Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 4. Les livres comptables

Chapitre 4. Les livres comptables

Les livres comptables ont été identifiés par la loi relative au système comptable des entreprises comme étant :

- Le journal général ;

- Le grand livre ; - La balance.

1. Le journal général

1.1. Définition

L'enregistrement, des opérations directement dans les comptes présente trois inconvénients :

il est difficile à la lecture, d'un compte de reconstituer le fait économique car chaque compte est spécialisé et que le mouvement enregistré dans un compte ne constitue qu'une partie de la traduction du fait économique (puisque pour chaque opération deux comptes au minimum sont mouvementés) ; d'autre part, il est difficile de vérifier si le principe de la partie double a bien été respecté ; enfin, il est difficile de rechercher un à un les comptes afin de les mouvementer. C'est pourquoi on recourt à un autre procédé d'enregistrement comptable des opérations: le

livre journal ou le journal sur lequel sont enregistrées des écritures comptables relatives à toutes les opérations effectuées par l'entreprise. L'inscription préalable dans le journal permet de remédier en grande partie à ces inconvénients.

- Le journal mentionne pour chaque opération le compte débité à côté du compte crédité.

- L'inscription dans le journal permet de reconstituer rigoureusement l'ordre chronologique des opérations.

- Le respect de l'ordre chronologique ne permet pas au comptable d'intercaler une opération

supplémentaire entre deux écritures. Pour éviter toute fraude, le journal est tenu sans laisser de blancs. Le journal est un document sur lequel on enregistre chronologiquement sous formes d'écritures l'ensemble des comptes débités et crédités à l'occasion d'un fait économique en justifiant les mouvements, par un libellé complet et précis, l'écriture devant à chaque fois respecter le principe de la partie double. Selon le principe de la partie double chaque opération comptable donne lieu au minimum à une double inscription, l’une au débit d’un compte l’autre au crédit faisant de chacune d’elles une opération à double face présentant l’objet de l’enregistrement et sa contrepartie.

1.2. Forme du journal

Exemple 1:

L'entreprise «Matelec» désire enregistrer l'opération suivante :

- 12/05/2006, versement en espèces à son fournisseur 3 000 TND.

Le comptable doit débiter le compte « fournisseurs et comptes rattachés » de 3 000 TND et créditer « caisse »du même montant. Dans le journal, il présentera ces écritures de la manière suivante :

12/05/06

Fournisseurs et comptes rattachés

Caisse

Payement du fournisseur en espèces

3 000

3 000

Plus généralement, le journal général est présenté de la manière suivante :

 

Page …….

 

Report

…………

………….

   

D

 

A

 

C

F

 

B

 

E

G

Libellé

 

D

A

 

C

F

 

B

 

E

G

Libellé

 

D

A

 

C

F

 

B

 

E

G

Libellé

Avec :

A : N° du compte à débiter

B : N° du compte à créditer

C : Nom du compte à débiter

D : Date

E : Nom du compte à créditer

F : Montant débit

G : Montant crédit.

Remarque : Le libellé doit fournir l'explication de l'opération. (la nature du document, son

numéro d'ordre, et s'il y a lieu, l'échéance du paiement correspondant à l'opération) Exemple 2:

Soient les bilans des 3 entreprises A, B et C, et le bilan de la banque suivants :

 

Bilan de A au 01/01/2005

 

Actifs

Capitaux propres et passifs

Actifs non courants Matériels de transport Equipement de bureau Actifs courants

 

Capitaux propres

 

40

Capital social

110

10

Caisse

60

Total

110

Total

110

 

Bilan de B au 01/01/2005

 

Actifs

Capitaux propres et passifs

Actifs non courants Matériels de transport Actifs courants

 

Capitaux propres

 

50

Capital social

190

Stocks

40

Caisse

100

Total

190

Total

190

 

Bilan de C au 01/01/2005

 

Actifs

Capitaux propres et passifs

Actifs non courant Equipement de bureau Actifs courants

 

Capitaux propres

 

70

Capital social

100

Caisse

30

Total

100

Total

100

 

Bilan de la banque au 01/01/2005

 
 

Actifs

Capitaux propres et passifs

 

Actifs courants

 

Capitaux propres

 

Caisse

   

60

Capital social

1 000

Total

   

1 000

Total

1 000

Le 2.1- A vend à C à crédit 50% de son matériel de transport pour 20 md 1 . Le 3.1- A vend à B le reste de son matériel de transport pour 20 md. Le 4.1- A ouvre un compte à la banque et verse 10 md. Le 5.1- B ouvre un compte à la banque et verse 15 md. Le 6.1- C verse à A en espèces 6md. Le 7.1-B verse à A 7 md en espèces. Le 9.1- B retire 5 md de sa banque. Le 10.1- C vend à B 50% de son équipement de bureau pour 35 md à crédit. Le 11.1- C vend à B 50 % de son matériel de transport pour 10 md en espèces. Etablir le journal général de A.

 

Journal général de A

 
     

01/01

       

Matériels de transport Equipement de bureau Caisse

   

40

10

Capital social

60

 

110

Ouverture des comptes

   
 

02/01

 

Client C

Matériels de transport

20

 

20

Facture n°

 
 

03/01

 

Client B

Matériels de transport

20

 

20

Facture n°

 
 

04/01

 

Banque

Caisse

10

 

10

Chèque n°

 
 

06/01

 

Caisse

Client C

6

 

6

Facture n°

 
 

07/01

 

Caisse

Client B

7

 

7

Facture n°

 

Totaux à reporter

 

173

 

173

2. Le grand livre Le grand livre est le registre qui renferme tous les comptes de l'entreprise. Une fois, les

1 md : milliers de dinars.

enregistrements sont opérés au journal général, ils seront reproduits ou reportés sur le grand livre. Le total des mouvements du journal doit être égal au total des mouvements du grand livre.

3. La balance

3.1. Définition

La balance est un tableau dans lequel figurent les noms et les numéros des comptes, les totaux

des sommes enregistrées au débit et au crédit de ces comptes, leurs soldes débiteurs ou créditeurs. Elle constitue un moyen de contrôle. En effet, selon le principe de la partie double, l'inscription d'une somme au débit d'un compte entraîne l'inscription d'une somme égale au crédit d'un autre compte. D’où les égalités suivantes :

Le total des débits de tous les comptes doit être égal au total des crédits ;

Le total des soldes débiteurs est égal au total des soldes créditeurs ;

Le total du journal est égal aux totaux égaux des colonnes « débits » et « crédits » de la balance.

3.2. Forme de la balance

Comptes

Soldes d'ouverture

Mouvements de la période : totaux

Soldes de clôture

Intitulé

Débiteur

Créditeur

Débit

Crédit

Débiteur

Créditeur

totaux

XX

XX

YY

YY

ZZ

ZZ

Exemple 3:

Reprenons l'illustration précédente et établissons la balance de A.

 

Comptes

Mouvements de la période : totaux

Soldes de clôture

Intitulé

Débit

Crédit

Débiteur

Créditeur

 

Capital social Mat. de trans. Equi. de bureau Clients et comp. rat.

-

110

-

110

40

40

-

-

10

-

10

-

40

13

27

-

Banque

10

-

10

-

Caisse

73

10

63

-

 

totaux

173

173

110

110

4. Le chemin comptable

Le chemin comptable constitue le cheminement de l’information du fait économique à l’état

financier (Bilan, compte de résultat, annexe, tableau de financement).

Faits économiques

, annexe, tableau de financement). Faits économiques Journal Grand livre Balance Etats financiers Les pièces

Journal

annexe, tableau de financement). Faits économiques Journal Grand livre Balance Etats financiers Les pièces

Grand livre

de financement). Faits économiques Journal Grand livre Balance Etats financiers Les pièces justificatives servent

Balance

financement). Faits économiques Journal Grand livre Balance Etats financiers Les pièces justificatives servent de

Etats financiers

Les pièces justificatives servent de support à l'enregistrement chronologique dans le journal

Le report méthodique des mouvements dans les comptes Grand livre permet d'établir le grand livre

L'élaboration de la balance partir du grand livre se fait par le report des totaux des mouvements et des soldes

Elaboration périodique (au moins une fois par an)