Vous êtes sur la page 1sur 16

Chapitre 2 – Routage statique 1 / 16

2,0 Présentation du chapitre


2,01 Présentation du chapitre
- Objectifs :
• définir le rôle général d’un routeur dans les réseaux ;
• décrire les réseaux directement connectés et les différentes interfaces de
routeur ;
• examiner les réseaux directement connectés dans la table de routage et
utiliser le protocole CDP ;
• décrire les routes statiques avec interfaces de sortie ;
• décrire les routes de résumé et par défaut ;
• examiner la façon dont les paquets sont transmis en utilisant des routes
statiques ;
• identifier la façon de gérer et dépanner les routes statiques.

2,1,1 Rôle du routeur


- ordinateur spécialisé qui :
- détermine le meilleur chemin pour l'envoi des paquets et transfère ces
paquets vers leur destination;
- fondent ses décisions sur :
- les informations de couche 3 (adresse IP de destination),
- et la table de routage qui établit une correspondance entre
- l'IP de destination
- et l'interface de sortie
- encapsule les paquets dans la trame de liaison de données appropriée à
l'interface de sortie

2,1,2 Présentation de la topologie


- modèle généralement utilisé dans les exercices
- 3 routeurs R1, R2, R3 reliés à 3 réseaux
- connexion série pour R1(DCE)-R2 et R2(DCE)-R3

2,1,3 Examen des connexions du routeur


- Connecteurs série du routeur adaptable aux 5 normes de câblage :
- DB-60
- Smart Serial
- Connecteurs Ethernet RJ45 :
- broches 1, 2, 3 et 6 sont utilisées
- version « droit » :
- ordre identique à chaque extrémité du câble
- pour connexions switch - routeur
switch - PC
hub - PC
hub - serveur
- version « croisé » :
- liaison des broches 1 à 3 et 2 à 6
- pour connexions switch - switch
PC - PC
switch - hub
hub - hub
routeur - routeur
routeur - serveur
routeur - PC
- PT 213 : OK
Chapitre 2 – Routage statique 2 / 16

2,2 Révision de la configuration des routeurs


2,2,1 Examen des interfaces de routeur
- commandes disponibles :
- show interfaces
- show interfaces « nom de l'interface »
- show ip interfaces brief
- show running-config : renvoie la configuration actuelle
- administratively down : hors fonction ou désactivé
- line protocol is down : pas de réception d'un signal porteur

2,2,2 Configuration d'une interface Ethernet


- commande « no shutdown » renvoie « changed state to up »
- MAIS :
- l'interface ne sera réellement active qu'après réception d'un signal
porteur
(si connexion série, nécessité de définir une fréquence d'horloge)
- un interface = 1 réseau sinon message « address IP » overlaps with
« Port »
- pour éviter des messages non sollicités : commande « logging synchronous »
en mode config-line
- lecture de la table de routage: code « C » = réseau connecté directement

2,2,3 Vérification de l'interface Ethernet


- Les interfaces Ethernet participent au protocole ARP
- adresse MAC de l'interface s'obtient via la commande « show interfaces ... ../..
...
- un routeur peut émettre des requêtes ARP sur le réseau de l'interface et
enrichir son tableau ARP
- PT 223 : OK

2,2,4 Configuration d'une interface série


- processus similaire à 2,2,2
- MAIS :
- nécessité de définir une fréquence d'horloge via la commande « clock
rate » en mode configuration d'interface du côté du routeur DCE
- l'interface ne sera réellement active que si les deux extrémités sont
configurées

2,2,5 Examen des interfaces du routeur


- ETTD :
- équipement de traitement de données
- périphérique généralement connecté
- connecteur mâle
- DCE :
- équipement de communication de données
- fournisseur du signal d'horloge
- connecteur femelle
- Note: étiqueter les extrémités des câbles
- en cas de doute, possibilité de vérification : commande « show controllers
Chapitre 2 – Routage statique 3 / 16

serial ..... »
- fréquences disponibles : 1 200, 2 400, 9 600, 19 200, 38 400, 56 000, 64 000,
72 000, 125 000, 148 000, 500 000, 800 000, 1 000 000, 1 300 000, 2 000 000
et 4 000 000
- confirmation de la connexion avec les mêmes commandes citées en 2,2,1

2,3 Découverte des réseaux connectés directement


2,3,1 Vérification des modifications apportées à la table de routage
- via la commande « show ip route »
- via la commande « debug ip routing » / « undebug ip routing » ou « undebug
all »
(visualisation du code « RT » - à utiliser avec prudence car usage intensif des
ressources UC et mémoire)
- désactivation/suppression d'un réseau connecté directement via les
commandes:
- « shutdown » pour désactiver
- « no ip address » pour supprimer
- PT 231: OK

2,3,2 Périphériques sur des réseaux connectés directement


- le routeur recherche des routes en comparant (en réalisant une addition
logique avec ...)
- le préfixe réseau d'une adresse IP de destination
- les adresses réseau qu'il possède dans sa table de routage
- si correspondance, le paquet est encapsulé en trame
- PT 232 : OK

2,3,3 Protocole CDP (Cisco Discovery Protocol)


- Détection de réseaux avec le protocole DCP
- outil de contrôle propriétaire
- fonctionne au niveau de la couche 2 grâce aux envois d'annonces CDP
- utilise le concept général de « voisins »
- Voisins de couche 3 : partage du même espace d'adressage réseau
- Voisins (CDP) de couche 2 : partage
une même liaison de données (connexion physique directe)
- Fonctionnement du protocole CDP
- démarre par défaut sur les périphériques Cisco
- commandes pour activer en mode enable «show neighbors» et «show
neighbors detail»
- fournit : ID de périphériques, d'interface et de port voisin, liste
d'adresses, liste de capacités, plateforme
- PT 233 : OK : commandes : show cdp show cdp interface
« lodgment/port »
show cdp neighbors detail show cdp entry *

2,3,4 Utilisation du protocole pour la détection réseau


- révèle l'adresse IP du voisin CDP même si impossibilité de faire un ping
- présente un risque de sécurité
- commande pour désactiver le protocole sur une interface en mode config :
« no cdp enable »
Chapitre 2 – Routage statique 4 / 16

- commande activable pour un périphérique, pour un port


- commande pour désactiver le protocole en mode config : « no cdp run »
- PT 234

2,4 Routes statiques avec adresses de « tronçon suivant »


2,41 Objectif et syntaxe de la commande ip route
- Rappel : un routeur obtient des infos sur des réseaux distants à partir de
routes statiques configurées ou à partir d'un protocole de routage
dynamique
- réseau d'extrémité : réseau accessible par une seule route
- routeur d'extrémité : routeur d'entrée/sortie du réseau d'extrémité
- un routeur d'extrémité aura une route par défaut pour la connexion aux
réseaux distants
- les routes statiques sont réservées aux réseaux distants non connectés
directement au routeur
2,4,2 Configuration de routes statiques
- Commande pour configurer une route statique en mode config :
Router(config)#ip route network mask ip-address
ip route network Adresse réseau pour les hôtes ou réseaux
de destination.
mask Masque de sous-réseau pour les hôtes ou réseaux de
destination.
ip-address Adresse IP du tronçon suivant, à utiliser pour accéder à la
destination.

- Commande de sauvegarde de la nouvelle configuration dans NVRAM :


R1#copy running-config startup-config

2,4,3, Principes de table de routage et routes statiques

- Un routeur prend sa décision seul sur base des informations de sa table de


routage
- Un routeur ne connait que les informations de sa propre table de routage
- Les informations de routage concernant un chemin ne sont pas valides pour le
chemin inverse

2,4,4 Résolution vers une interface de sortie


- recherche récursive: processus (en plusieurs étapes, parfois) du routeur en
recherche d'une interface de sortie; exemple de recherche en deux étapes pour
sortir vers « 192,168,2. ... »
(extrait de table de routage) :
1° recherche : S 192.168.2.0/24 [1/0] via 172.16.2.2
2° recherche : C 172.16.2.0 is directly connected, Serial0/0/0
- si une interface de sortie est désactivée, toutes les routes associées sont
supprimées

2,5 Routes statiques dotées d'interfaces de sortie


2,5,1 Configuration d'une interface de sortie pour une route statique
Chapitre 2 – Routage statique 5 / 16

- possibilité d'associer directement une route statique à un interface de sortie


Router(config)#ip route network mask interface-type interface-number
- Description de la syntaxe :
network Adresse réseau pour les hôtes ou réseaux de
destination.
mask Masque de sous-réseau pour les hôtes ou réseaux de
destination.
ip-address Adresse IP du tronçon suivant à utiliser pour accéder à
la destination.
interface-type-
interface-number- Type d’interface de réseau et numéro de
l’interface.

- avantage : cette configuration réduit le nombre de recherches récursives pour


le routeur
- cette configuration reste une configuration de route statique même si elle
s'affiche comme connectée directement

2,5,2 Modification des routes statiques


- une route statique ne se modifie pas; elle se supprime pour ensuite être ré-
encodée

2,5,3 Vérification de la configuration d'une route statique


- les vérifications sont nécessaires en utilisant :
les commandes de visualisation de configuration
les commandes ping
- PT 253 : OK

2,5,4 Routes statiques dotées d'interfaces Ethernet


- ce type de configuration nécessite alors l'envoi d'une requête ARP afin
d'intégrer dans le tableau ARP l'adresse MAC du prochain interface Ethernet
- l'association de la route statique sur un réseau Ethernet est cependant
aléatoire car :
- sur une connexion série, il n'y a qu'un destinataire possible au bout de
la connexion
- sur une connexion Ethernet, le destinataire n'est pas connu même si
l'interface de sortie est connu (en fait, cela dé »pend des topologies, d'où le
caractère aléatoire de l'association)

- Commande alors disponible :


réseau masque du interface
adresse du
recherché réseau recherché de sortie tronçon
suivant
Router(config)#ip route network-address subnet-mask exit-interface ip-
address

et s'affichera dans la table de routage de la manière suivante :

S network-address/subnet-mask via ip-address exit-interface


Chapitre 2 – Routage statique 6 / 16

2,6 Routes statiques résumées et par défaut


2,6,1 Routes statiques résumées
- si volume d'une table de routage diminue --> le processus de recherche est
amélioré
1) réduction de nombres d'adresses statiques dans une adresse réseau
unique
- exemple : 10.0.0.0/16, 10.1.0.0/16, 10.2.0.0/16, 10.3.0.0/16 par
10.0.0.0/8
- exemple : 172.16.1.0/24, 172.16.2.0/24, 172.16.3.0/24 par
172.16.0.0/22
2) réduction des recherches récursives par adjonction dans la commande
« ip route » :
- d'une interface (en cas de connexion série ou Ethernet)
- de l'adresse de tronçon suivant (en cas de connexion Ethernet)
- La configuration d'un résumé de routage (summary route) se fait par :
- la suppression des routes statiques
- la création du résumé
- la vérification du nouveau routage

2,6,2 Route statique par défaut


- si deux routes sont valides pour le transfert d'un paquet, c'est la route qui
présente la correspondance la plus précise (la plus longue en nombre de bits)
qui sera choisie
- une route statique par défaut correspond à tous les paquets :
- exemple: connexion d'un routeur de périphérie ou d'extrémité (route à
« quatre zéros »)
- commande : Router(config)#ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 [exit-interface |
ip-address ]
- affichage dans la table de routage : S* 0.0.0.0/0 is directly
connected, ...... ../..
- PT 262 : OK

2,7 Gestion et dépannage de routes statiques


2,7,1 Routes statiques et transfert de paquets
- analyse comparée du transfert de paquets via des routes :
- connectées directement C
- statiques S
- statique par défaut S*

2,7,2 Dépannage d'une route manquante


- il existe diverses sources d'erreurs : interfaces désactivée, perte de connexion
chez un fournisseur, sursaturation d'une liaison, erreur de configuration, ...
- étapes de résolution :
ping
traceroute
show ip route
show ip interface brief
show cdp neighbors detail (sous protocole CDP)
Chapitre 2 – Routage statique 7 / 16

2,7,3 Résolution de la route manquante


- PT 273 : OK

2,8 Travaux pratiques de configuration d'une route statique


2,8,1 Configuration de base d'une route statique
- PT 281 : OK
MAIS:
- commande « no ip domain lookup » ???
- problème aux étapes 2 et 3 de la tâche 1
2,8,2 Configuration avancée d'une route statique
- PT 282 : A faire

2,8,3 Dépannage de routes statiques


- PT 283 : A faire

2,9 Résumé du chapitre


2,9,1 Résumé et révision
Dans ce chapitre, vous avez appris comment utiliser les routes statiques pour
atteindre des réseaux distants. Les réseaux distants sont des réseaux qui ne
sont accessibles qu’en transférant le paquet vers un autre routeur. Les routes
statiques peuvent être configurées facilement. Toutefois, pour les grands
réseaux, cette opération manuelle peut s’avérer fastidieuse. Comme nous le
verrons dans les chapitres ultérieurs, les routes statiques sont toujours
utilisées, même lorsqu’un protocole de routage dynamique est implémenté.
Les routes statiques peuvent être configurées avec une adresse IP de tronçon
suivant, communément l’adresse IP du routeur de tronçon suivant. En cas
d’utilisation d’une adresse IP de tronçon suivant, le processus de la table de
routage doit résoudre cette adresse vers une interface de sortie. Pour les
liaisons série point à point, il est généralement plus efficace de configurer une
interface de sortie sur la route statique. Sur les réseaux à accès multiple
comme Ethernet, une adresse IP de tronçon suivant et une interface de sortie
peuvent être configurées sur la route statique.
Les routes statiques ont une distance administrative par défaut de « 1 ». Cette
distance administrative s’applique également aux routes statiques configurées
avec une adresse de tronçon suivant ou avec une interface de sortie.
Une route statique n’est entrée dans la table de routage que si l’adresse IP de
tronçon suivant peut être résolue par le biais d’une interface de sortie. Que la
route statique soit configurée avec une adresse IP de tronçon suivant ou avec
une interface de sortie, si cette dernière (utilisée pour transférer le paquet)
n’est pas dans la table de routage, la route statique n’est pas incluse dans la
table de routage.
Souvent, plusieurs routes statiques peuvent être configurées comme un seul
résumé de routage. Ainsi, la table de routage contient moins d’entrées, ce qui
accélère le processus de recherche dans la table de routage. Le résumé de
routage ultime est une route par défaut, configurée avec une adresse réseau
0.0.0.0 et un masque de sous-réseau 0.0.0.0. En l’absence de correspondance
plus précise dans la table de routage, cette dernière utilise la route par défaut
pour transférer le paquet vers un autre routeur.
Chapitre 2 – Routage statique 8 / 16

Remarque : le processus de recherche de la table de routage est traité plus en


détail dans le chapitre 8, « Table de routage : examen détaillé ».
Chapitre 2 – Routage statique 9 / 16
Chapitre 2 – Routage statique 10 / 16
Chapitre 2 – Routage statique 11 / 16
Chapitre 2 – Routage statique 12 / 16
Chapitre 2 – Routage statique 13 / 16
Chapitre 2 – Routage statique 14 / 16
Chapitre 2 – Routage statique 15 / 16

PT 291 Exercice d'intégration A faire

Pour en savoir plus :

Routes statiques flottantes

Une route statique flottante est une route de sauvegarde d’une route qui est
soit dynamique, soit une autre route statique. La distance administrative par
défaut d’une route statique est « 1 ». Voyez si vous pouvez créer une route
statique utilisant une interface de sortie ou une adresse IP de tronçon suivant
différente qui ne serait ajoutée à la table de routage qu’en cas d’échec de la
route statique principale.

Conseils : n’oubliez pas que si le routeur dispose de deux routes vers le même
réseau de destination avec deux valeurs de distance administrative différentes,
il ajoute la route dont la distance administrative est la plus basse. Une route
statique est supprimée de la table de routage si l’interface de sortie ou
l’adresse IP de tronçon suivant n’est plus disponible.
Chapitre 2 – Routage statique 16 / 16

Route d’élimination

Une configuration courante sur de nombreux réseaux consiste à disposer d’une


route statique par défaut sur le routeur de périphérie qui transfère les paquets
à ISP. Le routeur ISP dispose ensuite d’une route statique pointée vers le réseau
du client.

Par exemple, le client A dispose de l’adresse réseau 172.16.0.0/16, divisée en


plusieurs sous-réseaux /24. Le routeur de périphérie du client A dispose d’une
route statique par défaut qui transfère le reste du trafic vers le routeur ISP :

ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 serial 0/0/0

Le routeur ISP dispose d’une route statique par défaut pour transférer le trafic
vers le réseau du client A :

ip route 172.16.0.0 255.255.0.0 serial 0/0/1

Un problème peut se produire lorsque des paquets sont émis par le réseau du
client A vers un sous-réseau qui n’existe pas. Le routeur de périphérie du client
A utilise alors sa route par défaut pour transférer ces paquets vers ISP. Le
routeur ISP reçoit ces paquets et les renvoie au routeur de périphérie du client
A parce qu’ils font partie du réseau 172.16.0.0/16. Le routeur de périphérie les
renvoie à ISP. Les paquets sont pris dans une boucle jusqu’à l’expiration de la
durée de vie du paquet.

Configurez une route statique sur le routeur de périphérie du client A pour


ignorer ces paquets au lieu de les transférer sur le routeur du fournisseur de
services Internet.

Lecture avancée du routage statique

Bien que les routes statiques puissent être aisément comprises et configurées,
dans certains cas, le traitement IOS des routes statiques peut se révéler très
complexe. Cela se vérifie notamment lorsque plusieurs routes statiques
configurées couvrent la même gamme de réseaux.

Le livre d’Alex Zinin, Cisco IP Routing (en anglais), couvre en détail le routage
statique et le traitement des routes statiques par l’IOS. Ce livre va bien au-delà
de la configuration et étudie le fonctionnement de l’IOS Cisco et de ses
processus de routage.