Vous êtes sur la page 1sur 3

Marc Deneyer

Trésors
des collections ethnographiques
«
En parallèle au chantier de rénovation on travail a consisté d’abord à pour-

M
des bâtiments du muséum d’histoire
naturelle de La Rochelle, l’anthropologue
suivre l’étude déjà engagée par mes
prédécesseurs pour reconstituer l’his-
toire du fonds ethnographique, explique Elise Patole,
rochelaise Elise Patole œuvre à améliorer responsable des collections ethnographiques et archéo-
les connaissances sur les collections logiques au muséum d’histoire naturelle de La Ro-
chelle, à mener des recherches au travers des archives
ethnographiques et à rendre leurs richesses
pour savoir exactement à quelle époque et dans quel-
accessibles au public les conditions les collections ont été acquises.» La
création de la section ethnographique revient à Etienne
Par Mireille Tabare
Loppé, conservateur du muséum entre 1919 et 1954.
Avant son arrivée, le musée ne possédait que quelques
dizaines de pièces. Pour récupérer des objets anciens,

62 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 73 ■
muséum
Etienne Loppé a d’abord prospecté au niveau régio- propres mots, de constituer “une collection ethnogra-
nal, auprès des sociétés savantes ou de personnes sus- phique et coloniale”. Avec le temps, il a évolué vers une
ceptibles de détenir des pièces intéressantes, notam- vision plus esthétique des collections.» C’est ainsi, par
ment les familles de chirurgiens de marine ou d’admi- goût des belles pièces, des objets énigmatiques, qu’il a
nistrateurs rochefortais partis au XVIIIe siècle vers les acquis un masque de Papouasie-Nouvelle-Guinée ayant
colonies. Puis il a élargi ses recherches et obtenu, en appartenu à André Breton, et qu’il a constitué une col-
1923, un important dépôt (500 éléments) en prove- lection océanienne véritablement atypique, encore con-
nance de l’ancien musée naval du Louvre. Tout au sidérée aujourd’hui comme l’une des plus belles des
long de son mandat de conservateur, ce médecin cul- musées de province. Il s’est également intéressé à l’Amé-
tivé a enrichi le fonds d’objets nouveaux grâce à son rique du Sud, dont il a réuni un ensemble de pièces de
réseau d’amis – médecins, antiquaires, naturalistes – et grande qualité. Sans être aussi exceptionnelle, la col- Collier Jivaro,
Equateur-Pérou
à ses liens avec les coloniaux rochelais. A son décès, il lection africaine offre l’intérêt de refléter davantage l’his- (groupe Achuar,
avait ainsi collecté plus de 5 000 pièces. toire du passé colonial local : la plupart des pièces réu- Shuar ou Shiwiar,
haute Amazonie, fin
«Je me suis attachée également à comprendre les moti- nies au musée ont en effet été rapportées des colonies XIXe-début XXe).

vations qui ont poussé ce conservateur d’un muséum françaises d’Afrique par des militaires ou des mission- Collection du
muséum d’histoire
d’histoire naturelle à créer une section d’ethnographie. naires rochelais. naturelle de La
Etienne Loppé était d’abord très influencé par les théo- Rochelle.
Coquillages, élytres
ries des préhistoriens parisiens de l’époque s’interro- de coléoptères, bec
geant sur l’origine de l’homme, selon lesquelles les po- de toucan. Don de
Stephen Chauvet.
pulations africaines, océaniennes et américaines re- Parure sans doute
portée par un
présentaient des “fossiles vivants” pouvant nous ren-
chamane en raison
seigner sur le passé des Européens. Il était animé en de la présence du
bec de toucan.
même temps du souci d’informer le public sur les riches-
ses et la diversité des colonies, son but étant, selon ses Coiffe des Indiens
Marepisanos,
Amazonie
brésilienne. Ecorce,
fibres végétales,
plumes d’ailes d’ara
Araruana. Collecté
par le docteur
Munerati entre 1857
Marc Deneyer

et 1860. Acquise par


le muséum en 1935
(échange avec le
MHN de Marseille).
Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle

Masque de phacochère,
population Piaroa, Venezuela.
Coton, écorce battue, fibres
végétales. Collections du
Page de gauche : muséum d’histoire naturelle de
Collier royal d’Hawaï (XIXe). La Rochelle (2005.22.12).
Cheveux humains, ivoire de Acquisition en 2005.
Marc Deneyer

cachalot, fibres végétales. Ce masque est utilisé lors du


Coll. du docteur Etienne rituel annuel du Warime. Au
Loppé. Achat de la ville cours des danses, les masques
de La Rochelle en 1956. évoquent les esprits mythiques.

■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 73 ■ 63
Elise Patole est «Il est intéressant aussi de voir que les méthodes de Dans le nouveau projet, l’ethnographie est conçue
également collecte dans les pays d’origine sont très variées et comme un moyen de mettre en regard, au travers d’ob-
chargée de cours dépendent du collecteur.» Il y a, par exemple, le col- jets, des pratiques passées et actuelles, d’ici et
en anthropologie lectionneur amateur – tel le baron de Chassiron – qui d’ailleurs, et d’interroger le public sur des thémati-
à l’Université de achète des pièces sur un coup de cœur au bazar de la ques sociales et culturelles contemporaines. On pourra
La Rochelle. Elle ville, le militaire qui s’approprie des objets à l’occa- par exemple utiliser l’engouement actuel pour les
mène par ailleurs sion d’un conflit armé, le missionnaire, plus intégré musiques et danses africaines pour faire découvrir au
des recherches dans la vie locale, qui se procure des pièces dans les public – au travers d’expositions, de concerts, de spec-
sur les villages auprès des populations indigènes, ou encore tacles – la diversité des instruments de musique dans
techniques de l’administrateur colonial ou le commerçant qui pro- les différentes régions d’Afrique. On pourrait, de même,
pierre taillée fitent de la présence militaire pour récupérer des ob- susciter un débat autour de la pratique corporelle du
préhistorique en jets, ou qui les font fabriquer localement sur com- tatouage – utilisé en Occident comme marque de sin-
Asie du Sud-Est. mande. A partir des années 1920, s’organisent les pre- gularité – en remontant à ses origines, chez les popu-
mières véritables expéditions de collecte ethnogra- lations polynésiennes, où il était au contraire consi-
phique conduites par des spécialistes, qui recueillent déré comme un signe d’intégration sociale. L’idée, c’est
de manière systématique objets et informations sur le de faire du musée plus qu’un lieu de conservation, à la
terrain, au contact direct avec les populations. fois un pôle éducatif et un acteur à part entière de la
Elise Patole réalise également un travail documentaire vie sociale et politique rochelaise.» ■
sur les pièces elles-mêmes, en collaboration avec des
spécialistes et chercheurs du CNRS. «Nous effectuons
Nkisi nkonde,
des datations, des études de matériaux, nous rassem- population Sundi du
blons un maximum d’informations sur les objets, le Mayombe, Congo.
Bois, fer, pigments
but étant de pouvoir à terme les intégrer dans les ex- naturels.
positions, permanente ou temporaires, du muséum. Collecte du médecin
de marine Louis
Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle

Bizardel entre 1880

Masque tatanua,, et 1890 (H 2729).


Acquisition en 1957.
populations Tigak,
Notsi et voisines, Le nkonde (ou

province de nkondi) est une


Nouvelle-Irlande, figurine présentant

Papouasie-Nouvelle- des lames de fer et/

Guinée. Bois, ou des clous qui


pigments naturels, matérialisent le

fibres naturelles, serment ou l’accord

opercule de turbot. trouvé entre deux

Collecte de parties en conflits.

l’ethnologue Alfred
Bühler, 1931-1932.
Collections du
muséum d’histoire
naturelle de La
Rochelle (H 24 36).
Dans le nord-ouest
de la Nouvelle-
Irlande existe un
cycle rituel appelé
Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle

Malanggan. Il s’agit
d’une série de
cérémonies
comprenant les
funérailles
d’hommes
importants et la
célébration
d’adolescents
nouvellement
initiés. Cette
cérémonie donne
Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle

lieu à d’importantes
productions
matérielles qui
Reliquaire, population Tsogho, Gabon.
seront jetées à la
Os, bois, métal, corne, peau. Collections
fin des festivités.
du muséum d’histoire naturelle de La
Les tatanua font
Rochelle (H 1030). Acquisition en 1944.
partie des masques
L’ancêtre est une sorte de lien entre les
portés par les
vivants et le monde de l’au-delà et il est
initiés et qui sont
garant de l’ordre social. Chaque individu
autorisés à danser.
se positionne donc en fonction des
ancêtres du clan.

64 ■ L’ACTUALITÉ POITOU-CHARENTES ■ N° 73 ■