Vous êtes sur la page 1sur 36

Coarctation isthmique de laorte

Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et
Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et
Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et
Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et
Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et
Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et

Pr. François Godart, CHRU de Lille

Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et
Coarctation isthmique de l ’ aorte Pr. François Godart, CHRU de Lille Oran, SPO, 4 et

Oran, SPO, 4 et 5 Juin 2015

Coarctation de laorte

Coarctation de l ’ aorte Définition  Il s ’ agit d ’ une sténose aortique
Coarctation de l ’ aorte Définition  Il s ’ agit d ’ une sténose aortique
Coarctation de l ’ aorte Définition  Il s ’ agit d ’ une sténose aortique

Définition

Il sagit dune sténose aortique localisée à la jonction de larche distal et de laorte descendante juste en dessous de lémergence de lartère sous clavière G Sténose localisée (discrete coarctation (segment court < 5 mm) vs segment long ± hypoplasie tubulaire touchant larche aortique (aorte horizontale au delà de la carotide G, isthme)

segment long ± hypoplasie tubulaire touchant l ’ arche aortique (aorte horizontale au delà de la
(re)coarctation aortique Définition  Recoarctation : coarctation résiduelle ou resténose au niveau de la
(re)coarctation aortique Définition  Recoarctation : coarctation résiduelle ou resténose au niveau de la
(re)coarctation aortique Définition  Recoarctation : coarctation résiduelle ou resténose au niveau de la

(re)coarctation aortique

Définition

(re)coarctation aortique Définition  Recoarctation : coarctation résiduelle ou resténose au niveau de la

Recoarctation : coarctation résiduelle ou resténose au niveau de la coarctation après traitement

(chirurgie ou angioplastie ± stent)

Gradient isthmique systolique de 20-30 mm Hg

(re)coarctation aortique

(re)coarctation aortique Présentation  Grands enfants/Adolescents/Adultes avec une HTA ou bilan d ’ un souffle 
(re)coarctation aortique Présentation  Grands enfants/Adolescents/Adultes avec une HTA ou bilan d ’ un souffle 
(re)coarctation aortique Présentation  Grands enfants/Adolescents/Adultes avec une HTA ou bilan d ’ un souffle 

Présentation

(re)coarctation aortique Présentation  Grands enfants/Adolescents/Adultes avec une HTA ou bilan d ’ un souffle 
(re)coarctation aortique Présentation  Grands enfants/Adolescents/Adultes avec une HTA ou bilan d ’ un souffle 

Grands enfants/Adolescents/Adultes avec une

 Grands enfants/Adolescents/Adultes avec une HTA ou bilan d ’ un souffle  Examen:  HTA

HTA ou bilan dun souffle

Examen:

HTA aux mb supérieurs, retard à la palpation des

pouls fémoraux existence dun gradient bras-jambe

palpation dartères collatérales

frémissement palpatoire à la fourchette sternale

ECG : HVG électrique

(re)coarctation aortique

(re)coarctation aortique Présentation  Rx : coeur de taille normale, dilatation de l ’ aorte ascendante,
(re)coarctation aortique Présentation  Rx : coeur de taille normale, dilatation de l ’ aorte ascendante,
(re)coarctation aortique Présentation  Rx : coeur de taille normale, dilatation de l ’ aorte ascendante,

Présentation

(re)coarctation aortique Présentation  Rx : coeur de taille normale, dilatation de l ’ aorte ascendante,
(re)coarctation aortique Présentation  Rx : coeur de taille normale, dilatation de l ’ aorte ascendante,

Rx : coeur de taille normale, dilatation de laorte

ascendante, kinking ou double contour de laorte

descendante, signe du 3, encoche costale

dilatation de l ’ aorte ascendante, kinking ou double contour de l ’ aorte descendante, signe
(re)coarctation aortique Présentation  Echocardiographie: isthme mal dégagé avec l ’ âge  Doppler continu
(re)coarctation aortique Présentation  Echocardiographie: isthme mal dégagé avec l ’ âge  Doppler continu

(re)coarctation aortique Présentation

(re)coarctation aortique Présentation  Echocardiographie: isthme mal dégagé avec l ’ âge  Doppler continu
(re)coarctation aortique Présentation  Echocardiographie: isthme mal dégagé avec l ’ âge  Doppler continu

Echocardiographie: isthme mal dégagé avec lâge

Doppler continu montre un gradient systolique à plus de 3

m/s et un flux de haute vélocité en diastole IRM et scanner : sont les techniques non invasives

préférées montrant la zone coarctée, son extension, laorte

pré et post-sténose, la présence de collatérales, des malformations associées ….

En IRM : visualisation des flux, mesure des vélocités,

quantification de la circulation collatérales

(re)coarctation aortique

(re)coarctation aortique IRM et scanner
(re)coarctation aortique IRM et scanner
(re)coarctation aortique IRM et scanner
(re)coarctation aortique IRM et scanner
(re)coarctation aortique IRM et scanner

IRM et scanner

(re)coarctation aortique IRM et scanner
(re)coarctation aortique IRM et scanner
(re)coarctation aortique IRM et scanner

Prise en charge thérapeutique

De la chirurgie à langioplastie

40s : réparation de Crafoord (résection et anastomose bout-à-bout)

80s : dilatation au ballonnet dans les formes natives puis les re-coarctations

ballonnet dans les formes natives puis les re-coarctations  90s : dilatation au ballon de la
ballonnet dans les formes natives puis les re-coarctations  90s : dilatation au ballon de la
ballonnet dans les formes natives puis les re-coarctations  90s : dilatation au ballon de la
ballonnet dans les formes natives puis les re-coarctations  90s : dilatation au ballon de la
ballonnet dans les formes natives puis les re-coarctations  90s : dilatation au ballon de la
ballonnet dans les formes natives puis les re-coarctations  90s : dilatation au ballon de la

90s : dilatation au ballon de la recoarctation considérée comme le traitement de 1 ère intention

90s : stenting aortique

Actuellement : tendance au stenting demblée dans les

coarctations natives de ladolescent/grand enfant ou de

ladulte

Crafoord, Nylin. JTCS 1945;14:347

Angioplastie au ballon

Aspect technique

Angioplastie au ballon Aspect technique  Choix du stent est crucial: doit couvrir la sténose mais
Angioplastie au ballon Aspect technique  Choix du stent est crucial: doit couvrir la sténose mais
Angioplastie au ballon Aspect technique  Choix du stent est crucial: doit couvrir la sténose mais
Angioplastie au ballon Aspect technique  Choix du stent est crucial: doit couvrir la sténose mais

Choix du stent est crucial: doit couvrir la sténose mais pas les vaisseaux du cou autant que possible (CP stent, Numed; Intrastent LD Max, eV3…)

Diamètre du stent : ± 1 or 2 mm, le Ø

Max, eV3…)  Diamètre du stent : ± 1 or 2 mm, le Ø adjacent et
Max, eV3…)  Diamètre du stent : ± 1 or 2 mm, le Ø adjacent et

adjacent et < au Ø de laorte au

diaphragme (BIB, Numed)

Ratio ballon/coarctation Ø < 2 3.5

Numed)  Ratio ballon/coarctation Ø < 2 – 3.5  Après stenting, gradient de pic systolique

Après stenting, gradient de pic systolique résiduel < 10-20 mm Hg

Si ce nest pas le cas, dilatation avec un ballon haute pression

Ne pas dilater la partie distale du stent dans laorte descendante (pour éviter une perforation aortique)

stenting aortique : résultats immédiats

CCISC, 555 pts, 565 procédures, 627 stents, 1989-2005, âge 15 ans

Congenital Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)

Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Résultats immédiats 97.9 %  Augmentation du Ø :
Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Résultats immédiats 97.9 %  Augmentation du Ø :
Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Résultats immédiats 97.9 %  Augmentation du Ø :
Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Résultats immédiats 97.9 %  Augmentation du Ø :

Résultats immédiats 97.9 %

Augmentation du Ø : 7.4 ± 3 mm à 14.3 ± 3.2 mm, p < 0.001

Réduction du DP : 31 ± 16 à 2.7 ± 4.2

mm Hg, p < 0.001

Ratio CoA/Ao desc : 0.43 ± 0.17 à 0.85 ± 0.15, p < 0.001

 Ratio CoA/Ao desc : 0.43 ± 0.17 à 0.85 ± 0.15, p < 0.001
 Ratio CoA/Ao desc : 0.43 ± 0.17 à 0.85 ± 0.15, p < 0.001

Meilleurs résultats si : sténose localisée vs lésion longue : 94 vs 84 %,

p < 0.001; si Ø initial plus large : 7.4 vs 5.4 mm, p = 0.003; si moins de

gradient initial : 29 vs 38 mm Hg, p < 0.001. Pas de rôle de lâge, du

poids, de la localisation, native vs ReCoarc, ballon/coarct ratio

Stent recouvrant un vaisseau du cou : 17.8 %

Forbes. Catheter Cardiovasc Interv 2007;70:276

Complications aiguës du stenting: 14 %

CCISC, 555 pts, 565 procédures, 627 stents, âge 15 ans*

Congenital Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)

Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Complications aortique, 3.9 % : anévrysme, n=6;
Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Complications aortique, 3.9 % : anévrysme, n=6;
Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Complications aortique, 3.9 % : anévrysme, n=6;

Complications aortique, 3.9 % : anévrysme, n=6; déchirures intimales, n=8; dissection, n=9 (=> chirurgie, n=3 (1 décès), 3 stents

couverts, 3 traités médicalement)

Ces complications étaient liées à : dilatation au ballon avant stenting,

localisation non isthmique, âge > 40 ans

stenting, localisation non isthmique, âge > 40 ans  Complications techniques, 10.4 % : migration du
stenting, localisation non isthmique, âge > 40 ans  Complications techniques, 10.4 % : migration du
stenting, localisation non isthmique, âge > 40 ans  Complications techniques, 10.4 % : migration du

Complications techniques, 10.4 % : migration du stent (n=28),

rupture du ballon (n=13), AIT ou embolie périphérique (n=5) Elles étaient liées à : âge > 40 ans, pas dutilisation dune AG, localisation initiale, date < 2002, mais pas de rôle du poids, localisation, Ø initial, ballon/coarc ratio, dilatation avant préstenting,

utilisation du BIB, institution

Forbes. Catheter Cardiovasc Interv 2007;70:276

Complications aiguës: 14 %

CCISC, 555 pts, 565 procedures, 627 stents, âge 15 ans*

Congenital Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)

Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Migration du stent (28/565, 5 %) : due à un
Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Migration du stent (28/565, 5 %) : due à un
Cardiovascular Interventional Study Consortium (CCISC)  Migration du stent (28/565, 5 %) : due à un

Migration du stent (28/565, 5 %) : due à un ballon trop large (n=14), un ballon trop petit (n=9), une rupture de ballon (n=5)

13/28 redéploiement correct, 8 positionnés trop distalement ont eu une autre procédure, 6 pts ont eu des complications aortiques ou vasculaires

6 pts ont eu des complications aortiques ou vasculaires  Rupture de ballon (13/565): dont 9/13
6 pts ont eu des complications aortiques ou vasculaires  Rupture de ballon (13/565): dont 9/13

Rupture de ballon (13/565): dont 9/13 avec un stent Palmaz

6 pts ont eu des complications aortiques ou vasculaires  Rupture de ballon (13/565): dont 9/13

Responsable de migration de stent (n = 5) et un accident vasculaire I

Accident cérébrovasculaire: 4/565 (0.7 %)

Forbes. Catheter Cardiovasc Interv 2007;70:276

Stenting de coarctation: résultats

précoces et à moyen et long terme

CCISC, 302 pts, 34 centres, 2000-2009, âge moyen : 15 ans

CCISC, 302 pts, 34 centres, 2000-2009, âge moyen : 15 ans   Augmentation de Ø
CCISC, 302 pts, 34 centres, 2000-2009, âge moyen : 15 ans   Augmentation de Ø
CCISC, 302 pts, 34 centres, 2000-2009, âge moyen : 15 ans   Augmentation de Ø
CCISC, 302 pts, 34 centres, 2000-2009, âge moyen : 15 ans   Augmentation de Ø

Augmentation de Ø : 6.9 mm à 13.8 mm, réduction du DP :

Succès immédiat (DP< 20 mm Hg): 96%

26 à 2 mm Hg, Ratio CoA/Ao desc: 0.44 à 0.85 (p <

0.0001)

dernier suivi (> 18-60 mois)
dernier suivi (> 18-60 mois)

Diminution de lHTA (syst PAo>95 e centile: 77 % à 23 % et besoin tmt anti-HTA : 43 % à 32 %)(p<0.0001) au

Resténose : 20 % durant le suivi (>18-60 mois), et 12 % de la pop. ont eu une réintervention. Causes: hyperplasie

intimale, fracture de stent

Besoin dune imagerie de laorte durant le suivi (CT ++)

Holzer. Catheter Cardiovasc Interv 2010;76:553

Angioplastie (dilatation au ballon/stent) vs

chirurgie

Carr, Medline 1995-2005, 633 pts traités par angioplastie (22 ans) et 213 pts opérés (37 ans):

par angioplastie (22 ans) et 213 pts opérés (37 ans):  Morbidité: un peu plus élevée
par angioplastie (22 ans) et 213 pts opérés (37 ans):  Morbidité: un peu plus élevée
par angioplastie (22 ans) et 213 pts opérés (37 ans):  Morbidité: un peu plus élevée

Morbidité: un peu plus élevée pour la chirurgie (saignement,

paralysie réccurrentielle) (OR 1.3 vs stenting), et risque plus élevé

pour langioplastie seule (OR 2.4)

Resténose: 11 % après langioplastie et 2 % après la chirurgie

11 % après l ’ angioplastie et 2 % après la chirurgie (6.4 % des 819

(6.4 % des 819 pts-Mayo clinic)

et 2 % après la chirurgie (6.4 % des 819 pts-Mayo clinic)  Hu, méta-analyse (623
et 2 % après la chirurgie (6.4 % des 819 pts-Mayo clinic)  Hu, méta-analyse (623

Hu, méta-analyse (623 pts):

angioplastie au ballon réduit le risque de complication sévères

angioplastie au ballon augmente le risque dune re-coarctation à court terme et danévrysme

Carr. JACC 2006;47:1101

Hu. Ann Vasc Surg 2013

Suivi à long terme après chirurgie  1946-2005, 819 pts traités à la Mayo clinic,
Suivi à long terme après chirurgie  1946-2005, 819 pts traités à la Mayo clinic,
Suivi à long terme après chirurgie  1946-2005, 819 pts traités à la Mayo clinic,
Suivi à long terme après chirurgie  1946-2005, 819 pts traités à la Mayo clinic,

Suivi à long terme après chirurgie

Suivi à long terme après chirurgie  1946-2005, 819 pts traités à la Mayo clinic, mortalité

1946-2005, 819 pts traités à la Mayo clinic, mortalité précoce (2.4 %), suivi moyen 17 ans (jusquà 59 ans)

Taux de survie : 93.3%, 86.4 %, et 73.5 %

à 10, 20 et 30 ans

de survie : 93.3%, 86.4 %, et 73.5 % à 10, 20 et 30 ans 

Survie à long terme moindre chez les patient opérés à plus de 20 ans et avec une HTA préopératoire

Brown. JACC 2013;62:1020

à long terme moindre chez les patient opérés à plus de 20 ans et avec une

Problèmes lors du suivi après

Problèmes lors du suivi après correction d ’ une coarctation aortique  Persistance ou apparition d
Problèmes lors du suivi après correction d ’ une coarctation aortique  Persistance ou apparition d
Problèmes lors du suivi après correction d ’ une coarctation aortique  Persistance ou apparition d
Problèmes lors du suivi après correction d ’ une coarctation aortique  Persistance ou apparition d
Problèmes lors du suivi après correction d ’ une coarctation aortique  Persistance ou apparition d

correction dune coarctation aortique

Persistance ou apparition dune HTA au repos ou à leffort

Valve aortique (bicuspidie): sténose et/ou fuite

Distension/anévrysme de laorte ascendante et/ou de laorte descendante

Coronaropathie

Valve mitrale

Endocardite bactérienne ou endartérite (bicuspidie)

Rupture de laorte ou dun anévrysme cérébral

Grossesse

HTA  HTA est fréquente, même après une correction réussie chirurgicale/dilatation  Relation avec l

HTA

HTA  HTA est fréquente, même après une correction réussie chirurgicale/dilatation  Relation avec l ’
HTA  HTA est fréquente, même après une correction réussie chirurgicale/dilatation  Relation avec l ’
HTA  HTA est fréquente, même après une correction réussie chirurgicale/dilatation  Relation avec l ’
HTA  HTA est fréquente, même après une correction réussie chirurgicale/dilatation  Relation avec l ’

HTA est fréquente, même après une correction réussie chirurgicale/dilatation Relation avec lâge plus élevé à la réparation

 Relation avec l ’ âge plus élevé à la réparation  Besoin d ’ éliminer

Besoin déliminer une recoarctation (resténose) et/ou

persistance dune hypoplasie de laorte

Rôle de modifications structurales dans la paroi des

vaisseaux, sensibilité réduite des barorécepteurs,

altérations du SRA, concentrations accrues de (nor)epinephrine, coexistence avec une HTA

essentielle…

HTA  404 pts, traités par chirurgie, suivi jusqu ’ à 27 ans  25
HTA  404 pts, traités par chirurgie, suivi jusqu ’ à 27 ans  25
HTA  404 pts, traités par chirurgie, suivi jusqu ’ à 27 ans  25
HTA  404 pts, traités par chirurgie, suivi jusqu ’ à 27 ans  25

HTA

404 pts, traités par chirurgie, suivi jusquà 27 ans

404 pts, traités par chirurgie, suivi jusqu ’ à 27 ans  25 % des pts

25 % des pts prennent un tmt anti-HTA

un autre 23 % des pts ont une HTA en ambulatoire

un autre 10 % des pts ont HTA à + 2 DS à lexercice (23 %**)

43 % des pts ont une TA normale

Pts avec HTA (n=156): seuls 13 % ont un gradient bras-jambe > 20 mm Hg (resténose)

Dans le groupe de pts sans resténose, risque indépendant pour

lHTA est la présence de matériel prothétique (patch/tube), sexe masculin, un gradient résiduel, et lâge plus élevé lors du suivi

Hager. JTCS 2007;134:738 Correia. Rev Port Cardiol 2013**

Concept de vasculopathie (dysfonction

endothéliale dans le lit vasculaire en amont de la coarctation)

dans le lit vasculaire en amont de la coarctation)  Réponse anormale dans le segment pré-isthmique
dans le lit vasculaire en amont de la coarctation)  Réponse anormale dans le segment pré-isthmique
dans le lit vasculaire en amont de la coarctation)  Réponse anormale dans le segment pré-isthmique
dans le lit vasculaire en amont de la coarctation)  Réponse anormale dans le segment pré-isthmique
dans le lit vasculaire en amont de la coarctation)  Réponse anormale dans le segment pré-isthmique

Réponse anormale dans le segment pré-isthmique chez les pts sans HTA et avec une correction précoce*

Rigidité pariétale: augmentation du contenu en collagène secondaire à une synthèse accrue et diminution du turn- over, densité en élastine diminuée et diminution des cellules musculaires lisses dans la paroi aortique dans la partie supérieure du corps (rôle de lâge opératoire : < 4 mois †)

Même réponse anormale après stenting

mois †)  Même réponse anormale après stenting ‡ G a r d i n e

Gardiner. Circulation 1994;89:1745* De Divitiis. Circulation 2001;104:165Chen. Heart 2008;94919

HTA et vasculopathie  Artériopathie diffuse caractérisée par des modifications multiples dans la structure
HTA et vasculopathie  Artériopathie diffuse caractérisée par des modifications multiples dans la structure
HTA et vasculopathie  Artériopathie diffuse caractérisée par des modifications multiples dans la structure
HTA et vasculopathie  Artériopathie diffuse caractérisée par des modifications multiples dans la structure
HTA et vasculopathie  Artériopathie diffuse caractérisée par des modifications multiples dans la structure

HTA et vasculopathie

Artériopathie diffuse caractérisée par des modifications multiples

dans la structure vasculaire et dysfonction qui se manifeste par une

HTA, les lésions cardio-vasculaires précoces et la formation danévrysme

Mayo Clinic: 1946-2005, 819 pts, suivi moyen 17 ans (max 59 ans)

Décès survenant à un âge moyen de 38 ans

Causes: coronaropathie, mort subite, insuffisance cardiaque, AVC et rupture danévrysme

Relation entre la coarctation et les complication cardio-vasculaires tardives

Cohen. Circulation 1989;80:840

Brown. JACC 2013;62:1020

Bicuspidie aortique  216 pts, Boston: bicuspidie chez 67 % des pts  âge médian
Bicuspidie aortique  216 pts, Boston: bicuspidie chez 67 % des pts  âge médian
Bicuspidie aortique  216 pts, Boston: bicuspidie chez 67 % des pts  âge médian
Bicuspidie aortique  216 pts, Boston: bicuspidie chez 67 % des pts  âge médian
Bicuspidie aortique  216 pts, Boston: bicuspidie chez 67 % des pts  âge médian

Bicuspidie aortique

216 pts, Boston: bicuspidie chez 67 % des pts âge médian à la dernière évaluation : 28 ans

3.2 % ont une sténose modérée à sévère et 3,7 % une fuite modérée à sévère (5.6 % ont eu une chirurgie valvulaire)

vs 8.4 % Mayo clinic*

dilatation de la racine aortique ou de laorte ascendante chez 28 % (sévère à + 4 DS: 8 %) et 41.6 %

(sévère 13.7%) des pts, respectivement

dilatation de laorte due à la bicuspidie et lâge

Clair. Cong Heart Dis 2013 Brown. JACC 2013;62:1020*

Anévrysme de laorte ascendante et

de le région isthmique

Définitions multiples : 2-3 mm dyskinésie de 2-3 mm de la paroi aortique, expansion de plus de 10 % par rapport au

la paroi aortique, expansion de plus de 10 % par rapport au stent, dilatation de plus
la paroi aortique, expansion de plus de 10 % par rapport au stent, dilatation de plus
la paroi aortique, expansion de plus de 10 % par rapport au stent, dilatation de plus

stent, dilatation de plus de 150 % par rapport au segment adjacent, ou de 120-150 % de laorte au diaphragme

Anévrysme de laorte ascendante : bicuspidie+++,

 Anévrysme de l ’ aorte ascendante : bicuspidie+++, modifications de la paroi aortique, HTA 
 Anévrysme de l ’ aorte ascendante : bicuspidie+++, modifications de la paroi aortique, HTA 

modifications de la paroi aortique, HTA

: bicuspidie+++, modifications de la paroi aortique, HTA  Anévrysme au niveau de l ’ isthme:

Anévrysme au niveau de listhme: en post-opératoire (patch de Dacron patch), nécrose kystique de la média,

sur-dilatation, recrossing avec un guide ou un ballon,

migration de stent

Incidence: 5-9 % après chirurgie et 4-12 % après

angioplastie

Forbes. Catheter Cardiovasc Interv 2007;70:276 Holzer. Catheter Cardiovasc Interv 2010;76:553

Anévrysme de laorte ascendante et

de le région isthmique

de l ’ aorte ascendante et de le région isthmique  Anévrysme de l ’ aorte
de l ’ aorte ascendante et de le région isthmique  Anévrysme de l ’ aorte
de l ’ aorte ascendante et de le région isthmique  Anévrysme de l ’ aorte
de l ’ aorte ascendante et de le région isthmique  Anévrysme de l ’ aorte

Anévrysme de laorte ascendante :

bicuspidie valve, modifications de la paroi, HTA

Risques de complications de la racine aortique

ou de laorte ascendante (AAC) chez les pts

aortique ou de l ’ aorte ascendante (AAC) chez les pts avec bicuspidie avec ou sans
aortique ou de l ’ aorte ascendante (AAC) chez les pts avec bicuspidie avec ou sans

avec bicuspidie avec ou sans coarctation (aorte asc ≥ 55 mm, dissection, rupture or perforation)

(aorte asc ≥ 55 mm, dissection, rupture or perforation)  Quand bicuspidie, la coarctation est le

Quand bicuspidie, la coarctation est le seul facteur de risque de AAC (OR 4.7)

n = 341 pts avec bicuspidie, Madrid, médiane de

suivi de 7 ans, incidence dAAC (0.6 /100pt-an) était de 1.3/100 pt-année dans le groupe coarctation vs

0.2 /100 pt-année dans le groupe sans coarctation

(p=0.002)

Oliver. Am J Cardiol 2009;104:1001

Anévrysme de laorte ascendante et

de le région isthmique

de l ’ aorte ascendante et de le région isthmique  Multiple definitions: 2-3 mm dyskinesia
de l ’ aorte ascendante et de le région isthmique  Multiple definitions: 2-3 mm dyskinesia
de l ’ aorte ascendante et de le région isthmique  Multiple definitions: 2-3 mm dyskinesia

Multiple definitions: 2-3 mm dyskinesia of ao wall,

expansion > 10 % related to the stent, dilatation > 150 %

adjacent Ø, or 120-150 % diaphr aorta Ø

Aneurysm of ascending aorta: bicuspid valve+++, aortic

 Aneurysm of ascending aorta: bicuspid valve+++, aortic wall changes, arterial hypertension  Aneurysm in the
 Aneurysm of ascending aorta: bicuspid valve+++, aortic wall changes, arterial hypertension  Aneurysm in the
 Aneurysm of ascending aorta: bicuspid valve+++, aortic wall changes, arterial hypertension  Aneurysm in the

wall changes, arterial hypertension

Aneurysm in the isthmus: post-operative (Dacron patch), medial cystic necrosis, over-dilatation, recrossing with guidewire or balloon catheter, stent migration

Incidence: 5-9 % after surgery and 4-12 % after

angioplasty

Forbes. Catheter Cardiovasc Interv 2007;70:276 Holzer. Catheter Cardiovasc Interv 2010;76:553

Anévrysme de listhme ou de laorte descendante (utilisation de

stent couvert (doit être présent en salle de

cathétérisme)

couvert (doit être présent en salle de cathétérisme)  Stent couvert, autres utilisations:  aorte
couvert (doit être présent en salle de cathétérisme)  Stent couvert, autres utilisations:  aorte

Stent couvert, autres utilisations:

aorte tortueuse

âge élevé

autres utilisations:  aorte tortueuse  âge élevé  forme quasi-atrétique  CoA + PDA 
autres utilisations:  aorte tortueuse  âge élevé  forme quasi-atrétique  CoA + PDA 

forme quasi-atrétique

CoA + PDA

re CoA après patch de PTFE

fracture

CoA + PDA  re CoA après patch de PTFE  fracture Tanous. Int J Cardiol
CoA + PDA  re CoA après patch de PTFE  fracture Tanous. Int J Cardiol

Tanous. Int J Cardiol 2010;140:287 Sadiq. Catheter and Cardiovasc Interv 2013

Recoarctation et anévrysme, 30 ans après chirurgie

Recoarctation et anévrysme, 30 ans après chirurgie

Recoarctation et anévrysme, 30 ans après chirurgie
Recoarctation et anévrysme, 30 ans après chirurgie
Recoarctation et anévrysme, 30 ans après chirurgie
Chirurgie à 10 ans: tube Verisoft tube de 10 mm en latéro-aortique À 38 ans
Chirurgie à 10 ans: tube Verisoft tube de 10 mm en latéro-aortique À 38 ans
Chirurgie à 10 ans: tube Verisoft tube de 10 mm en latéro-aortique À 38 ans

Chirurgie à 10 ans: tube Verisoft tube de 10 mm en latéro-aortique À 38 ans : hémoptysie

Chirurgie à 10 ans: tube Verisoft tube de 10 mm en latéro-aortique À 38 ans :
mm, P 4014 => pas de récidive Scanner à 3 mois : Valiant Ø 38
mm, P 4014 => pas de récidive Scanner à 3 mois : Valiant Ø 38
mm, P 4014 => pas de récidive Scanner à 3 mois : Valiant Ø 38
mm, P 4014 => pas de récidive Scanner à 3 mois : Valiant Ø 38
mm, P 4014 => pas de récidive Scanner à 3 mois : Valiant Ø 38
mm, P 4014 => pas de récidive
mm, P 4014 => pas de récidive

Scanner à 3 mois : Valiant Ø 38 mm, longueur de 150 mm (Medtronic) + Palmaz Ø 25

Ø 38 mm, longueur de 150 mm (Medtronic) + Palmaz Ø 25 vue) Bristol, n =
vue)
vue)

Bristol, n = 17 pseudo-anévrysmes (70 % aortoplastie par patch et 41 % de perdus de

Pas de mortalité et tous ayant un remodelling correct de l’anévrysme
Pas de mortalité et tous ayant un remodelling correct de l’anévrysme
Khavandi. Heart 2013;99:1275
Khavandi. Heart 2013;99:1275
Grossesse  suivi multidisciplinaire durant la grossesse, le travail et la délivrance (3e trimestre et

Grossesse

Grossesse  suivi multidisciplinaire durant la grossesse, le travail et la délivrance (3e trimestre et dans
Grossesse  suivi multidisciplinaire durant la grossesse, le travail et la délivrance (3e trimestre et dans
Grossesse  suivi multidisciplinaire durant la grossesse, le travail et la délivrance (3e trimestre et dans
Grossesse  suivi multidisciplinaire durant la grossesse, le travail et la délivrance (3e trimestre et dans

suivi multidisciplinaire durant la grossesse, le

travail et la délivrance (3e trimestre et dans la période péri-partum)

femmes à haut risque : coarc non réparée,

HTA, coarctation résiduelle, ou anévrysme

décès maternel: dissection aortique ou rupture dun anévrysme aortique

récurrence du risque de coarctation: 2 %

besoin dune échocardiographie foetale

Protocole de suivie

Brompton, n = 84, recoarctation (26 %), anévrysme (14 %)

Brompton, n = 84, recoarctation (26 %), anévrysme (14 %)  Besoin d ’ une imagerie
Brompton, n = 84, recoarctation (26 %), anévrysme (14 %)  Besoin d ’ une imagerie
Brompton, n = 84, recoarctation (26 %), anévrysme (14 %)  Besoin d ’ une imagerie

Besoin dune imagerie de contrôle, contrôle de la TA, recherche dune HTA

Examen clinique + IRM considéré comme le meilleur coût-efficacité outil (sensibilité > 97 %) pour rechercher un anévrysme/recoarctation après correction (lalternative:

après correction (l ’ alternative: examen clinique + écho + IRM si réponse précédente
après correction (l ’ alternative: examen clinique + écho + IRM si réponse précédente
après correction (l ’ alternative: examen clinique + écho + IRM si réponse précédente

examen clinique + écho + IRM si réponse précédente

positive)

IRM et scanner (artéfacts avec lIRM)

Scanner 3 à 6 mois après le stenting si absence de pb

Répétition des examens selon les résultats

MAPA et test deffort : tous les 3 à 5 ans Therrien. JACC 2000;35:997

Protocole de suivi   Baseline Annual 2-5 yrs Situational Histoire médical et examen ✔ ✔
Protocole de suivi   Baseline Annual 2-5 yrs Situational Histoire médical et examen ✔ ✔

Protocole de suivi

Protocole de suivi   Baseline Annual 2-5 yrs Situational Histoire médical et examen ✔ ✔
Protocole de suivi   Baseline Annual 2-5 yrs Situational Histoire médical et examen ✔ ✔
Protocole de suivi   Baseline Annual 2-5 yrs Situational Histoire médical et examen ✔ ✔
 

Baseline

Annual

2-5 yrs

Situational

Histoire médical et examen

   

TA

 

ECG

   

Scanner ou IRM

 

Test deffort

   

Catheter

     

MAPA

   

Krieger. Heart 2010;96:1676

Conclusions  La coarctation aortique n ’ est pas une simple cardiopathie congénitale  Les

Conclusions

Conclusions  La coarctation aortique n ’ est pas une simple cardiopathie congénitale  Les patients
Conclusions  La coarctation aortique n ’ est pas une simple cardiopathie congénitale  Les patients

La coarctation aortique nest pas une simple

cardiopathie congénitale

Les patients sont traités mais jamais guéris

Concept de vasculopathie et risque tardif de

pathologie cardiovasculaire

Besoin dun suivi approprié dans des centres

spécialisés et de médecins au fait des complications

possibles