnes promotions à
la clef. A charge de revanche, il a été demandé à ces 3 indics de venir témoigner (des faux-
témoignages) à mon conseil de discipline le 21 septembre 2001 ! [Voir dossiers III –
Attribution des classes et IV – Attribution du matériel pédagogique]

« Le harcèlement moral ne doit être confondu ni avec un conflit né d’une différence


d’approche d’une question d’ordre professionnel »

Le harcèlement moral qui a débuté en 1995 ne provient nullement d’un différend d’ordre
professionnel mais d’une affaire totalement privée, le proviseur du lycée Gay-Lussac de
Chauny, Mr. BOULANGER, s’étant immiscé dans ma vie privée. [Voir la pièce 04 et
suivantes du dossier I – Notation administrative]

En conclusion, les arguments tirés de la circulaire ci-dessus sont totalement réfutables.

Ce moyen devra donc être légitimement rejeté, n’étant pas du tout crédible.

En page 2 de son mémoire, le recteur écrit :

« L’administration rectorale n’a jamais agi contre l’intéressé, elle a réagi. Les décisions
administratives, qu’il qualifie de « harcèlement moral incessant », prises à son encontre, ne
sont que la résultante de situations dans lesquelles il s’est lui-même placé, en refusant
d’adopter le comportement que l’on est en droit d’attendre d’un agent public, et plus
particulièrement, d’un enseignant. »

Le recteur utilise naturellement comme tout responsable administratif, la langue de bois. Que
de mots pompeux qui ne veulent rien dire. Ecrire que je refuse d’adopter le comportement que
l’on est en droit d’attendre d’un agent public, et plus particulièrement, d’un enseignant,
relève de calomnies intolérables. Le comportement qu’il souhaite que j’adopte, reviendrait à
me taire et cesser de me défendre ; or je ne suis pas prêt de le faire.

Ainsi, le recteur écrit :

3
« Monsieur LANDEL se plaint que sa notation administrative « se situe en deçà de la grille
de référence » et qu’il n’ait pas été noté depuis 2002. Tel est en effet le cas, puisque l’état de
santé précaire de l’intéressé ne lui a pas permis d’enseigner plus de trois jours depuis
octobre 2001. »

En tout premier lieu, je dénie le droit au recteur d’émettre un quelconque jugement sur mon
état de santé, qu’il qualifie de précaire ! A ma connaissance le nouveau recteur, Tanneguy
LARZUL, agrégé de droit, n’a aucune compétence et aucun pouvoir en la matière, n’étant pas
médecin, comme d’ailleurs tous ses prédécesseurs harceleurs, les recteurs Alain MORVAN,
Michel LEROY et Marie-Danièle CAMPION !

Ensuite, selon lui, je me serais plaint de ne pas avoir été noté depuis 2002 ! C’est un
mensonge éhonté, cynique et provocateur ! Oser en plus écrire que, depuis 2002, je n’ai pas
été noté par mes supérieurs hiérarchiques relève de la farce, du mensonge et de la
provocation ! En effet, je conseillerai au nouveau recteur d’étudier un peu plus
sérieusement mon dossier administratif avant d’écrire au Tribunal administratif de tels
mensonges.
A ce sujet, je rappellerais au nouveau recteur que, malgré 3 jours d’enseignement depuis
octobre 2001, plusieurs notations farfelues, ubuesques et irresponsables émises aussi bien par
le principal du collège Gérard Philipe de Soissons, Mr Jean Pierre Paul que par les différents
recteurs Alain MORVAN, Michel LEROY et Marie-Danièle CAMPION pendant les trois
années scolaires 2001/2002, 2002/2003 et 2003/2004, qui m’ont obligé de saisir à 6 (six)
reprises le Tribunal administratif d’Amiens. Il s’agit des requêtes n° 0201252 – 0301199 –
0400673 – 0401228 – 0401630 – 0402950 !

Année scolaire 2001/2002 : Requête n° 0201252 au tribunal administratif d’Amiens

Suite à différents courriers auprès du recteur, le 27 mars 2002, je reçois ma notice de notation
administrative, datée du 16 janvier 2002, émise par le principal du collège Gérard Philipe de
Soissons, Jean Pierre Paul. L’appréciation générale est la suivante :
« M. LANDEL refuse de dispenser un enseignement au collège où il a été nommé et prive
ainsi les élèves de ZEP de nombreuses chances de progression. Une diminution de note
s’impose. »
La note proposée par le principal est 36,00 alors que le minimum de la grille nationale de
référence est, en ce qui me concerne, de 38,50 ! De plus le commentaire illégal suivant est
formulé : UN RAPPORT COMPLEMENTAIRE EST INUTILE.
Par lettre au recteur en date du 13 avril 2002, je demande au recteur de bien vouloir retirer de
mon dossier ce document illégal.
Dans son mémoire en réponse au Tribunal en date du 5 septembre 2002, le recteur LEROY
écrit :
« Par une décision (rectorale) en date du 10 mai 2002, la note administrative de 38 sur 60 a
été accordée à Monsieur LANDEL au titre de l’année 2001-2002. Elle constitue un maintien
de sa note par rapport à l’année scolaire précédente.

Le recteur LEROY, responsable de l’académie d’Amiens, ne devait apparemment pas


connaître les textes de loi concernant l’éducation nationale ! (car il devait savoir que
durant l’année scolaire 2001/2002, je ne me suis pas rendu une seule fois au collège Gérard
Philipe de Soissons).
Requête rejetée par jugement en date du 21 février 2006 !!!

4
Année scolaire 2002/2003 : Requête n° 0301199 au tribunal administratif d’Amiens

Par courrier en date du 30 janvier 2003, je reçois ma notice annuelle de notation


administrative 2002/2003, datée du 16 janvier 2003, émise par le principal du collège Gérard
Philipe de Soissons, Jean Pierre Paul. L’appréciation générale est la suivante :
« M. LANDEL est toujours en situation de refus de rejoindre son poste. Une baisse de note
est justifiée et ce sans rapport annexe »
La note proposée par le principal est 37,00 alors que le minimum de la grille nationale de
référence est, en ce qui me concerne, de 38,50 !
Par lettre au recteur en date du 14 mars 2003, je demande au recteur, pour la deuxième année
consécutive, de bien vouloir retirer de mon dossier ce document illégal.
Dans son mémoire en réponse au Tribunal en date du 20 juin 2005, le recteur CAMPION
écrit :
« La notice de notation administrative pour l’année scolaire 2002/2003 doit figurer dans le
dossier de l’agent »

Le recteur CAMPION, responsable de l’académie d’Amiens, ne devait apparemment


pas connaître les textes de loi concernant l’éducation nationale ! ( car elle devait savoir
que durant l’année scolaire 2002/2003, je ne me suis pas rendu une seule fois au collège
Gérard Philipe de Soissons ).
Requête rejetée par jugement en date du 28 juillet 2005 !!!

Année scolaire 2002/2003 : Requête n° 0400673 au tribunal administratif d’Amiens

Par courrier en date du 17 octobre 2003, je reçois de la part du recteur l’avis de notation
rectoral, année scolaire 2002/2003.
La note administrative est 38,00 alors que le minimum de la grille nationale de référence est,
en ce qui me concerne, de 38,50 !
Par lettre au recteur en date du 24 novembre 2003, je formule une demande de révision de
note, en conformité avec les textes de loi.
Dans son mémoire en réponse au Tribunal en date du 11 juin 2004, le recteur LEROY écrit :
« L’avis de notation année scolaire 2002/2003 ne peut pas être contesté » !!!

Le recteur LEROY, responsable de l’académie d’Amiens, ne devait apparemment


toujours pas connaître les textes de loi concernant l’éducation nationale ! ( car il devait
savoir que durant l’année scolaire 2002/2003, je ne me suis pas rendu une seule fois au
collège Gérard Philipe de Soissons ).
Le jugement en date du 2 février 2003 décide :
Article 1 : La décision du recteur de l’académie d’Amiens du 23 mai 2003 relative à la
notation de M. LANDEL pour l’année scolaire 2002/2003 est annulée.
Article 3 : Le recteur retirera du dossier administratif de M. LANDEL tout document
relatif à sa notation pour les années scolaires 2002/2003 et 2003/2004.
Année scolaire 2003/2004 : Requête n° 0401228 au tribunal administratif d’Amiens

Par courrier en date du 10 mars 2004, je reçois ma notice annuelle de notation administrative
2003/2004, datée du 22 janvier 2004, émise par le principal du collège Gérard Philipe de
Soissons, Jean Pierre Paul. L’appréciation générale est la suivante :
« UNE BAISSE DE NOTE S’IMPOSE – VOIR RAPPORT JOINT. »
La note proposée par le principal est 35,00 alors que le minimum de la grille nationale de
référence est, en ce qui me concerne, de 38,50 !

5
Par lettre au recteur en date du 18 mars 2004, je demande au recteur, pour la troisième année
consécutive, de bien vouloir retirer de mon dossier ce document illégal.
Dans son mémoire en réponse au Tribunal en date du 26 novembre 2004, le recteur
CAMPION écrit :
« La proposition de notation administrative établie par le principal du collège Gérard Philipe
est une simple mesure préparatoire non susceptible de faire l’objet d’une mesure en
annulation.»
Le recteur CAMPION, responsable de l’académie d’Amiens, ne devait apparemment
toujours pas connaître les textes de loi concernant l’éducation nationale ! ( car elle
devrait savoir que durant l’année scolaire 2003/2004, je ne me suis rendu seulement que deux
jours au collège Gérard Philipe de Soissons ).
Le jugement en date du 2 février 2003 décide :
Article 3 : Le recteur retirera du dossier administratif de M. LANDEL tout document
relatif à sa notation pour les années scolaires 2002/2003 et 2003/2004.

Année scolaire 2003/2004 : Requête n° 0401630 au tribunal administratif d’Amiens

Par courrier en date du 11 juin 2004, je reçois de la part du recteur l’avis de notation rectoral,
année scolaire 2003/2004 signé par le recteur arrêtant ma note administrative à 35,00 comme
demandé par le principal du collège, soit 3,5 points en deçà du minimum de la grille nationale
de référence qui est, en ce qui me concerne, de 38,50 !
Dans son mémoire en réponse au Tribunal en date du 27 décembre 2004, le recteur
CAMPION confirme le rejet de ma requête.
Le recteur CAMPION, responsable de l’académie d’Amiens, ne devait toujours pas
connaître les textes de loi concernant l’éducation nationale !
Le jugement en date du 2 février 2003 décide :
Article 2 : La décision du recteur de l’académie d’Amiens du 21 mai 2004 relative à la
notation de M. LANDEL pour l’année scolaire 2003/2004 est annulée.
Article 3 : Le recteur retirera du dossier administratif de M. LANDEL tout document
relatif à sa notation pour les années scolaires 2002/2003 et 2003/2004.

Année scolaire 2003/2004 : Requête n° 0402950 au tribunal administratif d’Amiens

Par courrier en date du 25 novembre 2004, j’ai reçu de la part du recteur l’avis ne notation
rectoral, année scolaire 2003/2004 signé par le recteur arrêtant ma note administrative à 35,00
comme demandé par le principal du collège, soit 3,5 points en deçà du minimum de la grille
nationale de référence qui est, en ce qui me concerne, de 38,50 !
Dans son mémoire en réponse au Tribunal en date du 7 janvier 2005, le recteur CAMPION
confirme le rejet de ma requête.

Le recteur CAMPION, responsable de l’académie d’Amiens, ne devait toujours pas


encore connaître les textes de loi concernant l’éducation nationale !
Requête rejetée par jugement en date du 8 novembre 2005 !!!

En matière de notation administrative, il y a bien eu harcèlement moral orchestré par le


rectorat pendant de nombreuses années, car les trois recteurs nommés ci-dessus, de 2001 à
2004, m’ont volontairement saboté et noté, de façon irresponsable.
Il est tout de même curieux que les 3 recteurs, Alain MORVAN, Michel LEROY et Marie-
Danièle CAMPION, aient pu à ce point méconnaître les textes de loi élémentaires de la
République Française, et en particulier leurs propres circulaires, qu’ils ont signé de leur main.

6
A titre d’exemple, citons la circulaire du 18 décembre 2006, la même depuis des années (seule
la date change), signée par le recteur CAMPION, destinée entre autres aux chefs
d’établissement et relative à la notation administrative des personnels enseignants du second
degré. Dans la fiche n°1 annexée à cette circulaire, concernant les Personels non concernés
par la campagne de notation, il est écrit, je cite :

« Ne sont pas concernés les enseignants placés en congé pour toute la durée scolaire (congé
de formation professionnelle, congé parental, congé pour raison de santé),

ATTENTION

L’enseignant qui a été tenu éloigné de son poste pendant toute l’année scolaire ne recevant
pas de note, il n’y a pas lieu de reporter celle de l’année précédente.
Il convient pour les personnes concernées de saisir « 999 » en lieu et place de la note. »

Je ne constate qu’une seule chose : pendant 4 années de suite, de 2001 à 2005, le principal du
collège Gérard Philipe de Soissons, Jean Pierre Paul, a joué au petit chef en violant
systématiquement la circulaire de son supérieur hiérarchique !

De même, je constate que le recteur lui-même a violé sa propore circulaire en approuvant à


chaque fois, pendant 4 années, les notations farfelues, irresponsables, ubuesques et illégales
du principal du collège Gérard Philipe de Soissons !
Il aura fallu des dizaines de lettres recommandées ainsi que 6 requêtes au Tribunal
administratif pour faire plier le rectorat et lui faire admettre l’illégalité de toutes ses notations
administratives me concernant durant ces 3 années !
Enfin pour en finir avec le chapitre notation, le recteur écrit :
« Dans ces conditions, le requérant, ainsi qu’il le constate, ne peut plus bénéficier d’aucune
promotion professionnelle et cela n’est pas dû au « harcèlement moral orchestré par le
rectorat ».

Je ne constate qu’une seule chose : le refus systématique par le rectorat de toute promotion
professionnelle (Hors-classe Certifiés et liste aptitude agrégation), alors qu’en ce qui me
concerne, toutes les conditions légales sont remplies depuis de nombreuses années, étant au
11ème échelon ( le dernier ) de la grille des Certifiés depuis le 3 février 2001, soit depuis plus
de 6 ans !
J’aimerais bien que le recteur, agrégé de droit de formation, puisse fournir le moindre texte de
loi de la République Française, prouvant que toute promotion professionnelle est exclue pour
un agent de l’Etat en situation de congé de maladie ordinaire !

Par contre, je conseillerais au recteur de consulter la Circulaire FP n° 1711, 34/CMS et 2B-9


du 30 janvier 1989, relative à la protection sociale des fonctionnaires, qui, dans son
paragraphe 6.8. Droits à formation, à avancement et à promotion, écrit :
« Le fonctionnaire en congé de maladie peut bénéficier d’un avancement d’échelon et, si
l’intérêt du service ne s’y oppose pas, d’un avancement de grade ou d’une promotion au
choix, même en l’absence de notation. »

Les propos tenus par le recteur sont une fois de plus mensongers. Ils ne sont destinés qu’à
masquer la réalité : le harcèlement virulent et incessant du rectorat à mon égard depuis 1995.

7
« Concernant la communication des documents administratifs, ce n’est qu’en raison des très
nombreuses demandes émises par le requérant que les services gestionnaires n’ont toujours
pu, tant pour des raisons matérielles qu’administratives, le satisfaire dans les délais
impartis. »

Il est inadmissible que les services gestionnaires du rectorat d’Amiens ne puissent répondre,
dans des délais raisonnables, aux exigences de tous les enseignants de l’académie d’Amiens.
Les nombreuses demandes de communication de mes documents administratifs au principal
du collège Gérard Philipe de Soissons concernaient des documents que tout chef
d’établissement est en devoir de communiquer à ses enseignants, sans qu’ils aient à en faire la
demande. Il s’agit de tous mes arrêtés de congé, de tous mes bulletins de paye, de mes
emplois du temps, de mes attestations professionnelles, de mon procès-verbal d’installation,
de mes notations administratives, de tous les courriers relatifs à mes demandes de mutation
intra-académiques ! Or, le principal de ce collège, s’est refusé pendant des années à me
transmettre tout document administratif m’obligeant, à chaque fois, à saisir la CADA pour des
demandes d’avis puis le Tribunal administratif !

Le recteur cite comme exemple ma demande datée du 19 juin 2007 de 3 documents


administratifs me concernant relatifs à ma demande de mutation 2007 au lycée Gay-Lussac de
Chauny.
Je ferais remarquer qu’en ce qui me concerne, j’ai scrupuleusement respectés les textes de loi
en la matière ( loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 ) :
Demande au rectorat de 3 documents le 21 juin 2007. Le silence gardé pendant plus d'un mois
par l’administration équivaut de sa part à un refus (tacite). Dans ce cas, je dispose, comme
tout citoyen français, de deux mois pour saisir la CADA. Ayant saisi la CADA le 23 juillet
2007, soit plus d’un mois plus tard, j’ai scrupuleusement respecté les textes !
En ce qui concerne la date de ma requête au Tribunal administratif ( le 23 août 2007 ), elle est
tout à fait conforme au Code de justice administrative, Titre II, Article R421-2 :
« Sauf disposition législative ou réglementaire contraire, le silence gardé pendant plus de
deux mois sur une réclamation par l'autorité compétente vaut décision de rejet.
Les intéressés disposent, pour se pourvoir contre cette décision implicite, d'un délai de deux
mois à compter du jour de l'expiration de la période mentionnée au premier alinéa. »
Le recteur, ayant gardé le silence pendant plus de deux mois sur ma réclamation, le dépôt
d’une requête au Tribunal administratif en date du 23 août 2007, soit plus de deux mois plus
tard, s’est avéré totalement conforme au Code de justice administrative.

Concernant le deuxième exemple choisi par le recteur, il a un goût de réchauffé :


« le requérant a saisi une seconde fois votre juridiction ( dossier n°0500196 ) bien que quatre
décisions ayant autorité de la chose jugée avaient déjà été rendues sur le même objet (
dossiers n° 0301393, 0400555, 0400942 et 0401598 ). »

Les propos tenus par le nouveau recteur LARZUL sont un copié collé puisé dans le mémoire
adressé par le recteur CAMPION au Tribunal administratif d’Amiens en date du 27 janvier
2005 ! Je me suis déjà longuement expliqué sur le sujet sans qu’il soit utile d’en rajouter. A ce
sujet consulter ma lettre au Tribunal administratif en date du 8 mars 2005 contenue dans ce
dossier n° 0500196.

« Effectivement, en procédant de la sorte, on comprend qu’il soit « contraint de saisir près de


40 fois la CADA et 44 fois fois le Tribunal administratif », mais ceci n’est pas le fait « du
harcèlement moral orchestré par le rectorat. »
8
Le nouveau recteur LARZUL est à l’image de tous ses prédécesseurs : il fait preuve de
cynisme en osant affirmer qu’il ne s’agit en aucune façon de harcèlement moral orchestré par
le rectorat !
Quand je demande par courrier des dizaines de fois le même document administratif qui me
concerne à son supérieur hiérarchique ( le principal du collège Gérard Philmipe de Soissons )
et que ce dernier, pendant des mois, fait la sourde oreille avec la totale bénédiction du recteur,
il semble évident que le nombre de requêtes au TA puisse être important, à moins de renoncer
à toute lutte contre l’arbitraire et l’abus de pouvoir de l’administration, ce qui n’est pas encore
dans ma nature.
Pour illustrer mes propos, à titre d’exemple, je fais l’inventaire du nombre de courriers
adressés au principal du collège Gérard Philipe de Soissons en vue d’obtenir mes documents
administratifs : arrêtés de congé, bulletins de paye, procès-verbal d’installation, emploi du
temps, notice de notation administrative, déclaration fiscale des traitements et salaires,
attestation professionnelle.
Les différentes lettres sont les suivantes :
 15/12/2003 : Demande de 2 documents
PV installation du 3/11/2003 et arrêté de congé du 10/11/2003
 06/01/2004 : Demande de 5 documents
PV installation, arrêtés de congé du 10/11/2003 et du 05/01/2004, bulletins de paye des mois
de novembre et décembre 2003
 28/01/2004 : Demande de 9 documents
PV installation, arrêtés de congé du 10/11/2003, du 15/12/2003 et du 05/01/2004, bulletins de
paye des mois de novembre 2003, décembre 2003 et janvier 2004, déclaration fiscale des
traitements et salaires année 2003 et projet de notation administrative année scolaire
2003/2004.
 06/02/2004 : Demande de 10 documents
PV installation, arrêtés de congé du 10/11/2003, du 15/12/2003, du 05/01/2004 et du
06/02/2004, bulletins de paye des mois de novembre 2003, décembre 2003 et janvier 2004,
déclaration fiscale des traitements et salaires année 2003 et projet de notation administrative
année scolaire 2003/2004.
 08/03/2004 : Demande de 11 documents
PV installation, arrêtés de congé du 10/11/2003, du 15/12/2003, du 05/01/2004, du
06/02/2004 et du 08/03/2004, bulletins de paye des mois de novembre 2003, décembre 2003,
janvier 2004 et février 2004, déclaration fiscale des traitements et salaires année 2003 et
projet de notation administrative année scolaire 2003/2004.
 13/05/2004 : Demande de 7 arrêtés de congé destinés à la MGEN
Arrêtés de congé du 10/11/2003, du 15/12/2003, du 05/01/2004, du 06/02/2004 et du
08/03/2004, du 15/04/2004 et du 03/05/2004.
 04/06/2004 : Demande de 18 documents
PV installation, arrêtés de congé du 10/11/2003, du 15/12/2003, du 05/01/2004, du
06/02/2004, du 08/03/2004, du 15/04/2004, du 03/05/2004 et du 03/06/2004, bulletins de paye
des mois de novembre 2003, décembre 2003, janvier 2004, février 2004, mars 2004, avril
2004 et mai 2004, déclaration fiscale des traitements et salaires année 2003, mon historique
congés établi jusqu’au 30 juin 2004.
 01/09/2004 : Demande de 17 documents
PV installation, arrêtés de congé du 10/11/2003, du 15/12/2003, du 05/01/2004, du
06/02/2004, du 08/03/2004, du 15/04/2004, du 03/05/2004 et du 03/06/2004, bulletins de paye
des mois de novembre 2003, décembre 2003, janvier 2004, février 2004, mars 2004, avril
2004 et mai 2004, déclaration fiscale des traitements et salaires année 2003.

9
 02/10/2004 : Demande de 23 documents
PV installation, arrêtés de congé du 10/11/2003, du 15/12/2003, du 05/01/2004, du
06/02/2004, du 08/03/2004, du 15/04/2004, du 03/05/2004, du 03/06/2004 et du 01/09/2004,
bulletins de paye des mois de novembre 2003, décembre 2003, janvier 2004, février 2004,
mars 2004, avril 2004, mai 2004, juin 2004, juillet 2004 et août 2004, déclaration fiscale des
traitements et salaires année 2003, mon emploi du temps année scolaire 2004/2005, mon
attestation professionnelle année scolaire 2004/2005..
 04/11/2004 : Demande de 8 documents
Arrêtés de congé du 15/06/2002, du 15/12/2003, du 03/06/2004, du 01/09/2004 et du
02/10/2004, bulletin de paye du mois de novembre 2003, mon emploi du temps année scolaire
2004/2005, mon attestation professionnelle année scolaire 2004/2005.
 07/12/2004 : Demande de 9 documents
Arrêtés de congé du 15/06/2002, du 15/12/2003, du 03/06/2004, du 01/09/2004 et du
02/10/2004, bulletins de paye des mois de novembre 2003 et octobre 2004, mon emploi du
temps année scolaire 2004/2005, mon attestation professionnelle année scolaire 2004/2005.
 03/01/2005 : Demande de 6 documents
Arrêtés de congé du 15/06/2002, du 15/12/2003, du 03/06/2004 et du 03/01/2005, bulletin de
paye du mois de décembre 2004, mon attestation professionnelle année scolaire 2004/2005.
 05/02/2005 : Demande de 6 documents
Arrêtés de congé du 04/11/2004, du 07/12/2004, du 03/01/2005 et du 04/02/2005, bulletin de
paye du mois de janvier 2005, ma notice de notation administrative année scolaire 2004/2005.
 21/02/2005 : Demande de 7 documents
Arrêtés de congé du 04/11/2004, du 07/12/2004, du 03/01/2005, du 04/02/2005 et du
21/02/2005, bulletin de paye du mois de janvier 2005, ma notice de notation administrative
année scolaire 2004/2005.
 25/03/2005 : Demande de 3 documents
Arrêtés de congé du 03/01/2005 et du 24/03/2005, ma notice de notation administrative année
scolaire 2004/2005.

Le recteur CAMPION ayant décidé de façon totalement illégale de suspendre mon salaire à
partir du 18 février 2005, les bulletins de salaire me concernant n’éxistaient plus !

Je constate qu’il aura fallu la bagatelle de 15 courriers s’étalant sur près de 16 ( seize ) mois
auprès de mon supérieur hiérarchique, le principal du collège Gérard Philipe de Soissons,
avant de saisir la CADA et le Tribunal administratif pour obtenir les nombreux documents
administratifs me concernant !

« Concernant les contrôles médicaux diligentés, ils ne l’ont été que, parce que l’intéressé a
présenté « une multitude d’arrêts de travail, établis par [ses] médecins traitants, qui de 2000
à ce jour (13 avril 2007) sont au nombre de 77, ce qui représente 1408 jours d’arrêts de
travail »
Il ne s’agit, là encore, nullement de harcèlement mais de la simple application des textes. »

Je constate que le nouveau recteur reprend à son compte tous les mensonges de ses 3
prédécesseurs, en particulier ceux de Madame Marie-Danièle CAMPION !
En effet, faire volontairement l’amalgame entre les 33 convocations en expertise médicale
chez le docteur MARGAT au centre médico-psychologique de Tergnier et les contre-visites
organisés par le rectorat pour vérifier le bien fondé de mes arrêts de travail, relève de la
supercherie et de la malhonnêteté intellectuelle.

10
En effet, dans le premier cas, il s’agit bien d’une entreprise de harcèlement de la part du
rectorat ayant eu comme point de départ la lettre torche-cul du proviseur du lycée Gay-Lussac
de Chauny en date du 13 octobre 2000 ! D’ailleurs il n’y a aucune ambiguïté à ce sujet : la
suspension de mon salaire pendant une durée de 16 mois par le recteur CAMPION n’est que
la conséquence de mon refus systématique de toute expertise médicale au centre médico-
psycologique de Tergnier chez le docteur MARGAT !
Pour preuve, à titre d’exemple, les 2 derniers courriers du recteur CAMPION :

 Lettre du 29 avril 2005


« Je tiens à vous rappeler, conformément à ma correspondance en date du 16 février 2005,
que le versement de votre rémunération sera rétabli dès lorsque vous aurez accepté de vous
soumettre aux expertises médicales diligentées par le comité médical départemental, dans le
cadre d’une vérification d’aptitude physique à l’emploi. »

 Lettre du 29 août 2005


« Je vous rappelle à nouveau que le versement de votre rémunération sera rétabli dès lors
que vous aurez accepté de vous soumettre aux expertises médicales diligentées par le comité
médical départemental, dans le cadre d’une vérification d’aptitude physique à l’emploi.
Pour ce faire, il vous appartient de prendre rendez-vous auprès du docteur MARGAT à
TERGNIER »

Dans le second cas, il ne s’agit purement et simplement que de l’application du décret n° 86-
442 du 14 mars 1986 qui dans son article 25, stipule :

« Pour obtenir un congé de maladie, ainsi que le renouvellement du congé initialement


accordé, le fonctionnaire doit adresser à l’administration dont il relève, par l’intermédiaire
de son chef de service, une demande appuyée d’un certificat d’un médecin, d’un chirurgien-
dentiste ou d’une sage-femme.
L’administration peut faire procéder à tout moment à la contre-visite du demandeur par un
médecin agréé ; le fonctionnaire doit se soumettre, sous peine d’interruption du versement de
sa rémunération, à cette contre-visite. »
A titre d’exemple, citons la dernière contre-visite demandée par le rectorat datant du 11
octobre 2007 chez le docteur DESRUELLE à La Fère le vendredi 19 octobre 2007 à 9 h 15
pour vérifier le bien fondé de mon arrêt de travail du 3 octobre au 26 octobre 2007.

A ce jour (13 novembre 2007) depuis l’an 2000, le bien fondé des 82 arrêts de travail
représentant 1547 jours d’arrêts de travail n’a pu être vérifié qu’au moyen de contre-visites
conformément à l’article 25 du décret n° 86-442 du 14 mars 1986.

TOUT LE RESTE EN PARTICULIER LES 33 CONVOCATIONS AU CENTRE MEDICO-


PSYCHOLOGIQUE DE TERGNIER CHEZ LE DOCTEUR MARGAT ASSORTIES DE
NOMBREUSES MENACES [ RETRAITS DE SALAIRE, PROCEDURES
DISCIPLINAIRES, NOUVELLE PROCEDURE DISCIPLINAIRE, RADIATION POUR
ABANDON DE POSTE, RADIATION DES CADRES, ETC…] N’EST QU’ABUS DE
POUVOIR INADMISSIBLE ET SCANDALEUX DE LA PART DU RECTORAT !

Quand le recteur écrit : « Il ne s’agit, là encore, nullement de harcèlement mais de la simple


application des textes. », il s’agit bien entendu d’un mensonge éculé supplémentaire !

11
JE METS AU DEFIT LE RECTEUR DE PRODUIRE AU TRIBUNAL LE MOINDRE
TEXTE DE LOI JUSTIFIANT UN TEL ACHARNEMENT DU RECTORAT A ME FAIRE
PSYCHANALYSER AU CENTRE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE DE TERGNIER
PENDANT 5 ANNEES DE SUITE DE 2000 A 2005 ! C’EST DU DELIRE !

La suite du mémoire du recteur sent le réchauffé et la provocation quand il répète les


allégations mensongères de son prédécesseur, le recteur CAMPION [ A ce sujet, consulter
le mémoire du recteur CAMPION en date du 26 janvier 2007 adressé au Tribunal
administratif d’Amiens concernant le dossier n°0700051 – Mutation 2006 ] :

« Concernant les refus des demandes de mutations, ils ne l’ont été qu’en application de la
législation en vigueur, ainsi que votre juridiction l’a confirmé (dossier n°0502715), et non, en
raison de ce que l’intéressé qualifie, peu élégamment, de « magouille ». »

N’en déplaise au nouveau recteur, « l’intéressé » que je suis persiste et signe : les moyens
utilisés par le recteur CAMPION pour m’interdire le retour au lycée Gay-Lussac de Chauny
en septembre 2005 n’ont été que mensonges et magouille ! [ Cela a été dénonçé à maintes
reprises dans mes écrits ]

A ce sujet, consulter les dossiers enregistrés au Tribunal administratif d’Amiens n° 0502715,


0503304, 0601536 et 0700551.

Concernant le dossier n°0502715, j’ai déjà répondu à plusieurs reprises aux mensonges et
magouilles du précédent recteur concernant le refus de ma mutation au lycée Gay-Lussac de
Chauny en Septembre 2005 !

Effectivement le Tribunal administratif d’Amiens a rejeté ma requête n°0502715 par


jugement en date du 23 novembre 2006. Il en a été de même pour ma requête n°0503304 par
jugement en date du 1er février 2007.

Ma requête n°0503304 demandait au tribunal :

L’annulation du refus de communication, par le recteur, des copies des documents fournis
aux commissaires paritaires lors des deux réunions du 26 mai 2005 et du 20 juin 2005
mentionnant ma demande de mutation 2005 pour le poste vacant de Physique Chimie au lycée
Gay-Lussac de Chauny.

Concernant le jugement, le tribunal écrit en page 5 :

« Considérant que M. Guy LANDEL a demandé à Mme le recteur de l’académie d’Amiens de


lui communiquer la copie de documents remis aux commissaires paritaires lors des réunions
des 26 mai 2005 et du 20 juin 2005, au cours desquelles a été examinée sa demande de
mutation pour un poste de physique/chimie au lycée Gay-Lussac de Chauny ; (---) »

Par contre, écrire comme le fait le Tribunal qu’au cours de la réunion de la FPMA du 20 juin
2005, a été examinée ma demande de mutation sur l’un des deux postes vacants au lycée Gay-
Lussac de Chauny est une contre vérité flagrante. En effet, l’examen de ma demande n’a
jamais pu avoir lieu, le recteur n’ayant jamais remis les documents mentionnant ma demande
de mutation aux commissaires paritaires avant la réunion de la FPMA du 20 juin 2005.

12
La suite du jugement est encore plus édifiante. Le Tribunal écrit toujours en page 5 :
« Considérant qu’il résulte des pièces du dossier que, postérieurement à l’introduction de la
requête, M. LANDEL a reçu communication de ces documents dans les conditions
susrappelées exigées par la commission d’accès aux documents administratifs dans son avis ;
»

Le Tribunal poursuit en page 6 dans son jugement :

« que, par suite, ses conclusions dirigées contre le refus de Mme le recteur de l’académie
d’Amiens de lui communiquer les documents susmentionnés sont devenues sans objet ; qu’il
résulte de ce qui précède qu’il n’y a pas lieu de statuer sur lesdites conclusions présentées
par M. LANDEL ; »

Il y a eu de la part du Tribunal une erreur totale de jugement. En effet, ayant à deux


reprises, par lettres en dates du 25 janvier 2006 et du 21 septembre 2006 (PJ09 et PJ10),
adressées au Tribunal administratif d’Amiens, soutenu n’avoir jamais reçu de la part du
recteur les documents demandés, ce même Tribunal s’est permis d’affirmer, à tort, dans son
jugement, que j’avais reçu communication des dits documents !

En conséquence, le refus de statuer sur ce dossier est une faute manifeste du Tribunal
administratif d’Amiens qui a de lourdes conséquences quant à ma demande de mutation
intra-académique en 2005 au lycée Gay-Lussac de Chauny, refusée par le même tribunal dans
son jugement en date du 23/11/2006, dossier n° 0502715-3.

Considérant que ces deux requêtes relatives à ma mutation 2005 ont été jugées de façon
totalement erronée par le Tribunal administratif d’Amiens, j’ai fait une demande d’aide
juridictionnelle près le Conseil d’Etat pour que justice soit rendue :
Dossier n°0502715 : demande d’aide juridictionnelle enregistrée le 24 janvier 2007
sous le n° 0700233,
Dossier n°0503304 : demande d’aide juridictionnelle enregistrée le 20 février 2007 sous
le n° 0700470.

Le recteur ose prétendre que les refus des demandes de mutations ne l’ont été qu’en
application de la législation en vigueur !

Pour ma part, j’affirme fermement le contraire. Le recteur a violé les textes de loi suivants :
 L’aticle 60 de la loi du 11 janvier 1984
 L’article 29 du décret n°82-451 du 28 mai 1982
 L’article 32 du décret n°82-451 du 28 mai 1982
 La note de service ministérielle n°99-038 du 25 mars 1999
 L’article 6 quinquiès de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983

Enfin, concernant les frais d’avocats, corollaire « des ardeurs procédurières » selon
l’expression rectorale, je dirais tout simplement qu’ils sont totalement légitimés par l’abus de
pouvoir scandaleux des différents recteurs de l’académie d’Amiens qui se sont succédés à la
tête du rectorat de 1995 à 2007.
Le recours à des avocats, obligatoire de par la loi, l’a été essentiellement pour les dossiers
suivants :
 Conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001, basé sur de nombreux
faux-témoignages, destiné à me virer du lycée Gay-Lussac de Chauny,

13
 Notations farfelues et irresponsables des chefs d’établissement du lycée Gay-Lussac
de Chauny puis du collège Gérard Philipe de Soissons, toutes ces notations ayant été
approuvées et entérinées par le rectorat,
 Suspension de salaire scandaleuse et irresponsable du recteur LEROY pendant 9 mois
d’avril 2003 à décembre 20003,
 Suspension de salaire scandaleuse et irresponsable du recteur CAMPION pendant 16
mois de février 2005 à mai 2006 !

Grâce à mes « ardeurs procédurières », les notations farfelues qu’elles proviennent


aussi bien du « minable proviseur » que du « chef de pacotille » ont bien été annulées
et retirées de mon dossier administratif par jugements du Tribunal administratif
d’Amiens !

Ma requête au Tribunal administratif d’Amiens concernant la suspension de salaire décidée


par le recteur LEROY en 2003 (requête n°0301431) ainsi que ma demande de référé provision
(requête n°0500869) ont toutes deux été rejetées par jugement en date du 28 juillet 2005 !

Or, grâce à mes « ardeurs procédurières », la Cour administrative d’appel de DOUAI


a, d’une part, par ordonnance en date du 20 décembre 2005 (requête n° 05DA01040)
annulé le jugement n°0500869 et d’autre part, par arrêt en date du 27 juin 2007
(requête n° 05DA01234) annulé le jugement n°0301431

De même, grâce à mes « ardeurs procédurières », le Tribunal administratif d’Amiens


a, par jugement en date du 19 janvier 2006, annulé la décision illégale du 16 février
2005 prise par le recteur CAMPION, au motif d’une erreur de droit !

La conclusion est limpide et évidente : les frais engagés ont été indispensables pour me
défendre contre l’arbitraire et l’abus de pouvoir rectoral.
Les faits sont têtus : le dossier HARCELEMENT MORAL de 96 pages est accablant et
montre l’acharnement avec lequel mes supérieurs hiérarchiques ont usé de tous moyens, la
plupart illégaux, pour essayer, en vain, de me faire plier et de me mettre à genoux !

La conclusion du mémoire du recteur est édifiante et constitue une véritable provocation. Oser
écrire :

« Les faits et les décisions, dont se prévaut Monsieur LANDEL, procèdent de l’exercice
normal du pouvoir hiérarchique. Ils ne revêtent nullement le caractère de harcèlement moral
et ne sont donc pas de nature à engager la responsalité de l’administration. »
Quelques exemples de faits et décisions imputables au rectorat :

 Produire des faux témoignages d’inspecteurs pédagogiques dans le rapport


disciplinaire lu en séance lors de mon conseil de discipline du 21 septembre 2001
relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

 Me noter administrativement de façon irresponsable et farfelue pendant plusieurs


années de suite, en totale contradiction avec ses propres circulaires rectorales relève-
t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

14
 Etre noté pédagogiquement de façon irresponsable et mensongère pendant plusieurs
années de suite, de surcroît par des IPR anonymes, relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

 M’interdire l’utilisation pendant 6 mois, de décembre 1999 à mai 2000, avec tous mes
élèves ( 3 classes de Seconde STT, soit une centaine ) de matériel pédagogique en
travaux pratiques sous prétexte que ces derniers auraient « volé » 3 petits cache
boutons en plastique d’oscilloscopes relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

 Prendre un arrêté rectoral en date du 9 mai 2000 de retenue sur salaire de 62/30èmes
( plus de 2 mois de retait de salaire !), qui, après de multiples requêtes auprès de la
CADA et du Tribunal administratif d’Amiens, s’est comme par enchantement
transformé par un arrêté modificatif rectoral en date du 9 mars 2001, soit 10 mois plus
tard , d’une retenue sur salaire de 12/30èmes ( 12 jours de retrait de salaire au lieu de
62 !) relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

 Me menacer de nombreuses fois de retrait de salaire, de procédure disciplinaire avec


ou sans conseil de discipline, de procédure d’abandon de poste, de radiation des cadres
et autres menaces en tout genre au motif que je refuse d’obéir et de céder aux ordres
rectoraux illégaux relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

 Me menacer à plusieurs reprises de retraits de salaire au motif d’absences pendant les


congés scolaires officiels ( un comble ! ) relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

 Avoir pris à plusieurs reprises des arrêtés de retrait de salaire illégaux pour des
absences soit imaginaires soit justifiées relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

 M’avoir infligé la sanction disciplinaire du blâme en date du 9 avril 2003 pour absence
justifiée à une contre visite médicale relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

 Refuser systématiquement pendant des mois, malgré mes demandes répétées, de me


transmettre mes documents administratifs ( bulletins de paye, arrêtés de congé, emploi
du temps, procès-verbal d’installation, notations administratives, attestations
professionnelles, déclarations fiscales des traitements et salaires, historiques congés ),
être obligé de saisir la CADA et le Tribunal administratif des dizaines de fois pour
que le principal du collège daigne obtempérer relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

 Suspendre mon salaire pendant 9 mois en 2003 par une décision rectorale jugée
illégale par la Cour administrative d’appel de Douai relève-t’il de l’exercice normal
du pouvoir hiérarchique ?

 Suspendre mon salaire pendant 16 mois en 2005 par une décision rectorale jugée
illégale par le Tribunal administratif d’Amiens relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

15
 M’obliger par tous les moyens, avec menaces à l’appui, pendant plusieurs années, de
2000 à 2005, à me faire psychanalyser chez le docteur MARGAT au Centre médico-
psychologique de Tergnier tel un malade mental relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

 Mentir et magouiller comme l’a fait le recteur CAMPION pour rejeter


systématiquement mes demandes de mutation au lycée Gay-Lussac de Chauny lors des
mutations intra académiques 2005 et 2006 relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

De ce qui précède, il est indéniable que les propos contenus dans le mémoire du recteur ne
sont que mensonges et provocation. Le harcèlement moral orchestré par le rectorat pendant 12
années de 1995 à 2007 est incontestable.

La responsabilité de l’administration étant engagée, je confirme mes prétentions exposées


dans mon mémoire du 26 avril 2007, à savoir le versement de la somme de 70000 € [ Soixante
dix mille euros ] à titre de dommages et intérêts, pour harcèlement moral, et ce conformément
à l’article 6 quinquiès de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983.

LANDEL Guy

16
LANDEL Guy Chauny, le 25 janvier 2008
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-1

Objet : Envoi de 5 arrêts de travail supplémentaires

Veuillez trouver en pièces jointes 5 documents en 3 exemplaires relatifs à mes arrêts de travail
pour la période allant du 3 septembre 2007 au 8 février 2008. Ces documents supplémentaires
font partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT MORAL n° 0701657-1,
paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

Chauny, le 25 janvier 2008

LANDEL Guy

PJ : 15
LANDEL Guy Chauny, le 27 mai 2008
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-1

Objet : Envoi de 4 arrêts de travail supplémentaires

Veuillez trouver en pièces jointes 4 documents en 3 exemplaires relatifs à mes arrêts de travail
pour la période allant du 26 février 2008 au 3 juillet 2008. Ces documents supplémentaires
font partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT MORAL n° 0701657-1,
paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

En effet, suite au conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001 me forçant à


quitter le lycée Gay-Lussac de Chauny où j’enseignais depuis septembre 1987, ma santé
mentale a été fortement altérée du fait de l’injustice ressentie suite au complot organisé par le
recteur MORVAN et ses acolytes.
Cela s’est traduit par une multitude d’arrêts de travail établis par mes médecins traitants qui,
de 2000 à ce jour, sont au nombre de 90, ce qui représente 1716 jours d’arrêts de travail

Chauny, le 27 mai 2008

LANDEL Guy

PJ : 18
- 4 arrêts de travail en 3 exemplaires soit 12 documents
- Historique des 90 arrêts de travail en 3 exemplaires soit 6 exemplaires
Historique des 90 arrêts de travail – Dossier XV – « Santé physique ou mentale altérée »

01. Arrêt de travail du 15 mars 2000 au 17 mars 2000 soit 3 jours


02. Arrêt de travail du 18 mars 2000 au 25 mars 2000 soit 8 jours
03. Arrêt de travail du 26 mars 2000 au 31 mars 2000 soit 6 jours
04. Arrêt de travail du 19 mai 2000 au 19 mai 2000 soit 1 jour
05. Arrêt de travail du 24 mai 2000 au 26 mai 2000 soit 3 jours
06. Arrêt de travail du 29 mai 2000 au 3 juin 2000 soit 6 jours
07. Arrêt de travail du 4 juin 2000 au 10 juin 2000 soit 7 jours
08. Arrêt de travail du 13 septembre 2000 au 16 septembre 2000 soit 4 jours
09. Arrêt de travail du 23 novembre 2000 au 23 novembre 2000 soit 1 jour
10. Arrêt de travail du 30 novembre 2000 au 2 décembre 2000 soit 3 jours
11. Arrêt de travail du 18 janvier 2001 au 18 janvier 2001 soit 1 jour
12. Arrêt de travail du 12 mars 2001 au 12 mars 2001 soit 1 jour
13. Arrêt de travail du 28 mars 2001 au 28 mars 2001 soit 1 jour
14. Arrêt de travail du 17 mai 2001 au 17 mai 2001 soit 1 jour
15. Arrêt de travail du 2 octobre 2001 au 6 octobre 2001 soit 5 jours
16. Arrêt de travail du 8 octobre 2001 au 9 octobre 2001 soit 2 jours
17. Arrêt de travail du 10 octobre 2001 au 25 octobre 2001 soit 16 jours
18. Arrêt de travail du 26 octobre 2001 au 27 octobre 2001 soit 2 jours
19. Arrêt de travail du 5 novembre 2001 au 24 novembre 2001 soit 20 jours
20. Arrêt de travail du 25 novembre 2001 au 10 décembre 2001 soit 16 jours
21. Arrêt de travail du 11 décembre 2001 au 22 décembre 2001 soit 12 jours
22. Arrêt de travail du 7 janvier 2002 au 7 février 2002 soit 32 jours
23. Arrêt de travail du 18 février 2002 au 13 mars 2002 soit 24 jours
24. Arrêt de travail du 14 mars 2002 au 30 mars 2002 soit 17 jours
25. Arrêt de travail du 15 avril 2002 au 14 mai 2002 soit 30 jours
26. Arrêt de travail du 15 mai 2002 au 14 juin 2002 soit 30 jours
27. Arrêt de travail du 15 juin 2002 au 29 juin 2002 soit 15 jours
28. Arrêt de travail du 2 septembre 2002 au 2 octobre 2002 soit 31 jours
29. Arrêt de travail du 3 octobre 2002 au 23 octobre 2002 soit 21 jours
30. Arrêt de travail du 4 novembre 2002 au 23 novembre 2002 soit 20 jours
31. Arrêt de travail du 24 novembre 2002 au 21 décembre 2002 soit 28 jours
32. Arrêt de travail du 6 janvier 2003 au 6 février 2003 soit 32 jours
33. Arrêt de travail du 7 février 2003 au 15 février 2003 soit 9 jours
34. Arrêt de travail du 3 mars 2003 au 22 mars 2003 soit 20 jours
35. Arrêt de travail du 23 mars 2003 au 12 avril 2003 soit 21 jours
36. Arrêt de travail du 28 avril 2003 au 24 mai 2003 soit 27 jours
37. Arrêt de travail du 25 mai 2003 au 16 juin 2003 soit 23 jours
38. Arrêt de travail du 17 juin 2003 au 28 juin 2003 soit 12 jours
39. Arrêt de travail du 1er septembre 2003 au 1er octobre 2003 soit 31 jours
40. Arrêt de travail du 2 octobre 2003 au 25 octobre 2003 soit 24 jours
41. Arrêt de travail du 9 octobre 2003 au 22 octobre 2003 soit 14 jours
42. Arrêt de travail du 10 novembre 2003 au 9 décembre 2003 soit 30 jours
43. Arrêt de travail du 15 décembre 2003 au 19 décembre 2003 soit 5 jours
44. Arrêt de travail du 5 janvier 2004 au 5 février 2004 soit 32 jours
45. Arrêt de travail du 6 février 2004 au 20 février 2004 soit 15 jours
46. Arrêt de travail du 8 mars 2004 au 14 avril 2004 soit 38 jours
47. Arrêt de travail du 15 avril 2004 au 16 avril 2004 soit 2 jours
48. Arrêt de travail du 3 mai 2004 au 4 juin 2004 soit 33 jours
49. Arrêt de travail du 5 juin 2004 au 30 juin 2004 soit 26 jours
50. Arrêt de travail du 1er septembre 2004 au 1er octobre 2004 soit 31 jours
51. Arrêt de travail du 2 octobre 2004 au 22 octobre 2004 soit 21 jours
52. Arrêt de travail du 4 novembre 2004 au 6 décembre 2004 soit 33 jours
53. Arrêt de travail du 7 décembre 2004 au 17 décembre 2004 soit 11 jours
54. Arrêt de travail du 3 janvier 2005 au 3 février 2005 soit 32 jours
55. Arrêt de travail du 4 février 2005 au 4 février 2005 soit 1 jour
56. Arrêt de travail du 21 février 2005 au 25 mars 2005 soit 35 jours
57. Arrêt de travail du 26 mars 2005 au 8 avril 2005 soit 13 jours
58. Arrêt de travail du 25 avril 2005 au 23 mai 2005 soit 29 jours
59. Arrêt de travail du 24 mai 2005 au 24 juin 2005 soit 32 jours
60. Arrêt de travail du 25 juin 2005 au 1er juillet 2005 soit 7 jours
61. Arrêt de travail du 1er septembre 2005 au 1er octobre 2005 soit 31 jours
62. Arrêt de travail du 2 octobre 2005 au 21 octobre 2005 soit 20 jours
63. Arrêt de travail du 3 novembre 2005 au 2 décembre 2005 soit 30 jours
64. Arrêt de travail du 3 décembre 2005 au 16 décembre 2005 soit 12 jours
65. Arrêt de travail du 3 janvier 2006 au 2 février 2006 soit 31 jours
66. Arrêt de travail du 3 février 2006 au 10 février 2006 soit 8 jours
67. Arrêt de travail du 27 février 2006 au 27 mars 2006 soit 29 jours
68. Arrêt de travail du 28 mars 2006 au 14 avril 2006 soit 18 jours
69. Arrêt de travail du 2 mai 2006 au 2 juin 2006 soit 32 jours
70. Arrêt de travail du 22 mai 2006 au 14 juin 2006 soit 12 jours
71. Arrêt de travail du 15 juin 2006 au 4 juillet 2006 soit 20 jours
72. Arrêt de travail du 1er septembre 2006 au 4 octobre 2006 soit 34 jours
73. Arrêt de travail du 5 octobre 2006 au 25 octobre 2006 soit 21 jours
74. Arrêt de travail du 6 novembre 2006 au 5 décembre 2006 soit 30 jours
75. Arrêt de travail du 6 décembre 2006 au 22 décembre 2006 soit 17 jours
76. Arrêt de travail du 8 janvier 2007 au 6 février 2007 soit 30 jours
77. Arrêt de travail du 7 février 2007 au 23 février 2007 soit 17 jours
78. Arrêt de travail du 12 mars 2007 au 10 avril 2007 soit 30 jours
79. Arrêt de travail du 11 avril 2007 au 13 avril 2007 soit 3 jours
80. Arrêt de travail du 2 mai 2007 au 5 juin 2007 soit 35 jours
81. Arrêt de travail du 6 juin 2007 au 4 juillet 2007 soit 29 jours
82. Arrêt de travail du 3 septembre 2007 au 2 octobre 2007 soit 30 jours
83. Arrêt de travail du 3 octobre 2007 au 26 octobre 2007 soit 24 jours
84. Arrêt de travail du 8 novembre 2007 au 28 novembre 2007 soit 21 jours
85. Arrêt de travail du 29 novembre 2007 au 22 décembre 2007 soit 24 jours
86. Arrêt de travail du 8 janvier 2008 au 8 février 2008 soit 32 jours
87. Arrêt de travail du 26 février 2008 au 26 mars 2008 soit 31 jours
88. Arrêt de travail du 27 mars 2008 au 4 avril 2008 soit 9 jours
89. Arrêt de travail du 22 avril 2008 au 26 mai 2008 soit 35 jours
90. Arrêt de travail du 27 mai 2008 au 3 juillet 2008 soit 38 jours.

90 arrêts de travail représentant 1716 jours d’arrêt de travail


LANDEL Guy Chauny, le 14 janvier 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-1

Objet : Envoi de 5 arrêts de travail supplémentaires

Veuillez trouver en pièces jointes 5 documents en 3 exemplaires relatifs à mes arrêts de travail
pour la période allant du 1er septembre 2008 au 11 février 2009. Ces documents
supplémentaires font partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT MORAL n°
0701657-1, paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

En effet, suite au conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001 me forçant à


quitter le lycée Gay-Lussac de Chauny où j’enseignais depuis septembre 1987, ma santé
mentale a été fortement altérée du fait de l’injustice ressentie suite au complot organisé par le
recteur MORVAN et ses acolytes.
Cela s’est traduit par une multitude d’arrêts de travail établis par mes médecins traitants qui,
de 2000 à ce jour, sont au nombre de 95, ce qui représente 1851 jours d’arrêts de travail .

LANDEL Guy

PJ : 21
- 5 arrêts de travail en 3 exemplaires soit 15 documents
- Historique des 95 arrêts de travail en 3 exemplaires soit 6 exemplaires
Historique des 95 arrêts de travail – Dossier XV – « Santé physique ou mentale altérée »

01. Arrêt de travail du 15 mars 2000 au 17 mars 2000 soit 3 jours


02. Arrêt de travail du 18 mars 2000 au 25 mars 2000 soit 8 jours
03. Arrêt de travail du 26 mars 2000 au 31 mars 2000 soit 6 jours
04. Arrêt de travail du 19 mai 2000 au 19 mai 2000 soit 1 jour
05. Arrêt de travail du 24 mai 2000 au 26 mai 2000 soit 3 jours
06. Arrêt de travail du 29 mai 2000 au 3 juin 2000 soit 6 jours
07. Arrêt de travail du 4 juin 2000 au 10 juin 2000 soit 7 jours
08. Arrêt de travail du 13 septembre 2000 au 16 septembre 2000 soit 4 jours
09. Arrêt de travail du 23 novembre 2000 au 23 novembre 2000 soit 1 jour
10. Arrêt de travail du 30 novembre 2000 au 2 décembre 2000 soit 3 jours
11. Arrêt de travail du 18 janvier 2001 au 18 janvier 2001 soit 1 jour
12. Arrêt de travail du 12 mars 2001 au 12 mars 2001 soit 1 jour
13. Arrêt de travail du 28 mars 2001 au 28 mars 2001 soit 1 jour
14. Arrêt de travail du 17 mai 2001 au 17 mai 2001 soit 1 jour
15. Arrêt de travail du 2 octobre 2001 au 6 octobre 2001 soit 5 jours
16. Arrêt de travail du 8 octobre 2001 au 9 octobre 2001 soit 2 jours
17. Arrêt de travail du 10 octobre 2001 au 25 octobre 2001 soit 16 jours
18. Arrêt de travail du 26 octobre 2001 au 27 octobre 2001 soit 2 jours
19. Arrêt de travail du 5 novembre 2001 au 24 novembre 2001 soit 20 jours
20. Arrêt de travail du 25 novembre 2001 au 10 décembre 2001 soit 16 jours
21. Arrêt de travail du 11 décembre 2001 au 22 décembre 2001 soit 12 jours
22. Arrêt de travail du 7 janvier 2002 au 7 février 2002 soit 32 jours
23. Arrêt de travail du 18 février 2002 au 13 mars 2002 soit 24 jours
24. Arrêt de travail du 14 mars 2002 au 30 mars 2002 soit 17 jours
25. Arrêt de travail du 15 avril 2002 au 14 mai 2002 soit 30 jours
26. Arrêt de travail du 15 mai 2002 au 14 juin 2002 soit 30 jours
27. Arrêt de travail du 15 juin 2002 au 29 juin 2002 soit 15 jours
28. Arrêt de travail du 2 septembre 2002 au 2 octobre 2002 soit 31 jours
29. Arrêt de travail du 3 octobre 2002 au 23 octobre 2002 soit 21 jours
30. Arrêt de travail du 4 novembre 2002 au 23 novembre 2002 soit 20 jours
31. Arrêt de travail du 24 novembre 2002 au 21 décembre 2002 soit 28 jours
32. Arrêt de travail du 6 janvier 2003 au 6 février 2003 soit 32 jours
33. Arrêt de travail du 7 février 2003 au 15 février 2003 soit 9 jours
34. Arrêt de travail du 3 mars 2003 au 22 mars 2003 soit 20 jours
35. Arrêt de travail du 23 mars 2003 au 12 avril 2003 soit 21 jours
36. Arrêt de travail du 28 avril 2003 au 24 mai 2003 soit 27 jours
37. Arrêt de travail du 25 mai 2003 au 16 juin 2003 soit 23 jours
38. Arrêt de travail du 17 juin 2003 au 28 juin 2003 soit 12 jours
39. Arrêt de travail du 1er septembre 2003 au 1er octobre 2003 soit 31 jours
40. Arrêt de travail du 2 octobre 2003 au 25 octobre 2003 soit 24 jours
41. Arrêt de travail du 9 octobre 2003 au 22 octobre 2003 soit 14 jours
42. Arrêt de travail du 10 novembre 2003 au 9 décembre 2003 soit 30 jours
43. Arrêt de travail du 15 décembre 2003 au 19 décembre 2003 soit 5 jours
44. Arrêt de travail du 5 janvier 2004 au 5 février 2004 soit 32 jours
45. Arrêt de travail du 6 février 2004 au 20 février 2004 soit 15 jours
46. Arrêt de travail du 8 mars 2004 au 14 avril 2004 soit 38 jours
47. Arrêt de travail du 15 avril 2004 au 16 avril 2004 soit 2 jours
48. Arrêt de travail du 3 mai 2004 au 4 juin 2004 soit 33 jours
49. Arrêt de travail du 5 juin 2004 au 30 juin 2004 soit 26 jours
50. Arrêt de travail du 1er septembre 2004 au 1er octobre 2004 soit 31 jours
51. Arrêt de travail du 2 octobre 2004 au 22 octobre 2004 soit 21 jours
52. Arrêt de travail du 4 novembre 2004 au 6 décembre 2004 soit 33 jours
53. Arrêt de travail du 7 décembre 2004 au 17 décembre 2004 soit 11 jours
54. Arrêt de travail du 3 janvier 2005 au 3 février 2005 soit 32 jours
55. Arrêt de travail du 4 février 2005 au 4 février 2005 soit 1 jour
56. Arrêt de travail du 21 février 2005 au 25 mars 2005 soit 35 jours
57. Arrêt de travail du 26 mars 2005 au 8 avril 2005 soit 13 jours
58. Arrêt de travail du 25 avril 2005 au 23 mai 2005 soit 29 jours
59. Arrêt de travail du 24 mai 2005 au 24 juin 2005 soit 32 jours
60. Arrêt de travail du 25 juin 2005 au 1er juillet 2005 soit 7 jours
61. Arrêt de travail du 1er septembre 2005 au 1er octobre 2005 soit 31 jours
62. Arrêt de travail du 2 octobre 2005 au 21 octobre 2005 soit 20 jours
63. Arrêt de travail du 3 novembre 2005 au 2 décembre 2005 soit 30 jours
64. Arrêt de travail du 3 décembre 2005 au 16 décembre 2005 soit 12 jours
65. Arrêt de travail du 3 janvier 2006 au 2 février 2006 soit 31 jours
66. Arrêt de travail du 3 février 2006 au 10 février 2006 soit 8 jours
67. Arrêt de travail du 27 février 2006 au 27 mars 2006 soit 29 jours
68. Arrêt de travail du 28 mars 2006 au 14 avril 2006 soit 18 jours
69. Arrêt de travail du 2 mai 2006 au 2 juin 2006 soit 32 jours
70. Arrêt de travail du 22 mai 2006 au 14 juin 2006 soit 12 jours
71. Arrêt de travail du 15 juin 2006 au 4 juillet 2006 soit 20 jours
72. Arrêt de travail du 1er septembre 2006 au 4 octobre 2006 soit 34 jours
73. Arrêt de travail du 5 octobre 2006 au 25 octobre 2006 soit 21 jours
74. Arrêt de travail du 6 novembre 2006 au 5 décembre 2006 soit 30 jours
75. Arrêt de travail du 6 décembre 2006 au 22 décembre 2006 soit 17 jours
76. Arrêt de travail du 8 janvier 2007 au 6 février 2007 soit 30 jours
77. Arrêt de travail du 7 février 2007 au 23 février 2007 soit 17 jours
78. Arrêt de travail du 12 mars 2007 au 10 avril 2007 soit 30 jours
79. Arrêt de travail du 11 avril 2007 au 13 avril 2007 soit 3 jours
80. Arrêt de travail du 2 mai 2007 au 5 juin 2007 soit 35 jours
81. Arrêt de travail du 6 juin 2007 au 4 juillet 2007 soit 29 jours
82. Arrêt de travail du 3 septembre 2007 au 2 octobre 2007 soit 30 jours
83. Arrêt de travail du 3 octobre 2007 au 26 octobre 2007 soit 24 jours
84. Arrêt de travail du 8 novembre 2007 au 28 novembre 2007 soit 21 jours
85. Arrêt de travail du 29 novembre 2007 au 22 décembre 2007 soit 24 jours
86. Arrêt de travail du 8 janvier 2008 au 8 février 2008 soit 32 jours
87. Arrêt de travail du 26 février 2008 au 26 mars 2008 soit 31 jours
88. Arrêt de travail du 27 mars 2008 au 4 avril 2008 soit 9 jours
89. Arrêt de travail du 22 avril 2008 au 26 mai 2008 soit 35 jours
90. Arrêt de travail du 27 mai 2008 au 3 juillet 2008 soit 38 jours.
91. Arrêt de travail du 1er septembre 2008 au 1er octobre 2008 soit 31 jours.
92. Arrêt de travail du 2 octobre 2008 au 24 octobre 2008 soit 23 jours.
93. Arrêt de travail du 6 novembre 2008 au 10 décembre 2008 soit 35 jours.
94. Arrêt de travail du 11 décembre 2008 au 19 décembre 2008 soit 9 jours.
95. Arrêt de travail du 6 janvier 2009 au 11 février 2009 soit 37 jours.

95 arrêts de travail représentant 1851 jours d’arrêt de travail


LANDEL Guy Chauny, le 12 février 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-1

Objet : Attestation de mon médecin traitant en date du 15 janvier 2009

Veuillez trouver en pièce jointe une attestation de mon médecin datée du 15 janvier 2009. Ce
document supplémentaire fait partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT
MORAL n° 0701657-1, paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

En effet, suite au conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001 me forçant à


quitter le lycée Gay-Lussac de Chauny où j’enseignais depuis septembre 1987, ma santé
mentale a été fortement altérée du fait de l’injustice ressentie suite au complot organisé par le
recteur MORVAN et ses acolytes.

Ce document certifie clairement, je cite :

« L’arrière plan de cette affection est constitué par l’idée obsédante qu’il a subi un tort
inacceptable au Lycée Gay-Lussac dans les années 94/95, sous forme d’un conflit avec sa
hiérarchie où son bon droit n’aurait pas été reconnu et qui s’est poursuivi par ce qu’il
considère comme du harcèlement jusqu’à maintenant. Il cherche depuis avec opiniâtreté à ce
qu’on lui fasse justice.»

« En tout état de cause, la prise d’un poste au Collège Gérard Philippe n’est pas
envisageable. »

LANDEL Guy

PJ : 4

Attestation du Docteur MENGUY en 4 exemplaires


LANDEL Guy Chauny, le 2 juin 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-1

Objet : Envoi de 4 arrêts de travail supplémentaires

Veuillez trouver en pièces jointes 4 documents en 4 exemplaires relatifs à mes arrêts de travail
pour la période allant du 12 février 2009 au 2 juillet 2009. Ces documents supplémentaires
font partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT MORAL n° 0701657-1,
paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

En effet, suite au conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001 me forçant à


quitter le lycée Gay-Lussac de Chauny où j’enseignais depuis septembre 1987, ma santé
mentale a été fortement altérée du fait de l’injustice ressentie suite au complot organisé par le
recteur MORVAN et ses acolytes.
Cela s’est traduit par une multitude d’arrêts de travail établis par mes médecins traitants qui,
de 2000 à ce jour, sont au nombre de 99, ce qui représente 1958 jours d’arrêts de travail.

LANDEL Guy

PJ : 24
- 4 arrêts de travail en 4 exemplaires soit 16 documents
- Historique des 99 arrêts de travail en 4 exemplaires soit 8 exemplaires
Historique des 99 arrêts de travail – Dossier XV – « Santé physique ou mentale altérée »

01. Arrêt de travail du 15 mars 2000 au 17 mars 2000 soit 3 jours


02. Arrêt de travail du 18 mars 2000 au 25 mars 2000 soit 8 jours
03. Arrêt de travail du 26 mars 2000 au 31 mars 2000 soit 6 jours
04. Arrêt de travail du 19 mai 2000 au 19 mai 2000 soit 1 jour
05. Arrêt de travail du 24 mai 2000 au 26 mai 2000 soit 3 jours
06. Arrêt de travail du 29 mai 2000 au 3 juin 2000 soit 6 jours
07. Arrêt de travail du 4 juin 2000 au 10 juin 2000 soit 7 jours
08. Arrêt de travail du 13 septembre 2000 au 16 septembre 2000 soit 4 jours
09. Arrêt de travail du 23 novembre 2000 au 23 novembre 2000 soit 1 jour
10. Arrêt de travail du 30 novembre 2000 au 2 décembre 2000 soit 3 jours
11. Arrêt de travail du 18 janvier 2001 au 18 janvier 2001 soit 1 jour
12. Arrêt de travail du 12 mars 2001 au 12 mars 2001 soit 1 jour
13. Arrêt de travail du 28 mars 2001 au 28 mars 2001 soit 1 jour
14. Arrêt de travail du 17 mai 2001 au 17 mai 2001 soit 1 jour
15. Arrêt de travail du 2 octobre 2001 au 6 octobre 2001 soit 5 jours
16. Arrêt de travail du 8 octobre 2001 au 9 octobre 2001 soit 2 jours
17. Arrêt de travail du 10 octobre 2001 au 25 octobre 2001 soit 16 jours
18. Arrêt de travail du 26 octobre 2001 au 27 octobre 2001 soit 2 jours
19. Arrêt de travail du 5 novembre 2001 au 24 novembre 2001 soit 20 jours
20. Arrêt de travail du 25 novembre 2001 au 10 décembre 2001 soit 16 jours
21. Arrêt de travail du 11 décembre 2001 au 22 décembre 2001 soit 12 jours
22. Arrêt de travail du 7 janvier 2002 au 7 février 2002 soit 32 jours
23. Arrêt de travail du 18 février 2002 au 13 mars 2002 soit 24 jours
24. Arrêt de travail du 14 mars 2002 au 30 mars 2002 soit 17 jours
25. Arrêt de travail du 15 avril 2002 au 14 mai 2002 soit 30 jours
26. Arrêt de travail du 15 mai 2002 au 14 juin 2002 soit 30 jours
27. Arrêt de travail du 15 juin 2002 au 29 juin 2002 soit 15 jours
28. Arrêt de travail du 2 septembre 2002 au 2 octobre 2002 soit 31 jours
29. Arrêt de travail du 3 octobre 2002 au 23 octobre 2002 soit 21 jours
30. Arrêt de travail du 4 novembre 2002 au 23 novembre 2002 soit 20 jours
31. Arrêt de travail du 24 novembre 2002 au 21 décembre 2002 soit 28 jours
32. Arrêt de travail du 6 janvier 2003 au 6 février 2003 soit 32 jours
33. Arrêt de travail du 7 février 2003 au 15 février 2003 soit 9 jours
34. Arrêt de travail du 3 mars 2003 au 22 mars 2003 soit 20 jours
35. Arrêt de travail du 23 mars 2003 au 12 avril 2003 soit 21 jours
36. Arrêt de travail du 28 avril 2003 au 24 mai 2003 soit 27 jours
37. Arrêt de travail du 25 mai 2003 au 16 juin 2003 soit 23 jours
38. Arrêt de travail du 17 juin 2003 au 28 juin 2003 soit 12 jours
39. Arrêt de travail du 1er septembre 2003 au 1er octobre 2003 soit 31 jours
40. Arrêt de travail du 2 octobre 2003 au 25 octobre 2003 soit 24 jours
41. Arrêt de travail du 9 octobre 2003 au 22 octobre 2003 soit 14 jours
42. Arrêt de travail du 10 novembre 2003 au 9 décembre 2003 soit 30 jours
43. Arrêt de travail du 15 décembre 2003 au 19 décembre 2003 soit 5 jours
44. Arrêt de travail du 5 janvier 2004 au 5 février 2004 soit 32 jours
45. Arrêt de travail du 6 février 2004 au 20 février 2004 soit 15 jours
46. Arrêt de travail du 8 mars 2004 au 14 avril 2004 soit 38 jours
47. Arrêt de travail du 15 avril 2004 au 16 avril 2004 soit 2 jours
48. Arrêt de travail du 3 mai 2004 au 4 juin 2004 soit 33 jours
49. Arrêt de travail du 5 juin 2004 au 30 juin 2004 soit 26 jours
50. Arrêt de travail du 1er septembre 2004 au 1er octobre 2004 soit 31 jours
51. Arrêt de travail du 2 octobre 2004 au 22 octobre 2004 soit 21 jours
52. Arrêt de travail du 4 novembre 2004 au 6 décembre 2004 soit 33 jours
53. Arrêt de travail du 7 décembre 2004 au 17 décembre 2004 soit 11 jours
54. Arrêt de travail du 3 janvier 2005 au 3 février 2005 soit 32 jours
55. Arrêt de travail du 4 février 2005 au 4 février 2005 soit 1 jour
56. Arrêt de travail du 21 février 2005 au 25 mars 2005 soit 35 jours
57. Arrêt de travail du 26 mars 2005 au 8 avril 2005 soit 13 jours
58. Arrêt de travail du 25 avril 2005 au 23 mai 2005 soit 29 jours
59. Arrêt de travail du 24 mai 2005 au 24 juin 2005 soit 32 jours
60. Arrêt de travail du 25 juin 2005 au 1er juillet 2005 soit 7 jours
61. Arrêt de travail du 1er septembre 2005 au 1er octobre 2005 soit 31 jours
62. Arrêt de travail du 2 octobre 2005 au 21 octobre 2005 soit 20 jours
63. Arrêt de travail du 3 novembre 2005 au 2 décembre 2005 soit 30 jours
64. Arrêt de travail du 3 décembre 2005 au 16 décembre 2005 soit 12 jours
65. Arrêt de travail du 3 janvier 2006 au 2 février 2006 soit 31 jours
66. Arrêt de travail du 3 février 2006 au 10 février 2006 soit 8 jours
67. Arrêt de travail du 27 février 2006 au 27 mars 2006 soit 29 jours
68. Arrêt de travail du 28 mars 2006 au 14 avril 2006 soit 18 jours
69. Arrêt de travail du 2 mai 2006 au 2 juin 2006 soit 32 jours
70. Arrêt de travail du 22 mai 2006 au 14 juin 2006 soit 12 jours
71. Arrêt de travail du 15 juin 2006 au 4 juillet 2006 soit 20 jours
72. Arrêt de travail du 1er septembre 2006 au 4 octobre 2006 soit 34 jours
73. Arrêt de travail du 5 octobre 2006 au 25 octobre 2006 soit 21 jours
74. Arrêt de travail du 6 novembre 2006 au 5 décembre 2006 soit 30 jours
75. Arrêt de travail du 6 décembre 2006 au 22 décembre 2006 soit 17 jours
76. Arrêt de travail du 8 janvier 2007 au 6 février 2007 soit 30 jours
77. Arrêt de travail du 7 février 2007 au 23 février 2007 soit 17 jours
78. Arrêt de travail du 12 mars 2007 au 10 avril 2007 soit 30 jours
79. Arrêt de travail du 11 avril 2007 au 13 avril 2007 soit 3 jours
80. Arrêt de travail du 2 mai 2007 au 5 juin 2007 soit 35 jours
81. Arrêt de travail du 6 juin 2007 au 4 juillet 2007 soit 29 jours
82. Arrêt de travail du 3 septembre 2007 au 2 octobre 2007 soit 30 jours
83. Arrêt de travail du 3 octobre 2007 au 26 octobre 2007 soit 24 jours
84. Arrêt de travail du 8 novembre 2007 au 28 novembre 2007 soit 21 jours
85. Arrêt de travail du 29 novembre 2007 au 22 décembre 2007 soit 24 jours
86. Arrêt de travail du 8 janvier 2008 au 8 février 2008 soit 32 jours
87. Arrêt de travail du 26 février 2008 au 26 mars 2008 soit 31 jours
88. Arrêt de travail du 27 mars 2008 au 4 avril 2008 soit 9 jours
89. Arrêt de travail du 22 avril 2008 au 26 mai 2008 soit 35 jours
90. Arrêt de travail du 27 mai 2008 au 3 juillet 2008 soit 38 jours.
91. Arrêt de travail du 1er septembre 2008 au 1er octobre 2008 soit 31 jours.
92. Arrêt de travail du 2 octobre 2008 au 24 octobre 2008 soit 23 jours.
93. Arrêt de travail du 6 novembre 2008 au 10 décembre 2008 soit 35 jours.
94. Arrêt de travail du 11 décembre 2008 au 19 décembre 2008 soit 9 jours.
95. Arrêt de travail du 6 janvier 2009 au 11 février 2009 soit 37 jours.
96. Arrêt de travail du 12 février 2009 au 20 février 2009 soit 9 jours.
97. Arrêt de travail du 10 mars 2009 au 17 avril 2009 soit 39 jours.
98. Arrêt de travail du 5 mai 2009 au 2 juin 2009 soit 29 jours.
99. Arrêt de travail du 3 juin 2009 au 2 juillet 2009 soit 30 jours.

99 arrêts de travail représentant 1958 jours d’arrêt de travail


LANDEL Guy Chauny, le 30 juillet 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-2

Le mémoire en réponse du recteur en date du 17 juillet 2009 appelle de ma part les remarques
suivantes.

Je constate que ce mémoire est uniquement une réponse d’une part à l’attestation de mon
médecin traitant en date du 15 janvier 2009 et d’autre part à l’envoi de quatre arrêts de travail
supplémentaires en date du 2 juin 2009.

J’attends toujours de la part du recteur une réponse à mon mémoire de quinze (15)
pages en date du 13 novembre 2007 en réponse au mémoire du recteur Tanneguy
LARZUL en date du 14 septembre 2007 !

Les observations mentionnées par le recteur, outre leur futilité, doivent être corrigées pour
être conformes à la réalité. En effet, il ne s’agit pas de « treize recours supplémentaires (129
recours au total) », mais de dix recours supplémentaires (121 recours au total).

Concernant l’alinéa relatif à l’attestation de mon médecin traitant, je répondrais tout


simplement au recteur que le rôle d’un médecin n’est pas de dénoncer ni de porter un
quelconque jugement sur le harcèlement du rectorat mais de soigner son patient. Ce n’est pas
au médecin traitant de juger le harcèlement du rectorat mais au Tribunal administratif
d’Amiens.

Oser écrire au Tribunal administratif les deux phrases suivantes est tout simplement
provocateur. Je cite :

« En effet, il ne ressort des pièces du dossier aucun harcèlement ni aucune faute pouvant
être reprochés à l’autorité rectorale dans ses relations avec Monsieur LANDEL,
contrairement à ce qu’il soutient.

Dès lors, le « harcèlement moral » n’est ni établi ni même plausible, la demande de


l’intéressé sera donc rejetée. »
Déjà, dans son mémoire en date du 14 septembre 2007, le recteur Tanneguy LARZUL osait
écrire :

« Les faits et les décisions, dont se prévaut Monsieur LANDEL, procèdent de l’exercice
normal du pouvoir hiérarchique. Ils ne revêtent nullement le caractère de harcèlement moral
et ne sont donc pas de nature à engager la responsalité de l’administration. »

Je conseille vivement au recteur de lire ou de relire avec attention mon mémoire en réponse
en date du 13 novembre 2007 et principalement mes conclusions concernant quelques
exemples de faits et décisions imputables au rectorat :

1. Produire des faux témoignages d’inspecteurs pédagogiques dans le rapport


disciplinaire lu en séance lors de mon conseil de discipline du 21 septembre 2001
relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

2. Me noter administrativement de façon irresponsable et farfelue pendant plusieurs


années de suite, en totale contradiction avec ses propres circulaires rectorales relève-
t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

3. Etre noté pédagogiquement de façon irresponsable et mensongère pendant plusieurs


années de suite, de surcroît par des IPR anonymes, relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

4. M’interdire l’utilisation pendant 6 mois, de décembre 1999 à mai 2000, avec tous mes
élèves ( 3 classes de Seconde STT, soit une centaine ) de matériel pédagogique en
travaux pratiques sous prétexte que ces derniers auraient « volé » 3 petits cache
boutons en plastique d’oscilloscopes relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

5. Prendre un arrêté rectoral en date du 9 mai 2000 de retenue sur salaire de 62/30èmes
( plus de 2 mois de retait de salaire !), qui, après de multiples requêtes auprès de la
CADA et du Tribunal administratif d’Amiens, s’est comme par enchantement
transformé par un arrêté modificatif rectoral en date du 9 mars 2001, soit 10 mois plus
tard , d’une retenue sur salaire de 12/30èmes ( 12 jours de retrait de salaire au lieu de
62 !) relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

6. Me menacer de nombreuses fois de retrait de salaire, de procédure disciplinaire avec


ou sans conseil de discipline, de procédure d’abandon de poste, de radiation des cadres
et autres menaces en tout genre au motif que je refuse d’obéir et de céder aux ordres
rectoraux illégaux relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir hiérarchique ?

7. Me menacer à plusieurs reprises de retraits de salaire au motif d’absences pendant les


congés scolaires officiels ( un comble ! ) relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

8. Avoir pris à plusieurs reprises des arrêtés de retrait de salaire illégaux pour des
absences soit imaginaires soit justifiées relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

2
9. M’avoir infligé la sanction disciplinaire du blâme en date du 9 avril 2003 pour absence
justifiée à une contre visite médicale relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

10. Refuser systématiquement pendant des mois, malgré mes demandes répétées, de me
transmettre mes documents administratifs ( bulletins de paye, arrêtés de congé, emploi
du temps, procès-verbal d’installation, notations administratives, attestations
professionnelles, déclarations fiscales des traitements et salaires, historiques congés ),
être obligé de saisir la CADA et le Tribunal administratif des dizaines de fois pour
que le principal du collège daigne obtempérer relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

11. Suspendre mon salaire pendant 9 mois en 2003 par une décision rectorale jugée
illégale par la Cour administrative d’appel de Douai relève-t’il de l’exercice normal
du pouvoir hiérarchique ?

12. Suspendre mon salaire pendant 16 mois en 2005 par une décision rectorale jugée
illégale par le Tribunal administratif d’Amiens relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

13. M’obliger par tous les moyens, avec menaces à l’appui, pendant plusieurs années, de
2000 à 2005, à me faire psychanalyser chez le docteur MARGAT au Centre médico-
psychologique de Tergnier tel un malade mental relève-t’il de l’exercice normal du
pouvoir hiérarchique ?

14. Mentir et magouiller comme l’a fait le recteur CAMPION pour rejeter
systématiquement mes demandes de mutation au lycée Gay-Lussac de Chauny lors des
mutations intra académiques 2005 et 2006 relève-t’il de l’exercice normal du pouvoir
hiérarchique ?

Une fois de plus, malgré les 14 preuves de harcèlement établies, le recteur persiste à nier
toute responsabilité dans le harcèlement moral dont je suis encore victime à ce jour. Les
propos contenus dans son mémoire relèvent de la provocation manifeste. De plus, oser
demander 3000 euros de dommages et intérêts pour « abus du droit d’agir en justice » relève
de la farce ! De quel droit le recteur s’arroge t-il le titre de magistrat ?

Ce que j’attends impérativement du rectorat est la réponse claire et nette à chacune des
14 questions posées dans mon mémoire du 13 novembre 2007, tout le reste n’est que
balivernes.

La responsabilité de l’administration étant manifestement engagée, je confirme mes


prétentions exposées dans mes précédents mémoires, à savoir le versement de la somme de
70000 € [ Soixante dix mille euros ] à titre de dommages et intérêts, pour harcèlement moral,
et ce conformément à l’article 6 quinquiès de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983.

LANDEL Guy

3
LANDEL Guy Chauny, le 1er septembre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-2

Monsieur le Président,

En date du 30 juillet 2009, j’ai envoyé au Tribunal administratif d’Amiens un mémoire en


réponse au mémoire du recteur daté du 17 juillet 2009 concernant le dossier n° 0701657-2.

Le site internet SAGACE ne mentionnant pas la réception de mon mémoire, j’ai téléphoné au
greffe du Tribunal le 20 août 2009 pour demander quelques explications. La personne qui est
en charge de mon dossier à la deuxième chambre m’a dit que mon courrier était bien arrivé au
Tribunal le 3 août 2009 mais n’était pas enregistré faute de personnel en nombre suffisant
pendant les congés annuels !

Je constate qu’un mois plus tard, mon mémoire n’est toujours pas enregistré sur le site
internet SAGACE.

Je vous envoie en pièce jointe un exemplaire de mon mémoire en date du 30 juillet 2009 et
vous demande de bien vouloir l’enregistrer et le communiquer à la partie adverse.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

LANDEL Guy
LANDEL Guy Chauny, le 3 septembre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-2

Objet : Envoi de 1 arrêt de travail supplémentaire

Veuillez trouver en pièce jointe un document en 4 exemplaires relatif à mon arrêt de travail
pour la période allant du 1er septembre 2009 au 23 octobre 2009. Ce document supplémentaire
fait partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT MORAL n° 0701657-2,
paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

En effet, suite au conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001 me forçant à


quitter le lycée Gay-Lussac de Chauny où j’enseignais depuis septembre 1987, ma santé
mentale a été fortement altérée du fait de l’injustice ressentie suite au complot organisé par le
recteur MORVAN et ses acolytes.
Cela s’est traduit par une multitude d’arrêts de travail établis par mes médecins traitants qui,
de 2000 à ce jour, sont au nombre de 100, ce qui représente 2011 jours d’arrêts de travail.

LANDEL Guy

PJ :
- 1 arrêt de travail en 4 exemplaires
- Historique des 100 arrêts de travail en 4 exemplaires
Historique des 100 arrêts de travail – Dossier XV – « Santé physique ou mentale altérée »

01. Arrêt de travail du 15 mars 2000 au 17 mars 2000 soit 3 jours


02. Arrêt de travail du 18 mars 2000 au 25 mars 2000 soit 8 jours
03. Arrêt de travail du 26 mars 2000 au 31 mars 2000 soit 6 jours
04. Arrêt de travail du 19 mai 2000 au 19 mai 2000 soit 1 jour
05. Arrêt de travail du 24 mai 2000 au 26 mai 2000 soit 3 jours
06. Arrêt de travail du 29 mai 2000 au 3 juin 2000 soit 6 jours
07. Arrêt de travail du 4 juin 2000 au 10 juin 2000 soit 7 jours
08. Arrêt de travail du 13 septembre 2000 au 16 septembre 2000 soit 4 jours
09. Arrêt de travail du 23 novembre 2000 au 23 novembre 2000 soit 1 jour
10. Arrêt de travail du 30 novembre 2000 au 2 décembre 2000 soit 3 jours
11. Arrêt de travail du 18 janvier 2001 au 18 janvier 2001 soit 1 jour
12. Arrêt de travail du 12 mars 2001 au 12 mars 2001 soit 1 jour
13. Arrêt de travail du 28 mars 2001 au 28 mars 2001 soit 1 jour
14. Arrêt de travail du 17 mai 2001 au 17 mai 2001 soit 1 jour
15. Arrêt de travail du 2 octobre 2001 au 6 octobre 2001 soit 5 jours
16. Arrêt de travail du 8 octobre 2001 au 9 octobre 2001 soit 2 jours
17. Arrêt de travail du 10 octobre 2001 au 25 octobre 2001 soit 16 jours
18. Arrêt de travail du 26 octobre 2001 au 27 octobre 2001 soit 2 jours
19. Arrêt de travail du 5 novembre 2001 au 24 novembre 2001 soit 20 jours
20. Arrêt de travail du 25 novembre 2001 au 10 décembre 2001 soit 16 jours
21. Arrêt de travail du 11 décembre 2001 au 22 décembre 2001 soit 12 jours
22. Arrêt de travail du 7 janvier 2002 au 7 février 2002 soit 32 jours
23. Arrêt de travail du 18 février 2002 au 13 mars 2002 soit 24 jours
24. Arrêt de travail du 14 mars 2002 au 30 mars 2002 soit 17 jours
25. Arrêt de travail du 15 avril 2002 au 14 mai 2002 soit 30 jours
26. Arrêt de travail du 15 mai 2002 au 14 juin 2002 soit 30 jours
27. Arrêt de travail du 15 juin 2002 au 29 juin 2002 soit 15 jours
28. Arrêt de travail du 2 septembre 2002 au 2 octobre 2002 soit 31 jours
29. Arrêt de travail du 3 octobre 2002 au 23 octobre 2002 soit 21 jours
30. Arrêt de travail du 4 novembre 2002 au 23 novembre 2002 soit 20 jours
31. Arrêt de travail du 24 novembre 2002 au 21 décembre 2002 soit 28 jours
32. Arrêt de travail du 6 janvier 2003 au 6 février 2003 soit 32 jours
33. Arrêt de travail du 7 février 2003 au 15 février 2003 soit 9 jours
34. Arrêt de travail du 3 mars 2003 au 22 mars 2003 soit 20 jours
35. Arrêt de travail du 23 mars 2003 au 12 avril 2003 soit 21 jours
36. Arrêt de travail du 28 avril 2003 au 24 mai 2003 soit 27 jours
37. Arrêt de travail du 25 mai 2003 au 16 juin 2003 soit 23 jours
38. Arrêt de travail du 17 juin 2003 au 28 juin 2003 soit 12 jours
39. Arrêt de travail du 1er septembre 2003 au 1er octobre 2003 soit 31 jours
40. Arrêt de travail du 2 octobre 2003 au 25 octobre 2003 soit 24 jours
41. Arrêt de travail du 9 octobre 2003 au 22 octobre 2003 soit 14 jours
42. Arrêt de travail du 10 novembre 2003 au 9 décembre 2003 soit 30 jours
43. Arrêt de travail du 15 décembre 2003 au 19 décembre 2003 soit 5 jours
44. Arrêt de travail du 5 janvier 2004 au 5 février 2004 soit 32 jours
45. Arrêt de travail du 6 février 2004 au 20 février 2004 soit 15 jours
46. Arrêt de travail du 8 mars 2004 au 14 avril 2004 soit 38 jours
47. Arrêt de travail du 15 avril 2004 au 16 avril 2004 soit 2 jours
48. Arrêt de travail du 3 mai 2004 au 4 juin 2004 soit 33 jours
49. Arrêt de travail du 5 juin 2004 au 30 juin 2004 soit 26 jours
50. Arrêt de travail du 1er septembre 2004 au 1er octobre 2004 soit 31 jours
51. Arrêt de travail du 2 octobre 2004 au 22 octobre 2004 soit 21 jours
52. Arrêt de travail du 4 novembre 2004 au 6 décembre 2004 soit 33 jours
53. Arrêt de travail du 7 décembre 2004 au 17 décembre 2004 soit 11 jours
54. Arrêt de travail du 3 janvier 2005 au 3 février 2005 soit 32 jours
55. Arrêt de travail du 4 février 2005 au 4 février 2005 soit 1 jour
56. Arrêt de travail du 21 février 2005 au 25 mars 2005 soit 35 jours
57. Arrêt de travail du 26 mars 2005 au 8 avril 2005 soit 13 jours
58. Arrêt de travail du 25 avril 2005 au 23 mai 2005 soit 29 jours
59. Arrêt de travail du 24 mai 2005 au 24 juin 2005 soit 32 jours
60. Arrêt de travail du 25 juin 2005 au 1er juillet 2005 soit 7 jours
61. Arrêt de travail du 1er septembre 2005 au 1er octobre 2005 soit 31 jours
62. Arrêt de travail du 2 octobre 2005 au 21 octobre 2005 soit 20 jours
63. Arrêt de travail du 3 novembre 2005 au 2 décembre 2005 soit 30 jours
64. Arrêt de travail du 3 décembre 2005 au 16 décembre 2005 soit 12 jours
65. Arrêt de travail du 3 janvier 2006 au 2 février 2006 soit 31 jours
66. Arrêt de travail du 3 février 2006 au 10 février 2006 soit 8 jours
67. Arrêt de travail du 27 février 2006 au 27 mars 2006 soit 29 jours
68. Arrêt de travail du 28 mars 2006 au 14 avril 2006 soit 18 jours
69. Arrêt de travail du 2 mai 2006 au 2 juin 2006 soit 32 jours
70. Arrêt de travail du 22 mai 2006 au 14 juin 2006 soit 12 jours
71. Arrêt de travail du 15 juin 2006 au 4 juillet 2006 soit 20 jours
72. Arrêt de travail du 1er septembre 2006 au 4 octobre 2006 soit 34 jours
73. Arrêt de travail du 5 octobre 2006 au 25 octobre 2006 soit 21 jours
74. Arrêt de travail du 6 novembre 2006 au 5 décembre 2006 soit 30 jours
75. Arrêt de travail du 6 décembre 2006 au 22 décembre 2006 soit 17 jours
76. Arrêt de travail du 8 janvier 2007 au 6 février 2007 soit 30 jours
77. Arrêt de travail du 7 février 2007 au 23 février 2007 soit 17 jours
78. Arrêt de travail du 12 mars 2007 au 10 avril 2007 soit 30 jours
79. Arrêt de travail du 11 avril 2007 au 13 avril 2007 soit 3 jours
80. Arrêt de travail du 2 mai 2007 au 5 juin 2007 soit 35 jours
81. Arrêt de travail du 6 juin 2007 au 4 juillet 2007 soit 29 jours
82. Arrêt de travail du 3 septembre 2007 au 2 octobre 2007 soit 30 jours
83. Arrêt de travail du 3 octobre 2007 au 26 octobre 2007 soit 24 jours
84. Arrêt de travail du 8 novembre 2007 au 28 novembre 2007 soit 21 jours
85. Arrêt de travail du 29 novembre 2007 au 22 décembre 2007 soit 24 jours
86. Arrêt de travail du 8 janvier 2008 au 8 février 2008 soit 32 jours
87. Arrêt de travail du 26 février 2008 au 26 mars 2008 soit 31 jours
88. Arrêt de travail du 27 mars 2008 au 4 avril 2008 soit 9 jours
89. Arrêt de travail du 22 avril 2008 au 26 mai 2008 soit 35 jours
90. Arrêt de travail du 27 mai 2008 au 3 juillet 2008 soit 38 jours.
91. Arrêt de travail du 1er septembre 2008 au 1er octobre 2008 soit 31 jours.
92. Arrêt de travail du 2 octobre 2008 au 24 octobre 2008 soit 23 jours.
93. Arrêt de travail du 6 novembre 2008 au 10 décembre 2008 soit 35 jours.
94. Arrêt de travail du 11 décembre 2008 au 19 décembre 2008 soit 9 jours.
95. Arrêt de travail du 6 janvier 2009 au 11 février 2009 soit 37 jours.
96. Arrêt de travail du 12 février 2009 au 20 février 2009 soit 9 jours.
97. Arrêt de travail du 10 mars 2009 au 17 avril 2009 soit 39 jours.
98. Arrêt de travail du 5 mai 2009 au 2 juin 2009 soit 29 jours.2009
99. Arrêt de travail du 3 juin 2009 au 2 juillet 2009 soit 30 jours.
100.Arrêt de travail du 1er septembre 2009 au 23 octobre 2009 soit 53 jours.

100 arrêts de travail représentant 2011 jours d’arrêt de travail


LANDEL Guy Chauny, le 11 septembre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55
Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX

Dossier n° 0701657-2

Par requête n° 0701657-2 enregistrée au Tribunal administratif le 3 juillet 2007, j’ai demandé
au recteur de l’académie d’Amiens la somme de 70 000 euros de dommages et intérêts pour
harcèlement moral.

Le bordereau des 388 pièces annexées au dossier comprenait 16 rubriques.

Concernant la rubrique VII intitulée : Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser, j’ai
l’honneur de vous faire parvenir cinq (5) documents supplémentaires (documents n°48 à 52) ;
le harcèlement moral ayant repris en juin 2009, après quatre (4) années d’interruption !

De même, concernant la rubrique VIII intitulée : Menaces de sanction disciplinaire, j’ai


l’honneur de vous faire parvenir un document supplémentaire (document n°10) ; le
harcèlement moral ayant repris en juin 2009, après six (6) années d’interruption, par une
nouvelle menace de procédure disciplinaire !

LANDEL Guy

PJ : 18 (6 en 3 exemplaires)

VII – Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser

48. LR+AR du Secrétaire Général d’académie Louis MASLIAH en date du 12 juin 2008
49. Lettre de l’IA de l’Aisne (Michelle TOURBE) en date du 17 juin 2009
50. Lettre du Dr VILLETTE (médecin de prévention) en date du 15 juin 2009
51. LR+AR de Thierry LOUBIERE (Chef de la DPE au rectorat) en date du 25 juin 2009
52. Lettre de Thierry LOUBIERE (Chef de la DPE au rectorat) en date du 25 juin 2009

VIII – Menaces de sanction disciplinaire

10. LR+AR de Thierry LOUBIERE (Chef de la DPE au rectorat) en date du 25 juin 2009.
LANDEL Guy Chauny, le 5 octobre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX

Dossier n° 0701657-2

Par requête n° 0701657-2 enregistrée au Tribunal administratif le 3 juillet 2007, j’ai demandé
au recteur de l’académie d’Amiens la somme de 70 000 euros de dommages et intérêts pour
harcèlement moral.

Le bordereau des 388 pièces annexées au dossier comprenait 16 rubriques.

Concernant la rubrique VII intitulée : Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser, j’ai
l’honneur de vous faire parvenir deux (2) documents supplémentaires (documents n°53 et 54),
émanant respectivement de la DDASS de l’Aisne et du Centre Médico-Psychologique de
Tergnier ; le harcèlement moral ayant repris en juin 2009, après quatre (4) années
d’interruption !

LANDEL Guy

PJ : 6 (2 en 3 exemplaires)

VII – Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser

53. Lettre de la DDASS de l’Aisne en date du 14 septembre 2009


54. Lettre du Centre Médico-Psychologique de Tergnier non datée.
LANDEL Guy Chauny, le 5 novembre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-2

Objet : Envoi de 1 arrêt de travail supplémentaire

Veuillez trouver en pièce jointe un document en 3 exemplaires relatif à mon arrêt de travail
pour la période allant du jeudi 5 novembre 2009 au vendredi 18 décembre 2009. Ce document
supplémentaire fait partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT MORAL n°
0701657-2, paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

En effet, suite au conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001 me forçant à


quitter le lycée Gay-Lussac de Chauny où j’enseignais depuis septembre 1987, ma santé
mentale a été fortement altérée du fait de l’injustice ressentie suite au complot organisé par le
recteur MORVAN et ses acolytes.
Cela s’est traduit par une multitude d’arrêts de travail établis par mes médecins traitants qui,
de 2000 à ce jour, sont au nombre de 101, ce qui représente 2055 jours d’arrêts de travail.

LANDEL Guy

PJ :
- 1 arrêt de travail en 3 exemplaires
- Historique des 101 arrêts de travail en 3 exemplaires
Historique des 101 arrêts de travail – Dossier XV – « Santé physique ou mentale altérée »

01. Arrêt de travail du 15 mars 2000 au 17 mars 2000 soit 3 jours


02. Arrêt de travail du 18 mars 2000 au 25 mars 2000 soit 8 jours
03. Arrêt de travail du 26 mars 2000 au 31 mars 2000 soit 6 jours
04. Arrêt de travail du 19 mai 2000 au 19 mai 2000 soit 1 jour
05. Arrêt de travail du 24 mai 2000 au 26 mai 2000 soit 3 jours
06. Arrêt de travail du 29 mai 2000 au 3 juin 2000 soit 6 jours
07. Arrêt de travail du 4 juin 2000 au 10 juin 2000 soit 7 jours
08. Arrêt de travail du 13 septembre 2000 au 16 septembre 2000 soit 4 jours
09. Arrêt de travail du 23 novembre 2000 au 23 novembre 2000 soit 1 jour
10. Arrêt de travail du 30 novembre 2000 au 2 décembre 2000 soit 3 jours
11. Arrêt de travail du 18 janvier 2001 au 18 janvier 2001 soit 1 jour
12. Arrêt de travail du 12 mars 2001 au 12 mars 2001 soit 1 jour
13. Arrêt de travail du 28 mars 2001 au 28 mars 2001 soit 1 jour
14. Arrêt de travail du 17 mai 2001 au 17 mai 2001 soit 1 jour
15. Arrêt de travail du 2 octobre 2001 au 6 octobre 2001 soit 5 jours
16. Arrêt de travail du 8 octobre 2001 au 9 octobre 2001 soit 2 jours
17. Arrêt de travail du 10 octobre 2001 au 25 octobre 2001 soit 16 jours
18. Arrêt de travail du 26 octobre 2001 au 27 octobre 2001 soit 2 jours
19. Arrêt de travail du 5 novembre 2001 au 24 novembre 2001 soit 20 jours
20. Arrêt de travail du 25 novembre 2001 au 10 décembre 2001 soit 16 jours
21. Arrêt de travail du 11 décembre 2001 au 22 décembre 2001 soit 12 jours
22. Arrêt de travail du 7 janvier 2002 au 7 février 2002 soit 32 jours
23. Arrêt de travail du 18 février 2002 au 13 mars 2002 soit 24 jours
24. Arrêt de travail du 14 mars 2002 au 30 mars 2002 soit 17 jours
25. Arrêt de travail du 15 avril 2002 au 14 mai 2002 soit 30 jours
26. Arrêt de travail du 15 mai 2002 au 14 juin 2002 soit 30 jours
27. Arrêt de travail du 15 juin 2002 au 29 juin 2002 soit 15 jours
28. Arrêt de travail du 2 septembre 2002 au 2 octobre 2002 soit 31 jours
29. Arrêt de travail du 3 octobre 2002 au 23 octobre 2002 soit 21 jours
30. Arrêt de travail du 4 novembre 2002 au 23 novembre 2002 soit 20 jours
31. Arrêt de travail du 24 novembre 2002 au 21 décembre 2002 soit 28 jours
32. Arrêt de travail du 6 janvier 2003 au 6 février 2003 soit 32 jours
33. Arrêt de travail du 7 février 2003 au 15 février 2003 soit 9 jours
34. Arrêt de travail du 3 mars 2003 au 22 mars 2003 soit 20 jours
35. Arrêt de travail du 23 mars 2003 au 12 avril 2003 soit 21 jours
36. Arrêt de travail du 28 avril 2003 au 24 mai 2003 soit 27 jours
37. Arrêt de travail du 25 mai 2003 au 16 juin 2003 soit 23 jours
38. Arrêt de travail du 17 juin 2003 au 28 juin 2003 soit 12 jours
39. Arrêt de travail du 1er septembre 2003 au 1er octobre 2003 soit 31 jours
40. Arrêt de travail du 2 octobre 2003 au 25 octobre 2003 soit 24 jours
41. Arrêt de travail du 9 octobre 2003 au 22 octobre 2003 soit 14 jours
42. Arrêt de travail du 10 novembre 2003 au 9 décembre 2003 soit 30 jours
43. Arrêt de travail du 15 décembre 2003 au 19 décembre 2003 soit 5 jours
44. Arrêt de travail du 5 janvier 2004 au 5 février 2004 soit 32 jours
45. Arrêt de travail du 6 février 2004 au 20 février 2004 soit 15 jours
46. Arrêt de travail du 8 mars 2004 au 14 avril 2004 soit 38 jours
47. Arrêt de travail du 15 avril 2004 au 16 avril 2004 soit 2 jours
48. Arrêt de travail du 3 mai 2004 au 4 juin 2004 soit 33 jours
49. Arrêt de travail du 5 juin 2004 au 30 juin 2004 soit 26 jours
50. Arrêt de travail du 1er septembre 2004 au 1er octobre 2004 soit 31 jours
51. Arrêt de travail du 2 octobre 2004 au 22 octobre 2004 soit 21 jours
52. Arrêt de travail du 4 novembre 2004 au 6 décembre 2004 soit 33 jours
53. Arrêt de travail du 7 décembre 2004 au 17 décembre 2004 soit 11 jours
54. Arrêt de travail du 3 janvier 2005 au 3 février 2005 soit 32 jours
55. Arrêt de travail du 4 février 2005 au 4 février 2005 soit 1 jour
56. Arrêt de travail du 21 février 2005 au 25 mars 2005 soit 35 jours
57. Arrêt de travail du 26 mars 2005 au 8 avril 2005 soit 13 jours
58. Arrêt de travail du 25 avril 2005 au 23 mai 2005 soit 29 jours
59. Arrêt de travail du 24 mai 2005 au 24 juin 2005 soit 32 jours
60. Arrêt de travail du 25 juin 2005 au 1er juillet 2005 soit 7 jours
61. Arrêt de travail du 1er septembre 2005 au 1er octobre 2005 soit 31 jours
62. Arrêt de travail du 2 octobre 2005 au 21 octobre 2005 soit 20 jours
63. Arrêt de travail du 3 novembre 2005 au 2 décembre 2005 soit 30 jours
64. Arrêt de travail du 3 décembre 2005 au 16 décembre 2005 soit 12 jours
65. Arrêt de travail du 3 janvier 2006 au 2 février 2006 soit 31 jours
66. Arrêt de travail du 3 février 2006 au 10 février 2006 soit 8 jours
67. Arrêt de travail du 27 février 2006 au 27 mars 2006 soit 29 jours
68. Arrêt de travail du 28 mars 2006 au 14 avril 2006 soit 18 jours
69. Arrêt de travail du 2 mai 2006 au 2 juin 2006 soit 32 jours
70. Arrêt de travail du 22 mai 2006 au 14 juin 2006 soit 12 jours
71. Arrêt de travail du 15 juin 2006 au 4 juillet 2006 soit 20 jours
72. Arrêt de travail du 1er septembre 2006 au 4 octobre 2006 soit 34 jours
73. Arrêt de travail du 5 octobre 2006 au 25 octobre 2006 soit 21 jours
74. Arrêt de travail du 6 novembre 2006 au 5 décembre 2006 soit 30 jours
75. Arrêt de travail du 6 décembre 2006 au 22 décembre 2006 soit 17 jours
76. Arrêt de travail du 8 janvier 2007 au 6 février 2007 soit 30 jours
77. Arrêt de travail du 7 février 2007 au 23 février 2007 soit 17 jours
78. Arrêt de travail du 12 mars 2007 au 10 avril 2007 soit 30 jours
79. Arrêt de travail du 11 avril 2007 au 13 avril 2007 soit 3 jours
80. Arrêt de travail du 2 mai 2007 au 5 juin 2007 soit 35 jours
81. Arrêt de travail du 6 juin 2007 au 4 juillet 2007 soit 29 jours
82. Arrêt de travail du 3 septembre 2007 au 2 octobre 2007 soit 30 jours
83. Arrêt de travail du 3 octobre 2007 au 26 octobre 2007 soit 24 jours
84. Arrêt de travail du 8 novembre 2007 au 28 novembre 2007 soit 21 jours
85. Arrêt de travail du 29 novembre 2007 au 22 décembre 2007 soit 24 jours
86. Arrêt de travail du 8 janvier 2008 au 8 février 2008 soit 32 jours
87. Arrêt de travail du 26 février 2008 au 26 mars 2008 soit 31 jours
88. Arrêt de travail du 27 mars 2008 au 4 avril 2008 soit 9 jours
89. Arrêt de travail du 22 avril 2008 au 26 mai 2008 soit 35 jours
90. Arrêt de travail du 27 mai 2008 au 3 juillet 2008 soit 38 jours
91. Arrêt de travail du 1er septembre 2008 au 1er octobre 2008 soit 31 jours
92. Arrêt de travail du 2 octobre 2008 au 24 octobre 2008 soit 23 jours
93. Arrêt de travail du 6 novembre 2008 au 10 décembre 2008 soit 35 jours
94. Arrêt de travail du 11 décembre 2008 au 19 décembre 2008 soit 9 jours
95. Arrêt de travail du 6 janvier 2009 au 11 février 2009 soit 37 jours
96. Arrêt de travail du 12 février 2009 au 20 février 2009 soit 9 jours
97. Arrêt de travail du 10 mars 2009 au 17 avril 2009 soit 39 jours
98. Arrêt de travail du 5 mai 2009 au 2 juin 2009 soit 29 jours
99. Arrêt de travail du 3 juin 2009 au 2 juillet 2009 soit 30 jours
100. Arrêt de travail du 1er septembre 2009 au 23 octobre 2009 soit 53 jours
101. Arrêt de travail du 5 novembre 2009 au 18 décembre 2009 soit 44 jours

101 arrêts de travail représentant 2055 jours d’arrêt de travail


LANDEL Guy Chauny, le 17 novembre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX

Dossier n° 0701657-2

Par requête n° 0701657-2 enregistrée au Tribunal administratif le 3 juillet 2007, j’ai demandé
au recteur de l’académie d’Amiens la somme de 70 000 euros (soixante dix mille euros) de
dommages et intérêts pour harcèlement moral.

Le bordereau des 388 pièces annexées au dossier comprenait 16 rubriques.

A la date du 11 septembre 2009, concernant la rubrique VII intitulée : Ordres successifs


d’aller me faire psychanalyser, je vous ai fait parvenir cinq (5) documents supplémentaires
(documents n°48 à 52) prouvant que le harcèlement moral avait repris en 2009 !

Le 9 septembre 2009, par lettre recommandée avec avis de réception n° 1A 031 201 8689 0,
j’ai demandé au recteur d’Amiens de bien vouloir m’envoyer une copie des 5 documents,
concernant la rubrique VII, à savoir les documents n° 05, 22, 32, 40 et 49. [Pièce n°1]

N'ayant pas reçu ces documents, par courrier en date du 12 octobre 2009, j'ai saisi la
Commission d’Accès aux Documents Administratifs [CADA] pour une demande d’avis.
[Pièce n° 2]

Par courrier en date du 6 novembre 2009, la CADA m’informe que la commission a déclaré
ma demande d’avis sans objet du fait que le recteur d’Amiens lui a fait savoir que les cinq
(5) documents n’existaient pas. [Pièce n° 3]

Encore une preuve supplémentaire du harcèlement orchestré par le rectorat pendant ces neuf
dernières années de 2000 à 2009 !
En effet, le recteur avoue que le Comité médical départemental, à cinq reprises, n’a pas pu
statuer sur mon « aptitude à exercer mes fonctions » de 2000 à 2009, du fait de mon refus
répété et systématique de me rendre aux différentes convocations des médecins experts afin
de me faire psychanalyser au Centre Médico-psychologique de Tergnier, antenne de l’hôpital
psychiatrique de Prémontré dans l’Aisne !

Pendant ces neuf années, de 2000 à 2009, le rectorat s’est acharné contre ma personne par
toutes sortes de manœuvres, d’intimidations, de mesures de rétorsion, toutes jugées illégales
que ce soit par le Tribunal administratif d’Amiens ou par la Cour administrative d’appel de
Douai.

Depuis l’année 2000, les six (6) recteurs (Monsieur Alain MORVAN, Monsieur Michel
LEROY, Madame Marie-Danièle CAMPION, Monsieur Tanneguy LARZUL, Monsieur
Ahmed CHARAÏ, Madame Anne SANCIER-CHATEAU) qui se sont succédé à la tête du
rectorat d’Amiens n’ont pas réussi à me faire plier et m’obliger à me rendre aux expertises
médicales, ce qui prouve bien que les manœuvres répétées orchestrées par le rectorat sont
toutes illégales !

LES ORDRES SUCCESSIFS ILLÉGAUX PENDANT NEUF (9) ANNÉES


M’INTIMANT D’ALLER ME FAIRE PSYCHANALYSER CHEZ LE DOCTEUR
MARGAT FONT PARTIE INTÉGRANTE DU HARCÈLEMENT MORAL
ORCHESTRÉ PAR LE RECTORAT

LANDEL Guy

PJ : 9 (3 en 3 exemplaires)

• Pièce n°1 : LR+AR au recteur en date du 9 septembre 2009


• Pièce n°2 : Lettre à la CADA en date du 12 octobre 2009
• Pièce n°3 : Avis de la CADA du 6 novembre 2009 – Réf : 20093832
LANDEL Guy Chauny, le 9 septembre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Professeur Certifié de Sciences Physiques

Madame le Recteur
Académie d’Amiens
20, Boulevard d’Alsace-Lorraine
80063 Amiens Cedex 9

Lettre recommandée avec avis de réception 1A 031 201 8689 0

Objet : Demande de copie des différents avis émis par le Comité Médical Départemental
concernant mon « aptitude à exercer mes fonctions » de 2000 à 2009.

En date du 27 novembre 2000, l’Inspecteur d’Académie de l’Aisne m’écrit :


« que le Comité Médical Départemental est saisi pour émettre un avis sur MON APTITUDE
A EXERCER MES FONCTIONS. ».
Il ajoute qu’après examen de mon dossier, cet avis me sera communiqué !

En date du 20 septembre 2002, l’Inspecteur d’Académie de l’Aisne m’écrit :


« que le Comité Médical Départemental est saisi pour émettre un avis sur MON APTITUDE
A EXERCER MES FONCTIONS. ».
Il ajoute qu’après examen de mon dossier, cet avis me sera communiqué !

En date du 5 décembre 2003, l’Inspecteur d’Académie de l’Aisne m’écrit :


« que le Comité Médical Départemental est saisi pour émettre un avis sur MON APTITUDE
A EXERCER MES FONCTIONS. ».
Il ajoute qu’après examen de mon dossier, cet avis me sera communiqué !

En date du 21 octobre 2004, l’Inspecteur d’Académie de l’Aisne m’écrit :


« que le Comité Médical Départemental est saisi pour émettre un avis sur MON APTITUDE
A EXERCER MES FONCTIONS. ».
Il ajoute qu’après examen de mon dossier, cet avis me sera communiqué !

En date du 17 juin 2009, l’Inspectrice d’Académie de l’Aisne m’écrit :


« que le Comité Médical Départemental est saisi pour émettre un avis sur MON APTITUDE
A EXERCER MES FONCTIONS. ».
Elle ajoute qu’après examen de mon dossier, cet avis me sera communiqué !

N’ayant jamais reçu le moindre avis concernant mon aptitude à exercer mes fonctions, je vous
demande de bien vouloir me communiquer les 5 avis mentionnés ci-dessus.

LANDEL Guy
LANDEL Guy Chauny, le 12 octobre 2009
25, rue du général Leclerc
02300 CHAUNY

Monsieur le Président
De la Commission d'Accès
Aux Documents Administratifs
35, rue Saint-Dominique
75700 PARIS 07 SP

Objet : Demande de copie des différents avis émis par le Comité Médical Départemental concernant
mon « aptitude à exercer mes fonctions » de 2000 à 2009.

Monsieur le Président,

Par courrier recommandé avec avis de réception 1A 031 201 8689 0 en date du 9
septembre 2009, j’ai demandé au recteur de l’académie d’Amiens de bien vouloir me communiquer
une copie des différents avis émis par le Comité Médical Départemental concernant mon « aptitude
à exercer mes fonctions » de 2000 à 2009. | Pièces jointes |

N’ayant aucune réponse de la part du rectorat depuis plus d’un mois, j'ai l'honneur de
saisir votre Commission d'une demande d'avis sur le refus par le recteur de me communiquer les
documents cités en objet.

Dans l'attente de l'avis de votre Commission, je vous prie de croire, Monsieur le Président,
à l'assurance de ma considération distinguée.

LANDEL Guy

PJ : 6

1. LR+AR au recteur en date du 9 septembre 2009


2. Lettre de l’Inspecteur d’Académie en date du 27 novembre 2000
3. Lettre de l’Inspecteur d’Académie en date du 20 septembre 2002
4. Lettre de l’Inspecteur d’Académie en date du 5 décembre 2003
5. Lettre de l’Inspecteur d’Académie en date du 21 octobre 2004
6. Lettre de l’Inspectrice d’Académie en date du 17 juin 2009.
LANDEL Guy Chauny, le 30 novembre 2009
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX

Dossier n° 0701657-2

Par requête n° 0701657-2 enregistrée au Tribunal administratif le 3 juillet 2007, j’ai demandé
au recteur de l’académie d’Amiens la somme de 70 000 euros de dommages et intérêts pour
harcèlement moral.

Le bordereau des 388 pièces annexées au dossier comprenait 16 rubriques.

Concernant la rubrique VII intitulée : Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser, j’ai
l’honneur de vous faire parvenir un (1) document supplémentaire (document n°55), émanant
de la DDASS de l’Aisne; le harcèlement moral ayant repris en juin 2009, après quatre (4)
années d’interruption !

LANDEL Guy

PJ : 3 (1 en 3 exemplaires)

VII – Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser

55. Lettre de la DDASS de l’Aisne en date du 23 novembre 2009


LANDEL Guy Chauny, le 5 janvier 2010
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55

Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX 1

Dossier n° 0701657-2

Objet : Envoi de 1 arrêt de travail supplémentaire

Veuillez trouver en pièce jointe un document en 3 exemplaires relatif à mon arrêt de travail
pour la période allant du mardi 5 janvier 2010 au vendredi 5 février 2010. Ce document
supplémentaire fait partie des pièces annexées du dossier HARCÈLEMENT MORAL n°
0701657-2, paragraphe XV – « Santé physique ou mentale altérée ».

En effet, suite au conseil de discipline bidon et truqué du 21 septembre 2001 me forçant à


quitter le lycée Gay-Lussac de Chauny où j’enseignais depuis septembre 1987, ma santé
mentale a été fortement altérée du fait de l’injustice ressentie suite au complot organisé par le
recteur MORVAN et ses acolytes.
Cela s’est traduit par une multitude d’arrêts de travail établis par mes médecins traitants qui,
de 2000 à ce jour, sont au nombre de 102, ce qui représente 2087 jours d’arrêts de travail.

LANDEL Guy

PJ :
- 1 arrêt de travail en 3 exemplaires
- Historique des 102 arrêts de travail en 3 exemplaires
Historique des 102 arrêts de travail – Dossier XV – « Santé physique ou mentale altérée »

01. Arrêt de travail du 15 mars 2000 au 17 mars 2000 soit 3 jours


02. Arrêt de travail du 18 mars 2000 au 25 mars 2000 soit 8 jours
03. Arrêt de travail du 26 mars 2000 au 31 mars 2000 soit 6 jours
04. Arrêt de travail du 19 mai 2000 au 19 mai 2000 soit 1 jour
05. Arrêt de travail du 24 mai 2000 au 26 mai 2000 soit 3 jours
06. Arrêt de travail du 29 mai 2000 au 3 juin 2000 soit 6 jours
07. Arrêt de travail du 4 juin 2000 au 10 juin 2000 soit 7 jours
08. Arrêt de travail du 13 septembre 2000 au 16 septembre 2000 soit 4 jours
09. Arrêt de travail du 23 novembre 2000 au 23 novembre 2000 soit 1 jour
10. Arrêt de travail du 30 novembre 2000 au 2 décembre 2000 soit 3 jours
11. Arrêt de travail du 18 janvier 2001 au 18 janvier 2001 soit 1 jour
12. Arrêt de travail du 12 mars 2001 au 12 mars 2001 soit 1 jour
13. Arrêt de travail du 28 mars 2001 au 28 mars 2001 soit 1 jour
14. Arrêt de travail du 17 mai 2001 au 17 mai 2001 soit 1 jour
15. Arrêt de travail du 2 octobre 2001 au 6 octobre 2001 soit 5 jours
16. Arrêt de travail du 8 octobre 2001 au 9 octobre 2001 soit 2 jours
17. Arrêt de travail du 10 octobre 2001 au 25 octobre 2001 soit 16 jours
18. Arrêt de travail du 26 octobre 2001 au 27 octobre 2001 soit 2 jours
19. Arrêt de travail du 5 novembre 2001 au 24 novembre 2001 soit 20 jours
20. Arrêt de travail du 25 novembre 2001 au 10 décembre 2001 soit 16 jours
21. Arrêt de travail du 11 décembre 2001 au 22 décembre 2001 soit 12 jours
22. Arrêt de travail du 7 janvier 2002 au 7 février 2002 soit 32 jours
23. Arrêt de travail du 18 février 2002 au 13 mars 2002 soit 24 jours
24. Arrêt de travail du 14 mars 2002 au 30 mars 2002 soit 17 jours
25. Arrêt de travail du 15 avril 2002 au 14 mai 2002 soit 30 jours
26. Arrêt de travail du 15 mai 2002 au 14 juin 2002 soit 30 jours
27. Arrêt de travail du 15 juin 2002 au 29 juin 2002 soit 15 jours
28. Arrêt de travail du 2 septembre 2002 au 2 octobre 2002 soit 31 jours
29. Arrêt de travail du 3 octobre 2002 au 23 octobre 2002 soit 21 jours
30. Arrêt de travail du 4 novembre 2002 au 23 novembre 2002 soit 20 jours
31. Arrêt de travail du 24 novembre 2002 au 21 décembre 2002 soit 28 jours
32. Arrêt de travail du 6 janvier 2003 au 6 février 2003 soit 32 jours
33. Arrêt de travail du 7 février 2003 au 15 février 2003 soit 9 jours
34. Arrêt de travail du 3 mars 2003 au 22 mars 2003 soit 20 jours
35. Arrêt de travail du 23 mars 2003 au 12 avril 2003 soit 21 jours
36. Arrêt de travail du 28 avril 2003 au 24 mai 2003 soit 27 jours
37. Arrêt de travail du 25 mai 2003 au 16 juin 2003 soit 23 jours
38. Arrêt de travail du 17 juin 2003 au 28 juin 2003 soit 12 jours
39. Arrêt de travail du 1er septembre 2003 au 1er octobre 2003 soit 31 jours
40. Arrêt de travail du 2 octobre 2003 au 25 octobre 2003 soit 24 jours
41. Arrêt de travail du 9 octobre 2003 au 22 octobre 2003 soit 14 jours
42. Arrêt de travail du 10 novembre 2003 au 9 décembre 2003 soit 30 jours
43. Arrêt de travail du 15 décembre 2003 au 19 décembre 2003 soit 5 jours
44. Arrêt de travail du 5 janvier 2004 au 5 février 2004 soit 32 jours
45. Arrêt de travail du 6 février 2004 au 20 février 2004 soit 15 jours
46. Arrêt de travail du 8 mars 2004 au 14 avril 2004 soit 38 jours
47. Arrêt de travail du 15 avril 2004 au 16 avril 2004 soit 2 jours
48. Arrêt de travail du 3 mai 2004 au 4 juin 2004 soit 33 jours
49. Arrêt de travail du 5 juin 2004 au 30 juin 2004 soit 26 jours
50. Arrêt de travail du 1er septembre 2004 au 1er octobre 2004 soit 31 jours
51. Arrêt de travail du 2 octobre 2004 au 22 octobre 2004 soit 21 jours
52. Arrêt de travail du 4 novembre 2004 au 6 décembre 2004 soit 33 jours
53. Arrêt de travail du 7 décembre 2004 au 17 décembre 2004 soit 11 jours
54. Arrêt de travail du 3 janvier 2005 au 3 février 2005 soit 32 jours
55. Arrêt de travail du 4 février 2005 au 4 février 2005 soit 1 jour
56. Arrêt de travail du 21 février 2005 au 25 mars 2005 soit 35 jours
57. Arrêt de travail du 26 mars 2005 au 8 avril 2005 soit 13 jours
58. Arrêt de travail du 25 avril 2005 au 23 mai 2005 soit 29 jours
59. Arrêt de travail du 24 mai 2005 au 24 juin 2005 soit 32 jours
60. Arrêt de travail du 25 juin 2005 au 1er juillet 2005 soit 7 jours
61. Arrêt de travail du 1er septembre 2005 au 1er octobre 2005 soit 31 jours
62. Arrêt de travail du 2 octobre 2005 au 21 octobre 2005 soit 20 jours
63. Arrêt de travail du 3 novembre 2005 au 2 décembre 2005 soit 30 jours
64. Arrêt de travail du 3 décembre 2005 au 16 décembre 2005 soit 12 jours
65. Arrêt de travail du 3 janvier 2006 au 2 février 2006 soit 31 jours
66. Arrêt de travail du 3 février 2006 au 10 février 2006 soit 8 jours
67. Arrêt de travail du 27 février 2006 au 27 mars 2006 soit 29 jours
68. Arrêt de travail du 28 mars 2006 au 14 avril 2006 soit 18 jours
69. Arrêt de travail du 2 mai 2006 au 2 juin 2006 soit 32 jours
70. Arrêt de travail du 22 mai 2006 au 14 juin 2006 soit 12 jours
71. Arrêt de travail du 15 juin 2006 au 4 juillet 2006 soit 20 jours
72. Arrêt de travail du 1er septembre 2006 au 4 octobre 2006 soit 34 jours
73. Arrêt de travail du 5 octobre 2006 au 25 octobre 2006 soit 21 jours
74. Arrêt de travail du 6 novembre 2006 au 5 décembre 2006 soit 30 jours
75. Arrêt de travail du 6 décembre 2006 au 22 décembre 2006 soit 17 jours
76. Arrêt de travail du 8 janvier 2007 au 6 février 2007 soit 30 jours
77. Arrêt de travail du 7 février 2007 au 23 février 2007 soit 17 jours
78. Arrêt de travail du 12 mars 2007 au 10 avril 2007 soit 30 jours
79. Arrêt de travail du 11 avril 2007 au 13 avril 2007 soit 3 jours
80. Arrêt de travail du 2 mai 2007 au 5 juin 2007 soit 35 jours
81. Arrêt de travail du 6 juin 2007 au 4 juillet 2007 soit 29 jours
82. Arrêt de travail du 3 septembre 2007 au 2 octobre 2007 soit 30 jours
83. Arrêt de travail du 3 octobre 2007 au 26 octobre 2007 soit 24 jours
84. Arrêt de travail du 8 novembre 2007 au 28 novembre 2007 soit 21 jours
85. Arrêt de travail du 29 novembre 2007 au 22 décembre 2007 soit 24 jours
86. Arrêt de travail du 8 janvier 2008 au 8 février 2008 soit 32 jours
87. Arrêt de travail du 26 février 2008 au 26 mars 2008 soit 31 jours
88. Arrêt de travail du 27 mars 2008 au 4 avril 2008 soit 9 jours
89. Arrêt de travail du 22 avril 2008 au 26 mai 2008 soit 35 jours
90. Arrêt de travail du 27 mai 2008 au 3 juillet 2008 soit 38 jours
91. Arrêt de travail du 1er septembre 2008 au 1er octobre 2008 soit 31 jours
92. Arrêt de travail du 2 octobre 2008 au 24 octobre 2008 soit 23 jours
93. Arrêt de travail du 6 novembre 2008 au 10 décembre 2008 soit 35 jours
94. Arrêt de travail du 11 décembre 2008 au 19 décembre 2008 soit 9 jours
95. Arrêt de travail du 6 janvier 2009 au 11 février 2009 soit 37 jours
96. Arrêt de travail du 12 février 2009 au 20 février 2009 soit 9 jours
97. Arrêt de travail du 10 mars 2009 au 17 avril 2009 soit 39 jours
98. Arrêt de travail du 5 mai 2009 au 2 juin 2009 soit 29 jours
99. Arrêt de travail du 3 juin 2009 au 2 juillet 2009 soit 30 jours
100. Arrêt de travail du 1er septembre 2009 au 23 octobre 2009 soit 53 jours
101. Arrêt de travail du 5 novembre 2009 au 18 décembre 2009 soit 44 jours
102. Arrêt de travail du 5 janvier 2010 au 5 février 2010 soit 32 jours

102 arrêts de travail représentant 2087 jours d’arrêt de travail


LANDEL Guy Chauny, le 20 janvier 2010
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55
Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX

Dossier n° 0701657-2

I – Introduction

Par requête n° 0701657-2 enregistrée au Tribunal administratif le 3 juillet 2007, j’ai demandé
au recteur de l’académie d’Amiens la somme de 70 000 euros de dommages et intérêts pour
harcèlement moral.

Le bordereau des 388 pièces annexées au dossier comprenait 16 rubriques. Concernant la


rubrique VII intitulée : Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser, par courrier en date
du 11 septembre 2009, je vous ai fait parvenir cinq (5) documents supplémentaires
(documents n°48 à 52) ; le harcèlement moral ayant repris en juin 2009, après quatre (4)
années d’interruption !

II - Analyse de la situation

En date du 12 juin 2009, par lettre recommandée avec avis de réception, le recteur m’informe
de sa décision de saisir (une fois de plus !) le comité médical départemental de l’Aisne pour :
« vérifier mon aptitude physique à l’exercice des fonctions enseignantes ». [Voir document
n°48 du chapitre VII]

Depuis plus de 9 ans, les recteurs qui se sont succédé à la tête du rectorat d’Amiens ont essayé
par tous les moyens de saisir et de faire réunir le Comité médical départemental pour qu’il
statue, de façon définitive, sur mon cas. Mais étant donné que toutes leurs manœuvres sont
illégales, ils ne sont jamais arrivés à leurs fins, à savoir m’obliger par tous les moyens
possibles et inimaginables (avertissement, blâme, conseil de discipline avec sanction
disciplinaire du déplacement d’office, nombreuses menaces de sanctions disciplinaires,
nombreuses menaces de retrait de salaire, deux suspensions de salaire effectives de 9 et 16
mois, plusieurs menaces de radiation des cadres, plusieurs menaces de procédure d’abandon
de poste, etc…), à me rendre chez le docteur Luc MARGAT au Centre médico-psychologique
de Tergnier, antenne de l’hôpital psychiatrique de Prémontré dans l’Aisne !

Dans mon courrier du 17 novembre 2009, j’ai démontré, preuves à l’appui, que les 5 avis qui
auraient dû être émis par le Comité Médical Départemental concernant mon « aptitude à
exercer mes fonctions » de 2000 à 2009 n’existaient pas ! En effet, la Commission d’Accès
Aux Documents administratifs que j’ai saisie en date du 12 octobre 2009 m’a répondu dans
son avis n° 20093832 du 5 novembre 2009 :
« En réponse à la demande qui lui a été adressée, le recteur de l’académie d’Amiens a fait
savoir à la commission que le document sollicité n’existait pas, dès lors que le demandeur,
Monsieur LANDEL ne s’était pas rendu aux différentes convocations des médecins experts
saisis successivement à cet effet, et que de ce fait aucune expertise n’avait pu être établie. »

En effet, les textes de loi montrent bien que le comité médical n’a pas obligation de se réunir
pour donner son avis en ce qui me concerne. En effet, d’après le décret n°86-442 du 14 mars
1986, article 7:

« Les comités médicaux sont chargés de donner à l'autorité compétente, dans les conditions
fixées par le présent décret, un avis sur les contestations d'ordre médical qui peuvent s'élever
à propos de l'admission des candidats aux emplois publics, de l'octroi et du renouvellement
des congés de maladie et de la réintégration à l'issue de ces congés.

Ils sont consultés obligatoirement en ce qui concerne :

1. La prolongation des congés de maladie au-delà de six mois consécutifs ;

2. L'octroi des congés de longue maladie et de longue durée ;

3. Le renouvellement de ces congés ;

4. La réintégration après douze mois consécutifs de congé de maladie ou à l'issue d'un congé
de longue maladie ou de longue durée ;

5. L'aménagement des conditions de travail du fonctionnaire après congé ou disponibilité ;

6. La mise en disponibilité d'office pour raison de santé et son renouvellement ;

7. Le reclassement dans un autre emploi à la suite d'une modification de l'état physique du


fonctionnaire, ainsi que dans tous les autres cas prévus par des textes réglementaires. »

Aucun des 7 alinéas énoncés ci-dessus dans l’article 7 de ce décret ne me concernant, le


comité médical est depuis plus de 9 ans dans l’impossibilité de se réunir et ce au grand
désespoir de tous les recteurs (6 au total) qui se sont succédé à la tête du rectorat d’Amiens
depuis le 13 octobre 2000, date de la parution de la lettre torche-cul répugnante du proviseur
du lycée Gay- Lussac de Chauny, Marc JAILIN.

III - Conclusion

Je confirme ma demande de 70.000 euros de dommages et intérêts au recteur pour


harcèlement moral en violation de l’article 6 quinquiès de la loi n° 83 -634 du 13 juillet 1983
– Loi portant droits et obligations des fonctionnaires.
Vu les dispositions de l’article L 761 du Code de justice administrative, condamner en tous
les cas le recteur de l’académie d’Amiens à me payer la somme de 1000 € (mille euros).

LANDEL Guy
LANDEL Guy Chauny, le 16 février 2010
25, rue du Général Leclerc
02300 CHAUNY.
Tél : 03 23 52 10 55
Monsieur le Président
Du Tribunal Administratif
14, rue Lemerchier
80 011 AMIENS CEDEX

Recommandé avec avis de réception 1A 037 231 1579 2

Dossier n° 0701657-2

I – Introduction

Par requête n° 0701657-2 enregistrée au Tribunal administratif le 3 juillet 2007, j’ai demandé
au recteur de l’académie d’Amiens la somme de 70 000 euros de dommages et intérêts pour
harcèlement moral.

Le bordereau des 388 pièces annexées au dossier comporte 16 rubriques. Concernant la


rubrique VII intitulée : Ordres successifs d’aller me faire psychanalyser, par courrier en date
du 11 septembre 2009, je vous ai fait parvenir cinq (5) documents supplémentaires
(documents n°48 à 52) ; le harcèlement moral ayant repris en juin 2009, après quatre (4)
années d’interruption !
De même, concernant la rubrique VIII intitulée : Menaces de sanction disciplinaire, par
courrier en date du 2 février 2010, je vous ai fait parvenir un (1) document supplémentaire
(document n°11) ; le harcèlement moral ayant repris en juin 2009, après six (6) années
d’interruption !

Le mémoire en réponse de la rectrice en date du 2 février 2010 appelle les observations


suivantes.

II - Discussion

La rectrice à court d’arguments depuis bien longtemps essaye, à l’image de tous ses
prédécesseurs, de nier l’évidence par tous les moyens possibles et inimaginables, mauvaise foi
et mensonges compris !

En page 1, la rectrice écrit : « Monsieur LANDEL, depuis le début de cette instance, clame
que « le harcèlement moral orchestré par le rectorat pendant douze années de 1995 à 2007
est incontestable ».

Or, dans ce dernier mémoire, il indique que le harcèlement moral a repris en juin 2009 après
quatre années d’interruption.

J’en déduis donc, que contrairement à ce qu’il affirmait auparavant de juin 2005 à juin 2009,
il reconnait n’avoir été victime d’aucun harcèlement durant cette période. »
Il est nécessaire de se référer à mes propos contenus ci-dessus dans mon introduction. J’ai
présenté dans mon mémoire introductif datant du 9 juillet 2007, réparti en 16 rubriques, le
détail du harcèlement moral subi. Quand j’affirme que le harcèlement moral consistant à me
forcer à me faire psychanalyser par le psychiatre Luc MARGAT au centre médico-
psychologique de Tergnier, antenne de l’hôpital psychiatrique de Prémontré dans l’Aisne,
s’est interrompu en 2005 pour reprendre en 2009, c’est une réalité incontestable. Par contre,
sortir mes propos de leur contexte pour en déduire comme le fait la rectrice que de juin 2005 à
juin 2009, je reconnais « n’avoir été victime d’aucun harcèlement durant cette période » est
une manipulation !

La rectrice oublie ou feint d’oublier :

 Les refus répétés et systématiques de 2002 à 2007 par le principal du collège Gérard-
Philipe de Soissons Jean Pierre Paul de me délivrer mes documents administratifs
personnels avec la bénédiction du rectorat, m’obligeant à saisir des dizaines de fois la
CADA et le tribunal administratif pour faire entendre raison aux récalcitrants !
 La suspension de salaire pendant 16 mois décidée par la rectrice CAMPION de
février 2005 à mai 2006 !
 Les refus systématiques, mensonges à l’appui, de promotion professionnelle telle que
la hors classe Certifiés ou liste d’aptitude agrégés pendant plusieurs années
 Les refus répétés, avec mensonges et magouilles à l’appui, de ma mutation intra-
académique au lycée Gay-Lussac de Chauny en 2005, 2006 et 2008 !

En page 2, la rectrice écrit : « Il convient de constater d’ailleurs que Monsieur LANDEL n’a
pas plus fait l’objet d’un harcèlement moral durant cette période que durant le reste de sa
carrière, mais simplement d’actes de gestion personnel conforme à la législation en
vigueur. »

Pour mémoire, je rappellerai que ma carrière professionnelle comporte deux périodes bien
distinctes : de 1973 à 1987 j’ai enseigné à l’Université de Constantine en Algérie et de 1987 à
ce jour, au lycée Gay-Lussac de Chauny puis au collège Gérard-Philipe de Soissons.

A aucun moment, je n’ai fait l’objet de la part du recteur de l’Université de Constantine


« d’actes de gestion de personnel conforme à la législation en vigueur » tel que :

1. Me noter administrativement de façon irresponsable et farfelue pendant plusieurs


années de suite, en totale contradiction avec ses propres circulaires,

2. Me noter pédagogiquement de façon irresponsable et mensongère pendant plusieurs


années de suite, de surcroît par des IPR anonymes !

3. M’interdire l’utilisation pendant 6 mois, avec tous mes élèves, de matériel


pédagogique en travaux pratiques sous prétexte que ces derniers auraient « volé » 3
petits cache-boutons en plastique d’oscilloscopes,

4. Me menacer à plusieurs reprises de retraits de salaire au motif d’absences pendant les


congés scolaires officiels,

5. Avoir pris à plusieurs reprises des arrêtés de retrait de salaire illégaux pour des
absences soit imaginaires soit justifiées,

6. Avoir refusé systématiquement pendant des années, malgré mes demandes répétées,
de me transmettre mes documents administratifs (bulletins de paye, arrêtés de congé,
emploi du temps, procès-verbal d’installation, notations administratives, attestations
professionnelles, déclarations fiscales des traitements et salaires, historiques congés,
…), et être obligé de saisir le Tribunal administratif des dizaines de fois pour que
l’administration daigne obtempérer,

7. M’avoir infligé la sanction disciplinaire du blâme pour absence justifiée à une contre
visite médicale,

8. Me menacer de nombreuses fois de retrait de salaire, de procédure disciplinaire avec


ou sans conseil de discipline, de procédure d’abandon de poste, de radiation des cadres
et autres menaces en tout genre, au motif que je refuse d’obéir et de céder aux ordres
rectoraux illégaux,

9. Suspendre mon salaire pendant 9 mois par une décision rectorale jugée illégale,

10. Suspendre à nouveau mon salaire pendant 16 mois par une décision rectorale
jugée à nouveau illégale,

11. Mentir et magouiller plusieurs années de suite pour rejeter systématiquement mes
demandes de mutation,

12. Vouloir m’obliger par tous les moyens, avec menaces et sanctions disciplinaires à
l’appui, pendant près d’une dizaine d’années, à me soumettre à l’examen
psychiatrique dans un centre médico-psychologique, antenne d’hôpital psychiatrique.

Si vraiment ces actes de gestion de personnel étaient, comme le soutient la rectrice, conformes
à la législation en vigueur, je ne comprends pas pourquoi le Tribunal administratif d’Amiens :

 A annulé toutes les notations administratives farfelues et ubuesques du principal


du collège Gérard-Philipe de Soissons, M. Jean Pierre Paul ainsi que les
notations rectorales illégales !
 A annulé la suspension de salaire du 16 février 2005 prise par la rectrice
CAMPION au motif d’illégalité !

De même, je ne comprends pas pourquoi la Cour administrative d’appel de Douai a annulé la


décision de suspension de salaire du 9 avril 2003 prise par le recteur LEROY au motif
d’illégalité.

Peut-être que la législation en vigueur est différente selon l’endroit où l’on se trouve à
Amiens ?

Dans son deuxième alinéa de la page 2, la rectrice affirme, à tort, qu’il « est légitime qu’un
enseignant, (…), fasse l’objet d’une vérification de sa capacité à exercer ses fonctions. »

Je suis au regret de contredire la rectrice sur ce point (comme sur bien d’autres d’ailleurs)
mais aucun texte de loi n’autorise ni justifie un tel acharnement depuis 10 ans à me faire
psychanalyser chez le docteur MARGAT au centre médico-psychologique de Tergnier !

Concernant le troisième alinéa, les textes cités par la rectrice sont totalement hors-sujet et ne
peuvent s’appliquer en l’espèce. En effet, les articles 34 et 35 du décret n° 86-442 du 14 mars
1986 sont relatifs aux congés de longue maladie et de longue durée et ne me concernent en
aucune façon, étant en congé de maladie ordinaire.

Pour finir avec cet alinéa, je demande que la rectrice me précise d’une part l’identité du
« chef de service » ayant estimé que mon état de santé pourrait justifier que me soit fait
application des dispositions de l’article 34 de la loi du 11 janvier 1984 et d’autre part qu’elle
me fasse parvenir l’attestation médicale et le rapport des supérieurs hiérarchiques justifiant
une telle procédure.

III - Conclusion

Je confirme ma demande de 70.000 euros de dommages et intérêts au recteur pour


harcèlement moral en violation de l’article 6 quinquiès de la loi n° 83 -634 du 13 juillet 1983
– Loi portant droits et obligations des fonctionnaires.
Vu les dispositions de l’article L 761 du Code de justice administrative, condamner en tous
les cas le recteur de l’académie d’Amiens à me payer la somme de 1000 € (mille euros).

LANDEL Guy