Vous êtes sur la page 1sur 27
NMIA Adil Date de création : 01.01.2005 Date de dépôt : 19.02.2005 Niveau : BAC

NMIA Adil

Date de création :

01.01.2005

Date de dépôt :

19.02.2005

Niveau :

BAC + 1

la mise a niveau de l'entreprise au maroc

Copyright © NMIA Adil Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of the license is included in the section entitled "GNU Free Documentation License".

sommaire

Introduction

2

Programme national de mise à niveau de l'entreprise

4

1- Mesures d'appui à l'environnement immédiat des entreprises :

4

2/ Le développement de service de soutien aux entreprises

5

3/ Mesure d'appui direct aux entreprises

5

CARTOGRAPHIE DES PRINCIPALES COOPERATIONS INTERNATIONALES

9

Programme MEDA

9

1)

OBJECTIF

9

2)

ACTE

9

3)

SYNTHÈSE

10

4) MESURES D'APPLICATION

12

1) Le diagnostic stratégique global

14

2) le plan de mise à niveau

15

Conclusions

:

17

Introduction

Dans un contexte international marqué par une forte avancée de la mondialisation, l'attractivité des investissements est devenu l'enjeu d'une réelle compétition à l'échelle international pour faire face à cette situation, et assurer son développement économique et social, notre pays a fait de la promotion des investissements le support stratégique de la politique de croissance économique et de promotion

de

l'emploi.

La

lettre royale du 9 janvier 2002 adressée par notre auguste souverain sa majesté le roi Mohamed

VI

que dieux l'assiste au Premier ministre, a constitué la manifestation suprême de la volonté de

faire de la politique de promotion des investissements une préoccupation prioritaire de notre pays.

Le Maroc a entrepris un important programme d'ouverture et de redressement des équilibres macro-

économiques, sur l'adaptation et la modernisation du dispositif législatif et réglementaire ainsi que

sur les réformes de structure pour l'amélioration de l'environnement économique. Vu que la

globalisation de l'économie mondiale, d'une part, et l'adhésion du Maroc à l'OMC et son

association, actuelle et future, à plusieurs groupements économiques régionaux (UE, AELE

ses partenaires sud- méditerranéens, d'autre part, offrent à l'économie marocaine d'indéniables

opportunités tout en constituant un nouveau chalenge.

) et à

A cet égard, le Maroc a signé plusieurs accord de libre échange avec l'accord du GAT et un des

groupements régionaux comme (UE, AELE

supposent le démantèlement de toutes les barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges des produits industriels. Compte tenu du fait que la meilleure façon de réussir l'intégration de notre économie à l'économie mondiale et de tirer meilleur profit des nouvelles données, suppose davantage d'ouverture et de compétitivité de l'économie marocaine. Les pouvoirs publics, en étroite concertation avec les opérateurs privés, ont initié, lors de ces dernières années, un programme cohérent de réforme. Celle ci, matérialisées par un ensemble de mesures, perpétue le principe de l'amélioration continue de l'environnement général des affaires et consacrent le secteur privé comme principale secteur de développement.

)

et pays partenaires (Tunisie, Egypte

),

qui

Ces mesures ont porté particulièrement, outre le parachèvement de la réponse du secteur financière

sur le cadre juridique des affaires. Elles se sont également, traduites par l'amorce de l'ouverture des services publics et d'infrastructure au privé. L'effort sera poursuivi et étendu à la réforme de l'administration, afin qu'elle joue pleinement sont rôle dans le développement socio-économique et qu'elle soie réellement au service des usagers, et notamment, de l'entreprise.

Un intérêt particulier sera accordé au développement des ressources humaines, qui constituent un

facteur déterminant dans la compétitivité de l'entreprise. Dans ce sens, il aura procédé à la réforme des systèmes d'éducation et de formation en vu d'une meilleure opération formation-besoin du marché et portant, contribuer à la promotion de l'emploi, principale priorité des pouvoirs publics.

La démarche participative des pouvoirs publics et du secteur privé a permis de mettre en place, de

manière concertée, un programme national de mise à niveau, global et pluriel, en ce sens qu'il porte à la fois sur l'appui directe aux entreprises et sur la mise à niveau et la modernisation de l'environnement général des affaires. Alors dans qu'il mesure ce programme permettre aux entreprises marocaines d'être compétitif et comment les coopérations qui sont accordées par le Maroc avec les payés développés pouvant mettre les entreprise marocaine à niveau.

L'économie marocaine a connu depuis plus de deux décennies d'importantes évolutions, caractérisées par une libéralisation accentuée visant l'intégration de nos marchandises à l'économie mondiale.

A cet égard le Maroc a signé plusieurs accords de libre échange avec des groupements régionaux

(Union européenne) et pays partenaires (Tunisie, Egypte

toutes les barrières tarifaires et non tarifaires aux échanges des produits.

)

qui supposent le démantèlement de

Le processus de l'ouverture progressive de l'économie marocaine devra traduire par une modification et un élargissement de l'environnement concurrentiel des entreprises industrielles, contraintes à déployer des efforts particuliers d'adaptation et de restructuration visant le maintien de leurs avantages compétitifs et leur positionnement sur de nouveau marchés.

La mise à niveau de l'entreprise consiste à renforcer les capacités de production et de hisser les entreprises au niveau de la concurrence internationale pour améliorer durablement leur compétitivité. A cette raison, le gouvernement marocain dépose un programme qui permet de hisser l'entreprise marocaine au niveau de la concurrence internationale.

Programme national de mise à niveau de l'entreprise

Le programme de mise à niveau comprend un ensemble des mesures complémentaires ou d'accompagnement à mettre en oeuvre aussi bien au niveau de l'entreprise qu'au niveau de l'environnement des affaires. Ainsi, le programme national de mise à niveau a pour objectif de soutenir la dynamique de restructuration, de compétitivité, d'intégration et de développement des entreprises. Il est à souligner que les pouvoirs publics ont initié lors des dernières années un ensemble des mesures au perpétuent le principe de l'amélioration continue de l'environnement général des affaires et qui ont porté particulièrement. Outre, le parachèvement de la réforme du secteur financier sur le cadre juridique et institutionnel des affaires et la réduction des coûts de facteurs. Elles se sont également traduites par l'amorce de l'ouverture des services publics et d'infrastructure au privé et la réforme du système d'éducation et de formation.

1- Mesures d'appui à l'environnement immédiat des entreprises :

D'abord, il est évident que la réussite du programme nationale de mise à niveau de l'entreprise demeure également, tributaire des nécessaire mobilisation d'important moyen techniques, humains et financiers, en égard aux délais impartis pour la concrétisation des différentes composantes retenues. C'est dans cet esprit qui a eu procédé à diversifier les sources de financement en mobilisant de manière anticipée des ressources budgétaires importantes combinées à celles prévues dans le cadre de la coopération internationale, ainsi bien bilatérale que multilatérale.

1-1 : Programme de renforcement de l'infrastructure d'accueil :

Ce programme consiste à la mise en place d'une infrastructure d'accueil industrielle moderne et adoptée à l'implantation. Voir à la délocalisation des projets industriels dès lors qu’indisponibilité d'une infrastructure de qualité et à des prix compétitifs constituait l'un des principaux handicapes à l'acte d'investir. Ainsi, un programme prioritaire d'aménagement de nouveaux sites industriels et de réhabilitation de zones existantes, d'un montant global de 315 millions de DH au titre du budget du département du commerce et de l'industrie a été arrêtée dans le cadre du plan de développement Economique et social 2000 – 2004, la réalisation de ces projets est menée dans le cadre d'une vision rénovée privilégiant le partenariat entre l'Administration et les opérateurs du secteur privé et favorisant le partage des responsabilités et la promotion de l'initiative privée. De même se faisant l'écho des besoins pressants en lots aménagés exprimés par les investisseurs tant nation aux qu'étrangers, le fonds Hassan II pour le développement Economique et social contribué à hauteur de 205 millions de dhs a la prise en charge de l'aménagement de nouvelles zones et a la réhabilitation des infrastructures d'accueil défaillantes, induisant ainsi une offre globale d'environ 335 Ha dont l'impact Socio-économique attendu se chiffre à plus 19 Milliards de DH d'investissement et plus de 71.000 nouveaux emplois

1-2 . Renforcement de l'infrastructure technologique

Ce programme, doté d'un montant global de prés de 300 millions de DH ,dont prés de la moitié prise en charge par le Maroc est en cours de mise en oeuvre a fin de permettre aux entreprises de répondre aux exigences internationales en matière de norme et de qualité et d'être à l'écoute des évolutions technologiques. Ainsi le Département du Commerce et de l'Industrie a contribué à la création, dans une première phase, de quatre centres techniques industriels, érigés en associations a but non lucratif et gérés par les professionnels des secteurs concernés.

Cependant, le démarrage effectif de ces centres a enregistré un léger retard dans la mise a la disposition de ces centres, des secteurs de plasturgie et du caoutchouc, du transport, du bois et de l'ameublement. De la chimie et de cuir, Par ailleurs, le Département du Commerce et de l'industrie oeuvre en étoile concentration avec le secteur privé, pour la mise en place d'institution responsable de la promotion de la qualité, de l'accréditation, de la normalisation, de la certification et la création de laboratoire d'étalonnage.

Les associations professionnelles seront appelées à jouir un rôle plus important dans la mise en application des différentes mesures du programme de mise à niveau. Ainsi, est-il impératif de les doter des moyens matériels et humains nécessaires. Dans ce cadre, les efforts seront focalisés sur :

Le renforcement des missions de représentation, de défense des intérêts et de concentration entre les adhérents de ces associations.

2/ Le développement de service de soutien aux entreprises

L’intervention en tant qu'interface, entre les entreprises et les opérateurs économiques concernés, Dans les domaines liés à la mise à niveau ( formation, qualité, normalisation, technologie, environnement. Pour leur part, les chambres professionnelles sont appelées à accompagner l'entreprise tant au long de son processus de mise à niveau. A cet effet, il importe qu'elles jouent pleinement leur rôle d'instrument de mobilisation, d'assistance et de promotion c'est dans ce sens que le statut de ces chambres a été récemment révisé pour leur permettre d'accomplir efficacement leur niveau. Ainsi ce programme de soutien aux associations professionnelles daté de 65 millions de DH.

Dont 30 pris en charge par l'union européenne en opérationnel depuis le début de cette année, qui sera marquée par le lancement d'opération pilotes en faveur de 4 associations professionnelles en tant qu'interface entre les entreprises et leurs différentiels interlocuteurs, en vue de relayer l'administration dans l'assistance, l'encadrement, la représentation et l'orientation des entreprises. En vue de pallier le retard pris dans la concrétisation de ce programme dans le cadre MEDA 1 des projets « inter maire » est en cours de mise en ouvre dans le cadre de la coopération technique maroco-allemande et dotés d'un budget de 30 millions DH, et qu'il a trait au renforcement de l'association marocaine des Industries textiles et de l'habilement, de la fédération des matériaux de construction et de l'association marocaine du conseil de l'ingénierie.

3/ Mesure d'appui direct aux entreprises

Le programme national de Mise à niveau de l'entreprise consacre également un grand intérêt à l'appui direct aux entreprises, en tant que contribution à la réalisation des investissements matériels concernant, une amélioration de leur compétitivité et à la réalisation des investissements immatériels souvent perçus comme des investissements «non patrimoniaux»

3 -1- Mécanisme de financement des investissements de mise à niveau :

En égard à l'importance de l'effet financier requis pour la modernisation de l'outil productif qui ne peut pas être couvert uniquement par les ressources propres des entreprises principalement les PME /PMI. Impactées par le démantèlement tarifaire, un mécanisme de financement a été mis en

place dans le cadre du programme Nationale de Mise à niveau.

3-1-1- Fonds de garantie.

En vue de faciliter l'accessibilité aux financements bancaire, il a eu procédé en anticipant sur les fonds MEDA prévus dans ce cadre, à la mise en place d'un fond de garantie pour la mise à niveau (FOGAM), daté de 100 millions de DH dans le cadre du soutien des pouvoirs publics aux entreprises dans leur effort de mobilisation de fonds pour leur mise a niveau, cette initiative est aujourd'hui consolidée par une ligne de garantie des investissements de mise a niveau mobilisé auprès de l'agence française de Développement pour un montant globale de 200 millions de FF, ces fonds constituent un important effet de levier en ce sens que l'investissement global de mise a niveau inédit par ce mécanisme est estimé après de 5 milliards de DH environ, ce dispositif de garantie sera un incessamment renforcé, au cours, de l'année 2002 par la contribution de l'UE de 30 millions d'Euro

3-1-2- Capital – risque

Dans le but de contribuer aux renforcement des ressources propres des entreprises, engagées dans le processus de mise a niveau et de supplier l'insuffisance de leur capacité d'autofinancement, une ligne de financement en capital – risque de 450 MDH a été mobilisés dans le cadre de programme MEDA, aux quels s'ajoutent des ressources similaires du secteur financier, l'effet de levier attendu de ce mécanisme est fort prometteur dans la mesure où l'investissement global de mise a niveau facilité par ce mécanisme se situerait aux alentours de 7 milliards de DH

3-1-3- Crédit bancaire spécifique à la mise à niveau :

il convient de rappeler à cet égard, l'engagement de système bancaire exprimé à l'occasion de la déclaration de mise à niveau, a soutenu l'entreprise dans son processus de restructuration compétitive en mettant en place des lignes de crédit spécifique à la mise à niveau. De même, plusieurs lignes de crédits concessionnels sont dédiées à la mise à niveau, il s'agit notamment de la ligne française PME/PMI la ligne espagnole PME/PMI, la ligne italienne pour le partenariat. Par ailleurs, la mise en place du fonds de Dépollution industrielle est à même de revoler aux opérateurs concernés la rentabilité des mesures proventives et volontaires de dépollution et d'utilisation des Technologies propres.

4/ Assistance technique aux entreprises

Pour permettre aux entreprises de réaliser les diagnostics stratégiques et la mise en oeuvre des plans d'affaires, le centre Euro Maroc Entreprise, doté de 220 MDH, qui a, certes, connu des difficultés de démarrage, est désormais doté d'un mode opératoire souple et adapté aux besoins des entreprises et a même de prendre en charge partiellement les frais y afférent. En outre, dans le cadre de son plan opérationnel. Euro Maroc Entreprise a déjà identifié un ensemble d'actions groupées de mise à niveau des entreprises avec notamment l'AMITH, L'AMICA, la FIMME, l'AZIT au titre de la période 2002-2004. Parallèlement, plusieurs projets de coopération, sont mis en oeuvre pour répondre aux besoins des entreprises en matière d'assistance technique, A ce titre, il y'a lieu de citer particulièrement :

Le projet de coopération marocco-allemande, qui permet l'accompagnement des PME dans leur démarche de mise à niveau dans les secteurs du textile-habillement et des matériaux de construction. Le projet de la coopération avec l'ONUDI, qui a contribué à appuyer la mise à niveau et

l'amélioration de la compétitivité de certaines entreprises agroalimentaire. Le projet de la coopération maroco-suédoise, qui a permis de lancer un programme de promotion et de développement de système de gestion de la maintenance industrielle au sein des entreprises. En autre, Un programme d'accompagnement de plus de 200 entreprises à la démarche d'assurance qualité voir leur assistance jusqu'à la certification des entreprises a été en 2002.

5/ Développement des ressources humaines

En égard à l'intérêt porté à la mise à niveau des ressources humaines au Maroc, un programme de développement de la formation continue a été mis en oeuvre en vue de mettre à niveau le système de la formation professionnelle et de répondre aux besoins en formation continue des entreprises, il s'agit particulièrement de :

La création des groupements interprofessionnels d'assistance et de conseil (GIAC), qui prodiguent une assistance technique et financière aux entreprises pour l'identification et l'expression de leurs besoins en compétences, et la mise en place des Contrats Spéciaux de Formation comme outils de mise en oeuvre et de financement des plans et actions de formation des entreprises. Ce dispositifs s'est renforcé, au titre du programme MEDA 1 par la mise en oeuvre d'un projet, d'un montant global de 380 DH, destiné à appuyer principalement la mise à niveau du système de la formation professionnelles. De même, l'union Européenne vient d'accorder 500 MDH au titre du programme MEDA II, en vue de soutenir le développement qualitatif en compétences dans les secteurs du Textile, du Tourisme et des nouvelles technologies d'information, de manière à contribuer au développement de ces secteurs et à drainer de nouveaux investissements.

6/ Fonds Hassan II par l'appui direct aux entreprises

Dans le cadre de la mise en oeuvre du fond Hassan II par le Développement Economique et Social, une enveloppe budgétaire globale de près de 600 MDM est allouée au soutien du développement des secteurs à fort potentiel du développement et d'exportation, par la mise en charge partielle du coût du terrains et bâtiments industriels. Le choix des branches industrielles bénéficiaires procède d'une vision stratégique basée sur la valorisation des potentialités des secteurs du textile-habillement, de l'électronique, de la transformation du cuir et de la sous-traitance automobile. Il s'agit de répondre, à titre d'illustration, a l'intégration totale de la filière du secteur textile- habillement pour améliorer sa compétitivité et à la densification du tissu des équipements, en vue de prérentrée l'activité du montage automobile au Maroc.

7/ Crédits a la mise a niveau

Le système bancaire marocain s'est engagé à soutenir l'entreprise dans son processus de restructuration compétitive en mettant à sa disposition un financement spécifique aux opérations de la mise à niveau

conditions d'éligibilité

1.avoir un total avant investissement n'excédant pas 40.000.000 dh et un programme de mise à niveau dans la limite de 20.000.000dh 2.présenter un diagnostic et un plan d'affaires Quantum de financement: le crédit à la mise à niveau peut financer jusqu'à 70%du projet

Durée du crédit :5 à 12 ans avec un différé d'amortissement de trois ans au maximum,

Taux d'intérêt des crédits : taux de base bancaire (TBB) en vigueur le plus bas, à, la date de

signature du contrat .

Déblocage des crédits : concurremment et proportionnellement aux engagements des fonds propres et fonds quasi-propres.

CARTOGRAPHIE DES PRINCIPALES COOPERATIONS INTERNATIONALES

Plusieurs projets de coopérations bilatérales et multilatérales sont mis en oeuvre par ce département pour appuyer le processus de mise à niveau , dont notamment :

Le programme MEDA, qui est un instrument financier de partenariat Euro Méditerranéen pour l'appui à la transition économique des pays Sud Méditerranéens , et qui contribue à financier un programme d'appui au secteur privé marocain. Le projet de coopération Maroc-Français ,qui a contribué à l'appui à la création des centres techniques industriels.

Le projet de coopération Maroc-Allemande «TAAHIL AL MOKAWALAT» qui vise ,en plus

du renforcement de la cellule de mise à niveau au sein du Ministère , à concrétiser des actions de restructuration des entreprises par le biais , de l'Association marocaine des Industries Textiles et de l'Habillement , de la Fédération des Matériaux de Construction et de l'Association marocaine du Conseil et d'Ingénierie.

Le projet de la coopération Maroco-Suédois ,qui a permis de lancer un programme de

promotion et de développement de système de gestion de la maintenance industrielle au sein des entreprises.

Le projet de la coopération Maroco-Suisse , qui a permis de mettre en place le Centre

National de Production Propre. Le projet de coopération avec l'ONUDI , qui a contribué à appuyer la mise a niveau et l'amélioration de la compétitivité de certaines entreprises agroalimentaires.

Programme MEDA

1) OBJECTIF

Mettre en œuvre les mesures de coopération destinées à aider les pays tiers méditerranéens à procéder à des réformes de leurs structures économiques et sociales et à atténuer les effets du développement économique sur le plan social et environnemental.

2) ACTE

Règlement (CE) n° 1488/96 du Conseil du 23 juillet 1996 relatif à des mesures d'accompagnement financières et techniques (Meda) à la réforme des structures économiques et sociales dans le cadre du partenariat euro- méditerranéen [Journal officiel L 189 du 30.07.1996]. Modifié par les actes suivants :

Règlement (CE) n° 780/98 du Conseil, du 7 avril 1998 [Journal officiel L 113 du 15.04.1998] Règlement (CE) n° 2698/2000 du Conseil, du 27 novembre 2000 [Journal officiel L 311 du

12.12.2000].

3) SYNTHÈSE

Le règlement MEDA constitue le principal instrument de la coopération économique et financière du partenariat euro- méditerranéen. Il permet à l'Union européenne (UE) d'apporter une aide financière et technique aux pays du sud de la Méditerranée. Il s'agit des pays suivants : Algérie, Chypre, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie et Turquie. Le programme MEDA se substitue aux différents protocoles financiers bilatéraux existants avec les pays du bassin méditerranéen. Il s'inspire des programmes PHARE et TACIS, notamment en matière de transparence et d'information. Une ligne budgétaire est instituée pour assurer le financement de ce programme. Les interventions du programme MEDA visent à réaliser les objectifs du partenariat euro- méditerranéen dans ses trois volets :

le renforcement de la stabilité politique et de la démocratie; la mise en place d'une zone de libre-échange euro- méditerranéenne et le développement de la coopération économique et sociale; la prise en compte de la dimension humaine et culturelle. Actions soutenues Le programme MEDA soutient la transition économique des pays tiers méditerranéens (PTM) et la réalisation d'une zone euro-méditerranéenne de libre-échange en appuyant les réformes économiques et sociales pour la modernisation des entreprises et le développement du secteur privé en mettant tout particulièrement l'accent sur :

l'appui aux petites et moyennes entreprises (PME) et la création d'emplois ; l'ouverture des marchés ; l'encouragement des investissements privés, de la coopération industrielle et des échanges commerciaux entre les différents partenaires ; la mise à niveau des infrastructures économiques, y compris les systèmes financiers et fiscaux ; la consolidation des grands équilibres financiers et la création d'un environnement économique propice à l'accélération de la croissance (soutien à l'ajustement structurel). Le programme MEDA soutient également un développement socio-économique durable notamment à travers:

la participation de la société civile et des populations à la conception et à la mise en oeuvre du développement ; l'amélioration des services sociaux (éducation, santé, habitat social, eau,

le développement harmonieux et intégré du monde rural comprenant le développement agricole ; le renforcement de la démocratie, des droits de l'homme et de l'État de droit ; la protection et l'amélioration de l'environnement ; la mise à niveau des infrastructures économiques notamment dans les secteurs du transport, de l'énergie et de la société de l'information ; la promotion des échanges de jeunes et de la coopération culturelle ; le développement des ressources humaines (formation professionnelle, amélioration de la recherche scientifique et technologique). Par ailleurs, MEDA soutient la coopération régionale, sous-régionale et transfrontalière notamment par :

la mise en place et le développement des structures de coopérations régionales entre les PTM et entre ces pays, l'UE et ses États membres ; la mise en place des infrastructures nécessaires aux échanges régionaux dans les domaines des transports, des communications et de l'énergie ; les échanges entre les sociétés civiles de la Communauté et des PTM dans le cadre de la coopération décentralisée à travers la mise en réseau des acteurs de la société civile (universités, collectivités locales, associations, syndicats, médias, entreprises, organisations non gouvernementales, etc.).

Le présent règlement insiste sur la nécessité de prendre en compte dans la programmation et la

) ;

mise en œuvre de la coopération la question de l'égalité des sexes et la promotion du rôle de la femme dans la vie économique et sociale. Les activités financées au titre de ce règlement doivent également prendre en considération les aspects environnementaux. Selon le règlement MEDA, le respect de la démocratie, de l'État de droit, des droits de l'homme et des libertés fondamentales constitue un élément essentiel du partenariat dont la violation justifie l'adoption de mesures appropriées. Ces mesures peuvent être adoptées par le Conseil statuant à la majorité qualifiée sur proposition de la Commission. Afin d'atteindre ses objectifs, le programme MEDA s'est doté de 5 350 millions d'euros pour la période 2000-2006. Les actions financées dans le cadre de MEDA peuvent prendre la forme d'assistance technique, de formation, de développement des institutions, d'information, de séminaires, d'études, de projets d'investissement ainsi que d'actions visant à mettre en évidence le caractère communautaire de l'aide. Les financements de MEDA prennent notamment la forme :

d'aides non remboursables gérées par la Commission européenne et utilisées pour financer ou cofinancer des activités, projet ou programmes contribuant aux objectifs du programme MEDA ; de capitaux à risque accordés et gérés par la Banque européenne d'investissement (BEI) pour renforcer le secteur privé notamment le secteur financier ; de bonifications d'intérêt pour les prêts de la BEI dans le cadre de la coopération dans le domaine de l'environnement, le taux de bonification unau taire dans les secteurs productifs est combiné avec des ressources propres du bénéficiaire. La somme attribuée par l'UE ne devrait pas dépasser 80 % du coût total de l'investissement. Les financements communautaires peuvent également prendre la forme de cofinancements avec d'autres organismes. Peuvent bénéficier des financements du programme MEDA en plus des États et des régions, les autorités locales, les organisations régionales, les organismes publics, les communautés locales, les organisations de soutien aux entreprises, les opérateurs privés, les coopératives, les sociétés mutuelles, les associations, les fondations, les organisations non gouvernementales des pays de l'UE et des PTM.

Programmation

La Commission joue un rôle important dans la coordination effective des efforts d'assistance consentis par la Communauté, y compris la BEI, et par chaque État membre afin de renforcer la cohérence et la complémentarité de leurs programmes de coopération. Elle encourage également la coordination et la coopération avec les institutions financières internationales et les autres donateurs. La sélection des mesures financées par le programme MEDA tient compte des priorités des bénéficiaires, de l'évolution de leurs besoins, de leur capacité d'absorption et des progrès accomplis dans la réforme structurelle. Les dispositions des accords de coopération ou d'association conclus sont également pris en considération. Des documents de stratégie couvrant la période 2000-2006 sont établis aux niveaux nationaux et régionaux, en liaison avec la BEI. Ces documents de stratégie ont pour objet de définir les objectifs de la coopération à long terme et de déterminer des domaines prioritaires d'intervention. Dans un deuxième temps, des programmes indicatifs nationaux (PIN) et des programmes indicatifs régionaux (PIR) couvrant une période de trois ans sont établis sur la base des documents de stratégie et agréés entre l'UE et chaque PTM. Ces programmes définissent les principaux objectifs, les lignes directrices et les secteurs prioritaires de l'appui communautaire ainsi que les éléments d'évaluation de ces programmes. Ils comportent des montants indicatifs et indiquent les critères de la dotation du programme concerné. Ces programmes peuvent être mis à jour chaque année et être adaptés aux évolutions de chaque pays partenaire. Enfin, des plans de financement sont établis annuellement sur la base des programmes indicatifs au niveau national et régional en liaison avec la BEI. Ils contiennent une liste des projets à financer.

Procédures

Les documents stratégiques, les programmes indicatifs et les plans de financement sont adoptés par la Commission, selon la procédure de gestion, après consultation du comité MED composé des représentants des États membres et présidé par le représentant de la Commission. Par ailleurs, et dans un souci d'efficacité, les décisions de financement dont le montant ne dépasse pas les deux millions d'euros sont prises individuellement par la Commission qui informe le comité MED dans les meilleurs délais. Les décisions concernant les bonifications d'intérêts sont prises par la Commission. Elle en informe la BEI. Cette dernière décide de l'octroi des capitaux à risque après avis positif d'un comité composé des représentants des États membres et en informe la Commission. Les actions et programmes financés par MEDA font l'objet de marchés attribués par appels d'offres ouverts sans discrimination à toutes les personnes physiques et morales des États membres de l'UE et des PTM. La Commission assure le respect des conditions de transparence et de concurrence effective dans l'attribution de ces marchés et veille à la diffusion la plus large possible d'informations les concernant via le Journal officiel des Communautés européennes et Internet. Les marchés sont attribués conformément aux dispositions pertinentes du règlement financier de la CE en tenant compte des principes de bonne gestion financière, d'économie et de rapport coût- efficacité.

Suivi et évaluation

En plus d'un rapport d'évaluation globale et d'une évaluation à mi-parcours, la Commission, en collaboration avec la BEI, soumet un rapport annuel au Parlement européen et au Conseil présentant le bilan des actions financées au cours de l'exercice et une évaluation des résultats obtenus dans le cadre des documents de stratégie. Désormais, cette évaluation apparaît dans le cadre du rapport annuel de la Commission sur la politique du développement de la CE et la mise en œuvre de l'aide extérieure ( rapport 2001 )

Avant le 31 décembre 2005, la Commission doit soumettre au Conseil un rapport d'évaluation assorti de propositions concernant l'avenir du programme MEDA en vue de son réexamen par le Conseil.

Acte

Date d'entrée en vigueur

Date limite de transposition dans les états membres

Règlement (CE) n° 1488/1996

02/08/96

-

Règlement (CE) n°

780/1998

18/04/98

-

Règlement (CE) n° 2698/2000

15/12/00

-

4) MESURES D'APPLICATION

5) TRAVAUX ULTÉRIEURS

EXEMPLE DU PROJET DE COOPERATION MAROCO-ALLEMANDE:

Lors des négociations intergouvernementales Maroco-Allemandes tenues au mois de juin 1999, un projet de coopération relatif à la promotion de la compétitivité internationale de l'économie marocaine a été établi.

Cette initiative s'inscrit dans la stratégie du Gouvernement marocain visant la mise à niveau du secteur industriel à même de renforcer la compétitivité des entreprises marocaines et de faciliter leur intégration dans la future zone de libre échange , établi dans le cadre de l'accord d'Association

Maroc-Union européenne.

L'approche adoptée dans le cadre du projet susmentionné «TAAHIL AL MOKAWALAT»vise à appuyer certains secteurs à travers ,notamment de leurs Fédérations et Associations Professionnelles, perçues comme étant des relais institutionnels pour la restructuration compétitive des entreprises.

Les Associations Professionnelles tant qu'organisme d'appui sont appelées à jouer un rôle plus dynamique dans le cadre de la mise à niveau du secteur industriel , en contribuant d'une manière plus active à la croissance de leur secteur à travers , notamment , le développement de services au profit des entreprises à même de renforcer les facteurs clés de leur compétitivité.

Dans une première phase , ce projet, qui est opérationnel , vise , en plus de renforcement de la cellule de mise à niveau au sein du Ministère , à concrétiser des actions de mise à niveau des entreprises du secteur du Textiles et de l'Habillement (AMITH° et de la Fédération des Matériaux de construction (FMC).

A ce titre , les activités qui seront développées dans le cadre de ce projet sont répertoriées dans un plan d'opération et qui s'articulent, à titre d'illustration, autour des axes suivants :

Préparation des PME à la Mise à Niveau. Développement au profit des industriels des systèmes d'information sur les marchés. Les développements technologiques, les foires et expositions, les fournisseurs de matières premières et d'équipement, etc., Contribution à une meilleure utilisation des possibilités d'Internet des NTIC? Formation des responsables d'entreprises sur la démarche mise à niveau. Promotion de la productivité et de la qualité. Contribution à la prise en compte des facteurs environnementaux

Les résultats escomptés du projet sont:

1.La cellule de mise à niveau au sein de ce Ministère est opérationnelle 2.L'AMITH fournit des prestations de service de mise à niveau pour ses membres. 3.La fédération des Matériaux de construction fournit des prestations de service de mise à niveau pour ses membres. 4.Des consultants marocains sont mieux qualifiés pour leurs prestations de mise à niveau. 5.Un centre de prestations de service de mise à niveau est fonctionnel à Casablanca.

PROGRAMME INTEGRE D'ASSISTANCE DE L'ONUDI EN MATIERE DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU

Dans le cadre de la libéralisation ,d'ajustement et de relance de l'économie , la restructuration et la mise à niveau de l'industrie sont devenues pour la plupart des pays en développement et des pays à économie en transition des programmes prioritaires visant à promouvoir et à développer un secteur industriel compétitif doté de capacités et de compétences institutionnelles et humaines.

Pour répondre aux nombreuses requêtes provenant de ces pays , l'ONUDI a mis en

oeuvre au cours des dernières années une approche globale compréhensive et multidisciplinaire intégrant l'entreprise industrielle et son environnement.

L'approche retenue prend en considération aussi bien l'expérience acquise par l'ONUDI lors de l'exécution de plusieurs projets de restructuration industrielle au cours des dernières années ainsi que les quelques expériences d'ajustement et de restructuration industrielle réussies (Chili, Mexique, Portugal, République de Corée, Turquie). Les enseignements qui se dégagent de ces expériences portent principalement sur l'importance des mesures de sauvegarde et d'accompagnement arrêtées en étroite concertation avec les opérateurs directement concernés et réalisées avant et durant la mise en oeuvre du programme d'ajustement et de restructuration industrielle . Le choix stratégique de libéralisation, voulu et mis en place dans ces pays, n'était pas celui d'une libéralisation «sauvage» mais progressive, mesurée et accompagnée pendant une période transitoire par un programme d'appui et d'aides appropriées aux principales industries.

APPROCHE DU DIAGNOSTIC STRATEGIQUE GLOBAL ET DE PLAN DE MISE A NIVEAU

Le programme de Mise à Niveau concerne l'entreprise industrielle disposant d'un potentiel de croissance et d'un marché porteur. Toute entreprise désirant bénéficier du Programme de Mise à Niveau doit toutefois faire l'objet d'un diagnostic préalable de toutes ses fonctions pour la définition d'orientations stratégiques et l'établissement d'un plan de mise à niveau en coordination avec la banque de l'entreprise.

1) Le diagnostic stratégique global

Ce diagnostic a pour objet d'améliorer les performances de l'entreprise et de redéfinir son positionnement stratégique pour la mettre au niveau de la concurrence internationale. Sa pertinence est bien entendu subordonnée à une collaboration très étroite entre le bureau d'études / consultants qui en est chargé et les dirigeants et cadres de l'entreprise .

Le diagnostic doit couvrir toutes les fonctions de l'entreprise en tenant compte de contexte international et des mutations en cours afin de déceler ses forces et ses faiblesses pour la définition d'orientations stratégiques et l'établissement d'un plan de mise à niveau.

Le diagnostic stratégique porte sur :

une analyse de l'environnement législatif et réglementaire dans lequel opère l'entreprise:

un diagnostic des produits-marchés et du positionnement stratégique de l'entreprise dans une perspective de 5-10 ans portant sur :

une analyse de la politique commerciale suivie par l'entreprise au niveau stratégie, objectifs à court et moyen terme, moyens, marché et position concurrentielle (par rapport aux pays concurrentiels); Une analyse des composantes du marketing important sur la gamme des produits fabriqués, la qualité, l'emballage, les prix, la publicité et la distribution. - un diagnostic technique et technologique et des systèmes de gestion de la qualité portant sur les principales fonctions techniques, de gestion et qualité couvrant :

Les techniques de production; L’appréciation des moyens de production et de la technologie adoptée; L’appréciation de la qualité (contrôle, normalisation); L’identification des besoins éventuels technologiques et industriels pour l'adaptation de l'offre à la demande des marchés cibles; L’analyse des conditions d'hygiène et des aspects relatifs au plan sanitaire. - une analyse financière des états financiers certifiés de l'entreprise et portant sur :

L’analyse des bilans des trois derniers exercices; L’analyse des résultats de gestion; L’analyse analytique des produits; La détermination des besoins financiers à court et moyen terme; - un diagnostic des compétences managériales de l'entreprise portant sur :

évaluation des compétences managériales; Evaluation de la structure et de la gestion des ressources humaines; Evaluation des systèmes et des circuits d'information.

2) le plan de mise à niveau

Le diagnostic stratégique global doit donc permettre d'analyser la situation de l'entreprise dans une perspective globale à travers la revue de ses différentes fonctions et de son organisation. Il doit déboucher sur des propositions d'amélioration regroupées dans un plan de mise à niveau de l'entreprise.

Le choix de stratégie de mise à niveau et la formulation d'un plan de mise à niveau doivent se faire en concentration avec les principaux partenaires et les banquiers de l'entreprise.

Le Plan de Mise à Niveau doit comporter des actions homogènes et cohérentes, une évaluation des coûts et un calendrier de réalisation des différentes composantes. Il est défini par les trois axes suivants :

Les investissements immatériels : il s'agit de tous les investissements immatériels concourant à une amélioration de la compétitivité de l'entreprise, notamment en matière de ressources humaines, d'organisation, de savoir-faire, de qualité, d'études et de prospection. Ces investissements comprennent :

Les actions d'assistance technique concernant les procédures de production, de contrôle, de planification ; Les actions d'assistance technique portant sur l'organisation de l'entreprise, études de poste, création de bureau méthodes; Les actions d'assistance technique concernant l'amélioration de la qualité des produits ainsi que celles préparant la certification de l'entreprise aux normes ISO; Le transfert de technologie, l'acquisition de brevets ou licences; L’acquisition et le développement de logiciels ayant un impact direct sur la compétitivité de l'entreprise ; Les études préalables aux investissements matériels ; La formation et les qualifications des ressources humaines; les études relatives à l'organisation de l'entreprise les actions relatives à la recherche de partenaires

Les investissements matériels : il s'agit de tous les investissements matériels concourant à une amélioration de la compétitivité de l'entreprise notamment :

Le renouvellement des équipements avec une amélioration technologique ; L’acquisition d'équipements conduisant à une efficience accrue; L’acquisition d'équipements permettant l'équilibrage des chaînes de production et l'optimisation du taux d'utilisation d'équipements existants; L’acquisition de matériel informatique; L’acquisition de matériel de laboratoire.

La restructuration financière: la mise à niveau des entreprises peut dans certains cas nécessiter une restructuration financière. Cette restructuration financière passe notamment par les axes suivants :

Le renforcement des fonds propres; La consolidation de l'équilibre de sa structure financière; La réduction du volume de stocks; La maîtrise du volume et de la qualité des créances; Le financement des investissements par des capitaux permanents adéquats; L’optimisation des recours aux crédits bancaires de gestion.

Conclusions :

A la lumière de ce qui précède, malgré le retard relatif enregistré dans la mise en place de certaines mesures dans le cadre MEDA, on peut affirmer que toutes les composantes du programme sont actuellement opérationnelles et relativement bien dotées en ressources.

Ainsi, les entreprises candidates à la mise à niveau sont assurées de trouver en ces mécanismes le soutien et l'assistance requise pour mener à bien leur restructuration.

Dès lors, il devient impératif que l'entreprise marocaine inscrive son action commerciale, productive et organisationnelle dans le cadre d'une vision stratégique et prospective en optant pour un management moderne et participatif.

En fait, compte tenu du rôle de vecteur de développement qui lui assigné, l'entreprise et plus particulièrement la PME/PMI, doit impérativement réaliser une véritable mue et s'adopter constamment aux nouvelles donnes. Le secteur privé s'en trouve, ainsi, investi d'une importante responsabilité et doit être pleinement conscient qu'il est au cœur même du nécessaire mise à niveau de notre économie.

Par ailleurs, force est de constater le faible engouement des entreprises pour ses instruments et la sous-utilisation des ressources mobilisées.

En fait, il est aujourd'hui avéré, à la lumière de l'expérience des pays ayant entrepris la mise à niveau de leur économie, que la relative sous-utilisation des différents instruments de mise à niveau dans la première phase du démantèlement tarifaire, constatée actuellement n'est ni spécifique à notre pays ni irréversible.

En effet, l'enclenchement du processus de mise à niveau à niveau d'une entreprise et le recours aux instruments mis en place à cette fin dépendent, dans une large mesure, de l'impact du démantèlement tarifaire, de la capacité de l'entreprise à soutenir la concurrence locale et étrangère et de la perception de son management de l'opportunité de la date d'entamer une telle démarche. Ceci est d'autant plus significatif que la réduction des droits de douanes sur les équipements et les intrants des entreprises industrielles, la détente observée sur les coûts de facteurs de production tel que l'énergie électrique ou la libéralisation de certains secteurs comme les télécommunications, constituent un avantage compétitif non négligeable particulièrement sur le marché local quoique temporaire, pour l'ensemble des entreprises du secteur.

Ce qui, conjugué aux retards dans la mise en place de certaines composantes du programme, peut expliquer, dans une large mesure, le peu d'empressement des entreprises à amorcer leur processus de restructuration et de mise à niveau et partant, le faible utilisation des ressources actuelles. Néanmoins, les ressources mobilisées actuellement, aussi bien au titre contribution, de l'Etat que dans le cadre de la coopération peuvent s'avérer rapidement insuffisantes en raison de la dynamique attendue de la part des entreprises devant faire face aux difficultés latentes qui découleront incontournablement des prochaines phases de démantèlement tarifaire sur les produits fabriqués localement.

En effet, les expériences de certains pays du pourtour méditerranéen, confrontés aux même défis de compétitivité et de concurrence internationale, mettent en exergue l'importance névralgique que revêt la disponibilité de ressources financières nationaux servant comme principal support aux actions destinées à appuyer directement les entreprises.

A l'évidence, aujourd'hui, beaucoup plus que jamais, la mise à niveau est indéniablement une affaire maroco-allemande et sa mise en oeuvre est l'apanage partagé entre les Pouvoirs Publics et les opérateurs privés, nonobstant le soutien d'appoint, que peut constituer la coopération avec l'UE, particulièrement dans le cadre des financements MEDA.

Aussi, pour pouvoir faire face efficacement aux besoins croissants en financement de nos unités de production touchées par le démantèlement tarifaire, il est judicieux de garder présent à l'esprit l'opportunité et l'urgence de constituer des ressources internes pour concrétiser avec célérité la stratégie nationale de restructuration.

Cette autonomie des ressources trouve également sa justification dans l'impératif d'une contribution des Pouvoirs Publics aux investissements directs et matériels des entreprises, en vue d'améliorer le potentiel compétitif de l'économie marocaine et de relever les défis qui se profilent à l'horizon.

C'est dans ce sens qu'il est prévu de créer un Fonds de Mise à Niveau (FOMAN), destiné à financer partiellement les actions des entreprises candidates à la mise à niveau. Ce fonds sera alimenté sur la base de dotation budgétaire de l'équivalent de 20 MEUROS, en complément aux ressources communautaires qui s'élèvent à 20 MEUROS. Cette contribution de l'UE au FOMAN entre dans le cadre d'une enveloppe financière prévisionnelle, pour la période 2002-2004, de l'ordre de 610 millions de DH, alloués au Maroc, dans le cadre du Programme MEDA II, relatif à l'appui à la mise à niveau des entreprises marocaines.

GNU Free Documentation License Version 1.2, November 2002

Copyright (C) 2000,2001,2002 Free Software Foundation, Inc. 59 Temple Place, Suite 330, Boston, MA 02111-1307 USA Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but changing it is not allowed.

0. PREAMBLE

The purpose of this License is to make a manual, textbook, or other functional and useful document "free" in the sense of freedom: to assure everyone the effective freedom to copy and redistribute it, with or without modifying it, either commercially or noncommercially.

Secondarily, this License preserves for the author and publisher a way

to get credit for their work, while not being considered responsible

for modifications made by others.

This License is a kind of "copyleft", which means that derivative works of the document must themselves be free in the same sense. It complements the GNU General Public License, which is a copyleft license designed for free software.

We have designed this License in order to use it for manuals for free software, because free software needs free documentation: a free program should come with manuals providing the same freedoms that the software does. But this License is not limited to software manuals; it can be used for any textual work, regardless of subject matter or whether it is published as a printed book. We recommend this License principally for works whose purpose is instruction or reference.

1. APPLICABILITY AND DEFINITIONS

This License applies to any manual or other work, in any medium, that contains a notice placed by the copyright holder saying it can be distributed under the terms of this License. Such a notice grants a world-wide, royalty-free license, unlimited in duration, to use that work under the conditions stated herein. The "Document", below, refers to any such manual or work. Any member of the public is a licensee, and is addressed as "you". You accept the license if you copy, modify or distribute the work in a way requiring permission under copyright law.

A "Modified Version" of the Document means any work containing the

Document or a portion of it, either copied verbatim, or with

modifications and/or translated into another language.

A "Secondary Section" is a named appendix or a front-matter section of

the Document that deals exclusively with the relationship of the publishers or authors of the Document to the Document's overall subject

(or to related matters) and contains nothing that could fall directly within that overall subject. (Thus, if the Document is in part a textbook of mathematics, a Secondary Section may not explain any mathematics.) The relationship could be a matter of historical connection with the subject or with related matters, or of legal, commercial, philosophical, ethical or political position regarding them.

The "Invariant Sections" are certain Secondary Sections whose titles are designated, as being those of Invariant Sections, in the notice that says that the Document is released under this License. If a section does not fit the above definition of Secondary then it is not allowed to be designated as Invariant. The Document may contain zero Invariant Sections. If the Document does not identify any Invariant Sections then there are none.

The "Cover Texts" are certain short passages of text that are listed,

as Front-Cover Texts or Back-Cover Texts, in the notice that says that the Document is released under this License. A Front-Cover Text may be at most 5 words, and a Back-Cover Text may be at most 25 words.

A "Transparent" copy of the Document means a machine-readable copy,

represented in a format whose specification is available to the general public, that is suitable for revising the document

straightforwardly with generic text editors or (for images composed of pixels) generic paint programs or (for drawings) some widely available drawing editor, and that is suitable for input to text formatters or for automatic translation to a variety of formats suitable for input

to text formatters. A copy made in an otherwise Transparent file

format whose markup, or absence of markup, has been arranged to thwart

or discourage subsequent modification by readers is not Transparent.

An image format is not Transparent if used for any substantial amount

of text. A copy that is not "Transparent" is called "Opaque".

Examples of suitable formats for Transparent copies include plain

ASCII without markup, Texinfo input format, LaTeX input format, SGML

or XML using a publicly available DTD, and standard-conforming simple

HTML, PostScript or PDF designed for human modification. Examples of transparent image formats include PNG, XCF and JPG. Opaque formats include proprietary formats that can be read and edited only by proprietary word processors, SGML or XML for which the DTD and/or processing tools are not generally available, and the machine-generated HTML, PostScript or PDF produced by some word processors for output purposes only.

The "Title Page" means, for a printed book, the title page itself, plus such following pages as are needed to hold, legibly, the material

this License requires to appear in the title page. For works in formats which do not have any title page as such, "Title Page" means the text near the most prominent appearance of the work's title, preceding the beginning of the body of the text.

A section "Entitled XYZ" means a named subunit of the Document whose

title either is precisely XYZ or contains XYZ in parentheses following text that translates XYZ in another language. (Here XYZ stands for a

specific section name mentioned below, such as "Acknowledgements",

"Dedications", "Endorsements", or "History".) To "Preserve the Title"

of such a section when you modify the Document means that it remains a

section "Entitled XYZ" according to this definition.

The Document may include Warranty Disclaimers next to the notice which states that this License applies to the Document. These Warranty Disclaimers are considered to be included by reference in this License, but only as regards disclaiming warranties: any other implication that these Warranty Disclaimers may have is void and has no effect on the meaning of this License.

2. VERBATIM COPYING

You may copy and distribute the Document in any medium, either commercially or noncommercially, provided that this License, the

copyright notices, and the license notice saying this License applies

to the Document are reproduced in all copies, and that you add no other

conditions whatsoever to those of this License. You may not use technical measures to obstruct or control the reading or further copying of the copies you make or distribute. However, you may accept compensation in exchange for copies. If you distribute a large enough number of copies you must also follow the conditions in section 3.

You may also lend copies, under the same conditions stated above, and you may publicly display copies.

3.

COPYING IN QUANTITY

If

you publish printed copies (or copies in media that commonly have

printed covers) of the Document, numbering more than 100, and the Document's license notice requires Cover Texts, you must enclose the copies in covers that carry, clearly and legibly, all these Cover Texts: Front-Cover Texts on the front cover, and Back-Cover Texts on the back cover. Both covers must also clearly and legibly identify you as the publisher of these copies. The front cover must present the full title with all words of the title equally prominent and visible. You may add other material on the covers in addition. Copying with changes limited to the covers, as long as they preserve the title of the Document and satisfy these conditions, can be treated

as verbatim copying in other respects.

If the required texts for either cover are too voluminous to fit legibly, you should put the first ones listed (as many as fit

reasonably) on the actual cover, and continue the rest onto adjacent

pages.

If you publish or distribute Opaque copies of the Document numbering more than 100, you must either include a machine-readable Transparent

copy along with each Opaque copy, or state in or with each Opaque copy

a computer-network location from which the general network-using

public has access to download using public-standard network protocols

a complete Transparent copy of the Document, free of added material.

If you use the latter option, you must take reasonably prudent steps, when you begin distribution of Opaque copies in quantity, to ensure that this Transparent copy will remain thus accessible at the stated location until at least one year after the last time you distribute an Opaque copy (directly or through your agents or retailers) of that edition to the public.

It is requested, but not required, that you contact the authors of the

Document well before redistributing any large number of copies, to give them a chance to provide you with an updated version of the Document.

4. MODIFICATIONS

You may copy and distribute a Modified Version of the Document under the conditions of sections 2 and 3 above, provided that you release the Modified Version under precisely this License, with the Modified Version filling the role of the Document, thus licensing distribution and modification of the Modified Version to whoever possesses a copy of it. In addition, you must do these things in the Modified Version:

A. Use in the Title Page (and on the covers, if any) a title distinct

from that of the Document, and from those of previous versions (which should, if there were any, be listed in the History section of the Document). You may use the same title as a previous version if the original publisher of that version gives permission.

B. List on the Title Page, as authors, one or more persons or entities responsible for authorship of the modifications in the Modified

Version, together with at least five of the principal authors of the Document (all of its principal authors, if it has fewer than five), unless they release you from this requirement.

C. State on the Title page the name of the publisher of the

Modified Version, as the publisher.

D. Preserve all the copyright notices of the Document.

E. Add an appropriate copyright notice for your modifications

adjacent to the other copyright notices.

F. Include, immediately after the copyright notices, a license notice

giving the public permission to use the Modified Version under the terms of this License, in the form shown in the Addendum below.

G. Preserve in that license notice the full lists of Invariant Sections and required Cover Texts given in the Document's license notice.

H. Include an unaltered copy of this License.

I. Preserve the section Entitled "History", Preserve its Title, and add to it an item stating at least the title, year, new authors, and publisher of the Modified Version as given on the Title Page. If

there is no section Entitled "History" in the Document, create one stating the title, year, authors, and publisher of the Document as given on its Title Page, then add an item describing the Modified Version as stated in the previous sentence.

J. Preserve the network location, if any, given in the Document for public access to a Transparent copy of the Document, and likewise the network locations given in the Document for previous versions it was based on. These may be placed in the "History" section. You may omit a network location for a work that was published at least four years before the Document itself, or if the original publisher of the version it refers to gives permission.

K. For any section Entitled "Acknowledgements" or "Dedications",

Preserve the Title of the section, and preserve in the section all the substance and tone of each of the contributor acknowledgements and/or dedications given therein.

L. Preserve all the Invariant Sections of the Document, unaltered in their text and in their titles. Section numbers or the equivalent are not considered part of the section titles.

M. Delete any section Entitled "Endorsements". Such a section

may not be included in the Modified Version.

N. Do not retitle any existing section to be Entitled "Endorsements" or to conflict in title with any Invariant Section.

O. Preserve any Warranty Disclaimers.

If the Modified Version includes new front-matter sections or appendices that qualify as Secondary Sections and contain no material copied from the Document, you may at your option designate some or all of these sections as invariant. To do this, add their titles to the list of Invariant Sections in the Modified Version's license notice. These titles must be distinct from any other section titles.

You may add a section Entitled "Endorsements", provided it contains nothing but endorsements of your Modified Version by various

parties--for example, statements of peer review or that the text has been approved by an organization as the authoritative definition of a

standard.

You may add a passage of up to five words as a Front-Cover Text, and a passage of up to 25 words as a Back-Cover Text, to the end of the list of Cover Texts in the Modified Version. Only one passage of Front-Cover Text and one of Back-Cover Text may be added by (or through arrangements made by) any one entity. If the Document already

includes a cover text for the same cover, previously added by you or by arrangement made by the same entity you are acting on behalf of, you may not add another; but you may replace the old one, on explicit permission from the previous publisher that added the old one.

The author(s) and publisher(s) of the Document do not by this License give permission to use their names for publicity for or to assert or imply endorsement of any Modified Version.

5. COMBINING DOCUMENTS

You may combine the Document with other documents released under this License, under the terms defined in section 4 above for modified versions, provided that you include in the combination all of the Invariant Sections of all of the original documents, unmodified, and list them all as Invariant Sections of your combined work in its license notice, and that you preserve all their Warranty Disclaimers.

The combined work need only contain one copy of this License, and multiple identical Invariant Sections may be replaced with a single copy. If there are multiple Invariant Sections with the same name but different contents, make the title of each such section unique by adding at the end of it, in parentheses, the name of the original author or publisher of that section if known, or else a unique number. Make the same adjustment to the section titles in the list of Invariant Sections in the license notice of the combined work.

In the combination, you must combine any sections Entitled "History" in the various original documents, forming one section Entitled "History"; likewise combine any sections Entitled "Acknowledgements", and any sections Entitled "Dedications". You must delete all sections Entitled "Endorsements".

6. COLLECTIONS OF DOCUMENTS

You may make a collection consisting of the Document and other documents released under this License, and replace the individual copies of this License in the various documents with a single copy that is included in the collection, provided that you follow the rules of this License for verbatim copying of each of the documents in all other respects.

You may extract a single document from such a collection, and distribute it individually under this License, provided you insert a copy of this License into the extracted document, and follow this License in all other respects regarding verbatim copying of that document.

A compilation of the Document or its derivatives with other separate

and independent documents or works, in or on a volume of a storage or

distribution medium, is called an "aggregate" if the copyright

resulting from the compilation is not used to limit the legal rights

of the compilation's users beyond what the individual works permit.

When the Document is included in an aggregate, this License does not apply to the other works in the aggregate which are not themselves

derivative works of the Document.

If the Cover Text requirement of section 3 is applicable to these

copies of the Document, then if the Document is less than one half of the entire aggregate, the Document's Cover Texts may be placed on covers that bracket the Document within the aggregate, or the electronic equivalent of covers if the Document is in electronic form. Otherwise they must appear on printed covers that bracket the whole aggregate.

8. TRANSLATION

Translation is considered a kind of modification, so you may distribute translations of the Document under the terms of section 4. Replacing Invariant Sections with translations requires special permission from their copyright holders, but you may include translations of some or all Invariant Sections in addition to the original versions of these Invariant Sections. You may include a

translation of this License, and all the license notices in the Document, and any Warranty Disclaimers, provided that you also include the original English version of this License and the original versions

of those notices and disclaimers. In case of a disagreement between

the translation and the original version of this License or a notice

or

disclaimer, the original version will prevail.

If

a section in the Document is Entitled "Acknowledgements",

"Dedications", or "History", the requirement (section 4) to Preserve its Title (section 1) will typically require changing the actual title.

9. TERMINATION

You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Document except

as expressly provided for under this License. Any other attempt to

copy, modify, sublicense or distribute the Document is void, and will automatically terminate your rights under this License. However, parties who have received copies, or rights, from you under this License will not have their licenses terminated so long as such parties remain in full compliance.

10. FUTURE REVISIONS OF THIS LICENSE

The Free Software Foundation may publish new, revised versions of the GNU Free Documentation License from time to time. Such new versions will be similar in spirit to the present version, but may differ in detail to address new problems or concerns. See http://www.gnu.org/copyleft/.

Each version of the License is given a distinguishing version number. If the Document specifies that a particular numbered version of this License "or any later version" applies to it, you have the option of following the terms and conditions either of that specified version or of any later version that has been published (not as a draft) by the Free Software Foundation. If the Document does not specify a version number of this License, you may choose any version ever published (not as a draft) by the Free Software Foundation.