Vous êtes sur la page 1sur 28

Mercredi 16 novembre 2011 - 67e année - N˚20783 - 1,50 ¤ - France métropolitaine - www.lemonde.

fr --- Fondateur : Hubert Beuve-Méry - Directeur : Erik Izraelewicz

Rigueur et pénurie Polar social sur docks marseillais


t Sortie du beau nouveau film de Robert Guédiguian P. 20

de crédit fragilisent Jean-Pierre Darroussin


et Ariane Ascaride
dans « Les Neiges

la croissance française
du Kilimandjaro ». DR

t La contraction du PIB au 2e trimestre relance le débat sur la note de la France

L
Evolution trimestrielle du PIB eséconomies françaiseetalle- intérieur brut (PIB) recule. L’Insee
en %, en 2011 mande ont évolué quasi- a révisé à la baisse ce chiffre en rai-
+ 0,9 ment au même rythme au son de mauvais indicateurs de pro-
troisième trimestre 2011 : + 0,4 % duction industrielle.
pour la première (au lieu des Dans l’entretien qu’il a accordé
+ 0,3 % prévus) et + 0,5 % pour la au Monde, Patrick Artus, directeur
seconde. Plus que ce rebond de la recherche et des études éco-
+ 0,4 annoncé, mardi 15 novembre, par nomiques de Natixis, souligne
l’Insee, c’est probablement la que la croissance française risque
contraction de 0,1 point de l’activi- d’être durablement faible. « Le
T1 T3
té au deuxième trimestre qui ris- rating de fait des grands investis-
que de marquer les esprits. C’est la seurs institutionnels pour la Fran-
— 0,1 première fois, en effet, depuis que ce, c’est double A », observe-t-il.
la France est sortie de la récession Claire Guélaud
T2
au printemps 2009, que le produit a Lire la suite page 8

«Verdir» la politique: La moitié des vols violents «J’ai été l’une des esclaves
le face-à-face NKM-Duflot sont commis par des mineurs sexuelles de Kadhafi»
Débat Dans un entretien croisé au « Monde », la Délinquance Une étude de l’Observatoire de la Témoignage Enlevée à sa famille à l’âge de 15 ans, une
ministre et la dirigeante d’Europe Ecologie - Les Verts délinquance met en évidence la part prépondérante jeune Libyenne, rencontrée à Tripoli après la chute du
s’affrontent sur la place de l’écologie dans les politiques des moins de 18 ans dans les vols avec violence, dictateur, raconte au « Monde » ses cinq années d’enfer
publiques. Deux projets, deux visions opposées. Page 7 comme auteurs, mais aussi comme victimes. Page 10 dans l’antre du Guide : « Il a saccagé ma vie. » Page 17

Sur l’Europe, Londres doit choisir… ou se taire Hubert Nyssen:


Actes Sud perd
son bâtisseur
D
eux discours très différents pas dire moins d’Europe, cela pe : contrairement à ses prédéces- franco-allemand est indispensa-
ont été prononcés sur l’Eu- veut dire plus d’Europe. » seurs, elle est façonnée non pas ble dans la recherche d’une solu-
rope, lundi 14novembre, Quelques heures plus tard, lors par la victoire de 1945, mais par tion. Les Allemands, qui ne veu-
par deux dirigeants de pays-clés du traditionnel banquet du lord- les révolutions de 1989 et la chute lent surtout pas se retrouver
Disparition Hommage
de l’Union européenne (UE). Si dif- maire de la City de Londres, du mur de Berlin. Angela Merkel, seuls dans le siège du pilote, sont au fondateur de la maison
férents qu’on peut se demander si M. Cameron a, lui, défendu une elle, vient de l’autre côté du les premiers à le dire.
ces deux chefs de gouvernement, Europe qui ne doit pas être « un rideau de fer et a une vision Car, si elle devait compter sur
d’édition Actes Sud,
la chancelière allemande, Angela bloc », mais « un réseau ». La crise moins utilitaire de l’Europe que le les cousins britanniques, l’Allema- mort samedi 12 novembre.
Merkel, et le premier ministre de l’euro, a-t-il dit, fournit à la jeune leader tory d’outre-Manche. gne pourrait aussi bien déclarer
britannique, David Cameron, par- Grande-Bretagne l’occasion de M. Cameron doit se rendre ven- forfait dès à présent. Londres a
Page 24
laient, en réalité, de la même cho- « remodeler » l’UE. A sa manière. dredi 18 novembre à Berlin, où ces choisi de ne pas faire partie ÉRIC FRANCESCHI/FEDEPHOTO.COM
se. Et le fossé qui les sépare illustre C’est-à-dire en faisant « revenir le divergences d’appréciation sur la de la zone euro, mais revendique
malheureusement l’immense flux des compétences » vers crise européenne figureront en de participer à ses décisions.
défi posé par la crise actuelle. Londres, plutôt que de les « laisser bonne place dans ses discussions M. Cameron affirme vouloir res-
Devant le congrès annuel de avec Mme Merkel. La gravité de la ter dans l’Europe, mais son chan-
UK price £ 1,50

son parti, l’Union chrétienne- situation actuelle et les ratés du celier de l’Echiquier, affichant une
démocrate (CDU), à Leipzig, Editorial moteur franco-allemand ont iné- conception assez singulière de
Mme Merkel a plaidé pour des chan- vitablement eu pour effet de la solidarité, compare la situation
gements radicaux afin d’appro- dériver » vers Bruxelles. Pour concentrer les critiques sur le tan- de la France à celle de la Grèce.
fondir l’intégration européenne. lui, les Britanniques ont « le droit dem « Merkozy », qui irrite le reste Comme disait Margaret Thatcher,
« La tâche de notre génération, de demander ce que l’Union des partenaires européens autant « enough is enough » : dans le cli-
a-t-elle dit, est d’achever l’union européenne doit faire et ne pas par ses excès d’autoritarisme que mat actuel, l’éternelle ambiguïté
monétaire et économique, et de faire, et de le changer ». par ses lenteurs et ses tergiversa- britannique sape chaque jour
construire l’union politique de Il a ajouté un détail intéressant tions. Pour imparfait et inégal davantage l’Europe. p
l’Europe, pas à pas. Cela ne veut sur sa vision personnelle de l’Euro- qu’il soit cependant, le couple Lire pages 3, 4 et 13

Le regard de Plantu Tu tweetes,


il tweete,
nous tweetons

L
e réseau de microblogging
Twitter attire 3 millions de
personnes en France (et
FACILE LA VIE…
200 millions à travers le monde).
Parmi ces twittos, on compte beau-
coup de passifs – c’est-à-dire de
simples followers – et quelques
Se tenir au courant
actifs. Comment se repérer dans ce
monde prolifique du gazouille-
24h/24 avec i-veille pour
ment en 140 caractères ? Après une
immersion dans la galaxie Twit-
ne pas perdre la partie.
ter, notre journaliste Laure Belot De quoi s’offrir un peu de liberté.
dresse le portrait, bien sûr subjec-
tif, de sept familles de twittos. Des
commentateurs aux « vrais gens »,
du monde de la culture à celui des
organisations humanitaires, ce
panorama vous donnera – ou pas –
envie d’aller gazouiller. p
Lire page 23
Algérie 150 DA, Allemagne 2,00 ¤, Antilles-Guyane 2,00 ¤, Autriche 2,40 ¤, Belgique 1,50 ¤, Cameroun 1 500 F CFA, Canada 4,25 $, Côte d’Ivoire 1 500 F CFA, Croatie 18,50 Kn, Danemark 25 KRD, Espagne 2,00 ¤, Finlande 2,50 ¤, Gabon 1 500 F CFA, Grande-Bretagne 1,50 £, Grèce 2,20 ¤, Hongrie 700 HUF, Irlande 2,00 ¤, Italie 2,20 ¤, Luxembourg 1,50 ¤, Malte 2,50 ¤,
Maroc 10 DH, Norvège 25 KRN, Pays-Bas 2,00 ¤, Portugal cont. 2,00 ¤, Réunion 1,90 ¤, Sénégal 1 500 F CFA, Slovénie 2,20 ¤, Suède 30 KRS, Suisse 3,00 CHF, Tunisie 2,00 DT, Turquie 6,50 TL, USA 3,95 $, Afrique CFA autres 1 500 F CFA,
0123
page deux Mercredi 16 novembre 2011

L’anagramme ou Récit Anciens dirigeants, conseillers et même traders de la banque


américaine, symbole des dérives de la finance, ils se retrouvent au pouvoir
«le sens caché du monde» dans les pays clés européens pour gérer la crise financière

A La «franc-maçonnerie»
u détour d’une page, com- Dans le petit livret des deux
pliquée mais poétique, sur anagrammistes, la physique est
la gravitation quantique à bien sûr à l’honneur. « La théorie
boucles, la théorie des cordes ou de la relativité restreinte » deve-

européenne de Goldman Sachs


la flèche du temps, les lecteurs du nant « vérité théâtrale et loi inter-
physicien Etienne Klein (CEA, sidérale », alors que « la théorie
Laboratoire de recherche sur les des supercordes », elle, n’est autre
sciences de la matière) savent que « de la poussière d’orchestre »
qu’ils peuvent parfois trouver – les cordistes apprécieront.
une anagramme qui leur dira La chimie n’est pas en reste.
tout. Dans son Discours sur l’origi- Mais certains en prennent pour
ne de l’univers (Flammarion, leur grade. L’« entreprise Monsan-
2010), on avait ainsi découvert to » devient ainsi un « poison très
que « l’origine de l’univers » rémanent » – ce qui prend tout
n’était autre, en réalité, que « un son sens lorsqu’on sait que cer-
vide noir grésille »… tains polychlorobiphényles
Voici que le philosophe-physi- (PCB), synthétisés par l’agrochi-
cien s’associe à un pianiste de miste américain, peuvent persis-
jazz, Jacques Perry-Salkow, com- ter plusieurs siècles dans l’envi-
me lui fasciné par cette subtile ronnement…
combinatoire, pour faire un livre
entièrement dévolu à se jouer Double nature
des lettres et des mots. Ces Ana- Une savoureuse galerie de por-
grammes renversantes (Flamma- traits donne à voir un « Vercingé-
rion, 109 p., 10 ¤) sont une succes- torix, roi des Gaules » s’excla-
sion d’exercices cabalistiques. mant : « Digne vers toi, glorieux
Par les hasards – ou la magie – du César ! » Tandis qu’« André Le
bonneteau des deux comparses, Nôtre » se transmute en « la terre
ces jeux de lettres entendent révé- donne » et qu’« Aurore Dupin,
ler rien de moins que le « sens baronne Dudevant, alias George
caché du monde ». Ambitieux pro- Sand », « valsera d’abord au son
jet. De fait, les résultats sont du piano d’un génie étranger »…
époustouflants. un Polonais ?
« Albert Einstein » nous rappel- Certains, rares, ont une double
le ainsi que « rien n’est établi ». nature. Comme « le marquis de
Une anagramme à laquelle l’ac- Sade » : « disséquer la dame » ou
tualité récente confère une « démasqua le désir ». D’autres
dimension presque prophétique. tombent si juste que c’en est pres-
La relativité d’Einstein pose en que suspect. « Léonard de Vinci »
effet que la vitesse de la lumière est « le don divin créa » ; avec « le
ne peut être dépassée et voilà commandant Cousteau », « tout
qu’une expérience vient d’obser- commença dans l’eau »…
ver des particules parmi les plus Un petit détour par la presse ?
fugaces, les neutrinos, se dépla- « Le Canard enchaîné » : « Canne
çant légèrement plus vite que de l’anarchie ». Et « Le Monde » ?
leurs cousins photons. Plus vite, « Le Démon », bien sûr. Mais ne
donc, que la « vitesse de la lumiè- prenez pas tout au pied de la let- A New York, Occupy Wall Street dénonce les abus du capitalisme financier devant le siège de Goldman Sachs, le 3 novembre. BEBETO MATTHEWS/AP
re » qui ne serait plus cette infran- tre : « La vérité » n’est-elle pas,
chissable barrière, qui « limite les bien souvent, « relative » ? p Londres naire de la dette grecque est au demeurant té sur les opérations à venir ou sur la politi-
rêves au-delà ». Stéphane Foucart Correspondant Petros Christodoulos, ex-trader de la ban- que de taux d’intérêt des banques centra-
que américaine à Londres. les. La banque aime placer ses hommes

I
ls sont sérieux et compétents, Deux autres poids lourds du réseau sans jamais laisser tomber le masque.
pesant le pour et le contre, étudiant Goldman en Europe ont également été à C’est pourquoi ses hommes liges cachent
Les indégivrables Xavier Gorce les dossiers à fond avant de se pro-
noncer. L’économie est leur péché
l’affiche dans la crise de l’euro : Otmar
Issing, ex-membre du directoire de la Bun-
cette filiation quand ils donnent une inter-
view ou mènent une mission officielle.
mignon. Ils ne se découvrent que desbank et ancien économiste en chef de la Bien introduits, ces « ex » bavardent de
très rarement, ces fils de la Lumière Banque centrale européenne ; l’Irlandais choses et d’autres avec leurs interlocu-
entrés dans le Temple après un long et Peter Sutherland, un administrateur de teurs. Les langues se délient devant des
tatillon processus de recrutement. C’est à Goldman SachsInternational, qui apartici- personnages d’une telle trempe. Ils « sen-
la fois un groupe de pression, une amicale pé en coulisses au sauvetage de l’Irlande. tent le vent » comme on dit familière-
de collecte d’informations, un réseau Comment le réseau de fidèles et d’entre- ment. Les informations exclusives circu-
d’aide mutuelle. Ce sont les compagnons, metteurs a-t-il été constitué ? Aux Etats- lent ensuite dans les salles de marché de la
maîtres et grands maîtres amenés à Unis, ce cercle magique est constitué d’an- banque.
« répandre dans l’univers la vérité acquise ciens responsables de l’institution passés
en loge ». avec armes et bagages au plus haut niveau Leurtâche estderecueillir
Ses détracteurs accusent le réseau d’in- de la fonction publique. En Europe, en
fluence européen tissé par la banque amé- revanche, Goldman Sachs s’est fait l’apô- desinformationsentoute
ricaine Goldman Sachs (GS) de fonction- tre du capitalisme de relations. Mais à légalitésurlesopérations
ner comme une franc-maçonnerie. A des l’inverse de ses concurrents, la banque ne
degrés divers, le nouveau président de la s’intéresse ni aux diplomates à la retraite, àvenirousurlapolitique
Banque centrale européenne Mario Dra- ni aux hauts fonctionnaires nationaux detauxd’intérêt
ghi, le président désigné du conseil italien comme internationaux et encore moins
Mario Monti et le nouveau premier minis- aux anciens premiers ministres ou minis- desbanquescentrales
tre grec Loucas Papademos sont les figu- tres des finances. Goldman vise en priori-
res totémiques de ce maillage serré. té les responsables de banques centrales Un ancien associé de Goldman Sachs à
Le premier fut vice-président de Gold- ou les ex-commissaires européens. laBCE, un ex-entremetteurà la tête du gou-
man Sachs International pour l’Europe Un petit retour en arrière s’impose à ce vernement italien, un proche au pouvoir
entre 2002 et 2005. Il était « associé » en stade. C’est à Londres que l’aventure euro- en Grèce : pour ses contempteurs, la ban-
charge des « entreprises et pays souve- péenne de GS a commencé dans la foulée que dispose aujourd’hui d’un fantastique
rains », le département qui avait, peu du « Big Bang » de 1986, la libéralisation relais à Francfort, Rome et Athènes qui
avant son arrivée, aidé la Grèce à totale de la City. Goldman Sachs Interna- pourrait s’avérer utile en ces temps tour-
maquiller ses comptes grâce au produit tional, la première filière à l’étranger, voit mentés.
financier « swap » sur de la dette souverai- le jour. Les premiers conseillers pays non Reste que, au-delà des apparences, le
ne. américains sont recrutés. Ces missi domi- gouvernementGoldman en Europe, au faî-
Société éditrice du « Monde » SA nicidoivent se servir de leur carnetd’adres- te de sa puissance avant ou pendant la
Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus ses pour faire connaître la banque, qui est tourmente financière de 2008, a peut-être
Directeur du « Monde », membre du directoire, directeur des rédactions Erik Izraelewicz En Europe, Goldman Sachs à l’époque un partenariat de taille moyen- mangé son pain blanc.
Secrétaire générale du groupe Catherine Sueur
Directeurs adjoints des rédactions Serge Michel, Didier Pourquery
s’est fait l’apôtre du capitalisme ne sur le continent, l’informer des us et En effet, les complicités anciennes
Directeurs éditoriaux Gérard Courtois, Alain Frachon, Sylvie Kauffmann de relations. La banque aime coutumes de la vie des affaires et de la entretenues par les ex-banquiers cen-
Rédacteurs en chef Eric Béziat, Sandrine Blanchard, Luc Bronner, Alexis Delcambre, situation politique. traux chevronnés mobilisés pour tirer les
Jean-Baptiste Jacquin, Jérôme Fenoglio, Marie-Pierre Lannelongue (« M Le magazine du Monde »)
Chef d’édition Françoise Tovo
placer ses hommes sans jamais A la fin des années 1980, le groupe ficelles, se révèlent moins utiles de nos
Directeur artistique Aris Papathéodorou laisser tomber le masque s’étend au reste de l’Europe, en particulier jours face à des politiciens sensibles à l’im-
Médiateur Pascal Galinier en France, en Italie et en Allemagne. Dans popularité des professionnels de la finan-
Directeur du développement éditorial Franck Nouchi
Conseil de surveillance Pierre Bergé, président. Gilles van Kote, vice-président l’Hexagone, Jacques Mayoux, ancien prési- ce tenus pour responsables de la crise. Là
Le deuxième a été conseiller internatio- dent de la Société générale qui fut égale- où Goldman Sachs pouvait facilement
0123 est édité par la Société éditrice du «Monde» SA nal de Goldman Sachs de 2005 à sa nomi- ment le patron du groupe sidérurgique exercer ses talents, une série d’affaires lui
Durée de la société : 99 ans à compter du 15 décembre 2000. Capital social : 149 017 497 ¤. Actionnaire principal: Le Monde SA. nation à la tête du gouvernement italien. Sacilor,est nommé vice-président de Gold- ont mis à dos la puissance publique. Le car-
Rédaction 80,boulevardAuguste-Blanqui,75707ParisCedex13Tél.:01-57-28-20-00 Selon la banque, sa mission a consisté à la man Sachs Europe. En 2004, Charles de net d’adresses ne suffit plus sur une planè-
Abonnements partéléphone:de France32-89 conseiller « sur les affaires européennes et Croisset,ancien patron du CréditCommer- te financière complexe et technique, face
(0,34¤ TTC/min);de l’étranger:(33)1-76-26-32-89
ouparInternet:www.lemonde.fr/abojournal les grands dossiers de politiques publiques cial de France (CCF), lui succède. à une nouvelle génération d’industriels
mondiaux ». Mario Monti a été un Bon nombre de ces nominations ont été moins pétris de respect pour l’establish-
« ouvreur de portes » dont la tâche consis- supervisées par l’ancien commissaire ment. Les patrons européens partis à la
La reproduction de tout article est interdite sans l’accord de l’administration. Commission paritaire
des publications et agences de presse n° 0712 C 81975 ISSN 0395-2037
tait à pénétrer au cœur du pouvoir euro- européen Peter Sutherland. L’Irlandais conquête du monde se sont émancipés
péen pour défendre les intérêts de GS. sait renvoyer l’ascenseur. Ainsi, en des croisés de la haute finance style GS. La
Le troisième, Loucas Papademos, fut mai 2010, il a coopté Mario Monti pour le quête de valorisation de l’actionnaire, les
gouverneur de la Banque centrale hellène remplacer à la présidence européenne de exigences de transparence et l’activisme
entre 1994 et 2002. A ce titre, il a joué un la Trilatérale, undes plus prestigieux céna- des contre-pouvoirs (médias, ONG, inves-
80, bd Auguste-Blanqui,
Président : Louis Dreyfus 75707 PARIS CEDEX 13 Imprimerie du Monde
rôle non élucidé dans l’opération de cles de l’élite internationale. tisseurs institutionnels) ont tendance à
Directrice générale :
PRINTED IN FRANCE
Tél : 01-57-28-39-00 12, rue Maurice-Gunsbourg, maquillage des comptes publics perpétré Leur tâche prioritaire consiste à émousser l’« effet réseau ». p
Corinne Mrejen Fax : 01-57-28-39-26 94852 Ivry cedex
avec l’aide de Goldman Sachs. Le gestion- recueillir des informations en toute légali- Marc Roche
0123
Mercredi 16 novembre 2011
international 3

Le«directoire»franco-allemandirritelazoneeuro
Le rôle que s’est arrogé le tandem «Merkozy» dans la crise pèsera sur la réforme de la gouvernance des Dix-Sept

Bruxelles perte de souveraineté de leur pays reconnaît un haut fonctionnaire


Bureau européen face à la double pression des mar- bruxellois. Dans l’ombre, le prési-
chés et des Européens, Paris et Ber- dent du Conseil européen, Her-

L
’expression existe depuis lin en tête. L’Italie « ne mérite pas man Van Rompuy, et celui de la
l’été,maiselle faitflorèsenIta- de se retrouver dans la condition Commission, José Manuel Barro-
lie : la « Merkozy », ou l’allian- d’infériorité et de dépendance où so, se méfient eux aussi des déri-
ce Merkel-Sarkozy pour piloter la [elle] a été conduite par une politi- ves du « directoire » mis en place
zone euro, suscite des tensions de que erronée », a déploré, diman- par Paris et Berlin.
plus en plus vives entre les Vingt- che, l’ancien président de la Répu- Personne ne conteste le rôle
Sept.Royaume-Uni en tête, lespays blique Carlo Azeglio Ciampi, dans d’impulsion joué par la France et
hors de la zone euro s’inquiètent une lettre au quotidien économi- l’Allemagne quand elles parvien-
d’une Europe à deux vitesses, au que Il Sole 24 Ore. La droite berlus- nent à se mettre d’accord. Mais
moment où l’union monétaire conienne est très remontée, tout l’agacement face aux « leçons »
entreprend des efforts désespérés comme son alliée de la Ligue du des deux dirigeants est d’autant
d’intégration pour surmonter la Nord, mais le malaise est plus lar- plus vif dans les capitales du sud
bataille engagée avec les marchés. ge : l’ancien président du conseil du continent qu’Angela Merkel est
Ces efforts, impulsés par Paris et de centre gauche Romano Prodi jugée, en raison de son attentisme,
Berlin, sèment aussi le trouble par- s’est inquiété des « remous » susci- responsable de la contagion de la
mi les dix-sept pays de l’euro à tés par le tandem franco-alle- crise et de sa gestion chaotique par
mesure que la crise s’aggrave. les Européens. Quant au président
Dernier exemple en date : l’Ita-
lie. Au bord du précipice, la Pénin-
L’exaspération français, sa réputation en matière
de rigueur n’est pas très établie, au
sule est placée sous quasi-tutelle est perceptible dans moment où Paris tremble pour sa
du Fonds monétaire international
(FMI), de la Commission et de la
les capitales des pays notation triple A et pour l’exposi-
tion de ses banques en Italie. « Au
Banque centrale européenne sous assistance, lieu de faire preuve de leadership,
(BCE), chargés de superviser son
plan d’économies et de réformes.
ou ceux qui craignent ce sont souvent eux qui, en raison
de leurs intérêts divergents, ont
Elle s’offusque, surtout, de rece- de le devenir conduit à prendre des décisions
voir les conseils de gestion prodi- trop tardives et insuffisantes
gués par Nicolas Sarkozy et par mand. Comme ce dernier « ne peut depuis le déclenchement de la cri-
Angela Merkel. Pour ces derniers, il pas prendre de décisions, il tente de se », juge l’eurodéputé écologiste
s’agit de muscler le gouvernement les imposer aux autres », a lâché cet belge Philippe Lamberts.
économique de l’union monétaire ancien président de la Commis- La fronde risque de peser sur les
afin de donner des gages aux mar- sion européenne. débats engagés en vue de renforcer
chés, tout en tentant d’endiguer la L’exaspération est perceptible le gouvernement économique de
contagion de la crise. un peu partout dans les capitales la zone euro, au profit, peut-être,
En plein sommet du G20, à Can- des pays sous assistance, ou ceux d’une approche plus communau-
nes, les deux dirigeants ont pous- qui craignent de le devenir, com- taire et moins dépendante des sou-
sé, en vain, Silvio Berlusconi à me parmi les Etats qui font un bresauts du tandem Paris-Berlin.
accepter une aide financière du effort inédit de solidarité, les Pays- « L’Europe, ce n’est pas deux pays
FMI et de la zone euro après l’avoir Bas ou la Finlande. Sans parler des quiimposent leurs vues, juge l’euro-
sommé,les jours précédents, d’am- institutions européennes, qui députéSylvie Goulard(MoDem). Si
plifier sa politique austérité. vivent mal d’être transformées en on continue comme cela, le couple
Depuis, le président du conseil a simple secrétariat. « Ce qui gêne, franco-allemand va la détruire. »
démissionné sous la pression des c’est la mise en scène, en particulier M.Prodi, comme d’autres parti-
marchés, pour être remplacé par du côtéfrançais, du duo franco-alle- sans d’une Europe plus fédérale,
Mario Monti, un technocrate dési- mand, instrumentalisé par Nicolas s’appuie sur les événements
gné sans nouvelles élections. Sarkozy pour protéger la France et récents pour soutenir la création
En Italie, des personnalités de préparer sa campagne électorale d’obligationscommunes,dontl’Al-
premier plan s’inquiètent d’une Le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel, le 2 novembre, à Cannes. TOBY MELVILLE/REUTERS au détriment des institutions », lemagne ne veut pas entendre par-
ler. D’autres plaident pour démo-

En Grèce, les critiques contre les «forces d’occupation» font florès cratiser l’ensemble du gouverne-
ment économique en cours de ges-
tation, à l’heure où la crise suscite,
en Italie, comme en Grèce, la chute
Athènes le week-end. La chancelière alle- La marge de manœuvre du gou- premier prêt de 110 milliards d’eu- Les critiques contre les « forces de dirigeants et leur remplace-
Correspondance mande et le président français ont vernement est des plus réduite. ros en 2010, ils se sont engagés à d’occupation » font florès, de ment par des personnalités non
insisté, selon un communiqué de Après avoir lancé l’idée d’un réfé- verser 130 milliards d’euros. Mais l’Eglise orthodoxe au musicien issues d’élections. L’eurodéputé
Les coups de téléphone entre le l’Elysée, sur « l’urgence d’une mise rendum sur le nouveau plan ils veulent vérifier que cet argent Mikis Theodorakis, tandis que des Alain Lamassoure (UMP) s’inquiè-
premier ministre grec et Angela en œuvre complète et intégrale de d’aide à la Grèce, M. Papandréou a sert à quelque chose. L’accord du caricatures représentent la chan- te de la faiblesse du contrôle démo-
Merkel et Nicolas Sarkozy sont tous les engagements pris ». Les été convoqué au G20 de Cannes 27 octobre prévoit une surveillan- celière en nazie. Une affiche du cratique d’un gouvernement éco-
devenus un rituel soigneusement deux chefs de l’exécutif insistent pour s’expliquer. Les entretiens ce renforcée du pays. mouvement des « indignés », en nomique plus intégré, placé sous
mis en scène par les médias grecs. à propos des 8 milliards d’euros ont été durs, surtout avec Jean-Claude Juncker, président juin, représentait une croix gam- l’autorité des seuls chefs d’Etat et
Surtout depuis la fin de l’été, qui doivent être versés avant le M. Sarkozy. Et le premier ministre de l’Eurogroupe, avait mis les mée formée par les étoiles du dra- degouvernement.Ilsuggèrederéu-
quand il est devenu patent que 15 décembre pour éviter la faillite : est rentré avec une question, pour pieds dans le plat en juin, en expli- peau européen. nir, avant les sommets de la zone
ces entretiens relevaient davanta- « Le versement de la prochaine son référendum, dictée par Ange- quant que la Grèce devait se rési- Une grande majorité de Grecs euro, des « sommets parlementai-
ge du remontage de bretelles que tranche d’aide ne pourra interve- la Merkel et Nicolas Sarkozy. Le gner à abandonner une partie de restent favorables au maintien res » rassemblant les eurodéputés
des congratulations pour Georges nir que lorsqu’un pas décisif aura sentiment d’humiliation a contri- sa souveraineté économique et dans l’Europe et dans la zone euro. et les députés nationaux. Mais sur
Papandréou. été accompli dans ce sens. » bué au rejet du référendum par accepter la présence d’une task Mais pour quelle Europe ? L’édi- le fond, il défend le rôle de Paris et
Le rituel se poursuit. Son succes- Le quotidien Ta Nea (centre gau- les députés du Pasok. force européenne. Dans son dis- tion dominicale du quotidien de Berlin dans la crise : « Les pays en
seur, Lucas Papademos, s’est entre- che) titrait, lundi 14 novembre, sur Les Européens et le Fonds cours d’investiture, lundi, M.Papa- gauche Elefthérotypia titrait, le situation de faillite et qui ont besoin
tenu avec les dirigeants français et un « mauvais atterrissage pour monétaire international n’ont demos a défendu le rôle de cette 13 novembre: « Y a-t-il une démo- de l’aide des autres ne peuvent s’en
allemand (et avec les responsables Papademos », en évoquant des pas l’intention de lâcher la bride task force notamment pour res- cratie en Europe ?» p prendre qu’à eux-mêmes. » p
de l’Union européenne) pendant « pressions de Merkel-Sarkozy ». du gouvernement grec. Après un tructurer l’administration. Alain Salles Philippe Ricard
Type XXI Chronographe

www.breguet.com

BOUTIQUES BREGUET – 6, PLACE VENDÔME PARIS +33 1 47 03 65 00 – 26, LA CROISETTE CANNES + 3 3 4 9 3 3 8 10 2 2


0123
4 international Mercredi 16 novembre 2011

me
M Merkel convainc la CDU que l’Europe Les Vingt-Sept
est un «devoir» pour l’Allemagne tentent de
La motion adoptée en congrès par le parti de la chancelière allemande propose l’élection
au suffrage universel du président de la Commission européenne s’accorder sur l’Iran
Leipzig (Allemagne)
Certains Etats n’excluent aucune option,
Envoyé spécial d’autres refusent de discuter d’une intervention

R
éclamé depuis le mois
d’août par les militants les Bruxelles due, Catherine Ashton, le chef de la
moins convaincus par la Bureau européen diplomatie européenne, est censée
politique d’Angela Merkel, le définir une position commune.

L
débat sur l’Europe organisé lundi ’Iran après la Libye : les minis- Elles’entireen évoquantpour l’ins-
14 novembre, au premier jour du tres des affaires étrangères de tant sa « vive préoccupation » et la
congrès de l’Union chrétienne- l’Union européenne (UE) se nécessité de durcir les sanctions
démocrate (CDU, droite), a tourné préparent à afficher de nouveaux contre Téhéran. Sur ce point au
à l’avantage de la chancelière. La désaccords.Réunislundi14 novem- moins, les Vingt-Sept se rejoignent
motion « Une Europe forte, un bon breàBruxelles,lesVingt-Septdevai- mais ils ont décidé d’attendre leur
avenir pour l’Allemagne », présen- entnotamment examinerlerécent prochaine réunion, le 1er décembre,
tée par la direction du parti, a été rapport de l’Agence internationale pour approuver un nouveau train
adoptée avec un score digne de de l’énergie atomique (AIEA) évo- demesuresque préparentles servi-
l’ancienne Allemagne de l’Est : sur quant des soupçons de plus en plus cesde Mme Ashton. Ils’ajouteraàcel-
mille délégués, seuls neuf ont voté précis quant à la mise au point, par les qui visent déjà des dirigeants
contre et dix se sont abstenus. Téhéran, d’une arme atomique. Ils du régime et une centaine de fir-
Dès leur entrée dans la salle du se sont notamment divisés sur une mes iraniennes dont les avoirs
congrès, les militants savaient à éventuelle intervention militaire, sont gelés tandis qu’une interdic-
quoi s’en tenir. Le slogan du qui serait l’une des conséquences tion frappe, depuis seize mois, les
24e congrès était sans ambiguïté : possibles d’une poursuite, par investissements dans les secteurs
« Pour l’Europe. Pour l’Allemagne. » l’Iran, de son programme. du pétrole et du gaz.
« J’aurais préféré l’inverse », mau- Le Royaume-Uni et les Pays-Bas
gréa une déléguée à la tribune. ont dit, prudemment à ce stade, Miser sur le bon sens
Maispour AngelaMerkel, l’engage- n’exclure aucune option pour Les sanctions comme moyen
ment européen n’est pas un choix Vote des délégués au congrès de l’Union chrétienne-démocrate (CDU, droite), lundi 14 novembre. empêcher le développement d’un d’éviter «toute intervention irrépa-
mais un « devoir », a-t-elle répété à La réunion se tient à Leipzig, en Saxe, jusqu’à mardi. FABRIZIO BENSCH/REUTERS arsenal nucléaire iranien. Pour la rable », selon la formule de M. Jup-
six reprises durant les deux derniè- France,AlainJuppén’apascondam- pé ? Et comme un moyen de rame-
res minutes de son discours. Cha- «Neuf millions d’emplois dépen- de justice et, enfin, que l’on « modi- ne froisser personne, ni en Allema- né le principe d’une intervention ner l’Iran à la table des négocia-
que génération politique a son dent directement de l’euro », fie les faiblesses du traité de Lisbon- gne (à part une flèche décochée mais a déclaré qu’elle serait « pire tions, ainsi que l’espère encore
défi à relever. Adenauer a dû bâtir a-t-elle lancé. Mais l’Europe va ne à ce sujet ». C’est ce que la chan- contre les Verts) ni dans les autres que le mal » et « nous entraînerait Mme Ashton ? En coulisses, de nom-
l’Europe de la paix, Kohl réunifier mal. Elle vit même « peut-être ses celière appelle une « percée pour pays européens. dans une spirale non maîtrisable ». breux diplomates ne cachent plus
l’Allemagne et l’Europe, « la mis- heures les plus difficiles depuis une nouvelle Europe ». Vis-à-vis de ses mandants, la L’Allemagne a, quant à elle, rejeté le leur scepticisme. Ils soulignent
sion de notre génération est main- 1945 ». Il faut donc « parfaire la présidente de la CDU a multiplié principe même d’une discussion que, depuis 2007, le régime ira-
tenant de parachever l’union éco-
nomique et monétaire en Europe et
structure de l’Union européenne ».
« Cela signifie : non pas moins d’Eu-
«Nous sommes tous les références aux pères fonda-
teurs pour mieux justifier les évo-
surd’éventuelles frappes,estimant
qu’elle serait «contre-productive ».
nien n’a pas semblé très affecté
par des décisions qui se sont ajou-
créer pas à pas une Union politi- rope, mais plus d’Europe. » Il ne une partie lutions qu’elle impose à son parti. Le ministre suédois Carl Bildt a tées à quatre séries de mesures
que », a affirmé Mme Merkel.
L’ancienne étudiante en physi-
s’agit pas seulement de solidarité.
Mais comme les soucis d’un pays
de la politique Alors que le précédent congrès de
la CDU à Leipzig, en 2003, avait
jugé, de son côté, qu’il fallait au
préalable examiner dans le détail
financières et économiques adop-
tées par les Nations unies – où Mos-
que de l’université Karl-Marx de sont les soucis de tous les autres, la intérieure symbolisé le virage libéral du par- le rapport de l’AIEA, qui n’irait, cou et Pékin s’opposent désormais
Leipzig (de 1976 à 1978) s’est faite
pédagogue. Lorsque la République
responsabilité de chacun est l’affai-
re de tous. « Nous sommes tous
européenne» ti, celui de 2011 consacre son recen-
trage. « La CDU doit rester le grand
selon lui, « pas aussi loin » que cer-
tains l’affirment. Quant à la Polo-
à de nouveaux pas en avant.
Certains responsables ne peu-
fédérale d’Allemagne a été créée, une partie de la politique intérieu- Angela Merkel parti du centre », a proclamé Ange- gne, qui exerce la présidence tour- vent donc plus miser que sur le
les Européens représentaient 20 % re européenne. » Conséquence : la Merkel, justifiant les multiples nante de l’Union, elle prévient, par bon sens pour forger une opinion
dela populationmondiale. Aujour- pour ne plus avoir à subir ce que Jusqu’où peut aller cette per- inflexions qu’elle impose à son la voix d’un diplomate de haut internationale commune : « Je ne
d’hui, à peine 7 %. La situation des nous vivons aujourd’hui, il faut cée ? A terme, assez loin. La organisation. rang, qu’elle ne participera à aucu- peux m’imaginer que la Russie et la
Allemands est encore pire : dans « un mécanisme de sanctions auto- motion sur l’Europe prévoit La fin du service militaire ? Une ne intervention car « cette partie Chine ont intérêt à ce que l’Iran dis-
les dix ans à venir, le nombre d’éco- matiques » contre les pays qui ne même d’élire le président de la conséquence de la fin de la guerre du monde n’a pas besoin d’une pose d’une bombe nucléaire »,
liers va diminuer de 30 %. L’Euro- respectent pas les règles du pacte Commission européenne au suf- froide. La fin du nucléaire civil ? guerre supplémentaire ». déclare ainsi le ministre luxem-
pe, ce n’est donc pas seulement la de stabilité ; il faut aussi que l’on frage universel « pour donner un Avec la catastrophe de Fukushi- Confrontée à cette palette de bourgeois Jean Asselborn. p
paix, c’est aussi la prospérité pré- puisse porter plainte contre ces visage à l’Europe ». Une idée qu’a ma, au Japon, l’impensable s’est commentaires pour le moins éten- Jean-Pierre Stroobants
sente et à venir de l’Allemagne. Etats devant la Cour européenne réussi à imposer Wolfgang produit. La réorganisation de l’en-
Schäuble, le très europhile minis- seignement secondaire qui fait si
Vers l’équivalent d’un salaire minimum

La CDU avait trois vaches nationalement ni imposé par le


tre des finances qui, comme la
chancelière, a reçu une standing
ovation de plusieurs minutes à la
peur à l’électorat conservateur
parce qu’elle estompe les différen-
ces entre les différents cycles ?
La France nie le versement
sacrées : le service militaire obli-
gatoire, la politique nucléaire et
pouvoir politique. Une commis-
sion regroupant le patronat et
fin de son discours. Certes, ce n’est
qu’un paragraphe dans une
Une conséquence de la démogra-
phie du pays.
d’une rançon au Yémen
l’autonomie des partenaires les syndicats sera chargée de motion de plusieurs pages, mais A écouter la chancelière, tout
sociaux. La chancelière Angela fixer le niveau de ce salaire mini- le fait est désormais acté. cela paraît non seulement logique Libérés après cinq mois de captivité, les otages
Merkel a mis fin aux trois. Lundi mum en fonction des régions et Angela Merkel s’est gardée de mais nécessaire. On en oublierait français de l’ONG Triangle ont regagné Paris
14 novembre, le congrès de la des branches. Cela existe dans toutlyrisme. «Ce n’est pas une peti- presque que ce programme l’éloi-
CDU a en effet approuvé à une certains secteurs, mais pas dans te mission » qui nous attend, gne de ses partenaires de la coali-

L
très large majorité l’idée d’un tous. Dans l’ex-RDA, il n’est pas a-t-elle reconnu. Malgré les applau- tion et la rapproche insensible- es trois otages français enle- Al-Qoussa, une médiation aurait
salaire minimum. Contraire- rare de trouver des emplois dissements, la chancelière est ment des sociaux-démocrates et vésenmaiauYémensontarri- étéouverte par des chefs de la gran-
ment à ce que souhaitaient cer- payés moins de 5 euros brut de d’ailleurs apparue en permanence des écologistes. p vésen Francelundi 14 novem- de tribu des Awaleq qui contrôle le
tains, celui-ci ne sera pas fixé l’heure. – (Corresp.) préoccupée et a pris grand soin de Frédéric Lemaître bre, après une captivité de plus de sud de la province de Shabwa et
cinq mois. Ils ont été accueillis à dont était issu le prédicateur
Paris par le ministre des affaires américano-yéménite Anouar

L’usage des scanners corporels dans les aéroports étrangères, Alain Juppé. Ce dernier
avait démenti auparavant le verse-
ment d’une rançon évoquée par
Al-Awlaqi, tué par une frappe de
drone américain le 30 septembre.
Figure charismatique du djihadis-
de l’Union sera autorisé mais sévèrement encadré des sources yéménites en contre-
partie de la libération des trois
me, Anouar Al-Awlaqi ne figurait
pas dans l’organigramme d’AQPA,
Français qui avait été annoncée selon le spécialiste des mouve-
La Commission européenne a fixé des règles d’utilisation de ces appareils dansla nuit du dimanche 13 au lun- ments djihadistes Dominique Tho-
di 14 novembre. « La France a pour mas, de l’Institut des hautes étu-
principe de ne pas payer de rançon des en sciences sociales, qui analy-
Bruxelles des appareillages en attendant des Le projet de Bruxelles vise à avait embarqué pour Detroit alors pour des raisons d’Etat, bien sûr », se le rapt et la libération comme la
Bureau européen règles communes. Chaque pays interdire la conservation, la copie qu’il était porteur d’un explosif avait assuré M. Juppé. preuve d’une stratégie d’implanta-
restera, en fait, libre d’adopter ou ou l’impression des images obte- dissimulé dans ses sous-vête- Spécialistes d’agronomie, les tion territoriale d’AQPA.

L
a Commission européenne a non les scanners dits « de sécuri- nues, l’accès à celles-ci devant être ments. Il avait tenté, en vain, d’y trois otages français travaillant Après la transmission d’une
proposé, lundi 14 novembre, té ». Slim Kallas, commissaire aux strictement réglementé. Les ima- mettre le feu. Immédiatement, pour l’ONG Triangle génération vidéo attestant de la bonne santé
un cadre légal pour l’utilisa- transports, affirme qu’ils « ne sont ges devraient, en outre, rester ano- des responsables européens et humanitaire avaient été enlevés le des otages français il y a environ
tion des scanners corporels dans pas une panacée, mais offrent une nymes, et les personnes chargées américains, avaient plaidé pour la 28 mai à Seyoun, dans la province trois semaines, la médiation triba-
les aéroports de l’Union. Pour l’oc- de le contrôler seront placées dans généralisation des scanners. Cet de l’Hadramout. Selon de bons le aurait été conclue avec l’aide
casion – et le symbole –, ils sont
désormais rebaptisés « scanners
Les usagers devront un local séparé du lieu de contrôle.
Elles ne pourront donc pas établir
empressement était destiné, aus-
si, à faire oublier les défaillances
connaisseurs du dossier, ils
auraient été la cible d’un groupe
d’un homme d’affaire implanté à
Oman, un pays voisin qui compte
de sécurité ». marquer leur accord de lien avec tel ou tel passager. des forces de l’ordre : le jeune hom- directement lié à Al-Qaida pour la unetrès importante et trèsinfluen-
Le texte, qui sera appliqué dès
décembre, autorise l’usage de ces
pour être «scannés». Les usagers devront marquer
leur accord pour être « scannés ».
me avait été dénoncé par son pro-
pre père, en vain.
Péninsule arabique (AQPA), la filia-
ledela nébuleuse djihadiste consti-
te diaspora yéménite. C’est par son
truchement, sans que l’on puisse
appareils à certaines conditions et S’ils refusent, S’ils refusent, ils seront, comme Faceà l’empressement de certai- tuée en février 2009 à partir de affirmer qu’aucune somme d’ar-
fixe des règles communes pour le
respect de la santé et de la vie pri-
ils seront soumis aujourd’hui, soumis à un détec-
teur et, le cas échéant, à une
nes capitales, la Commission était
divisée et le Parlement plutôt hos-
groupes yéménites et saoudiens,
ou bien enlevés par un autre grou-
gent n’a été versée en échange, que
les trois Français ont pu quitter la
vée. Depuis une tentative d’atten- à un détecteur fouille. Seuls les scanners n’utili- tile. La question de la nocivité et de pe qui les aurait ensuite sous-trai- région où ils étaient retenus pour
tat sur un vol Amsterdam-Detroit, sant pas de rayons X seront autori- l’efficacité des appareils a été tésà unresponsableimportantd’A- le sultanat d’Oman.
le 25 décembre 2009, les Etats ont réelle occasion de renforcer la sécu- sés, commele réclamaient les euro- posée, comme celle de la conformi- QPA, Fahd Al-Qoussa, implanté Un périple qui atteste un peu
agi en ordre dispersé. rité des passagers » et peuvent députés, et toutes les techniques té à certaines règles morales. En dans la province de Shabwa. plus de la déliquescence du pou-
Certains (Royaume-Uni, Pays- s’avérer plus précis que les techni- futures devront être conformes proposant aux Etats d’harmoniser Contrairement à cette zone, l’Ha- voir yéménite, paralysé par la
Bas) ont déjà recours aux scan- ques actuelles pour détecter des aux standards européens. leurs pratiques et en fixant des gar- dramout n’est pas considéré en contestation qui vise le président
ners, d’autres s’y opposent, objets métalliques ou non métalli- En 2009, Omar Farouk Abdul- de-fous, Bruxelles espère limiter effet comme un bastion djihadiste. Ali Abdallah Saleh, qui n’a pas joué
d’autres encore (parmi lesquels la ques. Ils permettent aussi de limi- muttalab, un jeune Nigérian les risques de dérive. p Une fois les trois Français parve- le moindre rôle dans cette crise. p
France et l’Allemagne) ont testé ter l’usage des fouilles corporelles. converti au radicalisme terroriste, J.-P. S. nus dans les mains de Fahd Gilles Paris
0123
Mercredi 16 novembre 2011 international 5

La Cour suprême L’Assemblée constituante tunisienne


américaine se saisit est morcelée et dominée par les islamistes
de la loi Obama sur Selon les résultats définitifs de l’élection, rendus publics lundi 14novembre après l’examen
de tous les recours par le tribunal administratif, 20% des voix ne sont pas représentées

l’assurance-santé Tunis
Envoyée spéciale RÉPARTITION DES ÉLUS À L’ASSEMBLÉE CONSTITUANTE
Mais résistera-t-elle à l’attraction
d’Al-Aridha devenu la troisième
force politique du pays ? Rien
Les juges statueront sur sa constitutionnalité
L
a composition de l’Assem- Parti démocrate Ettakatol 20 qu’en s’alliant avec elle, Ennahda
quatre mois avant l’élection présidentielle blée constituante tunisien- progressiste deviendrait majoritaire à l’Assem-
ne est désormais fixée, selon 16 « Pétition populaire » blée constituante.
les résultats définitifs annoncés Pôle démocratique 26 A la lumière des résultats défini-

L
’avenir de l’assurance-mala- me ont accepté d’examiner le lundi 14 novembre par l’Instance moderniste Congrès pour la République tifs présentés lundi, aucun parti
die universelle, principal suc- recours contre la loi déposé par supérieure indépendante des élec- 5 29 n’est en effet en mesure de s’impo-
cès législatif de Barack Oba- vingt-six Etats, dont le sien. tions (ISIE). Avec plus de 1,5 mil- L’Initiative ser, tant les scores apparaissent
ma et enjeu emblématique du pro- « Nous savons que [cette] loi est lion de voix, le parti islamiste 5 relatifs à la faveur de la grande dis-
chain scrutin présidentiel, sera constitutionnelle, et nous sommes Ennahda obtient 89 sièges sur 217, Ennahda persion de voix.
tranché par la Cour suprême à la confiants : la Cour suprême va le loin devant son premier concur- Afek Tounes 4 89 élus La participation a atteint 86,1 %
fin du mois de juin 2012, en pleine confirmer », a déclaré en écho Dan rent, le Congrès pour la Républi- PCOT 3 des 4 098 888 inscrits sur les listes
bataille électorale. Pfeiffer, directeur de la communi- que (CPR), dirigé par l’ancien oppo- Achab 2 électorales, mais seulement 54,1 %
La haute juridiction a en effet cation de la Maison Blanche. sant Moncef Marzouki, en deuxiè- MDS 2 217 élus des 7,5 millions d’électeurs poten-
accepté, lundi 14 novembre, d’exa- me position avec 29 sièges Autres 16 tiels. Ainsi, après Ennahda, qui
miner non seulement la requête Arme politique (341 549 voix). La troisième place remporte 35 % des suffrages expri-
de l’administration Obama lui Le sort de la loi, qui n’est pas revient à Al-Aridha (« Pétition més (19 % du corps électoral), le
demandant de déclarer la loi concrètement entrée en vigueur, populaire », 26 sièges, SOURCE : LE MONDE niveau dégringole : le CPR a obte-
conforme à la Constitution, mais prometd’être au cœurde lacampa- 252 025 voix) venue bousculer, nu 8 % des suffrages exprimés
aussi deux recours, dont celui gne de 2012. Une décision positive contre toute attente, le premier l’ancien parti au pouvoir du régi- sés avec des opposants « modé- (environ 5 % du corps électoral) et
déposé par vingt-six Etats, récla- conforterait le président sortant et scrutin libre de Tunisie. me de Zine El-Abidine Ben Ali. rés » au régime. « J’ai besoin de vos le parti Ettakatol de Mustapha Ben
mant une décision inverse. Les mettrait les républicains en porte à Après examen des 104 recours Piloté par Hachemi Hamdi, un encouragements et de votre protec- Jafaar, arrivé en quatrième posi-
neufsages, dontle poids estcontro- faux.Silessagesjugentlaloiincons- déposés depuis le vote du 23 octo- homme d’affaires populiste et tion pour cette initiative, écrit-il (…) tion, moins de 7 % des suffrages
versé, vont ainsi avoir à arbitrer un titutionnelle, M. Obama subira un bre, le tribunal administratif a controversé, résidant à Londres, Il y aura certainement quelques cri- exprimés (4 % de l’ensemble).
contentieuxde principe auxconsé- revers. Mais il aura aussi une occa- décidé de rétablir cinq des six lis- propriétaire de la chaîne de télévi- tiques mais je vous garantis, Excel- Sur les 27 formations représen-
quences politiques considérables. sion de remobiliser son électorat. tes d’Al-Aridha invalidées quel- sion Al-Mustakillah, Al-Aridha lence, que ce sera au profit de la tées à l’Assemblée, 16 listes indé-
Il s’agit en effet de juger de la Dans tous les cas, le sujet constitue- ques jours plus tôt par l’ISIE pour n’en finit pas de jeter le trouble en Tunisie (…) et de votre discours du
constitutionnalité des disposi-
tions de la loi, promulguée en
ra une arme politique de premier
plan:MittRomney,probableadver-
dépassement de frais de campa-
gne par financement privé. Crain-
Tunisie. Dans un récent rapport
rendu public, la Commission
12 novembre qui comporte des
idées extraordinaires… » Comme
A la lumière des
2010, qui oblige chaque Américain saire de M. Obama, a institué, dans te de débordements comme ceux nationale d’investigation sur la tout le reste du rapport, ces élé- résultats définitifs
à souscrire une assurance-maladie
sous peine d’amende. Le pouvoir
l’Etat du Massachusetts dont il est
le gouverneur, un système proche
survenus il y a peu à Sidi Bouzid,
au centre du pays ?
corruption et la malversation de
la famille Ben Ali a mis en lumière
ments ont été transmis au parquet
de Tunis pour statuer sur d’éven-
présentés lundi,
du gouvernement fédéral à insti- de la loi Obama, qu’il combat sur le En tout cas, seule l’annulation les liens entre M. Hamdi et le prési- tuelles subventions. « Ces lettres aucun parti n’est
tuer pareille obligation est en cau-
se. Mais l’enjeu est aussi crucial
plan fédéral. Cette contradiction
est déjà utilisée par les démocrates,
d’une de ces listes, considérées
comme indépendantes, a été
dent déchu.
Dans deux lettres conjointes
peuvent susciter des interroga-
tions », commente prudemment
en effet en mesure
dans la perspective de l’éventuelle désireux de faire passer M. Rom- confirmée : elle était menée par datées du 11 décembre 2009 adres- Abdelfattah Amor, président de la de s’imposer
réélection de M. Obama, qui avait ney pour une girouette. un ancien membre du Rassemble- sées à Zine El-Abidine Ben Ali, commission d’investigation.
mis tout son poids et dépensé Le calendrier retenu pour l’exa- ment constitutionnel démocrati- l’homme d’affaires de Londres sol- Surgi à la surprise générale, pendantes ont obtenu un seul siè-
beaucoup d’énergie pour faire men de ce dossier confirme son que (RCD), interdit de se présenter licite l’appui du palais de Carthage Al-Aridha est en proie aujourd’hui ge. Pis : 20 % des voix, soit un cin-
adopter cette « loi sur la protection importance électorale. Fixé proba- comme tous les responsables de pour organiser des débats télévi- à des dissensions internes. Cinq de quième des votants, ne dispose-
du malade et les soins abordables ». blement au mois de mars 2012, un ses candidats élus à l’Assemblée ront d’aucune représentation…
Les républicains combattent ce débat aura d’abord lieu au cours Le vœu de l’émir du Qatar constituante ont déjà annoncé L’Assemblée constituante
texte, qu’ils jugent attentatoire à la d’une audience dont la durée a été leur intention de quitter cette nou- devrait se réunir pour la première
liberté individuelle. Le mouve- fixée à cinq heures et demie, au L’émir du Qatar, Hamid Ben Khali- çue comme tutélaire, les autori- velle formation écartée des négo- fois le 22 novembre. Près d’un
ment Tea Party en fait le symbole lieu d’une heure, comme le veut fa Al-Thani, a fait part de son tés tunisiennes envisagent d’élar- ciations actuelles entre partis pour mois après le scrutin, les négocia-
du caractère « socialiste » de la poli- l’usage. La décision sera rendue désir d’être présent et d’assister gir, au monde arabe notamment, former le futur gouvernement tions se révèlent laborieuses pour
tique de M. Obama. Procureur publique quatre mois avant la pré- à la première réunion publique, la liste des invités potentiels. tunisien « d’unité nationale ». la désignation d’un nouveau prési-
général de l’Etat de Floride, Pam sidentielle. Les sages diront alors si mardi 22 novembre, de l’Assem- Puissant bailleur de fonds de la La direction d’Ennahda a plu- dent de la République par intérim
Bondi a estimé, lundi, qu’il consti- l’assurance-maladie obligatoire blée constituante tunisienne, Tunisie, bien que nombre de pro- sieurs fois répété qu’elle excluait et la formation d’un gouverne-
tuait une « menace sans précédent est constitutionnelle ou non. Dans allant jusqu’à proposer d’être messes n’aient pas été réalisées toute discussion avec « tous ceux ment transitoire chargé de gérer le
surla libertédes Américains simple- ce dernier cas, ilsdevront aussi pré- accompagné… du président fran- du temps de l’ancien régime de qui ont collaboré avec l’ancien régi- pays pendant la rédaction, prévue
ment parce qu’ils vivent dans ce ciser ce qui subsistera de la loi Oba- çais, Nicolas Sarkozy. Embarras- Zine El-Abidine Ben Ali, le Qatar me », y compris avec M. Hamdi – pendant un an, de la future Consti-
pays ». Mme Bondi se réjouit de ce ma sur la santé. p sées vis-à-vis de cette présence annoncerait cette fois le verse- un ancien islamiste issu de ses tution tunisienne. p
que les neuf juges de la Cour suprê- Philippe Bernard honorifique qui pourrait être per- ment d’un milliard de dollars. rangs, rallié ensuite au pouvoir. Isabelle Mandraud

Etats-Unis
La police évacue le square
zegna.com * Vivre passionnÈment

des anti-Wall Street à New York

NEW YORK. Des centaines de policiers ont commencé aux premières


heures du mardi 15 novembre, à évacuer le campement d’Occu-
py Wall Street à New York, et les tentes installées le 17 septembre sur le
square Zuccotti ont été arrachées. Vers 2 heures du matin, la plupart des
centaines de militants qui campaient sur le square l’avaient quitté. Le
maire de New York Michael Bloomberg a promis aux manifestants
qu’ils pourraient revenir une fois le parc nettoyé. – (AFP.) p

Jordanie
Le roi Abdallah II appelle
Bachar Al-Assad à démissionner
Le roi Abdallah II de Jordanie est le premier dirigeant arabe à avoir appelé
le président Bachar Al-Assad à « quitter le pouvoir », lundi 14 novembre,
alors que plus de 70 personnes (dont 34 soldats et 12 déserteurs) ont péri
dans les violences ce même jour en Syrie. Depuis l’annonce, samedi, de sa
suspension de la Ligue arabe, Damas subit une intense pression. Une réu-
nion extraordinaire de l’organisation est prévue mercredi 16 novembre à
Rabat (Maroc). Des sanctions économiques et politiques pourraient y être
Passion for Life*
annoncées. La Turquie pourrait annoncer prochainement des sanctions, Boot LacÈ et Derby ìSplit Toeî
tandis que l’Union européenne a étendu lundi ses sanctions individuel-
les à 18 autres personnalités du régime et gelé les prêts de la Banque euro-
péenne d’investissements (BEI). p
6 planète 0123
Mercredi 16 novembre 2011

Les drogues de synthèse Le poids prépondérant du cannabis


INFRACTIONS LIÉES À LA CONSOMMATION OU À LA DÉTENTION DE DROGUE
base 100 = 2004
200

gagnent du terrain dans Cocaïne


Amphétamines Ecstasy

l’Union européenne 150


Héroïne
Amphétamines
Cocaïne

Héroïne
912 416
La prise d’héroïne est en baisse, celle de cannabis stagne 100
Cannabis
signalements
(2009)
mais 41 alternatives chimiques sont apparues en 2010
Cannabis
50

R
ecul de la consommation de et 2010, par le biais du système tant des produits vendus sur Inter- Ecstasy
cocaïne, déclin de la prise d’alerte de l’Union européenne net –un mode de diffusion lui aussi
2004 05 06 07 08 2009
d’héroïne par injection, ten- (UE), la vitesse à laquelle ils appa- en pleine expansion. En 2011, SOURCE : RAPPORT OEDT 2011
dance à la baisse ou à la stabilisa- raissent sur le marché ne cesse l’OEDT a recensé un chiffre record
tion de la popularité du cannabis d’augmenter depuis quelques de 600 boutiques en ligne propo-
chez les jeunes adultes : les derniè- années.Alorsque13nouvellessubs- sant des substances psychoactives. L’OEDT note aussi que les pro- éléments dressent un tableau l’OEDT. « Cela se traduit dans le
res tendances relevées par l’Obser- tances avaient été identifiées en Plusieurs de ces sites font preuve ducteurs européens d’ecstasy ou d’autant plus confus de la situation nombredesubstancesnouvellesqui
vatoire européen des drogues et 2008, elles étaient 24 en 2009, et 41 de prudence, en fixant des restric- d’amphétamines, drogues illicites des drogues de synthèse qu’on apparaissent sur le marché, mais
des toxicomanies (OEDT), qui pré- en 2010. Ainsi, en proposant des tions aux livraisons, ou encore en fabriquées à partir de précurseurs observe une interaction croissante aussi dans leur diversité, et dans la
sentaitàLisbonne,mardi15novem- alternatives dès qu’une drogue est affichant des clauses de non-res- chimiques importés, ont recours à entre les marchés des « euphori- manière dont elles sont produites,
bre,son rapportannuel,pourraient interdite, les fournisseurs ponsabilité sanitaire ou juridique. des techniques de plus en plus santslégaux » et dessubstances illi- distribuées et commercialisées ».
paraître rassurantes. d’« euphorisants légaux » (terme La plupart des 41 nouvelles subs- sophistiquées pour contourner la cites. Des substances psychoacti- Dans ce jeu du chat et de la sou-
Ce serait sans compter les « nou- générique désignant les substan- tances identifiées en 2010 sont des réglementation. Les plus courantes ves non contrôlées (cathinones, ris en mutation constante, com-
velles menaces » que constitue le ces psychoactives non contrôlées cannabinoïdes (aux effets proches consistent « à synthétiser des pré- phénéthylamines) peuvent ainsi mentla lutteantidrogue européen-
marché des drogues de synthèse, et par la législation antidrogue) gar- ducannabis)oudescathinonespro- curseursàpartirde“pré-précurseur- être vendues dans les milieux fes- ne peut-elle espérer reprendre la
l’émergence croissante de nouvel- dent-ils toujours une longueur ches de la méphédrone, un stimu- s”, ou à les “masquer” en produits tifs comme de prétendus compri- main ? « En parvenant à identifier
les substances psychotropes. Si d’avance sur les contrôles. lant apparu il y a quelques années chimiques non contrôlés, qui seront més d’ecstasy. Tandis qu’à plus rapidement les nouvelles subs-
plus de 150 de ces nouveaux pro- Nombre de ces nouvelles subs- et désormais classé sur la liste des retransformés après importation ». l’inverse, « la PMMA, une substance
duits ont été répertoriés, entre 1997 tances ont été découvertes en tes- stupéfiants par l’UE. Mis bout à bout, ces différents contrôlée, a récemment été décou-
verte dans certains produits vendus
Nombre de ces
nouvelles substances
Héroïne et sida, un couple toujours à risque comme “euphorisants légaux” ».
« Ce qui est préoccupant, c’est
qu’onretrouve surle marchédeplus
ont été découvertes
en plus de produits qui n’ont pas du sur Internet
LES DONNÉES PUBLIÉES par l’Ob- ron 1300 cas au total). Alors que (13,4cas). En juillet 2011, la Grèce, En juillet 2010, à l’occasion de la tout été testés, ni pour leurs effets ni
servatoire européen des drogues l’épidémie de sida chez les usagers où la prévalence du sida est histori- Conférence mondiale sur le sida, la pour leur dangerosité. Sur ces nou- tances et les tendances émergen-
et des toxicomanies (OEDT) font de drogue par injection devient un quement faible, rapportait 170nou- revue britannique The Lancet avait velles substances, on ne sait à peu tes », répondent les experts. Ce qui
apparaître une relative stabilité de problème majeur de santé publi- velles infections au VIH parmi les consacré un numéro aux usagers près rien », relève Agnès Cadet- implique une étroite surveillance
l’usage d’opiacés en Europe, et une que dans de nombreux pays limi- usagers de drogue par injection. de drogues porteurs du VIH. Les Taïrou, responsable du pôle « Ten- policière des substances psychoac-
baisse globale de l’injection d’hé- trophes (Russie et Ukraine en parti- Plus récemment, les experts de études publiées montraient indis- dances récentes et nouvelles dro- tives nouvellement contrôlées,
roïne. Cette pratique continue de culier), la situation de l’Europe est, l’OEDT ont noté des augmenta- cutablement le lien existant entre gues » à l’Observatoire français des mais aussi le développement accru
présenter des risques élevés d’in- sur ce point, plutôt satisfaisante. tions de la prévalence du VIH chez les conditions de prise en charge drogues et des toxicomanies «d’indicateurs de pointe », comme
fections transmises par le sang, Le rapport de l’OEDT n’en fait les toxicomanes en Roumanie, et des usagers de drogue par voie (OFDT). Une nébuleuse d’autant la surveillance d’Internet… et l’ana-
par le virus du sida (VIH). pas moins état d’évolutions inquié- peut-être en Hongrie. Le tout dans intraveineuse et l’infection par le plus dense que les usagers de ces lyse des eaux usées. Discipline
Globalement, le taux moyen de tantes. En 2009, le taux de nou- un contexte de récession économi- virus. Là où ces conditions sont nouvellesdroguessont, leplussou- scientifique en pleine expansion,
nouveaux cas de contamination veaux cas diagnostiqués en liaison que, faisant craindre à Wolfgang mauvaises, l’épidémie progresse vent, des polyconsommateurs. « l’épidémiologie des eaux
par le VIH dans l’Union européen- avec la consommation de drogue Götz, directeur de l’OEDT, «que cer- dans cette population à haut ris- « À l’image du monde dans d’égouts » pourrait en effet contri-
ne continue de chuter, atteignant par injection restait élevé en Esto- tains pays soient moins en mesure que; dès qu’elles s’améliorent, elle lequel nous vivons, le marché de la buer à surveiller les tendances des
en 2009 son niveau le plus bas nie (63,4 cas par million d’habi- d’apporter des réponses adéquates régresse. En temps de crise, la vigi- drogue évolue de façon de plus en populationsenmatièredeconsom-
depuis le début de l’épidémie (2,85 tants), en Lituanie (34,9 cas), en Let- à ceux qui courent le plus grand ris- lance s’impose plus que jamais. p plusrapideetglobalisée»,commen- mation de substances illicites. p
par million d’habitants, soit envi- tonie (32,7 cas), au Portugal que d’infection». C. V. te Wolfgang Götz, directeur de Catherine Vincent

La défense des abeilles, un «job» de plus en plus prenant pour les apiculteurs français
La mortalité des abeilles s’est envolée et la récolte de miel a chuté de près de 40% en quinzeans

D
u temps de son père, apicul- ets’apprêtentàsecompterpluspré- tée. L’Unaf a attaqué la préfecture selon les régions. La Lozère est clas- cides à laquelle appartiennent que l’innocuité du produit ait été
teur professionnel avant lui cisément. du Loiret devant le tribunal admi- sée en calamité agricole avec une Régent, Proteus, Gaucho, Cruiser. prouvée et alors que nous avions
en Ardèche, la mortalité « A l’époque de mon père, pour- nistratif d’Orléans, pour l’exemple. collecte réduite de moitié tandis Fabriquépar Syngenta,cetinsec- une procédure en cours devant le
hivernale des abeilles suscitait l’in- suit Olivier Belval, le syndicalisme L’abeille est une sentinelle de qu’elle s’annonce satisfaisante en ticide a bénéficié récemment de Conseil d'Etat, 600 000 hectares de
quiétude lorsqu’elle dépassait 5 %, se résumait à trois réunions par an. l’environnement, plaide l’Unaf Ile-de-France. Partout, en raison de deux autorisations de mises sur le champs de colza avaient déjà été
témoigne Olivier Belval, président Aujourd’hui la défense des abeilles depuis des années. Ce message est la sécheresse, les quantités de miel marché. Les apiculteurs ont déposé traitésauCruiser,40 %de laproduc-
del’Union nationale del’apiculture est devenue un véritable combat, bien passé auprès des Français. Le de châtaignier sont décevantes. quatre recours contre le Crui- tion française !»
française (Unaf). A présent, elle l’Unaf emploie huit salariés et je sondage Ipsos réalisé pour l’Unaf ser 350 et son prédécesseur desti- En juin, l’Italie a interdit l’usage
s’élève en moyenne à 30 % en Fran-
ce, atteint des pics de 60 % par
monte presque toutes les semaines
à Paris. » Les fronts sont nom-
en février, selon la méthode des
quotas, indique que 88 % des inter-
88% des Français nés au maïs et se battent pour obte-
nir l’annulation de l’autorisation
des insecticides néonicotinoïdes
sur le maïs pour la troisième
endroits et parvient au mieux à se breux: pesticides, OGM, frelon Ves- rogés se disent conscients de la dis- se disent conscients du Cruiser OSR pour le traitement année consécutive. Dans des
maintenir à 15 % dans les départe-
ments où l’agriculture bio est plus
pa velutina. Cette année, la fédéra-
tion – forte de 22 000 adhérents
parition massive des abeilles, tan-
dis que 77 % connaissent leur
de la disparition du colza. Les poursuites de l’Unaf
contre le ministère de l’agriculture
régions concernées, les mortalités
des abeilles sont passées de 37,5 %
présente : Drôme, Ardèche, dont plus d’un tiers des 2 000 pro- actionpollinisatrice.Parmilesprin- massive des abeilles etSyngentaviennentd’êtretransfé- en 2007-2008 à 15 % en 2010-2011,
Ariège… Mardi 15 novembre, l’Unaf, fessionnels–, dénonce aussi l’épan- cipaux responsables de cette héca- rées au tribunal administratif de selon une étude italienne . « Ces
qui fédère les syndicats départe- dageaérien depesticides. Cettepra- tombe, les pesticides se classent au Au total, la production française Versailles et vont prendre plu- produits sont des neurotoxiques
mentaux, devait dresser un tour tique, en principe interdite dans premier ou au deuxième rang pour devrait stagner à environ 20 000 sieurs années. pour les abeilles, explique Olivier
d’horizon annuel propre à susciter l’Union européenne, sauf circons- 94% dupanel, suivis dudéveloppe- tonnescommelesdeuxannéespré- D’autres plaintes déposées par Belval. Celles-ci ne meurent pas
quelque découragement : la pro- tances exceptionnelles, bénéficie ment de l’agriculture intensive cédentes pour 24 000 tonnes qui la fédération en 2000 contre Bayer d’emblée mais peuvent perdre la
ductiondemielrestefaible;desapi- de multiples dérogations en Fran- (59 %), du changement climatique seront importées. On reste loin des n’ont pas encore abouti. La course mémoire, persister là où il n’y a
culteurs, amateurs ou non, jettent ce. L’obligation de prévenir les api- (29%). 32 000 tonnes de récolte enregis- contre le temps ne joue pas en plus rien à butiner, battre d’une
l’éponge. Ils étaient 85 000 en 1995, culteurs quarante-huit heures à La récolte de miel 2011 enregis- trées 1995… avant l’apparition des faveur des abeilles. « Fin juillet, un aile seulement… » p
moins de 70 000 dix ans plus tard l’avance n’est pas toujours respec- tre des performances variables néonicotinoïdes,lafamilledepesti- mois après son autorisation, sans Martine Valo

Environnement Chevron
Au Japon, la chasse à la baleine profite de l’argent de la reconstruction tente d’endiguer une fuite
de pétrole au large de Rio
Le pétrolier américain Chevron

C
ontestées, les activités japo- qu’Ishinomaki, l’une des villes les par les activistes hostiles à la chas- dès le 27 octobre une lettre ouver- forme de chasse commerciale, y tente de contrôler une fuite de
naises de chasse à la balei- plus touchées de la préfecture de se à la baleine ». Plus précisé- te aux autorités, les appelant à compris aux activités pseudo- brut survenue jeudi 10 novem-
ne, officiellement présen- Miyagi, est connue pour sa tradi- ment, l’enveloppe financera le « consacrer cet argent aux victi- scientifiques du Japon ». bre dans le champ offshore de
tées comme faisant partie d’un tion ancienne de chasse baleiniè- déploiement de navires d’escorte mes au lieu de le gaspiller dans La chasse baleinière fait l’objet Campo Frade, à 370 km au nord-
programme de recherche, susci- re. Elle abritait d’ailleurs un parc à des baleiniers. Car les campagnes une inutile mission de chasse d’un moratoire international est des côtes de Rio de Janeiro (Bré-
tent de nouvelles critiques. De thème sur cette activité, le Oshika annuelles dans l’Antarctique baleinière ». Le document, s’ap- depuis 1986. Mais des dérogations sil), a indiqué le groupe, lundi
façon pour le moins inattendue, Whale land, aujourd’hui détruit. sont soumises à rudes pressions. puyant sur des chiffres officiels, autorisent le Japon à s’y livrer 14 novembre. Chevron dispose de
une partie du financement de la Fort de cet argument, l’agence L’organisation de protection des précise que chaque campagne sous couvert d’études scientifi- 17 navires pour contenir la nappe
campagne 2011 dans l’Antarcti- a obtenu une enveloppe de cétacés, Sea Shepherd mobilise coûte environ 3 milliards de yens ques. Les Japonais ont pêché plus de pétrole, qui représente entre
que, dont la tenue a été confir- 2,3 milliards de yens (21,2 millions chaque année plusieurs bateaux et se termine sur un déficit de de 10 000 baleines depuis 1988. Le 400 et 650 barils, et se trouve
mée le 4 octobre par le ministre d’euros). Or cet argent n’ira pas à pour tenter de perturber l’activi- 1,9 milliard de yens. maintien de la chasse est aussi un actuellement à 120 km du littoral.
de l’agriculture et des pêches, la reconstruction d’installations, té des baleiniers. En février, enjeu de politique intérieure. Au Des bouées de contention et des
Michihiko Kano, sera assurée par à l’achat de nouveaux bateaux, ni Tokyo a été contraint de jeter Moratoire international point d’avoir convaincu les autori- systèmes de récupération ont été
des fonds prélevés sur le troisiè- même au soutien des victimes. Il l’éponge en suspendant la campa- L’annonce de la nouvelle cam- tés d’autoriser une nouvelle cam- déployés dans la zone ; toutes les
me budget supplémentaire servira à « assurer la bonne exécu- gne pour raison de sécurité. pagne avait auparavant suscité le pagne, mais au risque de voir le activités de forage y ont été inter-
consacré à la reconstruction des tion de la campagne 2011 » qui L’octroi de cette subvention a mécontentement de l’Australie. Japon perdre une partie du capital rompues. La présidente du Brésil
zones dévastées le 11 mars. doit débuter fin novembre ou fait réagir les organisations de Canberra, qui a déposé une plain- de sympathie suscitée par la catas- Dilma Rousseff a demandé
Pour établir le lien avec le séis- début décembre et à « renforcer protection de l’environnement. te contre Tokyo en 2010 auprès trophe de mars. p l’ouverture d’une « enquête rigou-
me, le tsunami et la crise nucléai- les moyens de lutte contre les opé- Quatorze d’entre elles, dont de la Cour pénale internationale, Philippe Mesmer reuse » sur les causes de l’accident
re, l’agence des pêches a rappelé rations de harcèlement menées Greenpeace Japan, ont adressé a rappelé son opposition « à toute (Tokyo, correspondance) et ses responsables. – (AFP.)
0123
Mercredi 16 novembre 2011
france 7

Ecologie: le débat Duflot - Kosciusko-Morizet


La dirigeante d’EE-LV et la ministre opposent deux stratégies pour la transition qu’elles appellent de leurs vœux

N
athalie Kosciusko-Morizet, comme la préconisent les écolo-
ministre de l’écologie, du gistes, est-elle possible ?
développement durable, Nathalie kosciusko-Morizet :
des transports et du logement, et « Les écologistes pensent cette
Cécile Duflot, secrétaire nationale affaire totalement à l’envers, de
d’Europe Ecologie-Les Verts, ont façon évidemment très idéologi-
débattu de la place de l’écologie que,et lamélangent avec des consi-
dans les politiques publiques, lun- dérations électoralistes. Pour moi,
di 14 novembre, au siège du Mon- le critère de choix en matière
de. Voiciles extraits les plus signifi- d’énergie est double : environne-
catifs de leur discussion. ment et emploi. Je voudrais rappe-
ler qu’il n’y a pas d’énergie sans
A quoi sert-il d’avoir un parti éco-
logiste ?
Nathalie Kosciusko-Morizet : «La priorité,
« Je ne crois pas aux partis spéciali- en matière
sés. L’histoire politique montre
que le parti spécialisé sert d’alibi d’énergie, c’est
pour le parti principal de la plate- d’en consommer
forme politique – à gauche, en l’oc-
currence, le Parti socialiste. Vous le moins possible»
avez un parti de gouvernement Nathalie Kosciusko-Morizet
qui, en fait, ne fait pas son travail
sur l’écologie et qui le sous-traite inconvénients. Quand vous
au parti spécialisé. construisez un barrage, vous
Il y a une double peine, parce détruisez un écosystème. La priori-
que le parti spécialisé a des objec- té, en matière d’énergie, c’est d’en
tifs électoraux et, en fait, se retrou- consommer le moins possible.
ve à négocier ses objectifs électo- On ne peut pas, à l’heure actuel-
raux contre les objectifs de fond. le, aller au-delà de 30 % pour les
On le voit, en ce moment, dans la énergies alternatives au nucléaire.
dialectique “centrales nucléaires Comment fait-on pour compenser
contre circonscriptions”. On l’a les 70 % produits par le nucléaire ?
déjà vécu sous la période Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie, et Cécile Duflot, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts au siège du « Monde ». Pour moi, on ne peut pas laisser
1997-2002, quand Lionel Jospin tomber une industrie qui ne pro-
était chef du gouvernement et terme. L’écologie, ce n’est pas seu- que tu m’écoutes sur tel et tel maisce n’estpas ceque l’on souhai- Cécile Duflot : « Mais ça ne mar- duit pas de CO2 et qui, aujourd’hui,
Dominique Voynet ministre de lement les questions d’environne- sujet.” Aujourd’hui, il faut être en te. Ce n’est pas vrai que nous som- che pas ! Je vous donne un chiffre : crée de l’emploi, pour un projet
l’environnement. Elle perdait tous ment. Par ailleurs, si on regarde capacité de prendre les leviers d’ac- mes prêts à accepter des centrales 38 % de pertes d’emplois en un an mal assis sur le plan industriel. »
ses arbitrages les uns après les ceux qui ont faitprogresser l’écolo- tionsur les questionsindustrielles, pour des postes. C’est le contraire : dans le photovoltaïque. Vous ne Cécile Duflot : « On ne peut pas,
autres pour gagner des batailles gie, ce ne sont pas ceux qui sont sur les questions agricoles, pour on est prêts à renoncer à des postes regardez pas la réalité en face. Tout sur le nucléaire, s’abstraire de cet-
politiques. devenus des alibis à l’intérieur changer de modèle. L’environne- pour des convictions. » continue comme avant. Les arbi- te question centrale : est-ce une
Je ne crois pas en cette sépara- mêmede leur propre parti. Aujour- ment n’est pas un “truc” en plus ou Nathalie Kosciusko-Morizet : trages se font en défaveur des industrie sûre ou non ? La réponse
tion des tâches. Mon engagement d’hui, la réalité est que Nathalie pas.On estface à un projet de socié- « Il faut juger les uns et les autres conclusions du Grenelle. Nous est non. S’il y a un accident à la cen-
politique a été le contraire. Il a été té, à la fois de partage des richesses sur les actes. Est-ce que les Français avons neuf fois moins d’investisse- trale de Blayais, même moyen, il
de transformer de l’intérieur un et qui intègre la vie sur une planète se souviennent d’un seul fait ment dans les énergies renouvela- n’y a plus de vignoble bordelais
parti politique pour le “verdir” et «L’écologie, ce n’est aux ressources limitées. » majeur en matière d’écologie sur bles que les Allemands, par exem- pendant des siècles.
le guider dans sa propre mue. Chez pas une question de la période 1997-2002, pendant la ple, et tout est à l’avenant. Y a-t-il une alternative ? La
les Verts, il y a une disjonction Les négociations entre Europe gauche plurielle ? Je ne dis pas que la situation de réponse est oui. Il y a des scénarios
entrel’appareil, quiest amené à fai- parti spécialisé, mais Ecologie-Les Verts et le PS Pour moi, les grands moments Dominique Voynet était facile, de sortie, et des pays aussi baro-
re des deals politiques, et une base de projet politique nuisent-elles au débat ? de l’écologie des quinze dernières mais la vôtre est sans doute pire, ques que l’Allemagne, la Belgique
très mobilisée sur les questions Cécile Duflot : « Nous sommes années, c’est d’abord la Charte parce qu’aller vers une transition et l’Italie engagent la sortie du
d’écologie. » d’ensemble» surtout dans une situation scanda- constitutionnelle de l’environne- écologique, vers un autre modèle nucléaire. La décision de sortir du
Cécile Duflot : « Nathalie Kos- Cécile Duflot leuse dans notre pays. Ce qui serait ment, puis le Grenelle de l’environ- de société, c’est tout simplement nucléaire, ça dope les crédits vers
ciusko-Morizet se trompe deux normal, ce serait qu’il y ait la pro- nement. En 2007, le ministère de impossible avec un président de la les renouvelables, mais aussi la
fois. D’abord, elle ne croit pas à Kosciusko-Morizet est confrontée portionnelle et que les élus soient l’environnement est devenu un République qui considère que la créativité et les emplois. Bref, en
l’écologie politique. L’écologie, ce à un président qui dit : “C’est fini, ceux pour qui les citoyens ont vrai ministère de l’écologie, car il a logique de la concurrence et de l’in- sortant du nucléaire, on répond à
n’estpas une question de parti spé- l’écologie.” voté. Or les écologistes pourraient repris l’équipement, les trans- dividualisme est viable. Des petits vos deux critères. » p
cialisé, mais de projet politique Nous, on assume pleinement de faire 20 % dans toutes les circons- ports, la mer, ce qui, aujourd’hui, aménagements à la marge, com- Propos recueillis par
d’ensemble. Cela a autant d’impor- pouvoir dire que notre projet doit criptions sans avoir aucun élu. lui permet de mener des politi- me ceux que vous avez obtenus, Anne-sophie Mercier
tance que la vision libérale ou la êtrepris en chargepar des écologis- C’est une exception dans l’ensem- ques transversales. Quand il y a un ne suffiront pas. » et Vanessa Schneider
vision social-démocrate. tes politiques, pas par ceux et cel- ble des pays européens. problème, ce n’est pas réglé par le
L’écologie politique est une for- les qui vont toquer à la porte des Aujourd’hui, si l’on veut avoir premier ministre, mais à l’inté- La sortie du nucléaire en l’espa- n Sur lemonde.fr
me d’idéologie au sens noble du puissants en disant : “Il faudrait des députés, on doit négocier, rieur du ministère. » ce de trente ou quarante ans, L’intégralité de la rencontre en vidéo

L’entourage de François Hollande est divisé M. Mélenchon en feuilleton


sur l’opportunité d’un accord entre les Verts et le PS autoproduit sur Internet
Certains proches du candidat socialiste pensent qu’il doit donner à l’opinion un signe de fermeté

L
a saga Mélenchon se raconte- ci la Web-série ! » Dont, assure-t-il,
ra aussi sur Internet. Le can- il « ne contrôle pas le récit ». On

P
our être souples, nous le som- convaincante pour que le chantier rance d’un groupe parlementaire Les écologistes ont un autre didat du Front de gauche est peut dire sans trop s’avancer
mes. Je dirais même que nous de l’EPR ne redémarre jamais. D’où – soit quinze députés – quelle que sujetd’inquiétude.Labaisseducan- le héros d’une « série » pour le qu’imaginé par son directeur de
sommes à la limite de la le peu d’empressement de leur soit l’issue des élections, et du dou- didat socialiste dans les sondages Web, dont les deux premiers épi- communication, Arnauld Cham-
contorsion », analysait un diri- allié à aller sur ce terrain. ble en cas de large victoire de la sembleinduireunecertainefébrili- sodes ont été diffusés, lundi premier-Trigano, le récit ne
geant écologiste, lundi 14 novem- Le moratoire sur le chantier de gauche. Les deux parties sont tou- té dans son entourage. «On les sent 14 novembre, au siège de sa cam- devrait pas être critique…
bre dans la soirée. Dans les négocia- Flamanville reste l’unique point jours en désaccord sur le rythme fermés, dans une sorte de citadelle pagne, aux Lilas (Seine-Saint- C’est avec la presse, lors de la
tions avec les socialistes, Europe de blocage véritable, car les deux de réduction des déficits, mais assiégée, en train de revivre une Denis). présentation de la stratégie Web
Ecologie-Les Verts (EE-LV) est en partenaires se connaissent bien et n’en font pas un point de rupture. séquence du “tout sauf Hollande” », En marche – c’est le titre du de campagne, que le héros du
effet passé de la plus grande rai- travaillent sur l’ensemble du pro- « Chacun défendra ses thèses pen- déplore un dirigeant écologiste. Le feuilleton – commence par le pre- jour a découvert, affirme-t-il, le
deur – « ultimatums » répétés sur gramme depuis des mois. Ils ont dant la campagne sur cette ques- cercle rapproché de M. Hollande, mier meeting de l’ancien séna- contenu de la Web-série. Réalisé
l’EPR de Flamanville (Manche), le tion », dit un membre de la direc- qui a la haute main sur cette délica- teur socialiste, place Stalingrad, à par des bénévoles, profession-
réacteur nucléaire de troisième
génération – à des qualités gymni-
Les négociations tion d’EE-LV.
Sur le délicat dossier du projet
te négociation, serait extrême-
ment divisé sur l’intérêt d’un
Paris, en juin. On y voit M. Mélen-
chon préparer son discours en
nels de l’image, chaque épisode
dure une dizaine de minutes et
ques au-dessus de la moyenne continuent d’aéroport à Notre-Dame-des-Lan- accord avec les écologistes. Michel chantonnant, prononcer le dit dis- sera diffusé à partir du 21 novem-
pour faire aboutir l’accord.
Plus question de se battre sur la
de bloquer des (Loire-Atlantique), dont les éco-
logistes souhaitent l’annulation
Sapin en est toujours partisan,
appuyé par les partisans de Marti-
cours, grignoter sur un marché,
faire des bons mots, serrer des
bre sur le site Placeaupeu-
ple2012.fr. « C’est une autre façon
sortie du nucléaire, ni sur la ferme- sur la question pure et simple, les signes d’ouver- ne Aubry lors de la primaire, com- mains, claquer la bise à des mili- de raconter la campagne, expli-
ture de Flamanville. Les discus-
sions sur l’EPR portent désormais
d’un moratoire sur ture existent aussi, puisque les
socialistes seraient prêts à accep-
me Laurence Rossignol ou Guillau-
me Bachelay.
tantes, signer le bail du son futur
QG de campagne, le tout entre-
que M. Champremier-Trigano.
On s’adresse à un public plus
sur deux points : la nécessité d’un le chantier de l’EPR ter un nouveau débat public sur le Mais la direction d’EE-LV affir- coupé d’images de son équipe, jeune, moins politisé. L’idée, c’est
audit indépendant, après l’élec- projet. me que d’autres proches du candi- jeune et souriante. Bref, un candi- d’être extrêmement accessible. On
tion présidentielle, pour avoir tou- trouvé de nombreux points d’ac- Néanmoins, la direction d’EE- dat sont aujourd’hui persuadés, dat accessible, entouré de gens est au carrefour du journalisme –
tes les informations sur les problè- cord sur la fiscalité verte (contribu- LV peut difficilement se présenter non seulement qu’il peut gagner normaux, qui fait des choses com- ce ne sont pas des comédiens qui
mes de sécurité, et le moratoire tion climat énergie) et sur la retrai- devant son conseil fédéral, samedi sans accord avec les écologistes, me M. Tout-le-monde. jouent –, de la communication –
sur les travaux qui s’ensuivrait, le te à 60 ans (possibilité de partir 19 novembre, en ayant reculé sur mais que la signature d’un accord « Une Web-série en cours de on délivre un message – et de la fic-
temps d’y voir clair et de prendre dès cet âge quand on a fait tous ses l’ensemble du dossier nucléaire. nuirait à son image. Ne pas signer campagne et qui la raconte, cela tion – on utilise ses codes narra-
une décision. trimestres). Ils ont des vues com- « Avaler la non-sortie du nucléaire, enverrait à l’opinion un signal de ne s’est jamais vu, jamais fait nul- tifs. »
Le premier point semble munes sur la possibilité d’un le maintien de Flamanville, et une fermeté. Selon la direction d’EE-LV, le part », s’enthousiasmait sur Le second volet de la série se
acquis, mais les négociationsconti- impôt plancher pour les multina- baisse du nombre de circonscrip- le député André Vallini et l’eurodé- son blog, le 10 novembre, le dépu- termine sur une phrase de Jean-
nuaient de bloquer sur le second, tionales qui échappent en partie tions garanties, ça commence à fai- puté Stéphane Le Foll sont sur cette té européen, qui stagne autour de Luc Mélenchon : « Le premier
mardi matin. Les écologistes ou totalement à l’imposition. re beaucoup », compatit un mem- ligne. Et le candidat lui-même ? 6 % dans les sondages. Après les média, c’est nous ! » Il a raison, on
comptent bien, au cas où les socia- Un accord est possible, aussi, bre de la direction du PS. Le mora- «Raide et fermé », disent lesVerts. p crieurs du métro, le théâtre de rue, n’est jamais mieux servi que par
listes accepteraient un moratoire, autour des circonscriptions. Les toire sur l’EPR devait donc être le Anne-Sophie Mercier les commandos culturels, en atten- soi-même. p
mener une campagne assez écologistes auraient obtenu l’assu- point déterminant. et David Revault d’Allonnes dant les “murales” politiques, voi- Raphaëlle Besse Desmoulières
0123
8 politique Mercredi 16 novembre 2011

Légerrebond de Patrick Artus: «Il faudra un nouveau


lacroissance après tour de vis pour tenir nos engagements»
un épisoderécessif Selon l’économiste de Natixis, les restrictions budgétaires ont des effets négatifs sur la croissance
Le PIB a augmenté au troisième trimestre Entretien
de 0,4% après un recul de 0,1%
P
atrick Artus, directeur de la
recherche et des études éco-
nomiques de Natixis, estime
aaa Suite de la première page ajoute le cercle de réflexion euro- que, pour tenir ses engagements,
péen alors que la notation du pays le second plan de rigueur, annoncé
En rythme annuel, la croissance devient un sujet de polémiques par le premier ministre, François
s’affiche en France à 1,7 %, en don- dans l’Hexagone à quelques mois Fillon, le 7 novembre, devrait mul-
nées corrigées des variations sai- de l’élection présidentielle. tiplier par deux son objectif de
sonnières (CVS) et à 2,6 % en Alle- Le troisième trimestre a donc 7 milliards d’euros d’économies.
magne. Toutefois, une contraction été meilleur en France que ne Auteur avec Marie-Paule Virard de
du PIB en fin d’année pourrait l’avait prévu l’Insee dans son der- La France sans ses usines (Fayard,
empêcher le gouvernement Fillon nier point de conjoncture, après 175 p., 16 ¤), il estime que la nota-
de tenir ses engagements de réduc- un été difficile marqué par la nette tion « de fait » de la France est AA et
tion du déficit public. dégradation du climat des affaires, non plus AAA.
A cet égard, un rapport du par un ralentissement quasi géné- Où en sont vos prévisions de
Conseil de Lisbonne, un cercle de ral de l’activité dans le monde et croissance pour la France ?
réflexion basé à Bruxelles, sur la par la crise des dettes souveraines. Nous prévoyons 0,5 % en 2012,
santé des 17 pays membres de la en ayant fait l’hypothèse que le
zone euro, n’incite guère à l’opti- La consommation en hausse redressement budgétaire aurait
misme. Publié mardi 15 novembre, Après avoir reculé de 0,8 % au un impact faible sur le produit
il place la France au 13e rang du clas- deuxième trimestre, la dépense de intérieur brut (PIB) et qu’il n’y
sement général relatif à la santé consommation des ménages a de aurait pas de risques additionnels
des pays (potentiel de croissance, nouveau augmenté au troisième comme les restrictions de crédits
taux d’emploi, consommation, (+ 0,3 %) et soutenu la croissance. aux entreprises. Autrement dit, si
etc.).Et,surtout,il laplaceàla15e pla- Lemêmephénomèneaétéobservé notre prévision devait bouger
ce en matière de mise en œuvre des en Allemagne, ce qui est beaucoup encore, ce serait à la baisse.
ajustements économiques (réduc- plusraredans unpaysoùl’investis- Les indicateurs conjoncturels Patrick Artus, directeur des études économiques de Natixis, le 14 novembre, à Paris. BRUNO FERT POUR « LE MONDE »
tion des déficits et modération du sement est un moteur central de la des dernières semaines laissent
coût du travail). croissance. En revanche, l’investis- entrevoir une nette dégradation me ses homologues européens, a en raison du boom immobilier. La auxsalariés. Celasuppose une poli-
« Parmi les six pays de la zone sement total ralentit légèrement de la situation. Le risque de réces- fait des calculs purement arithmé- situation d’aujourd’hui est toute tique intelligente de la concurren-
euro qui ont une note AAA, la Fran- en France de 0,6 % à 0,4 %, et sur- sion n’est pas nul. Le pire serait tiques, sans vision d’ensemble autre : l’Etat, les ménages et les ce.
ce est de loin la plus mal classée tout l’investissement des entrepri- que les entreprises, du fait de leur macroéconomique. Il pense que entreprises vont devoir se désen- Peut-on sauver notre AAA ?
dans le bilan de santé général éta- ses non financières recule de 0,3 %. situation financière et d’une éven- les politiques restrictives condui- detter. Il est donc raisonnable de Ne nous trompons pas sur les
bli par l’étude [intitulée Euro Plus Enfin, la production de biens et tuelle restriction des crédits ban- tes en Europe n’auront pas d’effet prévoir une croissance durable- demandes des marchés ou sur ce
Monitor] », souligne le Conseil de services rebondit (+ 0,4 % après caires, contractent considérable- sur le PIB, et retient un multiplica- ment inférieure à la croissance qu’ils sont. Ils ne sont pas manipu-
Lisbonne. « Les résultats ne sont – 0,1 %) et le solde commercial a ment leursprévisions d’investisse- teur budgétaire égal à zéro. Cette potentielle. lés par de vilains investisseurs
pas assez bons pour un pays qui apporté une contribution légère- ment. hypothèse n’est pas la nôtre. Peut-on, dans un tel environne- anglo-saxons quivendent de la det-
veut conserver sa place dans l’élite ment positive à la croissance du Le second plan Fillon est-il à la Avant le plan Fillon II, nous ment, réduire le déficit public ? te italienne. Nous ne vivons pas
(…). Des signaux d’alarme PIB : + 0,1 point après mesure des enjeux ? tablions, comme la Commission Toute la question est de ne pas une crise de spéculation, mais une
devraient sonner pour la France », + 0,5 point. p C. Gu. Legouvernement français, com- européenne, sur un déficit public tuer la demande à court terme crise de défiance de nos grands
de 5 % du PIB en 2012. Le ramener à touten préservant l’offre àlong ter- investisseurs institutionnels qui
4,5 %, comme prévu, représente me. Ainsi faut-il trouver des mesu- doutent de la crédibilité budgétai-
un effort de 10 milliards d’euros. res ayant peu d’impact sur la re de la France, autrement dit de sa
Pour trouver cette somme, il faut, demande et éviter ce qui ne mar- capacité à corriger à moyen terme
compte tenu des effets amplifica- che pas : l’augmentation de la son déficit budgétaire.
teurs des politiques restrictives, TVA, qui tue la consommation, et Depuis octobre, les taux alle-
un effort de 14 milliards. Le la hausse des charges sociales, qui mands et français divergent. La
second plan Fillon n’en apporte détruit de l’emploi. Pour le reste, il France a quitté le cœur de l’Europe
que 7 et il est fondé sur une prévi- faut taxer davantage les revenus pour rejoindre le groupe des pays
sion de croissance trop optimiste. du capital et les plus-values du du Sud. Aujourd’hui, le rating de
Il faudra sûrement un nouveau capital, hors fonds propres des fait des grands investisseurs insti-
tour de vis pour tenir nos engage- PME. Le plan Fillon, et c’est bien, tutionnels est AA pour la France.
ments de 2012. prévoit des mesures en ce sens. Il Pour autant, nul ne nous demande
La France doit-elle apprendre à faut aussi limiter les niches fisca- de ramener en un an notre déficit
vivre avec une croissance dura- les et mettre fin à tout ce qui pro- public à 3 % du PIB. Ce qu’il nous
blement faible ? duit des effets d’aubaine, donc de faut, c’est un plan de moyen terme
Entre 2012 et 2020, la croissance la rente, en particulier dans les ser- précis et crédible, qui ne tue pas la
potentielle française devrait tour- vices et la distribution : veiller à croissance. p
ner autour de 1,2 % à 1,3 %. La Fran- cela contribue à faire baisser les Propos recueillis par
ce a fait mieux entre 2002 et 2007 prix et donne du pouvoir d’achat Claire Guélaud

Lerationnement du crédit aux entreprises


est inéluctable, selon les économistes
LA ZONE EURO serait à la veille n’avait pas, en plus, à subir les ques et un durcissement des condi-
d’un double choc économique : en effets récessifs de l’austérité budgé- tions de crédit envers les PME. » Ce
sus de l’austérité budgétaire, elle taire.» Cette analyse paraît large- que Nicolas Bouzou, économiste
est menacée par le rationnement ment partagée par les économis- chez Asterès, confirme : « Les ban-
du crédit. Dans une note datée du tes, qui craignent pour le finance- ques tailleront dans leurs bilans,
lundi 14 novembre, intitulée ment de l’économie et de la crois- donc dans leurs crédits. Toutes les
« Chronique d’un credit crunch sance, en pleine crise de la dette conditions d’un rationnement du
annoncé », Bruno Cavalier, chef dans la zone euro. Selon eux, le crédit sont réunies. »
économiste à la banque Oddo, est rationnement du crédit est inéluc- Si l’on se fie aux chiffres, toute-
l’un des premiers, en France, à table et découle des nouvelles fois, la crise du crédit n’est pas
mettre en garde contre l’imminen- règles imposées aux banques par encore perceptible. A la médiation
ce d’une crise du crédit en Europe. les régulateurs afin d’éviter une du crédit, créée fin 2008 auprès du
Cet avertissement est lancé nouvelle crise bancaire. Cette régle- ministre de l’économie pour aider
alors que le gouvernement, prêt à mentation les oblige à augmenter les entreprises en difficultés de tré-
tancer les banques, surveille de d’ici à juin 2012 les fonds propres sorerie ou d’accès au crédit, « le
près les indicateurs de distribu- qu’elles mettent en face de leurs nombre de dossiers déposé est sta-
tion du crédit – pour l’heure tou- engagements financiers. ble», observe son patron, Gérard
jours au vert. M. Cavalier se fonde Rameix. Il se maintient à 300 par
sur une enquête réalisée, début Effet pervers mois, moitié moins qu’il y a un an.
novembre, auprès d’environ 150 «Ce durcissement de la régle- La médiation du crédit estime
moyennes et grandes entreprises mentation est nécessaire, mais il va avoir relancé les prêts. « Fin
par l’institut Coe-Rexecode et l’As- inciter les banques à réduire leurs juillet2011, en France, les encours
sociation française des trésoriers crédits à l’économie», dit M. Cava- consentis aux PME indépendantes
d’entreprise (Afte). Selon cette étu- lier. Pour lui, cet effet pervers de la étaient supérieurs de 4,8 % à ceux
de, 40 % des entreprises jugent la réglementation, conjugué aux poli- distribués un an plus tôt », lit-on
recherche de financements diffici- tiques de restriction budgétaire en dans le rapport pour 2011 publié
le, contre 33 % en octobre, 49% Europe, intensifie le risque de mardi 15 novembre. Certes, ces cré-
trouvant le crédit plus cher. récession. «Il faut absolument res- dits progressent désormais moins
«Le crédit résiste encore, car serrer les boulons réglementaires vite. Mais « ce ralentissement est
c’est une variable retardée du cycle, dans les banques, mais qui va finan- davantage dû à la baisse d’activité
mais les signes de ralentissement cer les PME dans les années qui vien- des entreprises qu’au resserrement
sont bel et bien là, affirme M.Cava- nent?, interroge Christian de Bois- du crédit, assure M.Rameix. Nous
lier. La recherche de financement sieu, professeur d’économie à scrutons la situation au jour le jour
n’a même jamais été aussi difficile Paris-I. Le relèvement des ratios de et n’observons aucun fléchisse-
depuis la chute de Lehman Bro- fonds propres va se traduire par ment de l’offre pour l’instant.» p
thers, en 2008. Et, à l’époque, on une plus grande sélectivité des ris- Annie Kahn et Anne Michel
0123
Mercredi 16 novembre 2011 politique 9

Laurence Parisot Un quatrième jour de carence est prévu


défend une forme pour les arrêts maladie dans le privé
de «TVA sociale» A Bordeaux, Nicolas Sarkozy fustige les salariés et les médecins complices de congés frauduleux

L
a majorité s’attaque aux Parsoucid’équité, l’exécutifpré- fonctionnaires et les salariés du pri- res ont un petit côté injuste, admet
Pour la première fois, la présidente du Medef arrêts maladie frauduleux ou voit un dispositif de pénalisation vé soient traités différemment, sur- M. Tian, mais elles sont très effica-
a plaidé en faveur d’un transfert de cotisations abusifs. Pour compenser sa des fonctionnaires. Les indemnités tout quand on connaît le taux d’ab- ces pour diminuer les déficits. »
renonciation à la baisse des indem- maladie du premier jour d’arrêt sentéisme dans la fonction publi- Les syndicats de la fonction
nités journalières, le gouverne- seront calculées uniquement sur la que », justifie-t-il. publique « mis devant le fait

S
i le Medef refuse encore d’en patronales et de 4,5points des coti- ment, à la recherche 220 millions partie fixe de leur traitement, pri- accompli » dénoncent des « écono-
employer le nom, il ne s’en sations salariales, avec une TVA à d’euros d’économies pour la Sécu- mes exclues. Cette mesure, qui Offensive générale mies de bout de chandelle ». Le dis-
convertit pas moins à la 25% et CSG augmentée de 2 points. rité sociale, a décidé de se concen- devrait faire l’objet d’un décret, a Les agents de l’Etat prennent en cours de M. Sarkozy ponctue une
« TVAsociale ». Laurence Parisot, la Toujours selon le Medef, le salarié à trer sur la lutte contre la fraude. un impact limité, les primes repré- moyenne treize jours d’arrêt mala- offensive générale du gouverne-
présidente de l’organisation patro- 2 000 euros brut verrait alors son « Celui qui bénéficie d’un arrêt de sentant entre 15 % et 30 % du traite- die par an, ceux des hôpitaux ment sur la fraude sociale. Ainsi, la
nale, a solennellement pris posi- net progresser de 50 euros. travail frauduleux, comme celui ment selon les corps. Elle devrait publics 9,4 jours. La moyenne est sanction financière des arrêts
tion, mardi 15 novembre, pour un L’employeur, de son côté, pour- qui le prescrit, vole les Français », rapporterquelquesdizainesdemil- de 19 jours dans la fonction publi- maladie abusifs, annoncée par
transfert des cotisations sociales rait profiter de ces économies pour devait déclarer Nicolas Sarkozy, lions d’euros, selon le cabinet de que territoriale, où certaines collec- XavierBertrand, ministre de la san-
vers la TVA et la contribution socia- baisser ses prix, embaucher ou mardi 15 novembre, lors d’une visi- François Sauvadet, ministre de la tivités ont déjà supprimé certaines té,se précise. Selon des sourcespro-
le généralisée (CSG). C’est inédit. A investir, selon Mme Parisot. Toute- te à la caisse d’allocations familia- fonction publique. primes pour les premiers jours de ches du dossier, il s’agirait surtout
six mois de la présidentielle, fois, la TVA française serait alors les de la Gironde, à Bordeaux. Cette mesure répond à la pres- maladie. Le gouvernement refuse de sanctionner plus durement les
Mme Parisot a proposé «un nouveau supérieureàcellepratiquéeenAlle- Ces propos précédant l’annonce sion d’une partie de la majorité. l’alignement sur le privé, proposé faux arrêts, ceux au cours des-
pactefiscaletsocialpourlacompéti- magne,à19%.Maiscedécalagen’in- certainedel’instauration d’un qua- Dominique Tian, député (UMP) par M. Tian, parce que la plupart quels le salarié continue en fait de
tivité de la France ». Son principe : quiète pas le Medef : « Mis à part trièmejourdecarencepourlessala- des Bouches-du-Rhône, membre des salariés du privé voient leurs travailler, en demandant le rem-
bouleverser le financement de la pour les frontaliers, les différences riés du privé. La mesure rapportera de la Droite populaire, qui a accom- jours de carence pris en charge par boursement des sommes perçues
protection sociale, en transférant de TVA ont peu d’impact sur la à elle seule plus de 200 millions pagné le président de la Républi- leurs employeurs ou par des et une pénalité. La sanction des
une partie des cotisations assises consommation », argue-t-on. Tout d’euros. A droite, on fait valoir que à Bordeaux,a déposé un amen- contrats de prévoyance. abus simples consisterait en une
sur le travail vers la consomma- en citant d’autres modèles : « Les qu’elle est plus juste qu’une baisse dement au projet de loi de finan- Même si elles touchent les frau- amende de portée limitée, en plus
tion. Dans la ligne de mire du pays à haut niveau de protection des indemnités, car elle touche ces, pour faire appliquer les trois deurs, les mesures sur les carences de la suspension de l’arrêt. p
Medef, quidit viser une convergen- sociale, comme la Suède ou le Dane- « les arrêts courts et répétitifs plus jours de carence aux fonctionnai- setraduirontparunebaissedepres- Jean-Baptiste Chastand
ce du coût du travail entre la France mark, pratiquent de tels taux.» que les arrêts longue maladie ». res. « Il n’y a pas de raison que les tationpour lesmalades.«Cesmesu- et Béatrice Jérome
et l’Allemagne, les cotisations pour
la branche famille et une partie des Virage protectionniste
cotisations maladie. Celles-ci Pour le patronat, cette prise de
devraient, selon le patronat, rele- position publique et précise est
ver de l’Etat, donc de l’impôt, plutôt une étape notable. Jusqu’ici, il n’ar-
que des cotisations. rivait pas à s’entendre sur la TVA
Le Medef avance trois scénarios sociale. Le Medef reprend ainsi les
qui prévoient tous une baisse de propositions faites fin octobre par
certaines cotisations patronales, les industriels du Groupe des fédé-
compensée par une hausse de la rations industrielles, traditionnel-
TVA, et une baisse des cotisations lement plus enclins que les entre-
salariales,compenséeparunehaus- prises de services à défendre cette
se de la CSG. Ce dispositif permet- idée censée améliorer la compétiti-
trait un résultat « gagnant-
gagnant salariés-employeurs »,
vité des produits manufacturés. Le
Medef prend par la même occasion
Artiste Joaillier
selon Mme Parisot. L’assiette de la un virage protectionniste : « Le but
CSG étant plus large que celle des est de faire participer les produits
cotisations salariales – elle s’appli- importés à la protection sociale »,
que notamment aux revenus du ne cache-t-on pas en interne.
capital –, la réforme se traduirait Preuve que ce scénario séduit,
par des hausses de salaire. Un point l’Associationfrançaisedesentrepri-
important pour faire accepter une ses privées (AFEP), qui regroupe les
remontée de la TVA qui entraînera entreprises du CAC 40, devait plai-
une perte de pouvoir d’achat. der dans le même sens, mardi, lors
Le scénario le plus prudent pré-
voit un transfert de 5 points de coti-
sation, soit 30 milliards d’euros, en
de la présentation de ses proposi-
tions pour la présidentielle. Sous la
houlette de son président, Maurice
N’attendez plus
augmentantla TVAde 19,6 % à 22 %,
et la CSG de 0,75 point. Selon le
Lévy, l’AFEP estime «que le facteur
travail n’est pas l’assiette adéquate
pour vous faire plaisir
Medef, un salarié à 2 000 euros pourlefutur(…).Transférerceschar-
brut mensuels verrait son salaire ges sur la TVA, la CSG ou une taxa-
netaugmenterde15euros.Lescéna- tion écologique est possible et indis-

Payez
rioleplusambitieuxprévoit70mil- pensable». p
liardsd’euros de transfert, avecune Jean-Baptiste Chastand
baisse de 7,5 points des cotisations et Claire Guélaud

Parlement
Les députés votent l’extinction
dudispositif Scellierà la fin 2012
Les députés ont adopté, lundi 14 novembre, un amendement du gouver-
nement supprimant le dispositif Scellier à compter du 1er janvier 2013. Le
projet de loi de finances initial prévoyait de proroger jusqu’au 31 décem-
bre 2015 – et jusqu’au 31 décembre 2017 outre-mer – cet avantage fiscal
accordé à des investisseurs achetant des logements neufs pour les louer.
votre bijou
en1an
L’extinction anticipée de cette niche fiscale a été décidée dans le cadre du
plan de rigueur annoncé le 7 novembre par François Fillon. Un autre
amendement du gouvernement fixant à 1 % pour 2012, au lieu de l’in-
dexation sur l’évolution de l’indice de référence des loyers, la revalorisa-
tion des aides au logement a été adopté. L’économie attendue est de l’or-
dre de 160 millions d’euros. p P. Rr
sans frais
UMP François Fillon dénonce l’« irresponsabilité »
de François Hollande et du programme socialiste
François Fillon a estimé, lundi 14 novembre, à Vertou (Loire-Atlantique),
que si le candidat socialiste, François Hollande, voulait « se grandir » et
« démontrer sa capacité » à diriger l’Etat, il devait s’engager à réduire les
dépenses pour combler le déficit. M. Fillon s’en est également pris au
« programme, aux propositions, aux promesses de François Hollande et
du PS qui sont tout simplement irresponsables ».

Syndicats
www.mauboussin.fr
Pour la CGT, les aides publiques Offre valable du 05/11/2011 au 31/12/2012 dans les boutiques MAUBOUSSIN à partir de 200€ de crédit jusqu’à 3 000 € en 12 mois sans intérêts,
n’assurent que 12% de son budget assurance facultative en sus. Pour les titulaires d’un crédit renouvelable Réserve Couleurs, utilisation spéciale dans la limite du crédit disponible ; pour les non titulaires,
« Pour un euro de cotisation versé par les syndiqués, nous touchons offre promotionnelle non conditionnée par la souscription du crédit renouvelable Réserve Couleurs, valable sous réserve de la souscription d’une offre de contrat de
12 centimes de subvention publique, ce qui est loin de l’image d’un finan- crédit ni renouvelable, ni reconstituable.
cement étatique », a déclaré à la presse Bernard Thibault en présentant Offre réservée aux particuliers résidant en France métropolitaine, sous réserve d’acception par CA CONSUMER FINANCE dont SOFINCO est une marque commerciale,
les comptes de la CGT, lundi 14 novembre. Pour la première fois, et SA au capital de 346 546 434 €, RCS Paris 542 097 522, siège social 128/130 bd Raspail 75006 Paris, inscrite à l’ORIAS sous le n° 07008079 (www.orias.fr).
conformément à la loi de 2008 sur la représentativité syndicale, ces Le coût du crédit est pris en charge par MAUBOUSSIN.
comptes ont été certifiés par un commissaire aux comptes. En 2010, les
cotisations versées se sont élevées à 79 millions d’euros et les recettes
Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.
externes à 20 millions, dont 6,2 millions de subventions publiques. Le Cette publicité est diffusée par MAUBOUSSIN en qualité d’intermédiaire de crédit non exclusif de CA CONSUMER FINANCE. Il apporte son concours à la
secrétaire général de la CGT a par ailleurs dénoncé l’« iniquité de plus en réalisation d’opérations de crédit à la consommation sans agir en qualité de prêteur.
plus flagrante » entre les moyens des syndicats et ceux des organisa-
tions patronales, financées par « une part de la richesse créée dans l’en-
treprise ». p Michel Noblecourt
10 société 0123
Mercredi 16 novembre 2011

Lesmineurscommettentlamoitiédesvolsviolents
Selon une étude inédite de l’ONDRP, les moins de 18ans sont également plus souvent victimes de délits

L
e débat fait rage, régulière-
ment,sur lahaussedeladélin- Près de 20 % des personnes mises en cause par la police et la gendarmerie ont moins de 18 ans Un tiers des auteurs de
quance des mineurs. Un vols à la tire sont des filles
ministre de l’intérieur, ou un dépu- RÉPARTITION DES MIS EN CAUSE PERSONNES MAJEURES MISES EN CAUSE PERSONNES MINEURES MISES EN CAUSE
té de droite, assure que celle-ci est en % pour 1 000 habitants de même sexe et âge pour 1 000 habitants de même sexe et âge L’étude de l’Observatoire natio-
« de plus en plus importante et de nal de la délinquance et de la
plus en plus violente », comme Homme majeur réponse pénale (ONDRP) s’inté-
ClaudeGuéant,fin octobre,quipro- Femme majeure Hommes resse aussi à la délinquance com-
33,4
pose en conséquence une « réfor- Homme mineur Hommes mise et subie par les femmes.
me profonde » de la justice des 26,5 25,7 Elles sont plus souvent victimes
Femme mineur
mineurs (Le Monde du 27 octobre). d’une personne seule, plus sou-
En face, spécialistes et élus de gau- 18,7 vent victimes d’une autre fem-
checrient àlamanipulation,et rela- me, et la catégorie dans laquelle
tivisent les statistiques. Mardi 2,5 Femmes Femmes elles sont le plus représentées
15novembre, l’Observatoire natio- 2005 4,2 5,8 2,1 5,2 sont les vols (17,6 %). Notam-
naldela délinquanceetde larépon- ment les mineures, qui, si elles ne
se pénale (ONDRP) apporte sa pier- 15,7 représentent que 3,1 % des mis
1996 2010 1996 2010
re à l’édifice. Et conclut, notam- en cause par la police et la gen-
ment, que près de 50 % des vols 12,7 darmerie, constituent près du
avec violence ont été commis par CRIMES ET DÉLITS DE MINEURS ENREGISTRÉS PAR LA POLICE AUGMENTATION DU NOMBRE DE MIS tiers des auteurs de vols à la tire.
un mineur, mais aussi que les 69,1 ET LA GENDARMERIE (2005 à 2009) EN CAUSE POUR CRIMES ET DÉLITS A Paris, où l’apparition de « ban-
moins de 18 ans sont plus suscepti- NON ROUTIERS ENTRE 2005 ET 2010 des » de filles est parfois mise
bles d’être les victimes de ces actes. en % du total des mis en cause en avant, Sébastien Durand,
Dansson étudeinédite, l’ONDRP Homme Femme conseiller du préfet de police
Vols avec violences majeur majeure
a mis en relation les résultats des 46 chargé de la prévention, relativi-
contre des particuliers
enquêtes « Cadre de vie et sécuri- 3,1 + 5,9 % + 9,7 % se le phénomène : « Il y a quel-
té» de l’Insee (85200 personnes de 2010 Vols simples contre des particuliers
ques affaires de racket ou de vio-
14 ans et plus interrogées 33,1 lences. Et nous avons une jeune
(hors vols liés aux véhicules à moteur)
entre 2007 et 2011 sur les délits 15,8 fille dans les parcours individuali-
subis dans les deux années précé- sés que nous avons mis en place
dentes),ditesenquêtesde«victima- Coups et violences volontaires
13 17,7 pour lutter contre la délinquance
tion », et les chiffres des « mis en non mortels sur 15 ans et plus des mineurs. Mais je ne pense
cause»parla policeetlagendarme- 68,1 Homme Femme pas qu’on puisse en tirer plus de
rie. Une statistique qui rassemble Menaces ou chantages mineur mineure conclusions. »
11,4
toute personne pour laquelle « il pour un autre but + 8,2 % + 33,9 %
existe une procédure comportant SOURCE : INHESJ 2011
son audition par procès-verbal et
des indices ou des éléments graves Et l’enquête de l’Insee, si elle va victimes : 3,2 % des 14-18 ans décla- victimation publiée en octobre par Un phénomène que les auteurs lèle des mineurs et des majeurs.
et concordants». dans le même sens, comporte ses rent avoir subi un vol violent, 10 % leministèredel’éducationnationa- de l’étude de l’ONDRP montrent Sur l’ensemble des crimes et délits
Les deux séries de statistiques propres limites : comment la victi- un vol sans violence, contre respec- le. Dans cette étude réalisée dans également du doigt. La hausse des (non routiers), le nombre de gar-
« présentent une cohérence », me d’un vol avec violence peut-elle tivement moins de 1% et 3,4 % dans des collèges, donc sur une popula- violences ou menaces depuis 2005, çons impliqués a crû de 8,2 %
conclut l’Observatoire. Cela signi- déterminer avec certitude qu’elle a la population générale. Et ils sont tion plus jeune, 6,1 % des enfants + 20,8 %, « peut être expliquée, au depuis 2005, contre 7,4 % pour tou-
fie, par exemple, que 47 % des victi- été attaquée par un mineur ? 98 % les victimes… de mineurs – 80 % déclaraient avoir subi un vol sous moins en partie, par l’introduction, tes les classes d’âge. Les violences
mes de vols violents entre 2005 et d’entre elles y parviennent pour- pour les vols violents, 72 % pour les la menace. entre2005 et 2010, de nouvelles cir- commises par les moins de 18 ans,
2010 affirment qu’au moins un des tant. Comme le rappelle M. Soullez, violences physiques –, souvent Pour M. Debarbieux, il s’agit constances aggravantes délictuel- elles, ont connu un boom en 2006,
auteurs était mineur, tandis que l’étude repose ainsi sur une appro- d’une « délinquance de proximité » les», expliquent-ils. « Ainsi,certains après les émeutes de novem-
46 % des mis en cause par la police
et la gendarmerie pour ces faits
che « subjective».
Pour le sociologue Laurent Muc-
Onparleparfoisde qu’il ne faut « ni exagérer ni nier »,
mêmesi« lasensibilitéestplusforte
types de faits enregistrés aupara-
vant comme des contraventions
bre 2005, mais depuis, l’évolution
est la même que pour les adultes.
sont justement des mineurs. chielli, auteur de L’Invention de la faits«banals»,comme aujourd’hui qu’hier » sur ces sujets. sont à présent considérés comme Finalement, ce qui différencie le
Voici donc le poids des mineurs
dans la délinquance confirmée.
violence (Fayard, 344 pages,
20 euros), cette approche estmême
unebagarreaucollège, Une sensibilité qui amène, parfois,
à parler de faits « banals » avec le
des délits.» Ainsi pour les violences
commises «dans les locaux de l’ad-
plus mineurs et majeurs depuis
2008, ce sont les infractions à la
Pour Christophe Soullez, de l’ON- éminemment «contestable »: «Ces avecle«langagedu « langage du code pénal », fustige ministration ou aux abords de ces législation sur les stupéfiants : le
DRP, c’est l’un des enseignements
« majeurs » de l’étude. Il convient
dernièresannées, les vols violents, ce
sont souvent des vols de portable à
codepénal»,dit M. Mucchielli. Le sociologue cite
l’exempled’unebagarreentrecollé-
locaux», ou encore sur « tout mem-
bre des personnels travaillant dans
nombre de garçons mis en cause
augmente plus de deux fois plus
cependant de prendre des précau- l’arraché,quiseproduisenttrèsrapi- LaurentMucchielli giens : «Aujourd’hui, on appelle ça les établissements scolaires ». vite. Mais s’agissant, la plupart du
tions. Les chiffres des mis en cause dement, lors desquels la victime ne des “violences volontaires”, avec La délinquance des mineurs est- temps, de jeunes hommes pris en
représentent une vision partielle voit pas son voleur. Il faut imaginer dans le cadre scolaire : 40 % des vio- mêmetroiscirconstancesaggravan- elle « de plus en plus importante et train de consommer du cannabis
de la délinquance. Il ne s’agit que la scène concrète et réelle. » lences physiques et des menaces. tes : la victime est un mineur de de plus en plus violente » ? Les sur la voie publique parce qu’ils ne
des auteurs qui ont été rattrapés : Reste que d’autres enseigne- Le chercheur Eric Debarbieux, à moins de 15 ans – forcément –, les enquêtes de victimation, qui four- peuvent pas le faire chez eux, il
soit, pour les vols avec violence, pas ments de l’étude « collent » avec ce la tête de l’Observatoire internatio- faits ont été commis en réunion – nissent une photographie, ne per- paraît difficile d’en tirer la moindre
plus de 14 % des cas. De plus, cer- que l’on savait déjà, mais souvent nal de la violence à l’école, n’est c’est toujours le cas –, et dans l’en- mettentpasderépondre.Maisl’étu- conclusion sur la dégradation
tains se révéleront innocents au de manière partielle. Notamment, « pas étonné » par ces résultats. Ils ceinte d’un établissement scolaire – de du nombre des mis en cause morale de la jeunesse française. p
cours de leur parcours judiciaire. que les mineurs sont plus souvent confirment ceux de l’enquête de encore une fois, forcément. » montreplutôt uneévolutionparal- Laurent Borredon

L’UMP propose de créer un droit à l’achat de son HLM


Le parti organise une convention sur le logement visant à alimenter le projet du futur candidat
Dptaillant-grossiste vend au[ Sarticuliers

E
n 2007, l’UMP et son candidat tions du PS en privilégiant un La droite a toujours défendu la Autre proposition, elle aussi très
à la présidentielle d’alors, «choc del’offre»plutôtqu’unepoli- vente de logements HLM à leurs controversée, la modification de la les Slus grandes marTues ”au meilleur Sri[”
NicolasSarkozy,avaientdéve- tique de soutien à la demande. occupants mais la mise en place de loi de solidarité et de renouvelle-
loppé une ambition prometteuse : Pour y parvenir, l’UMP prône des cette politique n’a pas été très ment urbain (SRU), qui impose au MATELAS - SOMMIERS
«Faire de la France un pays de pro- pistesquidevraient susciterlapolé- concluante.Malgré un accord signé moins 20 % de logements sociaux
priétaires. » Cinq ans après, à la mique,comme la création d’unbail en 2007 entre la ministre du loge- dans une commune. A partir d’un CANApéS - SALONS - CLIC-CLAC
veille de la convention logement « gagnant-gagnant » dans lequel ment, Christine Boutin, et l’Union principe simple, « ce n’est pas le
du parti, qui devait se tenir mardi un propriétaire accepterait des sociale pour l’habitat (USH), qui logement qui est social mais la per-
15 novembre, le secrétaire général loyers faibles et une absence de regroupe les organismes de loge- sonnequiy habite», lepartideNico-
adjoint de l’UMP, Marc-Philippe garanties « en échange de délais de ment social, les ventes d’HLM à las Sarkozy propose d’«expérimen-
Daubresse, a présenté une vingtai- préavis plus réduits et de procédu- leurs locataires n’ont jamais décol- ter une adaptation du mode de
ne de propositions pour « dégrip- res d’expulsions accélérées ». « Le lé. En moyenne, à peine 5 000 ven- calcul de la loi SRU ».
per le parcours résidentiel des clas- marché locatif serait fluidifié, la tes ont eu lieu par an, soit 0,1 % du L’accession sociale à la propriété
ses moyennes ». hausse des loyers de marché ralen- parc contre 40 000 attendus. serait ainsi intégrée dans le calcul
Destinées à alimenter le projet tie, au bénéfice des plus mobiles des 20 % de logements sociaux. CONVERTIBLES
du futur candidat, ces pistes pren- – au premier rang desquels les jeu- Autre proposition, elle Pour les défenseurs de la SRU, une
pOUR COUChAGE qUOTIDIEN
* Voir conditions sur www.mobeco.com

nent le contre-pied des proposi- nes actifs et les étudiants. » telle réforme aurait pour consé-
Pour faciliter l’accession à la pro- aussi controversée, quence de vider la loi de sa substan-
priété, autre objectif fort du pro-
gramme, l’UMP propose de créer
la modification ce. En contrepartie, dans certains
territoires, ce taux de 20 % pourrait
«undroitàl’achat»pourleslocatai- de la loi de solidarité être relevé et les communes qui ne
res de logements sociaux. « Puis-
qu’on n’arrive pas à mettre en place
et de renouvellement font«aucuneffort»seraientdavan-
tage taxées. DIVA - CASANOVA - BUROV - DESIGNERS GUILD
un droit à vendre, on va inverser », a urbain Enfin,pour développerl’offre de NEOLOGY - NICOLETTI - LELEU - MARIES CORNER - ETC ...

déclaré M.Daubresse. logement pour les classes moyen- TRECA - TEMpUR - SIMMONS - pIRELLI
Tout locataire d’HLM depuis L’UMP rend en grande partie les nes, l’UMP propose que « 10 % des D U N LO p I L LO - BU LT E x - E p E DA - E TC . . .
plusieurs années pourrait se por- bailleurs responsables de cet échec. logements sociaux nouvellement
ter acquéreur du logement qu’il Beaucoupn’étaientpasenthousias- construits soient réservés aux clas- Livraison gratuite sur toute la France
occupe, sous certaines conditions. tes à l’idée de vendre une partie de ses moyennes, d’ici à 2017 ». En Rpglez en 10 fois sans frais *
Cette mesure lui permettrait de leur patrimoine, mais cela ne suffit revanche, elle ne reprend pas la
bénéficier de conditions très favo- pas à expliquer les ratés. Une majo- récente proposition de Laurent 50 av. d’Italie 148 av. Malakoff 247 rue de Belleville
rables (décote allant jusqu’à 35 % ritédelocatairesn’anil’envienisur- Wauquiez, ministre de l’enseigne- 75013 PARIS 75116 PARIS 75019 PARIS
du prix du marché, majoration de toutlesmoyensdedevenir proprié- ment supérieur, et représentant de
5 % du prêt à taux zéro). Le bénéfi-
ce de la transaction serait affecté à
taire de son logement social. 60 %
des familles vivant en HLM appar-
la «droite sociale », de« réserverune
partie des logements sociaux à ceux
01 42 08 71 00 7j/7
la création de nouveaux loge- tiennent au tiers le plus modeste qui travaillent ». p www.mobeco.com leader de la vente en ligne
ments sociaux. de la population. Catherine Rollot
0123
Mercredi 16 novembre 2011 société 11

A Ajaccio, un nouvel épisode des guerres


Social
Satisfaction après le maintien de
l’aide européenne aux associations
Les principales associations caritatives ont salué l’accord, lundi
14 novembre, entre les pays de l’Union européenne après des mois de
fratricides entre anciens nationalistes
blocage, qui sauve pour deux ans le Programme européen d’aide aux
plus démunis (PEAD), tout en soulignant la nécessité de trouver une Une cinquantaine de balles ont visé, le 8novembre, Yves Manunta, son épouse et sa fille
solution au-delà. Sans le revirement de l’Allemagne, qui souhaitait l’ar-
rêt de ce financement, le programme aurait fondu de 80 % dès le 1er jan-
vier 2012, à 113 millions d’euros contre 480 millions prévus. Le PEAD Ajaccio marchés. SMS était devenue un des
finance l’aide alimentaire apportée à 18 millions d’Européens pauvres Envoyé spécial plus importants employeurs pri-
dans 19 des 27 Etats membres. En France, troisième pays bénéficiaire, vés du département.

C
130 millions de repas sur les 440 millions distribués ne l’auraient plus et homme est un miraculé. Tout allait au mieux, jusqu’à
été dès 2012, selon les associations. – (AFP) p La mort ne veut pas de lui. A 2004. Cette année-là, un conflit
deux reprises, des tueurs éclate entre Manunta et Nivaggio-
Justice lourdement armés l’ont pris pour ni. Le premier découvre que le

Karachi: l’ex-PDG de la Sofresa nie cible, et à deux reprises, Yves


Manunta, 50 ans, en est ressorti
second se sert un peu trop dans la
caisse. Mais entre ces deux-là, les

l’existence d’un réseau chiraquien vivant. La dernière fois, le 8 novem-


bre à Ajaccio, une cinquantaine de
contentieux ne se règlent pas
devant les tribunaux. En 2007,
L’ex-PDG de la Sofresa, société d’Etat de ventes d’armes, Michel Mazens, a balles ont sifflé à ses oreilles et ont Manunta quitte la SMS et crée la
désavoué son ancien numéro 2, Jacques-Yves Gourcuff, qui avait affirmé failli coûter la vie à sa fille de 10 ans Société de sécurité méridionale
aux policiersqui enquêtentsur l’affaire de Karachi qu’après 1995, un nou- et à son épouse. Six jours après, le (SSM). Quelques mois plus tard, la
veau réseau avait remplacé les intermédiaires (le « réseau K » de Ziad voici, allongé sur un canapé de son juridiction interrégionale spéciali-
Takieddine) imposés par les balladuriens afin d’empocher des commis- salon, un pied dans la glace, une sée de Marseille s’intéresse aux
sions sur des contrats d’armement (Le Monde du 15 novembre). Les som- entorse à chaque cheville. La fenê- comptes de la SMS. En mars 2011,
mes destinées au réseau K auraient, selon M. Gourcuff, été « basculées tre de la pièce s’ouvre sur les toits s’ouvre devant le tribunal correc-
par le réseau Bugshan » à la demande de M.Mazens qui «avait des ordres de la cité impériale et sur la mer. Ce tionneldelacitéphocéenneunpro-
supérieurs ». M.Mazens l’a démenti le 6 octobre devant les policiers : «En lundi 14novembre, un grand soleil cès pour escroquerie et abus de
aucun cas Bugshan n’a remplacé K (…) Bugshan était un intermédiaire d’automne inonde la baie. biens sociaux. En juin, 18 person-
normal. » Quant aux déclarations de M.Takieddine assurant que les com- Pourlaénièmefois,YvesManun- nes sont condamnées, dont Francis
missions versées après l’élection de 1995 avaient financé les chiraquiens, ta raconte l’embuscade. Les deux Pantalacci, et Yves Manunta est
il a déclaré : «Cette allégation est totalement inventée. » p G. Da. et F. Lh. suspects,MarcetDominiquePanta- relaxé. Antoine Nivaggioni, qui fait
lacci, des frères jumeaux âgés de 21 figuredeprincipalsuspect,necom-

La compagne de François Hollande ans, sont incarcérés depuis diman-


cheàlaprisondesBaumettesàMar-
paraîtra pas. Il a été assassiné en
octobre 2010, cinq mois avant

entendue par la police des polices seille et mis en examen pour « ten-
tatived’assassinatenbandeorgani-
l’ouverture de l’audience.
SelonYves Manunta, «tout vient
La compagne de François Hollande, sée» par le juge marseillais Thierry de cette affaire de la SMS » au cours
Valérie Trierweiler, a été entendue, Azéma. Ils nient les faits, mais Yves de laquelle, à l’en croire, des poli-
lundi 14novembre, au siège du Manunta n’a aucun doute. Au Yves Manunta, le 8 novembre à Ajaccio. FOURNIL/PHOTOPQR ciers du renseignement ont, pen-
Défenseur des droits et à l’inspec- moment de l’attaque, l’un d’eux dant plusieurs mois, essayé de pro-
tion générale des services (IGS), la avait relevé sa cagoule sur le front du Mouvement pour l’autonomie Nivaggioni avaient monté une téger les principaux mis en cause,
police des polices, qui enquête sur et la petite a planté ses yeux dans d’Alain Orsoni et d’Antoine Nivag- affaire :la société méditerranéenne dontAntoine Nivaggioni. Ce même
l’affaire d’espionnage dont aurait ceux de celui qui vidait son char- gioni, où militait Francis Pantalac- de sécurité (SMS). Avec l’appui 8 novembre, deux autres règle-
été victime cette journaliste de Paris geur de kalachnikov : « Papa, je les ci, le père de ceux qui auraient d’amis comme Francis Pantalacci, ments de compte ont endeuillé la
Match. L’Express avait fait état, le ai reconnus. » C’est que pour elle, essayé de le tuer il y a une semaine. qui occupait les postes de trésorier Corse. Des meurtres qui, a priori,
4 octobre, d’une enquête de la direc- les « Panta » sont presque des fami- C’étaitletempsoùceshommespar- et de responsable de l’attribution n’ontrien à voir entre eux dans une
tion du renseignement de la préfec- liers. Longtemps, ils ont été des tageaientlamêmecauseetlesmau- des marchés à la chambre de com- îlequitotalise,pour2011,19homici-
ture de police de Paris «destinée à amis de son frère. Elle les a vus plus vais coups. Quelques années plus merce et d’industrie de Corse-du- des et 12 tentatives. p
établir “une notice biographique d’une fois dîner à la maison, mais tard, Yves Manunta et Antoine Sud, ils avaient raflé les principaux Yves Bordenave
fouillée sur Valérie Trierweiler, y surtout à la plage Neptune, où ils se
compris sur son réseau relation- retrouvaient. (Publicité)
nel”». La préfecture avait démenti. Le ministre de l’intérieur, Claude Mardi, vers 18 h 40, YvesManun-
Guéant, annonce vouloir porter plainte contre L’Express. – (AFP.) p (AFP) ta rentre chez lui. Pour une fois, il a

LE CENTRE NATIONAL DE LA MUSIQUE :


pris sa fille et sa femme à ses côtés,

Liliane Bettencourt entend dans sa voiture. En général, il évite.


Par précaution. Depuis plusieurs

toujours tenir sa fille à distance mois, Yves Manunta redoute d’être

UN MARCHÉ DE DUPES ?
la cible de tueurs. Ce soir-là, il a
Liliane Bettencourt, 89 ans, persiste à vouloir écarter sa fille Françoise
de la gestion de son patrimoine, refusant l’offre de conciliation de la jus-
tice autour d’un aménagement de son placement sous tutelle. Après
En 1996,
avoir fait appel de cette décision, l’héritière de L’Oréal a décidé de main- Yves Manunta, Malgré l’échec du Conseil de la Création Artistique, ce qui lui reste d’indépendance républicaine, il sera
tenir son assignation devant la cour d’appel de Versailles pour deman-
der que seul son petit-fils Jean-Victor Meyers, 25 ans, soit désigné com-
alors engagé dans le créé pour Marin Karmitz, le Président de la République
et son entourage ne se lassent pas de vouloir inventer
beaucoup plus aisé d’en manipuler le financement, d’y
prétexter la « rigueur », et donc de réduire la taille des
me tuteur. La cour d’appel se prononcera le 18 novembre sur l’opportu- combat nationaliste, a de nouvelles institutions (dites modernes) afin de séduisantes miettes… Une fois de plus dans ce pays,
nité de suspendre ou d’aménager l’exécution provisoire du placement
sous tutelle de la milliardaire, dans l’attente de l’examen en appel de cet-
déjà été victime d’une parasiter le ministère de la Culture (dit obsolète).
Vient aujourd’hui le tour d’une nouvelle usine à gaz :
il s’agit d’aider les riches et non les artistes… En bons
ultra-libéraux, ces promoteurs du « CNM » pensent
te procédure qui ne devrait pas intervenir avant des mois. – (AFP.) p tentative d’assassinat un « Centre National de la Musique ». Cette idée a que le seul moyen de tirer la société du mauvais pas
été soigneusement calculée par un groupe d’experts, où elle se trouve, c’est que certains gagnent un maxi-
pour la plupart issus des industriels de la « filière mum d’argent pour pouvoir en distribuer l’aumône aux
Des « indignés » relaxés après une manifestation juste coupé le contact de la voiture
musicale ». Il s’agirait de récupérer une partie de la taxe autres. On voit aujourd’hui le résultat : échec de leurs
Onze « indignés » poursuivis pour dégradation de bien public après une qu’un homme armé d’un fusil fait acquittée par les fournisseurs d’accès Internet pour stratégies, accentuation des précarités individuelles
manifestation en septembre à Paris ont été relaxés, lundi 14 novembre. irruption sur le côté et lui tire des- les « services de télévision en ligne », soit 70 millions et collectives, désarroi concernant l’avenir.
Le parquet avait requis, le 31 octobre, trois mois de prison ferme contre sus. « J’ai vu la flamme sortir du d’euros, pour en faire profiter le monde musical : une
une manifestante et 500 euros d’amende contre les autres. – (AFP.) canon », se souvient-il. Il ne com- manne considérable, comparée au plan d’actions de Ajoutons que le prince et ses conseillers rêvent
prendpas comment letireur, quise 3,5 millions d’euros pour l’ensemble du spectacle d’enchaîner ensuite sur la création d’un « Conseil
Marseille M. Gaudin réclame la démission de M. Guérini trouvait à 3 ou 4 mètres, a pu le vivant, annoncé par le ministre de la Culture. National du Spectacle Vivant » ; agence bâtie à la
Le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a réclamé, lundi rater. Yves Manunta sort de son fois sur le modèle du CNC (sans que la différence
14 novembre, la démission de Jean-Noël Guérini, le président PS du véhicule et s’échappe derrière les Belle initiative, dira-t-on. Car le monde musical et de modèle entre art de l’écran et art de la scène ne
conseil général des Bouches-du-Rhône mis en examen notamment voituresgarées surleparking,espé- plus largement celui du spectacle vivant ont besoin soit analysée) et du Arts Council anglais (mais en
pour « association de malfaiteurs ». Sa « vendetta » contre ses anciens rant que les tueurs vont le poursui- de vraies réformes et des moyens pour les accomplir. matière de financement public, en ce domaine au
amis socialistes fait « des victimes collatérales », Marseille et les Mar- vre et épargner sa famille. Le muret Mais il faut dire que cette manne doit être ponction- moins, l’Angleterre est-elle un modèle ?). Dépiauter
seillais, a estimé le maire. – (AFP.) qui longe son parcours est piqué née sur le budget du Centre National du Cinéma et le ministère de la Culture, privatiser tout ce qui
d’impacts : cinquante, cent peut- de l’Image Animée (CNC) qui la reçoit actuellement ; peut l’être, brouiller les pistes entre privé et public,
les producteurs de cinéma n’ont pas été consultés et privilégier les « aides ponctuelles » non reconduc-
être. Des balles de pistolet automa-
vont sans doute refuser ce « prélèvement » ; d’autre tibles, au détriment du soutien aux parcours artis-
tique, de mitraillette et des éclats part, les fournisseurs d’accès Internet rechignent à tiques, laisser au Ministère ce fardeau culturel qu’on
de chevrotines. Aucune n’atteint sa se laisser plumer tranquillement. Manne illusoire ? méprise (patrimoine, formations, insertion et vie des
cible, mais la petite reçoit deux bal- professions artistiques, action culturelle…). Ça, c’est
les dans le bras et des éclats dans De plus, on s’aperçoit vite qu’il s’agit tout d’abord de la vie nouvelle, c’est l’avenir qu’on rêve pour vous !
l’épaule. Sa femme est blessée à la régler les problèmes économiques des gros éditeurs
hanche et à la jambe. Lui a réussi à phonographiques qui rafleront l’essentiel de la mise, Nous demandons l’arrêt de la préfiguration et de la
sauter par-dessus le muret et a environ 40 millions d’euros. Il s’agit ensuite d’aug- création du CNM et la mise en place d’un véritable
atterri 6 ou 7 mètres plus bas. menter d’une vingtaine de millions la mise que les plan de développement pour le spectacle vivant.
Si n’avaient été les tirs contre sa producteurs et tourneurs récoltent au sein du Centre
fille et sa femme, Yves Manunta National des Variétés, tout en jurant bien sûr à tous les Une politique culturelle digne de ce nom, un minis-
n’aurait pas alerté la police. Mais là, professionnels de la musique vivante que les retom- tère de la Culture digne de ce nom, c’est justement
ils s’en sont pris à sa famille. « Je ne bées du veau d’or leur seront plus profitables que les le lieu où se rencontrent, où se conjuguent, y compris
faveurs du Ministère. Une fois examinés les comptes parfois dans la contradiction, l’ancien et le nouveau,
veux pas entendre parler d’honneur
prévisionnels de cette juteuse affaire, on constate l’aventureux et le stable, le centre et la périphérie,
et de balance, s’énerve-t-il. L’hon-
que la musique vivante n’en aura que des miettes, l’inouï et le quotidien. Pour cela, il faut de l’ambition
neur, ce n’est pas de s’en prendre lesquelles miettes risquent pourtant d’en séduire plus pour tous, de l’utopie et de la concertation.
aux femmes et aux enfants. » En d’un : mieux que rien. Par exemple, les musiques dites
1996, Yves Manunta, alors engagé « savantes » devront se contenter d’un million d’euros
dans le combat nationaliste, a déjà CPDO - Chambre Professionnelle des Directions
pour leurs projets de captations et les maisons de
été victime d’une tentative d’assas- d’Opéra
disques auront l’obligeance de bien vouloir produire
PROFEDIM - Syndicat Professionnel des Producteurs,
sinat. Atteint à la tête, aux jambes ce genre musical réputé « difficile », peu « rentable ».
Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de
etsurletorse–unetrentainedepro-
Musique
jectilesentout–,ils’enétait tirégrâ- Nous demandons à tous les artistes et aux autres
SNSP - Syndicat National des Scènes Publiques
ce à un gilet pare-balles. En ces professionnels de la musique de bien réfléchir à ce
SYNDEAC - Syndicat National des Entreprises
temps de guerre fratricide entre sujet. Car, malgré les allégations du ministre de la
Artistiques et Culturelles
« natios», à laquelle il prit une part Culture, quand cette agence (quasiment privatisée
SYNOLYR - Syndicat National des Orchestres et
active, il n’avait pas porté plainte. au moins dans son esprit sinon dans sa gouvernance)
des Théâtres Lyriques
aura bel et bien échappé au ministère de la Culture, à
A cette époque, Yves Manunta
faisait partie de l’Alliance nationale
corse. Il était allié avec les équipes
0123
12 société Mercredi 16 novembre 2011

L’affaire du «Carré-d’As»,
oule premier procès
de piratessomaliens en France
Six jeunes Somaliens comparaissent à huis clos devant la cour d’assises
des mineurs pour la prise d’otages à bord d’un voilier français en 2008

L
orsqu’ils sontmontés à l’abor- que le plus jeune d’entre eux était donc immédiatement été exigée
dage d’un petit bout de Fran- mineur au moment des faits. pour la libération des otages, avant
ce – le Carré-d’As IV, un voilier Le 2 septembre 2008, le Carré- d’être abaissée de moitié dès le len-
de 16 mètres – sous le soleil de d’As IV, skippé par un couple de demain.
l’océan Indien, en septem- sexagénaires français rompu à Les têtes pensantes du groupe –
bre 2008, ils n’avaient sans doute l’exercice des convoyages au long qui semble avoir été en partie com-
pas imaginé échouer un jour cours, faisait route de l’Australie posé de pirates occasionnels inéga-
devant la cour d’assises des vers la France, au large de la provin- lement rompus au maniement des
mineurs de Paris, risquant la réclu- ce sécessionniste du Puntland armes – avaient également prévu
sion criminelle à perpétuité. (Somalie), quand, vers 6 h 30 du d’exiger la libération de six autres
Depuis mardi 15 novembre, six matin, deux embarcations rapides Somaliens détenus à Paris depuis
pirates somaliens, aujourd’hui pilotées par des hommes armés l’attaque, en avril 2008, du voilier Les époux Delanne, propriétaires du « Carré-d’As », lors de leur libération le 20 septembre 2008. SIPA
âgés de 21 à 35 ans et qui se présen- ont fondu sur lui. de croisière Le Ponant.
tent majoritairement comme de Les 3 000 kilomètres de côtes tembre2008au termed’une opéra- voyage,d’un appareil photo numé- d’otages. Le verdict, prévu le
simples pêcheurs, sont jugés pour stratégiquement placés sur la rou- Lance-roquettes tion militaire menée dans les eaux rique et de bijoux fantaisie : un 2 décembre, pourrait être pronon-
« association de malfaiteurs », te maritime très fréquentée qui Dirigés, selon le skipper fran- territoriales somaliennes. Un pira- butin que se sont partagé les pira- cé plus tôt, car on attend peu de
« détournement de navire », « enlè- relie l’Asie à l’Europe par le golfe çais, par un « homme en djellaba te a été tué tandis que les six accu- tes dès le premier jour. révélations des débats qui devront
vement et séquestration avec d’Aden ont de quoi inspirer aux couvert de bijoux » qui ne s’est pas sés du procès étaient interpellés à Incarcérés depuis plus de trois être intégralement traduits.
demande de rançon », et « vols avec Somaliens – plongés depuis vingt fait prendre – un ancien douanier bord du navire en possession d’un ansdans différentesprisons franci- Seize autres pirates somaliens
armes en bande organisée ». ansdans laguerre civile –desactivi- somalien selon l’enquête –, une lance-roquettes défectueux, de liennes, ces hommes déracinés et actuellement détenus en France
Leur procès – le premier du tés plus lucratives que le commer- bonne vingtaine d’hommes se trois fusils d’assaut et de muni- parlant pour la plupart unique- doivent être jugés prochaine-
genre en France – se tient à huis cedu khat,unstupéfiant hallucino- sont relayés durant deux semai- tions. Les otages français en ont été ment somali ne nient pas les faits, ment. Le procès de six d’entre eux,
clos, car des expertises médicales gène local, ou la pêche à la langous- nes pour couver, sans violence, les quittes pour une sérieuse frayeur mais minimisent leur implication. accusés de la prise d’otages du
diligentées en raison de l’état civil te. Aussi, une rançon de 4 millions deux otages et leur prise de mer. et le vol de 1 000 dollars en espè- Certains assurent même avoir été Ponant, est prévu à Paris en
incertain des prévenus ont conclu de dollars (3 millions d’euros) a Le couple a été libéré le 16 sep- ces, de 900 dollars en chèques de contraints de participer à la prise mai 2012. Deux autres procès ne
sont pas encore programmés :

Dessociétés militairesprofitent de lafaiblesse desEtats face aux flibustiers celui de trois pirates interpellés en
2009 lors de l’intervention de l’ar-
mée française sur le Tanit, qui
avaitcausé la mort d’un otage fran-
L’IMAGE DONNÉE par les jeunes 250000 dollars. Elles ont franchi, côtes somaliennes en 2007. taire mondial (PAM), que les for- des réponses économiques et juri- çais, ainsi que celui de sept autres
Somaliens qui comparaissent en 2010, la barre des 3 millions de En face, les moyens militaires ces d’« Atalanta » ont pour mis- diques », regrette M. Lang. Parmi Somaliens, auteurs de l’attaque au
devant la justice française, mardi dollars. Ces ressources ont permis déployés depuis fin 2008 par la sion d’escorter, sont sécurisés. les militaires, découragés de large du Yémen en septembre du
15 novembre, appartient déjà au aux commanditaires de s’équiper communauté internationale dans Mais « la présence des sociétés pri- devoir laisser filer les pirates, Tribal-Kat, un catamaran sur
passé : depuis leur arrestation fin d’armes lourdes, de moyens de le golfe d’Aden et l’océan Indien vées induit un risque d’escalade. l’idée de frapper les bases côtières lequel un autre Français a été tué
2008, la piraterie au large de la communication et de bateaux per- semblent atteindre leurs limites : Elle entame tout le travail mené est de plus en plus évoquée. p lors de l’abordage. p
Corne de l’Afrique a changé de formants. Certains forment les opération européenne « Atalan- ces dernières années pour trouver Nathalie Guibert Patricia Jolly
visage. Elle n’est plus le simple pirates durant six mois à la prise ta » (dix pays, vingt bateaux,
fait de paysans affamés jetés à la d’assaut, comme des profession- 1 800 militaires), opération
mer par nécessité. Le phénomène, nels. « Ocean Shield » de l’OTAN (quel-
encadré par des organisations cri- ques bateaux), la « Task Force 151 »
minelles, s’est inscrit dans la Gardes privés américaine, secondée par le Japon
durée. Profitant de la faillite de
l’Etat somalien, les pirates vont
maintenant jusqu’au canal du
Mozambique d’un côté, aux côtes
Selon le Bureau international
maritime (BIM), 194 otages
étaient retenus à la date du
7novembre (ils étaient 400 en sep-
ou la Corée du Sud. « Il apparaît
une certaine “fatigue” des Euro-
péens et des alliés, qui peinent à
maintenir ces moyens, s’inquiète
Qsi s  pi i
Qsi   igi
indiennes de l’autre, pour se saisir tembre), ainsi que onze navires. une source de la défense à Paris.
de navires marchands. Quinze marins de toutes nationali- Tandis que les solutions globales,
Les rançons pour les libérer tés sont morts depuis la recrudes- telles que le développement de gar-
tournaient d’abord autour de cence de la piraterie au large des de-côtes régionaux ou la création
d’outils juridiques appropriés,
n’avancent pas. ».
ARABIE OMAN INDE La quasi-totalité des pirates 4 Journée-débat
Me

SAO U D I T E appréhendés sont relâchés. « Un


rR

cadre légal de rétention en mer fait dpc  p ’  mi


ou
ge

YÉMEN Zone où le voilier souvent défaut», avait constaté


É RY T H R É E Sanaa « Carré-d’As » a été Jack Lang, nommé conseiller spé- Mi 29  vm
 2011
n attaqué cial par l’ONU en 2010. Les mesu-
Golf
e d’
Ad e
res prévues par le Conseil de sécuri- Cimhèq fçis - 51   bcy - 75012 Pis
DJ I B O U T I Bargal té en avril dans la résolution
SO M A L I E 1976,à la suite du rapport Lang, tar-
Zone où les commandos dent à être mises en œuvre : créa-
ÉTHIOPIE sont intervenus pour tion de tribunaux spécialisés en
libérer les otages Somalie, d’une cour extraterrito-
riale à Arusha (Tanzanie), de capa- If mi s  ivii s s www. cip.f
Mogadiscio Océan cités pénitentiaires.
Indien Dans ce contexte, la militarisa-
K E N YA tion de la réponse vient de pren-
250 km dre un tour nouveau. Depuis cet
été, sous la pression des compa-
gnies d’assurance, les pays concer-
nés par le commerce maritime
dans la zone autorisent leurs navi- En partenariat avec
res à embarquer des gardes privés
armés. C’est le cas de l’Espagne,
l’Italie, l’Allemagne, la Norvège, la
Grande-Bretagne, les Etats-Unis.
Comme les Pays-Bas, la France
refuse, pour l’heure, de privatiser
l’usage de la force, mettant à dispo-
sition de ses navires les – faibles –
moyens de la marine nationale.
Une soixantaine de sociétés
militaires privées, britanniques
dans leur majorité, se sont mises
sur le marché. Celui-ci est estimé à
500millions d’euros. « Nous som-
mes prêts à travailler pour des com-
pagnies françaises», explique, sur
Lepoint.fr, un ancien officier des
commandos marines, qui déclare
employer 90 ex-membres des for-
ces spéciales françaises dans la
zone au profit de clients asiati-
ques.
Ces moyens, ajoutés au respect En collaboration avec
des « bonnes pratiques » énoncées
par le BIM, sont très dissuasifs.
Les attaques ne réussissent que
dans un cas sur quatre. Les
bateaux du Programme alimen-
0123
Mercredi 16 novembre 2011
économie 13

En hausse En baisse Les cours du jour ( 15/11/11 , 09 h 47 )


Spread – L’écart entre les taux des obligations Pays-Bas – Le produit intérieur brut des Pays- Euro 1 euro 1,3659 dollar (achat)
à dix ans de l’Allemagne et de la France a touché Bas a baissé de 0,3 % au troisième trimestre, Or Once d’or 1 776,00 dollars
un record, à 1,726 point de pourcentage, mardi selon des chiffres publiés par l’Office central des
15 novembre, sous l’effet d’une tension statistiques, mardi 15 novembre. C’est la premiè- Pétrole Lightsweet crude 98,21 dollars
du rendement français alors que les marchés re fois que l’économie se contracte d’un trimes- Taux d’intérêt France 3,391 (à dixans)
doutent de la capacité du pays à garder son AAA. tre à l’autre depuis le deuxième trimestre 2009. Taux d’intérêt Etats-Unis 1,955 (à dix ans)

La crise de la zone euro

La BCE, le dernier rempart à la crise


La Banque centrale est pressée de toutes parts d’aller à la rescousse des Etats en difficulté, l’Allemagne résiste

L
a question oppose l’Europe MONTANT TOTAL DES RACHATS
latine, fragilisée par la crise, D’EMPRUNTS PUBLICS PAR
aux pays du Nord, plus ortho-
LA BCE
doxes : faut-il transformer la Ban- 187
que centrale européenne (BCE) en milliards
une sorte de Réserve fédérale amé- d’euros
ricaine (Fed), intervenant massive-
ment pour secourir les Etats qui
ploient sous leur dette ? Chacun
fourbit ses arguments à mesure
que la situation s’aggrave.
Lundi 14 novembre, comme
tous les lundis depuis mai 2010 et
les débuts de son programme
d’achat d’emprunts publics, la BCE
a dévoilé ses acquisitions réalisées
la semaine précédente : 4,4 mil-
liards d’euros de dette d’Etat, soit 73,94
deuxfois moins que début novem- au 1er janvier
bre. Pas assez pour ceux qui vou- 2011
draient voir l’institution de Franc-
fort se mobiliser pour calmer les
marchés et faire retomber les taux
auxquels les Etats empruntent.
Depuis mai 2010, la BCE a rache-
té pour 187 milliards d’euros d’em-
prunts d’Etat, d’abord grecs, portu- 35
gais et irlandais, puis italiens et
espagnols depuis août 2011. Mais
elle a toujours rappelé, – et encore
récemment avec son nouveau pré- 31 mai 14 nov.
sident Mario Draghi – que ce pro- 2010 2011
gramme était temporaire et limi-
té, le temps que le Fonds européen
de stabilité financière (FESF) puis- Mario Draghi, le 4 novembre à Francfort, lors de sa première conférence de presse comme président de la BCE. AXEL DOMANSKI/REUTERS
se acheter de la dette sur le marché
secondaire (celui de la revente). Un sujet explosif entre le prési- gleterre(275 milliardsde livresster- en banque pour le faire bénéficier tuel président de la Bundesbank, les crédits aux banques. Mais une
Aux Etats, a-t-elle martelé, de dent français Nicolas Sarkozy et la ling, soit 322 milliards d’euros). Il des liquidités illimitées de la BCE, Jens Weidman, a ainsi indiqué au telle opération serait plus délicate
mener les réformes nécessaires chancelièreallemandeAngela Mer- pourrait aussi s’engager devant les comme le suggèrent la France, l’Ita- Financial Times qu’une interven- si elle devait acheter plus de dettes.
pour améliorer la situation. kel, tandis que leurs partenaires du marchés à intervenir, comme le lie et l’Espagne. Pour cela, il fau- tion plus poussée de la BCE viole- AuRoyaume-Uni,d’ailleurs, l’infla-
Reste que si le FESF a bien vu ses G20 – Etats-Unis, Chine, et Royau- voulaient entre autres Paris et drait modifier les statuts du fonds rait les traités. tion est ainsi de 5 % aujourd’hui,
pouvoirs étendus, sa force de frap- me-Uni en tête –, suggèrent à la dans une moindre mesure Berlin, de sauvetage, une réforme dont la contre 3 % dans la zone euro.
pe est limitée à 440 milliards zone euro de faire davantage pour fin octobre : « La BCE pourrait dire ratification serait politiquement « Aléa moral » L’Allemagne a une autre obses-
d’euro, dont à peine la moitié est se tirer d’affaire, quitte à « normali- qu’elle ne tolérera pas un certain délicate en Allemagne, en Finlan- Dans une Allemagne hantée par sion : « L’aléa moral ». En assurant
encore disponible. « Le temps pas- ser » le rôle de la BCE. écart entre le rendement du Bund de ou aux Pays-Bas. l’hyperinflation sous la république la survie des mauvais élèves, elle
sant, on voit que tous les autres Plusieurs options sont possi- allemand et celui des autres Enfin, certains n’excluent pas, de Weimar, lutter contre la hausse redoute de les inciter à ne pas faire
outils de stabilisation de la confian- bles.D’abord, laBCE pourraitprocé- emprunts d’Etat, ce qui suffirait à dans le cadre du chantier ouvert des prix doit rester la priorité abso- les réformes nécessaires. En août,
ce disparaissent », juge Bruno Cava- der à des rachats massifs d’em- impressionner les marchés », argue pour organiser le gouvernement lue. La banque centrale allemande le gouvernement de Silvio Berlus-
lier,cheféconomistechez Oddo. Ne prunts d’Etat, en clair faire tourner l’économiste Jean Pisani-Ferry, économique de la zone euro, de s’en tient donc à une interpréta- coni avait ainsi renoncé à taxer
resterait in fine que la BCE, qui la planche à billets, comme l’ont directeur de l’institut Bruegel. modifier les traités afin de préciser tion stricte des mandats de la BCE : davantage les hauts revenus après
pourrait endosserle rôlede prêteur fait la Fed (1 300 milliards de dol- Autre option, plus complexe, le mandat de la BCE. « Personne assurerlastabilitédesprix,etensui- que la BCE eut commencé à acheter
en dernier ressort, comme le font la lars, soit 960 milliards d’euros de car elle suppose un accord entre n’ose encore franchir ce pas », dit- te «apporte [r] son soutien auxpoli- de la dette italienne…
Fed ou la Banque d’Angleterre. bons du Trésor) ou la Banque d’An- les capitales : transformer le FESF on dans l’entourage d’Herman tiques économiques générales de Reste la question de l’indépen-
Van Rompuy, le président du l’Union ». Deux Allemands – l’ex- dance de la Banque centrale euro-

Londres compare la France à la Grèce Conseil européen chargé de pilo-


ter les travaux : « La question est
un vrai tabou en Allemagne. »
président de la Bundesbank Axel
Weber et le chef économiste de la
BCE Jürgen Stark – ont d’ailleurs
péenne.Soucieuse deson librearbi-
tre, elle ne veut pas céder aux pres-
sions des politiques. A fortiori s’il
et s’inquiète pour ses banques Vues de Berlin et de Francfort,
les pistes évoquées constituent
quitté la BCE dont ils critiquaient
les rachats de dettes publiques.
s’agit de titres potentiellement ris-
qués, qui pourraient dégrader son
une révolution susceptible d’écor- Aujourd’hui, pour ne pas faire bilan. Et la mettre en position de
ner encore la réputation de la BCE, gonfler la masse monétaire, la BCE devoir être renflouée… p
Londres trouvé dans la crise de la dette sou- Cameron devrait lier son soutien et de creuser, en son sein, le clivage « stérilise » ses achats de dette Clément Lacombe
Correspondant veraine de la zone euro un parfait pour le nouveau traité européen entre faucons et colombes. L’ac- publique en diminuant d’autant et Philippe Ricard (à Bruxelles)
bouc émissaire pour expliquer l’ab- que la chancelière préconise à des
C’est entendu, le ministre britanni- sence de résultats. sauvegardes pour la place financiè-
que des finances, George Osborne, Le Trésor de « Sa Majesté» répè- re londonienne.
n’est pas un excessif. Il lui faut se te à l’envi que les difficultés des Au passage, M. Cameron
faire violence pour laisser exploser dix-sept, qui absorbent 43 % des devrait pousser Mme Merkel à lever

Sur France Info


une colère d’envergure internatio- exportations britanniques, rédui- son opposition à une intervention
nale. Des lors, pourquoi le grand sent à néant l’effet de la faiblesse de la Banque centrale européenne
argentier a-t-il haussé la voix à pro- de la livre sterling par rapport à la (BCE) pour aider les pays touchés
pos de ce qu’il appelle le «problè- monnaie unique. par la crise de la dette.
me français» ? Dans un entretien
le 13 novembre à la BBC, l’intéressé
Lors du banquet annuel du lord-
maire de la City de Londres, le
Dans le climat actuel, le Royau-
me-Uni profite toutefois de sa non-
à l’occasion des élections législatives en Espagne

“CINQ JOURS À LA UNE”


a comparé la France à l’Italie, à la 14 novembre, le premier ministre, participation à la zone euro. En
Grèce et au Portugal en pressant David Cameron, a réitéré que la témoigne le faible taux de finance-
Paris d’en faire plus. Grande-Bretagne doit rester dans ment de ses emprunts à dix ans :
Derrière cette sortie peu diplo- l’Union européenne «pour proté- 2,25 % le 14 novembre, à peine plus

SPÉCIAL ESPAGNE
matique pointe l’inquiétude de ger ses intérêts économiques ». que le taux allemand, mais moins
Londres à propos de l’exposition que le taux français (3,3%).
des banques britanniques à la det- Pression des députés Ce taux est le plus bas depuis le
te française. En rachetant le Crédit Il s’agissait de calmer les appré- lancement des obligations d’Etat
commercial de France, HSBC est hensions devant le projet commu- dans les années 1950, malgré un
l’un des acteurs de premier plan nautaire de taxe sur les transac- déficit public supérieur à celui
dans la banque de détail. Royal
Bank of Scotland et Barclays, histo-
riquement très actives dans l’Hexa-
tions financières. L’hôte du
10 Downing Street est sous pres-
sion des députés de son parti pour
des pays voisins (9,4 % du produit
intérieur brut en 2011) et un endet-
tement en hausse.
Une série de reportages chaque jour,
gone, sont aussi en première ligne.
Mais pour bon nombre d’obser-
obtenir des clauses d’exemption
pour la City en échange de l’appui
Aux yeux des marchés, la politi-
que d’austérité, l’autonomie de la
du 14 au 18 novembre, 7h55
vateurs, en attaquant la France, britannique aux nouvelles règles Banque d’Angleterre en matière
M.Osborne prépare le terrain à la devant régir la zone euro. Or, Lon- de fixation des taux d’intérêt et la
présentation, mardi 29novembre, dres considère la France comme le préservation de la livre sterling avec
de sa «stratégie de croissance» des- principal architecte de ce projet ont transformé le Royaume-Uni
tinée à relancer l’activité qui se lan- d’imposition. en un sanctuaire pour les capi-
guit. C’est pourquoi, lors de ses entre- taux à la recherche d’un place- franceinfo.fr
Dans un contexte conjoncturel tiens, vendredi 18 novembre, à Ber- ment sûr. p
de plus en plus fragile, Londres a lin avec Angela Merkel, David Marc Roche
0123
14 économie Mercredi 16 novembre 2011

La crise de la zone euro

Les investisseurs Sous surveillance des marchés, M.Monti


s’attaquent prépare un nouveau plan de rigueur
à l’Espagne Certains patrons italiens militent pour l’introduction d’un impôt sur la fortune

La perspective d’une récession et le dérapage Nouvel « ajustement


des finances publiques des régions inquiètent budgétaire » pour la Grèce

Le premier ministre grec, Lucas

U
ne peur chasse l’autre sur « Entre juin et septembre, l’éco- Papadémos, a annoncé un « nou-
les marchés. Lundi nomie espagnole a connu un coup veau programme d’ajustement
14 novembre, le spectre d’arrêt et les choses vont empirer », budgétaire », lundi 14 novembre,
d’une catastrophe en Italie et en souligne M. Fernandez. Alors que lors de son discours d’inves-
Grèce tout juste repoussé, après le le chômage (déjà à près de 22 % de titure au Parlement. Il a appelé
départ de Silvio Berlusconi du gou- la population active) augmente les Grecs à « continuer l’effort »
vernement italien et l’arrivée d’un dramatiquement, le pays devrait et jugé nécessaire « de faire face
nouveau premier ministre à Athè- sombrer dans la récession fin 2011, d’une manière plus efficace et
nes, les investisseurs se sont mis début de 2012. L’ampleur reste plus rapide au problème des
àspéculer aussitôt sur une déconfi- sujette à débat mais une chose est finances publiques et à l’amélio-
ture de l’Espagne. sûre : la progression du PIB de 1,3 % ration de la compétitivité ».
Signe de cette anxiété, les rende- cette année et 2,3% en 2012 pronos- Le leader de l’opposition de droi-
ments de la dette espagnole à tiquée par l’Etat n’est pas réaliste. te, Antonis Samaras, s’est dit
dix ans ont franchi, mardi matin, La Commission européenne opposé à toutes ces nouvelles
un niveau record à plus de 6,2 %, a d’ailleurs évalué la croissance mesures de rigueur, qui
creusant un écart de 4,44 points de espagnole à, à peine, + 0,7 % pour devraient être présentées dans
pourcentageavec ceux de l’Allema- chacune de ces deux années. le cadre du budget 2012.
gne (1,75 %). Du jamais vu depuis la M. Papadémos prévoit un déficit
création de la zone euro. « L’Europe Sortie de route budgétaire aux alentours de 9 %
a offert en sacrifice deux gouverne- Le Parti populaire (PP) qui, sauf du produit intérieur brut pour
ments élus démocratiquement. coup de théâtre, devrait prendre 2011. Les premières prévisions
Mais cela ne suffit pas », commen- les rênes du pouvoir, a promis étaient de 7,5 %.
tait le quotidien El Pais mardi. d’agir : amplifier l’austérité, accélé-
La nervosité des investisseurs- rer les réformes du marché du tra- Des Italiens réclament de nouvelles élections, lundi 14 novembre à Rome. GREGORIO BORGIA/AP
speculateurs envers Madrid se vail, assainir le secteur financier
nourrit d’un contexte globale- espagnol gorgé d’emprunts toxi- Rome liards d’euros est attendue après gouvernement de Giuliano taxe sur les ordures et, sur le modè-
ment anxiogène. « Tant qu’aucune ques… Mais le parti de Mariano Correspondant les deux plans de rigueur adoptés Amato.Et en avait obtenu l’abroga- le français, à la redevance télévi-
« opération bazooka », n’aura été Rajoy pourrait buter sur au moins en juin et en août pour un total de tion au bout d’un an. Aujourd’hui, sion, que M. Berlusconi encoura-

L
miseen place –comme érigerclaire- un obstacle : comment mettre au es marchés ont mis Mario près de 150 milliards d’euros. d’ailleurs, même la gauche n’ose geait (avec succès) ses concitoyens
ment la Banque centrale européen- pas les finances publiques des Monti, chargé de composer le De fait, la croissance a été revue plus employer le mot honni de à ne pas payer.
ne (BCE) en prêteur en dernier res- régions autonomnes à la dérive ? nouveau gouvernement ita- à la baisse : la nouvelle équipe pré- « patrimoniale » qui renvoie à cet- Pour l’heure, le premier souci
sort des Etats –, les marchés teste- Ami-année,les trois quartsd’en- lien,en ballottage. Lundi 14novem- voit désormais une hausse du pro- te tentative. Mais cette fois-ci, c’est de M. Monti reste encore de s’assu-
ront les pays fragiles, estime Gilles tres elles avaient déjà dépassé bre, au lendemain de sa désigna- duit intérieur brut (PIB) de 0,7 % en le patronat qui a relancé le débat : rer du plus large soutien possible
Moëc économiste chez Deutsche leurs limites de déficit autorisé. Au tion par le président de la Républi- 2011 quand l’ancien gouverne- LucaCordero di Montezemolo (Fer- des forces politiques et syndicales
Bank. Or, en dépit de ses efforts total le déficit des dix-sept « Auto- que, l’indice phare de la Bourse de ment misait sur 1,1 %. Et la charge rari) et Diego Della Valle (Tod’s) se dupays. Selon plusieurs de ses visi-
pourréduire sa dette, l’Espagneres- nomias » représentait à fin juin Milan – dont on attendait qu’elle de la dette, qui représente 120 % de sont déclarés en faveur de cet teurs, le très probable prochain
te du mauvais coté de la barrière 1,2% duPIB national pour un objec- plébiscite l’arrivée aux comman- la richesse nationale, sera plus impôt. président du conseil – il ne le
selon les experts. A leurs yeux, les tif de 1,3 % en fin d’année. Conclu- des de l’ancien commissaire euro- lourde que prévu, alors que le Tré- deviendra officiellement qu’après
finances publiques de Madrid sont sion : à la fin de l’année leur déficit péen à la réputation de compéten- sor doit placer 200 milliards d’eu- Besoin de temps avoir obtenu la confiance de la
susceptibles de déraper. atteindra plutôt 2,2 % à 2,6 % du ce et d’indépendance – lui a réser- ros d’obligations d’Etat d’ici La taxe immobilière sur la rési- Chambre et du Sénat – semble
Ajuste titre ? Pour Fernando Fer- PIB, selon les experts d’UBS. vé un accueil ambigu, avec un avril 2012. Aux conditions actuel- dence principale, l’ICI, pourrait déçu de ne pas parvenir pour l’ins-
nandez, économiste à l’IE business Acourtterme cettesortie derou- recul de 1,99 %. les de marché, l’Italie devrait rem- également faire son retour. L’an- tant à impliquer dans sa prochai-
school de Madrid, il est évident te peut sembler gérable. Mais cer- Même constat sur les marchés bourser près de 90 milliards d’eu- nonce surprise en 2007 par M. Ber- ne équipe les principales person-
que le pays ne tiendra pas ses pro- taines régions comme la Catalo- des obligations d’Etat. Si l’Italie a ros d’intérêts par an, soit de 10 à lusconi de sa suppression pour nalités politiques italiennes.
messes : le déficit censé baisser gne (près de 20 % de l’économie réussi à lever 3 milliards d’euros 15 milliards supplémentaires par toutes les catégories de revenus Les chefs des partis qui le sou-
à 6 % du produit intérieur brut espagnole), Valence, ou l’Andalou- lors de sa première émission obli- rapport aux derniers calculs. lui avait permis, selon les politolo- tiennent – presque tous à l’excep-
(PIB) en 2011 après 9,2 % en 2010, sie préoccupent les experts car gataire de l’ère post-Berlusconi, les La presse prête à M. Monti, qui gues, d’assurer sa victoire sur son tion de la Ligue du Nord – préfè-
avoisinera plutôt 7,5 % du PIB leur trajectoire reste sur la mauvai- taux ont flambé. Le Trésor a dû ne s’est pas exprimé publique- adversaire de centre gauche Roma- rent ne pas se « compromettre »
selon ses calculs. Et si M. Fernan- se pente. offrir un rendement de 6,29 % ment sur le sujet, l’intention d’in- no Prodi alors que 80 % des Ita- dans des réformes impopulaires.
dez est plus sévère que ses homolo- Responsables d’une partie des pour un emprunt à cinq ans, troduireun impôtsur les patrimoi- liens sont propriétaires. Une déci- L’hypothèse d’élections législati-
gues de Deutsche Bank, d’UBS ou dépenses sociales comme la santé contre 5,32 % lors de la dernière nes supérieurs à 1 million d’euros. sion qui prive le Trésor de 3,5 mil- ves à brève échéance occupe leurs
d’Oddo, qui prévoient un déficit ou l’éducation, ces régions ont un opération similaire en date du Un sujet délicat dans une Italie qui liards d’euros par an. esprits même si les marchés, les
entre 6,6 % et 7 % du PIB, tous sont temps profité des recettes liées aux 13 octobre. Cela reste toutefois avait très mal vécu l’introduction M. Monti pourrait introduire institutions financières et les par-
d’accord pour dire que le pays ne impôts et taxes du secteur de la moinscher que vendredi 11novem- d’une taxe similaire en 1992 par le une taxe d’habitation couplée à la tenaires européens de Rome la
sera pas dans les clous. construction. « Elles ont gaspillé ces bre, quand les rendements des jugent inopportune.
Les causes sont multiples. Et à recettes extraordinaires pensant taux à cinq ans sur le marché Le FESF suscite la défiance des marchés Pour tenter d’éloigner cette
quelques jours des élections légis- qu’elles seraient pérennes », racon- secondaire étaient de 6,458 %. perspective, M. Monti aurait égale-
latives du 20novembre, laperspec- te l’économiste M. Fernandez. En En attendant un éventuel Moody’s accroît encore la nervo- Ce jour là, le FESF avait procédé ment confiéson souhait de gouver-
tive de voir émerger un nouveau éclatant la bulle immobilière espa- « effet Monti », l’homme au loden sité autour du Fonds européen à sa quatrième levée de fonds ner jusqu’à la fin de l’actuelle man-
gouvernement de droite ultra- gnole a asséché leurs revenus. et au costume gris a commencé les de stabilité financière (FESF), sur les marchés depuis sa créa- dature, au printemps 2013. Il a
majoritaire à même de faire passer Aussi pour éviter que l’histoire consultations – auprès des syndi- ce mécanisme créé pour aider tion : 3 milliards d’euros desti- besoin de temps et de solidarité
facilement les réformes nécessai- ne se répète « il faudra modifier les cats, des partis mais aussi, et c’est les pays en difficulté de la zone nés à l’Irlande. Signe de la défian- pour conduire les Italiens – tenus à
res n’est pas de nature à changer relations économiques et financiè- une première, des associations euro : dans son rapport hebdo- ce des marchés, il avait dû offrir l’œil par les experts de la Commis-
radicalement la donne. res entre le gouvernement central représentant les jeunes et les fem- madaire sur le crédit publié lun- un taux de 1,77 point de pourcen- sion et du Fonds monétaire inter-
D’unepart parceque la croissan- et les Autonomias », estime M. Fer- mes – pour composer un gouver- di 14 novembre, l’agence de nota- tage supérieur au rendement du national – sur un chemin pavé de
ce, outil essentiel pour éponger les nandez. Un défi économico-politi- nement restreint d’une douzaine tion estime que la faible deman- Bund allemand, contre seule- sacrifices. Selon un sondage de
dettes, ne sera pas au rendez-vous. que certain pour l’Espagne et une de membres et d’une trentaine de de et « la froide réception des ment 0,51 point de plus lors de l’institut Piepoli rendu public lun-
Du fait de la rigueur en Espagne source de stress pour la zone euro. secrétaires d’Etat. investisseurs » lors d’une émis- sa dernière levée de fonds de di, 50 % des Italiens lui font
mais aussi d’une conjoncture Une de plus. p Selon la presse italienne, une sion obligataire le 7 novembre même maturité, le confiance. p
médiocre partout en Europe Claire Gatinois nouvelle cure d’austérité de 25 mil- illustrent les limites du FESF. 15 juin.– (Bloomberg, Reuters.) Philippe Ridet

Des pertes historiques pour la première banque italienne


L’ITALIE tremble, ses banques sous la pression conjuguée des moyenne, par mois, entre juillet des difficultés plus importantes
vacillent. Unicredit, la plus gran- marchés et des régulateurs. et septembre – a surpris. pour le secteur bancaire italien ?
Des de banque du pays, a affolé les
marchés financiers, mardi
L’établissement financier
a longtemps nié avoir besoin de
La banque attribue l’essentiel
de sa perte trimestrielle aux
Pour les banques européennes ?
Les économistes s’attendent

guerres 15 novembre, en annonçant une


perte historique de 10,5 milliards
d’euros au troisième trimestre,
fonds propres, mais fin octobre,
l’Autorité bancaire européenne
(EBA) avait chiffré ses besoins en
dépréciations de valeur de ses
filiales étrangères, notamment en
Ukraine et au Kazakhstan (9 mil-
à de vives tensions dans le secteur
bancaire italien, créancier de
l’Etat et du secteur privé, à mesu-
justes… une recapitalisation dans la fou-
lée de 7,5 milliards d’euros, afin de
capitaux à 7,4 milliards d’euros.
En pleine crise de la dette dans la
liards d’euros). La dépréciation de
la dette grecque n’a que peu pesé
re que s’accroît la menace de réces-
sion. A la différence des banques

ou juste
se remettre à flots, et 6 150 sup- zone euro, et à huit mois de la sur ses comptes (181 millions). étrangères, qui se débarrassent de
pressions d’emplois d’ici 2015. mise en œuvre de règles bancai- Le groupe veut désormais se leurs dettes souveraines italien-
Lors du sommet du G20 des res durcies en matière de fonds recentrer sur ses activités de ban- nes, les banques du pays se retrou-

la guerre ? 3 et 4 novembre à Cannes (Alpes-


Maritimes), les chefs d’Etat des
propres, Unicredit ne pouvait
plus différer l’opération.
que commerciale en Italie, en fai-
sant le ménage dans ses implanta-
vent piégées avec des stocks d’obli-
gations nationales potentielle-
grandes puissances économiques tions à l’étranger. Un revirement ment toxiques. «La montée des ris-
avaient identifié Unicredit com- « Paradis perdu » destiné à solder les excès de l’ère ques est forte en Italie ; le cas Uni-
me l’une des 29 grandes banques Depuis un an, la valeur du grou- Alessandro Profumo, ex-directeur credit en dit long sur le paradis per-
« d’importance systémique » – pe en Bourse a chuté, de plus de général. Ce banquier influent et du du secteur bancaire, estime
dont la bonne santé est essentielle 43 milliards d’euros en avril 2010, estimé, porté par des ambitions Nicolas Bouzou, économiste d’As-
AUX
JOURN à la stabilité du système financier avant le premier plan de sauveta- internationales en Europe de l’Est terès. Mais il s’agit sans doute aus-
ND DE
E MARCHA
EZ VOTR
7,50 € – CH mondial. ge de la Grèce, à 14,5 milliards et en Asie, avait rompu, il y a dix si d’une tendance plus générale,
Les difficultés de ce fleuron du aujourd’hui. Soit 28,5 milliards ans, avec la tradition et sorti Uni- qui verra les banques réduire leurs
secteur bancaire italien étaient d’euros partis en fumée. credit de son territoire national. bilans colossaux. En Italie comme
Une publication connues des investisseurs en Mais l’ampleur des pertes de la Les déconvenues d’Unicredit, ailleurs, elles ont pris trop d’impor-
www.monde-diplomatique.fr/mdv Bourse, qui misaient sur une aug- première banque italienne – plus l’un des grands noms de la ban- tance dans les PIB nationaux ! » p
mentation de capital imminente, de trois milliards d’euros en que en Europe, annoncent-elles Anne Michel
0123
Mercredi 16 novembre 2011 économie 15
La crise de la zone euro

Josef Ackermann Trop dépendant de l’Europe et de


renonce l’entrée de gamme, PSA réduit ses coûts
à la présidence Le constructeur a annoncé, mardi 15novembre, la suppression de 4200 postes en France

de Deutsche Bank L
es usines d’Aulnay (Seine-
Saint-Denis) et de Sevelnord
(Nord) du groupe PSA Peu-
En Europe, la France produit la moitié
des voitures du groupe
geot-Citroën ne fermeront pas. La
Sa future nomination à la tête du conseil direction s’y était engagée ; les syn- Site de production PSA ou en joint-venture
de surveillance faisait polémique dicats n’ont pas eu de mauvaise
surprise lors du comité central
d’entreprise, qui se tenait mardi
Production de voitures par pays
Berlin où doivent comparaître comme 15 novembre. pour le 1er semestre 2011
Correspondance témoins plusieurs membres du La direction de PSA, qui avait
C3, C4 Principaux modèles
« Who’s who » politico-médiatico- annoncé 6 000 suppressions de
produits

J
osef Ackermann, actuel prési- financier allemand, les avocats de postes sur le Vieux Continent le
dent du directoire de la Deuts- feu Leo Kirch semblent marquer 26 octobre, leur a toutefois précisé RÉPUBLIQUE TCHÈQUE
che Bank (DB), a renoncé à bri- des points, ainsi qu’en témoignent que 4 200 concerneront la France : C1, 107
guer la présidence du conseil de les perquisitions réalisées dans les 1 000 contrats à durée indétermi- Sevelnord
surveillance de l’établissement locaux de la DB. née(CDI) et100prestataires en pro-
112 751 Kolin
bancaire, qu’il convoitait. L’annon- Quelle que soit l’issue du pro- duction; 900 CDI hors production, Rennes Aulnay
ce a été faite par la direction de la cès, le départ de M. Ackermann de et 2 200 prestataires en recherche 110 152
et Poissy Trnava
banque, lundi 14 novembre, par la direction de la banque, qui doit et développement (R & D). A cela Mulhouse
FRANCE SLOVAQUIE
un communiqué. Celle-ci a invo- intervenir à l’issue de la prochaine s’ajoute la non-reconduction, déjà Sochaux
qué des raisons d’agenda et « la assemblée générale en mai 2012, connue, de 800 contrats d’intéri- C3, C4, 206 +, 207, 207, C3 Picasso
C5, C6, 3008...
situation extrême sur les marchés constitue la fin d’une ère. maires dans les usines.
financiers » pour justifier le retrait M. Ackermann, 63 ans, a profon- Les sites les plus touchés seront Vigo
de la candidature de celui qui, démentmarqué l’identitéde lapre- Vélizy (Yvelines) avec 600 postes, 762 797
ITALIE
depuis 2002, est le visage de la pre- mière banque allemande. Bien que La Garenne-Colombes (Hauts-de- ESPAGNE Boxer, Jumper
Mangualde
mière banque allemande. de nationalité suisse, il est le plus Seine) 400 postes, et Sochaux-Bel- 207, C3, C4 52 791
Lanouvelleestune surprise:jus- célèbrebanquier allemandà l’inter- champs (Doubs), 400 postes. Les PORTUGAL
Madrid Val di Sangro
qu’à cet été, il semblait impossible national:à latête de l’Institut inter- autres implantations européen- Partner, Berlingo
que la DB puisse se séparer de son national de la finance (IIF), il repré- nes du groupe devront, elles, sup- 28 210
charismatique manager. Mais il sente le lobby bancaire mondial. primer 1 800 postes en 2012, essen- 266 961
est vrai que, depuis quelques C’est sous son impulsion que la tiellement chez les « cols blancs ».
semaines, la levée de boucliers des Deutsche Bank s’est peu à peu éloi- « Pour les postes supprimés dans
gros actionnaires de la DB contre gnée du financement des grands l’Hexagone, il s’agit de non-rempla-
les projets de M. Ackermann deve- groupes industriels allemands cements de départs à la retraite et
nait insupportable, selon la presse pour embrasser les activités d’in- de reconversions et non d’un plan SOURCE : GROUPE PSA, PEUGEOT, CITROËN

allemande. vestissement sur les places de Lon- social », assure-t-on chez le


dres et de New York. constructeur. Pourquoi PSA en est-il arrivé reprend M. Toulemonde, selon qui précédente crise. Ils sont beaucoup
Dans le procès Kirch, Sous sa direction, l’établisse-
ment a réalisé les plus gros profits
« Nous avions déjà connu plu-
sieurs plans de reconversion, qui
à devoir sabrer dans ses effectifs
européens de 167 000 personnes ?
« la partie automobile de PSA perd
de l’argent et il était nécessaire d’y
mieux préparés », ajoute David
Weill, vice-président du bureau de
qui se tient de son histoire. C’est lui qui a évité ont touché précédemment environ Pour les analystes, la réponse est répondre en poursuivant la baisse Paris d’AT Kearney.
actuellement à à l’établissement de subir de trop
grosses casses lors de la crise finan-
3 000 salariés, note Michel Ségura,
de la CFE-CGC. Cette fois, les salariés
simple : le constructeur est trop
« européo-centré ». « La totalité des
des coûts de l’entreprise. »
Après l’annonce du nouveau
La stratégie d’internationalisa-
tionet demontéeengammedel’of-
Munich, il est cière de 2008-2009. vont-ils accepter de changer de résultats de PSA se fait en Europe. Et plan d’économie, l’agence Fitch fre, engagée fin 2009 par Philippe
soupçonné par le C’est enfin lui qui a pris la déci-
sion, en 2010, de renforcer les acti-
site ? » « En supprimant autant de
postes en R & D, tout en dévelop-
ce marché souffre, notamment de
surcapacités», analyse Gaëtan Tou-
Ratings a décidé de conserver une
« perspective stable » sur le titre
Varin, le PDG, doit finir par produi-
re ses effets. « Nous avons sept usi-
parquet de fraude et vités de banque de particuliers de pantl’emploidanscesecteurau Bré- lemonde, de la Deutsche Bank. PSA. «Avec un marché plus difficile, nes en construction en Chine, en
de faux témoignage la DB, afin de stabiliser les sources
de revenu. Sous sa direction, la
sil et en Chine, on assiste ni plus ni
moins à une délocalisation », juge Guerre commerciale
la marge opérationnelle souffre.
Cependant, nous pensons qu’elle va
Inde, au Brésil et en Russie, insis-
te-t-on à PSA. Nous voulons réaliser
DeutscheBankestdevenueunvéri- Jean-Pierre Mercier, de la CGT. Cette année, alors que le prix se rétablir. Les objectifs seront 50 % de nos ventes dans ces pays,
Ceux-cigoûtaientpeuson ambi- table acteur global. Ces mesures doivent permettre des matières premières repartait tenus, mais plus tard », estime contre moins de 40 % aujourd’hui. »
tion de passer directement du fau- La question de sa succession a à PSA de baisser les coûts fixes de à la hausse, la France, l’Espagne, le Emmanuel Bulle, son analyste Dans le même temps, avec ses
teuil de patron opérationnel à tenu le monde de la finance en 400 millions d’euros. Par ailleurs, Royaume-Uni et l’Italie, les princi- senior. Alors que la marge opéra- voitures DS, PSA a bien engagé sa
celuideprésidentdu conseildesur- haleine pendant des mois. C’est un 400 millions d’euros supplémen- paux marchés de PSA, ont baissé tionnelle s’affichait à 3,2 % en 2010, montée en gamme. « Ce reposition-
veillance.En droitallemand,ce pas- duo qui prendra la direction opéra- taires devront parallèlement être ou, au mieux, stagné, forçant Peu- elle pourrait fondre, selon Fitch, à nement était nécessaire et attendu,
sage nécessite l’accord de 25 % des tionnelle de la Deutsche Bank en économisés au cours de l’année geot et Citroën à diminuer leurs 1,3 % cette année, puis 1,5 % en 2012. y compris afin de renforcer la crois-
actionnaires pour être validé. mai2012 : le directeur des activités 2012 grâce à la rationalisation de prix. Cette guerre commerciale a Par comparaison, Renault affiche sance dans les pays émergents, et il
D’après le code de gouvernance d’investissement, Anshu Jain, d’un l’outil de production. Ces 800 mil- pesé sur les marges du groupe. 3 % de marge et Volkswagen 7,7 %. a pour l’instant fonctionné en ter-
d’entreprise de la Deutsche Bank, il côté, leresponsabledu marchéalle- lionsd’euros d’économies s’ajoute- Par ailleurs, « l’offre de voitures Malgré une fin d’année 2011 qui mes d’image, reprend David Weill.
ne peut constituer que l’absolue mand, Jürgen Fitschen, de l’autre, ront aux 3,3 milliards déjà atten- est encore trop axée sur l’entrée de s’annonce difficile, PSA « ne Désormais, il faut attendre que cela
exception. garants des deux spécialités de la dus à travers le « plan de perfor- gamme, beaucoup moins rémuné- devrait pas connaître les mêmes se traduise dans les résultats. » p
M. Ackermann est également banque. mance » 2010-2012. ratrice que les autres segments », difficultés qu’en 2008, l’année de la Philippe Jacqué
mis en cause dans le procès Kirch, Quant à la présidence du conseil
qui se tient actuellement à de surveillance, elle devrait reve-
Munich. Dans ce cadre, des nir, en cas d’accord des actionnai-
perquisitions ont été menées la
semaine dernière dans les tours
res, à Paul Achleitner. Actuel mem-
bre du directoire de l’assureur
iPhone 4S: «Ciel, ma batterie!»
jumelles de la Deutsche Bank, y Allianz,M. Achleitner est aussi l’an-

B
compris dans le propre bureau de cien patron pour l’Allemagne de la enjamin était content, il Voyant l’affaire prendre de l’« antenna gate », ce défaut de Matthieu Poujol, chez Pierre
M. Ackermann. Cela n’aurait toute- banque américaine Goldman avait enfin son iPhone 4S. l’ampleur, l’entreprise a décidé réception qui avait frappé l’iPho- Audouin Consultants, souligne
fois eu, selon la presse allemande, Sachs. Certes, ce n’était pas la cin- de réagir. En fin de semaine der- ne 4 à sa sortie en 2010 pour cau- quant à lui les effets d’une pres-
qu’une influence minime sur sa Celui-ci prendra ses fonctions quième version tant attendue. nière, elle a mis à disposition de se d’antenne défectueuse. sion concurrentielle plus forte.
décision. alors que la DB est plus que jamais Mais il possédait tout de même ses clients une mise à jour de son « Dans les deux cas, Apple a fait « Ils sont obligés de sortir des télé-
Reste que les accusations qui sous la critique, notamment de nouvelles applications intéres- logiciel d’exploitation iOS 5, qui le choix du design et des applica- phones avec des applications
pèsent sur lui dans ce procès sont des Etats-Unis. La banque a annon- santes, dont Siri, logiciel capable aurait dû régler les problèmes en tions ludiques plutôt que de la per- toujours plus innovantes et doi-
lourdes et entament gravement sa cé, lundi, avoir convenu d’un d’effectuer une recherche sur optimisant l’usage de la batterie formance », relève Francisco Jero- vent surpasser les autres, alors
crédibilité. Il est soupçonné par le accord avec les autorités améri- Internet ou d’écrire un message par les différentes applications, nimo, analyste chez IDC. A cela ils les sortent avant qu’ils ne
parquetde fraude et de faux témoi- caines de régulation boursière, par simple commande vocale. notamment Siri l’énergivore. s’ajoute, selon lui, un culte déme- soient aboutis », explique
gnage. pour qui la DB a abusé ses clients Benjamin pouvait impressionner suré du secret : le constructeur ne M. Poujol, selon qui ce ne serait
Leo Kirch, qui régnait en maître enleur vendantdes produits finan- ses amis en soirée. « Accident de parcours » ferait même pas tester ses appa- qu’un « accident de parcours ».
sur la télévision allemande jus- ciers risqués sans information suf- Seulement, très vite, le jeune Las ! La déception a cédé la pla- reils par les opérateurs de télé- Un accident, peut être, mais
qu’en 2002, est mort, mais le com- fisante. Une somme de 145 mil- homme, comme tous les heureux ce à un mécontentement crois- phonie mobile au préalable. qui risque de faire basculer Ben-
bat de la fin de sa vie continue : lions d’euros a été réglée pour met- propriétaires de l’iPhone 4S, a dû sant sur les forums, quand les «Avec l’iPhone 4, ils avaient pla- jamin, le « mac-maniac », dans
prouver que la faillite de son empi- tre fin aux poursuites du régula- déchanter: ce petit bijou de tech- fans d’Apple ont découvert que, cé l’antenne sur le côté et le camp des « smartphones »
re médiatique est le résultat d’une teur américain, qui n’accorde nologie, mis sur le marché fin non seulement la mise à jour n’a n’avaient tout simplement pas fonctionnant avec Android de
stratégie consciente des plus hauts actuellement ses faveurs qu’aux octobre, n’avait aucune autono- pas amélioré l’autonomie, mais remarqué que la main qui tient le Google. Bien moins cher et tout
dirigeants de la DB, parmi lesquels plus grands établissements de la mie. Ce problème a vite été réper- qu’en plus elle provoque des pro- téléphone est un conducteur et aussi efficace, selon les
M. Ackermann. place de Wall Street. p cuté sur Internet, se transformant, blèmes de réception du signal. Ce peut brouiller le signal ! », rappel- experts. p
Dans ce procès très médiatisé, Cécile Boutelet pour Apple, en «battery gate ». qui n’est pas sans rappeler le l’analyste. Sarah Belouezzane

Tout savoir sur l'actualité musicale


Le magazine de Lionel Esparza à 12h30
avec Angela Gheorghiu jeudi 17 novembre francemusique.fr
0123
16 économie Mercredi 16 novembre 2011

Pertes & Profits | Chronique


par Stéphane Lauer
Les compagnies aériennes du Golfe
Exemple à suivre ignorent la crise et multiplient les achats
A l’instar d’Abou Dhabi, la région affiche aussi ses ambitions industrielles dans l’aéronautique
Deutsche Bank montable, tant les critiques sur
son changement de fonctions pla- Dubaï Europe sur la demande d’avions au compagnies aériennes, comme Cotté, directeur général adjoint de

L
a convergence entre l’Allema- nifié se sont intensifiées ces derniè- envoyé spécial Moyen-Orient. Emiratesou Etihad, et construit des Safran, chargé de l’international.
gne et la France est à la mode. res semaines en Allemagne. Le Dans cette région, Airbus pré- aéroports ultramodernes, à Dubaï Les Emirats arabes unis ont annon-

L
En ces temps d’incertitudes, patron a fait savoir qu’en pleine cri- a crise ? Quelle crise ? Vu du voit un quasi-triplement de la flot- et Abou Dhabi, s’inspirant des cé leur intention de préparer
elle est même mise un peu à tou- se financière, il ne se voyait pas se salon aéronautique de te en vingt ans, de 800 à « hubs » américains et européens. l’après pétrole en se développant
tes les sauces de ce côté-ci du Rhin. transformer en VRP de son propre Dubaï, le transport aérien se 2 260avions. La croissance de 6,4% Ils détournent ainsi des flux de pas- dans l’industrie. Ils devraient être
Fiscalité, protection sociale, compé- cas pour persuader les actionnai- porte bien. Pour preuve, la com- par an y est supérieure aux 4,8 % en sagers transitant jusqu’alors par une sorte de Singapour du Golfe
titivité: pour certains, tout doit res qu’il ferait un bon président du mande géante d’Emirates portant moyenne dans le monde. Cette l’Europe. d’ici une quinzaine d’années. »
être calqué sur nos vertueux voi- conseil de surveillance. sur 50 Boeing 777 pour un mon- vision est partagée par Boeing, qui Mubadala, le fonds souverain
sins. Et pourquoi ne pas s’inspirer Il ne s’agit pas d’une simple tant de 18 milliards de dollars estime ce marché à 450 milliards « préparer l’après pétrole » d’Abou Dhabi, a acquis, en 2006,
aussi de l’Allemagne en matière de coquetterie. Deutsche Bank se pri- (13,2 milliards d’euros) annoncée dedollars d’ici à 2 030.« Et pourtant « Imaginez l’aéroport comme le SR Technics, ancienne filiale de
gouvernance d’entreprise? La suc- ve ainsi des compétences de l’un dès l’ouverture, dimanche nous sommes toujours prudents moyeu d’une roue, vers lequel Swissairspécialisée dans la mainte-
cession à la tête de Deutsche Bank des banquiers les plus réputés de 13 novembre. dans nos prévisions », note Randy convergent 115 liaisons de part le nanceaéronautique.En 2009,asso-
a de quoi nourrir le débat. la planète à un moment critique. Elle a été suivie par d’autres Tinseth, vice-président du marke- monde formant les rayons. Certai- cié à Airbus, le fonds a construit la
Josef Ackermann, après avoir Mais éviter un potentiel conflit annonces de compagnies du Golfe, ting de la division aviation com- nes ne sont pas rentables, mais c’est première usine d’équipement
été patron de la banque alleman- d’intérêts est à ce prix. mais de moindre taille. Airbus a, merciale. tout l’ensemble qui l’est, en raison aéronautique. Depuis bientôt
de, a annoncé, lundi 14 novembre, par exemple signé, lundi, avec la Cette croissance repose sur le du nombre de correspondances un an, Strata produit des pièces en
qu’il renonçait à briguer la prési-
dence du conseil de surveillance
Josef Ackermann compagnie de location d’avions
Alafco, basée à Koweït, pour 50 Air-
modèle de développement choisi
par ces pays : ils profitent de leur
proposées », explique M. Bréche-
mier.
composites pour les A330. Une for-
mation a été lancée pour que cette
de l’établissement. Les esprits cha- ne briguera pas la bus 320 Neo, soit une commande position géographique pour s’im- Avec plus de 47 millions de pas- usine soit composée pour moitié
grins pointeront que des ennuis
judiciaires pendants l’ont conduit
présidence du conseil de 4,6 milliards de dollars (3,6 mil-
liards d’euros). Les discussions
posercommeunpointd’étapeobli-
gé,tout enbénéficiant du dynamis-
sagers en 2010, soit une croissance
annuelle de 15 % Dubaï se classe au
de responsables émiriens en 2015.
L’objectif est de passer de sim-
à prendre cette sage décision. Peut- de surveillance entre Qatar Airways et Airbus ont me de l’Asie, notamment de l’Inde. treizième rang mondial. Son ambi- ple sous-traitant à fournisseur
être. Mais ce qui a joué plus sûre-
ment dans cette affaire, c’est l’éven-
de la banque en revanche achoppé.
« Nous parlons du long terme »,
« Pour soutenir leurs économies
basées sur le tourisme ou la finance,
tion est d’être numéro un d’ici à
2030.
associé au développement des
nouveaux avions. L’importante
tuel veto qu’auraient pu lui oppo- indiquait, lundi 14 novembre, les émirats ont décidé, voici une Profitant de cette activité, Abou présence de Mubadala au salon de
ser les actionnaires de Deutsche Les Français se retranchent régu- Ahmed Al Zabin, le président d’A- dizaine d’années, d’attirer les Dhabi est allé plus loin en décidant Dubaï illustre cette volonté de
Bank pour passer directement au lièrement derrière l’argument du lafco,quiestimene pasêtreparticu- gens », raconte Didier Bréchemier, de se doter d’une industrie. « Cela construire une filière aéronauti-
sein de la même société d’un poste souci de la continuité et qu’il est lièrement préoccupé par l’impact du cabinet de conseil en stratégie correspond à une stratégie décidée que. p
opérationnel à une fonction de sur- compliqué d’aller chercher à l’exté- des turbulences économiques en Roland Berger. Ils ont donc créé des de longue date, explique Bruno Dominique Gallois
veillance. En Allemagne, on goûte rieur un bon président du conseil
assez peu ce mélange des genres de surveillance. En France, ques-
pourtant si fréquent dans les entre- tion patron, on donne toujours
prises du CAC40.
La règle outre-Rhin a été édictée
l’impression de gérer la pénurie,
tant la tentation de se tourner vers La vie des entreprises
dans la foulée du scandale Sie- les mêmes est grande. Deutsche
mens de 2006, alors que le fleuron Bank s’est pourtant trouvé facile- Transports CMA CGM Informatique Télécommunications
de l’industrie allemande avait été
éclaboussé par une gigantesque
ment un président convenable :
Paul Achleitner, actuel membre du
va réaliser 400 millions
de dollars d’économies Warren Buffett investit plus Accord entre Orange
et SFR pour déployer
affaire de corruption.
Désormais, pour contourner cet-
directoire de l’assureur Allianz, et
ex-patron de Goldman Sachs en
Confronté à une baisse des prix du
transport maritime du fait de de 10milliards de dollars dans IBM la fibre optique
Les opérateurs Orange et SFR ont
te loi, il faut que 25% des actionnai- Allemagne. Quand on veut… Un nombreuses surcapacités et à des Le milliardaire américain Warren Buffett a annoncé, lundi 14 novembre, indiqué, lundi 14 novembre, avoir
res autorisent expressément un exemple à méditer pour les Fran- pertes nettes de 297 millions de sur la chaîne de télévision CNBC que sa holding Berkshire Hathaway conclu un accord pour déployer
patron opérationnel à devenir pré- çais. p dollars (219 millions d’euros) au avait acquis pour environ 10,7 milliards de dollars (7,8 milliards d’euros) ensemble la fibre optique en
sident du conseil de surveillance. troisième trimestre, CMA CGM, le d’actions IBM depuis mars, ce qui porte à 5,5 % sa part et fait de lui le pre- dehors des grandes villes et pour
Un obstacle qui a semblé à Retrouvez Pertes & Profits sur le Net : troisième transporteur mondial mier actionnaire du groupe informatique, à égalité avec le fonds Sta- se répartir l’équipement de près de
M.Ackerman difficilement sur- lauer.blog.lemonde.net de conteneurs, va engager un plan te Street. M. Buffett a précisé avoir acheté quelque 64 millions de titres 10millions de logements où leurs
d’économies de 400 millions de depuis cette date. Il a également indiqué avoir renforcé sa présence projets se recoupaient. Jusqu’à pré-
dollars en 2012, a annoncé son dans la banque américaine Wells Fargo, mais sans donner le montant sent, leurs investissements et leurs
Edition directeur général délégué, Rodol- de ses acquisitions. L’opération dans IBM est inattendue, car M. Buffet déclarations d’intention concer-

La loi sur le prix unique du livre phe Saadé, dans l’hebdomadaire


spécialisé Le Marin. Le transpor-
affirmait, jusqu’à présent, être réticent à investir dans un secteur qu’il
comprenait mal. – (AFP.) p
naient surtout les grands centres
urbains, laissant de côté les zones

numérique entre en vigueur teur va rationaliser ses services et


céder des actifs non stratégiques. – Wyser-Pratte. EEM est depuis des gnent le pôle jeunesse d’Actes
moins densément peuplées jugées
moins rentables. – (AFP.)
Le décret d’application de la loi relative au prix du livre numérique a été (AFP.) mois l’objet d’un bras de fer entre Sud, dirigé par Thierry Magnier,
publié au Journal officiel du 11 novembre. Il a été signé la veille par Fran- son PDG, François Gontier, et qui comprend désormais quatre Finance Projet d’action
çois Fillon, premier ministre, et Frédéric Mitterrand, ministre de la Energie Soupçons de délit M. Wyser-Pratte. Celui-ci est le maisons associées : Actes Sud en justice contre Dexia
culture. Le décret compte cinq articles et précise les caractéristiques des d’initié chez Electricité deuxième actionnaire du groupe Junior, Le Rouergue Jeunesse, La présidente de l’Association des
livres numériques pour l’application des articles 1 et 2 de la loi. « Il défi- et Eaux de Madagascar (13,5 % du capital), derrière le grou- Thierry Magnier et désormais actionnaires minoritaires, Colette
nit les critères permettant à l’éditeur de fixer des prix différents pour une La direction de la holding françai- pe Verneuil de M. Gontier (30 %). Hélium. En trois ans, Mme Giraud Neuville, a l’intention de recueillir
même œuvre commercialisée sous forme numérique (contenu de l’offre, se Electricité et Eaux de Madagas- – (AFP.) a constitué un catalogue de les plaintes d’actionnaires de
modalités d’accès, modalités d’usage). Il détermine les modalités qui s’im- car (EEM) a annoncé, lundi 70 titres. Avec son équipe de qua- Dexia et d’engager une action en
posent aux éditeurs et aux détaillants pour le marquage des prix et leur 14 novembre, avoir porté plainte Edition Actes Sud tre personnes, elle publie entre 25 justice après le démantèlement
communication au consommateur final », indique la notice du décret. pour délit d’initié à l’encontre de rachète Hélium et 30 nouveautés par an, pour un de la banque franco-belge, selon
La Commission européenne, à qui le décret a été soumis, a laissé passer l’un de ses administrateurs, pro- La maison d’édition Hélium et sa chiffre d’affaires de 1,1 million La Lettre de l’expansion du lundi
le délai de trois mois pendant lequel elle pouvait exprimer un avis, priétaire d’un fonds activiste, Guy fondatrice Sophie Giraud, rejoi- d’euros en 2011. 14 novembre.
mais le dossier n’est néanmoins pas refermé. p

Banques Moody’s place sous surveillance


l’ensemble des banques indiennes
Moody’s a fait passer de « stable » à « négatif », son avis sur l’ensemble du Marchés Retrouvez l’ensemble des cotations sur notre site Internet :http://finance.lemonde.fr
secteur bancaire indien, en raison de la dégradation de la conjoncture éco-
nomique du pays, mais aussi des créances douteuses détenues par ces
VALEURS DU CAC40 LES BOURSES DANS LE MONDE 15/11, 9h47
banques, selon Les Echos, du 15 novembre. Il y a un mois, l’agence de nota- Mardi 15 novembre 9h45 Pays Indice Dernier
cours
% var. Maxi
2011
Mini
2011
PER

tion avait dégradé State Bank of India, la plus grande banque publique. Valeur Dernier
cours
Cours
préc.
% var.
/préc.
% var.
31/12
Plus
haut
Plus
bas
Divid.
net
Code
ISIN FRANCE CAC 40 3072,96 15/11 -1,16 4169,87 16/2 2693,21 23/9 9,30
ACCOR .........................◗ 20,27 20,68 -1,98 -39,14 36,20 18,60 0,62 T FR0000120404 ALLEMAGNE DAX Index 5955,83 15/11 -0,49 7600,41 2/5 4965,80 12/9 9,50
AIR LIQUIDE .......................◗ 88,22 89,37 -1,29 -6,78 100,65 80,90 2,35 T FR0000120073
ALCATEL-LUCENT ...........◗ 1,47 1,47 -0,34 -32,66 4,47 1,42 0,16 T FR0000130007 ROYAUME UNI FTSE 100 index 5510,85 15/11 -0,15 6105,77 21/2 4791,01 9/8 9,30
ALSTOM ............................◗ 25,99 26,55 -2,11 -27,42 45,32 21,91 0,62 T FR0010220475 ETATS-UNIS Dow Jones ind. 12078,98 14/11 -0,61 12876,00 2/5 10404,49 4/10 11,50
ARCELORMITTAL................ 13,77 13,93 -1,11 -48,93 28,55 10,46 0,16 A LU0323134006
AXA vous donnE rEndEz-vous AXA ....................................◗
BNP PARIBAS ACT.A ........◗
10,19
30,89
10,40
31,82
-2,11 -18,19
-2,91 -35,12
16,16
59,93
7,88 0,69 T FR0000120628
22,72 2,10 T FR0000131104 JAPON
Nasdaq composite
Nikkei 225
2657,22 15/11
8541,93 15/11
-0,80
-0,72
2887,75 2/5
10891,60 17/2
2298,89 4/10
8227,63 15/3
16,20
13,20
Au sAlon ACtIonArIA BOUYGUES .......................◗
CAP GEMINI ......................◗
24,67
27,77
24,66
28,00
0,06 -23,52
-0,84 -20,50
35,05
43,38
20,88 1,60 T FR0000120503
21,98 1,00 T FR0000125338
PER - Price Earning Ratio (ou cours/bénéfice) : cours de Bourse divisé par le bénéfice par action estimé pour l'exercice
courant. PER : FactSet JCF Estimates ; données : la Cote Bleue. n/d : valeur non disponible.
18 e 19 embe – Pa ai e Cgè, Pai (stand F9 – niveau 2) CARREFOUR .....................◗ 19,52 19,66 -0,69 -27,55 31,98 14,65 1,08 T FR0000120172 (Publicité)
CREDIT AGRICOLE ............◗ 4,75 4,84 -1,86 -50,02 12,92 4,01 0,45 T FR0000045072
SICAV ET FCP

0123
DANONE ............................◗ 47,97 48,23 -0,56 2,01 53,16 41,92 1,30 T FR0000120644
LA BOUTIQUE
EADS ...................................◗ 21,84 22,05 -0,93 25,26 25,39 17,55 0,19 T NL0000235190
EDF ......................................◗ 20,77 20,91 -0,69 -32,33 32,75 17,89 0,58 S FR0010242511 SÉLECTION publiée sous la
ESSILOR INTL ....................◗ 52,04 52,13 -0,17 8,02 57,72 46,60 0,83 T FR0000121667 responsabilité de l'émetteur
FRANCE TELECOM ............◗
Réunion GDF SUEZ ...........................◗
12,49
19,88
12,61
19,80
-0,95 -19,91
0,38 -25,98
16,65
30,05
11,12 0,60 A FR0000133308
18,32 0,83 A FR0010208488
Dernier cours connu le 15/11 à 9h Du lundi au vendredi
d’information LAFARGE ...........................◗ 27,45 27,57 -0,40 -41,49 48,76 22,29 1,00 T FR0000120537 Valeur Cours
en euro
date
valeur
9 h 30 à 18 h
L’OREAL ............................◗ 77,77 78,19 -0,54 -6,39 91,24 68,83 1,80 T FR0000120321 Samedi 10 h à 14 h
actionnaires AXA LVMH MOET HEN. ............◗
MICHELIN...........................◗
115,45
48,34
116,75
48,92
-1,11 -6,21
-1,19 -9,98
132,65
68,54
94,16 1,40 S FR0000121014
40,20 1,78 T FR0000121261
Vendredi 18 novembre 14 h 30 PERNOD RICARD...............◗ 68,04 68,29 -0,37 -3,30 72,78 56,09 0,67 A FR0000120693
(salle Maillot) PEUGEOT............................◗ 13,69 13,78 -0,62 -51,81 33,60 13,55 1,10 T FR0000121501
PPR .....................................◗ 111,55 112,10 -0,49 -6,26 132,20 90,50 3,50 T FR0000121485 CM-CIC EUROPE 20,81 10/11
PUBLICIS GROUPE ...........◗ 35,09 35,23 -0,40 -10,01 41,84 29,10 0,70 T FR0000130577
RENAULT............................◗ 28,23 28,66 -1,48 -35,10 50,53 22,07 0,30 T FR0000131906 Fonds communs de placements
Devenez membre SAFRAN ..............................◗ 22,26 22,61 -1,53 -16,00 30,50 21,41 0,50 T FR0000073272 CM-CIC EURO ACTS C 16,21 10/11
du Cercle des actionnaires d’AXA :
SAINT-GOBAIN..................◗ 30,28 30,68 -1,29 -21,35 47,64 26,07 1,15 T FR0000125007 CM-CIC SELECT.PEA 6,71 10/11
> pour être informé sur le Groupe, ses activités, SANOFI ...............................◗
© Benoit Paillé -

49,10 49,51 -0,82 2,61 56,82 42,85 2,50 T FR0000120578 CM-CIC MID EUROPE 18,40 10/11
ses résultats, l’Assemblée générale… SCHNEIDER ELECTRIC .....◗ 39,94 40,48 -1,35 -28,68 61,83 35,94 3,20 T FR0000121972 CM-CIC TEMPERE C 164,75 10/11
> pour être invité aux réunions d’information, salons, forums… SOCIETE GENERALE .........◗ 18,08 18,62 -2,93 -55,05 52,70 14,31 1,75 T FR0000130809 CM-CIC DYN.EUROPE 29,91 10/11
> pour bénéficier d’avantages exclusifs. STMICROELECTR. .............◗ 5,29 5,35 -1,08 -31,62 9,73 3,96 0,09 A NL0000226223 CM-CIC FRANCE C 26,98 10/11
SUEZ ENV. ..........................◗ 10,08 10,20 -1,13 -34,76 15,99 9,99 0,65 T FR0010613471
CM-CIC EQUILIBRE C 67,30 10/11
TECHNIP.............................◗ 67,92 67,77 0,22 -1,71 78,14 52,85 1,45 T FR0000131708
Rendez-vous sur www.axa.com, TOTAL .................................◗ 37,24 37,60 -0,94 -6,07 44,55 29,40 0,57 A FR0000120271 CM-CIC DYNAM.INTLE 25,30 10/11
ou contactez-nous : UNIBAIL-RODAMCO ........◗ 131,60 133,45 -1,39 -11,08 162,95 124,05 2,70 D FR0000124711 CM-CIC OBLI C.T.D 132,89 14/11
Cmmicai Aciaie Iiie  VALLOUREC .......................◗ 46,52 47,08 -1,18 -40,81 89,58 38,34 1,30 T FR0000120354 CM-CIC MID FRANCE 30,20 10/11
VEOLIA ENVIRON. .............◗ 8,81 8,92 -1,18 -59,71 24,30 8,60 1,21 T FR0000124141 ........................................................................................
VINCI...................................◗ 31,86 32,52 -2,04 -21,68 45,48 29,49 1,15 S FR0000125486 ........................................................................................
E-mai : aciaie.web@axa.cm VIVENDI ..............................◗ 15,79 15,88 -0,57 -21,81 22,07 14,10 1,40 T FR0000127771 ........................................................................................
Cie : 25, aee Maig – 75008 Pai Cours en euros.
........................................................................................ 80, boulevard Auguste-Blanqui - 75013 Paris
◗ : valeur pouvant bénéficier du service de règlement différé (SRD). # : valeur faisant l'objet d'un contrat d'animation. 01 57 28 29 85 - http://boutique.lemonde.fr/
Plus haut et plus bas : depuis le 1/1/2011. n/d : valeur non disponible. A : acompte, S : solde, T : totalité. ........................................................................................
0123
Mercredi 16 novembre 2011 décryptages TÉMOIGNAGE 17

Lors de l’entretien dans un hôtel


de Tripoli, le 29 octobre.
KATE BROOKS POUR « LE MONDE »

Esclavesexuelle
Annick Cojean voir en compagnie d’autres femmes. Il
allait donc les rencontrer le vendredi dans
Tripoli son autre résidence près de l’aéroport. »
Envoyée spéciale Dans le jacuzzi installé dans sa chambre et
duquel il consulte son ordinateur, il exige

E
lle a 22 ans, elle est belle com- jeux et massages. Il oblige Safia à fumer, à

deKadhafi
me le jour et elle est fracassée. boire du whisky « Black Label », à prendre
Il lui arrive de rire, oh, à peine de la cocaïne. Elle déteste, elle a peur. La
quelques secondes, et une étin- deuxième fois, elle fait « une overdose » et
celle d’enfance éclaire alors un se retrouve à l’hôpital de Bab Al-Azizia. Lui
visage griffé par la vie. « Vous en prend sans cesse. « Il est constamment
me donnez quel âge ? », dit-elle en retirant sous substance et ne dort jamais. »
ses lunettes de soleil. Elle attend, esquisse Il l’emmène, en juin 2007, dans une
un pâle sourire, et murmure : « Moi, j’ai tournée officielle de deux semaines en
l’impression d’avoir 40 ans. » Et cela lui Afrique. Mali, Guinée-Conakry, Sierra Leo-
paraît si vieux. ne, Côte d’Ivoire, Ghana. Il l’affuble d’un
Elle détourne le regard, saisit un bout treillis kaki et la présente comme garde du
de voile noir pour couvrir nerveusement
le bas de son visage, des larmes apparais-
Une jeune Libyenne, Dans les heures qui suivent, Safia, effa-
rée, est équipée de sous-vêtements et de
miroir, à se parler tout haut et à pleurer.
Elle doit toujours être prête au cas où le
corps, ce qu’elle n’est pas, même si
Mabrouka lui a appris à recharger, démon-
sent dans ses yeux sombres. « Mouammar
Kadhafi a saccagé ma vie. » Elle veut tout
rencontrée à Tripoli « tenues sexy ». On lui apprend à danser, à
se dévêtir au son de la musique, et
colonel l’appelle, jour et nuit. Ses apparte-
ments à lui sont à l’étage supérieur. Au
ter, nettoyer et utiliser une kalachnikov.
« La tenue bleue était réservée aux vraies
raconter. Elle pense que c’est dangereux,
mais elle accepte de témoigner, lors d’une
après la chute du « d’autres devoirs ». Elle sanglote, deman-
de à rentrer chez ses parents. Mabrouka
début, il la sonne constamment. Puis il la
délaisse pour d’autres, choisies parmi les
gardes entraînées. La tenue kaki n’était en
général que du cirque ! » Un soir, en Côte
rencontre qui durera plusieurs heures
dans un hôtel de Tripoli. Elle sait qu’elle
dictateur, a raconté sourit. Le retour à une vie normale ne fait
plus partie des options.
amazones, parfois consentantes – certai-
nes disent « s’offrir au Guide » –, mais le
d’Ivoire, elle utilise du rouge à lèvres pour
lui faire croire qu’elle a ses règles et qu’il la
est confuse, qu’il lui manquera des mots
pour décrire l’univers de perversion et de
au «Monde» Les trois premiers soirs, Safia dansera
seule devant Kadhafi. Il écoute la cassette
plus souvent contraintes. Il continue de la
réclamer au moins deux ou trois fois par
laisse tranquille. Il devient fou de rage, et
la tabasse. Elle veut s’enfuir. Mabrouka
folie dans lequel elle fut précipitée.
Mais il lui faut parler. Des souvenirs
comment elle a été d’un musicien « qu’il fera tuer plus tard ».
Il la regarde, ne la touche pas. Il lance sim-
semaine. Toujours violent, sadique. Elle a
des bleus, des morsures et le sein déchiré.
assure : « Où que tu te caches, Mouammar
te retrouvera et te tuera. »
trop lourds encombrent sa mémoire. Des enlevée à 15ans et plement : « Tu seras ma pute. » La caravane Elle a des hémorragies. Gala, une infirmiè-

L
« souillures », dit-elle, qui lui donnent des rentre à Syrte, Safia dans les bagages. re ukrainienne, est sa « seule amie ». Elle es parents de Safia ont vite été mis au
cauchemars. « J’aurai beau raconter, per-
sonne, jamais, ne saura d’où je viens ni ce
cloîtrée pendant Et lesoir de son retour, au palais, il lavio-
le. Elle se débat. Il la tabasse, lui tire les che-
pratique chaque semaine des prises de
sang sur les jeunes femmes.
courant du sort de leur fille. Sa mère
a pu venir la voir, une fois, au palais.
que j’ai vécu. Personne ne pourra imagi-
ner. Personne. » Elle secoue la tête d’un air
cinq ans. Violée, veux. Elle tente de fuir. Mabrouka et Salma
interviennent et la frappent. « Il a continué
Safia peut parfois la joindre par télépho-
ne, mais la conversation est toujours écou-
«Comment se douter
désespéré. « Quand j’ai vu le cadavre de
Kadhafi exposé à la foule, j’ai eu un bref
frappée, elle a fini les jours suivants. Je suis devenue son escla-
ve sexuelle. Il m’a violée pendant cinq ans. » de quelque chose?
tée. On l’a prévenue que si ses parents se
plaignaient, on les tuerait. Le père est telle-
plaisir. Puis dans la bouche, j’ai senti un
sale goût. » Elle aurait voulu qu’il vive.
par s’enfuir. Voici Elle se retrouve vite à Tripoli, dans l’an-
tre de Bab Al-Azizia, le domaine ultra-pro-
C’était le héros, le prince ment honteux qu’il ne veut rien savoir.
C’est lui pourtant qui organisera la fuite
Qu’il soit capturé et jugé par un tribunal
international. Tous ces derniers mois, elle
son récit tégé par trois murs d’enceinte où vivent,
dans divers bâtiments, le maître de la
de Syrte» de sa fille. Car lassé de la voir déprimer,
Kadhafi l’autorise par trois fois à rendre
n’a pensé qu’à cela. « Je me préparais à l’af- Libye, sa famille, des collaborateurs, des Des fêtes sont régulièrement organi- une courte visite à sa famille dans une voi-
fronter et à lui demander, les yeux dans les salon de coiffure que tient sa mère. troupes d’élite. Au début, Safia partage sées avec des mannequins italiens, belges, ture du palais. Lors de la quatrième, en
yeux : Pourquoi ? Pourquoi tu m’as fait ça ? « Mouammar veut te voir. Il souhaite te une petite chambre dans la résidence du africains, ou des stars de films égyptiens 2009, déguisée en vieille femme, elle par-
Pourquoi tu m’as violée ? Pourquoi tu m’as donner des cadeaux. » L’adolescente – maître avec une autre fille de Benghazi, qu’apprécient les fils du colonel et vient à quitter la maison et, grâce à une
battue, droguée, insultée ? Pourquoi tu appelons-la Safia – les suit de bon gré. kidnappéeelle aussi mais qui, un jour, par- d’autres dignitaires. Dîners, danses, musi- complicité à l’aéroport, à prendre l’avion
m’as appris à boire, à fumer ? Pourquoi tu « Comment se douter de quelque chose ? viendra à fuir. Au même niveau, dans des que, « partouzes ». Kadhafi s’y montre pour la France.
m’as volé ma vie ? » C’était le héros, le prince de Syrte. » pièces minuscules, se tiennent en perma- généreux. Safia se rappelle avoir vu des Elle y restera un an avant de repartir en
Elle a 9 ans lorsque sa famille, originai- On la conduit dans le désert, où la cara- nence une vingtaine de filles, la plupart valises – elle dit « des Samsonite » – d’euros Libye, de s’y cacher, de s’opposer à sa mère
re de l’est du pays, déménage à Syrte, la vil- vane du colonel, 62 ans, est installée pour ayant entre 18 et 19 ans, en général recru- et de dollars. « Il donnait aux étrangères, qui veut la marier très vite à un vieux cou-
le natale du colonel Kadhafi. Elle en a 15, en un séjour de chasse. Il la reçoit rapide- tées par les trois mêmes émissaires. Ces jamais aux Libyennes. » Safia ne veut pas sin veuf, de fuir en Tunisie, de se marier en
2004, lorsqu’elle est choisie, parmi les ment, hiératique, les yeux perçants. Il lui trois femmes brutales, omniprésentes, participer à ces fêtes, « j’avais trop peur cachette en avril 2011, espérant partir avec
filles de son lycée, pour offrir un bouquet pose des questions sur sa famille, les origi- régentent cette sorte de harem, où les jeu- qu’il me demande de faire un strip-tease ». son jeune mari vers Malte ou l’Italie. La
au « Guide » en visite dans l’école où il a nes de son père, de sa mère, leurs moyens nes filles, grimées en gardes du corps, sont Deux chefs d’Etat africains profitent aussi guerre les séparera, il est grièvement bles-
des cousins. « C’était un grand honneur. Je financiers. Puis il lui demande froidement à la disposition personnelle du colonel. La volontiers des filles « gardes du corps ». sé, elle n’aura pas de nouvelles durant plu-
l’appelais “papa Mouammar” et j’en avais de rester vivre avec lui. La jeune fille est plupart ne restent que quelques mois, « Pour Mouammar, ce n’était que de sim- sieurs mois.
la chair de poule. » Le colonel a posé sa interloquée. « Tu auras tout ce que tu veux, avant de disparaître, une fois le maître las- ples objets sexuels qu’il pouvait passer aux Elle fume, elle pleure, souvent. Elle se
main sur son épaule et caressé ses che- des maisons, des voitures… » Elle panique, sé. Elles n’ont entre elles qu’un minimum autres, après les avoir lui-même essayés. » sent « démolie ». Elle voudrait témoigner
veux, lentement. Un signe à l’adresse de secoue la tête, dit tenir à sa famille, vouloir de contacts, toute conversation personnel- Le colonel, dit-elle, avait aussi de nom- devant un tribunal mais elle sait bien que
ses gardes du corps, signifiant : « Celle-là, faire des études. « Je m’occuperai de tout, le étant interdite. breux partenaires sexuels masculins. l’opprobre dans son pays sera tel qu’il la
je la veux. » Elle l’a appris plus tard. répond-il. Tu seras en sécurité ; je t’assure, Safia se sait la plus jeune et passe son Sa femme et le reste de la famille qui rendra infréquentable. « La femme est for-
Le lendemain, trois femmes en unifor- ton père comprendra. » Et il appelle tempsdans sa chambre à regarder latélévi- habitent d’autres bâtiments de Bab Al-Azi- cément coupable. » Sa vie est en danger,
me, vouées au service du dictateur – Sal- Mabrouka pour qu’elle prenne en main sion. On lui refuse cahier et crayon. Alors zia sont au courant des mœurs du dicta- « Kadhafi a encore des fidèles. » Elle ne sait
ma, Mabrouka et Feiza – se présentent au l’adolescente. elle passe des heures, assise devant son teur. « Mais ses filles ne voulaient pas le plus où se poser. p
0123
18 décryptages DÉBATS Mercredi 16 novembre 2011

Cessons de nous faire peur: la bombe iranienne n’est pas pour demain!
caine du renseignement. Mais il est possi- un sérieux ralentissement, fin 2003. Conseil de sécurité. C’est alors que les Ira- ont appris à tirer du système de sanctions
ble, dit aussi l’Agence, que certaines activi- Un premier constat à tirer de ce tableau, niens, après en avoir averti la communau- d’importants bénéfices. Tout cela au détri-

François Nicoullaud tés se soient prolongées jusqu’à ce jour. Et,


de fait, le principal responsable de ce pro-
mais on le savait déjà, est que la bombe ira-
nienne n’est pas pour demain. Et, une fois
té internationale, reprennent leurs activi-
tésd’enrichissementdel’uranium,suspen-
ment d’une population doublement écra-
sée, sur les plans politique et économique.
gramme clandestin réapparaît en 2006 à la testé un premier engin, il faudrait encore dues depuis plus de deux ans. Pendant ces Les sanctions économiques et financiè-
Analyste, ancien ambassadeur tête d’un nouvel organisme de recherche plusieurs années pour l’adapter aux deux mêmes années, l’Iran avait aussi res envisagées, loin d’être une alternative
de France en Iran dépendant du ministère de la défense, puis contraintes d’un transport balistique. Il ouvert son territoire aux contrôles de aux frappes dont d’autres agitent par
à celle d’une université de technologie. Et faut ensuite relever le rôle moteur des pas- l’AIEA et accepté des inspections inopi- ailleurs la menace, y conduisent par

L
e Conseil des gouverneurs de selondesindicesapportésparl’Agence,cer- darans dans la dimension militaire du pro- nées.Ledialoguen’adoncpasétésansrésul- paliers. Les embargos, en s’étendant et en
l’Agence internationale de taines recherches auraient en effet repris gramme. Mais leur puissance au cœur de tat. Il a en tout cas beaucoup plus obtenu se durcissant, se rapprochent des blocus.
l’énergie atomique (AIEA), qui sur la mise au point d’un engin atomique. l’Etat et l’hermétisme de leur fonctionne- que la politique de pressions et de sanc- Or les blocus, en droit international, sont
doit se réunir à Vienne les 17 et L’histoire des efforts de la République ment rendent très difficile de faire avouer tionsqui asuivi.Depuis2006,eneffet,mal- déjà des actes de guerre. Et cela sans parler
18 novembre, peut féliciter son islamique pour acquérir l’arme nucléaire aux responsables civils, comme le deman- grésixrésolutionsdu Conseildesécurité,le de la guerre de l’ombre, certes conduite par
directeur général pour son der- émergeainside façondeplusenplusclaire. de la communauté internationale, tout ce programme d’enrichissement iranien et d’autres, qui fait déjà ses victimes. Décidé-
nier rapport sur l’Iran. Cette minutieuse Le fait générateur, après l’interruption des qui s’est fait de répréhensible dans les tren- celui de la construction d’un réacteur de ment, l’entêtement de la diplomatie fran-
analyse de la masse d’informations programmes du chah, a évidemment été la te dernières années. Cet aspect des choses recherche d’un format plutonigène pro- çaiseàpoursuivre dansune voieauxconsé-
recueillies par les inspecteurs de l’Agence crainte de voir Saddam Hussein, alors en estregrettable, mais ilne peutêtre ignoré si gressent sans entraves, même s’ils demeu- quences incalculables et à y entraîner ses
et par les services d’une dizaine d’Etats, guerre contre l’Iran et soutenu par le mon- l’on veut progresser. rent surveillés par l’AIEA. partenaires évoque la formule de Mark
sans oublier celles fournies par l’Iran lui- de entier, se doter de la bombe. L’on s’étonne donc de voir le gouverne- Twain: « Pour celui qui n’a qu’un marteau,
même, permet de passer de la basse à la Puis, vers la fin de la guerre, un arbitra- Pressions et sanctions ment français réagir au rapport de l’AIEA tout prend la forme de clous. » p
haute définition dans la compréhension ge s’est sans doute opéré entre les activités Autre leçon : le coup d’arrêt de 2003, je enpromettantàl’Iran,s’ilcontinuederésis-
des efforts iraniens pour se doter de l’arme d’acquisition de combustible, de produc- peuxentémoigner,estlefruitdelanégocia- ter,«dessanctionssansprécédent». Làenco-
nucléaire.
Ce rapport met en lumière un point cru-
tion d’électricité et de recherche scientifi-
que, confiées aux civils, et celles confiées
tion menée à cette époque par la France,
l’Allemagne et la Grande-Bretagne, à l’ini-
re,je peuxtémoignerdel’illusionrécurren-
te qui a fait qu’à chaque vague de sanctions

Le rapport de l’Agence internationale
cial : le programme clandestin d’acquisi- aux militaires, en l’espèce les pasdarans tiativedeDominiquedeVillepin,pourreca- l’on se disait que cette fois-ci était la bonne,
de l’énergie atomique, remis
tion de la bombe a bien été interrompu fin ou « gardiens de la révolution » : ingénierie drer le programme nucléaire iranien. La que le régime allait enfin plier et peut-être
le 8 novembre, livre des éléments
2003 sur ordre venu du sommet de l’Etat. d’une tête nucléaire, développement d’un relance en 2006 d’activités de recherche même casser. Mais le régime s’appuie au
montrant que l’Iran a poursuivi,
C’est ce que répètent depuis plusieurs programme de missiles capables de l’em- liées à la production d’un engin nucléaire contraire sur l’hostilité du monde exté-
au moins jusqu’en 2010, des travaux
années, contre vents et marées, les direc- porter. Ce sont ces travaux d’ingénierie coïncide, en revanche, avec la décision des rieur pour étayer une légitimité ébranlée
sur l’élaboration d’une ogive nucléaire.
teurs successifs de la communauté améri- qui ont subi un coup d’arrêt, ou du moins Occidentaux de traîner l’Iran devant le en interne. Et ceux qui vivent de ce régime

Nucléaire: c’est au Parlement de trancher La Grèce n’a


Dépasser le différend entre les Verts et le PS pas triché!
ment Messmer en 1974. Quelques l’événement qu’a constitué le Gre- de ne pas perdre les 3 à 4 milliards
années plus tard, l’accord passé nelle de l’environnement –, les d’euros déjà investis, mais aussi et

Daniel Boy entre les Verts et le PS dans la logi-


que de la gauche plurielle prévoit
Verts engagent une stratégie d’al-
liance avec le mouvement envi-
peut-être surtout par la volonté
de garder en réserve la maîtrise de Costas Simitis
une sérieuse concession dans la ronnemental qui conduit à la fabrication et de gestion très com-
Directeur de recherche, planification d’EDF : l’arrêt de la mise en place d’une nouvelle plexe d’une énergie dont on pen- Ancien premier ministre grec
Centre de recherche politique centrale de Creys-Malville, structure électorale qui aboutira, se qu’elle pourrait s’avérer indis-

I
de Sciences Po c’est-à-dire l’abandon d’une filiè- en novembre 2010, à la fondation pensable dans un avenir énergéti- l est important de clarifier les faits
re française fondée sur une nou- d’un nouveau parti : Europe Ecolo- que incertain. liés à l’entrée de la Grèce dans

L
e désaccord entre Parti velle technologie, celle de la sur- gie-Les Verts. La négociation entre écologis- l’Union économique et monétaire
socialiste et Europe Eco- génération. Or cette nouvelle alliance va tes et socialistes est donc dans une (UEM), et de permettre ainsi une
logie-Les Verts (EELV) à Mais, hors cette concession, les réussir un parcours électoral impasse. Et l’on imagine, tant les meilleurecompréhension du« pro-
propos de l’usage de Verts n’obtiennent aucune modifi- remarquable en plusieurs étapes : deux partenaires jugent impor- blème grec » à un moment critique
l’énergie nucléaire a cationsensible de la stratégie d’uti- 16,3 % des suffrages exprimés aux tant de réaliser un accord électoral où les relations de confiance entre la Grèce
des racines anciennes. lisation de l’énergie nucléaire en élections européennes de 2009, efficace, que toutes les solutions et l’Union européenne sont perturbées.
Les Verts trouvent dans l’opposi- France. Cette impuissance à peser soit presque autant que le PS de compromis seront évoquées : Lorsd’une interview diffusée sur TF1, Nico-
tion à l’usage de l’énergie nucléai- sur ces décisions stratégiques sera (16,4 %) et l’un des meilleurs sco- que l’on nomme une commission lasSarkozy,lechefdel’Etatfrançais,aquali-
re l’une de leurs racines et de leur d’autant plus mal vécue par les res en Europe, 12,5 % aux élections d’experts, qui au terme de son tra- fié de « fausses » les données statistiques
motivation profonde à être en Verts que, dans le même temps, régionales de 2010, confirmation vail recommande ou non la pour- fourniesparla Grèce lorsdeson adhésionà
politique. Le PS, de son côté, a tou- leurs homologues allemands, pré- de leur vocation à gérer les suite du projet de Flamanville ? l’UEM. Il a même déclaré que l’admission
jours été hésitant ou partagé sur sents dans la coalition rouge-verte régions en coalition avec le PS, Mais comment se mettre d’accord du pays dans la zone euro a été une
l’utilisation de ce type d’énergie. qui soutient le gouvernement de 11,5 % de suffrages lors des canto- sur les noms et les qualités des «erreur» commise par les gouvernements
A la fin des années 1970, le PS, pres- Gerhard Schröder, ont réussi à nales de mars dans les quelque experts qui seraient investis de cet- de l’époque, dont il n’était pas membre.
sé d’accéder au pouvoir dans la convaincreleurs alliés du SPD d’ac- 1 155 cantons où ils se présentent. te délicate mission ? Que l’on orga- Rappelons les faits : les critères d’adhé-
dynamique de l’union de la gau- cepter le principe de l’abandon de Enfin, l’entrée de quinze écologis- nise quelque « grand débat natio- sion sont établis dans le traité de Maas-
che, cherche à retrouver une frac- l’énergie nucléaire. tes au Sénat à l’automne, un nom- tricht et concernent le déficit budgétaire
tion de ses électeurs potentiels Mais depuis cette première par- bre suffisant pour peser au sein Mais pourquoi admettre (inférieur à 3 % du PIB), l’inflation, les taux
qui, depuis quelques années, lui ticipation au pouvoir en coalition du groupe constitué par la majori- d’intérêt et la stabilisation du taux de chan-
préfèrent un vote en faveur des avec leurs partenaires socialistes, té de gauche. qu’une décision sociotechnique ge. Leur réalisation est certifiée par la Com-
écologistes. le parti des Verts a engagé une stra- Avec un tel palmarès on devait d’une telle importance mission européenne et par la Banque cen-
A la veille des élections législati- tégie de reconquête du pouvoir s’attendre à ce que les exigences trale européenne (BCE), tandis que la déci-
ves de 1978, il propose un moratoi- qui change les données du problè- des Verts dans la négociation pro- soit de la compétence d’un candidat sion d’admission est prise par les ministres
re sur la construction de nouvel- me. Après une dure période grammatique et électorale se à la présidentielle des finances au sein du Conseil pour les
les centrales nucléaires. Mais une d’échecs – une présidentielle man- situent à un niveau élevé. Puis est affaires économiques et financières.
fois arrivé au pouvoir, et après quée en 2007, une quasi-exclu- venue l’annonce de la catastrophe ou d’un dirigeant de parti? La Grèce a adhéré à la zone euro sur la
avoir concédé l’abandon du projet sion du champ de bataille de l’en- de Fukushima, et la sortie annon- base de ses performances évaluées en
de Plogoff, il se convertit à la pour- vironnement en raison de la cée du nucléaire de l’Allemagne, nal » au terme duquel la décision 1999. En 2004, à la suite des élections, le
suite du vaste programme d’équi- concurrence des associations envi- de la Suisse et récemment de la Bel- serait prise ? Mais l’on sait bien nouveau gouvernement dirigé par le parti
pement initié par le gouverne- ronnementales, une absence de gique. « Sortir du nucléaire » est que ce type de débat tournera vite Nouvelle Démocratie a procédé à un chan-
devenu la préoccupation centrale à la polémique sinon au pugilat et gement rétroactif des règles appliquées
du parti des Verts et l’un des élé- que ses conclusions seront soup- pour l’enregistrement des dépenses mili-
ments essentiels de la négociation çonnées d’avoir été prévues taires: ces dernières, au lieu d’être enregis-
avec le PS. Ils ont donc fait savoir, d’avance par les uns ou par les trées à la date des livraisons de l’équipe-
haut et fort, que si la discussion autres. ment – comme c’était la règle dans les pays
sur le nombre de centrales à met- Mais, en fin de compte, pour- européens–,ontététransférées àla datede
tre à l’arrêt était possible, en revan- quoi admettre qu’une décision commande. Donc, des sommes importan-
che, l’abandon du réacteur EPR en sociotechnique d’une telle impor- tes qui devaient faire partie des budgets
cours de construction à Flamanvil- tance soit de la compétence d’un d’après 2004 ont été enregistrées comme
le n’était pas négociable. Cette candidat à la présidentielle ou dépenses de la période précédente, ce qui a
position a sa logique : si le but fixé d’un dirigeant de parti ? Sans dou- gonflé les déficits de cette période.
à la société consiste à sortir du te parce que nous avons perdu l’ha- On a plusieurs fois dénoncé cette triche-
nucléaire, on peut discuter de son bitude de considérer que le Parle- rie motivée par des considérations de bas-
rythme en modulant au cas par ment était le siège premier de la se politique. Il est malheureux que
cas la fermeture de centrales démocratie et admis que l’essen- M.Sarkozyreprennecetteidée àsoncomp-
vieillissantes, mais pourquoi tiel des décisions majeures reve- te, à moins qu’il ne conteste l’intégrité des
construire une nouvelle centrale naient, par nature, à l’exécutif. ¶ services de la Commission et de la BCE. Par
dont la durée de vie n’est sans dou- Il est vrai que, au cours de ces Daniel Boy a ailleurs, il n’a pas su remarquer un détail
te pas inférieure à quarante ans ? quarante années qui ont fait le notamment publié révélateur de la mauvaise foi marquant
Du côté des socialistes, les hési- nucléaire en France, jamais le Par- « Pourquoi avons-nous cette discussion : le déficit budgétaire de la
tations ont été visibles tout au lement ne s’est saisi de ces ques- peur de la France lors de son adhésion en 1997 (esti-
long de la campagne de la primai- tions. Il est temps de mettre fin à technologie ? » mé à 3,3 % de son PIB), a été supérieur à
re. Mais le vainqueur de la primai- cette exception française. Les (Presses de Sciences Po, celui de la Grèce (3,1 %). On peut espérer
ISABELLE GIORDANO re et désormais candidat officiel,
François Hollande, a fait connaî-
négociateurs Verts et socialistes
devraient convenir que, s’ils se
2007) et que l’obsession des données statistiques
finira par céder la place à une réflexion
11h - Les Affranchis
« Les Biotechnologies
tre sa position : il n’y aura pas d’ar- trouvent unis dans une majorité, en débat » plus mûre, concentrée sur les conditions
rêt du chantier de Flamanville. ils confieront au Parlement le soin (avec Suzanne nécessaires pour assurer la coexistence de
Avec tous les mercredis la chronique franceinter.fr Cette prise de position contraire de décider si oui ou non la France de Cheveigné pays aux niveaux de développement iné-
de Sandrine Blanchard du journal ne s’explique pas seulement par doit s’engager dans une sortie pro- et Jean-Christophe gaux au sein de l’union monétaire. Il sem-
l’aspect symbolique du cas de Fla- grammée du nucléaire, à quel ryth- Galloux, ble que ce soit la seule voie qui puisse
manville, ni non plus par le souci me et selon quelles modalités. p Balland, 2002). garantir la poursuite du projeteuropéen. p
0123
Mercredi 16 novembre 2011 décryptages ANALYSES 19

Les syndicats et le défi de la rigueur Ecologie | Chronique


Par Hervé Kempf

Le chemin du bon sens


C
omment les syndicats peuvent-ils se posi- la CFDT, de s’adresser aux élus. M. Thibault a
tionner, à moins de six mois de l’élection Analyse proposé de « prendre comme cible le Parle-
présidentielle, face à la rigueur, celle ment », au moment où il débat des budgets de

C
imposée par les deux plans de François Fillon et P ar Mic he l Nobl e c our t l’Etat et de la Sécurité sociale, avec « une initiati- e qui se joue ces jours-ci L’accord était clair sur le désor-
celle qui risque, avec une crise bien partie pour Editorialiste ve de masse en direction de l’Assemblée nationa- entre les écologistes et la gau- dre du monde et sur son lien avec
perdurer, de pointer de nouveau son nez en le ». che productiviste dépasse la question sociale – « Nous ne
2012, même dans l’hypothèse d’une élection de d’une journée qui était alors passée inaperçue. La CGT est soucieuse de se porter en premiè- de beaucoup un accord électoral : il devons pas accepter qu’on ne pren-
FrançoisHollande ? Depuis les annonces dupre- « La bonne nouvelle, a commenté M. Thibau- re ligne du combat contre l’« austérité ». C’est s’agit de choisir le chemin du mon- ne pas d’argent aux riches », a lancé
mier ministre, le 7 novembre, tous les syndicats lt, lundi 14 novembre devant la presse, c’est que ainsique M.Thibault s’est démarqué de ladécla- de dans lequel nous voulons vivre. Jean-Marie Pelt, qui est botaniste,
ont haussé le ton. Bernard Thibault, le secrétai- FO revienne à l’intersyndicale. La mauvaise nou- ration commune des syndicats (L20) et des Le dilemme n’est pas seulement sous les applaudissements. Mais
re général de la CGT, a dénoncé une « injustice velle, c’est qu’ils le font en l’assortissant d’une patronats (B20), à l’occasion du sommet du politique ou économique, mais aussi sur l’idée que, pour enrayer
sociale ». Et son homologue de la CFDT, Fran- déclaration qui laisse entendre qu’ils feront de G20 à Cannes, lui reprochant, dans une lettre à aussi spirituel. la mécanique destructrice à
çois Chérèque, a fustigé « un saupoudrage en nouveau tout pour que rien n’en sorte. » « Per- Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confé- Car l’énergie nucléaire engage l’œuvre, il faut contester la culture
dessous des enjeux et des mesures injustes ». sonne ne sera dupe, a ajouté M. Thibault. Si l’uni- dérationsyndicale internationale (CSI), de «lais- bien plus que des objets pratiques. matérielle qui définit l’époque et
Les syndicats sont confrontés à un vrai que objectif est de faire capoter ce qu’il est envi- ser entendre qu’il y aurait une vision partagée Par la nocivité plurimillénaire des combler son vide de sens.
dilemme : s’ils ne réagissent pas, leurs mili- sageable de faire à plusieurs, ce serait domma- entre syndicats de salariés et patronaux sur les résidus toxiques qu’elle génère, «L’économie a hypertrophié les
tants vont leur reprocher leur mollesse et leur ge. » Un front syndical à sept reste illusoire. principaux facteurs qui permettraient une sor- par l’empoisonnement durable besoins matériels au détriment des
inertie. S’ils organisent une journée de mobili- L’intersyndicale pourrait publier une décla- tie de crise durable ». En ce temps politique, des milliers de kilomètres carrés besoins relationnels», dit Jean-Bap-
sation, qui se traduit, comme celle du 11 octo- rationcommune qui mettrait en avant des solu- M. Thibault adresse aussi ce message à la gau- qu’entraînent les accidents atomi- tiste de Foucauld, ex-commissaire
bre, poussée par la CGT, par un échec, ils vont tions alternatives au plan Fillon, notamment che qui pourrait revenir au pouvoir en 2012. ques, par les armes apocalyptiques au Plan (1992-1995). «Nous ne som-
afficher leur faiblesse et leur impuissance. En sur le volet de la protection sociale. Elle pour- Dans le même mouvement, le secrétaire auxquelles elle est liée, cette tech-
période préélectorale, où le temps est d’abord rait demander de nouveau l’abandon de la général de la CGT refuse toute instrumentalisa- nologie met en jeu depuis son ori-
politique, les salariés comptent plus sur le ver- défiscalisation des heures supplémentaires tion de son syndicat par un parti. Il a décliné gine le destin de l’humanité. Et ce Ce qui se joue entre les
dict des urnes que sur la répétition de manifes-
tations de rue.
dont le coût, répète M. Chérèque, est équivalent une propositiondu NouveauParti anticapitalis-
te (NPA) pour une action commune. Interrogé
que disent les écologistes aux diri-
geants, c’est : « Comment pouvez-
écologistes et le PS est
L’intersyndicale CGT-CFDT-UNSA-FSU-Soli- L’idée chemine dans sur la proposition de Didier Le Reste, ancien lea- vous prendre une décision qui aussi d’ordre spirituel
daires va se réunir, vendredi 18 novembre, au der des cheminots cégétistes, qui anime, avec lègue aux générations futures des
siège de la CGT, pour tenter de mettre au point l’intersyndicale de s’adresser Marie-George Buffet, un « Front de gauche des déchets dont vous ne savez que fai- mes plus reliés ni en haut ni par nos
ce que M. Thibault appelle « une riposte unitai-
re ». Le plan Fillon a eu déjà un effet inattendu –
aux élus et de «prendre luttes », formulée dans L’Humanité Dimanche
du 9 novembre, de « recréer des ponts » avec les
re et une probabilité d’accidents
dont vous êtes hors d’état de garan-
racines», dit encore Jean-Marie
Pelt. «La crise écologique est le fruit
« miraculeux », ironise-t-on à la CGT – qui est de comme cible le Parlement» syndicats pour voir « ce que nous pouvons faire tir la nullité ? » d’une vision dualiste, anthropocen-
faire revenir Force ouvrière, absente depuis le ensemble », M. Thibault a répliqué : « On n’a pas Ainsi inclinait-on à penser au triste et patriarcale, qui mutile
printemps 2010, au moment de la contestation –4 milliards d’euros – à l’accélération de la réfor- besoin de se voir donner des leçons de stratégie sortir des Assises chrétiennes de l’être humain en le coupant de son
de la réforme des retraites, dans l’intersyndica- me des retraites qui, dit-il, « ne sert qu’à envoyer syndicale .» l’écologie, organisées du 11 au intellect spirituel», dit Michel Maxi-
le. Si la CFE-CGC a décliné l’invitation, la CFTC, un signal aux agences de notation ». Sur la rigueur, M. Mailly juge que « l’austéri- 13 novembre par le diocèse de me Egger, un théologien. Et l’on a
qui sera en train de clôturer son congrès à Poi- Les syndicats cherchent surtout une forme té, d’où qu’elle vienne, de droite ou de gauche, Saint-Etienne, la revue Prier et les redécouvert, à l’occasion de ces
tiers, a décidé d’y participer pour « écouter ». d’action innovante qui ne consiste pas à organi- est inacceptable ». Plus prudent, M. Chérèque a Scouts et guides de France. Mille Assises chrétiennes de l’écologie,
Le « G5 » syndical ne nourrit guère d’illusions ser une énième journée d’action, vouée à affirmé, dans Le Progrès du 9 novembre, que cinq cents participants y ont que le mot « crise», venu du grec
sur le retour de FO. « Elle va faire un aller- l’échec. « Une journée de grève, c’est hors de por- « la dette est devenue excessive. Il est inévitable réfléchi dans une atmosphère fra- krisis, signifie « décision » : le
retour », assure-t-on à la CFDT. Le 9 novembre, tée, souligne Marcel Grignard, numéro deux de de la réduire pour éviter de la transmettre aux ternelle – eh oui, fraternelle, com- moment de la difficulté est aussi
la commission exécutive de FO, condamnant la CFDT. L’enjeu majeur c’est d’être avec les sala- générations futures ». Mais, a-t-il prévenu, me l’étaient les premières commu- celui où l’on choisit. Choisir de
une austérité qui « sape les principes républi- riés et non pas que les syndicalistes se causent « sans soutien à l’activité, nous allons aggraver nautés christiques ou les socialis- continuer dans la destruction ou
cains et les droits sociaux », a d’ores et déjà appe- entre eux. » M. Thibault a évoqué « une journée la récession ». Pour les syndicats, la rigueur res- tes utopiques du XIXe siècle – à l’au- de prendre le chemin d’un nou-
lé à « vingt-quatre heures de grève interprofes- de mobilisation interprofessionnelle », sans par- te bel et bien un dilemme. p delà de la crise écologique, veau mode de pensée. p
sionnelle ». Le 24 juin 2010, la confédération de ler de grève, « dans la première quinzaine de c’est-à-dire à la crise du sens de
Jean-Claude Mailly avait organisé une grève décembre ». L’idée chemine, comme le suggère noblecourt@lemonde.fr notre existence qu’elle révèle. kempf@lemonde.fr

Lectures
UNE SÉPARATION
Les présidentielles mises à nu ÉDITION SPÉCIALE FNAC

A
Inclus un DVD bonus des rencontres avec Asghar Farhadi
lors que la campagne de 2012 est Georges Pompidou, en 1968 et 1969, jus-
et Leila Hatami.
déjà engagée, il n’est que temps de qu’à Jacques Chirac tentant de se débarras-
revisiter les élections précédentes, ser de Nicolas Sarkozy en 2004, en passant  Disponible en DVD et Bluray
sur lesquelles Frédérique Bredin, ex-minis- par la rivalité Mitterrand-Rocard des
tre socialiste, et de Jean-Jérôme Bertolus, années 1980, l’attraction de ce pouvoir sus-
journalisteài-Télé,posentunregarddésen- cite des comportements peu édifiants et
chanté. A leurs yeux, la présidentielle est, à fabrique une vie politique décevante. La
chaque fois, l’affaire de quelques hommes défiance qu’expriment les citoyens envers
et met aux prises des tempéraments, des leurs dirigeants en est la conséquence.
intelligences, des moyens financiers et La France « a des institutions qui invitent
publicitaires au service d’une obsession du à la trahison », observe François Bayrou,
pouvoir remontant souvent à l’enfance. parce que « tout pouvoir vient du som-
Le livre qu’ils ont rédigé à partir de leurs met » et qu’on tente de prévoir qui sera le
nombreux entretiens avec des acteurs et maître demain pour se ranger à temps der-
des témoins – en même temps qu’ils réali-
saient un documentaire programmé le
rière lui. Ce constat lucide est le revers du
dithyrambe chanté par Henri Guaino,

Frédérique Bredin
16novembre sur France 3 – ne s’embarrasse pour qui, « en faisant adopter l’élection du
a été ministre
président de la République au suffrage uni-
de la jeunesse
Tir à vue 1965-2012. La Folle versel », le général de Gaulle « a renoué un
et des sports.
Histoire des présidentielles vieux fil de l’histoire de France », car « l’élec-
En 2000, elle a
Jean-Jérôme Bertolus tion est un sacre ». Comment mieux
quitté la politique
et Frédérique Bredin avouer que cette République-là n’est pas
pour travailler
Fayard,362 p., 19 ¤. tout à fait républicaine ?
chez Lagardère
Parmi bien des propos révélateurs, ceux
Active.
pas de politologie. On n’y trouve aucune de Roland Dumas, président du Conseil
indicationsur l’état des partis, non plus que constitutionnel qui avait validé les comp-
sur les opinions des Français. Quant aux tesde campagne de M. Chiracet M. Balladur
programmes de candidats, il n’en est pas en 1995, en dépit d’irrégularités constatées
question. Cette vision people du combat par les rapporteurs, retiennent l’attention.
politique a le mérite de mettre en évidence «Rien n’a changé, dit-il. On a beau faire des
certaines caractéristiques de la compéti- textes et des règlements, il y a toujours un
tion présidentielle à la française. minimum de fraude. » L’avocat Dumas ne
La campagne de 2007 a balayé les préve- précise pas où il place le curseur du «mini-
nances et les prudences imposées par les mum», mais au moins confirme-t-il que les
hommes politiques aux journalistes qui finances des campagnes restent suspectes
rendaient compte de leur action. Ce livre en dépit des lois et des contrôles. A quelles
n’aurait pas pu être écrit il y a dix ans. Les fins les règles de financement sont-elles
personnages qui s’y expriment auraient enfreintes, alors que les moyens de propa-
tenu des propos plus évasifs, et les journa- gande autorisés sont réduits? Cette enquê-
listes auraient dû s’en contenter. Pourtant, te-là reste à faire. p
de Charles de Gaulle cherchant à éliminer Patrick Jarreau

Rectificatifs&précisions
Arme nucléaire Dans l’analyse bion. Les armes nucléaires sol-sol Thierry Gaubert La magistra-
consacrée à la dissuasion française existantes étaient armées par l’ar- te qui préside la 15e chambre correc-
(Le Monde du 26 octobre), nous mée de l’air et les systèmes de mis- tionnelle du tribunal de Nanterre, Retrouvez plus de 600 000 DVD et bluray sur fnac.com
expliquions que l’armée de terre siles préstratégiques Hadès par l’ar- lors du procès de Thierry Gaubert,
n’était pas partie prenante de l’ar- mée de terre. La force de dissuasion est Fabienne Siredey-Garnier et
me nucléaire et rapprochions ce ne s’appuie plus que sur deux com- non pas Isabelle Prévost-Desprez
fait de la fermeture du plateau d’Al- posantes, maritime et aérienne. (Le Monde du 11novembre).
20 culture ppp excellent ppv à voir pvv pourquoi pas
0123
Mercredi 16 novembre 2011

vvv à éviter

A Marseille, la ballade des pauvres gens


Chez Robert Guédiguian tout est politique, surtout le fait-divers. Retrouvailles avec le roi du mélo prolétarien

Les Neiges paisibleà lamaison, l’irruptionvio-


du Kilimandjaro lente de deux individus armés, le
recours humiliant au coup de
ppv poing, le braquage impitoyable de

V
oici maintenant trente ans leurs économies, des cartes bancai-
et dix-sept films que Robert res, des billets du voyage. Michel,
Guédiguian, posté sur le l’épaule luxée, rumine sa rage. Un
port de l’Estaque à Marseille avec le pur hasard (c’est-à-dire une belle
même gang d’acteurs, envoie des trouvaille scénaristique) le met sur
faire-part de décès de l’utopierévo- la piste d’un de ses voleurs : sa pre-
lutionnaire,surfond dedésintégra- mière bande dessinée, qui lui a été
tion du monde ouvrier. L’entrepri- volée, se trouve entre les mains de
se, menée de manière orgueilleuse deux enfants qui sont assis en face
et radicale dans les premiers films de lui dans le bus.
(notamment avec ce chef-d’œuvre La remontée de cette piste, puis
méconnu qu’est Ki-lo-sa, 1985), a l’identification de son voleur,
connu une inflexion réformiste au transforment sa colère en abîme
détour de Marius et Jeannette qui s’ouvre sous ses pieds. Car ce
(1997), premier succès populaire voleur, il le connaît, et nous aussi.
de la saga, avec son humanisme Silhouette entraperçue parmi les
fédérateur, sa nostalgie de l’Idéal dockers licenciés de la scène
trahi, sa conquête romanesque des d’ouverture,puisinvité àl’anniver-
cœurs. saire de mariage, ce jeune ouvrier
Guédiguian se tient depuis lors (interprété par Grégoire Leprince-
sur cette ligne de défense, en Ringuet)est l’undessiens.Cette tra-
variant avec un talent généreux et hison de la solidarité de classe, ce
une bonhomie hérissée d’abîmes, piétinement des valeurs qui ont
les appels à une indignation qui fondé l’existence de Michel, en un
reprend aujourd’hui du poil de la mot cet avènement d’un monde
bête. Le titre d’une chanson popu- Le film commence par un plan de licenciement chez les dockers. Vingt têtes sont demandées, le syndicat a choisi de les tirer au sort. DIAPHANA précarisé et atomisé en jungle, pré-
laire nomme son nouveau film. parent assez logiquement au récit
Les Neiges du Kilimandjaro, créée sur les docks pour l’anniversaire ils estiment ne pas avoir à rougir. qui se tient à ses côtés au titre de nou avec les petits-enfants, profi- d’une impitoyable vengeance.
par Pascal Danel en 1966, fut en de mariage de Michel (Jean-Pierre Ça commence frontalement, par syndicaliste,decopain,debeau-frè- ter avec sa femme de ce nid modes- Toute l’habileté et toute la gran-
son temps numéro un des ventes Darroussin) et Marie-Claire (Aria- un plan de licenciement chez les re et de grande gueule, Michel son- te mais douillet qu’une vie de deur du film de Robert Guédiguian
en France, slow servant davantage ne Ascaride), qui se sont aimés sur dockers, négocié avec le syndicat ne comme il peut la retraite. labeur et d’économies lui a permis consistentà laisser s’accomplir cet-
à emballer qu’à évoquer le linceul cette musique voici trente ans. Ce CGT, dont Michel est un des vieux de construire. Et puis rêver, tant te vengeance en créant les condi-
destiné au héros de la nouvelle moment de bonheur simple, où les militants. Vingt têtes sont deman- Impitoyable vengeance qu’à faire, de ce grand voyage au tions nécessaires à en extirper le
d’Ernest Hemingway dont elle vieux amants s’avouent publique- dées, le syndicat a choisi de les tirer Rien d’insurmontable, quand pays du Kilimandjaro, le premier pardon. On ne dira pas ici com-
s’inspire. mentleur tendresseet leur fidélité, au sort. Michel, qui s’est fait un bien même ça sent un peu la mort. et le dernier sans doute, que leurs ment. On dira simplement que le
Ce quiproquo ressemble un peu est le point nodal d’un film qui honneur de ne pas s’oublier parmi Traînasser à la maison, décorti- proches leur ont offert pour leur film, qui fourmille de scènes et de
aux films de Robert Guédiguian. comporte son avant et son après. les cocottes en papier, procède à quer dès potron-minet un baquet anniversaire de mariage. Tout va personnages aussi bien vus que
Ici, la ritournelle retentit à mi-par- L’avantn’est pasd’unefolle gaie- l’exécutionettireson nom.Copieu- entier de crevettes, construire une donc pour le mieux dans la sentis, dissocie dès lors les chemi-
cours, interprétée par les proches té, mais maintient la fermeté de sement engueulé pour cette recti- véranda pour le pavillon de son fils meilleure des retraites prolétaires. nements respectifs du voleur, de
et les amis, lors d’une fête donnée nos héros, au terme d’une vie dont tude par Raoul (Gérard Meylan), et de sa belle-fille, jouer à la nou- Et puis vient l’après. Un dîner Michel et d’Anne-Marie, pour les
réunir dans un final devant lequel

Pour le lancement du film, quiconque aura eu la bonne idée


d’aller voirce film ne pourra empê-
cher ses larmes de couler. L’exploit
passage obligé par l’Estaque n’est pas mince s’agissant d’un
mélo dont les ressorts, empruntés
aux Pauvres Gens, de Victor Hugo,
sont à ce point politiques. Telle est
Marseille on s’aperçoit vite que le passage la grâce du cinéma de Guédiguian :
Envoyé spécial de la tribu Guédiguian à Marseille tirer de la fracture du monde
relève aussi du travail politique et ouvrier un outil qui fracture le
Ce mercredi 9 novembre, la pluie d’une obligation quasi rituelle. Il cœur des bourgeois. p
tombe à seaux sur Marseille. Pour y a trente ans, dans une salle Jacques Mandelbaum
le quatuor des Neiges du Kilimand- aujourd’hui remplacée par un
jaro, le réalisateur, Robert Guédi- magasin superdiscount, on proje- Film français de Robert Guédiguian.
guian, et les trois interprètes Aria- tait Dernier été, le premier long- Avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre
ne Ascaride, Jean-Pierre Darrous- métrage de Guédiguian. Darroussin, Gérard Meylan, Grégoire
sin et Gérard Meylan, cette étape Leprince-Ringuet, Marilyne Canto, Anaïs
de la tournée de promotion qui Fossé entre générations Demoustier, Adrien Jolivet (1 h 47).
précède la sortie du film n’est Le metteur en scène répète
bien sûr pas comme les autres. Si inlassablement les raisons de son
la pluie continue jusqu’au soir, on éternel retour à l’Estaque, le quar-
se demande si les spectateurs met- tier de l’ouest de Marseille où il a
tront le nez dehors. grandi avec Gérard Meylan : « Il
La bande des quatre a prévu de est nécessaire d’y retourner de
parcourir la ville afin d’être pré- temps en temps pour réévaluer
sente dans quatre salles. En atten- l’état du monde ouvrier et par là
dant, elle rencontre la presse. Le même de réévaluer l’état de mon
journal de France 3, où ils sont cinéma. C’est le centre du monde,
invités, montre les salariés d’une c’est le monde entier. L’Estaque,
clinique mutualiste qui protes- c’est la forme du monde. » de

tent contre la vente de leur établis- Il revient à Ariane Ascaride de Arne Lygre
sement à un groupe privé. Dans tenter – souvent en vain – de mise en scène
Stéphane Braunschweig
un reportage, tourné dans une remettre la discussion sur les rails
du 4 nov. au 9 déc. 2011
cité des quartiers nord, un retraité du travelling, de la forme du ciné-
désigne les impacts de balles sur ma : « Je ne fais pas des films pour
le mur de son salon, à travers la qu’ils servent de banderole en tête
fenêtre on entend des jeunes qui de cortège », dit-elle, un peu lasse.
l’insultent et le menacent. Quand Le soir venu, Robert Guédi-
vient leur tour, Robert Guédi- guian part pour l’Alhambra, une
guian et Ariane Ascaride sont solli- salle de l’Estaque, pendant que les
cités sur le terrain politique plus autres vont des Variétés au Prado
que sur celui du cinéma pur – en passant par l’UGC Madeleine.
même si le journaliste interroge Partout, l’accueil est chaleureux.
le metteur en scène sur sa parenté En parcourant les rues du centre-
avec Ken Loach. Il est vrai que ville, Gérard Meylan égrène les
Les Neiges du Kilimandjaro racon- noms des hôpitaux où il a tra-
te aussi une histoire de retraités vaillé comme infirmier pendant
et de délinquants à Marseille. trente-cinq ans. Il rappelle à Jean- un spectacle de
Jean-François Peyret
La « tournée province », selon Pierre Darroussin qu’une nuit il et Alain Prochiantz

l’expression en usage, est un lui avait passé une blouse et qu’ils mise en scène

ingrédient essentiel du lance- avaient fait la tournée des cham- Jean-François Peyret
ment d’un film. Des membres de bres ensemble. du 17 nov. au 17 déc. 2011
l’équipe parcourent la France Dans les salles de cinéma, la dis-
d’avant-première en avant-pre- cussion s’engage sur les mêmes
mière, présentent le film, partici- motifs qu’avec la presse. Un jeune
pent à un débat ensuite. Avant homme demande tout bêtement :
d’arriver à Marseille, Gérard Mey- « Pourquoi vous revendiquez-vous
lan était à Albi, d’autres à Lyon. de la classe ouvrière ? » et Robert
Il s’agit d’amorcer le bou- Guédiguian est renvoyé à ce fossé
che-à-oreille et aussi de gonfler le entre générations qu’il sonde et
chiffre des entrées du premier tente de combler depuis plusieurs www.colline.fr
jour. Les Neiges du Kilimandjaro films. p 01 44 62 52 52
obéit aux lois du marketing, mais Thomas Sotinel
0123
Mercredi 16 novembre 2011 cinéma 21
ppp excellent ppv à voir pvv pourquoi pas vvv à éviter

Les lois du base-ball appliquées à la crise Kassovitz retourne


Un film sur l’intérêt stratégique des seconds couteaux, dans le sport et en général
vers l’enfer d’Ouvéa
Le Stratège
Pour évoquer le massacre de 1988, l’auteur
ppv de «La Haine» lorgne du côté d’Hollywood
S
port et cinéma sont, de
manière générale, deux disci-
plines qui vont bien ensem- L’Ordre et la Morale Mathieu Kassovitz s’est attri-
ble. L’une et l’autre trouvent dans bué le rôle de Legorjus, qu’il mon-
l’action et le suspense un terrain pvv tre comme un juste soucieux de

C
commun, une émulation. Si la e film, Mathieu Kassovitz le faire prévaloir le droit contre la for-
pétanque tarde hélas à faire ses porte depuis des années. La ce. C’est par son regard que l’on
preuves, la boxe, le football améri- volonté de mettre à l’écran découvre les preneurs d’otages
cain, le kung-fu, l’athlétisme, le dernier chapitre des guerres emmenés par Alphonse Dianou
l’équitation ou le football ont déjà coloniales françaises – le massacre (le débutant Iabe Lapacas), idéalis-
beaucoup servi. Cette vertu de la grotte d’Ouvéa en Nouvelle- te presque mystique. Mais avant
cinégénique est si grande qu’il Calédonie, en 1988 – transparaît à cela, il a fallu passer par le prolo-
n’est pas nécessaire d’aimer le chaque plan de L’Ordre et la Mora- gue, qui montre l’affrontement
sport, voire d’en connaître les le. Il s’est heurté à tant d’obstacles final, la bataille dans la jungle dont
règles, pour apprécier ses enjeux, que le film a mis des années à voir les sons parviennent distordus à
tels que le cinéma, ingénieuse le jour et porte les stigmates de cet- un narrateur dont on entend la
machine à universaliser les pas- te gestation difficile : un scénario voix. On retrouve des procédés du
sions, se les approprie. surchargé d’informations, une dif- cinéma spectaculaire américain,
La preuve par l’absurde, du ficulté permanente à se décider et ce penchant de Mathieu Kasso-
moins en pays latin, nous est don- entre plusieurs solutions cinéma- vitz se heurte constamment à son
née par le film de base-ball, ce tographiques, pour, au bout du souci d’analyse historique.
sport américain par excellence, compte, passer de l’une à l’autre. Si Le meilleur de L’Ordre et la
qui voit un garçon envoyer une bien que ce film, le septième long- Morale se trouve dans la peinture
balle dans la direction d’un autre métrage d’un cinéaste qui a fait ses des mœurs militaires. S’il est une
qui la frappe comme un sourd à Brad Pitt interprète Billy Beane, l’entraîneur californien dont s’inspire le film. MELINDA SUE GORDON/COLUMBIA TRISTAR débuts il y a plus de vingt ans, res- institution que le cinéma français
l’aide d’un gourdin, puis qui court semble à une œuvre de jeunesse, néglige depuis la fin de la guerre
en rond tandis que d’autres types de la saison 2001 ses meilleurs que de constituer à prix d’or une vidualité. Billy Beane, auquel Brad la naïveté en moins. d’Algérie, c’est l’armée. On la voit
s’acharnent à rattraper la balle, joueurs lui échapper une nouvelle équipe de stars, ils choisissent des Pitt confère une présence atta- Le 22 avril 1988, un groupe d’in- ici à l’œuvre, chargée du poids de
tout cela sans qu’on sache exacte- fois pour rejoindre des clubs à la demi-soldes en combinant leurs chante et dépourvue de tout his- dépendantistes attaque une gen-
ment qui joue avec ou contre qui.
Ces excentricités anglo-saxonnes
puissance financière et au rayon-
nement plus attractifs.
atouts respectifs.
Cette dramaturgie, diablement
trionisme, est taillé dans l’étoffe
de ces héros solitaires. Parce qu’il a
darmerieà Ouvéa,île septentriona-
le de la Nouvelle-Calédonie. Qua-
S’il est une institution
(le base-ball descend de cette aber- efficace sur le plan des résultats lecouragede s’élever contre un sys- tre gendarmes sont tués, les que le cinéma français
ration anglaise qu’est le cricket !)
peuvent pourtant donner lieu à
Un casting au petit poil
Cette saison-là, plutôt que de
de l’équipe d’Oakland comme sur
celui de la dynamique du récit,
tème qui le met rapidement en
danger. Ensuite, parce que la révo-
autres, vingt-sept, pris en otage. Ils
sont conduits jusqu’à une grotte
néglige depuis
un film qu’on regarde avec grand combler les trous de son équipe n’est pas propre au film sportif. Le lution stratégique qu’il met en isolée par la jungle, au nord de l’île. l’Algérie, c’est l’armée
plaisir, tel Le Stratège. avec des solutions de fortune, film de guerre Les Douze Salo- œuvre trouve ses racines dans une Le 5 mai, trois jours avant le
Adapté d’un best-seller écrit en Billy Beane décide, au risque de pards, de Robert Aldrich, fonction- douloureuse histoire personnelle, second tour de l’élection présiden- son histoire, de ses rituels et de ses
2003 par l’ex-trader Michael s’aliéner le conseil d’administra- nait déjà, en 1967, sur ce schéma Beane ayant été dans sa jeunesse tielle, l’armée française donne l’as- réflexes de castes. Le portrait n’est
Lewis, produit et interprété par tion et les supporteurs de son équi- éprouvé. Le Stratège bénéficie plei- un joueur surdoué qui n’a jamais saut. Elle perd deux hommes et pas complaisant, d’autant qu’à la
Brad Pitt, coscénarisé par l’orfèvre pe, de tout reprendre à zéro. Sa ren- nement des vertus de cette para- su mettre à profit ses potentialités. tue vingt-trois indépendantistes. rigiditéde l’armée de terre le scéna-
Aaron Sorkin (« A la Maison Blan- contre fortuite avec le jeune Peter bole démocratique, qui veut Ajoutez à cela un casting au petit Quelques jours plus tard, la presse rio oppose l’humanité et le réalis-
che », The Social Network, 2010) et Brand (Jonah Hill, l’acteur obèse le qu’une collection de rebuts du sys- poil, des personnages secondaires (Le Monde, Libération, AFP) établit me de la gendarmerie. Mais il y a là
réalisé par Bennett Miller, qui plus raffiné d’Amérique après tème, transfigurés par un idéal, qui tiennent la route et un réalis- que plusieurs militants kanak ont un exercice rigoureux qu’on n’a
signe son deuxième long-métrage John Goodman) va l’y aider. Brand triomphe d’un adversaire théori- me intelligemment documenté et été abattus après leur reddition. pas l’habitude de voir au cinéma.
après le remarqué Truman Capote est un homme effacé, mais un sta- quement mieux armé. Dans un vous obtenez un beau film améri- Cette histoire, Mathieu Kasso- Sans doute inquiet de rebuter
(2005), ce film relate un épisode tisticien de génie, qui connaît les milieu sportif où l’argent est deve- cain comme on les aime. p vitz a choisi de la raconter à travers son public, Kassovitz tente de faire
célèbre de l’histoire du base-ball. joueurs du championnat sur le nu roi, la fable prend la dimension Jacques Mandelbaum les souvenirs du capitaine Philip- pencher la balance du côté de l’ac-
L’histoire de Billy Beane (Brad bout de son ordinateur. A eux d’un magnifique exorcisme. pe Legorjus,chef du groupe d’inter- tion, du suspense. Celui-ci existe
Pitt), un entraîneur d’une équipe deux, ils vont révolutionner la pla- A cette vertu collective s’ajoute, Film américain de Bennett Miller. Avec vention de la gendarmerie natio- de toute façon, par le jeu des ulti-
de moyenne envergure, les nète base-ball sur la base d’une dans l’ordre des grandes valeurs Brad Pitt, Jonah Hill, Philip Seymour Hof- nale. Envoyé avec ses hommes en matums et des rebondissements
Oakland Athletics, qui voit à la fin philosophie pragmatique : plutôt américaines, l’exaltation de l’indi- fman (2 h 13). Nouvelle-Calédonie pour dénouer (dès leur arrivée à Ouvéa, une par-
la situation, Legorjus apparaît tie du groupe du GIGN a été à son
dans le film comme le jouet de for- tour capturée par les indépendan-

Un Suédois devient l’archéologue des Black Panthers ces contradictoires : la volonté de


revanche de l’institution militaire,
le lâchage des preneurs d’otages
tistes), mais les paroxysmes sont
exacerbés par la musique, les
effets spéciaux.
A partir d’images d’archives, Göran Hugo Olsson retrace l’histoire du mouvement afro-américain par le FLNKS et – surtout – la rivali- Or cette efficacité se révèle tout
té au sommet de l’Etat entre Fran- sauf efficace. Elle brouille par
çois Mitterrand et Jacques Chirac. moments le travail d’analyse,
Black Power des interviews contemporaines de votre souffrance, il sera touché demande si elle approuve l’usage Pour Philippe Legorjus, qui vient empêche les acteurs de prêter à
Mixtape d’artistes et d’intellectuels mon- au fond du cœur. C’est parfait tout de la violence, vaut tous les mani- de publier un nouvel ouvrage sur leurs personnages la complexité
tées en off. Il ne prétend ni à l’ex- cela. Seulement son hypothèse festes révolutionnaires. le sujet (Ouvéa, la République et la que l’on pressent. Si bien que le
ppv haustivité ni à l’objectivité. La était fausse : pour que la non-vio- Angela Davis fait aussi partie morale, avec Jacques Follorou, courage et la persévérance dont

I
mages surgies d’un passé démarche s’apparenterait plutôt à lence puisse marcher, votre enne- des personnes interviewées au pré- journaliste au Monde, Plon, 210 p., procèdeL’Ordre et la Morale ne por-
enfoui qui vit naître, aux Etats- celle du chineur : à partir d’un mi doit avoir une conscience. Les sent par Göran Hugo Olsson. Sa 18,90 euros), le premier ministre tent pas tous leurs fruits. p
Unis, le mouvement des Black fonds d’archives totalement Etats-Unis n’en ont pas ! » voix, sereine et déterminée, réson- tenait à apparaître comme un T. S.
Panthers. Exhumées par le docu- oublié, Göran Hugo Olsson a déci- ne en off, à différents moments du homme d’ordre face aux « barba-
mentariste Göran Hugo Olsson, fil- dé de ressusciter l’âme d’une épo- Nécessité vitale film. Si le mouvement est mort, res » pendant que le président de Film français de et avec Mathieu Kas-
mées entre 1967 et 1975, elles pro- que et de ses héros. Un jeune homme de son temps, étouffé à la fin des années 1970 par la République a laissé donner l’as- sovitz. Avec Iabe Lapacas, Malik Zidi,
viennent des archives de la télévi- Ce qui frappe dans son film, tout ce qu’il y a de plus normal, lesassautsrépétésdu FBI,elleprou- saut pour ne pas avoir l’air faible. Alexandre Steiger (2 h 16).
sion suédoise, dont les journalis- c’est la parole, sa force, son intelli- dont l’engagement apparaît ve que la conscience de ses parti-
tes étaient alors ouvertement gence, sa pertinence incontesta- d’autant plus comme relevant sans n’a pas faibli, que l’élection
engagés contre la guerre du Viet- ble. Les discours du militant Sto- d’une nécessité impérieuse, vitale. d’un président Noir, plutôt que de
nam. Elles ont le grain épais, si kely Carmichael donnent le ton : C’est aussi ce qui ressort de la paro- clore un chapitre, pourrait peut-
doux, du 16 mm, qui intensifie le « Le Dr King prônait la non-violen- le d’Angela Davis, l’égérie des Black être avoir rouvert la page à l’en-
romantisme de la parole révolu- ce. Il pensait que cela conduirait à Panthers, l’autre grand personnage droit où il avait été refermé. p
tionnaire, magnifie les corps et les améliorer la condition des Noirs de ce film. Une longue séquence la Isabelle Regnier
visages de ceux qui la portent. aux Etats-Unis. Il considérait que si montre en prison, interviewée par
25 nov – 17 déc 2011 Direction Olivier Py

Le film associe des longues vous êtes non violent, si vous souf- un journaliste. La colère blanche Documentaire suédois de Göran Hugo Théâtre de l’Odéon 6e
séquences filmées à l’époque avec frez, votre ennemi sera conscient qui la gagne, lorsque celui-ci lui Olsson (1 h 33).

Corps à vendre, âme hors d’atteinte d’après Un Tramway nommé Désir


Diaphane et opaque, Emily Browning incarne une moderne Belle au bois dormant de Tennessee Williams
mise en scène Krzysztof Warlikowski
© element-s / Licence d’entrepreneur de spectacles 1039306

Sleeping Beauty se qui perce sous le masque impas- La constante de la vie de Lucy res- l’Australie urbaine du XXIe siècle
avec Isabelle Huppert, Andrzej Chyra,
sible d’Emily Browning, la très tant le peu de cas qu’elle fait de son apparaît comme un obstacle. En
ppv jeunefemme qui accepte de se lais- corps, qui n’estqu’un instrument à laissant filer le temps, on réalise Florence Thomassin, Yann Collette,

C
’est un poison à diffusion ser endormir par un puissant nar- générer de l’argent. qu’il s’agissait plutôt d’un masque
lente. Le trouble que suscite cotique afin que les clients du bor- cérémoniel, celui que porte cette
Renate Jett, Cristián Soto
la vision de Sleeping Beauty del qui l’emploie puissent parta- Soin presque maniaque héroïne diaphane et pourtant opa-
ne fait pas son effet tout de suite. A ger sa couche. Qu’elle offre ses services dans que, qui incarne silencieusement «Warlikowski tourne la page du réalisme
Cannes, où le film a été présenté en Julia Leigh,la réalisatrice de Slee- des orgies prétentieuses, qu’elle se une génération qui, faute de rai-
compétition, on avait été frappé ping Beauty, est romancière et mette au service de la science ou sons de vivre, cherche des moyens psychologique pour aborder Blanche du côté du
par la minutie pointilleuse mise à signe là son premier long-métrage. qu’elle dorme avec ses vieillards, de survivre. C’est peut-être cette mythe au même titre que Phèdre ou Médée...»
la composition du cadre, à cette C’est peut-être le souci de tenir à Lucy est une enfant perdue. Le scé- triste réalité, plus que la nudité de
volonté de présenter la trajectoire distance le pouvoir des mots qui l’a nario dévoilera un peu des circons- l’héroïne, qui a conduit les cen- Patrick Sourd, les Inrockuptibles, février 2010
de Lucy (Emily Browning) comme poussée à privilégier les images. La tances qui l’ont conduite à cet éga- seurs français à interdire, en un
une suite de tableaux qui presque première scène du film, qui mon- rement. Sur le moment, le soin réflexe victorien, le film aux
tous auraient pu avoir pour titre tre Lucy en cobaye rémunéré, à qui presque maniaque avec lequel moins de 16 ans. p
Odéon-Théâtre de l’Europe
« Suzanne et les vieillards ». l’on enfile un tube dans la trachée- Julia Leigh (et son directeur de la T. S. 01 44 85 40 40 • theatre-odeon.eu
Le temps faisant son œuvre, on artère, est particulièrement violen- photographie Geoffrey Simpson) Tarifs de 6€ à 32€
se souvient moins de ces raffine- te. Ce qui suivra paraîtra du coup met de l’ordre et de l’harmonie Film australien de Julia Leigh. Avec
ments picturaux que de la détres- sinon anodin, au moins plus doux. dans ce qui n’est, après tout, que Emily Browning, Rachael Blake (1 h 44).
0123
22 cinéma Mercredi 16 novembre 2011

ppp excellent ppv à voir pvv pourquoi pas vvv à éviter

JamesCameronmetle«Titanic»enrelief: Les films de la semaine


nRetrouvez l’intégralité nQu’ils reposent en

«L’erreuraétédepassertouslesplansen3D» de la critique sur Lemonde.fr

ppvà voir
révolte
Documentaire français de Sylvain
George (2 h 33).
A Calais, des migrants espèrent
Le réalisateur revient sur les difficultés et les avantages de cette technologie The Black Power Mixtape passer au Royaume-Uni. La durée
Film suédois de Göran Hugo du film, le noir et blanc, le refus de
Olsson (1 h 33). la narration se veulent poétiques.
Rencontre d’un bout à l’autre, il faut être à Les Neiges Au spectateur de décider si l’atten-
environ 300 mètres et, à cette dis- du Kilimandjaro tion et l’endurance demandées
Los Angeles tance, vous ne voyez pas l’angle de Film français de Robert sont payées de retour. p T. S.
Correspondante parallaxe, donc cette image-là ne Guédiguian (1 h 47). nNuit blanche
doit pas être en trois dimensions. Le Stratège Film français de Frédéric Jardin

E
n avril 2012, cent ans après le Dans un plan panoramique, je Film américain de Bennett Miller (1 h 38).
fameux naufrage, le Titanic leur demande de convertir seule- (2 h 13). Un flic dérobe une valise de dro-
de James Cameron va à nou- ment le premier plan en 3D… mais Sleeping Beauty gue. Le gangster kidnappe son fils
veau voguer sur les écrans du on les a embauchés pour conver- Film australien de Julia Leigh et lui donne rendez-vous dans sa
monde entier, avec Rose et Jack à tir et donc ils mettent de la 3D par- (1h44). discothèque. Tout le film se dérou-
son bord, mais cette fois… en trois tout ! [Rires.] nColorful le en une nuit dans le night-club,
dimensions. Aux studios Fox de Un exemple de difficulté ? Film d’animation japonais de avec une valise qui joue la fille de
Los Angeles, le 9 novembre, le réa- Dans la scène où Rose et Jack Keiichi Hara (1 h 54). l’air, des truands, des flics et des
lisateur américain a dévoilé en échangent un billet, à l’arrière- L’esprit d’un mort revient à la vie rebondissements. Le tout marche
avant-première dix-huit minutes plan, il y a une table avec une lam- dans le corps d’un adolescent sui- à l’adrénaline, mais bute sur l’in-
d’images converties en 3D stéréos- pe qui est floue en 2D mais, en 3D, cidé. Le revenant tente de com- carnation. p J. M.
copique, dont plusieurs scènes- comment faire ? Compresser la prendre ce qui a poussé à bout le nUne trop bruyante
clés du film de 194 minutes. profondeur pour éloigner la table garçon et s’interroge aussi sur sa solitude
Revoir ainsi Kate Winslet et Leo- de nos yeux ? Un réalisateur doit vie passée. Cette fable poétique Film franco-tchèque de Vera Caïs
nardo DiCaprio s’embrasser – concentrer l’attention sur l’action offre une vision très dure de l’ado- (1 h 30).
mais cette fois en relief – à la principale, mais la 3D complique lescence et du Japon en général, Cette adaptation d’une nouvelle
proue du navire dans le soleil ça. Heureusement que je filme mais témoigne au final d’un bel du Tchèque Bohumil Hrabal met
levant, grâce à cette conversion avec un sens de la profondeur et optimisme. p Sophie Walon en scène l’histoire d’un presseur
soigneusement supervisée par le de l’environnement et avec des nLes Petites Voix de papier alcoolique féru de littéra-
réalisateur, avec une équipe de focales plus courtes, donc l’adapta- Film colombien de Jairo Eduardo ture, chargé de mettre au pilon les
300 artistes et un budget de quel- tion en 3D est plus naturelle. Carrillo et Oscar Andrade (1 h 15). objets de sa passion. Le film ne par-
que 13 millions d’euros. Le résultat James Cameron à Hollywood, en janvier. JASON LA VERIS/FILMMAGIC/WIREIMAGE Vous continuez vos plongées Ce documentaire animé est basé vient pas s’émanciper de la gan-
est saisissant. sur l’épave du « Titanic » ? sur des récits et des dessins d’en- gue littéraire de cette parabole
Quel est le processus de conver- nous avons aussi refait un master ment bon, mais deux ou trois J’ai tourné le film parce que je fants qui ont grandi dans le chaos. antitotalitaire. p J. M.
sion de « Titanic » en 3D ? numérique très haute définition étaient acceptables, et nous avons voulais explorer l’épave. J’ai plon- A travers leur regard, on découvre
Il faut assigner une profondeur du film, qui donne une image par- choisi Stereo3D pour la qualité de gé douze fois pendant le tournage la réalité d’une population prise
à chaque objet, chaque élément de ticulièrement nette. C’est la seule l’échange créatif que nous avons et, depuis, en tout trente-trois au piège. Le résultat, d’une forme
vvvon peut éviter
chaque personnage dans chaque manière, sans compromis, d’envi- avec eux. Nous faisons avancer la fois ; nous avons exploré 65 % du enfantine, mais d’un fond drama- nTwilight, chapitre IV :
plan, chaque cheveu de la tête, et sager la conversion, pour obtenir méthodologie de la conversion, navire. La grandeur et la majesté tique, est d’une puissance évoca- Révélation (1re partie)
de façon arbitraire ; on connecte le même résultat que si on avait nous leur apprenons le processus du Titanic sont encore là, surtout à trice bouleversante. p S. W. Film américain de Bill Condon
les points pour créer un filet tourné en 3D. créatif d’évaluation d’un espace l’intérieur, où l’on trouve des espa- (1 h 57).
[mesh], ensuite je travaille image Faites-vous évoluer la technolo- en trois dimensions, et les résul- ces très bien préservés, de grands Bella épouse le vampire
par image pour obtenir la profon- gie de la conversion en postpro- tats sont meilleurs qu’au début. lits en cuivre, des chandeliers et, pvvpourquoi pas Edward. Elle tombe enceinte,
deur adéquate. Puis il faut faire duction ? Les erreurs à éviter ? dans une suite – dont l’occupante L’Ordre et la Morale mais sa grossesse se transfor-
des corrections numériques, par- Nous avons demandé des tests La première erreur a été de a survécu –, un miroir intact, un Film français de Mathieu me vite en cauchemar. Elle pré-
ce qu’en ajoutant de la profon- à sept sociétés spécialisées dans la convertir tous les plans en 3D. Ain- bassin de toilette. J’éprouve un Kassovitz (2 h 16). fère cependant risquer sa vie
deur on perd certains détails. Et conversion, et aucun n’était vrai- si pour voir le bateau en entier sentiment étrange de « déjà-vu » nLa Femme du Veme plutôt que de renoncer à don-
quand je flotte dans cet engin Film franco-polonais de Pawel ner naissance à ce petit vampi-
robotique et que je me promène Pawlikowski (1 h 33). re… Outre les entorses faites à
dans ces lieux au fond de l’Océan. Les écrivains américains aiment la mythologie vampirique, on
J’ai dû passer plus de temps sur le Paris. Ils sont également sujets à reste perplexe devant l’idéolo-
pont du Titanic que le capitaine des hallucinations. Douglas Ken- gie de ce film. p S. W.
Le récit lumineux Smith ! nedy a mêlé ces deux traits dans nJeanne Captive
d’une révolte joyeuse. TÉLÉRAMA Cent ans après, quelle leçon La Femme du Veme, dont voici Film français de Philippe Ramos
(1 h 32).
tirer de ce naufrage ? l’adaptation. Malgré l’aptitude
Une œuvre salutaire. ### STUDIO CINÉ LIVE Le Titanic – et je ne parle pas du
film – est une histoire forte, écrite
d’Ethan Hawke à communiquer
son trouble et l’élégance de Kristin
La captivité de la Pucelle lourde-
ment expliquée. Comme l’image
comme un bon roman, sauf que ce Scott Thomas, le film suit les sen- numérique n’enlumine pas vrai-
L’histoire d’une action n’est pas de la fiction. L’arrogance tiers battus du fantastique. p T. S. ment la légende, on se retournera,
de foncer à pleine vapeur dans un n50/50 en cas d’envie pressante de Jean-
collective digne d’un western. LE MONDE champ d’icebergs, parce qu’on se Film américain de Jonathan Levi- ne d’Arc, vers quelques-uns des

TOUSAU
sent grand et invincible, ça ne ne (1 h 40). films qui ont précédé. p T. S.
ELZÉVIR FILMS
PRÉSENTE vous rappelle rien ? Ils ont vu l’ice- Jonathan Levine a fait de son expé- nBeirut Kamikaze
berg, mais ils n’avaient pas le rience du cancer le sujet d’une Documentaire libanais de Christo-

LARZAC
temps de faire demi-tour à cause comédie. Il donne au comique phe Karabache (0 h 59).
de leur taille et de leur vitesse. La une dimension acide, dépressive. La caméra brinquebalante, Christo-
métaphore du Titanic se répète et Mais il rate d’autres choses : le trai- phe Karabache filme des lieux
s’applique au changement climati- tement sans nuances des person- dévastés par les bombardements
que actuel, nous savons que ça nages féminins, un scénario un et la pauvreté, des parcelles de
vient vers nous, mais… qui aura peu trop lisse et linéaire, et même corps : décolletés généreux des
droit aux canots de sauvetage ? p Seth Rogen qui se contente de fai- femmes, morceaux de jambes… Ce
Propos recueillis par re ce qu’il fait toujours, de maniè- ciné-tract s’apparente plus à une
UN FILM DE CHRISTIAN ROUAUD Claudine Mulard re un peu mécanique. p I. R. éructation qu’à un brûlot. p I. R.

« Les Immortels » Les meilleures entrées en France


en tête du box-office Evolution
Nombre de par rapport Total
nord-américain semaines Nombre Nombre à la semaine depuis
Lointainement inspiré de la d’exploitation d’entrées (1) d’écrans précédente la sortie
mythologie grecque, le film
Les Immortels a pris la tête du box-
office nord-américain dès son pre- Intouchables 2 2 599 186 603  57% 4 804 618
mier week-end d’exploitation, Les Aventures
avec 32,2millions de dollars de Tintin : 3 603 241 850 – 28% 4 689 074
Le Secret de la Licorne 
(23,6millions d’euros) de recette
engrangés de vendredi 11 à diman- Contagion 1 350 066 377  _ 350 066
che 13novembre. Le péplum devan-
ce une autre nouvelle sortie, Jack Mon pire cauchemar 1 326 182 420  _ 326 182
et Julie, une comédie dans laquelle Polisse 4 236 468 571  – 18% 1 918 801
Adam Sandler interprète un père
de famille dont la vie est boulever- On ne choisit 1 200 408 480 _ 200 408
pas sa famille 
sée par l’arrivée de sa sœur jumel-
le, interprétée par… Adam Sandler, Toutes nos envies 1 142 925 247  _ 142 925
qui obtient 25 millions de dollars La Source 2 124 737 344
d’entrées. Il devance Le Chat Potté, des femmes  – 34% 357 967
le dessin animé de Dreamworks, Un monstre à Paris 5 107 118 617  – 26% 1 516 721
qui dégringole de sa première pla-
ce, avec 24,7millions de dollars, The Artist 5 79 035 413  – 33% 1 392 935
mais a dépassé ce week-end la bar- Source : Ecran Total (1) Période du 9 au 13 novembre inclus
re des 100 millions de dollars
engrangés depuis sa sortie. – (AFP.)
Le succès d’Intouchables était sans doute prévisible, mais le phéno-
Crédits non contractuels • Design : Benjamin Seznec / TROÏKA

Cuba rend hommage à mène est encore plus massif qu’on ne le pensait : lesté de cent salles sup-
Gabriel Garcia Marquez plémentaires (ce qui les porte à six cents) après une première semaine
AU CINÉMA LE 23 NOVEMBRE
http://blogpartenaire-larzac.blogs.liberation.fr/blog/
Le 33e Festival de cinéma de
La Havane (du 1er au 11 décembre)
explosive, le film cumule en deuxième semaine deux millions six cent
mille entrées et fédère plus de quatre mille spectateurs par salle, tant à
rendra hommage à un de ses fon- Paris qu’en province. C’est donc le meilleur lancement de l’année après
dateurs, Prix Nobel 1982 de littéra- Rien à déclarer, de Dany Boon (huit millions d’entrées). Ce raz-de-marée
ture, le Colombien Gabriel Garcia ne nuit pas à la carrière des autres films : Tintin, Contagion et Mon pire
Marquez, en diffusant six films cauchemar réalisent, parmi d’autres, des scores très enviables. Le ciné-
basés sur ses œuvres. – (AFP.) ma se porterait-il mieux en temps de crise ?
0123
Mercredi 16 novembre 2011 & vous 23
140caractères pour s’illustrer
A quoi sert twitter ? A faire du twitterArt partout sur la planè-
te. A chaque actualité, des artistes se répondent avec des
œuvres en 140 caractères dans la lignée du ASCII art
(@140Artist, @agregart, @Karen_Eliot, @AndreaPacione
etc). A retrouver par « #twitterArt ».
D’autres membres ont entrepris de répondre à la question en
utilisant des phrases courtes, twitto-compatibles : « A tenter
des choses qu’on n’arriverait pas à faire tout seul dans son
coin » (@lmargantin). « A repousser les limites du monde
actuel » (@AliQuandOo). « A fendre les airs sur un balai de sor-
cière, à chuchoter tout haut, à poser des liens comme on tape
sur l’épaule » (@v_clayssen). « A bifurquer lors des journées
moroses » (@angkhistrophon_). « A faire semblant de croire
que notre vie est un roman qui s’écrit tweet après tweet »
(@Karinesperanto). « A rigoler en lisant des gens dont tu
n’aurais pas soupçonné un humour aussi aiguisé »
(@iamdewi). « A vivre totalement d’un doigt » (@dbourrion).
« A procrastiner alors qu’on devrait être en train d’écrire un
chapitre de sa thèse » (@mXli1). « A envoyer des sandwichs
kokoreç depuis Istanbul à ses amis (c’est l’intention qui comp-
te !) » (@ayserin). « A penser que jamais on ne va mourir (pas le
temps, trop de tweets à lire) » (@lucdall). A retrouver par le
hashtag « #aquoiserttwitter ». p L. Be (PHOTOS DR)

SeptfamillespourplongerdanslagalaxieTwitter
Notre reporter s’est immergée dans l’univers des microblogueurs. Décryptage de ce monde prolifique

Tendance lisées réseaux sociaux, nouveaux moitié du chiffre d’affaires de


medias, vous serez sûrement inté- Citrus Etoile, son restaurant, à

B
ientôt trois millions de twit- ressés par @jeanlucr et Paris, provient d’une clientèle
tos (usagers de Twitter) en @EricScherer. internationale.
France, selon Médiamétrie.
Une performance, certes, mais Les « je suis twitto-influent » Les « messages à faire passer »
cela fait tout de même 36 millions Twitter est, pour certain, le lieu du Les ONG se sont emparées de Twit-
d’internautes qui n’y ont pas goû- personnal branding, la construc- terpour communiqueren s’affran-
té et se demandent : A quoi sert tion d’une image de marque per- chissant de la barrière journalisti-
donc Twitter ? Alors que le mot sonnelle. Mais comment mesu- que (@restosducœur,
« tweet » » va faire son entrée dans re-t-on son influence ? Des socié- @croixRouge, @greenpeace,
le Larousse 2013 (publié en tés telles que Klout – américaine – @Hrw…). Twitter est également
juin 2012), le site de microblog- et PeerIndex – britannique – utilisé pour doper l’audience d’ini-
ging continue à être clivant dans annoncent pouvoir l’évaluer, mais tiatives inédites. Ainsi, le compte
l’Hexagone : Il y a les accros à ces leur approche est peu transparen- @NobelWomen relaie le projet de
messages de 140 caractères et… les te. Les travaux du chercheur Krish- six femmes Prix Nobel de la Paix
autres. naP.Gummadi, du Max Planck Ins- (Jody Williams, Shirin Ebadi, Wan-
Repaire de narcisses, activité titute, sont plus explicites : « L’in- gari Maathai, Rigoberta Menchú
chronophage, contenu inepte, la fluence d’un membre, c’est-à-dire Tum, Betty Williams and Mairead
twittosphère est vite rhabillée par l’impact de ses actions de commu- Corrigan Maguire) défendant le
ses détracteurs. Certains pion- nication sur les autres membres, droit des femmes. Pour se rensei-
niers (webjournalistes, blogueurs) dépend moins du nombre de fol- gner sur une cause, procéder par
trouvent déjà que c’était mieux lowers que du taux de citation dont mots-clés : rentrer dans le champ
avant que de nouveaux venus il bénéficie », expliquent les cher- rechercher « #indignés » ou
(ados, non-initiés…) commencent cheurs Nikos Smyrnaios et Ber- « #occupywallstreet » fait apparaî-
à y raconter n’importe quoi, n’im- nard Rieder, qui ont appliqué ces tre tous les tweets sur le sujet.
porte comment. Et pourtant… qui conclusions à la twittosphère jour-
que vous soyez, une plongée dans nalistique française (étude Les « ça donne des idées » Tout
Twitter, qui rassemble 200 mil- publiée le 2 novembre sur le site le monde n’a pas la chance d’avoir
lions de personnes dans le monde, Inaglobal.fr). un copain Prix Nobel. Le prolifi-
peut être intéressante, drôle, sur- Dans le peloton des comptes que éditorialiste du New York
prenante. Il faut juste savoir où @adefaut, animé par Maxime M. (@justinbiebiere), organise, par Twitter et depuis septembre 2010, personnels les plus fréquemment Times Paul Krugman
aller, quels comptes (symbolisés un projet artistique collaboratif nommé « #24 » : 24 participants, un thème et, au final, des mosaïques cités sur la période étudiée (du (@NYTimeskrugman), Prix Nobel
par@+ nom) suivre et… se limiter créatives visibles sur Adefaut.fr. Six sujets ont été proposés, ci-dessus « Ta gueule Twitter ! ! !». ADEFAUT.FR 15 février au 15 avril) : d’économie 2008, tweete l’intitu-
dans le temps ! Qui sait, aurez- @guyBirenbaum, @GillesKlein, lé de ses billets de blog ainsi qu’un
vous peut-être envie de tweeter ture sont moins prolixes. Il y a bien relève de @jacques_dutronc, dont Les « commentateurs » C’est le @AlexHervaud, @vincentglad, lien pour y avoir accès. L’éminen-
(écrire des tweets) à votre tour ? @Karl_lagerfeld (781 875 followers le compte est délaissé après un der- cœur du réacteur de Twitter. Cette @SamuelLaurent, @DavidAbiker, te sociologue Saskia Sassen
Petit jeu – éminemment subjec- ou abonnés), qui distille une pen- nier tweet : « Je n’ai strictement famille regroupe journalistes, blo- @MMaestracci, @egaucher, (@SaskiaSassen), spécialiste des
tif – des 7 familles pour trouver cel- sée (plutôt crédible) par mois rien à dire. Mais je tiens à ce que ça gueurs, consultants. Ainsi, à cha- @l’actualaloupe, etc... Notons villes, tweete assidûment et suit
les qui peuvent vous tenter. mais… c’est un faux, dixit la mai- se sache. » Des écrivains commen- que actualité, le milieu journalisti- cependant que, outre-Atlantique, les comptes d’historiens et d’urba-
son Chanel ! Les grandes maisons tent à chaud, comme que tweete, retweete, s’écoute à la les échelles sontdémultipliées, cer- nistes pointus… @laviedesidees
Les « mains dans le cambouis » de couture tweetent la bonne paro- @BretEastonEllis. Notons l’élégan- radio (pendant des « clics et des cla- tains journalistes dépassant le mil- annonce dossiers et articles de la
C’est la famille des « vrais gens » : le officielle, mais seul le duo Vick- ce de @david_Lynch, qui vous ques » sur Europe 1 de 20 heures à lion de followers comme revue. Le compte des conférences
un métier qui n’est ni dans la com- tor and Rolf (@Vicktor_and_Rolf) nomme « Dear twitters friends » et 21 heures avec @laurentguimier, @NickKristof, éditorialiste au TED (@TEDTalks) tweete le titre
munication ni dans la politique, alimente un compte propre. Côté en appelle aux twittos, comme le @guybirenbaum, @DavidAbiker) New York Times. D’ailleurs, chaque de ces rendez-vous branchés et le
un domicile souvent loin des capi- musique, lady Gaga (@ladygaga, 21 octobre : « Décrivez-moi vos puis retweete encore. L’audience secteur a ses twitto-influents. Ain- nom des intervenants. Histoire
tales. Ceux-là racontent leur quoti- 15,8 millions de followers, le record rêves pour le futur. » mondiale aidant, tous les grands si, le chef cuisinier Gilles Epie de prendre le pouls des innova-
dien, leur point de vue, s’entrai- mondial) travaille le tweet marke- Dans une logique encore plus organes de presse y sont, de CNN (@gillesepie) photographie quoti- tions. Une recherche par mot-clé
dent. Comme@jaddo_fr, médecin ting à échelle planétaire suivi de participative, @adefaut lance des (@cnnbrk) à Al-Jazira diennement ses plats. « Un de mes (exemple : #sociology) vous sug-
généraliste, @mademoiselleAA, @justinbieber (14,4 millions). projets collectifs comme actuelle- (@AjEnglish) et mettent en avant derniers tweets a été repris par gère des comptes intéressants,
infirmière, ou@Dr_stephane, Mais il faut chercher dans les ment un appel à photos sur le thè- leurs infos – osons l’autopromo : @MarthaStewart, spécialiste du etc.
médecin de campagne. On y trou- coins. Vous y trouverez Slash, me « se jeter à l’eau ». Des exercices @lemondefr (436 000 followers). lifestyle [2,4 millions de followers],
ve également des pédiatres, neuro- ex-guitariste des Gun & Roses d’écriture à plusieurs apparais- En France,certaines revues de pres- explique-t-il. En quelques minutes, Les « ça fait du bien » A chacun
logues, psychiatres… L’Education (@slash, 1 million) ou par exemple sent (@Voldumag, se, comme celle de @GillesKlein, ma purée de pomme de terre au de trouver son rituel. Entrer le
nationale est aussi un vivier. Lau- @ThomasDutronc, qui a pris la #twitrature »…) sont prisées. Pour des infos spécia- basilic a fait le tour du monde. » La mot-clé « #ppcs » permet d’affi-
rence Juin (@frompennylane), cher les premières paroles de
professeur de français et d’histoi-
re-géo, utilise Twitter en classe.
Delphine Regnard (@drmlj) pro-
Microblogging, mode d’emploi consultations (drôles et anony-
mes bien sûr) tweetées par des
médecins… Comme si on écoutait
fesseur de français, latin et grec à par le trou de la serrure !
Mantes-la-Jolie est très Web 2.0. COMMENÇONS par la définition : tre – tout en haut avec la petite devant vos yeux, un indice supplé- #jaimemontravail. » Consulter@Tweets2comptoir et
D’autres métiers assez secrets Twitter – de tweeter, gazouiller en loupe, ne pas confondre avec la mentaire: # est un hashtag utilisé Les tweets sont parfois des vous aurez un florilège de bons
s’y épanchent : des avocats anglais – est un réseau de micro- fenêtre pour tweeter – et rentrer de plusieurs manières. Ce peut réponses à d’autres tweets. Le mes- tweets publiés. Rendre visite à des
(@Maitre_Eolas, une star de Twit- blogging. Vous publiez des messa- un nom. Twitter vous suggérera être un mot-clé : #primairePS ou sage commence alors par un@… twitter-artistes aère l’esprit com-
ter en France,@MaîtreMo), des ges de 140 caractères maximum une liste de comptes à suivre se #sarkozy désignent des sujets désignant le destinataire de la me @140Artist. Les amateurs de
juges (@jugedadouche), des poli- et vos followers (ou abonnés dans rapprochant de votre recherche. récurrents sur Twitter. Le hashtag réponse. Un RT signifie un bonne chère pourront fantasmer
ciers (@PJ_un_jour). Des prêtres la version française) peuvent les Vous choisissez un compte, cli- permet de les retrouver facile- re-tweet (pour partager avec ses sur les recettes de @lacuillère.
aussi, comme @abbegrosjean du lire. Nul ne vous empêche d’être quez sur « suivre » et… vous êtes ment. Ainsi le tweet « Tariq Rama- followers un tweet). Deux comp- Plus cérébral, le compte
diocèse de Versailles ou « twitto-passif » : Il s’agit alors de devenu un follower. dan face à Alain Finkielkraut tes qui se suivent mutuellement @1jour1mot fait découvrir des
@Emmanuelpic du diocèse de s’abonner à des comptes et de sui- #CSOJ 8/11/2011 » annonce un peuvent correspondre en privé mots rares accompagnés de leurs
Dijon. Quant à @jobdecrevard, ce vre leurs tweets. Hashtag débat télévisé. Inscrire le hashtag par DM (pour direct message). définitions. Quant aux fans des
compte publie les annonces de Pour rentrer dans l’aventure, il Un conseil. Si vous choisissez #CSOJ (pour l’émission « Ce soir ou Le vendredi, vous verrez défiler Monty Python, n’hésitez plus à
« jobs sous-payés grâce à la crise ». faut aller sur Twitter.com et s’ins- des gens connus, vérifiez la présen- jamais») dans la barre de recher- des tweets du type suivre le fringant septuagénaire
Edifiant. crire. Si vous choisissez le pseudo ce d’un petit macaron bleu certi- che permet de faire apparaître « #FF@x@y@z », car vendredi, à @johnCleese… Twitter permet le
« opossum », votre compte fiant que ce n’est pas un impos- tous les tweets possédant ce mot- l’image du Casual Friday anglo- grand écart, passant sans l’ombre
Les « arty » Le monde du design, sera@opossum. Vous pouvez teur. D’ailleurs, en vous abonnant, clé et donc se référant au débat. saxon, c’est Follow Friday ! d’un clic du spirituel @dalailama
notamment graphique, s’est vite bien sûr choisir votre vrai nom. vous aurez la surprise de voir des Mais le « #» permet aussi de fai- L’auteur invite@x@y et@z, dont – ce n’est pas lui à la souris mais
emparé de Twitter, comme Ça y est. Vous y êtes. Sur l’écran comptes qui vous demandent la re un pas de côté, cynique ou il pense qu’ils peuvent s’enten- son équipe – à @yokoono, compa-
l’irlandais@DavidAirey ou la apparaît votre « Timeline ». Vide réciproque, une politesse sur Twit- humoristique, pour commenter dre, à se suivre mutuellement. gne à vie de John Lennon, qui culti-
Belge@vpieters, et s’envoie au départ, elle se remplira des ter. Ça y est, vous avez des fol- la phrase que l’on vient d’écrire. Pour le reste, on apprend… en ve, sur Twitter, son image d’artiste
tuyaux, liens intéressants, sources tweets des gens que vous suivrez. lowers! Pour comprendre les Exemple : « On m’a encore deman- tweetant. p fumeuse de moquette. p
d’inspiration. Les créatifs de la cou- Pour démarrer, aller dans la fenê- micromessages qui défilent dé d’écrire un article de merde Laure Belot et Mathias Hosxe Laure Belot
0123
24 disparitions Mercredi 16 novembre 2011

Ecrivain, créateur de la maison d’édition Actes Sud AncienPiratede


l’Edelweiss,antinazi

Hubert Nyssen Jean Jülich

I
l avait été une figure des Pirates de
l’Edelweiss, ces milliers d’enfants et
d’adolescents allemands qui, dans les

H
ubert Nyssen, qui est dernièresannéesdelasecondeguerremon-
mort samedi 12 novem- diale,ontécrit unepage encore peu connue
bre, chez lui, au Paradou, de la résistance aux nazis.
près d’Arles, des suites Mort d’une crise cardiaque le 19 octobre
d’une leucémie, à l’âge de à Cologne, Jean Jülich arborait encore à la
86 ans, aimait tellement fin de sa vie la chemise à carreaux et le bad-
la vie, était si curieux de tout – des mots, ge en forme d’edelweiss qui servait de
despaysages,despersonnes–qu’onnepen- signe de ralliement à ces tout jeunes gens
sait ni à son âge ni à sa possible mort. passés en quelques années de la réticence
Lavieillesse,il enparlaitavecsatranquil- au nazisme à la rébellion ouverte, puis aux
lité de fumeur de pipe, en 2008, en fêtant actionsarmées. Lui-mêmen’a pasconnu ce
les trente ans de sa maison d’édition, Actes
Sud. Il en faisait aussi le diagnostic dans ses
carnets, sur son site – www.hubertnys- 18 avril 1929 Naissance à Cologne
1936 Condamnation de son père,
militant communiste
11 avril 1925 Naissance à Bruxelles 1944 Arrestation par la Gestapo
1968 Installation en Provence, au Para- 19 octobre 2011 Mort d’une crise
dou, à quelques kilomètres d’Arles cardiaque à Cologne
(Bouches-du-Rhône)
1973 Premier roman,
« Le Nom de l’arbre » (Grasset) rejet progressif: c’est une haine absolue du
1978 Fonde les éditions Actes Sud régime qui l’anime dès 1936. Il n’a alors que
1986 Edite Nina Berberova 7 ans lorsque les SS font irruption chez lui
2000 Transfère progressivement et, sous ses yeux, tabassent son père, mili-
Actes Sud à sa fille Françoise tant communiste, qui sera ensuite empri-
12 novembre 2011 Mort au Paradou sonné pendant huit ans pour « haute trahi-
son ».
Recueilli par ses grands-parents, il sera,
sen.com –, lui qui avait adopté avec joie cet quelques années plus tard, comme tous les
apport de la modernité : « Le vieillissement jeunes, embrigadé dans les organisations
ne consiste pas dans un lent déclin, mais de jeunesse des nazis, obligatoires, où,
dans une suite de sauts à l’élastique. On est dira-t-il, « on passait nos journées à lever et
soudain poussé dans le dos, on plonge, on abaisser le bras ». Tous les autres mouve-
voit l’abîme d’un peu plus près, on rebondit ments de jeunesse, notamment les scouts,
plusieurs fois, et, avec un peu de chance, on sont alors interdits : c’est ce qui poussera
se rétablit, mais jamais au niveau d’où l’on certains de leurs membres, ardemment
avaitsauté.Cependant,àceluioùl’on s’arrê- Hubert Nyssen, en 2009, chez lui, près d’Arles. BRUNO BARBEY/MAGNUM désireux d’échapper à l’emprise des Hitler-
te, j’en ai fait l’expérience, on peut s’établir jugend, à se reconnaître et à se regrouper
pour une période assez longue. » Mais il paruchez Grasset. Une quinzaine suivront. teur », et a donné une reconnaissance tar- son à sa fille Françoise. Il a su accompa- de manière semi-clandestine, au départ
savait, et le disait sereinement, qu’il y a un Il est alors prêt pour passer à l’étape sui- dive à une romancière pensant n’être gner ses désirs de développement, et ceux pour des actions apparemment aussi inno-
dernier « saut à l’élastique » dont on ne vante, l’édition. Il pensait être un « pas- « devenue personne ». Nina Berberova de son mari, Jean-Paul Capitani : le siège centes que des excursions et des feux de
revient pas. seur » amateur et croyait que publier, par avait 85 ans en 1986, elle n’attendait plus d’Actes Sud est devenu aussi une librairie, camp.
L’aventure d’Actes Sud – un ensemble plaisir, une centaine de titres suffirait à rien « sauf la mort », disait-elle. Hubert un restaurant, un hammam, un cinéma. « On avait les cheveux longs, on portait
regroupantneufdépartements etseptmai- son bonheur. Ses livres ont été vite remar- Nyssen l’a publiée et lui a offert le succès «Jen’aime pas posséder, capter,expliquait- des tenues décontractées. Filles et garçons
sons d’édition associées –, qui a pris sa pla- qués par leur format atypique, 10 × 19, et jusqu’à la fin de sa vie, en 1993. Tous ses il, j’aime que tout circule. » se réunissaient le soir et chantaient des
ce parmi les importantes maisons d’édi- leurs couvertures, dessinées par Christine auteurs avaient pour lui, non seulement Ayant donné ses actions à ses enfants, il romances », raconte Jean Jülich, interviewé
tionfrançaise,acommencé dansuneberge- Le Bœuf – avant qu’elle ne devienne la tra- de l’admiration, mais de l’affection, com- a aussi déposé en 2003 toutes ses archives pour Les Combattants de l’ombre, un web-
rie, en 1978, avec 20 000 francs, comme ductrice de plusieurs auteurs d’Actes Sud, me on a pu le voir à travers les témoigna- à l’université de Liège, où il avait enseigné documentaireet unDVDrécemmentdiffu-
une petite entreprise artisanale. « Tout est à commencer par Paul Auster. ges de Paul Auster, Nancy Huston, Paul avant de s’installer en France. « Tout en sés par Arte. Lui-même chantait et grattait
advenu par ma grand-mère tourangelle, Mais Hubert Nyssen n’aurait pu imagi- étant éditeur, j’ai toujours écrit, ajoutait-il, la guitare. Mais les « romances » avaient
qui avait épousé un professeur belge, disait
au Monde Hubert Nyssen en 2008. Dans
nerque, trente ans plustard, sa maison sor-
tirait 500 nouveautés par an, aurait un
D’emblée, Hubert Nyssen mais avec difficulté, tant je lisais de manus-
crits. Depuis que je ne suis presque plus édi-
parfois des paroles plutôt énergiques com-
me : « Puisse le poignard scout faire s’éclip-
mon enfance bruxelloise, elle m’a persuadé catalogue très international de quelque a voulu que son projet teur, j’écris à ma guise, et mes carnets, que ser les Hitlerjugend, il n’est pas de plus belle
que j’étais belge par accident et m’a
conseillé de partir pour la France, pour le
9 600 titres – riche de nombreux écri-
vains américains, parmi lesquels Don
de maison d’édition je tiens depuis mon adolescence, je les fais
quotidiennement sur mon site. » Hubert
aventure que de se libérer du joug d’Hit-
ler»…
Comtat Venaissin. C’est elle aussi qui m’a DeLillo et Russell Banks – et recevrait des soit « universel ». Nyssen a gardé le plus longtemps possible Composé de jeunes issus des classes
initié à la lecture, m’a fait comprendre ce
qu’était la traduction, en me lisant et com-
prix littéraires, dont, en 2004, le Goncourt
pour Le Soleil des Scorta, de Laurent Gau-
Il affirmait ne pas croire ce dernier plaisir. Qui le consolait peut-
être de n’avoir pas écrit autant de livres
laborieuses, réparti en différents groupes
locaux connus sous les noms de Navajos,
mentant Cervantès, et m’a donné ce goût dé. « à la division de la qu’il le souhaitait, tant sa passion de l’édi- Ruhrpiraten (« pirates de la Ruhr «), Har-
charnel des livres.»
LejeuneBelgenéàBruxelles,quidevien-
Enfin, le succès phénoménal de la trilo-
gie policière Millénium de Stieg Larrson, à
littérature par langues » tion l’avait occupé.
Mais Les Déchirements est sans doute,
lem-Club ouMeuten (« meute »), le mouve-
ment des Pirates de l’Edelweiss se renforce
dra français en 1976, a attendu 1968 pour partir de 2007, qui a rapporté plus de avec Eléonore à Dresde et Zeg ou les infortu- et se radicalise à mesure qu’après le tour-
suivreles conseils desa grand-mèreet déci- 55 millions d’euros, a conforté l’indépen- Nizon et quelques autres, dans le portrait nes de la fiction (tous chez Actes Sud), par- nant de Stalingrad en 1943, la puissance du
der de se consacrer à ses passions : le Sud, dance financière du groupe Actes Sud et que lui a consacré Arte en 2002. mi les plus émouvants des livres de cet IIIe Reich s’effrite et le doute s’installe dans
l’écriture, l’édition. C’est en 1968, avec sa pérennisé l’œuvre d’Hubert Nyssen. Souvent, ceux qui ont mené une aven- homme, qui a toujours eu une prédilec- l’opinion allemande.
seconde épouse, Christine Le Bœuf, qu’il En 1978, tout était à inventer. Son projet ture personnelle, comme le fut la création tion pour les personnages de femmes. Lui
s’installe au Paradou, dans la vallée des se voulait d’emblée « universel ». Il affir- d’Actes Sud, ont du mal à transmettre. Ce qui préférait « tout ce qui est pluriel », pro- « Justes parmi les nations »
Baux, à quelques kilomètres d’Arles. Dans mait ne pas croire « à la division de la litté- n’est pas le cas d’Hubert Nyssen, qui, après clamait, en retournant le proverbe : En 1944, leur nombre atteint environ
la bergerie de son mas, il crée, avec un asso- rature par langues ». Les écrivains qu’il avoir été élu à l’Académie royale de Belgi- « Deux “tu l’auras” valent toujours mieux 5 000, qui hantent les villes bombardées
cié, un Atelier de cartographie thématique aimait ayant déjà des éditeurs, il était dans que, en 1999, s’est progressivement retiré, qu’“un tien”. » Sa très belle maison lui sur- par les Alliés, et passent aux actions
et statistique (Actes). l’obligation de découvrir. C’est ainsi qu’à depuis 2000, de l’activité éditoriale, ne vivra, il le savait. Mais il faudrait aussi gar- armées. Le groupe auquel appartient Jean
Il commence par l’écriture et publie en côté de jeunes auteurs il a fait « la plus mer- gardant qu’une collection, « Un endroit où der de lui cette réconfortante maxime. p Jülich, celui des Navajos, à Cologne, com-
1973 son premier roman, Le Nom de l’arbre, veilleuse rencontre de [sa] carrière d’édi- aller », et donnant la direction de la mai- Josyane Savigneau mence à organiser des coups de main : atta-
ques d’usines d’armement, déraillement

Anne-Marie Garat: Alice Ferney: «Il pariait de trains de munitions, sabotages… Un de


ses membres projette de faire sauter le
quartier général de la Gestapo à Cologne,
«Un éveilleur de livres» sur son goût et le temps» au moyen de détonateurs prélevés sur les
bombes alliées non explosées. Le projet est
éventé. Agé de 15 ans, Jean Jülich est arrêté,
passéà tabac, emprisonné. Son plus proche
ROMANCIÈRE et essayiste, Anne-Marie et sévère aussi, intransigeant passeur. ALICE FERNEY, découverte par Hubert répondit à mes lettres, c’était sa manière ami, Bartholomaeus Schink, âgé de 16 ans,
Garat a rejoint les éditions Actes Sud en Il a inventé “Un endroit où aller”, sa col- Nyssen, a publié avec lui huit romans de vivre. Il me voyait quand je le lui est pendu sans procès avec une dizaine
1998 pour publier notamment L’Amour lection, et toute sa maison mérite ce nom, en dix-huit ans, dont Dans la guerre, demandais. Quatre ans plus tard, il devint d’autres opposants. Après avoir survécu
de loin (1998), Les Mal famées (2000), La celle des éditions Actes Sud, celle du Mas en 2003. Pour elle, il est un homme qui mon éditeur. aux coups de ses geôliers successifs et au
Rotonde (2004) ou Hongrie (2009). Avec Martin. A sa table de cuisine sous la lampe, savait découvrir et faire découvrir. Un jour, je doutais. «Vous savez, L’Elé- typhus, Jülich sera libéré par les troupes
chaleur et affection, elle témoigne de à l’ombre du platane séculaire ou des oli- Il souriait beaucoup, appré- gance des veuves, c’est un titre formida- américainesen1945.Dansl’Allemagnelibé-
l’homme gourmand de mots et de livres
que fut son éditeur.
Nous dirons tous, écrivains
viers, Christine et lui ont reçu tant d’écri-
vains, en amis fous des littératures, des
rêves d’avenir nés de ceux du passé.
Y ciait un peu de cérémonie,
partageait d’innombrables
références, se protégeait pour lire, scrutait
ble», m’assura-t-il. Il savait aimer au
moment où je n’aimais pas assez pour écri-
re. Il m’apprit comment se haïr en corri-
rée, les Pirates poursuivent leur vie d’expé-
dients et sont rapidement considérés par
les troupes alliées comme un problème

Y qui l’avons connu, quel très


grand éditeur nous a
accueillis dans sa maison, dans sa vraie
Sa manière noble et humble de se saisir
d’un livre, de l’ouvrir, de chercher la page,
c’étaient toutes les bibliothèques vivantes
chaque mot, gardait la mémoire du texte.
Curieux du travail et des gens, il n’était pas
blasé: il lisait des textes « nus» dont il ne
geant.
Je n’oublie jamais la collection de ses
remarques: «Charabia », «lourd», «impro-
d’ordre public.
Jülich témoigna de l’aventure des Pira-
tes à travers des Mémoires et un film. Avec
maison des livres, comment il était bâtis- convoquées sous son doigt de lecteur. connaissait pas les auteurs. Il suivait ses pre», «pas écrit», «couper ! » Quand il Gertrud Koch, surnommée Mucki, une
seur d’imaginaire et de pensée ; un décou- Quelle gourmandise il a eue de vivre et intuitions, goûtait la littérature du mon- n’était pas convaincu, il soulignait d’une ancienne membre des Navajos aujour-
vreur et un éveilleur de livres. de connaître, de goûter, d’estimer, de pro- de, pariait sur son goût et le temps. ligne ondulée. Il m’avait dit : « Je voudrais d’hui âgé de 87 ans, il fit campagne pour la
Comment il les appelait avant qu’ils voquer des joutes pour exalter ce bonheur Je rencontrai ce pur éditeur en être pour vous, dans l’aventure de l’écritu- réhabilitation des Pirates de l’Edelweiss. En
ne soient écrits par contagion amoureu- dans la conversation, par passion vitale mai1989. Actes Sud avait 10 ans, Hubert re, celui que j’aurais aimé avoir sur mon 1988,ceux-cifurentreconnus comme« Jus-
se. Il en donnait le courage par le sien, le qui rend joyeux, et grave, c’est ce souvenir Nyssen 64. Il était installé dans son minus- propre chemin, à mes débuts, et que fut un tes parmi les nations » par le Mémorial Yad
désir par celui qu’il en avait, et combien il que je garde. cule bureau parisien, rue de Savoie, mon peu (trop peu) Max-Pol Fouchet.» Vashem de Jérusalem. Mais ce n’est qu’en
savait entendre ce qu’on ne savait pas Sa gaieté foncière, son avidité des êtres, manuscrit devant lui. Il venait de raccom- Cent dix-sept lettres sur papier gris, 2005quela justiceallemandeaccepta d’an-
encore de soi, sans jouer d’intimidation son regard pénétrant à travers les volutes pagner à la porte un auteur, Anne Walter. d’une écriture extraordinairement régu- nulerlesdossiersjudiciairesinstruitsàleur
ni d’autorité, parce que lui-même était de sa pipe, son sourire de promesse; de Il ne publia pas mon texte. Il était exi- lière, me rappellent qu’il a tenu sa pro- encontre par les juges nazis. p
écrivain, embarqué dans pareil inconnu ; cela rien ne meurt. » p geant. « Ecrivez-en un autre», me dit-il. Il messe. p Luc Cédelle
0123
Mercredi 16 novembre 2011 carnet 25
M. et Mme Olivier Bansillon, Les collaborateurs Christine Le Bœuf, Remerciements
Mme Valérie Bansillon de la société OTIS son épouse,
et M. Michel Vodé, et M. Didier Michaud-Daniel, Françoise Nyssen Très touchée par les manifestations de
M. et Mme Arnaud Bansillon, leur président, soutien qu’elle a reçues lors du décès de
  ses enfants,
et Jean-Paul Capitani,

    Alésia, Auriane, Nicolas,


ont la tristesse de faire part de la disparition
de
Jules Nyssen et Valérie Astesano,
Louise Nyssen et Gilles Halbout, Roger TALLON,
Guiorgui et Constantin, ses enfants et leurs conjoints,
  ses petits-enfants, M. Bruno GROB, Julie Gautier et David Phaneuf, Nicole Tallon remercie tous ceux qui ont
partagé son chagrin.


  Ses nièces et neveux,
président d’Otis NEEA
(Europe du Nord, de l’Est et Afrique),
Sae-hoon Gautier,
Pauline et Antoine Capitani,
membre du Comité exécutif Justine et Félix Le Bœuf-Nyssen, 13, avenue de La Bourdonnais,
 
     ont la tristesse de faire part du décès de d’Otis Monde. 75007 Paris.
Odile, Claudine et Irène Halbout,

 

  ses petits-enfants,
       François J. BANSILLON, Bruno Grob aura été un mentor pour
de nombreux dirigeants d’Otis, passés Jeanne,Victor, Juliette et Rose Phaneuf, Anniversaire de décès
     
 survenu à Paris, le 11 novembre 2011, et présents et son héritage se perpétuera ses arrière-petits-enfants,
Il y a six ans, nous quittait
 
   
à l’âge de soixante-dix-sept ans. à travers les leaders de demain, qu’il
     !
"# a soutenus et accompagnés. ont la tristesse de faire part du décès de
Ses obsèques auront lieu le mercredi Beya BAHRI-DAOUD.
 $ #   %  16 novembre, au crématorium du cimetière Didier Michaud-Daniel présente, Hubert NYSSEN,
  & #% '  #
( du Père-Lachaise, à Paris 20e. au nom d’Otis, toutes ses condoléances écrivain,
Mohamed Daoud,
à sa femme, Jackie ainsi qu’à ses enfants, son fils,
 27, rue Vaugelas, fondateur des éditions Actes Sud, Alya, Hassen et Taieb Daoud,
ses petits-enfants et à ses amis.
)# 
 * 

# # 75015 Paris. ses petits-enfants,



# 
 *  # * 11 avril 1925 - 12 novembre 2011. Ses amis,
Hérouville-Saint-Clair. Caen. Paris.
+#
,# - .   // Lysiane Ben Amara, Les funérailles ont eu lieu au Paradou ont une pensée pour elle.
012 *  # 
* née Guervono, Marie-Claude Hervieux,
son épouse, (Bouches-du-Rhône), dans la plus stricte
son épouse,
#   * 

# # Charles, Hélène et Frédérique, Sophie, Nathalie, Adèle, intimité familiale.


 12 * 3
# .   // ses enfants,
Souvenir
Adrien, Antonin,
Charlotte, Chloé, Cléo, ses enfants, me
M Albert Ponroy, Il y a un an,
/42 .   // Hugo et Océane, Théophile, Corentin, Jason, son épouse,
51 #


1 ses petits-enfants, Louison et Ulysse, Nicole DECOOPMAN,


France et Jonathan Chalton,
 
    

  Christine, Nathalie, ses petits-enfants,
Mme Claude Ponroy, professeur des Universités,
ses belles-filles, Ses frères et sœurs
ses enfants,
6  7
 
 Gérard-Edmond, Et toute sa famille,
Sophie et Guy Hume, nous quittait.
 


   #  son gendre, Ses amis,
Gilberte Lerry, Alexandra et Simon Deeny,
 
 #
. sa sœur, ont la douleur de faire part du décès de Clotilde Ponroy, Nous ne l’oublions pas.

     
         Paul Bouaziz, ses petits-enfants,
  

    son beau-frère, Claude HERVIEUX, Samuel et Saskia Hume, Sa famille,
   
      
      
 
     


     
  Ses neveux et nièces ancien directeur ses arrière-petits-enfants, Ses amis,
de foyer de Jeunes travailleurs,

 
   
    
      

 
  
    

!
"#   $    

         
Et son ami Roger Chalanset, Les familles Ponroy et alliées, Caille, Ses collègues.
   
 

          !    " #    $%&'

attaché de direction Cassius et Breuillac,


à la Comédie de Caen,
    
ont la tristesse d’annoncer le décès de
  
             

  
ont la douleur de faire part du décès de
Communications diverses
 
   Maurice William Moïse survenu le 11 novembre 2011,
Le Centre communautaire de Paris :
BEN AMARA, dans sa soixante-douzième année.
M. Albert PONROY, mercredi 16 novembre 2011, à 19 h 30,
AU CARNET DU «MONDE» HEC 44, rencontre-débat : « De la diabolisation à la
survenu le 13 novembre 2011, La cérémonie d’Adieu aura lieu
à l’âge de quatre-vingt-cinq ans le mercredi 16 novembre, à 15 heures, chevalier de la Légion d’honneur, délégitimation d’Israël », avec Jacques
Anniversaire de naissance et comme aurait dit Maurice : au cimetière d’Hérouville-Saint-Clair Tarnero, Henri Cohen-Sollal.
  « La vie est une dure lutte... » (Calvados). survenu le samedi 12 novembre 2011, Tél. : 01 53 20 52 52.
Bruxelles.
 %  
$ 
  &  

'( )
  $  *   )   

 
  
 +',
 - )    .'"   

   /  $
  0#
dans sa quatre-vingt-dixième année. www.centrecomparis.com - (PAF).
Claude repose en la chambre funéraire
Depuis dix ans tu illumines ma vie. Hélène Bourgoin-Lambert, Adam, à Caen. La cérémonie religieuse sera célébrée
Depuis quarante ans tu éclaires Isabelle Bourgoin et André Beuret, le vendredi 18 novembre, à 11 heures,

  le monde.
Renaud Beuret, Condoléances sur registre.
Laurence Glise et Damien Houlle, en l’église Saint-Paul de Chevry II
(Gif-sur-Yvette).

 
Gabrielle Glise et Clément Prive, Cet avis tient lieu de faire-part.
Joyeux anniversaire ses enfants et petits-enfants,
 Dimitri. Les familles Bourgoin, Durix, Vernay,
1701, quartier du Bois,
14200 Hérouville-Saint-Clair.
La crémation aura lieu dans l’intimité
familiale ainsi que l’inhumation
au cimetière des Batignolles.
C. ont le chagrin de faire part du décès de
L’éternité ne dure pas..., Ni fleurs ni couronnes. La Grande Loge de France accueille
Décès Mme Madeleine BOURGOIN, le 9e Salon maçonnique du Livre,
née DURIX, Jacqueline MEPPIEL, Dons à l’unité de soins palliatifs de
femme d’Images, les 19 et 20 novembre 2011,
Anne Celnikier-Szulmajster, l’hôpital de Bligny, Briis-sous-Forges de 9 heures à 19 heures.
survenu le 6 novembre 2011.
 
 son épouse, est partie doucement, le 9 novembre 2011, (Essonne).
 
Jacob, Yoshua et Sarah, de sa maison à La Havane, rejoindre son
ses enfants, Elle repose dans le caveau familial 8 tables rondes, 3 conférences.
de Saint-Martin-en-Coailleux (Loire). mari d’acteur cubain, Cet avis tient lieu de faire-part.


Anne Celnikier-Fontaine, Tous les éditeurs de livres

 sa belle-fille, Adolfo LLAURADO, Famille Ponroy, et revues maçonniques.


Elie, Samuel et Emmanuelle, Jean-Marc Favret, 40, allée de la Pièce du Lavoir, Toutes les obédiences.

  ses petits-enfants, son époux là-haut, pour de nouvelles aventures… 91190 Gif-sur-Yvette.
Claire et Olivier Carrère Laure Favret, Mathieu Primot Ouvert à tout public.
 

  et leurs enfants, Sacha et Ariel, et Marguerite Sa famille. Entrée libre et gratuite.
Catherine Favret et Stéphane, Martine, Catherine, Anne-Françoise,
  8, rue Puteaux, Paris 17e,
La famille Quairiat, ses filles,
ont la profonde tristesse de faire part Mme Bernard Niquet, (métro Rome).
Parents et alliés, Xavier Peyrou, François Colly,
du décès de son épouse,
 
Dominique Paoli,
ont la tristesse de faire part du décès de Mme Louis Niquet, Organisé par
ses gendres,
Isaac CELNIKIER, sa mère, l’Institut Maçonnique de France,
 
né à Varsovie, le 8 mai 1923, Simone FAVRET, M. et Mme Matthieu Niquet,
Mlle Emilie Niquet, Arnauld, Anne, Marie, Cyril, Amélie, programme sur www.i-m-f.fr
  artiste-peintre,
ses enfants, Nicolas, Anne-Sophie, Pedro,
ancien déporté, survenu le vendredi 4 novembre 2011.
Camille et Gabrielle, Aurélien, Kiran, Abdel,

ses petites-filles Pierre-Maximilien, Lætitia, Clémence,
survenu le 11 novembre 2011. Les obsèques ont eu lieu dans
l’intimité. Et toute sa famille, Eric, Charlotte, Grégoire, Morgane,
Camille (†), Julie,
L’inhumation aura lieu le mercredi ont la très grande tristesse de faire part
16, rue de Patay, ses petits-enfants,
16 novembre, à 15 heures, au cimetière du décès de
parisien de Bagneux. 75013 Paris.
Juliette, Manon, Marouane, Louison, SOS AMITIÉ
M. Bernard NIQUET, Mathilde, Antoine, Margot,
ancien préfet qui est à l’écoute 24 heures sur 24
Jacqueline d’At de Saint Foulc, Ses enfants, Olympe, Elisa,
Ses petits-enfants, du département des Yvelines, de toute personne en situation
entourée de ses enfants des régions Poitou-Charente et Lorraine, ses arrière-petits-enfants, de solitude, d’angoisse et de mal-être
et de son beau-frère, Alain, conseiller d’Etat, recherche
ont la douleur de faire part du décès de
officier de la Légion d’honneur, Les familles Teitgen, Clément,
ont la douleur d’annoncer le décès, survenu Chambeyron, Fournis, Goux et Brice
le 30 septembre 2011, de
Mme Françoise FOURNIER, DES ÉCOUTANT(E)S BÉNÉVOLES
veuve de Jean-François DUPERRON, survenu le 10 novembre 2011,
à l’âge de soixante-cinq ans. ont la grande tristesse de faire part

#
pour ses sept lieux d’écoute
 Jean d’AT de SAINT FOULC,
ancien de la 2e DB,
en son domicile de Braine,
le 12 novembre 2011,
La cérémonie religieuse est célébrée
du rappel à Dieu de
à Paris et en Ile-de-France.

$% chevalier dans l’ordre national du Mérite. ce mardi 15 novembre, à 14 h 30, François TEITGEN,
à l’âge de quatre-vingts ans. en l’église Sainte-Jeanne-de-Chantal, place Disponibilité souhaitée
La cérémonie a eu lieu en l’église de la Porte de Saint-Cloud, à Paris 16e, survenu le 8 novembre 2011, de quelques heures par semaine,
 &  Un office sera dit à son intention
'   ()  * suivie de l’inhumation le même jour, le jour, le soir, la nuit ou le week-end.
de Prangey, le 5 octobre. en l’église de Braine, le mercredi à 16 h 30, au cimetière de Vaugirard, dans sa quatre-vingt-douzième année.
16 novembre, à 15 heures, suivi de Formation assurée.
320, rue Lecourbe, à Paris 15e.
Cet avis tient lieu de faire-part. La cérémonie religieuse aura lieu
    l’inhumation au cimetière de Braine.
Ni fleurs ni couronnes, un don sera le samedi 12 novembre, à 14 h 30, en Écrire à SOS Amitié Idf
  36, rue de la Gueurge, Cet avis tient de faire-part et de prévu à la Fondation Hôpitaux de Paris - l’église de Colombe-les-Vesoul, (Haute- 7, rue Heyrault, 92660 Boulogne Cedex.
  
 52190 Prangey. remerciements. Hôpitaux de France. Saône). Email : sos.amitie.idf@wanadoo.fr
     !!

  
  
   
   *  !   $  2     #1  


  "" $ )   3     

      


   * 44 5 6 66 *
+  7

 )** )+   /0


   1
  
       
                   


 ! 
  !!"   #
$ 

 

 
!   !
%     "    
 & ' %  % 
$!( ' !$' , '& -.!' -$ %)** )+  

 !
     $   
    444. 9:;9+;
   

   
( )  %! ) 
  

 
 ! 
 * 

) 

      
+ 
 ) , ) 
  " # $ %& 
' 


()* + -!  ) ./ ) 
, - ./  "%
   *)()
 
  %'      
%! #    
    
8 
1  1 
)
(0 )
 
   

 
  !"# $%&!!'"'!(

.  "  )
   *)(  
     

 
 ""
 ! " 1  

      

     
  ' #

1 )
<""   
= 4>4>44   4      ? !    @+3 %
; A 74 B ,

' !
  


  !

     $ 


 
 
!!'  
 ' $  
  
  
'
" 
    3 

  C 
    
 


   ))*(

         
'      
 /
0123
26 météo & jeux écrans Mercredi 16 novembre 2011

< -10° -10 à -5° -5 à 0° 0 à 5° 5 à 10° 10 à 15° 15 à 20° 20 à 25° 25 à 30° 30 à 35° > 35° C’est tout Net! Marlène Duretz
Mercredi 16 novembre En Europe
Pluie de la façade atlantique au Languedoc
Lille
16.11.2011 12h TU
Petit à petit
1 10
Reykjavik « Est-ce possible de me mettre à la place de mon hamster ? » C’est
www.meteonews.fr une question qui peut émerger de tout esprit sain à l’issue d’une nuit
Cherbourg 20 km/h
Amiens Oslo Helsinki 1015 dans une chambre d’hôtel des plus exiguës. Je me rappelle ce mouchoir
12 15 St-Pétersbourg
25 km/h 1 10
D
Stockholm
Rouen Châlons- 102
5
de poche et ce sentiment d’enfermement qui me fit songer que je
en-champagne
3 12
0 10
Riga Moscou séjournais dans la cage de quelque rongeur captif. Les concepteurs de la
PARIS Edimbourg
Caen
4 12 Metz
Copenhague
Villa Hamster, à Nantes, ont-ils fait les frais d’une même nuitée
Brest 9 15
11 14
-1 7
Strasbourg D Dublin A
Minsk (tinyurl.com/ycpokhf) ? Toujours est-il que, « sans rien concéder aux
1000 Amsterdam Berlin
Rennes -1 8 Londres 10
Varsovie
Prague 30 notions de confort et de service », ils ont conçu dans ces 16 m2, en plein
10 14 Orléans 1005 Bruxelles
Nantes 2 13 D 10
25 Vienne
Kiev centre ville de Nantes, « un univers confortable et ouaté » pour se mettre
995
Besançon 1010 5 Munich
11 16 101
Paris
Berne Budapest dans la peau d’un hamster. Cette superficie offre notamment une gran-
1 9
Poitiers Dijon
1005
D Milan Zagreb
Odessa
de roue où gambader, une cage perchée où dormir et un cube à laper où
10 15 -1 9 Belgrade
Bucarest se désaltérer. Dois-je toutefois enfiler la cagoule-oreilles et la ceinture-
Chamonix 1020 102
Clermont-Ferrand
0 Rome Sofia queue pour déguster les céréales bio mises à ma disposition (youtu-
-5 13 Barcelone
Barcelone
Limoges 3 14 Lyon Madrid
Istanbul be.com/watch?v=OQjckyw7BJY) ?
9 14
30 km/h 4 14
1025
Lisbonne
Lisbonne Ankara Petites mais insolites. Quelles sont les chambres d’hôtel les plus
Séville D Athènes minuscules au monde ? Le magazine Forbes en dresse un panorama
Grenoble Tunis
Tunis
Bordeaux 1 A
13 Alger (tinyurl.com/8yv7b42). Suis-je devant le hublot d’une machine à laver à
20 km/h 12 16
Rabat
Tripoli
Beyrouth
l’intérieur de laquelle une couette attend sa sortie au grand air ? Non, la
A Anticyclone D Dépression
Tripoli

Front chaud Front froid Jérusalem légende m’indique qu’il s’agit d’un hôtel-capsule typiquement japo-
Nice
Toulouse Montpellier Marseille 11 17 Occlusion Thalweg
Le Caire
nais. Inutile de vous dire que j’ai fui à toutes jambes le couloir de cette
Biarritz 10 15 10 16
11 17
11 14
Russie Froid et neige s’installent peu à peu ruche et son enfilade d’alvéoles de 1,67 m2 pour me retrouver aux Pays-
Bas, face à des capsules de 12 m2 flottant sur les eaux. Ô douce berceuse
En Europe Riga souventdégagé 3 7 New Delhi beautemps 17 29
Perpignan
Amsterdam largementdégagé 2 7 Rome beautemps 8 15 New York pluiemodérée 12 14 du clapotis ! Un clapotis pour qui cette autre chambre installée dans un
13 14 Ajaccio 13 -5 9 2 14
20 km/h
Athènes éclaircies 10 Sofia largementdégagé Pékin averseslocales
largementdégagé 16 29
tuyau d’écoulement n’est plus qu’un souvenir. Suis-je dans le couloir
Températures à l’aube 1 22 l’après-midi 8 18 Barcelone aversessporadiques14 17 Stockholm souventdégagé 2 4 Pretoria
Belgrade largementdégagé -1 8 Tallin souventdégagé 5 7 Rabat souventdégagé 12 19 d’un train ? Erreur d’aiguillage ! Je suis dans celui d’une chaîne Yotel, qui
Berlin brouillard 1 5 Tirana beautemps 4 14 Rio de Janeiro aversesmodérées 22 24
Sainte Marguerite Lever 08h00 Lever 22h08 Berne brouillard 1 7 Varsovie largementdégagé 1 3 Séoul largementdégagé 3 13
propose des cabines, aux aéroports d’Amsterdam et de Londres. Cham-
Coeff. de marée 62/58 Coucher 17h08 Coucher 12h26 Bruxelles largementdégagé -1 9 Vienne beautemps -2 6 Singapour aversesmodérées 25 31 bre-tonneau aux Pays-Bas, cabine-bateau loin des flots, au Jane Hotel de
Bucarest souventdégagé 0 8 Vilnius souventdégagé 0 3 Sydney éclaircies 19 24
Budapest beautemps -5 7 Zagreb beautemps -2 6 Téhéran souventdégagé 9 11 New York ou à Birmingham… autant de nids douillets pour le hamster
Aujourd’hui Jeudi Copenhague souventdégagé 5 7 Dans le monde Tokyo largementdégagé 8 14 qui sommeille en nous ! p
Le ciel deviendra plus nuageux sur la façade 5 12 Dublin averseslocales 10 12 Alger beautemps 8 17 Tunis aversessporadiques14 19
11 14
ouest en marge d'une perturbation, et Edimbourg souventdégagé 7 9 Amman largementdégagé 4 15 Washington fortepluie 14 15
Helsinki souventdégagé 2 5 Bangkok souventdégagé 25 32 Wellington aversessporadiques 13 14
quelques pluies tomberont ici ou là, surtout 8 13 Istanbul averseslocales 9 11 Beyrouth souventdégagé 18 19 Outremer
au sud de la Garonne. Un ciel très nuageux Kiev largementdégagé 1 3 Brasilia risqueorageux 18 23 Cayenne largementdégagé 24 32
29
Courriels
La Valette pluiemodérée 17 19 Buenos Aires risqueorageux 16 27 Fort-de-Fr. risqueorageux 27
concernera le Languedoc-Roussillon où 11 14 -1 10 24
Lisbonne souventdégagé 11 16 Dakar souventdégagé 26 29 Nouméa largementdégagé 22
quelques gouttes menaceront. Ailleurs, Ljubljana beautemps -2 7 Djakarta risqueorageux 26 30 Papeete risqueorageux 26 29
7 13 Londres souventdégagé 4 11 Dubai beautemps 24 30 Pte-à-Pitre risqueorageux 25 29
brumes, brouillards et nuages bas seront Luxembourg brouillard -2 6 Hongkong éclaircies 22 26 St-Denis souventdégagé 24 29
nombreux le matin, souvent tenaces dans les Madrid beautemps 5 14 Jérusalem largementdégagé 6 12 Politique Pour un monde sans idole
8 17 3 13 Moscou aversesdeneige -5 -1 Kinshasa risqueorageux 22 31 Météorologue en direct
vallées de l'est. Une fois dissipés, le soleil fera 17 Michel Onfray, dans une tribune titrée « Avec François Hollande, les
Nicosie averseslocales 14 Le Caire souventdégagé 12 20 au 0899 700 703
de larges apparitions. La douceur persistera, Oslo largementdégagé 3 4 Mexico largementdégagé 10 25
11 16
Prague beautemps -2 5 Montréal souventdégagé 5 12
1,34 € l’appel + 0,34 € la minute vaches libérales seront bien gardées » (Le Monde du 19 octobre), exprime
surtout sur l'ouest. 7 jours/7 de 6h30-18h
9 19 Reykjavik faiblepluie 8 9 Nairobi aversesmodérées 16 21 sa croyance et son idolâtrie pour la fonction présidentielle avec toute
Jours suivants l’emphase que l’on lui connaît. Grand pourfendeur des religions et de la
Vendredi Samedi Dimanche En vente cette semaine freudisation des esprits, le philosophe épris de politique se perd dans
des lieux communs. Un président n’est pas un guide spirituel chargé de
Nord-Ouest 9
15
9
15
7
14 N° 6 BRAHMS la toute-puissance paternelle. Il n’est que le représentant ponctuel d’une
expression collective aux aspirations contradictoires. La relecture de Cor-
Ile-de-France 6 5 6
UN REQUIEM ALLEMAND
11 13 14 nelius Castoriadis (1922-1997) donnerait quelques éclairages sur le projet
Nord-Est 4 0 3
Direction : Rudolf Kempe imaginaire de la société. Quel qu’il soit, le prochain locataire de l’Elysée
12 11 13
QUATRE CHANTS SÉRIEUX n’aura ni le temps ni l’espace pour réformer un pays aux rouages comple-
Sud-Ouest 9 9 9 Dietrich Fischer-Dieskau et Jörg Demus xes et ancestraux. La question demeurera : que voulons-nous collective-
16 18 18 ment et sommes-nous prêts, en l’absence même d’une idole, à changer ?
RHAPSODIE POUR CONTRALTO Point besoin de président de la chose publique pour l’exemplarité et
Sud-Est 2 9 7
Direction : Clémens Krauss
14 15 16 l’équité. Igor Deperraz, Bully (Seine-Maritime)

Les jeux Les soirées télé


Mots croisés n˚11-273 Sudoku n˚11-273 Solution du n˚11-272
Mardi 15 novembre Mercredi16novembre
TF 1 TF 1
7 3 8 1 5 4 9 2 6
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 1 12 4 1 6 7 2 9 5 3 8 21.00 Football. 20.50 Mentalist.
9 2 5 8 6 3 1 7 4 France - Belgique. Match amical. En direct Série. Enquête assistée U. La Veuve joyeuse
I 3 3 4 2 5 8 7 6 1 9 du Stade de France, à La Plaine-Saint-Denis. (S3, 18 et 19/24, inédit). L’Or noir (S2, 6/23).
5 8 9 3 1 6 2 4 7 23.10 Les Experts : Manhattan. 23.20 Chase.
II 5 2 3 1 1 6 7 9 4 2 8 5 3 Série. Fausse donne V. Le Vert de trop U.
Le Dernier Métro U (S2, 8, 12 et 13/24, 150 min).
Série. Premier amour. Faux frères (saison 1,
8 5 3 4 9 1 7 6 2 9 et 17/18, inédit). Avec Kelli Giddish U.
III 2 6
2
7
9
1
4
2
6
3
7
8
5
4
3
9
8
5
1
0.55 Deadline, chaque seconde
compte. Série (S1, 12 et 13/13, 105 min) U.
FRANCE 2
IV